Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés de frontière

 | 
Michel Bertrand
, 
Natividad Planas

Introduction

Michel Bertrand et Natividad Planas

Texte intégral

  • 1 Les travaux fondateurs de Lucien Febvre, puis ceux de Peter Sahlins et de Daniel Nordman envisagen (...)
  • 2 « Pour étudier la colonisation de l’Amérique, il faut d’abord rechercher comment le mode de vie eu (...)
  • 3 Une histoire à l’échelle globale (Annales. Histoire, Sciences sociales) ; Histoire globale, histoi (...)
  • 4 Tarrius, « Frontières nationales et frontières des réseaux dans “l’espace Schengen” ».
  • 5 Pécout, Penser les frontières de l’Europe.
  • 6 Proche-Orient : foyers, frontières et fractures (Vingtième siècle. Revue d’histoire), p. 3.

1Comment penser les frontières à l’ère de « l’histoire globale » ? Que faire de cette notion, si étroitement liée à l’idée d’État-Nation1 ou même de « civilisation »2, alors que la tendance est à l’histoire connectée à l’échelle des empires ou du monde3 ? La création d’un espace européen « sans frontières intérieures » (entrée en vigueur des accords de Schengen en 1995), au sein d’un monde globalisé, invite à repenser la question des réalités frontalières à partir d’une perspective décentrée afin de rendre visibles les angles morts des cadres nationaux ; ceci d’autant plus que les politiques sécuritaires des États et les entraves aux migrations internationales, qui constituent l’image inversée de la fluidité européenne, se traduisent, en marge, par la création de camps de migrants déboutés de plus en plus nombreux et de réseaux clandestins en continuelle mutation4. Récemment, les historiens de la période contemporaine se sont efforcés de situer l’idée de frontière au centre de questionnements globaux, inscrits sur la longue durée, concernant le devenir de zones transnationales constituant ou non un espace politique précisément défini. C’est le cas de la réflexion diachronique sur les frontières européennes contenue dans l’ouvrage Penser les frontières de l’Europe dirigé par Gilles Pécout, qui met en perspective points de vue nationaux et construction de l’espace européen5. Mais c’est surtout le cas du numéro spécial de la revue Vingtième siècle, consacré au Proche-Orient : foyers, frontières et fractures qui porte une attention nouvelle à la « matérialité du territoire ». En formulant des questionnements relevant de l’histoire sociale, les responsables scientifiques de ce numéro thématique se sont donné pour objectif de « déconstruire une ligne frontière vide d’hommes, perçue comme une simple abstraction6 ».

2D’un point de vue épistémologique, envisager l’étude des frontières, non pas à partir du prisme de l’histoire des États, mais à partir de questionnements propres à l’histoire sociale, nous semble constituer une condition au renouvellement des problématiques frontalières. Car, interroger le passé des confins et faire une histoire incarnée de la frontière implique non seulement que l’on porte une attention particulière à la sphère locale, mais que l’on procède à des variations d’échelle permettant d’inscrire les phénomènes locaux dans des contextes plus larges. On pourra ainsi faire émerger d’éventuelles connections et percevoir des dynamiques s’étendant sur des espaces transnationaux ou impériaux (migrations économiques ou religieuses, réseaux familiaux, sociabilités intellectuelles). De même, accorder une attention particulière aux acteurs, à leur capacité d’effectuer des choix (dans les limites de leur accès à l’information) ou aux conditions sociales et politiques qui déterminent leurs actions nous semble une nécessité, pour poser efficacement la question du lien social de « l’intérieur » de la frontière.

LA NOTION DE « SOCIÉTÉ DE FRONTIÈRE »

  • 7 L’idée de « paradoxe » frontalier est formulée par Lucien Febvre (Febvre, Pour une histoire à part (...)
  • 8 Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières ».
  • 9 Havard, Empire et métissages, pp. 42-44.
  • 10 C’est par exemple le cas de Richard White dans son ouvrage intitulé Le middle ground. Indiens, emp (...)
  • 11 Havard, Empire et métissages, p. 16.

