Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Enjeux identitaires et politiques d’une polémique

Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615

Identitary and Political Stratagems of a Controversy. French, Italians and Spaniards in the Libels Published in France in 1615

Cuestiones identitarias y políticas de una polémica. Franceses, italianos y españoles en los libelos publicados en Francia en 1615

Jean-François Dubost

Résumé

Les libelles publiés en France à l’occasion des mariages espagnols de 1615 ont contribué au renforcement d’un sentiment identitaire français. La régence de Marie de Médicis, période de forte explosion pamphlétaire, est aussi un moment décisif dans la gestation d’une authentique opinion publique : les libelles publiés en 1615 peuvent donc être crédités d’un réel impact sur la manière dont les Français se voient par opposition à leurs voisins latins. Les stéréotypes véhiculés par ces textes présentent Espagnols et Italiens à la fois comme des doubles inversés du « bon Français » et comme les modèles du « mauvais Français ». Ils postulent une hiérarchisation des peuples fondée sur une argumentation de type physiognomonique et mésologique par laquelle les Français sont assimilés au peuple noble par excellence. Par sa double qualité d’étrangère et de femme soumise à ses passions, Marie de Médicis est dénoncée comme principe corrupteur introduit au cœur même de la monarchie. En faisant de la reine mère un double inversé de la nation-mère, les libelles de 1615 formulent déjà le thème des « anti-France » appelé à la fortune que l’on sait dans la littérature politique ultérieure.

Texte intégral

  • 1 N. Cazauran, « La polémique masquée », p. 540.
  • 2 B. Anderson, L’imaginaire national, pp.19-20.

1Un pamphlet de 1581, le Miroir des Français, assimile l’État à une « cage de fer », la « nation France » à un instrument d’aliénation pour ses habitants1. Cet exemple suffit à rappeler combien l’existence d’une nation reste problématique, sans doute parce que la nation n’est jamais qu’une « communauté imaginée », pour reprendre la formule de la sociologue Benedict Anderson, une communauté regroupant des individus qui ne seront jamais appelés à se rencontrer ni à se connaître2, mais que rassemble la conviction de partager un destin commun. Chaque période de crise, avec les interrogations identitaires qu’elle entraîne, menace de balayer ce sentiment. Une confrontation avec l’étranger – elle peut être physique, mais se joue le plus souvent sur le simple plan idéologique – peut aider à redonner vie à la nation, à raviver le lien qui unit les individus à la « communauté imaginée ». Confrontation n’est pas nécessairement opposition : le rapport peut aussi être d’admiration ou d’émulation. Cependant, la représentation des étrangers sous des traits fantasmés faisant ressortir par contraste les caractéristiques identitaires que l’on revendique, est un moyen infaillible pour rendre sensible l’existence de la communauté nationale. Une telle représentation permet de gommer l’aspect pluriel des éléments constitutifs de l’identité nationale pour en valoriser la singularité.

  • 3 Ch. Jouhaud, La Fronde des mots, p. 23 ; voir aussi H. Duccini, Faire voir, faire croire.

2Outils privilégiés d’une confrontation idéologique avec l’étranger, les stéréotypes nationaux ont joué un rôle majeur dans la construction identitaire de chaque nation. Les lieux propices à l’exposition des stéréotypes sont d’une variété presque infinie : les pamphlets en constituent l’un des principaux. Je m’attacherai ici aux pamphlets français publiés en 1615. Avec la parution de près de 500 libelles, cette année-là est celle d’une spectaculaire poussée pamphlétaire. Il faut attendre l’explosion frondeuse de 1649 pour retrouver l’équivalent d’une telle frénésie polémique3. Les libelles de l’année 1615 présentent de plus l’immense avantage de mettre en scène une confrontation entre les trois groupes nationaux qui nous retiennent durant ce colloque : Italiens, Espagnols et Français. Bien que certains titres comme L’Espagnol français (1615) ou L’Italien français (1616) jouent ouvertement sur cette confrontation, elle n’a pas retenu toute l’attention qu’elle mérite : dans l’importante étude que D. Richet consacre à « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », la mise en cause des étrangers est abordée comme un thème somme toute secondaire. Tout en me situant dans la lignée de cette étude, je voudrais rouvrir le dossier et faire ressortir l’importance des enjeux impliqués par la rhétorique d’opposition aux étrangers exploitée par les libelles de 1615.

Mise en situation

  • 4 M. Yardeni, « Antagonismes nationaux ».
  • 5 H. Heller, Anti-Italianism.

3Alors que le xvie siècle avait pris à parti Italiens et Espagnols de façon successive (à une dominante anti-italienne dans les années 1560-1570 avait succédé la tonalité anti-espagnole des années 1580-1590), la polémique de 1615 les met en cause de manière simultanée4. Dans une France dont le gouvernement est dirigé par une reine florentine, s’engage un débat passionné pour ou contre les fameux mariages espagnols : décidés par la régente à la fin de l’année 1610, soumis au Conseil en mars 1611, publiquement annoncés en janvier 1612, ils sont destinés à être célébrés à l’automne 1615. Ils semblent remettre en cause la politique étrangère menée par Henri IV. La polémique qui en résulte réactive des stéréotypes faisant des Espagnols et des Italiens des ennemis « naturels » des Français. Depuis les années 1560, les Italiens sont présentés comme boucs émissaires responsables des conflits de religion qui ont déchiré la France. Avec le retour de la paix civile en 1598, l’animosité anti-italienne ne se calme qu’en apparence. Les invectives des pamphlets protestants et monarchomaques ont laissé des traces profondes dans le royaume d’Henri IV : en témoignent les diplomates vénitiens qui, tous, sont stupéfaits de l’hostilité que les Français manifestent envers les Italiens. Un rien semble devoir ranimer la haine qui avait emporté les esprits durant les années 1560 et 15705.

  • 6 Véritable guerre polémique qui éclate en 1603 avec la publication du Soldat français de Pierre de l (...)
  • 7 Serviteur de Villeroy qui l’a fait placer à l’ambassade d’Espagne ; soudoyé depuis 1599, il vend le (...)

4Les Espagnols, quant à eux, ont été à partir de 1590 la cible d’une propagande gouvernementale justifiée par l’état de guerre, ouverte à partir de 1595, entre les deux monarchies. Après le rétablissement de la paix en 1598, l’hostilité est entretenue par de nombreux incidents diplomatiques (guerre commerciale à partir de 1601, suivie par la querelle dite « du Soldat français » en 16036 ; affaire L’Hoste en 1604, scandale d’espionnage impliquant un commis de Villeroy, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères7) et par les complots aristocratiques soutenus par l’Espagne (complot de Biron en 1602, du comte d’Auvergne en 1605...). Ces incidents témoignent de la mauvaise volonté, sinon de l’hostilité, de la monarchie espagnole à l’égard de la France et fournissent une abondante matière aux pamphlets gouvernementaux. La campagne polémique lancée contre l’Espagne offre un double avantage à la monarchie d’Henri IV. En premier lieu, elle achève de discréditer les ligueurs pro-espagnols soupçonnés de ne s’être jamais ralliés à Henri IV et que l’on dénonce comme « mauvais Français ». En second lieu, agiter la menace du danger espagnol permet de ressouder une unité nationale pour le moins fragile : de manière parfaitement consciente, la propagande monarchique utilise alors l’anti-hispanisme comme moyen de renforcer la « communauté imaginée » des Français.

  • 8 F. T. Perrens, Les mariages espagnols.

5En 1612-1615, le gouvernement de Marie de Médicis se trouve donc en position singulièrement inconfortable pour présenter les mariages espagnols aux Français : l’orientation prise par le nouveau discours officiel a toute l’apparence d’un virage à 180°, même si les choses sont en réalité plus complexes8. Dans ces conditions, les opposants à la régente et à sa politique jouent sur du velours : se présentant comme « bons Français », ils peuvent tabler sur les réflexes anti-italiens et anti-hispaniques désormais enracinés chez un grand nombre de Français et exploiter un discours tenu du vivant d’Henri IV.

  • 9 Ch. Jouhaud, La Fronde des mots, pp. 37-38.
  • 10 La polarisation du débat politique mériterait une étude spécifique : D. Richet insistait sur la dif (...)

6Documents d’un abord séduisant, les pamphlets tendent de redoutables pièges d’interprétation. Voici déjà vingt ans, Christian Jouhaud récusait, dans une splendide étude sur les mazarinades, la notion de « textes reflets » : les mazarinades ne sont pas des opinions « mises en texte », mais une action politique mise en texte dans le but d’agir sur le public et, si possible, de modifier son appréciation des conflits et du jeu politiques9. Christian Jouhaud appuyait sa démonstration sur une constatation essentielle : la relative indigence du débat politique à partir des années 1630, le ministère de Richelieu étant selon lui marqué par une « régression de la pensée politique » en raison du consensus alors établi autour du caractère absolu du pouvoir monarchique, consensus limitant ipso facto la possibilité d’un débat d’opinion. Je reviendrai in fine sur cette régression de la pensée politique. La leçon méthodologique de Ch. Jouhaud doit très largement être appliquée aux pamphlets de l’année 1615, à une nuance près toutefois. En 1615, un véritable débat porte tant sur la politique extérieure de la reine que sur la pratique du gouvernement : les prises de position sont orientées en fonction de deux pôles principaux que j’appellerai, par commodité et en ayant parfaitement conscience de simplifier outrancièrement, les condéens d’un côté, et les gouvernementaux de l’autre10. L’usage qui est fait des stéréotypes nationaux peut servir, et ce sera un aspect de ma démonstration, de fil rouge pour saisir les enjeux du débat politique entre ces deux partis. Tout en étant des textes d’action au sens que Ch. Jouhaud confère à cette expression, les libelles de 1615 donnent aussi à voir un affrontement idéologique : ils apportent – ou prétendent apporter – une justification à l’action politique. Des thématiques, des références philosophiques et historiques sont convoquées pour démontrer le bien-fondé de l’action qui est menée et, souvent, pour en donner une analyse politique.

  • 11 « L’importance de l’opinion publique dans la vie politique et la conduite des affaires d’un pays, f (...)
  • 12 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, en particulier pp. 153-1623 ; J.-F. Courtine, « L’héritage (...)

7Reste le point majeur pour apprécier la portée et l’impact réels des libelles : existe-t-il une opinion publique au début du xviie siècle, et notamment en 1615 ? La question est trop souvent abordée de manière intuitive. Si Hubert Carrier l’esquive purement et simplement11, Hélène Duccini se contente d’un raisonnement a contrario : pourquoi tant de libelles, pourquoi les efforts déployés par Richelieu en matière de propagande, si l’opinion publique n’existait pas ? Loin d’être une simple « querelle de mots » (H. Duccini), l’existence d’une véritable opinion publique constitue un enjeu fondamental : quelles sont les conditions permettant, en matière politique, la diffusion d’opinions qui, tout en étant fondées en raison et se distinguant de la simple rumeur, soient partagées par des individus qui, là encore, ne se connaissent pas et ne seront jamais amenés à se rencontrer ? La question de la communauté du public atteint par les libelles fait écho à celle de la « communauté imaginée » de la nation. Ces conditions sont de deux espèces : conditions sociales et culturelles (alphabétisation, renforcement d’une « classe moyenne », en l’occurrence la bourgeoisie officière, développement d’un réseau de collèges, diffusion d’imprimés qui créent un public touché de manière à peu près simultanée par les mêmes informations), et conditions intellectuelles autorisant les sujets du prince à vouloir pénétrer le secret des affaires d’État. Ces dernières décennies, différentes études ont mis l’accent sur les conditions intellectuelles. Suivant Michel de Certeau qui soulignait le lien entre l’effritement au XVIe siècle d’un ordre religieux unitaire et l’affirmation d’un nouveau cadre intellectuel de référence offert par la « raison d’État », les analyses de Jean-François Courtine et de Marcel Gauchet ont mis l’accent sur la réarticulation, intervenant à la hauteur des années 1590 (du moins en ce qui concerne la France), des rapports entre État et Église : à une conception pensant l’État comme hiérarchiquement subordonné à une Église médiatrice avec le sacré, médiation faisant que l’État participait du sacré, vient s’opposer une conception nouvelle distinguant deux ordres de nature hétérogène, celui de l’État et celui de l’Église12. Dès lors, chaque État prétend incarner un absolu dans l’ordre séculier, absolu auquel tout sujet doit se vouer.

  • 13 Même si le processus est celui d’une lente évolution et non pas d’un changement radical et immédiat (...)

8Or, la surrection de l’État moderne autorise par le même mouvement l’apparition d’une opinion publique. L’État absolu s’empare en effet « du monopole de la cohésion collective » (M. Gauchet) au détriment d’entités universelles (l’Église) qui affirmaient l’existence d’une transcendance à laquelle l’État devait conformer son action : non seulement l’affirmation d’un absolu étatique est un facteur essentiel dans le renforcement de la « communauté imaginée » de la nation, mais il pousse aussi les princes et les gouvernements à adopter comme seule règle de conduite pertinente celle d’une action conforme à « l’intérêt de l’État ». Une objectivation de l’action politique devient alors possible : l’État de la raison d’État, écrit M. Gauchet, « est celui avec lequel advient la publicité de la politique » ; l’action des gouvernants devient « déchiffrable de l’extérieur [...] sur la seule base de la pesée des situations ». La conformité de l’action gouvernementale avec la loi suprême de l’intérêt de l’État devient ainsi appréciable de tout un chacun par la simple démarche du jugement. L’appropriation du jugement politique par ceux qui se considèrent informés est alors possible : elle permet l’apparition d’un espace public dans lequel l’action des dirigeants est confrontée au jugement qu’autorise l’information politique répandue par l’imprimé13.

