Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Glossaire

Texte intégral

Aggada, hébreu : une des formes de l’exégèse juive qui s’éloigne de l’interprétation littérale de la loi et qui recourt au mythe et à la parabole.

Aljama, dérivé de l’arabe : communauté. Le terme apparaît comme tel dans la documentation pour désigner les communautés locales juives ou musulmanes.

Anus (pl. anusim), hébreu : converti(s) de force.

Apikorsim, hébreu : hérétiques, c’est-à-dire ceux que l’orthodoxie juive considère comme ayant des pratiques ou des croyances déviantes au sein du judaïsme.

Avalot (pl. avalots), catalan : émeute(s), tumulte(s). Employé pour désigner les émeutes antijuives de 1391 ayant débouché sur des massacres, le terme désigne, par extension, les massacres de 1391.

Avoda zara, hébreu : idolâtrie. Les sources rabbiniques emploient parfois également l’expression synonyme Avodat Kohavim, qui signifie littéralement « l’adoration des étoiles ».

Bar mitsva, hébreu : entrée dans l’âge d’homme, fixée traditionnellement à 13 ans et rituellement marquée par la lecture de la péricope hebdomadaire à la synagogue.

Bet Din, hébreu : littéralement « Maison de la loi ». L’expression renvoie à l’instance qui rend la justice en vertu de la Halakha ou loi juive ; le Bet Din est souvent constitué de trois experts.

Cacher, hébreu : caractère d’un aliment ou d’une boisson conforme aux lois de la pureté alimentaire et donc susceptible d’être consommé.

Cacherut ou cacherout, hébreu : ensemble des lois relatives à la pureté alimentaire.

Call : nom donné au quartier juif de certaines villes de Catalogne, notamment Barcelone et Gérone. Il pourrait dériver de l’hébreu kahal ou kehila qui signifie « communauté », ou du castillan calle, qui signifie « rue ».

Chekhina, hébreu : présence divine. Le terme est utilisé pour désigner la présence de Dieu parmi son peuple.

Clavaire : nom donné dans certaines villes du Midi ou de péninsule Ibérique à l’agent chargé de garder les clefs de la ville et de recevoir les comptes.

Cohen (pl. Cohanim), hébreu : dans l’Ancien Testament, terme qui désigne les prêtres, les desservants du Temple.

Dafina ou adafina, dérivé de l’arabe : nom donné à un plat souvent mangé à shabbat, car il a la particularité de cuire à l’étouffée toute la nuit et de respecter de ce fait les obligations de la cacherut du shabbat.

Ger (pl. gerim), hébreu : converti(s) au judaïsme.

Haggadah, hébreu : récit de la sortie d’Égypte dont il est fait lecture tous les ans à l’occasion de la célébration de la fête de Pâque.

Halakha, hébreu : loi juive. Les halakhot sont les lois tirées de la loi juive.

Hillul ha-Shem, hébreu : littéralement « profanation du nom (de Dieu) ». L’expression désigne les juifs qui portent atteinte à l’honneur de Dieu, notamment par leur comportement.

Kabbale, hébreu : ensemble de textes qui constituent la mystique juive et dont l’origine remonte à l’époque talmudique. L’une de ses pièces maîtresses, le Zohar, est composée par Moïse de Léon, dans les années 1280.

Kahal ou kehila, hébreu : communauté.

Kedusha, hébreu : sainteté.

Kiddush ha-Shem, hébreu : littéralement « sanctification du nom (de Dieu) ». Expression employée notamment dans le cadre des baptêmes forcés pour désigner les juifs qui, refusant la conversion, furent assassinés ou choisirent de se suicider.

Meshumad (pl. meshumadim), hébreu : converti(s) volontaire(s) à une autre religion que le judaïsme.

Mikve, hébreu : bain rituel, bassin de purification.

Mishna : ensemble scripturaire compilé au début du iiie siècle de l’ère chrétienne constituant le premier recueil de la loi juive orale. Il constitue le cœur du Talmud.

Mishne Tora ou Michné Torah, Mishneh Torah : nom donné par Maïmonide au code de lois qu’il rédige entre 1170 et 1180. Il se compose de 14 livres consacrés aux aspects majeurs de la loi juive. Sont évoqués dans cette étude notamment le Sefer Madda [livre de la connaissance], le Sefer Kedusha [livre de la sainteté], le Sefer Tahara [livre de la pureté], et le Sefer Shoftim [livre des Juges]. Chaque livre est lui-même divisé en traités et en lois (halakhot).

Mitsva (pl. mitsvot) ou mitzva, mitzvah, hébreu : obligation(s) ou commandement(s) prescrit(s) par la loi juive.

Mostassaf, dérivé de l’arabe : l’agent public chargé du bon fonctionnement des marchés dans de nombreuses villes de péninsule Ibérique. Il doit notamment veiller à l’honnêteté des transactions et à la justesse des poids et mesures.

Nidda ou niddah, nidah, hébreu : ensemble des lois relatives à la pureté rituelle. L’état de nidda appliqué à une femme renvoie à l’impureté menstruelle dont elle est affectée.

Nozrim, hébreu : les chrétiens.

Pessah, hébreu : la fête de Pâque, qui commémore la sortie du peuple hébreu d’Égypte sous la direction de Moïse. Elle est célébrée chaque année.

Purim : fête juive d’origine biblique et d’institution rabbinique, célébrée au printemps et commémorant la résistance du peuple juif en exil en Perse sous le règne d’Assuérus (Xerxès Ier) au ve siècle avant J.-C. Les célébrations qui la caractérisent donnent lieu à l’expression publique de la joie et de la dérision.

Sefer ou sepher, hébreu : livre.

Shabbat ou chabat, hébreu : septième jour de la semaine, dont la célébration rappelle le septième jour de la Création, au cours duquel Dieu s’est reposé. Le respect des obligations qui y sont attachées dans la loi juive est un des marqueurs les plus importants du judaïsme avec la circoncision et les lois de la pureté rituelle. Signe de l’importance du shabbat dans la vie juive, il fait l’objet d’un traité de la Mishna à part entière, le premier de l’ordre Moëd ou ordre des temps.

Shohet, hébreu : homme investi de la fonction d’abattre rituellement la viande et de certifier sa cacherut en vertu d’une compétence reconnue officiellement.

Tahara, hébreu : pureté (rituelle). Certains sages du Talmud expliquent que la source de toute pureté est la vie elle-même.

Talmud, hébreu : composé de la Mishna et de la Guemara (commentaires ultérieurs de la Mishna), compilé entre les iiie et vie siècles, il rassemble les discussions rabbiniques sur les différents sujets de la loi juive.

Teshuva ou teshuvah, hébreu : l’action de se repentir ou de faire retour au judaïsme. Les individus qui font retour au judaïsme, notamment après une conversion forcée, sont ainsi qualifiés de baale teshuva.

Tora ou Torah, hébreu : la Bible des juifs, l’Ancien Testament.

Tum’a, hébreu : impureté (rituelle). Tous les cas d’impureté rituelle décrits dans la Tora sont liés à l’absence de vie ou à un contact avec la mort.

Zava ou zavah, hébreu : affection occasionnant une perte de sang d’origine vaginale. L’état de zav ou zava appliqué à un homme ou à une femme renvoie à l’impureté liée à une perte de sang vaginale dont la femme serait affectée et dont l’homme aurait été atteint par relation sexuelle avec elle.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search