Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

IV. — Transformer et inventer l'espace social frontalier

Les Tabarkins : une communauté de frontières

Sadok Boubaker

Texte intégral

  • 1 Brunschvig, La Berbérie orientale.
  • 2 L’étude la plus exhaustive sur Tabarka à l’époque moderne est celle de Gourdin, Tabarka. Histoire (...)

1La « Berbérie orientale », pour reprendre l’expression de Robert Brunschvig1, a connu entre la fin du XVe et le XIXe siècle une recomposition territoriale qui a conduit à la configuration actuelle des grands ensembles « nationaux », à quelques nuances près pour ce qui est du tracé des frontières. Concernant la période moderne, cette région a été soumise à deux dynamiques : d’un côté la déliquescence du royaume hafside qui a provoqué la constitution de plusieurs entités territoriales éphémères ; de l’autre la pression conquérante de la Monarchie castillane et de l’Empire ottoman. Au XVIe siècle, plusieurs territoires de cette région ont changé de mains et furent soumis à des souverainetés différentes. Cependant, avec l’affirmation de l’autorité ottomane depuis la Tripolitaine jusqu’en Oranais, on assiste à une nouvelle configuration des espaces politiques, s’articulant autour des trois régences dépendantes du sultan. Cependant, si dans l’ensemble le triomphe ottoman a exercé une pression sur les présides espagnols de la région, les frontières entre les trois provinces mettront du temps avant de connaître une certaine stabilité. Les délimitations ont été de nouveau remises en question à l’époque coloniale. Cette évolution a généré l’existence de certains statuts particuliers pour des régions insulaires comme Djerba et Tabarka notamment : la première fut longtemps considérée comme un territoire relevant directement d’Istanbul ; la deuxième, convoitée depuis le Moyen Âge par les villes marchandes italiennes, puis occupée par les Espagnols, fut finalement cédée à Gênes avant de retourner sous domination tunisienne. Entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, ces deux territoires furent récupérés par la Régence de Tunis. La différence, entre ces deux cas, au-delà des caractéristiques physiques et géographiques des deux îles, réside dans le fait que l’une était habitée par une population musulmane, majoritairement des ibâdites, considérés comme une minorité dans l’Islam, mais intégrée dans la société tunisienne ; l’autre, Tabarka, a été occupée jusqu’en 1741 par une communauté chrétienne devenue une minorité non musulmane dans un pays qui l’était majoritairement. Nous ne pousserons pas la comparaison plus loin et nous limiterons notre propos aux conséquences de la position frontalière de Tabarka sur la communauté tabarkine au fil du déplacement des limites territoriales tunisiennes2.

L’ÎLOT DE TABARKA : UNE PLACE FRONTALIÈRE CONVOITÉE

TABARKA ET LES SOUVERAINETÉS EUROPÉENNES

  • 3 Rousseau, Annales tunisiennes.

2L’île de Tabarka fait partie de toute une série de comptoirs et de places de pêche de corail situés sur la côte nord-ouest du royaume hafside qui, depuis le Moyen Âge intéressaient les villes et les royaumes du bassin occidental de la Méditerranée. Cette même région a pris une importance stratégique supplémentaire depuis le début de l’affrontement entre les Ottomans, installés à Alger depuis 1517, et les Espagnols venant d’occuper Tunis en 1535. C’est dans ce contexte que l’île de Tabarka est devenue une place forte espagnole entre 1535 et 1540. Il y a bien une légende sur le troc qui aurait eu lieu entre Charles Quint et Khair-eddine pour libérer Dragut ; à notre connaissance, aucun document d’époque ne confirme cette version des faits figurant surtout dans les sources postérieures. Il paraît plus crédible de revenir au traité de protectorat conclu entre le roi d’Espagne et Moulay Hassen de Tunis qui donnait droit au vainqueur d’occuper toutes les places qu’il jugeait utiles pour lutter contre le risque ottoman3. Outre le fait que l’îlot était devenu une place militaire espagnole gérée par le vice-roi de Sicile, Tabarka est un des endroits les mieux situés sur la côte entre Bizerte et Annaba. Territoire hafside, Tabarka devint ainsi espagnole et fut pourvue d’une garnison importante.

  • 4 Archives nationales, Paris, Affaires étrangères, B III, 300, Indize y resumen de los papeles conce (...)

