Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Introduction

Alain Tallon

Texte intégral

  • 1 II est bien entendu impossible de rendre compte de toute la production récente concernant le sentim (...)

1L’histoire du sentiment national doit se faire dans une perspective internationale : cette évidence qui s’impose aujourd’hui à tous les historiens a conduit la Casa de Velázquez, fidèle à sa grande tradition d’histoire politique, à organiser ce colloque international qui propose une perspective comparative originale centrée sur l’Europe méridionale. Avant d’esquisser dans ce propos introductif les apports d’une telle démarche et les questions qu’elle a permis de mieux cerner, c’est pour moi un devoir très agréable de remercier chaleureusement au nom de tous les participants le directeur de la Casa de Velázquez Gérard Chastagnaret, le directeur de la section d’histoire moderne et contemporaine Benoît Pellistrandi, et tous ceux qui ont contribué à l’organisation et à l’excellent déroulement de cette rencontre les 27 et 28 septembre 2004 à Madrid. Pour des historiographies européennes de moins en moins à l’écoute les unes des autres, de telles initiatives sont précieuses et constituent, par le simple dialogue qu’elles engendrent, le plus sûr gage d’approfondissement des recherches engagées dans les différentes aires concernées. Chacune d’entre elles a en effet une ancienne et riche tradition d’études du sentiment national – ou protonational, même si cette dénomination plus prudente suscite elle aussi des contestations – dans leur propre espace, études qui continuent aujourd’hui comme le prouvent un certain nombre de parutions récentes1.

  • 2 B. Anderson, L’imaginaire national. La traduction française du titre affadit l’original anglais : I (...)

2Si le sentiment national bénéficie dans nos trois espaces géographiques d’un intérêt qui ne se dément pas de la part des historiens de l’époque moderne, c’est sans doute en raison de facteurs politiques très contemporains : l’horreur des guerres que les nationalismes ont provoquées sur notre continent, l’intégration européenne qui a suivi et qui poursuit un chemin très difficile, la contestation du cadre national par des identités régionales plus ou moins fortes et enracinées peuvent expliquer cet intérêt archéologique pour un temps où les nations n’étaient pas la réalité politique dominante. Loin de raviver les lubies des historiographies nationalistes d’antan, avides de montrer derrière les variations de l’histoire l’essence supérieure d’une nation aux traits immuables, faire l’histoire du sentiment national permet d’échapper à l’idéalisation (ou à la diabolisation) de cette « communauté imaginaire2 » et d’en montrer le caractère éminemment construit, évolutif, donc historique. Il faut bien sûr garder présentes à l’esprit les importantes réserves méthodologiques exprimées dans ce volume par Jean-Frédéric Schaub (« Le sentiment national est-il une catégorie pertinente pour comprendre les adhésions et les conflits sous l’Ancien Régime ? ») sur les dérives toujours possibles d’une histoire du sentiment national à l’époque moderne, qui serait avant tout une recherche généalogique ou une transposition anachronique de l’État-nation issu de la Révolution française dans une période qui l’ignore. En ce sens, l’approche comparative se révèle un garde-fou efficace : elle permet d’identifier les problèmes méthodologiques communs et d’éviter de faire de cas particuliers le modèle d’après lequel les autres aires géographiques doivent être évaluées.

  • 3 M.J. Rodríguez-Salgado note que quand Philippe II, en 1556, veut prendre le titre de roi d’Espagne, (...)
  • 4 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, pp. 11-12.

