Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

L’affirmation d’un sentiment national espagnol face à la France du début des guerres de Religion

The Affirmation of a Spanish National Sentiment in Opposition to France at the Outset of the Wars of Religion

La afirmación de un sentimiento nacional español frente a Francia a comienzos de las guerras de Religión

Bertrand Haan

Résumé

Dans ses royaumes espagnols, Philippe II a cherché tout au long de son règne à renforcer un sentiment national en exploitant sa rivalité avec la France. Mettant à profit les troubles civils et religieux de la monarchie voisine, il s’est attaché à apparaître comme le premier d’entre les princes chrétiens et le seul véritable souverain luttant contre le protestantisme, flattant le sentiment d’élection de ses sujets espagnols. Ce relatif succès ne doit cependant pas être interprété comme le seul fruit des efforts du pouvoir royal. Il semble aussi bien s’expliquer par des réflexes assez spontanés de xénophobie et, de rejet, à l’égard d’un peuple français contaminé par l’hérésie ; historiquement, de plus, c’est d’abord sur la frontière, en Navarre, en Aragon et en Catalogne, qu’une identité s’est forgée dans une résistance face à la monarchie française. Ainsi, pour qu’une identité nationale prenne corps, il semble que sa définition au plan individuel ou régional et sa formulation par le pouvoir royal doivent coïncider ; elle ne peut naître que de leur interaction, non d’une initiative venue des cercles dirigeants.

Texte intégral

1Considérer qu’il existe, au xvie siècle, un sentiment national dans un pays dont l’unité fait encore l’objet de discussions peut sembler contestable. L’héritage légué par Charles Quint à Philippe 11 dans la péninsule Ibérique correspondait à une juxtaposition de royaumes. Au plus haut niveau, les trois Couronnes de Castille, d’Aragon et de Navarre, ensembles territoriaux eux-mêmes fort composites, étaient soumis à une même autorité depuis l’époque des Rois Catholiques. Elles demeuraient indépendantes et entretenaient peu de liens entre elles. Chacune était dotée d’héritages historiques et identitaires propres.

  • 1 J. A. Maravall, El concepto de España en la Edad Media ; L. Suárez Fernández, « Hispania : los fund (...)

2Il existait pourtant une conception complexe de l’identité nationale dès la fin du Moyen Âge. L’idéal de reformer l’unité perdue, avivé par les historiographes et par les prophéties, se fondait sur la mémoire des rois wisigoths, qui avaient conquis la majeure partie de l’Hispania romaine et l’avaient convertie au catholicisme. L’union dynastique réalisée par les Rois Catholiques leur permit de se présenter avec succès comme les restaurateurs de l’Hispania1. Au milieu du xvie siècle, il existait indéniablement une conscience partagée d’appartenir à une même entité espagnole, fondée entre autres sur la fidélité à un même souverain et sur un héritage historique commun, que l’on peut considérer comme les premières manifestations d’un sentiment national.

  • 2 Voir M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe I (...)

3Sa maturation présente un caractère original par rapport aux autres grandes monarchies européennes. Elle s’est avant tout effectuée dans une lutte contre l’Islam et les dynasties musulmanes installées dans la Péninsule. Plus que dans aucun État de la chrétienté peut-être, c’est face à l’autre que l’Espagne s’est construite2. Au xvie siècle, alors très intégrée au jeu européen, elle se bâtit face à l’infidèle, face aux autres États de la monarchie et face aux puissances étrangères. La France, principale rivale et voisin immédiat, eut une influence déterminante. Elle joua même un rôle capital au début du règne de Philippe II, dont la première décennie constitue un moment historique particulièrement propice à l’étude du sentiment national espagnol. La monarchie du Roi Catholique est alors un ensemble territorial nouveau. Il comprend les royaumes de la Péninsule et leurs possessions américaines, enfin unis de manière indiscutable sous l’égide d’un seul souverain, les Pays-Bas et la Franche-Comté, et les royaumes de Naples, de Sardaigne et le duché de Milan – mais pas les terres héréditaires des Habsbourg et le titre impérial de Charles Quint. Elle est alors portée sur les fonts baptismaux et il s’agit de lui donner une cohérence politique et idéologique. La situation de la France lui facilite la tâche. C’est une puissance vaincue : le traité du Cateau-Cambrésis, signé en 1559, scelle une cuisante défaite militaire et diplomatique. Bien plus, les guerres de Religion ont fortement porté atteinte au capital symbolique du Roi Très-Chrétien et de son royaume en Europe. Enfin, la découverte de foyers protestants à Valladolid et à Séville, en 1558, et l’avènement d’une puissante minorité calviniste outre-Pyrénées appelaient une réaction dans les terres espagnoles.

  • 3 Voir les travaux pionniers de J. Sánchez Montes, Los españoles ante la política internacional de Ca (...)
  • 4 Sur la question du rôle de l’État dans l’élaboration du sentiment national, voir B. Guenée, « État (...)

4La monarchie voisine et les Français d’une manière générale interviennent donc de diverses manières dans l’existence et l’imaginaire des habitants de la Péninsule. Pourtant, l’identité nationale telle qu’elle est définie par le pouvoir royal est, souvent, seule prise en compte. Les relations entre le Roi Catholique et ses sujets en ce domaine sont considérées en termes d’adhésion à la politique extérieure du souverain3. Le véritable enjeu semble plutôt être d’envisager la construction du sentiment national comme la confrontation entre plusieurs conceptions de celui-ci, puisque, même s’il coexiste avec des identités locales et provinciales, il est présent dans tous les territoires espagnols4.

  • 5 Selon la définition d’A. Gutiérrez (La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 13)

5On se heurte, certes, à un écueil de taille. Les documents permettant d’appréhender le sentiment national tel qu’il est conçu et promu par les cercles dirigeants et les milieux savants sont assez nombreux, mais il est plus délicat de recueillir des éléments permettant de dégager une « image collective » de la France et des Français5. Les travaux mettant à profit les délibérations des Cortex et des municipalités ainsi que les études portant sur l’Inquisition, sur l’immigration et sur les régions frontalières, qui exploitent les sources législatives et judiciaires, sont sans doute les plus directement utiles ; on fera aussi appel aux correspondances diplomatiques : dans leurs réactions spontanées, les lieux communs qu’ils formulent, les ambassadeurs apparaissent avant tout comme des Espagnols.

6Le rapprochement de ces sources offre la possibilité d’analyser la construction d’un sentiment national espagnol sous différents aspects : face à une monarchie affaiblie, face à l’immigré français et à une France contaminée par l’hérésie, et enfin face à des identités locales et régionales fortement affirmées.

L’affirmation de la prééminence de la monarchie espagnole

  • 6 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, pp. 46-53.

