Version classiqueVersion mobile

La decoración ideada por François Grognard para los apartamentos de la duquesa de Alba en el palacio de Buenavista

 | 
Concha Herrero Carretero
, 
Álvaro Molina
, 
Jesusa Vega

Epistolario

Transcripción de la correspondencia comercial en francés de François Grognard (Lyon, 1748 – Fontenay-sous-Bois, 1823)

Concha Herrero Carretero

Texte intégral

1787 [cartas 1 a 9]

Carta 1 [3], [2 h, fos 1-2v.o]

1787, julio, 14, Marsella

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 1]

Nº 3

  • 1 La ciudad era sede del principal puerto comercial del Mediterráneo, considerado «un centre commun (...)

Marseille1 le 14 juillet 1787

  • 2 El contrato de sociedad firmado entre el fabricante de sedas Camille Pernon (Lyon, 1753 – Sainte-F (...)
  • 3 El 1 de febrero de 1787, la firma Camille Pernon y Cie se asoció definitivamente por cuatro años c (...)

M. Camille Pernon2 Peyron3

Messieurs

Je viens d’ébaucher une petite commission. Je n’ai pu la déterminer n’ayant pu y mettre un prix convenable tant pour vous que pour l’acheteur vous en avez cy-jointe la note.

Il faut faire faire tout de suite une petite esquisse du damas* soie sur [palabras borrosas: un papier] d’une des couleurs demandées, le dessin doit être dans une disposition approchante au calque ci-joint, marqué sur l’esquisse le dernier prix comptant avec l’escompte de 8 p % et 1 p % dans l’aunage*.

  • 4 Sobre Grognard como dibujante, diseñador y adornista es indispensable Gastinel-Coural, 1990.

Plus une esquisse du tapis* en suivant à peu près l’idée que j’ai tracé ci-jointe4, mais que le prix comptant avec l’escompte de 8 p % et 1 p % don d’aunage.

  • 5 El danés Lassen, agente y cónsul de Dinamarca, y J. Keller, del cantón suizo de Schaffouse, eran n (...)

Il faut adresser le tout à Mrs. Keller et Lassen5 les laissant [tachado: les] maitres d’accorder à ce juif du crédit moyennant la caution qui pourra leur convenir.

Quant au damas il n’en donnera pas plus de 40 [livres] l’aune*. Pour les tapis, je n’ai parlé d’aucun prix.

Il faudra envoyer la note de la commission à Mr. Keller et Lassen toute prête à être signée, afin de leur éviter la peine de la stipuler.

[fo 1v.o]

  • 6 Probablemente se trata de Pierre-François de Rémusat (Marsella, 1755-1803), negociante y político (...)

J’ai déterminé la commission de ces tapis d’autant plus volontiers que je crois que vous pourrez les établir à un prix convenable et qui donnera du bénéfice. Les faisant à la suite des velours* de Mr. Remusat6.

Comme ces tapis se vendent séparément, s’il est possible de varier les couleurs en employant cependant les mêmes dans le général des tapis, il faudra le faire. Si cela donne de l’embarras et en augmente les prix, il faut les faire tous égaux.

J’ai encore à vous [tachado: demander] observer de mettre les chaînes* assez longues pour faire un tapis pour l’échantillon, soit pour me l’expédier soit pour le garder au magasin*.

  • 7 Cádiz, por su categoría de primer puerto comercial de España y del Atlántico para las Indias occid (...)

De même, je désirerai un échantillon du damas broché* or fond cramoisi d’une jolie grandeur et des morceaux sur les autres couleurs, soit pour obtenir des commissions à Cadix7 soit pour ornement d’Église.

Tandis que l’on fabriquera ces étoffes, je pense qu’il conviendra d’échantiller quelques nouveaux dessins, afin de tirer parti de cette commission.

  • 8 Los principales puertos franceses eran Burdeos, Nantes, Marsella, Le Havre, Bayona y Lorient. Desd (...)

Je viens de parler à un capitaine qui doit partir pour Valence, il m’a promit de mettre à la voile de demain en 8. S’il tient sa parole, j’en profiterai, autrement je me déterminerais à aller par Bayonne8.

[fo 2]

Pour le courrier prochain je compte de vous envoyer une commission d’étoffes en meuble.

J’ai l’honneur d’être avec un sincère attachement,

Messieurs

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[fo 2v.o]

Marseille, le 14 juillet 1787

Mr Grognard

14 juillet

À Messieurs

Messieurs Clle. Pernon Pernon [sic]

À Lyon

Carta 2 [4], [2 h, fos 3-4]

1787, julio, 17, Marsella

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 3]

Nº 4

[A lápiz: 2]

Marseille le 17 juillet 1787

Mr Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 9 El negociante M. Peragallo fue uno de los rectores del Hôtel Dieu de Marsella, situado en la place (...)
  • 10 Es el mismo tipo de tejido que en 1784 tapizaba uno de los salones del palacio electoral de Coblen (...)

En fin, il faut expédier a Mr. Peregallo l’aîné9 12 fauteuils en damas 3 couleurs fond bleu lizeré gris et blanc du dessin arabesque10, où il y a des dauphins qui jettent de l’eau dans le sujet du dorico, avec les bordures* nécessaires, si ce dessin ne travaille pas, il faut le lui marquer et lui envoyer un échantillon de celui qui est sur les métiers*. Le prix que j’en ai demandé est de 24 livres pour les 3 couleurs et de 18 livres [tachado: francs] pour les 2 couleurs.

Il lui est presque indifférent que ces fauteuils soient en 2 ou 3 couleurs pourvu qu’ils soient joli et d’un bon goût.

J’ai reçu les deux lettres que vous m’avez écrites le 9 et 13 courant.

  • 11 Lenceros de Toulon. «Toiliers de Toulon, Département du Var, Bourgarel frères» (Almanach du Commer (...)

Pour réponse à la première, Mrs. Bourgarel frères11 ils viennent de vous expédier la caisse de livres.

Par celle du 13 j’ai reçu les échantillons dont vous me donnez la note, je tâcherai de les faire valoir.

Je verrai Mr. Belleville et je ferai en sorte de finir avec lui.

  • 12 En Valencia, los franceses constituían una colonia mercantil fuerte, con 12 mercaderes mayoristas (...)
  • 13 Pierre Gautier de Martigue aparece citado en una sentencia del almirantazgo de Marsella del 31 de (...)

Je pars décidément pour Valence12 avec le capitaine Gautier13 et notre départ est décidé pour samedi ou dimanche prochain. J’espère être à Madrid le 10 du mois prochain, adressez-moi vos lettres chez Mr. Louis Rigal Banq[uier] à Madrid.

[fo 3v.o]

Par la prochaine messagerie ou par le courrier j’adresserai un vieux tapis turc en velours cizelé*, il vous servira de guide pour faire ceux donc je vous ai prié de faire passer le dessin et le prix à Mr. Keller et Lassen.

Il ne faut pas faire ce même dessin, bien au contraire, on désire quelque chose de goût, celui que je vous envoi étoit autrefois lamé en or*, n’oubliez pas d’en faire un échantillon pour me l’expédier en Espagne, il y a toute apparence que j’en aurois quelque commission à Cadix pour la côte d’Afrique. Marquez-moi aussi en même temps quelle variété on pourrait faire dans la nuance de ces tapis, sans en augmenter le prix. Je désirerai aussi que vous en fissiez un petit bout d’échantillon avec du filet or* sans lame.

  • 14 J. J. Pallard, negociante establecido en Marsella y asociado a los señores Lullin y Charton, «Copi (...)
  • 15 Un damasco semejante fue realizado por Camille Pernon en 1807 para amueblar los palacios de Compiè (...)

Au reçu de ma lettre, je vous prie de renouveler mes offres de services à Mr. Pallard, associé de Mr. Pallard, Lullin et Charton14, il doit se marier incessamment, il m’a donné sa parole de vous demander tout ce qu’il auroit besoin pour son mariage, tant pour ses habits que pour sa femme, il veut aussi un meuble* en damas du dessin arabesque 3 couleurs, il vous fera passer le vert dont il désire le fond15.

  • 16 Los hermanos Chaudron eran afamados tintoreros, establecidos en Lyon en el muelle del Saona, con d (...)

Mr. Chaudron le Père16 partira à la fin de ce mois pour Lyon, il passera chez vous pour vous commettre des divers batistes* brodés en soye [palabra ilegible: nude ?] et en tout blanc, il désireroit aussi que vous lui prépariez des échantillons brodés en fil plat blanc*.

Il faudra en faire faire tout de suite les échantillons pour qu’il les trouve à son arrivée à Lyon.

[fo 4]

  • 17 Castillo al sur de Marsella, construido según planos de Charles-Louis Clérisseau por el arquitecto (...)

J’ai passé une journée au château de Mr. Borelly17 où l’on m’a comblé d’honnêté [sic], on a admiré vos échantillons mais pas un pouce de commission, parce que tout est meublé. J’y retourne demain, j’y porterai les échantillons de broderie pour habits et pour robes*, on me les a demandé. Je désire bien que l’on les trouve jolis et que l’on nous commette quelque chose, il y a toute apparence que je partirai peu chargé de commissions mais par contre de beaucoup de promesses.

J’ai l’honneur d’être avec un sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[fo 4v.o]

Marseille le 17 juillet 1787

Mr Grognard

Monsieur

Messieurs Clle. Pernon Peyron

À Lyon

Carta no conservada

1787, agosto, 28, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 3: «Je vous confirme ma dernière du 28 août dernier pour laquelle je vous ai commis divers articles pour le compte du Prince».

Carta 3 [1 h, fos 5-5v.o]

1787, septiembre, 3, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 5]

[A lápiz: 3]

  • 18 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 9-10; Junquera, 1979, p. 81, transcribe «7bre» por julio; Gastinel-Co (...)

St. Ildephonse, le 3 7bre [septiembre] 178718

Mess. Clle. Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 19 Carlos III (1716-1788), rey de España desde 1759 hasta su muerte. Párrafo extractado en Gastinel-C (...)

Je commence à prendre pied. J’ai obtenu la fourniture* des habits du Roi [Carlos III19], vous en aurez cy-après la note. Vous ne la recevrez que par le courrier prochain avec le patron.

  • 20 Carlos de Borbón (1748-1819), hijo de Carlos III y María Amalia de Sajonia, futuro Carlos IV, rey (...)
  • 21 María Luisa de Parma (1751-1819) contrajo matrimonio con el príncipe de Asturias, futuro Carlos IV (...)
  • 22 Los hermanos Riboud eran comerciantes y fabricantes de cintas, establecidos en Lyon. En 1851 tenía (...)
  • 23 Director de una fábrica de cintas establecido en el Strudelhof de Viena. «Fait toutes sortes de ru (...)
  • 24 Fabricantes de terciopelos establecidos en la rue Pizay, barrio de Terreaux, de Lyon: «MM. Chanel (...)
  • 25 Miller reseña la actividad de Barthélémi Billeman (1744 – d. 1780) como diseñador independiente, m (...)

Je vous confirme ma dernière du 28 août dernier par laquelle je vous ai commis divers articles pour le compte du Prince [Carlos IV20]. J’ai oublié de vous dire que les rubans* pour ceinture que désire la Princesse [María Luisa de Parma21] sont de chez Mr. Riboud22, ami de Mr. Bouvard23, les rayés et gaufrés* sont de chez Mr. Chanel, [tachado: de l’Arbre sec] rue Pizay [Lyon]24. Les tissus* pour le Prince sont de chez Mr. Billemue [Billeman]25. Je ne puis vous dire ce que ces articles m’ont été coté, parce que je n’ai pas mes notes ici, il faudra les marchander le plus que vous pourrez.

  • 26 Marie-Antoinette-Rosalie Pons de Roquefort (1751-1824), mujer del embajador del rey de Francia, Pa (...)
  • 27 Antoinette de Quélen de la Vauguyon casó con el príncipe Alexandre-Emmanuel-Louis, duque de Bauffr (...)
  • 28 Paul-François de Quélen de la Vauguyon (1746-1828), embajador de Luis XVI en Madrid. «Si Murat ne (...)

Cy-inclus ma petite commission pour Mme. la Duchesse de la Vauguyon26 et pour Mlle sa fille27. Je n’ai pu refuser de la prendre parce que Mr le Duc m’a promis la fourniture de sa maison28, il auroit bien désiré que je fusse arrivé ici il y a 3 mois parce qu’il m’auroit commis toute la fourniture de mariage [fo 5 v.o] de Mademoiselle sa fille. Il se fera dans le mois prochain à l’Escurial.

Je n’ai pu fixer les prix attendu les divers changements que désirent ces dames, d’ailleurs Mr. le Duc leur a dit que l’on ne marchandoit jamais dans votre manufacture.

  • 29 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

J’ai été appellé hier chez le Prince, il m’a donné ordre de me rendre à l’Escurial lorsque la cour y sera, pour déterminer les aunages des étoffes qu’il a choisi, suivant les pièces dans les quelles il jugera à propos de les placer29.

Je vous envoirai aussi quelque petite commission particulière.

Je suis avec un sincère attachement

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

  • 30 Cuadernos con muestras de telas de seda y oro.

Je retourne demain à Madrid pour prendre mes carnets de dorure30 et être ici samedi au soir.

Lundi prochain vous recevrez une commission.

[Invertido: S. Ildephonse, 3 septembre 1787. Mr. Grognard]

Carta 4 [1 h, fos 6-6v.o]

1787, septiembre, 10, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 6]

[A lápiz: 4]

  • 31 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 10.

St.-Ydelphonse le 10 7bre [septiembre] 178731

Mr. Clle. Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 32 Judas Tadeo Simón Fernández de Miranda y Villarias (Madrid, bautizado en la parroquia de San Martí (...)
  • 33 Francisco Antonio Fleuriot de Parisien, hijo de Catalina Bussé, que vino sirviendo a S. M. desde N (...)

Me voici de retour de Madrid d’où je vous ai expédié les patrons des habits du Roi, de Mr le Marquis de Valdecarzane32 et de Mr. Parisien33.

Et voici le commencement des commissions de la garde-robe de S. M. C.

Les prix de ces 6 habits sont fixé a 50 p % de bénéfice quant à présent, si je puis porter le prix des Riches plus haut, je le ferai et je vous le marquerai en vous envoyant le double de la commission que l’on doit me signer. Cela ne doit pas vous empêcher à mettre tout en exécution.

La commission des galons* n’est pas encore déterminé, elle le sera cette semaine.

  • 34 Los infantes Fernando (1751-1825), Gabriel (1752-1788) y Antonio Pascual (1755-1771), hijos de Car (...)

Il ne me reste plus qu’un échantillon de bordure en dorure pour habit ce qui me chagrine car l’on me fait espérer de me présenter à S. A. R. les Infants34 et ils n’auront rien à choisir.

Je vous écrirai plus amplement le courrier prochain il faut que je sorte.

Votre très humble et très obéissant.

Grognard

[fo 6v.o]

Mr. le Marquis de Valdecarzane m’a surtout recommandé les deux habits du Roi, pour qu’ils soient bien exécutés. Quant aux siens et à ceux de Mr. Parisien au cas qu’il ne [palabra dudosa: récupère] pas cela ne leur fait rien, mais ceux du Roi leur tiennent bien à écrire, il ne faut pas perdre un instant de mettre tout exécution aussitôt que vous auriez les patrons.

[Invertido: St.-Idelhponse [sic]. Mr. Grognard, 10 7bre [septiembre] 1787 A le 1 8bre [octubre]]

Carta no conservada

1787, septiembre, 15, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 10: «ma lettre du 15 7bre [septiembre] où je vous indiquois la marche qu’il falloit tenir».

Carta 5 [2 h, fos 7-8v.o]

1787, septiembre, 23, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 7]

[A lápiz: 5]

  • 35 Poidebard, Chatel, 1912, p. 10; Miller, 2012, p. 143.

Madrid St.-Ydelphonse le 23 7bre [septiembre] 178735

[otra mano posterior: St.-Idelphonse Le 23 7bre 1787]

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

[otra mano posterior: M. Grognard]

Messieurs

J’ai reçu votre lettre du 1er septembre courant incluses les factures des marchandises qui vous sont dues en Espagne. Je m’en servirois lorsque je le pourrois pour vous en faire payer.

  • 36 Gozar del privilegio de extracción o del privilegio exclusivo de exportación. «Jouir de l’extracti (...)
  • 37 Sobre licencias de exportación, tráfico y control de exportaciones fraudulentas de seda valenciana (...)

Par votre susdite lettre je vois que vous avez songé à faire quelque spéculation sur les soyes d’Espagne dès qu’elles pourront sortir du Royaume. D’après les avis que j’ai déjà reçu, je ne perdrai pas de vue cette affaire. L’entretien que j’ai eu hier avec Mr l’Embassadeur n’a pas été longue parce qu’il n’a pas voulu s’ouvrir à moi entièrement, il m’a renvoyé à quelques jours pour me dire sa façon de penser à ce sujet et il m’a promit [sic] de m’instruire le premier de ce qu’il y auroit de nouveau, il ne pense pas que l’on accorde à une compagnie Espagnole le privilège de L’Extraction36 il croit même qu’il y a différentes personnes à Paris qui sollicitent pour être sur l’état de ceux à qui on permettra d’extraire la quantité des soyes que le gouvernement demande à l’Espagne37.

Si vous avez réellement intention de spéculer sur les soyes d’Espagne, pour profiter du premier moment favorable, il faut que vous me fassiez passer un crédit sur Madrid de la somme que vous vous proposez d’en employer à cette spéculation, autrement il n’est pas possible d’y songer.

  • 38 Firmas autorizadas para la exportación de sedas. «Personne n’ignore que depuis de longues années l (...)
  • 39 Único puerto de mar autorizado para el comercio de seda cruda. «Les soyes crues en flore venant de (...)

Je ferai toutes les démarches nécessaires pour découvrir les maisons qui auront quelques part à l’Exportation des soyes38, pour les solliciter de vous en faire les expéditions pour les vendre. Dans ce cas-ci vous devez vous attendre que l’on voudra des avances sur les marchandises que l’on vous expédiera il faut me marquer si vous les ferez, envoyé-moi un compte simulé des frais des soyes de Marseille39 à Lyon, ainsi que le compte des droits qu’elles payait à la douane de Lyon pour pouvoir en raisonner.

[fo 7v.o]

  • 40 Pedro López de Lerena, conde de Lerena (1734-1792), titular de la secretaría del Despacho Universa (...)

Je suis obligé de rester ici encore au moins dix à douze jours, ce qui me fâche beaucoup parce que je dépense affreusement et que je n’ai plus rien à faire. Ce qui retarde mon départ pour Madrid, c’est que les deux caissons adressés au Prince [Carlos IV] ne se trouvent nulle part, le courier qui est revenu de Madrid a rapporté que l’on avait fait les recherches les plus exactes chez le Surintendant, à la douane et dans les Bureaux du ministre des finances40 et cela inutilement.

Je viens d’écrire encore à Mr. Peyrard à Bayonne pour le prier de m’écrire une lettre en Espagnole dans laquelle il motive le jour qu’il a reçu ces caissons, le jour qu’il les a expédié, par qui ils sont venu à Madrid et qui est la personne qui a reçu du Ministre des Finances le montant des frais de la route. Je lui recommande de détailler cette lettre et qu’elle soit écrite de manière à pouvoir la faire voir au Prince. Je désire bien que cette affaire soit éclaircie et que le Prince trouve le tableau joli, afin de l’engager à m’en commettre trois ou cinq autres, ce sera autant d’acroché.

La commission du Roi [Carlos III] est signé, le prix des habits n’est pas fixé, [tachado: mais] on s’en rapporte à vous. On a seulement pris note que des échantillons dont on a choisi les dessins. J’en ai demandé 570 livres de broderie* pour chacun, à quoi on entend que vous ajoutiez le montant des étofes nécessaires, le surplus de la broderie occasionnée par la grandeur et la forme de l’habit, et la différence qu’il pourra y avoir entre le genre de la broderie demandée et celle de l’échantillon sur lequel on a choisi le dessin.

Pour Mr. le Marquis de Baldecarsane [Valdecarzana]

Son habit brodé en pierre opale est fixé en 840 livres
Total  
Celui brodé en soye 500 [livres]

Vous fixerés les prix des autres articles

[fo 8]

Pour M. Parisien

L’habit de velours brodé fire [sic] en total à 420 livres
Celui en gros de Naples* brodé en soye 250 [livres]

Les autres articles vous les fixerez

Je ne sais si je vous ai marqué que Mr. Parisien m’a chargé de vous dire qu’il désireroit que la caisse fît le moins de volume qu’il sera possible, il croit quand roulant les habit ils tiendront moins de place, cependant ils courent risque de se gâter, il faut les plier à la manière ordinaire dans du cartons et s’il étoit plus sûr qu’ils arrivassent mieux conditionné dans une caisse de la longueur de l’habit, il faut prendre ce parti, malgré son désir pour qu’ils soient envoyé d’une manière peu volumineuse, vous observerés de mettre par-dessous les habits du Roi, ceux de Mr. Le Marquis et de Mr. Parisien, les uns et les autres avec leur contremarque.

J’ai l’honneur d’être avec le plus sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Je suis en traitté avec un Maure d’une petite commission de relevé en dorure*, il me payera ici la moitié d’avance et le reste en livrant la marchandise à sa maison à Cadix.

  • 41 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

Je sors de chez Mr. Parisien qui me charge de vous dire de tirer sur lui le montant des commissions que je vous ai donné observant de ne jamais stipuler sur la lettre de change que c’est pour le compte du Roi parce qu’il ne veut pas que l’on sache qu’il tire de marchandises de France et éviter par-là les plaintes des marchands de Madrid qui fournissent la cour41.

[fo 8v.o]

Note remise à Mr. Parisien, chef de la Garderobe de S. M. C. pour vous servir de Règle.

Lorsque vous aurez quelques commissions à nous donner, il suffira de les adresser à notre maison de Commerce à Lyon Clle. P. P. et Cie, observant de donner les détails nécessaires pour la meilleure intelligence, indiquer à qui il faudra adresser les caissons à Bayonne. // Mr. Jacques Peyrard est votre correspondant dans cette ville // Donner les adresses et autres marques pour chaque objet et fixer surtout le temps où il faut que les caissons doivent être rendu à Madrid. Les caisses des marchandises restent en route.

20 jours jusqu’à Bayonne

14 jours jusqu’à Madrid

10 jours pour les retards imprévus

45 jours de Marche. Cependant lorsque les objets ne seront pas volumineux et que l’on sera pressé de les recevoir on les expédiera par les courriers et dans ce cas on peut calculer que l’on les recevra dans 20 jours environ.

  • 42 «À Madrid, à Cadix, à Seville & dans toute l’Espagne, ils se tiennent par maravédis, dont les 375 (...)

Les factures de nos marchandises seront toujours en livres de France // à moins que l’on le désire autrement // et les lettres de change que nous tirons pour leur montant en toujours en monnoye d’Espagne42, nous faisons ces traites au meilleur avantage de notre commettant.

Les commissions étant exécutées, notre usage est de tirer sur notre commettant, dans les trois mois qui suivent le jour de l’expédition, une lettre de change pour le montant des susdites marchandises.

Carta 6 [3 h, fos 9-11]

1787, octubre, 5, San Ildefonso

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 9]

[A lápiz: 6]

  • 43 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 10-11; Miller, 2012, p. 138; Id., 2014, p. 94, n. 60; Benito García, (...)

St.-Ildephonse, le 5 8e [octubre] 178743

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Depuis la lettre du 1er de ce mois qui doit vous être parvenue de Paris, l’ayant remis au courrier qu’a expédié Mr. le Duc de la Vauguyon, j’ai reçu la vôtre du 17 7bre [septiembre] que vous avez oublié de cacheter, c’est la seconde que je reçois ainsi, comme elles viennent à l’adresse de Mr. Louis Rigal et que l’on peut en savoir le contenu, il est à propos que vous recommandiez à vos messieurs de les visiter avant de les envoyer à la Poste.

Il est bien que vous ayez fait faire des échantillons pour le Prince [Carlos de Borbón] et la Princesse [María Luisa de Parma]. S’ils sont jolis, je puis vous assurer que vous aurez des commissions. Je les ambitionne ardemment car je crains bien que notre compte en participation ne fasse pas un gros bénéfice cette année, malgré les peines et les fatigues que je me donne.

Quant aux deux gilets* extraordinaires que je vous ai demandé pour le Prince, vous ne les auriez pus refuser si vous eussiez été à ma place, soyez sûr que je ne court [sic] pas après ces misères et si vous relisez ma lettre par laquelle je vous les ai commis vous verrez que je suis de votre sentiment.

Je vous ai marqué que je ne croyois pas que le Prince les porta, mais qu’il suffisoit que cela l’amusât un instant, il faut toujours les faire, et plus ils seront ridicules plus ils lui plairont.

Soyez tranquille sur la fixation des prix des étoffes que le Prince doit me commettre pour l’Escurial, la commission sera en règle ou elle n’aura pas lieu, mais quant aux petites drogues je ne puis jamais en fixer le prix, n’entrant pas dans mon sistème [palabra dudosa: en] traittant les affaires de surfaire la marchandise et encore moins de la donner au-dessous de ce qu’elle peut valoir.

[fo 9v.o]

J’ai reçu une lettre de Mr. Peyrard écrite en espagnol. J’en ferai usage à l’Escurial n’étant pas le moment favorable à présent que la Cour songe à partir. C’est une chose bien particulière que l’absence de ces deux caissons, je me doute bien où ils sont mais il faut laisser au temps à éclaircir cette affaire.

Je vous en ferai part aussitôt que je saurois quelque chose.

  • 44 Se trata de Juan de Villanueva (1739-1811), que en 1772 recibió el encargo de una «Casa de recreo (...)

Je compte partir demain pour Madrid pour aller prendre chez l’architecte [Juan de Villanueva] les plans de l’Escurial44 et m’entendre avec le chef de la tapisserie* à ce sujet. La Cour part pour l’Escurial le 10 de ce mois et moi je m’y rendrai le 15.

  • 45 Colgadura de terciopelo chiné [Casa del Príncipe, El Pardo, Patrimonio Nacional (PN), inv. 1007309 (...)

Je vous remercie de la note des marchandises que vous avez en magasin. Je compte en faire un bon usage. Je vous prie de m’envoyer de temps en temps une note de ce que vous faites de nouveau dans tous les genres, vous noterai que je n’ai point d’échantillons du velours [tachado: miniature] chiné*45 réduit / ce n’est pas que je ne l’ai bien désiré et demandé /.

Je vous invite fort à m’en faire passer un échantillon si vous avez de l’empressement à vous défaire de cette étoffe, je ne puis pas me flatter de la placer sans la faire voir.

Je sais très bien et je vois chaque jour que vous êtes en avance avec notre compte en participations, mais ces avances ne sont pas au-delà de nos conventions, selon mes comptes je trouve que je me suis prévalu exactement de mes appointements fixés a 500 livres par payement et que j’ai reçu pour mes frais de voyage 1 800 livres.

Il peut se faire que je vous doive pour mon compte particulier quelques centaines de livres, je les aurois livres sols et deniers si mon ancien compte eût été soldé à mon départ de Lyon ainsi que je l’ai désiré et demandé.

J’ai quatre payements de Pâques 1788. Je ne puis me dispenser de me prévaloir exactement chaque payement de mes appointements après cet [sic] époque. J’espère de n’être pas obligé de le faire.

  • 46 Sociedad establecida el 1 de agosto de 1786 entre Johannes Hottinger, de Zúrich, y Denis de Rougem (...)

À mon arrivé à Madrid je prendrai chez Mr. Rigal £ [livres] 1 800 sur la lettre de crédit que m’ont remis Mr. Rougement Hottinguer Cie46 et dont je vous donnerai avis par ma première.

[Nota manuscrita a lapicero: feuillet numéroté 10 (ms 1923) d’après le contenu devrait être intercalé entre les fos. 6 et 7].

[fo 10]

Le Prince vient de m’envoyer chercher pour me dire que le ministre ne sait pas ce que c’est que les deux caissons dont j’ai annoncé l’arrivée. On vient d’expédier un courrier à Madrid pour en faire faire la perquisition dans les Bureaux et à la Douane, ce qui me fera rester ici encore quelques jours de plus.

J’ai l’honneur d’être avec un sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

  • 47 El Almanaque general de 1778 consignaba el nombre de la compañía de comerciantes de telas y bordad (...)

N’oubliez pas de m’envoyer une note des étofes que vous avez en magazin et cela sans délai, parce que j’aurois peut-être l’occasion de placer tout de suite quelque chose, marquez-moi la quantité des lès* et leur hauteur du damas 3 couleurs fond sergé qui étoit chez Le Roux à Paris47.

1[línea tachada]

Je vous crois toujours un peu à la hâte.

Je suis obligé d’être continuellement dans le château pour être plus à porté de me rendre aux appartements du Prince, ce qui me fait perdre beaucoup de temps. Je ne rentre chez moi que pour me coucher.

  • 48 Mr. Catalan, cónsul de la Nación Francesa; véase Nieto, Noticias Reconditas, p. 136.

Lorsque vous aurez un moment de temps écrivez un mot à Mr. Catalan48 pour le remercier des [palabra dudosa: honnêtes] qu’il me fait et en même temps pour lui faire votre compliment de condoléance sur la perte qu’il a fait de son fils.

[fo 10v.o]

  • 49 Poidebard, Chatel, 1912, p. 42.
  • 50 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

[Empieza así] Compartiments dans lesquels ont pu y mettre un bouquet en or ou en argent, il faudra en faire quelques échantillons. Il faudra aussi songer à avoir des échantillons de velours de printemps, d’hiver [tachado: et des veloutés] avec des fonds lamé en dorure bien lié et des veloutés noir des fonds lamés et avec des fonds en filets or ou argent cilyndrés [sic]. L’essentiel est que les étoffes pour le Roi soient souples et qu’elles n’accrochent pas49. Mr. Le Marquis de Valdecarzana m’a répétté nombre de fois que si vous avez le bonheur de bien contenter le Roi vous pouvez compter sur la suite des commissions de la Garderobe50. Il ne demanderoit pas les deux habits qu’il a commis pour le milieu du mois de décembre si ce n’étoit pour avoir le temps de les faire refaire au cas que vous n’ayez pas bien [dos palabras tachadas e ilegibles] rencontré le goût et l’exécution que l’on désire.

  • 51 Ibid.

Quant aux échantillons de plein de robes pour la Princesse et pour les Infants, il ne faut pas s’écarter du goût de Paris, tant pour les couleurs, les nuances et le genre de Broderies, il faut même observer qu’il y ait plutôt de la légèreté et de la fraîcheur dans les dessins, que des sujets massifs et compliqués, dans le nombre des échantillons que vous ferez, n’oubliez pas d’en mettre quelques-uns sur des fond d’étofes, brodé en camayeux bleu*, c’est la couleur favorite de la Princesse51.

  • 52 Poidebard, Chatel, 1912, p. 11.

Pour l’Infant don Gabriel elle aime beaucoup les broderies sur les gazes*, les linons* et généralement sur les étofes qui sont légères parce qu’étant très puissante elles le grossissent beaucoup moins52.

Il faut que les échantillons aient environ 1/6 de haut et presque toujours dans la largeur* de 11/24 parce que l’on fait rarement différence du prix suivant la largeur.

[fo 11]

  • 53 Simón de Aragorri, marqués de Iranda, consejero de Estado y de Hacienda, falleció el 17 de abril d (...)

Je n’ai vu qu’une fois Mr. Le Marquis d’Iranda53, parce que le temps et les divers voyages que j’ai fais [sic] ici m’en ont empêché. Je ferai le plus grand cas des avis qu’il voudra bien me donner, ils ne peuvent que m’être très utiles d’autant plus que c’est un homme qui connoit son pays. Quant à ceux qu’il dit m’avoir donné je ne puis pas en profiter, car je ne les connois pas. Je ne suis pas moins flatté qu’il veuille bien m’en donner.

Si je puis lier quelques affaires en soye avec lui, je ne négligerai rien.

Je crains fort que mes lettres, étant fort longues pour l’ordinaire, n’éprouvent quelques oublis de votre part, c’est pourquoi je vous réitère ma prière de les revoir et de faire noter séparément les commissions et an-bas les observations afin de les exécuter avec plus d’exactitude.

Comme je ne prépare pas ce que je vais écrire, il ne m’est pas possible de pouvoir mettre chaque chose et chaque observation de suite. Je vous les marque comme elles me viennent à l’idée.

J’ai l’honneur d’être avec le plus sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[Filigrana «PAVLA»]

Carta 7 [2 h, fos 12-13vo]

1787, noviembre, 1, El Escorial

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 12]

[A lápiz: 7]

  • 54 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 11-12; Gastinel-Coural, 1988, p. 98; Miller, 2014, p. 93, n. 49; Beni (...)

L’Escurial le 1 9br [noviembre] 178754

Messieurs.

  • 55 Infante don Gabriel de Borbón (Portici, 1752 – San Lorenzo de El Escorial, 23 de noviembre de 1788 (...)

Depuis ma dernière lettre par laquelle je vous ai fait passer les dessins des appartements du Prince, j’ai été à Madrid et j’en suis revenu pour être présenté à S. A. Sérénissime l’Infant don Gabriel55. J’en ai été accueilli d’une manière très satisfaisante. Il m’a commis deux habits brodés en soye sur gros de Naples et son habit de gala brodé en opale sur fond or. L’Infante [Maria Ana Victoria de Portugal] son épouse m’a commis une robe à bordure en rose sur votre échantillon riche, il doit être brodé sur gros de Naples blanc. Il faudra vous informer comme on garni cette robe et acheter une blonde* à Paris conforme à la richesse de la robe.

J’ai encore reçu la commission de trois habits pour l’été brodé en soye.

Je vous envoirai par le courrier prochain les patrons qui sont nécessaires.

Si l’Infante ne m’a commis que cette robe, c’est que je n’avais pas d’autre échantillon ce qui n’est pas satisfaisant pour moi d’autant plus que cela me fait perdre des [fo 12v.o] commissions, mettez-vous un instant à ma place et faites pour moi les échantillons que vous désireriez avoir dans une pareille position.

  • 56 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

Informés-vous bien de tout ce qu’il y a de nouveau à Paris tant pour homme que pour femme, faites-moi faire une petite note, que je remettrai à la Princesse56 et l’Infante, cette marque d’attention de ma part lui fera plaisir.

  • 57 Cortesano al servicio del infante, probablemente vinculado a la familia de Marie Langlacé, casada (...)
  • 58 Infante Antonio Pascual de Borbón (Caserta, 1755 – San Lorenzo de El Escorial, 1817). Como su herm (...)

Mr. L’Anglacé57 m’ayant donné sa parole pour la garderobe de l’infant don Antonio58, je n’en ai plus [palabras tachadas e ilegibles] à solliciter. J’ai [tachado: Je les ai] toutes les garderobes Royales, il ne reste plus que de les bien servir pour mériter l’estimation.

Je vais tourner mes batteries du côté de la tapisserie du Roi et du côté des Grands Seigneurs.

Songer à me pourvoir de lettres de recommandation pour [fo 13] Lisbonne. Mr. Parisien attend avec impatience les habits du Roi, s’ils conviennent, je recevrois tout de suite la commission pour l’hiver, il m’en a donné sa parole, et Mr. de Valdecarzana me l’a répété aussi.

N’oublions pas les échantillons de velours en dorure* et autres en couleurs nouvelles.

J’ai l’honneur d’être avec mon sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

  • 59 El marqués de Iranda tenía su casa en la Red de San Luis, entrada a la calle de Fuencarral (Diario (...)

Je vous écris à la hâte étant obligé de retourner à Madrid pour avoir un entretient avec Mr. Le Marquis d’Iranda59 au sujet des soyes et je reviens tout de suite ici.

[fo 13v.o]

L’Escurial le 1er 9bre [noviembre] 1787

Grognard

180    
24    
204    
300 9 ½  
  32  
  8  
  7 100
150

Carta no conservada

1787, noviembre, 26, El Escorial

Destinatario: Jean Paganuchi. Lyon

Citada en carta 8: «lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire le 26 9bre [noviembre] dernier».

Carta 8 [2 h, fos 14-15v.o]

1787, diciembre, 6, Madrid

Destinatarios: Jean Paganuchi y casa Peillon (Lyon).

[fo 14]

[A lápiz: 8]

Madrid, le 6 décembre 1787

[Remitida a Monsieur Paganuchi le Père, negociante, y a la casa Peillon]

Monsieur

  • 60 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

Depuis la lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire le 26 9bre [noviembre] dernier, je suis toujours privé des nouvelles de Mr. Camille Pernon Peyron Cie. Cette conduite à mon égard tient seulement de la cruauté. Ces Mrs me mettent dans le cas de perdre cette confiance que j’ai eu le bonheur d’inspirer à toute la famille Royale et qui m’a coûté tant de peine, après ce qui s’est passé dans les affaires de mon précédent voyage60.

  • 61 Calificativo peyorativo: persona aturullada, sin crédito. «Qui ne sait ni parler, ni se tenir» (Fe (...)

De tout côté l’on m’envoi chercher pour savoir si les commissions qui doivent être ici le 15 ou 20 de ce mois sont en route. Je ne puis l’assurer n’ayant pas même l’avis de l’exécution, ni de l’expédition, c’est ce qui m’a attiré hier la mortification de m’entendre traiter de barbouillon61 par Mme la Duchesse de la Vauguyon, à qui ces Mrs n’ont pas daigné d’écrire ainsi que je les en avois prié pour ma lettre du 28 8bre [octubre] passé.

J’ai obtenu quelques commissions et j’en sollicite d’autres qui me sont promises. Je compte les envoyer à une maison de Lyon, si je ne part [sic] pas pour Lyon demain ou après-demain, étant très décidé de n’être pas la Dupe une seconde fois de mon honêteté, surtout si ces Mrs ont décidé de rompre avec moi, d’une manière si [fo 14v.o] peu décente. Je n’ai pas l’éloquence de Mr. Pernon, mais je suis vrai dans ce que je dis et dans ce que je fais.

Lors du projet de mon compte en participation avec ces Mrs, je voulois insérer dans l’acte divers articles qui m’assurassent l’exécution de mes commissions, afin d’être sûr de recueillir le fruit de mes peines, vous vous y opposâtes, vous me fîtes des observations pour me faire sentir qu’ils ne pouvaient pas se motiver comme je le désirois, enfin je n’insiste pas, cependant l’expérience me prouve dans ce moment que si ces Mrs ils fussent [laguna de papel: en …] à m’accuser la réception, l’exécution des commissions que je leur ferai passer pour le temps fixé, ils manqueroient formellement en ce moment à leur engagement.

[línea tachada]

Je ne vous cite que cette observation pour ne pas vous répéter tout ce que je vous ai dit de vive voix lorsque je vous ai témoigné mes craintes sur tous les articles qui n’ont pas été motivé dans notre acte.

Si mon intention étoit de rendre en ce moment mes plaintes publiques, je ne m’adresseroi pas à vous, je le fais parce que vous êtes l’ami et le conseil de cette maison, que vous êtes à même de lui faire sentir le tort qu’elle me cause, l’ennui et la cruelle position où elle me tient.

[fo 15]

J’attends et j’espère de vous une réponse qui puisse me tranquiliser pour l’avenir. Si vous m’en prouvé, je me verrai forcé à recourir à mon grand regret à un autre ami, pour éclaircir cette affaire.

Si je pars, comme je l’espère demain ou après-demain, j’en donnerai avis à ces Mrs., et je ne serai pas longtemps à pouvoir vous faire mes excuses de vive voix.

J’ai l’honneur d’être avec la plus parfaite considération.

Monsieur.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Chez Mr. Louis Rigal Nég[ocian]t

À Madrid

[fo 15v.o]

Madrid, 6 Xbre [diciembre] 1787

M. Grognard

À Monsieur

  • 62 Jean Paganucci o Paganuchi, teneur de livres, próspero negociante y miembro de la francmasonería l (...)

Monsieur Paganuchi le Père Nég[ocian]t62

  • 63 Maison Peillon, firma establecida en la Croix-Rousse de Lyon en 1788. Jean-Joseph Peillon, junto c (...)

Maison Peillon, proche le Port-du-Temple63

À Lyon

Carta no conservada

1787, diciembre, 10, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 9: «Vous confirmant ma précédente du 10 courant».

Carta 9 [2 h, fos 16-17v.o]

1787, diciembre, 13, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 16]

[A lápiz: 9]

  • 64 Miller, 2014, p. 92, n. 44 y p. 93, n. 47-49; Id., 2015, p. 60 recoge la relación de Nicolas Peill (...)

Madrid, le 13 Xbre [diciembre] 178764

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Vous confirmant ma précédente du 10 courant, vous trouverez ci-jointe la copie des lettres que je vous ai promis et auxquelles vous voudrez bien me répondre.

Je vous préviens qu’à l’avenir vous recevrez toujours le duplicata de mes lettres par le courrier qui suivra celui par lequel je vous aurois écris, cela m’occupera beaucoup et m’ennuiera de même, mais pour avoir ma tranquilité sur la réception de mes lettres et de mes commissions, je préfère de manquer quelques affaires.

Désirant que votre correspondance ait plus d’ordre et par conséquence plus agréable. Voici mon analise de ce que je vous ai marqué ou demandé dans différentes lettres.

1º Pour obtenir de cette Cour et du Prince principalement la préférence des commissions d’étofe pour meubles, il faut mettre la plus prompte célérité dans l’exécution, c’est peut-être le point principal, parce qu’à Valence et à Talavera, ils ne finissent jamais, on attend depuis deux années un meuble que l’on y a commandé.

2º Quant aux habits, robes, etc., pour les Prince et Princesse, Infants et Infantes, il faut aussi de la célérité, parce qu’ils aiment jouir et il faut bien faire attention que si les commissions n’arrivent pas pour le jour marqué où elles sont destinée, elles courent [sic] risquent de rester pour votre compte pour la première et dernière fois, ou à coup sûr elles ne plairont pas. En général il faut du beau et du bien fini et que le prix soit discret afin qu’ils puissent connoitre qu’ils ont un avantage de tirer de Paris.

3º Pour obtenir des commissions de toutes les personnes Royales il faut plusieurs assortiments d’échantillons parce qu’ils n’aiment pas avoir ce qui a été choisi par un autre, ainsi que je vous l’ai marqué.

4º Il faut que je reçoive au moins 4 fois dans l’année des nouveaux échantillons pour obtenir les commissions de chaque saison, observant seulement qu’il en faut moins pour la mi-saison que pour les autres, parce que le printemps et l’automne passe promptement, il faut [palabra tachada e ilegible] que ces échantillons soient tant pour habits que pour Robes et le tout dans le goût de Paris, il ne faut pas sortir de là.

[fo 16v.o]

5º Ce n’est qu’avec une correspondance suivie et la plus grande précision dans l’exécution des commissions que je donnerai, que je puis puis [sic] espérer de continuer mes affaires en ce pays, autrement j’y renonce. Je me fais trop de mauvais sang, pour être à même de les continuer.

6º Je vous avois prié de me marquer dans quel temps vous comptiez que la commission des trois petits meubles du Prince pourroit être à Madrid, pour que je pus calculer si je pourrois faire un petit voyage pour être de retour ici pour présenter cette première commission, votre silence à cet égard me met dans l’impossibilité de prendre un parti, ni de faire aucun projet ni préparatifs. Cette position doit-elle être celle d’un voyageur dont la moindre inaction tourne toujours à son préjudice, vous ne voulez pas sentir cela parce que l’occupation viens vous chercher dans votre maison, il n’en est pas de même de moi.

  • 65 Siete primeros puntos reseñados por Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

7º Vous m’avez marqué de solliciter des Expéditions en soye d’Espagne et de voir s’il y auroit à faire quelques spéculations. Je vous fais part de ce que l’on m’a confié à cet égard et en même temps ce qu’il convient de faire, point de réponse ce n’est pas là être des négociants aussi depuis long temps je suis sûr avec lesquels j’avais déjà [palabra dudosa: lauché] quelque chose65.

8º Je vous ai donné commission des dessins de tabourets, tables et ottomanes* pour le Prince, vous ne me dites pas si vous les avez ordonnés, quand ils seront expédiés, de sorte que je suis obligé de m’absenter de ses appartements pour éviter ses questions à ce sujet ainsi que sur ses autres commissions ; vous devez bien penser que je suis dans le cas de manquer de recevoir quelques ordres dont ma présence me vaudroit la préférence.

  • 66 Frase extractada en ibid.

9º Mme la Duchesse de la Vauguyon est piquée elle ma traitté de barbouillon sur ce que ces commissions ne seront pas ici pour le temps, que je les lui ai promis et sur ce que vous ne lui aiez point fait de réponse sur la garniture* qu’elle désirait ainsi que je vous en avois parlé. D’après cela puis-je espérer de nouvelles commissions et puis-je me présenter à son hôtel, aussi je regarde la fourniture de cette maison comme perdu66, d’ailleurs je ne fais pas faire pour être exposé à de mauvais compliments.

10º J’aurois mille petites observations de cette nature à vous faire et que vous pouvez vous faire à vous-même pour le peu que vous vouliez vous en donner la peine.

[fo 17]

10º [sic] Si je pouvois être sûr qu’à l’avenir votre correspondance fût plus suivie, et que je peux compter sur ce que je vous demanderai les commissions à prévenir les marchands que je recevrai des nouveaux échantillons pour leur consommation. Je me garderai bien de faire des promesses sans être sûr de les remplir, car je ne veux pas me perdre dans leur esprit, comme je vais l’être à la Cour parce que je veux me réserver cette ressource si un jour je suis obligé de la prendre pour quelque autre maison. C’est pourquoi si vous pouvez me fournir comme un commissionnaire tous les échantillons pour entreprendre des affaires avec les marchands envoyez-moi tout de suite et dans ce qu’il y aura de nouveau dans tous les genres, et si vous ne pouvez le faire ne m’en flatté pas comme vous me l’avois fait pendant tout le temps que j’ai resté à Lyon. Je me bornerai à m’industrier à faire valoir ce que vous fabriqué pour obtenir des commissions sur les échantillons que vous avez reçut [sic] et que vous pourrié me faire parvenir.

11º J’attends votre réponse à cette lettre et surtout sur ce que vous projetterai de faire définitivement en Espagne, avec l’intention réelle de l’effectuer, alors je vous demanderai quelques hardes et linges* dont j’ai besoin et qui coûtent ici horriblement cher.

12º Ce que je crois [palabra tachada e ilegible] en droit d’exiger de vous messieurs, c’est qu’avant toute chose, vous ayez la complaisance de réfléchir un peu que ne pouvant tirer avantage des peines et fatigues que je me donne en voyages pour tout ce qui concerne notre compte en participation toutes les fois que vous cessé de prendre tout l’intérêt qui est nécessaire à sa prospérité, vous me faites un tort que rien ne peut [palabra tachada e ilegible] réparer et que les affaires que vous faites pour votre compte dans votre fabrique ne vous rend pas la perte que vous éprouvé également, aussi sensible qu’à moi. Si les commissions qui doivent être ici le 15 ou 20 de ce mois restent pour notre compte et qu’il faille y perdre, quelle ressource ai-je pour m’en dédommager pendant le temps que j’ai sollicité ces commissions [palabra tachada e ilegible] j’ai gagné d’un autre côté, pour un début d’affaire ce n’est pas être heureux et il est impossible d’en tirer bon augure.

13º Une chose qui seroit fait pour me faire un vrai plaisir et qui me semble devroit ne pas se demander c’est que vous me fissiez part, lorsqu’à la suite de mes offres de service dans les villes ou j’ai passé, vous recevés quelques commissions, si celle que vous avez expédié vous en ont attiré d’autres. Ma demande est naturelle car j’ignore si depuis mon départ de Lyon vous avez expédié quelque chose.

[fo 17v.o]

Je rendrai à l’avenir ma correspondance plus laconique peut-être n’en sera-ce que mieux.

J’ai la commission de deux habits brodés et d’un de velours complet. J’attends les patrons pour vous faire passer les détails de la commission.

Je suis avec le même attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Il ne me reste qu’à souhaiter que toutes ces écritures ne soient pas inutiles.

La lettre que je compte vous écrire le courrier prochain sera le Nº 1 de notre nouvelle correspondance, car je ne veux plus songer à celle-ci elle est trop désagréable.

[Invertido: Madrid, 13 Xbre [diciembre] 1787 M. Grognard].

1788 [cartas 10 a 39]

Carta 10 [2 h, fos 18-19v.o]

1788, enero, 10, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 18]

[A lápiz: 10]

Madrid, le 10 janvier 1788

Mess. Camille Pernon Peyron Cie.

Lyon

Messieurs.

Mme la Duchesse de la Vauguyon avec laquelle j’étois [palabra dudosa: recommandé] vient de me prier de passer chez elle. Je lui ai écrit que n’ayant aucune bonne nouvelle à lui donner relativement à ces commissions je la prioit de vouloir bien me dispenser de me rendre à ses ordres.

Il est inconcevable, s’il est vrai que vous ayez expédié le 21 9bre [noviembre] passé cette commission, qu’elle ne soit pas arrivé à Bayonne le 10 ou le 15 Xbre [diciembre] passé. Mr. Peyrard a marqué à Mr. l’Embassadeur que la caisse à son adresse n’avoit pas encore paru à la date du 4 de ce mois, cependant du 21 9bre [noviembre] au 4 janvier il y a 44 jours de marche pour une route ordinaire de 20 jours.

