Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

IV. — Transformer et inventer l'espace social frontalier

Les frontières de la nation

L'identité corporative d’un régiment étranger dans l’armée espagnole (xviiie siècle)

Thomas Glesener

Texte intégral

1L’analyse des sociétés frontalières pose le problème de la singularité de l’objet d’étude de deux façons différentes. D’une part, la présence d’une frontière crée-t-elle des dynamiques sociales et politiques particulières qui rendent le fonctionnement de ces sociétés fondamentalement différent des autres ? De l’autre, la notion de frontière doit-elle être entendue uniquement dans son acception géopolitique, ou bien la problématique peut-elle être déterritorialisée pour interroger globalement les sociétés d’Ancien Régime à partir de leurs frontières sociales ?

2Nous souhaitons apporter des éléments de réponse à ce questionnement général en traitant la façon dont évolue la définition de l’identité corporative d’un corps d’officiers étrangers dans l’armée espagnole, en l’occurrence le régiment des gardes wallonnes au service des Bourbons d’Espagne. Un corps militaire de « nation » se distingue par le fait que les emplois sont réservés à des individus originaires d’un même pays ou d’une même région. En théorie, le groupe professionnel et la communauté d’origine coïncident donc terme à terme, ce qui fonderait la spécificité irréductible de ce type d’unités par rapport au reste de l’armée. À l’image des sociétés de frontière, la prétendue spécificité de notre cas est au cœur de l’interrogation. Il s’agit de comprendre ce qui distingue les processus d’adhésion et d’exclusion à l’œuvre dans un corps de « nation » des autres formes d’identification au sein de l’institution militaire.

  • 1 Programmes de recherche internationaux, colloques, guides de recherche ont conféré à ce champ une (...)
  • 2 Mathorez, Les étrangers en France ; Garden, Lyon et les Lyonnais ; Bottin et Calabi (éd.), Les étr (...)
  • 3 Ce type de lecture est indirectement inspiré par la manière dont l’anthropologue Clifford Geertz a (...)

3Pendant longtemps les études sur les communautés étrangères ont eu tendance à singulariser à l’excès leur objet en l’érigeant en champ autonome de recherche1. Depuis les grands travaux d’histoire démographique et urbaine, les « Italiens », « Français » et autres « Espagnols » sont devenus de nouveaux acteurs collectifs, tandis que la pertinence de ces catégories a rarement été interrogée2. En contexte migratoire, les solidarités d’origine sont considérées comme des liens primordiaux qui déterminent le comportement des acteurs. Selon ce point de vue, l’existence d’institutions de « nation » (confrérie, consulat, régiment), dotées de symboles rappelant l’origine commune des membres, n’est que la traduction juridique de ces solidarités spontanées. Somme toute, le caractère communautaire de ces institutions leur confèrerait une nature spécifique qui les distinguerait du reste des institutions d’Ancien Régime. Alors qu’il est communément admis que les institutions contribuent à façonner des identités sociales, dans le cas des institutions de « nation », l’inverse se produirait : elles restitueraient la « nation », cette identité jugée primordiale, davantage qu’elles ne l’institueraient3.

  • 4 Enloe, Ethnic Soldiers, pp. 23-49.
  • 5 Loriga, Soldats, pp. 45-72.
  • 6 Tóth, « Identité nationale en exil ». Certains historiens continuent de penser ce phénomène comme (...)

4Or, dans le cas de l’armée, cette lecture conduit à une impasse car elle ne permet pas de rendre compte de l’action du pouvoir royal dans l’invention des « nations »4. En effet, les privilèges de « nation », concédés par le roi, poursuivent traditionnellement deux objectifs. D’une part, il s’agit de garantir une filière professionnelle protégée pour alimenter un flux migratoire tendu depuis des communautés situées hors de la souveraineté du roi afin d’augmenter les effectifs de l’armée. D’autre part, l’exacerbation d’une série de caractères liés au lieu d’origine (langue, emblème, vêtement traditionnel, arme spécifique, etc.) doit contribuer à augmenter la différenciation entre l’armée et la société. Cette stigmatisation des traits culturels poursuit un objectif politique, à savoir celui de manifester l’indépendance de la puissance militaire du roi à l’égard du royaume5. Dans certains cas, cet agencement socio-juridique contribue à la construction de représentations sociales qui postulent un lien nécessaire entre l’origine de certains individus et le métier des armes. Ainsi, en France, sous Louis XV, il est communément admis que les Hongrois ont des qualités spécifiques qui les prédisposent à servir dans la cavalerie légère. L’ethnicisation des régiments de hussards dans l’imaginaire collectif est donc le fruit d’une politique active du pouvoir royal6.

5Dès lors, chercher les modalités communes dans les processus d’adhésion et d’exclusion des corps de « nation » a pour but de mesurer la spécificité et la généralité des pratiques observées, et de desserrer l’enclave interprétative dans laquelle ces institutions ont été confinées.

6Cette étude de cas s’organise donc autour de trois questions : Comment l’appartenance professionnelle s’exprime-t-elle dans une institution dont les membres sont censés partager une origine commune ? Les conditions d’accès au corps stigmatisent-elles une distinction de type communautaire entre les membres « flamands » et les non-membres « espagnols » ? Comment le corps des officiers affronte-t-il au fil du temps l’inévitable hispanisation de ses membres et comment cela se traduit-il dans la définition de l’identité professionnelle ?

LA FORMATION D’UN GROUPE PROFESSIONNEL

  • 7 Glesener, La garde du roi, p. 22. En même temps que le régiment des gardes wallonnes, Philippe V a (...)

