Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Annius de Viterbe et le roman des origines en France et en Espagne

Annius of Viterbo and Fictitious Beginnings in France and in Spain

Annio de Viterbo y la novela de los orígenes en Francia y en España

Chantal Grell

Résumé

Les généalogies fabuleuses d’Annius de Viterbe, publiées à Rome en 1498, qui permettaient aux différentes nations européennes de se trouver des ancêtres au lendemain du déluge, ont connu des succès divers en Europe au XVIe siècle et, notamment, en France et en Espagne, ici considérées. Introduites en France par Jean Lemaire de Belges au début du siècle, ces généalogies connurent leur heure de gloire avec l’épanouissement du mythe gaulois, dans les années 1550-1560. En Espagne, en revanche, leur succès fut immédiat. Les vingt-quatre rois d’Annius permettaient non seulement de simplifier une histoire des origines sur laquelle des générations avaient déjà beaucoup brodé mais, en outre, ils constituaient un argument décisif en faveur des Espagnols dans leur lutte pour la primauté contre leurs rivaux français. Tous les historiens firent leur cette liste, sans trop y regarder. La critique historique, en dépit des réserves multiples énoncées ici et là, eut peu de prise sur les « forgeries » d’Annius car il s’agissait d’un faux de « qualité » qui répondait aux interrogations du temps et satisfaisait aussi l’orgueil des différents États à même, désormais, d’affirmer leur noblesse et leur autonomie par rapport à l’histoire romaine et, plus généralement, leur identité face à l’Italie humaniste.

Texte intégral

1Dans le premier chapitre de Pantagruel, Rabelais divertit ses lecteurs avec une interminable liste de 60 noms, parodie du Liber generationis Jesu Christi de l’Évangile de Matthieu mais aussi des généalogies fabuleuses, qui entremêle noms de géants empruntés à la Bible (Nembroth, Goliath), à la mythologie (Atlas, Encélade, Sisyphe), à l’histoire ancienne (Porus vaincu par Alexandre), aux auteurs anciens (Gabbara, mentionné par Pline) et aux romans de chevalerie (Fierabras, Morgan, Ferragus). Pantagruel devait à ces ancêtres ses lettres de noblesse :

  • 1 Citations de Pantagruel, chap. 1 : « De l’origine et antiquité du grand Pantragruel ».

Il ne sera pas inutile ni oiseux de vous remettre en mémoire la première source et origine d’où nous est né le bon Pantagruel : car je vois que tous les bons historiographes ont ainsi organisé leurs chroniques, non seulement les Grecs, Arabes et païens, mais aussi les auteurs de l’Écriture Sainte, comme Monseigneur saint Luc et surtout saint Matthieu1.

2Soixante générations conduisaient au-delà du déluge d’autant qu’à l’instar des patriarches, les géants vivaient vieux (« Gargantua à l’âge de quatre cent quatre-vingt-quarante et quatre ans [sic] engendra son fils Pantagruel... »). Aussi Rabelais, en historien critique, convoquait-il les autorités requises :

Je comprends bien, qu’en lisant [ladite liste], vous émettez en vous-même un doute bien raisonnable. Vous vous demandez comment il est possible qu’il en soit ainsi, vu qu’au temps du Déluge tout le monde périt, excepté Noé et sept personnes avec lui dans l’Arche, au nombre desquelles on ne met pas ledit Hurtali [le 4e nom de la liste]. La demande est bien posée, certes, et plausible. Et parce que je n’étais pas en ce temps-là pour vous en raconter ce qu’il me plairait, je vous alléguerai l’autorité des Massorètes, interprètes des Saintes Écritures hébraïques. Ils disent que certainement ledit Hurtali n’était pas dans l’Arche de Noé ; il n’aurait d’ailleurs pas pu y entrer, car il était trop grand ; mais il était à cheval sur l’Arche...

  • 2 L’expression est de R. Bizzochi, Genealogie incredibili.

3En 1532, peuples et dynasties recherchaient dans la plus haute antiquité prestige et légitimité. La référence des généalogistes et des historiens était sans doute alors moins l’Ancien Testament qui rapportait la durée des vies des patriarches et les écarts entre les générations qu’Annius de Viterbe dont l’œuvre donna un nouvel essor au genre des généalogies « incroyables2 ».

Les rêveries d’Annius

  • 3 E. Fueter, Histoire de l’historiographie moderne, manifeste déjà de l’indulgence : « De toutes les (...)
  • 4 Nommé à ces fonctions par Alexandre VI en 1499 ; il meurt en 1502.
  • 5 Grecs qu’il ne lisait qu’en traduction latine.
  • 6 Au nombre desquelles des traités sur le libre arbitre, sur la légitimité des boutiques d’usuriers, (...)
  • 7 I.ivre V : Quintus Fabius Pictor de Aureo saeculo et de origine urbis Romae ac vocabulorum ejus ; l (...)

4Longtemps condamné par les historiens pour fraude et imposture, Giovanni Nanni (ca. 1432-1502) n’a que récemment fait l’objet d’appréciations plus positives qui soulignent son ingéniosité et son intelligence de l’histoire et des aspirations de ses contemporains3. Né à Viterbe où il enseigna le latin et la théologie avant de gagner Florence et d’achever ses jours à Rome comme maître du Sacré Palais et théologien officiel de la curie romaine4, ce dominicain passait en son temps pour un profond érudit, grand connaisseur des anciens Grecs et Latins5. Son savoir, qu’il mit successivement au service de sa ville natale, des Borgia et des Rois Catholiques, lui assurait le gîte et le couvert. Pour Viterbe, il forgea des textes et des inscriptions, enterrées par ses soins dans les vignobles et opportunément découvertes. Très lié aux Borgia, il leur prêta complaisamment Isis et Osiris pour ancêtres. Ses recherches, enfin, sur les antiquités, dédicacées aux Rois Catholiques, eurent leur impression financée par l’ambassadeur d’Espagne à la curie. Ses œuvres très variées6, rarement imprimées, n’eurent guère de succès, à l’exception des Antiquitatum variarum volumina XVII dont la première édition, assortie de commentaires, parut à Rome en 1498. Le but de l’ouvrage était de dissiper les ténèbres qui enveloppaient l’histoire des peuples européens avant leurs contacts avec les Romains. Aussi chaque livre était-il consacré à un auteur dont Annius prétendait avoir retrouvé les œuvres, ou à un point d’histoire particulier. Au nombre des auteurs ainsi « retrouvés » figurent Fabius Pictor, Caton et Sempronius, Métasthène, Bérose et Manéthon7 bien connus des anciens, cités notamment par Flavius Josèphe ou Eusèbe pour les deux derniers. Tous les artifices étaient habilement déployés pour donner une authenticité à ces textes, jusqu’à l’impression dans la typographie coûteuse des grands caractères des Bibles latines qui donnait à lire ces témoignages comme sacrés et irréfutables. L’autorité de Bérose et de Manéthon était étayée par les arguments déjà développés par Flavius Josèphe qui, dans son Contre Apion (I, 8-10), avait loué les Égyptiens, les Chaldéens et les Phéniciens d’avoir eu, comme les juifs, une caste de prêtres soucieuse de conserver les archives.

5Bérose, prêtre de Belus au iiie siècle avant J.-C., avait écrit en grec, pour Antiochos Ier Sôter, un traité sur l’histoire de Babylone (les Babylionaca) citant d’authentiques textes babyloniens. Fort précieux pour établir les concordances chronologiques, cet ouvrage avait été utilisé par les chronographes juifs et chrétiens, par Pline l’Ancien et Georges le Syncelle au viiie siècle encore. Les savants européens rêvaient de le retrouver. Annius devança leurs désirs. Manéthon apportait à l’édifice une caution égyptienne. Quant à Métasthène, il livrait opportunément, au nom des Perses, d’inestimables informations couvrant les siècles précédant et suivant l’exil de Babylone, sur lesquels la Bible et les païens n’étaient que d’un faible secours.

  • 8 Déluge qui eut lieu, suivant la version des LXX vers 2240 après la création et, selon la tradition (...)
  • 9 Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, Paris, 1750, t. XI, p. (...)

6Les témoignages ainsi constitués sur la base de vastes lectures permettaient aux historiens de réécrire l’histoire depuis le déluge, sans l’entremise des Grecs et des Latins. En d’autres termes, Annius offrait la possibilité de remonter à la source et de suivre le fil ininterrompu de l’histoire universelle depuis la Genèse, une histoire qui s’apparentait à une immense généalogie intégrant princes, pays, peuples et fondations de cités. Bérose était la clef du majestueux édifice qui faisait descendre tous les peuples de Noé-Janus-Ogygès. Une avalanche de noms, empruntés à la Bible, aux anciens ou forgés de toutes pièces, venait combler le vide des origines, entre le déluge et la guerre de Troie8 : Japhet, fils de Noé, avait eu, entre autres enfants, Gomerus, Medus, Magogus, Samothès-Dis etc. Gomer s’installa en Italie, Thuyscon en Germanie, Samothès en Gaule, lubal en Ibérie, qui fonda l’Espagne en l’an 143 du déluge, 637 ans avant la guerre de Troie, 2174 ans avant l’Incarnation. Dans la succession de Iubal-Tubal, on rencontre l’Hercule Libyen, plus prestigieux et plus ancien que son homonyme grec ; et Rome, roi d’Espagne l’an 968 après le déluge, fondateur d’une Rome plus ancienne que celle du Latium, la Valence chère aux Borgia. Aux cinq livres de Bérose succédait le livre des Rois d’Égypte de Manéthon qui donnait une nouvelle liste de noms, sans compter quelques autres faux qui complétaient l’ensemble. Une nouvelle histoire des origines voyait ainsi le jour, fondée sur la Bible et les témoignages des païens, dont le succès fut immédiat. Le père Nicéron recense six éditions en France [Paris 1510,1512 et 1515 ; Lyon, 1552,1560 et 1598] ; trois à Bâle [1530,1599 et 1612] ; deux à Anvers [1545 et 1552] sans compter les réimpressions de Wittenberg, Cologne et Venise. L’ouvrage fut traduit en italien par Sansovino et parut à Venise9 en 1585. Annius fut ainsi à l’origine d’une nouvelle histoire des premiers temps, véritable défi lancé aux historiens européens contraints de rivaliser d’imagination. À l’aube du XVIIe siècle, au moment où les Commentaria cessaient d’être réimprimés, les historiens, assagis, s’en faisaient encore l’écho en France comme en Espagne.

Vers 1600 : les vestiges des généalogies d’Annius

  • 10 Il n’existe pas d’étude sur Scipion Dupleix (1569-1661). Quelques développements dans Ch. Jouhaud, (...)

7En 1619, dans ses Mémoires des Gaules, Scipion Dupleix (1569-1661) – qui devait par la suite servir Richelieu et être honoré du titre officiel d’historiographe – récapitula toutes les données chronologiques pour mettre de l’ordre dans l’histoire des origines françaises10. Dupleix eut soin de s’entourer des précautions oratoires nécessaires pour légitimer le recours à un Bérose et un Manéthon suspects. Dupleix s’y réfère sans grands états d’âme, mais, eu égard à la réputation d’Annius, il se sent obligé de s’expliquer :

  • 11 Scipion Dupleix, Mémoires des Gaules depuis le déluge jusques à rétablissement de la monarchie fran (...)