  • 67 Mr. Clerjon & Cramaille, commissionaires-chargeurs («comisionistas de transporte»), establecidos e (...)
  • 68 Probablemente commissionaires-chargeurs de Marseille.

Mais voici ce que vous avez fait et le zèle et l’attention que vous avez mis dans cette expédition, vous avez envoyé chez Clerjon et Cramaille67 lui dire d’envoyer prendre le 21 une caisse chez vous, et vous ne vous êtes pas informé du jour qu’elle partiroit, vous n’avez pas non plus fixé la route [fo 18v.o] qu’elle devoit tenir en la faisant passer par Toulouse. Vous n’aurez peut-être pas écrit en l’adressant à Mr. Saint-Clerc et Dufay68 de la faire passer tout de suite à Bayonne. Vous n’auriez pas fixé la quantité de jours que cette caisse devoit rester en route, en fin vous n’avez pas jugé à propos de jetter un coup d’œil sur ma lettre du 15 7bre [septiembre] où je vous indiquois la marche qu’il falloit tenir, cependant dans cette note, il n’y avoit rien d’enjambé pour cet objet.

Mr. Baldecarzane [Valdecarzane] et Mr. Parisien n’ont pas voulus me donner la commission des gallons pour la Garderobe du Roi et cela est encore dû à votre peu d’exactitude, et c’est aussi une perte pour moi.

C’est ne donc pas sans raison, Messieurs que je ne saurois trop vous répéter que le point essentiel de mon sort et de la suite de mes affaires dépend entièrement de l’exactitude en tout. Sans cela je ne puis que perdre, soit mon temps, soit le fruit de mes peines, n’ayant d’ailleurs aucune autre ressource pour m’en dédommager, d’après cette vérité, vous ne sauriez disconvenir que le mauvois succès dans mes opérations provenant de votre faute, doit m’être plus sensible qu’à vous, qui en êtes dédomagé par le [fo 19] succès de vos propres affaires auxquelles vous donnez vos soins.

J’attends avec impatience la réponse à mes lettres car il me tarde de connaître vos intentions sur la suite de mes voyages et sur celle de mes opérations.

La crainte où je suis que vous ne puissiez pas donner tous vos soins aux commissions que je vous ai donné, me fait envisager le voyage de Lyon comme de la plus grande nécessité, afin que mes intérêts n’en souffrent pas.

  • 69 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

Je puis bien vous assurer que je préfère à tous égards de rompre avec vous que de continuer ainsi69. Tout mon temps se passant à une triste correspondance et à racommoder des choses mal faites.

Je vous assure encore que cela me donne beaucoup de dégoût pour les affaires, et qu’il faut que j’ai autant de courage que j’en ai pour n’avoir pas encore tout envoyé au Diable.

Ceci n’est qu’une répétition de ce que je vous ai dit, mais je ne puis que vous entretenir de ce qui m’affecte, jusqu’à ce que vous me fournissiez des occasions de correspondre avec vous avec moins d’humeur.

[fo 19v.o]

  • 70 Anne-Victoire Dervieux (1752-1826), bailarina y cantante que debutó en 1770 en la Ópera de París, (...)

Je persiste toujours dans mon sentiment que vous envoyiez au Prince des Asturies un des tableaux turcs de Mlle. Dervieux70.

  • 71 «Contador, mesa que sirve a los comerciantes para contar el dinero, especie de armario, o escritor (...)

Votre lettre d’avis à Mr. Peyrard a resté certainement sur votre comptoir71, elle a retardé de 4 courriers à lui parvenir et pour que vous n’en doutiez pas, voici sa lettre originale. Je crois pouvoir dire que depuis mon départ jusqu’à ce jour, je n’ai pas reçu une lettre relative à mes affaires qui ne m’ait annoncé quelques bévues ou qui ne m’ait donné quelques nouvelles désagréables.

Je finis cette lettre qui est longue contre mon gré, en vous observant que lorsque j’emploi [tachado: je perds] mon temps sans avantage, c’est une perte que personne ne répare pour moi.

Je suis toujours avec le même attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Cy-inclus une lettre pour votre sieur Camille Pernon. Il me reste encore à vous observer que pour le peu d’intérêt que vous prissiez à moi, j’aurois déjà reçu.

Carta 11 [2 h, fos 20-21v.o]

[1788, enero, 24, Madrid]

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 20]

[A lápiz: 11]

[Madrid, después del 10 de enero de 1788]

[Camille Pernon Peyron Cie. Lyon]

Par le dernier courrier de mardi passé, j’ai reçu votre lettre du 29 Xbre 1781 [en realidad: diciembre 1787], qui auroit dû m’être parvenu avant celle du 2 janvier.

  • 72 Nicolas Jean-de-Dieu, mariscal Soult (1769-1851), fue nombrado mariscal del Imperio francés por Na (...)

En réponse vous avez bien fait de suspendre l’exécution de l’habit de Mr. Soult72, cependant faites bien votre compte qu’il le reçoive avant l’hiver, il le veut toujours en ponceau* foncé façonné*.

Je n’ai point d’échantillons de velours cerise dont vous me parlez, je perdrai [sic] pas l’occasion de le placer

  • 73 Quizá Juan Manuel de Quiñones, marqués de Montevirgen. Certificado de la Real Cédula de autorizaci (...)
  • 74 El déshabillé de la duquesa de Alba estaba tapizado con satén azul bordado con moscas blancas, tej (...)

Quant à l’habit de Mr. Quiñones73, j’espère que vous aurez pu décider le fabriquant à faire ce gros de Naples* à mouches74, Mr. Quiñones a déjà eu un habit de cette manière et qui lui faisoit plaisir, enfin il faut faire pour le mieux, observant seulement que l’étofe ne soit pas unie, et qu’elle s’éloigne le plus qu’il se pourra du velouté*.

Je ne puis vous marquer quand et comme il faudra les expédier, parce que je ne puis le savoir que lorsque j’aurois reçu la commission des habits du Roi, que je crains fort de ne pas avoir.

[fo 20v.o]

Je termine ma lettre pour vous confirmer mes précédentes par lesquels je vous ai confirmé ma demande d’un intérêt sur toutes vos affaires.

De plus en plus je vois que notre Liaison ne peut exister autrement, et j’attends avec impatience votre oui ou votre non pour réponse à ma demande cela ne peut se dire autrement de bonne fois [sic], vu la distance qui nous sépare et la difficulté qu’entraîne des explications par correspondance.

Le courrier de Bayonne est arrivé et je ne reçois point de nouvelles de vos expéditions. Je ne vous en fait mention qu’à la fin de ma lettre, car je prend [sic] de l’humeur toutes les fois que je réfléchis au temps [sic] que je perd [sic] et que j’ai perdu, lorsque sans parler du passé je considère qu’il m’a fallu 6 mois pour solliciter des échantillons pour les marchandises et que je ne les ai pas eu, que je me suis fatigué 6 autres mois, comme un forçat pour obtenir quelques commissions, et que ces commissions n’étant pas exécutées pour le temps fixé, il pourroit se faire que je perdis [fo 21] encore l’année courante.

Cette perspective me rend en ce jour plus méfiant, et plus spéculatif, enfin tout peut se raccommoder, mais je veux pour toute réponse un oui ou un non. Laissant [tachado: Maître…] Mr. Paganuchi le maître de disposer les choses comme il le jugera pour l’intérêt réciproque.

Je suis avec le même attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

  • 75 Podría tratarse de sus hermanas Marie-Françoise (1745-1802) o Louise (1759-1791), pues Suzanne-Elé (...)

Le temps ne me permet pas d’écrire à ma sœur75, ce sera pour l’ordinaire prochain.

[fo 21v.o]

Madrid, le 24 janvier 1788

M. Grognard

À Messieurs

Messieurs Camille Pernon Peyron et Comp[agnie].

À Lyon

Carta 12 [2 h, fos 22-23v.o]

1788, febrero, 4, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 22]

[A lápiz: 12]

Madrid, le 4 févr[ier] 1788

Mrs. Camille Pernon Peyron et compagnie. Lyon

Mr. Grognard

Le 25

Enfin j’ai reçu avis de Bayonne que toutes vos caisses y sont arrivées et qu’elles sont expédiées pour ici, ainsi je les attend vers le 15 de ce mois.

Vous conviendrez, j’espère, que le retard de deux mois dans la réception d’une commission n’est pas fait pour inspirer de la confiance dans celui qui la reçoit ni dans celui qui exécute.

J’insiste toujours dans la demande que je vous ai faite d’un intérêt dans vos affaires en général et j’espère de recevoir votre réponse à cet égard par un des prochains courriers.

  • 76 El ya referido Pedro López de Lerena, conde de Lerena (1734-1792), ministro de Hacienda desde 1785

Dans l’expédition qu’a fait Mr. Peyrard de la caisse pour la Garderobe de S. M. il a fait deux bêtise qui ne sont pas pardonnables et qui m’ont déjà obligé de faire trois voyages au Pardo, et ce qui donne de vives inquiétudes à Mr. de Baldecarzane et à Mr. Parisien attendu le contenu de cette caisse. Mr. Peyrard de son propre mouvement / à moins que vous ne le lui ayez marqué par mégarde / a écrit à Mr. de Llerena76 en lui donnant avis de l’expédition de [fo 22v.o] cette caisse, qu’elle étoit destinée pour S. A. R. le Prince des Asturies. Le Ministre l’en a déjà prévenu et lui a dit qu’il la lui envoirai aussitôt qu’elle arriveroit.

D’un autre côté Mr. Peyrard, sur ce que je lui avoit écrit d’expédier cette caisse par le courrier afin de gagner le temps perdu, il l’a fait en inobservant qu’il craignoit qu’elle se fut arrêtée en route à moins qu’il n’y eût un ordre donné pour la laisser passer. Dans ce doute il n’auroit pas dû l’expédier par le courier. Ses craintes ont été réalisé la caisse n’est point parvenu par le courier qui a apporté la lettre d’avis au ministre, à présent Dieu sait quand elle arrivera.

On a bien raison de dire que lorsqu’une affaire est mal commencée rarement elle finit bien. Demain j’irai au Pardo pour en avoir de nouvelles, tout cela me donne beaucoup d’ennuis, de la peine, et m’occasionne des frais considérables.

Quant aux étofes pour Mme la Duchesse de la Vauguyon, il y a toute apparence que je serois obligé de les garder, car Mme la Duchesse a dit qu’elles lui devenoient inutiles à présent que le Carnaval est passé d’autant plus qu’elle revient en France au Printemps prochain.

[fo 23]

Je vous confirme ma précédente du 24 janvier passé depuis laquelle j’ai reçu la vôtre du 14 décembre.

  • 77 Felipe Martínez de Viergol, tesorero del fondo reservado del Real Servicio, ujier de la cámara del (...)

Il est fâcheux que Mlle. Dervieux ne veuille pas vous remettre un des tableaux turcs, c’est une commission à laquelle je ne songerai plus. Mr. Viergol77 m’a offert de me payer celui qui est perdu, ce que j’ai refusé, jusqu’à ce que j’aie demandé au Prince si c’est son intention. En réponse marqué-moi ce qu’il faut que j’en demande. Je doute [palabra tachada e ilegible] que celui qui l’a tenu caché jusqu’à présent le fasse paroitre.

  • 78 Mr. Chaton, correspondiente de la firma Pernon en Bayona, sustituto en ocasiones de Mr. Peyrard pa (...)

Si au reçu de ma lettre vous n’avez pas encore expédié la commission de S. A. S l’Infant don Gabriel, vous voudrez bien l’adresser à Mr. Chaton78 au lieu de Mr. Peyrard, les deux bêtises qu’il vient de me faire me dégoûte de sa correspondance.

J’ai écrit à Mr. Chaton pour qu’il vous fasse passer tout de suite toutes les instructions qu’il croira nécessaires pour faire les expéditions, Mr. Peyrard à qui j’avais donné le même ordre, me marque qu’il vous a envoyé il y a deux ans un mémoire bien circonstancié de la manière qu’il faut faire les expéditions, vous voudrez bien en faire la recherche pour vous en servir au besoin.

[fo 23v.o]

Ci-jointe une petite commission de S. A. S l’Infant Dn. Antonio, faute d’avoir des échantillons nouveaux de bordures, il ne m’a ordonné pour le moment que cette étofe.

  • 79 Podría tratarse de sus hermanas Marie-Françoise (1745-1802) o Louise Grognard (1759-1791).

Le temps ne me permet pas encore d’écrire à ma sœur79 et de lui faire passer la note du linge que je désire, en attendant faite toujours faire la malle*.

Je suis avec le plus sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Tandis que j’y songe, il faut mettre sur les caisses que vous expédierai avec adresses toujours votre marque C. P. P. C., afin que s’il vient à la même adresse différentes caisses, on puissent distinguer facilement les vôtres.

[Invertido: Madrid, 4 février 1788. M Grognard].

Carta 13 [2 h, fos 24-25v.o]

1788, mayo, 14, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 24]

[A lápiz: 13]

  • 80 Poidebard, Chatel, 1912, p. 12; Gastinel-Coural, 1988, p. 99; Miller, 2014, p. 93, n. 49 y 51.

Madrid, le 14 may 178880

Mr. Camille Pernon Peyron et comp[agnie]

Lyon

Messieurs

Je dois réponse à vos deux lettres du 21 et 26 avril passé.

  • 81 La casa de comercio y préstamos regentada por Ètienne Drouillet, originario de Bayona, mantenía es (...)

En réponse à la première, je remettrai à Mr. Drouillet et compagnie81 ce qu’il faudra pour compléter la traitte que vous avez faite sur eux en réaux de platte au lieu de réaux de veillon, il faut faire en sorte de ne pas faire de pareil erreur à l’avenir, parce que cela cause de l’embarras. Je prendrai pour cela la somme que Mr. Rigal a à recevoir de Mr. Viergol pour le montant de votre traitte sur ce dernier.

Toutes les fois que vous aurez quelque chose à expédier à la princesse ou au Prince, vous pouvez y joindre sans que cela vous soit commis quelques articles nouveaux, pourvu toute fois que cela ne soit pas d’un montant [tachado: prix] excessif, afin que l’on ne puisse pas dire que vous cherchez plutôt votre intérêt que de saisir les occasions de leur plaire en leur envoyant de choses neuves et de bon goût.

  • 82 Dos párrafos extractados en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Je vous répète aussi qu’il faut avoir attention de mettre toujours quelques nouveaux échantillons dans les envois que vous ferez à leurs altesses [fo 24v.o] afin que j’ai une occasion de leur demander s’ils les trouvent bien et leur réitérer en même temps mes offres de service. Vous ne ferez pas mal d’y joindre aussi une petite note détaillée des objets les plus à la mode à Paris / Daté cette note de Paris / cela fera plaisir à la Princesse82.

  • 83 Simón de las Casas y Aragorri (1742-1798), sobrino de Simón de Aragorri, marqués de Iranda, fue em (...)

Pour réponse à votre lettre du 26 du passé, j’ai reçu la note des étofes, que vous avez en magazin, et dont je me servirai au besoin, vous avez bien fait d’expédier à Mr. Pernon les habits de Mr. Quiñones et de Mr. l’Embassadeur de Venise83. Mr. Parisien n’a pas encore jugé à propos de me donner l’ordre par écrit pour les remettre à son commissionnaire à Paris.

Je vous confirme que je ne partirai pas pour Lisbonne qu’après votre réponse à cet égard, d’ailleurs la chaleur commence à se faire sentir et cela n’engage pas à faire ce voyage dans les mois de juin ou de juillet, d’après cela je me vois ici fixé pour toute l’année.

Je vous réitère ma prière de faire la plus prompte expédition de la commission [fo 25] de Madame Bendicho, car elle est déjà impatiente de n’en pas avoir du départ.

C’y-inclus diverses petites commissions qu’il faudra exécuter tout de suite.

Vous trouverez aussi ci-joint une lettre de Mr. Marin, chef de la Garderobe de S. A. S. l’Infant Dn. Gabriel, portant une commission de soye encordonné. Cette commission m’a déjà été proposé plusieurs fois par Mme l’Infante. Je l’avois toujours éloignée parce qu’elle ne présente pas du bénéfice, mais à présent il est impossible de s’y refuser.

Depuis que je me suis décidé de parler espagnol, aux Espagnols, et même aux Personnes Royales, je crois que l’on me parle avec plus de facilité et que cela leur inspire plus de confiance. J’ai encore fait un voyage ces jours ici à Aranjuez qui ne sera pas infructueux

[fo 25v.o]

  • 84 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

Je finis pour vous observer que si votre intention est de continuer des affaires en Espagne, il faut absolument qu’un de vos messieurs se détermine d’apprendre l’Espagnol, afin de pouvoir envoyer vos factures en Espagnol ainsi que toute votre correspondance84. Il arrive fort souvent que l’Espagnol ne se lie pas avec vous parce qu’il est gêné par la correspondance françoise que l’on tient avec lui, c’est l’expérience qui m’a fait faire cette observation et je vous invite fort à y faire attention.

Je suis avec les mêmes sentiments.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[Invertido: Madrid, 14 may 1788. M. Grognard].

Carta 14 [2 h, fos 26-27v.o]

1788, junio, 18, Aranjuez

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 26]

[A lápiz: 14]

Aranjuez [tachado: Madrid], le 18 juin 1788

Mrs. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Il y a un sort jetté assurément sur tout ce que vous faites pour mes commissions, vous venez encore de faire une de ces bévues qui ne sont pas pardonnables et qui annoncent de la négligence et de l’inatention de votre part et ne peuvent que me nuire infiniment dans l’esprit de ceux qui traitent quelques affaires avec moi.

  • 85 María Agustina de Adorno y Sotomayor, nacida en Jerez de la Frontera el 28 de agosto de 1739, espo (...)

Vous avez adressé la lettre que vous avez écrite à Mr. Quiñones, à Mme de Negretti85, celle de Mr. l’embassadeur de Venise à Mr. Quiñones, et celle de Mme. Negretti a Mr. l’embassadeur, il résulte de cette équivoque que Mme la Marquise de Negretti est très indisposé contre moi, parce que je n’ai pas voulu prendre sa commission de lui faire deux Robes de Cour et de me charger de l’entrée et qu’elle voit que je ne suis pas si difficile pour Mr. Quiñones, car elle croit que c’est moi qui me charge de l’entrée.

[fo 26v.o]

D’un autre côté Mr. Parisien qui a été informé de ce barbouillage m’en a témoigné son mécontentement et craint qu’il n’en arrivent de pareilles pour les dispositions qu’il sera dans le cas de vous donner pour faire venir les susdits habits et autres choses.

Si vous ne voulez pas me perdre ici, ayez plus d’attention dans tout ce que vous ferez à l’avenir.

  • 86 En esta carta se considera que Grognard alude al encargo de la colgadura de seda bordada destinada (...)

J’ai fait part au Prince de vos craintes sur l’exécution pour le mois de Xbre [diciembre] prochain de la tapisserie pour le Pardo86.

Il s’est rendu à mes observations et il préfère de n’en jouir que l’année prochaine, pourvu toute fois que ce que vous lui ferez soit un chef-d’œuvre, ainsi vous avez jusqu’au mois de may de l’année prochaine pour rendre cette tapisserie à Madrid et si vous ne pouvez pas la faire pour ce temps vous avez jusqu’à l’année prochaine jusque l’époque du mois que je vous [fo 27] avois fixé pour cette année [tachado: l’année prochaine].

Pour beaucoup de raisons je préférai qu’elle fût rendue à Madrid pour le mois de may, cependant ne négligez rien pour en accéllérer la plus prompte exécution si cela est possible.

  • 87 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Le Prince a aussi décidé que l’on ne tendra pas cette année les tapisseries pour la maison de l’Escurial87.

D’après ces décisions je ne vois pas ce qui peut m’occuper sérieusement ici jusqu’à l’époque que ces tapisseries seront tendues, à moins que vous ne me fassiez passer quelques nouveautés successivement tous les mois pour faite voir à LL. AA., et obtenir quelques commissions, ou soit en me faisant l’expédition de des [sic] garnitures de fauteuils que je vous ai demandé et quelques coupons* d’habits de velours miniature* ou façonnés ce qu’il y aura de plus nouveaux, ainsi que quelque coupons d’étofe pour l’hivers pour faire des surtouts*, il ne faut pas expédier ces sortes d’étofes quand tout Madrid en sera inondé.

[fo27v.o]

Je vous écris à la hâte et je vous préviens aussi que le courrier prochain je vous [tachado: remettrai par le couri(er)] portera le dessin peint des chaises pour le Pardo. Le Prince me l’a remit ce matin.

Je suis avec le même attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Madrid, 18 juin 1788

[Invertido: Madrid, 18 juin 1788. M. Grognard].

Carta 15 [1 h, fos 28-28v.o]

1788, julio, 7, Madrid

Destinatario: Louis-Aimon Pernon, administrador general de Loterías, primo y asociado de Camille Pernon (París).

[fo 28]

[A lápiz: 15]

Madrid, le 7 juillet 1788

Monsieur

Les commissions ont été faites

Cy-après la copie d’un billet qui vous sera présenté, vous voudrez bien remettre à la personne qui en sera le porteur, les cartons contenant les habits que la Maison de Lyon a dû vous faire passer et qu’elle doit encore vous faire passer au premier jour.

Il faudra remettre ces cartons, tout simplement sans les faire emballer, il suffit de les ficeler et de les cacheter et y mettre un Nº pour contremarque sans nom ni adresse.

  • 88 Plaquetas de marfil preparadas para pintar miniaturas. «On colle derrière l’ivoire un papier blanc (...)

Dans un de ces cartons il faudra y mettre les boucles de soulier* que je vous ai demandé précédemment pour Mr. Parisien, plus deux ou trois tablettes d’yvoire préparée pour peindre en miniature, de la Grandeur et Largeur les plus grandes que vous trouverés88.

  • 89 Manguitos de punto quizá de la manufactura de Alençon. «Le grand Colbert, ayant formé le projet d’ (...)

Vous voudrez bien encore mettre dans ce même carton une paire de manchette89 de point pour l’hivers, pour mon usage et du prix [fo 28v.o] de 96 livres de France.

J’ai l’honneur d’être avec le plus sincère attachement.

Monsieur

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Copie du Billet

  • 90 Camille Pernon necesitó ampliar capital, asociándose el 1 de enero de 1785 con su primo Louis-Aimo (...)

Monsieur Pernon administrateur général des Loteries de France90 en son hôtel, rue d’Anjou, faubourg St.-Honoré, est prié de remettre au porteur les cartons, ficelles et cachettes dont je lui ai fait mention dans ma lettre d’aujourd’hui.

Madrid, le 7 juillet 1788.

Mr. Pernon administrateur général des Loteries de France.

Paris

Carta 16 [2 h, fos 29-30v.o]

1788, julio, 7, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 29]

[A lápiz: 16]

Madrid, le 7 juillet 1788

M. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Mr. Grognard

Messieurs

J’ai reçu vos deux lettres du 1er et 13 juin passé me portant avis d’expédition et factures de diverses commissions. Je veillerai à ce que tout soit agrée favorablement.

Nous ne parlerons plus des assortiments de fauteuil en Damas sur fil, lorsque j’en aurai quelques commissions, je vous les demanderai.

Je crois vous avoir marqués de préférer les envois à Mr. Parisien pour me faire passer vos échantillons, mais non pas de le faire jamais pour les envois à leurs Altesses.

À cet égard je vous préviens de ne pas mettre des échantillons dans la caisse de Mr l‘Embassadeur de Naples, quoi qu’il y ait des habits à Mr. Parisien, parce cette caisse ira à la douane et qu’elle sera visité et remise à S. E. par ordre du Ministre.

Mais vous pouvez m’en envoyer dans la caisse qui contiendra les habits qui sont à Paris parce qu’elle viendra ici à l’adresse de S. M. et qu’elle ne sera pas ouverte, ainsi si vous voulez en préparer lorsque je recevrai l’ordre de les faire venir, vous pourrés les envoyer à Paris pour les y joindre.

[fo 29v.o]

  • 91 Stephane Stéphanovich Zénovief (1740-1794), embajador de Rusia en España desde 1773. «Ministre de (...)
  • 92 Gran duque Pablo de Rusia (San Petersburgo, 1754-1801), zar de Rusia desde 1796 hasta su asesinato (...)

J’ai eu occasion de parler avec Mr. de Zenovioff91, Ministre de Russie, au sujet du meuble à [palabra dudosa: nœud], que désire le Grand-Duc92. Vous pouvez l’exécuter sur la seule parole de S. A. S. et vous ne devez pas craindre un instant de perdre avec elle, il a toujours tenu ce qu’il a promit et il est d’un caractère à ne pas y manquer par la suite. Mais quand au payement il ne répond pas qu’il soit parfaitement exact de payer aux époques qui seront fixées parce que ces payements étant fait uniquement des fonds de sa cassette qui n’est pas bien considérable, il peut ce faire que cette dépense soit au-dessus de ses finances, ayant beaucoup de pension à payer qui les absorbent presque entièrement, aussi il ne peut là-dessus donner aucun conseil, c’est à vous à savoir si vous voulez courir quelque risque pour le retard des payements, il m’a observé encore que sachant que vous êtes lié avec le trésorier de S. A. S. si vous êtes son ami vous pouvez faire à ce sujet ce qu’il vous dira, personne ne pouvant mieux que lui vous tranquiliser là-dessus.

Quant à la commission de S. A. S. l’Infant Don Antonio, je vous dirai seulement que les raisons qui ont retardé son expédition ne me paroissent pas satisfaisantes.

[fo 30]

Pour répondre de suite à vos lettres je reviens aux échantillons, puis que vous ne les avez pas encore expédiés et que vous me demandez à présent de vous fixer le temps où je dois les recevoir. J’ai calculé qu’il y a toute apparence qu’ils viendront fort tard pour obtenir les commissions de l’hivers aussi si vous m’en faites passer, à quelle époque qu’ils arrivent je les ferai valoir le mieux que je pourrai.

  • 93 Párrafo extractado en ibid., p. 99. El empleo del español en la correspondencia le fue aconsejado (...)

J’ai vu avec plaisirs que vous avez écrit en Espagnol à toutes les personnes à qui je vous avois marqué de le faire93, et si vous êtes dans l’intention de continuer des affaires en Espagne, je vous invite de nouveaux à faire apprendre cette langue à un de vos messieurs.

  • 94 Real Aduana de Ágreda (Soria). «Douannes d’Agreda et de Vitoria, toutes les marchandises qu’on vou (...)

Je termine ma lettre par vous annoncer que sont à saisir à la Douane d’Agreda94 la caisse MM, Nº 142, pour Mr. Marchand, parce qu’il s’y trouve trois pièces, qui n’ont pas la largeur de 2/3 de varre ou 11/24 d’aune entre les deux lisières, ainsi que je vous l’ai recommandé plusieurs fois, cette largeur était la plus étroite qu’il soit permis de laisser entrer en Espagne. Je présenterai un mémoire à Mrs les Directeurs [fo 30v.o] des Douanes pour obtenir de les faire venir en cette douane pour les vérifier moi-même, je vous instruirai de la suite.

Mr. Marques ne m’a pas encore fait remettre le patron de son habit.

Je suis avec les mêmes sentiments.

Messieurs

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Ma lettre n’ayant pu partir vous trouverez ci-joint le patron de l’habit de Mr. Marques, il ne m’a envoyé qu’un devant de l’habit et de la veste*, je pense que cela pourra vous suffire. Vous observerez seulement qu’il désire qu’il reste 7 varres d’étofes pour les deux culottes* ou pour faire un habit tout uni.

Dans votre lettre à Mr. Dn. Manuel / et non pas Emanuel / vous avez qualifié S. A. S. Madame l’Infante Doña María Ana Victoria de Princesse Don Gabriel. Comme cela a prêté à rire à L. A. S. à qui l’on remet les lettres et les factures, je joint encore ici une note des titres de chaque Personne.

Carta 17 [5 h, fos 31-35v.o]

1788, julio, 24, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 31]

[A lápiz: 17]

  • 95 Junquera, 1976, pp. 238-239 e Id., 1979, p. 72; Gastinel-Coural, 1988, p. 99; Benito García, 2015, (...)

Madrid, le 24 juillet 178895

Mrs. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Si j’ai quelques succès ici je le dois entièrement au bonheur qui paroit me favoriser, car ce n’est surement pas à vos soins, vous venez encore de faire une de ces fautes qui étant si souvent répétées, ne sont pas pardonnables, vous avez encore confondu les Numéros des caisses que vous avez expédié à leurs altesses, je n’entre dans aucun détail à cet égard car je ne pourrois m’exprimer sans rigueur, Mr. Marin qui prend le plus grand intérêt à ce qui me concerne, vous écrit en conséquence, et vous trouverez sa lettre ci-jointe.

Je me borne seulement à vous dire que le Prince et les Infants s’étant impatientés contre les commis du Bureau des finances qui n’ont pas voulu livrer les caisses dans le premier instant, crainte que cet équivoque ne leur causa quelques désagrémens en faisant porter dans les appartements du Prince ce qui étoit destiné pour les Infants.

[fo 31v.o]

  • 96 Memoria presentada por François Grognard al ministro de Hacienda en 1788.
  • 97 «Enredo, embrollo» (Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes, s. (...)

Comme je suis connu de ces commis depuis que j’ai présenté mon mémoire au Ministre pour les Étofes96, contenu dans la caisse à Mr. Le Marchand, le tripotage97 qu’il y a eut [sic] au sujet de ces numéros changés, les a fort indisposé contre moi, ce qui me fait désespérer de me tirer avantageusement de la saisie que l’on a fait de ces étoffes, vous pouvez déjà considérer que si je sors bien de cette affaire c’est de l’argent gagné à la loterie.

  • 98 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

Tous les moments ne sont pas malheureux. Je viens d’intercepter un paquet d’échantillons de bordure d’habit au nombre de 85, tant pour homme que pour femme, c’est Mr. le Normand de Paris qui les envoyoit, et ils sont autant que je puis le présumer de Mr. Piroux et Bergeon, pour en tirer parti j’ai saisi l’occasion de les présenter à l’Infant don Gabriel comme de votre fabrique et voici ci-inclus la commission qu’il m’a donné. Je vous recommande la plus prompte expédition et surtout la meilleur exécution98, ce sera toujours ces deux points qui me feront donner quelque préférence et prenant toujours un [fo 32] bénéfice honête, je ne crains personne.

Le Prince, la Princesse, l’Infante et les Infants ont été tous en particulière très contents de leur commission et j’ai reçu à cet égard les compliments les plus flatteurs.

  • 99 Sedería de raso con motivos de arabescos o «d’autel», destinada a la llamada saleta amarilla de la (...)

Le Prince cependant a observé et avec une juste raison que les étofes de vos meubles quoique fabriquée avec précision n’ont pas la force qu’elles exigoient. Le satin* jaune ombré broché ressemble à une pelure d’oignon en comparaison de l’échantillon brodé sur lequel il a donné cette commission99.

Les autres sont aussi trop légère en général. Je pense que si vous eussiez mis une once à 2 onces de plus dans ces étofes, cela n’en auroit pas augmenté le prix de beaucoup, et cela n’auroit pas donné occasion aux fabriquands auxquels on les a fait voir de dire que la qualité étoit inférieure, parce qu’en général on en juge plus par la force que par la beauté.

  • 100 Tejido identificado por Junquera, 1979, p. 73, con la colgadura del comedor de la Casa del Príncip (...)

Je vous observerai aussi que vous avez toujours l’habitude d’envoyer à l’apprêt ou au cylindre vos étofes sans les avoir fait émonder avec le plus grand soin, on y voit de gros bouchons [fo 32v.o] applatis qui font le plus mauvais effet et cela est plus sensible dans l’étofe fond mordoré* vert et sorbec* argent, parce que les bouchons en sorbec forment presque autant de petites pailles qui gâtent ce fond, ce déffaut peu facilement se remédier en y portant quelque soin100.

  • 101 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73 y Gastinel-Coural, 1988, p. 99.
  • 102 Grand Turc. «Magasin de confections pour dames et pour hommes à Lyon» (Grand-Carteret, 1902, p. 36 (...)

Le Prince qui veut tout voir par lui-même a déplié toutes les pièces, il m’a fallut un jour et demi pour les replier attendu qu’il désire qu’elles ne se gâtent, ne devant être tendue que l’année prochaine et peut-être l’autre seulement101, ce qui a déterminé S. A. R. à faire tout déplier c’est qu’il a trouvé dans la caisse des Robes de la Princesse, trois pièces de gaze à la mode, une de taffetas chiné* et deux gilets brodés* en soye, l’un sur gaze et l’autre sur gros de Naples blanc, que l’on y a introduit je ne sais où ni comment. Le Prince a soupçonné que vous aviez voulu faire cette petite contrebande sous son nom, mais il a été tout de suite dissuadé lorsque je lui ai fait voir que votre plomb n’y étoit pas, et que celui qui y étoit porte le nom au Grand Turc102 et non celui d’une fabrique.

[fo 33]

Cependant quoiqu’il ait paru convaincu cela a cependant fait un mauvois effet d’autant plus qu’il y a dans l’appartement de S. A. R. des jaloux contre moi.

Je vous prie très instamment de timbrer tout ce que vous expédierai à l’avenir, et ne pas vous contenter seulement de plomber vos étoffes parce que l’on sait ici changer les plombs, d’ailleurs pour m’éviter à l’avenir quelques désagréments.

J’ai prévenu leurs altesses que cela servit ainsi [palabra tachada e ilegible] et qu’ils pouvoient regarder comme contrebande toute marchandise qui ne porteroit pas votre timbre, ils m’ont répondu que cela seroit très bien dans chaque caisse sans prix meller [mêler] aussi la note.

Vous ne sauriez combien tous ces incidents détruisent le plaisir qu’il y a de faire quelques choses pour leurs altesses. Je suis toujours dans la crainte qu’il ne survienne quelque événement malheureux, en attendant je joue de bonheur, c’est la vérité.

Les habits du Prince n’arrivant à Madrid que le 27 ou 28 de ce mois et la Cour étant parti ce matin pour St.-Ydelphonse [sic], il ne m’a pas été possible de leur faire voir les échantillons de le Normand, ni à la Princesse non plus, ce qui [fo 33v.o] m’obligera d’aller incessamment à St.-Ydelphonse [sic], j’aurois bien désiré ne pas faire ce voyage qui est très dispendieux.

Je vous dois réponse à vos deux lettres du 23 juin et 3 juillet courant.

Par la première je vois que vous n’avez pas pu exécuter la commission de Mr. Chipaut il n’a songé à me la donner qu’au moment que je vous l’ai envoyé.

Avec cette première j’en ai reçu une autre écrite par Mr. Peyron, j’ai prévenu Mr. Rigal de vous faire les avances de vos remises au cas qu’elles ne soient pas payé à leur échéance.

  • 103 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Il faut avoir attention d’écrire un Espagnol un peu plus pur que celui de vos lettres103, ce qui vous sera facile en vous servant d’un traducteur d’autant plus que tout se borne à donner un avis d’expédition.

  • 104 Ana de Zayas y Ramos. Casó el 14 de agosto de 1750 en segundas nupcias con don Matías de Gálvez y (...)

Je n’ai pas encore vu Mme de Galves104 et Mme de Negretti. J’ai été jusqu’à présent toujours en course et la chaleur est si excessive dans ce moment que l’on fait peu de chose par jour.

[fo 34]

  • 105 Tela también empleada en los apartamentos de la duquesa de Alba.

Pour réponse à votre lettre du 3 Juillet vous pouvez faire fabriquer pour Mme de Galves la quantité de damas sur fil herborisé105 que vous pouvez calculer pour un sallon deux fois grand comme le vôtre, quelques aunes de plus ou de moins ne font rien, son Exc. n’a pas encore pu avoir son hôtel, et je ne puis en conséquence vous donner aucune mesure fixe, ni aucune autre commission en meuble.

Il ne faut pas perdre du temps pour faire cette commission, plutôt elle sera faite plutôt on songe à d’autres.

Je ne doute nullement des difficultés que vous rencontrez dans l’exécution de la tapisserie du Pardo, si elle n’en avoit pas présenté au premier coup d’œil, je crois que je n’en auroi pas eu la commission, le Prince qui sait tout apprécier vous a accordé du temps. Vous pouvez donc faire des essais et vaincre avec cela toutes les difficultés.

  • 106 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Je vous recommande surtout de n’y rien négliger106.

[fo 34v.o]

  • 107 «Le comte d’Expilly, qui se trouve chargé de la négociation de paix avec notre régence de la part (...)

J’ai donné ordre à Mr. Peyrard d’expédier à Mr. le Comte d’Expilly107 au Sitio de St.-Ydelphonse [sic] la commission pour Mme Bendicho.

Si vous n’avez pas encore fait votre traitte sur Mr. le Comte du montant de cette commission, vous pouvez me la faire passer avec votre ordre en blanc, j’en soignerai la rentrée.

Je vous observerai que vous avez porté le prix très haut en le fixant à 11 livres 10 sols et à 14 livres 10 sols, s’il n’y a rien à rabattre, il y aura certainement du bénéfice, car de 8 livres 10 sols à 14 livres 10 sols il y a de la marge.

Je préviendrai Mme de Fuertes de ce que vous ne pouvez pas exécuter sa commission en entier.

  • 108 Podría tratarse de una pintora, como Marie Villette, y estar emparentada con el diseñador textil l (...)

Les pinceaux dont réclame la valeur Mlle. Barbier108 sont à Pétersbourg entre les mains de Mr. Quarenyho [Quarenghi] l’architecte qui a bien voulu s’en charger pour les vendre, j’ignore s’il y a réussi, je compte lui écrire un de ces jours à ce sujet et pour plusieurs autres choses, je vous ferai part de sa réponse aussitôt que je la recevrai.

[fo 35]

Comme Mr. Parisien désire que les coupons de gros de Naples que je vous ai demandé soit parfaitement conforme à l’échantillon que je vous ai envoyé, il m’a encore récrit le cy-inclus qui est plus grand que celui que je vous ai envoyé.

Vous trouverez aussi ci-inclus la petite note pour les gilets que désire recevoir le Prince et l’Infant Dn. Gabriel, à l’époque de chaque saison.

Plus une autre petite note pour des objets qui me concerne, j’ai reçu ma malle bien conditionnée.

Les habits neufs vont très bien, il y a assez de poitrine il ne faut pas que le tailleur en mette davantage à celui de velours d’hivers que je vous demande.

Je vous réitère ma prière de m’envoyer mon compte courant, je désirerai savoir ce que je vous dois en mon particulier.

J’ai l’honneur d’être avec un sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Le temps ne me permet pas de vous envoyer les échantillons ni les dessins.

Joint les 3 hachats que portent le Roi, le Prince et les Infants.

[fo 35v.o]

Ils vous serviront de modèle pour la grandeur, mais non pour l’exécution qui doit être plus précieuse.

Grognard

Réponse

[Abajo, invertido: Madrid, 24 juillet 1788].

Mr. Grognard

Carta no conservada

1788, julio, 26, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 18: «Ma lettre c’y jointe en date du 26 courant».

Carta 18 [2 h, fos 36-37v.o]

1788, julio, 28, Madrid

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 36]

[A lápiz: 18]

Madrid, 28 juillet 1788

Ma lettre cy-jointe en date du 26 courant au lieu de partir samedi dernier par Barcelone vous ne le recevrez que par ce courrier.

  • 109 Isabella Filipa Reggio, VI princesa de Campoflorido († Madrid, 17 de enero de 1797), primera espos (...)

Cy-inclus une petite commission pour Mme la Marquise de Baldecarzane109 qu’il faut faire exécuter tout de suite, pour la lui expédier au premier avis que je vous donnerai, j’attends de jour en jour la commission du Roi avec laquelle je vous marquerai de l’envoyer.

Je vous ai recommandé Mr. le Comte de Beust qui va à Lyon pour se rendre à Paris. Il est l’auteur des procédés qu’employent pour fixer toutes sortes de couleurs en soye Mrs. Chaudon, frères teinturiers sur le quai de la Saône. J’ai vu faire ici l’épreuve de ces soye qui ont réssisté aux acides.

  • 110 Quizá una hija de Gabriel Jars (1729-1808), ingeniero y empresario lionés coetáneo de Pernon, fund (...)

Madame Fuertes vous prie de remettre à Mlle. Jars110 le gragrame* 5/17 fond brun à mouches de couleurs a fin de lui faire faire sa robe. Sa fille la lui apportera toute faite. Quant aux deux coupons pour frai, vous voudrez bien les [fo 36v.o] remplacer par quelques étofes de goût en 11/24 à votre choix.

Comme j’ai absolument besoin d’une demi-douzaine de vestes brodées en soye et dorure pour faire présent au tapissier et aux mozo [sic] des Garderobes, je vous prie de les faire faire à ma mesure approchant de cette manière. Mr. Husson pourra s’en charger plus facilement.

  • 111 Barrio de Lyon.

Vous voudrez bien faire demander à ma sœur la veste de mon habit noir de drap* qu’elle a oublié de mettre dans la malle, faites aussi demander au dégraisseur qui demeure aux Charpennes111 ma veste de satin blanc brodé en filet or. Mr. Husson voudra bien aussi se charger de ces deux objets.

  • 112 Juan Menine, cirujano hernista en la corte, discípulo del cirujano parisino Mr. Brogniard, fue pro (...)

Je ne prendrai point d’argent chez Mr. Rigal, je viens de tirer sur Mr. Rougemont Hottinguen Cie. 1 200 livres tournois ordre de Menine112 payable au 30 août fixe, vous voudriez bien leur confirmer [fo 37] l’avis que je leur en donne par ce courrier.

J’ai l’honneur d’être avec un sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Rappellez-moi je vous prie au souvenir de Mr. Catalan.

Mes compliments à Mr. Husson.

[fo 37v.o]

Madrid, 28 juillet 1788

M. Grognard

Carta no conservada

1788, agosto, 4, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 19: «Je vous confirme ma précédente du 4 courant».

Carta 19 [2 h, fos 38-39v.o]

1788, agosto, 7, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 38]

[A lápiz: 19]

Madrid, le 7 août 1788

Mrs. Camille Pernon Peyron Cie.

Messieurs

Je vous confirme ma précédente du 4 courant vous portant la note détaillée de la commission de S. E. Mr. de Valdez [o Valdes], vous trouverez ci-joint un petit suplément aussi que son adresse positive. J’espère que tous les calculs que j’ai fait, vous abrègerons de la peine et surtout du temps.

Je vous confirme aussi la commission de la robe de cour* de Mme de Galves.

  • 113 Diogo de Carvalho e Sampayo (Lamego, 1750-1807), caballero de la Orden de Malta, fue embajador por (...)

Cy-inclus la commission des habits pour Mr. l’embassadeur de Portugal113 à la quelle il ne veut mettre que 12 à 13 mille réaux environ. J’envoi par ce courrier à Mr. Peyrard le patron de son habit, vous le recevrez complet parce que désirant le fond brodé en paillette* il est convenable que vous ne fassiez broder que ce qui est nécessaire.

C’est Mr. Parisien qui selon toutes les apparences se chargera de faire entrer les susdits habits, vous devez toujours avoir attention de ne jamais perdre un instant pour ces sortes de commissions, parce qu’il est impossible de remédier aux différentes causes qui peuvent occasionner beaucoup de retard.

Cet Embassadeur ne porte pas deux années de suite ses habits, c’est pourquoi il m’a recommandé d’y mettre plus de Légèreté et de l’élégance que de la pesenteur et de la solidité, il ne veut mettre à cette fourniture comme je vous ai dit ci-dessus que 12 à 13 mille réaux environ.

[fo 38v.o]

Mr. de Valdes m’a fait dire qu’il ne me donnera sa commission d’habit que lorsque j’irai à St.-Ydelphonse, sa sœur me donnera aussi les siennes.

  • 114 Eustache Gascon, negociante establecido en Bayona vinculado a Jacques Peyrard; véase Bulletin de l (...)

Cy-inclus une autre petite commission de trois vestes brodées pour Mr. Menine, si Mr. Husson peut s’en charger, il les remettra à Bayonne à Mr. Eustache Gascon Négociant114, qui les fera parvenir ensuite à Mr. Menine à défaut vous les ferez passer à Mr. Jacques Peyrard compagnie pour les remettre au susdit Mr. Eustache Gascon.

Comme j’ai toujours entre les mains les marchandises que vous aviez expédie à Mme. la Duchesse de la Vauguyon, plus les 2 robes de linon de Mme. de Galves, que je serai aussi chargé de celles adressées à Mr. Le Marchand si je puis les avoir et que pour tout ces objets, j’ai payé ou payerai les voitures, douanes, alcaval, etc, etc., je désire que vous me donniez une formule comme je dois tenir le compte de ces marchandises et de celles qui pouront [sic] encore rester à ma charge afin d’aller d’accord avec vous et que nous n’ayons aucun mésentendu [sic] entre nous à cet égard.

Je pense qu’en ouvrant un compte de marchandises entre mes mains, vous pourrez [fo 39] solder par ce compte celui de Mme. la Duchesse de la Vauguyon et de Mme. la Comtesse de Galves, ainsi que les autres qui pourront être dans le même cas.

Je n’ai pas encore porté sur mon journal de voyage les avances que j’ai fait et dont de me rembourserai sur le premier produit des ventes qui auront lieu et le surplus je vous le ferai passer.

J’ai l’honneur d’être avec le plus sincère attachement,

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Cy-après j’ai répondu à votre lettre du 19 juillet passé et je reçois une lettre dans le moment de Mr. Pernon de Paris qui m’annonce la prochaine expédition de quelques petites commissions que je lui ai donné par Mr. Parisien.

Cette lettre est bien venue à propos pour me confirmer ce que vous me dites dans votre susdite lettre du 19 juillet que nous sommes tous faillibles. Je vous envoi ci-inclus l’envellope de sa lettre ou au lieu de me l’adresser chez Mr. Louis Rigal négociant, le secrétaire a mis Louis Pizani à Madrid, négociant à Madrid.

[fo 39v.o]

  • 115 Luis Pisani, embajador extraordinario de la Serenísima República de Venecia; véase Mercurio histór (...)

Le secrétaire étoit apparament occupé de Mr. Pizani, Embassadeur de Venise115 pour lequel vous avez expédié à Mr. Pernon des habits.

Je continuerai toujours de vous prouver par des pièces aussi authentiques que je suis vrai dans ce que je dis et que le doute que vous me témoigné à cet égard m’offense singulièrement.

[rúbrica]

[Abajo, invertido: Madrid, 7 août 1788. M. Grognard].

Carta 20 [2 h, fos 40-41v.o]

Sin fecha ni encabezamiento

[1788, agosto, después del 7 y antes del 14, Madrid]

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 40]

[A lápiz: 20]

À présent je vais répondre à votre lettre du 19 juillet passé. Je le ferai avec sang-froid, parce qu’il y a 3 jours que je l’ai reçue.

  • 116 Jean-Baptiste-Antoine Générelly (1723 – d. 1788), amigo de Grognard, bordador y negociante de Lyon (...)
  • 117 José Moñino y Redondo, I conde de Floridablanca (1728-1808), secretario de Estado entre 1777 y 179 (...)

J’ignore si Mr. Generelly116 a perdu sur la première robe de Linon qu’il a brodé en ruban pour moi, et j’ignore de même ou du moins, je ne me rappelle pas de vous en avoir demandé pour d’autre que pour Mme de Galves, Negretti, Moñino117 à qui vous n’en avez pas expédié. Quant au prix vendu ou fixé à peu près à 15 livres l’aune j’y vois un bénéfice sans peine de 2 livres par aune. Le linon de l’échantillon a coûté 8 livres l’aune, la broderie 5 livres l’aune. Ce compte me paroit juste, d’ailleurs tous ces ordres ont été libres.

Si j’ai pris des commissions en gragrame, c’est que vous m’en avez envoyé des échantillons, je vous les ai demandé en 11/24 parce que les 5/12 ne peuvent pas entrer.

Ma correspondance n’a jamais été fleurie. J’en convient, mais elle a au moins le mérite d’être vraie. Je ne puis vous envoyer les envellopes des lettres de Mr. Negreti, de Mr. Pizani et Quiñones parce qu’ils sont dans ce moment au Sitio de St.-Ydelphonse et je doute qu’ils les aient conservé. Avant de me faire la demande de ces envellopes, vous auriez dû vous rappeller que dans votre lettre du [en blanco] en réponse à une des miennes qui vous portoit des factures où il y avait quelques erreurs, vous me marquâtes qu’à l’avenir il suffiroit de vous faire part de ces erreurs parce que cela augmentoit le port des lettres.

[fo 40v.o]

Demain si j’ai un moment de loisir pour aller au Palais, j’irai voir le garçon garde de la Garderobe de S. A. R. le Prince des asturies et s’il a encore l’enveloppe de la caisse où vous avez fait erreur de numéros, ainsi que Mr. Marin vous l’a marqué, je vous l’expédie tout de suite, par ce moyen je pourrois vous prouver que je suis incapable de dire une chose pour une autre, et à l’avenir je serai pareillement très scrupuleux à vous faire remettre par Mr. Paganuchi les pièces autentiques [sic] des erreurs que vous aurez fait.