  • 14 Voir sur ce point l’introduction de Ch. Lazzeri à H. de Rohan, De l’intérêt des princes et des État (...)
  • 15 « Etant impossible non seulement en terre de piété, conseil & crainte de Dieu, mais ni encor entre (...)

9De manière significative, c’est alors qu’apparaissent des traités sur la science du gouvernement, d’abord en Italie14 puis en France : le fameux Traicté de l’œconomie politique que Montchrestien croit bon d’offrir à Marie de Médicis et à Louis XIII date de 1615. C’est au nom du bon sens et de son appréciation personnelle de l’intérêt de l’État que Montchrestien prétend donner des leçons d’économie politique aux souverains. C’est également au nom de l’intérêt de l’État que les polémistes de 1615 bataillent pour ou contre les mariages espagnols, chacun fourbissant ses arguments sur l’enclume du « bon sens » : les princes (La Cassandre française) s’en réclament tout autant que les libellistes gouvernementaux, tels un Garcia qui dénonce les fantasmes de ses adversaires (les « chimères et fantastiques grotesques ») et justifie par le bon sens la politique étrangère de la régente15. La floraison pamphlétaire de 1615 participe de la volonté d’accéder à une vérité politique appréhendable à partir de l’information diffusée par les occasionnels et par les premiers traités d’économie politique.

  • 16 Au milieu du xviie siècle et par le biais des réimpressions provinciales, la Gazette circule dans l (...)
  • 17 Rappelons que la création du Mercure français date de 1613.

10Dans le cas français, la convergence chronologique est remarquable entre la mutation conceptuelle qui vient d’être décrite et le développement des conditions sociales et culturelles favorables à l’apparition d’une opinion publique. Les travaux récents sur la presse du xviie siècle ont mis en évidence la large diffusion d’écrits que l’on aurait pu croire destinés à une étroite élite16 : la circulation des nouvelles véhiculées par la presse17 et par les libelles autorise ainsi l’appropriation des matières d’État par « n’importe qui », par « l’uomo qualunque » du xviie siècle. Les libelles gouvernementaux déplorent le fait. L ’Espagnol français constate que l’homme de la rue se laisse abuser par

  • 18 L’Espagnol français, pp. 6 & 12.

toutes les chimères, fumées et murmures émus par ces petits imprimés que l’on voit courir par tous les étaux, boutiques & cabarets du royaume, au très grand préjudice de l’autorité souveraine de ce florissant État – et s’indigne – d’entendre les tailleurs, charpentiers, & ravaudeurs discourir des affaires d’État & vouloir corriger les Conseils des plus beaux esprits de l’Europe & trouver mauvais ce qu’ils ont jugé bon, juste & nécessaire18.

11De telles déplorations dénonçant la subversion d’un ordre politique fondé sur le secret du prince sont parfaitement contemporaines de l’affirmation du concept moderne d’État et de l’avènement subséquent d’une opinion publique.

  • 19 Leur liste figure en bibliographie sous la rubrique « corpus principal » des sources imprimées ; j’ (...)
  • 20 Le Protecteur de Princes déclare : « il faut porter sur le front ce qui est en l’esprit comme dit P (...)
  • 21 Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 26193, n° 389 : arrêt du parlement (décembre 1611) mentio (...)

12Suivant encore la démonstration de Ch. Jouhaud, il me paraît enfin indispensable de se prémunir contre deux démarches présupposant la possibilité d’une lecture immédiate des libelles qui en feraient « l’expression transparente » de la pensée politique du temps : l’une est le comptage des occurrences des mots signifiants qu’ils utilisent ; l’autre, l’aimable collecte de citations grappillées en fonction de l’humeur et des visées de l’historien. J’ai pris le parti de m’appuyer sur quelques textes seulement19 pour en analyser les procédés discursifs, l’observation des fréquences d’occurrences servant seulement à dessiner avec le plus de précision possible les contours des stéréotypes mis en œuvre. Assumant le pari que rien ne ressemble plus à l’organisation discursive d’un libelle que celle d’un autre libelle, j’ai pris en compte chaque texte dans son intégralité, les analyses présentées et les citations retenues l’ayant été à partir d’un travail préliminaire de mise à plat de tous les thèmes exposés. Certaines récurrences d’images, de figures ou de références, suggèrent une même plume pour des textes différents comme Le Protecteur des princes et L’Héraclite français20. Les louanges hyperboliques qu’ils attribuent à Condé indiquent un folliculaire au service de ce dernier, peut-être Guillaume Bailly qui exerce en 1611 les fonctions de secrétaire auprès du prince, pure hypothèse21.

  • 22 D. Richet soulignait, pour les pamphlets des années 1610, une sensibilité à l’événement politique q (...)

13Deux observations se sont imposées à la lecture de ces textes. La première est que les arguments tirés de la caractérologie des peuples ont la faveur des opposants, même si les plumes gouvernementales ne dédaignent pas d’y recourir à l’occasion. La seconde est qu’à l’instar de ce qui se produit dans le jeu politique (du moins jusqu’à l’automne 1616), les partisans de Condé et des princes prennent l’initiative, le gouvernement et ses libellistes se contentant de produire des répliques et des ripostes : ce qui confirme que les libelles « mettent en texte » une action politique qu’ils étayent par une argumentation idéologique ad hoc. Je suivrai ici une présentation analogue, exposant d’abord les écrits émanant de l’opposition, ceux dans lesquels s’observe le mieux la façon dont l’identité française cherche à se définir par opposition aux contre-identités présentées dans les portraits négatifs des Italiens et des Espagnols. Le propos n’est évidemment pas de chercher une correspondance entre ces stéréotypes et la réalité : ce sont des portraits inversés du Français, portraits prétendant montrer ce qu’il n’est pas et ne doit pas être. J’ai tâché de voir comment le discours tenu en 1615 sur les Italiens, les Espagnols et les Français est organisé afin de produire un sens qui excède largement la simple signification littérale. J’ai enfin abordé les stratégies dont usent les ripostes gouvernementales. À chaque fois, j’ai tenté de faire ressortir les ressorts et les systèmes de pensée qui informent ces différents textes22.

La construction des images nationales

  • 23 Sur la permanence des stéréotypes, voir J. F. Dubost, « Les stéréotypes nationaux à l’époque modern (...)
  • 24 H. Duccini, « L’entourage des Concini », pp. 29-30.

14Les stéréotypes exposés n’ont rien de très nouveau par rapport au xvie siècle : les traits en sont puisés dans un vieux fond de commerce qui a fait ses preuves pendant les guerres de Religion23. Une référence apparemment neutre aux Italiens et aux Espagnols se trouve dans les libelles relatant des faits divers : le Discours prodigieux et épouvantable de trois Espagnols et une Espagnole, magiciens & sorciers, de même que les Histoires espovantables de deux magiciens qui ont été étranglés par le diable dans Paris la semaine sainte rapportent des histoires de magie noire. Le second donne les détails de la mort, en avril 1615, de l’astrologue Ruggieri : fameux pour les prédictions qu’il aurait faites à Catherine de Médicis, il était entré, sur le soir de sa vie, dans l’entourage des Concini24. De tels libelles se présentent sous l’apparence anodine de canards rapportant des événements dont les rédacteurs prétendent tirer un enseignement moral : « voilà qui doit servir d’exemple à plusieurs personnes qui s’étudient à la magie... » conclut le premier de ces deux textes. De telles relations repoussant Italiens et Espagnols dans la sphère de l’altérité absolue, celle du diabolique, ne sont pas vierges de toute intention politique en un moment où, pour reprendre les termes d’un autre pamphlet :

  • 25 L’Italien français ; sur la présentation de Léonora comme sorcière, voir aussi Lettre du bon França (...)

Les villages, les chemins, les rues de cette ville, la galerie du palais, la basse-cour du Louvre, les antichambres, chambres et cabinets sont remplis de murmurants [...] disant de Mme la Maréchale [Léonora Galigaï] des choses horribles, qu’elle est sorcière25.

  • 26 B. Sesé et M. Zuili, Vocabulaire de la langue espagnole classique.
  • 27 Je m’en tiens aux qualifications présentées par les pamphlets que j’ai retenus, étant bien entendu (...)

15L’Italien est coupable de deux péchés capitaux : l’avarice et l’orgueil. Ses tares morales sont la méchanceté, suivie par l’artifice, la dissimulation et la cupidité ; viennent ensuite la peur et la lâcheté ; l’absence de sens moral et son corollaire, la soumission aux passions, ferment la danse. Les Espagnols sont plus assurés encore d’une damnation éternelle puisque leur palmarès affiche trois des sept péchés capitaux. A la colère et à la jalousie s’ajoute l’orgueil, sous sa forme maximale, la « superbe », traduction littérale de « soberbia » ; terme impliquant aussi l’emportement colérique26. Les autres tares morales sont moins détaillées que pour l’Italien : fourbe et cruel, l’Espagnol est aussi sujet à la peur. Son comportement fondé sur la ruse dissocie en permanence l’être et le paraître27. La seule caractéristique sociale attribuée aux Espagnols est la pauvreté que l’on reproche à Anne d’Autriche elle-même qui, ayant dû renoncer par son contrat de mariage à toute prétention sur l’héritage paternel, est présentée comme « déshéritée & sans bien » (La Cassandre française). Les Italiens sont des êtres de basse « extrace » hissés au rang de parvenus insolents, menaçant l’ordre social dans son ensemble.

16L’action politique des Espagnols et des Italiens est vue comme le prolongement naturel et logique de leurs tares morales et sociales. Méchants, les Italiens ont donné la main à l’assassinat d’Henri IV ; cupides, ils volent l’État et le mettent à l’encan ; dépourvus de tout sens moral, ils sont prêts à se vendre à l’Espagnol ; parvenus, ils menacent l’ordre politique du royaume comme ils en troublent l’ordonnance sociale ; leur ambition politique effrénée les pousse au crime de lèse-majesté et, pour parvenir à leurs fins, leur tactique fondamentale consiste à semer la zizanie parmi les Français, d’où l’intérêt qu’il y a à souligner leurs accointances avec le diable, maître diviseur.

  • 28 Ainsi que le reconnaît d’ailleurs La Cassandre française : « vous n’êtes point assurés d’avoir touj (...)
  • 29 J.-M. Pélorson, « Le docteur Carlos Garcia » ; B. Bedos-Rezak, « Tolérance et raison d’État » ; H. (...)

17L’action politique des Espagnols est beaucoup plus intrusive. Leur but est la « ruine de l’État » déclinée sous diverses espèces : guerres civiles, massacre des protestants, le tout étant parfaitement cohérent avec la colère et la cruauté inhérentes au caractère espagnol. La profonde parenté entre les stéréotypes des deux peuples méditerranéens suggère que les Français doivent les considérer comme les deux faces du même danger. L’apparente convergence des intérêts politiques entre la papauté et l’Espagne, ce sur quoi il y aurait beaucoup à dire surtout sous Paul V28, la domination politique exercée par l’Espagne sur l’Italie, servent d’arguments à cette assimilation polémique entre Italiens et Espagnols. Y contribuent aussi les liens effectifs entre Italiens et Espagnols vivant à Paris, liens qui se manifestent notamment dans l’entourage de Concini et de Léonora Galigaï29.

  • 30 Le Discours sur les mariages de France et d’Espagne les qualifie d’« esclaves du roi d’Espagne comm (...)

18Le mauvais Français, mixte monstrueux de tares empruntées aux Espagnols et aux Italiens, est caractérisé par l’orgueil, la dissimulation et une cupidité que trahit sa facilité à se laisser corrompre par les pistoles d’Espagne. Comme pour l’Espagnol dont il est l’esclave30, l’être et le paraître sont en totale discordance chez le « mauvais Français » :

  • 31 Le protecteur des princes dédié à la Reyne ; la cible ici visée est le chancelier Brulart de Siller (...)

Nos têtes... sont blanches au-dehors, mais noires au-dedans, la plupart de nous avons le poil & l’autorité des vieillards, mais les vices des enfants31.

19Le « mauvais Français » est un être doublement hybride, et par conséquent doublement monstrueux : mixte d’Espagnol et d’Italien, il se pare, monstruosité supplémentaire, d’une apparence française :

  • 32 La Cassandre française.

Ces monstres qui de diverses natures couvent dans leurs corps français une âme Espagnole [...] ne sont nés qu’à votre ruine [...] créatures de l’étranger [ils] ne vous poussent qu’à ce qui leur profite32.

  • 33 D. Richet, « La polémique politique en France ».

20Les textes condéens sont unanimes à les présenter comme une cinquième colonne ayant trempé dans l’assassinat d’Henri IV, prêtant la main aux entreprises des Italiens contre la majesté souveraine du roi, et portant de mortelles atteintes à la France. Si les textes que j’ai utilisés restent vagues sur l’identité de ces « mauvais Français » (seul, le Protecteur des princes les assimile aux ministres), d’autres pamphlets prétendent les démasquer : pour Le Caton et Diogène François, l’équivalence entre mauvais Français, jésuites, Italiens et Espagnols ne fait pas de doute et découle de l’hybridité commune à tous ces personnages. Etre « hermaphrodite » et « caméléon », le jésuite « se dit sujet du roi mais fait vœu d’obéissance aveugle à un autre prince33 », le pape : au moindre conflit, le jésuite devient un ennemi infiltré dans le royaume.