Je prévois bien que des esprits dégoûtés & dédaigneux, condamneront brusquement la suite de ce discours touchant les rois de nos premiers Gaulois comme fabuleux, & les auteurs qui les rapportent. Mais j’ai de bonnes défenses contre leurs reproches. Premièrement que Bérose ni Manéthon, tels que nous les avons, ne sont point manifestement supposés, d’autant qu’il faudrait proposer & opposer les vrais auteurs pour convaincre de supposition celui qui a mis ceux-ci en lumière. Car c’est un trop faible argument (lequel néanmoins on emploie pour le plus fort) pour justifier cette supposition d’avancer qu’on trouve des fragments des vrais Bérose & Manéthon allégués par des bons & anciens auteurs, qui ne sont pas pourtant dans ceux-ci : vu que ces œuvres qui nous restent (comme l’inscription le porte) ne sont qu’un sommaire des premières plus amples et plus étendues ; & que, par trait de temps, beaucoup de choses y peuvent avoir été altérées, changées & corrompues.
D’ailleurs quand bien ces auteurs-là seraient supposés (comme j’ai dit souvent que je les tiens grandement suspects), ce n’est pas à dire que ce qu’ils rapportent soit pareillement supposé... Joint que puisqu’il y a beaucoup de belles & riches remarques de l’antiquité, & vraisemblables & vraies, il me doit être permis de me servir de ces mémoires à défaut d’autres pour y recueillir la vérité parmi les fables comme les roses parmi les épines, à la charge de coter, noter & censurer ce qui sera fabuleux et de la distinguer de la vérité de l’histoire11.

8Tout commence donc l’an 1656 de la création, après le déluge. Noé-Ogygès fait échouer son arche en Arménie. Il travaille, avec les siens, à la multiplication du genre humain :

  • 12 Ibid., p. 97.

La famille & la postérité de Cham, maudit de son père pour avoir découvert ses hontes, & s’être moqué de lui, peupla cette partie de l’Asie qui regarde le midi, & s’épandit par l’Afrique. Celle de Sem s’avança vers les régions du Levant, comme la Perse, l’Inde, la Chine, & passa ensuite vers l’Amérique. Celle de laphet (à laquelle Noé donna particulièrement sa bénédiction, priant Dieu qu’il la dilatât) ayant occupé les contrées occidentales & septentrionales de l’Asie, s’étendit aussi par toute l’Europe & même en la Gaule. À raison de quoi Josèphe écrit que les anciens Gaulois étaient appelés Gomérites du nom de Gomer... fils aîné de Japhet... & Samothès étant le frère de Gomer ou réputé tel comme son compagnon fidèle, s’arrêta dans la même région des Gaules & fut le premier qui la poliça & y régna... Samothès [selon Bérose] commença à régner en Gaule l’an IV du règne de N inus II ou III, roi des Assyriens... ce qui ferait 283 ans après le Déluge, 1939 après la création du monde, et 2062 ans avant la naissance du Messie12...

9Dupleix s’arrête sur Samothès, premier roi de la liste dont le nom est contesté :

  • 13 Ibid., pp. 98-99.

Mais qui pourra se persuader que ce Samothès ait été fils de japhet, suivant le rapport de ce Bérose, auteur suspect, vu que ni Moïse (auquel il faut entièrement ajouter foi), ni même josèphe qui a curieusement recherché les antiquités des juifs, ne le mettent point au nombre des sept fils de Japhet, qui sont Gomer, Magog, Madai, Javan, Tubal, Mosoch et Tiras13 ?

10Il y a, ajoute-t-il, plusieurs réponses à cette objection : la première est le changement de nom, courant en ces temps de migration ; la seconde des liens familiaux étroits, même s’il ne s’agit pas d’un frère ; la troisième, un dénombrement incomplet de Moïse et, in fine, un argument que l’on pourrait qualifier d’évidence :

  • 14 Ibid. pp. 98-99.

Joint qu’il n’y a point d’apparence que l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Pologne & les autres régions de l’Europe, tant du continent que des îles, trouvent leurs fondateurs et premiers colons entre les fils et neveux de Noé, & que la seule Gaule qui est plus tempérée & plus plantureuse ne puisse nommer le sien près de trois cents ans après le déluge14.

11César s’en porte à ses yeux garant

  • 15 Ibid., pp. 98-99.

écrivant que les Gaulois rapportaient leur origine et extraction première au père Dis, qui est le même que Samothès15.

12On voit comment Dupleix construit son propos : le Bérose (livres 3-5) d’Annius est sa source première. Il lui emprunte une longue liste de noms et la trame chronologique. Mais à chaque page, pour ainsi dire, il le conteste sur un point particulier laissant de ce fait entendre que si le détail est faux, le fond, quant à lui, ne l’est pas. Ce faisant, il applique les principes critiques pour le moins confus qu’il a précédemment énoncés.

13Il tient ainsi pour acquis que Galate, le 10e roi, fut le fils d’Hercule libyen, qui, se rendant en Espagne pour châtier Géryon, fit escale dans les Gaules et séduisit Galatée, fille du roi. En revanche, Dupleix refuse de considérer Galate comme le père de la Galatie :

  • 16 Ibid., p. 112.

Quant à ce que Bérose, son commentateur Annius et quelques autres modernes ajoutent qu’outre la conquête de toutes nos Gaules, ce Galate fils d’Hercule subjugua aussi cette partie de l’Anatolie qui de son nom fut appelée Galatie & depuis Gaule-Grèce : cela est notoirement fabuleux. Car ces Galates ou Gaulois-Grecs de l’Anatolie sont extraits de ceux de deça qui passèrent en Asie environ quinze cents ans après ce Galate16.

14De même, il refuse de voir en Narbon (11e roi) le fondateur de la Narbonnaise :

  • 17 Ibid., p. 113.

Annius de Viterbe rapporte en cet endroit sur son Bérose que de ce roi Narbon a été dénommée la Gaule narbonnaise : ce qui est une pure rêverie et une grossière ignorance de l’histoire17.

  • 18 Dans l’ordre : Samothès, Magus (ou Magog), Sarron, Dryius, Bardus, Longho, Bardus II, Lucus, Celtes (...)
  • 19 La première édition latine fut publiée à Tolède en 1592. L’Histoire générale de l’Espagne en était (...)

15Au total, il ajoute vingt-trois rois de Gaule à la longue suite des rois de France18, dont Louis XIII était le 63e (suivant la numérotation de Mézeray, à partir de Pharamond). Vingt-trois rois qui régnèrent entre 2062 et 1201 avant J.-C., date à laquelle les généalogies troyennes avec Francus ou Francion prennent le relais. Pour Dupleix le projet méritait bien un volume entier. Les Mémoires des Gaules, sont ainsi les prolégomènes à l’Histoire générale de France qu’il publia entre 1621 et 1628. Scipion Dupleix « créature » de Richelieu à qui il dut sa carrière, ne jugeait sans doute pas opportun, sur le plan politique, d’abandonner sans combat la prééminence symbolique aux Habsbourg. On peut, en effet, voir dans les Mémoires des Gaules une réfutation des prétentions rivales, et notamment bien sûr espagnoles, encore exposées – bien atténuées – dans le livre premier de l’Histoire d’Espagne du père Mariana qui parut en 1592 dans sa version latine et fut aussitôt traduite en espagnol (1601)19.

  • 20 Le père Mariana a retenu l’attention de G. Cirot, Mariana historien. On trouvera des éléments biogr (...)

16L’attitude de Mariana (1535-1624)20 paraît moins embarrassée à l’égard de l’histoire des origines et des auteurs publiés par Annius de Viterbe. Le père jésuite a d’ailleurs la prudence de ne consacrer à ce sujet que le premier livre de son histoire car les récits des origines lui inspirent quelque méfiance. Il compare ainsi Annius et ses émules à des géographes qui, décrivant une région inconnue, la peuplent, pour divertir le lecteur, de diverses figures de poissons, de bêtes, d’oiseaux, d’hommes aux habillements extraordinaires et de monstres :

  • 21 Juan de Mariana, Historiae de rebus Hispaniae libri triginta, Pays-Bas, 1733 (4 vol), t. I chap. vi (...)

Ce qu’ils font avec d’autant plus de sûreté qu’ils savent qu’il n’y a personne qui puisse les convaincre de mensonge. Il me semble que la même chose est arrivée à beaucoup d’historiens, tant des nôtres que des étrangers, et que là où manquait la lumière de l’histoire et où l’ignorance de l’antiquité mettait comme un voile devant les yeux qui empêchait de voir les choses plongées dans l’oubli par leur ancienneté, ces écrivains, voulant anoblir et relever la gloire des nations dont ils écrivaient les faits, et pour donner plus de grâce à leur histoire, et encore plus particulièrement pour ne pas laisser le compte des temps interrompu mais au contraire les relever avec la lumière et l’éclat de grandes actions, ont inventé par eux-mêmes beaucoup de contes et de fables. Vous me direz qu’il est permis à tous de relever par toutes sortes de choses les origines et les commencements de leur nation et de les rendre beaucoup plus illustres qu’elles ne sont en mêlant des choses fausses avec les véritables ; et que, si cette liberté se peut permettre à quelque nation ; l’Espagnole en peut user autant qu’une autre par sa noblesse, sa grandeur et son antiquité. J’avoue que cela se peut, mais avec cette condition qu’on n’invente ni n’écrive point pour la mémoire des siècles à venir des fondations de villes mal concertées, des familles de rois dont on n’a jamais entendu parler et des noms mal forgés avec d’autres monstres sans nombre de cette nature pris des contes de vieilles ou des discours du peuple, et qu’on n’enlaidisse point de cette manière avec des mensonges infinis la simple beauté de la vérité, ni qu’on ne présente point aux yeux, au lieu de la lumière, des ténèbres et des faussetés21.

17Et d’ajouter :

  • 22 Ibid.

Ce sont des fautes que nous sommes résolus de ne pas imiter quoique nous pussions en espérer quelque pardon parce que nous suivrions en cela les traces de ceux qui nous ont précédé, et nous prétendons encore beaucoup moins nous servir des opinions et des songes d’un livre qui s’est produit depuis peu sous le nom de Bérose et qui a été cause que beaucoup d’auteurs se sont trompé et ont manqué : livre, dis-je, composé de fables et de mensonges par un homme qui, se défiant de son esprit, voulut donner de l’autorité à ses pensées avec un nom et une marque étrangère ; à l’exemple des marchands qui, pour accréditer leur marchandise, se servent de marques et de cachets étrangers sans savoir assez dissimuler leur tromperie22.

  • 23 Ibid., t. I, chap. vii.
  • 24 Ibid., t. I, chap. ix.