Je sais que personne n’est infaillible. Je suis faillible moi-même. Je sais aussi que ce n’est pas vous qui faites tous les détails de vos occupations, mais n’étant en correspondance qu’avec vous, je ne puis m’adresser à vos commis, ni à vos emballeurs.

Je suis flatté de l’indulgence que vous dites avoir pour moi et je vous en fais mes sincères remerciements. Vous trouverez ci-inclus le compte qui vous a occasionné un travail de huit jours pour le débrouiller, j’ai mis des notes à chaque article, de cette manière s’il existe encore quelque doute à cet égard, j’espère que je serai parvenu à les éclaircir.

La quantité de velours que désire le Prince de Rufadale est de 5 varre ½ aussi il n’y a point d’erreur cependant vous pouvez en mettre 6 varres, Mr. l’embassadeur est si petit qu’il ne seroit pas étonnant que le tailleur pu l’habiller avec ce court aunage.

[fo 41]

Je continue de répondre à votre lettre et je me persuade que c’est pour remplir les quatre pages que vous avez jugé à propos de me faire part des cassemeus de tête que vous occasionne la réduction des varres en aunes, // cette réduction faite et conclue sur le livre des commissions, ne me présente plus de difficulté pendant le cour de l’exécution des commissions // il me sera facile de remédier à cela en faisant moi-même les calculs et différent d’un courrier à vous envoyer les notes des commissions.

Quant à la correspondance espagnole que vous êtes obligé de tenir avec quelques personnes seulement et qui se borne à un avis d’expédition et à l’envoi d’une facture vous pouvez vous débarasser de ce désagrément en m’envoyant la copie de vos lettres et de vos facture par le même courier que vous les expédierai. Je me charge 15 minutes, après l’arrivée des courriers, de faire remettre les traductions à chaque personne.

  • 118 «En France les Livres des Marchands & Banquiers se tiennent par livres, sols & deniers tournois, l (...)

Enfin quant aux factures, pour vous éviter la peine de calculer qu’une étofe qui vaut 5 sols de France vaut un Real de veillon et que 4 Réaux valent une livre de France, envoyez les susdites factures en livres, sols et deniers de France118, faites m’en passer les copies, je les traduirai et réduirai les Livres en Réaux.

S’il y a encore quelque autre chose qui vous occupe trop dans mes commissions marquezles moi. Je ferai mon possible pour vous en débarasser. J’entend que [fo 41v.o] c’est seulement pour ce que je puis faire d’ici et non à Lyon, car j’en suis trop éloigné.

Je termine en fin ma lettre par vous avouer franchement que si j’ai répondu si longuement à votre lettre, c’est que je n’ai rien de mieux à faire dans ce moment où j’attends une personne pour sortir.

J’ai l’honneur d’être parfaitement.

Votre très humble serviteur.

Messieurs

Grognard

  • 119 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Pour remplir à mon tour les quatre pages, je vous dirai naturelement que vous êtes peut-être les seules personnes qui faisant des affaires en Espagne depuis plus d’une année ne sachent pas encore par cœur toutes les différences des poids, mesures et monnoies, qui existent entre la France et l’Espagne119, pour en faire l’emploi dans toute les occasions.

Le motif de cette mauvaise espèce d’indifférence vient peut-être de ce que mes commissions n’étant pas un objet de conséquence pour penser que cela ne vaut pas la peine.

Fera plus qui pourra, pour moi je ne puis en faire davantage.

Carta 21 [2 h, fos 42-43v.o]

1788, agosto, 14, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 42]

[A lápiz: 21]

Madrid, le 14 août 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 120 Carlos Ruta, dignatario de procedencia napolitana, que llegó a Madrid en el séquito de Carlos III. (...)

Fidel à ma promesse, je vous envoi ci-inclus la lettre originale de Mr. Rutta120, chef de la Garderobe du Prince, par laquelle il me donne avis de la réception de la caisse contenant les habits du Prince, dont il n’a eut [sic] de votre part ni avis, ni facture.

Son adresse en françois est à Mr. Mr. Charles Rutta, chef de la Garderobe de S. A. R. Le Prince des Asturies.

  • 121 Hugues Ringuet, inventor de una tela que imitaba a la perfección los bordados y la pintura, autor (...)

Je vous confirme toujours la commission de Mr. de Valdes et si vous ne pouvez faire vous-même cette commission, faite la faire d’une façon ou d’une autre, quand le fond ne pourroi pas se faire en point de tapisserie, faite le faire en fond carrelle et le Broché lié en point de Ringuet121 cela pourra passer par force, il est Essentiel que cette commission soit exécutée.

[fo 42v.o]

L’architecte du Ministre voulant donner une idée du tapis en moquette*, ce croquis n’étant pas achevé je ne puis vous donner par ce courier cette commission.

  • 122 Probablemente se trata de los canónigos de la Real Colegiata de San Isidro de Madrid, no de San Is (...)

Un ami de Mr. de Valdes vient de me mettre à même de traitter avec les chanoines de St-Isidore pour leur fournir deux ornements d’Église122, l’un en gros de Tours* cramoisi Liseré de même et broché en filet et frizé d’or*. L’autre en fond lamé argent et or à compartiment broché soye nué et filet et frizé or, petit dessin de un quart d’aune au plus.

Ce qui m’embarrasse le plus est d’en fixer les prix, n’ayant aucun échantillon qui puisse me servir de règle. J’ai peur de manquer cette commission en demandant un prix trop haut et de perdre en demandant un prix trop bas. Je pourrois être sûr dans ce que j’ai à dire si vous m’aviez envoyé [fo 43] des échantillons dans ce genre ainsi que je vous l’ai demandé tant de fois.

Vous voudrez bien me marquer le prix revenant du Damas cramoisi broché frizé et filet or. Le prix revenant de cet article et de celui des tissus or que vous avez fait pour Marseille ne me paroit pas être possible cependant votre note porte prix revenant.

Je suis harcelé par Mr. Marin pour la cassette qui doit contenir les soyes pour S. A. R. l‘Infante D. M. Anna Victoria.

Je suis avec les mêmes sentiments.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[fo 43v.o]

Madrid, 14 août 1788

Grognard

Réponse

Carta 22 [4 h, fos 44-47v.o]

1788, agosto, 24, Madrid

Destinatario: Jean Paganuchi (Lyon).

[fo 44]

[A lápiz: 22]

Madrid, le 24 août 1788

Mr. Paganuchi Père

Lyon

Monsieur

Ainsi que j’ai prévenu Mr. Pernon Peyron et compagnie, je vous adresse ci-incluse la copie originale de la facture que ces Mrs ont envoyé à Mr. Viergol, trésorier particulier de S. A. R. Le Prince des Asturies dans laquelle il s’y trouve les erreurs suivantes.

Articles désignés sous les numéros cy-après.

  1. Cet article est juste.
  2. On a chiffré à la trésorerie de S. A. R. les aunes qui sont dans la colonne des aunes et non le nombre des tabourets qui sont en dedans, cette erreur à été rectifié sur mon observation, ainsi c’est un article juste.
  3. Juste.
  4. Cet article ne monte que 2 600 Réaux et non à 2 640 Réaux porté sur la facture.
  5. Juste.
  6. Juste, cependant l’on m’a demandé si ce ne seroit pas le nombre des lès qui vaudroit chacun 480 Réaux et non les aunes ce qui feroit une différence.

[fo 44v.o]

  1. Juste.
  2. Juste.
  3. Juste.
  4. Ici ces Messieurs ont porté le nombre des tabourets dans la colonne des aunes et les aunes en-dedans ce qui a donné encore une incertitude dans la vérification, d’autant plus que c’est le contraire dans l’article Nº 2 ; la régularité dans la manière de noter des articles est toujours préférable.
  5. Cet article [tachado: ne] se monte [tachado: qu’] à 3 612 Réaux et non à 3 192 Réaux portés dans la facture.
  6. Juste.
  7. Juste.
  8. Juste. Ici l’on a mis le nombre des tabourets dans la colonne des aunes et les aunes en-dedans [dos palabras tachadas e ilegibles].
  9. Juste. 6 éch[antillons], 17 éch[antillons], 18 éch[antillons], 19 éch[antillons], 20 éch[antillons].

Quant aux 2 articles des ports et des Droits que j’ai ajouté au bas de cette facture, c’est une avance que j’ai faite et dont je me rembourserai [fo 45] lors du payement ainsi que des 6 000 Réaux que Mr. Viergol m’a dit de porter sur ce compte pour lui être compté lors du payement, parce que l’objet de cette somme n’entre pas dans l’état de la caisse particulière de S. A. R.

Il faudra / ceci ne dérange rien aux écritures de ces Messieurs /, qu’ils [tachado: ces Messieurs] réforment leurs erreurs dans la facture qu’ils me renvoiront et qu’ils n’oublient pas d’y insérer les trois derniers articles. Il faut signer et stipuler le montant de la facture en toutes lettres.

J’ai pris le parti de vous envoyer les titres originaux des erreurs essentielles que font ces Messieurs dans leurs factures et dans leurs expéditions, ils m’y ont forcé en me témoignant dans une de leurs dernières Lettres un doute sans équivoque de la sincérité de ce que je leur avançois en me demandant les titres originaux de leurs erreurs, ce qui m’a outragé singulièrement, la vérité et la satisfaction de la dire m’étant plus agréable que les intérêts les plus forts, je leur en ai déjà envoyé en droiture, et pour le courrier prochain je [fo 45v.o] leur réserve encore une pièce, je vous adresse celle-ci parce qu’elle est très conséquente en ce qu’elle m’a occasionné un voyage très pénible et très dispendieux pour aller de Madrid à St.-Ydelphonse [sic] en passant par l’Escurial où j’ai été faire ma Cour à l’Infant don fernando, arrivé au Sitio, le Prince m’a fait délivrer l’ordre pour être payé par préférence. Je reviens à Madrid, je me suis présenté à sa trésorerie pour recevoir les 80 M. [80 000] Réaux mentionnés ci-dessus, on me refuse avec raison de me payer parce que le compte n’est pas juste et stipulé sans ordre, on a voulu se prêter à l’aranger, pourvu que je le certifia juste ce que je n’ai pas voulu quoique ce fut de mon intérêt et ce dans la crainte que dans la vérification des étofes, le nombre des aunages ne s’y trouva pas.

Il résulte de ce barbouillage que je ne suis pas payé, et qu’il me faudra faire de nouvelles démarches pour obtenir un second ordre, que je ne puis avoir qu’en disant que je me suis trompé dans le compte [fo 46] ce qui est très désagréable, d’autant plus que l’on perd tout de suite la confiance que l’on a acquit lorsque l’on n’est pas exact dans ce qu’on présente ce n’est pas là le seul désagrément, c’est que je n’ai [palabra tachada e ilegible] l’espoir d’être payé que dans le mois de janvier prochain, qui est l’époque où l’on paye les objets du dernier quartier de l’année. On ne disconviendra pas que c’est une perte d’argent et celle d’un temps très précieux.

D’après cela et d’après les autres conséquences qui en peuvent résulter, je vous prie de donner à ces messieurs les conseils et les avis que vous jugerés à propos. Quant à moi, je me bornerai à leur donner avis que je vous ai fait passer la facture ci-jointe et cela m’évitera la peine de m’expliquer avec vivacité et d’une manière désagréable en leur écrivant ce dont je ne suis pas le maître en ayant si souvent le motif.

Au reste tout cela ne diminue nullement la confiance que j’ai dans leur honnêteté mais cela la fatigue furieusement dans l’exactitude des détails. Je vous parle comme je le sens.

[fo 46v.o]

L’on m’a dit aussi que les étiquetes des Pièces d’étofes qu’ils ont envoyé ne portent pas le même nombre d’aunes que la facture. Je ne certifie pas cela parce que je ne puis le vérifier, mais ce qui m’a paru à l’inspection des pièces contenant les Bordures pour les tabourets c’est que les susdites bordures me paroissent beaucoup plus larges que je ne les ai demandé, et je crains fort qu’elles ne puisse pas servir. Je désiré bien de me tromper, en attendant je ne demanderai pas certainement à le vérifier.

Je puis bien vous assurer que des erreurs multipliés comme celles-ci sont faites pour anéantir en cette Cour l’homme le plus solide et le [tachado: plus] mieux établi, ces Messieurs croyent peut-être que les Espagnols ne savent et n’aiment pas compter, c’est une grande erreur, ils aiment et témoignent toujours du plaisir lorsqu’ils voient une affaire bien traitée avec ordre et précision.

  • 123 Cuenta presentada al cobro en 1788, donde se describe la seda del asiento de las banquetas, un «ra (...)

Si je n’eusse pas été obligé à la réception de cette facture de la donner toute traduite en [fo 47] espagnol123, en la vérifiant, j’aurois pus l’aranger de façon qu’elle auroit passée mais cela ne m’a pas été possible, étant surtout très empressé de recevoir cette somme qui est assez considérable.

La confiance que j’ai en vous pour mes intérêts particuliers et pour nos intérêts communs me fait croire que vous voudrés bien nous continuer vos avis et votre amitié que j’apprécierai toujours infiniment.

Je suis avec le plus sincère attachement.

Monsieur.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[fo 47v.o]

Madrid, 24 août 1788

Grognard

Carta 23 [1 h, fos 48-48v.o]

  • 124 Carta con la misma fecha que la precedente.

1788, agosto, 24, Madrid124

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 48]

[A lápiz: 23]

Madrid, 24 août 1788

Mr Camille Pernon Peyron et Comp[agnie]

Lyon

Messieurs

J’arrive du Sitio de St.-Yldephonse avec l’ordre d’être payé par préférence du montant de la commission de l’Escurial. Je me présente à la trésorerie de S. A. R. où l’on refuse de me payer par les raisons que je détaille à Mr. Paganuchi avec prière de vous les communiquer.

Je vous préviens que j’ai la commission des deux assortiments de fauteuils en damas sur fil, afin que vous différiez de mettre à bas les mettiers qui pourroit travailler dans ce moment dans cet article. Je compte vous envoyer les détails le courier prochain.

Les nouveaux chanoines de St.-Ysidor ont arrêtté au chapitre qu’ils ont tenu et auquel ils m’ont fait appeller, de commencer à complétter deux de leurs ornements d’Église, l’un est un gros de Tours cramoisi liseré soye idem et broché en filet et cordonnet or*, l’autre [fo 48v.o] en fond lamé argent et or broché en soye, le dessin est à 2 chemins et à environ ¼ d’aune de hauteur. Le prix du gros de Tours a été fixé à 45 à 48 livres l’aune. Le fond lamé de 75 à 80 livres, il faudra peut-être 30 aunes environ de chaque.

L’on me donnera aussi la commission d’un ornement en gros de Tours blanc broché en filet et cordonnet or, [tachado: le tout] entièrement complet, dont le prix sera d’environ 40 à 42 livres.

L’on va calculer les aunes nécessaires tant pour l’étofe que pour les gallons, et l’on m’a dit que l’on me ferai avertir [palabra tachada e ilegible] pour passer le contrat. Voilà tout ce que je puis vous promettre jusqu’à présent.

Je suis privé depuis plusieurs couriers de vos lettres ce qui m’inquiètent un peu parce que je ne reçois pas avis du départ de la caisse de soye pour l’Infant don Gabriel. J’ai évité à St.-Yldephonse de le rencontrer ne sachant lui donner aucune raison pour le retard qu’il éprouve de cette commission.

Je suis avec un sincère attachement.

Messieurs

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Carta 24 [2 h, fos 49-50v.o]

1788, agosto, 28, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 49]

[A lápiz: 24]

Madrid, 28 août 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Ne respirant pas heureusement en Espagne cet air contagieux de tracasserie qui règne en France, je ne répondrai pas en détail à votre lettre du 9 courant.

Je me bornerai seulement à vous dire que je ne puis répéter de Mr. Ruta les 100 livres que vous demandés parce que je ne trouve pas que cette somme vous revienne pour faute d’addition dans votre première facture mais par une augmentation de prix dans celle que vous venez de me faire passer dans votre susdite du 9 courant. Mr. Paganuchi vous éclaircira parfaitement à cet égard.

Je vais m’occuper à traduire et à vérifier les factures que vous m’avez envoyé pour en exiger le montant le plutôt possible et je remettrai cette recette à Mr. Louis Rigal.

[fo 49v.o]

Il ne faut payer à Serraud que ce que je lui doit pour ce qu’il m’a fait depuis mon départ de Lyon, me réservant de le satisfaire pour ce que je puis lui devoir auparavant, lorsque je serai à Lyon.

La Différence de la Grosseur des caisses sur les quelles il y a eut [sic] erreur de numéros ne me paroit pas une facilité de plus, pour changer les emballages à Bayonne, si cela c’est fait, ce qu’il y a de sûr c’est que ces emballages n’ont pas été rapiécés. // Je les ai vu //.

Je ne vous ai point rendu coupables des pièces d’étofe que l’on a introduit dans la caisse de la Princesse, vous avez pris plaisir à donner une interprétation à ce que je vous ai marqué à cet égard, pour me témoigner votre mécontentement tant pis pour vous.

Je le répètte, je dois au bonheur les commissions que j’ai obtenu dernièrement, la preuve est que c’est sur les échantillons que j’ai intercepté que je les ai eu et non sur les vôtres que je n’ai pas reçu. Je crois cela sans réplique.

[fo 50]

Je compte retourner à [tachado: la Grange] St.-Yldephonse Lundi prochain, si j’obtiens quelque commission de la Princesse, je vous les ferai passer tout de suite car il n’y a pas de temps à perdre pour l’exécution.

J’ai adressé à Mr. Peyrard à Bayonne un paquet contenant le patron en grand du manteau et corset* de la robe de cour* de Mme de Galves, j’y joint ma note pour joindre à celle qui vous a porté la commission. Je présume que l’échantillon de cette robe est déjà fait et que vous savez à quoi vous en tenir à cet égard. C’est moi-même qui est levé le patron et j’ai fais faire en toille* fine la moitié du corset afin qu’il n’y ait point d’erreur.

Vous trouverez aussi ci-incluse la commission du tapis pour Mr. de Valdez.

  • 125 Juan Pedro Arnal (1735-1805), hijo de Juan Enrique Arnal, platero de Felipe V y Fernando VI (AGP, (...)

Une autre petite note pour Mr. Arnal l’architecte125 de Mr. le comte de Florida Blanca.

Il ne me reste qu’à vous prier de mettre la plus grande célérité dans l’exécution des commissions que je vous ai donné, ne pouvant [fo 50v.o] pas faire autrement.

Je suis avec le même attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

28 août 1788

Grognard

[Abajo, invertido: Madrid, 28 août 1788. M. Grognard].

Carta 25 [3 h, fos 51-53]

1788, septiembre, 5, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 51]

[A lápiz: 25]

Madrid, le 5 7bre [septiembre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite en date du 22 août passé.

J’ai différé encore mon voyage pour St.-Yldephonse jusqu’à ce que j’aie reçu les échantillons qui sont dans la caisse de Mr. Monino, elle doit arriver au premier jour.

J’ai vu l’ami intime de Mr. de Valdes, je lui ai fait part du contenu de vote Lettre relativement au meuble de S. E., il m’a fait les plus vives instances pour qu’il arrive ici au temps prescrit autrement ce meuble ne lui servira que l’année prochaine n’habitant son hôtel que pendant le séjour de la Cour à Madrid, ainsi faites tout ce que vous pourrés pour satisfaire ses désirs. Quant au prix s’il n’est pas suffisant lorsque le meuble sera fait vous l’augmenterez. On s’en rapporte pour cet objet à votre honnêteté.

Cy-inclus deux morceaux de linon batiste de [fo 51v.o] Mme. de Galves par lesquelles vous jugerez de la différence qui est encore plus sensible en pièce.

Le Prince a ordonné que l’on me comptât tout de suite le montant de ses habits de Réaux de vellon 6 368 que j’ai reçu et remis à Mr. Rigal.

  • 126 Carlo Sebastiano Ferrero Fieschi (1760-1826), príncipe de Masserano, grande de España, casado en 1 (...)
  • 127 Recordemos que en la carta 17 Grognard relata pormenores de la recepción de varios «muebles» o tel (...)

Le prince m’a aussi fait dire par le Prince de Masseran126, qu’il vouloit absolument que sa tapisserie brodée pour le Pardo fût posée pour son retour d’Aranjuez qui est toujours vers la fin du mois de juin, aussi il faut disposer toutes les choses de manière à ne pas manquer à satisfaire à ses désirs pour cette époque127.

  • 128 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73; Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Je ne doute nullement de l’embarras que vous donne cette tapisserie, je ne l’aurois peut-être pas eu s’il y eût quelqu’un d’assez hardi pour l’entreprendre, au reste le Prince est connoisseur et sais apprécier les ouvrages que l’on exécute pour lui, lorsqu’ils le méritent128.

  • 129 Baltasar de Iruegas y Compañía, casa de comerciantes madrileños de paños y seda, establecida en la (...)

J’irai un de ces jours chez Mme. de Galves recevoir le solde de son compte, n’ayant pu [fo 52] le recevoir lorsqu’elle m’a donné un acompte parce que je n’avois pas encore réglé son compte. Dès que Mr. Yruegas129 aura payé votre traitte pour la compte de la Princesse je vous ferai passer la note de tout ce que j’aurois reçu et compté à Mr. Rigal afin que vous le notiez de conformité.

La tapisserie de Mme. Bendicho n’étant pas encore entre ses mains parce qu’elle désire ne pas payer les 12 réaux des droits de Madrid, je difère encore de quelques jours de faire présenter à Mr. le comte d’Expilly votre traitte sur lui de 21 364 Réaux, mais je ne tarderai pas.

  • 130 Libros de facturas. «Livres des Factures. On tient ce Livre pour ne pas embarrasser le Livre Journ (...)

Jusqu’à présent j’ai fait l’avance des frais de port et droits pour les commissions du Prince et des personnes royales parce que cela a paru faire plaisir, mais dès l’instant que l’on cessera d’être exact dans les payements // comme cela pourroit bien arriver // alors je discontinuerai de le faire ayant une raison alors à donner, ainsi il ne faut point rien [fo 52v.o] changer dans l’envoi des factures, que je vous recommande toujours d’envoyer en Réaux de vellon, a fin que dans une occasion où quelque banquier fût chargé de me payer il ne régla le change d’une manière préjudiciable. Les factures étant en livres130, sols et deniers cette réduction de 4 Réaux pour 1 livre de France ne peut me paroitre difficile.

Je verrai Mme. la Marquise de Negretti au sujet de la Robe de Linon brodée en rubans bleu, qu’elle dit n’avoir pas reçu.

Comme il y a encore quelque empêchement dans les commissions du Roi que je sollicite depuis si longtemps, il faudra [tachado: adresser la] expédier à Mme. de Baldecarzane la robe de gaze en velours à son adresse en un petit caisson ou la joindre dans la première expédition que vous ferez ici, toute fois que ce ne soit pas pour le Prince et les autres personnes royales.

Mme de Fuertes vous prie de me faire passer la facture de ce que vous avez acheté [fo 53] pour elle, et de me marquer en même temps si Mlle. Jars vous a payé.

Cy-inclus une petite commission de fauteuils et rideaux pour Mr. Parisien en satin sur fil qu’il faut exécuter tout de suite pour qu’il puisse en jouir cet hiver pendant le temps que la cour sera à Madrid, comme il est valet de chambre et chef de la Garderobe de S. M. il faut qu’il suive également les voyages.

Je suis avec un sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[fo 53v.o]

[en blanco]

Carta 26 [4 h, fos 54-57v.o]

1788, octubre, 2, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 54]

[A lápiz: 26]

Madrid, le 2, 8e [octubre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Par vos oublis volontaires ou non, vous m’anéantissez en vérité, je ne vous dis pas un mot de plus car je ne pourrai le faire sans humeur.

  • 131 Poco después de dar a luz a su último hijo, el infante don Carlos José Antonio, nacido el 28 de oc (...)

Hier je suis arrivé de St.-Yldephonse où la caisse contenant la cassette des soyes teintes est arrivée bien conditionnée. S. A. S. l’Infant [Gabriel de Borbón] en a été très content soit pour l’assortiment des soyes, que pour la manière dont est faite la boette // mais le prix de 200 livres me paroit exhorbitant //. L’Ynfante131 dans l’instant que je débalois la caisse me disoit qu’elle vouloit le même jour commencer à broder la veste. J’avois préparé le métier, tout étoit prêt, mais selon votre malheureuse coutume vous avec encore oublié d’y joindre la [tachado: cette] veste dessiné sur gros de Naples, aussi que l’échantillon de la peinture.

Cet oubli a déplut infiniment à S. A. et a détruit en un instant tout le plaisir qu’elle avoit de recevoir cette caisse. Si vous pouviez sentir ou du moins comprendre le tort que cela me fait [fo 54v.o] et vous mettre un instant à ma place dans une circonstance semblable. Je suis persuadé que vous ne feriez pas vos expéditions si légèrement et que vous confronteriez les articles que vous emballez avec ceux inscrits sur votre livre de commissions. Je m’arrêtte [sic] car je sais que ma tête se monte.

  • 132 Alexis Grognard (Lyon, 1752-1840), el menor de los hermanos varones de François Grognard.

Je vous confirme ma dernière du 22 7bre [septiembre] passé qui a dû vous être remise par mon frère le Peintre [Alexis Grognard]132.

  • 133 Podría tratarse del magistrado Pierre-Augustin Robert, vizconde de Saint-Vincent (1725-1799).

Par le même courier j’ai adressé à Mr. Pernon à Paris un paquet contenant le Patron de l’habit de Mr. de St.-Vincent133 // Nota vous annulerez l’habit de velours miniature ou façonné mentionné dans sa commission et vous ne ferez que celui de drap brodé. S. A. S. l’infant don Gabriel ne lui ayant donné la permission de joindre à ses habits que ce dernier.

Dans ce même paquet vous trouverez le patron des corsets dont je vous ai parlé dans ma susdite dernière y-joint la note détaillée à la quelle vous ne devez pas vous tenir strictement n’étant que pour vous [tachado: en] donner une idée de [fo 55] l’assortiment, ainsi que vous en fassiez plus d’une façon moins d’une autre cela est égale, l’essentiel est de faire du joli et de l’élégant. Je vous préviens que c’est Mr. Parisien qui se charge de les faire entrer, c’est pourquoi je vous prie que cette commission soit faite le plus secrètement possible et que l’on ne sache pas que c’est pour l’Espagne.

  • 134 Pedro Brunel, cirujano de cámara, 1769-1787 (AGP, Expediente personal, caja 16691/15); véase Brune (...)

Vous trouverez encore une petite commission de Mr. Parisien et une autre de Mr. Brunel134 chirurgien accoucheur de la Princesse qu’il faudra expédier ensemble dans la même caisse à Bayonne pour tenir à ma disposition.

Nota vous expédierez tout de suite la veste de Gros de Naples blanc destiné à S. A. S l’Infant Dn. Gabriel en un paquet par le courrier, si vous n’êtes pas dans le cas de lui faire tout de suite une expédition de ses commissions et vous m’adresserez [tachado: à moi] l’échantillon ou le dessin pour avoir occasion de me présenter à leur altesse.

[fo 55v.o]

Vous trouverés encore ci-inclus une autre petite commission de chapeaux pour S. A. R. Le Prince des Asturies, et une petite de Mr. Ruta. Mr. Ruta m’a prié de me charger de cette commission pour lui éviter la peine de correspondre à Lyon avec deux personnes.

Cy-inclus le compte courant de ma dépense et Recette dans les 3 derniers mois par le quelle je reste créancier de 209 livres 5 sols.

Cy-inclus encore le Patron de l’habit de Mr de Valdes. Le courrier prochain je vous envoirai encore une petite commission de sa part, le temps ne me le permet pas dans ce moment.

Vous noterez que j’ai retiré de chez Mr. Luis Rigal deux de vos remises, en vos traites surévalués 6 368 Réaux de vellon sur Yruegas, que vous avez fait sans ordre.

73 690 Réaux de vellon sur Viergol que la trésorerie du prince me payera. J’ai déchiré ces deux lettres de change.

[fo 56]

Mme la Marquise de Negretti a reçu sa dernière commission dont elle est contente à l’exception de la robe de satin rayé vert et violet dont les nuances ne sont pas conforme à son échantillon, elle veut me rendre cette robe que je ne prendrai qu’autant que je ne pourroit faire autrement. N’oubliez pas de me marquer si vous lui avez bien expédié la Robe de Linon batiste brodé en ruban bleu ombré, a fin de pouvoir exiger le montant de toutes ces commissions.

Mr. Marin vous fait mille remerciements des arrêts que vous m’avez envoyé pour lui remettre.

Mr. Catalan et Mr. Husson viennent d’arriver en bonne santé, ils m’ont témoigné l’un et l’autre combien ils étoient sensibles aux honnêtetés que vous leurs avoient fait.

À propos de Mr. Husson, par une suite de vos inconcevables distractions vous avés aussi oublié de joindre à votre Lettre la note de [fo 56v.o] ce que vous lui avez vendu, quoi que tous ces sortes d’oublis ne soient que des bagatelles, il est des circonstances où ils viennent très conséquents.

Il coûteroit fort peu à vos commis de relire les lettres avant de les cacheter pour voir s’il n’y a rien à y joindre, c’est une observation que je désirerois fort de n’être pas si souvent dans le cas de faire.

En me répondant je vous prie de me marquer s’il ne seroit pas possible d’avoir à Paris ou à Lyon une adresse qui eût ses ports francs pour lui adresser les paquets contenant des patrons ou autres papiers surtout lorsqu’il n’est pas nécessaire qu’ils vous parviennent à jours nommés, il me semble que cela seroit convenable à vos propres intérêts.

Mr. Soret vient de m’envoyer le compte des frais qu’il a fait pour l’habit de velours, je les lui rembourserai demain ainsi que le montant de la remise qu’il vous a fait.

[fo 57]

J’ai reçu votre lettre du 11 7bre [septiembre] la quelle je répondrai le courier prochain.

  • 135 Podría tratarse de los miembros de la familia lionesa Rocoffort, a la que pertenecían Étienne Roco (...)

Dites aussi à Mr. Rocoffort et fils135 que leur lettre à Mr. Rutta ne lui est parvenu que un mois après sa date environ. Ici il n’est pas possible de dire que l’on garde les Lettres dans les bureaux parce que sur chaque lettre est le timbre du mois et du Jour qu’elles sont arrivé à Madrid.

Je termine ma lettre pour vous prier de réfléchir à ce que je vous dis, la manière dont je m’exprime quoiqu’avec contrainte ne fait rien à la vérité de la chose

Je suis avec le plus sincère attachement.

Messieurs

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

// et lorsque vous m’écrivez, ayez la complaisance de mettre ma Lettre sous vos yeux pour ne rien oublier.

[fo 57v.o]

Madrid 2 8e [octubre] 1788

Mr. Grognard

Rép[onse] 23 octobre

Carta 27 [3 h, fos 58-60v.o]

1788, octubre, 13, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 58]

[A lápiz: 27]

Madrid, le 13 8e [octubre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite le 25 du mois passé, par laquelle vous m’avez fait passer les grandeurs des fauteuils de Mr. Parisien dont je vous faite faire les bois. J’y ai trouvé pareillement un échantillon de la Bordure pour Mr. de Valdes. Je la lui ai fait passer à l’Escurial. Je ne doute pas qu’elle ne remplisse complètement ses désirs, elle m’a plut infiniment. Je vais faire repeindre la baguette où vous avez introduit du vert et du Roze l’ayant fait peindre en camayeux bleu sur fond blanc. J’aurois désiré que vous eussiez mis un petit filet en bleu plus obscure sur les bords ce cette baguette, il me semble que cela n’auroit pas mal fait et que cela auroit fait resortir davantage.

  • 136 Ramón Valentino, marqués de Manca, caballero de la Orden del Toisón de Oro, mayordomo mayor del re (...)

Ci-inclus une petite commission pour la Cousine de Mr. de Valdes et une autre pour Mr. [fo 58v.o] Le marquis de Manca136, vous observerez de mettre sur chaque commission un numéro et non le nom des commettants.

J’ai entendu par toutes les garnitures assorties, tout ce qu’il faut, excepté les bonnets* parce qu’ils augmentent beaucoup les frais d’Emballage, port, etc., et que cela enchéri le total des robes sans y donner un mérite proportionné, et encore moins un bénéfice.

J’ai passé au compte de Participation le montant des déboursés de Mr. Pernon de Paris, je vous en ferai Remise par appoint Lorsque je l’aurois reçu.

  • 137 El lionés Joseph Moreaux fue padrino del diseñador textil Jean-Simon Petit (1746-1828); véase Mill (...)

Il faut m’envoyer le compte de l’Indienne* de Mr. Moreaux137.

Dès que vous n’avez pas envoyé à Paris les vestes Riches que Je vous ai ordonnés pour les Joindre aux habits de Mr. L’embassadeur de Venise, Je ne sais dans ce moment comment les faire venir.

[fo 59]

Il faudra compter à Mr. V. Rocoffort et fils les [en blanco] Réaux de Vellon que m’a remis Mr. Rutta pour acquiter leur traitte sur ce dernier puisque le porteur ne reparoit plus et qu’il n’a pas laissé son nom ni sa demeure.

  • 138 Pedro Pablo Abarca de Bolea (1719-1798), X conde de Aranda, ministro de Carlos III, embajador de E (...)

Le Comte d’aranda138 a déjà envoyé plusieurs fois chez moi pour avoir des nouvelles de la Robe de sa femme.

De tous côtés l’on commence à m’harceler pour les diverses commissions que je vous ai envoyés.

Mme de Galves a déjà la permission de faire entrer sa robe de cour*, elle a enfin trouvé une maison pour remplacer la sienne, ainsi au premier Jour J’irai prendre les mesures pour fixer l’aunage de l’étofe que Je vous ai précédement commise.

La Date de ce Jour, J’ai remis une lettre de recommandation à Mr. de Quiñones, qui part d’ici le 15 ou le 16 pour être à [fo 59v.o] Lyon à la fin de ce mois, il faut réserver quelques habits en magazin pour qu’il en choisisse 5 ou 6 dont il a besoin et qu’il veut emporter en Italie.

Il ne passe à Lyon que pour s’habiller, il faut faire en sorte qu’il n’aille pas ailleurs. C’est Mr. Arles qui lui fournissoit autrefois sa Garderobe. C’est un très aimable homme, je vous prie de lui faire honnêteté.

Mr. Husson m’a remis ma veste de satin blanc brodé en filet or.

Un habit complet de tamine* noir à la place d’une veste de Drap noir qu’il m’a fallut-faire (sic) ici avec beaucoup d’argent. Il en sera de même de l’habit de velours miniature que je serois obligé d’acheter ici puisque vous ne l’avez pas remit à Mr. Husson.

Je doute à présent que vous ayez [tachado: n’ayez pas] envoyé à Paris le coupon que je vous avois demandé pour le Joindre aux habits de L’embassadeur de Venise.

[fo 60]

[A lápiz: 27]

  • 139 Junquera concluye que se trata de la colgadura destinada a las «habitaciones de maderas finas» del (...)
  • 140 Cuenta última del Príncipe Don Carlos […] correspondiente a todo el año de 1788, respecto de que a (...)

J’arrive de l’Escurial où il faut que J’y retourne dans deux Jours, pour diriger les tapissiers qui doivent tendre les Étofes dans la maison du Prince139, à qui il a pris fantaisie de les faire tendre quoique les lambris qui sont en bois de couleur ne sont pas posé, on peint dans ce moment les murs pour les imiter, il veut voir l’effet de ces étofes140.

  • 141 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Le tapissier m’a encore dit que les bordures des tabourets ne sont pas conformes à la demande141. Je ne les ai pas vu, de sorte que Je crains fort que cela ne fasse encore quelque difficulté.

Le Prince compte entièrement Sur sa tapisserie du Pardo pour Son retour d’Aranjuez.

  • 142 Quizá se trate de José de Gálvez, administrador de la aduana de Cádiz en 1782, desde donde se desp (...)
  • 143 Féodor et Lisinka ou Novogorod sauvée. Drame en trois actes et en prose, tirée d’une anecdote russ (...)

Dans le premier envoi que vous ferez à Mr. de Valdes ou Galvez142 [sic] je vous prie d’y joindre à mon adresse une petite pièce de théâtre intitulée Feodor et Lisinka ou Novogorod sauvée143.

Je n’ai pas le temps de vous en dire davantage.

Grognard

[fo 60v.o]

Aranjuez, 13 8e [octubre] 1788

M. Grognard

Carta 28 [1 h, fos 61-61v.o]

1788, octubre, 20, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 61]

[A lápiz: 28]

Madrid, le 20 8e [octubre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs,

  • 144 Fernando I, rey de las Dos Sicilias (1751-1825), casado con María Carolina de Habsburgo. Hijo de C (...)

Je suis dans la plus vive inquiétude sur l’arrivée des habits et robes pour SS. AA. L’Infant don Gabriel, l’Infant don Fernando144, et sur ceux de l’Embassadeur de Portugal, etc, etc, tous les plus riches de ces habits devant servir pour la fête de St. Charles. Vous devez juger que n’en ayant pas même avis d’expédition de Lyon dans quelle position je me trouve d’autant plus qu’ils n’en ont pas d’autres pour y suppléer et qu’il leur est impossible d’en faire faire ici pour ce jour-là.

Je me consume ici, voilà tout ce que j’ai à vous dire.

Grognard

[fo 61v.o]

Madrid, 20 8e [octubre] 1788

M. Grognard

Carta 29 [3 h, fos 62-64v.o]

1788, octubre, 27, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 62]

[A lápiz: 29]

  • 145 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12 y Junquera, 1979, p. 78, aunque equivoca la fecha data (...)

Madrid, le 27 8e [octubre] 1788145

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Mr. Grognard

Messieurs

Vous confirmant ma dernière du 25 courant j’ai reçu la vôtre du 11 8e [octubre] dernier à laquelle je répond.

  • 146 Carlos IV, rey de España (11 de noviembre de 1748 - 19 de enero de 1819).

Je suis très aise d’apprendre que vous ayez expédié l’habit de l’Infant Dn. Fernando, s’il pouvoit arriver ici pour être porté le 12 9bre [noviembre], Jour des années du Prince des Asturies146, cela me feroit plaisir.

  • 147 María Luisa de Parma (Parma, 9 de diciembre de 1751 – Roma, 2 de enero de 1819). En 1765 contrajo (...)

Quoique vous ne me disiez pas quand vous expédierez les objets de l’Infant don Gabriel et de l’Infante son épouse, faite votre compte qu’il faut que le tout soit ici pour être porté le 9 décembre, Jour de la fête de la Princesse147. Il n’y aura pas d’excuse à donner et je n’aurois surement pas le fâcheus de pouvoir supléer par quelqu’autre chose comme je l’ai fait en cette occasion, tout cela coûte de l’argent et ne fait point d’honneur, faites-y bien attention.

Je puis vous assurez que j’ai passé la semaine dernière dans une cruelle position.

J’espère que l’entorse de Mr. Pernon n’aura [fo 62v.o] pas des suites fâcheuses, j’apprendrai sa guérison avec plaisir. Quant à moi, J’ai rapporté de l’Escurial un Rhume de cerveau qui me fait sauter la tête.

  • 148 Hermano del conde de Floridablanca, nombrado por Carlos III embajador de España en Roma. «Un des d (...)

J’ai reçu de Mr. François Moñino148 Réaux Vellon 11 300—pour le montant de son compte il a diminué 232 Réaux parce qu’il a entendu qu’il se chargoit du port et entrée dans l’Espagne et non du port jusqu’à Bayonne. J’ai souscrit à cela, ne pouvant mieux faire, dans la crainte de perdre en m’obstinant cette bonne pratique.

  • 149 Urbain y su hermano François-Thomas Jaume estaban vinculados a la familia Ganin, línea materna de (...)

Je compte faire passer cette somme à Mr. Jaume149 le courier prochain.

  • 150 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73, aunque equivoca la fecha de la carta, y en Gastinel-C (...)

On a perdu les mesures de la tapisserie que vous faites broder pour la maison de campagne du Pardo, il suffit de me faire passer en réponse la hauteur, à fin que l’on puisse poser tout de suite les hauteurs d’appuis et la corniche, à fin que l’espace qui sera entre deux soit juste celle de la tapisserie, et qu’en arrivant il n’y ai qu’à la coudre et la poser150.

  • 151 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 100, aunque equivoca la fecha datando la carta el 27 de (...)

Le sallon de Mme. Bendicho fait le plus joli effet, la manière dont je l’ai décoré est tout à fait neuve ici, aussi tous les grands viennent-ils [fo 63] le voir151. Il faudra un suplément d’étofe pour garder en réserve, j’y ni fait entrer tout ce que vous avez envoyé.

Le tapissier de Mr. de Valdes que l’on me dit aimer à grapiller, ne fournissant pas les crêtes etc, etc, etc., m’a recommandé de bien faire attention qu’il y en ait plus que moins, il faut le satisfaire.

N’oubliez pas de faire au plutôt une expédition et suivre aussitôt qu’il y aura le fauteuil de prêt.

J’ai obtenu l’ordre du payement des étofes fournies pour l’Escurial, l’on m’a renvoyé à la trésorerie pour être payé le 10 du mois prochain en tout ou en partie.

Cette affaire m’a coûté bien du temps, je vous assure.

  • 152 Jean-Nicolas Delhorme (1761-1785), consejero del rey y notario, establecido en la place de la Comé (...)

Je vous aurois bien commandé de ne jamais parler des commissions que je vous faisois passer et de faire bien attention qu’elles ne fussent vue des personnes, je viens de savoir que vous n’avez pas eu beaucoup [fo 63v.o] d’égard, à ma recommandation, car Mr. Delhorme152, que je vois tous les jours, vient de me dire que Mlle. La Sau lui marque qu’elle a vu un patron de gilet pour le Prince des Asturies que vous faites broder. Cela seul peut leur donner l’idée de faire quelque chose de nouveaux et de l’envoyer eux ou d’autres c’est aussi que l’on perd le fruit de ses peines.

  • 153 Las sederías de esta comisión se corresponden en su mayoría con las que tapizaban los apartamentos (...)

J’ai la commission de 5 meubles153.

  • 154 «Clavo, especia, es el botón de la flor de un fruto aromático. Color marrón oscuro o amarillento» (...)
  • 155 Uno de estos dos muebles corresponde con la sala del duque de Alba descrita por Grognard (véase Su (...)

2 en damas 2 couleurs fond géroflé154 et blanc à camés vert, bordure, chaise, etc.155.

  • 156 Dormitorio del apartamento del señor duque de Alba (véase Sueño a realizar…).

1 en damas 3 couleurs fond bleu dessin de l’autel, chaise, etc. Les bordure en broché156.

  • 157 Damasco de color y diseño similar a la colgadura del tocador de la duquesa de Alba (véase Sueño a (...)

1 en damas 2 couleurs fond roze dessin à dentelle etc.157, bordure brochée.

1 en damas sur fil fond bleu le même que celui de Mme. Bendicho.

Cette commission est bien arrêtté et décidée mais je diffère de vous en envoyer les détails jusqu’à ce que je me sois assuré du payement [fo 64] à des époques fixes, c’est pour un des premiers grands d’Espagne, avec lequel il faut bien faire son compte.

  • 158 Párrafo citado en ibid., p. 100, aunque equivoca la fecha, datando la carta el 25 de octubre, en l (...)

J’ai aussi la commission de tous les tapis, bronze, etc.158.

  • 159 Comerciantes establecidos en Amiens desde 1719. «Robert Jourdain et Barthélemy d’Amiens» (Pagès, D (...)

Mr. Veuve Robert Jourdain et Fils d’Amiens159 vous écrirons pour vous dire que leur voyageur en Espagne les a prévenus que vous leur donneriez quelles commissions en moquettes, vous leur répondrez que vous leur donnerez la préférence toutefois que leur prix et leur qualité vous présentera un bénéfice honête. J’ai prévenu le voyageur que vous ne vous chargés de ces commissions qu’autant que les fabriquants par la modération de leur prix, vous présentent un bénéfice avantageux, attendu l’incertitude de la rentrée fixe de cet article.

Si le courrier prochain j’ai déjà déterminé quelque chose vous en serai instruit.

Je suis avec le même attachement.

Messieurs

Votre très humble etc.

Grognard

[fo 64v.o]

[en blanco]

Carta no conservada

1788, octubre, 30, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

Citada en carta 30: «Je vous confirme ma dernière du 30 8bre [octubre] passé».

Carta 30 [3 h, fos 65-67v.o]

1788, noviembre, 1, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 65]

[A lápiz: 30]

  • 160 Junquera, 1979, p. 73.

Madrid, le 1 9e [noviembre] 1788160

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Je vous confirme ma dernière du 30 8bre [octubre] passé par laquelle je vous ai fait passer un supplément à la commission de Mr. de Valdes dont je ne sauroit trop vous presser l’exécution et l’expédition à fure [sic] et mesure.

  • 161 Banquero francés establecido en Madrid en 1788; véase Zylberberg, 1993, p. 162. Entre los negocian (...)

Par la même lettre, je vous ai aussi fait passer un reçu de Mr. Jean Soret161 de Réaux de Vellón 11 300 dont Mr. [Urbain] Jaume et compagnie vous tiendra compte au change du jour que j’ai remis cet somme.

Cette manière de vous faire passer les sommes que je recevrai, soit qu’elles soient fortes ou petites sera prompte et évitera le courtage de la remise et aussitôt que vous recevrez avis que j’aurois compte vous pouvez vous en prévaloir à vue sur Mr. Jaume si cela vous convient, mais si Mr. Jaume prend une provision pour Mr. Soret et une autre pour lui, et qu’il ne vous tienne pas compte de ces sommes au meilleurs cours de Madrid, cela ne me paroit pas convenir ; Mr. Soret ne voulant pas fixer le change sur son reçu me disant que c’est à Mr. Jaume à le faire, je me suis borné [fo 65v.o] à cette petite somme, pour voir si cela peut vous convenir. J’ai proposé cela à Mr. Soret parce qu’il est en compte courant avec Mr. Jaume pour tous ces objets de traittes et remises, souvent on ne trouve pas ici des lettres sur Paris pour des petites sommes.

Vous trouverez aussi ci-inclus une note des étofes pour ornements d’église dont je désire savoir les prix courants. Je ne puis sans eux commencer à traitter ici une fourniture d’ornement d’église pour l’Amérique espagnole et pour les Indes, ne voulant pas être dans le cas de ne savoir pas répondre lorsqu’il sera question de traitter cette affaire.

La note que vous m’avez envoyé à cet égard ne satisfait pas mes désirs parce qu’elle ne me donne que des notions général que j’avois déjà.

Réponse si vous pouvez à celle-ci, enfin qu’elle me serve de Guide et que vous puissiez exécuter en conséquence des prix qui seront fixé. Dans ces grandes affaires il faut absolument fixer les prix et que tout soit bien détaillé et motivé.

  • 162 En la sección de Personal del AGP no figura ninguna sobrina de Francisco Antonio Fleuriot de Paris (...)

J’ai reçu votre lettre du 17 8bre [octubre] passé par laquelle vous me faites passer un croquis au sujet des corsets. Je ne puis pas vous répondre dans ce moment d’une manière positive à cet égard, parce que Mlle. Marquez162, nièce de Mr. Parisien est au Sitio et que je n’ai pas gardé le double du patron.

[fo 66]

J’ai entendu que cette commission étoit pour autre compte en participation, mais puis qu’il ne convient pas de l’exécuter et que moi je ne veux rien faire pour mon compte puisque j’ai des engagements avec vous qui y sont contraire, il faut annuler cette commission, cependant comme vous me marquez que l’on continuera à travailler, ce qu’il y aura de fait ou de préparé à la réception de la présente, vous pouvez le continuer pour le compte de Mr. Parisien en me donnant tout de suite ou à lui la note de ce que vous aurez déjà fait afin que s’il a besoin de quelque chose de plus, il puisse le demander.

Mr de Quiñones ayant été versé à 10 ou 12 lieux d’ici, il est revenu pour se rétablir de sa chute et faire réparer sa voiture pour se remettre une seconde fois en route.

Nota: Comme il ne vous convient pas de tirer sur des particuliers ou seigneurs dans l’incertitude du payement exact de vos traittes, soi [sic] en leur donnant avis de votre traitte à votre ordre, faite-moi passer la traitte et si l’on ne me paye pas sur ma demande du montant de la facture, je remettrai la lettre de change à un banquier pour en exiger le payement, cela m’évitera dans l’occasion des pas qui me font perdre beaucoup de temps.

[fo 66v.o]

J’apprends avec plaisir que la commission de Madame la Comtesse d’Aranda est partie. Mr. le Comte qui m’envoi chercher presque toutes les semaines est très surpris de ce retard.

  • 163 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

Si vos affaires vous permettent de m’envoyer des échantillons pour obtenir de nouvelles commissions, je vous prie de bien calculer qu’il faut qu’ils me parviennent de bonne heure pour avoir les commissions de l’été, autrement il est inutile de les envoyer. Vous noterez aussi que je suis bien déterminé de retourner à Lyon aussitôt que le meuble du Pardo sera posé et que le Prince l’aura vu à son retour d’Aranjuez qui est le 1er juillet. Je ne me départirai de cette résolution qu’autant que j’y trouve un intérêt bien fort163 ayant à Lyon des affaires à cette époque qui m’intéressent aussi, et que d’ailleurs ce sera aussi l’époque de commencer à régler définitivement nos comptes.

