Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Troisième partie. La pureté appliquée : l’instrumentalisation d’un concept au service de la distinction juifs / non-juifs

Chapitre VIII

La pureté au service de la distinction : par le quartier et par les activités

Texte intégral

  • 1 Pour l’histoire du port de ce signe et de ses évolutions, voir Soussen, 2011a, p. 203.

1Depuis le xiiie siècle, les autorités spirituelles et temporelles insistent sur la nécessaire distinction des juifs au sein de la société majoritaire, car celle-ci n’étant pas appliquée, des relations interconfessionnelles se nouent et débouchent parfois sur des situations jugées scandaleuses. C’est précisément le sens des mesures adoptées lors du concile de Latran en 1215, sur lequel nous ne reviendrons pas mais dont le canon 68 stipule que les juifs et les musulmans doivent porter un signe sur leur vêtement qui leur permette de se distinguer des chrétiens1. Cette obligation est plus ou moins respectée selon les lieux et les époques, mais dans la Couronne d’Aragon les rois ont l’habitude d’en exempter nombre de leurs sujets. Or, le vêtement n’est pas le seul domaine dans lequel s’exprime la distinction des groupes religieux. L’habitat et le travail sont aussi des espaces ou catégories où s’impose cette obligation. On constate en effet qu’après 1391, distinguer les juifs des chrétiens devient un impératif chronique et qui revêt un caractère d’autant plus catégorique que les conversions massives opérées dans le cadre des violences de l’été 1391 viennent brouiller les lignes encore davantage. Il est désormais nécessaire qu’à côté des chrétiens, les juifs se différencient aussi des néophytes, qui de fait constituent une catégorie à part, explicitement évoquée par la documentation : celle des nouveaux chrétiens. Nous analyserons dans la dernière partie de ce travail les conceptions et représentations attachées à cette catégorie, qui finit par poser un problème insurmontable à la péninsule Ibérique, image en réduction de la société chrétienne en voie d’unification. En effet, alors que les convertis étaient censés grossir les rangs du peuple chrétien tendu vers l’avènement du royaume de Dieu, les questionnements de plus en plus fréquents sur la véritable identité des néophytes transforment cette espérance millénaire en aporie. Mais il convient dès à présent d’examiner cet impératif de distinction au prisme de l’idéal de pureté dont nous avons dit qu’il sous-tend la pensée des savants juifs et chrétiens de l’époque. Pour ce faire, nous élargirons le champ lexical de l’enquête et envisagerons des concepts tels que celui d’intégrité ou d’exclusive.

I. — Restriction, délimitation et localisation des activités

  • 2 « … mas solament observantes la interdicción e excomunicación por los ditos jutges ecclesiásticos [ (...)

2Un document résume de façon explicite les différents lieux où doit s’exprimer la distinction des juifs par rapport au reste de la société majoritaire. Il s’agit de la lettre de 1414 dans laquelle l’infant Alphonse proteste contre les « nouveautés » mises en œuvre par les autorités municipales de Calatayud dans le cadre de la venue de Vincent Ferrier. L’infant prescrit à ses officiers de « seulement faire observer l’interdiction et l’excommunication prévue par les juges ecclésiastiques à l’encontre des chrétiens qui n’observeraient pas l’interdiction de se mêler aux juifs dans le cadre des repas, de la boisson, de la discussion, de l’achat et de la vente, du conseil ou des faveurs2 ». Remarquons que les sanctions en cas d’infraction à ces dispositions pèsent sur les chrétiens qui y contreviendraient et non pas sur les juifs. Ce sont les clercs de l’entourage de l’évêque qui ont compétence pour juger de ces affaires, et dans ce cadre les préoccupations du clergé local convergent avec celles des autorités municipales. Enfin, si l’infant fait en sorte que les juifs ne soient pas purement et simplement acculés à mourir de faim, les domaines dans lesquels s’applique l’obligation de distinction sont extrêmement larges et couvrent de fait tous les aspects de la vie quotidienne. Il est un domaine qui traditionnellement a toujours fait l’objet de distinctions : l’alimentation, qu’il s’agisse de la commensalité ou des produits échangés dans le cadre commercial et en particulier les produits alimentaires soumis à la cacherut.

Le cas de l’alimentation

  • 3 Soussen, 2013.
  • 4 Voir le cas de prime abord étrange analysé par Blasco Martínez, 1989.
  • 5 « De no mesclar menuderies de ovelles ab menuderies de molto » (AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7 (...)
  • 6 « De no vendre diverses carns en una taula qui sien a diverses fors: Item que negun carnicer no gos (...)
  • 7 « Item que nulla carn qui sia degollada per jueu no sia venuda si no al cayll juhich dins o en les (...)
  • 8 AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 59vo et AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 8vo.

3En effet, les règles de la pureté alimentaire exposées dans l’Ancien Testament et glosées dans le Talmud ont toujours cours pour les juifs au Moyen Âge. Les produits cachers et en premier lieu la viande font l’objet d’une surveillance attentive et de mesures de distinction renforcées pour des raisons à la fois symboliques et économiques3. Les contraintes pesant sur l’abattage et les conditions du stockage et de la vente de la viande cachère en font un sujet sensible à la fois pour les autorités juives et pour les autorités chrétiennes4. Il faut rappeler par surcroît que la boucherie de façon générale est extrêmement réglementée, et qu’un des principes fondamentaux qui guident cette activité consiste dans le non-mélange des viandes sur les étals5, qu’elles soient cachères ou pas. Ce principe s’explique avant tout par des raisons fiscales, car les niveaux de taxation ne sont pas les mêmes selon le type de bétail ou de volaille vendu6. Ainsi à Barcelone, les registres du Mostassaf conservés depuis le milieu du xive siècle sont extrêmement précis et cantonnent la vente du porc au marché de la Porta Ferrissa, la vente du mouton au marché de la Boqueria et la vente de viande cachère au marché du call7. Le « marché noir » est proscrit pour tous les types d’aliments, et il est interdit de vendre des victuailles en dehors des structures prévues à cet effet8.

4Mais en dehors de l’explication économique et fiscale, il ne faut pas écarter les considérations d’ordre anthropologique qui expliquent peut-être pour une part les préventions à l’égard du mélange des viandes, comme du mélange en général. Depuis la Bible en effet, la classification des animaux comme les comportements humains reproduisent ce principe. L’Ancien Testament proscrit ainsi d’atteler un âne avec un bœuf, ou de faire paître ensemble des animaux qui ne seraient pas de la même espèce. De même pour la boucherie intervient peut-être le désir de respecter les espèces des animaux et de ne pas les faire se côtoyer sur les mêmes étals, ou alors en les distinguant clairement. Nous rejoignons là la lecture de Mary Douglas, pour qui l’identification immédiate des animaux était la condition déterminante de leur qualification selon les catégories du pur et de l’impur. Cette clé de lecture se révèle tout aussi pertinente appliquée sur le marché, où séparer les animaux permet de les vendre et de les consommer pour ce qu’ils sont.

  • 9 « … fan comprar als chrestians les carns per ells rabinades e degollades com no son trobades iuhiqu (...)

5La distinction et la séparation, qui sont des principes fondamentaux pour l’organisation et la vente des produits alimentaires quels qu’ils soient, le sont encore davantage dès qu’il s’agit de produits cachers. En effet, pour les autorités juives, la distinction des produits cachers sur les lieux de vente est une condition pour garantir leur cacherut. De même, pour les chrétiens, la distinction des produits cachers implique qu’ils ne sont pas vendus aux non-juifs, ce qui constitue un interdit théorique majeur, même si l’on sait qu’il est couramment transgressé. En dehors des raisons objectives fondant cette prohibition, qui consistent dans le fait que si un chrétien mange un aliment cacher, cela signifie forcément qu’il a été en contact avec un juif qui le lui a fourni, d’autres raisons symboliques et morales renforcent encore l’interdit. Aux yeux des théologiens, les juifs, qui prétendent respecter la cacherut en tant que loi transmise par Dieu dans la Tora, n’ont aucune légitimité à agir dans la mesure où ils ont rompu l’alliance divine. Ils n’ont donc aucune vocation à déterminer la pureté des aliments et à imposer leur mode de vie aux chrétiens, qui leur sont moralement supérieurs. Mais il est une cause de scandale plus grave encore, c’est lorsque les juifs prétendent écouler auprès des non-juifs de la viande qui, bien qu’abattue rituellement, s’est révélée non cachère à l’issue de l’examen pratiqué par le shohet sur la carcasse. Une requête conservée dans le Livre du Conseil des Cent de Barcelone l’exprime très clairement : émanant de conversos quelques années après les violences de 1391, elle dénonce les agissements de juifs venus de France, probablement après l’expulsion de 1394, qui « font acheter aux chrétiens les viandes qu’ils ont abattues rituellement lorsqu’elles ne sont pas jugées cachères, ce qui est interdit aux chrétiens qui mangent ce qu’ils laissent ; ils les font judaïser et leur font accomplir d’autres ignominies à l’égard de la foi chrétienne9 ». Symboliquement, il n’est pas admissible que des chrétiens consomment et achètent auprès de juifs de la viande que ces derniers considèrent comme impure.

  • 10 « … que fos provehir que les carns rabinades per juheus no poguessen esser menjades per chrestians (...)

6Une requête similaire publiée peu de temps après exprime le sentiment de déséquilibre que provoquent de telles pratiques, puisque les juifs, eux, en vertu des règles de la cacherut selon lesquelles tout aliment consacré par un chrétien est voué à l’idolâtrie , s’abstiennent scrupuleusement d’en consommer et le considèrent par définition comme impur10. Il en va du respect des hiérarchies et du système de valeurs qui sous-tend les représentations que se font d’eux-mêmes et des infidèles les théoriciens de l’Église. La nature de la documentation analysée, qui consiste en des requêtes et des ordonnances municipales, permet de constater que les conceptions qui défendent la prééminence du christianisme et dénoncent les crimes de lèse-majesté qui lui sont faits ont été vulgarisées et se sont diffusées, depuis les écrits des penseurs de l’Église jusqu’aux règlements urbains. Il y a imprégnation des thèses de l’Église dans la pratique quotidienne, et il est intéressant de souligner que ce sont les convertis zélés qui en sont les artisans. Ils sont conscients des effets que peuvent avoir les transgressions dans le commerce de la viande, qui les mettent en danger. Pourtant, de telles pratiques étaient courantes et même nécessaires d’un point de vue économique ; chaque communauté y trouvait son compte, et cela permettait de contenir les prix de la viande — une denrée de valeur — dans des limites acceptables. Il y avait donc une marge certaine entre la théorie de la distinction et la pratique du mélange et, le sachant, les autorités ne cessaient d’y insister sans réel succès.

  • 11 Je choisis délibérément de traduire de natura par « de nature » plutôt que « de naissance », qui so (...)
  • 12 « Que daquiavant algun chrestian de natura o convers sia hom sia fembra de qualsevol condicio o est (...)
  • 13 « Item que negun carnicer de qualsevol condicio sia no gos vendre a chrestian algun de natura o con (...)
  • 14 « Item que alguna chrestia convers de qualsevol condicio sia no gos rabinar ne degollar carn alguna (...)
  • 15 « Item que algun juheu o juhia no gos dar vendre o fer aver a algun convers o conversa alguna carn (...)
  • 16 Voir Echevarría, 1999, p. 31.

7C’est ainsi qu’en 1399, répondant aux requêtes formulées quelque temps plus tôt, les autorités municipales de Barcelone publient une série d’ordonnances qui règlent strictement les rapports entre juifs et convertis de manière à interdire toute possibilité de contact entre eux, notamment en matière commerciale : « Que dorénavant, aucun chrétien de nature [sic11] ou converti, homme ou femme de quelque condition ou état qu’il soit, n’ose acheter aucune viande de quelque espèce ou nature qu’elle soit qui a été abattue rituellement par un juif, sous peine d’une amende de 200 sous12 ». L’ordonnance suivante interdit aux bouchers juifs et chrétiens — ce qui montre que les délits étaient partagés — de vendre de la viande respectivement aux chrétiens et aux juifs, et rappelle les lieux dans lesquels la viande cachère doit être vendue, c’est-à-dire à la Porta Ferrissa sur des étals où elle ne peut être mélangée aux autres viandes, après avoir été abattue sur le pré de la Boqueria13. Pour prévenir toute infraction, les autorités municipales interdisent même que des convertis se trouvent dans les lieux où s’effectuent l’abattage et le commerce de la viande cachère ; et surtout que des convertis qui étaient shohets avant leur conversion ne s’y tiennent « même seulement pour regarder »14. On devine là la suspicion naissante à l’égard des convertis, qui ne fera que s’accentuer avec le temps. Le risque est double : que les convertis achètent puis revendent de la viande cachère à des chrétiens et, plus grave, qu’eux-mêmes retombent dans les errements de leur foi primitive et sacrifient rituellement les bêtes au bénéfice de leurs anciens coreligionnaires. Enfin, il est interdit à un juif ou une juive de vendre de la viande ou du vin cachers à des convertis15. Là encore, on voit s’esquisser les motifs qui deviendront quelques décennies plus tard les indices de rechute guettés par les inquisiteurs dans l’examen des convertis dénoncés pour rejudaïsation. L’exemple de Pedro de la Cavallería, qui bien qu’assassiné en 1465 fait l’objet d’un procès pour judaïsation intenté par l’Inquisition en 1480, illustre la mécanique qui sous-tend la suspicion inquisitoriale et le rôle qu’y joue la consommation d’aliments et de boissons cachers16.

