Version classiqueVersion mobile

La decoración ideada por François Grognard para los apartamentos de la duquesa de Alba en el palacio de Buenavista

 | 
Concha Herrero Carretero
, 
Álvaro Molina
, 
Jesusa Vega

Glosario, fuentes, bibliografía e índices

Glosario histórico de términos textiles

Concha Herrero Carretero

Texte intégral

Este glosario histórico establece alfabéticamente los términos franceses vinculados a las sederías y a las manufacturas textiles lionesas entresacados del epistolario manuscrito (1787-1801) de François Grognard, conservado en la Bibliothèque municipale de Lyon, y transcrito en la segunda parte de este volumen.

  • 1 Para una aproximación a la obra de Terreros y Pando, véanse Álvarez de Miranda, 1992, y Herrero Ca (...)

Cada vocablo va acompañado por el número correspondiente a las cartas del epistolario donde aparece. Se adjunta entre paréntesis la traducción del término en español, según el Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes del jesuita Esteban de Terreros y Pando, publicado en Madrid en 1786-1793, seleccionado por su importancia lexicográfica y por el interés que muestra su autor hacia las voces correspondientes a las artes mecánicas y liberales, los procesos textiles y las manufacturas1. En algunas voces se ha insertado una definición propia en español que no existía en los diccionarios utilizados, o que era útil para precisar un aspecto técnico, material, etc. (con la mención «definición de la autora»).

Además de estas precisiones previas, en primer lugar, y por orden cronológico, se ha incorporado en cursiva la definición en francés de los términos, manteniendo la grafía original, según los diccionarios coetáneos conocidos por los fabricantes y comerciantes lioneses del siglo xviii, como los de Jacques Savary des Bruslons, cuya edición se inició en 1723; el del lexicógrafo Antoine Furetière, de 1701; el Nouveau dictionnaire de l’Académie Françoise, de 1718, y el llamado Dictionnaire de Trévoux, una obra redactada bajo la dirección de los jesuitas entre 1704 y 1771 y que sintetiza los diccionarios franceses del siglo xvii, todos ellos considerados predecesores y fuentes de la Encyclopédie.

Estas consultas se han completado con las de los diccionarios de Honoré Lacombe de Prezel, Dictionnaire du citoyen (1761); de François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire domestique portatif (1762-1764), y con la información contenida en revistas periódicas como el Magasin des modes nouvelles, françaises et anglaises (1786-1789) y el Journal de Paris (1777-1840).

Los diccionarios del siglo xix están representados por el Vocabulaire de Jacques Peuchet (1801), el Dictionnaire del lexicógrafo lionés Claude-Marie Gattel (1803) y el Dictionnaire général des tissus de Jean Bezon (1859-1863).

Para las definiciones actuales, se ha considerado oportuno, aunque no se haya publicado, citar el Vocabulaire del Centre International d’Étude des Textiles Anciens, en su edición mecanografiada de 1987, Vocabulaire Français. Français-Allemand-Anglais-Espagnol-Italien-Portugais-Suédois, CIETA, Lyon.

Algunas definiciones se completan gracias al «Lexique» de Jean Coural, incluido en el catálogo Paris, Mobilier national : soieries Empire, París, 1980; el Dictionnaire historique de Alain Rey (2011) y el Dictionnaire de la soie de Jean-Jacques Boucher (2014).

  • 2 El desarrollo bibliográfico de todas estas obras de referencia se encuentra al final de este capít (...)

Las definiciones en español se han extraído del Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes de Terreros, completadas, en determinados casos, con las del Diccionario de la lengua castellana de la Real Academia (1783), las contenidas en la traducción de los dos tomos de Fábricas, Artes y Oficios, de la Encyclopédie, de Antonio Carbonell y Borja (1794), o en los diccionarios de Jaime Boy (1840), Oriol Ronquillo (1857) y Joaquín Bastús (1862)2.

A

aune (ana): 1, 16, 17, 20, 21, 22, 23, 32, 33, 53

Bâton d’une certaine longueur qui sert à mesurer les étoffes, toiles, rubans, etc. Aune courante, c’est une mesure d’étoffe ou de tapisserie qui s’étend sur les longueurs, sans considérer la largeur, ou la hauteur. Tous les Marchands doivent avoir une aune marquée & étalonnée, & serrée par les deux bouts. Les aunes sont différentes selon les lieux (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Bâton d’une certaine longueur, qui sert à mesurer les étoffes, toiles, rubans, &. Les aunes sont plus ou moins longues, selon les Pays & les lieux. L’aune de Paris contient trois pieds, sept pouces, huit lignes, conformément à l’étalon qui est dans le Bureau des Marchands Merciers (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Ancienne mesure de longueur française valant 1,18844 m (Coural, 1980, p. 30).

Medida menor que una vara, de que se usa en España para las tapicerías y alfombras. Usase también en varios reinos y provincias extranjeras para sus tejidos, y tiene más, o menos longitud según la diferencia de territorios (Diccionario, 1783).

Antigua medida de longitud empleada para lienzos, tejidos y tapicerías que equivalía aproximadamente a un metro. Ana, llaman en España a la aune, flamenca o francesa, que es de cuarenta pulgadas, siete más que nuestra vara con poca diferencia (Terreros, 1786-1793).

aunage (aneaje): 1, 3, 20, 22, 27, 33, 45

Mesurage des étoffes, toiles, rubans, etc., qui se fait avec une mesure certaine et réglée, qu’on appelle à Paris & presque dans toutes les villes de France, en Flandre, Brabant, Allemagne, Hollande & en quelques autres pays de l’Europe, une aune, laquelle, quoique du même nom, n’est pas uniforme par tout (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Medición de los tejidos para calcular las anas que tienen. Anear, medir por anas (Terreros, 1786-1793).

B

batiste (batista): 2, 25, 26

Toile de lin très-fine et très-blanche, dont on fait de rabats, des manchettes et de surplis. Il y en a de trois sortes : les unes claires, les autres moins clairs, et les autres beaucoup plus fortes, qu’on appelle batistes hollandées, parce qu’elles approchent la qualité des toiles d’Hollande, étant, comme elles, très-serrées et très-unies (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Nom qu’on donne à une sorte de toile de lin, très-fine, & très-blanche, qui se fabrique à Valenciennes, Cambray, Arras, Bapaume, Vervins, Peronne, Saint-Quentin, Noyon, & autres endroits des Provinces de Hainault, Cambresis, Artois & Picardie (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Tela de lino muy fina. Holanda, tela de lienzo muy fina de que se hacen las camisas para la gente principal y rica (Diccionario, 1783).

Lienzo muy fino, hay tres especies de esta tela, ya más, ya menos ralas (Terreros, 1786-1793).

  • batistes brodés en soie (batistas bordadas en seda): 2

blonde (blonda): 7

Espèce de dentelle de soie (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Ouvrage de soie fait à l’oreiller par le moyen des fuseaux ; de la même manière que la dentelle, à laquelle il ressemble beaucoup (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

Especie de encaje de seda blanca, o negra, que sirve para guarnecer vestidos y adornos de las mujeres. Es voz modernamente introducida (Diccionario, 1783).

bonnet (gorro): 27

Bonnette. En quelques Provinces les femmes appellent au féminin [fémenin] bonnette l’habillement dont elles se couvrent la tête, comme l’on appelle bonnet au masculin, celui dont les hommes se couvrent la tête pendant la nuit ou pendant le jour dans le domestique. C’est un mauvais usage. À Paris les femmes disent mon bonnet, et non pas ma bonnette (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Habillement de tête, qui sert à la couvrir (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Adorno y abrigo de la cabeza. En España sólo usan bonete con este nombre la gente de Iglesia, o de Letras: los demás, por lo común, les llaman gorros, birretes, birretas, etc. (Terreros, 1786-1793).

bordure (cenefa): 2, 4, 7, 12, 17, 22, 27, 29, 37, 40, 41, 42, 44, 46, 48, 50

Ce qui garnit, ce qui soutient, ce qui termine, ou ce qui orne les bords de quelque chose (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Ce qui soutienne, ce qui termine, ou ce qui orne les bords de quelque chose (Savary des Bruslons, 1723-1742).

La orla o margen que adorna por la parte superior y por las laterales una tela (Diccionario, 1783).

  • bordure broché (cenefa brochada): 29, 40
  • bordure en dorure (cenefa dorada): 4
  • bordure d’habit, de robe (cenefa de traje): 17, 44
  • bordure du Japon (cenefa tejida en Japón): 42
  • bordure pour le sallon, de tabouret (cenefa de amueblamiento): 22, 27, 37, 50

boucles de soulier (hebillas de zapato): 15

Le soulier à boucle et à talons […] fut adopté avec une sorte de faveur par le peuple même qui l’avait proscrit en 1793 (Lacroix, Duchesne, 1862, p. 110).

broché (brochado o espolinado): 1, 17, 21, 23, 29, 40, 41

Brocher. C’est faire la brochure d’une étoffe, c’est-à-dire, passer de l’or, de l’argent, de la soie, entre des broches, ou aiguilles, ou avec une espèce de navette, qu’on appelle espoulin, pour fabriquer certaines étoffes, telles que peuvent être les brocards, les rubans façonnés, les gazes, etc. (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Tissu broché. Il est composé et monté comme le tissu courant, ce sont les mêmes mouvements : au lieu de faire l’endroit dessus, on le fait dessous : la navette d’or ou d’argent passe à travers comme les courans, et la lisse qui servoit à ces derniers à lier à l’envers, les lie dans celui-ci à l’endroit (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

Terme utilisé pour désigner un effet de dessin formé par une trame qui limite son emploi à la largeur des motifs qu’elle produit (Vocabulaire, CIETA, 1987).