  • 34 Trait fondamentalement judéo-chrétien dont l’une des formulations les plus nettes apparaît dans les (...)
  • 35 La description du politique de notre temps, cité par K. Cameron, Henri
  • 36 « Satan qui les gouverne », affirme le même texte.
  • 37 Ph. Papin, « Duplicité et traîtrise » ; sur le thème du traître de l’intérieur, l’auteur cite en pa (...)

21Cette obsession répulsive de l’hybridité34 avait déjà été exploitée par les ligueurs à l’encontre des « politiques ». Les pamphlets ligueurs des années 1588-89 recourraient au même champ sémantique de la dissimulation : La description du politique de notre temps35 (1588) dénonçait le « monstre politique », un être hybride qui sous une apparence catholique dissimulait un athée de fait, un allié objectif des protestants et un instrument de Satan36, exactement comme le sont les magiciens espagnols et italiens de 1615 ; les références au « voile », au « masque », au « fard » y étaient de même constantes. La question lancinante que posaient les pamphlets ligueurs était de savoir comment lutter efficacement contre ceux qui se dissimulaient pour ourdir de sinistres complots contre la religion catholique et qui, à ce titre, étaient des traîtres de l’intérieur37. Les pamphlets antigouvernementaux de 1615 ne disent pas autre chose, si ce n’est que les cibles de 1588-89 sont devenues les accusateurs de 1615, et que le supposé complot qui, en 1588-89, était attribué aux Politiques dans le but de détruire la religion, est, en 1615, devenu un complot fomenté par les jésuites et tourné contre l’État. La description du Politique de notre temps dénonçait en 1588 :

  • 38 Ce dernier terme pose problème ; il ne se trouve pas dans le Dictionnaire de la langue française d’ (...)

[...] ces messieurs les graves Politiques [...] aussi prêts d’introduire au royaume de France Mahomet que Calvin, et avec l’Alcoran faire au peuple français recevoir le Tierban38.

22En 1615, ce n’est plus la religion qui court péril de subversion, mais l’État monarchique :

  • 39 La Cassandre française.

[...] Vous contractez, non sans honte de déroger à vos pères, avec le plus cruel ennemi qu’ils aient jamais eu & non contents de ce, pour plus tôt vous ruiner, vous vous rendez fieffés de l’Italien, esclave de l’Espagnol qui, par droit de félonie, dépossèdera bientôt vos rois pour vous acquérir à son maître39.

  • 40 « Pour qui est familier de la polémique huguenote, et surtout ligueuse du dernier quart du xvie siè (...)

23La traîtrise qui, en 1588, menaçait la religion est devenue en 1615 traîtrise menaçant l’État. Le report vers le champ du politique est également manifeste dans les références sur lesquelles s’appuient les libelles de 1615 : par rapport à la période des conflits religieux, la diminution des renvois à l’Écriture et aux Pères de l’Église est spectaculaire40.

24Un tel glissement thématique peut résulter d’une simple observation factuelle ; la religion catholique n’est plus sur la défensive. Il est surtout un signe supplémentaire de la promotion d’un absolu étatique envers lequel les fidélités et les dévouements des sujets doivent s’orienter de manière exclusive. Devenu un absolu, l’État entre en lutte contre des puissances équivalentes, de même rang, parmi lesquelles la papauté. Dans ce nouveau contexte intellectuel, les prétentions pontificales à l’universalité ne sont pas plus légitimes que celles de tout autre État aspirant à l’hégémonie. Voilà pourquoi, dans les pamphlets de 1615, la thématique de la traîtrise politique occupe une si grande place contrastant avec la quasi-disparition du motif de la trahison religieuse. La mise en œuvre des stéréotypes nationaux est tout entière guidée par la volonté de démontrer la traîtrise de ceux que l’on soupçonne de ne pas sacrifier à l’État absolu.

  • 41 Pour s’en tenir à ce que l’on trouve dans le Protecteur des princes dédié à la Reyne.

25Les « dévots de l’État » sont les « bons Français » ou « vrais Français » : « vrais serviteurs » du roi et de sa « grandeur », « zélés protecteurs de cet État », affectionnés au « bien public », à celui de la monarchie et de la « patrie » dont ils sont les « bons enfants », ils ont un « cœur fleurdelisé & battu sur le coin de la fidélité française41 ». Sur le plan moral, les valeurs présentées comme authentiquement françaises sont l’inverse exact des tares espagnoles ou italiennes, lesquelles jouent leur office de repoussoir idéal. Le « bon Français » est donc un être libre, courageux, brave, généreux, sage et franc ; son sens de l’honneur le rend incorruptible mais prompt à la vengeance. Ces mâles qualités ne sont pas incompatibles avec les valeurs sociales qui en font l’homme de cour idéal : « gentillesse » (qualité propre au gentilhomme), « courtoisie » et « éloquence ». Contrairement au « mauvais Français » et à ses maîtres espagnols ou italiens, le « bon Français » « porte écrit sur le front ce qui est dans son cœur » et ne saurait user d’artifices, de dissimulation ou de ruse : sa première qualité est la franchise, au double sens juridique et moral du terme.

  • 42 D’où l’intérêt qu’il y a à tirer les Français vers le Nord...

26Ce dithyrambe fait ressortir à quel point le portrait du Français est orienté par l’idéal nobiliaire. Ses qualités sont celles de tout gentilhomme qui se respecte. Les Français apparaissent ainsi comme le peuple noble par excellence, tandis que ses rivaux méridionaux sont assimilés à des peuples vils42. D’où l’extraordinaire scandale pointé par les libellistes lorsqu’ils dénoncent le prétendu asservissement des Français aux Italiens entourant Marie de Médicis :

  • 43 A Messieurs des États.

Est-il possible que celui qui n’est ni d’extraction ni de mérite égal aux vôtres vous tienne le pied sur la gorge, que le Français qui ne peut être vaincu que par le Français même, se voie misérablement esclave d’un Italien43 ?

27On relèvera le terme d’« extraction » qui renvoie clairement à la culture généalogique nobiliaire. L’équivalence ne se limite pas là, elle est patente pour toutes les qualités prêtées aux Français : leur insubordination, leur goût de la bonne chère, leur affabilité, leur passion pour la conversation et la promenade, sont des comportements dictés par les valeurs alors dominantes dans la noblesse.

  • 44 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France.
  • 45 Sur cette question étudiée par R. E. Asher, National Myths in Renaissance France, voir la mise au p (...)
  • 46 La polarisation du débat politique mériterait une étude spécifique : D. Richet insistait sur la dif (...)
  • 47 En témoigne par exemple la réimpression en 1589 d’un traité attribué à M. Riccio, juriste de la fin (...)

28En prétendant fonder le sentiment national français sur les qualités qui caractérisent idéalement le second ordre, les libelles de l’année 1615 opèrent un glissement notable par rapport à un temps pas si lointain – la première moitié du xvie siècle – où les principales qualités du Français étaient sa piété et la pureté de sa foi44. Les vertus religieuses que des auteurs comme Pasquier faisaient remonter aux Gaulois45, ne sont mentionnées dans aucune46 des pièces utilisées, alors qu’elles l’étaient encore vingt-cinq ans auparavant47. Au début du xviie siècle, l’identité idéalisée du Français ne repose plus sur sa religiosité mais sur sa noblesse. Quittant la sphère religieuse, la définition identitaire se réfère désormais à des valeurs socioculturelles. Noblesse et valeur militaire vont de pair : la noblesse française,

  • 48 Le protecteur des princes dédié à la Reyne, p. 26.

à sa seule démarche a toujours fait trembler ses ennemis et n’est jamais venue aux mains avec cet ennemi de notre grandeur [l’Espagnol] qu’elle n’ait eu plus de peine à lui donner la vie qu’à le combattre48.

  • 49 Sur l’application successive de ce poncif aux Italiens puis aux Espagnols, voir J.-F. Dubost, La Fr (...)
  • 50 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVI e siècle.

29On ne peut qu’admirer après telle assertion que les Français osent présenter les Italiens puis les Espagnols comme des matamores49 ! Certes, il y a beau temps que le courage militaire du Français est évoqué dans son stéréotype. Ce qui paraît plus nouveau, c’est qu’il fasse désormais cavalier seul, détaché des valeurs religieuses qui avaient servi de base à l’affirmation du sentiment national français aux xve et xvie siècles : autre aspect d’un « désenchantement de la nation50 » dont l’approfondissement est singulièrement marqué par rapport à la fin du xvie siècle.

  • 51 Au roi. Discours politique, cité par H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 219.
  • 52 Stéréotype d’ailleurs repris par Cervantès lui-même dans ses Nouvelles exemplaires.

30Par la suite et tout au long du xviie siècle, les gravures satiriques visant les Espagnols exploitent ce registre en représentant le Français avec l’attitude, le comportement et le costume d’un gentilhomme, tandis que l’Espagnol, affublé d’un baudet, de raves et d’oignons, est figuré comme un être rustique. La double assimilation entre le Français et le noble, entre l’Espagnol et l’homme du peuple, est corroborée par la théorie des humeurs : l’Espagnol est qualifié de mélancolique, tandis que le Français est associé à l’air, ce qui expliquerait son inconstance. Or, les quatre éléments fondamentaux servent aussi à caractériser les tempéraments des ordres sociaux : le feu (symbole du Saint-Esprit) insuffle son caractère à l’Église, l’air à la noblesse, l’eau au quatrième ordre (la justice) ; la terre, élément associé au peuple, lui insuffle son caractère mélancolique [sic]51. Ce système d’équivalences est décliné jusqu’à la caricature la plus extrême (dans le contexte mental du xviie siècle) par Le Caton français assimile les Français à un peuple policé vivant en plaine et les Espagnols à un peuple de « gavaches » ou de « gavots », pour reprendre les termes péjoratifs alors en usage pour stigmatiser les montagnards52 :

  • 53 Le Caton français, cité par D. Richet, « La polémique politique en France », p. 170.

Sire, nous nous passerons fort bien de tels frères, leur fréquentation nous coûte trop. Nous vous supplions très volontiers de les laisser dans leurs montagnes et nous permettre sans eux l’usage de nos plaines53.

  • 54 Est alors synonyme de phtisique, C. Oudin et alii, Thresor des trois langues.
  • 55 Briefve computation du cardinal du Perron, cité par H. Duccini, Paire voir, faire croire, p. 221.
  • 56 Ce qui, là non plus, ne manque pas de piquant, si l’on relit les pamphlets.
  • 57 Dans ses Recherches italiennes et françaises Oudin traduit « basané » par « abrusciato dal sole » ( (...)
  • 58 B. Bedos-Rezack, « Tolérance et raison d’État », p. 271, citant La Peyrère, Le rappel des juifs (16 (...)

31Dans la formulation qu’en donnent les pamphlets français de 1615, les stéréotypes affirment ainsi, de manière implicite mais fort compréhensible pour le public, l’existence d’une hiérarchie entre les nations : les Français y tiennent une place, la première, présentée comme inscrite dans l’ordre naturel. C’est ici que les déterminants physiques jouent de tout leur poids. Les Italiens sont qualifiés de « basanés », de « pygmées » et d’« étiques54 » ; les Espagnols de « maures ». Le registre de la noirceur renvoie à la prétendue malignité de l’âme qui est également dénoncée chez les « mauvais Français », tandis que, chez le « bon Français », le teint clair dénote la transparence de l’âme. La noirceur sert aussi à mettre en cause les jésuites dont le costume noir permet une assimilation commode : « la cabale jésuitique ramassée de plusieurs monstres du royaume des Nègres ou Espagnols qui noirciront plutôt que de blanchir55. » C’est tout un système de représentations qui est en jeu, impliquant à la fois des symboles religieux et moraux (le noir comme signe du péché et du mal), des pratiques liées aux cultures matérielles (la mode du noir décliné dans tous ses registres prévaut dans le costume des aristocraties italiennes et espagnoles à partir des années 1540-1550, alors que Français et peuples septentrionaux restent fidèles à des couleurs carrément bariolées56), et des données biologiques (l’activation de la mélanine sous l’effet du soleil). L’un des ressorts de la polémique consiste à passer d’un registre à l’autre en affectant de rester dans le même champ : le sombre du costume devient ainsi noirceur de peau, laquelle dénote une infériorité sociale, voire raciale. En effet, le hâle trahit aussi celui qui ne peut se protéger du soleil57. Pour Furetière (1690), le terme de « basané » signifie : « Qui a le teint olivâtre et tirant sur le noir. Les Espagnols sont basanés [...] les paysans sont ordinairement hâlés et basanés. » Le hâle espagnol et italien trahissant un statut social peu enviable, c’est donc Dieu, auteur et garant de toute hiérarchie sociale, qui les a voulus et placés dans une position inférieure à celle des Français (CQFD !). De plus, comme le stéréotype du juif met aussi l’accent sur son teint « basané », souligner ce point chez les Espagnols et les Italiens, revient à faire peser sur eux un soupçon de judaïté58.

  • 59 C’est bien connu pour l’Espagne, foyer de la « seconde scolastique », mais c’est tout aussi vrai po (...)

32Ces diverses assertions reposent sur des présupposés essentialistes : même si les références explicites aux auteurs de l’Antiquité sont fort peu nombreuses par rapport aux renvois à l’histoire récente et aux auteurs contemporains, le système de pensée mis en œuvre dérive fondamentalement de l’aristotélisme qui reste alors la référence pour l’analyse politique59. Les présupposés essentialistes des stéréotypes nationaux postulent que le Français, l’Italien ou l’Espagnol ne sont pas des constructions politiques ou culturelles, en un mot historiques, mais des réalités permanentes, ce qu’expriment les formules à l’emporte-pièce affirmant la radicale contrariété entre Français et Espagnols et inscrivant leur antagonisme dans le dessein divin :

  • 60 La Cassandre française.