18Sur toute une série de points, Mariana réfute donc les données « sorties de la boutique et de la forge du nouveau Bérose ». Noé, à l’en croire, n’a pas plus fondé Noela en Galicie que Noega dans les Asturies. L’Espagne ne reçut pas son nom d’Ibérie d’Ibère, fils de Noé23 ; Hispalus et Hispasnus, contrairement au témoignage du seul Bérose, ne furent pas deux rois, mais un seul et même24. S’il rejette Bérose et Manéthon, Mariana conserve en revanche Fabius Pictor, « auteur fort ancien et très authentique ». Il accepte ainsi que Romé, fille d’Atlas ait fondé Rome, sans pour autant accréditer l’idée d’une fondation espagnole :

  • 25 Ibid, t. I, chap. x.

Il est aussi incertain, ce que nos historiens assurent, que Rome fut fondée par les Espagnols, quand même nous leur accorderions que les gens d’Atlas la fondèrent dans ce temps par l’ordre de sa fille Romé. Et cela paraît être plutôt une fable et un conte inventé pour faire plaisir aux Espagnols, qu’une chose examinée avec soin par les règles de la vérité et de l’antiquité. Pour moi, je suis résolu de regarder plutôt ce qu’il est juste de mettre par écrit et ce qui est conforme aux lois de l’histoire, que ce qui pourrait plaire à notre nation : puisqu’il n’est pas juste d’orner et d’embellir la narration de cette histoire avec de semblables mensonges hors de temps et de saison, et que l’éclat et la grandeur des choses qui se sont faites en Espagne n’ont pas besoin de semblables ornements25.

  • 26 Divi Isidori Hispalensis Episcopi Opera, Madrid (typog. Regia), 1599. Voir San Isidoro de Sevilla, (...)
  • 27 La liste d’Annius se présente ainsi : Tubal ; Iberus ; Iubalda ; Brygus ; Tagus ; Betus ; Gerion ; (...)
  • 28 Juan de Mariana, Historiae de rebus Hispaniae, t. I, chap. x.
  • 29 Ibid., t. I, chap. xi.
  • 30 R. Bizzocchi pense que la remise en question radicale de cette histoire originelle ne fut rendue po (...)

19Mariana, qui a contribué à l’édition des Œuvres d’Isidore de Séville entreprise par Juan de Grial à la demande de Philippe 1126, critique aussi la clef « topo-étymologique » qui rattache abusivement le nom de chaque village, de chaque rivière, de chaque montagne à celui d’un roi. Il refuse aussi Iberus, Iubalda, Brygus, Tagus, Betus dont nul auteur approuvé n’a jamais parlé. Dans la liste des vingt-quatre rois d’Annius27, il rejette encore Sycorus, Sicanus, Siceleus, Lusus28, Testa, Romus, Palatuus, Cacus et Erythrus et Melicola-Gargoris29. L’Hirtoria general de España s’efforce donc de présenter une version crédible de l’ancienne histoire et dénonce les affirmations contradictoires accumulées au fil des pages, les citations gauchement ajustées, les arguments mal emboîtés, par Annius lui-même, qui entremêle ses hypothèses hasardeuses et d’authentiques citations. Mais Mariana accepte cependant les noms empruntés à Justin, Tubal, Geryon, ainsi qu’Hercule, Hispanus, Hesperus, Atlas et Siculus qui auraient dû figurer parmi les « reyes fabulosos ». Sous sa plume défilent Tubal, Ibère, Idubède, Brigus, Tagus, Betus et Géryon, détrôné par Osiris (Bacchus-Dyonisos) qui met sur le trône les deux fils de Géryon qui, avec l’aide de Typhon, frère jaloux d’Osiris, assassinent ce prince, vengé par son fils Orus (Apollon, Hercule libyen) qui nomme Hispanus (Pan) auquel succède Hesperus, renversé par Atlas, qui se réfugie en Toscane etc. Mariana dénonce donc les impostures, sans aller jusqu’au bout de sa logique, sans doute parce qu’il n’était pas envisageable, à cette date, de contester, dans ses modalités même, l’histoire des origines pour des raisons patriotiques mais peut-être aussi épistémologiques30. Son objectif était d’ailleurs moins d’établir la primauté des dynasties espagnoles que de rappeler l’unité passée de l’Espagne et les liens anciens qui la rattachaient à l’Italie que les possessions aragonaises et les conquêtes de Charles Quint avaient en grande partie soumise à l’ordre espagnol.

La réception d’Annius en France et en Espagne au xvie siècle

20Ces deux ouvrages, publiés à des dates voisines, qui tous deux se font l’écho de critiques formulées à l’encontre d’Annius tout en retenant la chronologie, semblent conclure le chapitre des généalogies incroyables en France comme en Espagne et préluder à la relégation d’Annius. L’accueil réservé aux Commentaria dans les deux royaumes présente toutefois des traits communs et des divergences.

  • 31 Les Décades de Flavio Biondo (Historiarum romanarum Decades tres, Venise, 1483), première histoire (...)
  • 32 Aemilius Paulus (Veronensis), De rebus gestis Francorum, Paris, 1516 ; Michele Riccio, De Regibus F (...)
  • 33 Dès le viie siècle, les principales nations européennes s’étaient appliquées à se trouver des racin (...)
  • 34 Robert Gaguin, Compendium de origine et gestis Francorum, Paris, 1497 ; Nicole Gilles, Les Chroniqu (...)
  • 35 L’index est à ce propos éloquent, qui associe toutes les sources d’Annius (Bérose, Manéthon, les Eq (...)
  • 36 « Si le besoin d’une tradition ancienne et noble n’a pas disparu, ces origines des Francs, païennes (...)
  • 37 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, Paris, 1807 (6 vol.), t I, pp. 64-72, livre une liste de (...)

21En France, Annius ne fut jamais traduit. Ce sont les érudits et les historiens qui en ont fait connaître les « inventiones » au public combinées et recomposées au gré de l’inspiration de chacun. Le premier auteur à s’en emparer fut Jean Lemaire de Belges soucieux de restaurer l’histoire de France corrompue et décadente, d’en corriger les erreurs et de lui donner une nouvelle autorité et pour ce faire de concilier des points de vue contradictoires. Les modernes, de son temps, se montraient très circonspects à l’égard des généalogies troyennes médiévales car l’édition des sources anciennes et leur diffusion, liée aux progrès de l’imprimerie, montraient clairement que les anciens avaient tout ignoré de ces origines et que leurs témoignages, de plus, les contredisaient formellement. Si avant 1480, les critiques de Flavio Biondo ou d’Aeneas Sylvius Piccolomini à l’encontre des généalogies troyennes ne furent guère diffusées en France31, le doute avait déjà commencé à se répandre du fait des lettrés italiens qui séjournaient dans le royaume, comme le Véronais Paul Emile (mort en 1529) ou le Napolitain Michele Riccio, auteurs d’histoires de France32. Les historiens français s’étaient aussi montrés très prudents33 : Robert Gaguin (1433- 1501) soulignait qu’aucun des auteurs anciens n’avait jamais mentionné une telle origine. Nicole Gilles (mort en 1503), secrétaire de Louis XII, se plaignait, pour sa part, de « la multitude et confusion des matières34 ». Annius proposait, lui, d’autres sources, plus anciennes et plus vénérables qui permettaient de remonter bien au-delà de l’épisode troyen contesté35. Ses « découvertes »(inventiones) furent d’autant mieux accueillies que ces origines païennes ne répondaient guère à ce qu’on pouvait attendre des origines nationales36. Première halte dans la longue quête des origines, Troie et les listes forgées sur le modèle des origines de Rome37 qui permettait de combler un vide de quelque dix à onze siècles, devinrent désormais accessoires. Annius fut utile pour introduire, dès les temps bibliques, les Gaulois dans l’histoire, la colonie de Francus n’étant plus qu’un épisode secondaire et, somme toute, de peu de conséquence à l’échelle des temps.

  • 38 Le premier livre parut à Lyon en 1509. La seconde édition (Lyon, Paris, 1512) comptait deux livres  (...)
  • 39 C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 36.

22Lemaire de Belges entreprit ainsi de réécrire l’histoire des origines troyennes et bibliques. Les Illustrations de Gaule et singularités de Troie38 se présentent sous un jour distrayant, où géants, patriarches et femmes fatales égayent la lecture d’un aride catalogue de noms et de dates. Cette compilation hétéroclite qui entremêle « roman d’amour, manuel d’éducation princière, épopée à l’antique et ouvrage historique39 » était destinée à un public mondain. Tout commence, à l’en croire, en Arménie avec Noé, ses fils Sem, Chain et Japhet qui reçoivent chacun un continent à peupler, et leurs descendants : Osiris, fils de Cham, roi d’Égypte, eut pour fils Hercule de Libye qui épousa Galatée, fille du roi de Gaule Celte Japhet, qui reçut l’Europe en partage, eut plusieurs fils dont Samothès, le quatrième, fut roi des Gaulois. La lignée des rois gaulois rencontre ainsi celle des descendants d’Osiris à l’occasion du mariage de Galatée, mais aussi lorsque Jasius Janigène, frère de Dardanus, fondateur de Troie, monte sur les trônes d’Italie et de Gaule. Les deux lignages parallèles des rois de Troie et de Gaule renouent à nouveau lorsque, après la chute de Troie deux princes troyens règnent en Gaule, Bavo, cousin de Priam, en la Belgique et Francus, fils d’Hector, en la Celtique.

  • 40 Suivant Cl.-G. Dubois, « La France fut la principale bénéficiaire des révélations d’Annius » qui do (...)

23Le schéma proposé inversait les données traditionnelles : les Gaulois, affirme-t-il, peuplèrent originellement la Gaule. Les références à la Gaule s’étaient déjà multipliées après la publication du De antiquitate Galliarum (Lyon, 1485) qui relatait l’expansion des Celtes vers l’Asie Mineure, dans un mouvement ouest-est, contraire aux migrations troyennes traditionnelles. Jean Lemaire de Belges trouva dans Bérose la confirmation de cette théorie qui faisait des Gaulois le peuple originel de l’Europe40. Ses Gaulois formaient un peuple instruit, doté de lois justes, de sages et de philosophes, dont la religion, remarquable, annonçait le christianisme et qui apporta la civilisation aux différents peuples européens, Romains et Grecs compris. Les rois gaulois fondèrent des cités célèbres et les dotèrent même d’universités. La guerre de Troie, évoquée à travers les sources antiques – Homère, Dictys de Crète et Darès le Phrygien – et la dispersion des survivants, donna lieu à diverses colonies : Francus-Laodamas vint s’installer en Gaule ; d’autres s’établirent à Sycambrie avant d’émigrer en Germanie, en Bretagne ou en Espagne, sans qu’aucune priorité ou primauté puisse être attribuée à l’un ou l’autre peuple. Le premier peuplement européen fut gaulois et c’est sur un sol européen peuplé de Gaulois que les Troyens rescapés fixèrent leurs colonies.

  • 41 Comme historiographe de la reine, et ami de Guillaume Petit, bibliothécaire et confesseur de Louis (...)