3La première question qui se pose, la plus évidente, est celle du vocabulaire : dans aucune des langues latines pendant nos deux siècles, les mots tirés de natio ou de patria n’ont eu exclusivement ou même majoritairement le sens que nous leur prêtons aujourd’hui. Les sens qui leur sont donnés aux xvie et xviie siècles sont rarement précis, et cette imprécision même nous confirme que peu de constructions identitaires sont plus vagues et plus floues que la nation, qui ne peut se résumer à un espace géographique, à une identité culturelle ou à une communauté politique. La définition volontariste, sur le modèle renanien, n’a évidemment pas grand sens pour notre période. Un même individu peut ainsi, suivant les situations, se réclamer de nations différentes sans que cela ne lui pose le moindre problème identitaire. Le marchand florentin installé à Rome appartient à la « nation florentine », mais s’il voyage à Lyon ou Barcelone, il se sentira plus facilement membre d’une « nation italienne », d’autant plus qu’un certain nombre d’institutions (hôpitaux, confréries, collèges universitaires, etc.) adoptent ce vocable plus englobant. On pourrait développer le même exemple pour des Provençaux, des Catalans, etc. Cette difficulté méthodologique peut conduire à relativiser considérablement, voire à nier, la pertinence du concept de nation pour l’étude du premier âge moderne. De nombreux historiens ne lui concèdent qu’une existence toute relative, comme une identité possible, mais bien moins importante que l’appartenance religieuse ou la communauté locale. Ces positions sont particulièrement bien représentées dans l’historiographie de l’Espagne ou de l’Italie, pays dont l’absence de réalité politique, au moins en termes strictement institutionnels, est soulignée dès l’époque moderne3. Mais elles se sont développées aussi en ce qui concerne la France : le modèle historique de l’État-nation, censé avoir été construit par la monarchie française dès le Moyen Âge et connaître son aboutissement à la Révolution, a été largement remis en cause, et cette remise en cause n’a pas été sans conséquence pour l’analyse du sentiment national français et de son influence réelle, conduisant certains à nier son existence avant les Lumières4.

4Sans atteindre cette position radicale, la plupart des études sur le sentiment national à l’époque moderne ont su se dégager des conceptions de la nation qui se sont imposées après le xviiie siècle. Ce n’est pas le lieu ici de refaire le procès facile et déjà gagné depuis longtemps des historiographies nationalistes des deux siècles passés. Des innombrables critiques qu’elles ont suscitées, retenons ces acquis : avant le xviiie siècle, le sentiment national n’est pas obligatoirement un sentiment exclusif et ne suppose pas la négation d’autres types d’identités, ni même leur minorisation. Mieux même, il peut s’en nourrir ou en tout cas coexister sans conflit particulier avec ces autres identités. En second lieu, le sentiment national n’a pas obligatoirement une traduction politique, pas plus que les diverses structures politiques n’engendrent automatiquement une adhésion identitaire sur le mode national. Enfin, l’idée nationale ne dispose pas de puissants relais de masse pour s’imposer de façon uniforme à toute une population. Pour autant, on ne saurait dire que le sentiment national est resté le fait d’une minorité ou d’une élite. Mais les expressions de masse de ce sentiment national sont difficiles à décrypter, car, plus encore peut-être que les constructions érudites, elles se présentent rarement comme des célébrations de la seule identité nationale.

5L’aspect comparatiste de notre rencontre permet sans aucun doute de se dégager du modèle avant tout politique que l’histoire contemporaine donne du sentiment national. La grande diversité des situations politiques entre les trois pays étudiés nous conduit nécessairement à trouver d’autres points de comparaisons. Mais cela ne veut pas dire que l’étude du sentiment national doit se limiter à une approche purement culturelle. En premier lieu, les pouvoirs politiques sont des acteurs importants, même s’ils ne sont pas les seuls dans la détermination et l’évolution des identités nationales. En retour, l’existence d’une identité collective qui ne se résume pas à la fidélité dynastique, à une ferveur religieuse, ou encore à une appartenance à une autre collectivité, ne peut manquer de conséquences politiques. La nation en acquiert une existence autonome et un contenu politique propre, qui peut à l’occasion être opposé aux autres structures collectives, qu’elles soient étatiques, ecclésiastiques ou encore locales. Bien avant la Révolution, le discours d’opposition aux pouvoirs n’hésite pas à utiliser le thème national. Les divers pouvoirs de leur côté savent aussi jouer sur un sentiment national qui existe en dehors d’eux, même s’ils cherchent avec plus ou moins de succès à s’y identifier. Arlette Jouanna (« Le thème de la liberté française dans les controverses politiques au temps des guerres de Religion ») illustre bien la tentative de donner un contenu politique précis à l’appartenance nationale : les « bons Français » se définissent face aux étrangers et aux Français qui leur sont affidés par leur attachement à la « liberté française ». Cette liberté fonde la communauté nationale, au même titre, et peut-être même plus encore, que la fidélité au roi ou surtout que l’appartenance à une Église. Si l’identité nationale proposée alors ne s’impose pas, ces tentatives prouvent la force politique et les capacités d’autonomie idéologique du sentiment national.