Aussi Messieurs ne vous gênez nullement à cet égard et faites tout ce que vous jugerez convenable à vos intérêts et à ceux de notre compte ou participation, d’ici à cette époque je ne négligerai rien pour tirer tout le parti [fo 67] possible [tachado: pendant] de mon séjour ici.

Je vous réitère ma prière pour la plus prompte exécution et expédition de toutes mes commissions, il ne se passe pas de jour que l’on ne me harcèle pour en avoir des nouvelles.

Je suis avec le plus sincère attachement.

Messieurs.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Je me rappelle dans ce moment que dans une de vos lettres, vous parroissez ne savoir pas pour quelle occasion me faire passer les échantillons, un pour Jacques Peyron pour tenir à ma disposition.

Il n’y a rien à changé [sic] aux moyens que je vous ai indiqué dans nombre de mes précédentes lettres, qui sont profitter de tous les envois aux personnes Royales, et particulièrement de ceux fait à Mr. Parisien sur qui je puis compter.

Dans les autres envois à faire aux Seigneurs et particuliers cella ne convient pas parce que l’entrée quoique permise éprouva de difficultés qui souvent font perdre les susdits échantillons de même il est très difficile de les sortir.

Je parle des échantillons en broderie.

[fo 67v.o]

Madrid, le premier 9bre [noviembre] 1788

Grognard

Carta 31 [1 h, fos 68-68v.o]

1788, noviembre, 3, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 68]

Fig. 55. — Carta 31, de François Grognard a Camille Pernon, Peyron y compañía, fechada en Madrid el 3 de noviembre de 1788, Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 1923, fo 68

Fig. 55. — Carta 31, de François Grognard a Camille Pernon, Peyron y compañía, fechada en Madrid el 3 de noviembre de 1788, Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 1923, fo 68

Licence Ouverte / Open Licence Etalab.

[A lápiz: 31]

  • 164 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12.

Madrid, le 3 9e [noviembre] 1788164

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

J’arrive de l’Escurial où l’Infante de Portugal [María Ana Victoria] est morte hier à la suite de ses couches. J’ai reçu ordre d’annuller ses commissions si elles ne sont pas en travail et dans le cas où elles ne soient pas encore parties ou reçu de la présente, il faut les emballer séparément dans une caisse, et celles de l’Infant dans une autre, et ensuite emballer les deux caisses ensemble avec le cordat et adresser le tout à Mr. Peyron à qui je viens de donner ordre de déballer la caisse, d’expédier celle qui contiendra les habits de l’Infant et garder jusqu’à nouvel ordre celle de l’Infante.

Je suis avec un sincère attachement

Messieurs

Votre très humble serviteur.

Grognard

[fo 68v.o]

Madrid, 3 9e [noviembre] 1788

M. Grognard

Carta 32 [2 h, fos 69-70v.o]

1788, noviembre, 4, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 69]

[A lápiz: 32]

  • 165 Gastinel-Coural, 1988, pp. 124-125; Benito García, 2015, p. 140.

Madrid, le 4 9e [noviembre] 1788165

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 166 Pedro de Zúñiga y Girón (1730-1790), conde de Miranda del Castañar, grande de España. «Damas dessi (...)

Cy-inclus la commission de Mr le Comte de Miranda166, que je signerai demain ou après-demain puisque S. E. a consenti à toutes les sûretés que j’ai exigé ; vous avez une idée de mes conditions ci-inclus [sic]. J’ai fait ajouter à la fin une clause qui est qu’en accusant la réception de cette commission S. E. vous lui ratifierai nos accords dans toute l’étendue, j’ai pris ce parti pour vous obliger à être exact dans vos promesses et n’être pas le seul sur qui l’on pourra tomber en cas que vous y manquiez. Je suis las et très las de me voir exposé touts [sic] les jours à m’entendre dire des choses désagréables.

J’ai fait en sorte de prévoir tous les événements par les clauses et les articles que j’ai fait insérer dans le susdit contrat, et en même temps vous mettre à votre aise pour les prix.

1º Je me suis trompé.

[fo 69v.o]

Je travaille à faire une copie de tous les plans que j’ai fait pour faire l’état de cette commission, afin que vous puissiez vous-même le vérifier, diminuer et augmenter les aunes et les prix suivant que vous le jugerez à propos.

Lorsque vous aurez fait votre calcul et que vous saurez à combien sa montera cette fourniture, il faudra le marquer à S. E. afin que je propose à S. E. quelque autre chose pour employer cette somme par-là, le bénéfice sur cette affaire sera toujours à peu près le même.

  • 167 María del Carmen Josefa de Zúñiga y Fernández de Velasco, condesa de Miranda del Castañar, casó co (...)

L’essentiel dans ce moment est de faire voir qu’avec peu d’argent vous avez meublé beaucoup de chambres et avec richesse, cela est d’autant plus intéressant que Mr. le Comte de Miranda mariant sa fille167 au frère de Mr. le Duc d’Albe, cela me donne beaucoup d’espérance de meubler définitivement [fo 70] le Palais de ce Duc, ce dont je m’entretiens avec lui, toutes les fois que je le puis.

En vous envoyant les plans de chaque chambre, je vous ferai passer les instructions relatives, en attendant ne perdre pas un moment pour commencer à tout disposer pour la fabrication.

Si Mr. le Comte n’avoit pas été instruit par toute la ville de votre peu d’exactitude au lieu de faire le dépôt de 86 000 Réaux, il me les auroit fait compter tout de suite.

Depuis cela vous devez sentir la conséquence d’être exact dans les ordres que lui vous donne.

Le temps ne me permet pas de vous en dire davantage.

Je suis avec un sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

[fo 70v.o]

Cy-inclus les secondes de change dont je viens de faire passer dernièrement les premières

£ [livres] 3 737 } 7 637 sur le Normand traite de la Banque St-Charles
3 900

Mon Copiste Espagnol ne sachant pas bien le françois, il ne m’est pas possible de vous envoyer une meilleure traduction du contrat pour le moment.

[Invertido: Madrid, 4 9e [noviembre] 1788 M. Grognard].

Carta 33 [3 h, fos 71-73v.o]

1788, noviembre, 10, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 71]

[A lápiz: 33]

Madrid, le 10 9e [noviembre] 1788

Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Vos machines à écrire et à chiffrer sont toujours aussi mal organisées que ci-devant.

Je vous envoi ci-incluse la copie de la facture de Mr. Husson, elle est pleine de barbouillages, vous les observerez par la note ci-jointe ; quoique ces erreurs ne soit pas d’une nature à ne pouvoir être relevée, elles peuvent occasionner la confiscation de la caisse, les aunages n’étant pas justes, en second lieu comme le droit d’alcaval arbitrio se prend sur le montant de la facture je trouve qu’il est très désagréable de payer un droit sur 5 557 livres au lieu de 5 121 livres. Dieu veuille qu’à la vérification des aunages il n’y arrive pas des difficultés à la Douane.

Je ne saurois vous dire combien ces sortes de vérification et d’erreurs me fatiguent, cela me donne de l’humeur et me fait perdre beaucoup de temps.

Le Ministre des finances a enfin répondu à mes mémoires, il a donné ordre à Agreda de faire passer en cette Douane la caisse de Mr. Marchand [fo 71v.o] pour faire vérifier par les experts les largeurs. Je crains bien d’avoir encore la mortification de voir qu’elles n’ont pas les 11/ 24 d’aune, vous aurez avis de la bonne ou mauvaise réussite de cette affaire, vous ne m’avez jamais tranquilisé sur la vraie largeur de ces étofes.

J’ai reçu vos trois lettres du 21, 22 et 27 du passé, aux quelles je réponds. Par celle du 21 vous me faites passer le dessin peint de la veste de l’Infant plié dans deux feuilles entières de papier mol, il a coûté 12 livres de port, il ne servira pas attendu la mort de l’Infante [María Ana Victoria]. C’est une perte occasionnée par le défaut d’observer ce qui doit partir dans une même caisse.

Autre perdant de cette perte. Je viens de compter à Mr. Louis Rigal 21 livres pour le port d’un paquet de livres de Lyon à Bayonne, et quant [sic] Mr. Peyrard de Bayonne l’a débité et ce parce que vous marqués à Mr. Louis Rigal que vous envoyé à vos frais à Bayonne le susdit paquet, ayant oublié de le mettre dans la caisse de sa commission.

Je n’ai jamais fixé aucun prix ni aucune limites à mes dépenses, et si pendant les trois derniers mois elles ont été plus fortes que dans les précédents, elles ont été occasionnées par les voyages forcés et réitérés de Madrid aux divers Sitios et [fo 72] que j’ai été obligés de faire non seulement pour obtenir des commissions, mais encore plus pour répondre aux demandes qui m’ont été faites par les personnes Royales sur les inquiétudes qu’elles avoient de leur commission, ainsi que pour solliciter les ordres de payement.

Dans mon compte de frais entrent encore les petits rubans ou différence [sic] dans les payements, les étrennes et autres misères, que je ne porte pas en compte courant pour ne pas multiplier les articles et être plus clair.

Quant à ma dépense personnelle elle est toujours de même.

Mon logement à raison de 2 livres 10 sols par jour
Chaque repas 2 livres 10 sols
Chaque tasse de chocolat du déjeuné [sic] 10 sols

Les séjours dans les Sitios me revient toujours à 15 livres par jour.

Les voitures pour y aller sont très chères et n’on point de prix fixes. La poste est quelque fois moins chères lorsqu’on est deux.

Ajoutez à cela les Ports de Lettres.

Les voitures dans la ville principalement l’hivers.

Les frais de papier pour la correspondance, pour les [fo 72v.o] dessins et plans que je fais.

Le port des échantillons dans les maisons, les étrennes aux divers domestiques.

D’après ces articles de première nécessité vous pouvez [palabra tachada e ilegible] observer si j’ai de l’économie, au reste je tiens un compte exact de ma dépense jour par jour, ce qui m’ennuye beaucoup. Je ne vous en fait pas passer le double parce que je ne veux pas m’occuper à cela, à mon retour à Lyon vous pourrés le voir.

Je ne vous ai pas envoyé l’aune du satin sur fil pour Mme de Galves, parce qu’au moment d’entrer dans sa nouvelle maison, il s’est élevé quelques difficultés qui ont été cause qu’elle n’y est pas encore entrée, mais cela ne tardera pas à être terminé.

Je ne puis vous annoncer aucune remise pour le payement prochain, la pluspart de ce qui est à payer et qui est fort peu de chose [tachado: est] éprouve dans ce moment quelque contestation, c’est tout ce que je puis vous dire dans ce moment.

Par votre lettre du 24 vous me marqués que vous avez expédié à Mme de Galves sa robe de cour* par le courier, ce sont des frais que [fo 73] vous auriez pu lui éviter et qui seront malheureusement considérables. Si vous aviez fait attention qu’elle pouvoit arriver ici assez à temps pour être postée ainsi que celle de Mme de Aranda le 9 de Xe [diciembre], jour de la fête de la princesse, au reste c’est une misère, je préfère que vous ayez pris cette détermination, et qu’elle ne coure pas les risques de n’avoir pas sa robe qui ne peut servir dans l’année que ce jour-là.

Quand [sic] au surplus de vos lettres, je me conformerai aux avis que vous m’y donnée relativement à plusieurs objets.

  • 168 Infante Pedro Carlos de Borbón y Braganza (1786-1812), hijo mayor del infante don Gabriel de Borbó (...)

Malgré que j’ai dit à Mr Marin que tous les effets de S. A. R. l’infant Don Gabriel étoient prêts, il craint encore qu’ils n’arrivent pas à temps pour le jour fixé / Les Jours de Gala on quitte le deuil / L’Infant nouveau-né est aussi mort de la petite vérole, il ne reste plus à l’Infant don Gabriel que son fils l’Infant Dn. Pedro168.

Je vous recommande la plus prompte expédition de la commission de Mr. de Valdes et autres. J’ai ordre d’aller au Sitio, j’ignore pourquoi, en attendant demain je compte finir quelque chose pour les 5 meubles que je traite.

[fo 73v.o]

Un de ces jours-ci je dois aller à la Trésorerie du Prince pour voir si on veut me payer en tout ou en partie, je remettrai à Mr. Jaume à Paris ce que je recevrai.

Je suis avec le plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

[Invertido: Madrid, 10 9bre [noviembre] 1788 M. Grognard].

Carta 34 [2 h, fos 74-75v.o]

1788, noviembre, 29, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 74]

[A lápiz: 34]

Madrid, le 29 9bre [noviembre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Je ne sais en vérité où donner de la tête. Mme de Galves et Mme d’Aranda m’ont fait dire les choses les plus désobligeantes parce qu’elles n’auront pas leur robe pour le 9 du mois prochain et surtout parce que je leur ai assuré qu’elles pouvoient y compter, elles n’ont pas encore reçu avis de leur arrivée à Bayonne et encore moins de leur départ de cette dernière ville.

  • 169 Salvatore Montaperto, príncipe de Rafadal, embajador de las Dos Sicilias en Madrid, caballero del (...)

Mr. le Prince de Raffadal169 et l’embassadeur de Portugal sont aussi très en colère parce qu’ils comptoient sur ces habits. Mr. Parisien et Mr. Marques m’ont dit clairement que cette conduite n’étoit pas celle d’une grande maison, comme je vous annoncé toujours.

Ce qui m’affecte encore c’est la perspective de voir qu’il faudra passer toute l’année [fo 74v.o] prochaine à s’occuper à terminer toutes ces mauvaises affaires et à les liquider, car je tremble d’en entreprendre d’autres puisqu’il est de toute impossibilité qu’elles réussissent de votre côté. Dans ce moment-ci où tous les créanciers de l’Infant et de l’Infante présentent les titres de leur créance, je suis peut-être le seul qui n’ait pas seulement une misérable lettre d’avis, pour constater que je dois être mis sur l’état.

Enfin, Messieurs, je vous préviens que si toutes ces commissions ne sont pas acceptées comme il y a toute apparance, elles donneront certainement beaucoup de perte et qu’il sera bien douloureux pour moi d’y participer, n’y ayant contribué en rien.

Tous ces événements me tiennent dans l’incertitude. Si je dois signer la commission de Mr. le Comte de Miranda et m’engager qu’elle soit à Madrid le 30 juin de l’année prochaine [fo 75] cette commission est toute prête, ce sera une affaire de 40 mille livres, j’ai aussi la commission de deux autres chambres pour Cadix.

Mr. de Valdes vient encore de m’envoyer un de ses pages pour me demander des nouvelles de son meuble, et savoir ce que vous me marquiez pour le dernier courier.

Je vais m’occuper cette semaine de la rentrée de quelque fond. Je crois cela préférable à solliciter de nouvelles affaires qui achèveroient de m’enlever la confiance que je me suis acquise, et le pire de me ruiner.

Je suis avec les mêmes sentiments,

Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

[fo 75v.o]

Madrid, 29 9bre [noviembre] 1788

Mr. Grognard

Par Barcelonne

Messieurs

Messieurs Camille Pernon Peyron et Cie.

À Lyon

27

Carta 35 [2 h, fos 76-77v.o]

1788, diciembre, 6, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 76]

[A lápiz: 35]

Madrid, le 6 Xbre [diciembre] 1788

Mr. Camille Pernon Peron [sic] et Cie.

Lyon

Messieurs

Cy-incluse la copie du contrat que j’ai signé ce matin, ainsi que Mr. le Comte de Miranda, pour la commission des meubles qu’il m’a donnée et dont j’ai envoyé le détail à Mr. Camille Pernon à Paris le dernier courrier.

J’ai fait copier le contrat que j’ai fait de manière que vous n’avez qu’à mettre votre signature et le renvoyer à Mr. le Comte de Miranda en lui accusant la réception de sa commission / vous pouvez lui écrire en françois / et lui assurant qu’elle sera exécutée pour le temps et à son entière satisfaction, que vous aurez la plus grande attention de disposer le tout de manière qu’il en résulte la plus grande économie, sans altérer le goût et la qualité des étofes.

Vous trouverez aussi ci-inclus la copie de l’engagement qu’ont prix Mr. Joyes et [fo 76v.o] Fils, en acceptant le départ de l’argent et de la lettre de change. Je vous fais passer toutes ces copies afin que vous connoissiez toutes les préventions que j’ai prises et que vous puissiez en me rendant plus de justice que vous n’avez fait jusqu’à présent, croire que je suis en état de prendre les précautions nécessaires en sollicitant une commission lorsque les circonstances l’exigent.

Je désire que toutes vos affaires soient aussi bien dirigées et aussi bien cimentées.

Par un des courriers prochains je vous ferai passer la copie de tous les plans et instructions que j’ai fait pour vous servir, c’est un travail considérable, qui ne seroit rien, si je n’en étoit pas détourné pour aller ranger de mauvaises affaires.

Mardi c’est la fête de la Princesse, point de nouvelles des robes de Mme. [fo 77] d’Aranda et de Mme. de Galves, ces dames ne me le pardonneront pas et elles auront raison. Je n’ai point d’excuse à leur donner, d’ailleurs je ne vaut rien pour dire des choses sans fondement.

Je désirerois bien que mes affaires vous tinssent à coeur comme elles le devroient, je n’éprouverois pas les ennuis qu’elles me causent.

Je laisse tout à la garde de Dieu car il m’est impossible d’avoir à présent d’autre espoir.

Je suis avec le même sentiment,

Messieurs,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Puissiez-vous sentir l’ennuy que j’éprouve, après m’être tiré de peine et de soucis pour faire quelques affaires et les voir échouer toutes par votre faute.

[fo 77v.o]

Madrid, 6 Xbre [diciembre] 1788

Grognard

Carta 36 [1 h, fos 78-78v.o]

1788, diciembre, 13, Madrid

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 78]

[A lápiz: 36]

  • 170 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12.

Madrid, le 13 Xbre [diciembre] 1788170

Je profite du départ d’un courrier qu’expédie Mr. le Duc de la Vauguyon pour vous donner l’avis que l’on a administré S. M. [sic] en conséquence je crois devoir vous prévenir qu’il convient de suspendre de quelques couriers l’expédition des objets pour la Cour et de m’expédier tout de suite à Bayonne chez Mr. Peyrard tous les échantillons et esquisses que vous avez à Paris, y joignant si vous pouvez quelque note.

  • 171 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

N’oubliez rien, ramassé tout ce que vous avez à Paris et à Lyon et faite achever ce que vous aurés déjà fait commencer171.

Grognard

Ne perdez pas un moment et surtout n’oubliez pas de retirer de chez les marchands vos échantillons autrement ce sera autant de concurrence que j’aurai.

[fo 78v.o]

Madrid, 13 Xbre [décembre] 1788

M. Grognard

Carta 37 [3 h, fos 79-81v.o]

1788, diciembre, 20, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 79]

[A lápiz: 37]

Madrid, 20 Xbre [diciembre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Depuis la mort du Roi, je n’ai pas des moments à perdre. Je les dois tous à mes intérêts. Malgré cela je veux bien me sacrifier encore pour vous dire des choses vraies et qui me sont très sensibles.

Dans la circonstance présente, il me conviendroit peut-être de me séparer de vous, et surtout de vous faire signifier un acte de protestation contre les pertes multipliées que vos négligences occasionnent dans l’exécution de mes commissions. Je sais très bien qu’entre associés, les pertes ainsi que les bénéfices doivent se partager, mais des pertes aussi multipliées que celles que j’éprouve, n’étant dues ni aux circonstances ni à une force majeure, mais seulement à votre peu d’attention, il est cruel de devoir les suporter et de n’avoir aucune espérance d’en être dédomagé.

[fo 79v.o]

Mme de Galves a enfin reçu sa robe, elle me l’a renvoyée parce qu’elle n’en a pas besoin n’étant pas arrivée pour le seul jour où elle pouvoit la porter, elle est très piquée, elle en payé le port et les droits que l’on a perçu à toute rigueur, et elle retiendra ce déboursés sur ce qu’elle reste devoir.

Elle ne veut pas non plus le meuble qu’elle a commis, parce qu’elle doute qu’il soit fait.

Peut-être parviendrai-je à raccommoder tout cela.

Je pense que Madame la Comtesse d’Aranda a reçu la sienne puisqu’elle a été expédiée de Bayonne par le même voiturier. Vous voudrez bien tirer sur Mr Le Comte le montant de cette robe, parce que je ne me charge pas d’en exiger le payement dans la crainte que l’on ne me la rende également, ce que je crains fort.

[fo 80]

  • 172 Frase citada en ibid.

Mr. l’Embassadeur de Portugal qui est très malade, vient de me faire dire que non seulement il n’avoit pas reçu son habit de Gala pour le jour fixé, mais qu’il voyoit par la facture que vous lui avez fait passer que vous aviez fait sa commission tout de travers. Il a raison et très forte raison, il faut vous soyez tous devenus aveugles ou que vous ne sachiez plus lire, ou que vous ayez tous perdu la tête172.

Dans la note de la commission que je vous ai envoyé pour Mr. l’Embassadeur je trouve vous avoir écrit en toute ligne

Pour l’hivers

Un habit, veste et culote de velours fond or ou semé de paillettes riches, brodé en soye dorure et piereries pour grand Gala.

Aussi des autres pareillement.

Dans ces 4 lignes [palabra tachada e ilegible] où voyez-vous que la veste de cet habit doit être en satin blanc brodée idem.

[fo 80v.o]

Je ne m’étend pas en observations sur une bévues de cette sorte, parce que je vois depuis longtemps que c’est peine perdue. Ce que je puis vous dire, c’est que je crains que Mr. l’Embassadeur ne veuille pas prendre ces habits.

  • 173 Frase citada en ibid.

Fatigué de tant de choses si désagréables, je vous avoue que je ne puis me résoudre à me présenter chez lui pour entendre encore des propos désobligeants, mon intention seroit de lui demander s’il veut que l’on fasse broder tout de suite les vestes sur les étofes des habits, ce qui lui feroit certainement plaisir, parce qu’il déteste les vestes blanches, il dit qu’elles font paroitre son ventre une fois plus gros173.

Vous ferez à cet égard ce que vous jugerez à propos et il en arrivera ce qui pourra, c’est tout ce que je puis vous dire à cet égard.

[fo 81]

  • 174 «Le faire languir, en faisant durer longtemps des chagrins, des inquiétudes, des peines» (Dictionn (...)

Le Prince actuellement Roi [Carlos IV] a reçu votre caisse Nº 180 PP contenant son habit de velours brodé en opales, trois gilets et une garniture de boutons d’acier que je ne vous ai pas demandé ; cela est égal, mais ce qui ne l’ai pas, c’est que dans cette caisse il ne s’y ait pas trouvé l’habit à la matelotte* pour l’Infant Don Fernando, a-t-il resté sur votre Banque, ou a-t-il été volé, c’est ce que j’ignore, le certain est que le Roi qui déballe lui-même les caisses qui lui sont adressées, ne l’y a pas trouvé. Voilà encore de ces événements qui sont faits pour faire mourir un homme à petit feu174.

  • 175 Es la única referencia en la correspondencia de François Grognard a Jean-Demosthène Dugourc (1749- (...)

Le Roi est aussi très mécontent de toutes les bordures de tabouret que vous avez fait pour l’Escurial, non pour la fabrication et le dessin, mais pour la largeur qui se trouve de 4 à 5 pouces de large. Je ne conçois pas pourquoi vous les avez fait ainsi. Je ne trouve nulle part vous avoir donné cette mesure. Il y a toute apparence qu’elles ne serviront pas et qu’il en faudra de 3 pouces seulement, on exécute les tabourets en [fo 81v.o] marqueterie sur les dessins qu’a fait Mr. Dugourre [Dugourc]175.

Je me borne pour aujourd’hui à ce que je vous marque. Le courier prochain je répondrai à vos lettres.

Je suis avec attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

[Invertido: Madrid, 20 Xbre [diciembre] 1788. M. Grognard].

Carta 38 [2 h, fos 82-83v.o]

1788, diciembre, 22, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 82]

[A lápiz: 38]

  • 176 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Gastinel-Coural, 1988, pp. 99-100.

Madrid le 22 Xbre [diciembre] 1788176

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Espérons que l’inf[ant] don Gabriel sera payée.

Messieurs

  • 177 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, pp. 99-100.

Ce matin j’ai été présenté en cérémonie au Roi et à la Reine, et j’ai eu l’honneur de leur baiser la main, de sorte que me voilà introduit à présent à la Cour sans avoir besoin de protecteur. J’ai offert à S.S. M.M. la continuation de mes offres de service et je leur ai demandé la continuation de leurs bontés et de leurs ordres, ils me l’ont accordé177. Le courrier prochain je vous ferai passer une commission. Tout cela m’a coûté beaucoup de peine, je vous assure à cause de tout les barbouillages qui se sont fait chez vous. À présent c’est à vous à faire le reste, soit en exécutant bien les [fo 82v.o] commissions que je vous ferai passer, soit en ayant attention de leur envoyer des échantillons nouveaux dans tous les genres tous les 3 mois au moins, pour pouvoir obtenir des commissions.

La circonstance est heureuse et précieuse, si vous manqués d’en profiter vous ne pourrés vous en plaindre qu’à vous-même.

Je serai payé de tout ce que l’on me doit avant la fin de l’année.

Je suis avec attachement,

Messieurs,

Votre humble

Grognard

[fo 83]

  • 178 Frase citada en ibid., p. 100.

Ne perdez pas un instant pour me faire passer tous les échantillons que vous avez et que je n’ai pas, ainsi que les belles esquisses que vous pouvez avoir, et cela dans tous les genres178.

Je vous recommande de l’activité et de la célérité.

Il faut expédier tout de suite les commissions de la Princesse, reine actuellement.

[fo 83v.o]

Madrid, 22 Xbre [diciembre] 1788

Grognard

R[eçu] le 20 janvier 1789

À Messieurs

Messieurs Camille Pernon Peyron et Compagnie

À Lyon

[Invertido, una suma y una resta]:

600
558,15
---------
1158,15

 

9988,16
1158,15
-----------
8830,1

Carta 39 [1 h, fos 84-84v.o]

1788, diciembre, 25, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 84]

[A lápiz: 39]

Madrid, le 25 Xbre [diciembre] 1788

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Mr. Grognard

Messieurs

  • 179 Paolo Greppi (1748-1800), comerciante milanés y diplomático austriaco, cónsul general del Imperio (...)

Cy-inclus le reste des dessins, plans et observations nécessaires pour exécuter la commission de Mr. le Comte de Miranda et de Mr. le Comte de Greppi179.

J’espère qu’un travail aussi considérable, vous sera utile pour faire fabriquer toutes les étofes qui sont demandé et qu’il vous sera facile d’y mettre toute l’économie et le goût que l’on désire.

Il me manque encore à vous faire passer les plans de la chambre à coucher de Mr. le Comte de Greppi et ceux de deux nouvelles chambres dont on m’a donné la commission hier, plus un assortiment en fauteuil etc.

[fo 84v.o]

Vous trouverez aussi ci-joint le contrat signé par le Comte de Miranda, dont vous aurez attention qu’il ne s’égare pas, afin de pouvoir le présenter en cas de besoin.

  • 180 El cardenal Vicenzo Maria Altieri (1724-1800), hijo del príncipe Girolamo Altieri (1673-1762). «El (...)

Je vous ai recommandé à Monsignor Altiery, fils du Prince Altiery de Rome180, qui est parti d’ici pour Paris. Il passera à Lyon, où il désire faire quelques emplettes (acquisitions) et voir les manufactures.

Je suis avec un sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Cette lettre de recommandation m’a été demandé par Mr. le Comte de Greppy [Greppi].

1789 [cartas 40 a 44]

Carta 40 [2 h, fos 85-86v.o]

1789, agosto, 12, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 85]

[A lápiz: 40]

Nº 35

  • 181 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12; Gastinel-Coural, 1988, pp. 124-125; Benito García, 20 (...)

Madrid, le 12 août 1789181

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

  • 182 «La casa del Duque de Liria, cerca de la puerta de San Bernardino […] don Ventura Rodríguez, de qu (...)
  • 183 «Il y a des dessinateurs qui s’occupent des esquisses seulement ; ce sont d’autres personnes qui s (...)

Vous confirmant mon Nº 34 dans tout son contenu, vous trouverez ci-incluse la commission de Mr. Le Duc de Liria, avec mes observations à cet égard, plus le patron des sièges et dossiers des fauteuils du grand sallon182, quant à celui des canapés vous les recevrés par Paris parce qu’il est trop volumineux. Vous pouvez toujours faire mettre en carte les sièges et dossiers suivant le dessin que vous destinerez183, vous rangerez les canapés ensuite.

Mr. l’envoyé de Suède a adressé la plus vive crainte de ne pas recevoir ses habits, parce qu’ils ne se sont pas trouvé joints à ceux de Mr. de Redern et d’après ce que l’ambassadeur de Portugal a dit à Mr. Sandoz, Del Basto et Droyer, ils sont aussi dans les plus vives inquiétudes, tout cela me cause des courses multipliées que sont très désagréables à tous égards et principalement dans cette saison où la chaleur se fait sentir horiblement, c’est une commission en retard qui est cause de ces ennuis, c’est à quoi je vous prie de réfléchir quelque fois, et de vous mettre quelques instants à ma place pour connoitre ma véritable position.

Les sièges et dossiers des canapés du Sallon Nº 11 du Comte de Miranda se trouvent trop longs d’une figure ce qui m’obligera à les faire recouper et à les faire rebroder.

[fo 85v.o]

Il se trouve aussi un très grand défaut dans les petits canapés, c’est que les dessins des dossiers sont plus longs que celui des sièges ce qui ne se fait jamais.

  • 184 Casa del duque de Híjar en la Carrera de San Jerónimo, que perteneció al comerciante genovés Carlo (...)

Cy-incluse la commission des bordures brochées pour les rideaux du Sallon du Duc de Hijar184, pour être expédiées avec ses autres commissions ; si ces bordures ne peuvent pas partir avec les autres étofes, il ne faut pas attendre leur exécution pour faire l’expédition des premières.

  • 185 Carolina Augusta de Stolberg-Gedern, esposa de don Carlos Bernardo Fitz-James Stuart y Silva, IV d (...)
  • 186 Jacobo Felipe Carlos Fitz-James Stuart zu Stolberg-Gedern (1773-1794), V duque de Berwick y Liria.
  • 187 María Teresa Fernández de Híjar.
  • 188 María Fernanda Fitz-James Stuart.
  • 189 Agustín Pedro, X duque de Híjar.
  • 190 Doble matrimonio entre los hijos de la duquesa de Liria y los del duque de Híjar; véase Poidebard, (...)

Madame la Duchesse de Liria de Berwich, la mère185, m’a dit hier que Mr. son fils186, pour qui sont les deux meubles que je vous commet, en passant à Lyon pour aller en Suisse, avoit vu votre Fabrique ; elle lui écrit aujourd’hui de vous donner l’ordre pour que vous lui fassiez sa Garderobe complète pour ses noces etc., il faudra lui écrire pour lui réitérer vos offres de services et lui demander le patron de son habit, s’il ne vous l’a pas laissé, c’est lui qui doit se marier avec Mlle. de Hijar187 et sa sœur188 se marier avec Mr de Hijar189. Ce double mariage190 sera certainement un des plus beaux que se soit fait à Madrid. Si les broderies n’étoient pas prohibés j’aurois eu sûrement pour plus de 60 mille livres de commission pour les 4 garderobes.

[fo 86]

Voici encore une lettre trop longue pour que vous puissiez la lire avec attention. Je désire bien que vous me faissiez réponse à tout, enfin je n’ai pas pu être plus laconique.

  • 191 Cuando Luis XVI alcanzó la Corona, en 1772, nombró al duque de la Vauguyon su embajador en los Éta (...)

Au nom de Dieu, débarrassé-moi je vous prie des visites de Mr. de Fénelon en lui écrivant que vous avez fait revenir de Paris ses habits sur ce que l’on vous a marqué que Mr. le Duc de la Vauguyon191 ne revenoit pas en Espagne et que vous n’avez pas osé hazarder de les envoyer à Madrid dans la crainte d’éprouver des désagréments semblables à ceux que pareils envoye vous occasionnés ou autre chose etc.

Mr. Menine me demande toujours ses vestes de Nankin* brodées en soye, et pourquoi vous ne me faites pas de réponse à ce sujet, il en est de cette petite commission comme de bien d’autres petits détails qui exigoient une réponse. Patience par force.

Je suis toujours avec le plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

[fo 86v.o]

  • 192 El 11 de agosto de 1789 Pernon salva su vida, pero arruinado por la Revolución francesa, endeudado (...)

Madrid, 12 août 1789192

Mr. Grognard

Carta 41 [2 h, fos 87-88v.o]

1789, septiembre, 7, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 87]

[A lápiz: 41]

Nº 39

Madrid, le 7 7bre [septiembre] 1789

Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

J’ai reçu le 4 de ce mois votre lettre du 17 août passé, qui auroit dû me parvenir le 1er du courant, cet incident m’a causé bien des courses et des ennuis.

Tous mes commettans ont reçu vos lettres d’avis d’expéditions la plupart sans date, ils m’ont envoyé chercher tout-aussitôt, et j’ai été obligé de courir depuis deux jours les quatre coins de Madrid pour les tranquiliser, les uns ont très bien observé sur leur facture l’augmentation des prix, d’autres ont été très inquiets par la manière dont vous avez stipulé vos factures, ils ont vu leurs habits brodés en soye et or par la stipulation de soye et dorure dans vos factures, les couleurs des fonds des habits ne paroissent pas être les mêmes qu’ils ont demandé, pourvu que ces habits arrivent à temps, tout cela ne fera rien car si le cas contraire arrive, ils seront tous obligés de porter pendant ces fêtes leurs vieux habits [fo 87v.o] ce qui seroit d’autant plus mortifiant pour eux qu’il est impossible, qu’avec de l’or et de l’or ils puissent s’en procurer ici. Quant à moi, je vois ma perte assurée en cette ville si cela arrive et je dois m’attendre à tous les désagrémens possible car enfin on ne se joue pas impunément des personnes de ces caractères, dans une circonstance comme celle-ci.

J’ai envoyé heureusement une note à Mr. Peyrard, qui lui désigne les habits dont ils doivent composer chaque caisse ce qui me fait espérer qu’il aura ôté l’habit Nº 23042 de la caisse de Mr. Sandoz car s’il ne l’a pas fait cette caisse n’arrivera pas certainement.

Mr. le Duc de Hijar est très fâché et avec une juste raison de ce que vous ne l’ayez pas prévenu qu’il recevroit ses habits pour ces fêtes, il en auroit demandé l’entrée et ils lui auroient fait beaucoup de plaisir, au lieu qu’il faut qu’ils restent à présent à Bayonne jusqu’à ce que les étofes pour meubles arrive.

  • 193 Podría tratarse de Agustín (1750-1819) o Ignacio (1759-1813), hijos de Miguel de Múzquiz y Goyenec (...)

Mr. Goyeneche193 et Mr. Machado sont dans le même cas, ils expédient aujourd’hui l’ordre à Bayonne pour les faire apporter par un [fo 88] courier, et ils m’ont prévenu que c’était à mes frais, Dieu veuille que malgré toutes ces pertes, tout le monde soit content, je ne doute nullement des peines et des ennuis que les affaires de la nation vous causent. Ma position n’est pas moins très fatiguante, surtout ne pouvant y porter aucun remède pour moi-même.

Cy-inclus le dessin de la baguette des bordures de bois sculptées et vernies en gris, qui encadrent les panneaux de la tapisserie du Grand Sallon du Duc de Lyria, il faudra l’imiter et faire fabriquer ce qui est nécessaire des bordures pour encadrer les rideaux des portes et fenêtres.

  • 194 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100, aunque equivoca la fecha datando la carta el 7 de (...)

Il suffit que ce soit en camayeux gris fabriqué en étofe brochée ou en damas quatre couleurs, toutefois cependant que cela puisse rendre l’effet de la sculpture194.

Aussitôt que je pourrois aller chez la Duchesse de Lyria je vous envoiroi un morceaux d’étofe gris, la plus approchant du vernis dont sera peinte, les bordures de bois sculptés, en attendant vous pouvez le faire mettre en carte.

[fo 88v.o]

  • 195 Frase citada en ibid.; aunque equivoca la fecha datando la carta el 7 de septiembre de 1789.

Ne comptez pas sur des remises pour ce payement car je n’ai ni le temps ni les force de solliciter des rentrées étant obligé de courir du matin au soir pour diriger les ameublements195, que j’ai entrepris, ou je suis obligé de faire coler [sic] du papier, faute d’étofe.

  • 196 Frase citada en ibid., p. 99.

Je vois avec chagrin que le meuble brodé de S. M. C. ne soit pas encore en route et surtout qu’il ne le reçoive pas à cette époque196. J’aurois pu espérer quelque commission après les fêtes et même quelque grâce, ce dont je ne puis me flatter attendu que je n’ai dans ce moment aucun titre avec les plus belles perspectives. Je suis dans une position bien peu flatteuse, et qui ne me donne pas la moindre espérance.

Je suis avec le plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

[Invertido: Madrid, 7 7bre [septiembre] 1789 Mr. Grognard]

Carta 42 [2 h, fos 89-90v.o]

1789, septiembre, 10, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 89]

[A lápiz: 42]

Nº 41

Madrid, le 10 7bre [septiembre] 1789

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Mr Grognard

Messieurs

  • 197 «The marquis d’Iranda, who was past seventy, had personally retired from the business, but he load (...)

En revenant de porter à la poste ma lettre Nº 40 en date d’aujourd’hui, j’ai trouvé chez moi un commis de Mr. le Marquis d’Iranda197 avec le billet ci-joint que je vous envoi pour que vous ne doutiez pas de ce que je pourrois vous dire à son sujet.

  • 198 Josefa de la Torre. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid, Protocolo 21 653, fo 907, Relación (...)

Il est impossible de croire Messieurs que vous soyez à vos affaires, il faut certainement que vous en abandoniez la conduite à des commis étourdis et sans expérience, car si ces Mrs vouloient avoir l’attention, avant de faire une expédition, de prendre le livre de commission et de voir si le contenu de la caisse à expédier est conforme à la commission donnée. Ils auroient vu qu’en donnant le 2 mars dernier la commission de Madame la Marquise d’Iranda198, j’ai dit qu’il falloit que la bordure du Japon, les étoles, et autres petits détails fussent [tachado: devoient être] brodés séparément du fond de la robe, parce que l’on obtiendrai la permition [sic] de les faire entrer en Espagne et qu’il n’y auroit que le plein de la robe qui payerai les droits d’entrée du Royaume. Cette observation devoient être encore plus détaillée sur la note de la commission car [fo 89v.o] je trouve à la fin de la copie de ma lettre cette frase [sic] Je n’ai aucune observation à ajouter à toutes ces petites commissions. Je les ai mise à chaque note séparée // comme je n’ai pas le temps de copier tous ces petites détails, je ne puis vous les rappeller dans ce moment //.

Il n’en est pas moins vrai que des négligences de cette sorte multipliées et entassées les unes sur les autres sera toujours une chose inconcevable pour qui que ce soit, qui aura une bonne opinion de votre maison.

  • 199 Diplomático extranjero acreditado en España: ministro de Suecia, barón de Ehrensverd, en 1794; véa (...)

Je ne dois plus attendre de Mr. le Marquis d’Iranda qu’il s’intéresse au succès de mes affaires ne pouvant pas compter sur ce que je lui promettroit. Madame la marquise est de très mauvaise humeur parce qu’il est impossible qu’elle remplasse [sic] cette robe avec tout son or possible, voilà encore / Grâce à vous / une maison de fermée pour moi et qui m’en fera fermer d’autres. Aussi je vous confirme et confirme bien que j’abbandonne [sic] tout si j’éprouve les désagréments auxquels je m’attends si les habits qui sont à Bayonne n’arrivent pas pour ces fêtes, malgré toutes les préparations que j’ai prises. Je n’ai point d’excuses à donner à Mr. le Comte de Redern, à Mr. le Baron de Ehrensverd199, etc., ils ont donné leurs commissions de très bonne heure, et il faut que vous ayez vendu et revendu ces mêmes habits nombre de fois, pour avoir tant [fo 90] tardé à les expédier, cela ne m’ôtera pas cela de l’idée.

Le vrai est que je suis le seul sacrifié dans cela, que toutes les peines que je me donne ici s’en vont en fumée, et que dans ce moment-ci je vois plus que jamais que les clauses et conditions que je voulois qui fussent insérées dans notre acte de société étoient nécessaires pour le bien de nos intérêts et je ne doute pas que tout autre à ma place ne protesta contre une manière si irrégulière d’exécuter des commissions comme vous le faites.

Dans la copie de la facture des habits de Mr. le Baron de Ehrensverd vous annoncés Nº 23015 un habit de velouté violet à mouches blanches, veste en gros de Naples blanc et doubles parements brodés en soye et soleil. Qu’est-ce que cela veut dire, je n’ai pas demandés [sic] des doubles parements, vous-même dites point pourquoi vous les avez fait ; quelle réponse voulez-vous que je fasse à Mr. le Baron.

Enfin patience et patience, je n’ai d’autre Saint à me vouer, je ne vérifie pas vos factures dans la crainte d’y trouver encore d’autres erreurs ou autres choses étrangères à ce dont je dois m’attendre.

[fo 90v.o]

  • 200 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100; aunque equivoca la fecha datando la carta el 10 d (...)

Cy-inclus un échantillon de taffetas dont le gris est celui qui approche le plus du vernis gris du Sallon de Mr. le Duc de Liria, le verni est même d’une petite demi-nuance plus blanc, cette teinte de gris pourroit servir pour le fond. Le dessin qui seroit dessus pourroit être en blanc et gris de diverses nuances, pour que cette bordure ait tout le relief dont elle est susceptible200.

Au nom de Dieu, Messieurs, un peu plus d’attention dans l’exécution de mes commissions, ou dites-moi tout bonnement que vous ne pouvez pas les faire, il m’est impossible de vivre dans une situation comme celle où je suis depuis mon arrivée ici, je n’ai pas eu un seul instant de satisfaction, si j’éprouve quelque agrément la journée ne se passe pas qu’il ne soit détruit.

Je suis avec attachement, Messieurs,

Votre très humble serviteur.

Grognard

Dans le moment où je ferme ma lettre Mr. Dreyer m’envoi son secrétaire pour me faire observer que dans la facture que vous lui avez envoyé, vous dites Nº 23031 un habit et culote de velouté Lila fin à mouches blanches, brodé en soye, la veste en gros de Naples blanc brodé en soye.

Carta 43 [1 h, fos 91-91v.o]

1789, noviembre, 7, El Escorial Madrid

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 91]

[A lápiz: 43]

  • 201 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Junquera, 1979, p. 73.

L’Escurial Madrid, le 7 9bre [noviembre] 1789201

Mr. Grognard

Messieurs

Je suis ici depuis la fête du Roi et j’attend les premières caisses du meuble brodé pour le Pardo. Il a plut [sic] à Mr. Chaton de les expédier contre mes ordres sans attendre les autres. Elles doivent être ici demain, aussi j’espère que par le courier prochain ou le suivant je pourrai vous marquer quelle aura été la satisfaction de S. M. et quelles seront mes espérances pour la suite. J’attend avec une véritable impatience l’avis de l’expédition du dernier panneau. J’espère aussi que vous n’aurez pas oublié d’y joindre quelques habits et robes pour SS. MM. ainsi que je vous ai dit que vous pouviez le faire, si vous ne l’avez pas fait ce sera certainement par une suite de vos distractions ordinaires et ce sera un bénéfice de moins pour moi que je ne puis retrouver d’aucun autre côté. Enfin Patience. Je désespère aussi de pouvoir faire placer ce meuble brodé pour le jour de la fête de la Reine, ce qui dérange mes projets et mes espérances.

En réponse à votre lettre du 14 et 19 8bre [octubre] passés, il faut vous fixer aussi que je vous l’ai dit nombre de fois de ce que je vous marque et non à la manière dont je vous écris. C’est en vain que vous voudriez [tachado: que je vous écrivis] obtenir de moi que je vous écrivi différemment que je le sens au moment que je prend la plume pour le faire. Je ne sais et je ne veux pas faire des frases [sic], c’est un temps que je regarderai toujours fort mal employé.

  • 202 Frase extractada en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

J’ai eu l’occasion de prévenir que le meuble brodé seroit certainement fort cher, attendu le précieux et la difficulté de l’exécution afin que l’on ne soit pas surpris de sa valeur202.

Quand aux fauteuils de la chambre Nº 10 du comte de Miranda, il n’y a rien de changé pour les grandeurs des [fo 91v.o] patrons que je vous ai envoyé au reste de quelque manière qu’ils viennent. Je m’en inquiète fort peu, attendu que j’ai un tapissier à présent qui est assez industrieux. Il est des fautes qui tournent quelque fois à l’avantage de ceux qui les font. Le retard arrivé dans la remise des étofes au Comte de Miranda m’a obligé de changer presque entièrement la disposition de tous ces ameublements, de sorte qu’il lui faut encore deux meubles complets en damas sur fil pour achever, mais je ne vous en donnerai la note que lorsque j’aurois disposé tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent.

J’ai quelques commissions à vous faire passer dans différents genres, ce ne sera qu’à mon retour à Madrid que je vous en ferai passer le détail.

Je vous recommande la plus prompte expédition des commissions du Duc de Hijar en tout ou en partie, afin qu’il ne soit pas dans le cas de se fâcher, ce qui me seroit très sensible. Comme c’est un des plus galants hommes parmi les grands, vous pouvés augmenter l’étofe fond dentelle pour les rideaux si le prix fixé pour le damas à dentelle ne suffit pas pour vous donner le bénéfice que vous devez faire sur cette nouvelle étofe, il faut lui écrire lors de l’expédition, les motifs qui vous ont obligé à augmenter le prix de cette étofe, et qu’au reste vous laissez à sa justice à la réduire au prix fixé par le contrat s’il ne veut pas y consentir. Je ne doute pas d’un instant qu’il y acquiesce, tant il est juste et honête.

Je vous recommande aussi la plus prompte expédition de meuble pour la chambre à coucher du Comte de Miranda, en tout ou en partie, pour que l’on puisse commencer à y travailler tout de suite.

Je suis toujours avec le même attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur,

Grognard.

Carta 44 [1 h, fos 92-92v.o]

1789, noviembre, 9, El Escorial

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 92]

[A lápiz: 44]

  • 203 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Junquera, 1979, p. 73, transcrita la carta completa e (...)

L’Escurial le 9 9bre [noviembre] 1789203

Messieurs

  • 204 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

L’objet de la présente n’est que pour vous faire part, que le Roi a été parfaitement content de la tapisserie brodée. La Reine m’a dit que l’exécution passoit l’idée qu’elle s’en étoit formé. J’ai reçu les complimens les plus flatteurs à cet égard204, et j’ai obtenu de Leurs Majestés qu’elle verroient les échantillons de bordure d’habits et des robes, malgré les oppositions que j’ai éprouvé jusqu’à présent. J’espère que j’aurois le dessus.

Je trouve dans l’exécution de ces meubles bien des petits défauts qu’il me semble que vous auriez pu éviter, mais ils ne seront pas visibles à tous les yeux.

  • 205 Párrafo extractado en ibid.

Les extrémités des socles brodé aux tambours auroient pu être arrêté plus nettement. Les rapports* un peu plus réguliers et simétriques. Le Roi qui a la vue très fixe et persante, sans toucher l’étofe, a bien reconnu qu’il y avoit des endroits repeints, lui ayant représenté que si on ne l’eut pas fait, cela auroit multiplié l’exécution à l’infini, il s’est contenté de cette raison205.

Ce qui m’inquiète dans ce moment, c’est que je crains que vous ayez oublié l’étofe pour les rideaux et portières* ainsi que les bordures assorties, vous ne m’en avez pas parler, si vous avez fait cet oubli, vous dérangerez [fo 92v.o] furieusement mes projets et mes espérances. Si j’ai eu de la satisfaction ce matin, elle n’est pas moins altérée par la crainte où je suis de votre oubli.

Le temps ne me permet pas de vous en dire davantage.

Je suis toujours avec la plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur

Grognard

[Invertido: Madrid 9, 9bre [noviembre] 1789. Mr. Grognard].

1790 [cartas 45-51]

Carta 45 [4 h, fos 93-96v.o]

1790, enero, 2, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 93]

[A lápiz: 45]

Nº 53

Madrid, le 2 janvier 1790

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Messieurs

Cy-inclus mon compte courant des mois de juillet, août, 7bre [septiembre], 8bre [octubre], 9bre [noviembre] et Xbre [diciembre] par lequel sauf erreur ou omission je reste débiteur de £ [livres] 4 355 / cette somme est employée dans les frais de voitures, douanne, etc, pour les marchandises que j’ai entre les mains pour vendre.

Vous observerez que le montant de ma dépense pendant les susdits mois monte à une somme très et trop forte, cela provient des frais extraordinaires occasionnés par le courier qui a apporté les habits brodés dont les commettants n’ont pas voulu me tenir compte, par les rabais que j’ai été obligé de faire sur ces mêmes habits pour les écouler tout de suite et par la perte que j’ai été obligé de faire sur les habits que j’ai achetés pour remplacer ceux que l’on m’avoit commis. Toutes ces pertes forcées m’ont été très sensible, non seulement parce qu’il est cruel de donner infructueusement beaucoup de peines [tachado: que j’ai] pour obtenir des commissions, mais parce qu’il auroit été possible de les éviter avec un peu plus d’exactitude, enfin c’est une affaire finie.

