Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Introduction

Fabienne P. Guillén et Salah Trabelsi

Texte intégral

Les signes distinctifs que l’on attribue à l’« être vrai » des choses sont les signes distinctifs du non-être, du néant — on a édifié le monde vrai en prenant le contre-pied du monde réel : c’est en fait un monde d’apparence, dans la mesure où c’est une illusion d’optique et de morale.
F. NIETZSCHE, « La raison dans la philosophie », Prop. 2, Crépuscule des idoles.

  • 1 W. Kaiser, Le commerce des captifs, pp. 1-14.
  • 2 J. Heers, Les négriers en terres d’islam.

1N’a t-on pas tout écrit déjà sur l’esclavage et la captivité en Méditerranée entre la fin de l’Antiquité et le début de la période moderne ? Qu’une bibliographie alluviale semble le suggérer, il va sans le dire. « Les esclavages en Méditerranée. Espaces et dynamiques économiques » ; le thème n’était-il pas usé jusqu’à la trame ? La réponse peut être négative. Non seulement des publications récentes1 semblent réorienter de façon décisive les questionnements, mais encore certaines rééditions2 invitent aussi à se placer face à ces représentations qui structurent sévèrement le champ des études sur l’esclavage aux époques médiévale et précoloniale.

  • 3 W. D. Phillips, La esclavitud desde la época romana.

2La principale « commodité » chronologique nous a été fournie par la vaste synthèse consacrée par W. D. Phillips à l’esclavage3. Linéaire et bipolarisée par les modèles antique et colonial, elle ne confère à l’esclavage médiéval non plus qu’aux formes qu’elle considère précoloniales, de caractérisations fortes. Cette condition transitionnelle s’adapte du même coup à une description évolutionniste dont les fins ultimes, les modèles absolus sont la traite atlantique et l’esclavage de plantation.

3La « commodité » spatiale nous est offerte par la tradition des études méditerranéennes, dont l’extraordinaire travail de Fernand Braudel pourrait constituer le point d’orgue. Méditerranée « aux dimensions du monde », tentaculaire et globalisante, elle poussait à chercher des ferments et des continuités des modèles méditerranéens aux expériences atlantiques. Mer corruptrice, elle attirait dans son orbite et ordonnait à ses pratiques les mondes les plus lointains. Peu de place pour l’indifférence, l’ignorance ou les mutations…

4La carence en singularité de l’esclavage médiéval et précolonial, imposée par la tension entre deux modèles aussi imposants que l’esclavage antique et son reflet colonial, autant que la tradition historiographique florissante léguée sur le phénomène connexe de captivité ont fortement pesé sur l’analyse des cadres juridiques, mais également sur celle des mouvements sociaux et politiques à l’œuvre. Consciemment ou inconsciemment, les historiens ont élaboré le modèle d’aliénation le plus caractéristique de la mer Intérieure. La course, la piraterie et la captivité ont triomphé comme symbole de l’asservissement méditerranéen. Les conséquences en sont paradoxales.

  • 4 W. Kaiser, Le commerce des captifs, p 3.
  • 5 M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », p. 21.

5Ainsi, lorsque, d’une formule élégante et précise, W. Kaiser attire l’attention sur « l’usage ubiquitaire et indistinct4 » que nous faisons du terme d’esclave, tandis que M. Fontenay nous invite à une réflexion sur le moyen d’éviter cette confusion, nous percevons que cet usage inconscient est peut-être aussi intuitif de ce que cette histoire pose des questions de lieu, de temps et de distinctions. Si « distinguer nettement “le prix de l’homme” et “la rançon” […] devrait conduire à distinguer deux concepts souvent confondus : l’esclavage et la captivité5 », ce n’est peut-être pas là où cette distinction est pensée jusqu’ici, que se trouve la compréhension la plus productive (voir la contribution de Y. Rotman).

  • 6 Ibid., pp. 16-17.

6Néanmoins, cette prudence constante dans la définition conceptuelle qui conduit M. Fontenay à opposer valeur d’usage pour l’esclave et d’échange pour le captif, temporalité ouverte et courte de la captivité et temporalité longue et fermée de l’esclavage, possibilité d’acquérir sa liberté pour l’un, impossibilité pour l’autre6, se concrétise en une formulation des plus suggestives :

  • 7 Ibid., p. 23.

Il y a eu selon moi, dans la Méditerranée des Temps modernes, un esclavage spécifique, « un esclavage entre Blancs », non réductible aux autres formes contemporaines de l’asservissement. Sous-produit d’un conflit multiséculaire entre la Croix et le Croissant, cet esclavage de frontière reliait des gens qui se connaissaient de longue date. Ils se combattaient selon des règles héritées du Moyen Âge où des notions telles que butin, captif ou rançon, donnaient à la servitude un visage plus familier7.

7Opposant à cette aliénation familière l’esclavage des Noirs, qu’ils fussent produits de la traite transsaharienne ou déjà atlantique, il ajoute :

  • 8 Ibid., p. 24.

[…] personne n’a jamais proposé d’en racheter un seul, contre rançon ou par échange […] Vivant leur servitude sur les bords de la mer Intérieure, ces Noirs, de fait « esclaves en Méditerranée » ne relèvent pourtant pas de « l’esclavage méditerranéen ». Ils étaient victimes d’une autre logique d’asservissement […] où seule comptait la notion d’usage et où la notion de rachat […] était inexistante8.

  • 9 J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, pp. 286-287. L’esclavage « méditerranéen », parce (...)

8Il y aurait donc une forme d’asservissement toute méditerranéenne ? Un esclavage « à visage humain » opposable à la barbarie atlantique, naguère formulé par J. Heers9, un esclavage dont les Noirs — la question raciale survient subrepticement —, venant d’Afrique étaient exclus, et qui présente tous les formants d’une problématique complexe mettant en jeu les notions d’espace, de temps, de statuts, de familiarité et de confiance, fût-elle armée, et nous force à interroger aussi le mythe qui donne vie à ces élaborations historiographiques : la mer Intérieure, un espace qui revient de façon lancinante dans le discours sur la captivité et l’esclavage au décours de l’Antiquité, du Moyen Âge et des Temps modernes.

  • 10 À la façon que propose D. Brion Davis dans un article intitulé « Looking at Slavery from Broader P (...)

9En contrepoint d’un modèle si parfaitement tracé de l’esclavage méditerranéen, l’introduction de ce volume ne pouvait manquer d’entendre la rumeur d’autres voix dans les textes ici réunis. Elles y parlent de renversement des images de l’espace géographique, des questions que pose l’histoire globale et régionale. Elles proposent un décentrement notionnel qui, loin de reposer sur une scission a priori entre captivité et esclavage, les saisissait dans une perspective comparative des dynamiques de capture et de traite, des logiques tributaires, mercantiles et fiscales, pour finir par s’interroger sur la pluralité ou la singularité du modèle dominant de l’asservissement de l’étranger en la rapportant aux déclinaisons de l’assujettissement interne. Elles nous soufflent, enfin, que la notion de longue durée ne permet pas seulement de percevoir les inerties structurelles, mais encore les cyclicités, les inflexions périodiques, les effets d’actualité et de courte durée, qui nous garderaient de l’emprise des représentations linéaires et téléologiques d’une histoire des esclavages tournée vers une fin coloniale10. Elles composent et exécutent quatre lignes mélodiques parfaitement audibles : espaces, temporalités, économies et politiques de l’asservissement, dont nous tenterons ici, modestement, de faire entendre l’harmonie.

ESPACES ET ITINÉRAIRES : LE PROCHE ET LE LOINTAIN, LE FRAGMENTÉ, L’OUVERT

10Y a-t-il une raison, sinon pratique, de séparer l’étude de la captivité et celle de l’esclavage ? Il est bien rare en effet que les places de traite, notamment les débouchés portuaires, ne soient aussi des lieux de détention de captifs, produits de la piraterie ou de la course (voir les contributions de D. Valérian, R. Soto, A. Mas i Forners, D. Herschenzon et J. Antonio Martínez Torres). Mais ne faisons-nous pas « un usage ubiquitaire et indistinct » de la captivité elle-même ? Captures de razzia, de guerre sainte ou de conquête, captures de course ou de piraterie sont-elles une seule et même chose et ouvrent-elles à un seul et même destin de captivité ? La capture, origine de celle-ci, intervient-elle dans la combinatoire entre captivité et esclavage ou offre-t-elle un visage changeant selon les espaces où elle agit ?

a) Capture, captivité : une aliénation familière ?

  • 11 W. Kaiser, Le commerce des captifs, p. 3.
  • 12 Bodley, MS Arab, c. 90, fls 30b-31a, cité par P. Horden et N. Purcell, « The Mediterranean and “th (...)
  • 13 Une synthèse qui doit clairement aux propositions de lecture de la Méditerranée de P. Horden et N. (...)
  • 14 W. Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVII(...)

11Elle semble étroitement liée aux espaces proches mais farouchement partagés entre ennemis, frères pourtant et partenaires dans un monde fragmenté, livré tantôt à une paix précaire tantôt à la lutte acharnée. S’agissant de la Méditerranée, et partant de la captivité de course ou de piraterie, elle est le signe distinctif de cet espace paradoxal, presque clos et pourtant accessible de toutes les parties du globe, convoité par des puissances riveraines et rivales, densément peuplé, constellé d’îles, sillonné depuis des millénaires, « saturé de culture11 » et d’interaction. Il n’est que d’observer la représentation schématique que le Livre des Curiosités12 en donne dès le XIe siècle avec ses quelque cent vingt ancrages et cette poussière d’îles et d’îlots qui masque presque la représentation de l’eau. Il ne s’agit pas d’espaces dissociés, mais reliés au contraire par une intense quoique passionnelle connectivité13. C’est dans cette aire de jeu et selon des règles bien connues de tous les joueurs que se joue la partie, le simulacre. Chevauchées de frontière ou raids maritimes, capteurs et captifs partagent un monde. Les termes de l’échange peuvent varier d’une polarité à l’autre, positifs ou négatifs, consentis ou forcés, commerciaux ou belliqueux, l’échange demeure. Rien d’étonnant donc à ce que les variations de conjoncture démographique, économique ou politique aient une répercussion sur les échanges, et qu’à leur effondrement assorti d’ostracisme puisse répondre l’affirmation du pouvoir de les forcer (voir les contributions de Y. Rotman, D. Valérian). Exerçant une forte pression sur les relations diplomatiques, elle peut être même une stratégie pour les maintenir ou les renouer de façon négative, par le harcèlement aux confins des zones d’influence. Et ces « frictions » sont « profitables14 » en ce qu’elles croisent et sollicitent constamment l’intervention de réseaux économiques et financiers, fiduciaires et politiques (voir les contributions de J. Antonio Martínez Torres, D. Valérian, Y. Rotman, D. Herschenzon).