6Cela doit nous conduire à identifier avec plus de précision les lieux politiques où le sentiment national joue avec le plus de force et ceux dont il est, par contre, totalement absent. La vie internationale, où le lien diplomatique est devenu permanent, est bien sûr un endroit d’affirmation majeure des identités nationales. Bertrand Haan (« L’affirmation d’un sentiment national espagnol face à la France du début des guerres de Religion ») analyse ainsi les conséquences de la politique étrangère de Philippe Il aux débuts de son règne, en soulignant les ambivalences idéologiques du soutien qu’elle peut rencontrer : l’opposition entre l’Espagne catholique et la France hérétique, qui doit garantir la prééminence de la première, peut rencontrer un certain écho intérieur, mais ce dernier résiste mal aux identités de frontières, habituées à la confrontation, mais aussi à l’échange. La question de l’adhésion d’une population à des objectifs diplomatiques présentés désormais comme « nationaux » est donc posée.

7Les constructions idéologiques des dynasties et des monarchies en témoignent elles aussi, y compris dans le cas des États italiens morcelés qui prétendent tous être les défenseurs privilégiés de la paix ou de la liberté de l’Italie. Gianvittorio Signorotto (« Identità e interessi nell’Italia dei potentati ») développe les stratégies politiques subtiles de ces divers États, entre les deux pouvoirs supranationaux – ou plurinationaux – de la monarchie espagnole et de la papauté auxquels ils sont tous liés. Si ces stratégies n’ont rien de « national », au sens actuel du terme, il n’empêche que la conscience d’intérêts communs reste forte. Elle est marquée d’une forme de réalisme hérité du traumatisme des guerres d’Italie, qui ont appris aux princes italiens les limites de l’action politique, mais ont aussi désigné les objectifs d’une politique « italienne », forcément modestes dans un contexte européen sur lequel les puissances de la péninsule pèsent peu.

8Au jeu diplomatique s’ajoutent les politiques internes propres à chaque ensemble étatique. Dans ce volume, la contribution de Jean-Pierre Dedieu (« Comment l’État forge la nation. L’« Espagne » du xvie siècle au début du xixe siècle ») permet de comprendre comment apparaît très lentement, aux xvie et xviie siècles, puis de façon beaucoup plus accélérée avec la nouvelle dynastie des Bourbons, une conception administrative de l’Espagne comme entité unitaire ou du moins ayant un « pôle monarchique unique ». Mais sur le plan politique, la disparition de la « monarchie des nations » pour laisser la place à « l’Espagne » est bien plus tardive. L’idée nationale n’investit donc pas véritablement le champ politique dans le premier âge moderne. Son association aux structures et aux pratiques de pouvoir ne correspond pas non plus à un modèle trop simple d’imposition par le centre d’une idéologie précise aux périphéries. Richard Kagan (« Nación y patria en la historiografía de la época austriaca ») analyse ainsi les utilisations des mots « nation » et « patrie » à la fois dans les histoires générales de l’Espagne et dans celles des différents royaumes qui la composent. L’utilisation de ces termes pour désigner l’une ou l’autre de ces deux réalités n’est en rien antagoniste, mais bien plutôt complémentaire. De même, l’utilisation éventuelle de l’idée nationale par les pouvoirs politiques ne se passe jamais suivant une hiérarchie verticale qui verrait le gouvernement diffuser cette même idéologie aux diverses composantes de la société par le biais d’une bureaucratie sans cesse plus efficace et nombreuse. Même dans le cas français, qui semble le mieux correspondre à ce schéma, les interactions entre le pouvoir politique et l’idée nationale sont infiniment plus complexes. La contribution de Tamar Herzog (« Être Espagnol dans un monde moderne et transatlantique »), en incluant le monde colonial, décrit de façon extrêmement précise l’insertion de la notion de « naturalité » dans les sociétés hispaniques modernes de part et d’autre de l’Atlantique. Au-delà de définitions juridiques à la fois précises et souples, il y a une véritable pratique sociale de l’assimilation. Cette pratique permet de voir à l’œuvre dans les relations sociales une conception identitaire propre qui n’est pas premièrement le produit d’un effort politique conscient et organisé. On comprend mieux pourquoi l’époque moderne sépare plus facilement la sujétion politique et le sentiment national – terme qui de lui-même évoque une réalité plus affective que strictement politique ou idéologique. Cette séparation peut être théorisée : Cesare Vasoli (« Unità o disunione dell’Italia ? Uno storiografo della Controriforma, Scipione Ammirato e la sua replica al Machiavelli ») analyse ainsi la réponse de Scipione Ammirato à Machiavel sur le reproche célèbre fait à la papauté d’avoir empêché l’unité de l’Italie. L’Italie comme nation n’a pas besoin d’unité politique, affirme Ammirato, et cette dernière serait même préjudiciable à la véritable identité nationale italienne, avant tout culturelle. Cette culture nationale plurielle serait ruinée par l’imposition d’une domination unique, et Ammirato a une vision très négative de la conquête romaine de l’Italie, vue comme un asservissement.