24À l’époque où Jean Lemaire de Belges développait son ouvrage, dans les années 1509-1513, les guerres d’Italie restaient la grande préoccupation du roi Louis XII, au crépuscule de son règne. Bien qu’il fût lié au roi41, l’historien ne partageait pas ces idées belliqueuses et prônait, au contraire, une politique de rapprochement des différentes nations européennes aux racines communes. Pour Lemaire de Belges, l’ennemi commun, c’était la race maudite des descendants de Cham, notamment les Turcs que les Celto-Troyens réunis devaient combattre au nom de la civilisation. Cet appel à l’union et à la croisade ne fut guère entendu par François Ier qui présenta en 1519 sa candidature au trône impérial contre Charles de Habsbourg et fit alliance, contre son adversaire, avec les Turcs. Réédité en 1524 et en 1549, l’ouvrage, sur le plan politique, cessa d’être d’actualité. Le véritable triomphe d’Annius en France fut plus tardif.

  • 42 Voir sur ce sujet J.-F. Dubost, La France italienne.
  • 43 Guillaume Postel, Apologie de la Gaule contre les malevoles ecrivains qui d’icelle ont mal ou négli (...)

25Il eut lieu dans les années 1550-1560, en réaction à l’Italie et se nourrit de l’amertume liée à l’échec des guerres d’Italie qui ont permis à l’Espagne de dominer la Péninsule ; du refus d’un humanisme classique universaliste et de l’hégémonie romaine ; de la méfiance, enfin, à l’encontre de la régente, Catherine de Médicis et des Italiens de sa cour42. C’est dans ce contexte que s’épanouit le mythe gaulois, au service d’un nationalisme agressif qui prend appui sur une apologie des Celtes-Gaulois à l’origine de la civilisation mais aussi du peuplement de l’Europe entière. Guillaume du Bellay (Epitome de l’antiquité des Gaules et de France [1556]), Robert Céneau (Gallica historia in duos dissecta tomos [1557]), Jean Picard de Toutry (De prisca Celtopoedia libri quinque [1556]) et Guillaume Postel43 se firent les interprètes de ce mythe. Suivant des modalités diverses et l’imagination ou l’inspiration de chacun, ces auteurs consacrèrent un volet de leur ouvrage à l’éclat de la civilisation gauloise, à la sagesse, à la philosophie, à la morale, à la science des enfants de Samothès, de Saron et de Druis, supputations et rêveries inspirées par une phrase, voire un simple nom, cité par Annius, porteur d’histoire et, dans sa configuration, préfiguration d’un destin. Le second volet ce sont les conquêtes de ce peuple extraordinaire qui a peuplé l’Europe et une partie de l’Asie, civilisées par ses soins. Il ne s’agit plus seulement, pour ces historiens, de défendre l’honneur de la France en rappelant son ancienneté, mais de souligner la vocation exceptionnelle qui fut la sienne, son destin véritablement à part. Chez Picard ou Postel, l’affirmation de « la primauté de la gent gallique » est une réponse aux velléités des autres peuples qui, ingrats, refusent l’évidence. Postel soupçonne les historiens qui refusent de remonter au-delà de Pharamond d’omission volontaire, de partialité et même d’impiété, tel le Véronnais Paul-Emile, historien à gages, qui garde sur ce sujet un « très malicieux silence ». Pour Postel, l’hégémonie de la France relève de la décision de Dieu que prouvent son ancienneté et son droit d’aînesse par Noé, Japhet et Gomer qui élut la Gaule.

  • 44 Cl.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au xvie siècle.
  • 45 Jacques de Cassan fait de même : Les Dynasties ou Traité des anciens rois des Gaulois et des Franço (...)

26Cette « effervescence mystique44 » est associée aux années glorieuses. Les années tragiques, des guerres de Religion (1560-1590) sont marquées, en revanche, par un ralentissement des recherches sur la Gaule et un recentrage, lié à la crise de la monarchie, sur les institutions originelles (Fr. Hotman, Pasquier, Fauchet). Parallèlement, la vulgarisation familiarise le public avec les rois de Bérose dont se font l’écho Etienne Forcadel (De Gallorum imperio et philosophia [1579]), Nicolas Vignier (Sommaires de l’histoire de France extraits de la Bibliothèque historiale [1579]) tandis que Pasquier (Recherches de la France [1560-1614]), Bodin (Methodus ad facilem cognitionem [1566]) ou La Popelinière (L’Histoire des Histoires, avec l’idée de l’Histoire accomplie [1599]) se montrent sceptiques. Bodin s’en prend aux maniaques des généalogies (chap. ix) et suppose, quant à lui que les descendants de Noé énumérés par Moïse ont logiquement d’abord peuplé les terres les plus riches. La Popelinière, pour sa part, ignore Bérose et s’en tient aux témoignages des anciens. En 1619, les Mémoires des Gaules évoquent, une fois encore, les figures des rois civilisateurs45 mais ne leur consacre que le livre II, alors que la Gaule romaine occupe les livres III à VIII. Quant à l’histoire de France, elle doit faire l’objet d’une publication séparée, annoncée in fine :

MAIVS OPVS, MAIOR RERUM MIHI NASCITVR ORDO, Vn plus ample sujet & féconde matière. En suite se présente à une histoire entière.

  • 46 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, t. IX, 2, § 29. L’édition princeps des Étymologies parut à Aug (...)
  • 47 L’Historia Gotbica ou le De rebus Hispaniae, du premier comporte, pour les origines, des préliminai (...)
  • 48 La Chronique de Rasis, entre la venue d’Hercule et celle d’Hamilcar, ajoutait avec Latin, fils d’He (...)
  • 49 V. García de la Concha (éd.), Nebrija y la introducción del Renacimiento en España –, R. B. Tate, « (...)

27La greffe des généalogies d’Annius s’effectua, en Espagne, sur une tradition historique bien établie. Les Espagnols, en effet, avaient de bonne heure contesté la primauté aux Grecs ou aux Romains en matière d’antiquité. Isidore de Séville dans ses Étymologies avait attribué le peuplement de l’Espagne à Tubal ou Iubal46. Les chroniques générales, de Rodrigo Ximenez de Rada, archevêque de Tolède, ou de Juan Gil de Zamora, précepteur de Sanche IV reproduisaient, au xiiie siècle47, un canevas déjà riche en exploits héroïques et en broderies étymologiques. Les hauts faits de Tubal, d’Hespérus, d’Ibérus d’Hercule et de Géryon, pour ne citer qu’eux, dont les étymologies apportaient la preuve en rendant compte des fondations des villes et des migrations des colonies, suivant de vénérables recettes empruntées aux anciens, illustraient les temps originels. La liste des rois primitifs s’enrichit au cours du temps48. Dans les chroniques générales, notamment castillanes, cette idée de l’unité primordiale l’emportait sur le morcellement, et le mythe de l’Espagne unifiée accompagna la Reconquista. Des listes de rois furent élaborées, des origines aux Wisigoths, qui nourrirent des récits plus proches des romans de chevalerie que de l’histoire. Au xve siècle, cette évocation des origines illustre la volonté d’unir les différents royaumes autour du souvenir de l’Hispania antique et traduit la volonté d’affirmer la spécificité d’une histoire espagnole, antérieure à l’occupation romaine et autonome de l’histoire de Rome. Cette réécriture de l’histoire accompagna la montée en puissance de l’Espagne sur la scène européenne49. Lorsque, au contact de l’humanisme italien, les Espagnols l’entreprirent, ils reprirent systématiquement les auteurs anciens – pour certains traduits de bonne heure en castillan – Paul Orose, Sulpice Sévère, Isidore, mais aussi César, Salluste, Tite-Live, Lucain, Valère Maxime, Plutarque et Justin – et mirent ainsi de l’ordre dans le foisonnement des listes. L’idée d’écrire une histoire générale d’Espagne selon le modèle humaniste, qui se faisait plus pressante avec la conquête de Naples par Alphonse V d’Aragon (1443), le mariage des Rois Catholiques et la volonté de l’Espagne de s’affirmer dans le concert des nations européennes, a conduit à reprendre l’étude attentive des sources antiques et des antiquités.

  • 50 Diego de Valera, Coronica abreviada, Séville, A. del Puerto, 1482, chap. iv ; ces calculs sont au d (...)

28Juan Margarit, évêque de Gérone (ca. 1421-1484) s’attela à cette entreprise. Il avait fait une brillante carrière à la cour de Rome, comme ambassadeur de Jean d’Aragon auprès de Pie II (1459), puis légat du pape à la cour d’Aragon et évêque de Gérone (1461), avant d’achever sa carrière comme ambassadeur des Rois Catholiques auprès de Sixte IV. Il mourut cardinal à Rome en 1484. Son Paralipomenon Hispaniae Libri X, écrit après 1481 et dédié aux Rois Catholiques, était ainsi précédé d’une longue introduction sur les sources de l’histoire espagnole (De historiographis Hispaniae) relatives aux antiquités délaissées. Xénophon, Polybe, Trogue Pompée, Diodore, Denys d’Halicarnasse, Tite-Live, Strabon, Pline, Ptolémée, convoqués dans l’introduction, dûment consultés dans les manuscrits du Vatican et les premières éditions imprimées, ne permettaient pas toutefois de remonter aussi haut dans le temps que l’amour-propre espagnol eût pu le souhaiter. Juan de Girone, en outre, déplorait les nombreuses lacunes : le souvenir, notamment, des rois qui s’étaient succédé entre Géryon et Habis était totalement effacé. L’ouvrage, inachevé (il s’interrompt à Auguste) ne fut édité qu’en 1545 et n’eut donc pas d’influence immédiate. Avant Annius, les Espagnols étaient déjà convaincus de leur très haute antiquité, sans commune mesure avec les prétentions des Français. Pour son contemporain Diego Valera (ca. 1412-ap. 1486), la monarchie espagnole qui remontait à Hercule et Géryon était, sans conteste, la plus ancienne du monde chrétien, la monarchie française ne remontant qu’au règne du païen Pharamond. N’expliquait-il pas à Isabelle de Castille qu’il n’y avait en France de rois que depuis mille trente-deux ans et en Espagne depuis deux mille six cent quarante-huit ans50 ?

29Loin d’enrichir le canevas de l’histoire des origines, Annius permit en Espagne de le simplifier. L’un des livres de ses Antiquitates, imprimé à part et dédié aux Rois Catholiques, portait exclusivement sur les origines espagnoles, le De primis temporibus & quatuor ac vinginti regibus Hispaniae & ejus antiquitate. Dans cette série de 24 rois, des noms étaient empruntés à Josèphe (Tubal), à Justin (Gargoris, Habis), à Justin et Pline (Teucer, Cacus, Géryon, Hispan, Lusus). Pyrrhus et Tartus se trouvaient dans la Chronique générale ; d’autres, inventés par les soins d’Annius faisaient l’objet de développements tout aussi circonstanciés. Ce qui séduisit dans le propos d’Annius, ce fut, eu égard aux traditions, la sûreté de son érudition. Aux humanistes espagnols qui traquaient dans les histoires antiques la moindre allusion, le moindre nom relatif à l’Espagne, Annius apportait des noms authentiques, des faits avérés ou jugés tels, des critiques à l’égard des fables et de l’excessive crédulité des anciens. Il apportait aussi des arguments précieux à tous ceux qui voulaient réécrire l’histoire fantaisiste des origines. Ainsi que le soulignait Georges Cirot :

  • 51 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II, p. 69 qui ajoute : « C’ (...)

Il y a dans Annius beaucoup plus de vrai qu’on ne l’a cru bien souvent. Ce qu’il invente, ce sont moins encore les noms que les combinaisons et les identifications de noms51.