3En 15424, un asiento fut signé entre le vice-roi de Sicile et deux familles génoises, les Lomellini et les Grimaldi, pour que l’île serve de base à une factorerie de pêche de corail moyennant le paiement du quinto royal sur ce produit. L’asiento a été renouvelé d’une manière régulière jusqu’en 1708. Au fil des signatures, deux éléments se dégagent. D’abord, la famille Lomellini avait fini par prendre seule l’asiento de Tabarka et les privilèges qui en découlaient (pêche du corail et commerce) ; c’est à ce titre qu’elle assumait la charge de l’entretien du fort et de la garnison. Ensuite cette famille génoise avait fini par figurer comme « propriétaire » de l’île sur le contrat de concession de 1634. Ainsi, la place passait de la souveraineté espagnole à une souveraineté hispano-génoise avec un statut de propriété privée. Mais la république ligure revendiquait la légitimité de l’appropriation de l’île depuis qu’un firman du sultan ottoman, signé après la prise de Tunis en 1574, avait reconnu à Gênes la concession limitée dans le temps de Tabarka. En réclamant ainsi l’île, Gênes semblait ne plus reconnaître la souveraineté espagnole. Pourtant, les Lomellini continuèrent à renouveler l’asiento jusqu’en 1708. Le statut juridique de l’île devint un problème diplomatique, sans pour autant entraîner un conflit entre toutes les parties impliquées.

  • 5 Vilar, « Dos siglos de presencia de España ».

4À l’occasion des traités d’Utrecht en 17145 et des modifications qui suivirent concernant les territoires espagnols en Méditerranée occidentale, Tabarka fut cédée par Madrid à la maison de Savoie. C’est la preuve que l’Espagne considérait toujours qu’elle relevait de sa souveraineté. Paradoxalement, Gênes, refusant ce transfert, avait fait des démarches pressantes pour convaincre l’Espagne de réaffirmer son autorité sur l’île. Quelques années après, se considérant toujours propriétaire de Tabarka, la république génoise avait essayé de la vendre à la compagnie française d’Afrique.

LE STATUT DE TABARKA AU REGARD DES RÉGENCES MAGHRÉBINES : ALGER ET TUNIS

  • 6 Roy, « Deux documents inédits ».

5La non remise en cause de la concession de Tabarka aux Génois par le sultan ottoman après la prise de Tunis en 1574 annulait de fait et la conquête espagnole et l’attitude des Hafsides à ce sujet. La position de Gênes, dorénavant principale intéressée par cet espace insulaire, était de payer un tribut aussi bien à Tunis qu’à Alger, en contrepartie de l’occupation de l’île et des activités qu’elle y menait. Signalons qu’entre les deux régences ottomanes, le tracé frontalier fit l’objet de discordes graves jusqu’en 16286, date de la première délimitation territoriale entre elles. À partir de ce moment-là, Tabarka se situa dans la mouvance de Tunis. Le contexte politique pendant le XVIIe siècle à Tunis, était favorable à de bonnes relations avec Tabarka et Gênes. Il y avait dans le pays un grand nombre de « renégats », des chrétiens convertis à l’islam, originaires de Ligurie, qui pesaient sur la vie politique au point de faire admettre Osta Moratto Génovése, un dey d’origine génoise, à la tête de la milice en 1637. Pendant tout le siècle, les relations entre Tunis et Tabarka furent bonnes ; les Tabarkins étaient admis dans plusieurs villes du pays et leur commerce fleurissait. Il suffisait de payer les lismes (tributs), ce qui pour Tunis confirmait sa souveraineté sur l’île, alors que pour Gênes c’était une manière d’acheter la paix.

  • 7 Boubaker, « Les Génois de Tabarka » et Id., « Les relations entre Gênes et la Régence de Tunis ».

6À partir de 1686, année où la France imposa par la force à la Régence de Tunis le respect des traités de commerce signés presque un siècle plus tôt, les milieux politiques de Tunis acceptèrent avec plus de réticences les concessions perpétuelles. L’arrivée de Hussayn ben Ali au pouvoir en 1705 et la perception négative des décisions d’Utrecht renforcèrent chez les hussaynides la volonté d’une territorialisation plus affirmée qu’auparavant. La présence de comptoirs commerciaux sur le territoire tunisien et, surtout, la frontière tabarkine devenaient gênantes. En application des traités, Hussayn ben Ali voulait imposer à Tabarka de réduire ses activités au rocher, territoire de la concession. Les conséquences du traité d’Utrecht et les difficultés économiques de la factorerie conduisirent les Lomellini à envisager de vendre l’île. Ceci rendit les autorités de Tunis plus attentives aux problèmes de cette frontière. Pour ces derniers, il s’agissait de faire disparaître une enclave chrétienne en terre d’islam et de faire reculer une frontière avancée de la chrétienté, qui était là depuis deux siècles7. Les événements de juin 1741, à savoir la destruction du comptoir génois et la récupération de l’île par le pouvoir de Tunis, furent donc le résultat d’un processus lent. Tabarka la génoise, abandonnée par ses protecteurs politiques était trop isolée pour résister à l’offensive militaire des hussaynides. Dorénavant, et jusqu’au début du XIXe siècle, Tabarka ne serait plus occupée que ponctuellement par les employés et les agents de compagnies autorisées par Tunis, parmi lesquels des Tabarkins.

