Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Troisième partie. La pureté appliquée : l’instrumentalisation d’un concept au service de la distinction juifs / non-juifs

Préambule de la troisième partie

Texte intégral

1Il s’agit à présent de voir si et comment le concept de pureté, cardinal dans les systèmes de pensée et de foi du christianisme et du judaïsme, est appliqué ou relayé dans l’« espace social ». Nous avons essayé de montrer qu’au plan des idées le concept de pureté sert à définir un cadre classificatoire des êtres quels qu’ils soient, animaux ou humains, et que petit à petit ce cadre devient restrictif et exclusif. Lorsque l’autre en est rejeté, car n’assumant pas les caractères de la pureté que le groupe dominant s’applique à lui-même, il lui devient impossible, à la fin du Moyen Âge, d’en franchir les limites. À cet égard, l’évolution des conceptions relatives au baptême est emblématique : ce sacrement, perçu depuis l’origine comme l’outil par excellence d’assomption de l’identité chrétienne, ne suffit plus. Il permet au mieux de créer une catégorie inférieure de chrétiens, à laquelle les représentants du christianisme originel donnent le nom de « nouveaux chrétiens » qui finit par être affecté d’une connotation péjorative. Voyons à présent si cette évolution théorique se reflète dans les dispositions prises à l’égard des juifs par les diverses autorités qui les dominent, si le concept de pureté, élevé au rang de critère d’intégration par les autorités intellectuelles, trouve un écho dans l’espace public. Il convient, avant d’examiner la documentation disponible, d’indiquer d’emblée qu’il n’est pas question de rencontrer le terme précis de pureté dans l’ensemble de nos sources, mais de chercher des indices témoignant que cette notion imprègne les dispositions prises sur les juifs.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search