30Les lectures d’Annius étaient nombreuses, dont son imagination féconde sut tirer parti.

  • 52 Né en 1445, Marineo fit des études à Païenne et Catane suivies d’un séjour à Rome. Il enseigna à Pa (...)
  • 53 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II ; et V. García de la Con (...)
  • 54 Marineo recherche des ancêtres patriciens à l’aristocratie castillane et aragonnaise. Nebrija qui i (...)
  • 55 On suppose, du moins, qu’il fut bien ce moine de l’ordre de Saint-François de Paule qui, en 1525, s (...)
  • 56 Un mystérieux roi dont parle Hérodote, I, 163, ici dédoublé.

31Son adoption, en Espagne, ne fut pas immédiate. L’Italien Michel Riccio, qui publie son De regibus Hispaniae libri III en 1503, ignore encore les révélations d’Annius mais, en 1530, le Sicilien Lucio Marineo (ca. 1445-1533) intègre la liste des nouveaux rois à son De rebus Hispaniae memorabilibus52. Entre temps, son maître, l’humaniste Nebrija (ou Lebrija – Antonius Nebrissensis [1444-1522]), ancien pensionnaire du collège espagnol de Bologne, professeur à Salamanque où il enseignait la bonne latinité et entretenait le culte des classiques et la curiosité pour les antiquités, découvrait les Antiquitates : dans l’Exhortatio ad lectorem de ses Rerum a Ferdinando et Elisabe Gestarum decades duae, publiées par les soins de son fils en 1545 seulement, il cite Bérose comme source autorisée au sujet de Noé et de Iubalda, fils d’Iberus, mais il n’utilise pas à proprement parler Annius53. Pour Marineo et Nebrija, Annius était utile mais non pas fondamental54. C’est Rihuerga55 qui en tira véritablement parti, faisant sien le schéma général d’Annius, enrichi par les traditions espagnoles issues de la Chronique générale. À l’occasion, il s’écartait d’Annius, reportant en Espagne des épisodes que celui-ci avait placés en Italie. Sur chaque nom, il brodait, bâtissait une histoire, imaginait un personnage. La liste des rois d’Annius lui paraissant sans doute trop sèche, il veilla à l’enrichir : Nesteo, Argantonio56,Argantonio II, Ega, Médon et ses six fils portèrent le nombre des rois primitifs à 36, record inégalé.

  • 57 Nommé sur la sollicitation des Cortes de Castille, l’empereur ne s’intéressant pas personnellement (...)
  • 58 Los quatro libros primeros de la Cronica General de España que recopila el maestro Florian do Campo (...)
  • 59 II remarque à propos d’Annius qu’« il ne serait pas fâché de trouver un auteur qui fût plus univers (...)
  • 60 Sur certains points, Ocampo va plus loin qu’Annius et est conduit à citer, à son tour, des auteurs (...)

32Vint Florian de Ocampo (1499-1558 ?), disciple de Nebrija, nommé Cronista de Charles Quint en 153957. C’est en 1543 qu’il publia les quatre premiers livres de sa Cronica general de Espana58. Le cinquième parut en 1553. Dans son prologue, 80 avaient été prévus : 20 du déluge à l’ère chrétienne, 20 jusqu’aux invasions arabes et 40 jusqu’à Charles Quint. Il n’en écrivit que 5 alors qu’il travaillait à son grand œuvre, à l’en croire, depuis 1527. L’ouvrage est, de fait, interrompu à la mort de Cornelius Scipion. La suite ne fut jamais écrite. Le but que s’était défini Ocampo était de faire entrer dans l’histoire espagnole tout ce qui pouvait y entrer de l’histoire ancienne, sans oublier une miette de gloire, et de montrer, en outre, que la monarchie espagnole était bien la plus ancienne d’Europe, nul ne pouvant prétendre à plus de majesté. En d’autres termes, il entendait restituer le fil continu de l’histoire de la monarchie espagnole de Tubal à Charles Quint et consacra le premier livre entier aux rois mythiques. Pour enchérir sur ses prédécesseurs, il ne retrancha rien, mais ajouta au besoin. Au fait des critiques à l’encontre d’Annius59, il formule, à plusieurs reprises, des réserves sur des points tout à fait secondaires. Il se demande, par exemple, si Géryon était bien un étranger et s’il a réellement régné après Beto. Il doute que Gergoris et Habis aient vécu dans les temps où les place Annius et n’admet pas que Brigo ait, le premier, fait figurer sur ses armes le castel d’or de Castille. Il n’accorde pas non plus une confiance absolue à la chronologie d’Annius. Formule-t-il ces critiques pour mieux faire oublier sa dette ? Ou pour se rassurer de n’être pas tombé dans l’erreur ? Ou pour abuser le lecteur avec ses nouvelles forgeries60 ? Il est difficile de trancher, Ocampo n’ayant pas entrepris de procéder à un examen critique impartial et désintéressé, mais seulement de réunir toutes les pièces utiles à son projet, y compris les plus puériles, en les superposant les unes aux autres, liant le tout par mille particularités de son invention, tout en protestant de son amour pour la vérité qu’il veut « nue et simple, sans ornement ni tromperie, afin qu’elle ressorte mieux » comme il l’affirme dans son prologue. Retors, il expose la difficulté de son enquête et l’angoisse dans laquelle le plongent parfois l’incertitude et les divergences entre les auteurs. Face à l’incertitude des temps les plus reculés

  • 61 F. de Ocampo, Los quatro libros primeros de la cronica general de Espana que recopila il maestro Fl (...)

les historiens sont – écrit-il – comme des hommes qui marchent dans les ténèbres, à tâtons, cherchant une porte ou un objet quelconque. Les uns, tout en ne trouvant pas précisément ce qu’ils veulent, se dirigent du bon côté d’après les indices que leur fournissent les endroits qu’ils touchent ; d’autres, virant en tous sens, se trompent sans cesse de direction ; d’autres enfin vont juste du côté opposé à celui qu’il faudrait61.

33Quoi qu’il en fût de la rouerie d’Ocampo :

  • 62 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II, p. 145.

L’ensemble – souligne G. Cirot – ne laisse pas d’être imposant Deux mille années d’histoire (dont les cent dernières tout au plus étaient proprement historiques) racontées sans lacunes, n’est-ce pas l’effort le plus extraordinaire qu’un historien ait jamais tenté ? Et cette virtuosité s’exerce aussi bien à chaque détail62.

34Les historiens espagnols du Siècle d’or restèrent tributaires d’Annius, sinon d’Ocampo. Tous avant Mariana – hormis Zurita que les origines n’intéressaient pas – ont conservé les 24 rois d’Annius qui régnèrent entre 2163 et 1071 avant J.-C. Peut-être leur était-il difficile, à l’âge de la prépondérance espagnole, de refuser à l’Espagne la plus haute antiquité sans paraître céder aux prétentions rivales. Alors que l’Espagne poursuivait la conquête de l’Amérique, il était en outre séduisant d’évoquer le précédent de la conquête espagnole de l’Europe : une tradition qui remontait, en quelque sorte, à la nuit des temps.

Origines et conscience identitaire

  • 63 Sabellicus, Crinitus et Rafael Volaterranus, et l’antiquaire florentin Vicento Borghini notamment
  • 64 A. Grafton, Faussaires et critiques, chap. iv.
  • 65 On trouve, dans la Censura in quemdam auctorem qui sub falsa inscriptione Berosi Chaldaei circumfer (...)

35À l’aube du XVIIe siècle, le procès d’Annius de Viterbe n’est toujours pas conclu. Ses Antiquitates ont provoqué de très nombreuses critiques dans les milieux érudits. Les Italiens, qui voyaient leur prééminence mise en cause par les différentes nations européennes, n’avaient guère ajouté foi aux forgeries d’Annius63. En Europe, les réactions critiques furent diverses. Anthony Grafton en a décrit l’éventail64 : attitude rigide du théologien Melchior Cano qui rejette l’ensemble (Loci theologici, II, 6) ; catalogue des méprises dressé par le géographe portugais Gaspar Barreiros (Censura [1557])65 ; tentatives plus originales et audacieuses de Johann Funck, disciple de Melanchton à Wittenberg, qui refuse Métasthène sur la base de calculs chronologiques astronomiques, mais accepte le Bérose (Commentariorum in praecedentem chronologiam [1601]) ; ou de l’habile Jean Goropius Becanus qui, reprenant tous les fragments d’Annius, analysa les procédés de la contrefaçon pour faire, hélas, prévaloir ses propres thèses sur les Flamands, à ses yeux seul peuple originel (Origines Antwerpianae [1569]). Jean Bodin, quant à lui formulait de prudentes réserves sur Bérose et Manéthon tout en faisant l’éloge de Métasthène (Methodus [1566]) ; François Baudouin se plaignait de voir tous ses contemporains pris au piège du fatras de Bérose (De institutione historiae universae [1561]) et La Popelinière, évoquant l’obscurité des premiers temps remarquait :

  • 66 L’Histoire des Histoires, liv. viii ; éd. Ph. Desan, t. I, p. 345. John Bale est l’auteur d’une His (...)

Si les longs écrits de Baleus Anglois m’estoient aussi recommandez pour la vérité que pour le travail qu’il y a prins : je ne craindrois de mettre ici les rois et grands personnages qu’il dit s’estre devant les Romains, fait remarquer en diverses vacations parmi les vieux Gaulois. Entre autres de Magus, Barde, Hercule et mêmement de Samothès géant, surnommé Dis, issu de Japhet, qui laissa outre les livres des cérémonies, les secrets des choses naturelles, les discours des astres, de l’agriculture, des mœurs et vertus, tant civiles qu’économiques, mort l’an du monde 1956 et devant Christ 2007, après avoir régné sur les Celtes cent cinquante six ans. Mais comme il est impossible que Mensonge ne se loge en longues traînées de paroles : aussi aimerais-je mieux en dire moins et en estre mieux cru : que démenti, ne seulement soupçonné de mensonge pour tant de choses nouvelles, qui n’ont aucun fondement assuré66.

36Les rangs des défenseurs d’Annius étaient en revanche clairsemés. Au nombre des crédules, John Caius de Cambridge et, en France, l’illuminé Guillaume Postel qui plaide obstinément sa cause et consacre un ouvrage entier à cette défense, l’Apologie de la Gaule contre les malevoles écrivains (1552).

  • 67 G. Postel, Le thrésor des prophéties de l’univers, p. 67.

Combien que Bérose Calde ne soit entier et que par les athéistes ou ennemis de Moyse soit peu estimé – écrivait-il – néanmoins par estre desjà approuvé par innumerables hommes et auteurs très doctes en toutes sortes de doctrines et langues, je luy porte foy que doibt avoir quelconque fidèle autheur67.

37Postel, il est vrai, estimait que la civilisation gréco-romaine avait censuré et perverti une révélation antérieure, proche-orientale, dont les Gaulois avaient été les vertueux dépositaires.

  • 68 C’est pourquoi W. Goez a insisté sur le caractère stimulant des théories d’Annius, « Die Anfänge ».
  • 69 Attitude à laquelle A.G rafton rend hommage : « Dans son dernier grand ouvrage d’histoire universel (...)

