Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Le thème de la liberté française dans les controverses politiques au temps des guerres de Religion

The Theme of French Liberty in Political Controversies at the Time of the Wars of Religion

El tema de la libertad francesa en las controversias políticas durante las guerras de Religión

Arlette Jouanna

Résumé

La division religieuse a provoqué en France, dans la seconde moitié du xvie siècle, une interrogation sur l’identité française et sur sa capacité à résister aux forces d’éclatement. À partir du vieux thème de la « liberté franque », caractérisée, à l’extérieur, par l’indépendance à l’égard des puissances étrangères et, à l’intérieur, par l’exigence de consentement des sujets à l’impôt, des penseurs ont tenté de forger un sentiment national susceptible de transcender les différences confessionnelles. Trois étapes se distinguent dans la constitution de l’image du « bon Français » : l’argumentation formulée par les conjurés d’Amboise en 1560, incriminant la tyrannie des Guises, ces « étrangers » qui veulent dénaturer les lois du royaume ; les prises d’armes du prince de Condé en 1567 et 1568, légitimées par la défense du « bien public », entendu comme un patrimoine national ; enfin, la polémique postérieure à la Saint-Barthélemy, accusant les conseillers italiens du roi de vouloir abolir la liberté des Français. Ces efforts pour mettre l’amour de la liberté au cœur de l’identité française seront mis en échec à la fin des guerres civiles par une autre image du « bon Français », défini par son obéissance au roi.

Texte intégral

  • 1 M. Yardeni, La conscience nationale en France.
  • 2 A. Jouanna, « Être “bon Français” au temps des guerres de Religion ».

1La division religieuse et les guerres civiles qui ont déchiré le royaume de France dans la seconde moitié du xvie siècle ont provoqué une interrogation angoissée sur l’identité française1. Beaucoup de ceux qui se sont exprimés publiquement au cours de cette période troublée – auteurs de libelles, de traités, de manifestes et, de manière générale, d’œuvres destinées à susciter un engagement – se sont demandés si une telle identité existait vraiment, et, si oui, si elle était assez forte pour résister aux forces de dissociation et d’éclatement. Pour essayer de conjurer le péril, certains ont tenté de brosser le portrait du « bon François2 », expression qui se multiplie significativement à partir du milieu de la décennie 1570 ; ils ont voulu lui donner une définition non confessionnelle, en proposant de faire de l’amour de la liberté la caractéristique par excellence de la France. Ces tentatives attestent la volonté de forger un sentiment national susceptible d’assumer et de transcender les différences religieuses ; elles n’y sont pas vraiment parvenues, mais les débats qu’elles ont suscités ont été une contribution importante aux controverses sur les structures politiques de la monarchie.

  • 3 Voir J. Poujol, « Étymologies légendaires des mots France et Gaule pendant la Renaissance ».

2Il faut d’abord rappeler l’ancienneté du thème de la liberté des Français. Selon une étymologie communément acceptée à la fin du Moyen Âge, Français vient de Francus, qui signifie libre3. Un contenu précis a été donné à cette qualité grâce à la légende des origines troyennes du peuple franc, selon laquelle l’empereur Valentinien aurait affranchi celui-ci de tribut. La liberté ainsi fondée a un double aspect : à l’extérieur, indépendance à l’égard de toute puissance étrangère ; à l’intérieur, exemption de tout impôt qui ne serait pas volontaire. On trouve un exemple illustrant ce dernier caractère dans un poème de Guillaume Guiart à la gloire de la France et de ses rois, écrit au début du xive siècle, qui rappelle ainsi l’épisode de l’affranchissement du tribut romain :

  • 4 Guillaume Guiart, Branche des royaux lignages (Paris, Verdière, 1828), texte cité par J. Krynen, L’ (...)

Par quoi ils sont Frans appelez
De raisonnable accoustumance
C’est à dire sans redevance
4.

  • 5 R. Gaguin, Lettre à François Ferrebout (1468), citée par J. Poujol, « Etymologies légendaires des m (...)
  • 6 Voir J. Ridé, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemandes.
  • 7 C. Du Moulin, Commentarii in consuetudines parisienses, t. I, f° 3 r°, col. 2.
  • 8 Voir A. Jouanna, « La quête des origines dans l’historiographie française de la fin du xve siècle e (...)

3Sur cette étymologie s’en est greffée une autre, faisant venir le nom des Francs du mot feroces. Dans le Liber Historiae Francorum, au viiie siècle, il est dit que l’empereur Valentinien surnomma les descendants des Troyens Franci, (farouches), à cause de leur caractère inflexible et de leur hardiesse. À la fin du xve siècle, Robert Gaguin a repris l’identification entre Franci et feroces, en précisant bien que cette « férocité » n’était pas celle de bêtes sauvages, mais qu’elle provenait d’un courage indomptable et d’un profond amour de la liberté5. Ainsi les deux étymologies se sont rejointes pour faire apparaître les Francs comme un peuple guerrier jaloux de son indépendance. Le thème de la « liberté franque », ainsi formulé, avait des points communs avec celui de la liberté germanique, tel que l’ont développé au début du xvie siècle des auteurs allemands comme Heinrich Bebel, Beatus Rhenanus, Conrad Peutinger6 ; cette proximité a sans doute facilité la diffusion de la thèse de l’origine germanique des Francs, qui a succédé peu à peu à celle de l’origine troyenne et que l’on trouve exposée par le juriste Charles Dumoulin dans la première partie de ses Commentaires sur la coutume de Paris, parue en 15397. Le caractère germanique des Francs allait d’ailleurs bientôt poser quelques problèmes, dans la mesure où il mettait en évidence la dualité, voire la multiplicité des composantes ethniques qui avaient contribué à la formation du peuple français : comment, dans cette perspective, situer les Gaulois ? À cette question, la plupart des historiens qui ont traité des origines du royaume dans la première moitié du xvie siècle se sont efforcés d’apporter une réponse œcuménique : ils ont gommé cette diversité ethnique en affirmant la consanguinité originelle des Francs et des Gaulois, le mot germain signifiant frère, et en postulant leur fusion après la venue des premiers en Gaule ; c’est le cas, en particulier, de Guillaume Du Bellay et de Guillaume Postel8. Les deux peuples ont ainsi été présentés comme également animés par l’amour de la liberté.