7Dès son avènement, Philippe V a tâché de gagner des fidélités personnelles parmi les élites de l’ensemble des territoires de la Monarchie. La réforme de l’armée, et plus spécifiquement de la garde royale, lui a permis de récompenser un nombre important de familles qui ont marqué une inclination à son service. En 1703, la formation du régiment des gardes wallonnes émane de la volonté du roi qui fait venir à la Cour la fine fleur des grandes familles philippistes des Pays-Bas. Après le traité d’Utrecht, les services rendus par le corps durant les campagnes de la guerre de Succession, ainsi que la fidélité des officiers aux moments les plus critiques du conflit, incitent le roi à maintenir le régiment malgré la perte des possessions européennes. Pendant tout le XVIIIe siècle, le capital politique engrangé par les familles philippistes flamandes va permettre le maintien d’emplois réservés aux natifs des Pays-Bas dans la prestigieuse maison militaire des Bourbons. Entre 1703 et 1808, on estime qu’environ 250 groupes familiaux ont fourni quelques 1 200 officiers venus s’installer à Madrid et Barcelone, lieux de casernement du régiment7.

8Lors de la création du régiment, Philippe V a conféré une très large autonomie au colonel en matière de recrutement et de gestion de son régiment. De ce point de vue, le colonel jouit d’une exceptionnelle liberté, notamment en matière économique, ce qui ne manque pas d’alimenter les conflits avec les officiers du corps. Toujours Grand d’Espagne, le colonel de la garde wallonne est choisi parmi les familles les plus dévouées au roi. Le premier Bourbon lui a concédé la liberté de traiter directement avec lui de toutes les affaires concernant son régiment. Le colonel échappe ainsi à la tutelle du secrétaire de la Guerre et de l’administration militaire. Au cours du siècle, le ministre s’interpose de plus en plus entre le colonel et le roi, ce qui est vécu comme une limitation progressive des privilèges du corps. En effet, la valeur symbolique du colloque singulier avec le roi est considérable.

  • 8 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 122-124.

9En matière de recrutement, le choix des jeunes officiers, les cadets, reste une prérogative exclusive du colonel qui en débat avec le roi en privé. Ce privilège, garanti par ordonnance, exclut le secrétaire de la Guerre de tout droit de regard sur le recrutement des officiers de la garde8. Concrètement, le colonel présente personnellement au roi les candidats à une charge de cadet. Une fois l’approbation royale obtenue, le candidat intègre son nouvel emploi. Le colonel joue donc un rôle fondamental dans la délimitation des frontières du corps. Toute candidature doit transiter par lui.

10L’absence de documentation relative à la teneur de l’entretien entre le colonel et le roi ne permet pas de connaître les critères exacts d’accès au corps des officiers. Néanmoins, il est à peu près certain qu’il n’existe aucun critère stable. Tant la qualité, l’origine ou les revenus du candidat sont laissés à l’appréciation du colonel qui engage à chaque fois sa responsabilité.

11Le renouvellement du corps des officiers se fait donc exclusivement par le biais des relations interpersonnelles. Le colonel a, bien entendu, tout le loisir d’obtenir des emplois pour ses parents et ses proches. Néanmoins, sa clientèle personnelle ne suffit pas à couvrir tous les emplois. Il délègue donc à d’autres le soin de lui trouver des candidats. La délégation du recrutement constitue d’ailleurs un des principaux leviers de pouvoir de la charge. En diffusant plus largement l’information, le colonel s’appuie sur d’autres intermédiaires pour étendre son propre réseau d’influence.

12Les principaux relais du colonel sont les propres officiers du corps. Ces derniers sont en effet demandeurs de débouchés professionnels en Espagne pour leurs parents restés au pays. Par conséquent, ils sont les premiers à se presser autour du colonel pour qu’il fasse attribuer un emploi pour leur candidat. Les familles d’officiers sont étroitement dépendantes du bon vouloir du colonel pour obtenir des emplois. En choisissant de jouer ou non son rôle d’intermédiaire auprès du roi, le colonel exerce de fait un pouvoir très important sur les officiers de son propre régiment. Il n’a certes pas prise sur l’évolution des carrières, réglées à l’ancienneté, mais il contrôle la porte d’entrée.

  • 9 Archivo General de Simancas (AGS), Guerra Moderna (GM), 2237. Richebourg à Castelar (Barcelone, 29 (...)

13Entre le noyau familial d’origine et le régiment, des chaînes migratoires se mettent en place pour alimenter ce dernier en jeunes officiers. La chaîne migratoire fonctionne comme un système social articulé autour de trois intermédiaires : le chef de famille, l’officier et le colonel. Aux Pays-Bas, le chef de famille constitue un relais local pour permettre aux familles de son entourage de trouver un débouché professionnel en Espagne. Disposant d’un parent dans les gardes wallonnes, il est en mesure d’utiliser cette ressource pour entretenir ses propres liens de clientèle. L’officier en Espagne, le second intermédiaire, est, quant à lui, chargé de solliciter les emplois auprès du colonel. Ce dernier, en bout de chaîne, détient le sésame duquel dépend tout le système : l’entretien privé avec le roi. Chaque intermédiaire, à son niveau, utilise sa place dans la chaîne migratoire comme une ressource pour développer son tissu relationnel. Néanmoins, le colonel, situé au plus près du roi, garde le contrôle. Pour conserver cette position de force, il doit veiller scrupuleusement à ce que ses officiers transitent toujours par lui pour demander des emplois9.

14Les chaînes migratoires fonctionnent massivement pendant toute la première moitié du XVIIIe siècle. En 1751, plus de 87 % des officiers ont obtenu leur emploi par le biais d’une chaîne migratoire. Le système laisse libre cours au clientélisme des officiers du corps, permettant ainsi à de véritables dynasties d’officiers de s’installer au sein du régiment. Tel qu’il est configuré, le recrutement entraîne une forte reproduction sociale des officiers. Ceux-ci fournissent l’essentiel des cadres du régiment et ils maîtrisent collectivement les frontières du groupe professionnel, avec l’approbation du colonel.

15En somme, l’autonomie concédée par le roi au colonel a permis la création d’un système informel d’accès aux emplois régulés uniquement par un accord tacite entre les officiers et leur commandant. L’autorité du colonel repose sur cet accord ainsi que sur une situation de très forte dépendance de la majorité des officiers à l’égard de leur emploi.

LES FONDEMENTS DE LA COHÉSION SOCIALE

  • 10 Archives générales du Royaume, Bruxelles (AGR), Familles et particuliers (FP), Croix, 10.