  • 5 J. Caro Baroja, El mito del carácter nacional.

9Ce n’est pas de la sphère politique que viennent les premiers témoignages d’une identité nationale qui se constitue en une idéologie cohérente et globale, voire, dans certains cas, exclusive. L’érudition critique et historique née de l’humanisme s’est rapidement employée à développer et à exalter le caractère national, en faisant un élément déterminant dans les cultures européennes. Toute la République des Lettres ne communie pas dans cette nationalisation de l’histoire et de la culture : une grande partie de l’humanisme chrétien, Érasme en tête, peut ainsi rejeter avec virulence les séparations nationales comme parfaitement artificielles. Mais il n’en reste pas moins que l’histoire, la géographie et même la langue sont de plus en plus souvent mises en relation et interprétées en fonction d’un caractère national que chaque auteur s’efforce d’expliquer suivant ses propres paramètres : la généalogie, le climat, voire les astres ou les promesses divines, pour une histoire providentialiste qui n’est pas en reste sur une histoire plus rationaliste. L’irruption de la nation dans l’univers érudit génère de nouvelles questions : par exemple, une communauté humaine se définit-elle par sa langue ? La réponse est le plus souvent négative, mais, il faut le noter, elle est de plus en plus fréquemment posée. Se développe aussi une typologie des caractères nationaux, qui emprunte à la géographie ou à l’histoire l’explication de tel ou tel trait distinctif d’une nation. Même si Julio Caro Baroja en a raillé avec esprit les variations et les contradictions5, cette description des caractères nationaux frappe tout de même par une uniformité et continuité toute relative certes, qui s’explique sans doute par la commune source : la tradition classique, dont les textes sont scrutés pour mieux établir les permanences dans les qualités ou les défauts des Ibères, Gaulois et même Latins. De la sphère érudite, cette psycho-physiologie des peuples gagne tout naturellement la sphère politique, nourrissant en arguments une robuste xénophobie qui s’affiche sans complexe. Cette xénophobie, que Jean-François Dubost (« Enjeux identitaires et politiques d’une polémique. Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615 ») analyse dans le contexte français de la régence de Marie de Médicis, permet bien sûr de dessiner les traits de la communauté nationale idéale, par l’exclusion et la dénonciation des caractéristiques, forcément négatives, de l’Autre. Au sein même de la communauté, elle permet de dénoncer l’ennemi intérieur, le Français « italianisé » ou « espagnolisé ». Jean-François Dubost rappelle cependant que ces manifestations xénophobes sont avant tout des armes politiques, utilisées dans un contexte précis d’affrontement pour le pouvoir entre divers groupes, en l’occurrence les partisans de la reine-mère et ceux du prince de Condé.