4Or, dès le xive siècle, ce thème prend une tonalité polémique, dirigée contre la puissance absolue. Lorsque Philippe de Mézières, par exemple, dans le Songe du vieil pèlerin, félicite Charles VI d’« estre roy des francs appellez et non pas des serfs et des esclaves », parce qu’en France les impôts sont consentis, il exprime en même temps une inquiétude : le roi, écrit-il, doit se garder d’utiliser une « puissance absolue » qui anéantirait la « volonté et ancienne liberté » des Français. Quelque soixante ans plus tard, alors que l’impôt est devenu permanent, cette crainte se précise. Jean Juvénal des Ursins se lamente ; le royaume a autrefois mérité le nom de France, mais les Français ne sont plus ce qu’ils étaient

  • 9 Textes de Philippe Mézières et de Jean Juvénal des Ursins cités par J. Krynen, L’Empire du roi, pp. (...)

car ilz souloient estre francs et avoient toutes franchises et libertés, mais de present ilz sont plus que sers taillables a voulenté9 .

5On perçoit dans cette phrase le rapport établi entre la liberté, au singulier, et les libertés, au pluriel, ou franchises ; celles-ci sont à la fois le signe et la conséquence de celle-là. Le mal survient lorsque le roi ne demande plus le consentement des trois États du royaume pour exiger des impôts et qu’il taille ses sujets selon sa seule volonté ; ce faisant, il altère l’harmonie qui doit régner entre lui et eux, les contraignant tyranniquement et s’exposant à perdre leur amour.

  • 10 Voir C. Beaune, Naissance de la nation France. Voir aussi les conclusions de J. Krynen sur le mélan (...)
  • 11 Voir É. de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, éd. M. Smith, p. 39.
  • 12 P. Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, t. I, p. 43, cité par J. krynen, L’Empire du roi, (...)

6Le thème de la liberté française, tel que les penseurs hostiles à la puissance absolue l’ont formulé à la fin du Moyen Âge, se caractérise donc, sur le plan intérieur, par l’assimilation entre liberté et franchise de tout impôt non consenti par les États généraux. Il s’accompagne, par ailleurs, chez ces mêmes penseurs, de l’idée que cette caractéristique se conjugue avec l’amour des Français pour leur roi, à condition que celui-ci échappe à la tentation tyrannique et ne se laisse pas persuader que la consultation de ses sujets amoindrirait son pouvoir. C’est, précisément, ce miraculeux alliage entre liberté et obéissance volontaire qui fait le caractère spécifique de la « nation France » ; miraculeux, car il ne dépend que de la bonté des rois et manifeste ainsi la bienveillance particulière de Dieu envers le royaume10. Mais, en même temps, les théoriciens politiques du xve siècle ont légué à leurs successeurs le sentiment que cette qualité nationale était menacée. Dans le Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie, le malheur est présenté comme déjà advenu, avec une amplification déclamatoire qui a fait le retentissement de l’ouvrage ; pour son auteur, une des marques de la tyrannie est que le tyran considère tous les biens de ses sujets comme lui appartenant et y puise à son gré11. Et il est des étrangers pour se gausser de la docilité apparente des Français à payer des impôts non consentis, qui contraste si fort avec l’image qu’ils veulent donner d’eux-mêmes : l’empereur Maximilien déclare que, s’il est le roi des rois, Charles de France est le roi des moutons12 ; en 1546, l’ambassadeur vénitien Marino Cavalli, après avoir observé perfidement que tous les hommes ne sont pas dignes de la liberté, affirme que le roi de France n’a qu’à dire « je veux telle somme », pour être aussitôt obéi :

  • 13 Relations des ambassadeurs vénitiens, t. I, p. 273.

La chose est allée si loin – ajoute-t-il –, que quelques-uns des Français eux-mêmes, qui voient un peu plus clair que les autres, disent : « Nos rois s’appelaient jadis reges Francorum ; à présent on peut les appeler reges servorum13

7Dès avant les guerres de Religion court donc en France, en particulier dans les milieux parlementaires auxquels appartient La Boétie, l’idée que les Français risquent de perdre leur caractère d’hommes libres, et que seuls les plus clairvoyants s’en aperçoivent.

  • 14 Les Estats de France opprimez par la tyrannie de Guise, au Roy leur souverain seigneur, pièce s. I. (...)
  • 15 Pour un exposé plus complet de leurs théories, voir A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 123-142.