7Dans la lutte symbolique opposant deux souverains, mais aussi deux nations chrétiennes, la France était le seul adversaire digne de se mesurer à la nouvelle monarchie du Roi Catholique. Or, du fait de troubles civils et religieux, l’autorité du souverain rival était contestée et son royaume en proie à une crise de conscience6. D’autre part, la paix du Cateau-Cambrésis avait placé les relations entre les deux monarchies sous le signe de l’amitié. Ces conditions favorisèrent l’affirmation par Philippe II de son rang de premier souverain de la chrétienté et de l’Espagne comme premier royaume chrétien. Ce dessein rencontra des sentiments partagés non seulement par les cercles dirigeants et lettrés, mais aussi, manifestement, par la population espagnole.

  • 7 M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II », (...)
  • 8 En 1574, un commissaire de l’Inquisition de Cuenca approuve le transfert des reliques de saint Eugè (...)

8Si les desseins de Philippe II ne sont souvent pas toujours accessibles au plus grand nombre, il a, en certaines circonstances, clairement montré ses intentions. Dès 1559, il s’intitule, sur la scène européenne, « Roi Catholique des Espagnes », reprenant un héritage d’Isabelle de Castille et de Ferdinand d’Aragon destiné à affirmer une supériorité sur le Roi Très-Chrétien. Par ce choix, Philippe II proclamait, face à la France, l’unité des royaumes de la Péninsule et les plaçait au premier rang des États de sa monarchie7. Le souverain toucha plus directement ses sujets lors des cérémonies publiques. Une des plus importantes du règne fut organisée en 1565 pour le transfert du corps de saint Eugène, considéré comme le premier évêque de Tolède. L’assistance, nombreuse, ne fut-elle pas portée à considérer que les prestigieuses reliques d’un évangélisateur supposé de l’Espagne étaient retirées d’un royaume où la force de la religion était amoindrie et où l’on commettait des actes iconoclastes, alors que son culte allait refleurir dans une terre libre d’hérésie8 ? Le souverain exprimait, en tout cas, clairement l’ascendant pris par sa monarchie.

  • 9 P. Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía, pp. 68-71.
  • 10 F. Vázquez de Menchaca, Controversiarum illustrium aliarumque usu frequentiwm libri tres, t. I, pp. (...)
  • 11 C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux, t. I, p. 53.

9Les milieux savants affirmèrent, face à la France et à son roi, des conceptions bien plus construites que Philippe 119. Ils commencèrent à prendre leur plume lorsque Pie IV, en 1564, reconnut la préséance à son rival. La réponse vint d’Espagnols résidant à Rome, et principalement du juriste Vázquez de Menchaca et du basque Agustín Cravaliz10. On peut considérer qu’ils élaborent un discours semi-officiel. En effet, leurs arguments sont aussi employés par les ambassadeurs et inspirent les gouvernants. L’ouvrage de Cravaliz devint, selon l’ambassadeur français Fourquevaux, « le manuel ou enchiridion des plus grandz d’Espaigne pour prouver ce qu’ilz vouldroient bien11 ».

  • 12 A. Milhou, « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », pp. 13-17.
  • 13 Discours de Cravaliz (mai 1564), BNM, ms. 1022, f° 37V°.

10Pour justifier la prééminence de leur souverain, les auteurs exaltent la grandeur de l’Espagne, toujours présentée comme une seule entité – il n’est jamais fait allusion à aucun royaume de la Péninsule ni d’ailleurs à aucune autre composante de la monarchie. La réaffirmation de son rôle messianique est l’aspect le plus marquant de ces écrits. Celui-ci s’inscrit dans une longue tradition de prophéties annonçant la restauration de l’Hispania wisigothique : les invasions ayant provoqué sa destruction étaient considérées comme un châtiment envoyé par Dieu, et le roi comme le restaurateur de l’unité religieuse et territoriale perdue. Les Rois Catholiques puis Charles Quint ajoutèrent à ce legs médiéval de la lutte contre l’Islam une vocation à restaurer la chrétienté et à combattre les hérésies12. Au milieu du xvie siècle, le mythe de la destruction est appliqué au royaume voisin : au roi d’Espagne, à qui Dieu a donné tant de victoires, permis l’extension de ses États, la conquête d’un nouveau monde, Cravaliz oppose les malheurs, les pertes et la quasi-destruction de la France13. Dès le début des guerres de Religion, on considérait l’Église gallicane comme déchue. Non seulement elle était infectée par l’hérésie, mais était devenue un dangereux foyer de contamination. La situation française vint renforcer la conscience messianique espagnole. Après la prise de Grenade et l’expulsion des juifs, la conquête des Indes, cette perdition du royaume voisin était un nouveau signe de l’accomplissement de la destinée historique de l’Espagne : il revenait au roi, ainsi qu’à ses sujets de la Péninsule, nouveau peuple élu, d’assurer la direction et la sauvegarde de la chrétienté.

11Cette vision d’une Espagne prenant l’ascendant sur la France correspond manifestement à des conceptions répandues au sein de la population. Le témoignage de Francés de Alava, ambassadeur auprès de Charles IX de 1564 à 1571, en est un indicateur. À ses yeux, la France est en proie à la colère divine et la foi y a largement perdu de sa force. À la lecture de ses dépêches, Zayas, secrétaire du Conseil d’État, s’exclame :

  • 14 Zayas à Álava (15 novembre 1568), Archivo documental español, t. XI, p. 349.

En fin de compte, je vois que le meilleur de ceux de là-bas serait pris dans les filets de l’inquisition d’Espagne14.

  • 15 Álava à Philippe II (18 juin 1565), Archivo documental español, t. VII, pp. 417-418.
  • 16 L’irritation d’Alava d’être tenu à l’écart lorsque la cour de France se réjouit de l’issue favorabl (...)

12Face aux allusions françaises à la présence de juifs, de morisques ou de protestants dans la Péninsule, Alava réagit avec violence, la proclamant exempte d’hérésie15. Plus généralement, les dépêches des diplomates témoignent d’une prétention des Espagnols à incarner la défense de la religion. À chaque bataille remportée par les troupes royales s’exprime le sentiment partagé que toute victoire catholique est un succès propre. Et comme le gouvernement français laissait toujours ouverte la voie de la négociation avec les chefs calvinistes, les agents de la monarchie espagnole attribuaient le mérite du maintien de la France dans le camp catholique à Dieu et à leur souverain, car son unique dessein était de détruire l’hérésie16.

  • 17 Sur ce dernier point, voir A. Milhou, « La monarchie de Philippe II et la société espagnole », pp.  (...)

