Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Être Espagnol dans un monde moderne et transatlantique

Being Spanish in a Modern, Transatlantic World

Ser español en un mundo moderno y trasatlántico

Tamar Herzog

Résumé

La manière d’identifier les étrangers et de les distinguer de natifs (aussi bien appelés « Espagnols ») est au centre de cet article. En analysant la situation en Castille et en Amérique à l’époque moderne jusqu’aux guerres d’indépendance, mon intention est tout d’abord d’examiner la relation entre les débats autour du statut de natif en Castille (jusqu’au xviie siècle) et en Espagne (au xviiie siècle), leur mise en œuvre et leur évolution en Amérique espagnole, puis de démontrer la nature complexe des catégories d’appartenance à l’époque moderne. Ces catégories distinguaient clairement les vassaux des natifs et soutenaient que l’attribution des droits et privilèges dans le royaume dépendaient de la naturaleza (le statut de natif) et non du vasselage. De la même manière, elles finissaient par établir une relation directe entre appartenance locale (vecindad) et naturaleza. L’évolution en Amérique confirme ces conclusions et démontre que, dans les colonies, les critères castillans furent utilisés d’une manière différente dans quelques cas et similaire dans d’autres.

Texte intégral

  • 1 Cet article se fonde sur une investigation menée à terme et publiée dans T. Herzog, Defining Nation (...)
  • 2 D. Ramos Pérez, « La aparente exclusión de los aragoneses de las Indias » ; J. M. Morales Álvarez, (...)
  • 3 M.J. de Ayala, Diccionario de Gobierno y legislación de Indias, t. VI, pp. III-131 ; R. Konetzke, « (...)

1Il y a quelques années1, alors que je travaillais aux archives nationales à Lima, je suis tombée par hasard sur plusieurs requêtes datant des années 1760, déposées par des personnes demandant à ne pas être expulsées d’Amérique espagnole. Ces personnes affirmaient être espagnoles et expliquaient que la décision de les expulser, décision dont elles demandaient l’annulation, était fondée sur l’hypothèse erronée qu’elles étaient étrangères. Pourquoi soupçonnait-on ces individus d’être étrangers ? Comment pouvaient-ils prouver qu’ils étaient bien Espagnols ? La manière d’identifier les étrangers pour les inscrire ensuite sur des listes d’expulsion, ainsi que les arguments que ces derniers utilisaient pour leur défense étaient surprenants. L’« espagnolité » était-elle une catégorie si vague qu’elle permettait la discussion, le désaccord et le débat ? Un vide bibliographique existait sur la question. De nombreuses études attestent l’existence d’un monopole espagnol en Amérique – monopole établissant que seules les personnes natives des royaumes d’Espagne (quel que soit ce royaume : Castille, Aragon, Catalogne, etc.) avaient le droit d’immigrer, de s’établir et de commercer en Amérique espagnole2. On a aussi beaucoup écrit sur le fait que l’on enfreignait souvent ce monopole et que de nombreux étrangers réussissaient à traverser l’Atlantique et à s’établir en Amérique espagnole. Leur présence, nous dit-on, déclencha une série d’édits royaux demandant aux autorités locales de localiser ces immigrants illégaux et de les expulser du continent3. Mais comment établissait-on que ces personnes étaient espagnoles ou non ? Qui pouvait prendre cette décision ? Quels étaient les critères utilisés ?

  • 4 L. García Fuentes, El comercio español con América, p. 36 ; Ch. F. Nunn, Foreign Immigrants in Earl (...)
  • 5 Ch. F. Nunn, « Naturalization in New Spain », p. 62 ; Id., Foreign Immigrants in Early Bourbon Mexi (...)
  • 6 J. M. Morales Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias, pp. 35 et 53 ; et C. (...)
  • 7 L. G. Campbell, « The Foreigners in Peruvian Society », pp. 158-163 ; et C. Gómez Pérez, « Los extr (...)

2Les historiens avaient tendance à supposer que le statut de natif, nécessaire pour immigrer et faire du commerce dans le Nouveau Monde, était une catégorie clairement définie dans les lois et les pratiques sociales. De manière implicite ou explicite, ils posaient que ce statut dépendait de la naissance sur le territoire, généralement de parents nés eux-mêmes en Espagne4. Toute pratique qui s’éloignait de cette définition, jugée essentielle par les historiens, était considérée comme illégale5. Ils présentaient les campagnes d’expulsion comme une « lutte nationaliste » où s’exprimait l’aversion que les Espagnols ressentaient pour les étrangers, aversion qui justifiait leur expulsion6. Partant de l’hypothèse, largement acceptée, que l’espagnolité était une catégorie claire, les recherches précédentes n’ont pas tenté d’analyser pourquoi certaines personnes étaient considérées comme natives d’Espagne et d’autres non7.

3À mon retour en Espagne, j’ai vérifié qu’il y avait dans la péninsule Ibérique des discussions similaires à celles que j’avais découvertes au Pérou, discussions où les gens que l’on suspectait d’être étrangers, ou qui désiraient être reconnus comme natifs, luttaient pour cette reconnaissance en employant un discours élaboré sur le sujet. Quoique dans le cas de la Péninsule, les privilèges en jeu aient été différents puisqu’ils concernaient principalement le droit d’obtenir des charges publiques et de recevoir des bénéfices ecclésiastiques – deux droits qui étaient réservés aux « natifs du royaume » –, les questions posées étaient les mêmes : quels étaient les critères d’insertion ou d’exclusion des individus dans la communauté des natifs qui avait autorité pour décider de ces problèmes et quels étaient les principes directifs qui orientaient cette décision ?

4En soi, la similitude des débats en Espagne et en Amérique espagnole n’était pas surprenante. C’est un lieu commun parmi les historiens d’affirmer que l’expérience espagnole a modelé celle de l’Amérique espagnole. La plupart des études sur l’histoire de cette dernière commencent par passer rapidement en revue l’histoire ibérique, que l’on présente comme une information nécessaire. Cependant, ce rappel est généralement centré sur la période qui précède le premier contact avec les Amériques. On suppose, implicitement, que les Espagnols qui arrivèrent au Nouveau Monde en 1492 perdirent tout contact avec leur pays d’origine et qu’à partir de cette date, l’Espagne et l’Amérique espagnole se développèrent séparément. En conséquence, la Reconquête (qui prit fin au xiiie siècle) est considérée comme étroitement liée à l’histoire de l’Amérique espagnole alors que des événements se déroulant en Espagne au xve, xvie, xviie et xviiie siècles, eux, ne le sont pas. Et, comme la comparaison est faite entre, d’une part, les pratiques espagnoles médiévales et, d’autre part, les développements de l’Amérique espagnole au début de l’époque moderne, on ne peut aboutir qu’à une conclusion : l’Amérique espagnole des débuts de l’époque moderne était différente de l’Espagne médiévale. D’où l’affirmation immédiate que les institutions espagnoles furent modifiées dans le Nouveau Monde.

5Mais, que se passe-t-il si, au lieu de comparer l’Espagne médiévale et l’Amérique espagnole des débuts de l’époque moderne, on compare, par exemple, l’Espagne du xviie siècle avec l’Amérique espagnole du xviie siècle ? Est-ce que les différences entre l’une et l’autre sont aussi importantes qu’on le pense traditionnellement ?