38Annius, on le voit, en faisant siennes les règles de critique des juristes les plus exigeants de son temps pour élaborer ses forgeries, présentées dans une confuse accumulation, laissait dans la perplexité des lecteurs qui éprouvaient les plus grandes difficultés à s’extraire de sa logique68. Joseph Juste Scaliger, l’un des plus grands savants et chronologistes du temps, dut revenir sur son sentiment premier. Si, en 1583, dans le De Emendatione Temporum, il dénonçait les deliramenta du dominicain et se plaignait de voir encore tout le monde suivre la chronologie d’Annius et citer à l’envi Bérose et Manéthon, quelque vingt années plus tard, en revanche, dans le Thesaurus temporum (1606), il s’appliqua à faire un tri soigneux de toutes les citations et à réhabiliter ces deux auteurs69. Quant aux historiens, qui s’y référaient pour leurs chapitres sur les origines, ils ne cherchaient pas même à élaborer un discours critique : suivant le sentiment commun, ils faisaient montre d’une prudente méfiance tout en se gardant bien d’ignorer un si riche gisement.

  • 70 Id., Faussaires et critiques, p. 114.
  • 71 Jean Nauclerus, Memorabilium omnis aetatis et omnium gentium chronici commentarii, Tubingen, 1516.
  • 72 Aventinus, Bayerische Chronik, 1526-1533.
  • 73 W. K. Ferguson, La Renaissance dans la pensée historique, chap. ii. Surtout, J. Ridé, Limage du Ger (...)
  • 74 Voir P. Fernández Albaladejo, « “Materia de España”y “edificio” de historiografia », par le de la « (...)
  • 75 Ch. Klapish-Zuber parle de la « fureur généalogique » de Maximilien, L’ombre des ancêtres. Sur ces (...)

39L’une des causes de la popularité d’Annius et de l’ambiguïté des savants à son égard, réside dans sa volonté non pas de compléter les historiens grecs et latins, mais de les « remplacer70 » en leur opposant les annales sacrées des anciennes monarchies, ces listes tenues par les prêtres de Babylone et d’Égypte dont Flavius Josèphe avait rappelé l’antiquité vénérable. Ces anciennes chroniques, orgueil de civilisations millénaires, avaient, de bonne heure, joué un rôle dans la résistance à l’hellénisation et à Rome. En réhabilitant Bérose, Manéthon et Métasthène, Annius contribuait à jeter le discrédit sur les anciens historiens grecs et latins et, plus généralement, sur les sources de l’humanisme classique de la Renaissance italienne. L’hostilité aux classiques et aux humanistes italiens qui les avaient pris pour modèle explique l’attention portée en Europe à Annius par des érudits qu’exaspérait l’arrogante prétention des Italiens à la supériorité intellectuelle. Les généalogies d’Annius permirent aux différentes nations de participer à la compétition pour la primauté, de s’affirmer face à Rome et de substituer aux listes de princes une histoire des peuples, avantages qui expliquent que les critiques formulées à l’encontre d’Annius n’aient pas compromis les succès de son Bérose, de son Manéthon ou de son Métasthène. L’écho des généalogies fantaisistes s’inscrit ainsi dans un contexte anti-italien, les historiens « patriotes » s’emparant de leurs fondateurs pour se livrer à l’éloge des traditions et des cultures nationales. Annius, dans un premier temps, offrit donc aux nations européennes des arguments pour opposer à Rome, leur autonomie mais aussi leur noblesse. Dans une civilisation marquée par l’obsession nobiliaire, la règle de l’ancienneté (en tenant compte du droit d’aînesse et de la primogéniture) légitimait l’ordre hiérarchique entre les nations. D’où, la nécessité d’une enquête généalogique, qui appliquait aux nations, représentées par leurs fondateurs, des critères de naissance. Retrouver la première tribu et son maître tranchait la question de la prééminence. Les premières tentatives mirent donc en concurrence les différents États européens avec les Italiens et leurs prétentions universalistes, puis les Européens entre eux. Les Allemands avaient un avantage, grâce à la découverte de la Germanie de Tacite. Aux Germains, descendants de Tuitschen fils de Noé, Urvolk destiné à se répandre dans l’Europe entière (y compris l’Italie) revenait de droit la domination universelle (imperium mundi) comme l’affirmaient des chroniques de Jean Nauclerus71 ou celle encore de Jean Turmair (Aventinus), historien du duc de Bavière72. Les Allemands furent ainsi les premiers à revendiquer le rôle historique de « nation-mère73 » suscitant des réactions en France où on leur opposa les Gaulois avec une particulière vigueur au milieu du siècle. En Espagne, les années 1540 furent marquées aussi par une activité historique fébrile74 où l’étude des antiquités nationales s’inscrit dans un contexte de rivalités européennes, mais aussi intérieures, de luttes contre le monopole castillan. Il y a une histoire propre à l’Espagne, celle des Prisci Hispani qui annonce son destin impérial ; Charles Quint, petit-fils de Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519), pouvait de plus se prévaloir des plus prestigieuses généalogies qu’un prince européen puisse alors produire75. L’héritage des Germains pouvait, en outre, être aussi recueilli grâce aux Wisigoths, qui constituent le pendant des Francs. Au moment où culminent les rivalités qui opposent la France et l’Espagne, avant la signature de la paix du Cateau-Cambrésis (1559), l’affrontement qui met en cause l’Italie, perdue pour la France, et l’Empire (alliance française avec les princes protestants allemands) ne se traduit pas seulement par des guerres, mais aussi par des guerres généalogiques qui, avec le recul du temps, peuvent paraître dérisoires et qui témoignent non plus de la nostalgie de l’union primitive dont les écrits de Guillaume Postel se faisaient encore l’écho, mais d’un affrontement des nations où la raison du plus fort prétend tirer aussi sa légitimité d’une identité mythique.

40Comment les critiques d’Annius, dans ce contexte, auraient-elles pu avoir de prise sur l’écriture historique ? Rejeter les rois de Bérose sans autre forme de procès pouvait passer pour une attitude peu patriotique, suspecte même à l’égard des saintes Écritures qui proposaient les modèles de toutes les généalogies. Les contemporains croyaient-ils pour autant à ces généalogies fabuleuses ? La prudente réserve de Dupleix et de Mariana montre qu’il est délicat de répondre à cette question.

  • 76 Que de peine à fonder la nation française.

Tantae molis erat francorum condere gentem76.

41La conclusion de Scipion Dupleix vaut pour chaque nation d’Europe.

Bibliographie

Bataillon, Marcel, « Sur Florian d’Ocampo », Bulletin hispanique, 25,1923, pp. 33-58-

Beaune, Colette, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Bizzocchi, Roberto, Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, Il Mulino, 1995.

Bouwsma, William James, Concordia mundi. The Career and thought of Guillaume Postel (1510-1581), Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1957.

Caro Baroja, Julio, Las falsificaciones de la historia, Barcelone, Seix-Barral, 1992.

Cepeda Adán, José « La historiografia », dans El siglo del Quijote (1580-1680), t. Xxvi(i) de José Maria Jover Zamora (dir.), Historia de España Menéndez Pidal, Madrid, Espasa Calpe, 1986, pp. 525-643.

Cirot, Georges, Études sur l’historiographie espagnole. Les histoires générales d’Espagne entre Alphonse X et Philippe II (1284-1556), Bordeaux, Féret & Fils, 1905 (cité G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alphonse X et Philippe II).

– Études sur l’historiographie espagnole. Mariana historien, Bordeaux, Féret & Fils, 1905 (cité G. Cirot, Mariana historien).

– « Florian de Ocampo, chroniste de Charles Quint », Bulletin hispanique, 16, 1914, pp. 307-336.

– Les annales de la Corona de Aragón de Jerénimo Zurita, Bordeaux, 1939.

– La littérature espagnole européenne, Paris, A. Colin, 1956.

Cordoñer, Carmen, et Juan Antonio González Iglesias (éd.), Antonio de Nebrija. Edad Media y Renacimiento (Salamanca, 2-6 de noviembre de 1992), Salamanque, Universidad de Salamanca, 1994.

Cuart Moner, Baltasar, « La larga marcha de las historias de Espana en el siglo xvi », dans Ricardo García Cárcel (éd.), La construcción de las historias de España, Madrid, Marcial Pons, 2004, pp. 45-126.

Dubois, Claude-Gilbert, Celtes et Gaulois au xvie siècle. Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, J. Vrin, 1972.

Dubost, Jean-François, La France italienne (xvie-xviie siècle), Paris, Aubier, 1997.

Ferguson, Wallace Klippert, La Renaissance dans la pensée historique, Paris, Payot, 1950.

Fernández Albaladejo, Pablo, « “Materia de España” y “edificio” de historiografía. Algunas consideraciones sobre la década 1540 », dans Luigi Lotti et Rosario Villari (éd.), Filippo II e il Mediterraneo, Rome, Laterza, 2003, pp. 265-287.

Fueter, Édouard, Histoire de l’historiographie moderne, Paris, Alcan, 1914.

García Cárcel, Ricardo (éd.), La construcción de las historias de España, Madrid, Marcial Pons, 2004.

García de la Concha, Víctor (éd.), Nebrija y la introducción del Renacimiento en España, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1983.

Goez, Werner, « Die Anfänge der historischen Methoden-Reflexion im italienischen Humanismus », dans Ernst Heinen et Hans Julius Schoeps (éd.), Geschichte in der Gegemvart. Festschrift für Kurt Kluxen zu seinem 60. Geburtstag, Paderborn, Schöningh, 1972, pp. 3-21.

Grafton, Anthony, Faussaires et critiques. Créativité et duplicité chez les érudits occidentaux, Paris, Les Belles Lettres, 1993.

– Joseph Juste Scaliger. A Study in the History of Classical Scholarship, Oxford, Oxford University Press, 1993 (2 vol.), t. II : Historical Chronology.

Hinojo Andrés, Gregorio, Obras históricas de Nebrija. Estudio filológico, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1991.

Jouhaud, Christian, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

Kagan, Richard L., « La historia y los cronistas del Rey », dans Fernando Chueca Goitia et alii, Philippus II Rex, Barcelone, Lunwerg, 1998, pp. 87-119.

– « Los cronistas del Emperador », dans Pedro Navascués Palacio (éd.), Carolus V Imperator, Madrid, Lunwerg, 1999, pp. 183-211.

– « Clio y la Corona. Escribir historia en la España de los Austrias », dans Richard L. Kagan et Geoffey Parker (éd.), España, Europa y el mundo atlántico. Homenaje a John H. Elliott, Madrid, Marcial Pons, 2001, pp. 113-147.

Klapisch-Zuber, Christiane, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.

La Popelinière, Henri Lancelot-Voisin de, L’Histoire des histoires, éd. Philippe Desan, Paris, Fayard, 1989 (2 vol.).

Ligota, Christofer R., « Annius of Viterbo and Historical Method », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 50, 1987, pp. 44-56.