Soierie qui devait son dessin à l’utilisation de petites navettes, dites espolins, permettant l’insertion d’un plus grand nombre de trames ornementales limitées à la largeur du dessin (Boucher, 2014).

Tejido con oro, seda, etc. (Terreros, 1786-1793).

Los espolinados o brocados son aquellos tejidos que […] en lugar de abrazar sus tramas […] toda la latitud de la tela, alcanzan solamente desde el uno al otro de los contornos extremos de los objetos sueltos a cuya confección se destinan (Oriol Ronquillo, 1857).

[Tejido en el que determinadas tramas de seda e hilos metálicos se entrecruzan con la urdimbre, por medio de espolines o pequeñas lanzaderas secundarias, exclusivamente en los espacios de los dibujos y motivos que deben reproducir (definición de la autora)].

  • broché et filé (brochado y entorchado): 21
  • broché lié en point de Ringuet (brochado a imitación del bordado): 21

Gracias al telar inventado por el maestro fabricante, Hugues Ringuet, y presentado en la Académie de Lyon en diciembre de 1763, se podían tejer sederías que imitaban los bordados de imaginería con una perfección extraordinaria. Ringuet «a parfaitement réussi à imiter la peinture et la broderie et à rendre l’étoffe plus durable ; qu’il égale la peinture dans le contour de ses figures, dans la gradation de ses teintes et dans l’harmonie de ses couleurs avec une perfection à laquelle on n’était pas encore parvenu. Ses étoffes représentent la broderie avec tous ses reliefs ; le broché en soie et en dorure qui forme le dessin est si bien lié et si intimement uni avec le corps de l’étoffe qu’il n’est pas sujet de se mettre en bourre comme dans les étoffes ordinaires, et a tous les avantages de petit point pour le dessin sans éteindre la vivacité des couleurs. Ce n’est point par une mécanique nouvelle que le sieur Ringuet est parvenu à donner tant de perfection à ses ouvrages ; avec les métiers ordinaires il a trouvé le moyen de réunir tous ces avantages pour la fabrication des étoffes de soye, d’or, d’argent, de tous les genres, tant pour les habillements que pour les meubles, de sorte que la main-d’œuvre n’est pas plus chère que celles des autres étoffes riches. Des découvertes si utiles méritent d’être applaudies et encouragées» (Pariset, 1873, pp. 255-256).

brodé (bordado, véase broderie): 2, 5, 6, 7, 9, 17, 18, 19, 20, 25, 26, 27, 37, 40, 41, 42, 43, 44, 45

  • brodé aux tambours (bordado en bastidor circular o tambor): 44

Tambour, petit métier à broder, de forme circulaire, dont prend le nom l’ouvrage qui s’y fait, et qu’on appelle broderie au tambour (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

Modo de bordar de cadeneta en bastidor y tambor, así como el de limpiar todo género de bordado […] Se nos trajo de la China habrá treinta años un método mucho más correcto y pronto [de bordar], como es el del tambor. Sobre este tambor o aro se pone tirante la tela, y se asegura con una faja o hebilla […] Se puede ejecutar al tambor cualquier otra especie de bordado, aunque sea de pasado, y varios objetos pequeños (Carbonell, 1794).

  • brodé en camayeux (bordado de camafeos): 6

Camaïeu, différents tons d’une même couleur (Coural, 1980, p. 30).

Bordado de camafeos, es decir, aplicación trabajada con aguja reproduciendo motivos que imitan el trabajo de los camafeos. Camafeo, diseño que emplea un color solo, y nota luces, y sombras sobre un fondo de oro, o de azul, que representa, por lo común, un bajo relieve (Terreros, 1786-1793).

  • brodé en fil plat (bordado con hilo plano, véase fil plat): 2

[Bordado con hilo plano, de torsión muy ligera, que crea una superficie brillante (definición de la autora)].

  • brodé en paillette (bordado de lentejuelas): 19

Broderie en paillettes, genre de broderie devenue très en vogue ; il y a du brillant, et c’est à cette espèce de mérite sans doute, qu’il doit sa grande faveur […] ces ouvrages exécutés en France, se consommaient en plus grande partie par l’étranger ; il en passoit beaucoup en Espagne particulièrement, et de-là dans les Indes. La broderie en paillettes se soutient pour les diverses parties de l’habillement où l’on recherche plus d’éclat qu’une véritable magnificence (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

broderie (bordado): 2, 5, 6, 20, 30, 40

Ouvrage en or, argent, soie ou fil formé à l’aiguille, sur une étoffe ou sur de la mousseline, pour l’orner davantage. Broder, enrichir une étoffe par plusieurs ouvrages de diverses figures qu’on fait dessus à l’aiguille (Furetière, 1690-1701).

Enrichissement que l’on fait sur une étoffe avec l’aiguille. Broder. Faire sur quelque étoffe divers ouvrages à l’aiguille, pour l’enrichir et l’orner. On brode avec de l’or, de l’argent, de la soie, du jays, de la laine, du fil, des chenilles, du cordonnet, des nœuds, quelques fois même avec des perles, pour les ouvrages précieux (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Labrar sobre cualquier tela con hilo, seda, lana, plata, oro, etc., formando varias labores dibujadas en ella (Diccionario, 1783).

Obra sobrepuesta, con que se hermosea alguna tela (Terreros, 1786-1793).

  • broderie pour habits (bordados para trajes): 2
  • broderie pour robes (bordados para vestidos): 2
  • broderie sur gaze (bordado sobre gasa): 6
  • broderie, échantillons en — (muestras de bordados): 30

C

chaîne (urdimbre): 1

Ensemble des fils longitudinaux d’un tissu tendus en nappe dans la longueur du métier et enroulés sur deux cylindres ou ensouples, le rouleau de chaîne et le rouleau d’étoffe (Coural, 1980, p. 30).

Urdimbre, hilos tendidos en el telar que sirven como de primera base a la tela y por medio de los cuales va pasando la trama en la naveta, tirada de derecha a izquierda, y de izquierda a derecha (Terreros, 1786-1793).

chiné (chiné): 6, 17

Sorte de tapisserie de bergame, qu’on appelle ainsi, parce que ses façons ressemblent aux ondes de ces ouvrages de soye et de laine que l’on fait à l’aiguille sur le cannevas [canvas], que l’on nomme Point de la Chine (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Chinée, c’est une étoffe dont les fils de la chaîne, par la variété de leurs couleurs, présentent un dessein [dessin] peu exact à la vérité, mais agréable. On ne chine ordinairement que les étoffes unies et minces, les taffetas spécialement. Il y a aussi des taffetas chinés qui sont très recherchés. Quand ils réunissent l’agrément du dessein et la vivacité des couleurs (Lacombe de Prezel, 1761).

Fil comportant différentes colorations obtenues par teinture ou par impression. Par extension désigne un tissu exécuté avec des fils chinés utilisés en chaîne ou en trame : taffetas chiné, velours chiné (Coural, 1980, p. 31).

Llámanse chinés a aquellos tejidos cuyos efectos de colores diversos son dispuestos de antemano en una de las materias urdimbre o trama que componen el tejido, ya sea por medio de impresión o por baños tintóreos (Oriol Ronquillo, 1857).

cordonnet (cordoncillo): 23

Petit cordon de fil délié, qui sert à attacher un rabat, ou à coucher sur les broderies pour les relever, et en marquer le dessein. Cordonnet d’or, d’argent, de fil, de soie, etc. (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Menu cordon d’argent, de soye, ou de fil, qui se façonne au toüer, & à la molette, dont l’usage le plus ordinaire est pour former des boutonnières de justau-corps, & de vestes, ou pour appliquer sur des broderies, soit pour en marquer le dessein, soit pour en augmenter le relief (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Cordoncillo, llaman los sastres, al que ponen al canto, o rededor de toda una casaca, o chupa para mayor adorno, y hermosura de la pieza (Terreros, 1786-1793).

corset (corpiño): 24, 26, 30

Corset, ajustement de femme, ouvert pardevant, et qui laisse voir la chemise (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Especie de jubón sin mangas, corpiño (Terreros, 1786-1793).

coupon (retal): 14, 17, 18

Retaille, morceaux d’étoffe. Petite pièce de toile de deux ou trois aunes, qui semble retranchée d’une plus grande. On appelle particulièrement coupon un petit reste d’une pièce d’étoffe ou de toile (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Se dit encore de ces morceaux d’étoffe, ou de toile, d’une, ou de deux aunes, plus ou moins, qui sont proprement des restes des pièces qui ont été vendues (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Retazo, retal, pedazo quitado de alguna cosa (Terreros, 1786-1793).

culote, culotte (calzón): 16, 37, 42

Habit, veste et culote. Espèce de haut-des-chausses court et serré (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Calzón, parte del vestido, que cubre por detrás, y por delante, desde la cintura hasta las rodillas (Terreros, 1786-1793).