3En adoptant la notion de « société de frontière » comme catégorie d’analyse, nous envisageons la frontière comme un lieu d’interactions, producteur de liens sociaux et de liens politiques, mais aussi comme un lieu de tensions, de frictions, de violences intérieures et extérieures. Notre objectif est de dépasser les « paradoxes » frontaliers7, c’est-à-dire refuser que la frontière soit perçue comme le lieu de l’antinomie. Restaurer la pertinence que les acteurs accordent aux tensions internes aussi bien qu’externes et mettre en exergue les principes qui les fondent permet de comprendre les dynamiques de violence en œuvre, mais aussi d’éclairer les conditions d’entente et d’accommodation entre groupes hostiles8. À l’instar de Gilles Havard, il ne nous semble pas que le terme « frontière », bien que fortement marqué par les théories états-uniennes élaborées au XIXe siècle (la conception turnérienne de la frontière comme front de colonisation) soit à proscrire définitivement9. Ce même auteur, qui plaide pour son maintien face au choix fait par d’autres historiens de l’éluder pour mieux éclairer les processus d’accommodation culturelle10, souligne, avec raison, que ce terme renvoie mieux qu’aucun autre à l’idée d’entre-deux. « Frontière » a, en outre, l’avantage de se référer aux rapports de force (ce mot appartient encore au domaine militaire au XVIIe siècle) et permet simultanément de prendre en compte la guerre11.

4À partir de là, qu’en est-il de l’ordre social frontalier ? Relève-t-il du régime de l’exception ou de celui des choses communes ? Les conflits frontaliers sont-ils le signe de l’anomie des marges ? Est-on en mesure de comprendre de quelle manière « ordre et désordre » s’articulent ? D’un point de vue temporel, il semblerait que la synchronie s’impose, si l’on en croit les auteurs qui participent à ce volume. Hostilités et échanges, guerre et concorde, amour et haine vont le plus souvent de pair, occupent les mêmes temporalités, sont parfois même le fait des mêmes acteurs. Il est donc entendu que la cohésion qui semble naître de la communication avec l’ennemi, voire même de la cohabitation de groupes hostiles ne constitue pas nécessairement un après du temps des violences. Cette constatation conduit à mettre à l’écart certains lieux communs. En particulier, accepter la simultanéité de l’entente et du conflit, implique la mise à distance de perspectives téléologiques considérant la paix sociale comme le préalable ou l’aboutissement d’un processus politique ou bien comme un critère de « maturité » sociale. On ne peut donc pas voir dans cette simultanéité des contraires un facteur de fragilité spécifique à la frontière ou encore une incapacité des marges à organiser leurs communautés. Selon Jocelyne Dakhlia, le chaos des marges serait un topos du discours politique de l’État dans l’Islam maghrébin :

  • 12 Dakhlia, Le divan des rois, pp. 296.

L’État constitue son propre envers, sa propre limite : il s’appuie sur cette zone qu’il définit d’autorité comme chaos, soit pour en tirer un profit peu coûteux, dans les période de faiblesse et de division de ces sujets lointains, soit pour en tirer argument12.

  • 13 David J. Weber montre que la politique éclairée que les Bourbons tentent de mettre en œuvre pour r (...)

5D’ailleurs, le refus d’allégeance, ou plutôt les oscillations entre allégeance et dissidence, ne serait pas exclusivement le fait des territoires de marge, car les villes rompent aussi, lorsque le besoin s’en fait sentir, le contrat qui les unit au souverain, ce qui laisse supposer que les conflits frontaliers relèvent davantage des dynamiques communes du politique que de l’exception. Alors, si les marges ne sont ni le lieu d’un ordre social embryonnaire à peine lié à l’État, ni celui du chaos, peut-on avancer qu’elles sont celui de l’accommodation, sans cesse renouvelée, des contraintes imposées par l’allégeance au Prince et par la communication (ou cohabitation) avec l’ennemi ? Elles sont, en tout cas, des lieux de la négociation : les politiques étatiques ou impériales ayant eu pour finalité de reconfigurer les frontières, sans tenir compte des réalités qui lui étaient propres, ont été des échecs13.