16La situation des officiers arrivés par le biais des chaînes migratoires est particulièrement précaire. Nous ne disposons pas de données exhaustives, mais il est attesté qu’un officier ne peut être économiquement autonome avant d’avoir atteint l’emploi de capitaine, soit au terme de plus de vingt ans de carrière. Théodore de Croix, une enseigne des gardes wallonnes, affirme dépenser annuellement 2 134 livres, alors que ses appointements ne lui en fournissent que 1 056. Son père, le marquis d’Heuchin, lui fait expédier depuis Lille une pension mensuelle de 120 livres. Malgré cela, Théodore et son frère Philippe contractent de nombreuses dettes. Entre 1747 et 1754, le marquis d’Heuchin est mis à contribution pour rembourser plus de 19 000 livres aux créanciers de ses fils10.

17À la dépendance économique s’ajoute l’isolement social. Il est possible de se forger une idée de la composition sociale de l’entourage des officiers à travers les personnes mobilisées lors de la rédaction de leurs dernières volontés. Or, force est de constater que l’environnement social des officiers des gardes wallonnes venus par le biais des chaînes migratoires est saturé par leurs relations professionnelles.

  • 11 Les familles Legros et Cuvelier appartiennent aux patriciats urbains du Namurois, reconvertis dans (...)
  • 12 Guillaume, Histoire des gardes wallonnes, p. 347.
  • 13 Archivo Histórico de Protocolos de Barcelona (AHPB), Brugera Rossell, testaments I (1750-1752), ff(...)
  • 14 Sur un échantillon de 37 testaments d’officiers actifs ou retraités, conservés à Barcelone ou à Ma (...)

18Albert Cuvelier est le puîné d’une famille du petit patriciat namurois. En 1751, il obtient une charge de cadet dans les gardes wallonnes. Il est le premier membre de sa famille à servir en Espagne. Il a bénéficié de l’expérience et des contacts d’une famille alliée, les Legros, qui servent dans les gardes wallonnes depuis la guerre de Succession11. À son tour, Albert entame le cursus honorum classique qui lui permet d’atteindre en 1766 l’emploi de lieutenant, peu de temps avant de prendre sa retraite12. En 1761, Albert Cuvelier, qui n’a pas contracté d’alliance en Espagne, rédige un testament, en latin, à Barcelone. Son entourage, tel qu’il est reflété par ce document, montre clairement où se situe son centre de gravité social. Il nomme pour exécuteur testamentaire son protecteur en Espagne, Lambert Legros, capitaine des gardes wallonnes. Sans descendance, il lègue l’ensemble de ses biens à son père et à son frère aîné, résidant à Namur13. Malgré l’aspect parcellaire de la documentation, on constate qu’Albert Cuvelier, même à distance, s’inscrit dans des dynamiques sociales étroitement liées à son territoire d’origine. Il prolonge dans la Péninsule les solidarités locales du noyau familial. Il s’appuie, dans le régiment, sur son seul proche, Lambert Legros. Sa carrière en Espagne (extram Patriam meam) ne lui a procuré aucune nouvelle attache et ne modifie donc en rien une transmission classique du patrimoine. À l’échelle de la famille Cuvelier, l’expérience professionnelle d’Albert est une parenthèse de laquelle le lignage attend et obtient peu. La dynamique sociale et politique de la famille est entièrement tournée vers le Namurois14.

  • 15 Terlinden, « L’esprit militaire sauvegarde des traditions ».

19De manière générale, remarquons que la mobilité des officiers des Pays-Bas vers l’Espagne au XVIIIe siècle est un mouvement migratoire qui s’inscrit dans le court terme. Le voyage vers la Péninsule ne se fait pas dans le but de s’installer durablement ailleurs. Il faut l’envisager comme un aspect d’une stratégie générale d’un groupe familial centré sur son lieu d’origine. Pour une grande majorité de familles d’officiers, le service d’Espagne n’est associé qu’au régiment des gardes wallonnes. L’horizon d’attente n’envisage pas la monarchie hispanique dans son ensemble comme un espace de promotion. Seul le régiment, en tant qu’institution nobiliaire, intéresse les familles. Vu depuis les Pays-Bas, ce corps est considéré comme un des débouchés possibles pour des cadets de familles nombreuses15. Nombre de lignages accordent aux gardes wallonnes un rôle similaire à celui des chapitres nobles de femmes, à savoir celui d’institutions prestigieuses dont la seule fréquentation confirme localement le statut social de la famille. En bref, la mobilité des individus n’est pas motivée par un projet de sédentarisation, mais par un projet exclusivement professionnel.

20La plupart des officiers des gardes wallonnes, surtout ceux venus par le biais des chaînes migratoires, ont donc une assise territoriale médiocre en Espagne. Leur entourage social, principalement centré sur leurs relations professionnelles, en est le principal symptôme. Cela ne signifie pas qu’ils sont complètement isolés, mais la plupart de leurs liens se situent au sein du même régiment ou, dans le meilleur des cas, s’étendent à d’autres unités de l’armée. Il y a de fortes sociabilités de corps qui peuvent s’étendre à des sociabilités « militaires », c’est-à-dire au sein du groupe professionnel étendu du métier des armes.

21L’isolement à l’égard des élites locales n’est pas nécessairement subi, mais il est, dans de nombreux cas, choisi. Dans un projet professionnel centré sur la région d’origine, il est impératif de pouvoir rapidement retrouver sa liberté d’action si un héritage ou un mariage permet à un officier de s’établir durablement au pays. Au début du XVIIIe siècle, il est facile d’obtenir des congés et de résider de très longues périodes dans sa région d’origine. Tant pour le roi que pour le colonel, ce procédé est une façon d’entretenir les chaînes migratoires en montrant aux familles que le service dans le régiment n’est pas incompatible avec leurs intérêts patrimoniaux. En somme, pour beaucoup de familles d’officiers, l’entretien de chaînes migratoires permet d’assurer un débouché professionnel flexible et peu contraignant aux cadets désœuvrés.

  • 16 AGS, GM, Exp. Perso., Leg. 36, Exp. 24 ; AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Juan Bai (...)