13L’image d’une France affaiblie et en partie protestante contribue à renforcer une identité commune. Elle nourrit chez les Espagnols un sentiment de supériorité : ils tirent fierté de la gloire rejaillissant sur leur souverain, sur ses royaumes de la Péninsule, et se considèrent comme le peuple le plus puissant et le plus catholique d’Europe17. Dans le combat symbolique l’opposant à son principal rival, Philippe II est, semble-t-il, en accord avec la vision qu’ils ont d’eux-mêmes.

Le rejet de l’étranger hérétique

14La monarchie est, au xvie siècle, capable d’agir sur le développement d’un sentiment national. On peut néanmoins penser qu’il s’est avant tout façonné dans les relations quotidiennes avec les émigrés, sur les frontières et par rapport à l’image qui se forgea d’une France confrontée aux guerres de Religion.

  • 18 Lettre à Teutonio de Braganza (mi-juin 1574), Thérèse D’Ávila, Epistolario éd. L. Rodríguez Martine (...)
  • 19 Voir M. Agulló Y Cobo, Relaciones de sucesos.
  • 20 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 14.

15Les réactions à l’égard des natifs du royaume voisin ne se résument pas à une irréductible méfiance ou à une hostilité affichée. Elles coexistent, chez les mêmes individus, avec des manifestations de sympathie pour la cause des catholiques français et une véritable compassion à l’égard d’un pays en proie aux troubles religieux. Ainsi, Thérèse d’Avila, au moment de la mort de Charles IX, fait allusion aux prières – auxquelles se joint visiblement la communauté du monastère de l’Incarnation d’Avila – que lui inspirent les souffrances de la France et l’influence qu’y gagne le Démon18. Les cercles dirigeants et les habitants de la monarchie espagnole expriment souvent le souhait de maintenir des relations pacifiques avec la France. Aucun obstacle véritable n’entrave l’arrivée de migrants qui, dans leur majorité, s’assimilent vite. On ne met pas non plus d’acharnement particulier à attaquer le Français dans la production imprimée. S’il est très présent dans les œuvres littéraires du xviie siècle, il apparaît très peu durant le règne de Philippe II. Les relaciones de sucesos relayent peu les troubles religieux : pour la décennie 1560, seul un écrit célèbre la victoire de l’armée royale à Moncontour en 156919. Le danger incarné par le royaume voisin n’est pas suffisamment menaçant pour hanter l’imaginaire espagnol20.

  • 21 C. Bourret, « Les migrants des Pyrénées centrales françaises en Catalogne » ; A. Domínguez Ortiz, L (...)

16L’avènement brutal d’un puissant courant réformé en France agit néanmoins comme un repoussoir et contribua fortement à l’affirmation d’un sentiment national chez les Espagnols. La domination numérique des Français sur les autres étrangers suffit à l’expliquer. On ne dispose d’aucune donnée précise, mais elle est indiscutable. Ces émigrés s’installent surtout en Aragon et en Catalogne, particulièrement en Roussillon et en Cerdagne. S’ils se rendent peu à l’intérieur de la Péninsule, ils constituent de fortes minorités à Madrid et à Tolède. Enfin, les relations commerciales leur faisaient fréquenter les principaux ports. Ainsi, le Français – et le sujet navarrais de Jeanne d’Albret, qui y était assimilé – incarnait généralement l’étranger par excellence21.

  • 22 J. Contreras, « The Impact of Protestantism in Spain » ; et W. Thomas, La represión del protestanti (...)

17Son image se modifia considérablement au milieu du xvie siècle. Il fut, en effet, la principale victime de la découverte, en 1558, de cénacles luthériens. L’événement provoqua un profond traumatisme. Un mal qui avait paru lointain jusqu’alors révélait sa présence au cœur du peuple élu22. L’Inquisition, avec l’entier soutien du pouvoir royal, se concentra alors sur la répression de l’hérésie protestante. Le phénomène toucha toute la Péninsule. Les tribunaux de Calahorra, pour la Navarre, et ceux de Saragosse et de Barcelone furent les plus actifs. Seule l’Andalousie, excepté le district de Séville, y échappa. Ayant peu à faire avec les Espagnols, on s’attaqua dès l’origine aux étrangers, dont la plupart étaient français.

  • 23 Parmi l’ensemble des travaux sur l’Inquisition, signalons : É. Balancy, « Les immigrés français dev (...)

18L’Inquisition tenta de s’opposer à toute contamination par ce protestantisme venu de l’étranger. Elle fit preuve à son égard d’une sévérité particulière et infligea des châtiments exemplaires : dix-sept autodafés à connotation anti-française furent organisés dans les années 1560. Le plus spectaculaire d’entre eux se déroula à Saragosse en octobre 1567. Les juges justifièrent leur décision par la proximité du Béarn et de la France. On met souvent en relation cet événement avec le début de la seconde guerre de Religion en France, susceptible de provoquer un afflux de réformés. En outre, selon les instructions de Philippe II, l’Inquisition se chargea de surveiller toute personne pénétrant dans l’espace frontalier, terrestre et maritime, de la Péninsule. L’attitude de l’institution obéit donc à des préoccupations religieuses autant que politiques. Il s’agissait d’empêcher toute velléité de prosélytisme réformé, de dissuader les protestants étrangers de s’installer, mais aussi de contrôler les sujets originaires d’un pays rival. Il reste que l’attitude des tribunaux encouragea volontairement une réaction de rejet. L’étranger fut considéré comme un suspect par définition, dont la nature profonde était de prendre le chemin de l’hérésie. Le Saint-Office a une responsabilité importante dans l’identification Français-hérétique23.

  • 24 W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición, pp. 345-467.
  • 25 Voir M. Garcia, « La France et les Français vus pas les Castillans ».
  • 26 H. Kamen, « The Impact of the French Wars of Religion on a Frontier Province » ; P. Poujade, « Conf (...)

19Au sein de la population se forma, à partir de 1558 surtout, une image stéréotypée de l’hérétique. Elle est en premier lieu le fruit des informations parvenues en Espagne et des efforts de l’inquisition. Le protestant est communément rendu démoniaque jusqu’à l’extrême et on l’accuse, entre autres, d’être blasphémateur, destructeur d’images, assassin de curés, tentateur de bons catholiques. Le soupçon pesait donc sur tous les Français, et il suffit parfois de l’être pour faire l’objet d’une dénonciation auprès de l’Inquisition24. L’image du Français s’ancre en second lieu dans une xénophobie traditionnelle. La gallophobie était ancienne chez les Catalans, Roussillonnais et Cerdans ; en Castille, des sentiments francophiles, dont les témoignages sont fréquents à la fin du Moyen Âge, ne sont plus guère exprimés25. Plusieurs données renforcent cette hostilité. D’une part, les migrants étaient dans leur grande majorité au bas de l’échelle sociale. Dans le monde paysan, ils occupent les plus bas échelons : beaucoup sont journaliers, ouvriers agricoles ou bergers ; en ville, ils sont souvent employés dans les petits métiers et comme manœuvres payés à la tâche. D’autre part, le comportement d’étrangers venus de terres où la dévotion avait des formes différentes, où l’attitude à l’égard de la religion était peut-être plus critique, en faisait des coupables tout désignés. Enfin, le banditisme, endémique sur la partie orientale de la frontière pyrénéenne, prit des proportions considérables avec les troubles religieux. Beaucoup de réformés y étaient mêlés, et la plupart des chefs étaient protestants. Quelques actes iconoclastes et attaques d’édifices religieux achevèrent de faire la réputation de ces bandes. La participation huguenote aux actes de pirateries était elle aussi importante et agit de façon comparable26. Pour l’ensemble des Espagnols, l’identification Français-étranger et étranger-hérétique fut rapide et assez spontanée.