6Je propose d’aborder ces questions en analysant les discussions concernant l’identification des natifs de chaque côté de l’Océan pendant les xviie et xviie siècles. J’examinerai, tout d’abord, les débats autour du statut de natif en Espagne, puis j’étudierai leur mise en œuvre et leur évolution en Amérique espagnole. Enfin, je conclurai en revenant sur la relation entre l’Espagne et l’Amérique espagnole et en démontrant la nature complexe des catégories d’appartenance à l’époque moderne. Lorsque j’évoquerai l’Espagne, je me référerai principalement à l’expérience castillane. Deux raisons expliquent ce choix : premièrement, l’Amérique espagnole était un territoire castillan où s’appliquaient la loi et les coutumes castillanes ; deuxièmement, au début du xviiie siècle, le droit public castillan est devenu la loi espagnole tout court. Le point de vue castillan a donc joué un rôle déterminant dans le développement de la notion de natif à la fois en Espagne et en Amérique espagnole.

Le statut de natif en Castille

  • 8 G. Hermann, « Naturales y forasteros », pp. 189-201.
  • 9 Recopilación de Castilla, loi 14,18, 25, tit. III, liv. I ; loi 1, 2, tit. X, liv. V ; loi i, tit V (...)
  • 10 Cuarta Partida, tit XXIV, loi 2.
  • 11 Recopilación de Castilla, loi 19, tit. III, liv. I.

7La nécessité de définir qui était natif afin de déterminer qui jouirait de quels droits est apparue en Castille aux xve et xvie siècles. Les Cortes – craignant que les vassaux étrangers du roi n’obtiennent un pouvoir trop important dans leur royaume – demandèrent à ce que seuls les natifs soient admis aux charges publiques et puissent recevoir des bénéfices ecclésiastiques8. En réponse à ces requêtes, les monarques espagnols promirent d’abord de révoquer les octrois de bénéfices ecclésiastiques aux étrangers puis ils élargirent cette exclusion des étrangers à la plupart des charges publiques, aux petits commerces et à toutes les juridictions seigneuriales. L’exclusion des étrangers s’exprima aussi dans les lois locales et les ordonnances d’institutions ou de charges spécifiques qui stipulaient que ces dernières devaient être « réservées aux natifs9 ». À la suite de cette législation, il devint nécessaire en Castille de distinguer les natifs des étrangers (cette distinction existait depuis le treizième siècle, et pourtant ce n’est qu’à ce moment-là – à cause de la nature composite de la monarchie espagnole – qu’elle devint centrale dans les débats politiques et sociaux). Mais, cette distinction n’était pas facile à faire. Les lois énuméraient plusieurs critères différents. Les Siete Partidas (le code de lois castillan datant du XIIIe siècle) incluaient dix manières d’obtenir le statut de natif : la naissance sur le territoire dans une famille qui avait son origine dans la circonscription, le vasselage, l’éducation (crianza), le titre de chevalier, le mariage, l’héritage, la délivrance de captivité, de la mort ou du déshonneur, l’émancipation, la conversion au christianisme, ou dix années de résidence. En 1565, le roi précisa que les natifs étaient soit des gens nés dans les royaumes d’un père lui-même natif, soit des gens ayant établi leur domicile dans la circonscription et y ayant vécu pendant dix ans10. Le statut de natif pouvait également s’étendre aux fils de natifs, nés à l’étranger, si leurs parents s’étaient absentés du royaume pour cause de service royal, avec permission royale ou si leur absence était temporaire11.

  • 12 Recopilación de Indias, loi 27, tit. XXVII, liv. IX.
  • 13 Recopilación de Castilla, loi 66, tit. IV, liv. II et Novísima Recopilación loi i, tit. XI, liv. VI

8Cette dernière définition, notifiée dans la Recopilación de Castilla, n’avait pas pour but de changer la situation légale existante. Toutefois, les conditions préalables qu’elle énumérait étaient différentes de celles mentionnées dans les Partidas. Vasselage, conversion, éducation, titre de chevalier, mariage, héritage, délivrance et émancipation avaient disparu et à leur place, on mettait l’accent, d’une part, sur la naissance et les origines familiales, et d’autre part, sur une résidence prolongée. En 1620, les « fils d’étrangers nés en Espagne » furent déclarés « natifs d’Espagne12 ». Il semble qu’à ce moment-là, la naissance sur le territoire ait été suffisante pour obtenir le statut de natif et que les origines familiales aient perdu leur importance. En 1623, on octroya les droits réservés aux natifs, aux étrangers qui avaient résidé sur le territoire pendant au moins dix ans, qui possédaient des biens et qui étaient mariés à une Espagnole depuis au moins six ans13.

  • 14 Acevedo, Commentariorum iuris civilis in Hispaniae (1594), cité par J. M. Pérez Prendes Y Muñoz de (...)

9Les auteurs modernes signalaient, eux aussi, toute une gamme de situations qui pouvaient aboutir à l’obtention du statut de natif14. Mais ils expliquaient que le seul élément commun à toutes ces situations était l’idée que les individus répondant aux critères énumérés (et dès lors classés parmi les natifs) aimaient la communauté et lui étaient fidèles. Parmi eux, certains étaient nés en Castille de parents espagnols. Ceux-ci étaient supposés aimer la communauté et lui être loyal. Cette supposition était fondée sur la conviction que la loi naturelle impose l’amour de son lieu de naissance. Comme Gerónimo de Uztariz en témoigne en 1742 :

  • 15 J. M. Álvarez, Instituciones de derecho real de Castilla y de Indias, p. 82 ; et G. de Uztáriz, The (...)

Je connais des enfants dans cette ville, nés de parents tous deux étrangers et éduqués sous leurs yeux qui sont dans leur cœur et dans leur manière d’être plus espagnols qu’étrangers [...] Cela ne me surprend guère si l’on considère quel effet le lieu de naissance a généralement, quelle grande influence ont les premières connaissances et la société que nous fréquentons dans le monde15.

  • 16 P. Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos, p. 25.

10Alors que l’on pouvait faire confiance aux gens nés natifs, on rejetait les étrangers car ils « n’avaient aucune obligation envers la communauté, ni par foi ni par amour16 ». Les étrangers étaient dangereux parce qu’ils n’aimaient pas la communauté. Les étrangers ne s’identifiaient pas aux intérêts locaux et souhaitaient tirer profit de leur association avec la Castille tout en projetant de retourner dans leur communauté d’origine :

  • 17 Recopilación de Castilla, loi 14, tit. 3, liv. I.

Ces étrangers qui ont des dignités et des charges dans nos royaumes désirent être dans leur pays plus que sur une terre étrangère. Ils emporteront l’argent [qu’ils gagnent) hors de nos royaumes, les laissant dans une grande misère et pauvreté et enrichissant des royaumes étrangers, y compris des royaumes ennemis [...] Lorsque les prélats et autres bénéficiaires sont des natifs, ils nous aident [...] dans la guerre contre les Maures et dans la défense de la couronne royale. Ceci n’est pas vrai s’il s’agit de prélats ou de bénéficiaires qui ne sont pas natifs17.

  • 18 B. Álamos de Barrientos, Discurso político al rey Felipe III, pp. 14-16 ; G. de Uztáriz, The Theory (...)
  • 19 P. Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos, p. 126.

11Ainsi, les gens qui aimaient la communauté pouvaient être considérés comme natifs ; ceux qui ne l’aimaient pas étaient classés parmi les étrangers. Pourtant, comme plusieurs auteurs modernes l’ont fait remarquer, l’amour pouvait dépendre de la naissance, mais il pouvait également être lié à d’autres facteurs. Par exemple, les étrangers qui élisaient domicile en Castille où ils possédaient une maison ou avaient épousé une native n’étaient plus dangereux18. On pensait que leur association prolongée avec la communauté avait fait naître en eux un « sentiment suffisant de loyauté19 ». Étant considérés comme personnes fiables, ils pouvaient bénéficier des droits des natifs.