Plutôt l’eau & le feu se mêleraient ensemble & mêlés produiraient leurs effets, que le Français peut compatir avec l’Espagnol60.

33Le mode de pensée essentialiste récusant la dimension historique des spécificités culturelles éclate dans un autre pamphlet de l’année 1615, Les cent premières nouvelles et avis de Parnasse, ouvrage que sa taille apparente plus au traité qu’au libelle stricto sensu. Le propos, futile en apparence, porte sur une spécialité artisanale espagnole, la fabrication de gants parfumés, mode qui fait alors fureur dans l’Europe entière :

  • 61 T. Boccalino, Les cent premières nouvelles et avis de Parnasse.

Il y a une si grande jalousie entre les Français et les Espagnols que, par une mutuelle envie, les uns brûlent du désir d’acquérir les perfections que les autres possèdent : et d’autant que la composition de l’ambre & autres bonnes odeurs desquelles les Espagnols parfument leurs gants est une invention qui leur est particulière, les Français ont recherché tous les moyens d’en faire de semblables & pour cet effet, ont fait provision de musc, d’ambre, de civette & autres parfums qui viennent de Levant, mais toute leur dépense & leur peine ayant été inutile, & se voyant hors d’espérance de pouvoir faire réussir leur dessein, pour dernier recours, ils s’adressèrent à Apollon & le supplièrent de leur enseigner comme il fallait faire cette composition. Cette prière donna plus d’envie de rire à Apollon que ne fit la chute du malheureux Dédale [sic !]61.

34Partant d’une spécialité au croisement de l’économique et du culturel, le texte débouche sur une conclusion essentialiste attribuant le procédé espagnol à une prétendue caractéristique « naturelle » de ce peuple ;

  • 62 Ibid.

Doncques il [Apollon] commanda à ses prêtres de sentir de quelle odeur étaient les mains des Français & ayant appris par leur rapport qu’elles sentaient bon, il répondit aux Français que quand la nature avait donné un défaut à quelqu’un, elle le donnait en récompense de quelque rare perfection & que suivant cela, elle avait donné seulement aux Espagnols le secret de faire des gants de bonne odeur, parce que leurs mains étaient extrêmement puantes62.

35Une des conséquences logiques à un tel essentialisme est la violente dénonciation de l’exogamie étrangère promue par les mariages espagnols : seule l’endogamie peut garantir à la fois l’essence et l’identité qui doivent être d’autant plus préservées que l’on se rapproche de celui chez lequel l’essence – ou l’identité – française est la plus pure. Le roi, premier gentilhomme du royaume, mais aussi premier des Français, doit montrer l’exemple en prenant épouse parmi les princesses de France, et si possible parmi les princesses de son sang :

  • 63 La Cassandre française.

N’allez chercher en pays étrange une femme, vous avez en France une Hébé qui vous attend, c’est elle seule qui doit être & sera votre compagne, qui vous rendra immortel par la postérité qu’elle vous engendrera [...]. C’est elle de qui les pères, vrais enfants de Bourbon, n’ont jamais eu autre but que le bien de la Couronne [...] ; elle qui avec sa beauté vous rendra possesseur légitime du patrimoine de vos aïeux, messeigneurs de Bourbons & du pays dont vous portez le nom63.

  • 64 J.-F. Dubost, « Le “simple corps” de la reine ».

36On aura aisément reconnu derrière ce portrait enchanteur la princesse Marie de Bourbon-Montpensier. Revenons au thème physiognomonique de la noirceur affirmant la correspondance entre traits physiques, qualités de l’âme et position sociale. Je ne peux que faire le lien avec deux anecdotes relatives à Henri IV dont on sait à quel point l’action politique s’est appuyée sur un travail idéologique visant à présenter le souverain comme le restaurateur des vraies valeurs françaises. La première est une remarque du roi concernant son propre fils, le Dauphin Louis : il le trouve trop noiraud, trahissant ainsi son ascendance Médicis. La seconde est de la même eau : Henri IV n’a eu de cesse que Marie de Médicis adopte l’usage du masque64. Il s’agissait de préserver le teint de la reine de tout hâle qui aurait pu la faire paraître « basanée » et donc rappeler ses origines italiennes... et espagnoles puisque sa grand-mère paternelle était une Alvarez de Tolède. Les stéréotypes nationaux produits par les libelles de l’année 1615 exposent donc bien des idées partagées au sommet de l’État sur la hiérarchie des peuples et sur l’identité française.

Enjeux politiques

37La virulence politique des textes de 1615 a été sous-estimée. Le message délivré par les stéréotypes vise à dénoncer un gouvernement de « mauvais Français », dominé par des Italiens, vendu aux Espagnols, opprimant les « bons Français » et travaillant à la ruine de l’État. Le vieux thème du monde à l’envers est abondamment exploité :

  • 65 Le protecteur des princes dédié à la Reyne.

On a chassé, banni, exilé et privé de leurs charges tant de gens de bien, tant de zélés et fidèles officiers comme factieux et traîtres au roi et à l’État65.

38La reine est le pivot autorisant un tel renversement des valeurs : Marie de Médicis concentre en sa personne les tares des Italiens, des Espagnols et des « mauvais Français ». La construction et la rhétorique du Protecteur des Princes sont parfaitement claires : tares et dangers incarnés par les Espagnols, les Italiens et leurs séides français sont exposés en un superbe crescendo polémique, entremêlant avertissements et attaques adressés à la reine, mise en cause en une dramatique envolée scandée par des procédés anaphoriques à l’effet garanti :

  • 66 Ibid.

Tous ces grands princes, que vous ont-ils fait Madame ?... et encore, Madame, que vous a fait ce grand parlement66 ?

  • 67 Toutes les citations qui suivent sont tirées du Protecteur des princes.

39Sous couleur de justifier la position des princes, le pamphlet devient un vaste réquisitoire prononcé contre la reine, un véritable portrait-charge. L’étrangère qui s’est immiscée dans le royaume ne peut être qu’une mauvaise mère pour les Français67 : Marie se comporte « en Junon, en marâtre », complice des « basanés » dont elle favorise les « pernicieux desseins ». La reine est le double inversé de la nation-mère, de même que l’Espagnol et l’Italien sont les doubles inversés du Français. N’ayant ni foi ni parole, érigeant le mensonge en principe de gouvernement, elle partage la duplicité des Espagnols et des « mauvais Français ». Esclave de ses passions, elle est privée de volonté : « je dis que vous pouvez accomplir tout cela avec une grande gloire, mais que vous ne le voulez pas... ». Elle est l’exact contre-modèle du prince néo-stoïcien, l’antithèse du « roi de raison » (D. Crouzet) qu’avait incarné Henri IV :

  • 68 Ibid.

L’amour, Madame, que vous deviez au public, au roi et à l’État devrait contrepeser la passion que vous avez pour ce beau marquis [...] ; au contraire, Madame [...] ce n’est que passion, que dérèglement, que débauche d’esprit, que désordre, que confusion, qu’opiniâtreté à mal faire [...] : nous aimons mieux mourir avec nos vices que les vices en nous68.

40Par sa coupable complicité avec les ennemis de l’État, la reine menace l’existence de la famille royale, accusation déclinée sur plusieurs registres : complicité dans l’assassinat d’Henri IV

  • 69 Ibid.

Je pleure, Madame, quand je me présente comme vous fîtes rayer des cahiers l’article qui portait la recherche des auteurs du parricide de notre grand Henri ; hélas ! il faut bien croire donc que vous savez que l’auteur est bien puissant69 ;

  • 70 Sur ce thème, voir aussi La chemise sanglante citée par H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 17 (...)
  • 71 À titre d’exemple : « Elle avait le cœur très haut, magnanime, dit Bassompierre ; ce qui veut dire (...)

41volonté d’éliminer les princes du sang et de faire de Concini « un gendre du grand Henri ». Aveuglée par la passion, la reine se rend coupable du plus grand crime politique possible, celui de lèse-majesté : « n’est-ce pas le traiter en roi que de vouloir déclarer ses ennemis criminels de lèse-majesté et les envoyer à la Bastille ? ». Le but final ne peut être que de faire monter le favori sur le trône : « cela est trop visible [...] qu’on veut fleurdeliser notre bon basané ». La vie du jeune roi est donc en danger70. Bien avant « l’Autrichienne », Marie est déjà une « reine scélérate ». Michelet n’a plus qu’à puiser à pleines mains dans un tel arsenal pour alimenter son délire misogyne et xénophobe71.

  • 72 Par exemple : « le lecteur retrouve les méfaits, les vices dont on chargeait les Italiens dans les (...)
  • 73 « Votre Monarchie, Sire, a cette gloire d’avoir plus persisté en sa durée et avoir moins senti d’al (...)
  • 74 Là encore, le legs politique du xvie siècle est manifeste. Il suffit pour le constater de se report (...)

42L’enjeu politique de tels propos dépasse largement les personnes mises en cause. Seule, la contextualisation politique donne toute sa cohérence aux éléments du stéréotype, lesquels, faute de ce, restent comme les morceaux épars d’un portrait éclaté72. En filigrane se lit l’apologie d’une monarchie idéale, conforme aux qualités essentielles des Français et aux vertus nationales. Évidemment, cette monarchie est fondée sur la loi salique que Marie de Médicis est accusée de remettre en cause. Alors que la monarchie française était une vraie « monarchie royale » (pour reprendre la terminologie de Bodin), elle évolue en « monarchie seigneuriale » sous l’action délétère de la reine. La preuve en réside dans les atteintes faites au droit naturel puisque la reine menace la vie de ses propres sujets : « les assassinats encore projetés, résolus & exécutés par un coyon & par un étranger contre des seigneurs signalés » ont été couverts par la complicité du pouvoir et sont restés impunis. L’accusation de tyrannie est explicite : sous le gouvernement de Marie de Médicis, dire le vrai est devenu un crime (« est-ce un crime, Madame, de dire le vrai ? »). L’étrangère ruine la constitution monarchique que la protection divine dévolue à la France assurait pourtant de mieux résister au temps que celle des autres États73. Par son action politique corrosive, la reine étrangère met à mal la caractéristique éponyme des Français : la liberté. Le raisonnement est parfaitement tautologique : la reine étrangère mène une politique anti-française donc liberticide ; elle poursuit une politique visant à établir une tyrannie, donc à ruiner la France74.

  • 75 Le Protecteur des princes déclare que, pour laisser Marie exercer la régence, Condé a « offensé sa (...)
  • 76 C’est un véritable lieu commun dans le débat politique traditionnel ; en 1581, le Miroir des Franço (...)

43Le système idéologique est d’une cohérence admirable : les stéréotypes de l’Italien et de l’Espagnol permettent de faire ressortir les vertus propres aux Français, celles-là mêmes qui caractérisent la noblesse, tandis que les tares hispano-italiennes dénotent des êtres de vile condition ; la constitution de la monarchie française reposant sur la masculinité, la loi salique et les mâles vertus des princes du sang, la corruption apportée par une reine italienne ayant usurpé sa qualité de régente75 dénature les Français, incline leurs âmes à la corruption et à la « coyonnerie » (lâcheté), débouche sur la mise en cause du fondement de l’État : la loi salique. L’essence de la monarchie ayant été touchée, l’identité française du royaume est également atteinte. Le régime politique ne peut que dériver vers la tyrannie dont Italiens et Espagnols, peuples d’esclaves ignorant la « franchise » française, favorisent les progrès76 : ils menacent la France dans son identité morale et culturelle comme dans son identité politique, celle d’une monarchie fondée sur la raison et le droit naturel.

  • 77 Je m’appuie sur les textes suivants : L’Espagnol français, Le fléau des médisants, et La Pitarchie (...)
  • 78 Par souci de cohérence chronologique, je m’en tiens ici à L’Espagnol français ; la richesse de L’An (...)

44Face à l’offensive des folliculaires au service de Condé, le gouvernement de Marie de Médicis n’est pas resté inactif : il a tenté un véritable effort de pédagogie pour contrer l’argumentation avancée par ses adversaires. Il faudrait consacrer un article entier à cette riposte. Je ne peux ici qu’en indiquer les principales lignes directrices77. À deux reprises au moins, la plume est tenue par Carlos Garcia, médecin franco-espagnol, que sa position et ses origines poussent tout naturellement à réfuter les stéréotypes caricaturaux des Espagnols et des Italiens. On lui doit L’Espagnol français de 1615, puis, en 1617, le très fameux traité La oposición y conjunción de los dos grandes Luminares de la Tierra o la Antipatía de Franceses y Espagnoles78.

45Certaines répliques gouvernementales se bornent à contrer les arguments des partisans de Condé en se situant sur le même terrain qu’eux. Elles s’attachent ainsi à montrer que les Italiens (entendez Concini) ne sont pas des parvenus mais des gentilshommes de bonne extraction, partageant les mêmes valeurs que les nobles français. L’Espagnol français tente une réhabilitation sociale et idéologique du maréchal d’Ancre :

  • 79 L’Espagnol français, p. 28.

Car (si nous voulons commencer par sa généalogie) il n’y a par mille lieues d’ici à Florence, ce n’est pas le climat des antipodes et n’est pas un pays privé de communication et commerce d’où ne se puisse informer celui, lequel par curiosité voudra savoir quelle est sa race : et ne faut pas grande peine pour faire voir les faux épithètes que malicieusement l’on impose à la noblesse de son sang. Je ne veux pas dire qu’il soit de maison royale ni des plus illustres du monde, mais aussi ne peut-on nier qu’il ne soit gentilhomme de maison plus relevée que l’ordinaire de ceux auxquels l’on donne ce titre et qu’entre les nobles du lieu de sa naissance il n’ait toujours été connu et respecté comme tel79.

