Version classiqueVersion mobile

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

II. — Du lien social aux conflits

Effacer la limite ?

Les enjeux de la « Fronde avignonnaise » au milieu du xviie siècle

Patrick Fournier

Texte intégral

  • 1 Feuillas et Moulinas, « Heurs et malheurs d’une enclave ».
  • 2 Delsalle et Ferrer (éd.), Les enclaves territoriales aux temps modernes. Dans ce recueil, deux art (...)

1L’historiographie avignonnaise et comtadine porte une attention limitée aux acteurs et aux enjeux sociaux de la situation d’enclave à l’intérieur du territoire français. La thèse de « la double fidélité au pape et au roi », défendue notamment pas Michel Feuillas1, permet de concilier la nostalgie pour la splendeur du grand siècle avignonnais (le XIVe siècle marqué par le séjour des papes) et la dépendance vis-à-vis du souverain français dont les territoires enserrent les enclaves pontificales depuis l’acquisition de la Provence en 1481 et font peser sur elles une pression économique et politique. Cette situation amène à s’interroger sur la véritable nature de l’entité avignonnaise et comtadine : un territoire étranger enclavé dans les possessions françaises ? Un État ecclésiastique gouverné par un clergé presque toujours italien ? Un ensemble constitué par une ville « libre » (Avignon) et une province « indépendante » (le Comtat Venaissin) mais reconnaissant un souverain lointain (selon un principe d’union personnelle) et dont le degré d’autonomie dépend des domaines considérés (droit des gens, droits des individus, affaires économiques…) ? Ces questions ne peuvent être résolues d’un point de vue seulement politique et juridique, mais doivent prendre en considération aussi des critères économiques, sociaux, culturels et religieux2.

  • 3 Bentin, « La mémoire des limites ».

2La situation est rendue particulièrement complexe par la superposition des juridictions romaines, avignonnaises et comtadines. Il existe donc une hiérarchie judiciaire doublée d’une hiérarchie politique puisque le recteur du Comtat, qui réside à Carpentras, est un personnage inférieur en dignité et en prérogatives au vice-légat d’Avignon qui doit lui-même rendre compte de son action à Rome où une congrégation s’occupe des affaires avignonnaises. Bien que les tribunaux français n’aient en principe aucune compétence sur Avignon et le Comtat, la question de la compétence territoriale des tribunaux se pose chaque fois qu’un conflit concerne des espaces à la limite entre la France et les enclaves pontificales car la définition même de la limite est complexe. Les conflits se produisent à propos des limites « naturelles » (principalement les rivières), des droits des communautés (notamment pour des droits d’usage) ou des seigneuries (qui peuvent être d’étendue très réduite dans un territoire où elles sont très émiettées) et des droits de passage sur une rivière ou un chemin3. Leurs origines peuvent être anciennes et remonter jusqu’au XIIIe siècle, car c’est le moment où la papauté s’est implantée dans cet espace.

  • 4 Fournier, « La gestion d’un milieu fragile ».
  • 5 Sautel, Le procès de la Durance.

3Des conflits surgissent aussi aux XVIe et XVIIe siècles parce que la pression sur l’espace se renforce, qu’elle concerne les activités agricoles (le surpâturage est souvent dénoncé) ou le commerce et la fiscalité dans un contexte d’accroissement de la concurrence et de renforcement des exigences financières de la monarchie française. Or les Comtadins et les Avignonnais en sont réduits souvent à plaider devant les tribunaux français (Parlement et Chambre des comptes de Grenoble, Parlement et Cour des comptes, aides et finances d’Aix-en-Provence notamment) ou au mieux à obtenir une sentence arbitrale après négociation entre les représentants de la France et ceux du pape. Malgré la protection du vice-légat, les droits des sujets du pape reculent fréquemment et les limites entre les territoires sont renforcées à leur détriment, comme à Cavaillon face à la communauté provençale d’Orgon en 16544. Même si la cartographie et la définition des limites ne deviennent plus précises qu’au cours du XVIIIe siècle, la première moitié du XVIIe siècle constitue une étape importante. Le concordat signé à Fontainebleau en 1623, après plusieurs procès et des expertises, définit une limite complexe le long de la Durance : il reconnaît la pleine souveraineté du roi sur cette rivière mais borne le terrain avec précision afin d’éviter de nouvelles contestations en cas de modification du lit5. Ces tensions ne débouchent pas directement sur les troubles du milieu du XVIIe siècle qui prennent la forme d’une fronde avignonnaise, mais elles invitent à réinterroger celle-ci à la lumière du regard porté par les populations locales sur leur appartenance à un espace spécifique.

ENTRE LES LYS ET LES CLÉS : LE REGARD CLASSIQUE DE L’HISTORIOGRAPHIE

  • 6 Charpenne, Histoire des réunions temporaires ; Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon ».
  • 7 Ce privilège fut octroyé aux Avignonnais et Comtadins en 1536 pour les remercier de l’aide apporté (...)