Pérez Vilatela, Luciano, « La onomástica de los apócrifos reyes de España en Annio de Viterbo y su influencia », dans José Maria Maestre Maestre et joaquín Pascual (coord.), Humanismo y pervivencia del mundo clásico. Actas del I Simposio sobre humanismo y pervivencia del mundo clásico (Alcañíz, 8-II de mayo de 1990), Alcañíz, Instituto de Estudios Turolenses, 1993 (3 vol.), t. I, pp. 807-819.

Postel, Guillaume, Le thrésor des prophéties de l’univers, éd. François Secret, La Haye, M. Nijhoff, 1969.

Ridé, Jacques, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemandes : de la redécouverte de Tacite à la fin du xvi e siècle. Contribution à l’étude de la genèse d’un mythe, Lille-Paris, H. Champion, 1977 (3 vol.).

San Isidoro de Sevilla, Etimologías, ed .de José Oroz Reta y Manuel A. Marcos Casquero, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos (433-434), 1982-1983 (2 vol.).

Tanner, Marie, The Last Descendant of Aeneas. The Habsburgs and the Mythic Image of the Emperor, New Haven, Yale University Press, 1993.

Tate, Robert B., « The Rewriting of Historical Past. Hispania and Europa », dans Jean-Philippe Genet (éd.), L’Histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (xviiie-xve siècles). Colloque international (Madrid, 23-24 avril 1993), Paris, Publications de la Sorbonne, col. « Histoire ancienne et médiévale » (41), 1997, pp. 241-257.

Annexes

Chronologie des rois gaulois

noe : Ou Janus, monarque et patriarche de tout le monde, et sa femme Tytea la grande, aussi nommée Vesta

Japhet : Seigneur de toute l’Europe et sa femme Noegla nés avant le déluge*

* Lignée des rois gaulois, S. DUPLEIX, Mémoires des Gaules, pp. 91-130.

Notes

1 Citations de Pantagruel, chap. 1 : « De l’origine et antiquité du grand Pantragruel ».

2 L’expression est de R. Bizzochi, Genealogie incredibili.

3 E. Fueter, Histoire de l’historiographie moderne, manifeste déjà de l’indulgence : « De toutes les inventions humanistes, la sienne est moralement la plus pardonnable » (p. 165). Ch. Ligota a insisté sur les qualités requises chez un historien pour forger de bons faux, « Annius of Viterbo and Historical Method », pp. 44-56. A Grafton a rendu hommage, au fil des pages, à ses qualités critiques qui lui permirent d’élaborer, avec un art consommé, les faux qu’attendaient ses contemporains : Faussaires et critiques. R. Bizzocchi a décrit les très riches potentialités des impostures d’Annius : Genealogie incredibili, notamment, pp. 26-49.

4 Nommé à ces fonctions par Alexandre VI en 1499 ; il meurt en 1502.

5 Grecs qu’il ne lisait qu’en traduction latine.

6 Au nombre desquelles des traités sur le libre arbitre, sur la légitimité des boutiques d’usuriers, sur l’empire des Turcs ; un commentaire sur l’Apocalypse où Mahomet fait figure d’Antéchrist.

7 I.ivre V : Quintus Fabius Pictor de Aureo saeculo et de origine urbis Romae ac vocabulorum ejus ; liv. VII : Fragmenta Catonis ; liv. IX : Sempronius de Divisione et Chorographia Italiae ; liv. XI : Metasthenes Persa de Judicio temporum et annali Persarum ; liv. XV : Defloratio Berosi Chaldaica libri V ; liv. XVI : Manethonis sacerdotis AEgyptii supplementum ad Berosum. Annius prétendit avoir reçu ces manuscrits – qu’il ne montra jamais – de deux moines arméniens rencontrés à Gênes en 1471. Il inscrit ainsi très habilement cette découverte dans le mouvement de transfert de manuscrits grecs, qui précéda et suivit la chute de Constantinople (1453).

8 Déluge qui eut lieu, suivant la version des LXX vers 2240 après la création et, selon la tradition judaïque, reprise par saint Jérôme, en 1656. La chute de Troie se situe en 1270 ou en 1180 av. J.-C.

9 Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres, Paris, 1750, t. XI, p. 4. Le commentaire est intitulé : Commentarii fratris Aennii Viterbensis.

10 Il n’existe pas d’étude sur Scipion Dupleix (1569-1661). Quelques développements dans Ch. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature, pp. 191-217. Il écrivit ce premier ouvrage d’histoire à cinquante ans et devint, grâce à cette publication, historiographe du roi l’année suivante. Originaire de Gascogne, il était entré au service de Marguerite de Navarre et devint, vers 1630 peut-être, l’un des protégés de Richelieu. Avant de se consacrer à l’histoire, il écrivit l’un des premiers traités de philosophie en langue française (La Logique, ou Art de discourir de raisonner, 1602) et publia deux livres en 1606 : La Curiosité naturelle et Les Causes de la veille et du sommeil, et de la vie et de la mort. Comme historiographe, il écrivit une Histoire de France, des Histoires d’Henri III (1630), d’Henri le Grand (1632) et de Louis le Juste (1633,1648).

11 Scipion Dupleix, Mémoires des Gaules depuis le déluge jusques à rétablissement de la monarchie françoise, avec l’estat de l’Église et de l’empire depuis la naissance de Jésus-Christ, attendant en suite l’entière histoire de France, Paris, L. Sonnius, 1619, pp. 92-93.

12 Ibid., p. 97.

13 Ibid., pp. 98-99.

14 Ibid. pp. 98-99.

15 Ibid., pp. 98-99.

16 Ibid., p. 112.

17 Ibid., p. 113.

18 Dans l’ordre : Samothès, Magus (ou Magog), Sarron, Dryius, Bardus, Longho, Bardus II, Lucus, Celtes, Galates, Narbon, Lugdus, Belgius, Jasius-Janigène, Allobrox, Romus, Paris, Lemmanus, Olbius, Galates II, Namnès, Rhemus, Francus ou Francion (S. Dupleix, Mémoires des Gaules, pp. 91-150).

19 La première édition latine fut publiée à Tolède en 1592. L’Histoire générale de l’Espagne en était à sa quinzième édition en espagnol en 1780. Elle fut traduite en français (1694) et en anglais (1699).

20 Le père Mariana a retenu l’attention de G. Cirot, Mariana historien. On trouvera des éléments biographiques et une bibliographie à jour dans R. García Cárcel (éd.), La construcción de las historias de España, chap. 11.

21 Juan de Mariana, Historiae de rebus Hispaniae libri triginta, Pays-Bas, 1733 (4 vol), t. I chap. vii.

22 Ibid.

23 Ibid., t. I, chap. vii.

24 Ibid., t. I, chap. ix.

25 Ibid, t. I, chap. x.

26 Divi Isidori Hispalensis Episcopi Opera, Madrid (typog. Regia), 1599. Voir San Isidoro de Sevilla, Etimologías, t. I, p. 227.

27 La liste d’Annius se présente ainsi : Tubal ; Iberus ; Iubalda ; Brygus ; Tagus ; Betus ; Gerion ; Gerion Trigeminus ; Hispalus ; Hispanus ; Hercules Libyus ; Hesperus ; Atlas Italicus ; Sycorus ; Sicanus ; Siceleus ; Lusus ; Siculus ; Testa ; Romus ; Palatuus ; Cacus ; Errythus ; et Gargor Mellicola. S’y ajoutent Habis et Gargoris, empruntés à Justin.

28 Juan de Mariana, Historiae de rebus Hispaniae, t. I, chap. x.

29 Ibid., t. I, chap. xi.

30 R. Bizzocchi pense que la remise en question radicale de cette histoire originelle ne fut rendue possible que lorsque les érudits commencèrent à appréhender l’histoire de la Rome primitive comme une reconstruction littéraire tardive ; et lorsque de semblables considérations, après le Traité Théologico-politique de Spinoza, ont conduit à une nouvelle lecture de l’histoire biblique : à la fin, donc, du xviie siècle, voir Genealogie incredibili, p. 263.

31 Les Décades de Flavio Biondo (Historiarum romanarum Decades tres, Venise, 1483), première histoire universelle humaniste, passaient sous silence l’origine troyenne des Francs et des Germains. Piccolomini, pape sous le nom de Pie II, dans sa Cosmographie, au chapitre de l’Asie, estimait l’ancienne Troie trop modeste pour avoir peuplé l’Europe entière.

32 Aemilius Paulus (Veronensis), De rebus gestis Francorum, Paris, 1516 ; Michele Riccio, De Regibus Francorum libri tres, Bâle, 1517.

33 Dès le viie siècle, les principales nations européennes s’étaient appliquées à se trouver des racines troyennes. Le sang troyen, jugé le plus noble, permettait de dresser une généalogie nobiliaire collective et garantissait l’unité de la nation et son rang, sinon sa primauté. En France, l’Historia Francorum de Frédégaire introduit, dès 660, un Francion frère d’Enée, fils de Friga, fondateur d’un puissant royaume entre Rhin et Danube. En 727, les Gesta Regum Francorum relatent la ruine de Troie, la fuite des Troyens, l’installation d’Enée en Italie « pour fonder l’Empire romain », celle d’Anténor, en Pannonie, près du Palus Méotides, qui fonda Sicambrie et fut l’ancêtre des Francs. Avec Francion et Anténor, la France était même riche de deux traditions, de fait concurrentes. Certains prêtaient aux Troyens un séjour en Pannonie, entre Rhin et Danube, suivi par la fondation de Sycambria (identifiée à Bude aux xive et xve siècles) ; d’autres, un bref séjour en Germanie, suivi d’une très longue station à Sycambria, entre le xiie siècle avant J.-C. et le ive siècle de notre ère, date du combat de Valentinien contre les Alains. L’arrivée en Gaule, faisait aussi l’objet des plus grandes divergences, en dépit d’une tendance évidente à le faire remonter au plus haut dans le temps : au IXe siècle, voire au XIe siècle avant J.-C. où certains situaient la fondation de Paris, parfois attribuée à Francion en personne, à Ybor ou encore à Marcomir. Le schéma du mythe de la fondation de Rome est ainsi presque terme à terme transposé à la France. Les Troyens, installés de temps immémorial, deviennent peu à peu Gaulois. Leur premier roi, Francion, s’installe vers 1200 avant J.-C. en Gaule. On se reportera à ce propos aux pages très éclairantes de C. Beaune, Naissance de la nation France, chap. i : « Troiani aut Galli ? ».

34 Robert Gaguin, Compendium de origine et gestis Francorum, Paris, 1497 ; Nicole Gilles, Les Chroniques et Annales de France depuis la destruction de Troie jusques au roi Louis Onzième, Paris, 1492 (titre de l’édition de 1566).

35 L’index est à ce propos éloquent, qui associe toutes les sources d’Annius (Bérose, Manéthon, les Equivoques de Xénophon, Caton l’Ancien et Métasthène), les Grecs et les Latins, historiens comme poètes (César, Strabon, Apulée, Doidore, Homère, Lucain, Lucrèce) ainsi que les Pères de l’Église.

36 « Si le besoin d’une tradition ancienne et noble n’a pas disparu, ces origines des Francs, païennes, étrangères et mal attestées, liées au problème dépassé de la position face à l’Empire, ne satisfont plus les esprits », voir C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 28.