6Les sociétés de frontière seraient, non pas des lieux en suspens, quasiment en dehors des logiques étatiques ou impériales, mais des piliers de l’ordre global en raison de la capacité des acteurs frontaliers d’interagir avec le voisin ou l’ennemi, voire même en raison des continuités tissées par ces interactions entre le « dedans » et le « dehors ». Dans son étude sur la colonisation française de l’Amérique, G. Havard affirme que les postes du « Pays d’En Haut » furent, en ce sens, de véritables lieux d’acculturation bilatérale (européanisation des Indiens et indianisation des Français) pouvant aller jusqu’au métissage, mais que ce furent aussi des espaces de domination coloniale, des outils de la « provincialisation » de l’Empire français en Amérique. Car les « logiques d’alliances interculturelles » qui semblaient échapper au pouvoir politique, dont étaient issues des formes d’organisation sociale hybrides non conformes au modèle européen, constituaient en réalité un solide ancrage pour l’empire. D’ailleurs, pour les empires de l’ère moderne (qu’il s’agisse de l’Empire ottoman dans ses marges maghrébines ou de l’Empire français dans ses frontières américaines) gouverner n’est pas unifier. Par conséquent, c’est dans la sphère des pratiques (et non dans celle de la théorie politique qui les oppose) que la connexion entre les contraires (ordre et désordre, allégeance et insoumission, « pur » et hybride…) se fait ; c’est donc cette sphère-là que l’analyse pragmatique du lien social en contexte frontalier se doit de prendre pour objet.

  • 14 Au sujet des mécanismes de politisation de sociétés européennes aux XVIe et XVIIe siècles, voir Sc (...)

7Afin d’envisager les phénomènes étudiés dans leur ampleur et pour avoir une perception dynamique des espaces, nous avons défini un terrain d’observation transnational, voire transcontinental. L’objectif principal de la réflexion collective ici menée est précisément l’étude du lien social dans les communautés frontalières à partir du XVIe siècle, dans une aire vaste et hétérogène qui va des frontières européennes aux frontières américaines au cours de la période moderne, avec des ouvertures ponctuelles sur la période contemporaine afin de saisir certains phénomènes sur la longue durée. Dans ce cadre transnational (et transmaritime), les frontières sont abordées comme des fabriques de lien social, des espaces complexes dont les mécanismes sociaux et les phénomènes de politisation14 constituent des objets d’investigation à part entière, mais surtout comme des espaces dont la connectivité n’est pas exclusivement dépendante d’un pôle central figurant, d’une manière ou d’une autre, la domination politique. Ainsi, répondre à la question « qu’est-ce qu’une société de frontière ? » revient à explorer l’ensemble des interrelations qu’une communauté entretient avec ses voisins (qu’ils soient amis ou ennemis), avec les pouvoirs auxquels elle est subordonnée (le pouvoir du Prince, celui des institutions religieuses, des institutions de gouvernement locales…), mais aussi les modes de relations internes produisant du lien social au sein même de la communauté. Que les frontières soient consolidées ou mouvantes, que le voisinage avec les territoires limitrophes soit pacifique ou conflictuel, que les limites qui séparent les territoires soient maritimes ou terrestres, les sociétés aux frontières sont pour nous des objets d’exploration multiformes.

  • 15 Le débat historique méditerranéen a longtemps tourné autour de la question de l’unité méditerranée (...)
  • 16 Horden et Purcell, The Corrupting Sea. L’unité de l’aire méditerranéenne a toutefois été contestée (...)
  • 17 Ce courant affirme l’existence de deux mondes distincts à l’époque moderne — les sociétés européen (...)
  • 18 John H. Elliott considère que les théories braudéliennes de l’unité de l’espace méditerranéen ont (...)