  • 17 « Item, que daquiavant algun convers hom o fembra no gos habitar ne conversar en una casa o habitac (...)

8La même série d’ordonnances rappelle les interdictions qui touchent les relations entre juifs et convertis : « Que dorénavant aucun convers homme ou femme n’habite ni ne discute dans une maison ou au logis d’un convers ou d’un juif, ou en tout autre lieu, s’il n’y a pas de mur mitoyen ou de séparation par rapport aux juifs ou juives, et qu’il ne participe pas à leurs repas ni beuveries ni offices religieux17 ». Ces dispositions montrent qu’une réelle ségrégation est alors en train de se mettre en place.

  • 18 Soussen, à paraître.
  • 19 Au milieu du xvie siècle, le Shulhan Arukh — ouvrage qui prescrit les règles alimentaires et domest (...)
  • 20 AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-27, 1395-1398, fo 84ro. Depuis les origines du genre de la polémique, (...)

9À côté de la viande, le vin est une autre denrée soumise aux règles de la cacherut. Il fait l’objet de restrictions et de précautions de la part des autorités juives et chrétiennes, même si ce ne sont pas les mêmes raisons qui motivent, de part et d’autre, l’interdiction de sa consommation18. Pour les juifs, la consommation et le commerce de vin non cacher sont absolument prohibés ; jusqu’au xie siècle celui-ci — c’est un héritage de l’Antiquité — est considéré comme vin de libation, alors même que le polythéisme et l’idolâtrie ont disparu19. Après le xie siècle les autorités rabbiniques, conscientes de ce que cette qualification est devenue impropre, l’assouplissent quelque peu et qualifient le vin non cacher de « vin ordinaire », dont la consommation fait toujours l’objet d’une interdiction majeure, mais dont le commerce est autorisé. Nous avons vu évoqué dans une requête des convertis de Barcelone l’interdit qui porte sur les aliments consacrés « bénis ou signés », c’est-à-dire essentiellement le pain et le vin. Si le « vin ordinaire » n’est plus considéré comme vin de libation, les aliments bénis par le prêtre, notamment le vin de messe, restent soumis aux considérations sur l’idolâtrie20. Quant aux chrétiens, ils sont régulièrement mis en garde par le clergé, qui interdit la consommation de vin avec les juifs pour les risques de mixité interconfessionnelle qu’elle comporte, et celle de « vin juif » ou vin cacher dans un souci d’équilibre des attitudes puisque les juifs jugeant le vin « ordinaire » impur, les chrétiens ne peuvent s’abaisser à boire du vin cacher. La réitération régulière de ces interdictions, notamment dans les canons conciliaires, montre qu’elles n’étaient pas respectées jusqu’au xive siècle, mais elles le sont sans doute davantage à partir des années 1390, lorsque la séparation des communautés est aggravée.

  • 21 « … havemos entendido que ya sea ellos fuessen en uso e possession assin como por ley de judeos les (...)

10Si le vin n’est pas aussi présent que la viande dans la documentation comme objet de contentieux ou de production d’écrits, il constitue néanmoins un enjeu important dans la réalisation de la vie juive, que ce soit dans sa dimension rituelle ou pour l’alimentation au quotidien, et il est soumis à de nombreuses contraintes dans sa production comme dans sa commercialisation. Il est donc lui aussi marqué par les durcissements qui caractérisent les relations entre juifs et chrétiens au Moyen Âge. La documentation de la chancellerie royale aragonaise nous en fournit un exemple en 1458, avec la lettre adressée par le roi Jean II à ses représentants dans la ville de Teruel. Ceux-ci, bien qu’ils sachent que les juifs n’ont pas le droit de consommer du vin des chrétiens mais seulement du vin cacher, leur ont, en raison d’un contentieux, confisqué leur vin et interdit d’en acheter ou de planter des vignes, de telle sorte qu’ils se sont trouvés démunis et qu’ils ont dû acheter du vin cacher à l’étranger, ce qui leur a coûté très cher. De plus, les autorités locales n’ont pas permis aux juifs de stocker ce vin — ce qui, on le verra plus loin en détail, posait d’énormes problèmes de cacherut, le vin devant faire l’objet d’une surveillance constante pour rester cacher. Tout porte à croire que nous retrouvons à Teruel les difficultés sciemment orchestrées çà et là par les autorités locales pour rendre la vie des juifs impossible. Il faut rappeler également que c’est à Teruel, un an plus tard, alors qu’une épidémie a sévi, que les autorités empêchent les juifs de sortir de la juiverie et même d’acheter de quoi se nourrir. En 1458, Jean II ordonne aux pouvoirs locaux de laisser les juifs s’approvisionner comme ils le veulent en vin cacher et de faire en sorte qu’ils puissent le stocker sans problème21.

  • 22 ACA, C, reg. 3371, fos 36vo-37vo, 4 mars 1460, lettre de Jean II au bayle de Saragosse.
  • 23 ACA, C, reg. 3371, fo 38ro-vo, 24 février 1460, lettre de Jean II au juif Barzilay Mantaniel, publi (...)

11En 1460, c’est la vente du poisson frais et séché que l’on conteste aux juifs de Saragosse ; le collecteur des taxes s’y oppose — ce qui peut sembler étrange — alors même que des juifs possèdent des poissonneries et d’autres commerces alimentaires depuis longtemps dans la ville et qu’ils exercent légalement ces activités. Une fois de plus le roi intervient pour faire valoir les droits des juifs et il fustige le bayle de la ville, son représentant, pour n’avoir pas su protéger leurs intérêts22. Quelques mois plus tôt dans cette même ville, le roi avait autorisé le juif Barzilay Mantaniel à construire dans le quartier juif un four dans lequel il pourrait faire cuire le pain et les autres aliments dont la préparation en nécessitait l’usage, ce qui devait permettre d’éviter les tracasseries qui survenaient de plus en plus souvent23.

  • 24 « Volumus insuper et concedimus quod liceat judeis dicte aliame macellum sive carneceriam viniis ta (...)

12Il faut, pour finir, citer le contre-exemple de la ville de Daroca, dont l’aljama a été largement dépeuplée, ce dont s’alarme le roi en 1459. Jean II fait tout pour remédier à cette situation : il exempte les juifs du paiement des impôts pendant plusieurs années et ordonne qu’un quartier convenable leur soit attribué à côté de la porte de la ville, avec toutes les infrastructures nécessaires à leur bien-être. Il insiste tout particulièrement sur la boucherie et sur la possibilité qui doit être donnée aux juifs d’abattre le bétail et de vendre de la viande. La lettre royale mentionne également les étals destinés à la vente du vin, c’est-à-dire du vin cacher, bref ce qui doit leur permettre de s’alimenter selon leur loi24. Ce faisant, le roi entérine la légitimité pour les juifs de continuer à pratiquer les lois de la pureté rituelle alimentaire, ce qui va de soi si l’on considère qu’il agit en tant que protecteur de cette minorité, mais moins si l’on se rapporte au contexte marqué par l’émulation autour de leur conversion, dont un des axes consiste à dénigrer le respect de la cacherut.

Les autres secteurs d’activité

  • 25 Sabaté, Denjean (dir.), 2009.
  • 26 ACA, C, reg. 2360, fos 16vo-17ro, 1412, et ACA, C, reg. 2390, fos 55vo-56ro, 1412.
  • 27 ACA, C, reg. 2423, fo 134ro-vo, mars 1416, lettre du roi aux officiers d’Albarracín.
  • 28 ACA, C, reg. 2461, fos 82vo-83ro, 14 juin 1417, lettre du roi aux officiers d’Albarracín.
  • 29 ACA, C, reg. 2445, fos 130vo-131ro, 25 août 1414, lettre du roi aux officiers de Jaca.

13Sans aller jusqu’aux extrémités évoquées plus haut, des mesures contraignantes furent souvent prises par les autorités locales, poussées par la population, pour limiter les marges de manœuvre des juifs dans d’autres secteurs d’activités que l’alimentation25. Le pouvoir royal s’insurge notamment en 1412 contre les restrictions imposées à leur liberté de circuler et, de fait, d’exercer leurs activités26. Ce motif le pousse à intervenir à plusieurs reprises et à réitérer les droits dont ils disposent de commercer et de tenir boutique, et ce même à l’extérieur du call, alors que l’obligation d’y résider est de plus en plus stricte27. Le roi intervient notamment pour défendre les juifs d’Albarracín contre les vexations qui leur sont imposées et les obstacles mis à la vente de leurs marchandises28. L’éventail des activités des juifs était en effet bien plus large que les seules activités « confessionnelles » et les juifs artisans ou commerçants travaillaient à l’extérieur de la juiverie. C’est une évidence pour ceux qui exerçaient le métier de courtier, mais aussi pour les artisans qui vendaient leurs marchandises dans les structures classiques du marché. Les seules restrictions renforcées portaient sur les commerces alimentaires, sans les concerner tous comme nous l’avons vu. Une lettre royale autorise ainsi les juifs de Jaca à continuer à vendre des aliments comme ils en avaient l’habitude avant la venue de Vincent Ferrier, d’où l’on conclut qu’il s’agissait forcément d’aliments non soumis à la cacherut29. Il est certain que leurs concurrents locaux devaient essayer de tirer profit de l’aggravation objective de leur situation pour se débarrasser d’eux. Il est également vraisemblable que localement les commerçants et les bourgeois aient interprété dans un sens encore plus restrictif les mesures connues de tous relatives à la vente de viande cachère, pour les élargir à l’ensemble des produits alimentaires. De fait, si les juifs ne pouvaient plus vendre leurs marchandises ni exercer leurs activités, leur vie devenait difficile puisque dans la majorité des localités où ils résidaient, la communauté juive n’était forte que de quelques dizaines de familles et ne pouvait constituer une clientèle suffisante pour garantir un revenu décent. En 1430, Alphonse V intervient pour autoriser les juifs à exercer les professions de médecins, chirurgiens et courtiers, et il réaffirme le droit qu’ils ont d’entretenir des relations avec les chrétiens. Il faut rappeler qu’au moins deux des activités mentionnées sont soumises à la méfiance accrue des penseurs chrétiens contre la malignité juive, et qu’en agissant de la sorte, le pouvoir royal y apporte un démenti explicite. On ne peut exclure par ailleurs que les non-juifs aient eu besoin de ces services et que ces limitations leur aient également porté préjudice. Si la période au cours de laquelle se déroule la prédication de Vincent Ferrier est marquée par une aggravation multiforme de la condition de vie des juifs, certaines restrictions sont désormais chroniques.

  • 30 « Item senyora suppliquen los dits juheus que antes que la dita aliama te sa carniceria e en aquell (...)
  • 31 « Item senyora placie a us atorgar e donar licencia als dits juheus que puguen tenir sens empais al (...)
  • 32 Houssaye Michienzi, 2013.

14L’ensemble des dispositions prises en 1462 par la reine Jeanne (1425-1468, épouse de Jean II) pour l’aljama des juifs de Syracuse en Sicile permet de cerner de façon assez précise la marge de manœuvre dont ils disposaient entre les privilèges qui leur étaient accordés traditionnellement par le pouvoir royal et les restrictions imposées par le contexte tendu depuis quelques décennies. La reine rappelle les mesures auxquelles sont soumis les juifs de Syracuse — conformément à la situation dans les autres territoires de la Couronne d’Aragon — pour la vente de la viande, ainsi que les restrictions qui prévalent dans ce domaine dans leurs relations avec les chrétiens30. Elle insiste sur les fraudes commises par les bouchers qui ne respectent pas l’obligation de séparation des viandes, et justifie la stricte séparation des boucheries juives et chrétiennes qui doit prévaloir désormais par sa détermination à mettre un terme à ces manquements. En revanche, elle autorise les juifs de Syracuse à posséder des boutiques de textiles dans lesquelles ils peuvent vendre des draps en gros et au détail sans qu’il leur soit fait la moindre difficulté31. La reine justifie ce privilège par la « grande utilité que constitue ce commerce pour la chose publique ». Il faut rappeler que le port de Syracuse se trouve sur le trajet des routes commerciales qui parcourent la méditerranée et que les commerçants juifs continuent d’y tenir leur rôle. La référence aux profits réalisés par la douane montre bien qu’il s’agit ici du grand commerce textile, même si une partie des produits est écoulée dans le cadre de la boutique32. En ce qui concerne ce commerce, les juifs constituent des alliés sinon des atouts pour le pouvoir royal, et très sûrement une source d’enrichissement. D’un autre côté, ils sont sans doute plus accommodants à l’égard du pouvoir que les commerçants locaux.