22Le ciment social du corps des officiers des gardes wallonnes réside donc dans une série d’expériences et de pratiques partagées. La dépendance à l’égard de leur emploi, l’importance des sociabilités de corps, des projets professionnels centrés sur le lieu d’origine et la reproduction sociale par le biais des chaînes migratoires, sont autant d’éléments qui contribuent à façonner l’identité corporative. Autrement dit, l’appartenance au corps des officiers des gardes wallonnes ne se définit pas en termes « ethniques », mais bien par un champ d’expérience et un horizon d’attente communs. Pour preuve, l’intégration d’officiers espagnols ne pose aucun problème pour autant qu’ils respectent les pratiques du corps. En 1720, Jean Baillet Grandcourt, originaire du Luxembourg, est aide-major des gardes wallonnes. Il épouse Isabel de Montoliu, d’une famille de petite noblesse de la région de Barcelone. La même année, le frère de l’épouse, Manuel, est reçu comme cadet des gardes wallonnes sans que cela ne pose le moindre problème16. Il est vraisemblable que Manuel Montoliu ait bénéficié de la recommandation de son nouveau beau-frère auprès du colonel pour être admis dans le corps. En s’intégrant dans une des filières de recrutement, par la médiation d’un officier et du colonel, Manuel Montoliu — qui, pourtant, est chronologiquement le premier Espagnol à entrer dans le corps — ne soulève aucune contestation. Le cas est intéressant parce qu’il montre que l’entrée d’Espagnols dans le corps ne modifie en rien l’équilibre du système social, pour autant que la manière dont ils entrent respecte les rapports de pouvoir internes. La frontière entre les membres et les non-membres n’opposent donc pas les « Flamands » et les « Espagnols ».

L’HISPANISATION DES OFFICIERS

23L’hispanisation progressive des officiers, à la deuxième et troisième génération, va toutefois perturber profondément la cohésion sociale du corps. Le phénomène n’est pourtant pas massif : en 1788, 63 % des officiers du corps sont nés hors de la Péninsule, principalement en France et aux Pays-Bas, contre 37 % nés en Espagne. De plus, cette évolution se fait en vase clos, sans apport extérieur. En effet, entre 1770 et 1789, sur 161 familles représentées dans le corps des officiers des gardes wallonnes, on ne compte qu’une petite dizaine de familles « espagnoles », c’est-à-dire originaires de la Péninsule et sans aucun lien avec les Pays-Bas. Tous les autres officiers nés en Espagne sont des descendants de la première génération, et continuent à porter pour la plupart un patronyme d’origine francophone ou néerlandophone. Le corps s’hispanise donc mais davantage par l’installation sur le sol espagnol d’une partie des officiers, que par une arrivée brusque d’éléments extérieurs dans le microcosme social.

  • 17 Ibid.
  • 18 AGS, Dirección General del Tesoro (DGT), Inv. 2, Leg. 31.
  • 19 AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Jean Baillet Grandcourt (Barcelone, 30 janvier 17 (...)
  • 20 AHPB, Olzina, Testaments (1774-1779), ffos 373-391, Juan Pedro Baillet Montoliu (Barcelone, 1er se (...)
  • 21 AGS, GM, 2238, Richebourg à Castelar (Barcelone, 18 septembre 1728) ; AGS, GM, 2290, Glimes à Pati (...)

24Cette hispanisation dilue toutefois le ciment social dans la mesure où l’intégration d’une partie des officiers dans la société locale diminue leur dépendance à l’égard de leurs emplois. La diversification des projets professionnels crée des fractures de plus en plus importantes parmi les officiers. En épousant en 1720 Isabel de Montoliu, Jean Baillet Grandcourt, nous l’avons vu, est l’un des premiers officiers des gardes wallonnes à s’allier avec les élites locales. Progressivement, il prend ses distances avec son noyau familial d’origine au Luxembourg et confirme son ancrage local en mariant ses deux enfants avec des familles patriciennes barcelonaises17. Il quitte les gardes wallonnes à quarante-sept ans, un âge précoce, pour occuper la lieutenance du roi de la citadelle de Barcelone18. De la sorte, tout en conservant des liens forts avec le régiment, son nouvel emploi lui confère un statut et une résidence permanente dans la capitale catalane. À sa mort, Jean lègue l’ensemble de ses biens à son épouse et à ses enfants résidants à Barcelone19. À la génération suivante, le transfert du centre de gravité territorial de la famille Baillet Grandcourt dans la ville comtale est achevé. Le fils de Jean, Juan Pedro Baillet Montoliu — dont le nom s’orthographie parfois Bellet, a servi quarante ans dans les gardes wallonnes. En 1778, lorsqu’il rédige son testament (en catalan), il n’est entouré que de sa parentèle. Son ancrage local est suffisamment solide pour le dispenser de faire appel à ses relations professionnelles20. L’autonomisation du groupe familial se traduit dans l’accès aux emplois. Peu à peu, Jean Baillet délaisse l’entretien des chaînes migratoires, pour parrainer ses fils, nés en Espagne, ainsi que les parents de sa femme, afin de leur procurer des emplois dans le régiment21.

  • 22 AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Jean Baillet Grandcourt (Barcelone, 30 janvier 17 (...)

25En outre, l’intégration de Jean Baillet au sein des élites locales lui apporte une assise sociale et économique solide. Son mariage lui a valu une dot s’élevant à quelques 36 000 réaux, soit l’équivalent de plus de huit années de salaire d’un lieutenant des gardes wallonnes, et surtout des terres à Sant Cugat del Valles, à proximité de Barcelone22. Par conséquent, en quelques années, Jean Baillet n’a plus rien d’un cadet de famille désargenté dépendant étroitement de son emploi pour survivre. Il étoffe son entourage social et, à la tête d’une petite propriété foncière, il est en mesure de fonder une famille. À la différence d’Albert Cuvelier, dont nous avons traité le cas, la carrière de Jean Baillet ne s’inscrit plus dans le temps court, ni dans l’espace exclusif du régiment. Il investit d’autres dimensions sociales et économiques, diversifie ses appuis et ses ressources. Il est d’ailleurs en mesure de quitter le régiment à un âge précoce pour occuper un emploi plus en vue dans la ville de Barcelone. Il continue à entretenir des liens étroits avec les officiers du régiment, mais il ne s’agit plus que d’une sphère sociale parmi d’autres.