12Mais n’est-ce qu’en Méditerranée que l’on connaît ce jeu et ses règles… Cette expression singulière d’un voisinage turbulent ne se rejoue-t-elle pas dans les confins de la steppe entre les Rous et les confédérations mongolo-tatars, entre le duché de Moscovie et celui de Pologne, de même que dans le couloir Volga-Caspienne, d’abord contre l’avancée musulmane ou mongole, contre les Bulghars, puis contre la pression ottomane ? Dans la frange sahélienne, cette immense bande transitionnelle entre le désert et la forêt, ne s’opère-t-il pas, dès les premiers temps de présence musulmane en Afrique, de profondes transformations ? Pourtant capture et captivité y prennent un tout autre sens, les espaces y jouent un tout autre rôle.

b) Capture, captivité, traite : vers des terres étrangères…

  • 15 Trahere ou tradere forment un faisceau sémantique digne d’intérêt pour l’historien et le lexème né (...)

13Trata, tratta ou traite, les mots de nos langues romanes conservent la surdétermination sémantique de ce legs du latin puisque l’idée de tirer, traîner, d’étirer en longueur, d’acheminer de façon lente et progressive se combine à celle de transmettre, remettre mais surtout livrer des marchandises autant que des otages. Cette double inscription s’enrichit d’un troisième apport, celui de négocier, conseiller, et surtout gérer, qui en renforce les nuances mercantiles. Rien d’étonnant donc à ce que le mot « traite » ne présente une telle polysémie de l’action de tirer, de transporter certaines marchandises d’une province à une autre, d’un pays à un autre au trafic des bâtiments de commerce, notamment sur les côtes d’Afrique ; du commerce des banquiers caractérisé par la lettre de change, la traite de place en place à la traversée ou l’étendue de chemin qu’un voyageur accomplit sans s’arrêter15

  • 16 O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, p. 26.
  • 17 R. Botte, Esclavages et abolitions en terres d’Islam.

14Or, l’un des éléments caractéristiques de la traite d’esclaves est précisément de nature spatiale ; il s’agit de la dissociation nécessaire entre les espaces de capture et les espaces de revente et d’exploitation ; l’évidente dissociation même entre les écosystèmes de provenance et ceux d’exploitation16. Trois espaces attirent donc immédiatement nos regards : la steppe, la mer (plus tard l’océan) et le désert. Et une conclusion s’impose ; ce sont bien là les grands pourvoyeurs et convoyeurs des esclaves que l’on traite17.

  • 18 Elles sont moins un vide topologique que le lieu d’une « topologie extrêmement fine, appuyée non s (...)

15Ils partagent des caractéristiques géophysiques, écologiques et humaines que l’analyse historique ne peut raisonnablement négliger. Immensités apparemment sans limites, aquatiques ou minérales, mouvance des dunes, ondulations de la neige ou des graminées sous le vent, elles diluent les dynamiques expansionnistes, les épuisant à leurs confins. Leur pouvoir vient de l’absence ou de la faiblesse de la fragmentation, qui, favorisant l’effacement des limites, résiste à l’établissement de frontières, de structures défensives ou de contrôle. Paradoxales, elles tirent leur importance géopolitique du différentiel entre l’immensité spatiale, l’insignifiance de leur peuplement et l’originalité des solutions que l’activité humaine y développe18 (voir les contributions d’A. Stanziani, C. Witzenrath, A. Stello, S. Trabelsi, A. de Almeida Mendes).

  • 19 Ibn Khurdadbeh écrit à propos des Slaves orientaux : « Les marchands rous, qui sont de la tribu de (...)
  • 20 Les activités commerciales se développent alors via les capitales bulgares et khazares.
  • 21 Les premières mentions de soldats-pillards sur la Caspienne remontent à l’assaut de l’île d’Abasku (...)
  • 22 Les Rous accomplissaient ainsi, en 913, leurs devoirs envers le souverain byzantin : détourner l’a (...)
  • 23 L’expression revient à A. Stanziani. En 1030, une expédition contre le chirvanchah, au secours du (...)
  • 24 P. Melgounov, cité par A. Xammad dans id., Togorov-èkonomiceskie sviazi Irani e Rossiej v XVIII-XI (...)

16La steppe russe, les espaces disputés de l’Asie centrale, sont les principaux fournisseurs des captifs voués à la vente comme esclaves que l’ont identifie, au sud et à l’ouest de la Méditerranée, comme Russes, Bulgares, Circassiens, Arméniens, Abkhazes ou Tartares. Les axes fluviaux du Don et de la Volga en permettent l’acheminement depuis le duché de Pologne et la Russie kiévienne vers la mer Caspienne et la Méditerranée via les zones pontiques19. L’avancée des Russes (Rous, Rus) vers le littoral caspien semble s’éveiller dès le IXe siècle20. Mais les richesses entrevues et l’exemple de la politique orientale de Byzance donnent aux Rous l’idée des premiers coups de mains21. Ces attaques ressemblent au prélude à des campagnes plus ambitieuses et planifiées. Elles surviennent dès qu’un traité est signé avec Byzance, sous la bannière du prince Igor22. Jusqu’aux invasions mongoles, les récits de campagnes vers la Caspienne s’égrènent dans les chroniques, révélant la subtile et mutable politique de la steppe23. Si leur convoitise est tenue en échec par l’invasion des hordes mongolo-tartares, si leur expansion commerciale est indéniablement freinée par la domination des marchands musulmans, si les Tartares contrôlent l’axe Volga-Caspienne ; il est également vrai, ainsi que l’écrit P. Melgounov que « […] l’invasion mongole contribua à l’achèvement définitif du processus de déplacement du centre du commerce du Sud-Ouest de la Russie, de sa voie commerciale “des Varègues aux Grecs” vers celle des “Varègues aux Perses” par la puissante artère fluviale Volga-Russie de Souzdal-Caspienne […]24 ». Après la destruction de Saraï, capitale de la Horde d’Or, par les troupes de Timour Leng en 1375, les commerçants rous reprennent le chemin de la Caspienne où les attire la prospérité des cités de Chemakha, Derbent et Tabriz. De cette époque datent les premières mentions de la piraterie sur les eaux de la Volga… Celle-ci est le fait des ouchkouïniks, éléments libres et parfois incontrôlables des droujines armées, qui font des prises tantôt parmi les Russes ou les Bulghars, tantôt parmi les Tartares. Plus tard, ils deviennent le théâtre des raids des chambulys mongols, espaces ouverts, livrés à une diplomatie complexe, rythmée par les aléas des fragmentations et regroupements des hordes mongoles, le jeu politique de la puissance ottomane et l’émergence des ambitions impériales du duché de Moscovie (voir les contributions de S. Trabelsi, d’A. Stanziani et de C. Witzenrath).

  • 25 « Rivage » est le sens du mot sâhil en arabe.
  • 26 Al-Muhallabî, cité par Yâqût, dans son Mu’djam al Buldân (voir J. Cuocq, Recueil des sources arabe (...)
  • 27 IbnAbd Al-Hakam, Futûh Misr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 46). Voir aussi Ibn al-Ath (...)
  • 28 Le plus célèbre est Al-Masûdî, Akhbar al-zâman ou Histoire Universelle (J. Cuocq, Recueil des sou (...)
  • 29 Al-Bakrî, Kitâb Al-Masâlik, § 99 : « Plus de vingt rois des Sûdân lui faisaient allégeance et paya (...)
  • 30 Voir Al-Bakrî, § 126, sur la conversion du roi du Takrûr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. (...)
  • 31 Voir Al-Umarî, Masâlik al-Absâr fî mamâlik al-Amsâr, « Partie historique » (J. Cuocq, Recueil des (...)
  • 32 À cette nuance, il faut absolument associer les développements lumineux de J. -L. Amselle, sur l’i (...)