8C’est de la conjonction entre, d’une part, cette inquiétude et, de l’autre, la difficulté croissante d’une population réformée en pleine expansion à supporter les conséquences sociales et politiques de la répression, que va naître la première des tentatives pour donner un contenu non confessionnel (ce qui ne signifie pas, bien entendu, non religieux) à l’idée de nation française. Cette première entreprise est celle des conjurés d’Amboise, en mars 1560. Dans les textes justificatifs qui accompagnent et expliquent leur mouvement, ils affirment que les États généraux ne peuvent pas se réunir librement à cause de la tyrannie des Guises. Ceux-ci sont alors tout-puissants : le duc François de Guise a reçu la direction des affaires militaires, et son frère Charles, cardinal de Lorraine, celle des affaires financières. Issus de la branche cadette de la dynastie lorraine, ils ont le statut de princes étrangers, bien que leur père Claude, à l’origine de l’essor familial, ait reçu des lettres de naturalité dès 1506. Le titre de la supplique que les conjurés auraient voulu présenter au roi, Les Estats de France opprimez par la tyrannie de Guise, au Roy leur souverain seigneur, indique clairement la nature de leurs griefs contre les Lorrains, précisés en outre, après l’échec du mouvement, dans les traités qui tentent d’en justifier les objectifs, et en particulier dans l’Histoire du tumulte d’Amboise14 : les Guises s’opposent à la « loi du royaume » qui exige la réunion des États généraux. On sait que les auteurs de ces textes fondent leur argumentation sur l’affirmation que François II, bien qu’âgé de quinze ans, est encore mineur, et que c’est là un cas où les États du royaume doivent être convoqués15. Les méfaits de la puissance absolue sont mis en cause par eux, mais ils les attribuent aux Lorrains et non au roi, censé être manipulé par ces « étrangers ». Si les États avaient pu se réunir librement, expliquent-ils, les réformés auraient pu présenter leur confession de foi ; ainsi,

  • 16 Histoire du tumulte d’Amboise, dans Mémoires de Condé, t. i, p. 14.

la sentence libre des Estats eust peu estaindre les feux qui sont encore allumez en France contre ceux qui ne veulent obéir au Pape de Rome16.

9La paix civile aurait donc été la conséquence de la liberté retrouvée, une liberté résidant dans le droit de tous les sujets d’être consultés par l’intermédiaire de leurs représentants.

10Peu importe, ici, le caractère utopique de cette conviction ; l’important est de noter que ces textes tentent de mobiliser les lecteurs, qu’ils soient catholiques ou réformés, autour d’une cause qui est ouvertement affirmée comme « politique » :

  • 17 Ibid., p. 13. Même argumentation dans les États de France opprimez par la tyrannie de Guise, p. 34.

Davantage – écrit l’auteur de l’Histoire du tumulte d’Amboise – entre ceux de ceste entreprise, il y en avoit plusieurs tenans la doctrine de l’Évangile, qui s’y estoient adjoincts volontiers, parce que c’estoit une cause civile et politique, et qui concernoit seulement les loix et statuts du royaume17.

  • 18 Récit de Chantonnay cité par C. Paillard, « Additions critiques à l’histoire de la conjuration d’Am (...)

11De toute évidence, les conjurés estimaient que le thème de la liberté des États était capable, du fait de l’impopularité des Guises, de rassembler beaucoup de partisans, quelle que soit leur confession. Il est significatif que, selon le témoignage de l’ambassadeur espagnol Chantonnay, La Renaudie, le chef des troupes rassemblées autour d’Amboise, ait précisément choisi le mot Liberté comme signe de reconnaissance18. On peut, évidemment, ne voir là qu’habileté manœuvrière, destinée à masquer aux yeux des catholiques un militantisme religieux qui pouvait les inquiéter et à les convaincre que, bien loin d’être subversive, l’opération ne visait qu’à maintenir l’autorité du roi et la fidélité aux statuts du royaume ; force est toutefois de constater que les conjurés ont su trouver des accents mobilisateurs pour plaider l’urgence de l’union sacrée contre des « étrangers », coupables de vouloir dénaturer « l’ancienne police » française. La Complaincte au peuple françoys, publiée à la fin de l’Histoire du tumulte d’Amboise, évoque avec éloquence la menace extérieure :

  • 19 Complaincte au peuple françoys, dans Mémoires de Condé, t. I, p. 24.

L’entreprise est descouverte, la conspiration est cogneuë, les machinations de la Maison de Guise sont révélées. Voicy les Estrangers a nos portes, qu’ils ont faict venir aux despens du Roy [...] Ils cognoissent que leurs conseils ont esté empeschez par la Nation Françoyse. Ilz cognoissent que nous voulons deffendre et maintenir la Couronne de France entre les mains de nostre bon Roy et Maistre, auquel elle appartient. A ceste cause font-ils descendre huict mille Italiens pour mettre le povre peuple François en proye et en pillage19.

  • 20 François Hotman, alors à Strasbourg, a sans doute fourni leurs arguments aux conjurés dans une sort (...)

12On notera, dans cette dernière phrase, l’apparition du thème des Italiens ennemis de la Couronne, thème promis à un bel avenir ; c’est peut-être un indice de l’influence de F. Hotman dans la rédaction des textes justificatifs d’Amboise, à laquelle il a vraisemblablement participé20. La Complaincte se termine par des exhortations pathétiques, qui font appel à une émotion identique à celle qu’attisera plus tard, dans un contexte évidemment bien différent, le premier couplet de la Marseillaise :

Le temps est-il venu que les estrangers ravissent d’entre nos bras nos pauvres enfans et males et femelles, pour en abuser en toute vilanie et ordure ?

13Ces textes mettent face à face d’un côté les étrangers, de l’autre la « nation française ». Leur objectif est de substituer ce clivage à celui qui sépare les catholiques et les protestants ; ils proposent de voir le danger non pas dans l’hérétique, mais dans l’agresseur extérieur ; ils tentent de rassembler les Français autour de la défense des institutions qui garantissent leur liberté, institutions qu’ils présentent comme établies tant par la loi que par l’ancienne coutume. Il faut rappeler que les conjurés d’Amboise, renonçant à l’espoir de voir les États généraux convoqués, à défaut du roi, par le premier prince du sang Antoine de Bourbon, avaient organisé une assemblée à Nantes, réunie le Ier février 1560 et composée de participants venus de plusieurs provinces (Lyon, Provence, Languedoc, Guyenne, Périgord, Poitou et Anjou), afin de remplacer les États réduits au silence par la « tyrannie » des Guises et de se donner ainsi une légitimité politique. On peut voir également dans cette initiative le signe de la prise de conscience par les conjurés que les États, forum de discussion entre les représentants des Français, pouvaient être un instrument remarquable pour forger une communauté d’idées entre leurs membres, quelle que soit leur confession. Par ces aspects, leur entreprise peut être considérée comme une tentative pour conjurer la division religieuse en recourant au sentiment national, un sentiment national qu’ils ont délibérément axé autour du thème de la liberté française opprimée par les machinations des étrangers.