7Deux siècles de présence hispano-génoise à Tabarka étaient ainsi effacés. Cela marque la fin d’une enclave frontalière sans aucune profondeur territoriale ni suffisamment de forces militaires pour se maintenir. En ce sens, Tabarka n’est pas Gibraltar.

LES TABARKINS : UNE COMMUNAUTÉ INSULAIRE ET FRONTALIÈRE

D’UNE GARNISON À UNE COMMUNAUTÉ DE PÊCHEURS

  • 8 Luxoro, Tabarca e Tabarchini, p. 87.

8Au XVIe siècle, les premiers occupants de l’île après sa conquête furent en toute logique des militaires. Une garnison probablement de quelques dizaines de soldats, qui était le pendant de la garnison tunisienne d’Annaba forte de 600 soldats, y était affectée. Tabarka était une tour de guet sur un îlot vide que l’Espagne occupait pour le soustraire à une éventuelle installation ottomane. Mais la création de la factorerie de pêche de corail changea rapidement la composition sociale des habitants de l’île. À majorité masculine, le premier groupe d’habitants se composait de soldats et de pêcheurs. Il se transforma rapidement en une communauté permanente, où les familles occupaient une place centrale. Celles-ci se stabilisèrent sur le rocher, inscrivant leur présence dans la durée. Une indication de 1584 nous informe que l’ensemble de la population de l’île était de 1211 habitants8. Elle se répartissait ainsi : 20 administrateurs, 6 religieux, 65 soldats et officiers, 40 artisans, 280 corailleurs, 50 manœuvres et intermédiaires commerciaux et 750 personnes formant 150 familles. L’origine de cette population était diverse ; il y avait des Siciliens, des Corses, des personnes originaires de la Riviera ligure, mais très peu d’entre eux étaient de Gênes même.

  • 9 Riggio, « Cronaca Tabarchina ».

9La croissance démographique du groupe allait se heurter à la capacité d’accueil de l’île, celle-ci faisant 750 mètres de long sur 500 mètres de large, soit une superficie d’environ 16 hectares. Il y avait en plus un problème d’eau douce et de fertilité de la terre. On estime qu’au maximum de son développement l’île n’a pas pu abriter plus de 2 000 personnes. Tabarka ne pouvait vivre sans connections avec la terre ferme pour satisfaire ses besoins vitaux. Elle était aussi obligée d’évacuer son surplus démographique vers le continent proche. Les célibataires ne pouvaient se marier qu’avec l’autorisation du gouverneur de l’île. Les sources signalent ainsi l’existence, dès le début du XVIIe siècle, de groupes de Tabarkins à Tunis, Bizerte et Porto Farina9. Il s’agissait de familles mais aussi de célibataires à la recherche de femmes, soit parmi les Tabarkines du continent, soit parmi les captives chrétiennes de la course. Cette situation des Tabarkins appelle deux remarques. Premièrement, leur installation hors de l’île n’a été possible que parce que la société de la Régence était, du XVIe au XVIIIe siècle, relativement ouverte aux apports démographiques extérieurs, mêmes non musulmans. Plusieurs vagues d’immigrants (morisques d’Espagne, juifs livournais d’origine ibérique, chrétiens islamisés qu’ils fussent captifs de la course ou non) s’installèrent dans les territoires de la Régence de Tunis et y firent souche. Deuxièmement, l’essaimage de groupes issus de Tabarka dans les villes côtières de la Régence a été à la fois une nécessité et un moyen pour sauvegarder l’existence de la communauté-mère.

DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES INHÉRENTES À LA POSITION FRONTALIÈRE ET NÉCESSAIRES À LA SURVIE DE LA COMMUNAUTÉ

10À partir de l’installation de la factorerie des Lomellini-Grimaldi et la stabilisation d’une communauté d’habitants dans l’île, le rôle économique de la place frontalière changea. À la pêche du corail s’est ajouté le commerce des céréales puis celui du rachat des captifs de la course. Plus que le cap Nègre, le comptoir français limitrophe, Tabarka avait des activités commerciales diversifiées qui mettaient en rapport l’économie de la « Tunisie » avec l’Europe.

  • 10 Vilar, « Dos siglos de presencia de España » ; Luxoro, Tabarca e Tabarchini, p. 85, d’après les Ar (...)

11En continuité avec les différents comptoirs créés depuis le XIIIe siècle, la pêche du corail était au départ la principale activité de la compagnie de Tabarka. L’asiento était gagé sur le corail. Au XVIe siècle ce produit rapportait déjà au sultan de Tunis 80 000 ducats annuels de rente. En 1584, on aurait vendu pour plus de 100 000 ducats de corail tabarkin à Lisbonne10.

  • 11 Boubaker, La Régence de Tunis, p. 181 ; Corrales, Comercio de Cataluña, pp. 582 sqq.
  • 12 Arenberg et Polanyi, Les systèmes économiques, pp. 207-213.