D

damas (damasco): 1, 2, 6, 16, 17, 21, 23, 29, 41, 43, 45, 46, 48

Étoffe faite de soye, dont les façons sont élevées au-dessus du fond. C’est une espèce de satin moheré, ou de moheré satiné, en sorte que ce qui a le grain de satin par-dessus, l’a de moheré par dessous. Le véritable endroit du damas est celui où les fleurs sont relevées & satinées : l’autre côté n’en est que l’envers. Les damas doivent être de soie cuite, tant en chaîne, qu’en trame, & avoir de large demie-aune moins un vingt-quatrième (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Damas, étoffe de soie, partie moire et partie satin, dont les fleurs sont élevées au-dessus du fonds. Elle n’a point d’envers, car ce qui est damas d’un côté est satin de l’autre. On compte quatre sortes de damas ; les damas ordinaires pour robes, les damas pour meubles, les damas lisérés et les damas brochés. Ils ont démi-aune [demi-aune] moins un vingt-quatrième de largeur, et l’on ne doit y employer que de la soie cuite pour la chaîne et pour la trame. Les damas les plus estimés se fabriquent à Lyon, à Tours, à Venise, à Turin, à Lucques, à Gênes (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Tissu façonné qui, dans sa forme classique, présente un effet brillant et un effet mat constitués par la face chaîne et la face trame d’une même armure satin (Coural, 1980, p. 31).

Tissu façonné qui se compose d’un effet de fond et d’un effet de dessin constitués par la face chaîne et la face trame d’une même armure de base (Vocabulaire, CIETA, 1987).

Damasco, tela de seda, con algunas partes elevadas a modo de relieve, que representan flores, u otras figuras (Terreros, 1786-1793).

  • damas 2 couleurs (damasco dos colores): 29
  • damas 3 couleurs (damasco tres colores): 2, 6, 29
  • damas quatre couleurs (damasco cuatro colores): 41
  • damas broché or (damasco espolinado en oro): 1
  • damas broché frisé (damasco espolinado rizado): 21
  • damas à dentelle [nouvelle étoffe] (damasco de encaje): 43
  • damas dessin dentelle (damasco con dibujo de encaje): 29

[En realidad, se trataba en ambos casos de sederías que imitan en su tejeduría el efecto del encaje sobre un damasco, raso o tafetán (definición de la autora)].

  • damas étrusque (damasco etrusco): 48
  • damas sur fil (damasco de hilo): 16, 45, 46
  • damas soie (damasco de seda): 1

dorure (dorado): 3, 4, 5, 6, 7, 18, 37, 41

C’est qui est couvert, ou enrichi d’or. On appelle Marchands de Dorure, ceux des Marchands Merciers, qui font profession de ne vendre que des ouvrages fabriquez d’or ou d’argent trait, ou filé ; comme gallons, crêpines, dentelles, franges, etc. (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Doradura o dorado, oro aplicado sobre la superficie de algún cuerpo (Terreros, 1786-1793).

  • dorure, carnets de (cuadernos de telas de seda y oro): 3
  • dorure, relevé en (bordado realzado en oro): 5

Relever une broderie, c’est rehausser de broderie le fonds de quelque étoffe. Relever une broderie, c’est l’emboutir, c’est-à-dire, la remplir par-dessous de laine ou de quelqu’autre matière pour lui donner du relief, c’est-à-dire, pour la faire paroitre davantage au-dessus de l’étoffe qui lui sert de fond (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

drap (paño): 18, 26, 27

Étoffe de résistance, non croisée, & très chaude, propre à faire des vêtements, des lits & meubles d’hiver […] C’est proprement un tissu fait des fils de laine entrelassez (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Étoffe de résistance tissu de fils de laine entrelacé […] Le drap se fabrique sur le métier, comme la toile, les droguets, les étamines, les camelots, etc. Il s’en fait de plusieurs qualités, de fins, de moyens, de gros ou de forts (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Tela gruesa y resistente. Paño, cualquier tejido de lana, seda, etc. (Diccionario, 1783).

  • draperies aux fenêtres (cortinajes): 45

E

échantillon (muestra): 1, 2, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 12, 13, 16, 17, 20, 21, 22, 24, 25, 30, 33, 36, 38, 44, 47, 69, 74.

Pièce d’étoffe pour le faire voir aux marchands. Ce terme a plusieurs significations relatives aux différentes parties du commerce. C’est en général un morceau d’étoffe, de toile, ou tout autre chose, détaché de la pièce, & qui sert de montre, soit pour la couleur, soit pour la qualité. Specimen, exemplum. Ce Marchand a envoyé à la Cour plusieurs échantillons d’étoffes nouvelles qui lui sont venues (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Petit morceau d’étoffe, que l’on coupe d’une pièce entière, pour servir de montre ; afin que celui à qui on le fait voir puisse juger si l’étoffe est de son goût, soir pour la couleur, soit pout la qualité. On appelle aussi Eschantillon, cette modique quantité que l’on donne, ou que l’on demande pour modèle, de quelque nature de marchandise que ce soit, pour ceux qui veulent en acheter, voyent si elles sont telles qu’il les leur faut, et qu’ils en ont besoin […] Échantillonner. C’est couper des eschantillons d’une pièce d’étoffe, pour les faire voir aux Marchands. C’est aussi couper des morceaux de draps, des pièces qui viennent de la teinture, pour en faire débouilli (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Muestra de una tela (Terreros, 1786-1793).

  • échantillons, dépôt des (almacén de muestras): 69

étoffe (tela): 1, 3, 5, 6, 9, 11, 12, 13, 14, 16, 17, 18, 20, 22, 23, 24, 27, 29, 30, 33, 35, 37, 39, 40, 41, 43, 44, 45, 48, 49, 50, 69

On appelle étoffe en général, toutes sortes d’ouvrages ou tissues d’or, d’argent, de soye, de fleuret, de laine, de poil, de coton, de fil & d’autres matières, qui se fabriquent sur le métier (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Étoffe, c’est, en général, toute sortes d’ouvrages, ou tissus d’or, d’argent, de soie, de fleuret, de laine, de poil, de coton, de fil, et autres matières qui se fabriquent sur le métier, comme, entr’autres draps d’or et d’argent, mêlés de soie, velours, brocards, moires, satins, taffetas, draps, serges […] étamines, camelots, etc. (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Tela, cualquier obra tejida de lana, seda, lino y otras materias (Diccionario, 1783).

  • étoffe broché (tela espolinada): 41
  • étoffe brodé (tela bordada): 6
  • étoffe fond dentelle (tela dibujo de encaje): 43
  • étoffe fond mordoré (tela de color rojizo): 17

Mordoré, c’est une nuance brillante qui résulte du mélange du rouge et du jaune. Sur laine, après un bouillon d’alun et de tartre, on passe d’abord dans un bain de garance et on finit par un gaudage. Sur soie, après la cuite ordinaire, on lise dans un bain une certaine quantité de décoction de bois d’Inde et de décoction de fustet (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

  • étoffes des habits (telas para trajes): 37
  • étoffes pour hiver (telas de invierno): 14
  • étoffes en meuble, pour meuble (telas para muebles): 1, 9, 41
  • étoffes pour ornements d’Église (telas para ornamentos eclesiásticos): 30
  • étoffe sorbec argent (tela tejida con hilos de plata): 17

Sorbec, c’est une soie de couleur quelconque, sur laquelle le Tordeur a fait courir un trait d’or battu. Il faut coudre le sorbec ; il casseroit en le passant dans l’étoffe. L’argent de Lyon est d’un meilleur usage pour passer que l’argent de Paris : on le vend 56 livres le marc (Saint-Aubin, 1770, pp. 32-40).

  • étoffe de soie (tela de seda): 69
  • étoffe pas uni (tela labrada o figurada): 11

F

façonné (tela labrada o figurada): 11, 14, 26

Une étoffe façonnée, est celle qui a diverses façons, ou desseins, sur sa superficie. On le dit par opposition à une étoffe unie (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Une étoffe façonnée est celle qui, par opposition à une étoffe unie, a diverses façons ou desseins sur la superficie (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Tissus façonnés, par opposition aux étoffes unies. On n’ignore pas que les Chinois, qui, les premiers, ont tissé la soie, sont aussi les inventeurs du façonné. Tissu façonné, a deux chaînes, l’une pour le fond, l’autre pour produire le façonné, en imitant une espèce de poil (Bezon, 1859-1863).

Tissu décoré de dessins plus ou moins complexes, obtenus par les croisements des fils de chaîne et de trame et dont l’exécution nécessite l’emploi de procédés spéciaux de fabrication (Vocabulaire, CIETA, 1987).

fil plat (hilo plano): 2

Fil, corps long & délié qu’on fait avec quelques matières molles & douces, en les tortillant ensemble avec un rouet, ou avec un fuseau, ou quelqu’autre machine propre à tordre, & à les unir en un seul tissu (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Le fil plat n’est jamais qu’en deux ; quelquefois il n’est que double ; ordinairement il est très légèrement tors. Le fil plat à broder se vend en poignée de vingt-quatre écheveaux, qui ont chacun 20 tours de cinq sixièmes (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

[Hilo plano, de torsión muy ligera, empleado para bordar (definición de la autora)].

fourniture (guarnición, véase también garniture): 3, 9, 19, 30, 32, 47

S’entend parmi quelques artisans, de certaines menues choses qui servent à perfectionner et achever leur ouvrage. Les tailleurs leurs appellent la Fourniture d’un habit, les boutons, la soye, les poches, le bougran, et ils mettent dans leur mémoire la façon et la fourniture séparément (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Sinónimo de guarnición. Fr. Garniture. V. Adorno, se llama todo aquello que sirve para el ornato, gracia y apariencia de una cosa (Terreros, 1786-1793).