  • 21 Mémoires des occasions de la guerre, appellée Le Bien-public, rapportez, à l’estat de la guerre pré (...)

14Cette première tentative a échoué ; mais elle est suivie de plusieurs autres. En 1567 et en 1568, les écrits justificatifs accompagnant les prises d’armes du prince de Condé, au début de la deuxième et de la troisième guerre de Religion, centrent leur argumentation autour du thème du Bien public ; un opuscule publié en 1567 souligne à cet effet les ressemblances entre le combat de Condé et la guerre dite du Bien public, menée un peu plus de cent ans auparavant, en 1465, par les princes du sang et leurs fidèles21. On voit très nettement, dans ces textes, l’expression « bien public » glisser du sens général d’intérêt collectif à celui, plus précis, de patrimoine national et de bien collectif qu’il faut défendre. Dans l’Advertissement sur la protestation de Monseigneur de Condé sorte de commentaire explicatif des intentions du prince, il est écrit qu’il faut « conserver » le bien public ; celui-ci est assimilé, dans la suite de la phrase, à « l’estat du Royaume et la Couronne ». L’auteur énumère alors les moyens à utiliser pour cette conservation : que les États généraux soient tenus, que les « lois du pays » soient remises en usage, bref, que la « liberté » soit « restituée », « d’autant, poursuit-il, que pour empescher ceste liberté, les forces estrangères ont esté amenées au Royaume ». Comme dans le cas des conjurés d’Amboise, l’assimilation du bien public à la liberté française a pour objectif affiché de rassembler les confessions adverses autour d’un thème fédérateur : le prince de Condé et la noblesse, selon le même texte,

  • 22 Advertissement sur la protestation de Monseigneur de Condé.

ont deu embrasser la défense entière de tout le peuple, sans aucune acception de personnes, ou de Religion, et avoir leur regard à l’estat public [...]. La conclusion est claire : « il faut mettre à part toute différence »22.

15La fin de l’opuscule est un appel véhément, qui juxtapose le mot patrie et l’expression liberté française :

  • 23 Ibid.

Si doyvent estre advertis tous ceux qui ont affection à Dieu, au Roy, à leur patrie, à l’observation des loix anciennes, à la liberté Françoise, qui est opprimée, s’ils désirent quelque allégement et meilleur estat, ne s’amuser à ceux qui imaginent tels scrupules pour obscurcir la vraye, la claire et juste défense que mondict Seigneur le Prince et la noblesse ont prins en main23.

  • 24 Dans la Requeste présentée au Roy par Monseigneur le prince de Condé (1567), il est affirmé que lui (...)

16Cette revendication de liberté est, là encore, dirigée contre les « étrangers », qui, à cette date, sont peut-être les troupes espagnoles qui, venant du Milanais, longent la frontière orientale du royaume pour aller écraser la révolte des Pays-Bas, démarche dont les réformés français redoutent qu’elle ne soit le présage de leur propre anéantissement. Mais, malgré cette crainte, les textes justificatifs du soulèvement condéen persistent dans l’affirmation que la liberté des sujets est parfaitement compatible avec l’autorité du roi, et que défendre la première ne fait que renforcer la seconde, dans la mesure où un souverain respectueux des droits de son peuple est nécessairement aimé de lui. La liberté et la fidélité au roi sont ainsi associées pour constituer la spécificité nationale des Français24.

  • 25 Le pacte conclu à Nîmes commence ainsi : « Nous catholiques, et nous, de la religion réformée, tous (...)
  • 26 Le Réveille-Matin des François, pp. 19-20 ; et Remonstrance aux Seigneurs, Gentils-hommes et autres
  • 27 I. Gentillet, Anti-Machiavel, éd. C. E. Rathé, pp. 21-22.

17Le thème surgit à nouveau après la Saint-Barthélemy, avec une vigueur neuve, à la fois chez les monarchomaques et chez les malcontents, caractérisée chez les premiers par une méfiance beaucoup plus vive à l’égard du roi et chez les seconds par l’insistance sur le Conseil tout autant que sur les États généraux. Cette fois, la volonté affichée de surmonter les divisions religieuses pour défendre la cause publique se traduit concrètement par l’union des protestants et des catholiques modérés au cours de la cinquième guerre civile (1574-1576) ; localement, les pactes d’association donnent lieu à des proclamations ferventes de fraternité, comme à Nîmes25 au début de 1575. Les associés se proclament « bons François », expression qui se multiplie dans les textes qu’ils produisent pour se justifier et dont ils donnent des définitions convergentes : « zélateurs du bien de l’État », selon le Réveille-Matin des François, « désirant la conservation de ce royaume », selon une Remonstrance aux Seigneurs, Gentils-hommes et autres faisans profession de la religion reformée26. Ce qu’il faut rétablir, argumente Innocent Gentillet dans la dédicace de son Anti-Machiavel (1576) à François d’Alençon, c’est « la manière de gouverner vraiment françoise », spécificité politique que Gentillet, proche ici des malcontents, définit par le mélange entre les trois principes, monarchique (le roi), aristocratique (le Conseil et les grands) et démocratique (les États généraux). Ainsi sera garantie la liberté des sujets. Libera gens franca est, comme le rappellent des quatrains placés en tête de l’Anti-Machiavel, qui stigmatisent les Pseudofranci et exaltent les Vere Franci27.

