Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

I. — Des appartenances

Soumis à une seule loi

Les stratégies de Miguel de Luna, chrétien arabe de Grenade

Mercedes García-Arenal et Fernando Rodríguez Mediano
Traduction de Thomas Glesener

Texte intégral

1Depuis la fin du XIVe siècle et durant le XVe siècle pour les juifs, et pendant la première moitié du XVIe siècle pour les musulmans, l’Espagne a mené une politique de conversions massives au catholicisme. De la sorte, une société plurielle en termes ethnico-religieux s’est vue imposer une seule religion, avec toutes les conséquences que cela suppose : une seule Loi, mais aussi un seul texte révélé, un seul comportement social et culturel, une seule spiritualité. Cela provoqua un immense et durable traumatisme, non seulement pour les groupes convertis, mais également pour la société qui devait les absorber. Dans le processus d’assimilation, la société vieille-chrétienne s’est trouvée confrontée aux textes, aux prophètes, aux lignages et aux langues de chacun de ces groupes. On sait que ce processus a notamment conduit, à l’initiative de la couronne, à la fondation de l’Inquisition espagnole à la fin du XVe siècle. Il a aussi produit une série de phénomènes qui marquent la première modernité espagnole, à savoir la redéfinition de nouvelles frontières au sein de ce qui était désormais — en théorie du moins — une société homogène, mais qui est devenue profondément craintive face à l’« infiltration » de corps sociaux qui, durant des siècles, avaient été clairement différenciés. La société majoritaire et hégémonique s’est protégée de la perte de ces repères, d’une part, par les moyens inquisitoriaux et de contrôle des consciences, et, d’autre part, par l’exacerbation généalogique dont les statuts de pureté de sang constituent l’archétype. Il s’est produit également une série de mouvements de dissidence et de résistance, tandis que des religiosités nouvelles et différentes sont apparues. Celles-ci ont généralement été abordées à travers le cas du marranisme et du problème judéoconvers. Par contre, les morisques sont restés jusqu’à présent légèrement à la marge de l’étude de ces phénomènes.

  • 1 Cabanelas, El morisco granadino (nous citons d’après la seconde édition). Ce travail a été réalisé (...)
  • 2 Márquez Villanueva, « La voluntad de leyenda » ; Luna, Historia verdadera, pp. vii-lxx (« Estudio (...)
  • 3 García-Arenal et Rodríguez Mediano, « Médico, traductor, inventor » et Id., « Miguel de Luna ».
  • 4 Le Mémorial a été édité dans sa totalité par Vincent dans son « Introducción » de Gallego y Burín (...)

2Dans cet article, nous nous proposons d’étudier le cas d’un morisque de Grenade, issu de la seconde génération de convertis : Miguel de Luna. Ce dernier est principalement connu pour deux raisons : comme traducteur et probable artisan, avec le morisque Alonso del Castillo1, des livres de plomb du Sacromonte ; et comme auteur d’une fausse chronique historique intitulée Historia verdadera del rey don Rodrigo, publiée pour la première fois à Grenade en 1592, largement étudiée par Francisco Márquez Villanueva et Luis Bernabé Pons2. Luna a été considéré jusqu’à présent comme une figure secondaire par rapport à son collègue Alonso del Castillo. Néanmoins, l’exhumation de documents inédits, que nous avons présentés dans nos précédents travaux3, nous permet de procéder à une réévaluation. Médecin, traducteur, inventeur ou faussaire, l’œuvre et l’activité de Miguel de Luna possèdent une cohérence remarquable qui peut être observée sous deux aspects. Le premier est relatif à la manière dont Luna défend une série de traits culturels arabes (langue, conception de l’hygiène et de la santé) en les détachant de la religion islamique. Le second porte sur la façon dont Luna participe au processus de construction historiographique qui cherche des origines anciennes et sacrées aux populations péninsulaires d’extraction arabe pour permettre leur intégration dans la société. Ce désir d’intégration va au-delà du souci d’éviter l’expulsion : il suppose l’accès à l’honneur et aux privilèges. Miguel de Luna est un chrétien d’origine arabe qui désire pour lui et pour les siens la pleine inscription dans la société, dans la vision que celle-ci donne d’elle-même et de son passé. Il s’agit d’une stratégie qui coïncide avec celle du Memorial de Fernando Núñez Muley4 et avec celle d’autres morisques de l’élite sociale et intellectuelle qui prétendent créer un lien avec la société chrétienne. Tous cherchent de la sorte à se fondre dans cette société et à bénéficier des privilèges qu’elle offre, tout en préservant une série de traits culturels qu’ils estiment non négociables sans que cela signifie pour autant qu’ils restent musulmans dans leur fors intérieur. Avant d’examiner la vie et l’activité de Miguel de Luna, il importe de rappeler les circonstances de la principale falsification dans laquelle il a été impliqué, à savoir la longue et complexe affaire dite des livres de plomb du Sacromonte.

LES LIVRES DE PLOMB DU SACROMONTE

3En 1588, lors de la construction de la nouvelle cathédrale de Grenade, après avoir abattu la tour Turpiana, l’ancien minaret de la grande mosquée, des maçons ont trouvé une boîte contenant un parchemin apparemment très ancien, datant prétendument de l’époque de l’empereur romain Néron. Le parchemin comportait un texte écrit en latin, en arabe et en castillan moderne, et reproduisait, inscrite dans les cases d’un carré apparemment magique, une supposée prophétie de saint Jean. De plus, le parchemin était revêtu d’une signature en arabe que l’on pouvait lire comme « Cecilio, évêque grenadin ». Dans la boîte, on a trouvé également des restes humains, immédiatement identifiés comme étant les reliques du martyr chrétien saint Cecilio, ainsi qu’un foulard qui aurait appartenu à la Vierge.

4Six ans après la découverte de la tour Turpiana, et pendant plusieurs années consécutives, des tablettes de plomb circulaires ont été découvertes dans les grottes de Valparaíso (aujourd’hui Sacromonte) gravées d’une écriture dite « salomonique » qui n’était autre qu’un arabe anguleux et sans points diacritiques. Tout portait à croire qu’il s’agissait d’un nouvel Évangile, transmis par la Vierge Marie, qui présentait une vision du christianisme proche de ou syncrétique avec l’Islam. De plus, les tablettes précisaient que les reliques trouvées dans la tour Turpiana appartenaient à des martyrs paléochrétiens arabes qui avaient été convertis et instruits par saint Jacques avant de venir avec lui en Espagne et de trouver la mort à Grenade. Parmi ces martyrs arabes se trouvaient Tesifon et Cecilio, le premier évêque supposé de Grenade.

  • 5 La bibliographie sur les livres de plomb est vaste. Toutes les références, jusqu’aux plus récentes (...)

5Avec ces contrefaçons, l’enjeu était d’établir une origine historique commune aux chrétiens et aux arabes espagnols. Les tablettes présentaient une interprétation du christianisme très proche de l’Islam, dans laquelle il n’était pas fait allusion à la Trinité, à l’essence divine du Christ, au culte des images… La langue arabe acquérait de la sorte un caractère à la fois originel et eschatologique, voire élu, dans la mesure où elle était la langue de ces paléochrétiens arabes. Dès lors, ces faux établissaient non seulement l’antiquité de la langue castillane, mais également l’ancienneté de la pratique de la langue arabe dans la Péninsule indépendamment de la religion islamique. De plus, ils démontraient la prééminence spirituelle de l’église grenadine à un moment où plusieurs villes espagnoles se disputaient le privilège de la primatie, tout en renforçant le dogme controversé de l’Immaculée Conception, en attestant la venue de l’apôtre Jacques dans la Péninsule. Les intérêts convergeaient donc pour penser que la découverte était authentique et miraculeuse. Et, en effet, le succès a été immense. L’affaire a donné lieu à un vaste travail de traduction, dans lequel Miguel de Luna a pris une part essentielle, et a débouché sur une très vive polémique sur l’authenticité des reliques. En 1682, le Vatican a fini par prononcer un anathème contre les livres de plomb : ils ont été déclarés apocryphes et leur usage a été interdit5.

MÉDECIN ET TRADUCTEUR

  • 6 Biblioteca de la Real Academia de la Historia (BRAH), colección Salazar y Castro, B-85, « Libro de (...)
  • 7 Biblioteca Francisco de Zabálburu, Altamira, D. 119.