26Par conséquent, par l’intégration dans la société catalane, une frange des officiers bénéficie d’une amélioration de son assise économique et sociale. Celle-ci entraîne une diversification des projets professionnels qui se construisent désormais dans plusieurs sphères sociales et ne sont plus exclusivement centrés sur le régiment. À mesure que leur dépendance à l’égard de leur emploi diminue, les officiers intégrés localement voient leur marge de manœuvre augmenter. À la différence des autres, ils ont désormais les moyens de contourner les rapports de pouvoir internes, qui permettaient jusque-là de garantir l’endogamie professionnelle.

CONFLIT ET CRISE DES LIENS SOCIAUX

  • 23 Andújar Castillo, Los militares en la España, pp. 275-276.

27La diversification croissante des projets professionnels provoque de plus en plus de conflits. Ceux-ci se cristallisent notamment autour de l’âge de recrutement des jeunes officiers. Traditionnellement, vu les rigueurs du voyage entre les Pays-Bas et l’Espagne, les candidats recrutés par le biais des chaînes migratoires ont entre seize et dix-huit ans lorsqu’ils empruntent le chemin de la Péninsule. Cet âge correspond par ailleurs à l’âge moyen requis dans le reste de l’armée pour accéder à un emploi d’officier. En revanche, les officiers intégrés localement ne sollicitent plus des emplois pour les parents restés au pays, mais pour leur progéniture née dans la Péninsule. À la différence des autres, ils sont donc en mesure de présenter des candidats beaucoup plus jeunes. Pour obtenir ces emplois, ils invoquent une coutume militaire qui veut que les enfants des officiers puissent prendre du service dans le régiment de leur père dès l’âge de douze ans, au lieu des dix-huit ans requis. Ce statut d’enfant soldat, appelé hijo del cuerpo, permet aux fils d’officiers de gagner rapidement de l’ancienneté. Il s’agit d’une pratique ancienne, réglementée seulement entre 1754 et 176823, qui n’avaient pas eu d’application jusqu’alors dans les gardes wallonnes compte tenu du recrutement majoritaire par le biais des chaînes migratoires. Toutefois, les premières requêtes d’emplois au motif d’être hijo del cuerpo apparaissent au milieu du siècle, à la demande des officiers hispanisés. Au départ, cette pratique minoritaire ne semble susciter aucune opposition. Toutefois, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’augmentation des enfants d’officiers nés en Espagne inverse la tendance.

28Le principal problème vient du fait que les hijos del cuerpo sapent l’autorité du colonel sur le recrutement. En effet, l’incorporation de ces enfants se fait de façon presque automatique, au nom de la coutume, sans passer par la médiation du commandant. De plus, les enfants du corps, ayant acquis plus tôt de l’ancienneté, monopolisent rapidement toutes les charges d’officiers, au détriment des recrues fraîchement débarquées des Pays-Bas. Somme toute, les officiers qui, par la diversification de leurs sphères sociales, ont déjà gagné en indépendance à l’égard de leur milieu professionnel, bousculent progressivement les rapports de pouvoir internes au régiment.

  • 24 AGS, GM, 2312, Priego à Wall (Buen Retiro, 4 juin 1760).

29Face au changement, le colonel réagit de deux manières différentes. Dans un premier temps, le comte de Priego essaie de relancer le mouvement migratoire en demandant au roi de donner la préférence aux candidats venus des Pays-Bas par rapport aux cadets du régiment24. Dans un second temps, Priego tente de créer un précédent en refusant un candidat au motif de sa « nationalité ». Le cas se produit en 1758 lorsque Priego interdit l’entrée d’Alberto Ruiz Castro T’Serclaes, le petit-fils d’une fille illégitime du prince de T’Serclaes, au motif de son origine espagnole. Priego justifie son refus au regard des ordonnances

  • 25 AGS, GM, 2306, Priego à Eslava (Valence, 12 avril 1758).

qui ne lui permettent pas d’entrer dans le régiment en raison de l’exclusion des Espagnols, et que leur introduction peut causer des mauvais effets en raison des nombreuses demandes qu’entraînerait cet exemple, et la désaffection que cela causera probablement, et même certainement, à la nation flamande25.

30Pour la première fois dans l’histoire du régiment, et de façon explicite, le colonel tente de bloquer un candidat au seul motif des clauses de nation contenues dans les ordonnances. Le candidat débouté n’est pas un fils d’officier du corps, mais l’attention de la secrétairerie est immédiatement attirée par le précédent que constituerait un tel argument. Une note interne à destination du roi stipule que l’argument de Priego est irrecevable :

  • 26 AGS, GM, 2306, Eslava à Ferdinand VI [1758].

Il est contradictoire avec la considération et l’estime que Votre Majesté porte à la nation flamande, parce que l’exclusion des Espagnols doit s’entendre, dans l’esprit de l’ordonnance, pour les soldats […] et non dans la [classe] distinguée des cadets lorsque ceux-ci jouissent d’un quartier flamand, comme c’est le cas pour le petit-fils du prince de T’Serclaes Tilly. En guise d’exemple, il y a dans les gardes wallonnes, les Montoliu, Grimau, Zamora et d’autres patronymes espagnols. Il semble que rien ne puisse mieux contribuer à encourager, plutôt qu’à refroidir, l’attachement de la nation flamande à ce service que de voir que même les enfants de Flamandes et de pères espagnols ont le droit d’être promus officiers dans ce régiment26.

  • 27 AGS, GM, 2332, Priego à Charles III (Madrid, 7 septembre 1778).