8Notre espace d’observation, de la Méditerranée à l’Atlantique, ne constitue pas une finitude au-delà de laquelle le véritable « ailleurs » s’étendrait. Si nous soulignons, dans le cadre de cette réflexion collective, l’étroitesse du cadre national, nous n’en repoussons pas pour autant les limites vers des horizons plus étendus qui détermineraient le contour d’un espace dont il s’agirait de démontrer l’homogénéité. Appréhender simultanément l’espace méditerranéen et l’espace atlantique est déjà une manière de mettre à distance l’idée, trop longtemps envahissante, « d’essor économique » qui situait l’Atlantique dans la continuité de la Méditerranée, l’une constituant l’éclipse de l’autre, le tout ayant engendré deux historiographies bien distinctes n’ayant que rarement dialogué. Les torts sont partagés. D’une part, Fernand Braudel, dont le point de vue marqua profondément l’histoire de la Méditerranée, définissait celle-ci d’emblée comme une « unité originale » dont il importait d’éclairer les dynamiques intérieures15 (approche encore fortement enracinée dans l’historiographie actuelle16). D’autre part, les approches historiques de l’espace atlantique comme l’Atlantic History contribuèrent fortement à disjoindre ces deux aires17. Or, l’essentialisation de l’espace atlantique, qui constitue le fondement de cette tendance historiographique, aurait eu pour modèle la Méditerranée braudélienne18.

  • 19 Emmer, « In Search of a System ».

9Il nous semble que de telles perceptions de l’espace cessent d’être pertinentes, dès que l’on englobe dans un même terrain d’observation Méditerranée et Atlantique et que l’on prend en compte les pratiques des acteurs. Pieter Emmer conteste l’existence d’un quelconque système atlantique en se basant sur le fait que l’économie atlantique ne concernait pas l’ensemble des habitants de l’Europe à l’époque moderne, pas plus que celui de l’Afrique19. On peut ajouter, pour aller dans le même sens, que les habitants de l’aire méditerranéenne ont, pour certains, participé à l’aventure atlantique et que les navigateurs (Espagnols, Italiens, Hollandais, Anglais…) ont très souvent fréquenté les deux espaces maritimes, indifféremment.

  • 20 Gruzinski, Les quatre parties du monde, chap. VI : « Des ponts sur la mer », pp. 129-156.
  • 21 Dans ce domaine, l’historiographie contemporaine tend à éclairer les similitudes plutôt que les di (...)

10Quoi que l’on en ait dit, ces deux aires maritimes furent interconnectées et les historiens de l’Empire hispanique l’ont montré20. La Monarchie hispanique, c’est-à-dire l’ensemble des territoires sur lesquels règne le roi d’Espagne du XVIe au XVIIIe siècle, s’étend sur une bonne partie de l’Europe occidentale, englobe la plupart des îles de la Méditerranée occidentale, des enclaves sur la côte maghrébine, un immense territoire en Amérique et de très nombreuses terres en Asie (les Philippines, à partir de 1562, et les innombrables territoires et comptoirs portugais à partir de 1580). De ce fait, les frontières des territoires du roi d’Espagne, méditerranéennes et atlantiques, occupent une part importante de notre ce livre, sans que pour autant l’aire d’observation coïncide exactement avec les contours de cet empire. L’aire française, l’Afrique du Nord, l’Italie non-espagnole et Malte, sont également intégrées à notre réflexion afin que la pluralité des situations explorées aboutisse à une mise au point globale sur la question frontalière. En somme, l’Europe, ses frontières et ses annexes constituent notre terrain, car nous ne pensons pas qu’il faille procéder à des distinctions « nationales » a priori21.