6Miguel de Luna, issu d’une famille morisque originaire de Baeza6, est né à Grenade autour de 15507. Il a appris l’arabe dès son plus jeune âge et a étudié la médecine à l’université de sa ville. Il exerce comme médecin en même temps qu’il traduit des documents arabes. Luna apparaît essentiellement dans la documentation à partir de 1588, lorsqu’on le charge de la traduction du parchemin apparu dans la tour Turpiana. En 1592, il envoie à Philippe II son traité sur les bains en demandant que ceux-ci soient rétablis dans tout le royaume. La même année, il publie la Historia verdadera del rey don Rodrigo.

  • 8 Cabanelas, El morisco granadino, p. 255.
  • 9 « On me dit aussi que lorsque les reliques ont été découvertes, ledit Luna s’est présenté avec bea (...)
  • 10 Rodríguez Mediano et García-Arenal, « De Diego de Urrea a Marcos Dobelio ».
  • 11 Cabanelas, « Cartas del morisco granadino ».

7À partir de 1595, Castillo et Luna sont les principaux traducteurs des livres de plomb au fur et à mesure qu’ils sont découverts dans la colline de Valparaíso. Protégés par l’archevêque don Pedro de Castro, ils se révèlent être à chaque fois des ardents défenseurs de l’authenticité des reliques exhumées. Le chroniqueur Luis del Mármol a été le premier à signaler à Pedro de Castro que la supercherie du parchemin et des tablettes pourrait être liée à Castillo, à Luna et à d’autres morisques8. Dans une lettre à l’archevêque datée du 26 janvier 1594, Mármol soutient en effet que la falsification pourrait trouver sa source dans les milieux morisques et que les pièces ne dateraient guère de plus de dix ou vingt ans. Il fait en outre une allusion explicite à Miguel de Luna et à son empressement tant à participer aux traductions qu’à réclamer des grâces pour ses découvertes9. Un traducteur postérieur, Marcos Dobelio, envoie un rapport à l’Inquisition d’Espagne à Rome dans lequel il assure que « Castillo et Luna ont été les auteurs de cette nouveauté10 ». De nos jours, alors que l’on connaît précisément les noms de tous ceux qui avaient suffisamment de connaissance en arabe dans l’Espagne du XVIe siècle pour participer à la contrefaçon, il apparaît que seuls Luna et Castillo ont défendu activement l’authenticité des pièces. L’un et l’autre sont si étroitement liés que Cabanelas a même suggéré que Castillo pourrait être le beau-père de Luna11 — une hypothèse que nous avons jugée peu fondée dans nos travaux antérieurs.

8La parenté supposée entre l’un et l’autre n’est pas qu’une simple question d’érudition, car elle permet de savoir si l’origine des livres de plomb se situe ou non dans les milieux morisques crypto-musulmans. Il s’agit là d’un point essentiel pour comprendre le sens à donner à ces faux. Or, dans cette affaire, comme nous allons tâcher de le montrer, Luna n’est jamais présenté comme un musulman, mais plutôt comme un « chrétien arabique » dont l’intention est de distinguer la culture et la langue arabes de l’islam et de légitimer ainsi le rôle de l’élément arabe dans l’histoire sainte de l’Espagne pour faciliter l’intégration des morisques dans la société espagnole du XVIe siècle.

  • 12 García Ballester, Los moriscos y la medicina, pp. 52-53. La bulle de fondation disait explicitemen (...)
  • 13 García Ballester, Medicine in a Multicultural Society, chap. VIII, (« Academicism versus Empiricis (...)
  • 14 Si l’on en croit la proposition de Pedro de Vesga aux Cortès de Castille : « Depuis quelques année (...)

9L’université de Grenade où Luna effectue ses études de médecine a été fondée en 1531 par Charles Quint en vue de participer à l’acculturation et à l’assimilation des nouveaux convertis12. Même si le projet de l’Empereur n’aboutit jamais, la médecine est restée malgré tout une profession choisie par nombre de morisques au XVIe siècle, comme elle le sera encore au siècle suivant par les judéoconvers. Contrairement aux carrières juridique et ecclésiastique, elle est en effet la seule profession qui offre un accès aux honneurs et aux classes privilégiées sans passer par des enquêtes de pureté de sang. Elle est également une profession « universelle », dans la mesure où elle peut être pratiquée dans d’autres régions ou dans d’autres pays, ce qui constitue sans aucun doute un avantage pour certains secteurs de la population soumis au risque de l’exil, voire de l’expulsion. De fait, le fils de Miguel de Luna, Alonso, a pratiqué la médecine en Italie. Le nombre de morisques inscrits à l’université de Grenade a dû être important si on tient compte du fait que la faculté a connu un véritable déclin après l’expulsion des morisques suite à la guerre des Alpujarras. Entre 1580 et 1640, la publication de textes médicaux à Grenade a été complètement interrompue13. À la même époque, on assiste à un afflux massif de morisques grenadins dans les universités d’Alcalá de Henares et de Tolède14.

  • 15 García Ballester, Los moriscos y la medicina, pp. 53 sqq.
  • 16 Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 6149, ffos 292r-294v. Ce texte de Miguel de Luna a été l’ (...)
  • 17 Pragmatique du 10 décembre 1567 : « Nous ordonnons qu’à partir d’aujourd’hui il ne puisse y avoir (...)
  • 18 Voir le Memorial dans García-Arenal, Los moriscos, p. 53.

10Nous savons qu’Alonso del Castillo a étudié, puis exercé la médecine vers 154015. En revanche, nous en savions beaucoup moins sur les activités médicales de Miguel de Luna. Pour cette raison, une lettre de Luna au roi datée du 25 mai 1592, décrivant les vertus thérapeutiques des bains sur six pages manuscrites, revêt la plus grande importance16. On ne sait si cette lettre a été publiée, diffusée, ou même si elle a été lue par le roi. Rappelons brièvement le contexte : en 1567, Charles Quint promulgue la fameuse pragmatique qui va être l’élément déclencheur du soulèvement dans les Alpujarras. Cette pragmatique interdit l’usage de la langue arabe, parlée ou écrite, les prénoms et les patronymes arabes, les habitudes vestimentaires, la teinte au henné des cheveux et des mains, le port d’armes, la possession d’esclaves, la pratique des bains…17. À la suite de cette pragmatique, Núñez Muley adresse son Memorial à Pedro de Deza, président de l’audience et de la chancellerie de Grenade, dans lequel ce noble morisque tente d’argumenter contre les mesures prises, considérant que les comportements incriminés sont des traits culturels dépourvus de signification religieuse. Dans sa lettre au roi, Miguel de Luna diffère de l’argument mis en avant par Núñez Muley dans la mesure où il demande le rétablissement des bains et des étuves pour des raisons purement médicales et de santé publique, sans chercher à établir s’il s’agit ou non d’une question liée à la religion18. Le texte de Luna se réfère exclusivement à l’hygiène et à la médecine préventive.

11Au XVIe siècle, les opinions relatives à la santé et à la maladie sont forgées à partir d’un système complexe d’interprétation rationnelle des traités attribués à Hippocrate et à Galien, ainsi que de leurs commentateurs médiévaux (chrétiens, musulmans, juifs). Ce système est connu sous le nom de galénisme ou de médecine galénique. Le galénisme conçoit la santé comme un état d’équilibre parfait entre les humeurs du corps. En suivant les notions d’équilibre et de déséquilibre des humeurs, le principal objectif thérapeutique de la médecine galénique est l’expulsion de la « matière maligne », l’humeur excédante, responsable de l’apparition des symptômes d’une maladie. L’humeur maligne doit être expulsée par la purge ou la saignée. La large diffusion des textes galéniques ne tarde pas à transformer les notions de purge et de saignée en une métaphore des pratiques sociales associées au concept de la pureté de sang. Celles-ci semblaient illustrer l’obsession d’une société toute entière à se purger de la supposée « matière maligne ». Les contemporains de Luna ont usé fréquemment de cette métaphore, en insistant sur la nécessité d’une purification de la société à l’image de celle du corps. Ainsi, le chroniqueur grenadin Bermúdez de Pedraza, lorsqu’il relate l’expulsion des juifs de Grenade et leur sortie de la ville, ajoute :

  • 19 Bermúdez de Pedraza, Historia eclesiástica de Granada, f° 176v°.