12D’après ces observations, on supposait que certains étrangers étaient passés par une sorte de conversion qui leur permettait d’abandonner leur condition d’étrangers. Cette conversion s’effectuait sans l’intervention des autorités. C’était la conséquence indirecte de l’association entre une personne et une communauté, une association qui pouvait s’établir de différentes manières. Elle pouvait dépendre de la résidence, mais elle pouvait également être générée par d’autres facteurs, comme la naissance dans la circonscription, le mariage à une native, ou la possession de biens. Elle pouvait être prouvée par le fait que l’étranger avait rompu tous liens avec sa communauté d’origine parce qu’il ne souhaitait plus y retourner. L’important n’était pas la manière particulière dont l’association se créait, mais la garantie qu’elle fournissait des bonnes intentions de l’individu. Dans la bouche d’un observateur du xviie siècle,

  • 20 « Discurso anónimo en defensa de los extranjeros y su comercio », cité par A. Domínguez Ortiz, « Lo (...)

presque tous les étrangers qui vivent dans cette ville (Séville ?) y sont très intégrés, certains du fait des nombreuses années qu’ils y ont vécu, d’autres du fait d’y être nés, d’autres encore parce qu’ils se sont mariés à des natives, ou parce que leur fille a épousé un natif, raisons qui ont fait qu’ils se sont profondément enracinés, ce qui les a fait aimer et souhaiter le meilleur pour ces royaumes20.

13En effet, certains étrangers pouvaient être considérés comme natifs

  • 21 Lorenzo Herrera Betancur (1642), cité par H. Sancho de Sopranis, « Las naciones extranjeras en Cádi (...)

parce que la plupart vivent à Cadix depuis 20,30,40 ou 50 ans, qu’ils sont mariés à des natives et qu’ils y ont leur propriété et leur famille, sans plus dépendre en rien de leur pays d’origine21.

  • 22 R. Antúnez y Acevedo, Memorias históricas sobre la legislación y gobierno del comercio de los españ (...)

14Les auteurs modernes affirmaient donc que ces étrangers étaient « connaturalisés », leur résidence étant « en substance la même que s’ils avaient été déclarés natifs22 ».

15En vertu de cette conviction que les étrangers résidents permanents n’étaient plus dangereux, les conditions stipulées par les lois régissant le statut de natif ou l’octroi des lettres de naturalisation (résidence de dix ans, mariage à une native et possessions de biens) étaient interprétées comme une énumération de présomptions légales. Ces présomptions avaient, pour but, d’aider les autorités à distinguer entre les véritables étrangers et les étrangers intégrés ayant acquis le statut de natif. Mais les lois ne constituaient pas la seule manière de transformer les étrangers en natifs. Des individus ne remplissant pas les conditions stipulées par les lois pouvaient néanmoins être déclarés natifs s’il existait d’autres indications prouvant qu’ils s’étaient liés à la communauté. Alors que certains ne remplissant pas les conditions énumérées par la loi pouvaient être considérés comme natifs, d’autres qui, eux, les remplissaient, pouvaient se voir refuser ce statut si leur loyauté était mise en cause. Ainsi, il apparaît que, contrairement à ce que nous avons pu croire par le passé, l’octroi de la naturalisation aux individus qui ne présentaient pas les conditions stipulées par le droit n’était pas nécessairement illégal. Pas plus que ne l’était le refus de reconnaître comme natifs des individus qui satisfaisaient aux conditions requises :

  • 23 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General, 2301, ffos 3v°, 4r°, 6r°.

Il pourrait exister un cas où toutes les circonstances (énumérées par les lois) seraient rassemblées et où pourtant il serait impossible de déclarer une personne native [...] Ce serait le cas d’un étranger ayant résidé dans le royaume pendant un temps suffisant et que l’on doit pourtant considérer comme étant de passage en l’absence d’un souhait manifeste de sa part de rester ou d’établir domicile [...] C’est ainsi que nous devons comprendre la loi des Partidas qui établit qu’une résidence de dix ans est suffisante pour obtenir le statut de natif. Cette loi doit être interprétée de la manière suivante : les dix années de résidence agissent comme présomption que le requérant souhaite rester dans le pays de manière permanente. S’il existe la présomption inverse ou si les preuves démontrent le contraire, les dix années de résidence ne seront pas suffisantes pour obtenir le statut de natif23.

16Pour les mêmes raisons, les individus qui n’étaient plus intégrés dans des communautés locales risquaient de devenir des non natifs et ce, indépendamment de leur identité, de leur lieu de naissance ou de leurs origines familiales. Telle était l’opinion de Gregorio López de Tovar et de Juan de Hevia Bolaños pour qui :

  • 24 G. López de Tovar, Índice de las leyes y glosa del mismo, p. 536 ; J. de Hevia Bolaños, Curia Phili (...)

Si un natif du royaume, ou quiconque considéré comme natif, quitte le royaume et réside dans un royaume étranger où il établit domicile, et si ensuite il prétend être natif, il n’est plus considéré comme tel24.

17Benito Gerónimo Feijóo était du même avis :

  • 25 B. G. Feijóo y Montenegro, « Amor a la patria y pasión nacional », pp. 145 et 147.

L’Espagne est l’objet de l’amour de tous les Espagnols [...]. Cette règle s’applique quand l’émigration vers un autre pays ne convertit pas les Espagnols en membres d’une autre société, auquel cas ils doivent aimer cette autre société plus que le pays dans lequel ils sont nés. Cette obligation [d’amour] envers la république ne dépend pas de la naissance dans le district, mais de l’appartenance à la société. Les gens qui émigrent de leur pays de naissance pour fixer leur domicile dans un autre territoire ont donc envers cette nouvelle république la même obligation que celle qu’ils avaient envers la république dans laquelle ils sont nés et ils doivent la considérer comme leur patrie25.

18Bénéficier de droits et d’obligations dans le royaume de Castille était donc une condition qui ne dépendait pas d’une déclaration formelle ou de circonstances formelles, telles que la naissance ou l’origine familiale. Les gens étaient natifs ou étrangers en vertu de leur intégration dans la communauté. Cette intégration était supposée dans le cas des natifs qui continuaient à vivre dans la circonscription. Après tout, il était naturel que les natifs aiment la communauté dans laquelle ils étaient nés. Mais cette intégration pouvait également être déduite de l’observation du comportement des étrangers qui résidaient en Castille ou des natifs de Castille qui en étaient partis.

  • 26 AGI, Contratación 50B (5 de marzo de 1624).
  • 27 Archivo General de Simancas (AGS), Gracia y Justicia (GJ) 873.

19Si les gens pouvaient être transformés en natifs sans l’intervention des autorités, quelle était la signification des lettres de naturalisation ? Nous aurions tendance à penser que ces lettres étaient exceptionnelles. Les gens déposaient une requête auprès des cours royales, des conseils royaux, ou du roi lui-même pour qu’ils leur accordent une déclaration formelle de leur condition de natifs (représentée par la lettre de naturalisation) lorsqu’ils craignaient un conflit ou y étaient déjà engagés. Il y avait, parmi eux, des natifs suspectés d’être étrangers. En 1624, Guillermo Bequer expliqua que, bien qu’il fût natif, il n’osait pas agir comme tel à cause du « harcèlement continuel dont il était victime, ainsi que de sa désignation comme étranger26 ». Joseph Larrugia, devant faire face à la même situation, demanda à être déclaré « espagnol véritable » (verdadero español) afin de prouver à ses collègues de l’ordre de San Juan qu’il était digne d’un bénéfice ecclésiastique27. Parmi ceux qui demandaient une déclaration formelle de leur condition de natifs, se trouvaient aussi des étrangers qui, ayant été naturalisés en Castille par le biais de l’intégration, estimaient cependant nécessaire d’obtenir ce document. Juan Olavide, né en France, arriva en Castille encore enfant en 1742. Il obtint un diplôme de l’université d’Alcalá et posa sa candidature (opositor) pour une bourse d’étude. Les autres candidats mirent en cause son statut de natif, ce qui le rendit inadmissible au concours. Bien que l’université ait rejeté les accusations portées contre lui,

  • 28 AGS, GJ 873.

ces précédents ne firent pas disparaître sa crainte de ne pouvoir recevoir des bénéfices ecclésiastiques dans ces royaumes qu’à la condition de demander une déclaration formelle de son statut de natif28.