  • 206 Marie Stopin, viuda de Laurent Deldicque, negociante de Lille; véase Godin, Cottel, Inventaire som (...)

Les toilles et moquettes de Mr. Ve.[uve] Deldicq et fils de Lille206 n’étant pas encore arrivée, vous voudrez bien ne pas les payer jusqu’à nouvel ordre de ma part, attendu que tout ce que je ne pourrois pas placer, restera pour leur [fo 93v.o] compte. Je ne sais d’où peut provenir un retard aussi long, au reste c’est leur faute, ma commission porte en date du 28 may. Pour expédier le plutôt possible et pour le plus tard dans le courant du mois d’août.

  • 207 Una de las principales casas de comercio y banca de Madrid a finales del siglo xviii y primeros añ (...)

Le Retard de ces maudites toilles et moquettes m’a occasionné une scène très désagréable avec Mr le Comte de Miranda, qui ne vouloit pas que je prisse chez Mr. Patrice Joyes et fils207 les 46 487 Réaux qui étoient en dépôt pour la moitié des deux derniers contrats quoique le montant des deux dernières caisses fût plus considérable sa prétention n’étoit pas sans un juste fondement car dans la réalité le 1er contrat n’est pas rempli par le manque de ces dites toilles, encore moins le 2e et le 3e contrat. Ce seigneur est si de mauvaise humeur que sans les amitiés et les cadeaux que je ne cesse de faire à tous ces gens, il y auroit longtemps qu’il m’auroit intenté un procès pour ce refuser au payement. Je désirerois bien être sorti de cette affaire.

Il faut envoyer tout de suite la facture générale de cet ameublement aux prix fixé par les contrats sans les augmenter, en la divisant en trois parties dans les quels [sic] vous ferez rentrer tous les articles qui concerne chaque contrat, et non en suivant l’expédition qui en a été faite afin que l’on puisse vérifier chaque article correspondant à chaque contrat.

Comme probablement chaque facture excédera le montant porté par chaque contrat, il faudra noter [tachado: mettre] au bas [fo 94] [tachado: quels sont les] que cet excédant provient de l’augmentation de l’aunage de telles et telles pièces, parce que le méttier [sic] donne toujours quelque varres plus ou moins, et des suppléments que l’on a demandé après les contrats signés. Il faudra détailler cela pour que l’on puisse le vérifier facilement. Je ne vous fais cette demande que parce que l’Intendant de Mr. le Comte est un homme minutieux et très chicaneur, il m’a déjà prévenu que l’on me rendroit tout ce qui excéderai les contrats, cela ne m’inquiète pas, tout s’arrangera.

J’ai été obligé de racheter de Mr. le Comte de Greppy [Greppi] la moquette que vous lui avez expédiée pour la remettre au comte de Miranda, tous ces changements et achapts ne sont nullement avantageux, il y a toujours des faux frais à faire.

En réponse marquez-moi le prix des vestes brodés que vous m’avez envoyé pour faire présent, sans oublier de me marquer celui de la veste fond argent, que je doute qu’elle puisse se vendre.

Mr. Husson étant entré dans un bureau depuis quelque temps et ne pouvant en conséquence vendre les marchandises que vous lui avez remise, je les ai retirés de ses mains et je m’en vais les placer les plus promptement que je pourrai.

  • 208 Real Orden de 3 de mayo de 1778, Novísima Recopilación, t. III, p. 236.

Il faut expédier à Bayonne dans une des premières caisses les cordons de Mr. Parisien, en prévenant Mr. Peyrard de les ôter de la caisse, parce que cela ne peut pas entrer208.

[fo 94v.o]

Je ne sais si je vous ai marqué que j’avais tiré sur vous une petite lettre de change de 250 livres ordre de Mr. Theron au 30 janvier Madrid, 2 janvier 1790.

Ces jours derniers j’ai été voir Mr de Valdes qui m’a dit lui-même qu’il me feroit payer au premier jour, parce qu’il ne vous connoit pas, [palabras entre líneas: à ce qu’il dit] et il n’a pas voulut [sic] accepter les lettres de change [tachado: en conséquence]

  • 209 Carolina de Stolberg-Gedern (1755-1828), casada con Carlos Bernardo Fitz-James Stuart y Silva, IV (...)
  • 210 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

Madame la Duchesse de Berwick [Carolina de Stolberg-Gedern]209 n’a pas appris avec plaisir que ses meubles éprouveroient quelque retard dans l’exécution210, et comme l’on craint qu’ils ne soient très longtemps à venir, les tuteurs du jeune Duc [Jacobo Felipe Fitz-James Stuart zu Stolberg-Gedern] m’ont dit qu’il y avoit du temps pour donner l’argent par anticipation. Je verrois Madame la Duchesse à cet égard ainsi que le jeune Duc.

  • 211 Pedro Pablo de Alcántara Fadrique, IX duque de Híjar (1741-1808).

Je fais ranger l’appartement de ce jeune seigneur chez Mr. le Duc de Hijar211, toute cette hôtel est prête, il ne manque plus que la tapisserie en velours de la chambre à coucher, si le courier prochain de Bayonne ne m’apporte pas la nouvelle de son arrivée et de son expédition pour ici, je doute fort que Mr. le Duc l’attende et [tachado: pour] retarde les deux mariages qui sont fixés pour le 24 de ce mois. J’ai donné ordre à Bayonne d’expédier un courier à Toulouse pour aller au-devant du voiturier et rapporter ce meuble en poste et j’ai donné le même ordre pour l’expédier ici, si avec toutes ces précautions il n’arrive pas à temps, je serois dans une cruelle position. Je vous assure, et cela n’ameillora [sic] pas ma réputation [tachado: position] en cette ville, car je vois tous les jours, que l’on se détermineroit à me donner [fo 95] quelques commissions si l’on pouvoit compter sur mes promesses et sur mes engagements. Il est encore à noter qu’il soit arrivé une commission au temps fixé. Passons à autre chose.

  • 212 Jean Ange de Turín figura como acreedor y con cuentas por cobrar en la Prefectura del Departamento (...)
  • 213 François Grognard mantuvo relaciones con banqueros y negociantes de Turín vinculados al comercio d (...)
  • 214 Pierre Boyer et fils, banqueros y negociantes de seda en Turín (Almanach du Commerce de Paris, des (...)
  • 215 «Redern (le comte Sigismond-Ehrenreich de), fils du précédent (grand-maréchal de la cour de la rei (...)

Je viens d’écrire à Mr. Jean Ange212 ante. [sic] Boyer de Turin213, mon intime ami / c’est la maison de Pierre Boyer et fils214/ pour qu’il vous fasse recommander Mr le Comte de Fontana, beau-frère de Mr le Comte de Redern215, qui vient ici en qualité d’Embassadeur de la Cour de Sardaigne, il passera à Lyon où il doit se rejoindre avec le Comte de Redern pour faire le voyage ensemble, il achètera certainement beaucoup d’article pour lui, pour sa femme et pour sa maison.

  • 216 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

Vous pourriez aussi profitter de son passage pour l’engager à se charger de trois ou quatre meubles en damas sur fil pour meubler son hôtel, avec la condition que s’ils ne lui conviennent pas à son arrivée ici, je m’en chargerai216, et ce ne seroit pas un article à charge d’autant plus que venant avec l’embassadeur ou pour son usage cette marchandise ne payeroit aucun droits, c’est un privilège que tous les Embassadeurs, Ministres, etc., ont [palabra tachada e ilegible] lorsqu’ils arrivent et qu’ils conservent six mois pour faire venir tout ce qu’ils ont besoin pour leur service et celui de leur maison.

Malgré votre répugnance à envoyer ici de la marchandise pour notre compte en participation, je crois que profitant de cette occasion, il n’y a rien absolument à risquer, parce que les meubles rendus ici sans payer des droits se [fo 95v.o] vendront toujours du matin au soir et argent comptant au prix revenant, ce qui laisseroit au moins le bénéfice de la fabrication. Malgré cette perspective assurée de bénéfices faites ce que vous voudrez. Je vous observerai seulement que mon retour à Lyon étant fixé au plus tard pour le commencement de juin, il n’est pas possible que je puisse prendre des commissions qui exigeroient plus de six mois pour l’exécution et réception et qu’en conséquence il faut profiter de toutes les occasions qui peuvent se présenter pour gagner quelque chose dans le peu de séjour qu’il me reste à faire ici.

Je ne néglige rien pour accélérer l’entrée de tout ce qui est dû, mais je puis vous assurer que cela me fait perdre beaucoup de temps et surtout parce qu’il y a des petites difficultés à terminer sur presque tous les comptes.

  • 217 Francisco Sabatini (Palermo, 1722 – Madrid, 1797), arquitecto mayor de Carlos III. Se mantiene en (...)

Par l’économie que j’ai mis dans la coupe de la tapisserie du sallon de Mr. Agnière, j’ai trouvé le moyen de mettre des draperies aux fenêtres ce qui a été goûté et l’on désire que les portes soient de même, en conséquence il faut [tachado: mettre] faire fabriquer tout de suite 40 varre du même damas sur fil fond cramoisi dessin de l’autel et l’expédier dans [fo 96] la caisse qui contiendra les meubles de Mr. Sabatini217, qui s’impatiente avec raison sur ce qu’il ne reçoit pas de nouvelles de sa commission, il y a 3 mois que les 360 varres de damas sur fil qu’il lui faut, doivent être sur les métiers puisque [tachadura] les dessins choisis travailloient au moment que vous avez reçu cette commission, et il ne faut certainement pas ce temps-là pour faire si peu d’étofes.

  • 218 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

Je travaille dans ce moment à faire le calcul des étofes qu’il faut au Comte de Greppi, pour meubler sa maison de Cadix, suivant un nouveau projet que je lui fait218.

Je suis avec le plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur

Grognard

[fo 96v.o]

[Invertido: Madrid, 2 janvier 1790. Grognard].

Carta 46 [2 h, fos 97-97v.o]

1790, enero, 10, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 97]

[A lápiz: 46]

Madrid, le 10 janvier 1790

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

À la réception de la présente, je vous prie de faire monter le métier du damas sur fil dessin à cariattides [sic] pour un meuble dont ma première vous portera la note du détail. Vous pouvez en attendant faire teindre la soye nécessaire en bleu.

Il faut également faire monter un métier pour faire la même quantité de bordure droite fond bleu, que vous avez fait pour la chambre à coucher pour Mr. le Comte de Redern.

Comme ces deux commissions pressent infiniment, il ne faut pas perdre un instant pour commencer à exécuter ce que je vous ordonne ci-dessus.

Il est inutile d’expédier à présent les meubles de Mr. le Duc de Berwick et Hijar par le courier, il suffit de le faire par la Messagerie en prévenant sur la route que l’on ne perde pas du temps pour faire suivre les expéditions.

Le temps ne me permet de vous en dire davantage,

V. T. H. S. [Votre très humble serviteur]

Grognard

[fo 97v.o]

[Invertido: Madrid, 10 janvier 1790. M. Grognard].

Carta 47 [2 h, fos 98-99v.o]

1790, mayo, 22, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 98]

[A lápiz: 47]

Nº 63

Madrid, le 22 may 1790

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Il est possible que l’on soit très occupé un jour de courier et que l’on soit obligé en conséquence de différer à un autre courier de répondre à un correspondant, mais il y a de l’indécence de suspendre une correspondance, comme vous le faite avec moi et de se conduire dans mes affaires comme si elles ne vous intéressoient [sic] pas, cette manière de faire le commerce a été depuis longtemps un problème pour moi, et je ne vois pas de moyen de le résoudre encore.

Si vous vous faite un jeu de lasser ma patience, je crois que vous y parviendrez à la fin, c’est ce qui me détermine à vous observer, que quoique j’ai prouvé dans toutes les occasions, que je préfère de sacrifier [tachado: tous] mes intérêts au désagrément d’avoir la moindre difficulté avec qui que ce soit, je me vois forcé dans ce moment de songer à recueillir toutes les irrégularités de votre gestion dans les affaires que j’ai eu avec vous pour me servir au besoin. Je dois songer à cette précaution, car votre conduite à mon égard ne peut être l’effet du simple hasard ou d’un oubli involontaire. Je dois l’envisager comme l’avant-coureur de quelque vexation prémédité contre moi. Quand je serai à Lyon nous éclaircirons tout cela. En attendant, je défie au négotiant [sic] le plus borné, le plus ignart [sic], de faire involontairement des oublis en matière de commerce aussi souvent que cela vous arrive avec moi. Je me suis lassé de vous en parler, parce que cela n’a [fo 98v.o] jamais servit [sic] à rien, sinon à me confirmer qu’il n’y a dans votre magazin [sic] et sous votre direction que des machines qui ne vont qu’autant qu’on les pousse bien ou mal.

Voici quelques oublis de votre façon depuis le départ de Mr Pernon, qui pourra vous détailler ceux dont il a été témoin, et dont j’espère qui en aura senti toutes les conséquences.

  • 219 «Marqués de Torremanzanal, Regidor del Ayuntamiento de Madrid en 1787, siendo Corregidor D. José A (...)

Vous expédiez à Mr. Torremanzanal219 deux caisses sans m’en donner le moindre avis, ni facture.

  • 220 Louis Rigal de la Pradera, «un grand négociant en grains de Malaga» (Zylberberg, 1993, p. 162). D. (...)

Vous faites des traittes sur Louis Rigal de la Pradera220 sans m’en prévenir.

Vous expédiez au Duc de Berwick une caisse de marchandises, j’ignore ce que c’est.

On vous demande un compte général des fournitures faites au Comte de Miranda, parmi lesquelles vous avez fait une erreur considérable, point de réponse.

  • 221 «Joaquín de Quiñones, Sr. de la Higuera de Vargas», suscriptor del Diario curioso, erudito, ecónom (...)

Vous expédiez à Mr. Quiñones221 sa commission et vous y joignez deux assortiments de fauteuils et vous ne me donnez point d’avis, ni de détail à cet égard.

On vous recommande le plus prompt envoi de la facture des fournitures faites au Duc de Berwick, les marchandises sont arrivées et le solde de ces mêmes marchandises doit arriver au premier jour et point d’avis d’expédition, ni facture.

Je vous ai demandé depuis six mois la note des prix qu’on vous a passé les moquettes, il ne vous plaît pas de me la faire passer, les moquettes du Duc d’Hijar sont chez moi depuis longtemps et je ne puis les vendre [fo 99] faute de savoir ce qu’elles valent.

Dans la commission du Duc de Berwick je vous ait fortement recommandé de varier la couleur des roses mauves qui sont aux pieds des arbres, ils ne vous a pas plus de le faire ni de me dire que vous ne le feriez pas. Etc, etc, etc.

  • 222 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

Je remplirai des pages et des volumes entiers de toutes les irrégularités de votre manière de traitter les affaires222. Je finis car je ne saurois continuer sans vous écrire comme je pense et que comme je sens. Il n’est pas moins bien dégoûtant de ne jamais prendre la plume que pour exprimer des ennuis, que votre intérêt particulier dans vos autres affaires vous empêche de concevoir.

Je suis

Messieurs

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

J’enrage lorsque je réfléchis qu’il m’en fallait environ 6 mois pour avoir des échantillons pour venir dans ce pais [sic] et qu’il faudra perdre 18 mois pour faire des rentrées qui auroient été faites il y a 6 mois, s’il vous avoit plut de répondre exactement à mes lettres et de m’envoyer les comptes que je vous ai demandé et croyez-vous que je les attendrai avec tranquilité et que je perdrai mon temps inutilement, non vous vous trompez.

[fo 99v.o]

Madrid, 22 may 1790

M. Fo. Grognard

À Messieurs

Messieurs Camille Pernon Peyron et Comp[agnie]

À Lyon

Carta 48 [2 h, fos 100-101v.o]

1790, mayo, 27, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 100]

[A lápiz: 48]

Nº 64

  • 223 Citada en ibid., p. 70.

Madrid, le 27 may 1790223

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Mr. Louis Rigal de la Pradera vient de m’envoyer une lettre qu’il a reçu le dernier courier pour Mr Pernon. Je l’ai décacheté et elle est en datte du 11 may. J’y vois que vous avez adressé à Mr. Pernon chez Mr. Peyrard et Cie. à Bayonne les éclaircissements au sujet des erreurs sur la facture du Comte de Miranda.

Je ne sais si je me trompe Messieurs, mais je trouve fort singulier et très déplacé que depuis le départ de Mr. Pernon de Lyon, il vous ait plut [sic] de ne correspondre qu’avec lui pour mes affaires. Est-ce Mr. Pernon qui est votre associé ici ? Est-ce lui qui fait des affaires avec vous, ou est-ce Moi ?

Si je n’avois envisagé suivit que ma façon de penser je vous auroit renvoyé la lettre à son adresse sans l’ouvrir, attendu que Mr. Pernon en partant ne m’a pas dit de le faire. Je l’ai fait parce que je l’ai cru nécessaire aux intérêts réciproques.

Cette idée lumineuse de suspendre votre correspondance avec moi, prolonge mon séjour ici, retarde les rentrées de ce qui m’est dû et prolonge l’arrêtté de tous mes comptes [fo 100v.o] avec mes débiteurs. Dieu veuille que vendredi proche prochain, je reçoive cette lettre de Bayonne et les duplicata des factures et expéditions, que vous avez fait depuis près d’un mois et vos occupations particulières n’ont pas permirent que vous y ayez employé une heure pour les faire.

  • 224 Podría tratarse del arquitecto Pierre-Louis Moreau (París, 1727-1794), también dibujante y adornis (...)

Si vous n’étiez pas aussi occupé de vos intérêts particuliers comme je vous l’ai dit, comme je le crois et comme je vous le répèterai, vous vous seriez rappellé que je vous ai marqué plusieurs fois que je ne partiroi de Madrid qu’après avoir reçu réponse à la lettre qui vous en auroit donné l’avis, d’après cela vous ne deviez pas présumer que je l’eus fait, ainsi pour ne pas vous faire perdre du temps en calcul, je partirai à présent, quand je voudrai, mes affaires faites ou non, et si vous voulez m’écrire adressez toujours vos lettres à Mr. Moreau224, qui me les fera passer où je serai.

Je ne réplique pas sur l’objet des lettres de change tirées sur Mr. Rigal sans votre avis et qu’il a accepté sous ma garantie, pour ne pas laisser votre signature en souffrance, cependant, si vous étiez un peu à vos affaires, vous ne marqueriez pas dans votre lettre ci-dessus [palabra tachada e ilegible] après avoir reçu avis de ces acceptations, que vous espérés, qu’en conséquence de vos ordres on ne les payera pas. Consultez et vous verrés que vous êtes ailleurs plutôt qu’à vos affaires, comme je viens de vous le dire, et qu’un ordre de ne pas payer une lettre envoyée après avoir reçu l’avis de l’acceptation est un ordre mal donné.

[fo101]

Je viens de donner ordre à Mr. Louis Rigal de tirer sur Mr. Rougemont de Paris le montant de vos traittes qu’il a accepté, pour le tranquiliser s’il a le moindre doute sur les rentrées que j’ai à faire. Votre conduite et votre peu d’exactitude est faite pour lui inspirer de la méfiance ou du moins du dégoût de travailler avec vous.

Vous êtes si peu à nos affaires, je ne cesserai de le dire, qu’en vous relevant d’une erreur vous en faites une autre en vous excusant.

Vous dites que la différence qu’il y a dans les rayes du satin de Campo de Alanje provient de ce que Mr. Cortet a employé pour cela diverses soyes roses qui étoient en magasin. Il n’est rien de cela, il n’y a pas de différence dans la nuance, mais il y en a beaucoup dans la largeur des rayes des deux pièces, dans celles où est la bordure elles sont beaucoup plus petites, que dans celles où il n’y en a pas. Cette différence que Mr. Pernon a vu de ses propres yeux auroit été dans le cas de faire laisser la commission pour notre compte si je n’avois pas la confiance entière du Comte de Campo de Alanje, et si le tapissier ne se prêtoit pas à l’employer comme je le veux, et cette complaisance coûte de l’argent et diminue les bénéfices en augmentant la peine et les embarras.

[fo 101v.o]

Mr. le Duc de Berwick m’envoi dire qu’il y a à la douane une caisse d’étofe qui y est arrivé depuis quelques jours, qu’il ne sait pas ce que et que c’est Mr. Peyrard qui la lui a fait passer de votre part. Ignorant ce qu’elle contient on la laissera à la Douane jusqu’à nouvel avis, pour ne pas se mettre dans le cas d’une fausse déclaration.

Je suis votre très humble serviteur,

Grognard

Je présume que c’est la caisse Nº 297 dont Mr. Peyrard ne m’a pas donné l’avis d’expédition.

  • 225 La Real Compañía de Filipinas, promovida por Francisco Cabarrús, fue establecida por Real Orden de (...)
  • 226 Uno de los primeros artistas en diseñar una decoración al estilo etrusco fue Jean-François Bélange (...)

Cy-inclus le satin jaune que le Duc de Berwick a acheté au magazin des Philippines225, pour faire les rideaux des portes et fenêtres du cabinet étrusque226, afin que vous assortissiez le jaune dans le damas étrusque le plus qu’il se pourra.

[Invertido: Madrid 27 may 1790. M. Grognard].

Carta 49 [2 h, fos 102-103v.o]

1790, julio, 2, Madrid

Destinatario: Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon).

[fo 102]

[A lápiz: 49]

Nº 67

Madrid, le 2 juillet 1790

Mr. Camille Pernon Peyron et Cie.

Lyon

Messieurs

Lorsque l’on a un titre pour exiger une dette, on peut espérer de réussir à se la faire payer. Hier j’ai obtenu de la Contaduría du Duc de Berwick 80 000 Réaux de Vellon en une lettre de change à vous sur Cadix.

J’ai été payé de Mr. Agniere et fils--- 4 876

Idem de Mr. Bendicho------------------ 948

Et j’ai remis ces 3 sommes à Mr. Louis Rigal de la Pradera ensemble 85 824 Réaux de vellon.

Lundi je verrai Mr. le Duc de Hijar pour terminer quelque chose.

J’attends avec impatience la facture générale de Mr. le Comte de Miranda sans laquelle il ne me convient pas de faire nulle demande, sans savoir positivement ce qu’il doit pour solde.

Je vous recommande la plus grande célérité dans l’exécution des commissions en étofes et [fo 102v.o] bronzes du Duc de Berwick, si vous ne voulés pas avoir des difficultés, c’est une chose à laquelle vous devés bien faire attention, car certainement je ne serai pas ici pour les terminer.

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

  • 227 Jean Sigismond Ehrenreich de Redern (1755-1835), embajador del reino de Prusia en Madrid en 1788; (...)

Mr. le Comte de Redern227 ayant quitté le service de Saxe et ayant été nommé Ministre de Prusse à Londres, a donné ordre de vendre tous ses effets qu’il a ici. Marqués-moi s’il vous a payé, afin que je puisse m’entendre avec le chargé des affaires, pour exiger sur cette vente le montant de ce que doit Mr. le Comte.

[fo 103]

[En blanco]

[fo 103v.o]

Madrid, 2 juillet 1790

Grognard

5 Juin 1790.

À Mrs.

Messieurs Camille Pernon, Peyron et Comp[agnie]

À Lyon

Carta no conservada

1790, noviembre, 6, Madrid

Destinatario: Camille Pernon (Lyon)

Citada en carta 50: «Vous aurez vu par ma lettre de samedi dernier que je suis arrivé ici en fort bonne santé après avoir été assez fatigué dans mon voyage».

Carta 50 [2 h, fos 104-105v.o]

1790, noviembre, 8, Madrid

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 104]

[A lápiz: 50]

Madrid, le 8 9bre [noviembre] 1790

Monsieur

Vous aurés vu par ma lettre de samedi dernier que je suis arrivé ici en fort bonne santé après avoir été assez fatigué dans mon voyage.

  • 228 Jean Saubaigné, comisionado de la corte española en Bayona en 1758; véase Larue, Bibliothèque des (...)

Par ce courier j’ai donné ordre à Mr. Saubaigné228 et à Mr. Peyrard de retenir les caisses de bronzes et d’étofes pour le Duc de Berwick [Jacobo Felipe Fitz-James Stuart], jusqu’à ce que je leur marque de les expédier. J’ai pris ce partit pour vous tranquiliser sur leur valeur, et elles ne lui seront expédiées que lorsqu’il aura payé les soldes de l’ancien contrat, le montant des bordures pour le sallon et celui des chevaux. Son hôtel n’étant pas encore disposé pour recevoir les tapisseries, il a le temps d’attendre.

Je lui ai témoigné ma surprise de ce qu’il n’avoit pas déjà fait payer le solde de l’ancien contrat et qu’en cela il manquoit à la parole qu’il m’avoit.

[fo 104v.o]

Il m’a assuré qu’il croyoit que c’étoit une une [sic] chose faite et qu’il y alloit pourvoir tout de suite, afin que je fusse satisfait.

Le temps ne me permet pas de vous en dire davantage, mais soyez tranquile, je ne suis pas un enfant et j’ai autant d’intérêt que vous que vos affaires aient la plus heureuse fin.

Je suis avec le plus sincère attachement,

Monsieur

Votre très humble et très obéissant serviteur.

Grognard

Dans l’affaire de Mr. Louis Rigal, je trouve que vous avez agit avec bien peu de ménagement, pour cette maison qui accepte vos traittes pour l’honneur de votre signature, quoique vous ne leur en donniez pas avis suivant votre ancienne coutume.

Je ne suis pas content de ce que vous avez fait à l’égard de cet ami.

[fo 105]

[En blanco. Se ve muy bien la marca de agua o filigrana: RIVS].

[fo 105v.o]

À Monsieur

Monsieur Camille Pernon, à lui même

À Lyon

Carta 51 [1 h, fos 106-106v.o]

1790, noviembre, 15, Madrid

Destinatario: [Camille Pernon, Peyron y compañía (Lyon)].

[fo 106]

[A lápiz: 51]

Madrid, le 15 9bre [noviembre] 1790

Messieurs

Je suis de retour de l’Escurial depuis hier et je pars définitivement pour Bayonne lundi prochain par la diligence.

Il m’est impossible de réaliser tous les fonds qui nous sont dus, mais à mon départ toutes les dettes seront bien constatées par des billets devant actes en bonne forme.

Je suis avec le plus sincère attachement,

Messieurs,

Votre très humble serviteur

Grognard

[fo 106v.o]

[En blanco]

1793 [cartas 52-54]

Carta 52 [1 h, fos 107-107v.o]

1793, marzo, 16, Bayona

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 107]

[A lápiz: 52]

  • 229 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13 pero fechada erróneamente el 2 de julio: «Lorsque cett (...)

Bayonne, le 16 mars 1793229

Mr Pernon et compagnie

  • 230 Salida de Grognard a consecuencia de la Real Orden de expulsión del 4 de marzo de 1793, que ordena (...)

J’arrive de Madrid chassé tout comme un autre230, j’ai sauvé avant de partir tous nos effets et papiers, je dois ce bonheur à des amis qui ont su faciliter cet enlèvement en répandant l’argent qui étoit nécessaire. J’ignore entre les mains de qui ils sont, mais je n’en suis pas inquiet.

Je resterai ici quelques jours pour mettre en ordre mes affaires.

Grognard.

Écrivez-moi à Bordeaux poste restante. J’ai fai [sic] cet après-midi 7 lieues à pied pour me rendre de la frontière ici n’ayant pas trouvé de voiture.

Je vais me coucher, j’en ai un grand besoin.

[fo 107v.o]

Bayonne, le 16/27 mars 1793

Grognard

À Camille Pernon et Cie

À Lyon

24

[Estampillado: 64 Bayonne]

Carta 53 [1 h, fos 109-109v.o]

  • 231 Falta el folio numerado como 108.

1793, abril, 8, París231

Remitentes: François Grognard y Urbain Jaume

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon)

[fo 109]

[A lápiz: 53]

Paris, le 8 avril 1793

Camille Pernon et comp[agnie]

Me voici à Paris, où je compte rester 8 à 10 jours. Si vous avez quelques commissions à me donner, je les ferai avec plaisir.

Grognard

  • 232 Joseph Fulchiron e Isaac-Louis Grivel, junto con Denis Rougemont, fueron algunos de los banqueros (...)

Chez Fulchiron Grivel et Cie.232, à Paris.

J’attends de savoir comment les associés de votre cousin ont réglé le marché des 40 millions de [palabra ilegible: cuir ?] que ce dernier l’est engagé de fournir aux Gouvernement à 3 livres la aune [palabra ilegible: correspondant ?]. Il faut être bien bête pour préférer de le donner à 56 sols à un particulier qui veut le revendre au Gouvernement 3 livres 5 sols. Votre cousin leur à écris qu’il les rendois responsable envers le Ministre de la non exécution du marché, et si vous les voyez, vous pouvez leur tenir le même langage. Il le fera puisqu’il n’a passé le marché que d’après leur ordre. Vous avez le marché et la procuration pour recevoir le montant des livraisons. J’attends de savoir où en est cette affaire. J’ai payé à temps votre mandat de 600 [francs]. Borel ne m’a pas encore payé les 147 [francs]. Votre compte est juste.

Urbain Jaume

[fo 109v.o]

Paris 8/11 avril 1793

F[ranç]ois Grognard et Urb[ain] Jaume

Aux citoyens Camille Pernon et Comp[agnie]

À Lyon

94

Carta 54 [1 h, fos 110-110v.o]

1793, abril, 19, París

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 110]

[A lápiz: 54]

Paris, 19 avril 1793

Camille Pernon et Cie.

Lyon

  • 233 Quizá Romain Baboin de la Barolière, «ancien négociant à Lyon, né à Saint-Romain-d’Albon, en 1765. (...)

Je viens de recevoir vos deux lettres du 2 et 8 mars passé que l’on m’a renvoyé de Madrid, mon absence de cette ville m’empêche de terminer avec Bubon o Babon233 pour la robe de linon.

Quant à la proposition que vous me faites de m’intéresser en compte à demi dans les traittes que vous avez fait sur Rigal, c’est une spéculation qui ne me convient pas attendre que par correspondance. Je ne puis pas faire sûrement les fonds à Rigal, étant à Madrid. J’aurois été pour la somme que vous auriez voulu ainsi vous annullerés cette opération du compte à ½ si vous l’y avez couché. Je pars dimanche au soir.

Grognard.

[fo 110v.o]

Paris, 19/22 avril 1793

Grognard

À Camille Pernon et Cie

À Lyon

Carta no conservada

  • 234 Falta el folio numerado como 111 o hay un salto en la numeración.

1793, junio, 12, [París]234

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

Citada en carta 55: «Je vous ai écrit le 1er janvier dernier, pour vous confirmer mes deux anciennes lettres des 12 et 28 juin 1793» (el subrayado es nuestro).

Carta no conservada

1793, junio, 28, [París]

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

Ciatada en carta 55: «Je vous ai écrit le 1er janvier dernier, pour vous confirmer mes deux anciennes lettres des 12 et 28 juin 1793» (el subrayado es nuestro).

Carta no conservada

1793, entre 9 de agosto y 9 de octubre

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

Citada en carta 58: «Vous faites aussi très bien de garder la lettre que je vous ai écrite dans le mois de [en blanco] après le siège de Lyon [levantamiento de Lyon contra la Convención nacional, 9 de agosto a 9 de octubre de 1793] et par laquelle je vous ai menacé de vous forcer à faire un acte de probité en signant et arrêtant nos comptes d’une manière ou d’autre, gardez-la bien, et revoyez-la de temps en en [sic] temps, elle vous rappellera que c’est la peur seule qui vous a déterminé à plus vous recréer en me faisant aller et venir chez vous inutilement et pour votre unique plaisir».

1795 [cartas 55 a 62]

Carta no conservada

1795, enero, 1, [Ginebra]

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

Citada en carta 55: «Je vous ai écrit le 1er janvier dernier».

Carta no conservada

1795, enero, 31, [Ginebra]

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

Ciatada en carta 58: «deux jours après avoir signé notre convention, le 10 Pluviose [29 de enero de 1795] j’écrivis à Rigal de tenir à votre disposition la moitié des fonds qu’il avait entre les mains et provenant de nos divers comptes».

Carta 55 [2 h, fos 112-113v.o]

1795, abril, 1, Ginebra

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

[fo 112]

[A lápiz: 55]

  • 235 Comunica la liquidación definitiva de sus negocios abandonados a comienzos de 1793. Reseñada por P (...)

Genève, le 1er avril 1795235

Louis Rigal de la Pradera

À Madrid

Je vous ai écrit le 1er février dernier pour vous confirmer mes deux anciennes lettres des 12 et 28 juin 1793, relativement à la liquidation de mes comptes à ½ et en participation avec Camille Pernon et comp[agnie]. Je suis toujours privé de vos nouvelles. Je désirerois cependant connoitre où en sont nos affaires.

  • 236 Camille Pernon emigró a Génova, donde se instaló en 1795 y fundó un establecimiento comercial: «Ca (...)

En attendant comme Camille Pernon est à Gênes236 où il se propose de faire un établissement, il pourroit être dans le cas d’avoir besoin de ses fonds, en conséquence et d’après quelques nouveaux arrangements que j’ai pris avec lui relativement à la liquidation définitive de nos affaires, vous pouvez tenir à sa disposition le tiers des sommes qui peuvent être entre vos mains pour notre compte ou qui peuvent vous rentrer de vos divers débiteurs. Les deux autres tiers doivent rester en vos mains tant pour la partie qui me revient que pour garantie réciproque, jusqu’à la liquidation définitive de nos affaires. Vous pouvés donc acquitter les traittes que Camille Pernon sera dans le cas de fournir sur vous et pour son compte particulier jusqu’à la concurrence du tiers des fonds en vos mains, pourvu toute fois que vous n’ayez pas acquitté aucune traitte de Camille Pernon sur les dits fonds [fo 112v.o] depuis le compte courant arrêté à Madrid le 28 janvier 1793.

J’observe que les 99 426 Réaux 21 Maravédis provenant de la vente de la partie des diamants n’entrant point dans notre compte à demi et que cette partie regarde seule Camille Pernon qui peut en disposer comme bon lui semblera, ainsi que vous le lui avez marqué par votre lettre du 25 mars.

  • 237 Paul Maystre et Compagnie, negociantes establecidos en Génova. «Les Maystre, grands négociants à G (...)

Je vous réitère ma prière de me donner de vos nouvelles en m’adressant vos lettres à Gênes sous l’enveloppe de Maytre [sic] et Compagnie négociant237.

F. Grognard.

  • 238 Canaille Gavarry, fabricante de jabones de Marsella; véase Bulletin officiel de la propriété indus (...)

Rappellez-moi aux souvenirs de Mr. Gavarry238 et de sa petite-fille, j’embrasse Gabriel.

[fo 113]

[En blanco]

[Marca de agua o filigrana: un ave].

[fo 113v.o]

M Grognard

Genève Le 1e Avril 1795

Carta 55 bis [2 h, fos 114-115v.o]

1795, abril, 1, Ginebra

Destinatario: Louis Rigal de la Pradera (Madrid).

[fo 114]

[A lápiz: 56]

  • 239 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 14, aunque fechada erróneamente el 10 de abril.

Genève, le 1er avril 1795239

Duplicata

Louis Rigal de la Pradera

À Madrid

Je vous ai écrit le 1er février dernier pour vous confirmer mes deux anciennes lettres des 12 et 28 juin 1793, relativement à la liquidation de mes comptes à ½ et en participation avec Camille Pernon et compagnie. Je suis toujours privé de vos nouvelles. Je désirerois cependant connoitre où en sont nos affaires.

En attendant comme Camille Pernon est à Gênes où il se propose de faire un établissement, il pourroit être dans le cas d’avoir besoin de ses fonds. En conséquence et d’après quelques nouveaux arrangements que j’ai pris avec lui relativement à la liquidation définitive de nos affaires, vous pouvés tenir à sa disposition le tiers des sommes qui peuvent être entre vos mains pour notre compte ou qui peuvent vous rentrer de nos divers débiteurs. Les deux autres tiers doivent rester en vos mains tant pour la partie qui me revient que pour garantie réciproque. Jusqu’à la liquidation définitive de nos affaires, vous pouvez donc acquitter les traittes que Camille Pernon sera dans le cas de fournir sur vous et pour son compte particulier jusqu’à la [fo 114v.o] concurrence du tiers des fonds en vos mains, pourvu toutes fois que vous n’ayez acquitté aucune traitte de Camille Pernon sur lesdits fonds depuis le compte courant arrêté à Madrid le 28 janvier 1793.

J’observe que les 99 426 Réaux 21 Maravédis provenant de la vente de la partie des diamants n’entrant point dans notre compte à demi et que cet objet regarde seul Camille Pernon qui peut en disposer comme bon lui semblera, ainsi que vous le lui avez marqué par votre lettre du 25 mars.

Je vous réitère ma prière de me donner de vos nouvelles en m’adressant vos lettres à Gênes sous l’enveloppe de Maytre [sic] et Compagnie négociant.

F. Grognard.

Rappellez-moi aux souvenirs de Mr. Gavarry et de sa petite-fille. J’embrasse Gabriel.

[fo 115]

[En blanco]

[fo 115v.o]

[En blanco]

Carta 56 [2 h, fos 116-117v.o]

1795, junio, 6, París

Destinatario: Citoyen Camille Pernon (Lyon).

[fo 116]

[A lápiz: 57]

  • 240 Reseñada por ibid., p. 11, con fecha errónea del 22 Prairial an 3. Citada por Gastinel-Coural, 198 (...)

Paris, 18 Prairial, l’an 3e240

Citoyen

Nous sommes au 18 Prairial [6 de junio] et j’ai le compromis que nous avons signé le 10 Pluviôse [29 de enero de 1795] dernier, il est dit que tous nos comptes seront vérifiés et arrêtés dans le courant du mois de Prairial.

À la même époque nous convînmes de plus / mais verbalement / que nous ferions adresser à Jaume tout de suite les papiers et comptes nécessaires pour examiner et régler nos affaires définitivement.

  • 241 «Alexis Grognard. Peintre Lyonnais. Premier et plus ancien professeur de notre École de peinture. (...)

J’écrivis aussitôt à mon frère Alexis241 de me faire passer les miens et vingt jours après je les reçu, ils m’ont coûté 102 livres de port.

J’ai rempli les engagements que j’ai pris tant par écrit que verbalement et vous vous êtes encore à remplir les vôtres.

J’étais si sûr de votre conduite à cet égard que j’écrivis sur la cheminé où Jaume au moment que nous signâmes le compromis, ces mots,

«Pernon manquera à ses engagements sous de vains prétextes, et j’en serai la dupe, Paris le 10 Pluviose [29 de enero], ces peu de mots existent encore».

Lorsque j’ai signé le compromis mon unique désir étoit de voir terminer tous nos débats, mais le vôtre n’avoit pour but que d’avoir la lettre que je vous ai remise pour Rigal, en la remettant à Jaume, je lui écrivit et je le préviens qu’aussitôt qu’elle seroit entre vos mains, je n’aurois plus d’espoir de voir terminer nos affaires et que vous continueriez à me promener et à me vexer, c’est une jouissance pour vous. [fo 116v.o] Si l’on trouve dans votre conduite à mon égard l’homme de bonne foi, l’on trouvera à coup sûr dans la même l’homme de mauvaise foi.

F. Grognard

[fo 117]

[En blanco. Trazas de la sombra de la fecha y la dirección del anverso siguiente]

[fo 117v.o]

Grognard, 18 Prairial

an 3, Paris

Au Citoyen

Camille Pernon nég[ociant]

À Lyon

23

Carta 57 [2 h, fos 118-119v.o]

1795, junio, 16, París

Destinatario: Citoyen Camille Pernon (Lyon).

[fo 118]

[A lápiz: 58]

Paris, le 28 Prairial l’an 3e

Citoyen

Depuis la lettre que je vous ai écrite le 18 dernier, je me suis occupé quelques instans [sic] de loisirs à régler par payement les extraits des comptes à ½ et comptes courants que vous m’avez remis en masse et que nous avons signé avant mon départ de Lyon.

Par le compte courant, je vois qu’il m’est dû

2pour solde en pâque --------------------- 1793 £. 3 177 livres 9 sols.

Et par celui que j’ai dressé je trouve

qu’il m’est dû pour solde à la même époque

sans y comprendre les réclamations que je

crois avoir droit de faire sur plusieurs

articles, la somme de --------------------- £. 33 521 livres 7 sols 3 deniers

Comme il peut se faire que j’aye fait quelques erreurs par la manière dont j’ai redressé ces comptes et que je suis très empressé à les relever, je vous prie de m’expédier tout de suite par la diligence ou par le courier ou par [mancha: une] occasion, tous les livres qui concernent mes comptes avec vous, afin que je puisse avec mon teneur de livres établir ces comptes sur les bases vraies qu’ils doivent avoir. Lorsqu’ils seroient fait je vous en [fo 118v.o] ferai passer une copie, en vous renvoyant tous les livres.

Je me flatte que vous pourrés par vous-même vous convaincre de la Justice de mes prétentions contre lesquelles vous êtes prévenu seulement par pure idée et aux quelles vous ne vous rendez pas par simple amour propre.

Ces mêmes comptes et les notes que j’y joindrai serviront à éclairer les arbitres qui seront chargés de terminer nos débats.

J’espérois de retourner à Lyon dans le courant du mois prochain, parce que j’avois tout lieu de croire que le Comité accepterai ma démission, que je viens de lui réitérer.

Pour réponse l’on vient encore de me charger d’un autre dépôt, de sorte que me voilà enfoncé dans les affaires plus que jamais.

F. Grognard

Je vous prie de me marquer en réponse si vous m’envoirai les livres que je vous demande tout de suite. Oui ou non, afin que je ne songe plus à nos affaires, que lorsque je serai entièrement libre, si vous n’acquiescés pas à ma demande

[fo 119]

[En blanco]

[fo 119v.o]

Grognard Paris

Le 28 Prairial an 3

Au Citoyen

Camille Pernon

Nég[ociant], maison de Baux

  • 242 «Terrain aux Broteaux, placé très-avantageusement, et à peu de distance du pont Morand ; il joint (...)

Quai du Rhône242

À Lyon

13

Carta 58 [3 h, fos 120-122v.o]

1795, junio, 24, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 120]

[A lápiz: 59]

Paris, le 6 Messidor l’an 3eme

Camille Pernon à Lyon

J’ai reçu votre lettre du 26 [14 de junio de 1795] du passé en réponse à la mienne du 18 [6 de junio de 1795] dit, à laquelle vous répondez vaguement comme à votre ordinaire. Présumant que vous n’avez pas gardé une copie de votre lettre, vous en trouverez une ci-jointe [tachado: une copie] que je crois convenable de remettre sous vos yeux pour que vous puissiez voir si j’y répond exactement.

Par ma susdite lettre du 18 Prairial [6 de junio de 1795, carta 56] je vous observois que nous étions au 18 dit et que nos comptes d’après notre convention signée le 10 Pluviôse [29 de enero de 1795] devoient être vérifiées et arrêtés dans tout le courant du dit mois de prairial. Je vous observois ensuite que vous vous étiés engagé à faire venir ici et tout de suite tous les livres qui concernoient nos affaires afin que Jaume pût d’après leur examen, juger si mes réclamations étoient justes ou mal fondées. J’avois pris le même engagement, je l’ai rempli et vous y avez manqué. Il est vrai que cet engagement réciproque n’a été que verbal et qu’il n’a pas été motivé sur notre convention, aussi dans votre réponse vous passé [palabra tachada e ilegible] silence cet objet intéressant de ma lettre, vous vous bornés seulement à me faire entendre que si j’eusse remis à Jaume la série de mes réclamations, il vous les auroit fait passer et vous y auriés répondu. Avec un peu de mémoire vous vous rappelleriez qu’une partie de ces réclamations vous est connue, que vous y avez même répondu et que Jaume en a eu connaissance pendant votre séjour ici, mais qu’il différera de porter son jugement jusqu’à ce qu’il eût vu les livres qui devoient constater les faits sur lesquels je fondais mes demandes. Cette observation vous paru si juste, que vous prêtez alors l’engagement le [fo 120v.o] plus formel (mais malheureusement toujours verbal) de ne plus vous occuper de mes réclamations ni de nos comptes, que lorsque Jaume les auroit rapproché des livres que vous deviez envoyer tout de suite, relisés notre convention signée le 10 Pluviose et vous verrés que nous promettons de nous en rapporter entièrement à son jugement. Notre convention signée a eut de votre part un autre but que celui de terminer nos affaires, il vous sera difficile de me persuader le contraire, votre manque de parole depuis contre tout ce que vous pourriez dire.

Quant à la lettre que j’ai écrite à Rigal et que Jaume vous a remise, vous la gardés dites-vous ? pour preuve que j’ai disposé de votre propriété, j’en suis bien aise elle prouvera aussi autre chose quand il sera temps.

  • 243 La compañía de Luis Rigal de la Pradera y el conde Miguel de Goyeneche se estableció en Málaga par (...)

En attendant vous noterés que deux jours après avoir signé notre convention, le 10 Pluviose [29 de enero de 1795] j’écrivis à Rigal de tenir à votre disposition la moitié des fonds qu’il avait entre les mains et provenant de nos divers comptes, c’est le Cit[oyen] Fulchiron qui a fait passer une lettre à Gênes pour la faire parvenir à Madrid. J’y joignis un duplicata pour Malaga243.

Vous noterez aussi que votre empressement trop marqué à avoir la copie de cet ordre me fit montrer quelques soupçons et c’est ce qui me fit différer de vous la remettre jusqu’au moment de votre départ, d’autant plus que selon votre dire, vous ne deviez en faire usage qu’à votre arrivée à Gênes, de plus j’étois bien aise aussi de voir si vous tiendriez votre parole de faire venir les livres dont nous étions convenus.

Votre manque de parole a prouvé que je n’avois pas eu tort d’en douter.

[fo 121]

D’un autre côté les sollicitations réitérées de Jaume / que je n’inculpe pas / pour avoir cette lettre pour Rigal, me fit naître encore l’idée de vous faire connaître pour vous-même, combien il est humiliant de valter un caprice d’un associé débiteur. Si vous avez été sensible à ma conduite dans ce moment-là, tant mieux, vous avez dû éprouver par vous-même les ennuis que vous me causé depuis que vous me promenez, pour terminer nos affaires.

Je reviens encore à la lettre pour Rigal que vous dites garder comme une preuve que j’ai disposée de votre propriété ; c’est dans ce mois de Juin 1773 que j’écrivis de Lyon à Rigal de ne pas disposer de nos fonds sans un ordre collectif de notre part. Pour quoi écrivis-je cette lettre ; c’est qu’à cette même époque vous retîntes réellement ma propriété entre vos mains / vous ne pouvez le nier, elle y est encore / en vous refusant de me compter ce qui me revenoit pour solde de mon compte courant et cela sous le vain prétexte que vous aviez des réclamations à faire contre moi que vous n’avez pas encore faites.

Je vais à mon tour vous faire une question. Qui de vous ou moi ait été le premier usurpateur et vexateur de nos propriétés, c’est ici où il faut consulter sa conscience et parler franchement.

  • 244 «Le 8 octobre 1793, Lyon avait soutenu 63 jours de siège» (Petit, Détail des troubles de Lyon, pp. (...)

Vous faites aussi très bien de garder la lettre que je vous ai écrite dans le mois de [en blanco] après le siège de Lyon244 et par laquelle je vous ai menacé de vous forcer à faire un acte de probité en signant et arrêtant nos comptes d’une manière ou d’autre. Gardez-la bien, et revoyez-la de temps en [fo 121v.o] en temps, elle vous rappellera que c’est la peur seule qui vous a déterminé à ne plus vous recréer en me faisant aller et venir chez vous inutilement et pour votre unique plaisir.

Enfin votre lettre du 25 passé termine par ces deux lignes, Quant à la bonne foi nos deux noms suffisent pour fixer l’opinion public, voilà encore de vos frases à interpréter. J’y répond cependant et je vous dis. L’acolade de mon nom au vôtre ne me flattera jamais, mais je serai très satisfait d’être présent au jugement que prononceroit cette même opinion publique que vous invoqués.

Croyés-moi, ne m’attaqués pas avec des frases parce que je me défendrai toujours avec des faits et la vérité ; celle-ci triomphe tôt ou tard, réfléchissez que nous ne combattons pas avec des armes égales.

Je termine en vous rappellant que l’égalité a été la base sur laquelle nous avons formé notre société, si vous continués à vous écarter de ce principe, vous pouvez être très sûr que je ne vous céderai pas une ligne de terrain, abbandonnez tout projet de domination sur moi, ou je me tiens constamment en garde et nos intérêts réciproques n’en irons pas mieux, c’est certain. Quant à moi j’aurai pleine satisfaction, ou je perdrai tout, voilà ma profession de foi.

Par ma lettre du 28 Prairial [16 de junio de 1795, carta 57] je vous ai prié de me faire passer tous les livres qui concernent nos comptes ; si vous ne voulez pas me les confier, adressés-les à un de vos amis et j’irai faire mes relevés chez lui.