  • 80 Allusion à son fréquent rôle de négociateur entre le gouvernement et le prince de Condé, notamment (...)

46Suivent des développements soulignant que le maréchal d’Ancre possède bien les valeurs morales et intellectuelles que les Français attachent à la noblesse, notamment le courage militaire, vertus qui se sont manifestées à travers la « prudence et dextérité qu’il a montrées à pacifier les choses qui se sont offertes en ce royaume80 ». La conclusion s’impose : « partant, il faut conclure qu’il a toutes les parties requises en un gentilhomme. »

47La défense de la reine s’appuie sur un portrait radicalement inverse à celui que propose Le protecteur des princes : au lieu d’une femme soumise aux passions, les libellistes dépeignent la reine sous les traits d’une femme forte, véritable femme-roi parée de toutes les qualités viriles dont le simple exposé doit suffire à faire tomber les arguments de ceux qui, au nom de la loi salique, contestent la légitimité d’un gouvernement dirigé par une femme :

  • 81 L’Espagnol français, p. 34 ; un tel exemple est loin d’être isolé : sur l’exploitation de la thémat (...)

Quand ces ignorants [...] disent que l’honneur de la nation française est fort intéressé d’être soumis à la volonté d’une femme, ils ne considèrent que la signification seule du nom de femme & ce qu’il sonne étant généralement pris, & ne voient pas qu’il ne peut être simplement appliqué à notre grande princesse sans le surnom que Salomon lui donne [le surnom de « forte »]. Puisque sa force et sa constance surpassent celle de plusieurs rois81.

48L’équivalence entre qualités viriles et qualités françaises posée par les stéréotypes hostiles aux Italiens et aux Espagnols, conduit à la conclusion implicite : les vertus masculines de la reine montrent qu’elle s’est véritablement naturalisée.

49Tentant toujours de retourner l’argument caractérologique contre les opposants au gouvernement, Garcia ne dédaigne pas l’ironie dans l’Espagnol français : comment est-il possible qu’avec les qualités qui sont les leurs, les Français puissent redouter quoi que ce soit des Espagnols ? La liberté, la bravoure et la sagesse des Français ne sont-elles pas des remparts suffisants contre toute tentative des Espagnols pour « entreprendre » sur la France ?

  • 82 L’Espagnol français, pp. 11-12.

Comment ne rougit-[on | point [...] de dire qu’il est à craindre qu’un étranger n’introduise des lois nouvelles en ce royaume & qu’il n’en chasse les naturels habitants ? Quel outrage fait-on à cette brave & généreuse nation de publier telles inepties, imprimées par l’univers. Et quoi ? a-t-on peut-être jamais vu la France nécessiteuse de conseils ? Se trouve-il qu’elle en ait été mendier chez les nations étrangères ? Cette province n’est-elle pas la glorieuse Athènes & l’oracle des autres nations ? [...] Combien donc vainement présume-t-on que l’Espagnol sous couleur d’un religieux prétexte puisse altérer la liberté qui est naturelle aux Français [...]82.

50Ironie confirmée par les retouches que Garcia apporte au stéréotype du Français, lui prêtant des défauts évidemment inexistants dans les libelles princiers :

  • 83 Ibid., pp. 3-4.

Les esprits français sont certes très vifs, pénétrants & déliés, je ne le veux ni puis nier. Mais ils le seraient parfaitement si leur subtilité n’était si fort tributaire de l’envie, & sujette à la passion ; étant certain qu’un esprit ne peut être trouvé ni estimé bon, lequel pour montrer sa gentillesse se porte à la médisance, dissolution & mordacité, étant un effet plus propre de l’ignorance et bassesse que de la vertu et bonté83.

51Du point de vue gouvernemental les trois peuples apparaissent ainsi beaucoup plus proches que ne le prétendent les libelles des « bons Français ». On fait notamment ressortir les qualités de modération qui rendent les Italiens idoines à jouer un rôle de médiateurs entre Français et Espagnols :

  • 84 Le fléau des médisants, p. 25.

Il faut avouer que les Français sont un peu trop prompts et trop légers [...] ; au contraire, les Espagnols sont un peu trop pesants et tardifs ; les seuls Italiens se tiennent dans la médiocrité où la vertu réside, nation estimée communément la plus sage et la plus avisée de tout le monde84,

  • 85 Cité par M. Smith, « Familiarité française et politesse italienne », p. 196.

52affirme un pamphlet favorable à Concini et d’un aristotélisme irréprochable (« la médiocrité où la vertu réside... »). Le thème est ancien, repérable au moins dès le milieu du xvie siècle dans le traité de Stefano Guazzo, La civile conversation : l’auteur s’y félicite qu’entre les deux extrémités incarnées par les nations française et espagnole, « notre nation tient le milieu85 ». La reine, italienne de naissance et française de cœur, devient donc la médiatrice toute désignée entre Français et Espagnols.

53En proposant une image de l’Italien et de l’Espagnol beaucoup plus proche de celle du Français, les libellistes gouvernementaux visent à infléchir les stéréotypes couramment admis afin d’atténuer les différences entre les « communautés imaginées » : le rapprochement de leurs caractères nationaux justifie ainsi le rapprochement politique opéré entre France et Espagne sous l’égide de la régente italienne. Menée à son terme, l’argumentation relativise les différences entre les peuples. La référence intellectuelle la plus appropriée est alors celle de penseurs grecs dont le cosmopolitisme est la réponse la plus pertinente à l’essentialisme nationaliste des « bons Français » :

  • 86 La Pitarchie française, pp. 23-24 ; le « grand médecin » en question est très certainement Sextus E (...)

Certes, comme ce grand médecin disait toutes les parties du corps, quoique fort différentes, devenir en quelque façon une par la peau qui les couvre, de même pouvons-nous dire toute la terre n’être, ainsi qu’estimait Alexandre, qu’une cité par le moyen du Ciel dont elle est de toutes parts entourée. Mais ces considérations sont trop hautes pour gens qui ne veulent rien voir au-dessus d’eux86.

  • 87 Le grand jubilé de joye, cité par A. Haran, Le lys et le globe, pp. 249-250.

54Les nécessités de la polémique politique poussent ainsi les partisans du gouvernement à se tourner vers des références autres que celles des « bons Français ». Puisque l’invocation d’Henri IV tend à être monopolisée par les partisans de Condé, les soutiens de la régente se tournent vers Alexandre le Grand qui offre l’immense avantage d’avoir réconcilié sous son autorité les Grecs et les Perses, pourtant considérés comme irréductiblement adverses. Dans le Grand jubilé de joye donné à la France pour le Très-heureux mariage et arrivée de Louys XIII avec... Anne d’Autriche, le mariage espagnol est comparé à l’union d’Alexandre avec la maison royale de Perse en la personne de Roxane87 : comparaison lourde de sous-entendus puisqu’elle signifie qu’il reviendra à terme à l’Espagne de s’aligner sous la loi française. La propagande monarchique promet que l’alliance conclue entre Habsbourgs et Bourbons doit tourner à l’avantage de ces derniers et consacrer la suprématie d’un royaume destiné à donner des rois à toute la terre. Les mariages espagnols deviennent un instrument de grandeur pour la F rance et préludent, par l’union du sang royal de France et du sang impérial d’Autriche, à l’avènement d’une monarchie universelle qui, la loi salique aidant, ne peut revenir qu’à la dynastie française. Le cosmopolitisme puisé dans la philosophie antique donne alors la main à l’idéal de croisade exposé, comme il se doit, avec des accents vibrants :

  • 88 L’Espagnol français, pp. 14-15.

[...] La ruine des infidèles & barbares nations consiste en l’union de ces deux monarchies &[...] le titre et blason de grand Seigneur indignement usurpé par un barbare & brutal prince ne lui peut être arraché que par l’intelligence & communes armes de ces deux grands potentats. [...] O France, France, archive & dépôt de la prudence & discrétion ! Pourquoi par la persuasion de ces faux prophètes refuserais-tu le présent singulier que le Ciel t’envoie & l’obéissance que toute la race d’Adam te vient offrir avec cette alliance ? Ne seras-tu point émue (toi qui es mère de piété & le refuge des affligés) des plaintives & lamentables voix que la misérable Grèce, que la Bulgarie, Esclavonie, Arménie & autres provinces chrétiennes te vont continuellement adressant, implorant ta valeur et ton secours, pour les délivrer de la dure & misérable servitude d’un infidèle et barbare roi88 ?

55Ce lyrisme n’a guère de prise sur les condéens pour lesquels la croisade n’est qu’un miroir aux alouettes que les Espagnols tendent aux Français :

  • 89 Allusion au roi Sébastien de Portugal mort au Maroc en 1578 durant la bataille de Ksar el-Kébir, di (...)

Il restera la conquête d’Orient : ce sera votre part, le pape vous en donnera le droit que vous vous promettez déjà ; vous promettra des croisades ; l’Espagnol se voyant proche du succès de ses desseins vous y assistera ; vous ne perdrez l’occasion & assemblant en un toutes vos forces, vous vous y acheminerez comme à une victoire certaine ; vous y conduirez votre roi pour le voir couronner au siège des Solimans où bientôt, se trouvera là seul, dénué de tout secours, étant trahi des siens déjà corrompus par l’Espagnol & abandonné de ceux qui lui poussaient, toutes ses forces étant rompues, il courra quelque bruit de sa mort, on enterrera un Suisse en son lieu à la façon du roi du Portugal, l’Espagnol sur ce bruit (quoique faux), comme beau-frère, rejetant votre loi, sa ligue s’emparera de son trône, personne ne lui pouvant résister : votre roi revient, ce sera un faux Sébastien89, ce sera un pâtissier ou quelque Calabrais, & le mettant en prison, on lui fera misérablement finir ses jours.

  • 90 Le conseiller fidèle à son roi, cité par D. Richet, « La polémique politique en France », p. 167.
  • 91 Je prends ce terme dans son sens premier, comme méthode replaçant les notions et les faits dans leu (...)
  • 92 En particulier L. Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses.
  • 93 D. Richet remarque que dans ces textes-là « les références au passé n’effacent pas l’intelligence d (...)

56D’autres libellistes gouvernementaux suivent une démarche toute différente en se démarquant de l’argumentaire de leurs opposants : ils entendent délivrer une véritable leçon d’histoire montrant que les circonstances du jeu international et intérieur ont changé avec la mort d’Henri IV. La bonne politique consiste donc à s’adapter à ce changement, à en mesurer les implications et non pas à suivre, avec une fidélité myope et obstinée, des lois prétendument tirées des essences nationales. Dans une société attachée à un idéal de fixité sociale et politique, la démonstration s’apparente à un véritable défi. Parce qu’il s’inscrit dans une perspective essentialiste, le discours des opposants condéens est anhistorique : lorsque référence est faite à l’histoire, c’est pour invoquer le thème du « de tout temps » (« de tout temps les guerres civiles se développent quand les princes du sang sont menacés90 »). Le discours opposé par les libelles gouvernementaux s’appuie sur un historicisme91 certainement nourri par l’idée de progrès historique que les historiens de la seconde moitié du xvie siècle ont commencé à formuler92. La situation politique du moment n’est plus expliquée, comme chez les condéens, par un affrontement de principes et d’essences nationales antagonistes, mais par une analyse historique qui, seule, permet d’apprécier la politique menée93. Pour contrer les discours dénonçant les libéralités dont les Concini auraient été les bénéficiaires, La Pitarchie française postule comme condition préalable à toute intervention dans le débat public, une connaissance exacte des données budgétaires. Le libelle présente un discours de la méthode pour conduire une analyse politique rationnelle, argumentée par des données factuelles :

  • 94 Le président Jeannin, intendant des finances exerçant aussi la charge de contrôleur général.
  • 95 Allusion évidente aux dons et pensions accordés au prince de Condé.
  • 96 Le maréchal d’Ancre.
  • 97 La Pitarchie française.

S’ils avaient pris la patience d’en conférer avec celui par les mains duquel passent toutes les finances de l’État94 (personnage dont l’envie même est contrainte d’avouer l’intégrité et d’admirer la suffisance [capacité] en toutes choses), ils auraient appris qu’il en a bien passé ailleurs [de l’argent]95. On sait ce qu’il en dit en la chambre du tiers état dans les Augustins lorsqu’il y fut envoyé par sa Majesté pour communiquer l’état des dépenses aux députés. Les charges de la Maison du Roi redoublées en toutes façons depuis quatre ans n’ont pas laissé au fond de ses coffres de quoi donner à celui dont nous parlons96 la centième partie de ce que crient ceux qui veulent faire du mécontentement populaire un instrument de leur rébellion. Qui ne sait, afin que nous ne parlions point du reste, de combien a été augmenté l’état des pensions tant dehors que dedans le royaume ? Mais, disent-ils, un mal ne guérit pas l’autre, c’est encore là un de nos griefs. Je vous entends, possible à cause que vous n’y avez point la part que vous voudriez. Race ingrate et téméraire qui, mesurant l’autorité de sa Majesté à votre profit, condamnez avec tant d’audace les causes dont vous savourez chacun jour avec tant de félicité les effets. Car qui doute que cette profonde paix en laquelle nous avons si doucement vécu jusqu’à cette heure, ne soit le fruit de cet argent qu’on a semé par les provinces dans les bourses des plus puissants et plus remuants ? [...] Toutes ces libéralités que [la reine] a faites ont été autant de chaînes d’or qui ont arrêté jusqu’à cette heure les mouvements dont tant de plaintes séditieuses commencent à nous menacer97.