20Si le rejet n’est pas unanime et constant, il semble tout de même que, dans son choix de désigner de manière spectaculaire les natifs du royaume voisin comme des déviants en matière de foi, l’Inquisition, en plein accord avec la volonté royale, eut un fort impact. Ce n’est pas, une fois encore, sur un terrain vierge que fleurit cette influence : elle est portée par le sentiment populaire selon lequel le Français est le luterano, l’étranger, l’agresseur.

L’élaboration d’un sentiment national, fruit d’interactions

21Une coïncidence entre l’identité nationale définie au plan individuel ou régional et son articulation officielle semble nécessaire pour que celle-ci prenne corps. Les cas où s’exprime une résistance au pouvoir royal y apportent une confirmation. Ils montrent aussi que l’initiative ne revient pas toujours à l’autorité centrale.

22L’échec de Philippe II à susciter une adhésion à sa politique française illustre le premier de ces constats. On est tenté de souscrire au jugement d’Helmut Koenigsberger au sujet de la

  • 27 H. G. Koenigsberger, « Spain », p. 170.

singulière inefficacité [des souverains] à promouvoir de manière institutionnelle ou émotionnelle un sentiment national dans les royaumes espagnols27.

  • 28 Voir les propositions lues aux Cortes de Castille en 1563 et en 1570, Actas de las Cortes de Castil (...)

23La définition des relations avec la monarchie voisine était une prérogative du roi. Il n’était nullement tenu d’en rendre compte et ne le fit d’ailleurs pas, se contentant de solliciter le soutien de ses sujets. Durant les réunions des Cortes de Castille en 1563 et en 1570, le discours officiel se borne à mettre en exergue l’aide apportée à Charles IX lors des premières guerres de Religion28.

  • 29 F. Checa, Felipe II, mecenas de las artes, pp. 162-163.
  • 30 Ébrard à Catherine de Médicis (27 juin 1562), Bibliothèque nationale de France, fonds français, ms. (...)

24Il y a pourtant tout lieu de penser que les Espagnols étaient peu favorables à cette politique d’intervention de Philippe II. Les Cortes de Castille réunies en 1559 s’ouvrent par un remerciement au souverain pour la signature du traité du Cateau-Cambrésis. De même, à l’occasion des entrées de la nouvelle reine Élisabeth de Valois, l’année suivante, les programmes iconographiques élaborés par les villes castillanes célèbrent la paix rétablie29. S’immiscer dans le jeu politique du pays voisin pouvait, craignait-on, la mettre en péril. Et, lorsque Philippe II envoie un secours armé au roi de France durant l’été 1562, ses sujets s’interrogent plus sur ses intentions cachées qu’ils ne se réjouissent de mener une croisade anti-protestante. Ne s’agissait-il pas, entre autres, de favoriser la mise en œuvre du projet royal d’une milice dans laquelle la noblesse serait tenue de servir ? ou bien de renégocier l’abonnement consenti aux Cortes de Castille pour les taxes sur les transactions commerciales, les alcabalas30 ? Les Espagnols ne souhaitaient pas se trouver engagés en France. Dans leur ensemble, ils devaient être indifférents, voire plutôt réservés à l’égard de la politique royale. L’absence d’une opposition manifeste, clairement exprimée à la fin du règne seulement, ne peut être considérée comme une approbation.

  • 31 J. Sánchez Montes fut le premier à la formuler ces idées (voir Los españoles ante la política inter (...)
  • 32 J. I. Fortea Pérez, « Las primeras Cortes de Felipe II », p. 266.
  • 33 I.A. A. Thompson, « La respuesta castellana ante la política intemacional de Felipe II » ; A. Milho (...)

25Philippe II eut sans conteste le soutien d’une partie des cercles dirigeants et de la noblesse ; mais l’idée souvent exprimée qu’avec Charles Quint les Espagnols se convertirent durablement à la défense d’intérêts dépassant ceux de la Péninsule n’est guère satisfaisante. Quant à un transfert qui se serait effectué de la tradition des guerres pour la foi contre l’Islam au combat contre l’hérésie en Europe, s’il eut lieu, il n’est que partiel31. La Méditerranée demeure au centre des préoccupations : en 1563, les Corts d’Aragon sollicitent une intervention sur les côtes africaines32. Les royaumes espagnols, loin de vouloir vaincre l’hérésie sur le sol du pays voisin, se perçoivent plutôt comme menacés par leurs voisins, et principalement par les Barbaresques33.

  • 34 J. M. Usunáriz Garayoa, « Protestantes en Navarra », pp. 286-291.
  • 35 J. Arrieta Alberdi, « La idea de España entre los Vascos », p. 43. Le terme de « provinces » était (...)
  • 36 E. Belenguer Cebriá, « La problemática del cambio político en la España de Felipe II » ; R. Sala, « (...)

26Le désaccord avec le souverain s’exprime aussi dans les cas où il n’existe pas de véritables divergences de fond. En effet, le danger représenté par la France et les Français est exploité par le pouvoir royal pour affirmer son autorité sur des terres bénéficiant d’une large autonomie34. Cette épreuve de force concernait l’Aragon, la Catalogne, le Roussillon, la Cerdagne, unis à la Castille par les Rois Catholiques, et la Navarre, partiellement annexée à cette dernière en 1512 – les terres du versant français demeurant sous l’autorité des Albret. Chacun conservait une identité propre et fortement affirmée, forgée notamment dans la résistance à la menace incarnée par le pays voisin. Provinces-frontières, elles se considéraient comme les protectrices des royaumes espagnols face à la France35. Cette vocation justifiait les régimes foraux. Dans toutes ces terres, il revenait aux seules troupes autochtones de parer aux attaques, et elles ne devaient intervenir qu’en cas de menace directe. Lors des premières guerres de Religion, les demandes royales de levées de troupes pour renforcer la frontière pyrénéenne durent recevoir l’assentiment des Cortes. Avec les progrès rapides du calvinisme dans les États de Jeanne d’Albret et ceux du roi de France, ces provinces s’attribuèrent une seconde mission. Elles eurent la prétention de faire barrage à l’hérésie, se considérant comme une « frontière de catholicité36 ».