20Telle était donc la situation en l’Espagne. Mais quelle était la doctrine invoquée à Lima par ceux qui demandaient de ne pas être expulsés d’Amérique espagnole ?

Retour au point de départ : qui devait-on expulser d’Amérique espagnole ? Qui devait-on garder ?

  • 29 Recopilación de Indias, loi 28, tit. XXVII, liv. IX ; D. Ramos Pérez, « La aparente exclusión de lo (...)
  • 30 R. S. Smith, The Spanish Guild Merchant, pp. 91-iii ; J. J. Real Díaz, « El consulado de la univers (...)
  • 31 A. Girard, La rivalité commerciale et maritime ; L. Zumalacárregui Calvo, « Las ordenanzas de 1531  (...)
  • 32 A. P. Jacobs, Los movimientos migratorios entre Castilla e Hispanoamérica ; Id., « Legal and Illega (...)

21Alors qu’en Castille, les discussions au sujet des statuts de natif et d’étranger portaient principalement sur la possibilité d’obtenir des charges publiques et des bénéfices ecclésiastiques, en Amérique espagnole, la motivation principale pour distinguer les natifs des étrangers résidait dans le droit d’immigrer et de commercer dans le Nouveau Monde. Dans une série de lois remontant au xvie siècle, la Couronne institua un monopole légal : seuls les natifs du royaume d’Espagne pouvaient immigrer, s’établir et commercer en Amérique espagnole29. À la suite de cette législation, chaque fois que des individus voulaient immigrer ou commercer dans le Nouveau Monde, ou bien lorsqu’ils figuraient sur la liste des étrangers qui, à cause de leur présence illégale, devraient être expulsés d’Amérique, on devait examiner leur classification et décider s’ils étaient ou non natifs d’Espagne. En Amérique espagnole, on devait donc savoir qui étaient les natifs afin d’établir qui pouvait immigrer ou participer au commerce transatlantique. Ceux qui étaient exclus du commerce voulaient s’y introduire. Ceux qui y participaient voulaient conserver leur monopole. Le conflit entre lesdits étrangers et lesdits natifs d’Espagne était donc inévitable. Les membres de la guilde marchande (consulado) de Séville étaient les plus intéressés au résultat de cette polémique30. La guilde sévillane était une organisation composée de tous les marchands de la ville. Censée servir principalement de cour de justice pour les litiges commerciaux, la guilde participait également à la défense de certaines pratiques et pouvait faire pression en faveur de certaines lois qui protégeraient et profiteraient à ses membres. Un autre agent important dans la discussion sur le droit d’immigration et de commerce était la Maison du Commerce (Casa de contratación), également située à Séville31. C’était la cour royale chargée de contrôler et diriger toute communication et tout commerce avec les Indes. Elle octroyait des permis de passage en Amérique après avoir établi l’identité des candidats et leur statut de natif32.

  • 33 A. M. Bernal. Rodríguez, La financiación de la Carrera de Indias ; J. Lynch The Hispanic World in C (...)
  • 34 A. Domínguez Ortiz, « La concesión de “naturaleza para comerciar en Indias” », p. 233.

22Au xvie siècle la Maison du Commerce était l’institution dominante ; c’est elle qui avait la tâche principale d’identifier les gens comme natifs ou étrangers. Cependant, avec le temps, la guilde des marchands devint le partenaire le plus actif des deux33. Au début du xviie siècle, elle intervenait fréquemment dans les discussions sur le statut des individus, et dès 1633, lorsque la Couronne reconnut la guilde partie prenante dans toutes les décisions concernant « le statut de natif dans le but de commercer aux Indes », cette intervention devint officielle34. En tant que partie prenante, la guilde était informée des requêtes de naturalisation et on lui demandait d’exprimer son opinion sur le statut de natif ou d’étranger des candidats. La guilde produisit des listes d’étrangers à expulser d’Amérique espagnole et, lorsqu’un débat s’élevait autour de la classification d’une personne, c’était les marchands qui comparaissaient devant la cour, écrivaient les allégations, présentaient les requêtes et faisaient le nécessaire pour s’assurer que le statut de natif ne serait conféré qu’à ceux qui avaient leur approbation.

23Alors qu’en Espagne, les débats sur le statut de natif opposèrent les élites locales à la Couronne, qui voulait assigner des charges publiques et des bénéfices ecclésiastiques à des étrangers, en Amérique espagnole, la plupart des parties engagées dans la discussion étaient des négociants transatlantiques ayant présents à l’esprit les intérêts commerciaux.

  • 35 Biblioteca Nacional, Madrid (BNE), ms. 20.067-12 ; BNE, ms. 3045, 213-214.

24L’influence des intérêts marchands transatlantiques sur le débat hispano-américain autour des statuts de natif et d’étranger apparaît clairement au début du xviie siècle. Jusqu’alors, c’est la notion de natif selon la conception castillane qui était appliquée aux Amériques, et ceux qui pouvaient être qualifiés de natifs en Castille avaient la possibilité d’immigrer et de commercer dans le Nouveau Monde35. Cependant, au début du xviie siècle, cette interprétation de la condition de natif devint progressivement la cible des critiques. Sous la pression continue de la guilde marchande de Séville, de nouvelles mesures furent prises. Ces mesures finirent par engendrer d’importantes différences dans les pratiques castillanes et hispano-américaines.

  • 36 BNE, ms. 20.067-12, ir-9R ; AGI, Consulados 892A, dossier 2/I ; et J. de Veitia Linaje, Norte de la (...)
  • 37 M. Luque, « La avería en el tráfico marítimo-mercantil indiano ».
  • 38 BNE, ms. 20.067-12,4R-5R.
  • 39 M. E. Rodríguez Vicente, « Los cargadores a Indias » ; A. M. Bernal Rodríguez, La financiación de l (...)
  • 40 BNE, ms. 20.067-12, 5V-9R ; et Recopilación de Indias, loi 31, tit XXVII, liv. IX.