11C’est dire l’hétérogénéité ou, mieux, la diversité des espaces frontaliers choisis. Dans le même temps, ce choix, pleinement assumé, est étroitement lié à l’approche de la frontière que nous avons souhaité mettre en œuvre. Il ne s’agit pas ici de regarder les espaces frontaliers comme des objets inscrits dans des réalités géographiques ou politiques précises et, d’une certaine manière, déterminées par elles. Pour nous, la frontière, ou plutôt, « les » frontières sont appréhendées comme autant d’outils d’interrogation au service de l’enquête historique. D’une certaine manière, notre objet de réflexion n’est pas tant la frontière en soi que ses traductions, ses manifestations, ses usages au sein des sociétés frontalières de l’époque moderne. Si le choix présentait sans doute des contraintes, d’aucuns considéreraient même peut-être un risque, celui de l’éclatement, nous pensons qu’il sert d’abord l’objet du projet lui-même en imposant aux contributeurs une sorte de « dé-territorialisation » de la frontière. Il exige de ne pas s’enfermer dans des dimensions matérielles, ou physiques, des espaces frontaliers qui ne constituent pas l’objet de ce livre, pour en considérer les modalités ou les dynamiques de fonctionnement à travers les acteurs sociaux qui occupent ces territoires frontaliers.

12Notre démarche consiste donc, non pas à définir de manière rigide un cadre global commun à l’ensemble des problématiques frontalières traitées, mais de permettre à chacun des auteurs d’activer les liens pertinents avec les configurations globales dans lesquelles s’inscrit sa problématique. Ainsi, les cadres « étatiques » (Espagne, France, Venise, États du pape…), continentaux (Europe, Amérique), coloniaux (Nouvelle-Espagne, Maroc), maritimes (Atlantique, Méditerranée) sont tour à tour convoqués selon les nécessités de chacun, car l’objectif prioritaire est ici de s’interroger sur les dynamiques sociales frontalières. C’est-à-dire, comment s’organise le vivre ensemble dans une société implantée dans un territoire aux confins d’un État ou d’un empire ? De quel type sont les liens qui unissent les acteurs sociaux ? De quelle manière se fait la cohésion sociale ? Quel rôle jouent les pouvoirs « centraux » dans le maintien de celle-ci ? Comment s’organisent les rapports avec les sociétés voisines soumises à une autre souveraineté ? Répondre à ces questions depuis les divers espaces considérés suppose la mise en œuvre d’approches fines, nuancées, des réalités frontalières et de leurs sociétés, mobilisant des observations et des analyses au niveau « micro ». Le propos ici est d’éviter le risque, toujours latent, de la réification de la frontière. Elle enfermerait les sociétés dans une sorte de permanence et d’homogénéité généralisantes qu’accompagnerait une vision simple, voire simplificatrice, de la frontière. Au moment de caractériser l’espace frontalier choisi comme terrain d’observation par les auteurs réunis dans cet ouvrage, ce qui revient comme un leitmotiv dans leurs réflexions et sous leurs plumes ce sont les notions d’immatérialité, de complexité et d’invention de la frontière qui cohabitent avec celles de mobilité, de dépassement ou parfois de transgression à propos des acteurs installés sur les espaces considérés. Au point que, au-delà des nécessaires « définitions » de la frontière, exercice auquel chacun, à sa manière, contribue en énumérant les nombreux et divers aspects qu’il prend en compte, on peut parfois avoir le sentiment d’un processus d’effacement de la frontière.

13Focalisant notre intérêt sur les contextes de guerre ou de tension frontalière, nous nous sommes particulièrement intéressés aux sociétés devant affronter des agressions extérieures ou étant engagées dans des conflits de longue ou de courte durée. Et nous nous sommes demandés dans quelle mesure le voisinage avec un territoire ennemi a un impact sur les rapports intracommunautaires. Les communautés frontalières et les liens unissant les acteurs qui les constituent ont souvent fait l’objet de lieux communs que l’historiographie a rarement questionnés. L’idée, fortement enracinée, de la fragilité des limes demeure prégnante tant elle semble expliquer le lien communautaire ou « l’agir ensemble » en terres de frontière, surtout en situation de guerre ou de menace extérieure. L’idée selon laquelle la proximité d’un ennemi pouvant s’avérer menaçant a un impact sur la cohésion sociale a souvent constitué un postulat implicite. Les mythes fondateurs des identités nationales ou locales considèrent souvent le combat contre « l’ennemi héréditaire » (le plus souvent voisin et ennemi à ses heures) comme à l’origine d’un sentiment commun d’appartenance qui constituerait la base du lien communautaire. Les valeurs telles que la solidarité, l’union des forces, le partage de valeurs et la communauté d’intérêts viennent étayer une conception idéale de ce lien qui tend à masquer les tensions et les failles desdites sociétés. Tenter d’appréhender les dynamiques des limes à travers leurs conflits sociaux, religieux ou institutionnels, nous a semblé un biais efficace pour comprendre et nuancer les particularités de ces sociétés en termes d’exercice du pouvoir, d’appartenances (culturelles, religieuses, « civilisationnelles »), d’insertion et d’ascension sociale (intégration des populations allogènes, parcours professionnels, carrières des honneurs, liens personnels / conflits institutionnels).