  • fourniture des habits (guarnición para trajes): 3
  • fourniture d’ornements d’église (guarnición para ornamentos eclesiásticos): 30
  • fourniture de maison (guarnición para entelados domésticos): 3, 9
  • fourniture de mariage (guarnición de boda): 3

frisé d’or (frisado de oro): 21

On appelle un drap d’or frisé, un drap d’argent frisé, celui qui n’est pas uni du côté de l’endroit, étant superficiellement crépu & inégal. Les draps d’or & d’argent frisez sont estimés les plus riches (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Les draps d’or et d’argent frisés, sont estimés les plus riches. On donne cette façon de frisure aux étoffes de deux manières, l’une en les frisant à bras, par le moyen de deux ouvriers qui conduisent une espèce de planche qui sert d’instrument à friser, l’autre, à l’aide d’un moulin qu’on appelle machine à friser, et qui a son mouvement ou de l’eau, ou du cheval, ou de plusieurs hommes que la tournent avec une manivelle (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Filé, or ou argent, monté sur une âme constituée par un fil ondé (Vocabulaire, CIETA, 1987).

Frisar, rizar el paño (Terreros, 1786-1793).

G

gallon (galón): 4, 10, 23

Les Galons d’or & d’argent servent à galonner et orner les habillements des personnes de considération de l’un ou l’autre sexe, ou du moins de celles qui sont riches ou qui veulent passer pour l’être. On s’en sert aussi aux ornements d’Église, aussi bien qu’aux divers ameublements des Palais & grandes maisons ; mais pour ces deux derniers usages on n’employe souvent que des Galons d’or & d’argent faux ; ceux pour les Églises sont ordinairement filez sur soye, ce qui n’est pas permis pour les galons des meubles (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Galon, tissu d’or, d’argent, de soie, de laine, et quelquefois seulement de fil. Les galons d’or et d’argent servent à galonner et orner les habits des personnes de l’un et l’autre sexe qui sont riches et de beaucoup qui le veulent paroitre. On s’en sert aussi pour les ornements d’églises et les ameublements des palais et des grandes maisons. Les galons d’or, d’argent et de soie se font à Paris, à Lyon et ailleurs (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Cinta para adornar los vestidos, las vestiduras eclesiásticas y los entelados. Un género de tejido fuerte, hecho de seda, hilo de oro, o plata, que sirve de adorno para guarnecer vestidos, u otra ropa; lo regular es no exceder de dos dedos de ancho, en lo que se distingue de lo que llaman franja (Diccionario, 1783).

garniture (guarnición, véase también fourniture): 9, 14, 27, 37

Garniture de chambre. Les Maîtres Tapissiers & les Frippiers [marchands] appellent ainsi ce qui meuble une chambre ordinaire, comme la tapisserie, le lit, les chaises & la table. Garniture se dit aussi parmi eux, de ce qui compose un lit, comme le matelas, le lit de plume, le traversin, la couverture, la paillasse & les rideaux […] Ce mot s’entend de tout ce qui sert à garnir ou orner quelque chose, Il se dit aussi de certains assortiments de pierreries, de meubles, d’habillements, etc. Garniture de chambre. Les maîtres tapissiers et les fripiers appellent ainsi ce qui meuble une chambre ordinaire, comme la tapisserie, le lit, les rideaux, les chaises et la table (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Guarnición, adorno, se llama todo aquello que sirve para el ornato, gracia y apariencia de una cosa. Adorno de la casa, estrados, tarimas, alfombras, rodapiés, tapices, almohadas, alcatifas y toda especie de tapetes, taburetes, sillas, tibores, cuadros, estatuas, camas, manteles, servilletas, etc. (Terreros, 1786-1793).

  • garniture de fauteuils (guarnición para sofás): 14
  • garniture de boutons d’acier (botonadura): 37

gaze (gasa): 6, 17, 25

Étoffe de soie ou de fil. Les unes ou les autres unies, brochées ou rayées, servent aux habillements et ornements de femmes […] Il y a des gazes brochées d’or, d’argent ou de soie, de diverses couleurs : ceux qui les fabriquent à Paris, son du nombre de Férandiniers, et sont nommés gaziers. Il vient des Indes des gazes à fleurs or et argent sur un fond de soie : les pièces portent ordinairement dix-neuf à vingt aunes de long, il en vient aussi de la Chine, parmi lesquelles il s’en trouve de gaufrées ; leur longueur et largeur sont de onze aunes sur deux tiers (Savary des Bruslons, 1723-1742 y Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Especie de tela a manera de red muy menuda, sutil, delgada y transparente (Diccionario, 1783).

  • gaze en velours (gasa de terciopelo): 25

gilet (chaleco): 6, 17, 29, 37

Gillet, espèce de camisole sans manches, de laine ou de basin, que l’on met par-dessus ou par-dessous la chemise pour se garantir du froid (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Gilet est un mot emprunté (1664, gillet), par l’intermédiaire de l’espagnol jileco ou gileco, à l’arabe maghrébin galika « casque des captifs chrétiens chez les Mores », […] « camisole sans manches », se dit (1736) d’un vêtement d’homme court sans manches et, par extension, d’un sous-vêtement porté à même la peau ou sur la chemise (Rey, 2011).

Justillo, sin mangas (Terreros, 1786-1793).

  • gilet brodé (chaleco bordado): 17

Les jeunes gens portent, cet automne, beaucoup de gilets brodés. Et encore plus de petits velours blancs où sont peintes diverses fleurs de couleurs très-vives […] On en trouve un superbe assortiment chez la dame veuve Jubin, à l’enseigne des trois Mandarins, nº 28 et 29, sous les arcades du Palais Royal, du côté de la rue de Richelieu (Magasin des modes, 34, 20 octobre 1788, p. 269).

gragrame (tejido listado para el verano): 18, 20

Depuis le 2 de ce mois [juin], on a pris les habits de taffetas […] De quelques tissus que soient les étoffes que l’on doit employer pour les habits d’été, ces étoffes sont rayées. Le gragrame, la fernandine, le pekin, le taffetas, tout est rayé (Magasin des modes, 21, 10 juin 1788, p. 162).

Le 7 de ce mois [septembre], tout le monde avoit pris les habits d’automne […] quelques-uns portent encore la gragrame, et ils peuvent le continuer jusqu’au 15 et même jusqu’au 21 du mois prochain (Magasin des modes, 32, 30 septembre 1788, p. 253).

Étoffes pour demi-parure et négligé : Gragrame africaine, unie et peinte, sirfakas des Indes, tabarin rayé, florence rayé et unie, pékin rayé, satiné, linons brodés en soie et coton ; toutes sortes de Mousselines, Basin, Linon uni, rayé et Linon gaze de fil, pour les vêtements négligés (Journal de Paris, Supplément, 38, année 1791, p. ii).

gros de Naples (grodetur de Nápoles): 5, 7, 11, 17, 26, 42

Gros de Tours, ou Gros de Naples, étoffe, de soie qui n’est autre qu’un gros taffetas plus fort et plus épais que les autres, dont la largeur est d’une demi-aune moins un douze. Les gros de Tours sergés sont des espèces de serges de soie, quelque fois unies, quelquefois façonnées (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Étoffe à côtes. Le gros de Naples diffère du pou-de-soie par sa chaîne, qui est double au lieu d’être triple […] les grains du tissu soit bien apparent. Dès lors, les effets optiques doivent être analogues quoique moins prononcés (Chevreul, 1846, p. 71).

Synonyme de gros de Tours, mais dont le grain est plus saillant que ce dernier (Coural, 1980, p. 32).

Tela de seda con cordoncillo; especie de gorgorán (Gattel, 1803).

  • gros de Naples brodé (grodetur de Nápoles bordado): 5
  • gros de Naples à mouches (grodetur de Nápoles con moscas): 11

gros de Tours (grodetur): 21, 23

Gros de Tours ou Gros de Naples. Sorte d’étoffe toute de soie, qui n’est autre chose qu’une espèce de gros taffetas plus fort & plus épais que les autres (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Nom habituel du cannelé de deux coups (Coural, 1980, p. 32 y Vocabulaire, CIETA, 1987).

Grodetur, tela de seda, parecida a la cotonía en los cordoncitos con que se va tejiendo, los cuales son ya más, y ya menos gruesos (Terreros, 1786-1793).

Tela de superficie acanalada obtenida por una diferente densidad entre la urdimbre y la trama. El tejido recibe el nombre del lugar de su creación o de fabricación. El gros de Tours es el más conocido, y sirve de referente al resto. En el siglo xviii se utilizó especialmente para amueblamiento. Su estructura o ligamento es el de tafetán (Boucher, 2014).

H

habit (traje): 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 21, 25, 26, 27, 28, 29, 31, 34, 37, 40, 41, 42, 43, 44, 45

Habit ou Habillement. C’est ce qui sert à couvrir la nudité de l’homme (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Vestido, lo que sirve para cubrir y adornar al hombre (Terreros, 1786-1793).

  • habit à la matelotte (traje a la marinera): 37
  • 3 Sobre el éxito de la denominación «a la matelote» y su connotación popular, véase Pellegrin, 1989, (...)

À la matelote, à la mode, à la façon des Matelots, costume à la marinière. L’uniforme des élèves de la marine à la mer, sera composé d’un habit-veste en drap bleu de roi, revers et parements de même couleur ; le collet rabattu, de la couleur affectée à l’escadre dont ils feront partie, d’un gilet rouge, garni de deux rangs de boutons ronds ; d’une culotte longue en drap bleu, descendant jusqu’aux chevilles ; d’un chapeau rond à la matelote, bordé d’un galon d’or de dix-huit lignes (Encyclopédie méthodique, 1782-1832)3.