31À la fin du siècle, la tension entre le colonel et une partie des officiers atteint son paroxysme. C’est à travers la conflictualité institutionnelle que va se traduire la profonde crise d’identité que traverse le corps. En 1777, le capitaine Enrique Van Asbroeck présente au secrétaire de la Guerre un rapport incendiaire contre le comte de Priego, dans lequel il fait peser de lourds soupçons de détournement de fonds. L’enquête, diligentée par le ministre, fait tant de bruit que le colonel est contraint de démissionner. Le 7 septembre 1778, le comte de Priego demande sa licence absolue avec permission de quitter les royaumes d’Espagne27. Qu’une poignée de capitaines soit parvenue à faire destituer un colonel de la garde royale, Grand d’Espagne de surcroît, constitue un événement tout à fait exceptionnel. Cette fronde interne au régiment n’est couronnée de succès que dans la mesure où elle fait le jeu du pouvoir royal. À cette époque, en effet, Charles III cherche à limiter l’autonomie des commandants de sa garde royale. Il profite donc de la démission du comte de Priego pour laisser l’emploi vacant, ce qui va accentuer la crise interne du corps. Le départ du colonel et la vacance du poste augmentent le degré d’incertitude quant à la pérennité des emplois et fragilisent davantage les officiers qui n’ont que leurs émoluments pour seule ressource.

  • 28 AHPM, 18.208, ffos 515-519, Testament de María Rosa Van Asbroeck (Madrid, 28 août 1791) ; AHPM, 21 (...)

32Celui par qui le scandale arrive, Enrique Van Asbroeck, fait partie de la frange d’officiers particulièrement bien intégrée localement. Fils d’un officier du régiment de Flandre, il est né à Málaga et y a épousé une riche héritière. Pour un militaire tel que lui, son tissu relationnel est particulièrement diversifié. Il s’étend notamment à des familles de lettrés, issus des collèges majeurs, qui occupent des emplois dans les tribunaux et dans l’administration des finances. L’ensemble des documents conservés fait état d’un décentrement très net de la famille d’Enrique par rapport à son groupe socioprofessionnel d’origine28. Son assise sociale, véritablement exceptionnelle, confère à Enrique une indépendance plus importante à l’égard du système de régulation sociale du régiment.

33Avec la destitution du colonel et la vacance de la charge, les officiers perdent le principal élément régulateur, garant de la cohésion sociale du corps. Dans un groupe professionnel en pleine mutation, le colonel était le seul à avoir l’autorité suffisante pour assurer un équilibre entre des familles fortement enracinées localement et les officiers issus des chaînes migratoires. À l’égard du pouvoir royal, il était également la seule figure d’autorité susceptible de représenter avec force les intérêts de l’ensemble des officiers. Par conséquent, le départ de Priego aggrave considérablement la crise de l’identité corporative. Ce phénomène est observable à travers deux éléments. D’une part, la manière dont le corps des officiers exerce une répression à l’égard de ceux qui ont dénoncé le colonel. De l’autre, la façon dont les officiers, en l’absence du colonel, reconfigurent les modalités d’accès aux emplois.

  • 29 AGS, GM, 2335, Van Asbroeck à Ricla (San Roque, mai 1780).
  • 30 AGS, GM, 2345, Ángel Castilla Van Asbroeck à Pedro Lerena (Valladolid, 20 octobre 1786).

34Plusieurs mois après le départ de Priego, Van Asbroeck continue de subir une forte animosité parmi les officiers du régiment. L’ostracisme dont il est victime stigmatise de plus en plus son intégration locale, en insistant sur le fait qu’il est « Espagnol ». Lors d’une altercation, Van Asbroeck réprimande Philippe Lamberts, un lieutenant du corps. Ce dernier se rebiffe et apostrophe Enrique en lui disant « avec mépris qu’il lui parle en français s’il voulait qu’il lui réponde, parce qu’il ne comprenait pas les phrases en castillan29 ». Il s’agit de la première mention d’un problème lié à l’usage des langues dans le régiment. L’emploi du français a été la pratique courante, mais il est vraisemblable qu’il a cohabité rapidement avec le castillan sans que cela ne pose de problème. De même, en 1786, Ángel Castilla Van Asbroeck, le neveu d’Enrique, doit adresser une demande au secrétaire pour obtenir de l’emploi dans le régiment. Le commandant lui a en effet refusé l’accès « parce que son premier nom n’est pas Flamand30 ».

  • 31 AGS, GM, 2337, Rafael Llegat de Vila à Múzquiz (Barcelone, 27 juin 1781).
  • 32 AGS, GM, 2337, Spanghen à Múzquiz (Madrid, 13 juillet 1781).
  • 33 AGS, GM, 2340, Spanghen à Múzquiz (Madrid, 30 mai 1783).

35La manière dont le neveu de Van Asbroeck est exclu du régiment n’est que le prélude à une redéfinition des modalités d’accès aux gardes wallonnes. La vacance du commandement et l’augmentation des hijos del cuerpo sont autant d’éléments qui contribuent à disloquer complètement les solidarités corporatives et les modes de contrôle des officiers sur les frontières de leur groupe professionnel. Les commandants par intérim n’ont pas l’autorité suffisante pour faire tenir ensemble un corps à l’hétérogénéité croissante. Il est donc vraisemblable que le corps des officiers prend conscience de l’impérieuse nécessité de fixer de nouvelles règles d’accès qui puissent se substituer aux réseaux informels en vigueur jusque-là. Pour la première fois depuis la création du corps, le privilège de nation va être systématiquement invoqué pour bloquer des candidats sans liens avec le régiment. Tandis que les candidats font preuve de stratégies généalogiques rocambolesques pour prouver une ascendance flamande ou étrangère, le commandant les déboute au motif de la nationalité. Ainsi, en 1781, Rafael Llegat, originaire de Barcelone, demande de l’emploi dans les gardes wallonnes avec dispense du quartier flamand « même s’il en a un étranger par sa mère qui est italienne31 ». Le baron de Spanghen, commandant par intérim, qui a reçu la demande par l’intermédiaire du secrétaire, rend un avis négatif car « le suppliant est Catalan et n’a rien de Flamand32 ». En 1783, Pierre Bergeron de Chaumont, lieutenant du régiment de Foix au service de France, demande au secrétaire une enseigne dans les gardes wallonnes. Le baron de Spanghen, consulté, estime qu’il faut refuser au motif que le candidat ne justifie pas être issu d’une famille distinguée de Flandre33.