4La période qui sera étudiée de manière spécifique est celle des troubles du milieu du XVIIe siècle qui précèdent la première occupation française (1663-1664), soit les années allant de 1650 à 1662. Les multiples lectures historiographiques qui ont été faites de ces événements mettent particulièrement en évidence la présence indirecte de la France dans la structuration des relations sociales locales. Les ouvrages et articles fondateurs écrits à l’apogée de la Troisième République6 ont fondé la thèse d’une hostilité avignonnaise aux vice-légats italiens, à leurs juridictions et à leur personnel, souvent italien lui aussi ; celle aussi d’une fascination pour la monarchie française qui offre protection et privilèges, notamment celui de régnicolité permettant depuis 1536 aux sujets du pape d’exercer des offices civils et militaires en France7. Les entrées royales offertes à Avignon aux souverains français ou à leurs épouses (François Ier en 1516, 1524 et 1533, Charles IX en 1564, Henri III en 1574, Marie de Médicis en 1600, Louis XIII en 1622, Louis XIV en 1660) sont des manifestations de respect envers le Roi Très Chrétien capable, bien mieux que le pape, de protéger les enclaves. Ainsi se caractériserait une tentation avignonnaise de s’offrir au roi de France qui culminerait avec l’accueil enthousiaste fait à l’occupation française de 1663-1664, après l’affaire des gardes corses. Les Comtadins seraient en revanche plus réservés dans la mesure où les liens avec la France seraient moins étendus, notamment parmi les élites, et où existerait une rivalité judiciaire entre Carpentras et Avignon. Paradoxalement, c’est la présence de l’échelon le plus haut du pouvoir local qui aurait créé une forte agitation à Avignon au milieu du XVIIe siècle. La corruption des gouvernants italiens est visée par les sources contemporaines et l’historiographie insiste sur cet argument.

5L’attitude ambiguë de Louis XIV est aussi pointée : ce roi joue de son prestige en 1663-1664 pour convaincre les Avignonnais de soutenir sa politique de rétorsion vis-à-vis du pape, mais il abandonne ensuite la ville aux mesures répressives des vice-légats une fois qu’il a obtenu satisfaction malgré les demandes de protection de la cité. Cet épisode, qui aurait pu être un moment de gloire pour une ville accomplissant le destin qu’elle s’était tracée, consacre donc au contraire le déclin du rôle politique d’Avignon et du Comtat Venaissin sur la scène politique européenne. La « trahison » de Louis XIV est interprétée par Pierre Charpenne, historien républicain et anticlérical, comme l’illustration de l’arbitraire d’un monarque absolu. L’opposition entre la noblesse et le « peuple » structurerait les relations sociales. Entre 1652 et 1658, le conflit entre pévoulins (les « pouilleux » désignant le parti populaire) et pessugaux (les nobles qualifiés de « pressureurs ») surjoue cet antagonisme.

  • 8 Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon », fournit une analyse détaillée des sources qu’il a (...)
  • 9 Une liste des vice-légats est donnée dans Thomas, Archives de la légation d’Avignon.

6Au cours des événements, les fractures sociales et politiques s’avèrent cependant plus complexes : sans rentrer dans le détail des récits qui ont servi presque exclusivement à écrire cette histoire8, il apparaît que les clivages traversent les élites avignonnaises en fonction d’enjeux complexes. Les principaux chefs pessugaux quittent Avignon pour Carpentras pendant l’été 1653, après le pillage de plusieurs maisons de nobles. Ils se regroupent autour du cardinal Bichi, le puissant évêque de Carpentras, qui défend leurs intérêts auprès de Rome, et ne reviennent à Avignon qu’au cours de l’année 1656, après les émeutes violentes de novembre 1655 qui ont débordé les chefs pévoulins. Les vice-légats italiens (Lorenzo Corsi de 1645 à 1653, Dominique de Marinis d’octobre 1653 à juin 1654, Agistino Franciotti de juin 1654 à décembre 1655, Giovanni-Nicola Conti de décembre 1655 à janvier 1659, Gasparo Lascaris de janvier 1659 à juillet 16639) n’ont ni les moyens ni le temps de mettre en place une politique cohérente. Les changements de politique ne parviennent pas à pacifier les esprits. Beaucoup plus importante semble en définitive l’influence des prélats qui ont eu le temps de se constituer une clientèle : face à Bichi à Carpentras, l’archevêque d’Avignon Marinis, vice-légat par intérim de 1653 à 1654, joue un rôle de médiateur assez favorable aux chefs pévoulins.

  • 10 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 427-449 (« Théorie des mouvements insu (...)

7La « fronde avignonnaise », née d’accusations de corruption et de malversations financières, est donc un conflit interne aux élites locales qui s’appuient sur des mouvements populaires. L’opposition serait donc moins entre le peuple et les nobles qu’entre ceux qui détiennent le pouvoir municipal depuis de nombreuses années et ceux qui souhaitent modifier les équilibres politiques et mettre fin à des abus divers à l’origine de la croissance de la dette urbaine. Les tensions couvent depuis longtemps puisque Louis de Berton, baron de Crillon, considéré comme un des principaux chefs pévoulins, dénonçait déjà la mauvaise gestion des deniers publics en 1634. L’étude classique de René Pillorget sur les mouvements insurrectionnels provençaux utilise des catégories empruntées à la théorie des comportements et à la psychologie collective10. Ses schémas explicatifs peuvent être utilisés dans le cas avignonnais, témoignant de la proximité des comportements sociaux et culturels de part et d’autre de la Durance : insurrections essentiellement urbaines prenant racine dans des conflits locaux entre les élites ; revendications populaires de nature surtout économique pour un abaissement de la fiscalité sur les denrées de première nécessité (le vice-légat Franciotti cherche par exemple à apaiser les tensions en janvier 1655 en modifiant le régime de la fiscalité dans un sens plus favorable au « peuple », entendu comme l’ensemble des populations travaillant dans l’artisanat et le commerce) ; revendication politique de la création d’une quatrième main dans le consulat pour représenter les artisans ; dénonciation des abus visant notamment le monopole de quelques familles et individus sur certaines charges (notamment celle de secrétaire de la ville occupée par Henrici).

  • 11 Bercé, Histoire des Croquants.
  • 12 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, p. 456.