  • 33 Nemo-Pekelmann, 2010. Pour la question des esclaves possédés par des juifs dans l’Espagne wisigothi (...)
  • 34 En l’occurrence le document qui traite de cette question dans le registre des Archives historiques (...)

15Un type de marchandise qui trouve aussi sa place dans le grand commerce pose toutefois un problème particulier : il s’agit de celui des esclaves. S’agissant des juifs propriétaires d’esclaves, la loi fondée sur le droit canon établit depuis l’origine que les juifs ne peuvent détenir d’esclaves chrétiens, conformément au principe du droit romain selon lequel des juifs ne peuvent se trouver en situation de domination à l’égard de citoyens romains puis de chrétiens33. Si leurs esclaves au départ non chrétiens décident de se convertir au christianisme, ils sont obligés de les émanciper. Or, la conversion devient un moyen pour les esclaves d’obtenir leur liberté, ce qui pose des problèmes réels dans le cadre de ce commerce, dont un des pôles se trouve être le port de Syracuse en Sicile34. Les juifs de l’aljama de Syracuse ont fait savoir à la reine, en 1462,

  • 35 « … per part dels maiorals e aliama de juheus de nostra fidelissima ciutat de Çaragoça dient que ja (...)

qu’ils jouissent des privilèges, us et coutumes de pouvoir acheter, négocier, vendre et avoir à leur service des esclaves des deux sexes s’ils ne sont pas chrétiens, et que quand ils deviennent chrétiens, ils ont six mois après leur conversion pour les vendre. Ces privilèges, us et coutumes sont en vigueur depuis si longtemps qu’on ne sait plus à quand ils remontent. Or, depuis onze ou douze ans, on a retiré aux juifs la faculté de négocier et vendre des esclaves des deux sexes au prétexte qu’il serait contraire à la foi chrétienne qu’un juif possède des esclaves. Et ainsi des marchands catalans ont ordonné il y a deux ans l’interdiction pour les juifs de faire commerce des esclaves, dans une ordonnance qu’ils ont fait approuver par le pape. Ce faisant les juifs sont privés de leurs habitudes et de leurs droits35.

  • 36 Il s’agit à cette date de Pie II, l’humaniste Enea Silvio Piccolomini, auteur d’une lettre adressée (...)
  • 37 « … percepimus vos aliquis seu aliqui vestrum fecistis seu facere conamini ordinationes quod dicti (...)
  • 38 ACA, C, reg. 3564, fos 54vo-55vo, 22 avril 1483, lettre de Ferdinand II aux autorités municipales, (...)

16La reine s’élève contre ces mesures et rappelle le droit qu’ont les juifs de faire commerce des esclaves comme des autres marchandises — elle établit un équivalent avec le commerce des draps —, tout en étant soumis aux règles qui s’appliquent en cas de conversion des esclaves. La lettre royale montre bien que des intérêts commerciaux sont en jeu dans cette affaire et que les marchands catalans qui ont pris en main le grand commerce sicilien prennent prétexte du principe de la supériorité de la foi chrétienne et de la révérence qui lui est due pour se débarrasser de concurrents gênants. Ils ont même pris la peine de faire ratifier la mesure par le pape dans le but de la pérenniser36. De nombreux exemples illustrent ainsi les démarches faites localement par la bourgeoisie marchande ou les élites municipales pour restreindre les marges de manœuvre des juifs, en prenant pour alibi le durcissement du discours religieux. Or, à côté du secteur particulier que représente la boucherie et sans doute plus largement l’alimentation, les autres activités leur restent en théorie ouvertes. On le constate notamment à Saragosse en 1459, où l’artisanat et en particulier le tissage et la teinture de la laine restent autorisés aux juifs en dépit des interdictions prononcées par les autorités locales37. Et en 1483 encore, Ferdinand II intervient pour qu’on laisse des juifs de Sardaigne exercer leur activité, c’est-à-dire commercer librement38. Le pouvoir royal est donc contraint régulièrement d’intervenir pour redire la norme, à la fois en direction des édiles et de ses propres représentants influencés, manipulés ou convaincus d’agir dans le bon sens.

17Le rappel de l’obligation de distinguer les juifs des chrétiens, et plus encore des convertis, ainsi que de séparer les activités de chacun, suit la chronologie des pressions antijuives. Ainsi, les années 1390 constituent des moments d’intense activité réglementaire en ce sens, puis les années 1410, qui correspondent à l’émulation entretenue par la prédication de Vincent Ferrier, et de nouveau les années 1450-1460, caractérisées par une résurgence de l’agitation antijuive. Si l’alimentation n’est pas le seul secteur qui connaît un accroissement des contraintes d’usage imposées aux juifs, c’est là qu’elles se concentrent. Que l’on confisque leurs marchandises, qu’on les empêche de vendre ou d’acheter, de nombreux obstacles apparaissent et rendent pénible leur vie quotidienne. Dans certains cas, pour la viande ou pour le vin assurément — peut-être aussi pour le poisson à Saragosse puisque c’est aussi un aliment soumis à la cacherut —, les restrictions traditionnelles, corrélées à l’argumentation théologique et connotées par des considérations symboliques, sont instrumentalisées et durcies. Les lois de la pureté rituelle des juifs fournissent alors un prétexte facile au renforcement des mesures prises à leur encontre. Dans d’autres cas, il s’agit seulement de faire obstruction sans distinction.

18Pour achever cet examen des modalités de la tension des relations entre juifs et chrétiens, nous verrons qu’en dehors de la sphère du travail et de l’exercice des activités diverses, il est un domaine qui donne particulièrement prise à l’aggravation de la situation des juifs : il s’agit de l’habitat et plus précisément du quartier juif.

II. — De la non-mixité à la ségrégation, l’évolution des quartiers juifs

  • 39 Soussen, 2011a, p. 208.

19Au Moyen Âge, il existe des quartiers juifs dans les villes de la Couronne d’Aragon comme dans les autres États d’Occident. Ceux-ci correspondent à des regroupements spontanés d’individus en vertu de besoins d’ordre communautaire et de solidarités de groupe. On observe ce type de regroupements par affinités en dehors des considérations confessionnelles, et souvent des personnes originaires du même « pays » se côtoient dans leurs nouveaux lieux de résidence. Jusque dans les années 1340, la résidence dans les quartiers juifs n’est ni obligatoire ni exclusive. En revanche, sous les règnes d’Alphonse IV et de Pierre IV l’incitation à y résider se fait de plus en plus ferme, et des mesures volontaristes de transformation des quartiers et de relogement des habitants sont prises. Dans ma thèse, j’ai étudié le cas du quartier juif de Cervera et j’ai pu constater l’irrévocabilité de l’évolution et de la transformation de la nature du quartier en l’espace d’une vingtaine d’années (1320-1340)39. Toutefois, épisodiquement, lorsque le contexte l’exigeait — par exemple lorsque l’afflux de juifs étrangers rendait la pression démographique insupportable dans la juiverie —, le pouvoir royal accordait des exemptions et des juifs de confiance étaient autorisés à résider à l’extérieur du quartier. Cinquante ans plus tard, après les violences de 1391, aucune latitude n’est plus possible. Les mesures prises à Barcelone comme ailleurs tendent toutes vers un renforcement de la séparation et de la distinction des juifs et des chrétiens, conformément au principe qui guide désormais exclusivement les relations entre eux.

  • 40 ACA, C, reg. 2448, fos 72vo-74ro, 12 juillet 1414, lettre de portée générale adressée à tous les ha (...)
  • 41 Sabaté, 2012, p. 261.

20L’exemple du réaménagement du call de Tauste en 1414 est explicite. L’infant Alphonse prescrit de manière précise les travaux à réaliser de façon à identifier et fermer le quartier. Deux nouvelles portes doivent être percées, et d’autres issues doivent être fermées dont la localisation correspond approximativement à la limite entre les maisons tenues par des juifs et celles tenues par des chrétiens. Les chrétiens qui possèdent des propriétés dans la juiverie nouvellement définie doivent les vendre ou les échanger sous six mois, et les juifs qui habitent parmi les chrétiens doivent faire de même. Le roi nomme des experts afin d’évaluer la valeur des biens des uns et des autres et de faire en sorte que tous parviennent à des arrangements40. Le durcissement est officialisé dans tout le royaume avec la promulgation de la bulle Etsi doctoris gentium par Benoît XIII en 1415, elle-même suivie par la promulgation d’une ordonnance royale qui va dans le même sens41. Ces mesures semblent même encore plus strictes en ce qui concerne les convertis, qui doivent être écartés de leur famille et de leurs anciennes relations pour éviter qu’ils ne rechutent. Ils sont donc obligés de quitter la juiverie.

  • 42 Ibid., p. 272.
  • 43 Sur l’évolution de la population juive de Barcelone qui s’est convertie massivement et les conséque (...)

21Par ailleurs, concrètement, les massacres (avalots) de 1391 ont entraîné des baisses de population significatives dans les quartiers juifs de certaines villes, soit parce que les habitants ont été tués, soit parce qu’ils se sont convertis, soit encore parce qu’ils ont fui. Flocel Sabaté qui cite les travaux de Jaume Riera estime qu’entre le milieu du xive siècle, moment qui correspond sans doute à un maximum démographique, et le dernier quart du xve, qui correspond lui à un étiage, le nombre de localités qui abritaient des juifs est passé d’une centaine à une trentaine tout au plus, du fait de leur diminution numérique, mais aussi du fait de leur choix de se regrouper davantage encore dans les grandes villes pour être mieux protégés42. Barcelone43, Gérone et Valence ont été particulièrement affectées, et des mesures sont prises pour rappeler la population, réorganiser la vie dans le quartier et éventuellement le remembrer lorsque le nombre d’habitants a beaucoup diminué. Mais les violences internes ne sont pas les seules causes des mouvements de population à l’intérieur des quartiers juifs, dans la ville et hors de la ville ; les événements qui surviennent à l’étranger — épidémies, surcroît de pression fiscale, etc. — contribuent aussi à ces mobilités démographiques et se répercutent sur la juiverie.

Le cas de Barcelone

  • 44 Pour le xiiie-xive siècle, voir Cailleaux, 2007.
  • 45 Riera i Sans, 1997, p. 65.
  • 46 AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-26, 1392, fo 28vo.
  • 47 ACA, C, reg. 1853, fos 136vo-137ro, 17 juillet 1393, lettre de Jean Ier à Raymond de Villeneuve, go (...)

22Le cas le plus emblématique est celui du call de Barcelone44. La population juive paye un prix très élevé lors des émeutes de 1391, et le quartier connaît une diminution significative de sa population. Les édiles posent très tôt la question de sa transformation et notamment de la transformation des synagogues. Ils s’adressent au roi à la fin de l’année 1391 pour statuer sur le sort de la « grande synagogue45 » et des autres édifices confessionnels du « grand call » ou call maior46. En effet, le call de Barcelone avait été dédoublé au xiiie siècle, moment où ses effectifs avaient augmenté, et un « petit call » était venu s’ajouter au call principal. L’affaire est problématique car plusieurs intérêts sont en cause : le gouverneur de Catalogne a lancé des opérations visant à vendre les propriétés en déshérence. Or, le roi réaffirme fermement que les infrastructures du call lui appartiennent depuis sa destruction et depuis que ses anciens résidents en sont partis ; il n’entend pas voir lui échapper une source de revenus importante47.

  • 48 « Pro parte paciariorum et proborum hominum civitatis predicte fuit expositum humiliter coram nobis (...)