Cela permit d’extraire ce venin, et d’expulser du corps des royaumes une grande quantité de mauvais sang, qu’il plaise à Dieu qu’il n’en soit pas resté une seule goutte19.

12Le texte de Luna est polémique : tout en partant des présupposés galéniques, il s’insurge contre les purges, les saignées et les pratiques de certains médecins qui, par crainte de perdre leur clientèle, ne veulent pas entendre parler de médecine préventive ni du bain de vapeur comme méthode d’expulsion des humeurs nocives. Selon Luna, les bains ouvrent les pores et laissent sortir les mauvaises humeurs, sans affaiblir ni diminuer le patient au contraire des purges et des saignées, largement pratiquées par les médecins de « notre Espagne ». À nos yeux, le texte contient toujours des métaphores associées au corps social : expulser les « mauvaises humeurs » sans recourir à la saignée et à l’affaiblissement. Un argument que Luna fera valoir dans son Historia verdadera, en défense des « bons Maures » qui ne doivent pas être confondus ni traités comme les « mauvais ». Selon Luna, à la différence de Bermúdez et de beaucoup d’autres, il ne s’agit pas de purger le corps social du « mauvais sang », mais de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, ce qui permettrait au corps de récupérer la santé et l’équilibre des humeurs, sans perdre de sang, synonyme de force.

  • 20 Arrizabalaga, « Medical responses to the “French Disease” ».

13Le texte est un petit traité de médecine dans lequel Luna fait référence à sa propre expérience de médecin. Il se montre parfaitement informé des préoccupations médicales du moment et en particulier du fameux « mal français », la maladie vénérienne qui a causé des ravages au XVIe siècle20. Les questions médicales et hygiéniques apparaissent également de façon récurrente dans son Historia verdadera, où il s’attarde à décrire les épidémies, les précautions à prendre pour enterrer les morts après la bataille afin d’éviter la puanteur, source de contagion. En somme, en matière médicale, nous pouvons affirmer que Luna était parfaitement à jour.

  • 21 García-Arenal et Rodríguez Mediano, « Médico, traductor, inventor », p. 228.

14À la différence de Núñez Muley, Luna ne s’est pas attardé à défendre ni même à mentionner l’aspect rituel des bains. En revanche, il argumente contre ceux qui affirment que les bains affaiblissent, efféminent et enlèvent aux hommes leur bravoure au combat. Il prend l’exemple des Turcs pour prouver le contraire, eux qui usent des bains à des fins hygiéniques et non religieuses. Dans ce texte, l’unique référence à la religion concerne un passage de la prophétie de saint Jean du parchemin de la tour Turpiana sur les épidémies de syphilis. Luna cite saint Cecilio qui avait demandé que ses restes soient exposés comme remède à ce mal, afin que « les princes soient informés [et de façon véridique] pour trouver des solutions à ces malheurs21 ». Autrement dit, aux multiples usages du parchemin et des reliques, Luna ajoute celui de guérir le mal français, la plaie du XVIe siècle. De plus, il met en exergue un vers arabe de la prophétie qui dit que :

Dans les eaux courantes se trouve le remède aux blessures.

  • 22 Ibid., p. 229.
  • 23 Instituto Valencia de Don Juan, Envío 92, vol. 1. Nous n’avons pu localiser cette traduction.

15Il en conclut que « cette maladie contagieuse [la syphilis] ne sera soignée qu’avec les eaux courantes, à l’image des bains que nous avons évoqués22 ». Quel que soit le sujet, Luna fait toujours mention du parchemin et des reliques, de leur authenticité et surtout de leur caractère providentiel. Il s’appuie sur le parchemin pour étayer ses arguments, tandis qu’en retour cet usage certifie la prétendue authenticité du parchemin. En outre, il explique clairement que ses conclusions poursuivent le même objectif que celles de son Historia verdadera del rey don Rodrigo, à savoir que les princes doivent être informés (et conseillés) pour apporter les remèdes à ces malheurs. Bien entendu, la missive de Luna n’a eu aucun succès, mais elle lui a permis de démontrer son expérience et ses connaissances médicales. Même si le lien de causalité n’est pas attesté, il se trouve que Luna a été sollicité en 1596 pour traduire de l’arabe un traité sur la goutte23.

  • 24 Dans la lettre du 4 novembre 1609 à Pedro de Castro, il dit : « Je suis fatigué de la manière dont (...)

16À la veille de l’expulsion des morisques, Miguel de Luna se trouve à la Cour, peiné et exaspéré, selon les termes de sa correspondance, de voir l’état dans lequel se trouve l’Espagne24. Il envisage de se rendre à Rome, où se trouve son fils, pour y exercer la médecine. Plusieurs lettres à Pedro de Castro et à Luis de Vega, publiées par D. Cabanelas, font référence à ce projet. Dans une missive du 12 novembre 1609 adressée à Luis de Vega, Luna écrit :

  • 25 Archivo de la Abadía del Sacromonte de Granada (AASG), leg. VII-1, f° 889.

Puisque mon fils est à Rome et que ses affaires se portent bien, qu’il me dit qu’il ne songe plus à revenir en Espagne, il veut mon bien, autrement qu’avec cette affaire de traductions. Un homme qui possède un statut et deux cent mille ducats de biens m’a écrit et m’offre tout ce que je peux désirer […]. Un médecin du Pape m’a écrit que je pourrais gagner là-bas beaucoup plus qu’à la Cour d’Espagne, et il m’a offert son amitié25.

17Il faut dire que Miguel de Luna était dans cette « affaire de traductions » depuis au moins 1588. Lorsque le parchemin de la tour Turpiana a été découvert, le licencié José Fajardo, ancien professeur d’arabe à l’université de Salamanque, a été le premier sollicité. Néanmoins, il s’est désisté, arguant du fait qu’il ne connaissait pas suffisamment la langue pour déchiffrer les arcanes d’un tel texte. À l’instigation du licencié Francisco López Tamarid, familier et interprète du tribunal d’Inquisition de Grenade et prébendier de la cathédrale du même lieu, Miguel de Luna et Alonso del Castillo ont été successivement sollicités pour qu’ils examinent le document.

  • 26 Ron de la Bastida, « Manuscritos árabes en la Inquisición ».
  • 27 Van Koningsveld, « Christian Arabic Manuscripts ».
  • 28 A. K. Harris a avancé l’hypothèse qu’il pourrait être l’un des auteurs du parchemin (Harris, From (...)

18López Tamarid est un personnage intéressant. Interprète royal et interprète du Saint Office de Grenade, il a été l’auteur d’un Compendio de algunos vocablos arábigos que Sebastián de Covarrubias a utilisé abondamment dans son Tesoro de la lengua castellana. Il a aussi inventorié des manuscrits de livres confisqués par l’Inquisition de Grenade26. Plus important pour ce qui nous occupe, il a examiné en 1565 une copie arabe de l’Évangile de saint Jean qui avait été saisie par l’Inquisition parmi les biens d’un médecin morisque, connu comme maître Andrés, habitant de Sorbas (Almería). Ce manuscrit a été conservé à l’Escorial avant de devenir propriété de la cathédrale de Léon27. Autrement dit, López Tamarid avait travaillé sur une version arabe du texte de saint Jean avant l’apparition du parchemin de la tour Turpiana. Son nom n’apparaît jamais lié aux livres de plomb, mais uniquement au parchemin28. Il faut également relever, même si nous ne connaissons pas la portée exacte de cette information, que la copie arabe de l’Évangile de Jean semble avoir appartenu à un médecin morisque habitant le royaume de Grenade.

  • 29 Van Koningsveld et Wiegers, « El pergamino de la Torre Turpiana ».
  • 30 Voir, par exemple, Cabanelas, El morisco granadino, pp. 241-249.
  • 31 Archivo Histórico Nacional (AHN), Universidades, libro 1179, f° 116.
  • 32 Lettre du 17 juin 1588 (AASG), leg. V, f° 29.
  • 33 Van Koningsveld et Wiegers, « El pergamino de la Torre Turpiana ».

