Version classiqueVersion mobile

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

III. — Les lieux de la guerre

Frontières externes, frontières internes

Implications politiques et sociales de l’institution des milices territoriales dans les royaumes de Naples et de Sicile (xvie-xviie siècle)

Gaetano Sabatini et Valentina Favaró

Texte intégral

  • 1 Valentina Favaró est l’auteur des parties 2 et 3, Gaetano Sabatini de la partie 4. Introduction et (...)

1L’historiographie de l’Italie moderne n’a pas une grande tradition de recherches dédiées au thème de la frontière, comprise tant comme articulation géopolitique que dans sa dimension sociale, culturelle et politique1. C’est d’autant plus étonnant que la Péninsule, à l’époque moderne, est constituée d’une mosaïque d’États et possède autant de frontières que n’en compte la moitié de l’Europe. C’est encore plus surprenant en ce qui concerne ses deux territoires les plus importants et politiquement les plus homogènes, le royaume de Naples et le royaume de Sicile qui, de par leur position au centre du bassin méditerranéen, constituaient pour le continent dans son ensemble l’ultime frontière face à la puissance turque, au même titre que Malte et les possessions africaines de la Monarchie catholique.

2Pour cette raison, les frontières, ou plutôt, les côtes de Naples et de la Sicile ont traditionnellement fait l’objet d’études plus strictement militaires, qui n’ont donc pas cherché à approfondir les multiples aspects — démographiques, artistiques, sociaux, commerciaux… — de la perméabilité qui leur était propre. Nous sommes là victimes, en partie, de l’héritage de l’historiographie du XIXe siècle, tout entière tournée vers l’exaltation de l’unité nationale à peine réalisée avec le Risorgimento et peut encline, donc, à évaluer à sa juste valeur la présence de ses frontières internes.

3Plus récemment, l’historiographie, avec l’heureuse période de la micro-histoire et la révision profonde des études sur l’Italie espagnole, a jeté de nouvelles bases permettant une approche différente de la question. Continuant sur cette voie, la présente contribution souhaite soulever un paradoxe apparent. La formation, dans la seconde moitié du XVIe siècle, des milices territoriales à Naples et en Sicile — et l’amélioration des défenses côtières qui devait en résulter — non seulement ne bouleversa en rien la structure militaire, mais eut comme effet, au contraire, un développement des frontières internes aux deux royaumes.

CRÉATION DES MILICES ET DÉFENSE DES FRONTIÈRES DANS L’ITALIE ESPAGNOLE

4Le cadre politique de l’Europe occidentale du XVIe siècle, qui s’installe toujours plus dans une guerre permanente, contraint les Habsbourg d’Espagne à expérimenter de nouvelles formes d’organisation administrative pour soutenir une mobilisation d’hommes et de ressources financières toujours plus importante et continuelle, pour réorganiser les structures défensives de ses territoires et redéfinir la composition de ses armées.

5En particulier, les possessions espagnoles en Méditerranée — indispensables à la politique offensive de Charles V et de Philippe II — nécessitent toujours plus de soldats affectés à la défense des places fortes et du littoral, mais prêts également à être réquisitionnés pour de possibles, et fréquentes, mobilisations vers Djerba, Malte, La Goulette et servir à bord des galères, au moins avant la création d’un tercio de mer, distinct du tercio de terre.

  • 2 Archivo General de Simancas (AGS), Estado, vol. 1158, f° 148.

6À partir des années 1550, cette contrainte toujours plus grande devint une charge et un problème qui, jamais auparavant, ne s’étaient posés en de tels termes. Il est vrai aussi que les conditions économiques de la Couronne ne permettaient plus un tel niveau de mobilisation et les « necessidades ordinarias de gente de guerra de Flandes y Lombardia » privaient les possessions royales en Méditerranée du légitime soutien qu’en temps normal elles auraient pu attendre2.

  • 3 Rizzo, « Istituzioni militari e strutture socio-economiche », p. 161.
  • 4 Pezzolo, « Le “arme proprie” in Italia », p. 55.

7Une solution envisagée alors résidait dans le recours à des milices locales susceptibles, en cas d’urgence, de seconder les compagnies régulières d’infanterie et de cavalerie. Vers 1550, dans toutes les possessions espagnoles, les premières règles pour la constitution de ces milices furent édictées. La seule exception notable fut le duché de Milan qui dut attendre les débuts du XVIIe siècle. Les raisons de ce retard sont doubles, la première étant que les Habsbourg hésitaient à armer des sujets d’aussi fraîche date3 ; mais on constate également un réel ostracisme de la part de la noblesse lombarde qui préférait des sujets occupés aux travaux des champs plutôt qu’entraînés au métier de la guerre4.

  • 5 AGS, Estado, vol. 1122, f° 36.

8En 1548, déjà, Giovanni de Vega envisageait, pour le royaume de Sicile, la création d’une Nuova Milizia constituée de fantassins embrigadés parmi les « régnicoles » de 18 à 50 ans, et d’une cavalerie, constituée de gens aisés dont la fortune dépassait les 300 onces5. Le recrutement de ce contingent, pris tant sur les terres du domaine royal que sur celles des barons, devait être proportionnel au nombre de foyers. Les grandes villes, Palerme, Messine, Catane, Syracuse, Trapani, Licata, Augusta et Milazzo, organisaient elles-mêmes leur propre défense et ne nécessitaient pas une telle protection.

  • 6 Mattone, « Le istituzioni militari », pp. 103-107.

9En Sardaigne, en 1553-1554, l’évêque d’Ampurias, suivant en cela les exemples de la principauté de Catalogne et le royaume de Valence, proposait devant le Parlement, la création d’une milice de 6 000 à 7 000 arquebusiers à cheval. En 1575, Marco Antonio Camos disait pouvoir aligner 6 000 fantassins et 2 500 cavaliers affectés à la surveillance des côtes. Le nombre des hommes enrôlés étaient susceptibles de varier d’une année à l’autre, mais pouvait, quoi qu’il en soit, garantir la défense du royaume en cas d’invasion ennemie6.

  • 7 Le mémoire d’Alfonso Piscitelli, dans AGS, Estado, vol. 1046, f° 219 ; sur Piscitelli et sur le con (...)
  • 8 Le texte des Ordenanças de la milizia del reyno de Napoles, émanant du duc d’Alcalà à Naples le 22 (...)
  • 9 Ibid.