10La permanence des traits nationaux sur laquelle insistent érudits comme pamphlétaires conduit bien sûr à la question des origines, qui reste cruciale. Chantal Grell (« Annius de Viterbe et le roman des origines en France et en Espagne »), comparant les « généalogies incroyables » développées par les historiographies françaises et espagnoles aux xvie et xviie siècles, explique bien que dans ces sociétés marquées par l’idée nobiliaire, l’ancienneté permet d’établir la préséance entre les nations. Mais, dans cette course à l’ancêtre le plus estimable, les choix sont révélateurs. Pablo Fernández Albaladejo (« Entre “godos” y “montañeses”. Avatares de una primera identidad española ») rapporte l’amusante description en 1639 d’un imaginaire colloque des oiseaux de la péninsule Ibérique, chargé de déterminer qui, de tous les royaumes et provinces, était « le plus Espagnol des Espagnols ». Le débat est un écho du débat plus vaste entre partisans des Wisigoths comme ancêtres de la nation espagnole et défenseurs des Ibères pré-romains qui auraient résisté à toutes les invasions. Dans les deux cas « indigénisme » ou « gothicisme », il s’agit de rejeter Rome et sa domination corrompue. Cet antiromanisme commun résiste à la parenthèse impériale sous Charles Quint. Mais c’est bien là le seul élément que partagent ces deux filiations érudites par ailleurs incompatibles : contrairement au Franco-Gallia de François Hotman, qui peut fondre Francs et Gaulois, on ne peut fusionner Ibères et Wisigoths. De la même façon, la question des origines de l’Italie finit par diviser les humanistes transalpins. Adriano Prosperi (« Alle origini di una identità nazionale. L’Italia fra l’antico e i “barbari” nella storiografia dell’Umanesimo e della Controriforma ») montre ainsi les développements d’une pensée qui intègre histoire et géographie (et le développement de la cartographie dans notre période, notamment par les éditions humanistes de Ptolémée, est un élément capital dans la réflexion érudite sur les identités nationales) pour tenter de définir l’Italie. L’Italia illustrata de Flavio Biondo est le meilleur exemple de cette géographie culturelle des humanistes, qui décalque celle des Romains antiques. Mais la recherche de cet héritage romain est contestée, non seulement dans sa réalité mais aussi dans sa méthode : à la recherche historique, philologique et archéologique d’un passé romain constitutif d’une identité moderne, les inventions d’Aennius de Viterbe, dont l’importance pour nos trois pays a été soulignée par grand nombre des intervenants, opposent la révélation d’un passé à la fois mythique et biblique, où les Etrusques forment le chaînon manquant d’une histoire mystérieuse qui doit être interprétée et non plus reconstruite. L’apparition d’une telle alternative aux origines romaines de la nation italienne a des conséquences intellectuelles et politiques majeures, que la récupération du mythe étrusque par Cosme de Médicis illustre bien.

  • 6 Le poids des polémiques historiographiques des deux siècles passés, qui soit exaltaient l’identité (...)
  • 7 Ce fait trop souvent sous-estimé doit conduire à nuancer les rapports entre le processus de confess (...)

11Les exemples tirés des trois pays montrent comment l’appropriation du thème national par la critique érudite conduit à une forme d’omniprésence de la recherche philologico-historique dans la production des définitions identitaires, une recherche qui s’oriente avant tout vers l’antiquité supposée des peuples concernés. Une telle orientation conduit obligatoirement à une interrogation sur le passé romain. Ce trait commun de l’histoire de l’Italie, de l’Espagne et de la France amène chaque pays à construire ou à faire évoluer leur identité nationale face à Rome, dans une relation parfaitement schizophrénique de rejet et d’appropriation : appropriation d’un héritage de domination universelle, qu’elle soit politique ou plus largement culturelle, rejet d’un modèle unique qui ne peut plus prétendre étouffer les prétentions nationales. C’est là sans doute une des justifications majeures de cette comparaison entre nos trois aires : l’articulation entre les constructions identitaires de la nation, au moins telles qu’elles apparaissent chez certains érudits, et le poids de l’héritage romain, qu’il s’agisse du fantôme de la Rome impériale ou de la Rome bien vivante des souverains pontifes. L’une comme l’autre continue de nourrir une exigence d’universalité qu’assument les diverses idées nationales. Le choix, imposé de façon brutale et sans un complet succès, de l’uniformité religieuse au sein du catholicisme romain, choix commun aux trois pays, a eu un rôle décisif dans leur construction identitaire à l’époque moderne, même si ce facteur a joué de façon très diverse suivant les nations6. Car, en retour, le catholicisme moderne s’est fait essentiellement national, achevant une évolution largement entamée à la fin du Moyen Âge7.