23La dimension économique des bouleversements occasionnés par les événements de 1391 sur la physionomie des villes ne doit en effet pas être sous-estimée. Le sort des biens abandonnés, mais plus encore celui des biens appartenant aux convertis, était complexe et soumis à une réglementation fluctuante. Un document de 1392 nous informe des déprédations et des vols commis par des convertis de Lérida sur leurs propres maisons dans la juiverie. Obligés de quitter leur ancien quartier et n’ayant pas été autorisés à vendre leurs maisons, ou dans l’attente de la vente, ils les font démolir et en récupèrent des pierres et du bois qu’ils revendent pour tirer immédiatement quelque chose de leur bien48. Rappelons qu’en théorie lorsqu’un non-chrétien se convertit, tous ses biens sont confisqués par l’autorité dont il dépend. D’où la protestation véhémente du roi lorsque les biens en déshérence dans la juiverie de Barcelone semblent sur le point de lui échapper.

  • 49 Les exemptions du paiement de l’impôt ou des diverses taxes étaient les plus courantes. Voir Sousse (...)
  • 50 « Quia servicia merito laudedigna per vos fidelem fisicum domus nostre Marchum de Avinione noviter (...)

24Un cas résume à lui seul les ambiguïtés et les complexités de ces affaires, il s’agit de celui d’un certain Marc d’Avignon, converti récemment, à qui le roi accorde en 1392 le droit de vendre sa maison dans la juiverie de Gérone aussi bien à des juifs qu’à des chrétiens. Certes Gérone a elle aussi vu sa population diminuer de manière significative et sa juiverie être amputée d’autant, mais le privilège accordé au converti va à l’encontre de la législation sur la séparation entre juifs et chrétiens. Si sa maison reste dans la juiverie, il ne doit pouvoir la vendre qu’à un juif. Un élément d’explication à ce qui pourrait passer pour du laxisme réside sans doute dans le fait que Marc est l’ancien médecin de la maison du roi et que ce dernier vante ses services. L’exception dont il bénéficie s’apparente à toutes les exemptions et exceptions dont jouissaient traditionnellement les familiers du roi49. Pourtant, si la logique qui préside à l’exception est compréhensible, les conséquences qu’elle ne manque pas d’entraîner sont lourdes et en contradiction avec l’esprit qui régit la séparation stricte des communautés. Ce faisant, le roi — et le document l’exprime explicitement — intervient à l’encontre de ses agents à Gérone50. Il est intéressant de mettre ce document en relation avec la lettre qu’écrira cinq ans plus tard la reine Marie, épouse de l’infant Martin et belle-sœur de Jean Ier, qui éprouve la plus vive méfiance à l’égard des médecins juifs et interdit aux chrétiens d’y avoir recours.

25Pour en revenir au cas de Barcelone, un document de 1399 nous indique qu’en plus des transformations évoquées dans le call maior, le petit call — qualifié de call de Sanahuja ou de call de N’Àngela dans la documentation — est supprimé ; ses anciens résidents, propriétaires survivants, sont autorisés à vendre leurs maisons ou leurs boutiques, et les rues sont rebaptisées. Le quartier fait logiquement l’objet de mesures interdisant aux juifs de l’habiter et même de le fréquenter :

  • 51 « Item per esquivar escandels que sobre aço se porien seguir facilment que algun juheu o juhia no g (...)

Pour éviter les scandales qui pourraient survenir facilement, qu’aucun juif ou juive n’ose entrer ni se tenir d’une quelconque façon sur la place de la chapelle de la Sainte-Trinité nouvellement construite dans le call de Sanahuja, ni sur les places et cantons de celle-ci, et encore moins à l’intérieur de ladite chapelle, sous peine d’une amende de 100 sous. […] Et celui qui ne pourra payer les 100 sous sera exilé de la ville de Barcelone durant cinq ans51.

  • 52 Et encore, il faut relativiser l’argument : certes, l’Église entoure de nombreuses précautions la p (...)

26En dehors de ce qui peut s’apparenter à une mesure traditionnelle d’éloignement des juifs des lieux de culte chrétiens52, les autorités municipales appréhendent l’agitation qui pourrait survenir de la part d’anciens résidents mécontents de la transformation de leur quartier. Il faut dire que la chapelle de la Sainte-Trinité était celle qui accueillait les convertis de fraîche date ; il fallait donc éviter les contacts entre ces derniers et leurs anciens coreligionnaires. Les sanctions sévères envisagées montrent que les autorités craignaient les troubles à l’ordre public et que les choses ne se sont sans doute pas passées facilement. L’ordonnance municipale date de 1399, moment où les autorités multiplient par ailleurs leurs efforts pour que l’aljama soit abolie dans la ville. On peut imaginer que tout prétexte était bon pour se débarrasser d’une population devenue indésirable.

  • 53 Par exemple : « Item com per molts converses sia estada feta gran instancia als consellers que supp (...)
  • 54 « Item sobre la supplicacio dels converts lo dit consell acorda que los consellers fossen vises e r (...)
  • 55 « … Deni Façan al Pastoret, filius tui dicti Iacob et dicte uxoris tue, olim judeus nunc vero conve (...)

27Les convertis eux-mêmes jouèrent, du reste, un rôle important dans la méfiance entretenue à l’égard des juifs. Nous les voyons s’adresser à plusieurs reprises aux conseils de la ville pour s’assurer que toutes les mesures visant à séparer et à distinguer les communautés les unes des autres soient respectées53. Il sont particulièrement sourcilleux quant à la prohibition des activités partagées et semblent craindre que les juifs ne cherchent à enfreindre la séparation qui leur est désormais imposée54. On imagine qu’il était difficile d’établir des limites vraiment étanches entre les communautés et a fortiori entre ceux qui avaient été familiers et n’avaient pas forcément opéré les mêmes choix. L’accusation prononcée par Jean Ier contre un certain Jacob Façan de Murviedro est à cet égard explicite. Jacob est — entre autres nombreux crimes — accusé d’avoir continué à entretenir des relations avec son fils, Dani Façan, alors que celui-ci s’était converti dans l’église de Gandie, ville où il résidait probablement depuis sa conversion. Jacob avait fait venir son fils à Murviedro dans sa maison ainsi que dans d’autres lieux, où il l’avait incité à discuter avec lui et d’autres juifs qui s’étaient employés à lui démontrer que la foi juive était supérieure à la foi chrétienne55. On voit là clairement réalisées les craintes que l’on devinait en filigrane derrière les dispositions prises par les autorités. La crainte de la rejudaïsation est bien le motif réel qui les sous-tend, et les conditions dans lesquelles semble s’être organisée la « récupération » de Dani montre qu’elle fut sans nul doute un enjeu pour sa famille, mais certainement aussi un désir partagé par beaucoup de familles écartelées. Même si en théorie les résidences étaient séparées et les communautés éloignées, les transgressions et les stratagèmes rendaient les limites poreuses. Nous comprenons mieux les adresses formulées par les convertis de Barcelone aux autorités de la ville pour que ces dernières fassent respecter la réglementation en la matière. Les convertis devaient faire l’objet de pressions diverses, amicales et d’ordre affectif lorsqu’elles émanaient de leurs proches, et bien plus agressives lorsqu’elles émanaient d’anciens coreligionnaires qui les considéraient au mieux comme des convertis temporaires au lendemain des événements de 1391, au pire comme des traîtres.

La situation dans les autres localités

  • 56 « Expositione humili facta nobis reverenter per nuncios civitatis Valencie in nostra curia nunc pre (...)
  • 57 Guiral, 1975.

28En 1393, la situation à Valence est extrêmement tendue et oblige le pouvoir royal à intervenir pour déplacer le quartier juif. En effet, les convertis qui continuent à vivre parmi leurs anciens coreligionnaires depuis les événements de 1391 subissent des agressions incessantes de leur part. Tirant la leçon des désordres, les autorités décident de séparer les deux groupes. Dans ce cas, ce ne sont pas les convertis qui sont contraints de s’éloigner de la juiverie, mais le quartier juif qui est déplacé dans un lieu approprié et dont le roi s’assure qu’il pourra être fermé. Là encore la communauté juive de Valence a subi de grosses pertes, et une juderia plus petite que celle qui existait peut suffire. Les autorités font donc d’une pierre deux coups : elles récupèrent des terrains à l’intérieur de la ville, et elles refoulent à la marge la population juive perçue comme dangereuse56. La lettre du roi se termine par une justification supplémentaire : la séparation permettra que les juifs soient reconnus plus facilement. C’est donc bien la crainte du mélange et des confusions qui étaient possibles avant les mesures de séparation, qui sous-tend le déplacement du quartier juif, en plus du motif apparent de la préservation de l’ordre public57.

  • 58 ACA, C, reg. 2190, fo 159vo, 12 avril 1398, ordonnance royale.

29La volonté de séparer les communautés est explicite et appliquée partout où il y a un quartier juif. Il en est question également pour la ville de Calatayud en 1398, dont les juifs sont strictement séparés des convertis et des chrétiens58. Mais à la lumière du durcissement apparent des années 1390, une question d’ordre terminologique et qualitatif s’impose : y a-t-il dans les mesures prises après les événements de 1391, franchissement d’un degré ? Doit-on requalifier la politique de séparation des communautés et appeler « ségrégation » le renforcement de la séparation imposée par le roi ? Et si tel est le cas, comment l’expliquer ? Un esprit nouveau anime-t-il le décisionnaire lorsqu’il met en œuvre le cloisonnement des communautés ? À la traditionnelle angoisse de la fusion et de la dilution identitaire occasionnées par les relations interconfessionnelles — reposant sur l’idée que le christianisme est vérité et que devenir juif est contraire à l’ordre des choses —, l’appréciation de l’autre est-elle assortie d’un état d’esprit nouveau qui imputerait aux juifs un danger supérieur justifiant cette séparation radicale que traduit la ségrégation ?

  • 59 ACA, C, reg. 2360, fos 128vo-130ro, décembre 1412, lettre du roi à ses agents de Montalbán.
  • 60 ACA, C, reg. 2391, fos 42ro-43ro, 25 novembre 1415, lettre du roi à ses agents de Gérone.
  • 61 ACA, C, reg. 2416, fos 60vo-63vo, 20 mars 1413, lettre du roi à ses agents de Majorque.
  • 62 ACA, C, reg. 2448, fos 72vo-74ro, 12 juillet 1414, lettre de portée générale adressée à tous les ha (...)
  • 63 Archives municipales de Teruel, S. S79, 9 février 1413, publié dans Baer, 1929, p. 789.
  • 64 « Certificantes vos, que sobre lo appartar e segregar los ditos judíos de los christianos, assín de (...)

30C’est dans les années 1412-1414 et dans le cadre de la prédication de Vincent Ferrier que l’on peut légitimement envisager l’hypothèse d’un tel franchissement de mesure. Les dispositions prises pour accentuer la séparation entre juifs et non-juifs sont appliquées à Montalbán59, à Gérone60, à Majorque61 et à Tauste62. Les termes mêmes segregación et apartamiento sont employés à Teruel en 1413, lorsque les autorités de la ville évoquent la séparation des juifs et des musulmans, qui ne doivent plus habiter au milieu des chrétiens63. Le roi lui-même emploie le mot segregar en août 1414 dans un document relatif à la juiverie d’Aínsa, dont le cas fait l’objet de plusieurs mises au point royales. De fait, c’est bien de ségrégation qu’il s’agit avec les mesures prises par les autorités municipales, puisqu’à Aínsa les juifs, craignant les effets collatéraux de la prédication du dominicain, avaient préféré quitter la ville et avaient été empêchés d’y revenir par leurs concitoyens. À la fin de ce même document, après avoir enjoint ses officiers de laisser les juifs retourner chez eux, l’infant Alphonse évoque « la séparation et la ségrégation des juifs de cette ville et des autres villes du royaume, [qui] doit être accomplie rapidement64 ». Il y a donc dans la politique royale deux facettes : l’une conforme à l’attitude traditionnelle qui consiste à protéger les juifs, et l’autre visant à pousser le plus loin possible la séparation des communautés que les citoyens non juifs de la ville considèrent comme impérative.

  • 65 « … iudei predicti per loca baronum et militum domicilia ipsorum trastulerant atque bona mandaverit (...)
  • 66 ACA, C, reg. 2445, fos 213vo-214ro, 24 octobre 1414, lettre de l’infant Alphonse à ses agents et of (...)

31Trois mois plus tard, une lettre de Ferdinand Ier à l’infant Alphonse nous apprend que la situation ne s’est pas améliorée et que les juifs d’Aínsa ont quitté cette ville avec tous leurs biens pour élire domicile sur les terres de barons auprès desquels ils se sentent plus en sécurité. Ils ressentent en effet très difficilement les pressions subies pour les inciter à se convertir dans leur ville d’origine, et fuient donc les violences qui leur sont faites. Le roi demande qu’on leur permette de retourner chez eux et qu’on les y laisse vivre en paix65. Un autre document écrit le même jour établit que les juifs d’Aínsa ont le droit de retourner vivre dans leurs maisons et qu’ils ne subiront pas de ségrégation66.