25Bien que les premières indications de cette tendance aient déjà été présentes à la fin du xvie siècle, c’est seulement au début xviie siècle que la guilde de Séville gagna vraiment du terrain36. Comme en Castille pendant la même période, ces avancées étaient liées aux négociations concernant la collecte et le paiement des impôts. En 1591, la guilde accepta de se charger de la collecte de l’avería, une taxe qui finançait le coût de l’escorte militaire des flottes annuelles de Séville en Amérique espagnole37. Comme c’était la coutume dans les pratiques de sous-traitance, la guilde recevait d’importantes concessions en retour de sa collaboration avec la Couronne38. Mais lorsqu’elle refusa de prendre en charge la collecte de l’avería en 1598, la Couronne fut forcée de sous-traiter cette tâche à un groupe de marchands individuels, solution qui s’avéra incommode et insatisfaisante. En 1608, lorsque la guilde accepta de se charger à nouveau de l’administration de l’avería, la Couronne était donc prête à lui faire d’énormes concessions39. Ces concessions, mentionnées plus tard dans la principale compilation des lois hispano-américaines (Recopilación de Indias), étaient directement liées à la définition des statuts de natif et d’étranger dans le cadre de l’immigration et du commerce en Amérique espagnole40. À la demande de la guilde, le roi révoqua les décrets du xvie siècle qui permettaient aux étrangers naturalisés par intégration en Espagne et en Amérique espagnole d’immigrer et de commercer dans le Nouveau Monde. Puis, il décida qu’on exigerait des étrangers souhaitant être considérés comme natifs dans le but d’immigrer et de commercer en Amérique qu’ils fassent une demande officielle de reconnaissance de leur statut de natif. Le Conseil des Indes (corps chargé des affaires coloniales à la cour royale) accorderait cette reconnaissance officielle en délivrant une lettre de naturalisation. Avant qu’un tel document pût être délivré, le Conseil devrait se pencher sur la question de savoir si les étrangers résidaient en territoire espagnol (Espagne ou Amérique espagnole) depuis au moins vingt ans (au lieu des dix ans nécessaires pour obtenir une naturalisation formelle en Castille) et s’ils y étaient mariés et y possédaient suffisamment de biens.

26Ces modifications signifient qu’à partir de 1608, la voie de la naturalisation implicite et automatique – si commune en Castille – ne fut plus accessible aux individus qui revendiquaient leur statut de natif pour immigrer et commercer en Amérique espagnole. Contrairement à ceux qui voulaient occuper des charges publiques ou des bénéfices ecclésiastiques en Espagne, les immigrants et commerçants en Amérique ne pouvaient plus se contenter de prouver leur intégration au royaume. On leur demandait désormais une lettre officielle de naturalisation.

27Pourquoi changer une méthode qui marchait si bien en Castille ? Selon la guilde de Séville l’obtention d’une lettre officielle de naturalisation par les étrangers qui voulaient immigrer et commercer avec le Nouveau Monde était essentielle pour la vérification de leur statut. Ces étrangers étaient des marchands et les marchands n’étaient pas des étrangers ordinaires. À la différence de ceux-ci, les marchands avaient coutume de vivre en pays étranger pendant une période prolongée, de se marier sur place et d’acheter des biens. En conséquence, la résidence, le mariage et la propriété, éléments qui, pour les non-marchands, suffisaient à établir leur intégration dans la communauté, n’étaient pas significatifs s’agissant des marchands. Dans leur cas, il était donc essentiel d’instituer des procédures formelles grâce auxquelles on vérifierait si ce qui ressemblait à une intégration en était une effectivement et non, simplement, un mode de vie correspondant à celui d’un marchand. De plus, on supposait que leur résidence était (par définition) temporaire. Les marchands arrivaient en terre étrangère pour commercer et ils en repartiraient aussitôt que leur activité commerciale serait finie.

28Malgré les efforts des marchands de Séville, la naturalisation auto- générée à la manière castillane ne pouvait pas être facilement éradiquée. Au dépit des modifications légales, l’idée castillane selon laquelle les étrangers, une fois intégrés, cessaient d’être dangereux eut une influence sur la manière dont les autorités mirent en pratique les nouvelles règles. Durant les xviie et xviiie siècles, le Conseil des Indes – qui était désormais le seul corps responsable de l’officialisation du statut des étrangers en Amérique – continua de suivre les pratiques castillanes. Afin de juger du bien-fondé des candidatures, le Conseil recherchait des indices prouvant que les requérants étaient bien intégrés dans la communauté. Tout comme les officiels castillans, le Conseil des Indes soutenait que les conditions requises spécifiées dans les lois de naturalisation (vingt ans de résidence, mariage, et possession de biens) n’étaient que des présomptions légales. Il était donc légitime – comme c’était le cas pour toutes les présomptions légales – de les ignorer si elles penchaient trop en faveur de certains candidats ou, au contraire, en désavantageaient trop fortement d’autres. Fort de ces considérations, en 1743, le Conseil des Indes recommanda, par exemple, la naturalisation d’Antonio Butler bien qu’il fût célibataire, donc non marié à une Espagnole native comme l’exigeaient les règles de naturalisation. Le Conseil déclara ouvertement que la condition légale du mariage pouvait être ignorée dans la mesure où il s’agissait simplement d’une présomption et où

  • 41 AGI, Consulados, liv. 445,164-167.

étant donné son âge [...] et d’autres actes extérieurs il a constamment manifesté son souhait de demeurer en Espagne41.

29Antonio était catholique, à la tête d’une grande propriété, et il y avait plus de trente ans qu’il vivait à Cadix sans s’être jamais absenté de la circonscription. Ce n’était pas un « simple » célibataire espérant un jour se marier, il n’était pas non plus marié dans un autre pays – deux facteurs qui auraient pu indiquer un manque de liens avec l’Espagne. Au contraire, il avait fait le choix de demeurer seul de son propre gré. Ce choix ne devrait pas l’empêcher d’être naturalisé. Le Conseil fit une recommandation similaire au sujet de Pablo Capitanache. Pablo n’était pas marié, il n’avait pas non plus suffisamment de biens. Pourtant, il

  • 42 AGI, Consulados, liv. 445-, 176-178.

fit part de son souhait de demeurer dans ces royaumes, souhait qu’il avait précédemment exprimé en vivant plus de 33 ans dans la même maison et en devenant citoyen (vecino) de Cadix en 1739. Une information extrajudiciaire nous assure que le candidat n’est pas un étranger de passage, mais qu’il est domicilié ici, et il existe suffisamment de raisons de croire qu’il ne retournera pas dans son lieu d’origine42.

30L’adoption de critères d’adhésion, fondés sur la distinction entre loyal et déloyal, intégré ou non posait beaucoup des problèmes. Mis à part l’établissement d’une distinction essentiellement souple et ambiguë, notre recherche a démontré que, dans la plupart des cas, la classification des gens dans telle ou telle catégorie ne dépendait pas vraiment de leur comportement individuel. Elle était souvent déterminée par leur identité, l’identité de leurs rivaux, les intérêts en jeu et les circonstances de temps et de lieu. Les désaccords portant sur qui était ou non digne de l’intégration et qui devait ou non être exclu mettaient en jeu des acteurs ayant leurs intérêts propres, leurs possibilités, leurs désirs et leurs peurs. Ces acteurs engagèrent souvent de longues discussions dans lesquelles ils tentaient de « découvrir », mais aussi de construire et d’imaginer les intentions des étrangers. Ce processus de découverte comportait, bien sûr, plusieurs règles et procédures légales, mais il reposait également sur la capacité des différentes parties à négocier ou imposer leurs vues et sur la dynamique existant entre les différents acteurs. Les suppositions relevant du bon sens, les idées sur la justice et les perceptions du bien commun étaient également importantes. En cas de désaccord, il devint crucial d’identifier une autorité qui pourrait trancher la querelle. Cependant, une telle autorité n’existait ni dans l’Espagne moderne, ni dans l’Amérique coloniale. Même dans cette dernière, où la lettre de naturalisation était obligatoire, il était évident que la condition de natif était établie indépendamment de toute autorité, par des processus naturels de conversion et d’intégration. La question de savoir qui méritait les droits et qui ne les méritait pas ne put donc jamais être résolue de manière concluante.