12En termes de navigation, Tabarka servait de plus en plus d’escale pour les navires nordiques en Méditerranée, depuis la deuxième moitié du XVIe siècle. Mais le trafic le plus important se faisait avec les ports italiens, et d’autres villes côtières maghrébines. Depuis la fin du XVIe siècle et au cours du siècle suivant, la multiplication des disettes dans l’Europe du Sud eut pour conséquence le développement du commerce des céréales à partir de Tabarka11. Ce commerce nécessitait l’établissement de liens étroits et réguliers avec les tribus de la région et les autorités à Tunis. Tabarka jouait le rôle de « marché explosif » selon l’expression de K. Polany et C. Arensberg12.

  • 13 Granchamp, La France en Tunisie, t. II, acte du 4 janvier 1607 ; Pignon, « Gênes et Tabarka ».

13Tabarka était aussi, depuis 1574 et tout au long du XVIIe siècle, une des plaques tournantes du rachat des captifs de la course entre la Régence et l’Europe. Les Lomellini et le gouverneur de Tabarka servaient d’intermédiaires aussi bien pour les rachats individuels et privés que pour ceux réalisés par la Rédemption de Gênes13. L’île était considérée comme « terre chrétienne », synonyme de lieu de sécurité pour les captifs européens rachetés.

14Toutes ces activités et ces échanges faisaient de Tabarka une place relais dans les circuits financiers entre la Régence et l’Europe. Quant aux Tabarkins, des intermédiaires et des passeurs entre deux mondes, leur existence et leur prospérité étaient générées par leur position frontalière.

UNE COMMUNAUTÉ DOTÉE D’INSTITUTIONS ADAPTÉES À SA POSITION FRONTALIÈRE

15Le statut militaire et économique de l’île, qui était à la fois garnison militaire et factorerie, ont marqué les institutions de l’île. Comme la plupart des comptoirs européens installés de par le monde par les compagnies de l’époque, Tabarka avait à sa tête un gouverneur omnipotent. Il exerçait les pouvoirs militaire et judiciaire sur les habitants de l’île et ses ressortissants dans la Régence. Depuis 1542, il semble que les gouverneurs aient été tous des Génois nommés par les familles propriétaires de la compagnie. La liste des gouverneurs dont on dispose depuis la fin du XVIe siècle le prouve. Le gouverneur de Tabarka devait prêter une double allégeance : aux Lomellini en appliquant la juridiction de la république ligure et au roi d’Espagne qui avait toujours la haute main sur l’île. Jusqu’en 1676, le gouverneur de Tabarka jouait le rôle de consul génois auprès de Tunis ; et quand la république eût un consul attitré, c’était souvent un proche des Lomellini. Le gouverneur était secondé par une centaine d’agents civils et militaires. Ce sont eux qui géraient les magasins de stockage de l’île et le trafic du port.

  • 14 Luxoro, Tabarca e Tabarchini, pp. 75-89.

16Deux autres institutions d’encadrement de la population tabarkine existaient sur l’île, l’hôpital et l’église. Ce dernier édifice, achevé au XVIIe siècle, pouvait contenir près d’un millier de personnes. Quant à l’évêque de Tabarka, il dépendait hiérarchiquement du vicaire apostolique de Tunis mais aussi des autorités ecclésiastiques de Gênes14.

L’ÉCLATEMENT DE LA COMMUNAUTÉ DE TABARKA ET LA NAISSANCE DE L’IDENTITÉ TABARKINE

LA FIN DE LA TABARKA GÉNOISE ET LA FRAGMENTATION DE SA COMMUNAUTÉ : 1737-1756

17Au début du XVIIIe siècle, en plus des questions de souveraineté évoquées plus haut, Tabarka affrontait deux problèmes majeurs. Il semble en premier lieu que la compagnie des Lomellini n’ait plus été rentable et que la famille elle-même ait souhaité vendre l’île. En second lieu, et probablement en rapport avec les difficultés évoquées, l’île donnait l’impression de ne plus pouvoir assurer des revenus pour tous ses habitants qui avoisinaient les 2 000 personnes. L’éclatement de la communauté se fit en quatre temps.

  • 15 Archivio di Stato di Cagliari, fondo Segretariato di Stato, serie II : numero di corda 1462 et 146 (...)