D’après cette dernière proposition, expédiés-les ou gardés-les, la seule réponse que je vous demande [fo 122] c’est de me faire part de ce que vous déterminerés à cet égard. Votre réponse ou votre silence me décideront à suivre un des deux partis que j’ai arrêté définitivement pour voir la fin de nos débats.

F. Grognard

P. S.

Ma lettre est écrite depuis les premiers jours de ce mois, j’ai différé jusqu’à ce jour de la faire remettre à la poste dans l’espérance de recevoir réponse à celle que je vous ai écrite le 28 du passé [carta 57].

[Rubricado]

Paris, le 11 Messidor.

[fo 122v.o]

Paris, le 11 Messidor

L’an 3e [29 de junio de 1795]

F[ranç]ois Grognard

Au Citoyen Camille Pernon

À Lyon

Carta 59 [2 h, fos 125-126v.o]

1795, julio, 4, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 125]

[A lápiz: 61]

Paris, le 16 Messidor, l’an 3eme

Camille Pernon à Lyon

J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite le 6 courant par laquelle vous refusé de m’expédier les livres et papiers qui concernent nos affaires.

Votre refus n’est ni fondé, ni réfléchi, pour vous en convaincre vous devés lire l’article 5 de notre acte de Société et vous y verrez que vous vous êtes engagé à me les communiquer à ma première réquisition.

Pour vous tranquiliser sur les craintes que vous vous faites de les voir entre mes mains, je vous réitère l’observation que je vous ai faite de les expédier ici à un ami ou à un homme de confiance / au Cit[oyen] Lauss par exemple ou à tout autre / et j’irai chez lui faire les relevés nécessaires pour redresser nos comptes aussitôt qu’ils seront réglés comme je crois qu’ils doivent l’être. Je vous en ferai passer une copie, avec les notes nécessaires pour appuyer mes réclamations. Les frères Jaume ou autres que nous choisirons pour arbitres prononceront définitivement sur le tout.

[fo 125v.o]

C’est la dernière invitation que je vous fait et si vous ne vous y rendez pas, attendez-vous que je ne négligerai rien pour me mettre à l’abri de nouvelles vexations de votre part, il n’y aura rien que je ne sacrifice pour cela. Je crois qu’il n’est pas possible de vous parler avec plus de franchise.

F. Grognard.

P. S. Si vous éprouvés quelques tracasseries de ma part et que j’agisse envers vous sans ménagement, vous ne vous en plaindrez qu’à vous-même. Gardez cette lettre pour que vous puissiez vous rappeller de la parole que je vous donne et que je tiendrai.

[Rubricado]

[fo 126]

[En blanco]

[fo 126v.o]

Paris, le 16 Messidor [4 de julio]

L’an 3eme [1795]

F[ranç]ois Grognard

Au Citoyen Camille

Pernon

À Lyon

13

Carta 60 [1 h, fos 127-127v.o]

1795, julio, 12, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 127]

[A lápiz: 62]

Paris, le 24 Messidor, l’an 3e

Camille Pernon et Cie à Lyon

Sans attendre votre réponse à mes précédentes lettres, et pour vous prouver combien j’ai à cœur de terminer mes affaires avec vous, j’ai pris le parti de faire copier les comptes à demi et comptes courants que vous m’avés remis. Je vous les envois ci-joint avec une note d’observations générales sur ces mêmes comptes.

J’espère que lorsque vous l’aurez sous vos yeux et que vous les examinerez avec attention et sans prévention, vous ne pourrés disconvenir qu’il m’est impossible de les vérifier et de les régler par payement et de vous faire connoitre sur quel article portent mes diverses réclamations.

  • 245 Antoine Chalamel, fabricante de Lyon; véase Supplément du Mémoire et pièces justificatives pour Si (...)

Cette lettre vous sera remise par Chalamel245, mon homme de confiance, comme vous me l’avez répété tant de fois, afin qu’il puisse vous faire concevoir que ce n’est que votre caprice qui vous autorise à me refuser la communication de nos livres, et que votre refus n’est nullement fondé sur la justice et l’équité.

Je vous préviens encore que je fais dresser une procuration pour la faire passer à un honnête homme, afin de vous faire signifier juridiquement ma demande [fo 127v.o], si vous ne vous y rendés pas, ainsi que j’ai droit de l’attendre d’un homme de bonne foi.

Las et fatigué depuis trop longtemps par vos vexations, ne comptez sur aucun égard de ma part. Je vous l’ai dit et je vous le répète, une fois que j’aurois fais mes premières démarches juridiques contre vous, je ne quitterai plus cette route.

F. Grognard.

Carta 61 [2 h, fos 123-124v.o]

1795, agosto, 1, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 123]

[A lápiz: 60]

  • 246 Resolución de los asuntos en España, citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71.

Paris, 14 Thermidor l’an 3eme246

Camille Pernon à Lyon

Constant dans ma conduite régulière à votre égard, je crois devoir vous instruire que j’espère d’être envoyé à Madrid avec emploi et que je partirai aussitôt que j’en recevrai les ordres.

  • 247 «Les comités de salut public et de sûreté générale sont tenus de dénoncer à la Convention les agen (...)

Je dois aussi vous instruire que j’ai écrit par le comité de Salut public247 à tous nos débiteurs à Madrid de ne compter à qui que ce soit le montant de ce qu’ils nous doivent sans un ordre collectif de notre part, ou sur une procuration qui autorise l’un de nous à le faire.

Si vous voulez que je me charge de nos rentrées, envoyé-moi votre procuration à ce sujet.

La méfiance que vous n’avez cessé de me témoigner jusqu’à ce jour, m’a forcé à cette démarche, nos intérêts en souffriront, tant pis pour vous, quant à moi, j’ai résolu de tout perdre plutôt que d’être maîtrisé par vous.

[fo 123v.o]

Je ne crois pas qu’il soit possible d’agir avec vous avec plus de franchise. Vous pouvés à présent faire ce qui conviendra le mieux à vos intérêts, mais songés que vous ne gagnerés rien à vouloir continuer à me fatiguer.

F. Grognard

[fo 124]

[En blanco]

[fo124v.o]

Paris

Grognard 14 Messidor [2 de julio]

An 3 [1795] Remise sous

le même envelloppe que

celle du 18

Au Citoyen Camille Pernon

À Lyon

Carta 62 [1 h, fos 128-128v.o]

1795, agosto, 13, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 128]

[A lápiz: 63]

Paris, le 26 Thermidor, l’an 3e

Camille Pernon

L’arrivé d’un de mes frères qui vient d’Amérique, me détermine à partir pour Madrid plutôt que plus tard. Je vous en préviens afin que sans plus tarder vous me fassiez passer votre procuration pour faire le recouvrement de ce qui nous y est dû.

Je désire que vous vous expliquiez bien clairement sur la marche que je dois tenir afin que la suivant exactement nous n’augmentions pas la masse des difficultés que nous avons ensemble.

J’acquiescerai à ce que vous déterminerez si la justice, l’équité et la bonne foi sont la base sur laquelle vous établissez cette marche.

Si par le retour du courier, je ne reçois pas votre réponse, j’agirai par mes intérêts seulement. Je vous en préviens.

F. Grognard

[fo 128v.o]

Paris, 26 Thermidor, an 3e

Grognard

Au Citoyen

Camille Pernon

À Lyon

1796 [cartas 63 y 64]

Carta 63 [1 h, fos 129-129v.o]

1796, mayo, 24, París

Destinatario: Citoyen Camille Pernon (Lyon)

[fo129]

[A lápiz: 64]

Paris, le 5 Prairial, l’an 4

Le Cit[oyen] Pernon

Citoyen

Depuis 8 jours je cherche ma place dans une voiture pour Lyon, mes démarches jusqu’à ce jour ont été infructueuses, on m’en fait espérer une pour le 11 ou le 12 [30 y 31 de mayo]. Si l’on me manque de parole je me déciderai probablement à partir avec le courier.

Je vous fais part des motifs que [roto el papel] mon départ pour Lyon afin [roto el papel] si vos intérêts ne vous permettent [roto el papel] de m’attendre vous puissiez partir que [roto el papel] vous le jugerez convenable, par précaution je vous prie de me faire part à ce que vous déterminerez à cet égard, afin que je me conduise en conséquence.

F. Grognard

Je suis muni des lettres de recommandation nécessaires pour l’Embassadeur et autres, afin d’être aidé dans nos sollicitations pour la rentrée de nos fonds.

[fo 129v.o]

Le 11 [Prairial, l’an 4, es decir, 30 de mayo de 1796]

Pour répondre à votre lettre du 5 [24 de mayo] que j’ai recu hier au soir je vous préviens que j’ai compte toujours partir d’un du [sic] 20 au 25 courant pour l’Espagne, soit par Bayonne ou Barcelonne, par laquelle route j’ai une compagnie de voyage. J’ai reçu de Mr. Chalamel à mon arrivée tous nos livres communs et papiers afin qu’il pus travailler de suitte au redressement de nos comptes s’il y a lieu.

J’ai reçu une lettre de Mr. Jaume qui me paroit encore incertain sur sa venue s’il a pas ou s’il acceptera une office de notaire qu’il lui est présenté mon frère, qui part me dit il [tachado: sache]

Vous verrez avec mon frère qui part le partit qui me convient le mieux. J’attend Urbain d’après cela informerai.

Au Citoyen Camile Pernon

Nég[ocian]t

À Lyon

Carta 64 [1 h, fos 144-144v.o]

1796, junio, 7, París

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

  • 248 La numeración del manuscrito se salta el fo 143.

[fo 144]248

[A lápiz: 72]

Paris 19 Prairial l’an [4]

Citoyen

Je vous préviens que je pars demain en poste pour me rendre à Lyon, aucune affaire ne m’y appellant, vous pouvez disposer notre départ pour deux fois 24 heures après mon arrivée.

Salut

F. Grognard

Clle. Pernon et Cie

À Lyon

[fo 144v.o]

Le 19 Prairial [8 de junio] Paris

L’an 4eme [1801]

Grognard

Au Citoyen

Camille Pernon

Quai du Rhône

À Lyon

20

1797 [cartas 65 y 66]

Carta 65 [2 h, fos 130-131v.o]

1797, mayo, 16, París

Destinatario: [François-Thomas Jaume (Lyon)].

[fo 130]

[A lápiz: 65]

  • 249 Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71.

Paris le 27 Floréal l’an 5249

Mon ami [François-Thomas Jaume]

En réponse à ta lettre du 21 courant que je viens de recevoir, je persiste dans la demande que j’ai faite de la somme de 5 000 livres numéraire pour solde de tout compte avec Pernon, selon ma manière de voir c’est du numéraire et non des assignats qu’il me doit, ce n’est pas par la différence de l’assignat au numéraire que je vois ainsi.

  • 250 Los hermanos Joseph y Aimé-Gabriel Fulchiron fueron banqueros lioneses establecidos a un tiempo en (...)

Pernon a donné ordre à Mr. Fulchiron et Cie.250, le 22 Vendémiaire l’an 3 [13 de octubre de 1794] de me créditter de 3 177 livres 19 sols, solde de mon compte courant arrêté et signé. Si j’eusse consenti à cette opération il n’y a pas de doute que Pernon ne me devrait plus rien, sinon le montant de mes réclamations, si elles n’étoient allouées de bonne volonté ou par justice.

La mémoire de Pernon est encore en défaut dans [l’] affaire qui seroit à son avantage. J’en conviens mieux qu’il relise la lettre que je lui ai écrite à ce sujet, il se convaincra que c’est un rêve qu’il a fait, dailleurs mes comptes en assignats chez Fulchiron sont réglés et soldés et cet article ne s’y trouve point [fo 130v.o] à moins que ce ne soit porté dans un ami en compte chez lui où il portoit les recettes de mes rentes et qui n’est pas encore réglé parce que cela n’en vaut pas la peine.

  • 251 Simon Bellocq, vendedor ambulante. «Béarnais, arrive en Normandie, marchand ambulant […] il s’étab (...)

Quant à l’article de 870 livres 14 sols montant des marchandises saisies chez Bellocq251, je dois convenir que cette somme ne peut entrer dans mon compte courant, puisque Mr Peyron, l’honnête homme, s’oppose à ce que cet objet soit reporté au compte en participation, c’est ce qui sera jugé par un tiers.

Lorsque j’ai fait la proposition de me contenter de 5 000 livres pour solde de mon compte avec Pernon, j’y ai bien réfléchi et j’ai cru lui prouver par mon désintéressement le désir que j’avois de terminer avec lui d’une manière qui peut nous faire oublier nos torts réciproque / pour me servir de ton expression contenue dans une des lettres que tu m’a fait l’amitié de m’écrire / mais je vois que je me suis encore trompé, c’est un malheur et comme je vois aussi que les difficultés nouvelles s’élèvent, je renonce à terminer cette affaire pour le moment et je te prie de ne plus [fo 131] m’en parler. Peut-être qu’un jour la mémoire reviendra à Pernon et qu’il additionnera le montant des peines, des chagrins, des souffrances, sans compter les pertes considérables que j’ai éprouvé par sa faute ou par suite de ses tracasseries, peut-être qu’alors il se rendra justice, et que la reconnoissance lui parlera en ma faveur et si jamais il réprouve ce sentiment, tant pis pour lui.

Fais un paquet de tous mes papiers, met-les dans un coin et ne me parle plus de cette maudite affaire.

Soyons de Bonne foi, si Pernon ne m’avoit pas dû le solde de mon compte courant, Est-ce que le montant de mes réclamations sujettes encore à la décision d’un arbitre, valoit la peine de faire le travail que j’ai fait pour redresser mes comptes et encore moins la peine et le temps que tu as employé pour le vérifier et en rétablir un autre.

En deux mots, Pernon brûle de se débarrasser de moi pour toujours et il veut en conséquence acrocher de moi le plus qu’il pourra, ne croyant pas me devoir le moindre égard. Voilà la vérité découverte, tu peux la considérer en détail.

[fo 131v.o]

Adieu. Je suis mortifié de toute la peine que cette affaire doit te donner, je désire qu’elle me serve à présent de motifs pour que je ne me lie plus avec Pernon individuellement, quelque envie que je pu en avoir pour la suite.

Ton ami

F. Grognard.

Carta 66 [2 h, fos 132-133]

1797, mayo, 17, París

Destinatario: François Thomas Jaume (Lyon).

[fo 132]

[A lápiz: 66]

  • 252 Graves diferencias entre Grognard y Pernon. Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71, aunque equivo (...)

Paris le 28 Floréal l’an 5252

Mon ami [François Thomas Jaume]

Je viens de chez Fulchiron et Cie., avec ton frère [Urbain Jaume], nous avons vu que dans un ancien Cte. [compte] qu’ils m’avoient ouvert sur leurs livres le 22 vendémiaire l’an 4 [14 de octubre de 1795], ils ont porté du compte du Pernon au crédit du mien la somme de 3 177 livres 19 sols. Je leur ai fait remarquer qu’ils ne m’avoient jamais donné avis de cette opération, ils m’ont répondu qu’étant à cette époque l’un et l’autre à Paris, ils étoient persuadé que c’étoit une affaire reconnue entre nous deux.

Le 27 vendémiaire an 4 [19 de octubre de 1795] Pernon m’écrivit un billet par lequel il me disoit de lui marquer si j’acceptois la remise de fonds qu’il avoit fait à Fulchiron pour mon compte.

Le 30 vendémiaire [22 de octubre] en réponse je lui marquai que je ne l’accepterai qu’autant que je mettrai cette somme de 3 177 livres 19 sols dans un dépôt public pour être remise à qui il appartiendroit après le règlement définitif de nos comptes. À cette lettre qui lui fut remise par Mr. Lauss avec une autre lettre qu’il avoit écrite à Louis Rigal et où je mis une apostille, il ne fit point de réponse et les choses [fo 132v.o] en sont resté dans cette situation jusqu’à ce jour.

Une chose à observer, et qui devrait me surprendre si je ne connoissois pas le défaut de mémoire de Pernon, c’est qu’en réglant et soldant son compte d’assignats avec Fulchiron, il n’ait pas fait, d’après ma lettre, contrepasser à ce crédit de son compte les 3 177 livres 19 sols qui sont porté à son débit.

Pernon se rappellera peut-être qu’il avoit pareillement remit cette même somme en assignats à ton frère, prière de m’engager à la recevoir que je la refusai pareillement et qu’il la lui rendit au bout de 14 jours à 3 semaines.

D’après tout cela tu penseras et tu diras tout ce que tu voudras. Quant à moi, je sens qu’il est vraiment fatiguant de voir qu’un moment où je croyois tous mes débats avec Pernon terminés et que je me faisois déjà un plaisir d’oublier le passé de quelque côté que viennent les torts ; Pernon élève de nouvelles difficultés qui seront interminables car je suis la [sic] de perdre de tout côté.

Comme je saisis de dire et faire connoitre la vérité, j’ai communiqué à ton frère la lettre [fo 133] que Pernon m’écrivit le 27 vendémiaire [19 de octubre] et la réponse que je lui fit [sic] le 30 du même mois. Je ne cherche point à me prévaloir d’aucune circonstance favorable ou défavorable à mes intérêts.

Ton frère t’écrira à ce sujet ce qu’il voudra, quant à moi je suis sûr et plus que sûr de tout cela et il me tarde bien de ne plus m’en occuper car cela me fait passer de trop mauvais quart d’heure et que cela nuit réellement à mes affaires.

Ton ami

F. Grognard

[fo 133v.o]

Au citoyen

  • 253 François-Thomas Jaume (Toulon, 1750-1800), abogado y diputado del Tercer Estado «a third-estate de (...)

François Thomas Jaume253

Chez Clle. Pernon et Cie.

À Lyon

1800 [carta 67 y 68]

Carta 67 [2 h, fos 134-135v.o]

1800, julio, 31, París

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 134]

[A lápiz: 67]

Paris le 12 Thermidor an 8

Camille Pernon et Cie.

Lyon

F. Grognard

Copie de l’obligation du

Prince Masserano

Citoyens

Vous trouverez ci-jointe copie de l’obligation de 12 465 francs que m’a fait le Prince de Masserano pour les 6 253 livres 1 sol qu’il restoit nous devoir et les intérêts échus et à échoir payable

Savoir

Le 3 thermidor an 9 [22 de julio de 1801] ------------- 6061 francs
Le 3 thermidor an 10 [22 de julio de 1802] ----------- 6404 [francs]
  12 465 [francs]

J’avois pensé de faire faire deux copies de cette obligation et de vous y faire au-bas une reconnaissance par laquelle j’aurois reconnu que la moitié de cette somme vous appartenoit, en m’engageant à vous compter votre portion à mesure de rentrée, mais je préfère que ce soit vous qui la motiviez comme vous le jugerez à propos, vous les ferez faire sur papier timbré, vous me les ferez passer et j’en signerai [fo 134v.o] une que je vous renvoirai.

J’ai débité votre compte de 95 francs et 9 centimes, pour votre ½ des frais que j’ai fais pour l’enregistrements, assignations et honnoraires à l’avoué que j’ai occupé dans cette affaire.

Le Prince de Masserano a exigé que je lui rendisse, en lui remettant son compte général acquité, toute sa correspondance et pièces relatives à cette affaire, je lui remis le tout.

Mon intention étant de réaliser si je le puis le montant de cette obligation, marqués-moi quel sacrifice vous voulez faire si vous pensez de même, il seroit possible que je pus en traitter avec le Comte Philiponi ou avec l’homme d’affaires de Mr. de Belthusse.

Je pense que vous apperceverez tout ce que j’ai fais pour nous assurer cette créance, le titre dont je me suis servi pour actioner le Prince de Masserano quoique bon en apparance, pouvoit avec un peu de réflexion être contesté et surtout ma qualité de seul [fo 135] créancier. C’est à ce titre et à l’assurance que j’avois donné à l’Embassadeur d’Espagne que je ne négligerois rien pour donner à mes poursuites la plus grande publicité que je crois devoir la conclusion de cette affaire.

Si vous êtes dans le cas de voir ou de correspondre avec le Prince [Masserano], vous pourrez lui dire avec vérité que vous n’avez jamais eu reconoissance de la manière vigoureuse avec laquelle je l’ai mené. Dans toutes les discussions votre nom n’a jamais été prononcé.

[línea tachada]

Jusqu’à ce que mes procès soient terminé je ne prendrai pas de domicile à Paris, j’y resterai avec mon passeport, cette position très désagréable me privera de l’avantage de pouvoir vous être utile dans les petites recettes et payements que vous seriez dans le cas de faire à Paris.

Salut et amitié

F Grognard

Je pense que notre ami Jaume sera actuellement aux eaux, j’apprendrai avec plaisir qu’il en sera revenu avec un entier rétablissement.

[fo 135v.o]

La Position [tachado]

  • 254 Auguste-Stanislas-Machabée Générelly (Lyon, 1777 – d. 1824), dibujante, con domicilio en la rue Ne (...)
  • 255 Anne-Sophie Générelly (1783-1864), hermana de Auguste-Stanislas-Machabée Générally, casada el 18 d (...)

Generelly254 n’étant pas encore placé avantageusement il ne peut plus faire passer à sa sœur Sophie255 15 livres par mois. Je vous prie de suspendre ce payement jusqu’à nouvel ordre.

Carta 68 [2 h, fos 136-137v.o]

1800, diciembre, 6, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 136]

[A lápiz: 68]

Paris 15 Frimaire an 9

Mr. Clle. Pernon

Lyon

Monsieur

J’ai appris avec plaisir que vous avés fait personelement un bon voyage.

  • 256 Podría tratarse de Pierre Gouvy, hijo de Pierre-Joseph Gouvy (1715 – d. 1765), que obtuvo el 15 de (...)

Je compte partir dans la décade prochaine pour Metz [departamento de Mosela], Sarrebruck [en 1793 tomada por las tropas revolucionarias francesas hasta 1815, estado del Sarre], Thionville [departamento de Mosela] et Trèves [situada en Mosela] où je suis obligé d’aller pour me faire payer des 25 000 francs que me doit Mr. Gouvy256.

  • 257 «Rue de l’Epine-Guiet. Barrio del Palais-Royal. Ancien nom de la rue de la Sourdière» (Hurtaut, Di (...)

Si je je [sic] puis vous y être de quelque utilité, adressés-moi vos commissions chez mon frère, Rue l’Epyne nº 369 à Paris257, il me les fera passer si je suis déjà parti.

  • 258 Jouty et fils eran agentes de cambio, banca y mercancías, establecidos en la place des Carmes de L (...)

J’ai tiré sur vous divers mandats que je vous prie d’acquitter et d’en débiter mon compte, vous pouvez vous en rembourser sur Mr. Jouty258 à qui j’ai remis mon portefeuille, s’il est possible que vous ne fournissiez vos traittes que pour le 19 Nivose [9 de enero de 1801] prochain, cela me feroit plaisir parce que c’est à cette époque que je reçois mes rentes du mois.

[fo 136v.o]

Remis un mandat à mon frère Alexis   33.12
Id -------------------- à ma sœur ---------- 100
Id -------------------- Id -------------------- 100
Id -------------------- Id -------------------- 50
    283.12 [francs]

Si j’ai le bonheur de recevoir mes 25 000 francs ou de m’en faire assurer le remboursement à diverses époques, je m’occuperai à mon retour de notre projet de former ici un petit dépôt de vos divers objets.

Je vous salue amicalement

F. Grognard

  • 259 Dos calles con el mismo nombre quedaron registradas en dos barrios distintos de París: «Rue l’Evêq (...)

Rue l’Évêque nº 369259

À Paris

[fo 137]

[en blanco]

[fo 137v.o]

Paris 15 Frimaire [6 de diciembre]

an 9 [1800]

F[ranç]ois. Grognard

Au Citoyen Clle. Pernon

Nég[ocian]t.

À Lyon

1801 [carta 69 a 74]

Carta 69 [fos 138-139v.o]

1801, enero, 2, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 138]

[A lápiz: 69]

  • 260 Citada por Gastinel-Coural, 1988, pp. 71-72; Miller, 2015, p. 235.

Paris 12 Nivose an 9 Paris260

12 Nivose an 9 [1801]

Grognard

Clle. Pernon

À Lyon

R[eçu] le 18 [palabra ilegible: mures ?] cy-joint

Monsieur

Mon voyage à Sarrebruck n’aura pas lieu suivant toute apparence, parce que Mr. Gouvy a commencé à faire des propositions pour me rembourser les 25 000 livres que je lui ai confié.

Depuis le 1e de ce mois, je me suis occupé sérieusement de notre projet de former ici un dépôt des échantillons de votre manufacture d’Étofe de soye et de celle de papiers peints.

Je suis à la recherche d’un appartement convenant à cet objet et qu’il soit dans une rue [de] passage et à la proximité des affaires.

Je pense que cet appartement doit être composé d’une antichambre, cuisine, salle à manger et chambre à coucher pour moi. Une grande pièce pour servir de sallon d’exposition ou magasin de vente, une remise fermée pour entreposer les marchandises en ballots, plus une chambre à coucher pour vous, afin qu’en venant à Paris vous soyez comme chez vous et dans votre magasin.

Cet appartement devant être à un premier étage ou un rez-de-chaussé coûtera de 15 à 1 800 livres de [fo 138v.o] de [sic] loyer par an, les impositions iront de 300 à 400 livres plus une patente qui sera peu de chose.

J’ai les meubles, tables, bureaux et autres objets nécessaires pour le magasin, s’il ne se trouve pas dans le sallon des placards il faudra acheter deux armoires pour renfermer les échantillons et marchandises, ce sallon sera disposé et décoré d’une manière convenable à faire valoir les objets à vendre ou à obtenir des commissions sur échantillons.

Je ne louerai cet appartement que pour un an si je puis et au plus pour le terme de trois ans, sauf de le relouer si l’expérience nous prouve que ce projet n’est qu’un château en Espagne.

Vous me ferez passer tous vos échantillons les mieux conditionnés que vous pourrez, ainsi que ceux des autres objets que vous croirez convenables de se charger et qui peuvent servir à l’ameublement.

Quant à moi j’aurai à voir dans le début

les Architectes Les Gens Riches
Les Tapissiers Les Embassadeurs et Ministres
Les Marchands de meubles et les Négociants étrangers

Voilà mes premières idées, joignez-y les vôtres.

[fo 139]

Et si vous croyez que cet établissement puisse être avantageux faite-moi réponse le plutôt possible, parce que dans 8 à 10 jours l’on commence à annoncer et mettre les écriteaux des appartements à louer, ce n’est pas une chose aisée à trouver.

J’en juge par les courses que j’ai déjà faite.

Quant à la division des bénéfices [tachado: ou pertes] nous les réglerons lorsque l’expérience nous aura prouvé que cet établissement est susceptible d’en donner et comme il seroit possible qu’il ne produisit rien, je désire de ne pas courir seul la chance d’en faire les premiers frais.

Je vous propose donc d’entrer pour moitié dans les frais annuels du loyer et impositions ainsi que dans les autres mêmes frais indispensables, déduction faite cependant de ce qu’il m’en coûteroit pour mon loyer et impositions personnelles.

Je pense que pour former cet établissement c’est un sacrifice de 12 à 1500 francs que nous devons faire chacun pour un an d’épreuve au bout duquel nous relouerons l’appartement sur lequel il pourra y avoir un sacrifice à faire pour s’en débarasser tout de suite.

[fo 139v.o]

Mr. Generelly et ses enfants venant à Paris pour s’y fixer, je pourrois me réunir à elles pour ne faire qu’un seul ménage.

Les Dlles. [demoiselles] pourront servir de commis intérieurs, tandis que je ferai les affaires extérieure. De cette manière il y aura toujours du monde au magasin pour répondre au public.

  • 261 «Juan de Irigoiti, cirujano, ayudante mayor que fue en los Ejércitos de S. M., individuo Profesor (...)

Ci-inclus une lettre que m’a remis Mr. Yrigoity261, chirurgien de la Reine d’Espagne, avec prière de vous la faire passer pour la remettre à son adresse, et réclamer les bons qu’il demande. Il m’a chargé de vous dire de me les adresser par la 1ere occasion, n’ayant pas voulu le mettre dans sa lettre.

Je vous salue amicalement

F. Grognard

  • 262 El altozano conocido como «butte des Moulins», coronado por un solo molino y dominando la Puerta d (...)

Rue l’Évêque Butte des Moulins262

Nº 369 Maison du Sayumier

Réponse le plutôt

possible

Carta 70 [2 h, fos 140-141v.o]

1801, enero, 19, París

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 140]

[A lápiz: 70]

  • 263 Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71, da la fecha errónea de diciembre de 1800; Miller, 2015, p (...)

Paris 29 Nivose an 9 Paris263

Clle. Pernon

Lyon

Monsieur

J’ai reçu la lettre que vous m’avez fait l’amitié de m’écrire le 18 courant par laquelle vous me marquez que vous n’êtes pas d’avis de réaliser pour le moment le projet que vous m’aviez proposé pendant votre dernier séjour en cette ville, j’ai suspendu en conséquence mes recherches pour trouver un appartement convenable à cet objet.

J’attendrai votre arrivée que vous m’annoncez sous peu de jours, pour en reparler et me décider à m’occuper à quelque autre chose.

Mr. Yrigoity qui est sur son départ pour retourner chez lui, m’a chargé de vous prier, dans le cas où vous différeriez votre voyage, de lui faire passer tout de suite les bons que vous avez dû retirer de chez Mr. Cramaille, le moment est [fo 140v.o] favorable pour les vendre, l’argent qu’il en retireroit lui feroit grand plaisir, surtout s’il pouvoit le recevoir avant son départ.

  • 264 Quizá el capitán Nicolás-Thomas Baudin (1754-1803), marino, oficial naval, explorador, cartógrafo, (...)
  • 265 Quizá el general Marc-Nicolas-Louis Pécheux (1769-1831), general de la Revolución y del Imperio.

J’ai été chez Mr. Baudin264 qui vous attend avec impatience. Le Pecheux265 ne recevant pas de vos nouvelles pense que vous lui apporterez vous-même réponse à ses lettres.

Je vous salue amicalement

F. Grognard

Rue l’Evêque Nº 369

Butte des Moulins

Je vous prie de

faire remettre à

Mlle Generelly la

lettre cy-incluse

[fo 141]

[en blanco]

[fo 141v.o]

Paris 29 Nivose

an 9

F[ranç]ois. Grognard

Au Citoyen Clle. Pernon

négociant

À Lyon

18

Carta 71 [1 h, fos 142-142v.o]

1801, marzo, 9, Metz

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 142]

[A lápiz: 71]

Metz le 18 Ventose an 9

Clle. Pernon et Cie

Lyon

  • 266 Podría tratarse de Nicole Le Guay d’Oliva (1761-1789), «une jolie demoiselle du monde, la d’Oliva  (...)

J’ai reçu la lettre que vous m’avez fait l’amitié de m’écrire le 5 courant [24 de febrero] par laquelle vous me marquez que ma remise de 300 francs sur Mlle. Ss Oliva266 n’a pas été payé. Au reçu de la présente obligez-moi de la faire représenter et si elle n’est pas payée de suite je vous prie de la faire protester et d’en faire le retour sur mon frère Benoit Grognard, ingénieur de la Marine, Rue l’Evêque, Butte des Moulins Nº 369, faisant suivre vos frais etc etc. Je charge mon frère par ce courier de la payer à présentation.

Je vous salue amicalement

F. Grognard

[fo 142v.o]

Metz 18 Ventose [9 de marzo]

An 9 [1801]

F[ranç]ois Grognard

Aux Citoyens

Camille Pernon et Cie

Négociants

À Lyon

24

Carta 72 [2 h, fos 145-146v.o]

1801, julio, 25, París

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 145]

[A lápiz: 73]

Paris 6 Thermidor an 9

Clle. Pernon et Cie.

Lyon

J’ai reçu la lettre que vous m’avez écrite le 29 Messidor dernier [18 de julio].

En réponse à cette lettre je vous donne avis que j’ai fait passer le 9 Messidor [28 de junio] à Mr Charles François Vegezzy et Cie à Turin une procuration et l’obligation de 12 465 francs légalisés par toutes les autorités nécessaires. Je leur ai donné ordre de recevoir le premier payement montant à 6 061 francs à défaut de faire faire en cas de non payement toutes les formalités et actes nécessaires et de me renvoyer le tout en bonne forme.

J’ai écrit en même temps à deux maisons à Turin pour les prier de savoir s’il est besoin à Mr Charles F. Veggezzy et Cie., pour que cette affaire ne traîne pas. J’attends leur réponse.

Je vous salue amicalement

F. Grognard

T. S. V. P.

[fo 145v.o]

[Pegada una pequeña nota]:

Je compte assez sur votre amitié et sur votre discrétion pour me sauver la somme qui doit me revenir ainsi que celles qui pourroient vous rentrer de nos anciens débiteurs.

Si je quitte Paris je passerai à Lyon.

[fo 146]

  • 267 Es probable que se trate de la casa de crédito regentada en 1795 por François Devismes de Amiens; (...)

Urbain Jaume [laguna de papel, el fragmento ha sido pegado en el margen inferior de la carta: vous] aura peut-être instruit que j’avois perdu complètement mon procès contre la Compagnie Devismes267.

  • 268 También conocido como Tribunal de la Conservation de Lyon, con jurisdicción para el comercio y las (...)

Le Tribunal de Commerce268 m’a déclaré associé primitif de cette infernale compagnie et responsable de tous les engagemens qu’elle a pris, même pour ceux qui sont clandestins et condamnés par contrainte par corps.

Dans cette abominable position je n’ai que deux partis à prendre, celui de m’expatrier ou de faire abandon de ce que je possède, mon parti a cet égare n’est pas encore pris.

En attendant pour ne pas compromettre vos intérêts, je viens de vous faire un transport de l’obligation de 12 465 francs dont je vous ferai passer l’expédition lorsque le notaire me l’aura remise.

  • 269 El Hôtel de Masserano, situado en 11 rue de Masserano, fue construido en 1787 por Alexandre-Théodo (...)

En réponse faites-moi passer votre procuration en blanc pour la remettre à l’avoué que je chargerai de poursuivre l’expropriation de la maison du Prince de Masserano269 s’il ne paye pas.

[Rubricado]

[pegado fragmento de papel que falta de la parte superior de la carta, donde se lee el pronombre vous]

[fo 146v.o]

6 Thermidor an

9 [25 de julio de 1801] Paris

F[ranç]ois Grognard

Au Citoyen Clle Pernon

À Lyon

Carta 73 [1 h, fos 147-147v.o]

1801, agosto, 16, Souppes

Destinatario: Camille Pernon (Lyon).

[fo 147]

[A lápiz: 74]

Soupes 28 Thermidor

An 9 [1801]

Ré[ponse] Le 4er Fructidor an 9 [22 de agosto de 1801]

Clle. Pernon

À Lyon

Monsieur

Mon frère m’écris de Paris qu’il a reçu de Turin une lettre de change de 6 000 livres sur Paris payable le 23 Fructidor prochain [10 de septiembre] provenant du Prince de Masserano.

Je lui ai marqué de la remettre à Jouty pour en exiger le payement et en tenir la moitié à votre disposition.

Vous aurés à me tenir compte de la moitié des frais que j’ai fais et de la commission de mon correspondant de Turin.

Je vous écris sur la route de Lyon où je me rendrai [tachado: aussitôt] si le Tribunal d’appel confirme le jugement du Tribunal de Commerce. Je vais errer dans ces cantons jusqu’à ce moment.

  • 270 Director de la manufactura de acero y limas de Souppes, distrito de Nemours, departamento de Seine (...)
  • 271 «La manufacture de Souppes, anciennement établie, avait toujours langui jusqu’à ce moment ; les en (...)

Si vous avés quelque chose à me marquer vous pouvés m’écrire ici chez Mde. Goiral270 à la manufacture d’acier à Soupes271, département de Seine-et-Marne.

[al margen: ou à mon frère [Benoît] Grognard du Justin, ingénieur de la Marine, rue l’Evêque Nº369, Butte des Moulins à Paris].

Je vous salue amicalement.

F. Grognard

[fo 147v.o]

Paris 28 Thermidor an 9 [16 de agosto de 1801]

M. Grognard

R. le 24 Fructidor an 9 [11 de septiembre de 1801]

Au Citoyen Clle. Pernon

nég[ocian]t

À Lyon

[Estampillado: 73 SOUPES]

Carta 74 [2 h, fos 149-150v.o]

  • 272 En el manuscrito falta el fo 148, salta del 147 al 149.

1801, septiembre, 11, París272

Destinatario: Camille Pernon y compañía (Lyon).

[fo 149]

[A lápiz: 75]

Paris 24 Fructidor an 9

Grognard

[otra mano posterior: 11 septembre 1801]

Clle. Pernon et Cie.

Lyon

Messieurs

Vous aurez appris par Urbain Jaume que j’ai gagné complètement mon procès contre les escros composant la Compagnie Devismes, il était temps de le gagner, l’ayant déjà perdu à trois tribunaux.

Cette malheureuse affaire me coûte 30 000 francs quoique ce soit une fortune dans ce moment ce n’est rien en comparaison des peines et des ennuis que j’éprouve depuis trois ans que je ne puis rien entreprendre ni acquérir et de me voir surtout forcé à m’expatrier pour ma tranquilité.

Je puis à présent vous réitérer mes offres de service pour tous de dont vous pourrés avoir besoin à Paris.

J’ai reçu de Madrid quelques échantillons qui joint à ceux que vous pourrez me faire passer pourront me mettre à même de vous chercher quelques commissions en ameublement, si votre intention est d’entreprendre quelque chose avec Paris.

  • 273 Joseph Fulchiron (1744-1831) y su mujer, Paule-Claudine Aulagnier.
  • 274 Juliette Récamier (Lyon, 1777 – París, 1849) casó en 1793, a los 15 años de edad, con el financier (...)

Mrs. et Mdes. Fulchiron273, Récamier274, et autres à qui j’ai été faire part du gain de mon procès m’ont promis de me procurer quelque occupations qui puissent me mettre un peu plus dans l’aisance que je ne le suis.

[fo 149v.o]

J’ai reçu de Mr. [Charles-François] Veggezzy et Cie de Turin pour le 1er payement de l’obligation du Prince de Masseran

la somme de 6 061 francs en 6 136 livres 15 sols 3 deniers
Sur lesquels ils ont déduit pour
leur provission et frais

30 livres 15 sols 3 deniers
Reste = 6 106 livres

Dont vous pouvez vous prévaloir pour votre moitié de la somme de 3 053 livres sur Mr. Jouty qui les tient à votre disposition.

Vous me ferez le plaisir de lui marquer en même temps de me compter pour la moitié des frais que j’ai fais la somme de 121 livres 15 sols ce qui soldera nos comptes pour cette année.

En réponse renvoyez-moi la reconnoissance que je vous ai fait passer constatant que la moitié de l’obligation du Prince de Masseran vous appartenoit et remettezmoi en même temps une reconnoissance que sur les 6 404 francs qui reste à recevoir de cette obligation dont je vous ai fait un transfert, la moitié m’appartient et que vous m’en tiendrés compte lorsque vous les recevrez.

[fo 150]

Mr. votre cousin est sorti de chez Mr Thesseremy parce qu’il trouvoit que l’on n’y apprenoit rien du tout, je ne sais pas s’il est placé ailleurs.

 

Je vous salue amicalement.

F. Grognard

Réponse

Je me suis prévalu sur Jouty de 3 035 [livres] qui me revienne du payement du P. Masseran.

Je vous envoy la [palabra ilegible: declaration ?] que vouz m’avez fais passer.

Je vois par votre lettre que sans doute par erreur que vous me débitez de 121 [livres] [pour] frais. Je vous ai tenu compte dans le tems de ceux que vous avez fais pour assurer notre créance suivant votre Compte arrêtée le 21 que je vois que le corresp. de [palabra ilegible] a retenu 30 livres 15 sols 3 deniers pour sa provision

  • 275 Probablemente François Saint-Olive, arrendador y negociante, con domicilio en la calle Puits-Gaill (...)

De la citoyenne Olive275

Frais de protes [sic]--5 livres 75 sols

J’attends le retour de mon associé pour convenir sur ce que nous convienne de faire relativement [palabra ilegible: acdr.pro ?]

[fo 150v.o]

Au Citoyen Clle. Pernon

Nég[ocian]t

À Lyon

12

Notes

1 La ciudad era sede del principal puerto comercial del Mediterráneo, considerado «un centre commun où toutes les nations se rendent avec les productions propres» (Fouquet, Histoire raisonnée du Commerce de Marseille, p. 376). Sobre la historia de Marsella, su expansión comercial en el siglo xviii y las actividades económicas de su puerto, véanse Buti, 2012 y Blondy, 2013, p. 4.

2 El contrato de sociedad firmado entre el fabricante de sedas Camille Pernon (Lyon, 1753 – Sainte-Foy-Lès-Lyon, 1808) y François Grognard, no localizado por Poidebard y Chatel, es citado en esta correspondencia en la carta 42 como «notre acte de société». Camille Pernon, Peyron et Cie y Grognard habían establecido «entre eux, une Société en participation pour la vente en Espagne des riches étoffes pour ameublement et vêtements d’hommes et de femmes» (Poidebard, Chatel, 1912, pp. 8-9). Las fechas precisas de los contratos firmados por Grognard y Pernon fueron de 28 de noviembre de 1786 y 1 de mayo de 1787, por los que se estableció la compañía o sociedad «Camille Pernon, Peyron et compagnie», vigente hasta el 31 de diciembre de 1790, y un tercer contrato o acta de sociedad, bajo la razón comercial Camille Pernon et compagnie, fechada en Lyon el 13 de octubre de 1791, en vigor hasta el 31 de diciembre de 1795; véase Grognard, À Messieurs les amateurs du Voyage pittoresque, pp. 6-7.

3 El 1 de febrero de 1787, la firma Camille Pernon y Cie se asoció definitivamente por cuatro años con Jean-Elzéar Peyron (1752 – d. 1791), sucesor de la «maison de commissions de la Sône et Cie», yerno del titular y jefe de la misma, con una aportación de 1 500 libras y un beneficio de un cuarto de los ingresos, pues «ils avaient apprécié l’intelligence et les services» bajo la razón social Camille Pernon, Peyron et Cie; véase Poidebard, Chatel, 1912, pp. 7-8. A Jean-Elzéar Peyron se atribuye el diseño de los sillones que formaban parte del salón del trono del Palacio Real de Varsovia para Stanislas II Auguste Poniatowski, cuya decoración fue realizada en los años 1785-1786 en Lyon, por la manufactura de Camille Pernon et Cie, según proyecto de su socio; véase Ładyka, 1997, p. 143.

4 Sobre Grognard como dibujante, diseñador y adornista es indispensable Gastinel-Coural, 1990.

5 El danés Lassen, agente y cónsul de Dinamarca, y J. Keller, del cantón suizo de Schaffouse, eran negociantes, banqueros y comerciantes establecidos en Marsella, bajo la razón comercial «maison Keller et Lassen» (Carrière, 1973, p. 125). Sobre la firma Keller et Lassen de Marseille, véase Bouchary, 1939-1943, vol. 3, p. 66. Ambos banqueros son citados por Alain Blondy como intermediarios en los seguros para los envios de grano entre Malta y Marsella; véase Blondy, 2013, pp. 418 y 546.

6 Probablemente se trata de Pierre-François de Rémusat (Marsella, 1755-1803), negociante y político francés, miembro del Conseil des anciens, nacido en Provenza, en una familia noble, el 4 de octubre de 1755, muerto en Marsella el 7 de febrero de 1803. En 1782 mandó imprimir la ópera de Quinault, Thésée, reducida a tres actos (Marseille). Fue autor de Mémoire de l’auteur sur sa détention à la prison du Temple. Ouvrage posthume, París, Madame Herissant-Ledoux, Delaunay, 1817; véase Quérard, La France littéraire, p. 518. Su hermano Auguste-Laurent de Rémusat, también negociante, ocupó el puesto de administrador de los hospicios de Marsella, llegó a ser administrador del departamento de Bouches-du-Rhône y durante la revolución emigró a Esmirna en 1792. No regresó a Francia hasta 1795. A la misma familia pertencece Abel Rémusat (1788-1832), que escribió «an article of the Japanese editions of the Chinese Encyclopedia»; citado en The Cabinet of Foreign Voyages and Travels or Annual Selections […], Londres, Treutel & Würtz, 1825, vol. 1, p. 333.

7 Cádiz, por su categoría de primer puerto comercial de España y del Atlántico para las Indias occidentales, fue un destino privilegiado para los franceses que deseaban hacer fortuna en España.

8 Los principales puertos franceses eran Burdeos, Nantes, Marsella, Le Havre, Bayona y Lorient. Desde Bayona, que era puerto franco, se exportaban telas, puntillas, sedas, etc., y se importaba lana, aceite, vino, hierro y metales preciosos. Se comerciaba con Navarra, Aragón y Vizcaya, y se participaba en la pesca del bacalao y la ballena. Era uno de los centros más importantes de construcción naval; véase Young, Travels During the Years 1787, 1788 and 1789, pp. xliii-xliv.

9 El negociante M. Peragallo fue uno de los rectores del Hôtel Dieu de Marsella, situado en la place du Calvaire, también conocido como el Hospice général du Saint-Esprit, en 1782; véase Blondy, 2013, p. 407.

10 Es el mismo tipo de tejido que en 1784 tapizaba uno de los salones del palacio electoral de Coblenza: «Damas trois couleurs fond bleu liseré gris et blanc dessin arabesques à vases» [Landeshauptarchiv Koblenz (LHA Ko), 1 C 2426, fo 1, citado en Seeling, 1985, Band 39, p. 105]. Tejidos inspirados en los diseños de Dugourc, Arabesques inventés et gravés.

11 Lenceros de Toulon. «Toiliers de Toulon, Département du Var, Bourgarel frères» (Almanach du Commerce de Paris, des Départemens de la France, et des principales villes du monde, París, 1820, p. 1029).

12 En Valencia, los franceses constituían una colonia mercantil fuerte, con 12 mercaderes mayoristas y 34 minoristas. La mayoría provenía del Delfinado, Provenza y Bearne. La costa levantina era accesible a través del cabotaje vía Marsella, de donde llegaban muchas mercancías; véase Pérez Sarrión, 2012, p. 370.

13 Pierre Gautier de Martigue aparece citado en una sentencia del almirantazgo de Marsella del 31 de julio de 1758 sobre los asegurados que debían responder por la confiscación pronunciada en España de las sedas cargadas en «la tartane Le Saint-Joseph». El capitán Gautier también estuvo a cargo de «le navire Le Lévrier de Bordeaux». Las sedas procedentes de los alrededores de Cartagena eran mercancías de contrabando, cuya salida estaba prohibida en España bajo graves penas; véase Valin, Nouveau Commentaire sur l’Ordonnance de la Marine, art. XLIX, pp. 128-129 y 288.

14 J. J. Pallard, negociante establecido en Marsella y asociado a los señores Lullin y Charton, «Copie de la Lettre de M. J. J. Pallard, Associé de Messieurs Pallard, Lullin, Charton & Compie. Écrite de Marseille le 17 Juin 1785, à M. Théophile Cazenove», citado en Cazenove, Lettre de M. Théophile Cazenove, p. 6.

15 Un damasco semejante fue realizado por Camille Pernon en 1807 para amueblar los palacios de Compiègne y de Versalles: «Ce damas vert émeraude correspond peut-être au sixième des dessins envoyés par Monsieur Camille Pernon de Lyon pour l’Ameublement des Palais de Compiègne et de Versailles […] une tenture en quatorze panneaux, en damas fond vert trois couleurs liseré blanc et lilas, encadrée de bordure […] et feuilles d’eau, avec palmettes sur les faces […] en damas vert et blanc, dessin arabesque» (Coural, Gastinel-Coural, Muntz De Raissac, 1980, p. 319).

16 Los hermanos Chaudron eran afamados tintoreros, establecidos en Lyon en el muelle del Saona, con domicilio en la rue du Puits-du-Sel; véase Indicateur alphabétique des curiosités, p. 206.

17 Castillo al sur de Marsella, construido según planos de Charles-Louis Clérisseau por el arquitecto Esprit-Joseph Brun para Louis Borély (1692-1768), rico negociante marsellés, que tras hacer fortuna en Alejandría compró entre 1755 y 1760 los terrenos de Bonneveine, donde erigió esta casa de campo al borde del mar, célebre por su elegante distribución, su galería de dibujos y su biblioteca; véase Richard, Guide classique du voyageur en France, p. 272; «Mr Borelly was attached to the court of Frederick II and to Prince Henry, on account of the favours which he had received from both. The public are indebted to him for several well written works, and among others the Memoirs of Count de Hordt. He has been in France ever since 1792» (Peuchet, Campaigns of the Armies of France, p. 137).

18 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 9-10; Junquera, 1979, p. 81, transcribe «7bre» por julio; Gastinel-Coural, 1988, p. 98; Miller, 2014, p. 93, n. 49; Benito García, 2015, p. 140.

19 Carlos III (1716-1788), rey de España desde 1759 hasta su muerte. Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

20 Carlos de Borbón (1748-1819), hijo de Carlos III y María Amalia de Sajonia, futuro Carlos IV, rey de España desde 1788 hasta 1808.

21 María Luisa de Parma (1751-1819) contrajo matrimonio con el príncipe de Asturias, futuro Carlos IV, en 1765. Era hija del infante don Felipe, hermano menor de Carlos III, y de Luisa Isabel de Francia, hija menor de Luis XV.