10Pour ce qui est du royaume de Naples, Alfonso Piscitelli, en 1559, aurait proposé d’armer et d’équiper une importante infanterie mobilisable, et donc payable, seulement en cas de force majeure, présentant ainsi l’avantage d’épargner au maximum les ressources financières destinées au maintien et à l’entretien des troupes régulières dans le royaume7. La proposition sera reprise en 1561 par le duc d’Alcalà, lequel communiquait au roi Philippe II son intention de créer un contingent de 20 000 hommes. Deux ans plus tard effectivement, en 1563, des ordenanzas instituaient la Compagnia ou Milizia del battaglione composée d’hommes à raison de 5 pour 100 foyers (familles recensées à des fins fiscales dans chaque communauté)8. Chaque compagnie comptait 200 arquebusiers et 100 cuirassiers légers, soldats dotés uniquement d’armes blanches. En étaient exclus les « hombres que tuvieran ordenes clericales, ni otros que atenderan al estudio de las letras9 ».

11Le double objectif — réduire la dépense militaire grevant le budget de l’hacienda royale et garantir un nombre suffisant de soldats affectés à la défense des côtes en cas d’alarme — ne fut cependant que partiellement atteint. L’institution des milices « régnicoles » provoqua l’hostilité des villes comme celle de la noblesse et compliqua encore plus les relations entre le pouvoir central et les autorités locales. Ce phénomène ne fut pas non plus dépourvu de conséquences politiques et sociales, surtout pour les royaumes de Naples et de Sicile plus fortement mis à contribution par la politique offensive et défensive de la Couronne que le royaume de Sardaigne.

LA NUOVA MILIZIA DU ROYAUME DE SICILE

  • 10 Sur la présence militaire en Sicile au XVIe siècle, voir Ligresti, « L’organizzazione militare del (...)
  • 11 AGS, Estado, vol. 1156, f° 44.

12La Nuova Milizia sicilienne fut conçue par Juan de Vega en 1548, lorsque la rumeur d’une attaque imminente de la flotte ottomane suscita chez le vice-roi la crainte de ne pas pouvoir aligner assez d’hommes à opposer à l’armée susceptible de débarquer10. La Nuova Milizia était pensée comme une structure fortement hiérarchisée, composée en premier lieu de 14 capitaines d’armes chargés de la formation des compagnies de fantassins et de cavaliers dans les diverses villes du royaume. Ces compagnies étaient elles-mêmes divisées en sergenzie avec à leur tête des sergents-majors provenant de l’armée régulière espagnole11. Ces derniers se chargeaient de l’instruction militaire et passaient en revue, deux fois par an, les milices de chaque communauté. Ils organisaient, en outre, une fois par an, une parade générale, c’est-à-dire une revue générale de toutes les milices sous leur responsabilité. Après avoir effectué un « notamento e descritione de li soldati », ils adressaient, dans les dix jours, un rapport au vice-roi ou aux capitaines généraux « acciocché contra quelli che trasgredessero se possa provedere al condigno castigo ». C’est une première différence de taille de la Nuova Milizia avec son homologue napolitaine : dans le royaume de Naples, les commandants des milices territoriales étaient tous Napolitains, qu’ils soient barons ou membres de la noblesse.

  • 12 Un écu = 100 tari.

13Aux ordres des sergents-majors, se trouvaient les capitaines des compagnies à pied et à cheval, nommés par le vice-roi et choisis parmi les « régnicoles ». La solde était ensuite établie. Le capitaine des soldats à cheval recevait une paye de 30 écus par mois ; le capitaine des soldats à pied percevait 25 écus. Les cavaliers armés d’arquebuse, de fusil ou d’arbalète percevaient 5 écus et 6 tari12 ; ceux armés d’une lance 5 écus. Les fantassins équipés d’arquebuse, de fusil ou d’arbalète prenaient 3 écus, ceux équipés de deux piques 2 écus et 6 tari. Le porte-drapeau d’une compagnie de fantassins avait droit à 7 écus. Le sergent et les chefs d’équipe — un pour 25 soldats — recevaient 5 écus par mois.

14Ce modèle, théorique, correspondait parfaitement à la doctrine stratégique en vigueur et semblait jeter les bases d’une collaboration fructueuse entre les troupes « régnicoles » et l’armée professionnelle. En réalité, la Nuova Milizia montra clairement, dans sa gestion quotidienne, toutes les incongruités et les erreurs de conception du projet ; elle accentua le clivage interne entre pouvoir central et pouvoir local, entre nobles et « riches ». L’institution de la milice fut, en effet, mal accueillie tant par l’aristocratie que par les sujets. Apparemment, tous se lamentaient pour le même motif : on ne voyait pas l’intérêt de créer un nouveau corps chargé d’assurer, en cas de besoin, la défense de l’île. On affirmait en effet :

  • 13 AGS, Estado, vol. 1156, f° 44 : « Il n’est pas nécessaire de s’inscrire aux dites milices, car sans (...)

Non è necessario che siano ascritti a detta militia, maggiormente che senza questo obligo per antiqua consuetudine tutte le città e terre del Regno in tempo di necessità sono tenuti a servire, dove più il bisogno richiedesse, e con maggior numero di gente di quello, che sono obligati alla militia13.

  • 14 Mongitore (éd.), Parlamenti generali del Regno di Sicilia, p. 205.
  • 15 Ibid., p. 227.

15Et, effectivement, dès les premières décennies du XVIe siècle, un gros effort avait été fourni pour augmenter et maintenir des troupes d’infanterie et de cavalerie. En 1528, le Parlement s’engageait à maintenir 200 cavaliers armati alla liggera et, en 1532, était créé un contingent de 10 000 fantassins ; 5 ans plus tard, à la séance du 15 avril 1537, on soulignait que sur ces 10 000 hommes, 6 000 devaient être « régnicoles » et 4 000 étrangers14. Puis, en 154315, on décidait l’embauche de 3 000 autres fantassins pour une période de six mois — « lo soldo delli quali si intenda in tutto di scudi sessanta milia » — auxquels, en cas d’extrême nécessité, on pouvait en ajouter 5 000 autres. La constitution de la Nuova Milizia semblait donc mettre en doute la collaboration naturelle du royaume qui, au contraire — et on le soulignait clairement —, avait, à diverses reprises, démontré concourir à l’effort militaire sans jamais rechigner ou créer de problèmes.

16En réalité, les motivations qui poussaient sujets et barons à refuser la création des milices étaient assez différentes. Les premiers se plaignaient non seulement des charges fiscales induites par l’apparition de cette nouvelle structure, mais aussi de l’inévitable obligation pour les hommes engagés d’abandonner les travaux agricoles :

  • 16 Capitula Regni Siciliae, chap. XXV, pp. 254-255. « La milice introduite dans ce royaume est non seu (...)