17Le Sahara, désert par excellence, sépare et unit le pays des Noirs aux rives de la mer Intérieure, et fait face à l’immense porte océanique ; il est aussi un acteur majeur de cette histoire. Miroir de la Méditerranée, aux étendues marines, il renvoie l’image des sables ; aux îles, ses oasis ; aux routes maritimes, ses tracés caravaniers ; aux conflits de voisinage, ceux d’un autre « rivage » immense, le Sahel25. Et ce rivage l’est de trois immensités : au Nord, celle du désert, au Sud, celle de la forêt, à l’Ouest, celle de l’océan. On peut, de là, atteindre le delta du Sahel et, au-delà, le cœur continental. Cette position littorale de la zone sahélienne la rendait vulnérable aux incursions nomades. L’exploration menée par les conquérants à travers le plus vaste des déserts, depuis l’Égypte vers le Soudan à l’est, depuis la Lybie vers le lac Tchad et les terres Zaghawa ou Songhaï, depuis le Maghreb vers le Sahel occidental, leur révèle l’existence d’autres mondes au-delà26. Selon Ibn ‘Abd al-Hakam, auteur du Futûh Misr, Habîb b. Abî ‘Ubayd al-Fihrî, petit-fils de ‘Uqba b. Nafi, le conquérant du Maghreb fut envoyé en 734 en campagne contre le Sûs et les terres des Sûdân. « Il y remporta une victoire sans égale et en ramena une profusion d’or27. » Le Bilâd al-Sûdân ou « pays des Noirs » excite grandement les convoitises : amiante, or, ivoire, esclaves… (voir la contribution de S. Trabelsi). L’or surtout et déjà ; les récits, même les plus anciens des voyageurs et compilateurs, y consacrent de nombreuses notices28. Les populations de cette frange, Takrûr, Wankara, Damdam, Zaghâwa, Dunkula…, etc. sont rapidement l’objet de rezzous justifiés par leur paganisme29. Sommées qu’elles sont de trouver leur place dans le nouvel ordonnancement politique du désert, leurs élites commencent à se convertir à l’Islam à partir de la fin du XIe siècle30. Quelles raisons à cela ? Leur espace opère la médiation entre le désert et la forêt, entre les musulmans et les païens, entre les marchands de sel, de cuir, de tissus et les zones si convoitées de l’extraction d’or et des réserves d’esclaves. Quelle meilleure stratégie que d’épouser les causes du vainqueur ? En s’islamisant, le Sahel repoussait aussi la menace de l’esclavage vers les ethnies du Sud forestier, dont ses guerriers et ses chasseurs faisaient capture, il faisait écran aux zones aurifères dont étaient conservées les clefs de l’accès31, et conversait, croyons-nous32, d’égal à égal avec les musulmans sahariens et maghrébins.

  • 33 Ibn Battûta nous renseigne sur une caravane à laquelle il s’incorpore à Tâkadda, le 12 septembre 1 (...)

18Il s’agit bien d’une géopolitique régionale, certes sans relation directe avec celle qui se développe loin au sud-ouest de la steppe, loin au nord du désert, en Méditerranée. Dans les deux cas, steppe et désert, espaces infranchissables sans guides, s’interposent entre l’origine et l’aboutissement de la traite, créant une déhiscence insurmontable propice à la différenciation de la captivité et de l’esclavage. Dans le cas des populations de la zone eurasiatique, la vente en mer Noire, puis le transbordement en Méditerranée par voie maritime ou terrestre (voir la contribution d’A. Stello) et enfin la dispersion des lots d’esclaves à travers les marchés portuaires de l’Orient et de l’Occident méditerranéen signaient l’impossibilité du retour. Le rôle de la Méditerranée a changé : théâtre de la violence et lieu de la coupure, elle l’était aussi de la possibilité du retour. Pour les esclaves russes, bulgares, abkhazes, albanais, circassiens ou mongols, elle devient l’espace de la dissociation, le signe de l’impossibilité du retour. La trajectoire rectiligne, l’acheminement lent et l’étirement spatial donnent à la traite ses caractéristiques singulières. La traversée de la steppe ou du désert, puis celle de la mer, signifiait également l’interposition de deux immensités entre le lieu de l’origine et l’aboutissement du voyage33. Il signifie aussi la rupture, l’impossibilité du rachat et, partant, du retour.

19Depuis ces espaces, les traites vectorisent les transferts vers la mer Intérieure. À la différence de la captivité dont le jeu spatial est de centralité et de circularité, celui des traites fait apparaître les zones de rétroversion et de suspension de l’influence méditerranéenne. Si la captivité est un fait central de sa connectivité singulière, les traites y confluent et s’y greffent à partir d’espaces méconnus et hors de contrôle direct, dans lesquels agissent des logiques et des forces autonomes. Les traites, sous le rapport de l’espace, dessinent des trajectoires brisées et linéaires, de sens unique et non des circularités… comme sous le rapport du temps qui distingue aussi la captivité et l’esclavage.

TEMPORALITÉS

  • 34 M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », pp. 21-23.

20Si les apparences jouent en faveur de l’opposition entre le temps ouvert et court de la captivité et le temps long et fermé de l’esclavage34, cette représentation ne contribue-t-elle à rigidifier ce que les contemporains semblaient manier souplement, profitant, nous semble-t-il, de la plasticité de modèles juridiques dont on pouvait activer les versants et potentialités en fonction de paramètres aléatoires… Ainsi pourrait-on envisager, corrélativement aux deux formes de gestion de l’espace que nous venons d’appréhender, deux niveaux de temporalité affectant diversement les statuts de captivité et d’esclavage.

21Le temps de la captivité, mettant en jeu des espaces proches, peut s’accompagner d’un tempo rapide enchaînant capture, mise aux fers et à rançon. Les temps de réponse peuvent en revanche alanguir singulièrement le rythme et allonger le séjour dans l’asservissement jusqu’à le rendre comparable à celui de l’esclavage, sans l’y enliser toutefois. Là peuvent intervenir les négociations en vue d’échange, le désaccord des marchés de rançon et de traite, ainsi que le montre Y. Rotman, les difficultés à mobiliser les réseaux fiduciaires ainsi que le signalent D. Valérian et D. Herschenzon. Le temps de la traite — et peut-être celui de l’esclavage — est mimétique des itinéraires terrestres et maritimes qu’il emprunte. Il imprime au temps du transfert un étirement considérable, que l’on peut décompter en jours et en semaines dans les relations de voyages et qui dissocie de l’origine au même titre que les espaces traversés.

  • 35 Dans W. Kaiser (dir.), Le commerce des captifs, voir : A. Brogini, « Intermédiaires de rachat laïc (...)

22À un second niveau, celui où opère la distinction de M. Fontenay, deux organisations temporelles semblent induites par le statut de captif et d’esclave. À la représentation d’un temps court, ouvert — il faudrait ajouter spiralé — de la captivité pourrait s’opposer celle d’un temps long, fermé et linéaire de l’esclavage. Le « cycle de la captivité », tel que le décrivent Y. Rotman, D. Valérian et D. Herschenzon, se fonde sur la spécularité, sur la rivalité en miroir qui a cours en Méditerranée. Aussi bien les captifs du monde musulman traînaient leurs fers à Marseille, Barcelone, Gênes, Valence, ou Cadix ; aussi bien les ports du Maghreb — particulièrement Bougie ou plus tard Tunis — « retentissaient au matin du bruit des chaînes et des carcans des captifs qui se rendaient à leur labeur quotidien » selon Ibn Khâldun (voir la contribution de D. Valérian). Images l’un de l’autre dans le miroir d’un affrontement multiséculaire entre Chrétienté et Islam, dont ils sont d’involontaires héros/hérauts35. Cette spécularité ouvre à la possibilité de l’échange et donc à celle du retour. Le captif est certes prisonnier d’un temps qui ne lui appartient plus et durant lequel il ne s’appartient plus, mais il peut l’animer d’une activité créant les conditions de sa réversion. La captivité peut accomplir un cycle de la capture au rachat, mais l’évolution de ce cycle peut être suspendue et sa temporalité se linéariser ; le captif « rejoint » alors l’esclave.

23À l’inverse, et quoique à l’origine le statut d’esclave signale l’échec ou l’incapacité à se maintenir dans celui de captif à rançon, il se peut que l’implacable ligne du temps se recourbe et résorbe l’esclavage en captivité temporaire par la pratique de l’auto-rançon : la taglia ou la talla, forme alternative de récupération de la liberté (voir les contributions de R. Soto i Company, A. Mas i Forners, I. Armenteros Martínez mais aussi de D. Valérian). Les enquêtes sur Majorque, mais aussi sur Barcelone révèlent un usage familier et constant de cette procédure depuis la conquête du territoire jusqu’au second versant du XVe siècle. Elle restitue bien l’esclave à une temporalité ouverte, courte et circulaire, le soustrayant ainsi à la fermeture, la passivité et la linéarité de l’esclavage.

24Si le moment de la capture est, pour tous, la fin de la « vie libre », la capture n’ouvre pas aux mêmes destins. La captivité peut activer des procédures d’échange ou de rançon, préalables au retour ; la captivité sans admission à rançon, la vente comme esclave fait entrer dans une temporalité linéaire d’où ne le tirerait que le bon vouloir de son maître, et à l’extrême, sa mort. Mais, on vient de l’entrevoir, les différenciations statutaires qui ouvrent à ces schèmes temporels sont loin d’être rigides et fixes. La valeur de l’esclave n’est pas que d’usage, elle se montre aussi potentiellement d’échange. Il demeure captif avant d’être esclave, et cet aspect semble pouvoir ressurgir, surtout s’il est trouvé quelque avantage à sa capitalisation…

DYNAMIQUES FINANCIÈRES ET FIDUCIAIRES

25La guerre à haute ou basse intensité (course et piraterie), quoiqu’elle en présente une forme extrême, n’est pas seulement « une autre façon de faire de la politique », elle l’est aussi de faire de l’économie. Les puissances rivales y recourent dès lors qu’elle est le meilleur instrument. La captivité joue dans cette dialectique de l’hostilité un rôle déterminant. Que nous observions les formes de l’échange des captifs entre Byzance, les Rus, le califat abbasside ou fatimide, plus tard celles de Bougie et de la couronne d’Aragon, elles reflètent toutes le rabattement de l’hostilité guerrière sur l’activité diplomatique et l’accalmie ponctuelle ou la normalisation provisoire des relations (voir les contributions de Y. Rotman, D. Valérian, D. Herschenzon, J. A. Martínez Torres). Non seulement les puissances conservent des captifs en vue d’échanges ultérieurs concertés au plus haut niveau des États, mais cette pratique contribue largement à constituer ces puissances en « communautés religieuses », chacune luttant pour remplir au mieux ses devoirs de rachat de captifs des mains de l’infidèle. Se dessinent à travers la pratique de l’échange des politiques impériales ou plus largement étatiques d’échanges ou de rachat collectif de captifs. La pression à l’échange exercée par les captifs eux-mêmes, notamment lorsque leur nombre est important, peut déboucher sur un « forçage » des relations diplomatiques. Détenir et maintenir en captivité les sujets d’un autre souverain peut, paradoxalement, permettre la transition de l’hostilité à la normalisation (D. Valérian, J. A. Martínez Torres). Si ces processus sont bien admis dans leur efficacité politique, ils le sont moins dans le champ économique où l’idée demeure que les pratiques de capture, par la guerre, la course ou les actes de piraterie entravent les relations économiques. Ces pratiques se révèlent pourtant, dans les contributions réunies ici, de puissants embrayeurs ou moteurs de l’activité économique.