  • 34 Meyer, La noblesse française.

36Désormais, le corps des officiers élabore un nouveau mode de sélection qui doit pallier l’absence du colonel. Le privilège de nation s’impose comme l’élément le plus à même de garantir la cohésion sociale, de relancer les chaînes migratoires, et de filtrer les candidats issus des réseaux locaux de recrutement. Néanmoins, ce faisant, les officiers portent la question de l’accès au corps sur des critères objectifs. En effet, le caractère « Flamand » est évalué sur les bases des quartiers généalogiques. La manière dont le régiment des gardes wallonnes se ferme à la fin du XVIIIe siècle n’est pas fondamentalement différente du reste des institutions nobiliaires à la même époque34. La définition de cette « nationalité » flamande se nourrit pleinement de l’héraldique et de la culture nobiliaire du lignage.

  • 35 Glesener, « Godoy y la guardia real ».

37Cela amène à établir deux constats. D’abord, ce nouveau système de régulation essaie de traduire en des critères concrets la complexité de l’organisation sociale qui avait prévalu jusqu’alors. Ce faisant, il s’appuie entièrement sur un point de l’ordonnance qui stipule la réserve d’emplois aux naturels des Pays-Bas. Il déplace dès lors la question de l’accès au régiment sur le terrain juridique alors qu’elle relevait auparavant des pratiques sociales. Ensuite, cette transformation place le corps des officiers à la merci du bon vouloir royal. En effet, en établissant des clauses précises d’accès, les officiers laissent la possibilité au roi d’accorder sa dispense aux candidats qui la lui demandent. Cela se produit systématiquement à partir de 1791, lorsque Charles IV doit faire face à un nombre croissant de candidatures pour servir dans sa garde35.

38Le microcosme social de la garde wallonne, jalousement préservé depuis la guerre de Succession, ne survit pas aux dispenses répétées du roi. Le corps des officiers perd tout contrôle sur le recrutement et sur la définition des frontières du groupe professionnel. Concrètement, les chaînes migratoires cessent de fonctionner et les dynasties d’officiers, qui n’ont plus la maîtrise des emplois, se désintéressent progressivement du régiment.

  • 36 Anderson, L’imaginaire national.

39Cette étude de cas montre qu’il est possible de traiter un corps de nation avec le même matériau que celui employé pour analyser le reste des institutions d’Ancien Régime. Le privilège de nation ne confère aucune spécificité aux comportements des acteurs sociaux. On constate y compris que la distinction entre « Flamand » et « Espagnol » est loin de déterminer les formes d’identification au sein du corps. Le problème de l’intégration locale d’une partie des officiers est central dans le processus de désagrégation sociale, mais cela ne se traduit pas en termes ethniques ou culturels. L’hispanisation d’une frange des officiers conduit principalement à une diversification des projets professionnels et à un contournement progressif d’un dispositif qui devait garantir tant l’équilibre des pouvoirs au sein du corps, qu’assurer le contrôle des officiers sur ces emplois. La redéfinition de l’identité corporative autour du privilège de nation apparaît à la fin du siècle, lorsque le système de régulation sociale entre en crise. Là encore, il ne s’agit pas d’une définition « ethnique » mais d’une redéfinition de l’identité corporative qui s’inscrit pleinement dans la culture juridique et héraldique de l’Ancien Régime. En somme, même à la fin du XVIIIe siècle, la communauté professionnelle des « Flamands » ne peut se penser comme une communauté imaginée indépendante des dispositifs institutionnels et des rapports sociaux de pouvoir qui la génèrent36.

40Quant au dépaysement méthodologique de la notion de frontière, du limes politique aux frontières des groupes socioprofessionnels, l’étude de cas a révélé un point de rupture qui marque une évolution entre deux définitions des limites du corps. Dans un premier temps, grâce à l’autonomie dont jouit le colonel, c’est un ensemble de procédures, de pratiques et d’expériences partagées qui déterminent l’appartenance au corps. Ces dispositifs ont la capacité d’intégrer ceux qui y participent, et donc de distinguer les membres des non-membres. Dans un second temps, lorsque le système se désagrège sous les coups conjugués du pouvoir royal et d’une partie des officiers, le corps invente des critères d’accès de type juridique pour conserver le contrôle sur les limites du groupe. En somme, le langage juridique se substitue à la plasticité des liens sociaux pour tâcher de fixer définitivement les frontières du groupe professionnel.

  • 37 Herzog, Defining Nations.
  • 38 Nordman, Frontières de France ; Sahlins, Frontières et identités nationales.

41Ce phénomène a généralement été qualifié de moderne, et l’on en attribue souvent la paternité à l’État administratif. En effet, dès le XVIIe siècle, notamment dans la monarchie hispanique, on constate que le travail des juristes, appuyé par le pouvoir royal, s’attache à préciser les frontières de la communauté des natifs. Le langage juridique tend à concurrencer les pratiques sociales dans la définition de l’appartenance à la communauté du royaume37. De même, aux confins de la Castille et de l’Aragon, les agents de l’État royal sont occupés à définir plus précisément les limites du territoire, en passant d’une conception de la frontière entendue comme une zone à une définition en termes de ligne38. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la frontière, sociale, politique ou géographique, perd de sa souplesse à mesure qu’elle est investie par le langage administratif et juridique. Des espaces sociaux flous régulés par la flexibilité des tissus relationnels se voient fixer des limites précises.

42Or, notre étude de cas, si elle confirme cette mutation des espaces frontaliers, questionne le rôle moteur de l’État dans le processus. La fixation des frontières, par le biais du langage juridique, ne serait pas l’apanage des juristes royaux puisqu’une communauté professionnelle menacée est capable de modifier elle-même la définition de ses limites dans une vaine tentative de protection de son intégrité. Par conséquent, la transformation de la notion de frontière à la fin de l’Ancien Régime n’est pas exclusive de l’État administratif. Elle naît vraisemblablement des expériences localisées de conflits qui ont progressivement modifié la culture juridique commune à tous les acteurs institutionnels d’Ancien Régime.