  • 37 P. Pérez García « El Santo Oficio de la Corona de Aragón » ; P. Poujade, « Conflictualité, solidari (...)
  • 38 P. Poujade, « Conflictualité, solidarités et relations frontalières dans les Pyrénées », p. 437 ; M (...)
  • 39 H. Kamen, « The Impact of the French Wars of Religion on a Frontier Province », p. 153 ; et J. Regl (...)

27Les enjeux politiques et identitaires se cristallisèrent autour de questions comme le banditisme, la lutte contre l’hérésie et la défense de la frontière. Ainsi, la Diputación d’Aragon crée en 1567 une guarda del Reino pour remédier au banditisme, tandis qu’en Catalogne, on s’oppose à ce que sa répression soit confiée à des troupes obéissant au souverain. Surtout, dans les royaumes de la Couronne d’Aragon, la juridiction inquisitoriale est fortement contestée37. Le danger protestant agité par le Saint-Office rencontre le sentiment populaire ; il est parfois même encouragé par celui-ci. Il fait aussi partie des préoccupations des autorités locales. Cependant, elles envisageaient, semble-t-il, le problème de manière moins alarmiste, et étaient enclines à des mesures moins rigoureuses. Les villes de Perpignan et de Vitoria, par exemple, durcirent des critères d’obtention de la citoyenneté et de l’accès aux charges, afin d’en fermer l’accès aux étrangers, sans pour autant agir dans la précipitation ni désigner explicitement l’objectif recherché38. La résistance au pouvoir royal put en certains cas être frontale. La Diputació de Catalogne, en 1575, reprocha aux inquisiteurs de considérer tous les Français comme douteux en matière de foi. Et, en 1569, lors d’une incursion protestante sur Estagel, à vingt-cinq kilomètres à l’ouest de Perpignan, la noblesse catalane refusa d’intervenir à l’appel du vice-roi : le souverain seul avait le pouvoir de les convoquer pour combattre dans le Roussillon voisin39. Les Couronnes d’Aragon et de Navarre inclinaient à conserver entier leur rôle de gardiennes de la frontière pyrénéenne.

  • 40 J. Régla i Campistol, Felipe II y Cataluña, pp. 167-171.
  • 41 Álava à Medinaceli (17 juin 1569), AGS, Estado K 1514, n° 137.

28Ces résistances furent en général mal interprétées. L’attitude de la Catalogne, du Roussillon et de la Cerdagne était considérée comme suspecte dans les années 1560. Cette méfiance était due à une forte présence d’immigrés, dont la trahison était toujours possible en cas d’attaque française, et au rejet de l’Inquisition dans des territoires constituant les principaux points de pénétration des thèses réformées40. La fidélité du royaume de Navarre pouvait paraître encore plus sujette à caution, d’autant que les Albret y conservaient des partisans. Francés de Alava, issu d’un des plus prestigieux lignages navarrais, rallié dès l’origine au Roi Catholique, prit en juin 1569 l’initiative d’écrire au vice-roi que si les troupes de Coligny franchissaient la Garonne ou la Dordogne, il convenait de retirer les Basques de son armée41. Ces soupçons et ces craintes, réels ou sciemment exagérés, étaient autant de mises en cause obligeant les provinces à donner des gages au pouvoir central, de tentatives pour faire perdre de sa force à l’identité de provinces frontalières tout en se l’appropriant, comme en témoignent les efforts de la monarchie pour prendre en charge la lutte contre l’hérésie et la défense contre la France.

  • 42 M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II », (...)

29La référence française, souvent importante dans l’histoire de l’Espagne, contribua largement à la création au xvie siècle d’un « patriotisme espagnol » à l’image de ceux des autres grands États européens42. Son rôle s’accrut avec l’avènement d’une forte minorité calviniste outre-Pyrénées, à une époque où les deux monarchies sont encore plus des rivales difficilement conciliables que des ennemies héréditaires. L’hostilité entre les souverains et encore les deux peuples n’atteignit son point culminant qu’à la fin des guerres de Religion et au xviie siècle, fruit des campagnes de libelles xénophobes, des conflits entre les deux puissances et de l’affaiblissement de la monarchie espagnole par rapport à son adversaire.

30Ce sentiment national qui s’affirme vigoureusement au milieu du xvie siècle face à la France et aux Français, n’est pas uniquement produit par une autorité centrale. Il est conçu différemment par le pouvoir royal, par les différents territoires de la Péninsule et par ses habitants, et sa formation résulte de complexes interactions. Une certaine coïncidence paraît être indispensable pour que le souverain puisse emporter l’adhésion de ses sujets et des autorités locales et provinciales. Il est manifeste aussi que l’influence de l’État progresse. La menace constituée par la monarchie voisine fut un moyen d’affaiblir des identités provinciales. Un processus assez semblable paraît s’être déroulé dans les régions constituant « la frontière de chrétienté », soit le royaume de Valence, la région de Murcie et l’Andalousie. Le pouvoir royal se charge de plus en plus de la défense contre les Barbaresques et les Turcs. Et par la répression puis l’expulsion des morisques, c’est tout un pan d’une identité propre qui s’effondre. Si le sentiment national se bâtit de plus en plus sous l’égide de l’autorité monarchique au xvie siècle, c’est peut-être autant par les progrès de l’État moderne et par la diffusion d’une idéologie officielle, venant conforter les royaumes espagnols dans la conviction de la poursuite d’un destin glorieux, que par l’appropriation d’identités construites principalement sur la frontière.

Bibliographie

Actas de las Cortes de Castilla, Madrid, Imprenta Nacional, 1861-1863.

Actas de las Juntas generales de Álava, Vitoria, Juntas Generales de Álava, 1994, t. V et VI.

Agulló y Cobo, Mercedes, Relaciones de sucesos : años 1577-1619, Madrid, CSIC, 1966.

Archivo documental español. Negociaciones con Francia, Madrid, Real Academia de la Historia, 1950-1960 (11 vol.).

Arrieta Alberdi, Jon, « La idea de España entre los Vascos de la Edad Moderna », dans Ernest Belenguer Cebrià, Jon Arrieta Alberdi et Pablo Fernández Albaladejo (éd.), Idea de España en la Edad Moderna, Valence, Real Sociedad Económica de Amigos del País, 1998, pp. 37-61.