19Luna a exigé d’étudier le parchemin chez lui, ce qu’il a fait effectivement entre le 26 et le 30 mars 1588. Il a été assisté par Fajardo et Francisco López Tamarid. En avril de la même année, Alonso del Castillo a également étudié le parchemin, visiblement sans consulter Miguel de Luna29. Il existe différentes versions et différentes copies des traductions de Luna et de Castillo30, dont l’histoire et la critique textuelle restent à établir. En 1592, une copie du parchemin a été envoyée à Madrid pour qu’elle soit examinée par la Cour. Elle est conservée actuellement à la bibliothèque de l’Escorial, signée et certifiée par Tamarid, et probablement réalisée par Luna. Le chapitre de Grenade a écrit à la Cour pour informer qu’il a été ordonné « aux arabes chrétiens de ce royaume, le licencié Miguel de Luna et le licencié Alonso del Castillo, médecin31 » de réaliser deux traductions séparément et sans se consulter. Il faut noter que les traducteurs sont désignés comme « arabes chrétiens », une expression respectable et étrange comparée aux termes de « nouveaux chrétiens » ou « morisques » généralement employés. L’appellation fut sans aucun doute du goût de Luna. En outre, ce dernier se plaisait à dire que, puisque saint Cecilio avait écrit ce parchemin pour les princes, il incombait à lui seul d’en relater directement le contenu au roi32. Ainsi, en accordant au parchemin la même fin que celle de la Historia verdadera, à savoir guider et conseiller les princes, Luna se fraye un accès direct au roi. Pour le reste, des auteurs actuels ont démontré qu’il n’y a rien dans le parchemin qui puisse être associé sans ambiguïté à la doctrine islamique33. Certes, le contenu du parchemin et ses différentes versions présentent encore beaucoup d’aspects obscurs et de problèmes à élucider. Néanmoins, le sens général de la prophétie de saint Jean, confirmé par ses traducteurs, est clair : il s’agit d’un discours adressé aux « chrétiens arabes » qui auraient habité l’Espagne avant la conquête musulmane. Ainsi, la version que les chercheurs actuels attribuent à Luna contient les mots suivants prétendument prononcés par saint Cecilio :

  • 34 BNE, Papeles varios, ms. 5785, f° 156r°. Le même manuscrit contient une autre version, probablemen (...)

Et ensuite je l’ai traduite en langage commun espagnol, et nous fîmes un commentaire complet qui contient le secret déjà exprimé en arabe, langage employé dans la terre d’Espagne et les terres occidentales circonvoisines, pour que les chrétiens arabes n’en soient pas privés, et nous n’avons pas pour autant corrompu ni la langue, ni la codification [modo secreto], provenant de l’hébreu et du grec34.

  • 35 Curieusement, dans une autre traduction du parchemin, ces « chrétiens arabes » sont présentés comm (...)

20Comme nous le verrons plus loin, cette question va devenir l’un des points autour duquel naîtra la polémique sur l’authenticité du parchemin. Il semble également que ce soit l’un des aspects qui a le plus intéressé Luna, résolu, comme nous le montrerons, à défendre ces « chrétiens arabes » d’Espagne35.

  • 36 Archivo de la Catedral de Granada (ACG), Actas capitulares, libro 9, sessions des 26 février et 26 (...)
  • 37 ACG, Actas Capitulares, libro 9, 26 avril 1593.

21Depuis février 1593, les actes du chapitre de la cathédrale de Grenade font état d’un débat qui anime les chanoines sur l’utilité de faire venir Arias Montano, le fameux érudit en langues orientales et bibliques, pour qu’il examine le parchemin et les reliques trouvés dans la tour Turpiana. À cette fin, plusieurs lettres lui sont envoyées entre février et avril 159336. À chaque fois, Arias Montano décline l’offre, alléguant des motifs de santé. Le chapitre décide alors d’envoyer Miguel de Luna et le licencié Pedro Guerra de Lorca le rencontrer. Ils emportent avec eux le parchemin ainsi qu’un rapport rédigé en partie par Luna, qui s’affiche désormais comme un fervent défenseur de l’authenticité des reliques trouvées dans la tour Turpiana37. Dans une lettre écrite à Juan Fonseca, doyen de la cathédrale, et lue devant l’assemblée des chanoines, Arias Montano annonce qu’il a examiné minutieusement

  • 38 Ibid.

le parchemin original que j’ai reçu des mains de Monsieur Lorca, ainsi que les commentaires, copies et traductions du licencié Luna, réalisés avec soin et précision38.

  • 39 Voir AHN, Universidades, libro 1179, Tratado de la defensión y verdad de las Santas Reliquias hall (...)

22Montano accuse également réception du rapport dans lequel Luna a repris une série d’arguments concordant avec les leitmotivs de son Historia verdadera et de son traité sur les bains, notamment le fait que les rois maures auraient laissé vivre les chrétiens en liberté, ainsi que le cas d’un ermite qui soignait miraculeusement de la peste autant les chrétiens que les musulmans39.

  • 40 Gan Jiménez, « Los prebendados de la iglesia granadina », p. 191 et Harris, From Muslim to Christi (...)
  • 41 BNE, ms. 1499 et García-Arenal, « De la autoría morisca a la Antigüedad sagrada », pp. 557 sqq.
  • 42 AASG, C 48, ffos 166-377.

23Le chanoine de la cathédrale, Pedro Guerra de Lorca, mérite une digression. D’origine judéoconverse, fils d’un haut administrateur de l’Alhambra, il a obtenu des bénéfices à Tendilla, le fief des Mendoza, et à l’Alhambra. En 1588, il entre dans le chapitre de la cathédral de Grenade qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort survenue en 159740. Il est diplômé de théologie, en plus d’être un poète renommé. Il nous intéresse dans la mesure où il a manifesté un intérêt pour l’hagiographie et les origines sacrées de Grenade plusieurs années avant l’apparition du parchemin. En 1584, il a écrit une œuvre restée manuscrite, intitulée La historia de la vida y martirio de San Çecilio y sus seis compañeros llamados los apóstoles de Nuestra Hespaña41. Après la découverte du parchemin et des tablettes, Guerra de Lorca a écrit pour défendre leur authenticité, notamment dans un manuscrit intitulé Memorias eclesiásticas de la ciudad de Granada42. Plus encore que López Tamarid, il nous semble que Guerra de Lorca a pu participer aux falsifications, pas tant matériellement qu’en apportant à Luna les connaissances historiques et hagiographiques nécessaires pour connecter le présent chrétien de Grenade avec le christianisme primitif, et fournir de la sorte les clés qui feront le succès des livres de plomb. En d’autres termes, Luna a été en contact étroit avec des personnes disposant de vastes connaissances théologiques et habituées à reconstruire le passé religieux de Grenade. Celles-ci savaient précisément quels aspects et quels thèmes auraient le plus de succès auprès de la cathédrale grenadine.

INVENTEUR

  • 43 Ibid., C 49, f° 8r°-v°, cité par Harris, From Muslim to Christian Granada, p. 170.

24Lorsque la première tablette de plomb, dite de saint Mesiton, est « découverte », elle est portée au noble Alonso Venegas de Alarcón, membre d’une famille renommée d’origine nasride, les Granada Venegas. Curieusement, Miguel de Luna était présent dans la maison de don Alonso lorsque ce dernier a commencé à examiner la tablette à peine exhumée43.

  • 44 García-Arenal, « El entorno de los plomos ».
  • 45 BRAH, Colección Salazar y Castro, B-86. Soria Mesa, « Una versión genealógica ».

25Les liens entre Miguel de Luna et la famille Granada Venegas nous semblent particulièrement significatifs. Mercedes García-Arenal a suggéré la possible implication dans les faux du Sacromonte de quelques-unes des plus importantes familles de Grenade, telles que les Núñez Muley et, surtout, les Granada Venegas dans la maison desquels un important salon littéraire se tenait44. Les livres de plomb seraient ainsi liés au problème des lignages d’origine arabe et à leur désir d’obtenir reconnaissance, honneur et privilèges dans la société chrétienne. De fait, la famille Granada Venegas a été auteur et commanditaire d’un important document généalogique intitulé Origen de la Casa de Granada45. Cette œuvre ne se contente pas de démontrer que les Granada appartiennent aux lignages royaux nasrides, mais elle les fait remonter aux lignages aristocratiques de l’Hispania antérieure à la conquête musulmane et leur donne une origine royale wisigothique.

26À la manière de beaucoup de faussaires contemporains, tel que Román de la Higuera, l’Origen de la Casa de Granada mélange documents faux et authentiques dans le but de construire un arbre généalogique de la famille Granada Venegas révélant ses origines wisigothiques et la reliant simultanément aux dynasties royales andalouses, telles que celle des rois de Saragosse. En outre, le texte présente les divers membres de la famille, durant la période islamique, comme favorables aux chrétiens, voire comme étant eux-mêmes des crypto-chrétiens. Il souligne enfin la collaboration de la famille avec les rois chrétiens durant les différentes guerres jusqu’à l’alliance finale avec les Rois Catholiques lors de la conquête de Grenade.

