Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Conclusion

Texte intégral

1À l’issue de cette étude, il nous semble avoir fait la démonstration de la centralité du concept de pureté dans les systèmes de croyance juif et chrétien, mais aussi au fil du temps et en particulier au long du dernier siècle du Moyen Âge, dans le système sociopolitique dominant en péninsule Ibérique. Concept majeur pour chacune des religions en elle-même, la pureté apparaît peut-être davantage encore comme un enjeu lourd de sens dans les relations interconfessionnelles lorsqu’elle sert à décourager les contacts. Au plan spirituel, l’idéal qu’elle constitue répond à des logiques au départ opposées dans le judaïsme et dans le christianisme. Pour le premier monothéisme, elle est à la fois gage et condition de l’élection à l’alliance en général, puis à la relation personnelle avec Dieu ou avec les hommes. La pureté intervient comme élément restrictif et contraignant du fait des prescriptions rituelles complexes qu’elle suppose, en matière alimentaire ou pour la pureté féminine. Le caractère éminemment temporaire et cyclique de la pureté humaine fait que les gestes et les rites imposés aux hommes et aux femmes qui souhaitent s’y conformer apparaissent comme autant d’actes de foi. En effet, si dans le judaïsme, la pureté divine est constante et intimement liée à la sainteté, la pureté humaine, bien que nécessaire, est régulièrement prise en défaut, mais peut être recouvrée. Dans le christianisme en revanche, la conception de la pureté est bien plus ouverte, certes conditionnée par le rite sacramentel du baptême obligatoire pour tous, mais condition à la fois nécessaire et suffisante, imposée une fois pour toutes. L’importance fondamentale que revêt dans le judaïsme le respect des commandements divins — au nombre de 613, positifs et négatifs — en fait une religion du rite, alors que le christianisme, qui a abandonné une grande partie de ces commandements divins à l’issue d’une démarche volontaire et raisonnée pour marquer la substitution de la Loi nouvelle à la Loi ancienne, apparaît davantage comme une religion du mythe — au moins pour ce qui touche à la pureté. Ce sont précisément les lois de la pureté rituelle et alimentaire qui, les premières, font l’objet de ce mouvement d’abandon : initialement nécessaires dans l’économie de la relation des fidèles à Dieu, elles apparaissent inutiles dans une religion où la conception de cette relation est plus ouverte et inclusive.

2Nous avons souligné plus haut le paradoxe qui réside dans l’évolution que les autorités politiques et religieuses font subir de conserve à la conception chrétienne de la pureté dans la péninsule Ibérique de la fin du Moyen Âge. En un siècle, et même moins, en une trentaine d’années si l’on considère que la mission menée par Vincent Ferrier dans les années 1410 répond toujours à l’idéal universel des premiers temps de l’Église, le concept se transforme en outil d’exclusion, en symbole de rejet. Si la tentative d’imposer des restrictions liées à la « pureté du sang », formulées dans la sentencia-estatuto de Tolède en 1449, commence par échouer faute de l’accord du pape et du roi, il n’en demeure pas moins que l’esprit qui y présidait se diffuse lentement dans la société ibérique, qu’elle soit l’objet d’une adhésion idéologique sincère ou simple instrumentalisation à des fins économiques, politiques ou sociales. C’est là en effet que réside la seconde conclusion qu’il convient de tirer de ce travail : la diffusion via la prédication, les édits royaux ou les ordonnances municipales de l’idéal de pureté, au départ essentiellement spirituel et manié par les clercs, à la sphère profane qui l’érige en exigence absolue dès lors qu’elle permet, via le sang et le lignage, d’écarter des indésirables.

3Ceux-ci, les juifs présents depuis mille ans sur ces terres, stigmatisés par le port de ce signe particulier qui fut l’objet si longtemps de l’exemption des souverains ibériques, mais auquel il est de plus en plus difficile d’échapper, ségrégués dans des quartiers parfois déplacés en périphérie des localités qui les abritaient à la suite des massacres de 1391, sont de plus en plus perçus comme un danger, une menace qu’il faut circonscrire avant de finir par s’en défaire. Il faut dire que les discours et les légendes évoquant les juifs criminels se multiplient et se diffusent, contribuant à exacerber les fantasmes, la peur et le rejet. Empoisonneurs, porteurs de maladies mortelles et contagieuses, ou meurtriers réels ou symboliques via deux des formes du crime rituel, ils cumulent tous les vices. Dans ce contexte, à la fin du xve siècle, rien ne semble désormais justifier la perpétuation de leur présence en terre chrétienne, dès lors que leur conversion, cet idéal eschatologique multiséculaire, n’est elle-même plus désirable ni désirée.

4À cette date en effet, alors que le parti anticonverso triomphant considère de fait que le baptême n’est pas efficace, les néophytes sont condamnés à porter la macule de leur infidélité dans leur sang éternellement. Alors que certains sont des convertis sincères, ou du moins sont devenus des chrétiens sincères, leurs origines constituent un obstacle insurmontable à l’assomption de leur nouvelle identité de chrétiens, et ce, en contradiction totale avec l’esprit des Évangiles. Anciennement juifs, ils ne pourront jamais être purement chrétiens. Cette incertitude, ce doute indéfectible sur la sincérité des convertis, dont l’origine réside dans les conditions dans lesquelles leur conversion s’est produite, c’est-à-dire la contrainte, n’est pas supportable aux yeux du christianisme ibérique conquérant. Celui-ci ne peut se permettre de continuer à faire vivre en son sein l’ennemi doctrinal. Mais paradoxalement encore, cette exclusion en quoi consiste l’expulsion est le constat d’échec de l’aspiration universaliste à l’avènement de la Societas Christiana qui guidait l’Église des origines. En effet celle-ci, pour partie issue du judaïsme ou consciente d’en provenir, était en terre de connaissance vis-à-vis de ses anciens frères. Et précisément, c’est l’exercice de la contrainte qui a produit l’incertitude sur l’identité du converso, inconnaissable parce qu’inclassable, hybride parce qu’entre deux confessions, et a fortiori lorsqu’il s’agit du crypto-juif, qu’il soit inventé par l’Inquisition ou bien vraiment pratiquant entre deux rites. Celui-ci, et la documentation juive et chrétienne l’atteste, est confessionnellement impur au sens donné à ce terme par l’anthropologue Mary Douglas, imparfaitement juif et imparfaitement chrétien. Son identité est nouvelle mais insaisissable à la fin du Moyen Âge. Il faut attendre plusieurs siècles pour que la littérature et une certaine forme d’histoire romantique lui donnent ses lettres de noblesse, pour que l’identité du marrane soit considérée comme une identité à part entière, et pas seulement comme un succédané méprisé du christianisme ou du judaïsme.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search