57L’argumentaire fait ici très explicitement appel à l’opération de jugement dont nous avons vu qu’elle fondait l’appréciation de l’intérêt de l’État. Libelles gouvernementaux et traités d’économie politique se rejoignent alors dans la même démarche d’analyse historique, et contribuent à l’avènement d’une véritable opinion publique.

58Textes d’action en même temps que symptômes d’une accessibilité nouvelle de l’action politique au jugement de tout un chacun, les libelles contribuent à la création d’un espace public en familiarisant les sujets du roi avec la démarche de jugement politique. Via les libelles, des idées d’abord avancées dans un but tactique pour justifier l’action politique d’une minorité (les princes mécontents, les parlementaires parisiens), deviennent des idées dont la diffusion est favorisée par la position critique que, chez les sujets, la notion d’intérêt de l’État autorise envers l’information politique. Il importe de ne pas inverser l’ordre des raisons : c’est l’ambition politique des Condé, Bouillon et consort qui les pousse à utiliser des stéréotypes xénophobes dont ils savent qu’ils font recette parce qu’ils appartiennent à l’idéologie dominante chez les élites sociales et politiques. Cette dimension tactique est essentielle : les discours xénophobes de 1615 ne sont pas une réaction « naturelle » face à une politique qui aurait franchi un « seuil de tolérance » quant à la participation des étrangers au pouvoir, mais des textes de combat visant à déstabiliser le gouvernement...

  • 98 La démarche lisible dans l’usage que les pamphlets font des stéréotypes est ainsi aux antipodes de (...)

59Les stéréotypes nationaux qu’ils véhiculent contribuent à ce que la « communauté imaginée » de la nation soit vécue comme une réalité : par un jeu d’oppositions primaires mais efficaces, ils la rendent lisible en forçant les traits d’une identité nationale largement idéalisée, en faisant de l’étranger une instance dont l’altérité, aussi radicale que possible, présente un « miroir inversé des François », pour parodier le titre duquel nous sommes partis. Deux ressorts fondamentaux assurent l’efficacité de ce travail identitaire. Le premier est la transposition des caractéristiques nationales depuis le plan historique et culturel vers le plan ontologique : qu’il s’agisse des Italiens, des Espagnols ou des Français, leurs caractéristiques sont présentées comme les « effets » d’une « essence » permanente, inscrite dans le dessein divin98. La dimension historique et temporelle des identités nationales est ainsi occultée, l’Histoire étant seulement convoquée comme réservoir d’exemples pour illustrer l’antagonisme entre « essences » nationales irréductiblement différentes. Construction éminemment idéologique et culturelle, le stéréotype national récuse ainsi la démarche même qui le fonde.

60Les stéréotypes nationaux prétendent rendre compte de tous les champs de l’expérience humaine, depuis les caractères des individus jusqu’à la constitution politique des États. Cette prétention à la globalité explique que tout changement politique soit perçu comme une menace d’altération pour les valeurs nationales. Les pamphlets anti-gouvernementaux de 1615 délivrent tous la même leçon : la sauvegarde de l’identité française postule une fidélité inébranlable à l’héritage politique du passé que les libelles voient remis en cause par le gouvernement de Marie de Médicis. Ainsi fantasmée, l’identité française est conçue non comme une construction portée par l’histoire et projetée vers l’avenir, mais comme un héritage devant être entretenu par une fidélité absolue au passé, conservatoire irréfutable des essences nationales.

61Le recours aux stéréotypes aboutit à réactiver la thématique du bouc émissaire. Elle est exploitée sur le mode crescendo jusqu’en 1617, y compris après l’assassinat du maréchal d’Ancre (24 avril 1617). Le « sacrifice » de cette victime expiatoire permet à l’unité nationale, menacée par l’ambition de l’Italien, de se reconstituer :

  • 99 La Noblesse françoise au roy sur la guerre de Savoie.

Vous voyez [votre noblesse], Sire, en sa robe neuve, en sa mâle beauté, son teint n’est plus blafard ni son corps cacochyme, elle n’est plus déchirée de divisions domestiques, sa main droite ne combat plus la gauche, et depuis que vous avez écrasé le basilic qui l’infestait, sa bouche ne respire plus les puantes haleines d’un air pestiféré99.

  • 100 Sur les caricatures antiespagnoles répandues avec la bénédiction de l’État, voir S. Bertière, « La (...)

62Un tel mécanisme, dont la dimension anthropologique ne doit pas être sous-estimée, ramène à une observation de Christian Jouhaud présentée au début de cette étude : la régression de la pensée politique après 1630. Ne faut-il pas voir dans le concert de louanges célébrant la réconciliation nationale procurée par le meurtre de l’étranger, un moment décisif pour le brouillage, patent après 1630, des clivages idéologiques et politiques ? Le discours tenu par les libelles postérieurs à avril 1617 s’uniformise dans une exaltation monarchique répétitive et incantatoire : un signe flagrant en est la reprise, et cette fois par tous les camps, du thème de la croisade et de la mission eschatologique dévolue au roi de France. La réconciliation des élites souhaitée par Louis XIII en autorisant l’élimination de Concini, débouche sur une uniformité idéologique que les propagandistes au service de Richelieu ne font ensuite qu’exploiter. La décision de Louis XIII justifie a posteriori l’opposition menée par les princes entre 1614 et 1617, et conduit la propagande gouvernementale à se réapproprier les thèmes développés par les libelles princiers entre 1614 et 1617. C’en est alors fini de la distance que certains auteurs gouvernementaux avait prise à l’égard de l’essentialisme aristotélicien et d’une caractérologie des peuples présentée sous sa version la plus caricaturale. A partir de 1617, le discours officiel tenu par la monarchie sur les étrangers renoue, et pour longtemps, avec des stéréotypes nationaux outranciers, tendance que le conflit avec l’Espagne ne fait ensuite qu’accentuer100.

63La caution étatique a alors certainement joué en faveur d’un impact accru des idées, des clichés, et des dénonciations véhiculés par les libelles condéens des années 1610. Il est certes impossible de mesurer un tel impact en termes quantitatifs, mais la volonté de contrôler l’opinion, souci majeur chez les gouvernants du premier xviie siècle (c’était bien connu pour Richelieu, Jean-Pierre Babelon et Yves-Marie Bercé l’avaient souligné pour Henri IV, c’est maintenant patent dans l’entourage de Marie de Médicis), suggère qu’il a été considérable. Les stéréotypes présentés par les pamphlets ont-ils influé sur l’image que l’on se faisait des Italiens et des Espagnols, et sur la perception par les Français eux-mêmes des valeurs constitutives de leur identité ? Même si leur violence est bien moindre, l’impact des pamphlets de 1610 a certainement été plus important que celui des libelles ligueurs. Leur production, accompagnant la progressive constitution d’un espace public entre gouvernés et gouvernants, et leur diffusion, suivant les voies empruntées par celle des périodiques quelques années plus tard, ont favorisé, bien au-delà des foyers de production des textes, la répétition des mêmes thèmes et des mêmes clichés, enracinant dans des esprits non prévenus des stéréotypes d’autant plus séduisants que caricaturaux, d’autant plus attrayants que cautionnés par les élites sociales.

64Cet impact se devine dans la pérennité des thèmes mis en avant par les stéréotypes xénophobes de 1615, thèmes hérités des guerres de Religion et qui, à partir de 1617, bénéficient du relais complaisant assuré par la propagande royale. Passons sur les déchaînements verbaux encadrant l’assassinat de Concini et à côté desquels les textes de 1615 paraissent presque sereins et mesurés. Les mêmes thèmes se retrouvent bien plus tard, à l’époque contemporaine. Ils se lisent chez Michelet décrivant Louis XIII en des termes dont nous laissons au lecteur le soin d’apprécier la portée :

  • 101 C’est la reprise (inconsciente ?) du stéréotype de l’Espagnol au tempérament mélancolique.
  • 102 Michelet, Histoire de France, pp. 64-65 ; les termes soulignés le sont par moi.

Louis XIII [...] n’eut aucun trait de son père. Il ne fut pas seulement différent mais opposé en toute et chacune chose, n’ayant rien des Bourbons (côté paternel d’Henri IV), et encore bien moins des Valois, côté maternel d’Henri, qui si naïvement rappelait son joyeux oncle François Ier et sa charmante grand’mère, Marguerite de Navarre. Ce fils, nature sèche et stérile,101 véritable Arabie déserte, n’avait rien non plus de la France. On l’aurait cru bien plutôt un Spinola, un Orsini, un de ces princes ruinés de la décadence italienne venu du désert de Maremmes ou des chauves Apennins [...] Le sang italo-autrichien était dans le trône de France102.

  • 103 La Libre parole, n° 789 (17 juin 1894,) citée par A. Pichot, L’opinion publique française, p. 59.
  • 104 A. Pichot, L’opinion publique française, p. 123.

65Ces thèmes se lisent évidemment aussi chez les idéologues nationalistes voulant théoriser le racisme qu’ils professent. La Libre parole de Drumont présente les juifs originaires de Pologne et de Russie comme des « va-nu-pieds » et des « pouilleux103 » : le périodique renoue sans effort avec la présentation que les années 1610 faisaient des Espagnols et des Italiens en gueux misérables attirés par les richesses de la France. A la veille de la première Guerre mondiale, le thème du pacte diabolique passé avec les puissances infernales se retrouve, intact, à travers l’accusation récurrente lancée à l’encontre des juifs de pratiquer des meurtres rituels104. Dans le discours exaltant les « bons Français » et mettant en accusation la politique traîtresse menée par la régente et son gouvernement, comment ne pas entendre aussi les discours prônant la nécessité de réserver « la France aux Français », dénonçant les politiques fondées sur des internationales cosmopolites, et autres thèmes devenus familiers à l’époque contemporaine ? Leurs racines plongent fort loin dans le passé, bien avant la période dite contemporaine, et rappellent que l’histoire politique, aussi, doit compter avec la « longue durée ».

Bibliographie

Sources

Sources imprimées

Corpus principal

A Messieurs des Estats, s. l., n. d. [1614 ou 1615], (BNF, NUMM-99969).

Boccalino, Trajano, Les cent premières nouvelles et avis de Parnasse, par Traian Buccalin, Romain, où sous admirables inventions, gentilles métaphores & plaisants discours sont traités toutes matières politiques & d’État de grande importance, & préceptes moraux choisis & tirés de tous les bons auteurs, traduit par Th. de Fougasses, gentilhomme, Paris, Adrian Périer, 1615 (BNF, R 24354).

Cassandre française, La –, s. 1., n. d. (BNF, LB36-426[D]).

Discours prodigieux et espouventable de trois Espaignols et une Espagnolle, magiciens et sorciers qui se faisoient porter par les diables, de ville en ville, avec leurs déclarations d’avoir fait mourir plusieurs personnes et bestail par leurs sorcillèges, et aussi d’avoir fait plusieurs dégats aux biens de la terre : ensemble l’arrest prononcé contre eux par la Gour de Parlement de Bourdeaux, le Samedy 10. jour de Mars 1610, Paris, Jouxte la copie imprimée à Bordeaux [ca. 1615], (BNF, document numérisé sans indication de cote).

Espagnol français, L’– [attribué à Carlos García], s. 1., n. d. [1615], (BNF, LB36-452).

Fléau des médisants, Le –, s. 1., n. d. (BNF, LB36-947).

Héraclite françois, au Roy, sur la closture des Estats, L’–, s. 1., 1615 (BNF, NUMM- 99980).

Histoires espovantables de deux magiciens qui ont été étranglés par le diable dans Paris la semaine sainte, Paris, Claude Percheron, s. d. [1615], (BNF, NUMM-84876).

Pitarchie française, ou réponse aux vaines plaintes des malcontents, La –, Paris, G. Le Veau, 1615 (BNF, LB36-404[A]).

Protecteur des princes dédié à la Reyne, Le –, s. 1., 1615 (BNF, NUMM-99996).

Autres sources citées ou utilisées

Ambition de l’Espagnol, en son artifice par lui fait en la solennité de la veille de la S. Jean-Baptiste, au feu de joie que la ville de Paris a accoutumé faire par chacun an, par MCIHDC (23 juin), L’–, Paris, 1614, Jean Brunet (BNF, LB36-302).

Au roi. Discours politique, s. 1., n. d. [1614], (BNF, LB36-348).

Belloy, Pierre de, Apologie catholique contre les libelles, déclarations, advis et consultations faictes, escrites et publiées par les liguez perturbateurs du repos du royaume de France, qui se sont eslevez depuis le décès de feu Monseigneur, frère unique du Roy, par EDLIC, s. I., 1585.

Briefve computation du cardinal du Perron.. Montbéliard, 1615.

Caton français. Au roi, Le – (attribué à Jacques Gillot), Paris, 1614 (BNF, LB36-364à 364[F]).

Chemise sanglante de Henry le Grand, La –, s. 1., 1615 (BNF, LB35-915[B].

Conseiller fidèle à son roi, Le-, s. 1., n. d. [1614], (BNF, LB36-343).

Description du politicque de nostre temps, faict par un gentil-homme françois, La –, Paris, Veuve François Plumion, 1588 (BNF, LB34-948).

Discours des trahisons, perfidies et desloyautez. des Politiques de Paris, qui avoyent venu ladicte ville à Henry de Bourbon, Paris-Lyon, Loys Tantillon, 1589 (BNF, NUMM-79726).

Discours sur les mariages de France et d’Espagne contenant les raisons qui ont mu Monseigneur le Prince à en demander la surséance, s. 1., 1614 (BNF, LB 36-223 à 223 [E]).

Furetière, Antoine, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts..., La Haye – Rotterdam, Arnout & Reinier Leers, 1690 (2 vol.).