  • 46 Carrasco Urgoiti, El moro de Granada, p. 78. De fait, l’approbation des Guerras civiles de Granada(...)
  • 47 Courant littéraire suivi par plusieurs auteurs castillans des XVIe et XVIIe siècles qui exalte le (...)
  • 48 Barahona de Soto, Las lágrimas de Angélica.
  • 49 Osuna, Poética silva.

27Est-il possible d’établir un lien entre Miguel de Luna et les Granada Venegas ? Comme nous l’avons dit, ces derniers tenaient chez eux un important salon littéraire auquel participaient, entre autres, le célèbre poète et militaire Hernando de Acuña ou encore Gonzalo Mateo de Berrío. Ce dernier, poète grenadin, est réputé pour être le créateur des comédies de « maures et chrétiens », dans lesquelles on retrouve l’ambiance chevaleresque et la vision poétique du maure grenadin ; finalement très proche du goût littéraire et du contenu arabophile d’un auteur comme Pérez de Hita46. On peut retracer les relations entretenues par Luna avec d’autres membres de ce salon, notamment avec Luis Barahona de Soto. Celui-ci est l’auteur d’un poème épique, Las lágrimas de Angélica, inspiré du Roland furieux de l’Arioste, et dans lequel Bernardo del Carpio, l’un des personnages les plus renouvelés par les écrivains castillans « néo-gothiques47 », est présenté comme un ancêtre mythique de la maison d’Osuna dont Barahona est le protégé. Néanmoins, dans son récit, l’auteur ne présente pas Bernardo del Carpio comme un combattant contre les Maures, mais comme un héros qui met en déroute les troupes françaises48. Barahona et Miguel de Luna sont tous deux nés vers 1550 et ils ont étudié la médecine à la même époque à l’université de Grenade. Ils ont dû nécessairement se connaître. On sait que le premier a participé au salon littéraire des Granada Venegas. Vu ses contacts avec Barahona, il n’est pas interdit de penser que Luna ait fréquenté ce même salon. De plus, un autre participant, Juan de Faría, avocat et rapporteur de la chancellerie royale de Grenade, qui a écrit de nombreux sonnets pour Las lágrimas de Angélica de Barahona de Soto49, est également l’auteur de deux sonnets préliminaires à la Historia verdadera del rey don Rodrigo de Miguel de Luna.

  • 50 Barahona de Soto, Las lágrimas de Angélica, p. 91 ; Zarco Cuevas, Catálogo de los manuscritos cast (...)
  • 51 Sur ces polémiques, on peut consulter, notamment, Benítez Sánchez-Blanco, « El discurso del licenc (...)

28Le lien entre Miguel de Luna et Juan de Faría est encore plus explicite lorsque l’on examine une œuvre de ce dernier, conservée sous forme manuscrite dans la bibliothèque de l’Escorial, et intitulée Dialogismo y lacónico discurso : en defensa de las reliquias de San Cecilio que se hallaron en la Iglesia mayor de la ciudad de Granada50. Ce document est écrit sous forme de dialogue entre Faría et son grand ami Miguel de Luna. Il s’agit d’un texte court, mais d’un grand intérêt, rédigé à un moment indéterminé, postérieur toutefois à la découverte du parchemin de la tour Turpiana. Il se veut une défense ardente de l’authenticité des reliques face aux attaques dont elles ont été l’objet51.

  • 52 Sur quelques-unes des premières traductions du parchemin de la tour Turpiana, et particulièrement (...)

29Dans le Dialogismo, Juan de Faría et Miguel de Luna sont présentés comme des amis intimes. Le texte est organisé en trois parties : il revient tout d’abord sur la découverte des reliques de la tour Turpiana ; il détaille ensuite les circonstances de la première traduction ; et il dresse enfin la liste des arguments avancés pour nier l’authenticité des pièces52. Ainsi, Luna, dont la « grande chrétienté » est encensée par son ami Faría, défend sa traduction en décrivant le texte du parchemin avec ses mots inscrits dans un damier dont les cases, toutes directions confondues, pouvaient être lues de 14 400 manières différentes. Il revient également sur l’histoire de saint Cecilio telle qu’elle est racontée dans le parchemin : sa cécité, sa guérison miraculeuse grâce au linceul de la Vierge, les traductions successives de la prophétie de saint Jean, d’abord de l’hébreu vers le grec par Denis l’Aréopagite, et ensuite vers l’espagnol et l’arabe par saint Cecilio.

  • 53 Morales, Corónica General de España, t. I, ffos 303v°-304r°, où il est fait état de l’arrivée de m (...)

30Néanmoins, l’essentiel du document est consacré à la réfutation des objections formulées contre l’authenticité du parchemin. Certaines de ces objections sont de poids dans la mesure où elles soulignent de profondes incohérences par rapport à l’histoire de Grenade et de l’Espagne. Ainsi, par exemple, le parchemin affirme que les reliques ont été cachées par Cecilio pour les protéger des « Maures ». Toutefois, si ce Cecilio, supposé « évêque de Grenade », est le disciple de saint Jacques, comment a-t-il pu protéger les reliques des arabes qui n’arriveront dans la Péninsule que plus de six siècles plus tard ? Pour répondre à cette objection, certains ont affirmé qu’il y aurait eu deux Cecilio à Grenade. Néanmoins, pour Faría et Luna, il ne fait pas de doute qu’il n’existe qu’un seul Cecilio, martyr, disciple de saint Jacques, premier évêque de Grenade et auteur du parchemin. Ils évacuent le problème chronologique en rappelant l’entrée en Espagne de Maures (entendu ici comme des habitants de la Mauritanie) en l’année 163, s’appuyant pour cela sur une citation de Ambrosio de Morales53. Si l’on considère que Cecilio a eu une longévité équivalente à celle d’autres patriarches, il est plausible qu’il ait connu cette première arrivée de Maures en Espagne.

  • 54 Voir, par exemple, Woolard, « Bernardo de Aldrete, humanista y laminario » et la bibliographie qu’ (...)

31La question de l’éventuelle présence de Maures en Espagne avant la conquête musulmane du VIIIe siècle est cruciale. Non seulement elle permet d’expliquer les incohérences chronologiques du parchemin, mais également les problèmes linguistiques. En effet, si la supposée prophétie de saint Jean contenue dans le parchemin a été écrite en castillan et en arabe, cela signifie que ces deux langues étaient parlées dans la péninsule Ibérique à l’époque de Néron. Cette question a été largement débattue, car elle est en relation avec d’autres interrogations telles que le fait de savoir si le castillan provient du latin ou s’il est, au contraire, une des langues de Babel, comme l’affirment ceux qui veulent donner à l’Empire espagnol un caractère providentiel54. Dans le cas de l’arabe, la question de la présence de cette langue avant la conquête musulmane permet de séparer la pratique de l’arabe de la religion islamique. Il n’est donc pas étonnant que Luna et Juan de Faría insistent tant sur ce point. Dans le Dialogismo, il est dit que :

  • 55 Faría, Dialogismo y lacónico discurso, ffos 32v°-33r°.

Lorsque Saint Cecilio dit qu’il a traduit en arabe la prophétie pour que les arabes chrétiens d’Espagne et des terres occidentales puissent la comprendre, il est évident qu’il ne parle pas de l’époque de la seconde perte de l’Espagne [en 711], mais bien de la première [en 163], ce qui est confirmé par le fait que saint Cecilio laisse entendre qu’il y avait à cette époque plus d’arabes chrétiens en Espagne que d’Espagnols naturels, puisque sa priorité était d’écrire pour ceux qui étaient le plus de sa foi, et à cette époque et depuis longtemps, tous les Wisigoths et les naturels d’Espagne étaient chrétiens55.

32Ainsi, la condition « arabe » renvoie essentiellement à ceux qui parlent la langue arabe, plus particulièrement aux populations arrivées en Espagne avant le VIIIe siècle :

  • 56 Ibid., f° 34.

et parmi toutes ces arrivées d’étrangers en Espagne, il est vraisemblable qu’il y ait eu plus d’arabes chrétiens que d’Espagnols, et il n’y a donc pas lieu d’accuser saint Cecilio de méconnaître le latin56.