La militia introdotta in questo regno non è solamente dannosa a regnicoli ma dannosissima al servitio di Vostra Maestà, percioché essendo a quella ascritti e obligati per la maggior parte quelli huomini, che fanno gli arbitrii formentari, delle sete e d’altre cose, nella quale consiste tutta la facoltà dei regnicoli, e per conseguente la utilità dei dritti di Vostra Maestà, così delle estrattioni de formenti, come delle altre gabelle, né potendo attendere a detti arbitrii per cagione di essa militia, nella quale sono occupati buona parte dell’anno, e spetialmente nel tempo, che si reccoglieno le sete, grani e vini, ne aviene per forza, che abandonandoli, ne seguino i danni sopranarrati […] oltre che tutte le città e terre de regno pagano buona somma per polvere, corde di fuoco, piombo da balle, taballi, trombette, e altre cose necessarie, e la Regia Corte ne viene a sentire lo interesse dei salari che ogni anno paga al revisore di detta militia, a sergenti e altri officiali che attendono a far essercitare i soldati16.

17Le mécontentement ne s’arrêtait pas là : les terres qui accueillaient les parades générales de sergenzie et hébergeaient les compagnies, devaient, en plus, être en mesure de loger les officiers et soldats de la milice sans dédommagement, car

  • 17 AGS, Estado, vol. 1158, f° 51.

né alcuna persona di qualsivoglia stato, grado, e foro sia assente di questo peso, e i giurati habbiano particolare cura di fare con preventione ritrovare pronta commodità di vettoaglia senza incarimento di prezzi17.

18Et, outre les frais normaux de fonctionnement, les habitants devaient également supporter le poids des injustices des capitaines d’armes, des sergents-majors et des capitaines de la milice qui ne perdaient aucune occasion pour perpétrer des abus au détriment de leurs subordonnés.

19Avec de tels débuts, l’opinion commune était qu’on ne pouvait guère se fier à ces milices territoriales. Le vice-roi, le marquis de Pescara, était également de cet avis et souhaitait une réforme « in guisa che con li buoni ordini che vi si metteranno sarà dor innanti di maggior servigio di quello che per il passato è stata ». Il estimait, en effet, que « per essere gente populare et comandata, non convien confidar loro fortezze della qualità che queste sono senza alcun numero di soldati d’ordinanza » et affirmait, en outre, que

  • 18 AGS, Estado, vol. 1143, f° 1.

non tutti i cittadini considerati abili risultavano poi effettivamente disponibili al servizio, poiché alcuni erano renitenti alla leva e altri ottenevano di far servire un sostituto, ma soprattutto perché non pochi venivano esentati dal servizio stesso18.

20Pour cette raison, sous la pression exercée par les communautés locales, dans les quarante années qui suivirent la création de la Nuova Milizia, de nouveaux changements furent apportés avec les deux grandes réformes de 1573 et de 1595, sous l’égide du duc de Terranova et d’Enrique de Guzmán, comte d’Olivares.

  • 19 AGS, Estado, vol. 1141, f° 2. Le devoir de passer en revue la milice fut confié à Garnica car il ét (...)

21Pour appliquer ces modifications jugées si nécessaires, Martin de Garnica19, nommé contrôleur de la milice royale, fut chargé, en 1574, de vérifier les modalités de recrutement, de passer en revue les diverses sergenzie et prendre note de leurs règles et conditions de fonctionnement.

22Avant de débuter son inspection, Garnica avait dû prendre connaissance d’un livre conservé au Tribunale del Real Patrimonio, sur « tutti li soldati di piedi e di cavallo et di quelli di rispetto di ciascheduna sergentia » et relever toutes les descriptions qui y étaient consignées.

23Étaient susceptibles de devenir fantassins, les hommes âgés de 18 à 50 ans (comme Vega l’avait décidé) et de devenir cavaliers ceux qui, dans le Val di Mazara et le Val di Noto, possédaient une fortune excédant les 250 onces, et dans le Val Demone les 350 onces « non ci comprendendo però in essa facultà il prezo della casa ch’habita né de i beni mobili e utensili di casa ». La liste avait été établie « senza esimere né escludere persona alcuna », en excluant uniquement les religieux, les clercs et les barons pères de plus de 12 enfants.

  • 20 AGS, Estado, vol. 1141, f° 184.
  • 21 AGS, Estado, vol. 1142, f° 102.
  • 22 AGS, Estado, vol. 1141, f° 9.
  • 23 Ibid.
  • 24 AGS, Estado, vol. 1149, f° 55.

24De ce recensement, on pouvait déduire que la Milice était composée de 9 000 fantassins buoni arcabusceri et de 1 600 cavaliers20. Cependant, le duc de Terranova estimait que « per essere mal disciplinati nell’arte militare, non si può far molto capitale21 ». Il répétait ce qui avait déjà été écrit dans une précédente instruction, à savoir que « necessario fargli essercitare acciocché possano essere di servitio22 ». À cette fin, il estimait nécessaire la nomination d’un général chargé de « assuefarli et habituarli all’arme, all’obedienza, all’ordinanza et altre opere tali23 ». Après seulement 6 années, en 1580, Marco Antonio Colonna écrivait au roi que Pompeo Colonna partait pour Palerme « para ver y reformar la milicia de a piè y de a cavallo de siette sergentias » ; les trois autres étant prises en charge par don Diego de Ibarra24.

  • 25 AGS, Estado, vol. 1158, f° 51.

25Pour la seconde réforme, il faudra attendre 1595, lorsque le comte d’Olivares, estimant opportuns de nouveaux remaniements, communiqua à Philippe II les mesures adoptées, qui, selon sa propre expérience, pouvaient contribuer à rendre plus efficace la gestion des compagnies25. Selon les nouvelles instructions, la milice demeurait composée de « mille e seicento soldati da cavallo, e di novemila soldati di piede ». Les premiers « siano di diciotto anni in su i più facoltosi » et les seconds recrutés parmi les hommes aptes et âgés de 18 à 44 ans (et non plus 50). Le cavalier pouvait être substitué par une autre personne de même condition ; il n’en demeure pas moins qu’il devait être obligatoirement présent à la parade générale de mars, et que

  • 26 Ibid.

né possa mutarla nella stagione di quello anno senza licenza nostra, né tale sostituto stia a soldo o in altro modo con sergenti maggiori o capitani a quali anco si vieta la cura di mandar essi sostituti sotto pena d’onze 200 d’applicarsi alle fortificationi del regno per ogni contraventione26.