a) Économies tributaires

26De la Russie kiévienne à la steppe, du Sahara au Sahel, des confédérations mongoles à l’Empire ottoman, le lien tributaire revient comme l’un des moyens d’assurer la puissance. La base de l’alliance entre le khanat de Crimée et l’Empire ottoman repose sur un accord tributaire de fourniture d’un certain volume de marchandises dans lequel les esclaves figurent en bonne place. Dès 1475, donc et au moins jusqu’en 1510, des raids tatars s’égrènent annuellement en Podolie, Volhynie et Malopolska jusqu’aux environs même de Cracovie. Ils visaient de multiples finalités : honorer le tribut, ce qui revenait à avoir les coudées franches en politique et diplomatie de la steppe, sceller l’alliance ottomane, protectrice face à l’avancée russe moscovite, entamer, enfin, l’alliance contractée entre Casimir IV de Pologne et la Grande Horde contre Ivan III de Moscou. La Sublime Porte trouvait en cet accord le moyen d’intervenir indirectement dans la politique régionale sans se découvrir et engrangeait les bénéfices de la vente des lots de captifs sur deux plans : la fiscalité des transactions et la productivité économique qui dérivait de leurs activités (voir les contributions d’A. Stello, de C. Witzenrath et A. Stanziani).

  • 36 F. Renault, La traite des Noirs au Proche Orient médiéval, p. 21. La hudna est la ratification d’u (...)
  • 37 F. Renault, La traite des Noirs au Proche Orient médiéval, p. 14, texte du baqt selon al-Maqrizi. (...)

27La conquête du Sahara et du Sahel, est une entreprise menée dès l’expansion territoriale de l’Islam en Ifriqîya. L’imposition du tribut solde le plus souvent les campagnes guerrières. Le premier commerce transsaharien des esclaves y trouve presque sans doute son origine, à moins qu’il ne fût déjà florissant à l’époque romaine. De la simple hudna36 scellée sur la base d’avantages mutuels au célébrissime baqt37, c’est ainsi que l’on surmonte l’indécision de la bataille. Les termes : des vivres contre des esclaves par lots, dont le volume n’était pas fixé. L’importance des deux livraisons devait se correspondre en valeur, ce qui laissait place à des variations selon l’approvisionnement des deux parties. Chacune des parties y trouvait son profit. Sur le limes méridional de l’Égypte, les Arabes jouissaient d’une certaine tranquillité et favorisaient le recrutement d’une population servile que l’expansion musulmane rendait chaque jour plus nécessaire. Les Nubiens se prémunissaient contre des incursions dont ils avaient perçu le péril et recevaient des vivres ; une bénédiction pour une population aux maigres ressources. De tels échanges ne sont ni nouveaux, ni uniques ; on voit se répéter la situation tout le long de la bande de contact entre le désert et le Sahel.

  • 38 Ibn al-Athîr, Kitâb al-Kâmil fî l-ta’rîq (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 189, § 314). Ib (...)

28La guerre sainte et le butin s’y associent à la dynamique tributaire38. Des remarques très intéressantes viennent sous la plume d’Al-‘Umarî, dans la partie historique du Masâlik al-Absâr fî Mamâlik al-Amsâr. Au chapitre x et à la notice 435, il écrit ceci :

  • 39 J. Cuocq, Recueil des sources arabes, pp. 264-265.

Soumis au sultan de ce royaume, il y a le pays du « refuge de l’or » (bilâd mafâzat at-tibr), d’où on lui porte de l’or chaque année. Les habitants de ce pays sont des hamadj (païens). Si le sultan voulait, il les soumettrait. Mais les rois de ce royaume ont expérimenté que s’ils faisaient la conquête d’une des villes de l’or (dhahab), et, si l’on y diffusait l’Islam et y appelait à la prière, cela ne pouvait que raréfier l’or jusqu’à tomber à rien, alors qu’il augmentait alentour dans le pays des païens. Aussi quand le fait fut confirmé par l’expérience, maintinrent-ils le pays de l’or dans les mains de ses habitants païens et se contentèrent-ils de la soumission de ces derniers et des charges d’or qu’ils leur imposent39.

29Quel que soit le degré de véridicité du récit, ce qui intéresse est la conduite raisonnée du sultan. Souscription, pour le moins étonnante, à des croyances d’infidèles ou, plus certainement, à un calcul de rentabilité ; le tribut semble la meilleure des solutions pour drainer l’or vers les places commerçantes sahariennes et le capitaliser. Hors les zones aurifères, le meilleur produit de tribut est sans doute l’esclave, ce que semble indiquer leur interchangeabilité. Le même auteur le rapporte clairement à propos des Berbères de l’Aïr, de Tâdmakka et du Barr al-‘Adwa dont il montre comment ils convertissent le gain tributaire en profit commercial :

  • 40 Ibid., p. 284, § 473.

Ce dernier [Barr al-‘Adwa] a des revenus plus considérables à cause de sa proximité avec le pays des païens où se trouvent les plantations d’or ; comme il soumet les païens à sa domination, il en retire pour cette raison un bon profit ; un profit considérable lui vient aussi du trafic des marchandises dans son royaume et de ses prises dans les razzias en pays infidèle40.

30Une relation vraiment privilégiée ! Les musulmans se déchargent en partie des opérations de razzias sur les populations qui sont leurs tributaires et reçoivent annuellement des lots d’esclaves qu’ils se chargeront de capitaliser sur les places commerçantes du désert et, après transfert, de la côte méditerranéenne. On le conçoit, le profit est maximal puisque la pièce ne coûte rien au départ… Mais la conversion des tributaires à l’Islam peut faire changer la donne…

b) Dynamiques mercantiles

  • 41 M. Canard, « La relation du voyage d’Ibn Fadlan », pp. 1-146.
  • 42 E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste », pp. 166-194.

31On les perçoit dans tous les domaines que nous parcourons. Le secrétaire de l’ambassade envoyée en 921 par le calife abbasside Muqtâdir auprès des Bulghars de la Volga n’est autre que l’écrivain Ibn Fadlan, qui rend compte, au jour le jour, de la marche vers la capitale sans oublier de se pencher sur les mœurs et usages politiques des peuples qu’il croise. Les Rous retiennent particulièrement sont attention et surtout l’usage qu’ils font des jeunes femmes esclaves qu’ils destinent aux marchands41. Les esclaves reviennent sans arrêt sous sa plume, notamment la ponction fiscale d’un esclave pour dix qu’exerce le souverain. Deux cents ans après lui, Abû Hamîd de Grenade effectue un voyage vers l’Europe centrale et rend compte de l’importance des marchands rous. Il en reçoit de nombreuses informations. À travers son récit parvient à notre connaissance l’identité des pourvoyeurs des fourrures traitées sur la Volga auprès des marchands de Transoxiane et du Khorasan, qui les acheminent à Bagdad. Ce seraient les Wisu, de la région du lac Ladoga, qui chassent le castor et les Arw du pays des grands fleuves, qui pourvoient en hermine et en petit gris ; enfin ce seraient les Yura, nomades installés près de l’océan Arctique, qui livrent zibeline et esclaves aux Russes contre des épées42. Les routes commerciales de l’Europe centrale se devinent un peu sous ses notices ainsi que celles d’Ibn Khurdadhbeh : de l’Ouest par mer vers le port d’Antioche, le long de la côte méridionale de la Caspienne vers la Perse, vers l’Europe centrale et septentrionale et la steppe par la Volga et le Don (voir la contribution de S. Trabelsi).

  • 43 Ibn al-Khatîb, Ihâta fî ta’rîq Gharnâta (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 325, § 549).
  • 44 Ibid. (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 326, § 550).

32Le Sahara et le Sahel ne sont nullement en reste dans cet ample phénomène d’intégration commerciale dans lequel les esclaves tiennent une place de choix. Ibn al-Khatîb écrit à propos des frères Maqqarî installés dans trois places essentielles du commerce de l’ouest saharien et maghrébin que « le Tlemcénien expédiait au Saharien les marchandises que celui-ci lui indiquait et le Saharien lui envoyait des peaux, de l’ivoire, de la noix de cola et de la poudre d’or. Quant au Sidjilmasien, telle la languette de la balance, il les informait des cours en baisse ou en hausse, leur écrivait sur la situation des commerçants et les événements du pays de sorte que leurs biens s’accrurent et leur situation s’éleva considérablement43 ». Le fonctionnement en réseaux commerciaux est attesté par de nombreux travaux, nous n’y reviendrons pas. Le plus intéressant est sans nul doute l’ampleur des profits réalisés sur les binômes sahariens (or-esclaves) comme sur le binôme centro-européen (fourrures-esclaves). Selon le sultan Abû Hammû, les marchands sahariens sont les plus profitables à l’économie — et ne l’oublions pas, à la fiscalité sultanienne — en ce qu’ils « emportent une marchandise de vil prix et reviennent avec de la poudre d’or, cet or auquel tout est assujetti44 ».

33L’une des clefs du transfert de l’or vers la Méditerranée est sans doute là, mais l’analyse est transposable sur la marchandise esclave, dont l’offre est au moins aussi importante. Produit du tribut ou de la razzia, la pièce ne coûte rien au détenteur qui la capitalise directement sur le marché. Mais dans une dynamique commerciale, sur quelles bases l’échange se fait-il ?

  • 45 Tribus berbères qui sont peut-être celles que les sources arabes nomment Sanhadja ou Sanaghana.
  • 46 Les villes portuaires de Huelva, Sanlúcar de Barrameda, Palos, Puerto de Santa María, Cádiz, Almer (...)
  • 47 Terme par lequel les Portugais désignent leurs intermédiaires et parfois aussi leurs truchements d (...)
  • 48 B. Rossi, Reconfiguring Slavery. West African Trajectories.