31C’est précisément pour cette raison que la distinction entre les membres et les non membres, entre les personnes dignes de droits et celles qui ne l’étaient pas, fut en fin de compte liée à la présomption de bonne foi concernant les candidats et aux preuves de véritable intégration que ceux-ci étaient en mesure de fournir. Les documents que nous avons consultés mettent clairement en lumière que certaines personnes agissaient en tant que natifs sans que leur statut soit jamais mis en cause ou vérifié, alors que d’autres devaient lutter pour cette reconnaissance. Certains n’étaient mis à l’épreuve qu’une seule fois et de manière aléatoire, alors que d’autres faisaient l’objet d’une inspection scrupuleuse et continuelle. Un discours centré sur l’intégration, permettant apparemment aux gens de devenir membres s’ils se « comportaient bien », servit donc souvent à justifier l’exclusion lorsque des tiers mettaient en doute ce comportement.

  • 43 E. gellner, Nations and Nationalism ; B. Anderson, Imagined Communities ; L. Green-Nationalism. Fiv (...)

32Pour revenir à notre point de départ, cette brève analyse remet en cause bien des hypothèses utilisées par les historiens au sujet de la construction des communautés et des nations dans l’Europe moderne, hypothèses qui penchent soit en faveur d’une émergence naturelle, soit en faveur d’une création artificielle, politique ou intellectuelle43. Notre étude, à l’inverse, propose un modèle selon lequel une communauté se forgeait par les interactions quotidiennes entre des individus qui voulaient bénéficier de droits et d’autres qui les soutenaient dans cet effort ou s’y opposaient. Cette communauté était construite de manière continue par une multiplicité d’agents, chacun travaillant à défendre ses propres intérêts. Les structures d’État créaient ou, du moins, légitimaient les privilèges et les devoirs mis en question. Cependant, leur négociation, conservation, signification et application reposaient sur l’interaction sociale et les rencontres au quotidien entre des individus et des groupes ayant des intérêts similaires ou opposés.

  • 44 M. R. Somers, « Citizenship and the Place of the Public Sphere », pp. 587-620.

33La communauté espagnole qui émergea de ce processus était une création sociale et non pas institutionnelle ou légale. Elle dépendait de relations complexes entre les intérêts et les normes, l’acteur individuel et les contraintes sociales et théoriques. Les confrontations que nous avons étudiées portant sur le statut d’étranger ou de natif étaient modelées par l’effectif, le légitime et le possible44. Afin d’exclure certaines personnes, comme les marchands rivaux par exemple, on devait d’abord démontrer qu’ils étaient étrangers et, pour ce faire, se conformer à certaines manières de débattre et adopter certains arguments et hypothèses sur la nature et le caractère de la communauté. Ces arguments et hypothèses créèrent des notions communes et renforcèrent certaines images et certaines réalités. C’est au croisement des solutions légales et de leur instrumentalisation, du mécanisme étatique et de l’initiative personnelle, des arrangements locaux et des solutions à l’échelle du royaume, des interactions quotidiennes et des problèmes plus larges, que les communautés castillanes et espagnoles prirent forme à l’époque moderne.

34La comparaison entre l’Amérique espagnole et l’Espagne démontre que l’une ne peut pas être comprise sans l’autre. La Castille exporta vers le Nouveau Monde beaucoup de ses pratiques. Mais leur importation ne se limita pas au moment du contact ; elle perdura à l’époque moderne. Comparer l’Amérique espagnole à la Castille médiévale, ce que la plupart des historiens ont fait par le passé, amène à conclure que le débat à Lima sur l’expulsion des étrangers était un cas unique, et c’est effectivement comme tel qu’il a été traité. Comparer l’Amérique espagnole à l’Espagne moderne prouve au contraire qu’il n’en était rien.

35Adoptées en Amérique, les pratiques castillanes subirent d’importantes modifications. Mais certaines étaient plus apparentes que réelles. L’influence des marchands suffisait à provoquer des changements légaux, changements que les historiens ont soulignés. Toutefois, cette influence ne pouvait pas modifier la manière dont les gens ressentaient et comprenaient leur appartenance à la communauté. Malgré la législation introduite par la Couronne à la demande des marchands, la distinction entre les étrangers et les natifs resta à peu près la même en Espagne et en Amérique espagnole.

Bibliographie

Bibliographie

Álamos de Barrientos, Baltasar, Discurso político al rey Felipe III al comienzo de su reino, éd. Modesto Santos, Barcelone-Madrid, Anthropos – Ministerio de Educación y Ciencias, 1990.

Álvarez, José María, Instituciones de derecho real de Castilla y de Indias, México, Universidad Autónoma de México, 1982 (2 vol.).

Anderson, Benedict, Imagined Communities. Reflections on the Origins of Nationalism, Londres – New York, Verso, 1991 (1re éd. 1983).

Antúnez y Acevedo, Rafael, Memorias históricas sobre la legislación y gobierno del comercio de los españoles con sus colonias en las Indias occidentales, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, 1981 (1re éd. 1797).

Armstrong, John A., Nations before Nationalism, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1982.

Ayala, Manuel Josef de, Diccionario de Gobierno y legislación de Indias, éd. Marta Milagros del Vas Mingo, Madrid, Ediciones de Culture Hispánica, 1988-1996 (13 vol.).

Bernal Rodríguez, Antonio Miguel, La financiación de la Carrera de Indias (1492-1824). Dinero y crédito en el comercio colonial español con América, Séville, Caja de Huelva y Sevilla, 1992.

Campbell, Leon G., « The Foreigners in Peruvian Society during the Eighteenth Century », Revista de Historia de América, 73-74, 1972, pp. 153-163.

Celso, Hugo de, Las leyes de todos los reinos de Castilla, abreviadas y reducidas en forma de repertorio decisivo [1538], dans Luis Miguel Enciso (éd.), Textos clásicos para la historia de Castilla y León [CD-Rom], Madrid, Fundación Histórica Tavera, 1999.

Cerrera Pery, José, La Casa de contratación y el consejo de Indias. Las razones de un superministerio, Madrid, Ministerio de Defensa, 1997.

Cremedes Griñán, Carmen María, « Cartas de naturaleza : concepto, privilegios y repercusión en el estado eclesiástico », Cuadernos de Investigación Histórica, 9,1986, pp. 41-62.

Crespo Solana, Ana, La Casa de contratación y la intendencia general de la marina en Cádiz (1717-1730), Cadix, Universidad de Cádiz, 1996.

Domínguez Ortiz, Antonio, « La concesión de “naturaleza para comerciar en Indias” durante el siglo xvii », Revista de Indias, 19, 76,1959, pp. 227-239.

– « Los extranjeros en la vida española durante el siglo xvii », dans Id., Estudios de historia social de España, Madrid, CSIC, 1960 (4 vol.), t. IV, pp. 291-496.

Feijóo y Montenegro, Benito Gerónimo, « Amor a la patria y pasión nacional », dans Id., Obras escogidas, Madrid, Rivadeneyra, Biblioteca de Autores Españoles (56), 1883, pp. 141-148.

Fernández Navarrete, Pedro, Conservación de monarquías y discursos políticos, éd. Michael D. Gordon, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, coll. « Clásicos del pensamiento económico español » (7), 1982 (4e éd. 1792).

García Fuentes, Lutgardo, El comercio español con América (1650-1700), Séville, Diputación Provincial, 1980.

García-Mauriño Mundi, Margarita, La pugna entre el consulado de Cádiz y los jenízaros par las exportaciones a Indias (1720-1765), Séville, Universidad de Sevilla, 1999.

García Ulecia, Alberto, « Naturaleza y extranjería en las corredurías de Lonja del Antiguo Régimen », Anuario de Historia del Derecho Español, 61, 1991, pp, 87-109.

Gellner, Ernest, Nations and Nationalism, Ithaca-Oxford, Cornell University Press – Blackwell, 1983.

Gildas, Bernard, « La Casa de contratación de Sevilla y luego de Cádiz en el siglo xviii », Anuario de Estudios Americanos, 12,1955, pp. 253-286.