26À ce nombre de fantassins, on devait ajouter 1 000 arquebusiers provenant des terres et des domaines de Jaci, répartis en 4 compagnies (indépendantes et donc aucunement agrégées à une sergenzia) avec le devoir de rester « alla guardia della propria marina, e vadano anco alla difesa di Catania d’ordine nostro o chiamati dal capitan d’arme di quella città ».

  • 27 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.
  • 28 On précisait en outre que 416 d’entre eux se seraient établis dans la ville de Sciacca, 152 à Agrig (...)
  • 29 137 à Sciacca, 55 à Agrigente, 13 à Caltagirone, 9 à Taormine, 11 à Patti et 42 à Termini.

27Les villes exemptées demeuraient les mêmes, mais « la esperiencia del año pasado mostrò que convenia particolarmente el no meter debaxo de otras banderas la gente de los lugares de las marinas por differir el desfratarlos de que se sigue tanto daño27 ». On spécifiait donc que les soldats de Termini, Cefalù, Patti, Taormina, Terranova, Sciacca, Marsala, Mazara, Monte San Giuliano, Carini et les fantassins d’Avola, au total 1 019 fantassins28 et 267 cavaliers29, devaient être destinés

  • 30 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.

principalmente alle difesa dei propri luoghi e marine loro, iscludendoli dalle compagnie formate con altre genti, onde siegua che oltre l’aiuto che essi porgano al bisogno di quei luoghi, gl’altri cittadini atti all’armi con l’indirizzo e essempio loro sappiano e possano meglio esercitarsi e servire30.

28Ils demeuraient, quoi qu’il en soit, sous les ordres des sergents-majors qui, en cas de besoin, pouvaient les convoquer à tout moment là où leur présence était requise.

  • 31 À la fin de sa période de trois ans, le sergent-major pouvait assumer la direction d’une autre serg (...)
  • 32 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.

29La réforme s’attaquait aussi à l’aspect administratif de l’institution. Un sergent-major ne pouvait rester à la tête d’une sergenzia plus de trois ans31 ; chaque compagnie à cheval devait avoir un porte-drapeau et un clairon, tandis que les compagnies de fantassins devaient être pourvues d’un porte-enseigne, d’un sergent et d’un chef d’équipe à raison de 1 pour 25 hommes. Les chefs d’équipe avaient l’obligation de résider là où se trouvait l’étendard ou le drapeau. On estimait également que même si, en certains lieux, le chiffre de 25 soldats n’était pas atteint, il était judicieux cependant d’y adjoindre un chef d’équipe. Dans ce cas, on admettait « uno ogni 16, e dove fossero meno di 16 s’elegga un caporale il quale habbia carico d’essi mentreché non si riducano sotto bandiera32 ».

  • 33 Giuffrida, « La fortezza indifesa e il progetto del Vega », p. 287.

30Les deux réformes de cette fin de XVIe siècle cherchaient au moins à répondre à une objection faite par les sujets, à savoir lier les milices à leur territoire d’appartenance, sans obliger les vassaux à d’exténuantes marches vers des lieux lointains et donc à laisser pour une longue durée les travaux saisonniers. L’hostilité de la noblesse locale, en revanche, ne faiblit pas. À la crainte, innée, d’armer la population paysanne, s’ajoutait la conviction que cette Nuova Milizia constituait une potentielle mise en cause de son rôle hégémonique, car elle s’attaquait, en effet, au privilège d’être l’unique force militaire capable de seconder l’armée régulière étrangère. Qui plus est, l’appartenance au corps des cavaliers, outre le fait qu’elle permettait aux riches de bénéficier d’importantes exemptions et privilèges — notamment celui d’échapper aux mensualités du donativo et autres collectes royales, la possibilité de porter des armes interdites jusqu’à deux heures du matin, ou encore d’éviter le logement forcé des officiers et des soldats en poste sur l’île —, donnait droit à l’usage et au port des symboles féodaux (cheval, épée) qui constituaient un puissant instrument de promotion sociale33.

31Pour ces raisons, la Nuova Milizia revêtait une importance qui dépassait de loin le cadre strictement militaire avec, immanquablement, des conséquences sur les relations entre l’aristocratie locale et les différents vice-rois de l’île. Ainsi, de Vega, inventeur et organisateur de ce nouveau corps d’armée, fut très clairement accusé de « frustrer la noblesse et de favoriser la plèbe ». En 1555, deux nobles siciliens dénoncèrent au prince Philippe la politique antinobiliaire du vice-roi demandant, et obtenant, sa destitution au profit de Medinaceli, assurément plus sensible aux valeurs et aux revendications de la féodalité insulaire.

32Et, en effet, le nouveau vice-roi affaiblit la milice en approuvant le plan « national » des barons qui consistait à créer, avec l’aide des chevaliers de Malte, une puissante flotte afin d’occuper Tunis et Tripoli. Les barons cherchèrent à faire aboutir ce projet avec le successeur de Medinaceli, le duc de Terranova, mais, contrairement à leurs attentes, ce dernier proposa et appuya une réforme de la milice afin de la rendre plus fonctionnelle. Ils durent abandonner définitivement leur projet avec Marco Antonio Colonna et Olivares qui renforcèrent et rationalisèrent la structure de la nouvelle force « régnicole ».

33Ainsi, comme le souligne Giuseppe Giarrizzo,

  • 34 Giarrizzo, « La Sicilia dal Cinquecento all’Unità d’Italia », p. 251 : « La portée politique de la (...)

La portata politica della «instruttione de la militia ordinaria» non può essere sottovalutata: da Vega a Olivares la milizia ha conservato un preciso significato antibaronale, e il baronaggio isolano non ha mai nascosto la sua avversione per questa milizia «nazionale» e permanente, di cui ha cercato in tutti i modi di ottenere il formale scioglimento. Una avversione anche questa, rivelatrice dei ristretti limiti culturali e politici del «nazionalismo» baronale, della sua naturale insufficienza a presentarsi come ideologia di un più vasto fronte di forze sociali isolane34.

34Comme conséquence de cette hostilité diffuse, la première moitié du XVIIe siècle vit fleurir les requêtes demandant, sinon la disparition, au moins la forte réduction du poids des milices. De nombreux mémoires et suppliques furent envoyés au vice-roi, demandant la réduction du nombre des fantassins à 7 500 hommes et la fin de l’obligation de recrutement. Ces requêtes, acceptées partiellement, témoignent d’un progressif abandon du recours aux milices pour la défense de l’île, là où leur manque de fiabilité ne permettait pas une réelle utilisation. Les milices territoriales napolitaines connurent le même sort.