18Le projet d’émigration d’une partie de la population de Tabarka était envisagé. Il coïncidait avec le désir de la maison de Savoie de peupler certaines îles désertes du sud de la Sardaigne qui servaient de points d’appui pour les corsaires. Des négociations eurent lieu entre les deux parties et aboutirent au projet d’installation de 118 familles, soit plus de 400 personnes dans l’île de Saint-Pierre15. Le premier départ eut lieu en 1738. Ce fut aussi l’année de fondation de Carloforte, première ville tabarkine hors de la terre des origines. Puis, en 1739, après ce premier départ et au moment où Tunis avait eu vent des tractations pour la vente de l’île à la compagnie d’Afrique, les autorités de la Régence décidèrent le blocus terrestre et maritime de Tabarka. Cette opération se déroula au moment où 128 corailleurs étaient en mer. Ils ne purent jamais rejoindre leurs familles et se réfugièrent dans le comptoir français de La Calle. La plupart d’entre eux finirent par rejoindre Carloforte après 1741. L’étape suivante eut lieu le 19 juin 1741, date à laquelle le bey de Tunis s’empara de l’île par la force, démolissant toutes les installations qui auraient pu permettre sa réoccupation. Huit cents personnes furent capturées et transférées à la capitale. Sur ce groupe, 127 personnes furent rachetées et rejoignirent Carloforte entre 1751 et 1753.

  • 16 Boubaker, « Les relations entre Gênes et la Régence de Tunis », pp. 17-29 ; Vilar, « Dos siglos de (...)

19La dernière phase de l’éclatement de la communauté tabarkine eut lieu à la faveur de la guerre entre Tunis et Alger en 1756. Lors de leur repli, les troupes algériennes passèrent à Tabarka, s’emparèrent de près de 400 personnes et les emmenèrent à Alger. Ce groupe fut racheté par la monarchie espagnole entre 1761 et 1769. En 1770, 311 personnes furent installées à la Nueva Tabarka en face d’Alicante (68 familles et 32 célibataires). Mais, entre le départ de Tunis et l’arrivée à Alicante, le groupe perdit une centaine de personnes pour cause de maladies, en plus des 17 filles et 5 garçons restés, eux, à Alger. Ainsi, à partir de 1770 on peut parler de communauté tabarkine tricéphale, implantée à Tunis, à Carloforte et à la Nueva Tabarka16.

LES TABARKINS À TUNIS À LA RECHERCHE D’UN NOUVEAU STATUT, DE NOUVELLES PROTECTIONS

  • 17 Une étude comparée de l’évolution de ces trois communautés serait d’un grand intérêt, mais elle n’ (...)

20À partir du milieu du XVIIIe siècle, les différentes communautés originaires de Tabarka, connurent des destins particuliers mais aussi des évolutions croisées ; leur survie dépendait beaucoup du soutien des unes aux autres. Transplantés à Tunis en 1741, après deux siècles passés dans leur île, quel est le nouveau statut des Tabarkins17 ?

21Pour les autorités de Tunis, les personnes capturées à Tabarka, étaient des prisonniers de guerre. La stratégie des puissances de la Régence était de les utiliser comme monnaie d’échange pour libérer les captifs de la course chrétienne détenus en Europe. Mais après deux opérations de rachat, les autorités génoises ne montrèrent plus beaucoup d’empressement à payer la rançon des Tabarkins. On le sait, les rachats de captifs étaient réalisés en grande partie par les individus eux-mêmes. Ils payaient leur rançon, en liquidant des biens se trouvant dans leur propre pays, ou en empruntant auprès de leur famille les fonds nécessaires à leur libération. Comme les Tabarkins n’avaient plus beaucoup d’ancrage en Europe, ils n’avaient que peu de chances d’être rachetés. Ainsi, en dehors de ceux embarqués par les troupes algériennes en 1756, ils décidèrent de rester dans la Régence. Pendant plusieurs années le bey leur garantit le logement et paya une partie de leurs besoins : bois, huile… En fait, il les considérait de plus en plus comme des dhimmis, des « protégés », à l’instar des autres non-musulmans du pays ne relevant d’aucune souveraineté européenne. En perdant leur territoire, les Tabarkins perdirent leur protection politique hispano-génoise. Ils n’étaient plus à la frontière des deux mondes, mais constituaient une minorité chrétienne en terre musulmane : ils étaient désormais de l’autre côté de la frontière.

22Cette décision de rester à Tunis eut des conséquences importantes sur la communauté tabarkine. D’abord, certains de ses membres s’islamisèrent sans perdre le contact avec leur groupe d’origine. Dans les sources locales, ils sont toujours identifiés comme Tabarkins. D’autres, tout en restant chrétiens, entrèrent au service du bey, comme fermiers ou agents. En 1743, nous trouvons Bastiano le Tabarkin, fermier de la fabrication des vins et alcools à Tunis. En 1764, Gozzo le Tabarkin est devenu médecin du bey. Le service du beylik — c’est-à-dire de l’État — représentait pour certains Tabarkins, une source de revenu et un moyen de se protéger. Plusieurs familles peuvent être considérées comme makhzéniennes, et le restèrent plus d’un siècle. Une des plus connues est celle des Bogo. Elle avait fourni des gouverneurs à Tabarka au XVIIe siècle et les premiers consuls génois à Tunis. Mais jusqu’au XIXe siècle, des membres de la famille Bogo furent au service du bey. Ainsi, à Tunis, les Tabarkins s’autochtonisèrent. Par ailleurs, d’autres membres de cette communauté cherchèrent à occuper le rôle d’intermédiaires entre les marchands européens de Tunis et la société locale. Ils mirent ainsi à profit leurs connaissances linguistiques, leurs liens avec les marchés italiens en particulier, ainsi que leur acclimatation aux conditions et aux usages du pays. Il s’agissait pour eux de développer une nouvelle fonctionnalité adaptée à leur nouveau statut.