8Plus qu’aux mouvements antifiscaux identifiés par Yves-Marie Bercé11, les révoltes avignonnaises s’apparentent aux mouvements sociaux « fondés sur l’interdépendance des intérêts » mis en évidence par René Pillorget12. S’il est difficile d’identifier précisément les contours des groupes en présence, il est possible de mettre en avant les intérêts divergents des élites nobiliaires : les pessugaux sont formés essentiellement par les nobles qui dominent le Conseil de ville et monopolisent des charges honorifiques ou lucratives ; les pévoulins choisissent leurs chefs parmi une fraction de la noblesse lésée dans ses intérêts politiques ; le peuple révolté, traversé par des rumeurs et des angoisses, est manipulé par des meneurs issus de ses propres rangs ou de ceux de la noblesse, pévoulins mais aussi pessugaux selon les circonstances. Ainsi, en novembre 1655, Crillon participe à la répression contre les éléments perturbateurs issus des couches populaires.

9Le Comtat, qui ne compte aucune grande ville (sa capitale Carpentras restant une cité modeste d’environ 6 000 habitants), présente une économie beaucoup plus rurale et moins marquée par l’artisanat. La noblesse y est moins riche. Les juristes carpentrassiens sont attachés aux avantages que confèrent les tribunaux pontificaux et manifestent moins d’hostilité envers les Italiens. Aussi les conditions ne sont pas remplies pour que s’y produisent des oppositions sociales et politiques aussi nettes qu’à Avignon. Mais les Comtadins, attachés à la légitimité des pouvoirs en place, envoient des troupes pour rétablir l’ordre à Avignon à la fin de 1655.

10Ce que n’explique pas clairement la tradition historiographique, c’est en revanche le lien entre l’agitation des années 1650 et l’attitude apparemment très nettement pro-française de la majorité des élites avignonnaises durant la première occupation. L’explication résiderait dans l’autoritarisme excessif du vice-légat Lascaris qui referait contre lui l’union des nobles et du peuple après les troubles. Aussi est-il tentant d’interpréter les choix politiques de cette période comme un témoignage de la versatilité des populations méridionales. L’anachronisme qui consisterait à reprocher aux sujets du pape leur manque de patriotisme doit être rejeté : Avignon et le Comtat changent de souverain sans renier leur identité pourvu que soient maintenus certains privilèges. Mais il existe effectivement des liens plus ou moins étroits entre les populations des enclaves pontificales et la France : peuvent-ils expliquer les mouvements sociaux et les événements politiques avignonnais et comtadins ?

FRONTIÈRES POLITIQUES ET LIENS ÉCONOMIQUES

  • 13 Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon ».

11La situation d’Avignon et du Comtat Venaissin apparaît proche de celle de certaines villes provençales. Marseille et Arles, principales cités des terres adjacentes, n’appartiennent pas au Pays de Provence. Pour elles, seul compte le lien direct noué avec le roi, garant de leur autonomie et de leurs privilèges. En matière fiscale par exemple, elles échappent aux impositions consenties par le Pays et accordent à la monarchie des dons au montant relativement faible. Bien que le souverain soit différent, Avignon se comporte aussi comme une ville libre, fière de son passé, et rappelle fréquemment aux représentants du pouvoir pontifical que leur droit d’intervention sur les affaires intérieures de la cité est limité par des statuts et des usages. Ainsi, au début de l’année 1659, après la réconciliation entre les nobles, elle s’oppose à l’établissement d’une contribution sur les maisons et jardins situés dans l’enceinte de la ville. Ce nouvel impôt est voulu par le vice-légat Lascaris à la recherche d’une solution financière pour indemniser les victimes des révoltes populaires. Le Conseil de ville envoie alors une ambassade auprès du pape pour dénoncer le caractère injuste de la mesure. Lorsque le vice-légat tente d’obtenir une copie de la délibération qui lui permettrait de connaître précisément l’attitude des membres du Conseil, le secrétaire et les consuls lui rappellent que la liberté des délibérations est un privilège de la ville et refusent d’obtempérer. Lascaris admet ce refus, sans pour autant renoncer à peser sur la vie politique locale puisque peu de temps après, les conseillers se plient à une ordonnance interdisant d’élire comme consuls deux nobles que le vice-légat estime responsables de l’opposition à ses ordres13. Cette affaire définit un modèle de relations politiques : l’intervention des pouvoirs supérieurs dans les élections est admise mais le Conseil en place doit pouvoir délibérer librement.

  • 14 Vallentin du Cheylard, « Les doubles tournois et les deniers tournois ».

12Les populations des enclaves pontificales se rapprochent aussi de celles de la Provence par des problèmes et des intérêts communs en matière monétaire, économique et fiscale. La mise en circulation en grande quantité de pièces de billon de faible valeur a de fortes incidences sur l’économie du sud-est de la France au milieu du XVIIe siècle. Or ces pièces sont frappées aussi bien à Avignon et dans le Comtat que dans la principauté d’Orange et à Villeneuve-lès-Avignon, en Languedoc, face aux possessions pontificales14. L’aspect des pièces prête volontairement à confusion : les limites politiques favorisent donc une production que la monarchie française tolère parce qu’elle est utile à l’économie régionale pour pallier la disette monétaire et qu’elle ne remet pas en cause la souveraineté française. Cependant, cette situation encourage le faux-monnayage et le trafic des monnaies : la monnaie française étant sous-évaluée, cette situation profite aux enclaves pontificales qui accumulent le métal précieux. La grande réforme française de 1640-1641 met de l’ordre dans la circulation monétaire. Ses conséquences sur l’économie avignonnaise et comtadine sont mal connues, mais il est probable que la limitation du trafic, rendu plus difficile par les contrôles effectués par la France, eut un effet déflationniste. Les difficultés pour l’économie des enclaves peuvent expliquer l’aggravation des tensions sociales, surtout à Avignon qui brassait des sommes d’argent considérables par le commerce des soieries et des velours.

  • 15 Gutton, « Douane de Lyon ».
  • 16 Cet arrêt est rappelé dans la correspondance avignonnaise : Archives municipales d’Avignon (AMA), (...)
  • 17 Sur le plan douanier, la Provence fait partie des provinces « réputées étrangères », tout comme le (...)