Notes

1 Programmes de recherche internationaux, colloques, guides de recherche ont conféré à ce champ une légitimité institutionnelle qui ne semble plus pouvoir être ébranlée. Dubost, Les étrangers en France.

2 Mathorez, Les étrangers en France ; Garden, Lyon et les Lyonnais ; Bottin et Calabi (éd.), Les étrangers dans la ville. En Espagne, les ouvrages pionniers sont Domínguez Ortiz, Los extranjeros en la vida española, et Nadal et Giralt, La population catalane.

3 Ce type de lecture est indirectement inspiré par la manière dont l’anthropologue Clifford Geertz a défini l’identité ethnique. Le débat, bien connu, en anthropologie entre Geertz et Fredrik Barth a porté sur la définition des liens ethniques, considérés par le premier comme une donnée primordiale de la vie sociale qui s’impose aux individus et, par le second, comme une construction sociale fruit de l’interaction avec d’autres groupes. Poutignat et alii, Théories de l’ethnicité ; Levi, « I pericoli del geertzismo ».

4 Enloe, Ethnic Soldiers, pp. 23-49.

5 Loriga, Soldats, pp. 45-72.

6 Tóth, « Identité nationale en exil ». Certains historiens continuent de penser ce phénomène comme une réalité et non comme une construction sociale et politique. Corvisier (éd.), Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, p. 295.

7 Glesener, La garde du roi, p. 22. En même temps que le régiment des gardes wallonnes, Philippe V a créé le régiment des gardes espagnoles, destiné à récompenser les familles castillanes les plus méritantes. Ces deux unités constituent de véritables mastodontes dans l’armée bourbonienne, chacune comptant 4 800 soldats et plus de 170 officiers. D’un point de vue juridique, rien ne distingue les deux régiments, dans la mesure où ils sont régis par la même ordonnance. Seul le préambule du règlement organique du 29 septembre 1704 les distingue l’un de l’autre en stipulant qu’ils doivent être composés tout deux de vassaux du roi : « l’un de la nation espagnole et l’autre de Wallons » (Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. V, p. 228).

8 Portugués, Colección general de las ordenanzas militares, t. II, pp. 122-124.

9 Archivo General de Simancas (AGS), Guerra Moderna (GM), 2237. Richebourg à Castelar (Barcelone, 29 novembre 1727).

10 Archives générales du Royaume, Bruxelles (AGR), Familles et particuliers (FP), Croix, 10.

11 Les familles Legros et Cuvelier appartiennent aux patriciats urbains du Namurois, reconvertis dans la propriété terrienne (Annuaire de la noblesse belge, t. I, pp. 334-344).

12 Guillaume, Histoire des gardes wallonnes, p. 347.

13 Archivo Histórico de Protocolos de Barcelona (AHPB), Brugera Rossell, testaments I (1750-1752), ffos 75-78, Alberto Cuvelier (Barcelone, 21-XII-1761).

14 Sur un échantillon de 37 testaments d’officiers actifs ou retraités, conservés à Barcelone ou à Madrid, 29 (78 %) mentionnent la présence d’un autre officier du régiment lors de la signature ou de l’ouverture de l’acte.

15 Terlinden, « L’esprit militaire sauvegarde des traditions ».

16 AGS, GM, Exp. Perso., Leg. 36, Exp. 24 ; AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Juan Baillet Grandcourt (Barcelone, 30 janvier 1759).

17 Ibid.

18 AGS, Dirección General del Tesoro (DGT), Inv. 2, Leg. 31.

19 AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Jean Baillet Grandcourt (Barcelone, 30 janvier 1759).

20 AHPB, Olzina, Testaments (1774-1779), ffos 373-391, Juan Pedro Baillet Montoliu (Barcelone, 1er septembre 1778).

21 AGS, GM, 2238, Richebourg à Castelar (Barcelone, 18 septembre 1728) ; AGS, GM, 2290, Glimes à Patiño (Barcelone, 19 mars 1735) ; Guillaume, Histoire des gardes wallonnes, p. 324.

22 AHPB, Rondo, Testaments (1756-1764), ffos 59-61, Jean Baillet Grandcourt (Barcelone, 30 janvier 1759).

23 Andújar Castillo, Los militares en la España, pp. 275-276.

24 AGS, GM, 2312, Priego à Wall (Buen Retiro, 4 juin 1760).

25 AGS, GM, 2306, Priego à Eslava (Valence, 12 avril 1758).

26 AGS, GM, 2306, Eslava à Ferdinand VI [1758].

27 AGS, GM, 2332, Priego à Charles III (Madrid, 7 septembre 1778).

28 AHPM, 18.208, ffos 515-519, Testament de María Rosa Van Asbroeck (Madrid, 28 août 1791) ; AHPM, 21.278, testament d’Enrique Van Asbroeck (Madrid, 15 septembre 1792) ; AHPM, 21.278, testament d’Águeda Agraz (Madrid, 15 septembre 1792) ; AHPM, 21.278, testament d’Águeda Agraz (Madrid, 17 octobre 1795) ; AHN, OM, Santiago, Exp. 9022.

29 AGS, GM, 2335, Van Asbroeck à Ricla (San Roque, mai 1780).

30 AGS, GM, 2345, Ángel Castilla Van Asbroeck à Pedro Lerena (Valladolid, 20 octobre 1786).

31 AGS, GM, 2337, Rafael Llegat de Vila à Múzquiz (Barcelone, 27 juin 1781).

32 AGS, GM, 2337, Spanghen à Múzquiz (Madrid, 13 juillet 1781).

33 AGS, GM, 2340, Spanghen à Múzquiz (Madrid, 30 mai 1783).

34 Meyer, La noblesse française.

35 Glesener, « Godoy y la guardia real ».

36 Anderson, L’imaginaire national.

37 Herzog, Defining Nations.

38 Nordman, Frontières de France ; Sahlins, Frontières et identités nationales.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540