12Cette nationalisation se fait de façon complexe et certainement dans une évolution linéaire et univoque : comme le décrit Gigliola Fragnito (« “Zurai non legger mai più”. Censura libraria e pratiche linguistiche nella penisola italiana »), la répugnance de l’Église italienne post-tridentine à l’égard de l’usage religieux de la langue vernaculaire a présenté un obstacle de taille à l’unification linguistique de la péninsule, empêchant la circulation en toscan non seulement de l’Écriture Sainte, mais de la plupart des grands textes de piété de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. La « politique de la langue » menée par l’Église a clairement limité la pénétration de la langue nationale des lettrés, une des plus précoces d’Europe, dans tous les secteurs de la société.

13Cette réalité conduit à nuancer fortement le rôle joué par les catholicismes dans les constructions identitaires. Malgré un ancrage national profond, ils ne perdent pas totalement de vue une logique étrangère à l’idée de nation. Si l’idéal de chrétienté a pu disparaître chez un Paolo Sarpi (comme l’analyse Sylvio De Franceschi, « Les irrémédiables brisures de la chrétienté de l’histoire. Paolo Sarpi entre idée italienne et idéal chrétientaire »), il est capable par ailleurs non seulement de résister à la rupture confessionnelle et aux rivalités entre dynasties et nations catholiques, mais même de s’y adapter. Bien après les traités de Westphalie, censés représenter l’acte officiel de décès de la vieille chrétienté, de puissants courants associent mystique nationale et vocation universelle. Les étonnantes visions du père Fiacre de Sainte-Marguerite, analysées par Denis Crouzet (« Mystique royale et “sentiment national” ? Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite »), appliquent à Louis XIV une mystique christique d’inspiration thérésienne qui mêle Dieu, la nation et un roi miraculeux dont la vocation est la domination et la sanctification universelles. De la naissance tant attendue du dauphin, présenté à Fiacre par la Vierge elle-même, tel un nouveau Christ, aux victoires du Roi-Soleil, en passant par les vicissitudes de la Fronde et de la guerre avec l’Espagne, Fiacre pendant plus de cinquante années voit en la personne du roi le lieu par excellence du lien mystique entre la France et Dieu. Cette polarisation sur le roi de la notion d’élection divine est une caractéristique française, comme le souligne Myriam Yardeni (« Religion et sentiment national en France aux xvie et xviie siècles »). Au sentiment de la triple élection divine, celle du roi, nouveau David, celle de la France, nouvelle Canaan, celle des Français, nouveau peuple élu, les déchirements des guerres de Religion substituent au xviie siècle une élection unique, celle du roi. Les réformés, rejetant le merveilleux chrétien qui entoure cet imaginaire, développent progressivement une conscience nationale purement civique, minoritaire et de plus en plus incompatible avec un sentiment national centré sur l’élection divine du roi.

14Ces quelques remarques ne peuvent rendre compte de toute la richesse des approches développées dans ce volume. Bien d’autres aspects que je n’ai pas abordés apparaissent dans les communications qui suivent, comme par exemple le rapport entre nation et race, autre terme dont le sens est particulièrement délicat à définir pour l’époque moderne. Et cette rencontre elle-même n’a bien sûr pas épuisé un sujet aussi vaste. La place de Madrid, Rome et Paris dans l’imaginaire national à l’époque moderne est ainsi un thème qui pourrait mériter une enquête comparative où les variations sur le genre antique de la laudatio Urbis seraient sans doute révélatrices de facteurs d’intégration politiques, sociaux et idéologiques représentés par la « capitale ». La recherche comparative peut donc se poursuivre, en s’appuyant sur les acquis solides que cette rencontre et toute l’historiographie récente sur le sentiment national à l’époque moderne ont pu fournir. Communauté imaginaire, la construction identitaire nationale est pensée sous l’Ancien Régime sur le même mode que toute autre communauté, celui des privilèges partagés, à maintenir, à accroître, à affirmer face aux autres communautés. Ces privilèges, qu’ils soient d’ordre divin, politique ou culturel, ont pour leurs détenteurs une légitimité historique et religieuse dont l’expression ou l’invention s’adaptent avec beaucoup de souplesse à la conjoncture. Mais surtout, ces privilèges n’ont rien d’exclusif et s’associent sans la moindre contradiction à d’autres appartenances et d’autres fidélités, déterminant d’autres types de communautés. La particularité de l’Europe méridionale à l’époque moderne, où les structures plurinationales sont peut-être plus présentes et agissantes qu’ailleurs, permet de mieux comprendre ce processus d’identités multiples et non-contradictoires, que notre Europe contemporaine semble avoir bien du mal à mettre en place aujourd’hui.