22 Los hermanos Riboud eran comerciantes y fabricantes de cintas, establecidos en Lyon. En 1851 tenían su domicilio en la place des Capucins, no 5; véase Bulletin des Lois de la République Française, París, 28 de enero de 1851, 169, p. 368. Citados como especialistas en la «Fabrication de rubans, Société Riboud frères» (Bulletin des soies et soieries : organe international de la soie, des fibres chimiques et du textile lyonnais, Lyon, 1919, 43, p. 6). Entre 1843 y 1848, Antoine Riboud, fabricante de sederías, fue presidente del «conseil des prud’hommes» de Lyon; véase Hodieu, Essais de Nomenclatures Lyonnaises, p. 10.

23 Director de una fábrica de cintas establecido en el Strudelhof de Viena. «Fait toutes sortes de rubans lustrés et entretissus de fleurs […] Mr. Bouvard dans le Strudelhof» (Kurzböck, Description de la plus nouvelle de toutes les particularités de la Ville de Vienne, p. 184). Un descendiente, Jean-Gabriel Bouvard, fabricante de sederías (1846-1848), fue presidente de la Société des Amis des Arts de Lyon; véase Hodieu, Essais de Nomenclatures Lyonnaises, p. 10.

24 Fabricantes de terciopelos establecidos en la rue Pizay, barrio de Terreaux, de Lyon: «MM. Chanel et compagnie, des velours miniatures, coupés, liserés or» (Gazette nationale ou Le Moniteur Universel, París, miércoles 22 de octubre de 1806, 295, p. 1284).

25 Miller reseña la actividad de Barthélémi Billeman (1744 – d. 1780) como diseñador independiente, miembro de una familia de marchands fabricants, establecido en Lyon entre 1771 y 1773 en la rue Puits Gaillot y en la rue Royal, entre 1779 y 1780; véase Miller, 2015, p. 49.

26 Marie-Antoinette-Rosalie Pons de Roquefort (1751-1824), mujer del embajador del rey de Francia, Paul-François de Quélen de la Vauguyon (1746-1828). La duquesa de la Vauguyon «qui a passé quelques années à Madrid, pourra attester que ce n’est pas pour les seules Angloises aimables que les Espagnols réservent leurs prévenances ; et que, de quelque Nation qu’on soit, on est sûr de leur plaire quand on en a le désir et les moyens» (Davies, The Life of Bartolomé E. Murillo, p. xxxiv); «Ambassadress, Mme de la Vauguyon and her daugther in Spanish mantillas» (Beckford, 2005, p. 195). El diplomático y político británico William Eden anotó en su diario el 1 de junio de 1788 que la mujer del embajador de Francia, «The Duchess de la Vauguyon, and her daughters, went away this morning on a leave of absence, and we suspect that they never mean to come back» (Jefferson, 1956, p. 217).

27 Antoinette de Quélen de la Vauguyon casó con el príncipe Alexandre-Emmanuel-Louis, duque de Bauffremont: «Le 13 Leurs Majestés & la Famille Royale ont signé le contrat de mariage du Prince de Beaufremot-Listenois, avec demoiselle de la Vauguyon» (Mercure de France, París, sábado 5 de mayo de 1787, p. 167).

28 Paul-François de Quélen de la Vauguyon (1746-1828), embajador de Luis XVI en Madrid. «Si Murat ne connaissait pas l’Espagne […] il avait auprès de lui des individus qui étaient presque Espagnols […] le duc de la Vauguyon, était Castillan, pour ainsi dire, par sa famille […] lui-même parlait espagnol comme un naturel du pays […] Son père avait été ambassadeur de France à Madrid, et il était fort estimé» (Abrantès, Mémoires, t. XI, p. 179). Su casa en Madrid estaba situada frente a la fuente de San Antonio de los Portugueses (Diario de Madrid, 9 de julio de 1794).

29 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

30 Cuadernos con muestras de telas de seda y oro.

31 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 10.

32 Judas Tadeo Simón Fernández de Miranda y Villarias (Madrid, bautizado en la parroquia de San Martín el 21 de agosto de 1739 – Salamanca, 27 de septiembre de 1810), V marqués de Valdecarzana, caballero del Toisón de Oro, concedido el 13 de enero de 1789 y Gran Cruz de la Real y Distinguida Orden de Carlos III. Casó en Madrid el 11 de noviembre de 1757 con doña Isabel Felipa Reggio, grande de España, VI princesa de Campofiorito, que murió Madrid el 17 de enero de 1797; véase Rodríguez De Maribona y Dávila, 2007, p. 298; Ozanam, 1998, p. 324. Sobre el perfil del cargo de sumiller de corps o camarero mayor y su importancia en la Casa del Rey, véase Gómez-Centurión Jiménez, 2003. La casa del marqués de Valdecarzana en Madrid estaba en la calle de Alcalá, véase Descripción de los ornatos públicos, pp. 14-15. Archivo General de Palacio (AGP), Personal, caja 1056/21, expediente personal del marqués de Valdecarzana, mayordomo mayor y gentilhombre de cámara, 1737-1749; AGP, Personal, caja 1056/19, caballerizo mayor del príncipe, 1778; AGP, Carlos III, leg. 3843, sumiller de Carlos III, Aranjuez, 4 de junio de 1788.

33 Francisco Antonio Fleuriot de Parisien, hijo de Catalina Bussé, que vino sirviendo a S. M. desde Nápoles. Nombrado ayuda de cámara de Carlos III por Real Orden de 17 de octubre de 1759, dirigida por el marqués de Esquilache al duque de Losada. El 16 de enero de 1787 fue nombrado jefe del Real Guardarropa del príncipe y de los infantes don Gabriel y don Antonio y jefe del Oficio de la Tapicería, tras la muerte de Vicente Alfaro, el 12 de octubre de 1793 (AGP, Personal, caja 16918/37). Fue suscriptor de Clara Harlowe (1795) y de Carolina de Lichfield (1796). «Le nom de M. Parisien, qui n’est peut-être qu’un surnom, revient souvent dans la correspondance. C’était celui du valet de chambre, chef de la garde-robe de Sa Majesté» (Poidebard, Chatel, 1912, p. 10).

34 Los infantes Fernando (1751-1825), Gabriel (1752-1788) y Antonio Pascual (1755-1771), hijos de Carlos III y María Amalia de Sajonia.

35 Poidebard, Chatel, 1912, p. 10; Miller, 2012, p. 143.

36 Gozar del privilegio de extracción o del privilegio exclusivo de exportación. «Jouir de l’extraction ou du privilège exclusif d’exporter» (Townsend, Voyage en Espagne, p. 156). Este privilegio sorteaba la prohibicion de la exportación de la seda legislada desde 1739 en el marco de la política mercantilista adoptada por la monarquía española tras la finalización de la guerra de Sucesión, al conceder permisos particulares de exportación exigiendo a cambio elevados derechos fiscales; véase Franch Benavent, Muñoz Navarro, 2012, p. 64. El principal beneficiario de este privilegio fue Esteban Drouilhet (Étienne Drouillet), comerciante originario de Bayona establecido en Madrid, con el que Grognard mantuvo relaciones comerciales; véase carta 13.

37 Sobre licencias de exportación, tráfico y control de exportaciones fraudulentas de seda valenciana es esencial el estudio ya citado de Franch Benavent, Muñoz Navarro, 2012.

38 Firmas autorizadas para la exportación de sedas. «Personne n’ignore que depuis de longues années l’exportation des Soyes est défendue en Espagne, sous les peines les plus graves. Il faut user d’artifice & d’adresse, pour tromper les surveillants & les Gardes ; Subtili auseratur ingenio : on charge la Soye, non dans un port ; mais en pleine mer ; & sur la côte, par le moyen des bateaux qui l’apportent en cachette pendant la nuit. Voilà pourquoi l’assurance dont il s’agit ne fut pas faite de sortie de Carthagene ; mais bien de sortie des environs de Carthagene ; c’est-à-dire, de sortie de la côte où les Soyes seroient chargées clandestinement sur la tartane Saint-Joseph. Les Soyes, ainsi chargées, ont été prises & confisquées par les Espagnols […] Inutilement ils opposoient que le Capitaine Gautier ne devoit pas descendre à terre & quitter son navire» (Valin, Nouveau Commentaire sur l’Ordonnance de la Marine,tit. VI, art. XLIX, p. 131); «He resuelto habilitar la extracción de seda en rama y torcida de estos Reynos para dominios extraños […] baxo las condiciones prescriptas en la siguiente instrucción […] sólo se ha de executar por las Aduanas de los puertos de Alicante, Cartagena y Barcelona» («Instrucción para extraer la seda de estos Reynos, baxo las reglas que se expresan», Novísima Recopilación de las Leyes de España, t. IV, ley IV, D. Carlos III por Real Decreto de 15 de Mayo de 1760, pp. 343-344).

39 Único puerto de mar autorizado para el comercio de seda cruda. «Les soyes crues en flore venant de Marseille. Toutes les soyes étrangères ne peuvent entrer dans le Royaume, savoir par mer, que par le Port & Ville de Marseille, & par terre par le Port de Beauvoisin. Elles doivent venir directement à Lyon, pour y payer les droits» («Instruction pour la Régie du droit établi sur les Soyes, par Édit du mois de Janvier 1722…», en Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de Commerce, Arrêts favorables au Commerce du Levant, vol. 4, p. 248).

40 Pedro López de Lerena, conde de Lerena (1734-1792), titular de la secretaría del Despacho Universal de Hacienda de España e Indias desde el 15 de enero de 1785. Organizó la rebaja de las alcabalas y sistematizó los aranceles.

41 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

42 «À Madrid, à Cadix, à Seville & dans toute l’Espagne, ils se tiennent par maravédis, dont les 375 font le ducat, qui se distinguent par des virgules de gauche à droite. Ils se tiennent encore en Espagne par réaux de plate & pièces de huit, dont 34 maravédis font le réal, & huit réaux valent une piéce de huit ou 272 maravédis» (Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de Commerce, s. v. «Livre de Ouvriers»).

43 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 10-11; Miller, 2012, p. 138; Id., 2014, p. 94, n. 60; Benito García, 2015, p. 148.

44 Se trata de Juan de Villanueva (1739-1811), que en 1772 recibió el encargo de una «Casa de recreo y jardines» en el monte de robles que desciende desde el Monasterio de San Lorenzo al Escorial de Abajo, una de las obras maestras de estilo dórico del arquitecto, finalizada en 1777 (AGP, Personal, caja 11561/3). Grognard continúa por tanto los preparativos para vestir la casa de campo de El Escorial, iniciados en la carta 3.

45 Colgadura de terciopelo chiné [Casa del Príncipe, El Pardo, Patrimonio Nacional (PN), inv. 10073093].

46 Sociedad establecida el 1 de agosto de 1786 entre Johannes Hottinger, de Zúrich, y Denis de Rougemont, para atender los tratados comerciales de las casas de comercio suizas con negocios en Francia: «Le 1er août 1786, [Hottinger] fonda avec Denis de Rougemont, la société “Rougemont, Hottinger et Cie”. Maison qui apparait pour la première fois dans l’Almanach Royal de 1787. Dissolution le 31 décembre 1790» (Szramkiewicz, 1974, pp. 172-173). Los hermanos Rougemont estaban establecidos en la rue de la Croix des Petits Champs, Hôtel de Beaupréaux, de París, ya en 1769 (Almanach Royal, París, 1769, p. 476). En 1788 figuraban entre los ciento veinte banqueros establecidos en París; véase Desmaze, Le Châtelet de Paris, p. 231.

47 El Almanaque general de 1778 consignaba el nombre de la compañía de comerciantes de telas y bordados Le Roux & de la Salle, establecida en París en la «rue St.-Honoré, vis-à-vis les Piliers de la Halle», donde vendían toda clase de sederías para hombre y para mujer, y donde tenían una tienda de «les choses les plus précieuses & les plus nouvelles» (Almanach général des marchands, négocians, armateurs, et fabricans de la France et de l’Europe et autres parties du monde, París, 1778, p. 206). También pudiera tratarse de Jean Roux, que regentaba en Lyon un depósito de telas de la Manufactura Real de Lavaur: «La Manufacture Royale d’Étoffes de soie pour meubles, établie à Lavaur en 1756 dans le haut Languedoc, a formé un dépôt de ses Étoffes chez MM. Jean Roux & fils, négociants de cette Ville, rue de l’Arbre-sec, et ils les vendent au même prix que dans la Manufacture. Ces étoffes consistent en damas, façon de Gênes, de largeur ordinaire ; impériale en trois couleurs ; en africaines, soie et fil, soie et fleuret ; en brocatelles, supérieures en qualité à celles de Turin ; en satinades, moires et serges» (Le Moniteur judiciaire de Lyon : organe des tribunaux et des annonces légales, 1759, p. 14).

48 Mr. Catalan, cónsul de la Nación Francesa; véase Nieto, Noticias Reconditas, p. 136.

49 Poidebard, Chatel, 1912, p. 42.

50 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

51 Ibid.

52 Poidebard, Chatel, 1912, p. 11.

53 Simón de Aragorri, marqués de Iranda, consejero de Estado y de Hacienda, falleció el 17 de abril de 1801 a los setenta y seis años, de notorio talento, «acreditado especialmente en la economía política, como en todo lo respectivo a los ramos del comercio, navegación e industria, y a la prosperidad nacional» (Gaceta de Madrid, martes 12 de mayo de 1801, pp. 470-471). Durante los años de elaboración de sus Reflexiones, las operaciones comerciales y finacieras en Cuba y Santo Domingo le permitieron consolidar una fortuna personal más que notable, una de las más cuantiosas de la España de su época, a lo que sumó la fortuna proveniente de su mujer, la vizcaína Josefa de la Torre, con la que casó en 1777, y cuyo patrimonio estaba asentado en la exportación de lanas; véase Astigarraga, 2013.

54 Poidebard, Chatel, 1912, pp. 11-12; Gastinel-Coural, 1988, p. 98; Miller, 2014, p. 93, n. 49; Benito García, 2015, p. 140.

55 Infante don Gabriel de Borbón (Portici, 1752 – San Lorenzo de El Escorial, 23 de noviembre de 1788), hijo de Carlos III y de María Amalia de Sajonia. En 1784 se celebraron los matrimonios de la infanta doña Carlota con don Juan, príncipe de Brasil, y del infante don Gabriel con doña María Ana Victoria Josefa de Braganza, conocida como María Ana Victoria (Palacio de Queluz, Portugal, 1768 – Madrid, 2 de noviembre de 1788).

56 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

57 Cortesano al servicio del infante, probablemente vinculado a la familia de Marie Langlacé, casada con Pedro Fermín Indart Elizondo, secretario del Consejo de Hacienda; véase Abbad, Ozanam, 1992, p. 82. Su nombre figura como uno de los deudores de Grognard y Pernon en el estado de su cuenta bancaria conjunta en 1792 (BML, ms. 2318/35, fos 59-60v.o, Lyon, 2 de febrero de 1792).

58 Infante Antonio Pascual de Borbón (Caserta, 1755 – San Lorenzo de El Escorial, 1817). Como su hermano, el infante don Gabriel, tuvo como preceptor al erudito don Francisco Pérez Bayer. Entre el personal de la cámara del infante Antonio Pascual, figuran como encargados de su guardarropa Antonio Basadre Zantaelena (AGP, Personal, caja 16506/11, caja 16579/5 y caja 105/42), y Saturio Cándido Ramos (AGP, Personal, caja 867/10).

59 El marqués de Iranda tenía su casa en la Red de San Luis, entrada a la calle de Fuencarral (Diario de Madrid, 17 de agosto de 1799).

60 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

61 Calificativo peyorativo: persona aturullada, sin crédito. «Qui ne sait ni parler, ni se tenir» (Fertiault, Dictionnaire du langage populaire, p. 39).

62 Jean Paganucci o Paganuchi, teneur de livres, próspero negociante y miembro de la francmasonería lionesa desde 1760, maestro de la Logia des Vrais Amis, fundada por Grandon y Willermox. En 1778, era uno de los miembros del Colegio metropolitano de Francia en Lyon; véase «Frères Maçons de l’Ordre Bienfaisant de la Cité Sainte», en Rijnberk, 1982, p. 103. Fue también director de la oficina de liquidación de quiebras o Bureau de liquidation des Commerces faillis ou de Mineurs, establecida en 1785, en el muelle de St.-Antoine, maison Peillon; véase Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, pour l’année bissextile 1788, Lyon, 1788, p. 258. Asimismo, fue autor del Manuel historique, géographique et politique des négociants, ou Encyclopédie portative de la Théorie et de la pratique du Commerce, Lyon, 1762, concebido en 3 volúmenes como un diccionario de términos.

63 Maison Peillon, firma establecida en la Croix-Rousse de Lyon en 1788. Jean-Joseph Peillon, junto con Antoine Goujon, François Roche et compagnie, negociantes, establecidos en 1839 en la rue Royale de Lyon; véase Almanach général de la France et de l’étranger pour l’année 1839, París, 1839, p. 1086.

64 Miller, 2014, p. 92, n. 44 y p. 93, n. 47-49; Id., 2015, p. 60 recoge la relación de Nicolas Peillon, maître fabricant, como maestro en 1768 del diseñador textil Jean-François Boni (1754-1818).

65 Siete primeros puntos reseñados por Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

66 Frase extractada en ibid.

67 Mr. Clerjon & Cramaille, commissionaires-chargeurs («comisionistas de transporte»), establecidos en la place du Plâtre, no 84, de Lyon. «Voitures par terre. Commissionnaires-chargeurs. Ils chargent pour toutes les routes du Royaume, & des Pays étrangers» (Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, pour l’Année 1778, Lyon, 1778, p. 224); «On demande une place dans une voiture pour partir pour Bayonne ou Toulouse, en partageant les frais de voyage : s’adresser à MM. Clerjon & Cramaille, place du Plâtre» (Le Moniteur judiciaire de Lyon, miércoles 27 de septiembre de 1769, p. 206). Clerjon y Cramaille fueron suscriptores de la Société Philantropique ou de Bienfaisance Chrétienne, según se recoge en Société Philantropique ou de Bienfaisance Chrétienne sous les auspices du Consulat. Du 9 Novembre 1789. Liste des souscripteurs divisés par quartier, 24, Le Platre, p. 20. Ambos figuran en la carta del librero lionés Bosson, de 19 de abril de 1785: «Je pourrais peut-être me procurer le moyen de faire entrer ou passer par Lyon, vos livres, d’autant qu’on ne me demande que ceux qui ne traitent pas de la religion, ni du gouvernement […] À mon premier moment de loisir je verrai chez M. Clerjon et Cremaille la pacotille en dépôt chez eux» (Bibliothèque Publique et Universitaire, Neuchâtel, ms. 1125, fos 225-226, citado en Varry, 1999, p. 129).

68 Probablemente commissionaires-chargeurs de Marseille.

69 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

70 Anne-Victoire Dervieux (1752-1826), bailarina y cantante que debutó en 1770 en la Ópera de París, bajo la protección del duque de Conti y el conde de Artois. Su residencia en esta ciudad, conocida como el Hôtel Dervieux, fue obra del arquitecto Alexandre-Theodore Brongniart; estaba situado en la rue Chantereine (actual rue de la Victoire) y fue construido en 1788, hoy demolido. La decoración interior y los jardines fueron diseñados por François-Joseph Bélanger (1744-1818), con quien Anne-Victoire se casó. «Trois choses mettent en mouvement les curieux : 1er la maison de Mlle. Dervieux, c’est un temple. On n’a encore rien vu en ce genre ni dans les maisons royales ni ailleurs, d’aussi agréable et d’aussi magnifique» (Correspondance littéraire secrète, París, 18, 6 avril 1788, p. 147); «La salle de bain et les boudoirs [gabinetes, camarines o saloncitos] de Mlle. Dervieux furent décorés sous la conduite de l’architecte Bellanger. La beauté en réside moins dans la commodité et la nouveauté des appartements que dans la façon dont elle est meublée et décorée» (Wolzogen, 1998, p. 155); «Chambre turque, où tout rappelait les plaisirs d’un sultan» (Robertson, Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques, p. 69). En la factura de la tapicería y muebles de las salas de maderas finas de El Escorial y los diseños de Jean-Démosthène Dugourc para los taburetes de dichas habitaciones, se menciona «un cuadro turco de Mademoiselle Dervieux» (AGP, Reinados, Carlos IV Príncipe, leg. 52/2, citado en Benito García, 2015, p. 134).

71 «Contador, mesa que sirve a los comerciantes para contar el dinero, especie de armario, o escritorio para guardar las cuentas y papeles de ellas» (Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes, s. v.).

72 Nicolas Jean-de-Dieu, mariscal Soult (1769-1851), fue nombrado mariscal del Imperio francés por Napoleón el 19 de mayo de 1804.

73 Quizá Juan Manuel de Quiñones, marqués de Montevirgen. Certificado de la Real Cédula de autorización para usar en España el título extranjero de marqués de Montevirgen a don Juan Manuel de Quiñones, 11 de marzo de 1786; véase Fernández-Mota de Cifuentes, 1984, p. 244. Manuel Quiñones fue suscriptor de Carolina de Lichfield, Madrid, 1796, p. 271.

74 El déshabillé de la duquesa de Alba estaba tapizado con satén azul bordado con moscas blancas, tejido de moda desde 1778; véase Gallerie des Modes et Costumes Françaises dessinées d’après nature […] ouvrage commencé en l’année 1778, París, 1778-1785, pp. 11, 18, 26, 37 y 39.

75 Podría tratarse de sus hermanas Marie-Françoise (1745-1802) o Louise (1759-1791), pues Suzanne-Eléonore (1750-1781) ya había fallecido.

76 El ya referido Pedro López de Lerena, conde de Lerena (1734-1792), ministro de Hacienda desde 1785.

77 Felipe Martínez de Viergol, tesorero del fondo reservado del Real Servicio, ujier de la cámara del Príncipe y de saleta de los Infantes, secretario honorario de Carlos IV (AGP, Personal, caja 648/17). Vecino de Madrid, nació en Madrid el 27 mayo de 1750. AGP, Real Capilla, caja 278/6, licencia para contraer matrimonio con María Noblet, iglesia parroquial de Nuestra Señora del Buen Suceso de Madrid, 12 de febrero de 1769; Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, leg. 1179, no 27, exp. 12658, pleito de hidalguía, citado en Cadenas y Vicent, 1995, p. 177. Felipe Martínez de Viergol, secretario de S. M. del Tribunal de la Contaduría Mayor en 1814 (Cárdenas Piera, 1990, vol. 1, p. 135). Suscriptor del Diario curioso, erudito, económico y comercial, Madrid, julio, agosto y septiembre de 1786, t. I. Martínez de Viergol, como jefe y encargado principal de los Reales Jardines de Aranjuez, ordenó en 1805 tejer un paño de lana de la raza mestiza implantada en Aranjuez, según el informe de Esteban Boutelou sobre el «ganado lanar mestizo logrado en Aranjuez» (Semanario de Agricultura y Artes, Madrid, jueves 7 de octubre de 1805, 459, p. 249).

78 Mr. Chaton, correspondiente de la firma Pernon en Bayona, sustituto en ocasiones de Mr. Peyrard para el envío de comisiones a Madrid.

79 Podría tratarse de sus hermanas Marie-Françoise (1745-1802) o Louise Grognard (1759-1791).

80 Poidebard, Chatel, 1912, p. 12; Gastinel-Coural, 1988, p. 99; Miller, 2014, p. 93, n. 49 y 51.

81 La casa de comercio y préstamos regentada por Ètienne Drouillet, originario de Bayona, mantenía estrechas relaciones comerciales con Francisco Cabarrús y Aguirre, y aunque gozaba del privilegio de extracción de sedas, fue sancionada en diferentes ocasiones por exportación fraudulenta de seda; véase carta 5. «Du 7 janvier [1789]. Dîné chez M. Bernède, gèrant de la maison Étienne Drouillet et compagnie» (Fonvielle, Voyage en Espagne en 1798, p. 74); «Liens commerciaux établis avec Cabarrus et Aguirre […] la première des grandes opérations entreprises par François Cabarrus, celle de la création des “vales reales […] La monarchie espagnole entrée en 1779 dans la guerre d’Indépendance américaine était, dès 1780, incapable de financer ses dépenses militaires considérables. C’est alors que François Cabarrus au nom des maisons Étienne Drouillet (o Drouilhet) et Cie de Madrid, de Veuve Lalanne et fils de Bayonne et de la sienne proposa au premier secrétaire d’État espagnol, le comte de Floridablanca, de lui prêter 9 millions de pesos» (Zylberberg, 2001, p. 181).

82 Dos párrafos extractados en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

83 Simón de las Casas y Aragorri (1742-1798), sobrino de Simón de Aragorri, marqués de Iranda, fue embajador en Venecia desde el 28 de febrero de 1786 hasta 9 de febrero de 1795, cuando fue nombrado embajador en Londres.

84 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 98.

85 María Agustina de Adorno y Sotomayor, nacida en Jerez de la Frontera el 28 de agosto de 1739, esposa de Manuel Negrete y de la Torre, II conde del Campo de Alange; véase Ozanam, 1998, pp. 367-368. Conde de Campo Alange, título nobiliario que Carlos III otorgó en 1761 a Ambrosio José de Negrete y Ampuero, empresario lanar y ganadero, que había comprado a la Corona en 1752 la gran dehesa de Campo de Alange (Badajoz); la cabaña llegaría a ser una de las mayores de España con más de 60 000 cabezas. Le sucede en 1762 su hijo Manuel de Negrete y de la Torre, casado con María Agustina de Adorno y Sotomayor, ministro de la Guerra y de Negocios Extranjeros, embajador en Viena, Lisboa y París (1762-1818). Su hijo Francisco Javier de Negrete, casado con María Cañosanto de Cepeda y Nonet, fue nombrado por Godoy capitán general de Castilla la Nueva, cargo que ostentaba durante los acontecimientos del Dos de Mayo de 1808. Falleció en 1827. «Le comte de Campo Alange. Il avait été ministre à Vienne, il y avait perdu sa femme […] Le comte de Campo Alange n’était pas éloquent, mais ce qu’il disait venait du cœur, et je le comprenais. Il avait une grande fortune, et en usait honorablement. Sa maison était richement ordonnée ; mais tout y était austère. Il possédait les plus beaux mérinos de l’Espagne ; son troupeau (sa cavaña), qui portait le nom du marquis de Negretti, son fils, était le plus renommé dans le commerce, avec celui de l’Infantado. Il est demeuré fidèlement attaché au roi Joseph, et le lui a prouvé par le sacrifice de presque toute sa fortune» (Abrantès, Mémoires, t. VIII, p. 218).

86 En esta carta se considera que Grognard alude al encargo de la colgadura de seda bordada destinada al gabinete de las fábulas de la casa de campo o Casa del Príncipe de El Pardo, una de las dos habitaciones más íntimas, junto con el retrete, del palacete construido por Juan de Villanueva, comenzado en 1784 y finalizado en 1791, cuyas obras de decoración interior se prolongaron hasta 1796. En esta misma carta, François Grognard da cuenta a Camille Pernon de haber comunicado al príncipe sus temores de que la colgadura no esté acabada para la fecha prevista en el mes de diciembre. El futuro Carlos IV se resigna a no disfrutarla hasta el mes de mayo siguiente con tal de que «ce que vous lui ferez soit un chef d’œuvre». Junquera atribuye el diseño a Philippe de La Salle, similar en su técnica tejida y bordada a obras como la colgadura llamada «del faisán» para Catalina de Rusia, o la de «la perdiz» bordada para María Antonieta; véase Junquera, 1979, pp. 72-73. Sin embargo, otros autores atribuyen los diseños a Jean-Baptiste Oudry; véase Benito García, 2015, pp. 169-176. Colgadura de seda bordada destinada al gabinete de las fábulas de la Casa del Príncipe (Casa del Príncipe, El Pardo, PN, inv. 10079233).

87 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

88 Plaquetas de marfil preparadas para pintar miniaturas. «On colle derrière l’ivoire un papier blanc avec de la gomme. Comme nous avons dit que les tablettes d’ivoire devoient être fort minces, elles ont de la transparence ; par conséquence, la blancheur du papier les pénètre et augmente celle qui leur est propre» (Encyclopédie méthodique, p. 679); «[L’ivoire] soit presque blanche lorsqu’on vient de la découper en tablettes […] on sait que l’exposition à l’air la fait jaunâtre assez agréable […] L’ivoire ne peut guère s’obtenir qu’en pièces de faibles dimensions, et quoiqu’on ait cherché à réunir, par une foule de moyens, plusieurs de ces tablettes les unes aux autres, aucun d’eux n’a réussi jusqu’à présent, et les moindres variations de température ne tardent pas à les disjoindre» (Malepeyre, Le technologiste ou Archives des progrès, p. 162).

89 Manguitos de punto quizá de la manufactura de Alençon. «Le grand Colbert, ayant formé le projet d’établir en France des manufactures de dentelle, s’adressa à une dame Gilbert, originaire d’Alençon, et lui fit une avance de cinquante mille écus. Elle savoit faire de tout point la dentelle de Venise : elle se rendit à Alençon, y rassembla beaucoup de femmes et de filles a qui elle apprit à travailler aux différentes parties de dentelles, plus connues sous le nom de point d’Alençon […] Le roi annonça […] qu’il venoit d’établir une manufacture de pointe plus beau que celui de Venise […] Cette manufacture fut établie par lettres-patentes du 5 août 1675» (Odolant-Desnos, Mémoires historiques sur la ville d’Alençon, p. 469).

90 Camille Pernon necesitó ampliar capital, asociándose el 1 de enero de 1785 con su primo Louis-Aimon Pernon, residente en París, que desempeñaba desde 1779 el puesto de administrador de la Lotería Real de Francia; véase Poidebard, Chatel, 1912, pp. 6-7. «La place d’Administrateur Général de la Loterie Royale de France, vacante par la mort de M. de la Combe, est donnée à M. de Pernon, fils du Trésorier de la Maison du Roi» (Mercure de France, París, 30 de diciembre de 1779, p. 82).

91 Stephane Stéphanovich Zénovief (1740-1794), embajador de Rusia en España desde 1773. «Ministre de Russie en Espagne depuis 1773. Sa femme était une demoiselle Menzikof» (Corberon, 1901, vol. 1, p. 147).

92 Gran duque Pablo de Rusia (San Petersburgo, 1754-1801), zar de Rusia desde 1796 hasta su asesinato en 1801. Gastinel-Coural vincula a este encargo los fragmentos de la colgadura con guirnaldas de rosas en losange para el gran duque de Rusia que se conservan en la Maison Tassinari y Chatel, Lyon-París (inv. 12139, lampas broché, fond cannetillé, 137 x 1,20 m), y la cenefa, en el Musée des Tissus, Lyon (inv. 29595, 1,15 x 0,25 m); véase Gastinel-Coural, 1988, cat. 57 y 58, p. 124.

93 Párrafo extractado en ibid., p. 99. El empleo del español en la correspondencia le fue aconsejado a Camille Pernon en la carta 13, Madrid, 14 de mayo de 1788.

94 Real Aduana de Ágreda (Soria). «Douannes d’Agreda et de Vitoria, toutes les marchandises qu’on voudra envoyer de France dans les villes de Cadix et de Seville, sans payer d’autres droits que ceux qu’elles doivent en allant par mer […] les Négociants de Lyon […] les adresser à Bayonne, si ce sont des toileries […] si ce sont des étoffes ou dorures, l’on doit préférer de les faire passer par la Douanne d’Agreda» (Le Moniteur judiciaire de Lyon, 5 de mayo de 1762, p. 72). Archivo General de Simancas (AGS), Dirección General de Rentas, Segunda Remensa, 00715, expedientes varios sobre retención de géneros por falta de marca en la aduana de Ágreda, 1790 (dos muestras de raso).

95 Junquera, 1976, pp. 238-239 e Id., 1979, p. 72; Gastinel-Coural, 1988, p. 99; Benito García, 2015, p. 213, con error en la lectura de la fecha.

96 Memoria presentada por François Grognard al ministro de Hacienda en 1788.

97 «Enredo, embrollo» (Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes, s. v.); «Terme populaire. Ménage qu’on fait en brouillant plusieurs choses ensemble. Tripoter. Mêler plusieurs choses ensemble» (Dictionnaire universel françois et latin).

98 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

99 Sedería de raso con motivos de arabescos o «d’autel», destinada a la llamada saleta amarilla de la Casa del Príncipe de El Pardo (Casa del Príncipe, El Pardo, PN, inv. 10079151). Véase Junquera, 1976, pp. 238-239 y 1979, p. 72; Benito García, 2015, cat. 6, pp. 213-216.

100 Tejido identificado por Junquera, 1979, p. 73, con la colgadura del comedor de la Casa del Príncipe de El Pardo, según diseño de Philippe de La Salle. Véase también Benito García, 2015, pp. 144-150 y fig. 11 del presente volumen: Colgadura de «La Poule», comedor de la Casa del Príncipe (Casa del Príncipe, El Pardo, PN, inv. 10079126).

101 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73 y Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

102 Grand Turc. «Magasin de confections pour dames et pour hommes à Lyon» (Grand-Carteret, 1902, p. 366).

103 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

104 Ana de Zayas y Ramos. Casó el 14 de agosto de 1750 en segundas nupcias con don Matías de Gálvez y Gallardo (1717-1784), virrey de Nueva España. Condesa de Gálvez, virreina de México.

105 Tela también empleada en los apartamentos de la duquesa de Alba.

106 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

107 «Le comte d’Expilly, qui se trouve chargé de la négociation de paix avec notre régence de la part de la cour de Madrid» (Journal historique et littéraire, Luxemburgo, 15 de octubre de 1785, p. 277).

108 Podría tratarse de una pintora, como Marie Villette, y estar emparentada con el diseñador textil lionés Jean-Baptiste Barbier, activo entre 1784 y 1788; véase Miller, 2015, pp. 26 y 241.

109 Isabella Filipa Reggio, VI princesa de Campoflorido († Madrid, 17 de enero de 1797), primera esposa de Judas Tadeo Simón Fernández de Miranda y Villarias, V marqués de Valdecarzana, con quien casó en Madrid el 11 de noviembre de 1757.

110 Quizá una hija de Gabriel Jars (1729-1808), ingeniero y empresario lionés coetáneo de Pernon, fundador de la fábrica de cueros de Sain-Bel «pour l’exploitation du cuivre, mise en feu en 1748. Industriel associé au financier Louis Pernon pour acheter les mines de cuivre de Chessy» (Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Lyon, p. 242). Gabriel era hermano de Antoine-Gabriel Jars el joven (1732-1769), editor póstumo de Voyages métallurgiques (1774). «Décret du 18 août dernier [1791], qui autorise les sieurs Grignet, Gerdret, Jars et compagnie à rétablir la navigation des rivières de Juine, d’Essone et du Remarde», en Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, p. 267.

111 Barrio de Lyon.

112 Juan Menine, cirujano hernista en la corte, discípulo del cirujano parisino Mr. Brogniard, fue propietario de la casa donde figura domiciliado Camille Pernon en la primavera de 1798, «que vive calle de la Abada, esquina a la de Chinchilla num. 9» (Diario de Madrid, 18 de julio de 1789). Gastinel-Coural, 1988, p. 101, cita documentación y recibos del fabricante correspondientes a los meses de mayo, junio, julio de 1798 en AGP, sin dar más referencias ni signaturas.

113 Diogo de Carvalho e Sampayo (Lamego, 1750-1807), caballero de la Orden de Malta, fue embajador portugués en Madrid entre 1788 y 1801; véase Abascal, Cebrián, 2009, p. 93.

114 Eustache Gascon, negociante establecido en Bayona vinculado a Jacques Peyrard; véase Bulletin de la Société des sciences & arts de Bayonne, 1889, deuxième semestre, p. 187.

115 Luis Pisani, embajador extraordinario de la Serenísima República de Venecia; véase Mercurio histórico y político, Madrid, febrero de 1790, 148, pp. 153-154.

116 Jean-Baptiste-Antoine Générelly (1723 – d. 1788), amigo de Grognard, bordador y negociante de Lyon, miembro de la familia de comerciantes Générelly. Casó con Elisabeth-Marie-Christine Rinaldy, marchande de modes, y antes de 1766 se asoció con Antoine Chalamel. Jean-Baptiste eligió a François Grognard y a Marguerite Paganuchi, hija de Jean Paganuchi, como padrinos de su hijo Auguste-Stanislas-Machabée Générelly, nacido en 1781; véase Miller, 2015, pp. 206-207 y 234.

117 José Moñino y Redondo, I conde de Floridablanca (1728-1808), secretario de Estado entre 1777 y 1792, presidió la Junta Central Suprema creada en 1808 (AGP, Personal, caja 221/31).

118 «En France les Livres des Marchands & Banquiers se tiennent par livres, sols & deniers tournois, la livre valant 20 sols, & le sol 12 deniers» (Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de Commerce, vol. 2, p. 1115).

119 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

120 Carlos Ruta, dignatario de procedencia napolitana, que llegó a Madrid en el séquito de Carlos III. Estudió arquitectura en Nápoles con Vanvitelli. Falleció en Madrid el 10 de octubre de 1794; véase Llaguno y Amírola, Noticias de los Arquitectos, pp. 283-284. Jefe del Real Guardarropa y ayuda de cámara de Carlos IV, 1768-1791 (AGP, Expediente Personal, caja 1670/3 y 937/1 y 2).

121 Hugues Ringuet, inventor de una tela que imitaba a la perfección los bordados y la pintura, autor de Mémoire et rapport sur la fabrication des étoffes de soie; véase Delandine, Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, p. 369.

122 Probablemente se trata de los canónigos de la Real Colegiata de San Isidro de Madrid, no de San Isidoro.

123 Cuenta presentada al cobro en 1788, donde se describe la seda del asiento de las banquetas, un «raso campo rojizo, tejido al telar, imitando el bordado, con dibujo colorido en tela de araña para 16 taburetes», la cenefa de «raso azul imitando el bordado con flores coloridas», tres «dibujos para mesas hechas de madera fina y esculpidas o doradas», un dibujo «para canapé» y tres dibujos para taburetes. El precio total ascendió a 1 572 reales de vellón. La primera factura, redactada en Lyon con fecha de 27 de mayo de 1788, fue presentada en agosto y rechazada por estar confundida en la partida número 11, según advirtió la Contaduría del Príncipe. Grognard escribió a Pernon solicitando la rehiciera y rogando al sedero lionés poner más atención en la elaboración de documentos de este tipo, para no retrasar los pagos. La segunda y definitiva cuenta fue rehecha con idéntica fecha en la ciudad francesa y presentada al cobro en el mes de octubre de 1788. La colgadura de la sala se conserva in situ, imita tejidos inflados por el viento, muy del gusto de Dugourc (véase fig. 7); documentación en AGP, Reinados, Carlos IV Príncipe, leg. 50/2, citado por Benito García, 2011, pp. 628-629. El 8 de octubre de 1788, Grognard recibió 80 796 reales de vellón, «por el importe de varias telas de seda, que por su dirección se han traído de León de Francia, para colgaduras y asientos de la Casa de Campo en el Real Sitio de San Lorenzo» (AGP, Reinados, Carlos IV Príncipe, leg. 11/2).

124 Carta con la misma fecha que la precedente.

125 Juan Pedro Arnal (1735-1805), hijo de Juan Enrique Arnal, platero de Felipe V y Fernando VI (AGP, Expediente personal, caja 74/27), estudió arquitectura en Toulouse, entrando a finales de la década de los años setenta en el círculo de la nobleza en Madrid. Sobre su carrera y su papel como arquitecto en el palacio de Buenavista, véase el ensayo de Álvaro Molina en este mismo volumen.

126 Carlo Sebastiano Ferrero Fieschi (1760-1826), príncipe de Masserano, grande de España, casado en 1776 con Adelaida Augustina Joachime de Béthune (1756-1790). Capitán de la Compañía Flamenca de Reales Guardias de Corps en 1785, será nombrado embajador de España en París por Carlos IV. El italoespañol, de gusto fastuoso, aconsejó a Carlos IV en cuestiones artísticas y actuó como intermediario en encargos regios como prueba su correspondencia diplomática; véase Junquera, 1979, pp. 128 y 154. En 1788, dando prueba de su interés por el arte francés, el príncipe encargó a Anne-Louis Girodet cuatro lienzos titulados Four Seasons, destinados a la Casa del Labrador de Aranjuez, citado en Enciso Recio, 2013, p. 172.

127 Recordemos que en la carta 17 Grognard relata pormenores de la recepción de varios «muebles» o tela de paredes y asientos a juego. En el mismo envío, y mal empaquetada, llega una tela de fondo verde y sorbec («plateada»). Las dificultades para la ejecución de la seda verde plateada, que presentaba defectos como marcas de aplastamiento por un tratamiento inadecuado en el apresto con cilindros, dio lugar a que quedara pospuesta su colocación hasta el año siguiente, es decir, 1789; véase Junquera, 1979, pp. 72-73. Según Junquera, este entelado es el que el Príncipe indica tajantemente que esté colocado en la Casa de Campo de El Pardo a su regreso de Aranjuez, deseo expuesto por medio del príncipe de Masserano en la carta 25, de 5 de septiembre de 1788, fecha que Junquera equivoca con el 5 de julio. Se trata de un entelado bordado con arquitecturas inspiradas en la Domus Aurea de Nerón en Roma, con destino a la saleta pompeyana de la Casa del Príncipe de El Pardo.

128 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73; Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

129 Baltasar de Iruegas y Compañía, casa de comerciantes madrileños de paños y seda, establecida en la Puerta de Guadalajara [AGP, Administraciones Patrimoniales, San Ildefonso, Cajas 23842/2 (1779) y 23843/2 (1785)]. La razón social de esta casa cambia a lo largo del siglo xvii: Iruegas y Gil entre 1760 y 1763; Iruegas, Ibarrola y Compañía entre 1764 y 1771; Iruegas y Zubiaha entre 1772 y 1780; Iruegas y Ibarra entre 1781 y 1789 (AGP, Carlos IV, legs. 42-43, citado en Miller, 2012. p. 142); «Individuos del Gremio de Sedas de la Puerta de Guadalajara, Baltasar de Iruegas, Ibarra y Compañía. Tiene este Gremio un Almacén general en la calle de Atocha, dentro de la casa de los Cinco Gremios Mayores. Individuos del Gremio de Paños, Baltasar de Iruegas, Lorenzo de Iruegas, José Antonio de Ibarrola» (Almanak mercantil o Guía de Comerciantes para el año de 1799, Madrid, 1799, p. 435).

130 Libros de facturas. «Livres des Factures. On tient ce Livre pour ne pas embarrasser le Livre Journal de quantité de ratures qui sont inévitables en dressant les comptes ou factures de diverses marchandises reçues, envoyées ou vendues, où l’on est obligé d’entrer dans un grand détail» (Savary, Le parfait négociant, t. II, p. 578).

131 Poco después de dar a luz a su último hijo, el infante don Carlos José Antonio, nacido el 28 de octubre de 1788, doña María Ana Victoria cayó enferma de viruela, y expiró el 2 de noviembre de ese año; pocos días después su hijo la seguía a la tumba, al igual que su viudo, el propio infante don Gabriel, que murió el 23 de ese mes en San Lorenzo de El Escorial. Su muerte fue un duro golpe para su padre, el rey, que fallecería también poco tiempo después.

132 Alexis Grognard (Lyon, 1752-1840), el menor de los hermanos varones de François Grognard.

133 Podría tratarse del magistrado Pierre-Augustin Robert, vizconde de Saint-Vincent (1725-1799).

134 Pedro Brunel, cirujano de cámara, 1769-1787 (AGP, Expediente personal, caja 16691/15); véase Brunel, Memoria sobre las enfermedades. Con motivo del nacimiento del infante don Pedro, Brunel, cirujano honorario de S. M. y comadrón de la princesa, regaló a la infanta doña María Ana Victoria un vestido rico, sortija de brillantes y seiscientos doblones (Memorial Literario instructivo y curioso de la Corte de Madrid, Madrid, septiembre de 1786, p. 110).

135 Podría tratarse de los miembros de la familia lionesa Rocoffort, a la que pertenecían Étienne Rocoffort, maestro sombrerero (muerto hacia 1770), y su hijo Jean-François (1744 – d. 1791), diseñador textil dedicado al comercio de mercancías de moda; véase Miller, 2015, pp. 425-426. La firma Rocoffort et compagnie, commissionaires-chargeurs, negociantes de Lyon, tuvo domicilio en la place du Méridien de Lyon (Observations des Négociants de Lyon soussignés, sur le mode d’Établissement en cette ville, de l’Octroi municipal et de bienfaisance, Lyon, 1800-1801, p. 25). Jean-Gabriel Rocoffort, ancien échevin («exregidor») [Monfalcon, Histoire monumentale de la ville de Lyon, p. 50].

136 Ramón Valentino, marqués de Manca, caballero de la Orden del Toisón de Oro, mayordomo mayor del rey Carlos IV. «Le 12 mai 1789, il fut remis entre les mains du roi Charles IV par son valet de chambre D. Carlos Ruta, et entre celles de la reine Doña Maria Luisa par D. Manuel Godoy, un écrit sans nom d’auteur, rempli d’injures et de calomnies contre le comte de Floridablanca. C’était un véritable libelle diffamatoire [titulado Confession du comte Floridablanca. Extrait d’un papier tombé de la marche du père commissaire-général des franciscains]. Le roi ordonna de rechercher l’auteur de l’écrit, et de lui faire son procès. D. Mariano Colon, surintendant de police, et conseiller de Castille, fut chargé de l’exécution de l’ordre royal. Des soupçons s’étant élevés contre le marquis de Manca et D. Vicente Salucci […] ils furent condamnés par le conseil de Castille en 1791. Le roi commua les peines imposées par l’arrêt du conseil en celle d’exil» (Muriel, Gouvernement de Charles III, pp. 103-104).

137 El lionés Joseph Moreaux fue padrino del diseñador textil Jean-Simon Petit (1746-1828); véase Miller, 2015, p. 363.

138 Pedro Pablo Abarca de Bolea (1719-1798), X conde de Aranda, ministro de Carlos III, embajador de España en París de 1773 a 1787, presidente del Consejo de Castilla y secretario de Estado de Carlos IV. Su primera esposa, Ana María Fernández de Híjar, falleció el 24 de diciembre de 1783; el 14 de abril volvió a casarse, esta vez con su sobrina nieta María Pilar Fernández de Híjar y Palafox.

139 Junquera concluye que se trata de la colgadura destinada a las «habitaciones de maderas finas» del piso alto de la casa de campo de El Escorial, cuyos zócalos de maderas de colores aún no estaban colocados; véase Junquera, 1979, p. 81.

140 Cuenta última del Príncipe Don Carlos […] correspondiente a todo el año de 1788, respecto de que ascendido al trono en 14 de diciembre […] mandó S. M. se pagase por esta Tesorería todos los gastos pertenecientes a dicho año, [por] José Narciso Comenge, tesorero del rey; Ignacio de Béjar y Guedeja; Pedro López de Lerena, secretario de Estado y del Despacho de Hacienda; duque de Uceda, sumiller de Corps: «A Grognard y Compañía, se le pagaron por el importe de varias telas de seda, que por su dirección se han traido de León de Francia, para colgaduras y asientos de la Casa de Campo en el Real Sitio de San Lorenzo, como consta de libramiento, su fecha ocho de octubre, no 23, 80 796» (AGP, Carlos IV, Príncipe, leg. 11/ caja 2, Oficios y mercaderes); Razón del pago efectuado por el tesorero, José Narciso Comenge: «Señor Don Josef Narciso Comenge, Thesorero de los Reales Alimentos consignados a los Srmos. Srs. Príncipes e Infantes de los pertenecientes al Príncipe Nr. Sr., se servirá V. M. satisfacer al Sr. Grognard // Ochenta mil setecientos noventa y seis reales de vellón, por igual cantidad que importa la cuenta que ha presentado, de varias telas de seda que por su dirección se han traído de León de Francia para colgaduras y asientos de la Casa de Campo de S. A. en el Real Sitio de San Lorenzo, cuya cuenta con decreto a su continuación del Excmo. Sr. Duque de Uceda, sumiller de Corps de S. A. y Gobernador de sus Reales Alimentos, su fecha diez de agosto pasado de este año, para el despacho de este libramiento, queda en esta Contaduría de mi cargo. Y en virtud de él paguese de S. E. tomada que sea en ella la razón y rezibo del citado Sr. Grognard, se abonará a V. M. dicha cantidad en la quenta correspondiente a la Tesorería del Príncipe N. S. Madrid, octubre, ocho de mil setecientos ochenta y ocho. Son 80 796 reales de vellón. Ignacio de Béjar y Guedeja [rubricado], Páguese M. Uceda [rubricado]. Tomada la razón, el Secretario de Casas de Campo, no 23 [rubricado]» (AGP, Carlos IV, Príncipe, leg. 11/ caja 3, Oficios y mercaderes).