18On sait, qu’à ce moment-là, ce sont les Italiens qui sont accusés de vouloir, par l’intermédiaire des conseillers de Catherine de Médicis, introduire en France la tyrannie, fondée sur les préceptes de Machiavel. On ne peut ici entrer dans le détail de cette argumentation ; on se contentera de souligner que, là encore, le thème de la liberté française est fédérateur, non seulement parce qu’il est censé pouvoir réunir catholiques et protestants, mais que, grâce à François Hotman et à sa Franco-Gallia, il affirme l’union originelle des Francs et des Gaulois contre l’envahisseur romain. On y découvre aussi une nuance supplémentaire, en particulier sous la plume des monarchomaques : la liberté est bien une caractéristique française, mais elle a une valeur universelle, reconnue et pratiquée par tous les peuples civilisés, de sorte qu’elle fait partie du droit des gens. C’est ce qu’affirme un beau passage de la Franco-Gallia de F. Hotman, placé après la description du discours que les Aragonais sont censés tenir au roi qu’ils veulent élire :

  • 28 F. Hotman, Franco-Gallia, pp. 106-107.

Or puis donques que ceste coustume et ce droict a tousjours esté en usage entre toutes nations, j’enten de celles qui vivent sous un gouvernement Royal et moderé, non pas sous une domination tyrannique, on peut de là aisément conclurre, non seulement que ceste liberté tant belle de tenir assemblées générales de conseil est une partie du droict des gens, mais mesmes que les Roys qui par mauvaises pratiques et cautelles oppriment ceste saincte et sacree liberté ne doyvent plus estre tenus en qualité de Roys, mais de tyrans, comme ceux qui violent le plus sainct droict qui ait jamais eu lieu entre les hommes, et rompent les liens de toute société humaine28.

  • 29 Le mot signifie : « ville de la liberté ».
  • 30 Le Réveille-Matin des François, second dialogue, p. 115. Le thème de la liberté française a un ton (...)

19Cet universalisme est également suggéré par le pseudonyme qu’a choisi l’auteur du Réveille-Matin des François, « Eusèbe Philadelphie Cosmopolite », comme si la liberté, sur laquelle il insiste en situant symboliquement le lieu de rédaction de la dédicace du premier Dialogue à « Eleuthéroville », était le patrimoine commun à tous les peuples29. Mais cela ne l’empêche pas de proposer à l’admiration l’excellence de ce qu’il appelle « la liberté civile des François », telle qu’elle était garantie par « les anciennes loix de la France30 ».

  • 31 F. Hotman, Franco-Gallia, dédicace au comte Palatin Frédéric.
  • 32 Déclaration et protestation par monsieur le marescbal Dampville.

20C’est donc aux juristes et aux historiens de rappeler à leurs concitoyens la manière dont cette liberté a été fondée dès les origines du royaume. On sait que François Hotman présente la Franco-Gallia comme un traité d’histoire illustrant « ce bel ancien accord qui fut du temps de nos Pères31 » ; quant à Henri de Montmorency-Damville, gouverneur de Languedoc et l’un des chefs des malcontents, il déplore, dans la Déclaration faite à Montpellier le 13 novembre 1574, le malheur de ses compatriotes d’être privés, par l’exil ou les massacres, de ceux qu’il appelle les « hommes doctes qu’estoient aux universitez32 ». Une impérieuse obligation s’impose aux Français : s’informer auprès des savants des traditions anciennes de leur pays afin de percevoir à quel point elles sont mises en danger par les manœuvres des étrangers ; il leur faut comprendre que les passions religieuses, perversement attisées par les Italiens, empêchent cette prise de conscience et qu’il faut donc les surmonter. L’appel à la clairvoyance, si présent dans le Discours de La Boétie, est de nouveau lancé sous une forme imagée, que ce soit par le libelle invitant ses lecteurs à chausser les

  • 33 C’est le titre d’un opuscule faisant partie de ceux qui sont publiés sous le titre La France-Turqui (...)

lunettes de cristal de roche par lesquelles on veoit clairement le chemin tenu pour subjuguer la France à mesme obéissance que la Turquie33,

21ou par l’auteur du Réveille-Matin qui veut les tirer de leur sommeil. Tous ces textes tentent donc de forger un sentiment national qui serait une conscience civique, caractérisée par l’attachement à un patrimoine politique commun. Les « bons François » pourraient ainsi surmonter la division religieuse et susciter entre eux une concorde fondée sur leur qualité de « citoyens », habitants d’une cité idéale de frères animés par la conviction d’avoir une longue tradition de défense de la liberté.

  • 34 Voir en particulier les efforts de l’avocat Orléanais Michel Du Rit pour transformer le sens de l’e (...)
  • 35 Voir les analyses de D. Crouzet, Les guerriers de Dieu.

22Là encore, cet espoir échoue. L’une des raisons en est que l’exhortation à l’union autour de la liberté française a été lancée surtout par des protestants, même si des catholiques les ont rejoints dans leur combat au cours de la cinquième guerre civile. Malgré la volonté affichée de déconfessionnaliser cette thèse, celle-ci ne pouvait pas ne pas être perçue comme confessionnelle par les catholiques les plus ardents. Il est certain que pour les réformés la liberté politique aurait dû avoir pour conséquence la liberté religieuse, celle de conscience et celle de culte. Les membres de la Sainte Ligue entreprennent alors d’opposer les « bons catholiques » aux « bons François », ou plutôt de démontrer que seuls les bons catholiques sont de bons Français, puisque la loi de catholicité du royaume qu’ils défendent est selon eux la plus vénérable des lois fondamentales. Pour eux, la caractéristique nationale par excellence, c’est la fidélité à la foi traditionnelle34. Les ligueurs n’abandonnent pas pour autant le thème de la liberté française. Ils réclament, eux aussi, la réunion périodique des États généraux ; mais ceux-ci doivent être éradicateurs de l’hérésie et non réconciliateurs, diviseurs et non unificateurs ; l’union à laquelle ils devraient parvenir est une union mystique en Dieu, compatible avec l’élection d’un souverain étranger35. En récupérant les arguments politiques développés par les monarchomaques et les malcontents, les ligueurs les ont délibérément confessionnalisés, au risque de provoquer méfiance et rejet chez les modérés. En outre, le mot liberté prend de plus en plus un sens subversif. Cette évolution avait commencé avec les accusations portées contre les protestants d’être des « républicains » ; elle s’accentue avec la peur suscitée par les excès suscités provoqués par la Sainte Ligue. Michel Hurault, petit-fils du chancelier de L’Hospital, voit, par exemple, dans l’appel inconsidéré à la liberté, la cause de l’esprit de révolte qui saisit les villes, passées de la défense traditionnelle de leurs privilèges à une revendication radicale d’indépendance :

