Version classiqueVersion mobile

La pureté en question

 | 
Claire Soussen

Remerciements

Texte intégral

Alors Noémi dit : « Vois, ta belle-soeur est retournée à sa famille et à son Dieu ; retourne toi aussi et suis ta belle-soeur. » Mais Ruth répliqua « N’insiste pas près de moi, pour que je te quitte et m’éloigne de toi ; car partout où tu iras, j’irai ; où tu demeureras, je veux demeurer ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ; là où tu mourras, je veux mourir aussi et y être enterrée. Que l’Éternel m’en fasse autant et plus si jamais je me sépare de toi autrement que par la mort ! » Noémi, voyant qu’elle était fermement décidée à l’accompagner, cessa d’insister près d’elle. […] C’est ainsi que Noémi était revenue des plaines de Moab, accompagnée de sa bru, Ruth la Moabite. Le moment de leur arrivée à Bethléem coïncidait avec le début de la moisson des orges.
Ruth I, 15-22

1Ce livre est le fruit du mémoire inédit de mon dossier d’Habilitation à diriger les recherches soutenu en 2016. Je réitère à l’occasion de sa publication les remerciements chaleureux adressés alors à Patrick Henriet qui m’avait fait l’honneur d’accepter d’en être le garant. Sa bienveillance et ses suggestions m’ont toujours été d’une aide précieuse. Je remercie également pour leurs conseils, leurs remarques stimulantes et leurs œuvres, dont la lecture m’a nourrie depuis longtemps, Dominique Iogna-Prat, Maurice Kriegel, Judith Olszowy-Shlanger et John Tolan, qui acceptèrent de siéger dans le jury.

2Je me dois de remercier tout particulièrement Claude Denjean pour la chaleur de son accueil dans Jacov il y a douze ans déjà. Elle a su faire école et fédérer les énergies et les envies de personnalités diverses, mais toujours heureuses de se retrouver pour échanger et réfléchir. Mon approche de nos sujets de prédilection a grandement bénéficié des discussions, des échanges, et des moments de partage formels et informels qui nous ont réunies. Je la remercie également pour l’enthousiasme avec lequel elle avait accueilli mon projet d’« habiliter » sur la question de la pureté. L’idée s’est vraiment concrétisée lors d’une de nos discussions.

3Je tiens à remercier très chaleureusement ceux qui m’ont appris le « métier » d’historien, mes maîtres : Michel Zimmermann, passionné et passionnant, à qui je dois tant et avant tout de m’avoir révélé le Moyen Âge — je lui suis infiniment reconnaissante de l’honneur qu’il m’a fait en préfaçant ce livre ; et Gilbert Dahan, savant et autorité dont l’exigence et la rigueur m’ont servi d’aiguillon. Ma gratitude et mon admiration à leur égard sont indicibles.

4Je remercie également les collègues et camarades rencontrés au cours de mes années d’études puis d’enseignement et de recherche, qui peuplent de près ou de loin mon univers professionnel et amical et le rendent accueillant et chaleureux. Parmi eux Hélène Bernier, Claire Fredj, Patrick Garcia, Cédric Giraud, Ingrid Houssaye Michienzi, Judith Kogel, Capucine Nemo-Pekelman, Évelyne Oliel-Grausz, Stéphane Péquignot, Isabelle Poutrin, Danièle Sansy, Pierre Savy, Juliette Sibon et Emmanuelle Tixier Du Mesnil.

5Je remercie également la Casa de Velázquez pour l’accueil réservé à mon travail, en particulier Richard Figuier et Anne-Laure Couvreur, qui ont supervisé l’édition de ce livre, et Laurent Callegarin pour l’aide et l’enthousiasme qu’il a manifestés à l’égard de mes projets de recherche. Enfin, mes remerciements chaleureux vont à Évelyne Séguy pour la minutie et la précision avec lesquelles elle a relu et édité ce livre.

6Je remercie enfin mes amis et ma famille ; les plus proches Philippe, Simon et Noé, à qui je dédie ce livre.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search