Bibliographie

Alvarez-Ossorio Alvariño, Antonio, et Bernardo J. Garcia García (éd.), La Monarquía de las naciones. Patria, nación y naturaleza en la Monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004.

Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 (éd. originale anglaise 1991).

Caro Baroja, Julio, El mito del carácter nacional, Madrid, Caro Raggio, 2004 (ire éd. 1970).

Elliott, John H., Olivares (1587-1645). L’Espagne de Philippe IV, Paris, Robert Laffont, 1992 (Ire éd. anglaise 1986).

Mozzarelli, Cesare, éd., Identità italiana e cattolicesimo. Una prospettiva storica, Rome, Carocci Editore, 2003.

Rodríguez-Salgado, Mía J., « Christians, Civilised and Spanish. Multiple Identities in Sixteenth-Century Spain », dans Transactions of the Royal Historical Society. « Sixth series » (8), 1998, pp. 233-251.

Schilling, Heinz, « Nationale Identität und Konfession in der europäischen Neuzeit », dans Bernhard Giesen (éd.), Nationale und kulturelle Identität. Studien zur Entwicklung des kollectiven Bewußtseins in der Neuzeit, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1991, pp. 191-252.

Sciarrini, Marco, La Italia natione. Il sentimento nazionale italiano in età moderna, Milan, Franco Angeli, 2004.

Thiesse, Anne-Marie, La création des identités nationales. Europe xviie-xixe siècles, Paris, Le Seuil, 1999.

Notes

1 II est bien entendu impossible de rendre compte de toute la production récente concernant le sentiment national dans les trois aires géographiques – et au-delà, de toute la réflexion plus générale sur ce thème, notamment d’origine anglo-saxonne. Je me permets de renvoyer le lecteur aux bibliographies des articles qui suivent, en ajoutant quelques références trop récentes pour avoir pu être prises en compte par les intervenants, notamment pour l’Italie le livre de M. Sciarrini, La Italia natione, et pour la monarchie espagnole les actes du colloque tenu en décembre 2003, A. Alvarez-Ossorio Alvariño et B. J. García García (éd.), La monarquía de las naciones.

2 B. Anderson, L’imaginaire national. La traduction française du titre affadit l’original anglais : Imagined Communities.

3 M.J. Rodríguez-Salgado note que quand Philippe II, en 1556, veut prendre le titre de roi d’Espagne, le conseil anglais le lui refuse au motif que le royaume d’Espagne n’existe pas, M. J. Rodríguez-Salgado, « Christians, Civilised and Spanish. Multiple Identities in Sixteenth-Century Spain », p. 233. On connaît aussi le célèbre mémoire adressé par Olivares à Philippe IV au début de son règne : « L’affaire la plus importante dans votre monarchie est que Votre Majesté se fasse roi d’Espagne », J. H. Elliott, Olivares, p. 234. Mais le favori ne donne certainement pas un contenu « national » à un tel programme, y compris en entendant le mot de nation dans un sens du xviie siècle. On connaît son mépris pour cette forme de sentiment identitaire, jugé puéril et absolument inférieur au seul sentiment noble qui soit, la loyauté au souverain. Ce mépris se manifeste lors de la grande crise de 1640, quand le comte-duc maudit les nations et les hommes nacionales (ibid., p. 657).

4 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, pp. 11-12.

5 J. Caro Baroja, El mito del carácter nacional.

6 Le poids des polémiques historiographiques des deux siècles passés, qui soit exaltaient l’identité catholique de la nation, soit au contraire déploraient la faiblesse des pays restés fidèles à Rome par rapport au dynamisme des puissances protestantes, a peut-être empêché d’examiner sereinement cette réalité. Le débat portant sur l’influence du catholicisme sur la constitution des communautés nationales se poursuit de façon diverse suivant chaque pays. En ce qui concerne l’Italie, où il est sans doute le plus approfondi aujourd’hui, voir C. Mozzarelli (éd.), Identità italiana e cattolicesimo.

7 Ce fait trop souvent sous-estimé doit conduire à nuancer les rapports entre le processus de confessionnalisation et les constructions identitaires nationales. Voir sur ce sujet H. Schilling, « Nationale Identität und Konfession in der europäischen Neuzeit ».

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search