  • 36 M. Hurault, Discours sur l’Estat de la France, p. 34.

À ce seul mot [de liberté], écrit-il en 1591 dans le Discours sur l’estat de la France, on a esté tout esbahi, que comme les forçats de galère, toutes les villes de France ont abandonné les rames du devoir de l’obeïssance36.

  • 37 « Les vœux des bons François à la fin sont ouys », selon un poème intitulé « Au Roy », œuvre peut-ê (...)
  • 38 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, 1604, p. 449, cité par M. Yardeni, L (...)
  • 39 M. Yardeni, La conscience nationale en France, p. 312,note 59.
  • 40 Un auteur, Deimier, raconte le ralliement de Marseille sous le titre La royale liberté de Marseille(...)
  • 41 M. de Montaigne, Les Essais, liv. I, chap. iii, p. 16.
  • 42 C’est l’argument qu’utilisent les politiques contre les ligueurs : voir en particulier P. de Belloy(...)

23Il est apparu à un nombre grandissant de Français que l’obéissance au roi était le seul recours contre les effets pervers de la liberté et, finalement, le seul facteur unificateur. Dans la Satyre Ménippée, le capitaine d’Aubray, qui fait entendre la voix des « bons François », prône le ralliement inconditionnel à Henri IV37. À Lyon, lors de la reddition de la ville, l’écharpe blanche devient, selon le récit qu’en fait Claude de Rubys, « la marque et entreseigne des vrays Françoys38 ». À Beaune, le maire prépare le ralliement des habitants en faisant un premier tour de la ville au cri de « Vive la liberté ! », puis il en fait un second au cours duquel ce slogan s’efface au profit de celui de « Vive le Roy !39 ». Le sens des mots s’inverse : l’adjectif royale est accolé à liberté, tyrannie turque désigne l’oppression ligueuse40. Après l’échec de la Ligue, le temps arrive où l’exercice de la liberté politique ne pourra plus être qu’individuel et privé, et non collectif et public, selon le processus qu’a décrit Montaigne dans les Essais : selon lui, il faut obéir au roi sans conditions, mais on peut, chez soi, ne pas « refuser à la Justice et à nostre liberté l’expression de noz vrais ressentimens41 ». Sans doute, les libertés, au pluriel, subsistent sous la forme de franchises et de privilèges ; mais ce sont des grâces du souverain accordées aux corps, aux villes et aux provinces, parmi lesquelles figure le statut octroyé aux protestants par l’édit de Nantes. Quant au thème de la liberté ancienne, il est neutralisé par le recours banalisé à un argument emprunté à la lex regia du droit romain : le peuple, en des temps originels qui ne sont pas précisés, s’est démis de cette prérogative une fois pour toutes au profit du souverain et ne peut plus la récupérer42.

24Le « bon Français » tend ainsi à se confondre, désormais, avec le sujet obéissant. La fidélité monarchique finit par sembler la plus apte à transcender les divisions religieuses, au moins pour un temps. Mais, en fixant l’affectivité sur une personne, celle du roi, et non sur l’ensemble du peuple français, elle a stérilisé momentanément l’émergence d’un sentiment national axé autour du droit des Français à être consultés par l’intermédiaire de leurs représentants. Le thème de la liberté resurgira cependant aux périodes de contestation du pouvoir absolu, en particulier pendant la Fronde puis au xviiie siècle. La France, pays de la liberté et championne de la lutte contre la tyrannie : cette image, que voudront imposer les révolutionnaires à l’Europe et au monde, a ses racines lointaines au xvie siècle.

Bibliographie

Sources

Advertissement sur la protestation de Monseigneur de Condé, 1567, pièce, et Requeste presentée au Roy par Monseigneur le prince de Condé, 1567, pièce, dans Les Requestes, protestations, remonstrances et advertissement, faits par Monseigneur le prince de Condé et autres de sa suitte, où l’on peut aisément cognoistre les causes et moyens des troubles et guerres presentes, Orléans, Eloi Gibier, 1567.

Belloy, Pierre de, Apologie catholique contre les libelles, déclarations, advis et consultations faictes, escrites et publiées par les liguez, perturbateurs du repos du royaume de France, qui se sont eslevez depuis le décès de feu Monseigneur, frère unique du Roy, par EDLIC, s. 1., 1585.

Déclaration et protestation par monsieur le mareschal Dampville, 13 novembre 1574, dans Histoire générale de Languedoc, avec des notes et les pièces justificatives. Composée sur les auteurs et les titres originaux et enrichie de divers monumen[t]s, éd. Joseph Vaissette, O. S.B. et Claude Devic, O. S.B., Toulouse, Édouard Privat, 1872-1905 (15 vol.), t. XII, preuve 336, col. 1107 (Ire éd. Paris, Jacques Vincent, 1730-1745 [5 vol.]).

Deimier, Pierre de, La royale liberté de Marseille, Paris, 1615.

Du Moulin, Charles, Commentarii in consuetudines parisienses, Paris, M. Somnius, 1576 (2 vol.).