  • 67 ACA, C, reg. 2394, fos 89vo-90ro, 23 juillet 1415, lettre du roi à ses agents de Montalbán, publiée (...)

32Mais le cas d’Aínsa n’est pas unique. Un document de 1415 nous apprend que les quelques juifs qui restaient à Montalbán se sont trouvés dans une situation semblable : ils ont été tellement maltraités par leurs anciens coreligionnaires convertis et par d’autres chrétiens, qu’ils ont fui la ville pour se réfugier à Mora. Dans ce cas, ils n’ont pas demandé à revenir dans leur ancienne localité, mais à rester dans la nouvelle, ce qui leur est accordé par le roi67. L’ensemble de ces documents confirme l’impression de forte contrainte subie par les juifs pour qu’ils se convertissent. Si tel n’était pas le cas, la population non juive de la ville se sentait autorisée à tout faire pour les chasser, la ségrégation recommandée par le roi ne lui suffisant plus.

33Une lettre des jurats de Saragosse, capitale du royaume d’Aragon, à Ferdinand Ier en 1415 illustre bien le poids de la population dans ce durcissement :

  • 68 « … a nuestra noticia es pervenido, assí por la preicación pública del reverent maestre Vicent e po (...)

… nous avons eu connaissance grâce à la prédication de Maître Vincent et grâce à d’autres personnes de cette ville, dévotes et dignes de confiance, que dans cette ville se commet un énorme péché contre notre sainte foi catholique, à savoir que des juifs et des musulmans se mélangent charnellement avec des chrétiennes, ce qui se produit pour deux raisons. La première, parce que des juifs et des musulmans possèdent des maisons et habitent au milieu des chrétiens. La seconde, parce que quelques juifs et beaucoup de musulmans vont vêtus comme des chrétiens, sans différence ni aucun signe, de telle sorte qu’on les prend pour des chrétiens. Et le pire c’est qu’ils utilisent des noms de chrétiens. Or Seigneur nous trouvons dans les anciennes lois de la ville, qui ont été promulguées il y a longtemps, que les juifs et les musulmans doivent rester entre eux, dans des lieux à part, et qu’ils ne peuvent habiter ni tenir de boutiques parmi les chrétiens, ni communiquer avec eux aux fours, aux bains ni en aucune autre circonstance68.

34Il s’agit bien ici d’une demande de ségrégation de la part des citoyens de la ville royale motivés par la prédication de Vincent Ferrier. Sur le fond, la requête repose sur une inquiétude qui était déjà celle de l’Église en 1215. Le scandale de la mixité sexuelle exigeait que les non-juifs puissent reconnaître les infidèles pour ne pas se mêler à eux. C’est dans les préconisations pour y remédier que nous pouvons mesurer le changement de l’état d’esprit ambiant. Désormais toutes les possibilités de contact doivent être supprimées, comme l’indiquent les remarques sur les boutiques juives à l’extérieur de la juiverie, perçues comme des lieux de rencontres interconfessionnelles. Les mesures prises ponctuellement dans certaines villes pour contester aux juifs la possession de tels commerces et les entraves à leur activité auxquelles elles donnaient lieu concrètement ont été observées plus haut. De même, et bien que la date soit postérieure, l’attribution par le roi d’un four dans la juiverie de Teruel à Barzilay Mantaniel, que nous avions interprétée de façon libérale, s’explique certes sans doute par le désir du roi d’assurer aux juifs la possibilité de cuire tranquillement leur pain, mais peut-être aussi par la volonté de rendre imparable la stricte séparation entre les communautés en s’assurant que les juifs n’auront pas besoin d’utiliser le four des chrétiens.

  • 69 « … sens tot dupte alguna lesió e infecció a les ànimes dels faels cristians » (Sabaté, 2012, p. 26 (...)

35C’est une référence à propos de Gérone qui indique le plus explicitement la mutation d’ordre qualitatif que nous cherchons dans l’évaluation du « problème juif ». Dans les années 1440, les jurats de Gérone adoptent des dispositions restreignant la place des juifs dans l’espace public au motif que leur seule présence provoquerait « une lésion et une infection pour l’âme des fidèles chrétiens69 ». Il y a bien là la terminologie qui ressortit au registre de la souillure, qui constitue un des axes de notre propos. En l’occurrence, il s’agit d’une souillure morale et non physique, mais c’est bien la présence des juifs qui pourrait entraîner une telle corruption. Flocel Sabaté précise également qu’à Gérone, il faut non seulement séparer les juifs des chrétiens, mais aussi les empêcher d’approcher l’espace du sacré, que ce soit ses lieux ou ses objets.

  • 70 Fine, 1997 et Id., 1999.
  • 71 Soussen, 2011a, pp. 67-68. Au xiiie siècle, dans un contexte d’accroissement démographique, le roi  (...)
  • 72 Iogna-Prat, 2006, pp. 172 et 260. Et Zimmermann, 2001 ; Id., 2003.
  • 73 Soussen, 2011a, p. 186.

36Le « scandale » que risquent de provoquer les juifs qui s’approcheraient d’un lieu de culte chrétien ou qui y pénètreraient désigne-t-il seulement le trouble à l’ordre public, les cris, les bousculades qui ne manqueraient pas de se produire, ou une agression morale et même davantage, peut-être une corruption de l’espace sacré ? Pour les lieux du culte juif, les choses sont assez claires, et à part l’exemple emblématique et idéal mais obsolète du temple de Jérusalem, dont le Saint des Saints exige que ses desservants y pénètrent en étant exempts de toute souillure et après s’être immergés dans le bain rituel, les « synagogues » ne sont pas des espaces sacrés70. La documentation médiévale évoque les synagogae sive scholae et tout type de bâtiment, maison, pièce peut abriter une synagogue. Les règles en vigueur dans les pays de diaspora précisent que rien ne doit les distinguer dans l’espace public, afin d’éviter tout prosélytisme, et il ne semble pas que la création d’un nouvel oratoire donne lieu à des cérémonies particulières71. En revanche il en va autrement des églises qui, elles, font l’objet de cérémonies de dédicace et de consécration72. L’espace de l’église ou de la chapelle est intrinsèquement sacré, et on peut légitimement se demander si la présence d’un juif, infidèle par définition, ne porterait pas atteinte à l’intégrité du lieu. Est-ce une préoccupation de cet ordre qui sous-tend aussi l’interdiction pour les juifs de Barcelone de fréquenter la chapelle de la Sainte-Trinité ? La réponse n’est sans doute pas univoque, car de nombreux exemples attestent que dès le xive siècle des juifs étaient conduits de force dans des églises pour y écouter les sermons des prédicateurs. Peut-être faut-il aussi en la matière distinguer le niveau de savoir et partant l’attitude de la population à l’origine de ces mouvements, de celui du canoniste ou du moraliste qui, tout en prescrivant l’apostolat à l’égard des juifs, n’incite pas à le pratiquer dans les lieux de culte chrétiens. Il faut rappeler également que depuis le xiiie siècle, la prédication menée par les franciscains et les dominicains envers les juifs dans le prolongement de la dispute de Barcelone se déroule dans les synagogues, sans que la fréquentation de cet espace pose le moindre problème aux religieux73. Pour les juifs en revanche, la fréquentation des églises est problématique, soit que cette prévention repose sur des craintes objectives et sans rapport avec la nature du lieu considéré, car relatives à la vulnérabilité qu’ils y éprouveraient, soit qu’elle relève de considérations d’ordre superstitieux qui empêchent aujourd’hui encore beaucoup de juifs de se rendre dans les églises.

  • 74 Shatzmiller, 2013, pp. 30-35.

37En dehors de la terminologie employée à Gérone, qui semble édifiante et qui vise à décourager les relations humaines, n’y-a-t-il pas un risque de surinterpréter les dispositions qui portent sur le maniement des objets sacrés74 ? En effet, les dispositions conciliaires portent depuis longtemps l’interdiction pour les juifs de vendre de tels objets. Cette interdiction s’explique à la fois par la dimension intrinsèquement sacrilège d’un commerce de ce genre et par l’infraction à la révérence que doivent manifester les juifs à l’égard des symboles chrétiens.

  • 75 « … pro ipsius judere ac in eadem habitancium tuitione quiete et securitate […] cum quasi omnes jud (...)

38Pour en revenir au quartier juif lui-même et à son isolement progressif, une lettre d’Alphonse le Magnanime au bayle général du royaume d’Aragon à propos de la juiverie de Calatayud nous renseigne sur l’évolution des choses quarante ans après l’époque de la prédication de Vincent Ferrier. En 1452 en effet, le roi demande que l’on fasse fermer le quartier juif de la ville de manière étanche, parce que les portes étant régulièrement ouvertes — les clés qui étaient confiées aux agents de l’aljama ont disparu —, cela donne lieu à de fréquentes agressions contre les juifs. La fermeture stricte est donc ici présentée comme un moyen nécessaire de protection afin que « cette juiverie et ses maisons puissent connaître la tranquillité et la sécurité à l’instar de toutes les juiveries de notre royaume qui ont des limites distinctes et qui sont séparées par des fermetures et des portes de leurs voisins chrétiens75 ». Mais si du fait de la diminution du nombre de juifs dans la ville il était avéré qu’une surface plus petite suffise à abriter la juiverie, le roi autoriserait son bayle à déplacer le quartier pour l’installer dans un endroit adéquat et y faire ériger toutes les infrastructures nécessaires à sa fermeture.

  • 76 « Que la dita juderia perfectament sea cerrada como son otras juderias del Regno d’Aragon » (ACA, C (...)
  • 77 « … mandamos que daquiadelant dentro la dita juderia no habite christiano alguno sino es aquel o aq (...)

39Les autorités font preuve d’une vigilance certaine quant à la fermeture efficace des quartiers juifs, et elles prennent la sécurité des juifs qui y vivent pour prétexte de leur attention. Il est encore question en 1458 de la juiverie de Calatayud, qui n’est toujours pas hermétiquement fermée parce qu’un volet d’une maison mitoyenne du quartier juif est ouvert et que des chrétiens voisins du quartier ou d’autres peuvent ainsi y pénétrer. Le roi ordonne que soient mis en œuvre le plus rapidement possible la fermeture du volet et le percement d’une porte dont la clé sera confiée aux responsables de l’aljama. L’objectif est que « la juiverie soit parfaitement fermée, à l’instar de toutes les juiveries du royaume76 ». Le roi précise par ailleurs qu’il est dorénavant interdit à des chrétiens d’habiter dans la juiverie, « sinon ceux qui à ce jour y possèdent leurs propres maisons77 », et que nul ne peut arguer de la méconnaissance des règles en vigueur pour y déroger. Ces précisions ne laissent pas de nous étonner dans la mesure où elles semblent contredire de facto la sévérité de la séparation des communautés. Ainsi, alors que les juifs sont contraints de se déplacer et au mieux de vendre leurs maisons lorsque le quartier juif est remembré, les chrétiens qui possèdent des maisons dans la juiverie ne sont pas obligés de s’en défaire. Le danger du voisinage entre juifs et chrétiens ne concerne donc pas tous les chrétiens, mais seulement ceux qui seraient amenés à entrer dans le quartier juif alors qu’ils n’y résident pas en temps normal, ou ceux qui voudraient en être de nouveaux résidents. Une réelle « tolérance » s’applique à ceux qui sont voisins depuis longtemps et qui seraient en quelque sorte immunisés contre le risque de franchir les limites confessionnelles. Il faut indiquer toutefois que le cas de Calatayud semble exceptionnel.

  • 78 Sabaté, 2012, p. 265.

40Les diverses lettres royales des années 1450 permettent en effet de constater que les dispositions portant sur le quartier juif ont été appliquées dans l’ensemble du royaume d’Aragon et que les proclamations des années 1390 ont été suivies d’effet. La politique royale est donc homogène, cohérente, et elle va dans le sens d’une séparation effective des communautés. De même, un pragmatisme opportuniste et une gestion urbaine efficace conduisent les autorités municipales à tirer parti du durcissement des positions sur les juifs pour réaménager les villes à leur profit. C’est à l’occasion de ces aménagements que les quartiers juifs peuvent être rejetés en périphérie des localités78.

  • 79 ACA, C, reg. 3562, fo 84vo, 24 juillet 1481, lettre de Ferdinand II à ses officiers de Saragosse, p (...)

41La même politique se poursuit, sans surprise, sous le règne de Ferdinand II. Toutefois, le roi s’insurge lorsque les autorités municipales, comme à Saragosse en 1481, poussent trop loin la politique ségrégationniste ou prennent des initiatives sans le consulter. En l’occurrence, elles ont été incitées à cela par le prieur de la cathédrale, qui abuse, ce faisant, de son autorité. Hormis ce rappel à la hiérarchie, les mesures en vigueur depuis près d’un siècle sont prorogées79.