Girard, Albert, Le commerce français à Séville et Cadix au temps des Habsbourg. Contribution à l’étude du commerce étranger en Espagne au xvie et xviie siècles, Paris-Bordeaux, De Boccard – Féret & Fils, 1932.

– La rivalité commerciale et maritime entre Séville et Cadix jusqu’à la fin du xviiie siècle, Paris-Bordeaux, De Boccard – Féret & Fils, 1932.

Gómez Pérez, Carmen, « Los extranjeros en la América colonial. Su expulsión de Cartagena de Indias en 1750 », Anuario de Estudios Americanos, 37, 1980, pp. 279-297.

Greenfeld, Liah, Nationalism. Five Roads to Modernity, Cambridge (Mass.) – Londres, Harvard University Press, 1992.

Hastings, Adrian, The Construction of Nationhood. Ethnicity, Religion and Nationalism, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

Heredia Herrera, Antonia, « Apuntes para la historia del consulado de la universidad de cargadores a Indias en Sevilla y Cádiz », Anuario de Estudios Americanos, 37,1970, pp. 219-274.

Hermann, Christian, « Naturales y forasteros. Les exclusives d’accès aux bénéfices de l’Eglise dans l’Espagne moderne », dans Les sociétés fermées dans le monde ibérique (xvie-xviiie siècles). Définitions et problématiques (Talence 8- 9 février 1986), Paris, Ed. du CNRS, 1986, pp. 189-201.

Herzog, Tamar, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spam and Spanish America, New Haven – Londres, Yale University Press, 2003.

Hevia Bolaños, Juan de, Curia Philipica, Madrid, 1771 (ireéd. 1603).

Hobsbawm, Eric J., Nations and Nationalism since 1780. Program, Myth, Reality, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Jacobs, Auke P., « Legal and Illegal Immigration from Seville (1550-1650) », dans Ida Altman et James Horn (éd.), « To Make America ». European Migration in the Early Modern Period, Berkeley, University of California Press, 1991, pp. 59-84.

– Los movimientos migratorios entre Castilla e Hispanoamérica durante el reinado de Felipe III (1598-1621), Amsterdam, Rodopi, 1995.

Konetzke, Richard, « Legislación sobre inmigración de extranjeros en América durante la época colonial », Revista Internacional de Sociología, 11-12,1945, pp. 269-299.

López de Tovar, Gregorio, Índice de las leyes y glosa del mismo, dans Los códigos españoles concordados y anotados, Madrid, Imprenta de la Publicidad, 1847- 1851 (12 vol.).

Luque, Miguel, « La avería en el tráfico marítimo-mercantil indiano. Notas para su estudio (siglos xvi-xviii) », Revista Complutense de Historia de América, 24,1998, pp. 113-145.

Lynch, John, The Hispanic World in Crisis and Change (1598-1700), Oxford, Blackwell, 1994 (Ire éd. 1969).

Maravall, José Antonio, « Del régimen feudal al régimen corporativo en el pensamiento de Alfonso X », dans José Antonio Maravall (éd.), Estudios de historia del pensamiento español. Edad Media, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1967, pp. 89-140.

Moráles Álvarez, Juan M., Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias durante la segunda mitad del siglo xviii, Caracas, Academia National de la Historia, 1980.

Nunn, Charles F., « Naturalization in New Spain (1700 to 1760). The Case of Jean Malibran », SECOLAS Annals, 8, 1977, pp. 61-71.

– Foreign Immigrants in Early Bourbon Mexico (1700-1760), Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

Oliva Melgar, José María, « La negociación del nuevo asiento de la avería (ca. 1643-1667) », dans John R. Fisher (éd.), Actas del XI Congreso Internacional de AHILA (Liverpool, 17-22 de septiembre de 1996), Liverpool, Universidad de Liverpool – Instituto de Estudios Latinoamericanos, 1998 (4 vol.), t. II, pp. 44-69.

Parrón Salas, Carmen, « El nacionalismo emergente y el comercio. La expulsión de extranjeros de América : Perú 1745-1778 », dans john R. Fisher (éd.), Actas del XI Congreso International de AHILA (Liverpool, 17-22 de septiembre de 1996), Liverpool, Universidad de Liverpool – Instituto de Estudios Latinoamericanos, 1998 (4 vol.), t. I, pp. 200-218.

Pérez Prendes Y Muñoz de Arraco, José Manuel, « La “recopilación”de las leyes de los reinos castellano-leoneses. Esbozos para un comentario a su libro primero », dans Francisco Javier Campos y Fernández de Sevilla (dir.), Felipe Il y su época. Actas del Simposium (San Lorenzo de El Escorial, I-5 de septiembre de 1998), San Lorenzo de El Escorial, Colección del Instituto Escurialense de Investigaciones Históricas y Artísticas (14), 1998, t. II, pp. 127-215 (2 vol.).

Ramos Pérez, Demetrio, « La aparente exclusión de los aragoneses de las Indias. Una medida de alta política de don Fernando el Católico », Estudios [Departamento de Historia Moderna, de Filosofía y Letras de la Universidad de Zaragoza], 1976, pp. 7-40.

Real Díaz, José Joaquín, « El consulado de la universidad de cargadores a Indias. Su documento fundacional », Archivo Hispalense, 147-152, 1968, pp. 179-291.

Rodríguez Vicente, María Encarnación, « Los cargadores a Indias y su contribución a los gastos de la monarquía (1550-1750) », Anuario de Estudios Americanos, 34,1977, pp. 212-219.

Sala (Bañuls), Juan, Ilustración del derecho real de España, Mexico, 1831-1833 (3 vol.), [ire éd. 1803].

Sancho De Sopranis, Hipólito, « Las naciones extranjeras en Cádiz durante el siglo xvii », Estudios de Historia Social de España, 4 (2), 1960, pp. 643-877.

Smith, Anthony D., The Ethnic Origin of Nations, Oxford, Basil Blackwell, 1986.

Smith, Robert Sidney, The Spanish Guild Merchant. A History of the Consulado (1250-1700), Durham, Duke University Press, 1940.

Somers, Margaret R., « Citizenship and the Place of the Public Sphere. Law, Community, and Political Culture in the Transition to Democracy », American Sociological Review, 58 (5), 1993, pp. 587-620.

Tilly, Charles, « States and Nationalism in Europe (1492-1992) », Theory and Society, 23, 1994, pp. 131-146.

Uztáriz, Gerónimo de, The Theory and Practice of Commerce and Maritime Affairs, trad. John Kippax, Dublin, G. Faulkner, 1752 (1re éd. 1742).

Veitia Linaje, Joseph de, Norte de la contratación de las Indias occidentales, Buenos Aires, Comisión Argentina de Fomento Interamericano, 1945 (1re éd. 1672).

Zumalacárregui Calvo, Leopoldo, « Las ordenanzas de 1531 para la Casa de contratación de las Indias », Revista de Indias, 30,1957, pp. 749-782.

Notes

1 Cet article se fonde sur une investigation menée à terme et publiée dans T. Herzog, Defining Nations. Je remercie Yale University Press (copyright 2003 by Yale University Press) pour l’autorisation de reproduire une partie de ce texte ici.

2 D. Ramos Pérez, « La aparente exclusión de los aragoneses de las Indias » ; J. M. Morales Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaliza de las Indias, pp. 22-24 ; et J. de Veitia Linaje, Norte de la contratación de las Indias occidentales, pp. 328-329.

3 M.J. de Ayala, Diccionario de Gobierno y legislación de Indias, t. VI, pp. III-131 ; R. Konetzke, « Legislación sobre inmigración de extranjeros en América » ; et J. M. Morales Álvarez, Los extranjeros ton carta de naturaleza de las Indias, pp. 25-95.