García, Carlos, La oposición y conjunción de los dos grandes Luminares de la Tierra o la Antipatía de Franceses y Espagnoles, éd. Michel Bareau, Edmonton (Canada), Alta Press, 1979 (cité C. García, Antipatía).

Grand jubilé de joye donné à la France pour le très-heureux mariage et arrivée de Louis XIII avec la sérénissime princesse infante d’Espagne Anne d’Autriche... parle sieur Jean Philippe Varin, Le –, Paris, N. Alexandre, 1616 [BNF, LB36-693].

Harangue faicte par la Noblesse de Champagne et de Brie. Insérée en ces Cayers, et presentes à sa Majesté, s. 1. 1615 (BNF, NUMM-99962).

Italien français, L’–, s. 1., n. d. [entre septembre 1616 et avril 1617], (BNF, LB36- 453 [A]).

Le Roy, Loys, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, et concurrence des armes et des lettres par les premières et plus illustres nations du monde, depuis le temps où a commencé la civilité et mémoire humaine jusques à présent, Plus s’il est vray ne se dire rien qui n ’ayt esté dict auparavant : et qu’il convient par propres inventions augmenter la doctrine des anciens sans s’arrester seulement aux versions, expositions, corrections, et abregez de leurs escrits, Paris, Pierre l’Huillier, 1575, rééd. Paris, Fayard, 1988.

Lettre du bon Français à M. le Prince, s. 1., 1615 (BNF, LB36-510).

Michelet, Jules, Histoire de France (2e éd.), Paris, 1877 (19 vol.), t. XIII (1599- 1628).

Noblesse française au roy sur la guerre de Savoie, La –, Soissons, 1617 (BNF, NUMM-100183).

Oudin, Caesar et alii, Thresor des trots langues espagnole, française, et italienne, auquel est contenue l’explication de toutes les trois, respectivement l’une par l’autre..., Genève, J. Crespin, 1627.

Oudin, Antoine, Recherches italiennes et françaises ou Dictionnaire contenant outre les mots ordinaires, une quantité de proverbes & de phrases, pour l’intelligence de l’une & l’autre langue, Paris, Antoine de Sommaville, 1640.

Remontrance à la reine sur les alliances d’Espagne, s. 1., 1614 (BNF, LB36-225).

Riccio, Michele, Le bon François, ou De la foy des Gaulois, trad. du latin de Me Michel Du Rit, Lyon, 1589.

Séjanus français, Le –, Au roi, s. 1., 1615 (BNF, L B36-431 [A |).

Tableau sentencieux Dezanville, 1614.

Bibliographie

Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 1996.

Asher, Robert Eller, National Myths in Renaissance France. Francus, Samothes and the Druids, Edimbourg, University Press, 1993.

Bedos-Rezak, Brigitte, « Tolérance et raison d’État : le problème juif », dans Henri Méchoulan (dir.), L’État baroque. Regards sur la pensée politique de la France du premier xviie siècle, Paris, J. Vrin, 1985, pp. 243-288.

Bertière, Simone, « La guerre en images. Gravures satiriques anti-espagnoles », dans Charles Mazouer (éd.), L’âge d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche (1615-1666). Actes du 20e colloque du Centre méridional de rencontres sur le xviie siècle (Bordeaux, 25-28 janvier 1990), Mont-de-Marsan, Éd. Interuniversitaires, 1991, pp. 147-184.

Cameron, Keith, Henri III, a Maligned or Malignant King? Aspects of the Satirical Iconography of Henri de Valois, Exeter, University of Exeter, 1978.

Carrier, Hubert, Les Mazarinades, Genève-Paris, Droz-Champion, 1989 (2 vol.), t. I : La conquête de l’opinion.

Cazauran, Nicole, « La polémique masquée : Le Miroir des François », dans Joël Fouilleron, Guy Le Thiec et Henri Michel (éd.), Société et idéologie des temps modernes. Hommage à Arlette Jouanna, Montpellier, Université de Montpellier 3,1996, pp. 533-552 (2 vol.).

Certeau, Michel de, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975.

Chaunu, Pierre, « Imagologie : la légende antihispanique », dans Pierre Chaunu (éd.), Rétrohistoire : racines et jalons, portraits et galeries, Paris, Economica, 1985.

Courtine, Jean-François, « L’héritage scolastique dans la problématique théologico-politique de l’âge classique », dans Henri Méchoulan (dir.), L’État baroque. Regards sur la pensée politique de la France du premier xviie siècle, Paris, J. Vrin, 1985, pp. 91-118.

Dubois, Claude-Gilbert, « La “nation” selon Jean Bodin et ses rapports avec la “république” et la “royauté” », dans joël Fouilleron, Guy Le Thiec et Henri Michel (éd.), Société et idéologie des temps modernes. Hommage à Arlette Jouanna, Montpellier, Université de Montpellier 3,1996, pp. 591-608 (2 vol.).

Dubost, Jean-François, La France italienne (xvie-xviie siècle), Paris, Aubier, 1997.

– « Les stéréotypes nationaux à l’époque moderne (vers 1500 – vers 1800) », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 1999, t. III(2), pp. 667-682.

– « La Cour de France face aux étrangers. La présence espagnole à la cour des Bourbons au xviie siècle », dans Chantal Grell (éd.), Les Cours d’Espagne et de France au xviie siècle, Madrid, Casa de Velázquez (à paraître).

– « Le “simple corps” de la reine de France au début du XVIIe siècle », dans Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (éd.), Souveraines d’Europe. Princesses et pouvoir politique à l’époque moderne. Colloque international (7-8 mars 2003), [à paraître].

Duccini, Hélène, « L’entourage des Concini. Les étrangers et leur image entre 1610 et 1617 », dans Le sentiment national dans l’Europe moderne, publié dans le numéro 15 (1991) de la revue Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), pp. 22-52.

– Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

Gauchet, Marcel, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Yves-Charles Zarka (dir.), Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux xv e et xviie siècles, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, pp. 193-244.

Haffemayer, Stéphane, L’information dans la France du XVIIe siècle. « La Gazette » de Renaudot, de 1647 à 1663, Paris-Genève, Champion – Editions Slatkine, 2002.

Haran, Alexandre Y., Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux xvie et xviie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

Heller, Henry, Anti-Italianism in Sixteenth-Century France, Toronto-Buffalo-Londres, University of Toronto Press, 2003.

Hildesheimer, Françoise, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004.

Huguet, Edmond, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Champion, 1925-1973 (7 vol.).

Jouhaud, Christian, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

Mathorez, Jules, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne », Bulletin du bibliophile, 1913, pp. 313-329 et 365-385.

Papin, Philippe, « Duplicité et traîtrise : l’image des Politiques durant la Ligue », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janv.-mars 1991, pp. 3-21.

Pélorson, Jean-Marc, « Le docteur Carlos García et la colonie hispano-portugaise de Paris (1613-1619) », Bulletin hispanique, 71,1969, pp. 518-576.

Perrens, François Tommy, Les mariages espagnols sous le règne d’Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1602-1615), Paris, Didier, s. d.

Pichot, Axelle, L’opinion publique française face à la situation des juifs des Empires russe, allemand et austro-hongrois, de 1879 à la veille de la Première guerre mondiale, Mémoire de DEA d’Histoire sous la direction de Philippe Boutry, Université de Paris XII, 2004.

Propaganda and Communication in World History, éd. Harold D. Lasswell, Daniel Lerner et Hans Speier, Honolulu, University Press of Hawaï, 1979-1980 (3 vol.), t. I : The Symbolic instrument in early times ; t. II : Emergence of public opinion in the West.

Richet, Denis, « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », dans Roger Chartier et Denis Richet (éd.), Représentation et vouloir politiques autour des États généraux de 1614, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1982, pp. 151-194.

Rodier, Y., Marie de Médicis et la symbolique d’un pouvoir politique (1600-1631), Mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Denis Crouzet, Université de Paris IV, 2004.

Rohan, Henri de, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, éd. Christian Lazzeri, Paris, Presses Universitaires de France, 1995.

Sesé, Bernard, et Marc Zuili, Vocabulaire de la langue espagnole classique (xvi e et xviie siècles), Paris, Nathan, 2001.

Smith, Marc, « Familiarité française et politesse italienne au xvie siècle. Les diplomates italiens juges de manières de la cour des Valois », Revue d’histoire diplomatique, 3-4,1988, pp. 193-232.

Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xviesiècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Yardeni, Myriam, « Antagonismes nationaux et propagande durant les guerres de Religion », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 13, 1966, PP- 273-284.

Notes

1 N. Cazauran, « La polémique masquée », p. 540.

2 B. Anderson, L’imaginaire national, pp.19-20.

3 Ch. Jouhaud, La Fronde des mots, p. 23 ; voir aussi H. Duccini, Faire voir, faire croire.

4 M. Yardeni, « Antagonismes nationaux ».

5 H. Heller, Anti-Italianism.

6 Véritable guerre polémique qui éclate en 1603 avec la publication du Soldat français de Pierre de l’Hostal, suivie par celle du Chevalier français de julien Pelus : J. Mathorez, « A propos d’une campagne de presse contre l’Espagne ».

7 Serviteur de Villeroy qui l’a fait placer à l’ambassade d’Espagne ; soudoyé depuis 1599, il vend les dépêches de France aux diplomates espagnols en poste à Paris.

8 F. T. Perrens, Les mariages espagnols.

9 Ch. Jouhaud, La Fronde des mots, pp. 37-38.

10 La polarisation du débat politique mériterait une étude spécifique : D. Richet insistait sur la difficulté à opposer des positions tranchées entre deux courants, même si son étude ne se dégage guère d’un balancement constant entre le camp de Condé et celui du gouvernement ; H. Duccini (Faire voir, faire croire) décèle trois courants dans la production pamphlétaire, celui des anciens ligueurs, celui des partisans de la reine, celui des héritiers des politiques s’autoproclamant « bons Français » ; sur la question précise de la mise en cause des étrangers, les positions sont assez nettes entre, d’un côté, partisans d’un rapprochement avec l’Espagne, défenseurs de la régente et de son entourage italien, et, d’un autre côté, ceux qui s’opposent à la reine et à ses conseillers, Français et Italiens confondus.

11 « L’importance de l’opinion publique dans la vie politique et la conduite des affaires d’un pays, fût-il une monarchie absolue, n’est pas à démontrer... » (H. Carrier, Les mazarinades, P- 3o).

12 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, en particulier pp. 153-1623 ; J.-F. Courtine, « L’héritage scolastique » ; et M. Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État ».

13 Même si le processus est celui d’une lente évolution et non pas d’un changement radical et immédiat, les années 1590-1610 constituent bien un tournant majeur pour les conditions intellectuelles présidant à l’avènement d’une opinion publique ; il faut donc nuancer les analyses qui se fondent sur les seules conditions socioculturelles comme celles que présente le recueil Propaganda and Communication in World History, introduction générale.

14 Voir sur ce point l’introduction de Ch. Lazzeri à H. de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté.

15 « Etant impossible non seulement en terre de piété, conseil & crainte de Dieu, mais ni encor entre les barbares & sauvages de se persuader que la mère veuille livrer son fils ès mains de ses ennemis, & le prince son État en celle des étrangers » (L’Espagnol français, p. 13).

16 Au milieu du xviie siècle et par le biais des réimpressions provinciales, la Gazette circule dans l’ensemble du royaume (S. Haffemayer, L’information de la France du xviie siècle) ; le même phénomène de réimpression est patent pour un certain nombre de pamphlets des années 1610 (H. Duccini, Faire voir, faire croire).

17 Rappelons que la création du Mercure français date de 1613.

18 L’Espagnol français, pp. 6 & 12.

19 Leur liste figure en bibliographie sous la rubrique « corpus principal » des sources imprimées ; j’ai opté pour des textes qui avaient été relativement peu exploités par D. Richet et par H. Duccini, afin de multiplier les possibilités de comparaisons et d’échos intertextuels.

20 Le Protecteur de Princes déclare : « il faut porter sur le front ce qui est en l’esprit comme dit Plotin » (p. 7) et présente les princes comme « la seule tour d’airain qui n’a pu être percée par la force de l’or de Castille » (p. 23) ; L’Héraclite français use presque textuellement des mêmes phrases : « n’est-il pas vrai qu’il faut porter sur le front ce qui est en l’esprit comme dit Plotin ? » (p. 14) ; Condé y est le « seul rempart de la grandeur de votre jeune roi et la seule tour d’airain qui n’a pu être forcée par la force de cet or de Castille » (p. 9).

21 Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 26193, n° 389 : arrêt du parlement (décembre 1611) mentionnant Guillaume Bailly, secrétaire du prince de Condé. D’autres attributions sont avancées, comme celle d’Antoine Arnauld pour l’Avis au roi de 1615, ou de Pelletier pour L’image de la France représentée à Messieurs des États. Avec la réfutation d’un libelle intitulé le Caton français fait contre ceux qui maintiennent la Religion et l’État, 1615 (D. Richet, « La polémique politique en France », pp. 159 et 188).

22 D. Richet soulignait, pour les pamphlets des années 1610, une sensibilité à l’événement politique qui cherche à enraciner ses réactions « dans un système de références où l’on peut retrouver tout le bagage culturel et historique d’une époque ».

23 Sur la permanence des stéréotypes, voir J. F. Dubost, « Les stéréotypes nationaux à l’époque moderne » ; sur les traits dominants du stéréotype de l’Espagnol et de l’Italien pendant les guerres de religion, voir M. Yardeni, « Antagonismes nationaux ».