  • 80 « … por parte delos devotos padres inquisidores dela heretica pravidat nos ha eydo fecha relacion q (...)

42Un cas est en revanche plus original : en 1484 Ferdinand II, alerté par les inquisiteurs de Teruel du fait que des juifs se sont installés dans le village de Cella qui appartient à son ressort, alors qu’il n’y existe pas de juiverie et qu’ils vivent de fait au milieu des chrétiens, ordonne leur expulsion de cette localité. Les motifs invoqués sont classiques : l’offense constituée à l’égard de la foi chrétienne et le risque pour les chrétiens qui les fréquentent de voir leur âme damnée. Le roi fixe à ses officiers un terme de huit jours pour qu’ils procèdent à l’expulsion80. Nous sommes alors huit ans avant l’expulsion définitive des juifs du royaume et aucune marge de manœuvre n’est en théorie possible. Il est toutefois étonnant de constater que les juifs se sont apparemment installés là spontanément, sans que leurs déplacements aient été contrôlés, et que les autorités ne se rendent compte de la situation qu’au bout d’un certain temps. Tirant les conséquences de ce « dysfonctionnement », le roi insiste sur la nécessité que les juifs portent un signe coloré sur leur vêtement pour que les chrétiens les distinguent.

43Hormis ce cas exceptionnel, et qui s’explique sans doute parce que la localité en question est rurale et que les juifs ne portaient pas le signe permettant de les identifier, la politique appliquée en matière de séparation est systématique. Peu de juifs peuvent désormais y échapper et en un siècle les communautés juives demeurant dans les territoires de la Couronne d’Aragon font l’objet de mesures qui peuvent être qualifiées de « politique de ségrégation », même si les motifs pour justifier l’étanchéité de leur cloisonnement sont en apparence bienveillants. De remembrement en déplacement ou en suppression, les quartiers juifs comme leurs occupants sont clairement identifiés et leur espace limité.

III. — De la distinction à la discrimination, le signe vestimentaire

44De même que le durcissement des dispositions relatives aux quartiers juifs est un indicateur de l’aggravation de la situation qui leur est faite, il faut essayer d’évaluer un autre marqueur de l’attitude du pouvoir à l’égard des juifs : le port du signe distinctif. Nous examinerons au prisme de la pureté, sans trop nous y attarder, ce qui apparaît parfois comme un lieu commun de l’historiographie sur les juifs au Moyen Âge. Derrière l’insistance sur l’obligation pour les juifs de porter un signe sur leur vêtement, y-a-t-il le sentiment d’une urgence nouvelle ? Considère-t-on que les juifs qui ne le feraient pas menaceraient la pureté ou l’intégrité de la société chrétienne dans laquelle ils tenteraient de s’immiscer par effraction et en infraction aux lois en vigueur ? Le cas du village de Cella dans le ressort de Teruel montre bien que s’ils ne portent pas le signe censé les identifier, les juifs ne sont pas distinguables, et Ferdinand II, après avoir ordonné leur expulsion du village, rappelle que pour éviter ce genre de mésaventure les juifs doivent porter un signe coloré. On sait par ailleurs, et ce même exemple le démontre, que les juifs évitaient de le faire autant que possible.

  • 81 Soussen, 2011a, p. 204.
  • 82 Voir Cailleaux, 2007 ; Sansy, 2001 ; Ead., 2007a ; Ead., 2007b.

45Alors que le concile de Latran en prescrit l’obligation en 1215, de nombreuses exemptions la relativisent largement tout au long du xiiie siècle ; le roi d’Aragon fait du reste l’objet de réprimandes de la part du pape parce qu’il en exempte ses sujets81. D’autre part, en péninsule Ibérique les juifs portaient traditionnellement des vêtements différents de ceux de la majorité sous l’autorité de laquelle ils vivaient. L’historiographie s’est beaucoup interrogée pour savoir s’ils portaient ou pas le signe distinctif82. Il faut semble-t-il attendre le deuxième quart du xive siècle pour voir l’incitation suivie d’effet, même si des exceptions restent possibles.

  • 83 « Que algun juheu qual que sia no vage en habit de chrestia » (AHCB, Livre du Conseil, IB.I-25, 23  (...)
  • 84 « Item sobre la supplicacio dels converses, lo dit consell acorda que los consellers fossen vises e (...)

46Pour les territoires de la Couronne d’Aragon, une des conséquences des violences de 1391 est la remise à l’ordre du jour de l’obligation pour les juifs de se distinguer des chrétiens, nous l’avons vu plus haut. Le port d’un signe distinctif fait partie de l’arsenal réglementaire qui a pour finalité de circonscrire étroitement la présence juive. Les juifs doivent être contenus dans les limites matérielles du quartier par les portes et les fermetures, et par la limite symbolique que constitue le signe vestimentaire dont on attend qu’il agisse comme un repoussoir. Le 23 août 1391, soit immédiatement après les violences, les autorités municipales de Barcelone ordonnent « qu’aucun juif n’ose se déplacer dans la ville en habit de chrétien83 ». Quiconque y contreviendrait et serait démasqué, serait banni de la ville. Quelques années plus tard, à la suite de la requête des convertis de la ville, le Conseil donne des précisions sur le signe que les juifs doivent porter : une grande roue jaune et rouge sur la poitrine84. Ce sont en effet les convertis, plus encore que les autorités, qui insistent pour que leurs anciens coreligionnaires portent le signe distinctif, sans doute parce que ce sont eux qui ont vraiment à craindre de leur proximité. A fortiori si les juifs, comme semblent l’indiquer plusieurs documents, mènent auprès des convertis des opérations de « reconquête ». Alors que durant plusieurs décennies une réelle latitude était laissée aux juifs quant au type ou à la forme du signe porté, les ordonnances municipales et royales qui en réitèrent l’obligation sont beaucoup plus précises.

47En 1399, tout en leur rappelant l’obligation de se distinguer par le vêtement, une nouvelle ordonnance municipale laisse aux juifs de Barcelone une alternative :

  • 85 « Item per conexer mils los dits juheus e que la dita cohabitacio e participacio de converses ab ju (...)

De même pour mieux reconnaître les dits juifs et que la cohabitation et les relations entre juifs et convertis soient mieux évitées, que tous les hommes juifs portent continuellement la cape juive ou gramalla ou tout autre vêtement large, fermé devant avec un chaperon de tissus […] si on ne porte pas ce vêtement alors on peut porter à la place une roue moitié jaune et moitié rouge, bien grande, de la même forme que celle portée après la destruction du call. Et que les femmes juives portent continuellement sur la tête la coiffe et le manteau à glands [?] que les juives portaient traditionnellement avant la destruction du call depuis longtemps85.

  • 86 ACA, C, reg. 2190, fos 15vo-16vo, 14 avril 1397, lettre de Marie d’Aragon aux officiers de la Couro (...)

48La « cape juive » était le vêtement distinctif porté par les juifs catalans avant le concile de Latran. L’autorisation de la porter apparaît comme une mesure moins contraignante que l’obligation de porter la rouelle. Deux ans plus tôt, la reine Marie d’Aragon a promulgué pour tous les juifs du royaume la même obligation de porter un vêtement distinctif, en l’assortissant de considérations morales qui lui donnent une signification plus sévère. Le manteau ou la rouelle doivent représenter l’incongruité voire même la malignité de ceux qui les portent86. La dureté de cœur et l’infidélité des juifs doivent se refléter sur leur vêtement à travers des couleurs spécifiques, c’est-à-dire non flamboyantes, des couleurs sombres ou tristes. En revanche, comme il faut pouvoir distinguer la roue qu’ils portent sur le manteau, celle-ci est mi-jaune, mi-rouge. Il y a bien tout au long de la lettre de Marie de Luna cette connotation morale qui la distinguait dans les articles analysés plus haut et qui détonne par rapport aux ordonnances sur les juifs prises habituellement par les souverains aragonais. En dehors de ces occurrences rapprochées qui s’expliquent par les conséquences des événements de 1391, et à la différence de la période antérieure, la documentation de la pratique n’évoque que très rarement la rouelle au xve siècle.

  • 87 « Item por quanto por razon de la jura que segunt fuero en las causas de diez sueldos asuso los jod (...)

49Nous pouvons toutefois citer la longue liste de privilèges accordés par le roi Jean II aux aljamas des villes de Tarazona, Tauste et Albarracín en 1458, parmi lesquels figure celui de les protéger contre les agressions qu’ils pourraient subir en raison de la rouelle qui les distingue et les met en danger. Cette réalité était perceptible dès l’obligation promulguée par le concile de Latran en 1215, puisque garantir la sécurité des juifs était l’un des motifs régulièrement invoqués pour justifier les exemptions. Le document évoque une occasion qui donne lieu à des troubles récurrents : le serment que doivent prêter les juifs lorsqu’ils concluent des affaires pour un montant supérieur à 10 sous, qui doit être prononcé publiquement et au cours duquel ils doivent porter la rouelle sur le col de leur vêtement. Le souverain ordonne que ces serments soient prononcés dans leurs maisons et non plus en place publique87.

  • 88 « Vos continuament entenen en fer los novitats e grenges e signantment dient los volent compellir a (...)

50Et en 1474, Jean II encore donne raison aux juifs de l’aljama de Cervera qui se sont plaints de ce que le bayle de la ville innove en leur imposant de porter la rouelle en un autre endroit de leur vêtement que celui accoutumé. Le document n’est pas explicite, mais il s’agit sans doute de l’obligation prescrite en certains lieux de porter la rouelle à la fois sur le devant du vêtement comme le veut l’usage, mais aussi derrière, ce qui en des temps troublés, donnait sans doute aux juifs ainsi vêtus l’impression d’être de véritables cibles88.

51Comme ces quelques exemples le montrent, il n’est plus question d’exempter les juifs du port du signe distinctif, mais de préserver leur sécurité lorsqu’elle est menacée, ou de limiter les aggravations susceptibles d’être apportées par des agents zélés. Signe infamant et outil de distinction, la rouelle permet de signaler les juifs, dont la liberté de mouvement et les occasions d’entrer en relations avec les chrétiens sont étroitement limitées. Associée à la ségrégation dans le quartier juif, elle complète l’arsenal qui doit protéger les chrétiens de la mauvaise influence des infidèles et de la corruption morale que ces derniers pourraient leur transmettre.

Notes

1 Pour l’histoire du port de ce signe et de ses évolutions, voir Soussen, 2011a, p. 203.

2 « … mas solament observantes la interdicción e excomunicación por los ditos jutges ecclesiásticos […] los fieles christianos […] se abstengan de con los ditos jodíos participar en faula, comer, bever e conversacíon, comprando, vendiendo, consello e favor dando… » (ACA, C, reg. 2444, fos 27ro-28vo, Saragosse, 23 novembre 1414, lettre de l’infant Alphonse aux officiers de Calatayud, publiée dans Martínez Ferrando [éd.], 1955, p. 83).

3 Soussen, 2013.

4 Voir le cas de prime abord étrange analysé par Blasco Martínez, 1989.

5 « De no mesclar menuderies de ovelles ab menuderies de molto » (AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 4vo). Et : « De no mesclar una carn ab altra: Item que negun carnicer no gos mesclar ne vendre una carn ab altra ne fer tornes daltra bestia sino daquella mateix dela qual fara la peça maior » (AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 3ro).

6 « De no vendre diverses carns en una taula qui sien a diverses fors: Item que negun carnicer no gos tallar ni vendre ensemps en una taula bous ne vedells qui sien aforats per lo dit mostaçaf a diverses fors sots ban de x soli » (AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 3ro).

7 « Item que nulla carn qui sia degollada per jueu no sia venuda si no al cayll juhich dins o en les taules qui son deffora ala porta del cayll juhich. E qui contra fara pagara per ban xx soli » (AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-1, 1349 ou 1350, fo 8vo).

8 AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 59vo et AHCB, Ordonnances spéciales, 1B.V-7, fo 8vo.

9 « … fan comprar als chrestians les carns per ells rabinades e degollades com no son trobades iuhiques laqual cosa es fort vituperosa als chrestians que mengen ço que ells lexen judaizar per ells e molts altres ignominies ala fe christiana » (AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-27, 1395-1398, fo 74vo).

10 « … que fos provehir que les carns rabinades per juheus no poguessen esser menjades per chrestians com sia vituperosa cosa e igniminiosa als chrestians e ala fe christiana que mengen ço quells juheus lexen judaizar, car los juheus no menjaren res qui per chrestians fos benehit o signat » (AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-27, 1395-1398, fo 84ro).