  • habit brodé (traje bordado): 5, 7, 41
  • habit de gala brodé (traje de gala bordado): 7, 9, 37, 45
  • habit grand gala (traje de gran gala): 37
  • habits pour été brodés (trajes de verano bordados): 7
  • habit de velours (traje de terciopelos): 5, 9, 14, 26, 27, 37
  • habit de velouté (traje tornasolado): 42
  • habits homme (trajes masculinos): 2
  • habits femme (trajes femeninos): 2
  • habits de l’Infant don Gabriel (trajes del infante don Gabriel): 31
  • habits de l’Infante de Portugal (trajes de la infanta María Ana Victoria): 31

hardes (ropa, vestidos): 9

Il se dit généralement de tout ce que sert à l’habillement, à l’usage ordinaire et nécessaire de la personne (Nouveau dictionnaire, 1718)

Vestidos, se toma por toda ropa y muebles, que sirven para adornar la persona (Terreros, 1786-1793).

I

indienne (indiana): 27

Robe de chambre pour hommes ou pour femmes faites de ces toiles de coton peintes de diverses couleurs & figures, qui viennent des Indes Orientales. On appelle aussi Indiennes les toiles mêmes dont ces robes de chambres sont faites, soyent qu’elles ayent été fabriquées & peintes aux Indes, soit qu’elles ayent été imitées & fabriquées en Europe. Toutes les Indiennes de quelque couleur ou façon qu’elles soient, même les toiles de coton blanches, à moins qu’elles ne soient apportées par les vaisseaux de la Compagnie et marquées de son plomb, sont défendues en France par quantité d’Arrêts & Déclarations. & en dernier lieu par un Édit du Roy Louis XV, donné à Paris au mois de Juillet 1717, mais seulement enregistré au Parlement le 15 Décembre de la même année (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Toile peinte des Indes orientales, telles les perses et les pékins. Ce sont les plus belles, les plus rares et les plus chères, de diverses couleurs et figures, qui sert à faire des robes de femmes et des robes de chambre d’hommes (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Cierta moda de vestido a la Indiana (Terreros, 1786-1793).

Se llama así una tela de algodón pintado que en su origen venía de las Indias, de donde tomó el nombre de indiana; la cual se fabrica en el día en toda Europa (Bastús, 1862).

L

lamé (escarchado): 2, 6, 21, 23

Étoffe relevée et enrichie avec de la lame. Lame signifie encore de l’or ou de l’argent trait, fin ou faux, qu’on a battu ou écaché entre deux petits rouleaux d’acier poli, pour le mettre en état de pouvoir être facilement tortillé ou filé sur de la soye ou sur du fil de chanvre ou de lin. Quoique l’or & l’argent en lame soit presque toute destiné à être filé sur la soye ou sur le fil, on ne laisse pas cependant d’en faire entrer de non filé dans la composition de quelques étoffes, même de certaines broderies, dentelles & autres semblables ouvrages, pour les rendre plus brillants & et plus riches (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Escarchado, bordado o tejido de oro (Terreros, 1786-1793).

  • lamé argent et or (escarchado de plata y oro): 2, 21, 23

largeur (ancho del tejido): 6, 16, 33, 37, 48

La largeur des étoffes et de tout ce qui se fabrique sur un métier, & qui se mesure à l’aune, à la canne, ou à quelque autre mesure des longueurs que ce soit, se prend entre les deux lisières ; & c’est ce qui y est contenu qu’on appelle le lé d’une étoffe. Le prix des étoffes à proportion de leur nature & et de leur quantité, augmente ou diminue suivant leur largeur (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Les largeurs des soieries 5/8, 11/24 expriment des fractions d’aune, ancienne mesure de longueur française valant 1,18844 m. Toutefois l’appellation 15/16 qui, à l’origine, indiquait aussi la largeur du lé, soit 1,14 m, est entrée dans l’usage courant pour désigner un taffetas de belle qualité, souvent double (Coural, 1980, p. 30).

(ancho del telar): 6, 22

Largeur d’une étoffe ou d’une toile entre les deux lisières (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Largeur d’une étoffe entre deux lisières. La largeur du lé, soit 1,14 m, est entrée dans l’usage courant pour désigner un taffetas de belle qualité, souvent double (Coural, 1980, pp. 30 y 32).

[Ancho de la tela entre sus dos orillos, que se corresponde con el ancho del telar (definición de la autora)].

linge (ropa blanca): 9, 12

Il se dit en général de toutes les toiles qui ont été coupées & mises en œuvre pour l’usage de la personne, ou pour le service du ménage. Presque tous les linges ouvrez se vendent en blanc, & le blanchiment s’en fait ordinairement aux environs des lieux où ils sont fabriqués (Savary des Bruslons, 1723-1742).

On entend sous ce mot toutes les toiles mises en œuvre pour le service du ménage et l’usage de chaque particulier (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Ropa blanca de la cama, de la mesa y otros menesteres de la casa. Vestidos, se toma por toda ropa y muebles, que sirven para adornar la persona (Terreros, 1786-1793).

linon (linón): 6, 19, 20, 25, 26, 54

Linon ou Linomple. Certaine espèce de toile de lin blanche, claire, déliée & très-fine […] Il se fait de trois sortes de linons ; les uns unis, les autres rayez & et les autres mouchetez (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Linon, tissu léger de fil, ou toile de mulquinerie très fine. Plus claire que la batiste, mais comme elle, faite de fil de lin. On fabrique de cette sorte de linon principalement à Saint-Quentin, dans la Picardie et le Soissonnais : il n’y en a que très peu de métiers en Flandre (Peuchet, 1801).

Linon, sorte de toile de lin blanc, dont il y a trois sortes : les unis, les rayés et les mouchetés ; les unis ont trois quarts de large, et sont de quatorze aunes à la pièce, ou de deux tiers de large, et de douze à treize aunes à la pièce. Les rayés et mouchetés ont tous trois quarts de large, et quatorze aunes à la pièce, le tout mesure de Paris (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Tela de lino finísima y transparente. Linon, lienzo delgado fino para vueltas, corbatines, etc. (Terreros, 1786-1793).

  • linon batiste (linon-batista): 26

Tejido de algodón liso más tupido que la muselina (Oriol Ronquillo, 1857).

M

magasin (almacén): 1, 6, 13, 27, 47, 48, 69

Lieu où l’on serre, où l’on garde un amas de marchandises. On appelle un marchand en magasin, celui qui ne tient point boutique, qui vend en gros ses étoffes, ses marchandises. On appelle aussi magasin, l’arrière-boutique, ou la chambre d’en haut, où l’on serre les meilleures marchandises (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Lieu où l’on serre des marchandises, soit pour les y vendre par pièces […] soit pour les y réserver & garder jusqu’à ce qu’il se présente occasion de les porter à la boutique (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Almacén, lugar en que se guardan las mercaderías (Terreros, 1786-1793).

  • magasin de vente o sallon d’exposition (tienda): 69

malle (fardo o caja de embalaje): 12, 17, 18

Malle, petit coffre ou valise propre à transporter des hardes à la campagne, qu’on met ordinairement sur la croupe du cheval que monte un valet, ou postillon (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Espèce de coffre de bois rond & long, mais plat par dessous & par les deux bouts, couvert de cuir, dont l’on se sert pour mettre des hardes que l’on veut porter en campagne, soit pour la guerre, soit pour le voyage (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Bala, o fardo en el comercio (Terreros, 1786-1793).

manchette (manguito): 15

Ornement fait de toile, de dentelle qu’on porte au poignet. Mode de la régence et de Louis XV […] Un homme ne portait jamais de gants, si ce n’est à la chasse, ou bien à cheval […] ce qui faisait que des manchettes en point d’Angleterre ou en maline brodée pour l’été, et en valenciennes ou en point d’Alençon pour l’hiver, étaient suffisantes pour vêtir la main d’un homme (Abrantès, 1837-1838, II, p. 253).

Vuelos, puños que se añaden como adorno en los brazos, o muñecas al fin de la manga de la camisa, o camisola (Terreros, 1786-1793).

  • manchette de point (manguitos de punto): 15

métier (telar): 2, 23, 26, 46

Métier […] des établis, chassis & autres machines que les Ouvriers inventent pour faciliter le travail de leurs ouvrages. Il y a des métiers pour les étoffes d’or, d’argent, de soye, de laine, de fil, de coton, etc. (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Métier à la tire. Métier crée pour la fabrication des étoffes façonnées. Au début du xixe siècle, on y adapta le mécanisme mis au point par Jacquard qui permit de supprimer l’appareil de cordages et de pédales nécessitant une nombreuse main-d’œuvre. Par la suite ce nouveau métier fut couramment appelé métier Jacquard (Coural, 1980, p. 32).

Telar, máquina que sirve para tejer toda especie de telas (Terreros, 1786-1793).

  • métier du damas (telar para damasco): 46

meuble (tapicería de mobiliario): 2, 9, 16, 17, 25, 29, 30, 33, 34, 35, 37, 40, 41, 43, 44, 45, 46

Meubles communs […] comme tapisseries, chaises, fauteuils, tabourets, perroquets, formes, banquettes, tapis de tables & de pieds, portières, &. On en garnit aussi en dedans quelques carrosses, chaises roulantes & à porteurs (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Alhaja de cuarto, alcoba, etc. (Terreros, 1786-1793).

moquette (moqueta): 21, 29, 45, 47

Moquette, étoffe de laine, qui se travaille à la manière du velours […] On fait les ameublements communs de moquette, des sièges, des tapis de moquette (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Moquette c’est une sorte d’étoffe veloutée qui se fabrique sur le métier […] La Moquette s’employe à faire des meubles communs. Comme tapisseries, chaises, fauteuils, tabourets, perroquets, formes, banquettes, tapis de tables & de pieds, portières, &. On en garnit aussi en dedans quelques carrosses, chaises roulantes & à porteurs (Savary des Bruslons, 1723-1742).