23À la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant, les Tabarkins de Tunis réussirent bien dans ce rôle d’intermédiaires. Ils se placèrent eux-mêmes sur une nouvelle frontière leur permettant de vivre et de travailler entre la majorité musulmane de la Régence et le microcosme international des nations européennes, tout en maintenant des liens forts avec les Carlofortains. Cette nouvelle position permit aux Tabarkins de surmonter en partie leur marginalisation et d’être considérés, pendant un temps, positivement par les nations européennes. Mais cette appréciation changea vers les années 1830. En 1829, le consul général de Sardaigne à Tunis nous livre le jugement suivant sur les Tabarkins :

  • 18 Gallico, Tunis et les consuls sardes, pp. 264-265.

À propos de la population de Tunis […] il y a deux milles chrétiens […] c’est la classe la plus dangereuse, celle qui cause le plus de mal aux Européens […]. La majeure partie de ces gens sont appelés Tabarquins, en raison qu’ils sont descendants de ces habitants chrétiens de Tabarque […] les Tabarquins partagent avec les juifs l’espionnage et le droit de calomnie, ils figurent dans toutes les intrigues18.

24Deux remarques attirent l’attention dans ce jugement. En premier lieu, alors que les Tabarkins de Carloforte relevaient de la souveraineté du roi de Piémont-Sardaigne, le consul sarde considérait ceux de Tunis comme des autochtones relevant de la souveraineté du bey. En deuxième lieu, les Tabarkins ne rendaient plus service aux nations européennes ; celles-ci voyaient en la présence de ces intermédiaires puissants, une gêne pour leurs intérêts. Il est vrai que nous sommes à un moment où le développement des nationalismes en Europe et le début de l’expansion coloniale ont transformé la vision que les pays européens avaient des « protégés » et des « minorités » qui leur servaient de relais dans le monde ottoman. Les Tabarkins de Tunis étaient rejetés au-delà des frontières européennes.

STRATÉGIES DE PRÉSERVATION DU GROUPE

25Ainsi, la « crispation nationale européenne » d’un côté et l’impossible fusion dans la société tunisienne de l’autre poussèrent les Tabarkins à concevoir d’autres stratégies, individuelles et familiales, pour préserver l’existence de leur communauté.

  • 19 Planel, De la nation à la colonie, t. II, pp. 254-262, t. III, pp. 711-713 et 727-729.

26À titre d’exemple, suivons le cas des Gandolphe19. Famille tabarkine d’origine génoise, les Gandolphe habitaient l’île depuis le XVIIe siècle au moins. En 1738, avec la première émigration vers Carloforte, une partie de la famille quitta Tabarka et une autre fut transplantée à Tunis en 1741. Lors des négociations pour la libération des captifs, le roi de Sardaigne envoya à Tunis Antonio Maria Gandolphe, qui y avait des parents proches, pour mener les transactions. Il mourut à Tunis en 1761. Il était né à Tabarka où il s’était marié avec Maddalena de Tabarka, morte à son tour à Tunis en 1776. Ils avaient eu trois enfants : Nicolo Antonio né à Carloforte en 1738 mort en 1800 ; Pasquale (plus connu sous le nom de Pasqualino) né à Tunis en 1740, mort dans la même ville en 1781. Enfin, Antonia Maria née à Tunis en 1744. Cette première photographie de la famille montre que les Tabarkins avaient, dès 1738, gardé cette double appartenance sarde et tunisoise. Au-delà des frontières, les liens matrimoniaux fréquents, les allers et retours, ainsi que les intérêts économiques étaient restés très étroits entre les deux branches de la communauté.

27Les trois enfants d’Antonio Maria Gandolphe poursuivirent la même stratégie que leurs parents. Nicolo Antonio se maria avec Anna Maria Grosso à Carloforte. Ils eurent quatre enfants, tous nés à Carloforte : Giacomo Antonio, mort à Sousse en 1785 ; Maria Catherina, morte à Tabarka en 1785 ; Salvatore emporté comme d’autres à Tunis par la peste cette même année ; enfin Pietro, décédé à Tunis en 1790. Pasquale s’était marié en 1765 à Marseille avec une Française, Maria Fouque. Ils engendrèrent quatre garçons et trois filles, tous nés à Tunis. Parmi cette descendance, les deux garçons, Antonio et Salvatore II, convolèrent avec des Tabarkines, et les deux filles Maria Nicoletta et Maria Maddalena se marièrent avec des aubergistes français installés à Tunis. Enfin, Antonia Maria se maria en 1764 avec Jay Lieutier, un négociant français.