24 H. Duccini, « L’entourage des Concini », pp. 29-30.

25 L’Italien français ; sur la présentation de Léonora comme sorcière, voir aussi Lettre du bon Français à M. le Prince.

26 B. Sesé et M. Zuili, Vocabulaire de la langue espagnole classique.

27 Je m’en tiens aux qualifications présentées par les pamphlets que j’ai retenus, étant bien entendu que des caractéristiques supplémentaires sont avancées par d’autres textes, mais elles ne modifient pas sensiblement le portrait d’ensemble : si les Remontrances à la reine sur les alliances d’Espagne et L’ambition de l’Espagnol dénoncent chez les Espagnols une ambition que les libelles que j’ai utilisés prêtent plus volontiers aux Italiens, on retrouve dans Le Caton français la fierté et l’arrogance attribuées aux Ibériques, voir D. Richet, « La polémique politique en France ».

28 Ainsi que le reconnaît d’ailleurs La Cassandre française : « vous n’êtes point assurés d’avoir toujours un Paul... »

29 J.-M. Pélorson, « Le docteur Carlos Garcia » ; B. Bedos-Rezak, « Tolérance et raison d’État » ; H. Duccini, « L’entourage des Concini », p. 36 ; et J.-F. Dubost, « La Gour de France face aux étrangers ».

30 Le Discours sur les mariages de France et d’Espagne les qualifie d’« esclaves du roi d’Espagne comme ils l’ont fait de tout temps » ; et D. Richet, « La polémique politique en France », p. 170.

31 Le protecteur des princes dédié à la Reyne ; la cible ici visée est le chancelier Brulart de Sillery.

32 La Cassandre française.

33 D. Richet, « La polémique politique en France ».

34 Trait fondamentalement judéo-chrétien dont l’une des formulations les plus nettes apparaît dans les prescriptions du Deutéronome.

35 La description du politique de notre temps, cité par K. Cameron, Henri

36 « Satan qui les gouverne », affirme le même texte.

37 Ph. Papin, « Duplicité et traîtrise » ; sur le thème du traître de l’intérieur, l’auteur cite en particulier le Discours des trahisons des Politiques selon lequel les politiques s’assembleraient secrètement à l’hôtel de Gondi, assertion qui montre que les Italiens sont pris à parti dans tous les cas : comme complices des politiques en 1589, comme complices des Espagnols et des « mauvais Français » en 1615 ; on retrouve également, formulé à l’encontre des « politiques » de 1588-1589, le reproche de cupidité ou d’avarice adressé par les pamphlets de 1615 aux Italiens et aux « mauvais Français ».

38 Ce dernier terme pose problème ; il ne se trouve pas dans le Dictionnaire de la langue française d’E. Huguet ; la forme ancienne de turban est « tulban » ; en revanche, le sens premier de « ban » étant bannissement, il est possible que « tierban » soit un jeu de mots du libelliste sur une double acception religieuse et sociale, renvoyant à la fois à la religion mahométane et à la lie des exilés religieux constituant un « troisième ban », une racaille sociale et religieuse ; je remercie Francis Dubost qui m’a suggéré la probable polysémie du terme.

39 La Cassandre française.

40 « Pour qui est familier de la polémique huguenote, et surtout ligueuse du dernier quart du xvie siècle, où les citations tirées de l’Ancien testament et des épîtres du Nouveau noircissent les pages, le changement est frappant » (D. Richet, « La polémique politique en France », p. 153).

41 Pour s’en tenir à ce que l’on trouve dans le Protecteur des princes dédié à la Reyne.

42 D’où l’intérêt qu’il y a à tirer les Français vers le Nord...

43 A Messieurs des États.

44 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France.

45 Sur cette question étudiée par R. E. Asher, National Myths in Renaissance France, voir la mise au point d’A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, p. 37.

46 La polarisation du débat politique mériterait une étude spécifique : D. Richet insistait sur la difficulté à opposer des positions tranchées entre deux courants, même si son étude ne se dégage guère d’un balancement constant entre le camp de Condé et celui du gouvernement ; H. Duccini (Faire voir, faire croire) décèle trois courants dans la production pamphlétaire, celui des anciens ligueurs, celui des partisans de la reine, celui des héritiers des politiques s’autoproclamant « bons Français » ; sur la question précise de la mise en cause des étrangers, les positions sont assez nettes entre, d’un côté, partisans d’un rapprochement avec l’Espagne, défenseurs de la régente et de son entourage italien, et, d’un autre côté, ceux qui s’opposent à la reine et à ses conseillers, Français et Italiens confondus.

47 En témoigne par exemple la réimpression en 1589 d’un traité attribué à M. Riccio, juriste de la fin du xve siècle, Le bon François, ou De la foy des Gaulois.

48 Le protecteur des princes dédié à la Reyne, p. 26.

49 Sur l’application successive de ce poncif aux Italiens puis aux Espagnols, voir J.-F. Dubost, La France italienne, p. 310.

50 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au XVI e siècle.

51 Au roi. Discours politique, cité par H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 219.

52 Stéréotype d’ailleurs repris par Cervantès lui-même dans ses Nouvelles exemplaires.

53 Le Caton français, cité par D. Richet, « La polémique politique en France », p. 170.

54 Est alors synonyme de phtisique, C. Oudin et alii, Thresor des trois langues.

55 Briefve computation du cardinal du Perron, cité par H. Duccini, Paire voir, faire croire, p. 221.

56 Ce qui, là non plus, ne manque pas de piquant, si l’on relit les pamphlets.

57 Dans ses Recherches italiennes et françaises Oudin traduit « basané » par « abrusciato dal sole » (brûlé par le soleil).

58 B. Bedos-Rezack, « Tolérance et raison d’État », p. 271, citant La Peyrère, Le rappel des juifs (1643) : « les juifs [...] n’auront plus cette couleur noire et basanée qu’ils ont contractée en leur exil La mobilisation de ces divers thèmes est également liée à des enjeux très conjoncturels : au début de l’année 1615, un rapprochement tactique s’est opéré entre Condé et le parlement de Paris contre Marie de Médicis ; or, le Parlement a une position plutôt hostile aux juifs, même lorsqu’il s’agit de marranes officiellement convertis (B. Bedos-Rezack, « Tolérance et raison d’État », p. 266) ; il est donc fort probable que l’application de la thématique anti-judaïque aux Italiens et aux Espagnols a été favorisée par ce rapprochement – même si le soupçon de judaïté est retourné contre les Espagnols au moins dès le second quart du xvie siècle (P. Chaunu, « Imagologie ») – les adversaires de Marie de Médicis n’ayant qu’à exploiter l’aubaine que représente pour eux la présence, auprès de la reine et de Léonora Galigaï, du seul juif alors officiellement autorisé à pratiquer sa religion en France sans aucune espèce d’entraves, leur médecin Philotier Montalte.

59 C’est bien connu pour l’Espagne, foyer de la « seconde scolastique », mais c’est tout aussi vrai pour les hommes politiques français, comme le montre le cas de Richelieu dont la réflexion a été relue à la lumière de la formation scolastique du prélat, voir F. Hildesheimer, Richelieu, en particulier pp. 329 et sqq.

60 La Cassandre française.

61 T. Boccalino, Les cent premières nouvelles et avis de Parnasse.

62 Ibid.

63 La Cassandre française.

64 J.-F. Dubost, « Le “simple corps” de la reine ».

65 Le protecteur des princes dédié à la Reyne.

66 Ibid.

67 Toutes les citations qui suivent sont tirées du Protecteur des princes.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Sur ce thème, voir aussi La chemise sanglante citée par H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 174:

71 À titre d’exemple : « Elle avait le cœur très haut, magnanime, dit Bassompierre ; ce qui veut dire qu’elle était altière et vindicative. Pour la vendetta italienne, ce n’eût pas été trop qu’une Saint-Barthélemy générale des clercs, des juges, etc. Mais plus coupable était le roi. La reine se bouchant les oreilles aux avis que la d’Escoman s’efforçait de faire arriver. [...] L’obstinée révélatrice fut arrêtée le lendemain. Incroyable coup d’audace ! ceux qui donnèrent l’ordre étaient donc bien appuyés de la reine, ou bien sûrs que le roi mourrait avant que l’affaire fût arrivée à ses oreilles. La d’Escoman était si aveugle, que, du fond de sa prison [...], elle s’adressa encore à la reine. Sans nul doute, l’avis pénétra, mais trouva fermée la porte du cœur », J. Michelet, Histoire de France, pp. 153-154, et tout à l’avenant...

72 Par exemple : « le lecteur retrouve les méfaits, les vices dont on chargeait les Italiens dans les libelles – la cupidité sans scrupule, le goût d’un pouvoir tyranniquement exercé, l’indifférence au sort d’un royaume qui leur reste étranger et, pour seule morale, la recherche des plaisirs immédiats... » (N. Cazauran, « La polémique masquée », p. 536).

73 « Votre Monarchie, Sire, a cette gloire d’avoir plus persisté en sa durée et avoir moins senti d’altération que nul autre État, Empire ni royaume, tant pour être composée avec une symétrie plus excellente que pour avoir des qualités plus répugnantes à la corruption », Harangue faite par la noblesse de Champagne & Brie.

74 Là encore, le legs politique du xvie siècle est manifeste. Il suffit pour le constater de se reporter aux pamphlets des années 1570 et 1580, voir J.-F. Dubost, La France italienne, pp. 312-318.

75 Le Protecteur des princes déclare que, pour laisser Marie exercer la régence, Condé a « offensé sa qualité & trahi son mérite ».

76 C’est un véritable lieu commun dans le débat politique traditionnel ; en 1581, le Miroir des François fait dire à l’Italien : « au lieu d’une France française, qui est à dire libre et franche, nous l’eussions rendue et baptisée Nonfrance, Nonfranchise et du tout infranchisée », N. Cazauran, « La polémique masquée », p. 547.

77 Je m’appuie sur les textes suivants : L’Espagnol français, Le fléau des médisants, et La Pitarchie française.

78 Par souci de cohérence chronologique, je m’en tiens ici à L’Espagnol français ; la richesse de L’Antipatía fait que ce texte mériterait une étude autonome, amorcée par M. Barreau dans l’édition qu’il a donnée du traité en 1979 (C. Garcia, Antipatía).

79 L’Espagnol français, p. 28.

80 Allusion à son fréquent rôle de négociateur entre le gouvernement et le prince de Condé, notamment en 1612-1613, pour apaiser le mécontentement affiché par ce dernier.

81 L’Espagnol français, p. 34 ; un tel exemple est loin d’être isolé : sur l’exploitation de la thématique de la femme forte en faveur de Marie de Médicis, voir Y. Rodier, Marie de Médicis et la symbolique d’un pouvoir politique.

82 L’Espagnol français, pp. 11-12.

83 Ibid., pp. 3-4.

84 Le fléau des médisants, p. 25.

85 Cité par M. Smith, « Familiarité française et politesse italienne », p. 196.

86 La Pitarchie française, pp. 23-24 ; le « grand médecin » en question est très certainement Sextus Empiricus dont les écrits sont particulièrement appréciés au début du xviie siècle.

87 Le grand jubilé de joye, cité par A. Haran, Le lys et le globe, pp. 249-250.

88 L’Espagnol français, pp. 14-15.

89 Allusion au roi Sébastien de Portugal mort au Maroc en 1578 durant la bataille de Ksar el-Kébir, disparition alimentant ensuite de tenaces rumeurs sur le retour de ce roi, rumeurs sur lesquelles s’appuie ici La Cassandre française, pp. 5-6.

90 Le conseiller fidèle à son roi, cité par D. Richet, « La polémique politique en France », p. 167.

91 Je prends ce terme dans son sens premier, comme méthode replaçant les notions et les faits dans leur contexte historique et refusant de les juger à partir d’a priori atemporels, comme le sont les « essences nationales ».

92 En particulier L. Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses.

93 D. Richet remarque que dans ces textes-là « les références au passé n’effacent pas l’intelligence des évolutions » (« La polémique politique en France », p. 168).

94 Le président Jeannin, intendant des finances exerçant aussi la charge de contrôleur général.

95 Allusion évidente aux dons et pensions accordés au prince de Condé.

96 Le maréchal d’Ancre.

97 La Pitarchie française.

98 La démarche lisible dans l’usage que les pamphlets font des stéréotypes est ainsi aux antipodes de celle d’un Bodin qui, dans la Méthode de l’Histoire, s’appuie aussi sur la formulation de stéréotypes nationaux, mais « pose en principe l’identité et l’égalité humaines, les variations constatées étant circonstancielles et non substantielles » : Cl.-G. Dubois, « La “nation” selon Jean Bodin », p. 595 ; il faut donc prêter la plus grande attention à la visée idéologique présidant à l’usage des caractérisations nationales ; ainsi, lorsqu’il recourt au thème des origines germaniques des Français, Bodin mobilise ce thème avec l’intention de réduire « tes différences dans l’origine et l’histoire des peuples » alors que d’autres, comme Hotman, y recourent dans un but exactement inverse.

99 La Noblesse françoise au roy sur la guerre de Savoie.

100 Sur les caricatures antiespagnoles répandues avec la bénédiction de l’État, voir S. Bertière, « La guerre en images » ; et H. Duccini, Faire voir, faire croire.

101 C’est la reprise (inconsciente ?) du stéréotype de l’Espagnol au tempérament mélancolique.

102 Michelet, Histoire de France, pp. 64-65 ; les termes soulignés le sont par moi.

103 La Libre parole, n° 789 (17 juin 1894,) citée par A. Pichot, L’opinion publique française, p. 59.

104 A. Pichot, L’opinion publique française, p. 123.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search