13La question fiscale indirecte, dont l’impact politique est important, est avivée par les commis de la foraine de Lyon. Leur attitude explique certaines tensions aussi bien en Provence qu’à Avignon. Le tour de vis fiscal des années 1630 s’est traduit, dans le sud-est de la France, par un renforcement de la douane de Lyon, notamment de 1632 à 164715. Les soieries avignonnaises, concurrentes de celles de Lyon et de Nîmes, sont frappées par une hausse des tarifs en 1643. Au-delà, la pression ne retombe pas et le contrôle des enclaves pontificales est un enjeu important pour le fermier de la foraine, le noyau des droits de douane taxant les exportations. En effet, ces enclaves apparaissent comme une plaque tournante de la contrebande. Pour limiter celle-ci, les commis de la foraine exercent leur contrôle aux portes de la ville et sur les ports du Rhône. Un arrêt du Conseil de juillet 1634 exempte les habitants d’Avignon et du Comtat de tout droit sur les marchandises importées de Provence16. Mais son application aggrave la contrebande, de nombreuses marchandises provençales passant en Dauphiné par le Comtat17. Aussi en 1647, les habitants du haut Comtat (formé de petites enclaves en Dauphiné dont la plus importante est celle de Valréas) sont contraints de payer des droits de douane sur les marchandises qu’ils font passer dans le reste du Comtat. La limite douanière imposée par la France sépare ainsi haut et bas Comtat.

14Les troubles des années 1650 montrent aussi l’imbrication des économies des enclaves et des provinces du sud-est de la France. Ils tirent leur origine de la tentative des autorités avignonnaises pour desserrer l’étreinte de la douane de Lyon. L’initiative serait venue de quelques nobles dont le premier consul élu en 1650, Gaspard de Tulle de Villefranche. Malgré la prudence du vice-légat qui craint les mesures de rétorsion, une ambassade à Rome permet d’obtenir un ordre du pape éloignant les commis des ports du Rhône et des portes de la ville, les obligeant à exercer leurs fonctions en terre royale. Cette provocation qui favorise la contrebande entraîne la suppression des privilèges douaniers d’Avignon et du Comtat en 1651 : les enclaves pontificales sont considérées comme provinces étrangères à l’instar de la Provence. Dans les mois qui suivent monte alors une protestation présentée par les récits contemporains comme l’hostilité du « peuple » (en fait principalement des marchands) à la nouvelle situation. Une ambassade de Villefranche auprès de Louis XIV et de ses ministres obtient en 1652 que les anciens tarifs soient rétablis à condition que les commis royaux soient replacés aux portes de la ville où ils devront agir sous le contrôle du vice-légat pour respecter la souveraineté pontificale, ce qui est une concession de pure forme. Dans le contexte troublé et confus de la Fronde des princes, les Avignonnais se sont trompés en pensant que l’affaiblissement du pouvoir monarchique jouerait en leur faveur : il a, au contraire, favorisé pendant de longs mois les abus de la douane de Lyon car aucune autorité locale n’était réellement capable de protéger les habitants des enclaves. La pression populaire aboutit cependant le 4 décembre 1652 à une émeute antifiscale classique avec pillage des maisons des receveurs des gabelles dans la ville. Le vice-légat se résout alors à mettre en œuvre le compromis établi après l’ambassade de Villefranche.

  • 18 AMA, AA 69, pièces 1 à 67.

15Les événements de janvier à juillet 1662 prolongent ceux survenus une dizaine d’années plus tôt mais il s’agit désormais d’une affaire gérée avec rapidité par les élites qui veulent éviter de nouvelles émeutes18. Le fermier de la foraine tente un nouveau coup de force, profitant de la réorganisation financière opérée en France. Il a en effet remplacé ses bureaux du Dauphiné par une série d’autres sur la Durance afin d’exercer un contrôle plus efficace des marchandises passant de Provence en Dauphiné à travers le Comtat. Il cherche à faire confirmer cette nouvelle situation grâce à des soutiens dans le Conseil du roi mais aussi à la division qui règne au sein du Conseil de ville d’Avignon. Les consuls ont en effet signé un traité acceptant cette modification (sous réserve que les habitants d’Avignon ne paient pas de droit) puis un Conseil général de la ville l’a révoqué, mais le premier consul, M. de la Falèche, continue à soutenir que le traité doit être exécuté. Dans cette affaire, les autorités provençales se montrent solidaires des opposants avignonnais au traité. L’intérêt des Provençaux n’est pas moindre que celui des sujets du pape car ils utilisent les règles traditionnelles pour repousser la limite douanière sur les premiers contreforts alpins. Quant aux sujets du pape, ils craignent que l’attitude du fermier ne soit qu’une étape précédant la remise en cause de leurs privilèges et ont aussi intérêt au maintien de la contrebande.

  • 19 Ibid., pièce 28, lettre du 28 février 1662.
  • 20 Antoine, Le cœur de l’État, pp. 297-299.