Estats de France opprimez par la tyrannie de Guise, au Roy leur souverain seigneur, Les – s. 1., n. d. (1560) ; texte réimprimé dans les Mémoires de Condé ou recueil pour servir à l’histoire de France, contenant ce qui s’est passé de plus mémorable dans ce royaume, sous les règnes de François II et de Charles IX, Londres, Cl. du Bosse et J. Nillor, 1739,1. I, pp. 6-34.

Gentillet, Innocent, Anti-Machiavel (1576), éd. C. Edward Rathé, Genève, Droz, 1968.

Histoire du tumulte d’Amboise advenu au mois de mars 1560. Ensemble un avertissement et une complainte au peuple françois, Strasbourg, J. Nesle, 1560 ; texte réimprimé dans les Mémoires de Condé ou recueil pour servir à l’histoire de France, contenant ce qui s’est passé de plus mémorable dans ce royaume, sous les règnes de François II et de Charles IX, Londres, Cl. du Bosse et J. Nillor, 1739, t. I, pp. 6-34.

Hotman, François, Épistre envoiée au Tigre de la France (1560), éd. Charles Read, Genève, Slatkine, 1970.

– Franco-Gallia, 1573, trad. française de 1574, éd. Antoine Leca, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1991.

Hurault, Michel, Discours sur l’Estat de la France, s. 1., 1591.

La Boétie, Étienne de, Discours de la servitude volontaire, éd. Malcolm Smith, Genève, Droz, 1987.

Lunettes de cristal de roche par lesquelles on veoit clairement le chemin tenu pour subjuguer la France á mesme obeissance que la Turquie, dans La France-Turquie, Orléans, Thibaut des Murs, 1576.

Mémoires des occasions de la guerre, appellée Le Bien-public, rapportez à l’estat de la guerre présente, s. 1., 1567.

Montaigne, Michel de, Les Essais, éd. Pierre Villey, Paris, Presses Universitaires de France, 1924 (3 vol.).

Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France an xvi e siècle, éd. Niccolò Tommaseo, Paris, Imprimerie royale, 1838 (2 vol.).

Remonstrance aux Seigneurs, Gentils-hommes et autres, faisant profession de la Religion réformée en France, et tous autres bons François désirant la conservation de ce Royaume (1574), dans Simon Goulart (éd.), Mémoires de l’Estat de France sous Charles Neufiesme, Meidelbourg, Henrich Wolf, 1578 (3 vol.), ffos 49r°-6ir°.

Résolution claire et facile sur la question tant de fois faite de la prise des armes par les inférieurs..., Bâle, 1575 ; rééd. augmentée, Reims, J. Mouchar, 1577.

Réveille-Matin des François et de leurs voisins composé en forme de dialogues, Le – (1574), réimpression anastatique, Paris, Éditions d’histoire sociale, 1977.

Satyre Ménippée de la vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estats de Paris, éd. Charles Labitte, Paris, 1848.

Traité d’association passée entre les catholiques et ceux de la Religion réformée, s. 1., 1575-

Bibliographie

Beaune, Colette, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Burguière, André, « L’historiographie des origines de la France. Genèse d’un imaginaire national », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1, janv.– fév. 2003, pp. 41-62.

Crouzet, Denis, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525 – vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990 (2 vol.).

Dubois, Claude-Gilbert, Celtes et Gaulois au xvi e siècle. Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, J. Vrin, 1972.

Jouanna, Arlette, « La quête des origines dans l’historiographie française de la fin du xve siècle et du début du xvie », dans Bernard Chevalier et Philippe Contamine (éd.), La France de la fin du xv e siècle. Renouveau et apogée : économie, pouvoirs, arts, culture et consciences nationales (Tours, 3-6 octobre 1983), Paris, Éd. du CNRS, 1985, pp. 301-311.

– Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559- 1661), Paris, Fayard, 1989.

– « Être “bon Français” au temps des guerres de Religion. Du citoyen au sujet », dans Ouzi Elyada et Jacques Le Brun (éd.), Conflits politiques, controverses religieuses. Essais d’histoire européenne aux 16e-18e siècles, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2002, pp. 19-32.

Krynen, Jacques, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France (xiiie-xv e siècles), Paris, Gallimard, 1993.

Naef, Henri, La conjuration d’Amboise et Genève, Genève-Paris, A. Julien – H. Champion, 1922.

Nicolet, Claude, La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2003.

Paillard, Charles-Hypolyte, « Additions critiques à l’histoire de la conjuration d’Amboise », Revue historique, 14,1880, pp. 61-108 et 311-355.

Poujol, Jacques, « Étymologies légendaires des mots France et Gaule pendant la Renaissance », Publications of the Modern Language Association of America, 72,1957, pp. 900-914.

Ridé, Jacques, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemandes : de la redécouverte de Tacite à la fin du xvie siècle. Contribution à l’étude de la genèse d’un mythe, Lille-Paris, H. Champion, 1977 (3 vol.).

Yardeni, Myriam, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion (1559-1598), Paris-Louvain, Ed. Nauwelaerts – Béatrice-Nauwelaerts, 1971.

Notes

1 M. Yardeni, La conscience nationale en France.

2 A. Jouanna, « Être “bon Français” au temps des guerres de Religion ».

3 Voir J. Poujol, « Étymologies légendaires des mots France et Gaule pendant la Renaissance ».

4 Guillaume Guiart, Branche des royaux lignages (Paris, Verdière, 1828), texte cité par J. Krynen, L’Empire du roi, p. 275.

5 R. Gaguin, Lettre à François Ferrebout (1468), citée par J. Poujol, « Etymologies légendaires des mots France et Gaule », p. 901.