141 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

142 Quizá se trate de José de Gálvez, administrador de la aduana de Cádiz en 1782, desde donde se despachaban las mercancías destinadas a las Indias. Respaldo y ayuda de José de Gálvez, ministro de la Marina y de las Indias, en octubre de 1778, para la liberalización y apertura de treinta y tres puertos destinados al intercambio comercial entre España y sus colonias, medida apoyada decididamente por Campomanes, que rompió el monopolio detentado por los comerciantes del puerto de Cádiz; véase Caridi, 2015; «La famille des Galvez […] était toute composée d’hommes supérieurs. D. Joseph de Galvez, marquis de Sonora, et ministre des Indes, était d’une famille pauvre des environs de Malaga : par ses rares talens, il s’éleva aux plus hautes dignités» (Townsend, Voyage en Espagne, p. 224); «D. Antonio Valdez, ministre actuel de la marine, ne doit qu’à son mérite la place élevée qu’il occupe. Il se distingua dans l’armée navale comme capitaine et comme commodore ; et l’on verra combien la nation doit à son habileté singulière […] lorsque en décrivant Cadix je parlerai de la marine, et montrerai l’accroissement de la puissance navale de l’Espagne» (ibid., p. 225).

143 Féodor et Lisinka ou Novogorod sauvée. Drame en trois actes et en prose, tirée d’une anecdote russe, París, chez Prault, Imprimeur du Roi, 1787. Obra de Pierre-Jean-Baptiste Choudard Desforges (1746-1806), representada en el Italian Theatre, el 3 de octubre de 1786, y publicada al año siguiente en París; véase La Belle Assemblée or Being Bell’s […], cap. «English and foreign drama», p. 235.

144 Fernando I, rey de las Dos Sicilias (1751-1825), casado con María Carolina de Habsburgo. Hijo de Carlos III y María Amalia de Sajonia. Giuseppe Bonito retrata a los infantes don Gabriel y don Fernando niños en 1759, lienzo conservado en el Palacio de Caserta.

145 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12 y Junquera, 1979, p. 78, aunque equivoca la fecha datando la carta el 5 de septiembre de 1788.

146 Carlos IV, rey de España (11 de noviembre de 1748 - 19 de enero de 1819).

147 María Luisa de Parma (Parma, 9 de diciembre de 1751 – Roma, 2 de enero de 1819). En 1765 contrajo matrimonio con el príncipe de Asturias, futuro Carlos IV.

148 Hermano del conde de Floridablanca, nombrado por Carlos III embajador de España en Roma. «Un des derniers actes de ce ministre [el conde de Aranda] encore tout-puissant fut d’envoyer à Rome François Monino avec le titre d’ambassadeur d’Espagne» (Cretineau-Joly, Clément XIV et Les Jésuites, p. 238).

149 Urbain y su hermano François-Thomas Jaume estaban vinculados a la familia Ganin, línea materna de los Grognard. Urbain Jaume (17?-1816), banquero y negociante lionés, asociado de Camille Pernon y más tarde de Jean-Démosthène Dugourc para la fabricación de los nuevos naipes de la República francesa, según privilegio concedido el 17 de febrero de 1793 (Nouvelles cartes de la Republique française, eds. U. Jaume et J.-D. Dugourc, 1793, Bibliothèque Nationale de France, Reserve Boîte Ecu KH-167, citado en Taws, 2013, p. 160).

150 Párrafo extractado en Junquera, 1979, p. 73, aunque equivoca la fecha de la carta, y en Gastinel-Coural, 1988, p. 99. Colgadura pompeyana bordada en Lyon bajo la dirección de Camille Pernon, de la que se conservan en Patrimonio Nacional los entelados murales y sus cenefas, las cortinas y la tapicería de mobiliario; véase Benito García, 2015, pp. 195-209.

151 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 100, aunque equivoca la fecha datando la carta el 27 de octubre de 1788.

152 Jean-Nicolas Delhorme (1761-1785), consejero del rey y notario, establecido en la place de la Comédie, de Lyon en 1777; véase Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, pour l’année 1777, Lyon, 1777, p. 165. Su sucesor en el oficio y protocolo fue su hijo Barthélemy Fleury Delhorme, notario de Lyon desde 1785. Barthélemy fue uno de los miembros, junto con Camille Pernon, de la comisión encargada de la instalación de un Conservatoire des arts en el Palais-des-Arts, en 1802; véase Niepce, Les Bibliothèques anciennes et modernes de Lyon, pp. 237-238.

153 Las sederías de esta comisión se corresponden en su mayoría con las que tapizaban los apartamentos del palacio de los duques de Alba, descritas en el Sueño a realizar en la decoración de su palacio (pp. 205-216 de este volumen); así, el damasco sobre fondo color marrón giroflé y blanco con camafeos verdes corresponde con el de la sala de los apartamentos del duque, mientras que el mueble en damasco fondo rosa con dibujo de encaje «dessin dentelle» es similar a los del dormitorio de la duquesa y su deshabillé o gabinete para desnudarse.

154 «Clavo, especia, es el botón de la flor de un fruto aromático. Color marrón oscuro o amarillento» (Terreros y Pando, Diccionario castellano con las voces de ciencias y artes, s. v.).

155 Uno de estos dos muebles corresponde con la sala del duque de Alba descrita por Grognard (véase Sueño a realizar…).

156 Dormitorio del apartamento del señor duque de Alba (véase Sueño a realizar…).

157 Damasco de color y diseño similar a la colgadura del tocador de la duquesa de Alba (véase Sueño a realizar…). Tejido similar al que se destinará al cabinet de toilette o tocador de la reina María Luisa de Parma en el Palacio Real de Madrid, manufactura de Camille Pernon según diseño de Jean-Demosthène Dugourc (1797). Libro de patrones de Camille Pernon y colgadura conservada en el Musée des Tissus de Lyon; véase Gastinel-Coural, 1988, cat. 79, p. 129.

158 Párrafo citado en ibid., p. 100, aunque equivoca la fecha, datando la carta el 25 de octubre, en lugar del 27 de octubre de 1788.

159 Comerciantes establecidos en Amiens desde 1719. «Robert Jourdain et Barthélemy d’Amiens» (Pagès, Douche, Supplément aux Manuscrits de Pagès, p. 197); «Marchands de velours de coton, pannes, blicourts [sic], etc., Robert, Ve., Jourdain et fils, Amiens» («Calendrier pour l’An XIII de la République Française, commençant le 23 septembre 1804 finissant le 25 septembre 1805», en Almanach du Commerce de Paris, des Départemens de l’Empire français et des principales villes de l’Europe, París, 1805, p. 442).

160 Junquera, 1979, p. 73.

161 Banquero francés establecido en Madrid en 1788; véase Zylberberg, 1993, p. 162. Entre los negociantes franceses o de origen francés que ejercían la profesión de banqueros en Madrid figuraban Drouilhet et Cie, François Rigal, Louis Rigal y Jean Soret; véase Almanak Mercantil o Guía de comerciantes de 1798, citado en Tortella, 2000, pp. ix, 79, 179-180, 224.

162 En la sección de Personal del AGP no figura ninguna sobrina de Francisco Antonio Fleuriot de Parisien con el apellido Márquez; sin embargo, sí figura su hermano Rafael Márquez Fleuriot, ayuda de cámara (AGP, Personal, caja 623/21).

163 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

164 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12.

165 Gastinel-Coural, 1988, pp. 124-125; Benito García, 2015, p. 140.

166 Pedro de Zúñiga y Girón (1730-1790), conde de Miranda del Castañar, grande de España. «Damas dessin de l’autel pour le comte de Miranda grand d’Espagne, comande passée par Grognard», manufacturado por Camille Pernon, 1788, lampassette, soie, Maison Tassinari et Chatel, Lyon y París, inv. 13452, 267 x 54 cm. Las iniciales M. P. C. (Manufacture Pernon Compagnie), se encuentran en pequeños medallones sostenidos entre los picos de unos cisnes en la parte superior de la tela. El Musée des Tissus de Lyon conserva un fragmento de este diseño, inv. 29426 (Gastinel-Coural, 1988, cat. 60, pp. 124-125). La casa del conde de Miranda se encontraba situada en la plazuela de la iglesia parroquial de San Miguel y San Justo de Madrid (Archivo de la Iglesia parroquial de San Miguel y San Justo, Madrid, libro de difuntos, 1824, pliego 157, certificado de defunción del conde de Miranda del Castañar).

167 María del Carmen Josefa de Zúñiga y Fernández de Velasco, condesa de Miranda del Castañar, casó con Pedro de Alcántara Álvarez de Toledo y Gonzaga (1765-1824), hermano del José Álvarez de Toledo y Gonzaga (1756-1796), duque de Alba por su matrimonio con María Teresa de Silva y Álvarez de Toledo, XIII duquesa de Alba.

168 Infante Pedro Carlos de Borbón y Braganza (1786-1812), hijo mayor del infante don Gabriel de Borbón y de la infanta María Victoria de Portugal. A los dos años, en 1788, quedó huérfano al morir sus padres de viruela.

169 Salvatore Montaperto, príncipe de Rafadal, embajador de las Dos Sicilias en Madrid, caballero del Toisón de Oro, muere en Madrid el 28 de septiembre de 1801; véase Nesci Di Sant’agata, 1983, p. 210. «Le prince de Raffadali, ministre plenipotentiaire de la cour de Naples près notre Souveraine, est parti [15 de enero de 1778] pour se rendre auprès du duc de Sainte-Elisabeth son oncle, ambassadeur de la même cour à Madrid. On pense […] que le prince de Raffadali sera son sucesseur» (Journal historique et littéraire, Luxemburgo, 1778, t. CIL, p. 121).

170 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12.

171 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

172 Frase citada en ibid.

173 Frase citada en ibid.

174 «Le faire languir, en faisant durer longtemps des chagrins, des inquiétudes, des peines» (Dictionnaire de l’académie françoise, 1802, t. I, p. 651).

175 Es la única referencia en la correspondencia de François Grognard a Jean-Demosthène Dugourc (1749-1829). Párrafo reseñado por Gastinel-Coural, 1988, p. 99. Jean-Démosthène Dugourc (atribuido), Diseño de canapé y Diseño de taburetes para la casa de campo de El Escorial (figs. 9 y 10).

176 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Gastinel-Coural, 1988, pp. 99-100.

177 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, pp. 99-100.

178 Frase citada en ibid., p. 100.

179 Paolo Greppi (1748-1800), comerciante milanés y diplomático austriaco, cónsul general del Imperio austriaco en Cádiz, dejó observaciones y memorias sobre su estancia en España, sacadas a la luz por su descendiente G. Greppi. Amigo y confidente de Alejandro Malaspina en Cádiz, intervino ante Napoleón utilizando su influencia con la corte de Madrid para conseguir la libertad de Malaspina en San Antón. Dio cobertura a la importación de libros franceses prohibidos; véase Beerman, 1992, p. 148. «Consul impérial d’Autriche à Cadix. Cadix demeure le site le plus important de communication avec l’Amérique espagnole, car son port assure encore en 1786 75,5 % du trafic contrôlé avec les colonies […] Greppi se présente comme un élément fondamental dans la défense des intérêts commerciaux de l’Autriche en Espagne. Il est soutenu par l’ambassadeur à Madrid, le comte de Kaunitz Rietberg […]. Tous les deux agissent de façon coordonnée, afin de lever les obstacles au commerce de l’Empire, notamment ceux des Pays-Bas, avec l’Espagne et ses Indes […] deux personalités de la politique extérieure autrichienne» (Marzagalli, Bonin, 2000, pp. 408 y 412); véase también Kaps, 2013.

180 El cardenal Vicenzo Maria Altieri (1724-1800), hijo del príncipe Girolamo Altieri (1673-1762). «El palacio Altieri, situado en la calle del Corso en la plaza de Venecia, es uno de los más espléndidos y vastos edificios de la capital. Principió su construcción a fines del siglo xvii Juan Bautista Altieri, y la terminó el cardenal Paluzzo Altieri en el Pontificado de Clemente X de esta familia […] pisos altos, ricos de precisosísimas estatuas, de renombradas pinturas, de admirables estucos y de tapices tejidos con oro» (Rongier, Díaz, Historia de la canonización de los mártires japoneses, pp. 67-68).

181 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 12; Gastinel-Coural, 1988, pp. 124-125; Benito García, 2015, p. 140.

182 «La casa del Duque de Liria, cerca de la puerta de San Bernardino […] don Ventura Rodríguez, de quien […] se ha valido su dueño, la ha compuesto de manera, que se puede contar entre las de más consideración de Madrid; bien que algunas partes se quedarán sin el decoro, que el arquitecto les hubiera dado, si fuera suya la invención» (Ponz, Viaje de España, t. III, p. 222).

183 «Il y a des dessinateurs qui s’occupent des esquisses seulement ; ce sont d’autres personnes qui sont chargées de les mettre en carte […] Le travail de la mise en carte est soumis à tant de règles […] que pour les indiquer toutes, en égard à l’immense variété des tissu, il faudrait écrire un gros volume sur cette matière, qui constitue un art à part» (Falcot, Traité encyclopédique et méthodique de la fabrication des tissus, p. 143).

184 Casa del duque de Híjar en la Carrera de San Jerónimo, que perteneció al comerciante genovés Carlos Strata en 1637; véase Mesonero Romanos, Nuevo manual histórico-topográfico-estadístico, p. 389.

185 Carolina Augusta de Stolberg-Gedern, esposa de don Carlos Bernardo Fitz-James Stuart y Silva, IV duque de Liria (1752-1787).

186 Jacobo Felipe Carlos Fitz-James Stuart zu Stolberg-Gedern (1773-1794), V duque de Berwick y Liria.

187 María Teresa Fernández de Híjar.

188 María Fernanda Fitz-James Stuart.

189 Agustín Pedro, X duque de Híjar.

190 Doble matrimonio entre los hijos de la duquesa de Liria y los del duque de Híjar; véase Poidebard, Chatel, 1912, p. 12. Dos hijos de don Pedro Pablo de Alcántara Fadrique, IX duque de Híjar, y de Rafaela Palafox casarán con dos hijos de los duques de Liria: María Teresa de Silva-Fernández de Híjar y Palafox (Madrid, 1772 – Florencia, 1818) casará con Jacobo Felipe Carlos Fitz-James Stuart zu Stolberg-Gedern (1773-1794), V duque de Berwick y Liria, el 24 de enero de 1790; por su parte, Agustín Pedro de Silva-Fernández de Híjar y Palafox (1773-1817), X duque de Híjar, casará con doña María Francisca Fernanda Fitz-James Stuart zu Stolberg-Gedern (1775-1852), hija del IV duque de Berwick y Liria, Carlos Bernardo Fitz-James-Stuart y Silva.

191 Cuando Luis XVI alcanzó la Corona, en 1772, nombró al duque de la Vauguyon su embajador en los États-Généraux de La Haya, el 11 de mayo de 1778: «… passa à l’ambassade de Madrid en la même année [1784], et fut créé chevalier de la Toison d’Or en 1787, puis maréchal-de-camp le 9 mars 1788. Appelé au ministère des affaires étrangères, le duc de la Vauguyon ne conserva ce porteuille que quelques jours ; et, après le renouvellement du ministère, il retourna à son ambassade à Madrid […] il ne quitta la capitale de l’Espagne qu’en 1795, pour rejoindre Louis XVIII à Veronne. Il remplit les fonctions de ministre de ce prince jusqu’au mois de mars 1797. Après avoir séjourné quelque temps à Hambourg, il revint en Espagne, où sa famille s’était réfugiée, et ne rentra en France qu’en 1805 […] Il a épousé, le 27 avril 1766, Marie-Antoinette-Rosalie de Pons, dame d’atours, puis dame d’honneur de la reine Marie-Antoinette, fille de Charles-Armand, vicomte de Pons, comte de Roquefort, brigadier des armées du roi, et de Gabrielle-Rosalie le Tonnellier de Breteuil. La duchesse de la Vauguyon est décédée au mois de janvier 1825» (Courcelles, Histoire Généalogique et Héraldique des Pairs de France, pp. 158-159).

192 El 11 de agosto de 1789 Pernon salva su vida, pero arruinado por la Revolución francesa, endeudado por la falta de pago de grandes cantidades reclamadas al Mobilier de la Couronne y al Tesoro Real y presionado por las circunstancias («les avances que nous sommes obligés de faire pour les commissions d’Espagne»), solicita se le paguen las deudas contraidas con Urbain Jaume, banquero que le exige la devolución de las cantidades adelantadas, bien en especie o en valores. Se conserva la carta autógrafa de Pernon escrita a M. Dufrène, intendente del Tesoro Real, en la Bibliothèque municipale de Lyon, fechada en París, el 11 de agosto de 1789: «il serait cruel qu’une maison qui, depuis plus d’un siècle, enrichit avec honneur les manufactures de la ville de Lyon par son industrie et ses efforts, vint à succomber […] sans cette ressource, les ouvriers les plus précieux s’expatrieraient par le manque d’occupation». El intendente del Tesoro no pudo atender la reclamación; véase Poidebard, Chatel, 1912, carta transcrita en pp. 15-17.

193 Podría tratarse de Agustín (1750-1819) o Ignacio (1759-1813), hijos de Miguel de Múzquiz y Goyeneche, I conde de Gausa (1719-1785).

194 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100, aunque equivoca la fecha datando la carta el 7 de noviembre de 1789.

195 Frase citada en ibid.; aunque equivoca la fecha datando la carta el 7 de septiembre de 1789.

196 Frase citada en ibid., p. 99.

197 «The marquis d’Iranda, who was past seventy, had personally retired from the business, but he loaded Humboldt with proofs of kindness and goodwill, ordered the financial arrangements of his journey in the kindest and most disinterested manner, without demanding the slightest security, and afterwards honoured his bills of exchange. Humboldt wrote from Madrid on April 4, 1799: “The Marquis d’Iranda is one of the most distinguished men in Europe. He treats me as his son, and does and will do everything for me”» (Johann-Erich Biester, Neue Berlinische Monatsschrift, vol. 6, 1801, p. 183, citado en Löwenberg, Avé-Lallemant, Dove, 2009, p. 243)

198 Josefa de la Torre. Archivo Histórico de Protocolos de Madrid, Protocolo 21 653, fo 907, Relación de bienes, crédito y deudas de don Simón de Aragorri, Madrid, 31 de julio de 1777, hecha con ocasión de su próximo matrimonio con doña Josefa de la Torre, citado en Matilla Tascón, 1987, p. 232.

199 Diplomático extranjero acreditado en España: ministro de Suecia, barón de Ehrensverd, en 1794; véase Gaceta de Madrid, viernes 31 de julio de 1801, p. 801.

200 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100; aunque equivoca la fecha datando la carta el 10 de septiembre de 1789.

201 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Junquera, 1979, p. 73.

202 Frase extractada en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

203 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13; Junquera, 1979, p. 73, transcrita la carta completa en documento 8, p. 228, aunque equivoca la fecha datando la carta el 9 de septiembre de 1789; Gastinel-Coural, 1988, pp. 27-102; Benito García, 2015, sin referencia documental, p. 5.

204 Párrafo extractado en Gastinel-Coural, 1988, p. 99.

205 Párrafo extractado en ibid.

206 Marie Stopin, viuda de Laurent Deldicque, negociante de Lille; véase Godin, Cottel, Inventaire sommaire des Archives départementales, p. 200; «La veuve Deldicq et fils, Brovelio de Frennes et Lavieille, négociants à Lille en Flandre, contre les hériters du sieur Folcker Both, demandeurs» (ibid., p. 483); «Fabricant de toiles et étoffes du pays : Jamin Deldicq, marchand de toiles et étoffes du pays» (Almanach du Commerce de Paris, des Départemens de la France, et des principales villes du monde, París, 1820, p. 879).

207 Una de las principales casas de comercio y banca de Madrid a finales del siglo xviii y primeros años del xix. «Le 29 mars 1808, les sieurs Prat, Meillan et compagnie, de Lyon, tirent sur Jacques Prat et compagnie, de Valence en Espagne, à l’ordre des sieurs Bodin et compagnie, de Lyon, une lettre de change de 980 piastres de huit réaux, payable à quatre-vingt-dix jours de date, c’est-à-dire, le 13 juillet suivant, dans la ville de Madrid, au domicile de Patrice Joyes et fils» (Merlin, Recueil alphabétique de questions de droit, p. 227); en el apartado «Principales maisons de commerce et de banque» de Madrid, figuran Patrice Joyes et fils y Louis Rigal tras el marqués de Iranda; véase Almanach du Commerce de Paris, des Départemens de la France, et des principales villes du monde, 1809, p. 801.

208 Real Orden de 3 de mayo de 1778, Novísima Recopilación, t. III, p. 236.

209 Carolina de Stolberg-Gedern (1755-1828), casada con Carlos Bernardo Fitz-James Stuart y Silva, IV duque de Liria, IV duque de Berwick (1752-1794).

210 Frase citada en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

211 Pedro Pablo de Alcántara Fadrique, IX duque de Híjar (1741-1808).

212 Jean Ange de Turín figura como acreedor y con cuentas por cobrar en la Prefectura del Departamento de Po en abril de 1809 (Le courrier de Turin. Journal politique, litteraire, Turín, 24 de abril de 1809, 56, p. 231).

213 François Grognard mantuvo relaciones con banqueros y negociantes de Turín vinculados al comercio de sedas, ciudad en la que actuó como commissionaire de los señores Bourillon, Péona y Ferrero, que le enviaron ballots de soie («fardos de seda») para vender, entre otros, a los señores Chaney Noiret & compagnie, por un precio de 4 314 libras 11 sols; dos ballots más al señor Peclet (Jean-Baptiste, Jacques y François Peclet, comerciantes y fabricantes de telas, establecidos en Lyon, en las calles Lafont, Pizay y Grande-Côte) [Indicateur de Lyon, Frères Perisse, 1810, p. 304] valorados en 9 504 libras 15 sols (Précis pour le sieur Jean-Dominique Bourillon, négociant à Turin, & pour les sieurs Peona & Ferrero, aussi négociants à Turin, demandeurs ; Contre les syndics des créanciers du sieur Grognad, Lyon, 1780, pp. 1-2).

214 Pierre Boyer et fils, banqueros y negociantes de seda en Turín (Almanach du Commerce de Paris, des Départemens de l’Empire français et des principales villes de l’Europe, París, 1805, p. 617).

215 «Redern (le comte Sigismond-Ehrenreich de), fils du précédent (grand-maréchal de la cour de la reine douairière, mère de Frédéric II, et, longtemps après, de la cour de Frédéric Guillaume II, curateur de l’Académie des sciences de Berlin, à la mort de Maupertuis ; né à Berlin, vers 1715, naturalisé français par Louis XV, en janvier 1769, mort dans ses terres de Saxe, en 1789), d’abord ambassadeur de la cour de Saxe en Espagne, et ensuite de la cour de Prusse en Angleterre, jusqu’en 1792 ; établi en France sous le règne consulaire, et naturalisé français, en 1811, par un décret spécial […] membre du conseil général des manufactures ; né à Berlin (Prusse)» (Quérard, La France littéraire, p. 487); «El viernes de la semana pasada tuvo la primera audiencia del Rey el Sr. Conde de Redern, Ministro Plenipotenciario del Elector de Saxonia, y pasó sucesivamente a presentarse a los Príncipes Ntros. Sres. y demás Personas Reales, acompañado por el Marqués de Manca, Introductor de Embajadores» (Gaceta de Madrid, martes 30 de septiembre de 1788, p. 635).

216 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

217 Francisco Sabatini (Palermo, 1722 – Madrid, 1797), arquitecto mayor de Carlos III. Se mantiene en el reinado de Carlos IV como arquitecto principal y director de las obras de palacio. Tras su fallecimiento el 19 de diciembre de 1797, Juan de Villanueva recibirá todos los nombramientos y competencias civiles del palermitano.

218 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

219 «Marqués de Torremanzanal, Regidor del Ayuntamiento de Madrid en 1787, siendo Corregidor D. José Antonio de Armona» (Diario curioso, erudito, económico y comercial, Madrid, lunes 1 de enero de 1787, 185, p. 6).

220 Louis Rigal de la Pradera, «un grand négociant en grains de Malaga» (Zylberberg, 1993, p. 162). D. Luis Rigal de la Pradera, «de la Regencia de Argel»; así figura en la relación de «Cónsules y Vice-cónsules generales de las naciones extrangeras que residen en esta Corte» (Almanak mercantil o Guía de comerciantes para el año de 1808, Madrid, 1808, p. 429).

221 «Joaquín de Quiñones, Sr. de la Higuera de Vargas», suscriptor del Diario curioso, erudito, ecónomico y comercial, Madrid, lunes 1 de enero de 1787, 185, p. 8.

222 Párrafo citado en Gastinel-Coural, 1988, p. 100.

223 Citada en ibid., p. 70.

224 Podría tratarse del arquitecto Pierre-Louis Moreau (París, 1727-1794), también dibujante y adornista como Grognard, o de Jean-Michel Moreau (París, 1741-1814), pintor y grabador, colaborador de la Enciclopedia, que entre 1775 y 1789 publicó Le Monument du Costume Physique et Moral de la fin du dix-huitième siècle, ou Tableaux de Vie; véase Guilmard, Les maîtres ornemanistes, pp. 236-237; Pinault-Sorensen, 2008.

225 La Real Compañía de Filipinas, promovida por Francisco Cabarrús, fue establecida por Real Orden de Carlos III de 10 de marzo de 1785; intensificó la importación de géneros asiáticos, pues se le otorgó el privilegio exclusivo de traer los tejidos de algodón de Asia. El almacén de géneros para la venta estaba en la Puerta del Sol, frente a la callejuela del Correo (Diario de Madrid, 30 de julio de 1810). Francisco Cabarrús Lalanne, conde de Cabarrús (Bayona, 1752 – Sevilla, 1810): «François, comte de Cabarrus, fils d’un négociant, naquit à Bayonne en 1752. Son beau-père (M. Galabert) lui donna la direction d’une fabrique de savon, à Caravanchel (Madrid) qui permit à Cabarrus de faire de fréquents voyages dans cette capitale, et ses goûts le mirent en relation avec quelques gens de lettres, notamment avec l’abbé Guevara, rédacteur de la Gazette de Madrid, qui l’introduisit dans plusieurs grandes maisons […] Il conçut le plan de la banque de Saint-Charles, qui fut crée le 2 juin 1782, et dont il fut nommé directeur […] On lui doit encore la création de la compagnie des Philippines, le 10 mars 1785, dont le but était d’unir le commerce de l’Amérique avec celui de l’Asie […] Après la mort de Charles III il perdit le crédit […] et le ministre Llerena le fit arrêter en 1790» (Feller, Biographie universelle, vol. 2, p. 315).

226 Uno de los primeros artistas en diseñar una decoración al estilo etrusco fue Jean-François Bélanger, arquitecto del conde de Artois, quien en 1777 diseñó y construyó el Pabellón de Bagatelle, en el Bois de Boulogne, estilo que desarrolló ampliamente en la decoración del tocador o boudoir del hotel parisino de su esposa, Anne-Victoire Dervieux. Jean-Démosthène Dugourc también diseñó sederías etruscas con destino a la casa del Príncipe de El Escorial en 1786 (Casa del Príncipe, El Escorial, PN, inv. 100221991).

227 Jean Sigismond Ehrenreich de Redern (1755-1835), embajador del reino de Prusia en Madrid en 1788; véase Michaud, Biographie universelle, vol. 78, pp. 401-402. «Fils du grand maréchal de la cour de Berlin et d’une mère d’origine française, le comte de Redern avait d’abord suivi la carrière diplomatique et représenté la Saxe en Espagne et la Prusse en Angleterre. Du temps de son ambassade à Madrid, en 1788, le hasard mit sur son chemin le comte de Saint-Simon […] colonel alors au service de France et qui étair venu en Espagne pour y solliciter la levée d’une légion. Tous deux s’étaient épris d’un bel enthousiasme pour cette philosophie mélangée de philantropie, qui régnait alors, et dont Rousseau avait été le prophète. Cette communauté d’idées les rapprocha et devint l’occasion d’une liaison assez intime pour que Redern, en quittant l’Espagne, en 1789, laissat à Saint-Simon une lettre de crédit de 12 000 livres dont celui-ci fit usage, en totalité, sans scrupule» (Annales de Philosophie Chrétienne, 1855, t. XI, p. 191); «Redern fut nommé ministre de Prusse à Londres en 1790 ; il quitte la diplomatie dans l’été de 1792 et Saint-Simon est arrêté à la fin de 1793» (Gouhier, 1964, p. 80); «El primer objeto de admiración para el viajero que entra por la puerta de Brandeburgo es esta misma puerta, copia magnífica de las Propileas de Atenas […] Párase en seguida con admiración la vista en la larga hilera de edificios construidos al gusto italiano que orilla por entrambos lados de la avenida de los Tilos, entre los cuales sobresale particularmente el palacio del conde de Redern, intendente del teatro real, rica y vasta fábrica cuya arquitectura recuerda la del castillo gran-ducal de Florencia» (Álbum Pintoresco Universal, 1841, t. I, p. 502).

228 Jean Saubaigné, comisionado de la corte española en Bayona en 1758; véase Larue, Bibliothèque des jeunes négociants, p. 14. «Le cadeau de 1772 [un reloj de péndulo de procelana de Sèvres, regalo de Luis XV a la princesa de Asturias] est typique des envois de la cour de France ; l’annonce faite de Versailles à Madrid, le soin apporté à l’emballage, le rôle dévolu à Saubaigné à Bayonne, le nécessité d’éviter les divers douannes d’Espagne» (Bottineau, 1986, p. 169); «Commissionaire à Bayonne de la cour d’Espagne, recommandé par le prince de Campo Florido et par le cardenal Fleury. Saubaigné, Commissaire impérial du Gouvernement de la République. Hôtel de Monnaie de Bayonne» (Almanach civil, politique et littéraire de Lyon et du département du Rhône, pour l’An IX de la République, Lyon, 1809, p. 103).

229 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 13 pero fechada erróneamente el 2 de julio: «Lorsque cette lettre parvint à son adresse, les lyonnais étaient en révolte contre la Convention. Leur ville allait traverser la plus terrible crise de son histoire, qui devait l’inonder de sang, détruire ses monuments, ruiner ses manufactures».

230 Salida de Grognard a consecuencia de la Real Orden de expulsión del 4 de marzo de 1793, que ordenaba el extrañamiento de los franceses, acompañado de la confiscación de sus bienes, debido a la guerra del Rosellón, de los Pirineos o de la Convención, que enfrentó a la monarquía de Carlos IV y a la Primera República Francesa entre 1793 y 1795.

231 Falta el folio numerado como 108.

232 Joseph Fulchiron e Isaac-Louis Grivel, junto con Denis Rougemont, fueron algunos de los banqueros y acreedores más importantes con los que mantuvo relaciones comerciales François Grognard. Isaac-Louis Grivel, originario del cantón de Vaud, se estableció como negociante-banquero en París y en Lyon, asociado con el lionés Fulchiron; véase Plessis, 1985, p. 305. En 1792, la sede de la sociedad estuvo domiciliada en la rue Helvétius, no 105, de París. Un hijo de Joseph Fulchiron llegó a ser pintor, siendo asentado como ciudadano y socio del Ateneo del Lyon en el Almanach civil, politique et littéraire de Lyon et du département du Rhône, pour l’An IX de la République, Lyon, 1809, p. 108.

233 Quizá Romain Baboin de la Barolière, «ancien négociant à Lyon, né à Saint-Romain-d’Albon, en 1765. Il quitta la France en 1789 et rendit quelques services aux émigrés. À la rentrée des Bourbons, il fut anobli par Louis XVIII et fonda plus tard, à Lyon, la maison de refuge dite de la Solitude. Cet homme bienfaisant est mort en 1837» (Rivoire de la Batie, Armorial de Dauphin, p. 31).

234 Falta el folio numerado como 111 o hay un salto en la numeración.

235 Comunica la liquidación definitiva de sus negocios abandonados a comienzos de 1793. Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, pp. 6 y 14, aunque fechada erróneamente el 10 de abril y citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71: «Il avait donc émigré, et il faut convenir que c’était le plus sûr moyen pour lui de se sauver de la Terreur, à laquelle le signalaient sa naissance, sa qualité de grand négociant fournisseur habituel d’une clientèle princière».

236 Camille Pernon emigró a Génova, donde se instaló en 1795 y fundó un establecimiento comercial: «Camille Pernon passa facilement à l’étranger où se trouvait une partie importante de sa fortune et pendant la Révolution il circulait d’Espagne en Italie où en 1795 il projetait de créer un établissement à Gênes» (Cayez, 1978, p. 82).

237 Paul Maystre et Compagnie, negociantes establecidos en Génova. «Les Maystre, grands négociants à Gênes.- Paul Maystre et compagnie. Jugement du tribunal de commerce de Paris qui condamne Delon frères par corps à payer les 16 000 fr à Maytre et compagnie. Du 15 Pluviose, an XI» (Journal du Palais. Recueil le plus ancien et le plus complet de la Jurisprudence Française, París, 1841, t. III, p. 134). Casa autorizada por Cabarrús para recibir suscripciones del Banco de San Carlos: «à Gênes Mrs. Paul Maystre & Compagnie» («Real Provisión de los señores del Consejo por la qual se prohibe la introducion y curso en estos Reynos del libro impreso y publicado en París que tiene por título: De la Banque d’Espagne dite de St.-Charles par le Comte de Mirabeau; y se mandan recoger los exemplares que ya se hubiesen introducido y esparcido del expresado libro», en Mirabeau, De la Banque d’Espagne, p. xxxv).

238 Canaille Gavarry, fabricante de jabones de Marsella; véase Bulletin officiel de la propriété industrielle et commerciale, París, 1894, p. 26. Su hija, Marie-Joseph Hilarion Gavarry, nació el 7 de septiembre de 1793 en Marsella; véase Bulletin des Lois du Royaume de France, París, août 1846, IXe série, Partie supplémentaire, t. XXIX, p. 998.

239 Reseñada por Poidebard, Chatel, 1912, p. 14, aunque fechada erróneamente el 10 de abril.

240 Reseñada por ibid., p. 11, con fecha errónea del 22 Prairial an 3. Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71. A partir de esta carta François Grognard adopta el calendario revolucionario establecido por decreto de 5 de octubre de 1793.

241 «Alexis Grognard. Peintre Lyonnais. Premier et plus ancien professeur de notre École de peinture. Naquit à Lyon, en 1751, son père, Antoine Grognard, était marchand-fabriquant de riches étoffes d’or, d’argent et de soie ; Éléonore Ganin, sa mère, était sœur de mon aieul maternel […] il fit le voyage de Rome […] jusque dans l’année 1771, époque où on le rappela à Lyon pour remplir la place de professeur à l’École spéciale de dessin qui s’organisait alors […] La révolution de 1792, en supprimant l’Académie royale, le priva de son emploi […] il ouvrit chez lui, une école […] jusqu’en 1807 […] époque, par décret impérial, une École des Beaux-Arts ayant été fondée à Lyon ; M. Grognard fut appelé à y enseigner […] M. Grognard avait deux frères aînés et une sœur plus jeune ; Benoît, l’aîné de tous, fut officier, ingénieur, géographe de la marine. François, le second, fut, dans sa jeunesse, associé dans le commerce de M. Pernon, de Lyon ; et, voyageant dans les cours étrangères, il avait obtenu des lettres de noblesse et le titre de conseiller de commerce du roi de Pologne. S’étant retiré des affaires, lors de la révolution de 92, il demeura sans emploi jusqu’à l’époque de l’Empire, où il fut nommé inspecteur du Mobilier de la Couronne, fonction qu’il conserva jusqu’à sa mort, arrivée en 1823. Il institua son frère Alexis légataire universel de tous ses biens, à la charge d’acquiter plusieurs legs importants, dont un à la ville de Lyon de quatre mille cinq cents francs de rente perpétuelle pour l’exécution du portrait, en marbre ou en peinture, des Lyonnais dignes de mémoire, et pour plusieurs prix d’encouragement aux arts» (Richard, «Biographie. Peintres Lyonnais. Alexis Grognard ; André Blanchard», p. 425); «Alexis Grognard, médaillon au physionotrace, par Bouchardt. Profil à gauche In-18. Legs de la somme de 1 500 francs, fait aux pauvres de la paroisse Notre-Dame-Saint-Louis de la ville de Lyon (Rhône) par M. Alexis Grognard» (Bulletin des Lois de la République, 1841, 553, Partie supplémentaire, p. 196).

242 «Terrain aux Broteaux, placé très-avantageusement, et à peu de distance du pont Morand ; il joint les bâtiments de la fabrique de M. Pernon, et forme l’angle de la grande rue qui est derrière le clos de M. Fulchiron et de la première rue qui vient du quai» (Petites affiches de Lyon, Lyon, miércoles 26 de agosto de 1807, 68, p. 1).

243 La compañía de Luis Rigal de la Pradera y el conde Miguel de Goyeneche se estableció en Málaga para atender el intenso mercado de cereales con Argelia, durante el periodo de sequía sufrido por España en 1792; véase Terki Hassaine, 2005, p. 156. Málaga tenía en estas fechas una importante actividad comercial y sus habitantes disponían de información periódica sobre navíos, mercados y precios de frutos y géneros del país y de países extranjeros gracias a periódicos como el Diario de Málaga (1795), el Semanario erudito y curioso de Málaga (1796-1800) y el Correo Mercantil; véase Villas Tinoco, 1979, p. 163 e Id., 2009.

244 «Le 8 octobre 1793, Lyon avait soutenu 63 jours de siège» (Petit, Détail des troubles de Lyon, pp. 94-95).

245 Antoine Chalamel, fabricante de Lyon; véase Supplément du Mémoire et pièces justificatives pour Sieur Jean-Pierre Bori, Bourgeois de Lyon, contre Sieur Antoine Chalamel, fabricant de la même ville, [Lyon], 1775; «Antoine Chalamel, bourgeois, place St.-George» (Liste des citoyens éligibles aux Places Municipales de la ville de Lyon, Lyon, 1790, p. 20); «Claude Chalamel. Fabricant d’étoffes de soie, demeurant à Lyon, rue de la Barre» (Affiches, annonces et avis divers de la Ville de Lyon, sábado 9 de enero de 1819, 3, p. 5); «Claude-Antoine Chalamel et Bulliard, commissionaires, place de Terreaux, no 1» (Indicateur des habitants de la Ville de Lyon, Lyon, 1827, p. 51); «Chalamel, a member of the Montagne [1795]» (Arnaud, 1992, p. 272).

246 Resolución de los asuntos en España, citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71.

247 «Les comités de salut public et de sûreté générale sont tenus de dénoncer à la Convention les agents nationaux et tout autre fonctionnaire public chargé personnellement de la surveillance et de l’application des lois, pour les faire punir, conformément aux dispositions portées dans le présent décret» (Dauban, Paris en 1794 et en 1795, p. 18).

248 La numeración del manuscrito se salta el fo 143.

249 Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71.

250 Los hermanos Joseph y Aimé-Gabriel Fulchiron fueron banqueros lioneses establecidos a un tiempo en Lyon y en París. Joseph Fulchiron se retiró en 1804 y Aimé-Gabriel en 1808; véase Bergeron, 1999. Sobre esta familia, véase Onofrio, Notice sur Jean-Claude Fulchiron, pp. 2-3. Un miembro de esta familia burguesa fue uno de los «Sieurs Syndics & Maîtres-Gardes» en ejercicio de la «Communauté des Fabricantes en étoffes d’or, d’argent et de soie de Lyon», pues el apellido Fulchiron figura entre los firmantes de la consulta sobre el reglamento de la Gran Fábrica lionesa presentada en 1778 al Consulado (Ordonnance consulaire portant Réglements pour la grande Fabrique. Du 12 Mai 1778, Lyon, 1778, pp. 1-2).

251 Simon Bellocq, vendedor ambulante. «Béarnais, arrive en Normandie, marchand ambulant […] il s’établit vendeur de toile à Saint-Maclou» (Boissin, «Romans, contes et nouvelles», p. 291).

252 Graves diferencias entre Grognard y Pernon. Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71, aunque equivoca la fecha datando la carta el 27 Floréal (16 de mayo), en lugar de 28 Floréal (17 de mayo).

253 François-Thomas Jaume (Toulon, 1750-1800), abogado y diputado del Tercer Estado «a third-estate delegate to the Estates General who had spent most of his life in the naval town, practised only on a sporadic basis. He much preferred to indulge his antiquarian tastes and purchased a large library with his inherited wealth. Jaume’s career neatly personifies the close links between the liberal professions on the one hand and the rentier, or “ bourgeois ”, on the other» (Crook, 1991, p. 41); «François-Thomas Jaume, fils de François et de Anne-Marie Grognard, né à Toulon, le 7 mars 1750, demeurait à Hyères, en 1775, chez son beau-frère, Jean-Joseph Bravet, rue Massillon, dans la maison qui porte aujourd’hui le no 23» (Teissier, Biographie des députés de la Provence, p. 107).

254 Auguste-Stanislas-Machabée Générelly (Lyon, 1777 – d. 1824), dibujante, con domicilio en la rue Neuve-des-Petis-Champs, no 50, alumno de Alexis Grognard en la École royale de Lyon. Vinculado al Guardamuebles de la Corona desde 1806 a 1815.

255 Anne-Sophie Générelly (1783-1864), hermana de Auguste-Stanislas-Machabée Générally, casada el 18 de mayo de 1809 en Saint-Cloud con Jean-Pierre Berry-Labarre; véase Gabet, Dictionnaire des artistes, p. 302.

256 Podría tratarse de Pierre Gouvy, hijo de Pierre-Joseph Gouvy (1715 – d. 1765), que obtuvo el 15 de diciembre de 1751 del príncipe de Nassau-Sarrebruck el privilegio exclusivo para la fabricación del acero en sus dominios; véase Gouvy, 1956.

257 «Rue de l’Epine-Guiet. Barrio del Palais-Royal. Ancien nom de la rue de la Sourdière» (Hurtaut, Dictionnaire Historique de la Ville de Paris, p. 338).

258 Jouty et fils eran agentes de cambio, banca y mercancías, establecidos en la place des Carmes de Lyon; véase Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, Lyon, 1775, p. 145.

259 Dos calles con el mismo nombre quedaron registradas en dos barrios distintos de París: «Rue l’Evêque, quartier de la Cité. Elle commence à la première porte de l’Archevêché, & aboutit à la rivière & au pont de l’Hôtel-Dieu. Rue l’Evêque. Quartier du Palais-Royal. Elle aboutit, d’un côté, au carrefour des quatre-Chemninées ; & de l’autre à celui que forment les rues des Moineaux, des Moulins & des Orties» (Hurtaut, Dictionnaire Historique de la Ville de Paris, p. 342).

260 Citada por Gastinel-Coural, 1988, pp. 71-72; Miller, 2015, p. 235.

261 «Juan de Irigoiti, cirujano, ayudante mayor que fue en los Ejércitos de S. M., individuo Profesor de la Real Sociedad Bascongada, y Cirujano de esta Corte […] que practicó la operación del forceps, inventada por el Sr. [André] Levret» (Mercurio histórico y político, Madrid, mayo de 1775, t. II, pp. 96-97).

262 El altozano conocido como «butte des Moulins», coronado por un solo molino y dominando la Puerta de Saint-Honoré, figura claramente representado en la Vue de Paris vers 1600 contenida en la obra de Claude Chastillon, Topographie francoise, s. n.; «Butte des Moulins, petite colline située à l’intérieur du périmètre actuel de Paris et aujourd’hui disparue. Carrefour de la Butte-des-Moulins, place formée à la rencontre des rues des Moulins, l’Évêque, des Orties et des Moineaux. 2e Arrondissement. C’était autrefois le sommet de la butte où étaient les moulins» (Tynna, Dictionnaire Topographique, p. 521).

263 Citada por Gastinel-Coural, 1988, p. 71, da la fecha errónea de diciembre de 1800; Miller, 2015, p. 235.

264 Quizá el capitán Nicolás-Thomas Baudin (1754-1803), marino, oficial naval, explorador, cartógrafo, hidrógrafo, como Benoît Grognard, y naturalista. Retrato de 1801 en Gaspari, Bertuch, Allgemeine geographische Ephemeriden, t. VII, parte 2; citado por Kivell, Spencer, 1974, p. 24.

265 Quizá el general Marc-Nicolas-Louis Pécheux (1769-1831), general de la Revolución y del Imperio.

266 Podría tratarse de Nicole Le Guay d’Oliva (1761-1789), «une jolie demoiselle du monde, la d’Oliva : elle ressemble à la reine [Maria Antonieta]» (Lamothe-Langon, Extraits des mémoires du prince de Talleyrand-Périgord, pp. 292 y 305); véase también Mémoire pour la Demoiselle Le Guay d’Oliva, fille mineure, émancipée d’age, accusée ; contre M. Le Procureur Général, París, 1786.

267 Es probable que se trate de la casa de crédito regentada en 1795 por François Devismes de Amiens; véase Maitte, Oliveira, Terrier, 2013, p. 138.

268 También conocido como Tribunal de la Conservation de Lyon, con jurisdicción para el comercio y las manufacturas lionesas, cuyas deliberaciones se celebraban en el Hôtel de Ville, place des Terreaux; véase Beaulieu, Histoire du Commerce, de l’Industrie et des Fabriques de Lyon, pp. 203-206 y Godart, 1905.

269 El Hôtel de Masserano, situado en 11 rue de Masserano, fue construido en 1787 por Alexandre-Théodore Brongniart para el príncipe de Masserano, Carlo Sebastiano Ferrero Fieschi (1760-1826). Su escalera sirvió de modelo para la construida en 1799 en la Casa del Labrador de Aranjuez.

270 Director de la manufactura de acero y limas de Souppes, distrito de Nemours, departamento de Seine-et-Marne. «Le citoyen Goiral, directeur de la manufacture d’acier et de limes, établie à Souppes (Seine-et-Marne)» [Recueil des actes du Comité de salut public : avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, París, 1909, vol. 19, p. 358].

271 «La manufacture de Souppes, anciennement établie, avait toujours langui jusqu’à ce moment ; les entrepreneurs actuels lui ont donné de l’activité. Ils ont exposé des aciers appropriés aux besoins divers des arts. Ces aciers, soumis à toutes les expériences nécessaires dans les ateliers de Chaillot, ont été trouvés de la meilleure qualité, et l’on en a fait faire un ressort de pendule qui a parfaitement réussi. Ces entrepreneurs sont parvenus à fabriquer à Souppes des cylindres de laminoirs auxquels il ne manque rien, tant sous le rapport de la dureté, que sous celui du tour. Cette aciérie est la plus considérable qui existe en France. Le jury chargé de juger les produits de l’industrie, a décerné aux entrepreneurs une médaille d’or» (Rap. du jury, 2 vendémiaire an XI, Bulletin de la Societé d’Encouragement, París, An XI, p. 26, citado en Dictionnaire chronologique et raisonné des découvertes, inventions, innovations, perfectionnemens, observations nouvelles et importations en France. De 1789 à la fin de 1820, París, 1822, t. I, p. 174).

272 En el manuscrito falta el fo 148, salta del 147 al 149.

273 Joseph Fulchiron (1744-1831) y su mujer, Paule-Claudine Aulagnier.

274 Juliette Récamier (Lyon, 1777 – París, 1849) casó en 1793, a los 15 años de edad, con el financiero lionés Jacques Récamier (Lyon, 1751 – París, 1830), que desde 1782 regentaba la casa de banca fundada por su padre François Récamier (1709-1782). La firma Jacques Récamier et Cie tuvo sucursales en Cádiz y Madrid. En 1800 se asoció con los banqueros Perregaux, Doyen y Fulchiron, entre otros, fundando la sociedad «Négociants réunis», que mantenía importantes negocios en España. El matrimonio Récamier compró un magnífico palacete en la rue Mont Blanc de París que había pertenecido a Madame de Stäel, hotel de tres pisos decorado por el arquitecto Louis-Martin Berthault con ayuda del dibujante Percier. El salón de Madame Récamier «devenu déjà un des centres de réunion de la société parisienne recherchés par les délicats» (Onofrio, Notice sur Jean Claude Fulchiron, p. 6). Juliette Récamier, por su belleza, espiritualidad y maestría en el baile, tuvo numerosos admiradores. Jacques-Louis David, asiduo a sus tertulias parisinas, la retrató recostada en un diván en 1800, cuando tenía 23 años.

275 Probablemente François Saint-Olive, arrendador y negociante, con domicilio en la calle Puits-Gaillot, no 7, de Lyon. Su padre, François de Saint-Olive (1711-1788), fue padrino de bautismo de François Grognard. El 16 de noviembre de 1836, y por un período de cinco años, recibió junto a Charles Depouilly y compañía la cesión, por parte de Nallet et Collavon de Lyon, de todos los derechos del privilegio de invención de un procedimiento mecánico que permitía suprimir la mitad de los cartones invertidos en los dibujos de la fábrica de sederías; véase Bulletin des Lois du Royaume de France, París, 1838, IXe série, p. 582. Se trataba del perfeccionamiento del telar Jacquard; véase «Brevet d’invention de cinq ans en date du 16 novembre 1836 aux sieurs Nallet et Collavon, à Lyon, pour des perfectionnements dans les métiers Jacquart», Tissage Général, no 5075, en Description des Machines et Procédés consignés dans les Brevets d’Invention, de Perfectionnement et d’Importation, París, 1842, t. XLV, pp. 472-474.

Table des illustrations

Titre Fig. 55. — Carta 31, de François Grognard a Camille Pernon, Peyron y compañía, fechada en Madrid el 3 de noviembre de 1788, Bibliothèque municipale de Lyon, ms. 1923, fo 68
Crédits Licence Ouverte / Open Licence Etalab.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/10732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search