O

or filé (oro hilado o entorchado): 2, 21

Or filé qu’on nomme ordinairement du Filé d’Or. Est de l’Or en lame dont on a couvert un très long brin de soye, en le tortillant dessus par le moyen d’un rouet, & de quelques rochets ou bobines, passées dans des menues broches de fer (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Filé d’or, filé d’argent : c’est l’or ou l’argent trait écaché ou mis en lame très-mince et très-flexible, filé sur de la soie par le moyen d’un rouet et de quelques bobines passées dans de menues broches de fer (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Lame d’argent doré ou du cuivre doré enroulée autour d’une âme composée d’un ou plusieurs fils de soie, de lin, ou du coton (Coural, 1980, p. 33).

or frisé (oro frisado o rizado): 21

Les draps d’or et d’argent frisés, sont estimés les plus riches. On donne cette façon de frisure aux étoffes de deux manières, l’une en les frisant à bras, par le moyen de deux ouvriers qui conduisent une espèce de planche qui sert d’instrument à friser, l’autre, à l’aide d’un moulin qu’on appelle machine à friser, et qui a son mouvement ou de l’eau, ou du cheval, ou de plusieurs hommes que la tournent avec une manivelle (Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1762-1764).

Lame d’argent doré ou du cuivre doré enroulée autour d’une âme constituée par un fil ondé (Coural, 1980, p. 33).

ottoman (otomana): 9

De riches tapis de table, des dessins de tabouret, de fauteuil, d’ottomane, de lit, etc., enfin, des garnitures complètes d’ameublement (Bezon, 1859-1863).

Otomana, canapé ancho en que se puede dormir. Canapé, especie de asiento ancho y largo, que sirve para sentarse y dormir (Terreros, 1786-1793).

P

paillette (lentejuela): 19, 37

Paillette, se dit aussi des petits grains d’or ou d’argent ronds & aplatis, & percés au milieu, dont on parsème quelques fois les broderies pour leur donner plus d’éclat (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Laminita pequeña de oro o plata, que se usa en bordados y adornos (Terreros, 1786-1793).

  • paillette, brodé en (bordado de lentejuelas): 19

Broderie en paillettes, genre de broderie devenue très en vogue ; il y a du brillant, et c’est à cette espèce de mérite sans doute, qu’il doit sa grande faveur […] ces ouvrages exécutés en France, se consommaient en plus grande partie par l’étranger ; il en passoit beaucoup en Espagne particulièrement, et de-là dans les Indes. La broderie en paillettes se soutient pour les diverses parties de l’habillement où l’on recherche plus d’éclat qu’une véritable magnificence (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

  • paillettes, velours semé de — (terciopelo sembrado de lentejuelas): 37

ponceau (punzó o amapola): 11

Se dit d’un rouge foncé qui fait un très-beau couleur de feu, Les étoffes & les rubans de soye teinte en pinceau sont d’un prix considérable […] Cette couleur a pris son nom de la fleur du ponceau, qui n’est autre chose que le petit pavot simple, appelé vulgairement Coquelicoc [coquelicot], qui croit naturellement dans les bleds, & dont la couleur est d’un parfaitement beau rouge (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Papaver rhoeas, nom vulgaire du coquelicot, dont est tirée la couleur ponceau, une des nuances du rouge écarlate (Coural, 1980, p. 33).

Punzó, es un color de fuego muy vivo (Terreros, 1786-1793).

En español color punzó: encarnado de púrpura muy oscuro. El rojo más hermoso que hasta el presente ha podido darse a la seda, es el que se llama punzó (Chaptal, 1821, IV, p. 240).

portière (cortina de puerta): 44

Garniture de porte en forme de grand rideau, qu’on met en-dehors, pour empêcher l’entrée du vent & de l’air froid, dans une chambre, un cabinet, etc. (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

Utensilio de ésta, o la otra tela, que sirve para ocultar alguna cosa, pieza, cama, etc. (Terreros, 1786-1793).

R

rapport (módulo de diseño): 44

On appelle ouvrages de Rapport des ouvrages faits de plusieurs pierres ou de bois de différentes couleurs dont on forme des desseins & de représentations de compartiments, d’oiseaux, de feuillages & même de figures humaines. La mosaïque & la marqueterie sont des ouvrages de rapport (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Largeur et hauteur de tissu occupées par le cycle d’évolution des formes de dessin (Vocabulaire, CIETA, 1987).

[Secuencia regular de repetición del motivo o módulo decorativo en altura y anchura a lo largo del tejido (definición de la autora)].

rayé (listado): 3, 26

On fait des étoffes d’or, d’argent, de soye, de laine, de fil, de coton, & à grandes, moyennes & à petites rayes, de deux ou de plusieurs couleurs. Ce sont les diverses couleurs de la chaîne qui font cette rayure (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Terme général désignant des tissus qui présentent des bandes parallèles à la chaîne (Coural, 1980, p. 33).

Tircla, cierta tela listada (Terreros, 1786-1793).

rideaux de portes et fenêtres (cortinas de puertas y ventanas): 25, 40, 41, 43, 44, 48

Les rideaux des fenêtres se font en étoffes aussi diverses ; cependant avec la préférence des plus légères, que celles employées pour les autres ameublements […] on met toujours deux rideaux à chaque fenêtre, pour empêcher l’entrée du vent & de l’air froid, dans une chambre, un cabinet, etc. (Encyclopédie méthodique, 1782-1832).

Utensilio de ésta, o la otra tela, que sirve para ocultar alguna cosa, pieza, cama, etc. (Terreros, 1786-1793).

robe (vestido): 2, 6, 7, 9, 19, 20, 25, 26, 27, 28, 33, 34, 35, 42, 43, 44, 54

Il vient de la Chine des Robes pour hommes et pour femmes, seulement en morceaux et non assemblées. Elles sont de satin ou de taffetas, brodées d’or, d’argent et de soie. La Compagnie Françoise de la Chine en avoit envoyé les modèles par le vaisseau nommé l’Amphitrite ; & se fut par le retour du même vaisseau que furent apportées les premières de ces sortes de Robes qu’on a vû en France (Savary des Bruslons, 1723-1742).

  • robe de cour (traje de corte): 14, 19, 24, 27, 33
  • robe de gaze en velours (traje de gasa de terciopelo): 25
  • robe de linon batiste (traje de linón-batista): 26
  • robe de linon brodé (traje de linón bordado): 20
  • robe de satin (traje de raso): 26

ruban (cinta): 3, 20, 25, 26, 33

Tissu de soie, de fil, de laine, etc. plat, fort mince, dont la largeur ne passe pas trois ou quatre doigts, et qui sert à nouer, à lier et serrer quelque chose […] il sert aussi à orner les habits (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Tissu très mince qui sert à plusieurs usages […] On fait des rubans d’or, d’argent, de soie, de laine, de fil […] Les rubans d’or, d’argent et de soie, servent pour l’ornement des dames, et même des cavaliers […] Les rubans se travaillent et se tirent avec la navette sur le métier (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Cinta, tejido largo, y poco ancho, que sirve para atar, o adornar alguna cosa (Terreros, 1786-1793).

  • ruban brodé (cinta bordada): 20
  • rubans pour ceinture (cintas para cintura): 3
  • rubans rayés (cintas listadas): 3
  • rubans gaufrés (cintas estampadas): 3

Le ruban gaufré est celui sur lequel on imprime des ornements de fleurs, d’oiseaux, des ramages ou des grotesques (Migne, 1858, pp. 821-823).

Cinta estampada o labrada con motivos impresos con un hierro candente (Terreros, 1786-1793).

S

satin (raso o satiné): 17, 18, 25, 26, 27, 33, 37, 48

Satin, étoffe de soie plate, polie et luisante, dont la chaîne est fort fine et fort en dehors. Le satin plein est celui qui est brillant et uni. Il y en a d’autre qui est figuré, et diversité de plusieurs couleurs ou figures, auquel on ajoute de nouvelles chaînes ou trêmes pour faire les façons (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Étoffe de soye polie & luisante, dont la chaîne est fort fine & fort en dehors ; & la treme [sic] qui est plus grosse est cachée toute en dedans. C’est cette manière de fabriquer le Satin, qui lui donne ce lustre & ce brillant qui en fait le prix & la beauté. Il y a des satins unis, des satins brochés, des satins à fleurs d’or ou de soye, des satins rayez, enfin diverses autres sortes & façons suivant le génie de l’Ouvrier qui sçait imaginer de nouvelles modes pour donner du débit à la marchandise. Toutes ces sortes de satins doivent être faits sur des rots [peignes] de onze vingt-quatrièmes ; c’est-à-dire, avoir une demie aune moins un vingt-quatrième entre ses lizieres. Ceux où il y a de l’or & de l’argent doivent être tramez d’or & d’argent fin, & leur chaîne aussi-bien que celles des satins, tout de soye, & la trame de ceux-ci doit être de pure & fine soye cuite sans mélange de soye teinte sur crû […] Les façons des satins se font en y ajoutant de nouvelles chaînes ou trames (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Armure dont les liages sont répartis de manière à être dissimulés entre les flottés voisins, afin de présenter une surface unie généralement brillante (Coural, 1980, p. 34).

Nombre derivado del italiano setino, seda. Tela de seda lustrosa. Fórmase levantando los lizos para que teja la trama, sólo de ocho en ocho lizos, que es tejiendo sólo la octava parte de la urdimbre (Diccionario, 1783).