LA MILIZIA DEL BATTAGLIONE DANS LA NAPLES ESPAGNOLE

35Dans sa monumentale reconstruction de l’histoire administrative et financière du royaume de Naples, Ludovico Bianchini glisse avec une exceptionnelle et insolite rapidité sur la création et l’effective opérativité de la Milizia del battaglione. Il écrit en effet :

  • 35 Rosa (éd.), Storia delle finanze, pp. 295-296 : « À cette époque, précisément en 1572, le vice-roi, (...)

In questo tempo, segnatamente nel 1572, il viceré Cardinale di Granvela poneva in effetti la così detta milizia fissa del battaglione instituita dal Duca di Alcalà suo predecessore [nel 1563]. La quale era una forza per l’interno del reame, e venne composta di soldati a piedi ed a cavallo, che non avean soldo in tempo di pace e godevano certe franchigie. per formarle furono obbligati i comuni di somministrare per ogni cento fuochi quattro uomini a piedi ed uno a cavallo. Era poi retta da capitani e altri ufficiali, ed ammontava sino a trentamila uomini, e quando i suoi soldati erano adoperati in tempo di guerra ricevevano stipendio. Né è da tacere che in talune congiunture inviata tale milizia, in qualche parte a guerreggiare in istraniere regioni, narrano i nostri storici che sempre si condusse con valore35.

36Ce passage est plus que surprenant, son auteur étant, en général, assez scrupuleux en ce qui concerne la description de tous les aspects de la vie administrative du royaume de Naples. L’allusion à la Milizia del battaglione ne pourrait être plus imprécise. Non seulement elle pose des questions auxquelles elle n’apporte pas de réponses, mais elle contient, qui plus est, de graves inexactitudes.

37Avant tout, Ludovico Bianchini ne commente même pas l’anomalie que représente le long laps de temps, pratiquement une décennie, qui s’écoule entre les ordonnances du duc d’Alcalà et la création effective de la milice. Ensuite, après avoir écrit qu’une telle milice était destinée à la défense locale, il affirme qu’elle fut utilisée en terre étrangère.

  • 36 Zilli, Carlo di Borbone e la rinascita del Regno di Napoli, p. 80.
  • 37 Id., Imposta diretta e debito pubblico.

38De plus, les dispositions du duc d’Alcalà parlaient de 5 hommes pour 100 foyers — c’est-à-dire pour 100 familles économiquement productives recensées dans les communautés —, mais L. Bianchini rapporte le chiffre de 4 et de façon tout autant imprécise — et, nous le répétons, inusuelle — il fait allusion à un total d’environ 30 000 hommes, tandis qu’en 1563 leur nombre était estimé à 18 14836. Ce nombre, majoré des deux tiers par rapport à la réalité, n’aurait même pas pu être atteint au plus haut de la courbe démographique de l’époque espagnole, c’est-à-dire en 159537.

39On pourrait facilement objecter que l’historien des finances du XVIIIe siècle survola l’étude de cette milice car, de par sa nature, elle n’alourdissait pas les finances du domaine royal napolitain. Cependant, dans son œuvre, Ludovico Bianchini est toujours très attentif à toutes les initiatives du gouvernement espagnol de Naples, y compris celles qui ne concernent pas directement les finances publiques mais qui, nous explique-t-il, finissent immanquablement par avoir, directement ou indirectement, des conséquences économiques sur le royaume. C’est justement le cas de la Milizia del battaglione.

40L’explication des réticences de Ludovico Bianchini doit donc être cherchée ailleurs ; plus précisément dans le conflit que l’institution de cette milice fit naître entre villes, gouvernement central et noblesse, et dans le fait que cette milice, comme conséquence de ce conflit et des charges fiscales induites par sa création, n’eut en réalité aucune utilité. Elle devint en fin de compte une sorte d’entité mystérieuse, quelque chose qui existe sans exister !

  • 38 Sabatini, Il controllo fiscale sul territorio.

41Les témoignages sur l’utilisation concrète de la Milizia del battaglione sont en effet assez rares et de toute façon indirects. Il est vrai qu’entre la création de la Milizia del battaglione et la Guerre de Succession d’Espagne, qui aboutit à la conquête autrichienne de la partie méridionale de la péninsule italienne, aucun conflit, stricto sensu, n’intéressa directement la frontière napolitaine, la guerre la plus proche dans le temps étant la révolte de Messine (1674-1678). Mais cette absence de témoignages est également vérifiée pour les épisodes militaires, qui ont marqué durablement les équilibres politiques de tout ou partie du royaume. C’est le cas, par exemple, de l’insurrection napolitaine de 1647-1648 ou des continuelles expéditions contre le banditisme comme celle dont le vice-roi, le marquis del Carpio, prit lui-même la direction38. Dans tous ces épisodes, la Milizia del battaglione n’est même pas citée ou alors elle l’est de façon marginale.

  • 39 Musi, La rivolta di Masaniello, pp. 85-86. Dans un écrit de l’époque dont il fut l’auteur (et dans (...)

42Au contraire, lorsque l’on fait référence aux milices, on les qualifie de « populaires » et elles sont manifestement présentées comme une alternative à la Milizia del battaglione. Cet aspect est particulièrement évident lorsqu’en septembre 1640, l’élu du peuple napolitain, Giambattista Naclerio, face à la menace d’un débarquement français dans la capitale, arguant que les Piazze de Naples — c’est-à-dire l’organisme municipal — ont été instituées comme instrument de défense contre les menaces extérieures, propose au vice-roi, le duc de Medina de las Torres, la formation d’une armée populaire à condition qu’elle soit commandée par des officiers issus du peuple et qu’en soient exclus les nobles39.

43Le vice-roi accepta la proposition et arma une milice de 8 000 hommes guidés par des commandants issus du peuple, constituant par ailleurs ainsi la première structure d’une organisation militaire qui montrera par la suite sa force à l’occasion des insurrections citadines de 1647-1648. Les Piazze, qui étaient contrôlées par la noblesse, s’opposèrent avec véhémence à ce choix et, en signe de protestation, envoyèrent à la Cour, leur représentant, le duc de San Giovanni.

  • 40 Voir Biblioteca Casanatense, Rome (BCS), ms. 2442, Due istruttioni date ai deputati delle Piazze di (...)
  • 41 Musi, La rivolta di Masaniello, pp. 93-95.