34Lorsque les Portugais parviennent sur les littoraux mauritaniens, ils interfèrent dans des activités pluricentenaires que, loin de perturber, ils mettent à profit et intensifient. C’est avec les Azénègues45 en effet, qu’ils négocient les lots d’esclaves qui sont livrés, dès 1446, dans les ports du littoral portugais et réexportés vers ceux des royaumes de Castille et d’Aragon46. La forme de la transaction est des plus intéressantes. L’interface commerciale, Arguim par exemple, est un îlot, « réserve d’espace en marge de la ville musulmane et de l’hinterland », symbolique de la non-intervention portugaise, voire de l’ignorance volontaire des procédures d’obtention des esclaves. Les alformas47 continuent de se procurer des esclaves venus du cœur du Sahel, étonnamment de zones très éloignées du lieu de traite48. La transaction est soumise à une table de concordances entre marchandises diverses-or-esclaves. Et ce système d’équivalence est indexé sur celui des rançons pratiquées sur les places marocaines. Le même mot de resgate sert à nommer la rançon versée par le captif pour sa restitution à la condition libre et à qualifier l’esclave acquis (escravo de resgate) sur l’îlot d’Arguin… Le marché de traite se référence clairement sur celui de la rançon ; les deux ont encore une fois partie liée (voir les contributions de Y. Rotman et d’A. de Almeida Mendes).

  • 49 Les barres d’or négociées à Arguin, le seraient-elles à travers ces objets ? Le drainage du métal (...)
  • 50 On verra ici encore l’occasion d’interroger le mythe de l’égalité de l’échange dans la période pré (...)

35Mais la demande constante des Portugais en or révèle, selon le même auteur, un déficit crucial en métaux précieux, qui eût pu dégrader le niveau d’échange et conduit néanmoins à des formes de transactions originales et fortement lucratives. La création d’une industrie spéculative de tissage dans les présides portugais au Maroc, l’engagement de l’industrie manufacturière des cuirs et des objets de fer (mors, pièces de mousquets et fusils, quincaillerie) permet de fournir des équivalents non monétaires aux esclaves, qui du même coup seront monétarisés à leur revente en Europe, drainant vers le Portugal une partie du métal précieux qui lui manque49. L’échange, notons-le, se fait toujours entre produits à courbe de vie courte et faible valeur ajoutée (haïks, hambels, cotonnades, cuirs, poudre, mousquets, fusil, quincaillerie, voire chevaux, trop facilement victimes de la mouche tsé-tsé) et produits étalon, à forte pérennité ou rentabilité. De la sorte, le cycle de réintroduction de ces produits dans la traite se fera sur une périodicité courte, permettant une attribution régulière d’esclaves contre un écoulement régulier des stocks manufacturiers portugais, comme il l’était des produits que les commerçants musulmans proposaient également50.

c) Modèles de rentabilisation. Dynamiques financières

  • 51 La richesse de ces contrats en tant que source de l’histoire économique et sociale de l’esclavage (...)

36Produits rentabilisables et capitalisables que les captifs ? La conquête féodale du royaume musulman de Majorque en offre une vue remarquable. Les plus traditionnelles demeurent la négociation avec des répondants qui financeront la rançon et la mise aux fers et au travail en faire-valoir direct ; la plus innovante, et sans nul doute la plus accordée à toutes circonstances et à tous besoins, est bien l’auto-rançon. En effet, le captif, non rançonné par ses parents, coreligionnaires ou ses amis, paiera sa liberté en versant à la semaine ou au mois une partie de ses gains à son acquéreur. La négociation ne met plus en jeu que le maître et l’esclave ; pas de tractations au long cours, impliquant des intermédiaires plus ou moins fiables, pas de risques d’interférence avec la grande politique ou d’incompatibilité des régimes légaux. D’une relation collective entre sociétés ennemies, elle offre une image individualisée (voir la contribution de R. Soto i Company). L’esclave y redevient captif car sa valeur d’usage y devient sa valeur d’échange. Sur la période postérieure, les analyses d’A. Mas montrent clairement la pérennité, voire le progrès de cette solution et son application à des esclaves, notamment orientaux, dont la captivité d’origine ne suppose pas une économie de rançon telle qu’elle se pratique en Méditerranée. Elles croisent celle d’I. Armenteros pour Barcelone, qui nous montre combien la population des semi-libres — statu liberi, sclaus et sclaves a talla — atteste de la prolifération de ces contrats d’auto-rachat qui, nous le verrons, intéressent tant au plan juridique qu’aux plans financier, économique et social51.

37Le contrat d’auto-rachat permet de mettre en regard deux logiques articulées et interdépendantes ; celle qui préside aux influences réciproques des marchés d’achat et de rachat et celle qui préside aux efforts de capitalisation de la valeur d’usage ou de la valeur d’échange de l’esclave. En effet, cette technique permettrait de pallier les aléas du marché de rachat par rapport au marché d’achat. Si un esclave est acquis sur le marché d’achat, dont la courbe de prix est inférieure à celle du marché de rachat, il peut être mis a talla conformément à celle du marché de rachat. C’est là ce qui explique que le prix de la talla représente deux, trois ou quatre fois celui de l’achat. Le marché de la talla, quoique dérivant du marché d’achat, est indexé sur celui du rachat. À un second niveau, les notions d’usage et d’échange qui fixent les valeurs sur les deux marchés se montrent éminemment perméables (Y. Rotman, A. de Almeida Mendes) puisque celui qui s’engage dans l’auto-rançon surexploite sa valeur d’usage afin de se hisser à une valeur d’échange qui lui est infiniment supérieure (A. Mas i Forners, I. Armenteros Martínez). Une telle dynamique de rentabilisation de l’achat d’esclaves peut expliquer en partie l’extraordinaire conjonction entre le dynamisme de l’offre et le niveau de la demande entre le second versant du XIVe et le premier versant du XVe siècle particulièrement dans les royaumes de la Couronne d’Aragon.

38C’est là une question sérieuse. Qu’est-ce qui pourrait expliquer qu’à partir du XIIIe siècle dans le monde musulman (S. Trabelsi, D. Valérian, C. Witzenrath) et du XIVe dans le monde chrétien (A. Stello, R. Soto i Company, I. Armenteros Martínez, A. Mas i Forners), le flux d’esclaves grossit considérablement ? L’essor de l’offre d’esclaves, contemporain des conquêtes territoriales, décelé pour l’Empire romain comme origine de la prolifération d’esclaves dans la société, semble pouvoir être repris, notamment au cours du haut Moyen Âge comme effet de l’installation musulmane au sud de la Méditerranée. Les conséquences en sont évidentes ; le développement ou la reprise d’axes commerciaux entre l’Europe continentale et l’Orient et l’Occident musulmans ; l’émergence ou la reviviscence de bassins d’approvisionnement et d’itinéraires de traite entre la zone sud-saharienne, le Maghreb et l’ensemble de la Méditerranée (voir les contributions de Y. Rotman, R. Soto y Company, A. Stello et S. Trabelsi). Quantifier ses volumes semble une tâche ardue tant sont nombreux les pièges de la faible documentation que nous manipulons. A. Stello montre excellemment que même celle de la massaria génoise soulève plus de problèmes qu’elle n’en résout et que le point de départ des traites et surtout leur itinéraire sont soumis à des variables et des contraintes qui nous échappent encore. Les quantifier à partir du point d’arrivée pourrait être une solution très fonctionnelle et suggestive, ainsi que le montre la contribution d’Iván Armenteros. Quelles que soient nos difficultés actuelles sur ce terrain, il est désormais certain que l’offre massive, orientale et saharienne, la stabilité voire la croissance du marché du travail et de celui du crédit se conjuguent pour faire du captif-esclave un produit de première importance : rentabilisable comme travailleur, capitalisable comme débiteur.

  • 52 Ces expressions sont de W. Kaiser et de J. Dakhlia, dans la position scientifique du thème de l’en (...)

39Le commerce de traite exemplifie les relations économiques qui peuvent se tramer avec l’ennemi, dans une sorte « d’entre-deux » qui est « suspension du conflit52 » devant l’intérêt économique. Celui des captifs assure, non seulement la vérification régulière des relations de domination politique, mais encore l’insertion dans ce « commerce des captifs », qui déborde le cadre strictement méditerranéen pour gagner la zone du détroit et le proche Atlantique et se propager entre le pavage de ses îles et l’Ouest du continent africain. Ces deux formes sont à maints égards l’avers et l’envers d’une même relation à l’autre impliquant la mise en jeu d’une confiance contrainte, relative, restreinte ; dans des opérations qui exigent, l’une qu’elle repose sur la suspension du conflit — « confiance socialisée » dans la terminologie de D. Herschenzon —, l’autre qu’elle repose sur l’expertise de l’intermédiaire en tant que pourvoyeur. Confiance restreinte dans les deux cas : du trop parfaitement se connaître ou du volontairement se méconnaître. Si la légalité des transactions de rançon repose sur la notion d’espaces légaux homologues, la légalité de la traite est fondée sur son inverse : l’inutilité d’espaces légaux homologues.

« POLITIQUES DE L’INIMITIÉ »

  • 53 L’expression est de L. Jaume, dans « Carl Schmitt, la politique de l’inimitié », p. 1.