Babel, Rainer, et Jean-Marie Moeglin, « Introduction », dans Rainer Babel et Jean-Marie Moeglin (éd.), Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne, du Moyen Âge à l’époque moderne. Actes du colloque (Université de Paris-XII – Fondation Singer-Polignac, [6-8octobre 1993]), Sigmaringen, J. Thorbecke, 1997, pp. 7-11.

Balancy, Élisabeth, « Les immigrés français devant l’inquisition de Barcelone (1552-1692) », dans Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvi e-xviiie siècle). Actes du colloque CNRS – Université du Mirail (Toulouse, 7-9 octobre 1987), Paris, 1990, Éd. du CNRS – Centre régional de publication de Toulouse, pp. 45-69.

Belenger Cebriá, Ernest, « La problemática del cambio político en la España de Felipe II. Puntualizaciones sobre una cronología », Hispania, 40, 1980, pp. 527-576.

Bennassar, Bartolomé et alii, L’Inquisition espagnole (xve-xixe siècles), [rééd.], Paris, Hachette, 2001.

Bourret, Christian, « Les migrants des Pyrénées centrales françaises en Catalogne aux xvie-xviie siècles. Minorité souvent assimilée mais aussi minorité victime et suspecte », dans Tolérance et solidarités dans les Pays pyrénéens. Actes du colloque (Foix, 18-20 septembre 1998), Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2000, pp. 413-430.

Carrasco, Raphaël, L’Espagne de Philippe II, Paris, Ellipses, 1999.

Checa, Fernando, Felipe II, mecenas de las artes, Madrid, Nerea, 1992.

Christian, William A, , Religiosidad local en la España de Felipe II, trad. Javier Calzada et José Luis Gil Aristu, Madrid, Nerea, 1991.

Contreras, Jaime, El Santo Oficio de la Inquisición en Galicia (1560-1700) : poder, sociedad y cultura, Madrid, Akal, 1982.

– « The Impact of Protestantism in Spain (1520-1600) », dans Stephen Haliczer (dir.), Inquisition and Society in Early Modern Europe, Londres, Croom Helm, 1987, pp. 47-63.

Dedieu, Jean-Pierre, L’administration de la foi. L’Inquisition de Tolède (xvie-xviiie siècle), [2e éd.], Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (7), 1992.

Domínguez Ortiz, Antonio, Los extranjeros en la vida española durante el siglo xvii y otros artículos, Séville, Diputación – Área de Cultura y Ecología, 1996.

Douais, Célestin, Dépêches de M. de Fourquevaux, ambassadeur du roi Charles IX en Espagne (1565-1572), Paris, E. Leroux, 1896 (2 vol.).

Fernández Albaladejo, Pablo, Fragmentos de monarquía: trabajos de historia política, Madrid, Alianza Editorial, 1992.

– « “Rey Católico” : gestación y metamorfosis de un título », dans Luis Antonio Ribot García (coord.), El tratado de Tordesillas y su época (Setúbal-Salamanca-Tordesillas, 2-7 de junio de 1994), Madrid, Sociedad V Centenario del Tratado de Tordesillas, 1995 (3 vol.), t. III, pp. 209-216.

– « España desde España », dans Ernest Belenguer Cebrià, Jon Arrieta Alberdi et Pablo Fernández Albaladejo (éd.), Idea de España en la Edad Moderna, Valence, Real Sociedad Económica de Amigos del País, 1998, pp. 63-75.

Fontaine, Jacques, et Christine Pellistrandi (éd.), L’Europe héritière de l’Espagne wisighotique. Colloque international du CNRS (Paris, 14-16 mai 1990), Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (35), 1992.

Fortea Pérez, José Ignacio, « Las primeras Cortes de Felipe II (1558-1571) », dans José Martínez Millán (éd.), Felipe II (1527-1598). Europa y la monarquía católica. Congreso Internacional Felipe II (1598-1998). Europa dividida : la monarquía católica de Felipe II (Madrid, 20-23 de abril de 1998), Madrid, Editorial Parteluz, 1998, pp. 249-282 (5 vol.).

Garcia, Michel, « La France et les Français vus pas les Castillans (1350-1500) », dans Jean Dufournet, Adelin Charles Fiorato et Augustin Redondo (éd.), L’image de l’autre européen (xve-xviie siècles), [Paris, 24-25 mai 1991], Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1992, pp. 23-33.

García Cárcel, Ricardo, Herejía y sociedad en el siglo xvi. La Inquisición en Valencia (1530-1609), Barcelone, Península, 1980.

Guenée, Bernard, « État et nation en France au Moyen Âge », dans Bernard Guenée (éd.), Politique et histoire au Moyen Age. Recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, pp. 151-164.

Gutiérrez, Asencio, La France et les Français dans la littérature espagnole. Un aspect de la xénophobie en Espagne (1598-1665), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1977.

Haliczer, Stephen, Inquisición y sociedad en el reino de Valencia (1478-1844), Valence, Edicions Alfons El Magnànim, 1993.

Jover Zamora, José María, Carlos V y los españoles, Madrid, Rialp, 1963.

Kamen, Henry, « The Impact of the French Wars of Religion on a Frontier Province. Problems of Confrontation in Catalonia », dans Malcolm R. Throp et Arthur J. Slavin (éd.), Politics, Religion & Diplomacy in Early Modern Europe, Kirksville, Sixteenth Century Journal Publishers, 1994, pp. 143-160.

Koenigsberger, Helmut Georg, « Spain », dans Orest Ranum (éd.), National Consciousness, History and Political Culture in Early-Modern Europe, Baltimore-Londres, Johns Hopkins University Press, 1975, pp. 144-172.

Langé, Christine, La inmigración francesa en Aragón (siglo xvi y primera mitad del xvii), Saragosse, Instituto Fernándo el Católico, 1993.

Maravall, José Antonio, El concepto de España en la Edad Media (4e éd.), Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1997.

Milhou, Alain, « La monarchie de Philippe II et la société espagnole », dans Raphaël Carrasco et Alain Milhou (coord.), La « Monarchie Catholique » de Philippe II et les Espagnols, Paris, Éd. du Temps, 1998, pp. 7-40.

– « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », dans Id., Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvi e siècle, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, pp. 13-29.

– « Théories absolutistes et scolastiques au temps de Philippe II », dans Id., Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvie siècle, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1999, pp. 57-133.

Montemayor, Julian, « Les étrangers à Madrid et à Tolède aux xvie-xviie siècles », dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (éd.), Les étrangers dans la ville, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, pp. 53-64.

Monter, William, « Protestantes francesesy tolerancia inquisitorial », Hispania Sacra, 39,1987, pp. 95-116.

– Frontiers of Heresy. The Spanish Inquisition from the Basque Lands to Sicily, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Nadal i Oller, Jordi, et Emili Giralt, La population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française et les autres facteurs de son développement, Paris, SEVPEN, coll. « Démographie et Sociétés » (3), 1960.