44En réponse à cette mission et pour obtenir l’aval de Madrid à sa propre résolution, le vice-roi Medina de las Torres envoya, à son tour, en Espagne, Ettore Capecelatro comme ambassadeur de Naples40. La question aurait pu traîner en longueur — entre discours contradictoires et difficile conciliation entre intérêts opposés, la Cour cherchant à ne pas mécontenter le peuple, à ne pas entailler les prérogatives de l’aristocratie tout en affirmant le principe absolu de la centralisation du pouvoir aux mains du vice-roi — mais l’imminence d’un danger turc sur le littoral du royaume, en 1645, permit de réaffirmer que capitaines et officiers des milices devaient provenir de la noblesse41.

45C’est justement à travers cet épisode, très brièvement présenté, que l’on saisit un des aspects qui distingue la Milizia del battaglione de Naples de la Nuova Milizia sicilienne. Dans cette dernière, comme nous l’avons vu, les commandants étaient toujours espagnols ; dans la milice napolitaine, en revanche, le commandement revient aux barons du royaume, c’est-à-dire aux membres de l’aristocratie, permettant ainsi de réaliser une meilleure liaison avec l’armée régulière dont les chefs étaient issus du même milieu social. Au contraire, chaque fois qu’on avança l’idée de la création d’une armée populaire — et on ne parle pas là évidemment de l’origine sociale des fantassins, mais des postes de commandement — la féodalité et l’aristocratie s’opposèrent de toutes leurs forces, pas seulement au nom d’une peur, innée, d’armer les paysans — avec tous les risques potentiellement déstabilisateurs que cela pouvait engendrer pour l’ordre constitué — mais aussi parce qu’on remettait en question leur hégémonie sociale.

46D’autre part, et pour des raisons différentes de celles de la noblesse mais similaires à celles rencontrées en Sicile, les communautés locales étaient peu enclines à la formation de toute forme de milice et en particulier de la Milizia del battaglione. Elles estimaient, en effet, que la milice alourdissait les impôts normalement payés pour la défense du royaume et, en outre, qu’elle soustrayait des bras au travail de la terre.

  • 42 Rosa (éd.), Storia delle finanze, pp. 254-255. Voir aussi Galanti, Della descrizione geografica e p (...)
  • 43 1 ducat = 100 grana.
  • 44 Plus précisément, pour ce motif, la taxe fut augmentée, en 1555, de 45 grana, mais, en 1558, l’augm (...)

47Si l’on en croit Ludovico Bianchini42, on estime que la somme annuelle que chaque ville et village devaient verser au fisc, pour chaque foyer recensé, s’élevait, en 1505, à 1,52 ducat. Le montant en avait été fixé par Ferdinand d’Aragon. Cette taxe ne subit aucune variation sensible jusqu’en 1542. Mais, à partir de cette année-là, cet impôt connaît une première augmentation de 36 grana43 afin de soutenir les coûts de l’infanterie espagnole en temps de paix et, ultérieurement, de 12 grana en 1544 pour le même motif, de 7,5 grana en 1550 pour l’entretien des troupes occupées à réprimer le banditisme, de 17 grana en 1558 pour le logement des soldats44, de 9 grana en 1559 pour la construction de ponts et de routes, de 30 grana en 1566 pour la construction et la défense des tours maritimes, de 31 grana en 1606 pour la constitution de remparts militaires définitifs (augmentation réduite d’un quart pour les communautés qui jouissaient du privilège dit de la camera riservata, c’est-à-dire du privilège de ne pas avoir à loger l’armée), de 25 grana en 1607 en échange de la cession aux communautés du paiement des droits de portolania, de 63,5 grana en échange de la renonciation par le fisc de procéder à un nouveau recensement des foyers, plus 8 grana prélevés pour l’entretien de l’infanterie espagnole à partir de 1611. Enfin, entre 1617 et 1640, furent prélevés 4 grana pour l’équipement de la cavalerie, 20 grana pour l’armement des soldats et 60 grana pour les dépenses variées liées au maintien des milices.

  • 45 Ibid., p. 255.
  • 46 Sabatini, Il controllo fiscale sul territorio.

48En additionnant toutes ces augmentations, on obtient pour l’année 1643, selon Ludovico Bianchini, la somme de 4,87 ducats par foyer. Cela revient à dire que sur un siècle, et en excluant tous les prélèvements extraordinaires, la pression fiscale pesant sur les communautés locales a plus que doublé ; les deux tiers de l’augmentation étaient justifiés par des dépenses directement ou indirectement liées à la défense du royaume. Ce montant, nous le savons bien, fut ramené à 4,2 ducats par foyer après la révolte de Masaniello45, mais l’imposition reprit son augmentation en 1654, après la tentative de débarquement français dans le port de Castellammare, quand fut ordonné un prélèvement pour toutes les villes de la province de 60 grana par an pour le maintien de la cavalerie. L’année suivante, pour cette même raison, on augmenta la taxe d’un grana supplémentaire. L’impôt introduit en 1656 pour financer la lutte contre le banditisme varia, lui, selon les provinces46.

  • 47 Ribot García, La Monarquía de España y la guerra de Mesina, et Sabatini, « Gastos militares y finan (...)
  • 48 Galanti, Della descrizione geografica e politica, vol. 1, p. 377, et Zilli, Carlo di Borbone e la r (...)

49Une des dernières mesures fiscales adoptées par le gouvernement espagnol en matière de prélèvement ordinaire concernait justement la Milizia del battaglione. En 1679, le marquis de Los Vélez — et ce n’est probablement pas un hasard puisqu’il était vice-roi durant la guerre de Messine et qu’il avait pu constater à quel point ce conflit avait mis lourdement à contribution toute la structure militaire napolitaine47 — diminua radicalement le poids exercé par la Milizia del battaglione sur les villes. À partir de cette date, en effet, les frais inhérents au maintien de cette milice furent débités sur l’impôt ordinaire payé par les communautés à raison, pour 100 foyers taxés, d’un ducat par soldat à pied sans équipement particulier, de 1,25 ducat pour chaque homme d’arme, c’est-à-dire pour chaque soldat armé complètement (et pas obligatoirement avec une arquebuse) et de 7,21 ducats par cavalier48.

  • 49 Bibliothèque nationale de Naples, ms. Brancacciani, n. VI-A-15, ffos 555-569 (pour la citation, f° (...)