40Si l’objet de la capture a, d’évidence, trois destins, comme l’écrit heureusement Y. Rotman — l’échange, la rançon ou la vente comme esclave —, nous avons jusqu’ici examiné leurs caractéristiques spatio-temporelles, économiques et fiduciaires. Or, ces trois destins peuvent aussi être observés sous un autre angle, et renvoyer aux politiques extérieures ou intérieures des puissances53. Si l’on admet en effet, que, parmi les principales modalités de mises en esclavage, deux sont mentionnées de façon systématiques dans les textes anciens, médiévaux et modernes (voir la contribution d’A. Stanziani) ; c’est à savoir la dette, qui tient en l’obligation contractée envers un individu, un clan, une institution, et la guerre. On voit sans peine que la première correspondrait aux formes d’asservissement interne aux sociétés tandis que la seconde regarderait un type de relations où les acteurs appartiennent à des groupes différents.

a) Guerre, diplomatie, suprématie

41L’échange, documenté par l’historiographie byzantine, arabe, russe, aragonaise, castillane, portugaise, italienne, ottomane se montre comme une pratique d’une remarquable continuité historique. Elle accompagne comme une ombre l’affrontement entre Chrétienté et Islam, et son importance croît au rythme où l’une et l’autre se constituent en communautés religieuses renforçant l’importance des argumentaires théologico-juridiques. La référence à la Constitution de Médine l’investit comme acte public éminemment politique ; la restitution des captifs s’inscrit dans les événements marquants des relations internationales quand bien même cette pratique régresserait face à la montée en puissance d’une économie de la rançon.

42D. Valérian documente d’ailleurs la transition entre la situation d’échange et celle de rançon dans une correspondance échangée entre le souverain bougiote et le roi d’Aragon. Dans sa missive de réponse, il laisse entendre clairement qu’une compensation monétaire favoriserait le retour des captifs et l’on perçoit combien détenir des captifs et les faire travailler au bien commun du sultanat peut être aussi efficace en termes économiques qu’en tant qu’affichage de sa puissance dans la lutte contre l’infidèle chrétien.

  • 54 Nous pourrions rapporter ces éléments à la réflexion du sulfureux philosophe allemand Carl Schmitt(...)

43Si la rançon est, selon la formule de W. Kaiser, le « lubrifiant » majeur des relations, c’est à n’en pas douter parce qu’elle crée autour des captifs, des interactions, non seulement entre les particuliers, mais encore entre les compagnies commerciales, les ordres religieux et les chancelleries des États. Échange certes, mais monétarisé, la rançon joue double jeu. Tout comme l’échange, elle est acte de piété qui invite à la charité et à la générosité les fidèles de toutes communautés religieuses. En témoigne l’appel à la compassion que traduit la correspondance entre les communautés juives de Jérusalem et Fustat en vue de l’aide aux captifs juifs byzantins (contribution de Y. Rotman). Toutefois, ce qui s’engage en sous-main est une âpre négociation financière dont le but n’est autre que de diminuer le montant du rachat. Les mêmes termes de négociation se lisent dans le feuilleton de la libération de Fray Jerónimo Gracián (contribution de D. Herschenzon). L’existence de captifs crée des zones spéculatives dans lesquelles opèrent des négociateurs de rançon. Espèce singulière de diplomates privés et de financiers, répondants de compagnies commerciales ou en cheville avec les ordres rédempteurs, ils sont les artisans de cette confiance éphémère sur lesquelles repose le commerce des captifs. Mais il y a bien plus que cela. La vocation que se donnent les ordres rédempteurs de même que certains souverains participe tout à la fois des processus de constitution en communautés religieuses et des identités qui dérivent de la différenciation d’avec l’ennemi, l’adversaire ou le rival. Vu de cette hauteur, le commerce des captifs, quoiqu’il le règle, n’a rien à voir avec le commerce des esclaves. Pratiqué par tous indifféremment, il n’est pas investi comme processus de différenciation et d’identification religieuse, politique et sociale. L’origine de l’esclave, loin, hors du biotope méditerranéen, légitime l’accord tacite sur son destin. Le commerce des captifs se construit sur la guerre, la lutte contre un ennemi qui, parce qu’il n’est pas constitué en ennemi absolu, n’éveille pas la tentation de l’abolir, mais invite aux stratégies de conservation de l’inimitié autant qu’à celles de sa dérivation ou sa suspension54. Dans cet espace agonique, les procédures de rachat, les réseaux impliqués, la nature même des tractations (correspondance, mémoires, suppliques, traités, accords privés, etc.) traduisent une conflictualité qui est aussi connectivité. Ces relations qui se jouent dans une hétérogénéité des espaces légaux, suppose des médiateurs (contribution de D. Herschenzon) mais repose malgré tout sur une hétéronomie juridique très relative. Remarquables, les démarches de Malaquí et de Jacob Crudo, qui proposent, l’un ses services au roi d’Espagne en arguant de tarifs imbattables dans les négociations de rachat de captifs ; l’autre, aux trinitaires et mercédaires avec les mêmes arguments. Ces personnages symbolisent, autour de la question des captifs et de leur rachat, les zones d’ombres de la politique extérieure des États chrétiens et musulmans : l’inavouable pourtant indispensable.

44Des identités institutionnelles et politiques se construisent aussi à partir de ce matériau économique et idéologique du rachat des captifs. La légitimité des monarchies catholiques, celle de l’Empire de Moscou — reposant aussi sur la référence à Byzance — leur impose de faire du rachat des captifs un différenciant culturel majeur (contribution de C. Witzenrath). Des identités religieuses ordinales se construisent aussi à partir de ce matériau. Celles des ordres rédempteurs, en leur imposant une différenciation d’autant plus difficile que le secteur est très morcelé : franciscains, trinitaires, mercédaires…, etc., suppose la recherche des meilleurs segments et des meilleurs intermédiaires. La réduction en captivité, bien plus qu’un épiphénomène de la course, est sans nul doute un enjeu majeur, à l’origine et à la fin d’une politique économique et financière, dont le cœur est la circulation d’une partie des métaux précieux et le contrôle de ces flux ; à l’origine et à la fin d’une politique étrangère, mais aussi intérieure : tant la recherche de la suprématie guerrière que de la supériorité religieuse et morale (contribution de C. Witzenrath) ; tant la segmentation légale que le contrôle social et politique.

b) Casuistiques de l’asservissement

45Ainsi que l’on vient de le rappeler, la présence massive de captifs est le signe incontestable de la puissance guerrière. L’enjeu des chevauchées (cabalgatas) et rezzous dès le XIe siècle en péninsule Ibérique n’est pas autre, non plus que celui de la guerre de course et de ce que les historiographies nationales nomment Croisades, Reconquista, ou conquête féodale. Mais cette altérité du dehors dont la capture et la captivité justifient d’un traitement, peut l’être aussi du dedans, ainsi que le traduisent les contributions d’A. Mas i Forners, d’I. Armenteros Martínez mais aussi d’A. Stanziani. Et si la construction des identités politiques transite par la présence des captifs, celle des identités sociales se nourrit non seulement de celle des captifs et des esclaves, mais encore de tous ceux qui sont soumis à un régime de contrainte à leur mouvement ou à leur engagement au travail. En ce sens, les statuts de mezquino, d’exarico, de mudéjar, qui placent les sujets musulmans des royaumes chrétiens issus des diverses phases de récupération territoriale, mais également les statuts de collados, de pagesos de remensa ou de kholopy ne pourraient-ils être analysés comme modulations d’un régime de contrainte commun et délicatement gradué (contribution d’A. Stanziani.) ?

46Le recours à l’exploitation d’individus de condition servile, privés de droits civils, exerce non seulement une pression sur le marché du travail mais représente aussi une forme dans un échantillon varié de formes d’engagement au travail qu’il faudrait penser en continuité plutôt qu’en rupture avec la condition de liberté. Là où en Russie, la typologie complexe du kholopstvo permet de montrer qu’à l’exclusion d’une partie de la population de tout droit civil, il est préféré l’attribution de droits fortement différenciées aux différentes couches de la population avec pour conséquence de la segmenter en groupes légalement distincts (contribution d’A. Stanziani) ; l’examen en continuité des statuts serviles, péri-serviles et libres permettrait peut-être d’accéder aux logiques qui sous-tendent les traitements de l’altérité sociale en Méditerranée. L’esclavage y constituerait sans doute la forme extrême d’un spectre plus large traduisant les diverses nuances de la restriction des droits civils et de la contrainte limitative sur les déplacements et l’engagement au travail.

47À ce point, les contributions d’A. Mas i Forners et d’I. Armenteros Martínez prennent un tout autre sens. L’une comme l’autre approchent ces nuances statutaires et sociales de l’asservissement à la liberté et leurs conséquences sociales en montrant comment leur rôle économique, leur relative indéfinition les exposent à être autant l’instrument des pouvoirs, l’objet de la stigmatisation et la vindicte populaire que la cible de politiques expiatoires.

48Les possibilités heuristiques de la double modalité de mise en esclavage (régime de la dette/intérieur ; régime de la guerre/extérieur) trouvent leurs limites lorsque l’on examine les procédures établies par les Portugais pour acquérir, selon une formule documentaire récurrente, des escravos de resgate. Cette formule signifie que, formellement, la capture a ouvert la possibilité de l’échange ou de la rançon, mais ce sont les Portugais qui payent : le captif a donc été racheté. Il s’y produit l’articulation immédiate du régime de la guerre et du régime de la dette. En reconnaissant la légitimité du statut de captif dans un espace légal non homologue et dans une parfaite hétéronomie juridique, en rançonnant des lots d’individus, les traitants se rendent maître de la dette et donc de l’homme. L’aliénabilité du captif devient certaine, et c’est la dette qui, transmise d’acquéreur en acquéreur, place l’esclave en régime de débiteur permanent. Son maître est toujours son rançonneur et sa dette devient infinie si aucune possibilité d’auto-rachat n’intervient désormais. (Contributions d’A. Stanziani et d’A. de Almeida Mendes).

  • 55 P. Horden et N. Purcell, « The Mediterranean and “the New Thalassology” ».

49Captivité et esclavage se dévoilent pierre de touche ou de scandale. À leur contact émergent de nouvelles représentations d’espace. L’image d’une « plus grande Méditerranée » s’estompe au profit de celle d’une ample respiration historique, où opèrent des phénomènes de « méditerranéisation », variables en étendue et en intensité, qui révèlent des zones de récursivité ou d’involution de son influence, des espaces de rétroversion et des vannes hémorragiques par lesquelles on tente d’échapper à son influence : itinéraires terrestres évitant les littoraux, portail atlantique55 (Contributions de S. Trabelsi, A. Stello et A. de Almeida Mendes).

