Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Quatrième partie. La pureté dévoyée : les impasses de l’exigence d’absolu

Préambule de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 Pour la période xiiie-xive siècle, voir Tartakoff, 2012 et Vose, 2009.
  • 2 Rosenstock, 2012, p. 121 ; Denjean, 2003.
  • 3 Fabre, 1999.
  • 4 Kruger, 2006.

1Il s’agit à présent de montrer comment en l’espace d’un siècle, ce qui avait constitué l’horizon d’attente du christianisme et l’idéal de la foi chrétienne en l’avènement du royaume de Dieu pendant plus d’un millénaire se transforme en problème insurmontable, au nom d’une exigence de pureté dont le sens est totalement dévoyé. La conversion des juifs1, censée manifester l’imminence de la réalisation de la Societas Christiana, devient une impasse. Les convertis, dont les polémistes faisaient un exemple depuis des siècles, voire un paradigme de l’évolution normale sinon fonctionnelle des peuples vers la religion vraie, deviennent les objets d’une suspicion inébranlable et qui finit par remettre en cause un des dogmes fondateurs du christianisme : celui du baptême en tant qu’instrument de la renaissance du croyant, ou mieux de la création de l’homme nouveau2. À l’origine de cette évolution mortifère se trouve la contrainte qui préside aux conversions pratiquées dans le cadre des violences de 1391. Si par la suite ce n’est plus en leur mettant le couteau sur la gorge que l’on convertit les juifs, les pressions qui entourent l’apostolat mené dans leur direction sont tellement fortes que des doutes légitimes apparaissent quant à leurs motivations. Dès lors, il est impossible de savoir qui est réellement le converti, un vrai chrétien, c’est-à-dire un croyant sincère, ou un usurpateur, selon les deux figures antagonistes que définissent les médiévaux qui s’attaquent au problème3 ? Entre ces deux pôles se dessine tout un éventail de possibilités analysées par l’historiographie, qui voit en lui à tout le moins un être hybride, non réductible aux identifications simples et sûres4. Dans tous les cas, son intégrité est remise en cause en tant que juif ou en tant que chrétien, et l’image brouillée qui lui est associée l’éloigne définitivement des catégories qui faisaient de lui un individu « purement juif » ou « purement chrétien ».

2Parallèlement à cette évolution séculaire qui fait de la conversion un problème plutôt qu’une solution, l’attention de certains se porte non plus sur l’âme ou l’esprit des fidèles, mais sur leur corps et leur sang, qu’il devient impossible de dépasser. La pureté de l’intention, qui depuis toujours avait été salvatrice et prépondérante dans le christianisme puisque indispensable dans l’économie du discours sur l’avènement de la Societas Christiana, devient moins importante que l’impureté du corps — concept qui prévalait jusque-là dans le judaïsme à travers les dispositions régissant la pureté rituelle — dont les convertis gardent éternellement la trace dans leur sang qui, lui, ne peut être totalement purifié. L’idéal de pureté, concept positif qui sous-tendait la foi chrétienne comme la foi juive mais selon des modalités différentes, impérative pour l’âme selon la première et impérative pour le corps selon la deuxième, devient définitivement clivant et exige des mesures radicales pour retrouver des repères et un cadre de re-connaissance à une époque où la conversion a brouillé les lignes.

Notes

1 Pour la période xiiie-xive siècle, voir Tartakoff, 2012 et Vose, 2009.

2 Rosenstock, 2012, p. 121 ; Denjean, 2003.

3 Fabre, 1999.

4 Kruger, 2006.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search