33On comprend mieux pourquoi la notion de « chrétien arabe » est fondamentale dans le raisonnement de Miguel de Luna.

34Parmi d’autres objections, le document revient sur le fait que le Cecilio du parchemin a signé « Cecilio, évêque grenadin », alors qu’à la date supposée de rédaction du parchemin, Grenade s’appelait Iliberis. Pour répondre à cette critique, Faría affirme qu’Iliberis et Grenade étaient deux villes différentes. Au-delà, cette question pose le problème de l’ancienneté et de l’origine de la ville. Selon Luna, Grenade

  • 57 Ibid., f° 40v°.

est un noyau urbain très ancien, selon ce que j’ai pu observer sur trois murailles qui existent toujours, datant l’une du temps des juifs, une autre des Romains et la dernière des Maures. J’ai examiné également certaines inscriptions dans la pierre qui prouvent l’ancienneté de la ville, et j’ai appris de plusieurs chercheurs curieux d’antiquités que son nom provient de l’hébreu, qui signifie fertilité et félicité de la terre57.

  • 58 Rubio Lapaz, Pablo de Céspedes y su círculo, pp. 32 sqq.

35Autrement dit, Faría insiste sur le fait que Grenade a été fondée par les juifs. La question d’une présence très ancienne des juifs dans la péninsule Ibérique est courante dans les sources de l’époque, et ce à des fins différentes. Pour un humaniste comme Pablo Céspedes, la référence hébraïque démontre la relation directe du passé hispanique avec la Bible et l’histoire sainte, au lieu d’une évolution païenne d’origine gréco-latine58. Ainsi, Céspedes considère que les enfants de Noé ont été les fondateurs de Cordoue et établit de la sorte un parallèle entre le temple de Cordoue (ensuite mosquée, puis cathédrale) et le temple de Salomon à Jérusalem. L’auteur peut ainsi minimiser le caractère musulman de la mosquée de Cordoue :

  • 59 Ibid., p. 101 ; García-Arenal, « Orígenes sagrados y memoria del Islam », p. 64.

L’architecture me fournit une autre preuve : si tout le temple semble être l’œuvre des Maures avec leur style arabique, en le regardant bien et en observant par ailleurs les murs érigés par les anciens, on verra la grande différence qu’il y a dans les murs de ce temple même s’ils sont tous faits de très grands blocs de pierre carrés qui ne peuvent être assemblés qu’avec des machines et un puissant outillage59.

36Ce texte de Céspedes pourrait être mis en relation avec les déclarations faites par Ambrosio de Vico, maître d’œuvre des travaux de la cathédrale de Grenade, à l’archevêque don Pedro de Castro, à propos de la construction de la tour Turpiana :

  • 60 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede, Stanza storica, R7C, f° 302v°.

que la construction de la tour lui semble être l’œuvre des juifs car il a été à Oran où il a vu des bâtiments construits par des juifs, et ils l’étaient sur le plan et le modèle de ceux de la tour, qui sont très différents de ceux bâtis par les infidèles et les Maures, car ceux-ci ne construisaient pas à la manière de la tour. Il le sait pour avoir observé beaucoup de bâtiments et pour avoir lu beaucoup de techniques différentes de construction, et être lui-même maître en cet art60.

  • 61 Gil, « Judíos y conversos en los falsos cronicones ».

37Il existe donc un corpus documentaire et archéologique qui soutient l’idée d’un lien entre l’histoire ancienne de l’Espagne et l’histoire sainte, en affirmant l’existence de populations orientales dans la Péninsule dès l’Antiquité. Par ailleurs, l’ancienneté de la présence juive en Espagne sera utilisée d’une manière très similaire à celle énoncée par Miguel de Luna. Ainsi un autre faussaire renommé, Jéronimo Román de la Higuera, principal responsable de la fabrication des célèbres Falsos cronicones, accumula des arguments pour démontrer la présence en Espagne des juifs des dix tribus d’Israël, avant la mort du Christ. Ceux-ci n’auraient donc pas été impliqués dans le déicide et auraient été les premiers habitants de la péninsule Ibérique à se convertir au christianisme. Cet argumentaire était vraisemblablement destiné à légitimer le statut des familles judéoconverses de Tolède, auxquelles l’auteur semble avoir appartenu61.

  • 62 Nous avons étudié en détail le lien entre Higuera et les livres du Sacromonte dans García-Arenal e (...)
  • 63 Sur cette affaire, voir par exemple Villanueva Fernández, Historia de Caravaca de la Cruz, et la b (...)
  • 64 Molina López, Ceyt Abu Ceyt.
  • 65 Robles Corvalán, Historia del mysterioso aparecimiento.

38La convergence d’intérêts et d’objectifs entre Miguel de Luna et Jéronimo Román de la Higuera est remarquable. Tous deux pratiquent parallèlement la contrefaçon et l’écriture de l’histoire. Ils s’emploient à réinventer l’histoire sainte de l’Espagne pour soutenir et légitimer la présence des minorités converties dans une Espagne obsédée par la pureté de sang. Il n’est pas étonnant que Román de la Higuera, exact contemporain des tablettes du Sacromonte, se soit montré intéressé par celles-ci et qu’il ait écrit à l’archevêque Pedro de Castro pour argumenter en faveur de leur authenticité62. De fait, ce n’est pas la première fois que Román de la Higuera et Luna apparaissent impliqués dans une même affaire. Par exemple, leur analyse coïncide sur la question de la Croix de Caravaca63. On établissait traditionnellement un lien entre l’apparition à Caravaca au XIIIe siècle d’un fragment de la sainte Croix avec la conversion d’un roi maure, Ceyt Abuceyt. Bien que la figure de ce roi soit inspirée par un personnage authentique, un gouverneur almohade converti au christianisme64, le lien entre cette conversion et l’apparition de la Croix n’a été établi que postérieurement. Un disciple de Jéronimo Román de la Higuera a précisément été l’un des auteurs établissant ce lien65. Dans cette affaire, Miguel de Luna apparaît comme traducteur de mystérieuses inscriptions se trouvant dans la pièce où eurent lieu l’apparition et la conversion. La traduction factice de Luna semble prouver ce lien entre l’apparition de la Croix et la conversion du roi maure. Cette falsification s’inscrit parfaitement dans le type d’activités menées par Luna. L’insistance sur la conversion volontaire, sur les bonnes dispositions de certains rois musulmans d’al-Andalus à l’égard du christianisme, appartiennent au registre d’arguments employés par Luna dans son combat idéologique. De nouveau, la langue arabe, écrite avec des caractères mystérieux, se présente comme le vecteur d’expression d’un épisode notable du christianisme dans la Péninsule. Une fois encore, la culture arabe est déliée de la religion islamique et présentée comme un élément fondateur de l’histoire sainte espagnole.

39Ainsi donc, le dialogue entre Juan de Faría et Miguel de Luna, recueilli dans le Dialogismo, fournit deux indications. D’une part, il constitue une preuve supplémentaire du lien possible entre Luna et une partie de la noblesse grenadine d’origine nasride, particulièrement les Granada Venegas. Il faut donc situer les activités de Luna dans un entourage intellectuel et sociologique précis, à savoir celui d’un groupe qui a voulu affirmer sa pleine et entière appartenance à la société vieille-chrétienne, en revendiquant l’héritage d’une culture arabe dissociée de la religion musulmane. D’autre part, le Dialogismo, en montrant comment les arguments favorables ou non aux contrefaçons de Grenade ont été élaborés, illustre l’environnement culturel dans lequel ce groupe a développé ses discours de légitimation en s’appuyant sur la langue, l’histoire ancienne et l’histoire sainte de l’Espagne. De la sorte, la revendication d’une histoire et d’une société formées par des minorités aux origines diverses met en lumière les contradictions du modèle agressif de la pureté généalogique et de l’uniformité religieuse en vigueur à l’époque. Le succès de l’autre grande contrefaçon de Luna, la Historia verdadera del rey don Rodrigo, doit être lue à la même lumière.

  • 66 Delpech, « El hallazgo del escrito oculto ».
  • 67 Márquez Villanueva, « La voluntad de leyenda », p. 80.
  • 68 Luna, Historia verdadera, II, f° 27v°.
  • 69 AASG, leg. VII, parte primera, f° 889. Cette lettre ne figure pas dans le recueil de Cabanelas, «  (...)