Osten Sacken, Cornelia von der, El Escorial. Estudio iconológico, trad. de María Dolores Abalos, Bilbao, Xarait, 1984.

Pérez, Joseph, « L’Espagne et l’Europe vers le milieu du xvie siècle. Vision humaniste d’un rendez-vous manqué », dans Jean-Pierre Amalric (éd.), Pouvoirs et société dans l’Espagne moderne. Hommage à Bartolomé Bennassar, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993, pp. 23-37.

Pérez García, Pablo, « El Santo Oficio de la Corona de Aragón (1480- 1568) », dans Raphaël Carrasco (coord.), L’Inquisition espagnole et la construction de la monarchie confessionnelle (1478-1561), Paris, Ellipses, 2002.

Porres Marijuana, María Rosario, et Teresa Benito Aguado, « Une frontière face à l’hérésie : Vitoria à l’époque de Philippe II », dans Paul Mironneau et Isabelle Pébay-Cottes (éd.), Paix des armes et paix des âmes. Actes du colloque (Musée national du château de Pau – Université de Pau et des Pays de l’Adour [8-11 octobre 1998]), Paris, Imprimerie nationale, 2000, pp. 187-204.

Poujade, Patrice, « Conflictualité, solidarités et relations frontalières dans les Pyrénées (vers 1550 – vers 1650) », dans Tolérance et solidarités dans les Pays pyrénéens. Actes du colloque (Foix 18-20 septembre 1998), Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2000, pp. 431-447.

Redondo, Augustin, « Les Espagnols et la conscience européenne à l’époque de Charles Quint », dans La conscience européenne au xv e et au xvi e siècle. Actes du colloque international (30 septembre – 3 octobre 1980), Paris, École Normale Supérieure de Jeunes Filles, 1982, pp. 366-377.

Reglá i Campistol, Joan, Felipe II y Cataluña, trad. Ernest Belenguer Cebriá, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000.

Reguera Acedo, Iñaki, La Inquisición española en el País Vasco. El tribunal de Calahorra (1513-1570), Saint-Sébastien, Txertoa, 1984.

Rodríguez Salgado, María José, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II », dans Felipe Ruiz Martín (éd.), La proyección de la Monarquía Hispánica, Madrid, Editorial Complutense, 1996, PP- 49-105.

Sahlins, Peter, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xvii e siècle, Paris, Belin, 1996.

Sala, Raymond, « Le regard des Roussillonnais sur les protestants (xvie-xviie siècles) », dans Tolérance et solidarités dans les Pays pyrénéens. Actes du colloque (Foix, 18-20 septembre 1998), Foix, Archives départementales de l’Ariège, 2000, pp. 449-460.

Sales, Nuria, Els segles de la decadència (segles xvi-xviii), t. IV (1989) de Pierre Vilar (dir.), Història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1989.

Salvador Esteban, Emilia, Cortes valencianas del reinado de Felipe II, Valence, Universidad de Valencia, 1974.

Sánchez Montes, Juan, Franceses, protestantes, turcos. Los españoles ante la política internacional de Carlos V (2e éd.), Grenade, Universidad de Granada, 1995 (cité J. Sanchez Montes, Los españoles ante la política internacional de Carlos V).

Suárez Fernández, Luis, « Hispania : los fundamentos de la nación española », dans España como nación, Barcelone, Planeta, 2000, pp. 13-43.

Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvi e siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, Presses Universaires de France, 2002.

Thérèse D’Ávila, Epistolario, éd. Luis Rodríguez Martínez et Teófanes Egido (2e éd.), Madrid, Editorial de Espiritualidad, 1984.

Thomas, Werner, La represión del protestantismo en España (1517-1648), Louvain, Leuven University Press, 2001.

– Los protestantes y la Inquisición en tiempos de Reforma y Contrarreforma, Louvain, Leuven University Press, 2001.

Thompson, I. A.A., « La respuesta castellana ante la política internacional de Felipe II », dans Luis A. Ribot García (éd.), La monarquía de Felipe II a debute, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe Il y Carlos V, 2000, pp. 121-134.

Usunáriz Garayoa, Jésus María, « Protestantes en Navarra durante el reinado de Felipe II », dans Jesús Maria Usunáriz Garayoa (éd.), Historia y Humanismo. Estudios en honor del profesor Dr D. Valentín Vázquez de Prada, Pampelune, EUNSA, 2000 (3 vol.), t. I, pp. 259-291.

Vâzquez de Menchaca, Fernando, Controversiarum illustrium aliarumque usu frequentium libri tres, éd. Fidel Rodríguez Alcalde, Valladolid, Cuesta, 1931 (4 vol.).

Notes

1 J. A. Maravall, El concepto de España en la Edad Media ; L. Suárez Fernández, « Hispania : los fundamentos de la nación española » ; H. G. Koenigsberger, « Spain » ; et J. Fontaine et Ch. Pellistrandi (éd.), L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique.

2 Voir M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II ».

3 Voir les travaux pionniers de J. Sánchez Montes, Los españoles ante la política internacional de Carlos V, et de J. M. Jover Zamora, Carlos V y los españoles, pp. 23-43 et 185-223.

4 Sur la question du rôle de l’État dans l’élaboration du sentiment national, voir B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge » ; et R. Babel et J.-M. Moeglin, « Introduction » ; et sur la coexistence de différentes identités, voir P. Sahlins, Frontières et identités nationales, ainsi que les communications de Pablo Fernández Albaladejo et Richard Kagan dans ce même volume, pp. 123-154 et PP- 205-225.

5 Selon la définition d’A. Gutiérrez (La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 13).

6 A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, pp. 46-53.

7 M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II », pp. 86-88 ; P. Fernández Albaladejo, « “Rey Católico” gestación y metamorfosis de un título » ; et P. Fernández Albaladejo, « España desde España ».

8 En 1574, un commissaire de l’Inquisition de Cuenca approuve le transfert des reliques de saint Eugène, arguant qu’on ne peut se fier aux Français. Voir W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición en tiempos de Reforma y Contrarreforma, p. 619. Sur l’accueil des reliques venues de l’étranger, voir W. A. Christian, Religiosidad local en la España de Felipe II, pp. 166 sq.

9 P. Fernández Albaladejo, Fragmentos de monarquía, pp. 68-71.

10 F. Vázquez de Menchaca, Controversiarum illustrium aliarumque usu frequentiwm libri tres, t. I, pp. 87 et 92. Les mémoires de Cravaliz sont conservés à la Biblioteca Nacional de Madrid (BNM), ms. 1022, ffos 2-44. Ils ont été élaborés en mai-juin 1564, soit peu avant la décision pontificale, alors que les discussions étaient les plus vives.