16Un arrêt de la Cour des comptes d’Aix est favorable à Avignon et aux Provençaux. Le fermier se pourvoit alors auprès du Conseil du roi et cherche à faire exécuter le traité par le Parlement de Grenoble. Avignon réagit en envoyant le marquis de Pérussis à Paris pour convaincre le Conseil des finances de Louis XIV de maintenir les privilèges d’Avignon et du Comtat et de s’en tenir aux arrêts du Conseil de 1634. Le baron d’Oppède, premier président du parlement de Provence, et M. de Villeronde, agent du Pays de Provence, agissent de concert avec Pérussis. Si le fermier utilise comme argument la remise en cause de l’autorité du roi, Pérussis insiste sur le détournement probable de l’excédent dégagé par les bureaux sur la Durance : il ne nie pas qu’ils soient plus rentables mais il considère que le roi n’y gagnera rien19. L’intervention des plus hauts personnages de l’État en charge des finances (le duc de Villeroy, chef du Conseil royal des finances, Étienne d’Aligre, l’un des trois directeurs des finances, et, surtout, Jean-Baptiste Colbert, aussi intendant des finances et de loin celui dont les prérogatives sont les plus importantes20) aboutit le 2 mars à un compromis qui ne satisfait aucune des parties : les bureaux des commis de la foraine doivent être rétablis dans un délai de six semaines sur les frontières du Dauphiné aux frais du fermier, mais ceux sur la Durance seront maintenus. Le coût d’un tel dispositif rend la décision peu avantageuse pour le fermier tandis que les Avignonnais continuent à craindre les abus des commis. L’arrêt est pourtant confirmé le 6 mars par le Conseil des finances tandis que les Avignonnais multiplient plaintes et procès-verbaux à l’encontre des commis qui lèvent, selon eux, des droits indus sur les marchandises entrant dans leur ville et dans le Comtat.

  • 21 AMA, AA 69, pièce 48, lettre du 28 mars 1662.

17Une audience accordée par le roi au marquis de Pérussis le 13 mars accélère le règlement de l’affaire. Dans la lettre qu’il envoie au Conseil d’Avignon, Pérussis met en avant le geste de Louis XIV destiné à apaiser les tensions : il a été reçu comme un ambassadeur et le roi a assuré Avignon et le Comtat de sa protection. Les reines (Anne d’Autriche et Marie-Thérèse) reçoivent aussi Pérussis le 20 mars21. Dans les faits, l’arrêt du 2 mars est maintenu, mais Étienne d’Aligre intervient pour arrêter les abus du fermier et, une fois le délai de six semaines expiré, lui et Colbert font rétablir les bureaux en Dauphiné tandis que ceux placés sur la Durance sont abandonnés. Le conflit se termine donc à l’avantage des sujets du pape. Pour la monarchie française, le résultat est comparable à celui obtenu en 1652 : la situation douanière mise en place entre 1634 et 1647 est maintenue mais l’autorité des agents du roi est démontrée et la possibilité pour le fermier de la foraine de surveiller activement les activités de contrebande est renforcée. Entre ces deux épisodes de tensions fiscales et économiques, la « fronde avignonnaise » (1652-1658) a des racines plus profondes que les seules questions douanières et ses enjeux sociaux doivent être éclaircis.

« PARTI » ITALIEN CONTRE « PARTI » FRANÇAIS : LES FAUX-SEMBLANTS D’UNE OPPOSITION

  • 22 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 567-862.

18La période des troubles avignonnais correspond à un moment d’intense agitation dans la Provence voisine, sans qu’un lien direct entre ces événements puisse être établi22. Les crises provençales se caractérisent par l’extrême diversité des cas : Aix, Marseille, Tarascon, Toulon et Draguignan notamment connaissent des insurrections et des agitations politiques qui témoignent davantage de rivalités locales que de choix nationaux ou même provinciaux. En revanche, Mazarin choisit de soutenir telle ou telle faction en fonction de l’intérêt qu’elle semble représenter pour l’autorité royale, s’appuyant notamment sur la personne du baron d’Oppède à Aix, qui joue le rôle d’un intendant sans en avoir le titre. À Marseille, Mazarin et Louis XIV, qui ne trouvent pas de personnalité suffisamment forte pour rétablir l’ordre, préfèrent humilier la ville par une occupation militaire et une entrée du roi par une brèche effectuée dans les remparts, inversion des rituels traditionnels.

  • 23 Pillorget et Pillorget, France baroque. France classique, t. I, pp. 535-536 et pp. 556-557.
  • 24 Le « semestre », ou Parlement semestre, double le Parlement aixois par la création d’un nouveau co (...)

19La Fronde provençale n’a pas la même gravité que dans d’autres régions, notamment le Bassin parisien, malgré les ravages d’une partie du bassin aixois en 164923. Les événements qui déclenchent la crise avignonnaise se produisent alors que la situation est confuse en Provence après l’échec du gouverneur, le comte d’Alais, rappelé auprès de la Cour française. Toutefois, un personnage important appelé à jouer un rôle déterminant dans les affaires avignonnaises est intervenu en Provence : c’est le cardinal Bichi, évêque de Carpentras, considéré comme un émissaire de Mazarin dans la région. Entre février et avril 1649, il a négocié une paix qui a permis de réconcilier les parlementaires aixois, divisés sur la question du « semestre24 », et de faire libérer le comte d’Alais, prisonnier du Parlement depuis plusieurs semaines. Personnage fastueux, Bichi entretient des relations étroites avec la noblesse avignonnaise, bien que ses prérogatives politiques se limitent en principe au Comtat dont il préside l’assemblée des communautés. Lors de l’affrontement entre pessugaux et pévoulins, il se montre un fervent partisan des premiers qu’il vient soutenir à Avignon en cherchant à faire élire ses partisans au consulat. Quelques nobles le suivent ensuite à Carpentras lorsqu’il doit quitter Avignon en juillet 1653. Alors qu’il avait été un artisan de la paix provençale, il apparaît comme un obstacle à celle-ci à Avignon. Comment expliquer ce paradoxe ? Les pessugaux constituent-ils un parti favorable à la France, position que Bichi, créature de Mazarin, soutiendrait ? À aucun moment pourtant, les troubles avignonnais n’ont entraîné une tentative d’intervention française dans les affaires locales. Ce que veulent les pessugaux n’apparaît jamais sous la forme d’un programme politique clair.

  • 25 Bibliothèque municipale d’Avignon (BMA), ms. 2394, ffos 129v sqq., « Copie du factum de Monseigneu (...)