50Course et traite, captivité et esclavage se jouent en dissonance et harmonie, en mode majeur et mineur. S’il est possible de le penser comme un feuilletage relationnel, il s’en dessinerait au moins deux strates ; l’une, stable, profonde, pérenne, reposant sur la nécessité vitale de mettre en relation constante, les différentes micro-écologies de la Méditerranée ; l’autre, instable, soumise aux contingences politiques. Les courants de traite font apparaître ce réseau de relations extraordinairement stable, fondé sans doute sur un partage tacite des opinions relatives à l’extranéité. Par-dessus, la course et la captivité inscrivent en tous sens et en surface, leurs tracés denses, aléatoires et mutables. Deux tramages de relations économiques, financières et fiduciaires étroitement connectés y deviennent lisibles : les échanges libres et consentis et les échanges forcés qui intensifient et bellicisent la connectivité en s’accordant aux enjeux de l’agressivité des puissances riveraines.

51Ainsi, course et captivité, traites et esclavage traduisent l’avers et l’envers de la politique de l’inimitié. L’ennemi y est mon frère, « la figure de ma propre question », celui-là seul qui peut m’interroger. Peut-être est-ce là ce qui structure cette impression de réversibilité et de spécularité des modèles qui, de part et d’autre de la frontière religieuse, permet les échanges. Dans son versant le plus caractéristique, la captivité de course met superbement en scène cette dialectique de l’inimitié toujours résolue, toujours négociée ; dans cet étrange climat de confiance restreinte, où des acteurs énigmatiques (truchements, renégats, passeurs culturels, intermédiaires financiers) jouent un rôle aux nuances subtiles, activant des réseaux labiles et des identisations éphémères et relatives. Ne serait-elle pas la concession que le pérenne fait au mutable ? La traite et l’esclavage témoignent à l’inverse de l’entente profonde des peuples méditerranéens sur les « rebords » de leur monde, sur l’indifférence, l’ignorance ou le mépris des autres (Contributions de D. Herschenzon et A. de Almeida Mendes).

52La flexibilité des relations nous incite à reconsidérer les usages du modèle juridique, dont nous percevons la plasticité, l’aptitude à se déformer et à activer souplement ses différents versants. Les deux modalités d’entrée en servitude, guerre et dette, ne sont sans doute pas dissociées, mais peuvent au contraire se succéder l’une l’autre, se céder la préséance en relation étroite avec les nécessités politiques, et plus encore économiques. Régime de la guerre et régime de la dette peuvent être pensés sous le rapport des espaces et des temps dans lesquels ils sont mis en jeu (A. Stanziani et A. de Almeida Mendes), ils montrent alors la relativité du clivage entre asservissement exogène et endogène. La voie est ouverte pour une réflexion sur la différence de représentation de l’asservissement, que l’on privilégie une différenciation drastique entre la condition libre et la condition servile ou que l’on pose l’hypothèse d’un nuancier raffiné de l’assujettissement.

53Captivité et esclavage s’avèrent alors de puissants révélateurs des solutions extraordinairement variées que l’humanité forge pour obtenir et maintenir des hiérarchies. Ce sont alors les questions du relatif et de l’absolu du pouvoir et de la domination qui se trouvent au cœur de la réflexion dans toute leur expressivité dans les champs économique, politique et social (voir toutes les contributions). Le retournement de la question a des effets considérables. Raisonner ainsi conduit à examiner l’asservissement comme forme extrême de la domination et de la soumission dans une perspective dynamique, en admettant que les sociétés humaines s’en saisissent diversement et conformément aux nécessités de leurs temps historiques ; qu’elles s’en saisissent comme de dispositifs disponibles et flexibles. En tant que tels, aucune limite à leur enrichissement de nouveaux formants (origine biologique, religieuse, phénotype, forme de contrats…) sinon leur adaptabilité au projet politique, institutionnel ou social. Est-ce un hasard partant si le modèle politique et le modèle social ibérique évolue depuis le XIIIe siècle vers une monarchie « autoritaire » et achève pratiquement sa forme à la fin du XVe siècle, de façon contemporaine à l’émergence de formes extrêmes d’asservissement accentuant le clivage entre liberté et servitude, l’indexant à la naturalisation des certaines notions comme la noblesse, le phénotype ou l’appartenance religieuse ? En déspécifiant l’étude des traites et de la course, de la captivité et de l’esclavage, loin de rendre confuse les représentations, loin d’ôter à ces pratiques leur poids de barbarie, nous espérons avoir commencé à démontrer que leur universalité et leur constante réémergence est la signature de l’humanité.

Notes

1 W. Kaiser, Le commerce des captifs, pp. 1-14.

2 J. Heers, Les négriers en terres d’islam.

3 W. D. Phillips, La esclavitud desde la época romana.

4 W. Kaiser, Le commerce des captifs, p 3.

5 M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », p. 21.

6 Ibid., pp. 16-17.

7 Ibid., p. 23.

8 Ibid., p. 24.

9 J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, pp. 286-287. L’esclavage « méditerranéen », parce qu’il est domestique et « très souvent temporaire » créait « une familiarité constante avec les maîtres, des liens sociaux privilégiés, et même des liens affectifs ». Cette forme de l’asservissement pouvait en certain cas s’avérer un « procédé de christianisation et d’assimilation capable d’amener, de retenir puis de fondre dans les villes méditerranéennes d’Occident des groupes humains fort divers » quoique « presque tous de race blanche ».

10 À la façon que propose D. Brion Davis dans un article intitulé « Looking at Slavery from Broader Perspectives », pp. 452-466.

11 W. Kaiser, Le commerce des captifs, p. 3.

12 Bodley, MS Arab, c. 90, fls 30b-31a, cité par P. Horden et N. Purcell, « The Mediterranean and “the New Thalassology” ».

13 Une synthèse qui doit clairement aux propositions de lecture de la Méditerranée de P. Horden et N. Purcell.

14 W. Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIe siècles) », pp. 689-701.

15 Trahere ou tradere forment un faisceau sémantique digne d’intérêt pour l’historien et le lexème néo-latin de traite dérive de la confusion de leurs participes passés au terme de leurs évolutions phonétiques. Tous deux donnent trata, tratta ou traite. Et les mots de nos langues romanes conservent la surdétermination sémantique de ce double legs du latin puisque l’idée de tirer, traîner, d’étirer en longueur, d’acheminer de façon lente et progressive se combine à celle de transmettre, remettre mais surtout livrer des marchandises autant que des otages. Cette double inscription s’enrichit d’un troisième apport, celui de tractare. Son sens de négocier, conseiller, et surtout gérer renforce les sèmes mercantiles. La langue arabe présente également un champ sémantique très significatif pour la notion de traite. C’est la forme substantivée de djallâb = جَلاب), nom de profession bâti sur un schème régulier et dérivé de la racine trilitère (بج ل), qui est largement répandue dans les pays arabes, désignant : armateur, courtier, commanditaire, commissionnaire, entremetteur, pourvoyeur. Sa forme verbale simple (djalaba = جلب) offre une gamme d’acceptions étendue : « capturer, importer, amener, conduire, recruter, attirer, enrôler, traîner, procurer, pourvoir, drainer ». Sous les premiers Abbasides, les sources arabes font état de la création par le calife al-Mu ‘tasim d’un diwân, un office royal chargé de l’importation de troupes d’esclaves slaves. Les textes citent le nom de plusieurs riches trafiquants arpentant les steppes russes et le monde turco-mongol. Dans la plupart des pays d’Orient, le marché aux esclaves avait été baptisé : souk al-djallâba, marché des importateurs. Le même marché est parfois désigné sous des noms alternatifs, souk al-nikhâsa, ou souk al-birka.

16 O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, p. 26.

17 R. Botte, Esclavages et abolitions en terres d’Islam.

18 Elles sont moins un vide topologique que le lieu d’une « topologie extrêmement fine, appuyée non sur des points ou des objets, mais sur des heccéités, sur des ensembles de relations ». Elle est le champ d’action du « nomade, qui habite ces lieux. [Qui] reste dans ces lieux, et les fait même croître au sens où l’on constate que le nomade fait le désert [ou la steppe] non moins qu’il est fait par lui. Il est vecteur de déterritorialisation. Il ajoute le désert au désert, la steppe à la steppe, par une série d’opérations locales dont l’orientation et la direction ne cessent de varier ». G. Deleuze et F. Guattari, Mille plateaux, p. 474.

19 Ibn Khurdadbeh écrit à propos des Slaves orientaux : « Les marchands rous, qui sont de la tribu des Slaves […] descendent en bateaux le fleuve slave (La Volga) en passant par le golfe jusqu’à la capitale des Khazars (Itil) […] puis ils naviguent vers la mer Djourdjan (partie sud de la Caspienne) et débarquent en tous points de la côte. »

20 Les activités commerciales se développent alors via les capitales bulgares et khazares.

21 Les premières mentions de soldats-pillards sur la Caspienne remontent à l’assaut de l’île d’Abaskun (880). Au siècle suivant, le rythme de ces campagnes s’intensifie. Les droujines (guerriers du prince, des nobles, voire milices privées de marchands) de l’entourage du prince Oleg (897-912) tentent une expédition vers le golfe d’Astrabad et la côte sud du Tabaristân. En 910, ils écument le Gilân (Nord-Ouest de l’Iran) et le Chirvan (Centre-Nord de l’Azerbaïdjan).

22 Les Rous accomplissaient ainsi, en 913, leurs devoirs envers le souverain byzantin : détourner l’attention des Arabes de la Transcaucasie, secourir les chrétiens arméniens et géorgiens et canaliser l’énergie des droujines vers la perspective d’un butin fantastique.