4 L. García Fuentes, El comercio español con América, p. 36 ; Ch. F. Nunn, Foreign Immigrants in Early Bourbon Mexico, p. 2 ; et C. M. Cremedes Griñan, « Cartas de naturaleza », pp. 42-44.

5 Ch. F. Nunn, « Naturalization in New Spain », p. 62 ; Id., Foreign Immigrants in Early Bourbon Mexico, pp. 1-2, 111, 113-114 ; M, García-Mauriño Mundi, La pugna entre el consulado de Cádiz y los jenízaros, p. 41 ; et L. G. Campbell, « The Foreigners in Peruvian Society », p. 53.

6 J. M. Morales Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias, pp. 35 et 53 ; et C. Parrôn Salas, « El nacionalismo emergente y el comercio ».

7 L. G. Campbell, « The Foreigners in Peruvian Society », pp. 158-163 ; et C. Gómez Pérez, « Los extranjeros en la América colonial », pp. 295-297.

8 G. Hermann, « Naturales y forasteros », pp. 189-201.

9 Recopilación de Castilla, loi 14,18, 25, tit. III, liv. I ; loi 1, 2, tit. X, liv. V ; loi i, tit V, liv. VI ; loi 2, tit. II, liv. VII ; loi 27, tit. III, livre VII ; et A. García Ulecia, « Naturaleza y extranjería », pp. 88-97.

10 Cuarta Partida, tit XXIV, loi 2.

11 Recopilación de Castilla, loi 19, tit. III, liv. I.

12 Recopilación de Indias, loi 27, tit. XXVII, liv. IX.

13 Recopilación de Castilla, loi 66, tit. IV, liv. II et Novísima Recopilación loi i, tit. XI, liv. VI.

14 Acevedo, Commentariorum iuris civilis in Hispaniae (1594), cité par J. M. Pérez Prendes Y Muñoz de Arraco, « La “recopilación” de las leyes de los reinos castellano-leoneses », p. 155 ; H. de Celso, Las leyes de todos los reinos de Castilla, CCXLIII (R) ; J. de Hevia Bolaños, Curia Philipica, p. 266 ; J. de Veitia Linaje, Norte de la contratación de las Indias occidentales, pp. 330-331 ; G. López de Tovar, Índice de las leyes y glosa del mismo, pp. 105 et 536-537 ; R. Antúnez y Acevedo, Memorias históricas sobre la legislación y gobierno del comercio de los españoles, pp. 281, 293 ; J. Sala (Bañuls), Ilustración del derecho real de España, pp. 54,-55 ; et J. M. Álvarez, Instituciones de derecho real de Castilla y de Indias, pp. 82-83.

15 J. M. Álvarez, Instituciones de derecho real de Castilla y de Indias, p. 82 ; et G. de Uztáriz, The Theory and Practice of Commerce and Maritime Affairs, p. 39.

16 P. Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos, p. 25.

17 Recopilación de Castilla, loi 14, tit. 3, liv. I.

18 B. Álamos de Barrientos, Discurso político al rey Felipe III, pp. 14-16 ; G. de Uztáriz, The Theory and Practice of Commerce and Maritime Affairs, pp. 37-40 ; P Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos, p. 126 ; et J. A. Maravall, « Del régimen feudal al régimen corporativo », pp. 120-121.

19 P. Fernández Navarrete, Conservación de monarquías y discursos políticos, p. 126.

20 « Discurso anónimo en defensa de los extranjeros y su comercio », cité par A. Domínguez Ortiz, « Los extranjeros en la vida española durante el siglo xvii », pp. 175-178,177.

21 Lorenzo Herrera Betancur (1642), cité par H. Sancho de Sopranis, « Las naciones extranjeras en Cádiz », pp. 869-871.

22 R. Antúnez y Acevedo, Memorias históricas sobre la legislación y gobierno del comercio de los españoles, pp. 294-295

23 Archivo General de Indias (AGI), Indiferente General, 2301, ffos 3v°, 4r°, 6r°.

24 G. López de Tovar, Índice de las leyes y glosa del mismo, p. 536 ; J. de Hevia Bolaños, Curia Philipica, p. 266.

25 B. G. Feijóo y Montenegro, « Amor a la patria y pasión nacional », pp. 145 et 147.

26 AGI, Contratación 50B (5 de marzo de 1624).

27 Archivo General de Simancas (AGS), Gracia y Justicia (GJ) 873.

28 AGS, GJ 873.

29 Recopilación de Indias, loi 28, tit. XXVII, liv. IX ; D. Ramos Pérez, « La aparente exclusión de los aragoneses de las Indias » ; J. M. Morales Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias, pp. 22-24 ; et J. de Veitia Linaje, Norte de la contratación de las Indias occidentales, pp. 328-329.

30 R. S. Smith, The Spanish Guild Merchant, pp. 91-iii ; J. J. Real Díaz, « El consulado de la universidad de cargadores a Indias » ; A. Heredia Herrera, « Apuntes para la historia del consulado de la universidad de cargadores » ; et Recopilación de Indias, tit. XLVI, liv. IX.

31 A. Girard, La rivalité commerciale et maritime ; L. Zumalacárregui Calvo, « Las ordenanzas de 1531 para la Casa de contratación de las Indias » ; B. Gildas, « La Casa de contratación de Sevilla y luego de Cádiz » ; A. Crespo Solana, La Casa de contratación ; et J. Cerrera Pery, La Casa de contratación y la intendencia general de la marina en Cádiz.

32 A. P. Jacobs, Los movimientos migratorios entre Castilla e Hispanoamérica ; Id., « Legal and Illegal Immigration front Seville » ; et Recopilación de Indias, liv. IX, tit. XXVII et XLVI.

33 A. M. Bernal. Rodríguez, La financiación de la Carrera de Indias ; J. Lynch The Hispanic World in Crisis and Change, pp. 243-249 ; et A. Domínguez Ortiz, « Los extranjeros en la vida española durante el siglo xvii », pp. 48-49.

34 A. Domínguez Ortiz, « La concesión de “naturaleza para comerciar en Indias” », p. 233.

35 Biblioteca Nacional, Madrid (BNE), ms. 20.067-12 ; BNE, ms. 3045, 213-214.

36 BNE, ms. 20.067-12, ir-9R ; AGI, Consulados 892A, dossier 2/I ; et J. de Veitia Linaje, Norte de la contratación de las Indias occidentales, pp. 331-334.

37 M. Luque, « La avería en el tráfico marítimo-mercantil indiano ».

38 BNE, ms. 20.067-12,4R-5R.

39 M. E. Rodríguez Vicente, « Los cargadores a Indias » ; A. M. Bernal Rodríguez, La financiación de la Carrera de Indias, pp. 213-219 ; et J. M. Oliva Melgar, « La negociación del nuevo asiento de la avería ».

40 BNE, ms. 20.067-12, 5V-9R ; et Recopilación de Indias, loi 31, tit XXVII, liv. IX.

41 AGI, Consulados, liv. 445,164-167.

42 AGI, Consulados, liv. 445-, 176-178.

43 E. gellner, Nations and Nationalism ; B. Anderson, Imagined Communities ; L. Green-Nationalism. Five Roads to Modernity ; E. J. Hobsbawm, Nations and Nationalism since 1780 ; J. A. Armstrong, Nations Before Nationalism ; A. D. Smith, The Ethnic Origin of Nations ; A. Hastings, The Construction of Nationhood ; et Ch. Tilly, « States and Nationalism in Europe ».

44 M. R. Somers, « Citizenship and the Place of the Public Sphere », pp. 587-620.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search