20Pour le début des conflits avec le fermier de la foraine et les premiers troubles avignonnais, entre novembre 1650 et octobre 1653, l’analyse fournie par le factum du vice-légat Cursi, texte bien informé à visée justificatrice, est très éclairante25. La partialité du texte, violemment opposé à Bichi et à ses partisans, fait son intérêt. Le vice-légat insiste à plusieurs reprises sur la rivalité entre les familles nobles d’Avignon : dès le début de l’affaire des commis, elle s’exprime par l’hostilité entre le baron de Crillon, qui servirait les intérêts de la ferme de la douane, et Gaspard de Villefranche, qui agirait « en hayne » de celle-ci. Mais pour le vice-légat Cursi, Crillon, personnalité appréciée des pévoulins sans être vraiment le chef de cette tendance, est un conciliateur à la recherche du compromis, luttant à la fois contre les excès des consuls en place et contre les débordements populaires avec l’aide d’autres nobles (Chasteuil, Raymond, Massillian, La Grougière, Montcluds, Entremont).

  • 26 Cette charge renouvelée chaque année ne confère toutefois à son détenteur qu’une autorité provisoi (...)
  • 27 Lavedan, « Hôtels particuliers à Avignon ».

21Il n’est pas possible d’opposer deux noblesses en fonction de l’ancienneté, de la richesse ou des fonctions occupées. Louis Berton de Crillon est un gentilhomme d’une grande famille avignonnaise, petit-neveu du brave Crillon qui s’était illustré pendant les guerres de Religion au service des Guises puis d’Henri III et d’Henri IV. Homme d’épée lui aussi, il est colonel de l’artillerie pontificale et a été élu viguier d’Avignon en 1653, preuve qu’il n’est pas écarté du pouvoir26. Il a fait construire au cœur de la ville un monumental hôtel particulier en 1648 et 164927. Ce bâtiment tout récent au moment des troubles possède une somptueuse façade baroque italianisante qui dit à la fois le rang social du personnage et ses ambitions politiques. Des membres de la noblesse de robe sont aussi favorables aux pévoulins, revendiquant notamment une meilleure gestion des affaires municipales comme Henri de Suarez. Mais d’autres robins sont proches des pessugaux et hostiles à Crillon comme M. Crivel, docteur en droit dont la maison est pillée dans la nuit du 5 au 6 novembre 1655.

22Il n’est pas possible non plus d’opposer un parti français à un parti italien. Le factum de Cursi suggère un conflit entre ses partisans et ceux de Bichi. On ne peut assimiler ces derniers à un parti français alors qu’ils ont déclenché les troubles en engageant la lutte contre la ferme de la douane française. Quant à Crillon, il prend soin de mettre en avant sa fidélité au pape. Cela fait-il de lui un « Italien » alors que sa famille s’est illustrée au service de la France et qu’il est lui-même gentilhomme de la chambre du roi ? Le « peuple » qu’il défend revendique en tout cas une amélioration des relations avec la France pour qu’elle rétablisse les privilèges de la ville et du Comtat. L’implication de certains nobles avignonnais dans les récentes luttes provençales est rappelée à charge : les pévoulins font ainsi grief au marquis de la Rousselle d’avoir soutenu le comte d’Alais contre le roi, ce qui est une curieuse interprétation des événements provençaux et prouve la confusion des esprits, mais confirme que l’objectif des révoltés est une normalisation des relations avec la France, non une hostilité à celle-ci. La Rousselle est aussi accusé d’avoir lésé les intérêts des Comtadins et des Avignonnais qui possèdent des biens nombreux au sud de la Durance, dans des villages soumis au pillage des troupes du comte d’Alais.

  • 28 BMA, ms. 3357, ffos 140 sqq., « Justification de M. de Crillon », publiée dans Méritan, « Les trou (...)

23Après le départ de Cursi, l’attitude des pévoulins montre un jeu constant entre la France et le Saint-Siège. L’arrivée de Conti à la vice-légation à la fin de l’année 1655 est suivie de l’exil de nobles proches des pévoulins, dont Crillon et Suarez, tandis que d’autres quittent volontairement la ville par peur des représailles. Les nobles qui avaient accompagné Bichi à Carpentras rentrent au contraire à Avignon. Les pévoulins jouent alors de la double fidélité au pape et au roi. Ainsi, Crillon exilé se rend-il à Montélimar, en terre française, avant d’aller se justifier à Rome28 où il obtient assez facilement la reconnaissance de son innocence : pour les autorités pontificales, il ne semble pas constituer un danger, même si son image peut être utilisée par des agitateurs et s’il reconnaît lui-même avoir fait ériger des barricades en 1653 et fait prendre la paille à ses partisans comme signe de reconnaissance. La fidélité au vice-légat constitue le point central de la justification de Crillon. Le baron rappelle aussi qu’il s’est opposé à Louis Pallis, un autre noble, « parce qu’il lisoit un libelle diffamatoire contre le roy et la reine de France ». La volonté de préserver les relations entre Rome et la monarchie française est donc présentée par Crillon comme une motivation essentielle de son attitude.

  • 29 Feuillas et Moulinas, « Heurs et malheurs d’une enclave ».
  • 30 Journal contenant la relation véritable et fidelle du voyage du Roy & de son Eminence pour le Trai (...)
  • 31 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 819-827.
  • 32 Un compte rendu de cette entrée a été imprimé peu après le séjour du roi. Un long extrait est publ (...)