11 Je choisis délibérément de traduire de natura par « de nature » plutôt que « de naissance », qui sonne mieux mais qui ne rend pas l’ensemble des sens que recouvre « de nature ». La profondeur de la signification de cette distinction n’est d’ailleurs peut-être pas encore sensible dans les années 1390 comme elle le sera après 1450, lorsque l’idéologie dirigée contre les conversos tendra à distinguer vieux chrétiens et nouveaux chrétiens et à y attacher une hiérarchie infamante pour les derniers. Voir Hernando, 2009.

12 « Que daquiavant algun chrestian de natura o convers sia hom sia fembra de qualsevol condicio o estament sia no gos comprar alguna carn de qualsevol especia o natura que sia estada rabinada o degollada per juheu » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

13 « Item que negun carnicer de qualsevol condicio sia no gos vendre a chrestian algun de natura o convers sia hom sia fembra en alguna deles carniceries dela ciutat carn alguna de qualsevol natura que sia estada rabinada o degollada per juheu ans si en son poder romandra o sera ulguna carn rabinada o degollada per juheu haja aquella fer portar e vendre ala porta ferriça per manera que no estiga mesclada ab laltra carn ques venen les dites carniceries oalguna daquelles. Emes avant que no [?] degollar la dita carn a juheu sino en lo pati dela carniceria dela bocaria… » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

14 « Item que alguna chrestia convers de qualsevol condicio sia no gos rabinar ne degollar carn alguna per a ops de juheus o de converses ne encara entrar ne estar per mirar o en altra manera en los lochs on los carnicers degollen, specialment aquelles converses qui estants juheus havien acostumat rabinar et degollar » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

15 « Item que algun juheu o juhia no gos dar vendre o fer aver a algun convers o conversa alguna carn o vi o altra qualsevol vianda judahica » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

16 Voir Echevarría, 1999, p. 31.

17 « Item, que daquiavant algun convers hom o fembra no gos habitar ne conversar en una casa o habitacio de convers o juheu ne paret migera ne en altre loch separadament ab juheu o juhia ne participar ab ells menjan o beven de lur vianda o daltra, o fahen oracio » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

18 Soussen, à paraître.

19 Au milieu du xvie siècle, le Shulhan Arukh — ouvrage qui prescrit les règles alimentaires et domestiques, qui devient la référence incontournable — définit les chrétiens et les musulmans pour tout ce qui touche au vin comme « des idolâtres qui ne pratiquent pas l’idolâtrie ». Voir Freidenreich, 2011, p. 209.

20 AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-27, 1395-1398, fo 84ro. Depuis les origines du genre de la polémique, les rites de la messe et les croyances qui les sous-tendent font l’objet d’un rejet catégorique et même parfois, chez certains polémistes, de moqueries ironiques.

21 « … havemos entendido que ya sea ellos fuessen en uso e possession assin como por ley de judeos les sia prohibido todo vino christianego sino judayco e assi es stado servado e praticado entre vosotros con la dita aliama en los tiempos passados por algunas differencias et dicepertaciones que se siguian al tiempo de poner el vino con licencia vestra ellas privadas del dito vino se ha dado orden por los singulares jodios della dita aljama de comprar e de nuevo plantar nunchas vinias que […] es acomplimiento de lur provision necessara. De todo el anyo haviendo razonables anyadas, es se seguido que de pocos tiempos con la gran sterelidat e sequa subseguida en la dita ciudat e tierra han cogido tanto poco fruyto que no les basta acomplimiento del anyo con gran part e con la tal e tanta necessidat les ha convenido et conviene poner vino forano para lur provision […] vosotros no quereys permeter ni dar lugar a los ditos jodios que puedan poner el vino aellos necessario » (ACA, C, reg. 3361, fo 93ro-vo, 3 octobre 1458, lettre de Jean II aux autorités de la ville de Teruel).

22 ACA, C, reg. 3371, fos 36vo-37vo, 4 mars 1460, lettre de Jean II au bayle de Saragosse.

23 ACA, C, reg. 3371, fo 38ro-vo, 24 février 1460, lettre de Jean II au juif Barzilay Mantaniel, publiée dans Baer, 1929, p. 876.

24 « Volumus insuper et concedimus quod liceat judeis dicte aliame macellum sive carneceriam viniis tabule in dicta juderia in loco quo voluerint absque tamen alicuius preiudicio facere et tenere et ibidem carnes ad opus tantum judeorum in dicta civitate habitancium vel qui pro tempore fuerint scindere et vendere sicut in aliis juderiis consimilibus est fieri melius consuetum » (ACA, C, reg. 3375, fo 72ro-vo, 1459, lettre de Jean II à ses officiers et représentants).

25 Sabaté, Denjean (dir.), 2009.

26 ACA, C, reg. 2360, fos 16vo-17ro, 1412, et ACA, C, reg. 2390, fos 55vo-56ro, 1412.

27 ACA, C, reg. 2423, fo 134ro-vo, mars 1416, lettre du roi aux officiers d’Albarracín.

28 ACA, C, reg. 2461, fos 82vo-83ro, 14 juin 1417, lettre du roi aux officiers d’Albarracín.

29 ACA, C, reg. 2445, fos 130vo-131ro, 25 août 1414, lettre du roi aux officiers de Jaca.

30 « Item senyora suppliquen los dits juheus que antes que la dita aliama te sa carniceria e en aquella sia juheu carnicer moltes vegades lo dit juheu carnicer per que ha dat ja certa carn als dits juheus per enganar aquells sen va tallar a la carniceria dels chrestians e alli canbia la carne e fa en aquella molts fraus. Suppliquen per ço vestra senyora provehir emanar que lo carnicer juheu no gos anar tallar carn en la carniceria dells chrestians, ans sia tengut tallar en la carniceria dels juheus. E encara per ço que tot frau sia apartat no gos fer companyia ab carnicer chrestian » (AHCB, série « Mélanges » de l’administration municipale, 1C.V-13, 15 mars 1462, p. 11, dispositions de la reine Jeanne d’Aragon et de Sicile concernant l’aljama de Syracuse, adressées aux officiers de la ville).

31 « Item senyora placie a us atorgar e donar licencia als dits juheus que puguen tenir sens empais algu botigas de draperia e que aquells draps puguen vendre en gros e a tall o com be los sera vist car axi sera augmentat lo dret del tari e altres drets de v. p. e dela duana. Jatsia los dits juheus tinguen a les dites botigues e fan gran comerci de mercaderia de quel ve gran utilitat a la cosa publica » (AHCB, série « Mélanges » de l’administration municipale, 1C.V-13, 15 mars 1462, p. 10, dispositions de la reine Jeanne d’Aragon et de Sicile concernant l’aljama de Syracuse, adressées aux officiers de la ville).

32 Houssaye Michienzi, 2013.

33 Nemo-Pekelmann, 2010. Pour la question des esclaves possédés par des juifs dans l’Espagne wisigothique, voir Dumézil, 2009, p. 332.

34 En l’occurrence le document qui traite de cette question dans le registre des Archives historiques de Barcelone (AHCB, 1C.V-13, p. 42) évoque la ville de Saragosse, nom aussi donné à Syracuse comme l’a montré Ricard (1952).

35 « … per part dels maiorals e aliama de juheus de nostra fidelissima ciutat de Çaragoça dient que jatsia ells haien privilegi, us e custum que puguen comprar, negociar e vendre e en llur servey retenir sclaus e sclaves los quals no sien reduhits a la fe christiana etant quant staran de fer se chrestians e apres que seran fets chrestians sis mesos dins loqual temps havien e son tenguts a vendre los dits sclaus et sclaves reduhits a la fe christiana e axi en virtut del dit privilegi us e costum ho han praticat de tant de temps en ça que memoria no es encontrari aço no obstant de onze o dotze anys ença per que als dits juheus fos levada tota facultat de negociar e mercaderar los dits sclaus e sclaves prenent motiu que ere contra la fe que juheus tinguessen sclaus e sclaves sots si çerts mercaders cathalans ordenaren que juheus no poguessen comprar ni haver sclaus ni sclaves la qual ordinacio volgueren duras per temps de deu anys eaquella feren confermar a nostre sancte pare » (AHCB, série « Mélanges » de l’administration municipale, 1C.V-13, 15 mars 1462, p. 42, dispositions de la reine Jeanne d’Aragon et de Sicile concernant l’aljama de Syracuse, adressées aux officiers de la ville).

36 Il s’agit à cette date de Pie II, l’humaniste Enea Silvio Piccolomini, auteur d’une lettre adressée en avril de la même année à l’évêque de Guinée portugaise, dans laquelle il qualifie l’esclavage des noirs de « crime majeur ». Voir Quenum, 1993.

37 « … percepimus vos aliquis seu aliqui vestrum fecistis seu facere conamini ordinationes quod dicti iudei textores non possint texere dictos pannos lane hoc asumpto colore quod in aliis civitatibus et locis nostris in dicto regno iudei textores dictam texturam pannorum non exercent […] Eapropter vobis et cuilibet vestrum dicimus et mandamus de certa scientia et consulte sub penis nostro reservatus arbitro quatenus visis presentibus dictas ordinaciones et inhibitiones si quas contra dictos iudeos textores fecistis, illico visis presentibus revocetis et anulletis » (ACA, C, reg. 3366, fos 110vo-111ro, 19 avril 1459, lettre du roi aux autorités municipales de Saragosse).

38 ACA, C, reg. 3564, fos 54vo-55vo, 22 avril 1483, lettre de Ferdinand II aux autorités municipales, publiée dans Baer, 1929, p. 908.

39 Soussen, 2011a, p. 208.

40 ACA, C, reg. 2448, fos 72vo-74ro, 12 juillet 1414, lettre de portée générale adressée à tous les habitants de Tauste, publiée dans Baer, 1929, p. 800.

41 Sabaté, 2012, p. 261.

42 Ibid., p. 272.

43 Sur l’évolution de la population juive de Barcelone qui s’est convertie massivement et les conséquences de ces conversions sur le tissu urbain, voir Hernando, 2012, p. 288.

44 Pour le xiiie-xive siècle, voir Cailleaux, 2007.

45 Riera i Sans, 1997, p. 65.

46 AHCB, Livre du Conseil, 1B.I-26, 1392, fo 28vo.

47 ACA, C, reg. 1853, fos 136vo-137ro, 17 juillet 1393, lettre de Jean Ier à Raymond de Villeneuve, gouverneur de Catalogne.

48 « Pro parte paciariorum et proborum hominum civitatis predicte fuit expositum humiliter coram nobis quod aliqui conversi civitatis ipsius, Dei ac nostri timore et correctione postpositis diruunt seu dirui faciunt aliqua hospicia iudarie civitatis eiusdem lapides et ligna eorum vendendo et alienando in diformacionem civitatis predicte » (ACA, C, reg. 1853, 2 septembre 1392, fo 55ro, lettre du roi Jean Ier à son vicaire de Lérida).

49 Les exemptions du paiement de l’impôt ou des diverses taxes étaient les plus courantes. Voir Soussen, 2011a, p. 92.

50 « Quia servicia merito laudedigna per vos fidelem fisicum domus nostre Marchum de Avinione noviter ad cultum fidei christiane conversum nobis exibita et quem impendere non definitis incessanter exigunt seu requirunt quod vos […] quadam speciali prerogativa favoris tenore presentis concedimus vobis et licenciam ac facultatem plenariam elargimur quod possitis et libere valeatis absque alicuius pene incursu imponere ac imponi facere ac etiam vende quibusvis personis volueritis tam christianis quam iudeis in et super quodam hospicio quod habetis in callo iudaico civitatis Gerunde » (ACA, C, reg. 1903, fo 114ro, 20 décembre 1392, lettre de Jean Ier au converti Marc d’Avignon).

51 « Item per esquivar escandels que sobre aço se porien seguir facilment que algun juheu o juhia no gos entrar ne esser en qualsevol manera en la plaça della cappella de la santa Trinitat novellament construida en lo call de Senahuga ne en les plaçes o cantons daquella, ne encara en la dita cappella sots ban de C soli. […] E qui no pora pagar los dits C soli que sia exellat per v anys dela ciutat de Barchinona, deles quals penes algu dels dits officials no poxa fer gratia ne dar licencia de fer lo contrari » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

52 Et encore, il faut relativiser l’argument : certes, l’Église entoure de nombreuses précautions la présence juive à proximité des lieux de culte chrétien, en particulier au moment des fêtes de Pâques ; mais en de nombreux lieux, Majorque notamment, les juifs sont forcés d’assister à des sermons à l’intérieur des églises.