50Cette mesure représentait évidemment une lourde dépense pour les communautés, mais d’une certaine façon, elle répondait à une exigence de ces dernières ; celle de ne pas être taxée, en même temps, en monétaire et en biens. Pour comprendre parfaitement et complètement ce point de vue, il faut reprendre les paroles d’un arbitriste napolitain anonyme qui expose à Philippe IV, vers les années 1630-1635, dans un mémoire au titre éloquent El estado miserable del reyno, quelques réflexions sur la situation politique et économique du royaume qui nécessitait selon lui l’intervention urgente du souverain49 :

[Se] han obligado las comunidades a levantar a su costa cada cien fuegos un soldado a piè, y otro a’ caballo, exorbitante imposicion, porque quisa el dinero y los hombres en el mismo tiempo.
En que suplicamos Vuestra Magestad se sirva advertir dos circunstancias. La primera que haviendose hecho el repartimiento segun la numeracion, que hoy nò puede caminar por la falta dela mayor parte de los fuegos, nò tuvo justicia obligandose por muchos las universidades que estan reducida a pocos.
La segunda que qualquiera dellas pagò cada soldado quarenta ducados, denaro que bastava para tres, y nò quedarian vazias las comunidades de hombres, mas aptos a’ la agricolturta y custodia de ganados que a’ la milicia, y sin ciudadanos que paguen las colectas, reduzidos a’ pocos por la muchedumbre de ecclesiasticos que es notoria. Esta cobrança se ha hecho dos vezes, y assi los Tesoreros, y Perceptores Provincialès han cobrado, porque el dinero situado a los fiscales se convertiò en pagamentos de soldados, con que embian destruiendo las tierras, y van personalmente tornando la hazienda de cada uno sin distinction, y con todo esto nò cumplen la exaction por la impotencia, y solamente sacan millares de ducados por sus jornadas, y el fisco queda acrehedor.

51L’auteur de ce mémoire pointe surtout le doigt sur le fait que l’institution de la Milizia del battaglione ne prévoyait de dépenses qu’en cas de mobilisation des troupes. Au contraire, la fiscalité espagnole a, de façon répétée, recourue à l’imposition de nouvelles taxes pour le maintien de cette milice, d’où l’expression scandalisée de l’auteur anonyme : « el dinero y los hombres » !

52En second lieu, la répartition des coûts était effectuée sur la base d’une estimation des foyers, c’est-à-dire sur une estimation de l’évolution démographique dans les villes du royaume. Mais, à partir de ces mêmes années où le mémoire fut écrit, l’écart entre la population réelle et le nombre des foyers, amplement surestimés, devint un problème particulièrement crucial de sorte que le calcul des hommes à armer ne tient pas compte des réelles possibilités économiques des communautés. C’est si vrai que l’auteur rappelle que dès lors la somme prélevée permet d’armer tout au plus un homme à pied et un à cheval au lieu des cinq fantassins prévus dans les ordonnances du duc d’Alcalá. Mais il note également que la somme exigée pour le maintien d’un soldat, 40 ducats, est excessive et suffirait à couvrir les frais pour trois soldats.

53Un autre élément important est l’allusion au dinero situado a los fiscales, c’est-à-dire à la part des impôts payés par les communautés que le fisc capitalisait et cédait comme titres de la dette publique à des particuliers. L’auteur anonyme dit que ces sommes versées par les communautés à des personnes privées qui, acquérant une part du déficit public, acquéraient en même temps un droit à un prélèvement direct, étaient également destinées à soutenir les dépenses militaires. Ces dernières étaient donc payées deux fois par les villes. Enfin, il n’oublie pas de rappeler les dommages que comportaient, pour la communauté, le prélèvement de ces hommes et, surtout, la rapacité des agents du fisc.

  • 50 Voir, sur ce point, Rizzo, « Istituzioni militari e strutture socio-economiche », p. 181.

54L’institution des milices territoriales à Naples et en Sicile dans la seconde moitié du XVIe siècle eut pour conséquence une aggravation des relations entre le pouvoir central et les communautés locales. Celles-ci ne virent jamais, dans ce corps, une quelconque manifestation d’une identité collective ni un motif d’orgueil régionaliste50, mais seulement une source de dépenses sans justifications réelles, d’abus continuels, de soustraction de bras aux travaux agricoles.

55Dans ces deux royaumes, d’un côté les communautés demandaient de façon incessante la réduction voire la suppression des milices ; de l’autre, le gouvernement espagnol, conscient des profonds clivages internes que cette situation risquait d’accentuer et cherchant à désamorcer les motifs de mécontentement, particulièrement dans les moments de faiblesse du pouvoir central, tentait de répondre favorablement aux revendications des villes. Dans le cas sicilien, la Couronne lia le plus possible les milices au territoire, réduisant ainsi les coûts et les périodes de déplacement des fantassins. Dans le cas napolitain, elle accepta la requête de transformer la contribution en hommes en une contribution en numéraire. Mais l’hostilité des barons en Sicile ne fut pas moins forte que celle des villes : la Nuova Milizia suscitait, sans aucune ambiguïté, un sentiment antinobiliaire, absent à Naples. En conséquence, l’aristocratie sicilienne nourrit une forte aversion envers l’institution et son fonctionnement.

56Avec de telles tensions en son sein, d’autant plus graves qu’elles concernent un domaine particulièrement sensible comme celui de la défense, il ne faut pas s’étonner que les compagnies territoriales soient, en général, considérées comme peu fiables et leurs capacités opératives pour le moins limitées. La défense des frontières externes napolitaines et siciliennes fut donc confiée à d’autres forces dont la mobilisation ne risquait pas de compromettre les équilibres et les clivages internes aux royaumes dont l’extrême fragilité apparaît alors clairement.

Notes

1 Valentina Favaró est l’auteur des parties 2 et 3, Gaetano Sabatini de la partie 4. Introduction et conclusion ont été réalisées en commun.

2 Archivo General de Simancas (AGS), Estado, vol. 1158, f° 148.

3 Rizzo, « Istituzioni militari e strutture socio-economiche », p. 161.

4 Pezzolo, « Le “arme proprie” in Italia », p. 55.

5 AGS, Estado, vol. 1122, f° 36.

6 Mattone, « Le istituzioni militari », pp. 103-107.

7 Le mémoire d’Alfonso Piscitelli, dans AGS, Estado, vol. 1046, f° 219 ; sur Piscitelli et sur le contenu de son mémoire, voir Fenicia, Il regno di Napoli, pp. 2-6.

8 Le texte des Ordenanças de la milizia del reyno de Napoles, émanant du duc d’Alcalà à Naples le 22 avril 1563, dans AGS, Estado, vol. 1052, f° 154.

9 Ibid.

10 Sur la présence militaire en Sicile au XVIe siècle, voir Ligresti, « L’organizzazione militare del Regno di Sicilia » et Favaró, « Dalla Nuova Milizia al tercio spagnolo ».