6 Voir J. Ridé, L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemandes.

7 C. Du Moulin, Commentarii in consuetudines parisienses, t. I, f° 3 r°, col. 2.

8 Voir A. Jouanna, « La quête des origines dans l’historiographie française de la fin du xve siècle et du début du xvie » ; C.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au xvi e siècle ; A. Burguière, « L’historiographie des origines de la France » ; et C. Nicolet, La fabrique d’une nation.

9 Textes de Philippe Mézières et de Jean Juvénal des Ursins cités par J. Krynen, L’Empire du roi, pp. 276-279.

10 Voir C. Beaune, Naissance de la nation France. Voir aussi les conclusions de J. Krynen sur le mélange, lors de la réunion des États de Tours en 1484, de l’attachement au rôle des États généraux et du loyalisme monarchique (L’Empire du roi, pp. 438-455).

11 Voir É. de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, éd. M. Smith, p. 39.

12 P. Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, t. I, p. 43, cité par J. krynen, L’Empire du roi, p. 455.

13 Relations des ambassadeurs vénitiens, t. I, p. 273.

14 Les Estats de France opprimez par la tyrannie de Guise, au Roy leur souverain seigneur, pièce s. I., n. d., réimprimée dans Mémoires de Condé, t. I, pp. 26-34, et Histoire du tumulte d’Amboise (Mémoires de Condé, pp. 6-24).

15 Pour un exposé plus complet de leurs théories, voir A. Jouanna, Le devoir de révolte, pp. 123-142.

16 Histoire du tumulte d’Amboise, dans Mémoires de Condé, t. i, p. 14.

17 Ibid., p. 13. Même argumentation dans les États de France opprimez par la tyrannie de Guise, p. 34.

18 Récit de Chantonnay cité par C. Paillard, « Additions critiques à l’histoire de la conjuration d’Amboise », pp. 329-330.

19 Complaincte au peuple françoys, dans Mémoires de Condé, t. I, p. 24.

20 François Hotman, alors à Strasbourg, a sans doute fourni leurs arguments aux conjurés dans une sorte de mémorandum contenant tous les griefs contre les Guises, mémorandum connu sous le nom de Livret de Strasbourg (H. Naef, La conjuration d’Amboise et Genève, pp. 141-142 et 165-169). Hotman est l’auteur du plus virulent pamphlet contre le cardinal de Lorraine, l’Epistre envoiée au Tigre de la France (éd. C. Read).

21 Mémoires des occasions de la guerre, appellée Le Bien-public, rapportez, à l’estat de la guerre présente.

22 Advertissement sur la protestation de Monseigneur de Condé.

23 Ibid.

24 Dans la Requeste présentée au Roy par Monseigneur le prince de Condé (1567), il est affirmé que lui et ses compagnons « ne dégénéreront jamais de la vertu et intégrité de leurs ancestres, la fidélité desquels a fait remarquer de toute ancienneté la nation Françoise entre toutes les autres comme la plus loyale et fidèle à son Prince ».

25 Le pacte conclu à Nîmes commence ainsi : « Nous catholiques, et nous, de la religion réformée, tous deux François naturels [...] nous avons contracté et juré, contractons et jurons sainte et loyale association de corps, cœur et bien commun » (Traité d’association passée entre les catholiques et ceux de la Religion réformée).

26 Le Réveille-Matin des François, pp. 19-20 ; et Remonstrance aux Seigneurs, Gentils-hommes et autres.

27 I. Gentillet, Anti-Machiavel, éd. C. E. Rathé, pp. 21-22.

28 F. Hotman, Franco-Gallia, pp. 106-107.

29 Le mot signifie : « ville de la liberté ».

30 Le Réveille-Matin des François, second dialogue, p. 115. Le thème de la liberté française a un ton plus affectif, moins intellectuel, dans les textes issus du mouvement des malcontents, reconnaissables à leur dénonciation des menaces d’extermination qui pèsent selon eux sur la noblesse française, précisément parce que sa vocation est de défendre la liberté ancienne : dans le Paraenetique figurant dans la Résolution claire et facile sur la question tant de fois faite de la prise des armes par les inférieurs (1577), on trouve par exemple un appel à mourir pour la patrie (« Pour qui doit-on mourir, sinon pour le pays ? »).

31 F. Hotman, Franco-Gallia, dédicace au comte Palatin Frédéric.

32 Déclaration et protestation par monsieur le marescbal Dampville.

33 C’est le titre d’un opuscule faisant partie de ceux qui sont publiés sous le titre La France-Turquie (1576).

34 Voir en particulier les efforts de l’avocat Orléanais Michel Du Rit pour transformer le sens de l’expression « Bons François » dans son opuscule Le Bon François, ou de la foy des Gaulois, Paris, 1589, cité par M. Yardeni, La conscience nationale en France, p. 206.

35 Voir les analyses de D. Crouzet, Les guerriers de Dieu.

36 M. Hurault, Discours sur l’Estat de la France, p. 34.

37 « Les vœux des bons François à la fin sont ouys », selon un poème intitulé « Au Roy », œuvre peut-être de Jean Passerat, placé à la suite de la Satyre Ménippée, p. 265.

38 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, 1604, p. 449, cité par M. Yardeni, La conscience nationale en France, p. 312.

39 M. Yardeni, La conscience nationale en France, p. 312,note 59.

40 Un auteur, Deimier, raconte le ralliement de Marseille sous le titre La royale liberté de Marseille ; dans la Satyre Ménippée, le capitaine d’Aubray s’exclame que les Français sont, sous le pouvoir des ligueurs, « plus serfs et plus esclaves que les chrestiens en Turquie et les juifs en Avignon » ¿p. 127).

41 M. de Montaigne, Les Essais, liv. I, chap. iii, p. 16.

42 C’est l’argument qu’utilisent les politiques contre les ligueurs : voir en particulier P. de Belloy, Apologie catholique contre les libelles publiés par les Liguez, p. 31.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search