11 C. Douais, Dépêches de M. de Fourquevaux, t. I, p. 53.

12 A. Milhou, « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », pp. 13-17.

13 Discours de Cravaliz (mai 1564), BNM, ms. 1022, f° 37V°.

14 Zayas à Álava (15 novembre 1568), Archivo documental español, t. XI, p. 349.

15 Álava à Philippe II (18 juin 1565), Archivo documental español, t. VII, pp. 417-418.

16 L’irritation d’Alava d’être tenu à l’écart lorsque la cour de France se réjouit de l’issue favorable de la bataille de Moncontour, en octobre 1569, l’illustre bien, de même que les félicitations adressées en décembre 1568 par Pedro de Guzmán, comte d’Olivares, au duc d’Albe pour avoir fait échouer l’intervention du prince d’Orange aux Pays-Bas, sauvant la France par la même occasion (Archive General de Simancas, Estado K 1512, n° 94, et Estado 8340, nº 196, respectivement).

17 Sur ce dernier point, voir A. Milhou, « La monarchie de Philippe II et la société espagnole », pp. 29-30 ; et W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición en tiempos de Reforma y Contrarreforma, pp. 109-123.

18 Lettre à Teutonio de Braganza (mi-juin 1574), Thérèse D’Ávila, Epistolario éd. L. Rodríguez Martinez et T. Egido, pp. 164-165.

19 Voir M. Agulló Y Cobo, Relaciones de sucesos.

20 A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, p. 14.

21 C. Bourret, « Les migrants des Pyrénées centrales françaises en Catalogne » ; A. Domínguez Ortiz, Los extranjeros en la vida española, pp. 75-87 ; A. Gutiérrez, La France et les Français dans la littérature espagnole, pp. 21-44 ; C. Langé, La inmigración francesa en Aragon ; J. Montemayor, « Les étrangers à Madrid et à Tolède » ; J. Nadal i Otler et E. Giralt, La population catalane de 153 à 1717 ; et N. Sales, Els segles de la decadència, pp. 103-113.

22 J. Contreras, « The Impact of Protestantism in Spain » ; et W. Thomas, La represión del protestantismo en España, pp. 253-271.

23 Parmi l’ensemble des travaux sur l’Inquisition, signalons : É. Balancy, « Les immigrés français devant l’Inquisition de Barcelone », B. Bennassar et alii, L’Inquisition espagnole, principalement pp. 263-303, R. Carrasco, L’Espagne de Philippe II, pp. 15-23, J. Contreras, El Sancto Oficio de la Inquisición en Galicia, pp. 609-624, J.-P. Dedieu, L’administration de la foi, pp. 287-297, R. García Cárcel, Herejía y sociedad en el siglo xvi, pp. 73-75 et 328-342, S. Haliczer, Inquisición y sociedad en el reino de Valencia, pp. 446-464, W. Monter, « Protestantes franceses y tolerancia inquisitorial », Id., Frontiers of Heresy, pp. 231-240, I. Reguera Acedo, La Inquisición española en el País Vasco, pp. 15-22, J. M. Usunáriz Garayoa, « Protestantes en Navarra » ; et W. Thomas, La represión del protestantismo en España, surtout pp. 253-271.

24 W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición, pp. 345-467.

25 Voir M. Garcia, « La France et les Français vus pas les Castillans ».

26 H. Kamen, « The Impact of the French Wars of Religion on a Frontier Province » ; P. Poujade, « Conflictualité, solidarités et relations frontalières dans les Pyrénées » ; J. Reglá i Campistol, Felipe II y Cataluña ; et R. Sala, « Le regard des Roussillonnais sur les protestants », p. 453.

27 H. G. Koenigsberger, « Spain », p. 170.

28 Voir les propositions lues aux Cortes de Castille en 1563 et en 1570, Actas de las Cortes de Castilla, respectivement t. I, pp. 19-21, et t. III, p. 20. Le discours royal aux Cortes de Valence en 1565 n’y fait aucune allusion et se contente d’affirmer que l’hérésie est arrivée jusqu’aux portes de l’Espagne, et qu’il faut veiller à ce qu’elle n’y pénètre pas. Voir E. Salvador Esteban, Cortes valencianas del reinado de Felipe II, p. xii.

29 F. Checa, Felipe II, mecenas de las artes, pp. 162-163.

30 Ébrard à Catherine de Médicis (27 juin 1562), Bibliothèque nationale de France, fonds français, ms. 6614, ffos 125-126.

31 J. Sánchez Montes fut le premier à la formuler ces idées (voir Los españoles ante la política internacional de Carlos V).

32 J. I. Fortea Pérez, « Las primeras Cortes de Felipe II », p. 266.

33 I.A. A. Thompson, « La respuesta castellana ante la política intemacional de Felipe II » ; A. Milhou, « La monarchie de Philippe II et la société espagnole », pp. 28-29 ; J. Pérez, « L’Espagne et l’Europe vers le milieu du xvie siècle » ; et A. Redondo, « Les Espagnols et la conscience européenne ».

34 J. M. Usunáriz Garayoa, « Protestantes en Navarra », pp. 286-291.

35 J. Arrieta Alberdi, « La idea de España entre los Vascos », p. 43. Le terme de « provinces » était en usage au XVIe siècle. La Junta general d’Alava, par exemple, l’emploie pour désigner Álava comme l’ensemble du royaume de Navarre. Voir les Actas de las Juntas generales de Álava, t. VI, pp. 89 et 160-161.

36 E. Belenguer Cebriá, « La problemática del cambio político en la España de Felipe II » ; R. Sala, « Le regard des Roussillonnais sur les protestants », p. 450 ; et P. Sahlins, Frontières et identités nationales, pp. 23-26.

37 P. Pérez García « El Santo Oficio de la Corona de Aragón » ; P. Poujade, « Conflictualité, solidarités et relations frontalières dans les Pyrénées », pp. 439-442 ; et N. Sales, Els segles de la decadència, pp. 113-136.

38 P. Poujade, « Conflictualité, solidarités et relations frontalières dans les Pyrénées », p. 437 ; M. R. Porres Marijuana et T. Benito Aguado, « Une frontière face à l’hérésie ».

39 H. Kamen, « The Impact of the French Wars of Religion on a Frontier Province », p. 153 ; et J. Reglá i Campistol, Felipe Ii y Cataluña, p. 169.

40 J. Régla i Campistol, Felipe II y Cataluña, pp. 167-171.

41 Álava à Medinaceli (17 juin 1569), AGS, Estado K 1514, n° 137.

42 M. J. Rodríguez Salgado, « Patriotismo y política exterior en la España de Carlos V y Felipe II », p. 104.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search