11 AGS, Estado, vol. 1156, f° 44.

12 Un écu = 100 tari.

13 AGS, Estado, vol. 1156, f° 44 : « Il n’est pas nécessaire de s’inscrire aux dites milices, car sans en être obligées, suivant en cela une tradition ancienne, toutes les villes et terres du royaume, en cas de besoin, sont tenues de servir, là où cela est nécessaire, et en fournissant plus d’hommes que ne pourrait le faire la milice. »

14 Mongitore (éd.), Parlamenti generali del Regno di Sicilia, p. 205.

15 Ibid., p. 227.

16 Capitula Regni Siciliae, chap. XXV, pp. 254-255. « La milice introduite dans ce royaume est non seulement dommageable aux régnicoles mais extrêmement dommageable également à votre Majesté car les conscrits, qui sont les hommes qui produisent grain, soie et toutes les choses dont s’occupent habituellement les régnicoles, et qui font par conséquent les intérêts de Votre Majesté, avec le paiement des gabelles ; ne pouvant attendre de ces hommes, pour cause d’enrôlement une bonne partie de l’année, qu’ils s’occupent de la récolte de la soie, des grains et du vin, il en résulte, pour cause de cet abandon, les dommages énumérés auparavant […]. En outre les villes et les campagnes du royaume paient de grosses sommes pour l’achat de la poudre, des mèches, des plombs servant aux balles, des autres choses nécessaires, et la cour royale en ressent également le poids avec le paiement, tous les ans, des salaires du contrôleur de la milice, des sergents et autres officiers chargés de l’entraînement et de l’encadrement des soldats. »

17 AGS, Estado, vol. 1158, f° 51.

18 AGS, Estado, vol. 1143, f° 1.

19 AGS, Estado, vol. 1141, f° 2. Le devoir de passer en revue la milice fut confié à Garnica car il était considéré « buon soldato et meritevole di essere adoperato e gratificato come huomo di buona intentione, et che ha servito lungamente e bene » (Ibid., f° 180).

20 AGS, Estado, vol. 1141, f° 184.

21 AGS, Estado, vol. 1142, f° 102.

22 AGS, Estado, vol. 1141, f° 9.

23 Ibid.

24 AGS, Estado, vol. 1149, f° 55.

25 AGS, Estado, vol. 1158, f° 51.

26 Ibid.

27 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.

28 On précisait en outre que 416 d’entre eux se seraient établis dans la ville de Sciacca, 152 à Agrigente, 59 à Caltagirone, 48 à Lentini, 86 à Taormine, 97 à Patti et 161 à Termini.

29 137 à Sciacca, 55 à Agrigente, 13 à Caltagirone, 9 à Taormine, 11 à Patti et 42 à Termini.

30 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.

31 À la fin de sa période de trois ans, le sergent-major pouvait assumer la direction d’une autre sergenzia.

32 AGS, Estado, vol. 1158, f° 58.

33 Giuffrida, « La fortezza indifesa e il progetto del Vega », p. 287.

34 Giarrizzo, « La Sicilia dal Cinquecento all’Unità d’Italia », p. 251 : « La portée politique de la instruttione de la militia ordinaria” ne peut pas être sous-évaluée : de Vega à Olivares, la milice a conservé une très forte dimension “antibaronale”, et les barons de l’île n’ont jamais caché leur aversion envers cette milice “nationale” et permanente, dont ils ont cherché par tous les moyens à obtenir officiellement la dissolution. Cette très forte opposition est révélatrice de l’étroitesse culturelle et politique du “nationalisme” des barons, ne pouvant être perçue comme l’idéologie d’un plus large front regroupant les forces sociales insulaires. »

35 Rosa (éd.), Storia delle finanze, pp. 295-296 : « À cette époque, précisément en 1572, le vice-roi, le cardinal de Granvela, créait effectivement la milice fixe du bataillon instituée par le duc d’Alcalà, son prédécesseur [1563]. C’était une force destinée à l’usage interne du royaume, composée de soldats à pied et à cheval qui ne percevaient aucun salaire en temps de paix mais jouissaient de certaines franchises. Pour la composer, les villes furent obligées de fournir quatre hommes à pied et un à cheval pour cent foyers. Elle était commandée par des capitaines et d’autres officiers et elle compta jusqu’à 30 000 hommes ; ces soldats, en temps de guerre, percevaient une solde. Cette milice intervint dans certains conflits, combattit à l’étranger et, nous rapportent les historiens, se comporta toujours valeureusement. »

36 Zilli, Carlo di Borbone e la rinascita del Regno di Napoli, p. 80.

37 Id., Imposta diretta e debito pubblico.

38 Sabatini, Il controllo fiscale sul territorio.

39 Musi, La rivolta di Masaniello, pp. 85-86. Dans un écrit de l’époque dont il fut l’auteur (et dans un autre, anonyme, mais dont il fut au moins l’inspirateur), Giambattista Naclerio fait explicitement référence au rôle de ces milices populaires (ibid., p. 87).

40 Voir Biblioteca Casanatense, Rome (BCS), ms. 2442, Due istruttioni date ai deputati delle Piazze di Napoli ad Ettore Capecelatro…, Naples, 1640.

41 Musi, La rivolta di Masaniello, pp. 93-95.

42 Rosa (éd.), Storia delle finanze, pp. 254-255. Voir aussi Galanti, Della descrizione geografica e politica, vol. 1, pp. 352 sqq., et Zilli, Imposta diretta e debito pubblico, pp. 24-25.

43 1 ducat = 100 grana.

44 Plus précisément, pour ce motif, la taxe fut augmentée, en 1555, de 45 grana, mais, en 1558, l’augmentation fut réduite d’abord de 36 puis de 17 grana (Rosa [éd.], Storia delle finanze, p. 254).

45 Ibid., p. 255.

46 Sabatini, Il controllo fiscale sul territorio.

47 Ribot García, La Monarquía de España y la guerra de Mesina, et Sabatini, « Gastos militares y finanzas públicas ».

48 Galanti, Della descrizione geografica e politica, vol. 1, p. 377, et Zilli, Carlo di Borbone e la rinascita del Regno di Napoli, p. 80.

49 Bibliothèque nationale de Naples, ms. Brancacciani, n. VI-A-15, ffos 555-569 (pour la citation, f° 561) ; le mémoire est anonyme et non daté mais les références qu’il contient nous permettent de le faire remonter aux premières années du gouvernement du comte de Monterey à Naples.

50 Voir, sur ce point, Rizzo, « Istituzioni militari e strutture socio-economiche », p. 181.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search