53 Par exemple : « Item com per molts converses sia estada feta gran instancia als consellers que suppliquen al senyor Rey que en Barchinona no puxa haver james aljama de juheus ne encara habitar en aquella juheus, allegants molts inconvenients dans et mals que per los dits juheus se seguexen os poden seguir, quel dit Consell delibere sobre aço » (AHCB, Livre du Conseil, 1B.V-27, p. 91). Voir aussi Castillo Sainz, 1993.

54 « Item sobre la supplicacio dels converts lo dit consell acorda que los consellers fossen vises e regonesedes totes les ordinacions sobre les juheus apres la destructio del call ja fets et tam be sobre la participacio quels dits juheus fan ab conversos com sobre la gran roda groga et vermalla quels dits juheus deven portar als pits com sobre altres coses tocants los dits judeus o juhias façen tot ço quels per sa [?] e a fortificacio e validacio deles dits ordinacions » (AHCB, Livre du Conseil, 1B.V-27, p. 85).

55 « … Deni Façan al Pastoret, filius tui dicti Iacob et dicte uxoris tue, olim judeus nunc vero conversus ad fidem catholicam in ecclesia ville Gandie Regni Valencie sacri baptismatis sacramentum susceperat, fidem ipsam catholicam profitendo tu dictus Iacob, Ceti uxor tua, Isaac Xambell et Jamila eius uxor predicti prestantibus ad hoc tibi et aliis predictis opem, operam, consilium, auxilium et favorem diversis christianis et iudaeis tractastis et opere perfecistis, tu et alii predicti quod habuistis ad tui et eorum manus dictum Dani Façan al Pastoret olim iudeum nunc vero conversum tenendo ipsum in absconso et faciendo ipsum conversari cum te et cum predictis et aliis iudeis ut iudeum tam in domo habitacionis tue quam habes in villa Muriveretis in Castro novo ville uxonis et aliis locis in partibus dicti Regni innuendo ei legem ebraicam fide catholica plus valere… » (ACA, C, reg. 1906, fo 44ro, 10 mai 1393, lettre de Jean Ier adressée à Jacob Façan et l’accusant).

56 « Expositione humili facta nobis reverenter per nuncios civitatis Valencie in nostra curia nunc presentes accepimus quod ex os qui conversi pridem ad fidem catholicam de judaica cecitate et judei dicte civitatis Valencie insimul habitant in loco ubi ante conversionem dictorum conversorum erat item consueverant judaria propter eorum frequentatam conversionem plurima eveniunt reprobata et mala verba inductionem et perversiones ac scandala et alia inconveniencia […] judariam debere mutari seu fieri judariam ipsam in loco aptiori et abiliori » (ACA, C, reg. 1927, fo 108ro, 15 novembre 1393, lettre du roi au bayle de Valence).

57 Guiral, 1975.

58 ACA, C, reg. 2190, fo 159vo, 12 avril 1398, ordonnance royale.

59 ACA, C, reg. 2360, fos 128vo-130ro, décembre 1412, lettre du roi à ses agents de Montalbán.

60 ACA, C, reg. 2391, fos 42ro-43ro, 25 novembre 1415, lettre du roi à ses agents de Gérone.

61 ACA, C, reg. 2416, fos 60vo-63vo, 20 mars 1413, lettre du roi à ses agents de Majorque.

62 ACA, C, reg. 2448, fos 72vo-74ro, 12 juillet 1414, lettre de portée générale adressée à tous les habitants de Tauste, publiée dans Baer, 1929, p. 800.

63 Archives municipales de Teruel, S. S79, 9 février 1413, publié dans Baer, 1929, p. 789.

64 « Certificantes vos, que sobre lo appartar e segregar los ditos judíos de los christianos, assín de la dita villa, como de otras villas e lugares desti regno, se deve provedir breument o cada e quando querredes, non supplicados por part de vostros provediremos en esto como cumple » (ACA, C, reg. 2446 fo 88ro, Saragosse, 21 août 1414, lettre du prince Alphonse aux autorités de la ville d’Aínsa, publiée dans Martínez Ferrando [éd.], 1955, p. 74 et Baer, 1929, p. 806).

65 « … iudei predicti per loca baronum et militum domicilia ipsorum trastulerant atque bona mandaveritis bona dictorum iudeorum que possent in villa reperiri predicta inventariari et occupari et eciam judeos ipsos si reperiri possent capi et arrestari et in securitate sufficienter manulevare poni. Et ipsi desiderent et habeant valde cordi stare et habitare in dicta villa et converti ad catholicam fidem sanctam, conversique jam fuissent nisi quia volunt ad hec inducere uxores et filios set alios eis coniuctos qui ad ista dificiliter inclinantur […] Nos vero […] volumus provideri quatenus vos mandetis justicie et juratis ac aliis officiales dicte ville Aynse […] ut omnes dictos judeos quiete et pacifice dictam villam intrare permittant […] et circa illa seu eciam in personis eorum nullam vexacionem, inquietaciones seu molestiam facere » (ACA, C, reg. 2372, fo 90ro, Montblanch, 24 octobre 1414, lettre de Ferdinand Ier à l’infant Alphonse, publiée dans Martínez Ferrando [éd.], 1955, p. 75).

66 ACA, C, reg. 2445, fos 213vo-214ro, 24 octobre 1414, lettre de l’infant Alphonse à ses agents et officiers d’Aínsa.

67 ACA, C, reg. 2394, fos 89vo-90ro, 23 juillet 1415, lettre du roi à ses agents de Montalbán, publiée dans Baer, 1929, p. 829.

68 « … a nuestra noticia es pervenido, assí por la preicación pública del reverent maestre Vicent e por él, en apartado bien streytament, como encara por otras devotas e fidedignas personas de aquesta ciudat, que en aquesta ciudat se comete un grant e enorme pecado contra la nuestra sancta fe cathólica a saber es, que algunos judíos e moros se comesclan carnalment con christianas; lo qual, senyor, trobamos que viene por dos cosas. La primera, por que los jodíos e moros habitan e tienen sus habitaciones entre los christianos. E la segunda razón porque algunos jodíos e muyto más de los moros van vestidos assí como christianos, sinse differencia o senyal alguno, en tal manera que, por su aspecto, son havidos e reputados por muytos seyer christianos, senyaladament, entre qui no son conoscidos. E lo que pior es, entre innotos, se nombran nombres de christianos. E Senyor trobamos en los antiguos libros de las ordenaciones de aquesta ciutat, que fué antigament ya vedado en esta ciudat, que los jodíos e moros stassen todos por sí en lugar apartado e que no habitassen ni teniessen tiendas entre los christianos, ni comunicassen con ellos en fornos, banyos ni en otra manera » (ACA, Carta Real no 919, caja no 6, Saragosse, 28 janvier 1415, lettre des jurats de Saragosse à Ferdinand Ier, publiée dans Martínez Ferrando [éd.], 1955, p. 89).

69 « … sens tot dupte alguna lesió e infecció a les ànimes dels faels cristians » (Sabaté, 2012, p. 263).

70 Fine, 1997 et Id., 1999.

71 Soussen, 2011a, pp. 67-68. Au xiiie siècle, dans un contexte d’accroissement démographique, le roi Jacques Ier accorde à un sage juif l’autorisation d’ouvrir dans sa maison une synagoga sive schola sans que cela fasse la moindre difficulté.

72 Iogna-Prat, 2006, pp. 172 et 260. Et Zimmermann, 2001 ; Id., 2003.

73 Soussen, 2011a, p. 186.

74 Shatzmiller, 2013, pp. 30-35.

75 « … pro ipsius judere ac in eadem habitancium tuitione quiete et securitate […] cum quasi omnes judere nostre in dicto Regno habeant suos limites distinctos et separatos per clausuras et ianuas ab universitatibus christianorum […] et ilico juderam eandem ad pristinam suam clausuram ac possessionem clavium ianuarum judere ipsius restituatis vel si vobis videbitur quod pro dicta judera sufficiat minore ambitus propter diminutionem dictorum judeorum dictam clausuram faciatis et fieri mandetis cum effectu in alio loco ubi vobis melius et facilius videbitur » (ACA, C, reg. 2551, fos 164vo-165ro, 9 décembre 1452, lettre d’Alphonse le Magnanime au bayle général du royaume d’Aragon).

76 « Que la dita juderia perfectament sea cerrada como son otras juderias del Regno d’Aragon » (ACA, C, reg. 3361, fos 59ro-60vo, 30 août 1458, lettre du roi aux officiers de Calatayud).

77 « … mandamos que daquiadelant dentro la dita juderia no habite christiano alguno sino es aquel o aquellos que a la present jornada tengan casas suyas proprias en aquella » (ACA, C, reg. 3361, fos 59ro-60vo, 30 août 1458, lettre du roi aux officiers de Calatayud).

78 Sabaté, 2012, p. 265.

79 ACA, C, reg. 3562, fo 84vo, 24 juillet 1481, lettre de Ferdinand II à ses officiers de Saragosse, publiée dans Baer, 1929, p. 897.

80 « … por parte delos devotos padres inquisidores dela heretica pravidat nos ha eydo fecha relacion que algunos jodios par temporadas van a habitar y morar al logar de Cella aldea de Teruel no haviendo enel dicho logar juderia ni apartado donde los dichos jodios esten e habiten sino conlos christianos que por la participacio e conversacion dellos se han seguido y speron seguir grandissimos damnos en offensa dela divina Madre e damnacion delos almas delos christianos […] ordonamos que dentro tiempo de ocho dias despues que la presente nostra provision sera enel dicho logar publicada […] todos los jodios que viven y moran enel dicho logar de Cella se vayan y absenten de aquell e de aquiadelante no esten ni puedan estar ni habitar en todo el dicho logar de Cella ni en parte del de huit dia… » (ACA, C, reg. 3684, fo 32ro-vo, 15 décembre 1484, lettre de Ferdinand II à ses officiers, publiée dans Baer, 1929, p. 911).

81 Soussen, 2011a, p. 204.

82 Voir Cailleaux, 2007 ; Sansy, 2001 ; Ead., 2007a ; Ead., 2007b.

83 « Que algun juheu qual que sia no vage en habit de chrestia » (AHCB, Livre du Conseil, IB.I-25, 23 août 1391, p. 47).

84 « Item sobre la supplicacio dels converses, lo dit consell acorda que los consellers fossen vises e reconegades tots les ordinacions sobre els juheus après la destructio del call ja fets, tam be sobre la participacio quels dits juheus fan ab converses com sobre la gran roda groga e vermalla quels dits juheus deven portar als pits com sobre altres coses tocants los dits juheus o juhias » (AHCB, Livre du Conseil, IB.I-27, 1395-1398, p. 85).

85 « Item per conexer mils los dits juheus e que la dita cohabitacio e participacio de converses ab juheus sia pus esquivada, que tots los juheus mascles e cascun dells porten e hajen aportar continuament capa juhiga o gramalla o altra vestedura larga closa davant ab capero vestit de drap estur […] qui amagar no puxa una roda mius groga e mius vermella ben ampla de tal forma com après la destruccio del call la han portada. E que les fembres juhies hajen aportar continuament en lo cap la caprana quas acustumada portar per juhies ans dela destruccio del call e el mantel acornat segons era acustumat en temps antich » (AHCB, Ordonnances originales, 1B.XXVI-2, 1399, no 72).

86 ACA, C, reg. 2190, fos 15vo-16vo, 14 avril 1397, lettre de Marie d’Aragon aux officiers de la Couronne, publiée dans Baer, 1929, p. 733.

87 « Item por quanto por razon de la jura que segunt fuero en las causas de diez sueldos asuso los jodios son tenidos fazer con el rotulo al cuello, se han subseguido insuntos e scandalos vituperios danyos e iniurias a los ditos judios por tanto las ditas aliamas de judios humilment supplican al dito senyor Rey que sia de su merced por provisiones suyas opportunas mandar a todos e quales […] officiales de su alteza que cada o quando tales juramentes con el rotulo al cuello los ditos judios o alguno dellos fazer deuran que aquel reciban e fagan fazer a los ditos judios en las casas de sus habitaciones » (ACA, C, reg. 3361, fo 79ro, 20 août 1458, lettre de Jean II à ses officiers à propos du serment).

88 « Vos continuament entenen en fer los novitats e grenges e signantment dient los volent compellir a portar lo senyal de rodella que los juheus acostumen de portar en altre loch que no han acostumat de portar qui es contra forma de lurs privilegis pratica e costum antiga qui es de aportar la dita rodella al hun costat davall la ubertura dela cloxa » (ACA, C, reg. 3387, fo 48ro, 5 février 1474, lettre de Jean II à ses officiers de Cervera).

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search