  • satin brodé (raso bordado): 18, 27, 37
  • satin sur fil (raso de hilo): 25, 33
  • satin jaune ombré broché (raso amarillo oscuro brochado): 48
  • satin rayé (raso listado): 26, 48

surtout (sobre-todo): 14

Surtout, c’est un nom qu’on a donné à une grosse casaque, ou justaucorps, qu’on met en hiver par-dessus les autres habits […] ce mot est nouveau, et n’a été en usage qu’en l’année 1684. Anciennement on appelloit la même chose souravis (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Sobre-todo, especie de casacón, o balandrán (Terreros, 1786-1793).

T

taffetas (tafetán): 17, 42

Étoffe de soye très fine, fort légère, & pour l’ordinaire extrêmement lustrée. Il se fait des taffetas de toutes couleurs, de pleins ou unis, de glacez, de changeans & de rayez à rayes d’or, d’argent & de soye. Il y en a […] beaucoup d’autres à qui la mode ou le caprice des fabriquans donnent des noms si bizarres qu’il seroit aussi difficile qu’inutile de les rapporter tous ici, outre qu’ils durent rarement au-delà de l’année qui les a vû naître […] La plus grande consommation des taffetas se fait pour des habits d’été à l’usage des femmes, pour des doublures, des écharpes, des coëffes, des housses de lit ou de chaises, des rideaux de fenêtre, de courte-pointes & autres meubles. Trois choses contribuent le plus à la beauté & à la perfection des taffetas, la soye, l’eau & le feu ; la soye non seulement doit être des plus fines & des meilleurs qualitez, mais il faut encore que les Fabricans la fassent long-temps & beaucoup manier avant de l’employer. L’eau, outre qu’elle doit être donnée légèrement & à propos, semble ne produire ce beau lustre que par une espèce de propriété naturelle qui ne se trouve pas dans toutes les eaux ; & l’opinion commune est que c’est à celle de la Saône que Lyon doit ce brillant & cet éclat qui distingue ses taffetas, particulièrement les noirs de tous les autres, & qu’il n’est pas possible de bien imiter ailleurs ; enfin le feu qu’on fait courir par dessous pour sécher l’eau qu’on y a donné, a encore sa manière propre & spécifique d’être appliqué, qui fait le moins ou le plus de beauté des taffetas (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Taffetas, étoffe de soie très-fine, fort légère, et pour l’ordinaire extrêmement lustrée et très-serrée […] les taffetas […] se fabriquent néanmoins pour la plupart dans le royaume et particulièrement à Lyon et à Tours. La plus grande consommation des taffetas se fait pour des habits d’été à l’usage des femmes, pour des doublures, des écharpes, des coëffes, des housses de lits ou de chaises, des rideaux de fenêtre, des courtes-pointes et autres meubles […] L’eau […] que c’est à celle de la Saône que Lyon doit ce brillant et cet éclat qui distingue ses taffetas, particulièrement les noirs (Plomteux, 1770).

Armure qui se définit par le passage alterne de deux coups de trame sur deux fils, pair et impaire, de la chaîne (Coural, 1980, p. 34).

Tela de seda muy unida (Diccionario, 1783).

  • taffetas chiné (tafetán chiné): 17

Chinée, c’est une étoffe dont les fils de la chaîne, par la variété de leurs couleurs, présentent un dessein peu exact à la vérité, mais agréable. On ne chine ordinairement que les étoffes unies et minces, les taffetas spécialement […] Il y a aussi des taffetas chinés qui sont très recherchés quand ils réunissent l’agrément du dessein et la vivacité des couleurs (Lacombe de Prezel, 1761).

tamine [tamise o étamine] noir à la pluie (estameña): 27

Tamine, Estamine, Étamine. Petite étoffe très-légère, non croisée, composée d’une chaîne & d’une tréme [sic], qui se fabrique avec la navette sur un métier à deux marches, ainsi que les camelots & la toile (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Étamine, étoffe légère, dont la trame n’est point velue, comme dans le drap, mais faite de fil d’étain et de laine peignée, comme la chaîne. La belle étamine est fabriquée d’étain sur étain, ou d’une chaîne et d’une trame également lisse, ce qui donne quelquefois à cette étoffe un brillant qui approche de celui de la soie […] Fil d’étain, fil de laine plus tors qu’à l’ordinaire (Lacombe de Prezel, 1761).

Tissu assez serré, pour que la pluie ne le pénètre pas facilement, tissu lisse, uni, léger, de laine peignée. Cette étoffe a été inventé vers 1770, elle a eu une grande vogue, pendant une vingtaine d’années en France et en Espagne (Dictionnaire universel théorique, 1859-1861).

[Estameña, tejido de lana muy apretado, casi impermeable (definición de la autora)].

tapis (alfombra): 1, 2, 21, 24, 29

Tapis, couverture d’étoffe, ou de tissu de laine, de soie, et qu’on étend sur une table, sur une estrade, dans une alcove […] Les Anciens appeloient tapis, les étoffes qui avoient des poils d’un côté (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Espèce de couverture d’étoffe ou d’autre ouvrage, travaillée à l’aiguille ou sur métier, qui fait une partie des meubles d’une maison, & qu’on étend sur les tables, les estrades, […] etc. Les tapis qui viennent en France des Pays Étrangers, sont les tapis de Perse & de Turquie ; ceux-ci ou velus ou ras, c’est-à-dire, ou à poil court ou à long poil. Les uns & les autres se tirent le plus ordinairement par la voye de Smirne (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Alfombra, tapete o paño grande todo de una pieza de mucho cuerpo y duración, hecho de seda y lana de diversos colores […] Sirve ordinariamente para adorno de los estrados y cubrir el suelo (Diccionario, 1783).

  • tapis en moquette (moqueta): 21
  • tapis turc en velours ciselé (alfombra turca de terciopelo): 2
  • tapis lamé en or (alfombra con hilo de oro): 2

tapisserie (tapicería o entapizado, colgadura): 14, 17, 21, 25, 27, 29, 41, 44, 45, 50

Tapisserie, pièce d’étoffe, ou d’ouvrage, qui sert à parer une chambre, à en cacher les murailles (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Pièce d’étoffe ou d’ouvrage, qui sert à parer une chambre ou quelqu’autre appartement d’une maison : ce avec quoi on en couvre les murailles. Cette sorte d’ameublement se peut faire de toutes espèces d’étoffes, comme de velours, de damas, de brocards, de brocatelle, de satin de Bruges (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Colgadura, tapices o telas de seda, o lana con que se cubren y adornan las paredes interiores de las casas (Diccionario, 1783).

Tapicería, pieza con que se adorna una cámara, alcoba, cuarto (Terreros, 1786-1793).

  • tapisserie brodé (tapicería bordada): 25, 29, 44
  • tapisserie en velours (tapicería de terciopelo): 45
  • tapisserie, point de (punto de tapiz): 21

tissu (tejido): 3, 21

Tissu, il se dit d’une toile ou d’une étoffe faite en entrelassant les fils (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Se dit de toutes sortes d’étoffes, rubans & autres semblables ouvrages faits de fils entrelassez sur le métier avec la navette (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Tisú. Tejido de seda y oro (Terreros, 1786-1793).

  • tissu or (tejido de oro): 21

toile (tela): 24, 45

Toile, tissu de fil de lin, de chanvre ou de coton, entrelacés (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Nom que l’on donne à une sorte de tissu fait de fils entrelassez (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Tela, cualquier obra tejida de lana, seda, lino y otras materias (Diccionario, 1783).

V

velours (terciopelo): 1, 2, 5, 6, 7, 9, 11, 14, 20, 25, 26, 27, 35, 37

Velours, étoffe toute de soie, dont les filets de traverse sont conduits autour d’une petite verge de cuivre, sur laquelle après on les coupe ; ce qui fait paroitre un tissu de poils plus courts que ceux de la panne […] Le plus beaux velours sont à quatre poils (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Riche étoffe toute de soye, couverte à l’endroit d’un poil épais, court, serré & très-doux, dont l’envers est une espèce de tissu extrêmement fort & pressé. Le velouté de cette étoffe se fait d’une partie des fils de la chaîne qu’on appelle poil, que l’Ouvrier place sur une longe & étroite règle ou aiguille de cuivre cannelée, qu’il coupe ensuite en conduisant un petit outil d’acier très-tranchant le long de la cannelure de l’aiguille […] Les velours pleins sont deux qui sont unis & qui n’ont ni figures ni rayures. Les velours figurez, deux qui ont diverses figures & façon, mais qui n’ont point un fond différent de la façon, dont toute la superficie est veloutée. Les velours à ramages deux qui représentent de grands branchages & rinceaux sur un fond satiné, quelque fois de la même couleur, & plus souvent d’une couleur différente du velouté (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Tissu dont tout ou partie de la surface est couverte par des bouclettes (velours frisé) ou des poils (velours coupé) dressées au-dessus d’une armure de fond (Coural, 1980, p. 34).

Tela de seda, velluda, y que se llamó así porque comúnmente se hace de tres pelos, aunque las hay de 4 pelos y de dos (Terreros, 1786-1793).

  • velours brodé (terciopelo bordado): 5, 37
  • velours ciselé (terciopelo cincelado, cortado o labrado): 2

Les velours ciselez ou coupez sont ceux dont la façon où est de velours & le fond d’une espèce de taffetas, ou de gros de Tours (Savary des Bruslons, 1723-1742).

Velours ciselés ou coupés, dont la façon est de velours, et le fond d’une espèce de taffetas ou de gros-de-Tours (Bezon, 1859-1863).

Velours comportant à la fois des effets frisés et coupés ; ces derniers sont plus hauts que les premiers (Coural, 1980, p. 34).