23 L’expression revient à A. Stanziani. En 1030, une expédition contre le chirvanchah, au secours du régent de Arran, les rétribue largement en butin. Mais en 1032, la même campagne se solde par la revanche de l’émir de Derbent. Ces campagnes étaient peut-être liées à la sécurisation d’une route terrestre, abandonnée au XIIe siècle et passant au nord de la Caspienne par Derbent.

24 P. Melgounov, cité par A. Xammad dans id., Togorov-èkonomiceskie sviazi Irani e Rossiej v XVIII-XIX vekax, [Liens économiques et commerciaux de l’Iran avec la Russie aux XVIIIe-XIXe siècles], p. 22.

25 « Rivage » est le sens du mot sâhil en arabe.

26 Al-Muhallabî, cité par Yâqût, dans son Mu’djam al Buldân (voir J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 77) renvoie à la notice 80 à la conquête d’Awgaghost par ‘Ubayd Allâh et la conversion des tribus berbères à l’Islam. Un siècle plus tôt, selon Al-Yakûbî, Kitâb al-Buldân, §§ 16 et 17 (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, pp. 48-49), « le roi de l’oasis prospère d’Awdaghost, n’avait pas de religion et faisait des razzias contre les Mîriyyûn, Zaghâwiyyun et Marawiyyun tribus des Sûdân de son voisinage pour les exporter ».

27 IbnAbd Al-Hakam, Futûh Misr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 46). Voir aussi Ibn al-Athîr, Histoire universelle (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 189, § 314, 317).

28 Le plus célèbre est Al-Masûdî, Akhbar al-zâman ou Histoire Universelle (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, pp. 60-61, § 45), informations sur les Sûdân : « Fait également partie des Sûdân, le royaume de Ghana, dont le roi aussi est important. Ce royaume touche aux mines d’or […] » ; § 46, récit du commerce muet de l’or : « […] Tout l’or exporté est frappé à Sidjilmâsa, qui est une grande ville, avec quatre mosquées et une rue longue d’une demi-journée de marche. Les palmiers y sont nombreux. On y frappe les dinars. »

29 Al-Bakrî, Kitâb Al-Masâlik, § 99 : « Plus de vingt rois des Sûdân lui faisaient allégeance et payaient tribut (djizya) » ; les Lamtuna : § 103, « Ils sont sunnites. Ils font la guerre sainte aux Sûdân. » (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 86) ; les Djinawa : § 189, « De cette région, on exporte les esclaves (rakîk) du Sahara. Les gens de Ghâna en effet, mènent des campagnes dans le pays des Barbara, des Amîma et s’emparent des habitants comme on faisait autrefois du temps où eux-mêmes étaient païens. » (Nous soulignons). Voir également Al-Idrîsî, Kitâb Rudjâr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 130, § 202 et 203) et Ibn Khaldûn, Kitâb al-‘Ibar (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 333, § 563).

30 Voir Al-Bakrî, § 126, sur la conversion du roi du Takrûr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 96) ; Abû Hâmid Al-Gharnâtî, § 281 (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 169) ; Kitâb al-Istibsâr (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 176). Sur la conversion du roi du Mâli, voir Al-‘Umarî, Masâlik al-Absâr fî mamâlik al-Amsâr, « Partie historique » (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 262), § 433 : sur le sultan Sulaymân, « Le roi actuel du Mâli s’appelle Sulaymân, c’est le frère du sultan Mûsâ Mansa. Il tient en son pouvoir les pays des Sûdân que son frère a rassemblés par ses conquêtes et tout ce qu’il a rapporté à l’Islam […] ».

31 Voir Al-Umarî, Masâlik al-Absâr fî mamâlik al-Amsâr, « Partie historique » (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 272) § 450. Sur l’or : « il y a un traité d’amitié entre lui (Mansa Mûsâ) et les habitants du pays de l’or ; (il lève) sur eux un tribut (qatî’a). » Les conditions de ce traité d’amitié sont explicitées par Ibn Battûta, dans sa Rihla (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 313), § 528.

32 À cette nuance, il faut absolument associer les développements lumineux de J. -L. Amselle, sur l’idéologie qui modèle la représentation chronologique de l’histoire de l’Afrique. Voir J. -L. Amselle, Rétrovolutions, pp. 94-95, consacrées à l’analyse d’un article de S. Amin, « Sous-développement et dépendance en Afrique noire », Partisans, pp. 3-34.

33 Ibn Battûta nous renseigne sur une caravane à laquelle il s’incorpore à Tâkadda, le 12 septembre 1353, il mentionne que celle-ci, qui remontait vers le Tuwât, comprenait environ « 600 femmes esclaves ». Voir J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 321, § 542.

34 M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », pp. 21-23.

35 Dans W. Kaiser (dir.), Le commerce des captifs, voir : A. Brogini, « Intermédiaires de rachat laïcs et religieux », pp. 47-63 ; N. Planas, « Acteurs et mécanismes du rachat d’esclaves dans l’archipel Baléare au XVIIe siècle », pp. 65-81 ; J. F. Pardo Molero, « Mercaderes, frailes, corsarios y cautivos : intercambios entre el reino de Valencia y el norte de África en la primera mitad del siglo XVI », pp. 165-192 ; G. Boccadamo, « I “Redentori” napoletani : mercanti, religiosi, rinnegati », pp. 219-230 ; R. d’Amora, « Il Pio Monte della Misericordia di Napoli e l’Opera della Redenzione dei Cattivi nella prima metà del XVII secolo », pp. 231-250. Ces articles montrent tous la collusion entre les pratiques caritatives du rachat et la communication religieuse et politique dont elle est entourée.

36 F. Renault, La traite des Noirs au Proche Orient médiéval, p. 21. La hudna est la ratification d’une situation de paix à caractère transitoire, avec des non-musulmans dont le territoire n’entrait pas dans le Dâr al-Islâm.

37 F. Renault, La traite des Noirs au Proche Orient médiéval, p. 14, texte du baqt selon al-Maqrizi. « Chaque année, vous livrerez à l’imam des musulmans trois cent soixante esclaves choisis parmi les esclaves de votre pays. Ces esclaves mâles et femelles, devront être sans aucune tare ; il ne devra se trouver dans le nombre ni vieillard, ni vieille femme, ni enfant n’ayant pas atteint l’âge de la puberté. Ces esclaves seront remis au wali d’Assouan. »

38 Ibn al-Athîr, Kitâb al-Kâmil fî l-ta’rîq (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 189, § 314). IbnIdharî al-Marrâkushî le relate aussi dans le Bayân al-Mughrib, (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 223, § 379). L’épisode se répète contre les berbères Djudâla, idolâtres eux aussi, p. 224, § 380. Voir aussi Ibn Khaldûn (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 334, § 564).

39 J. Cuocq, Recueil des sources arabes, pp. 264-265.

40 Ibid., p. 284, § 473.

41 M. Canard, « La relation du voyage d’Ibn Fadlan », pp. 1-146.

42 E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste », pp. 166-194.

43 Ibn al-Khatîb, Ihâta fî ta’rîq Gharnâta (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 325, § 549).

44 Ibid. (J. Cuocq, Recueil des sources arabes, p. 326, § 550).

45 Tribus berbères qui sont peut-être celles que les sources arabes nomment Sanhadja ou Sanaghana.

46 Les villes portuaires de Huelva, Sanlúcar de Barrameda, Palos, Puerto de Santa María, Cádiz, Almería, Denia, et Valencia sont les plus couramment citées dans les sources.

47 Terme par lequel les Portugais désignent leurs intermédiaires et parfois aussi leurs truchements dans les relations commerciales sur la côte occidentale et méridionale du Maghreb.

48 B. Rossi, Reconfiguring Slavery. West African Trajectories.

49 Les barres d’or négociées à Arguin, le seraient-elles à travers ces objets ? Le drainage du métal précieux, probablement issu des sites miniers du N’Galam, de la Falémé et peut-être du lac Tchad s’effectuerait-il ainsi, de même que par le paiement des rançons des captifs produits par les constantes razzias pratiquées par les Portugais et les Castillans sur les douars et places urbaines de l’hinterland marocain depuis Rabat jusqu’à Safi ? L’interventionnisme des Castillans, Aragonais, mais aussi des Britanniques révèle peut-être le désir de s’approcher de la source de produits si convoités par l’Europe du Nord (J. A. Martínez Torres). Voir G. Ungerer, The Mediterranean Apprenticeship of British Slavery.

50 On verra ici encore l’occasion d’interroger le mythe de l’égalité de l’échange dans la période pré-mercantiliste posé par certains anthropologues et historiens de l’Afrique subsaharienne, J. L. Amselle, Rétrovolutions, pp. 96-97.

51 La richesse de ces contrats en tant que source de l’histoire économique et sociale de l’esclavage n’a pas échappé aux chercheurs. Renvoyons au travail passionnant de R. Salicrú i Lluch, « L’esclau com a inversió ? », pp. 49-85. À ces mêmes contrats, J. Hernando i Delgado consacre une bonne part du chapitre VIII de son ouvrage Els esclaus islàmics a Barcelona, pp. 203-231. En 1998, j’y consacrai également une analyse dans ma thèse de doctorat inédite, F. P. Guillén, Esclaves et affranchis musulmans en milieu urbain (voir pp. 157-184, 259-276, 351-356, et 449-457).

52 Ces expressions sont de W. Kaiser et de J. Dakhlia, dans la position scientifique du thème de l’entre-deux, deuxième volume de publications du PRI « Transméditerranées » (parution prévue en septembre 2011).

53 L’expression est de L. Jaume, dans « Carl Schmitt, la politique de l’inimitié », p. 1.

54 Nous pourrions rapporter ces éléments à la réflexion du sulfureux philosophe allemand Carl Schmitt, notamment dans le texte Ex captivitate salus, dans lequel il pratique minutieusement la distinction entre l’hostilité et l’inimitié.

55 P. Horden et N. Purcell, « The Mediterranean and “the New Thalassology” ».

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search