28On peut encore suivre cette famille sur deux générations et retrouver la même stratégie d’alliances : les femmes tabarkines y jouent un rôle-clé dans la reproduction du groupe et le maintien du lien social. Le croisement d’alliances avec les sujets français assure une autre voie de promotion et de protection. En 1781, un Gandolphe est devenu « protégé » français. Pour conserver ce privilège à l’époque de l’Empire, la famille joua sur ses origines génoises. Parallèlement, les Gandolphe, à l’image des autres Tabarkins de Tunis ne renoncèrent jamais à leur attachement au makhzen, à leur attachement au sol de la Régence et à Tabarka, auxquels ils devaient en partie leur survie économique. En revenant à Tunis en 1751, Antonia Maria Gandolphe avait obtenu du bey, pour ses fils, la charge de « pourvoyeur de la nation française à Tunis », moyennant une redevance annuelle de 30 000 piastres. Ce privilège impliquait aussi la fourniture des gréements nécessaires à tous les navires de commerce ou de guerre français, venus à Tunis, en amis. Les descendants de la famille conservèrent cette charge jusqu’en 1870. Un autre fait devait sceller ce lien « makhzénien ». En 1781, Pasqualino était assassiné à Tunis par un sujet du bey. Le souverain ayant reconnu qu’un crime non justifié avait été commis, il accorda aux descendants de la victime une indemnité qui leur a été versée jusqu’en 1855.

29Au milieu du XIXe siècle, les Gandolphe et leurs alliés, se désintéressent progressivement des affaires du makhzen pour s’occuper de secteurs en rapport avec la marine à vapeur à La Goulette. Ils sont de plus en plus associés au commerce des marchands marseillais à Tunis et dans le Levant. Dans les années 1870, ils sont impliqués dans les affaires financières entre les banques européennes et le beylik. En parallèle, d’autres membres de la famille gardent le secteur de l’hôtellerie comme terrain privilégié d’activité. De plus en plus liée aux intérêts français, l’élite des Tabarkins de Tunis se trouva alors à nouveau de l’autre côté de la frontière, c’est-à-dire du côté européen.

30Le cas de figure des Gandolphe est peut-être exemplaire, mais il ne fut pas unique. On pourrait développer de la même manière celui des Saccoman ou des Bogo pour retrouver, à quelques variantes près, la même stratégie, tant au niveau des individus que des familles et donc de la communauté.

31La lecture de l’itinéraire de certaines familles et de quelques individus, ainsi que l’observation des comportements collectifs des Tabarkins, nous font toucher de près les choix sociaux et politiques faits pour éviter la dislocation de la communauté tabarkine et la rendre pérenne.

PEUT-ON PARLER D’IDENTITÉ TABARKINE ?

32Ce que les Tabarkins ont vécu spontanément au fil des années, pendant deux siècles, est devenu, après 1741 et jusqu’à nos jours, une revendication consciente : leur identité. D’ailleurs, depuis la destruction du comptoir, les sources ne les appellent plus les « Génois de Tabarka » ou les « habitants de Tabarka » mais tout simplement les Tabarkins. La référence au sol perdu est devenue une identité. Par ailleurs, les hasards de la vie ou les choix, individuels et collectifs, des Tabarkins ont créé chez ces derniers une frontière culturelle et mentale : elle a servi de ciment à leur communauté, comme une sorte de réponse à l’éclatement géographique et à la multiplicité des souverainetés politiques dont relevaient ses membres.