40La Historia verdadera de Miguel de Luna, publiée pour la première fois à Grenade en 1592, a connu un succès éditorial extraordinaire, avec de nombreuses éditions et traductions tout au long des XVIe et XVIIe siècles. Elle se présente comme la traduction d’une ancienne chronique arabe et exalte la noblesse et les gloires passées des lignages d’origine arabe. Les études de Márquez Villanueva et de Bernabé Pons ont largement montré qu’il s’agit en fait d’une réinterprétation de la conquête arabe de l’Espagne et de la période islamique. Luna utilise de nouveau la même technique : comme dans le cas des livres de plomb, il s’agit de la découverte d’un livre occulte qui demande l’intervention d’un traducteur expérimenté66. Pour le reste, la Historia verdadera est divisée en deux parties différentes. La première est une histoire non seulement de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, mais également de certains rois et royaumes musulmans, tant orientaux que nord-africains. Comme l’a démontré Márquez, la seconde est un miroir des princes, inspiré d’Antonio Guevara, dont l’objectif est d’influencer la vision et les actions du monarque à l’égard des musulmans. L’exemple proposé est celui du roi musulman Iacob Almaçor, si tolérant avec les chrétiens qu’il semble en avoir été un lui-même. Sous son règne, les musulmans ont défini le modèle idéal de cohabitation que devrait imiter l’Espagne du XVIe siècle67. Ainsi, lorsque Abdelaziz débarque à Algésiras, il promet la noblesse à tous ceux qui se joignent à lui. Ceux qui le soutiennent reçoivent le privilège « d’être tenus dorénavant pour des gentilshommes hidalgos et qu’ils puissent jouir des prééminences, exemptions et libertés dont les autres bénéficient68 ». L’exemple d’Abdelaziz est le même que celui revendiqué par Núñez Muley lorsqu’il rappelle l’appui des morisques grenadins à la couronne lors de la révolte des comuneros, tout comme lorsqu’il réclame la noblesse pour les familles morisques grenadines qui ont servi la couronne, ou encore lorsqu’il prêche pour l’anoblissement comme moyen d’intégration et d’assimilation des morisques. D’ailleurs, Luna utilise ce même type d’arguments dans une lettre écrite à l’archevêque de Grenade en février 1611, lorsque lui et sa famille se sont senti menacés par le décret d’expulsion. Dans ce document, il proteste du fait qu’en Espagne toute personne qui connaît l’arabe est considérée comme morisque. Luna, qui s’est vu confisquer ses armes par la justice, a été outré et humilié. Il fait état de la condition d’hidalgo de son grand-père et des services que lui-même a rendus à la couronne, notamment dans l’affaire du Sacromonte. Finalement, au cas où l’expulsion s’avèrerait inévitable, il supplie qu’on lui accorde la permission de se rendre à Rome69.

  • 70 AASG, leg. V, ffos 737 sqq. Nous avons pourtant localisé des données, dans les fonds documentaires (...)

41Luna n’a finalement pas été expulsé. Le licencié Núñez de Valdivia y Mendoza informe le roi le 10 décembre 1619 de sa mort survenue à Grenade. En réponse, on lui demande si Luna est mort en chrétien car il existe des doutes et des rumeurs à ce sujet. De Grenade, la Cour reçoit un certificat du curé qui a assisté le défunt dans ses derniers instants : « Le docteur Luna est mort correctement et on lui a fait le meilleur enterrement70. »

EN GUISE DE CONCLUSIONS

42Les documents présentés dans cet article apportent un nouvel éclairage sur la figure de Miguel de Luna et sur la grande cohérence de ses activités. Il est permis de penser qu’il a été effectivement impliqué dans les faux de la tour Turpiana, et peut-être même dans ceux du Sacromonte. Néanmoins, contrairement à ce qui a pu être dit, son action ne semble pas être celle d’un crypto-musulman dont le but aurait été de donner une teinte islamique aux croyances chrétiennes. Elle ne semble guère être davantage celle d’un homme mû par un élan messianique ou eschatologique. Au contraire, toutes ses activités tendent à prouver l’existence ancienne de Maures (« arabiques ») bons chrétiens. À partir de là, il a prétendu influencer les autorités et la société dans laquelle il a vécu. Comme beaucoup d’autres Espagnols de son temps, Luna semble avoir cherché une voie d’intégration dans une société cadenassée par les statuts de pureté de sang, empêchant nombre de personnes d’accéder à l’honneur et à la gloire. Comme d’autres de ses contemporains, Luna a cherché à composer une histoire alternative de la société de son temps — une histoire nécessairement fondée sur les origines chrétiennes — qui permette l’intégration des groupes condamnés à rester aux marges : les chrétiens d’origine islamique ou juive.

Notes

1 Cabanelas, El morisco granadino (nous citons d’après la seconde édition). Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet « Los libros plúmbeos del Sacromonte : edición y estudio del texto árabe » (HUM2004-02018/FILO).

2 Márquez Villanueva, « La voluntad de leyenda » ; Luna, Historia verdadera, pp. vii-lxx (« Estudio introductorio » de Bernabé Pons), mais aussi Cabanelas, « Cartas del morisco granadino ».

3 García-Arenal et Rodríguez Mediano, « Médico, traductor, inventor » et Id., « Miguel de Luna ».

4 Le Mémorial a été édité dans sa totalité par Vincent dans son « Introducción » de Gallego y Burín et alii, Los moriscos del reino de Granada, pp. xxxiii-lii.

5 La bibliographie sur les livres de plomb est vaste. Toutes les références, jusqu’aux plus récentes, se trouvent dans le dossier coordonné par García-Arenal, intitulé En torno a los plomos del Sacromonte (I et II), et publié en deux parties dans les numéros 23[2] et 24[2] de la revue Al-Qantara, en 2002 et 2003 respectivement. Ces deux numéros, corrigés et augmentés, constituent la base de l’ouvrage collectif édité par García-Arenal et Barrios Aguilera, Los plomos del Sacromonte. Des mêmes auteurs, voir Id. (éd.), ¿La historia inventada?

6 Biblioteca de la Real Academia de la Historia (BRAH), colección Salazar y Castro, B-85, « Libro de los linajes de Baeza así ganadores como pobladores della, compuesto por Antonio de Barahona y aumentado por otros », f° 53, lignage des Luna.

7 Biblioteca Francisco de Zabálburu, Altamira, D. 119.

8 Cabanelas, El morisco granadino, p. 255.

9 « On me dit aussi que lorsque les reliques ont été découvertes, ledit Luna s’est présenté avec beaucoup de diligence et de sollicitude ; il a obtenu ensuite de traduire le parchemin et l’a ensuite porté à Sa Majesté pour en recevoir les grâces » (ibid.). Voir aussi Alonso, Los apócrifos del Sacromonte, p. 53.

10 Rodríguez Mediano et García-Arenal, « De Diego de Urrea a Marcos Dobelio ».

11 Cabanelas, « Cartas del morisco granadino ».

12 García Ballester, Los moriscos y la medicina, pp. 52-53. La bulle de fondation disait explicitement : « De la sorte, [les nouveaux convertis] seront instruits dans les nouvelles habitudes et ornés de toutes les vertus, et la connaissance de la vérité et la clarté de l’intelligence leur seront inculquées ».

13 García Ballester, Medicine in a Multicultural Society, chap. VIII, (« Academicism versus Empiricism in Practical Medicine in Sixteenth-Century Spain with Regard to Morisco Practitioners », pp. 246-270), en particulier, p. 262.

14 Si l’on en croit la proposition de Pedro de Vesga aux Cortès de Castille : « Depuis quelques années, les morisques de la dernière rébellion du royaume de Grenade vont à la messe les jours fériés. Et s’ils ne le peuvent, ils envoient leurs enfants écouter la messe à la faculté de médecine car ils ne peuvent être admis comme apothicaires, notaires, officiers de plume ni aucun autre métier de confiance. Il s’ensuit beaucoup d’inconvénients car les vieux chrétiens et les personnes honorables ne vont pas à la messe à la faculté pour cette raison, estimant qu’il s’agit d’un déshonneur de devenir médecin avec eux […] ; beaucoup [de morisques de Grenade] étudient et exercent dans les universités d’Alcalá, de Tolède et d’autres » (Actas de las Cortes de Castilla, vol. 23, p. 587).