Cincelar. Se decía en otro tiempo de varias figuras o hechuras, que se hacían con la punta de las tijeras sobre el terciopelo, descubriendo una parte del fondo según el dibujo que se deseaba formar. La invención de hacer terciopelos cincelados al telar, ha ahorrado este largo y fastidioso trabajo (Boy, 1840).

  • velours chiné (terciopelo chiné): 6

Fil comportant différentes colorations obtenues par teinture ou par impression. Par extension désigne un tissu exécuté avec des fils chinés utilisés en chaîne ou en trame : taffetas chiné, velours chiné (Coural, 1980, p. 31).

[Terciopelo tejido con hilo chiné (definición de la autora)].

  • velours en dorure (terciopelo con oro): 7

Dans les velours en dorure, il faut […] veiller à ce que le guilloché, qui se lie par la corde, n’ait pas trop d’extension, afin que la lame ne se casse pas (Bezon, 1859-1863).

[Terciopelo de seda combinado con lamas de oro (definición de la autora)].

  • velours façonné (terciopelo labrado): 26

Les velours façonnés peuvent être exécutés à corps multiples et se dénomment alors double, triple ou quadruple corps, suivant le nombre de chaînes poil utilisées (Coural, 1980, p. 34).

  • velours d’hiver (terciopelo de invierno): 6, 17
  • velours miniature (terciopelo miniatura): 14, 26, 27

Los terciopelos de seda estuvieron en boga desde el siglo xvii pero más aún en el siglo xviii para los trajes de los hombres de la corte. Bajo el reinado de Luis xvi alcanzaron su apogeo con un máximo de fineza de efectos y de elegancia. Una tarifa de muestras fechada en abril de 1780 da una idea del valor alcanzado por estos tejidos, entre los que se encontraban los «velours mignatures», 3 cuerpos a 35 libras el ana (Boucher, 1996, p. 56).

  • velours de printemps (terciopelo de primavera): 6
  • velours de velouté (terciopelo tronasolado): 6
  • velours, gaze en (gasa de terciopelo): 25
  • velours, tapisserie en (entelado de terciopelo): 35

velouté (tornasolado): 11, 14

Taffetas velouté, imitant la moire, par un effet de prisme. L’effet flotté de la chaîne, en couvrant par inégales parties la trame rayée en travers, fait produire des ondulations qui sont variées par la couleur opposée paraissant et disparaissant tout à tour ; ce qui produit pour le coup d’œil une sorte de prisme chatoyant. On a employé le tissu dont il s’agit pour robes et pour cravates (Bezon, 1859-1863).

Lo que tiene visos, o tornasoles, oro (Terreros, 1786-1793).

veste (casaca): 16, 18, 19, 26, 27, 33, 37, 40, 42, 45

Veste, espèce de justaucorps qui va jusqu’aux genoux. En France on porte des vestes légères sous les justaucorps, plus ou moins haut selon les modes (Dictionnaire de Trévoux, 1704-1771).

Casaca, vestidura con mangas que llegan hasta la muñeca, y las faldillas hasta la rodilla, se pone sobre la chupa y se ciñe al cuerpo con botones. Usanla también las mujeres, pero más corta de mangas y faldilla (Diccionario, 1783).

  • veste brodé (casaca bordada): 26
  • veste dessiné (casaca pintada): 26
  • veste riche (casaca rica): 27
  • veste de Nankin (casaca de Nankin): 40

À l’origine, étoffe de coton jaune chamois fabriquée à Nankin. Par extension indique une couleur d’un jaune particulier (Coural, 1980, p. 32).

[Casaca confeccionada con tejidos ligeros, como la seda o el algodón, importados de Nanking, China (definición de la autora)].

Bibliographie

1690-1701

Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye – Rotterdam, Arnoud et Reinier Leers, 1690-1701.

1704-1771

Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, París, Compagnie des libraires associés, 1704-1771.

1718

Nouveau dictionnaire de l’Académie françoise, dédié au roy, París, Jean-Baptiste Coignard, 1718, 2 vols.

1723-1742

Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de Commerce, d’Histoire Naturelle, et des Arts et Métiers, Ginebra, Cramer et Philibert, 1723-1742.

1751-1772

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Denis Diderot y Jean Le Rond d’Alembert (dirs.), París, Briasson, David, Le Breton, Durand, 1751-1772.

1761

Honoré Lacombe de Prezel, Dictionnaire du citoyen ou abrégé historique, théorique et pratique du Commerce, París, Grange, 1761.

1762-1764

François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire domestique portatif, contenant toutes les connoissances relatives à l’œconomie domestique et rurale, où l’on détaille les différentes branches de l’agriculture, la manière de soigner les chevaux, celle de nourrir et de conserver toute sorte de bestiaux, celle d’élever les abeilles, les vers-à-soie, et dans lequel on trouve les instructions nécessaires sur la chasse, la pêche, les arts, le commerce, la procédure, l’office, la cuisine […], par une Société de gens de lettres, París, Vincent, 1762-1764, 3 vols.

1770

Clément Plomteux, Dictionnaire portatif du commerce, contenant la connoissance des marchandises de tous les pays…, Bouillon, Société Typographique, 1770.

Charles-Germain de Saint-Aubin, L’art du brodeur, París, Imprimerie de L. F. Delatour, 1770.

1777-1840

Journal de Paris, 1777-1840.

1782-1832

Encyclopédie méthodique, Arts et Métiers Mécaniques, París, Charles-Joseph Panckoucke, 1782-1832.

1783

Diccionario de la lengua castellana de la Real Academia [2ª ed.], Madrid, Joaquín Ibarra, 1783.

1786-1789

Magasin des modes nouvelles, français et anglaises, 1786-1789.

1786-1793

Esteban de Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes y sus correspondientes en las tres lenguas francesa, latina e italiana, Madrid, Imp. de la viuda de Ibarra, 4 vols., 1786-1793.

1787

Pierre-Joseph Odolant-Desnos, Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, Alençon, J. Z. Mazasses le jeune, 1787.

1794

Antonio Carbonell, Enciclopedia Metódica. Fábricas, Artes y Oficios, traducidos del francés al castellano por Don Antonio Carbonell, Madrid, Imprenta de Sancha, 1794.

1801

Jacques Peuchet, Vocabulaire des termes de commerce, banque, manufactures, navigation marchande, finance mercantile et statistique, París, Testu, an IX [1801].

1803

Claude-Marie Gattel, Dictionnaire françois-espagnol et espagnol-françois, Lyon, Bruyset, an XI [1803].

1816-1821

Jean-Antoine Chaptal, Química aplicada a las Artes, traducida del francés por el Doctor D. Francisco Carbonell y Bravo, Barcelona, Imprenta de Antonio Brusi, 1816-1821, 4 vols.

1837-1838

Abrantès, duchesse d’ [Laure Junot], Histoire des Salons de Paris. Tableaux et Portraits du Grand Monde sous Louis XVI, le directoire, le consultat et l’empire, la restauration et le règne de Louis-Philippe Ier, París, Ladvocat, 1837-1838, 3 vols.

1840

Jaime Boy, Diccionario teórico, práctico, histórico y geográfico de Comercio, Barcelona, Junta de Comercio, Valentín Torras, 1840.

1846

Eugène Chevreul, Théorie des effets optiques que présentent les étoffes de soie, París, Typographie de Firmin Didot Frères, 1846.

1857

José Oriol Ronquillo, Diccionario de materia mercantil, industrial y agrícola, Barcelona, José Tauló, 1857.

1858

Jacques-Paul Migne, Troisième et dernière Encyclopédie théologique, París, J.-P. Migne Éditeur, 1858.

1859-1863

Jean Bezon, Dictionnaire général des tissus anciens et modernes, Lyon, Librairie et Lith. de Th. Lépagnez, 1859-1863, 8 vols.

1859-1861

Dictionnaire universel théorique et pratique du Commerce et de la Navigation, París, Librairie de Guillaumin et Cie, 1859-1861.

1862

Paul Lacroix, Alphonse Duchesne, Histoire de la chaussure depuis l’Antiquité la plus reculée jusqu’à nos jours, París, Adolphe Delahays, 1862.

Joaquín Bastús, Diccionario Histórico Enciclopédico, Barcelona, Alou Hermanos, 1862.

1862

Joaquín Bastús, Diccionario Histórico Enciclopédico, Barcelona, Alou Hermanos, 1862.

1873

Ernest Pariset, Les Beaux-Arts à Lyon, Lyon, Imprimerie d’Aimé Vingtrinier, 1873.

1980

Jean Coural, «Lexique des principaux termes techniques», en Paris, Mobilier national : Soieries Empire, París, Éditions de la RMN, 1980, pp. 30-34.

1987

Vocabulaire Français, Français-Allemand-Anglais-Espagnol-Italien-Portugais- Suédois, Lyon, Publications du CIETA, 1987 (ed. mecanografiada).

1989

Nicole Pellegrin, Les vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires françaises de 1780 à 1800, Aix-en-Provence, Alinéa, 1989.

1996

Jean-Jacques Boucher, Arts et techniques de la soie, París, Fernand Lanore, 1996.

2011

Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, París, Le Robert – SEJER 25, 2011.

2014

Jean-Jacques Boucher, Dictionnaire de la soie. Découvrir son histoire de ses origines jusqu’à nos jours, París, Lanore, 2014.

Notes

1 Para una aproximación a la obra de Terreros y Pando, véanse Álvarez de Miranda, 1992, y Herrero Carretero, 2008, pp. 13-17.

2 El desarrollo bibliográfico de todas estas obras de referencia se encuentra al final de este capítulo.

3 Sobre el éxito de la denominación «a la matelote» y su connotación popular, véase Pellegrin, 1989, p. 127.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search