33L’identité tabarkine s’est construite sur le souvenir de deux siècles passés sur un rocher, mais surtout autour des malheurs subits. Le départ de 1738 et l’évacuation de 1741 ont été vécus comme deux tournants qui ont, à la fois, permis la survie de la communauté, mais aussi causé son implosion et son déracinement. La capture des habitants de Carloforte par les corsaires de Tunis en 1798 et leur installation forcée pendant quelques années dans la Régence a été perçue, par les Tabarkins en général et ceux de Carloforte en particulier, comme une grande injustice traumatisante qui a renforcé leur sentiment de persécution. Cet événement est commémoré encore aujourd’hui par les Carlofortais. Chaque mois de juin on célèbre l’arrivée de la vierge « dello schiavo », vierge noire rapportée de Tabarka en 1738 qui orne toujours l’autel de l’église de la ville. La commémoration insiste sur la « réduction en esclavage » et son caractère intolérable pour cette communauté qui se considère toujours comme exilée de Tabarka. Le nombre des Tabarkins installés aujourd’hui à Tunis étant extrêmement réduit, c’est à Carloforte que cette identité, farouchement insulaire, continue à se manifester à travers toute une série de traits culturels et sociaux. La langue tabarkine, toujours parlée, est un mélange de ligure et de provençal avec quelques mots d’arabe. Dans le domaine culinaire, le principal plat est le « kechkech » (couscous) blanc, cuit à la mode des campagnes du nord-ouest tunisien, composé de légumes ou de viandes préparés à la vapeur mais sans sauce tomate. Le thon, dont la pêche est l’une des activités majeures de la ville caroline, fait partie des mets courants. Quant aux traditions festives, il est encore de mise d’offrir un voile de mariée rouge, comme le faisaient les tribus tunisiennes vivant dans les environs de Tabarka. Certains Carlofortais se plaisent encore à raconter que jusqu’aux années cinquante du XXe siècle, les candidats au mariage allaient en barque chercher une partie de leurs trousseaux et de leurs meubles à Tabarka. Le travail du corail reste par ailleurs une des particularités de l’île de Saint-Pierre. Enfin, les enjeux politiques des élections actuelles ne manquent jamais de traduire, via des clivages ou parfois des rassemblements, le souci de sauvegarder l’identité tabarkine dans la Sardaigne actuelle.

  • 20 Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », p. 204, cité par Brogini, Malte, frontière d (...)

34Selon F. Barth, « des frontières persistent en dépit des flux de personnes qui les franchissent20 ». On serait tenté d’inverser le raisonnement à propos de Tabarka, en disant que la communauté se maintient, en dépit des changements de frontières et de souveraineté. Mais cela veut-il dire pour autant que la frontière a disparu ? Vivre à la frontière, c’est un état d’esprit, un rapport particulier à l’espace et au territoire, encore plus quand il s’agit d’insularité doublée de particularisme religieux. Les hommes des frontières se considèrent toujours comme différents et toute velléité d’attraction / domination à leur égard les repousse de l’autre côté de la frontière, quitte à en créer de nouvelles.

Notes

1 Brunschvig, La Berbérie orientale.

2 L’étude la plus exhaustive sur Tabarka à l’époque moderne est celle de Gourdin, Tabarka. Histoire et archéologie. Mais les travaux suivants demeurent utiles : Pastine, « Genova e le Reggenze » ; Podesta, « L’isola di Tabarca » ; Hannezo, « Tabarca, monographie » ; Riggio, « Cronaca Tabarchina » ; Luxoro, Tabarca e Tabarchini ; Grandchamp, « Autour du consulat de France » ; Gourdin, « La première intervention européenne » ; Vilar, « Dos siglos de presencia de España » ; Pignon, « Un document inédit » et Id., « Gênes et Tabarka » ; Boubaker, La Régence de Tunis ; Id., « Les Génois de Tabarka » et Id., « Les relations entre Gênes et la Régence de Tunis ».

3 Rousseau, Annales tunisiennes.

4 Archives nationales, Paris, Affaires étrangères, B III, 300, Indize y resumen de los papeles concermentes a la isla de Tavarca

5 Vilar, « Dos siglos de presencia de España ».

6 Roy, « Deux documents inédits ».

7 Boubaker, « Les Génois de Tabarka » et Id., « Les relations entre Gênes et la Régence de Tunis ».

8 Luxoro, Tabarca e Tabarchini, p. 87.

9 Riggio, « Cronaca Tabarchina ».

10 Vilar, « Dos siglos de presencia de España » ; Luxoro, Tabarca e Tabarchini, p. 85, d’après les Archives vénitiennes.

11 Boubaker, La Régence de Tunis, p. 181 ; Corrales, Comercio de Cataluña, pp. 582 sqq.

12 Arenberg et Polanyi, Les systèmes économiques, pp. 207-213.

13 Granchamp, La France en Tunisie, t. II, acte du 4 janvier 1607 ; Pignon, « Gênes et Tabarka ».

14 Luxoro, Tabarca e Tabarchini, pp. 75-89.

15 Archivio di Stato di Cagliari, fondo Segretariato di Stato, serie II : numero di corda 1462 et 1463.

16 Boubaker, « Les relations entre Gênes et la Régence de Tunis », pp. 17-29 ; Vilar, « Dos siglos de presencia de España », pp. 174-177.

17 Une étude comparée de l’évolution de ces trois communautés serait d’un grand intérêt, mais elle n’est pas à notre portée aujourd’hui.

18 Gallico, Tunis et les consuls sardes, pp. 264-265.

19 Planel, De la nation à la colonie, t. II, pp. 254-262, t. III, pp. 711-713 et 727-729.

20 Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », p. 204, cité par Brogini, Malte, frontière de chrétienté, p. 1.

Auteur

Université de Tunis I

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540