37 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, Paris, 1807 (6 vol.), t I, pp. 64-72, livre une liste de noms assortie des durées des règnes : Enée, Ascagne (38 ans) qui fonde Albe la Longue, 30 ans après la fondation de Lavinium ; Sylvius (29 ans) ; Enée, son fils (31 ans) ; Latinus (51), Alba (39), Capetus (26) ; Capis (28) ; Calpetus (13) ; Tiberinus (8) ; Agrippa (41) ; Allodius (19) ; Aventinus (37) ; Procas (23) ; Numitor (14) / Amulius ; Romulus et Remus ; fondation de Rome eut lieu 430 ans après la chute de Troie.

38 Le premier livre parut à Lyon en 1509. La seconde édition (Lyon, Paris, 1512) comptait deux livres ; la troisième (1513), trois. Les Œuvres de Lemaire de Belges ont été publiées par J. Stecher à Louvain, 1882-1891 (4 vol.).

39 C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 36.

40 Suivant Cl.-G. Dubois, « La France fut la principale bénéficiaire des révélations d’Annius » qui donnèrent corps au mythe gaulois (Celtes et Gaulois, p. 106).

41 Comme historiographe de la reine, et ami de Guillaume Petit, bibliothécaire et confesseur de Louis XII et de François Ier.

42 Voir sur ce sujet J.-F. Dubost, La France italienne.

43 Guillaume Postel, Apologie de la Gaule contre les malevoles ecrivains qui d’icelle ont mal ou négligemment écrit et en après les très anciens droits du peuple Gallique et de ses Princes, 1552 ; L’Histoire mémorable des expéditions depuis le Déluge faites par les Gaulois ou François depuis la France jusques en Asie, ou en Thrace et en l’orientale partie de l’Europe et des commodités ou incommodités de divers chemins pour y parvenir et retourner, 1552. Sur Postel et les précédents, voir W. J. Bouwsma, Concordia mundi ; et C1.-G. Dubois, Celtes et Gaulois, Première partie.

44 Cl.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au xvie siècle.

45 Jacques de Cassan fait de même : Les Dynasties ou Traité des anciens rois des Gaulois et des François depuis le Déluge successivement jusqu’au roi Mérovée, Paris s. d. ; Premier fondement & progrès de la Monarchie gauloise, auquel sont décrites les choses mémorables advenues depuis le gouvernement de Gomer, premier roi de France jusques à Pharamond, Paris, 1626.

46 San Isidoro de Sevilla, Etimologías, t. IX, 2, § 29. L’édition princeps des Étymologies parut à Augsbourg en 1472 (G, Zainer), suivie d’une dizaine d’éditions avant 1500.

47 L’Historia Gotbica ou le De rebus Hispaniae, du premier comporte, pour les origines, des préliminaires. Le De Praeconiis Hispaniae (1278-1282) de Zamora traite aussi des premiers temps, sur lesquels on trouvera encore des développements similaires dans la Coronica general d’Alphonse X le Sage, roi de Castille et de Léon entre 1254 et 1284. La première version de la Chronique générale remonte aux années 1270 ; des manuscrits la poursuivent : 1289,1344. Elle fut éditée pour la première fois par les soins de Florian de Ocampo en 1541. On trouvera une analyse détaillée des chroniques et histoires générales d’Espagne dans G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II.

48 La Chronique de Rasis, entre la venue d’Hercule et celle d’Hamilcar, ajoutait avec Latin, fils d’Hercule et quinze successeurs anonymes, toute la série des rois de Rome, voir G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II, p. 37.

49 V. García de la Concha (éd.), Nebrija y la introducción del Renacimiento en España –, R. B. Tate, « The Rewriting of Historical Past » ; et P. Fernández Albaladejo, « “Materia de España” y “edificio” de historiografia ».

50 Diego de Valera, Coronica abreviada, Séville, A. del Puerto, 1482, chap. iv ; ces calculs sont au demeurant faux puisqu’en 1460, Isabelle à qui s’adresse l’auteur n’était pas reine : « aqui es de notar princesa muy poderosa quanto es antigua la corona real de vuestros reinos... cité par G. Girot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II.

51 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II, p. 69 qui ajoute : « C’est le désir de réagir contre la routine et la niaiserie historiographiques en matière d’antiquités qui a préparé en Espagne les esprits à accepter ces nouveautés ».

52 Né en 1445, Marineo fit des études à Païenne et Catane suivies d’un séjour à Rome. Il enseigna à Palerme et fut invité en Espagne en 1484 par l’amiral de Castille. Il y resta, hormis un bref séjour à Naples en 1507. Il mourut vers 1533-1534. A Salamanque, il était chargé du double enseignement de la rhétorique et de la poétique et seconda Antonio de Nebrija dans son œuvre de rénovation des études classiques. Prudent, Marineo évite de donner les dates des différents règnes des rois originels.

53 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II ; et V. García de la Concha (éd.), Nebrija y la introducción del Renacimiento en España.

54 Marineo recherche des ancêtres patriciens à l’aristocratie castillane et aragonnaise. Nebrija qui intègre toutes les traditions de Rodrigo Jimenez de Rada à Juan de Margarit en passant par Alonso de Carthagène affirme l’ancienneté de l’histoire espagnole pour répondre aux prétentions à la supériorité des humanistes italiens.

55 On suppose, du moins, qu’il fut bien ce moine de l’ordre de Saint-François de Paule qui, en 1525, soumit au censeur des chroniques royales un manuscrit sur les anciens rois d’Espagne du Déluge à l’arrivée des Goths.

56 Un mystérieux roi dont parle Hérodote, I, 163, ici dédoublé.

57 Nommé sur la sollicitation des Cortes de Castille, l’empereur ne s’intéressant pas personnellement aux origines de l’Espagne. Sur Ocampo, voir G. Cirot, « Florian de Ocampo » ; et M. Bataillon, « Sur Florian d’Ocampo », pp. 33-58. Sur le contexte général, voir R. L. Kagan, « Los cronistas del Emperador ; et I d., « La historia y los cronistas del Rey ».

58 Los quatro libros primeros de la Cronica General de España que recopila el maestro Florian do Campo criado y cronista del Emperador Rey nuestro Señor por mandado de su Magestad Cesareai, Zamora, 1543.

59 II remarque à propos d’Annius qu’« il ne serait pas fâché de trouver un auteur qui fût plus universellement agréé. Mais, étant donnée la diversité des opinions, y eut-il jamais un livre qui satisfît tout le monde ? Il ne manque pas d’ailleurs de personnes éclairées qui ne font aucune difficulté. Et surtout ne doit-on pas le respect à un ouvrage dédié à des monarques aussi illustres que Ferdinand et Isabelle, aïeuls de Charles Quint ? », voir G. Cirot, « Florian de Ocampo », p. 109.

60 Sur certains points, Ocampo va plus loin qu’Annius et est conduit à citer, à son tour, des auteurs inconnus, comme Julián Lucas, diacre de Tolède d’origine grecque, invoqué une trentaine de fois, auteur d’une chronique (perdue) « muy considerado, y muy sabio en todo lo que de España escribe, il qual (la fondation de Rome par les Espagnols) lo certifica y tiene notorio ». Ambrosio de Morales tenait ce Julián pour une invention d’Ocampo.

61 F. de Ocampo, Los quatro libros primeros de la cronica general de Espana que recopila il maestro Florian do Cainpo, criado y cronista del Emperador Rey nuestro Senor, por mandado de su majestad cesarea, 1543, t. I, p. 16.

62 G. Cirot, Les histoires générales d’Espagne entre Alfonso X et Philippe II, p. 145.

63 Sabellicus, Crinitus et Rafael Volaterranus, et l’antiquaire florentin Vicento Borghini notamment

64 A. Grafton, Faussaires et critiques, chap. iv.

65 On trouve, dans la Censura in quemdam auctorem qui sub falsa inscriptione Berosi Chaldaei circumfertur (1557, 1561,1598) une somme de toutes les objections : contradictions entre les fragments attestés et les textes produits par Annius ; mauvais recoupements ; flottements quant à l’identité de Bérose, analyse du caractère de l’auteur probable de tous ces écrits : esprit brouillon, à la mémoire encombrée, peu soucieux de vérité. L’ensemble, aux yeux de Barreiros, est un fatras de données réelles et supposées, d’anachronismes, d’élucubrations prophétiques, le tout écrit en mauvais latin.

66 L’Histoire des Histoires, liv. viii ; éd. Ph. Desan, t. I, p. 345. John Bale est l’auteur d’une Histoire des rois Bretons.

67 G. Postel, Le thrésor des prophéties de l’univers, p. 67.

68 C’est pourquoi W. Goez a insisté sur le caractère stimulant des théories d’Annius, « Die Anfänge ».

69 Attitude à laquelle A.G rafton rend hommage : « Dans son dernier grand ouvrage d’histoire universelle, le Thesaurus [de 1606], Scaliger inclut tout ce qu’il peut trouver de Bérose, s’efforçant de dater ces données du mieux possible et s’enorgueillit du service qu’il rend à la science en recueillant ces textes jusqu’alors inconnus [...] Scaliger défend l’œuvre de Bérose – de même que celle de Manéthon qu’il découvrit et édita également –, affirmant qu’il s’agissait d’un authentique document de l’historiographie proche-orientale, dont les parties les plus anciennes étaient certes mythiques mais qu’il était juste de conserver, à la fois en raison “du respect dû à leur antiquité”, et parce que “les événements attestés de la période intermédiaire s’y rattachent directement.” Il fit ainsi connaître au monde moderne les premiers écrits authentiques de quelque étendue issus du Proche-Orient ancien, textes si étrangers à la tradition occidentale que leur interprétation demeura presque impossible jusqu’à ce qu’on découvrît et déchiffrât, plus de deux siècles plus tard, des tablettes cunéiformes qui les recoupaient. » (Faussaires et critiques, p. iii). Voir aussi, du même auteur, Joseph Juste Scaliger, t. II.

70 Id., Faussaires et critiques, p. 114.

71 Jean Nauclerus, Memorabilium omnis aetatis et omnium gentium chronici commentarii, Tubingen, 1516.

72 Aventinus, Bayerische Chronik, 1526-1533.

73 W. K. Ferguson, La Renaissance dans la pensée historique, chap. ii. Surtout, J. Ridé, Limage du Germain dans la pensée et la littérature allemande, sur la rédécouverte du manuscrit de la Germanie et la réécriture de l’histoire qui s’ensuivit.

74 Voir P. Fernández Albaladejo, « “Materia de España”y “edificio” de historiografia », par le de la « pleine célébration de l’effet Annius » dans les années 1540. Succès qui a nourri, d’ailleurs, d’autres forgeries : J. G. Alcántara, Historia crítica de los falsos cronicones, Madrid, Rivadeneyra, 1868 ; et J. Caro Baroja, Las falsificaciones de la historia, pp. 49-70.

75 Ch. Klapish-Zuber parle de la « fureur généalogique » de Maximilien, L’ombre des ancêtres. Sur ces généalogies, voir M. Tanner, The Last Descendant of Aeneas.

76 Que de peine à fonder la nation française.

Table des illustrations

Légende * Lignée des rois gaulois, S. DUPLEIX, Mémoires des Gaules, pp. 91-130.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search