24Le séjour de Louis XIV à Avignon du 19 mars au 1er avril 1660 intervient dans un contexte pacifié mais toujours tendu29. Bordeaux, Toulouse et surtout Marseille apparaissaient comme des villes à soumettre définitivement avant la célébration du mariage royal à Saint-Jean-de-Luz le 9 juin30. En Provence, le roi est d’abord reçu à Tarascon, Arles, Salon et Aix mais c’est Marseille qui apparaît comme la ville rebelle que le roi fait occuper militairement les 20 et 21 janvier et auquel il impose une profonde réforme institutionnelle31. À Avignon, l’accueil du roi est au contraire très classique, comparable dans les formes de l’hommage rendu à ce qui avait été fait pour Louis XIII en 1622 mais avec un cérémonial allégé : la ville n’a pas eu le temps (et sans doute n’a-t-elle plus les moyens financiers) d’organiser une entrée aussi fastueuse32. Les autorités urbaines et la vice-légation collaborent comme à l’accoutumée pour rendre un hommage appuyé au souverain français. Louis XIV prend aussi la peine de répondre aux protestations de fidélité de la ville en marquant bien son respect pour la souveraineté pontificale.

  • 33 Venard, « Les derniers éclats de la grande époque ».

25Faut-il interpréter les signes de fidélité des autorités avignonnaises comme un message nouveau qui ferait suite aux troubles des années précédentes et manifesterait un rejet du pouvoir italien incarné par l’administration des vice-légats ? Rien ne permet de corroborer cette analyse devenue pourtant classique dans l’historiographie locale, sauf à adopter une démarche rétrospective et à faire de la visite de Louis XIV la préparation de l’occupation française de 1663. Il aurait été surprenant au contraire que les autorités avignonnaises négligent l’opportunité d’une entrée royale dans leur ville : cela aurait pu être considéré comme un affront par la monarchie française. Il n’y a pas non plus de conclusion hâtive à tirer des réjouissances organisées pour la paix des Pyrénées ou pour la naissance du Dauphin : elles s’inscrivent dans les rituels traditionnels d’une cité dont le destin est étroitement lié à la France. La pression française semble même plus légère qu’au siècle précédent, lorsque les enjeux stratégiques et les guerres civiles obligeaient la monarchie à intervenir plus directement dans les affaires avignonnaises et comtadines33.

26Fortement intégrée à l’espace français, Avignon est attentive au respect de ses privilèges à la fois par les représentants du pape et par la monarchie française : c’est le comportement normal de toute ville d’Ancien Régime accentué par la situation géographique, économique et politique spécifique de la cité pontificale. Il faut en revanche insister sur l’attitude de la France qui, jusqu’au mariage de Louis XIV au moins, n’a aucun intérêt à un affrontement avec le Saint-Siège. Seules les circonstances politiques expliquent l’occupation de 1663-1664 qui crée une situation nouvelle en montrant que les élites avignonnaises pourraient s’accommoder facilement d’une intégration à la France. Les conflits douaniers de 1652 et 1662, le second précédant de quelques mois l’affaire des gardes corses, montrent au contraire qu’Avignon a tout intérêt à défendre ses droits contre les empiètements de la ferme française et que sa situation d’enclave étrangère l’aide à jouer d’arguments divers pour maintenir le statu quo. Ses liens avec la Provence voisine sont étroits, mais la collaboration sur un pied d’égalité avec les élites provençales est rendue plus facile par la reconnaissance d’une souveraineté étrangère.

27Il faut se garder aussi de penser la ville d’Avignon comme un bloc faisant front face à la pression économique et fiscale française. Pendant les troubles comme dans les négociations de 1662, des voies discordantes se font entendre avec plus ou moins de vigueur. M. de la Falèche, victime du pillage de sa maison par les émeutiers en 1653 et premier consul opposé à la majorité du Conseil en 1662, incarne les hésitations de la noblesse, partagée entre l’hostilité aux commis de la ferme française et une attitude de conciliation destinée à attirer la bienveillance française. Le baron de Crillon révèle d’une autre manière l’impossibilité de faire un choix clair en manifestant à la fois sa fidélité politique au Saint-Siège et sa fidélité personnelle au roi de France, attitude qui explique son prestige local.

28Beaucoup reste à faire pour comprendre la manière dont se construit le lien social à Avignon et dans le Comtat au XVIIe siècle. Une prosopographie des familles nobles (qu’elles appartiennent à l’épée ou à la robe) mise en relation avec leur carrière et leurs choix politiques permettrait de mieux saisir les modalités et les enjeux des affrontements du milieu du siècle, mais aussi de mettre à jour le fonctionnement des relations sociales des élites sur le long terme et de comprendre les liens entre familles avignonnaises, comtadines, provençales et d’autres provinces françaises. L’attitude du « peuple », perçue surtout à travers le regard de ces élites, est encore plus difficile à décrypter. Nul doute cependant que bourgeois et artisans ne sont pas unanimes non plus : les émotions populaires sont plus ou moins radicales et les meneurs les plus violents lors des émeutes de novembre 1655 sont arrêtés et exécutés. Malgré les pillages de certaines maisons, la répression des troubles s’opère assez facilement sans intervention extérieure et sans inquiéter fortement la France. Le vice-légat et la noblesse locale s’organisent pour quadriller la ville et contenir les foules : en novembre 1655, une certaine unité se reforme pour empêcher l’extension des désordres avant que le retour au calme ne laisse resurgir les vieilles querelles. Les élites locales jouent donc de la situation frontalière, l’intégrant dans leurs comportements en fonction d’intérêts immédiats et en soupesant les rapports de force. Elles ont plus directement affaire au roi de France (physiquement présent dans la ville en 1660) qu’au pape, mais elles savent qu’elles ne sont pas totalement maîtresses du destin des enclaves pontificales. En revanche, elles travaillent constamment à défendre leur honneur et leur rang qui dépend de l’image et du statut de leur ville : en ce domaine, les divergences portent davantage sur les moyens que sur les objectifs.