15 García Ballester, Los moriscos y la medicina, pp. 53 sqq.

16 Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 6149, ffos 292r-294v. Ce texte de Miguel de Luna a été l’objet d’une étude et d’une édition réalisées par Iversen, « El discurso de la higiene ». Nous l’avons publié en annexe à notre article commun intitulé « Médico, traductor, inventor », pp. 226-230.

17 Pragmatique du 10 décembre 1567 : « Nous ordonnons qu’à partir d’aujourd’hui il ne puisse y avoir dans le royaume de Grenade des bains artificiels, et qu’on supprime, démolisse et ferme ceux qui existent, et que personne, quel que soit son état ou sa condition, ne puisse utiliser lesdits bains, ni s’y baigner. De même, les nouveaux convertis ne pourront tenir lesdits bains, ni les utiliser, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leur maison. »

18 Voir le Memorial dans García-Arenal, Los moriscos, p. 53.

19 Bermúdez de Pedraza, Historia eclesiástica de Granada, f° 176v°.

20 Arrizabalaga, « Medical responses to the “French Disease” ».

21 García-Arenal et Rodríguez Mediano, « Médico, traductor, inventor », p. 228.

22 Ibid., p. 229.

23 Instituto Valencia de Don Juan, Envío 92, vol. 1. Nous n’avons pu localiser cette traduction.

24 Dans la lettre du 4 novembre 1609 à Pedro de Castro, il dit : « Je suis fatigué de la manière dont les choses vont en Espagne, car il est difficile d’y vivre et cela ne fait qu’empirer. »

25 Archivo de la Abadía del Sacromonte de Granada (AASG), leg. VII-1, f° 889.

26 Ron de la Bastida, « Manuscritos árabes en la Inquisición ».

27 Van Koningsveld, « Christian Arabic Manuscripts ».

28 A. K. Harris a avancé l’hypothèse qu’il pourrait être l’un des auteurs du parchemin (Harris, From Muslim to Christian Granada, pp. 156-158).

29 Van Koningsveld et Wiegers, « El pergamino de la Torre Turpiana ».

30 Voir, par exemple, Cabanelas, El morisco granadino, pp. 241-249.

31 Archivo Histórico Nacional (AHN), Universidades, libro 1179, f° 116.

32 Lettre du 17 juin 1588 (AASG), leg. V, f° 29.

33 Van Koningsveld et Wiegers, « El pergamino de la Torre Turpiana ».

34 BNE, Papeles varios, ms. 5785, f° 156r°. Le même manuscrit contient une autre version, probablement de Castillo, qui dit : « […] et je l’ai traduite en langue commune espagnole, et nous avons commenté celle en arabe qui contient le secret destiné aux chrétiens arabes d’Espagne, pour que les rois en soient informés tel quel de la manière que nous allons voir, et nous n’avons pas corrompu le langage en la traduisant à l’hébreu pas plus qu’au grec » (ibid., f° 156v).

35 Curieusement, dans une autre traduction du parchemin, ces « chrétiens arabes » sont présentés comme des « mozarabes », terme employé apparemment dans le même sens que « arabophones ». Sur cette traduction a travaillé Boyano, « Al-Hajari y su traducción del pergamino ».

36 Archivo de la Catedral de Granada (ACG), Actas capitulares, libro 9, sessions des 26 février et 26 avril 1593. Des réponses d’Arias Montano ont été lues le 18 mars 1593.

37 ACG, Actas Capitulares, libro 9, 26 avril 1593.

38 Ibid.

39 Voir AHN, Universidades, libro 1179, Tratado de la defensión y verdad de las Santas Reliquias halladas en la Torre Antigua de la Iglesia Catedral de Granada, f° 19r° : « Le licencié Luna m’a dit qu’il y avait eu non seulement une église paroissiale à Grenade au temps de saint Cecilio, mais qu’il y avait aussi un ermitage dédié à saint Anton qui est celui qui surplombe le fleuve Genil, et dont la construction très ancienne existe encore aujourd’hui car elle a été érigée sur un rocher […]. Au temps des Maures, il s’y est produit un miracle : durant la peste les chrétiens y allaient et étaient guéris, et les Maures y allaient également […] et pour cette raison, le roi maure laissa désormais les chrétiens vivre librement et agrandir leur église et leurs ermitages ».

40 Gan Jiménez, « Los prebendados de la iglesia granadina », p. 191 et Harris, From Muslim to Christian Granada, pp. 55-59.

41 BNE, ms. 1499 et García-Arenal, « De la autoría morisca a la Antigüedad sagrada », pp. 557 sqq.

42 AASG, C 48, ffos 166-377.

43 Ibid., C 49, f° 8r°-v°, cité par Harris, From Muslim to Christian Granada, p. 170.

44 García-Arenal, « El entorno de los plomos ».

45 BRAH, Colección Salazar y Castro, B-86. Soria Mesa, « Una versión genealógica ».

46 Carrasco Urgoiti, El moro de Granada, p. 78. De fait, l’approbation des Guerras civiles de Granada de Pérez de Hita est signée par Mateo de Berrío lui-même, voir Carrasco Urgoiti, The Moorish Novel, p. 86.

47 Courant littéraire suivi par plusieurs auteurs castillans des XVIe et XVIIe siècles qui exalte le passé wisigothique comme référence fondatrice de l’hispanité.

48 Barahona de Soto, Las lágrimas de Angélica.

49 Osuna, Poética silva.

50 Barahona de Soto, Las lágrimas de Angélica, p. 91 ; Zarco Cuevas, Catálogo de los manuscritos castellanos, t. I, p. 128 ; Faría, Dialogismo y lacónico discurso.

51 Sur ces polémiques, on peut consulter, notamment, Benítez Sánchez-Blanco, « El discurso del licenciado Gonzalo de Valcárcel ».

52 Sur quelques-unes des premières traductions du parchemin de la tour Turpiana, et particulièrement sur la participation de Ahmad al-Hajari, voir Boyano, « Al-Hajari y su traducción del pergamino ».

53 Morales, Corónica General de España, t. I, ffos 303v°-304r°, où il est fait état de l’arrivée de maurétaniens dans la péninsule Ibérique au temps de Marc Aurèle. D’autre part, Ambrosio de Morales avait déjà recueilli lui-même les récits évoquant « les sept hommes apostoliques » d’Andalousie, nom donné aux premiers évangélisateurs, parmi lesquels se trouvaient Cecilio et Tesifon (ibid., f° 261v°).

54 Voir, par exemple, Woolard, « Bernardo de Aldrete, humanista y laminario » et la bibliographie qu’il contient.

55 Faría, Dialogismo y lacónico discurso, ffos 32v°-33r°.

56 Ibid., f° 34.

57 Ibid., f° 40v°.

58 Rubio Lapaz, Pablo de Céspedes y su círculo, pp. 32 sqq.

59 Ibid., p. 101 ; García-Arenal, « Orígenes sagrados y memoria del Islam », p. 64.

60 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede, Stanza storica, R7C, f° 302v°.

61 Gil, « Judíos y conversos en los falsos cronicones ».

62 Nous avons étudié en détail le lien entre Higuera et les livres du Sacromonte dans García-Arenal et Rodríguez Mediano, « Jerónimo Román de la Higuera ».

63 Sur cette affaire, voir par exemple Villanueva Fernández, Historia de Caravaca de la Cruz, et la bibliographie citée dans les travaux de Francisco Fernández García, Indalecio Pozo Martínez et Diego Marín Ruiz de Assín.

64 Molina López, Ceyt Abu Ceyt.

65 Robles Corvalán, Historia del mysterioso aparecimiento.

66 Delpech, « El hallazgo del escrito oculto ».

67 Márquez Villanueva, « La voluntad de leyenda », p. 80.

68 Luna, Historia verdadera, II, f° 27v°.

69 AASG, leg. VII, parte primera, f° 889. Cette lettre ne figure pas dans le recueil de Cabanelas, « Cartas del morisco granadino », élaboré à partir d’AASG, leg. XIII.

70 AASG, leg. V, ffos 737 sqq. Nous avons pourtant localisé des données, dans les fonds documentaires de l’Inquisition, qui révèlent que Miguel de Luna était un fervent musulman en contact avec les Morisques de Tolède et les réseaux de Morisques grenadins exilés en Castille. Voir García-Arenal, « Miguel de Luna y los moriscos de Toledo ».

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540