  • 34 AMA, AA 69, pièces 86 à 129.
  • 35 Ibid., lettre non datée et non numérotée.

29Le début du règne personnel de Louis XIV marque l’entrée dans une ère nouvelle. La fermeté française dans les affaires de 1662 (négociations sur la foraine puis collaboration du Conseil d’Avignon pour neutraliser le vice-légat et désarmer la garde italienne en attendant l’arrêt de réunion des enclaves à la France34) témoigne du nouveau style du règne. L’enthousiasme populaire, le caractère tumultueux des débats dans l’hôtel de ville et le sentiment xénophobe manifesté vis-à-vis des Italiens sont accentués par la pression française qui semble mener à un rattachement inéluctable à la France. Aussi bien témoignent-ils de la crainte qu’inspire Louis XIV générant une rhétorique de la soumission consentie destinée à mieux préserver les acquis du passé : « Elle [Avignon] a souhaité, Sire, d’estre à vous par amour et par ambition. Son amour est satisfait, que son ambition le soit35 ». Les Avignonnais demandent à être traités aussi bien que Metz et Perpignan : par-delà la joie maintes fois répétée transparaît l’inquiétude sur le sort réservé à une ville qui ne dispose pas d’un territoire suffisant pour dominer une province (comme Perpignan) et qui n’a pas une position militaire stratégique (comme Metz). La fragilité des privilèges avignonnais n’échappe pas aux contemporains qui n’ont d’autre choix que de consentir à leur sort et d’exalter Louis XIV, au prix d’un contresens sur ses motivations réelles à long terme.

Notes

1 Feuillas et Moulinas, « Heurs et malheurs d’une enclave ».

2 Delsalle et Ferrer (éd.), Les enclaves territoriales aux temps modernes. Dans ce recueil, deux articles portent sur Avignon et le Comtat Venaissin : Ferrières, « Au cœur du royaume : Avignonnais et Comtadins », pp. 39-58, et Fournier, « Les procès du Rhône et de la Durance », pp. 347-374.

3 Bentin, « La mémoire des limites ».

4 Fournier, « La gestion d’un milieu fragile ».

5 Sautel, Le procès de la Durance.

6 Charpenne, Histoire des réunions temporaires ; Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon ».

7 Ce privilège fut octroyé aux Avignonnais et Comtadins en 1536 pour les remercier de l’aide apportée à l’armée du roi de France contre les troupes de Charles Quint qui avaient envahi la Provence (Goubet, « Quatre siècles de diplomatie royale »).

8 Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon », fournit une analyse détaillée des sources qu’il a utilisées : mémoires et récits, règlements, archives familiales et pièces de procédures criminelles, tous documents tirés des manuscrits conservés à la bibliothèque municipale d’Avignon.

9 Une liste des vice-légats est donnée dans Thomas, Archives de la légation d’Avignon.

10 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 427-449 (« Théorie des mouvements insurrectionnels »).

11 Bercé, Histoire des Croquants.

12 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, p. 456.

13 Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon ».

14 Vallentin du Cheylard, « Les doubles tournois et les deniers tournois ».

15 Gutton, « Douane de Lyon ».

16 Cet arrêt est rappelé dans la correspondance avignonnaise : Archives municipales d’Avignon (AMA), AA 69, pièce 29.

17 Sur le plan douanier, la Provence fait partie des provinces « réputées étrangères », tout comme le Dauphiné et le Lyonnais : elles étaient soumises à des droits d’entrée et de sortie dans les échanges commerciaux qu’elles effectuaient même entre elles.

18 AMA, AA 69, pièces 1 à 67.

19 Ibid., pièce 28, lettre du 28 février 1662.

20 Antoine, Le cœur de l’État, pp. 297-299.

21 AMA, AA 69, pièce 48, lettre du 28 mars 1662.

22 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 567-862.

23 Pillorget et Pillorget, France baroque. France classique, t. I, pp. 535-536 et pp. 556-557.

24 Le « semestre », ou Parlement semestre, double le Parlement aixois par la création d’un nouveau corps d’officiers appelés à siéger six mois par an en alternance avec les « anciens » officiers.

25 Bibliothèque municipale d’Avignon (BMA), ms. 2394, ffos 129v sqq., « Copie du factum de Monseigneur Laurent Cursi, vice-légat d’Avignon », publiée dans Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon », pp. 59-75.

26 Cette charge renouvelée chaque année ne confère toutefois à son détenteur qu’une autorité provisoire et fragile. Le viguier convoque et préside le Conseil de ville. Il préside aussi la Cour ordinaire et temporelle de Saint-Pierre qui juge les affaires civiles et criminelles de l’État d’Avignon. Sa fonction est surtout honorifique : issu des gentilshommes, il n’est pas juge lui-même et le pouvoir municipal appartient en fait aux consuls. En revanche, il veille au respect des institutions locales dans l’intérêt du pouvoir souverain.

27 Lavedan, « Hôtels particuliers à Avignon ».

28 BMA, ms. 3357, ffos 140 sqq., « Justification de M. de Crillon », publiée dans Méritan, « Les troubles et émeutes d’Avignon », pp. 79-81.

29 Feuillas et Moulinas, « Heurs et malheurs d’une enclave ».

30 Journal contenant la relation véritable et fidelle du voyage du Roy & de son Eminence pour le Traité du mariage de Sa Majesté, & de la Paix Générale, Paris, J.-B. Loyson, 1659-1660.

31 Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence, pp. 819-827.

32 Un compte rendu de cette entrée a été imprimé peu après le séjour du roi. Un long extrait est publié par Charpenne, Histoire des réunions temporaires, t. I, pp. 513-533.

33 Venard, « Les derniers éclats de la grande époque ».

34 AMA, AA 69, pièces 86 à 129.

35 Ibid., lettre non datée et non numérotée.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search