  • 22 Guillamón Álvarez et Ruiz Ibáñez (éd.), Lo conflictivo y lo consensual ; Fortea et Gelabert, Ciuda (...)
  • 23 Schaub, Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares
  • 24 Revel, « L’histoire au ras du sol ».

14Ces dernières années, l’historiographie a accordé une attention particulière aux conflits institutionnels22, que la plupart des auteurs n’envisagent plus comme des dysfonctionnements prouvant l’inefficacité des institutions d’Ancien Régime, mais comme une modalité de l’exercice du pouvoir23. Il s’agit ici de valider, de nuancer ou de rejeter l’hypothèse selon laquelle la constitution du lien social passe par les mécanismes du conflit, quelle que soit la position géographique de l’espace considéré. Soumettre les espaces frontaliers à une telle expérience a pour objectif de « dé-spécifier » les frontières, de les débarrasser de topoï dans lesquels elles ont parfois été enfermées, pour en éclairer les caractères originaux, ou en démontrer la banalité. Le prisme privilégié, à savoir le conflit, combiné à une observation le plus souvent « au ras du sol » des réalités sociales, pour reprendre une formule célèbre24, accorde ainsi toute sa place au « politique », au sens large de la notion.

  • 25 Hespanha, Las vísperas del Leviatán.
  • 26 Planas, « Conflits de compétence aux frontières ».
  • 27 Kaiser, « Penser la frontière ». Voir aussi à ce sujet, Denys, Frontière et criminalité.

15Dans le même temps, malgré la place centrale du conflit dans l’approche des sociétés de frontière mise en œuvre ici, nous n’envisageons pas celles-ci comme des exceptions a priori, nous l’avons dit plus haut, c’est-à-dire comme des espaces de non-droit où les capacités coercitives de « l’État » se feraient moins sentir qu’ailleurs. Nous les concevons plutôt comme des lieux où le pouvoir politique, comme partout ailleurs dans les sociétés d’Ancien Régime, est organisé selon une théorie corporative du social. Là comme ailleurs, les institutions ou les corps politiques, dotés de privilèges et de larges compétences juridictionnelles sont de véritables sources de pouvoir25. Les frontières peuvent donc être des espaces saturés de contraintes où le pouvoir politique, plus exactement les diverses institutions qui en sont dotées, exprime sa volonté de contrôle de manière forte et parfois conflictuelle26. Car, comme le montre Wolfgang Kaiser dans une réflexion sur les perspectives d’étude de l’histoire des frontières, « on n’échappe pas aux phénomènes de pouvoir et de domination inhérents à ces sociétés27 ». Pour autant, cela ne signifie pas que la marge de manœuvre des acteurs sociaux est inexistante. Bien au contraire, le caractère diffus du pouvoir, la diversité des statuts juridiques des acteurs, la pluralité des institutions et des corpus juridiques auxquels elles se réfèrent constituent un terrain propice à l’action pour ceux qui savent en déceler les interstices.

DE QUELLE MANIÈRE LA FRONTIÈRE EST-ELLE UN FRONT ?

  • 28 Nordman, Frontières de France et Id., « Des limites d’État aux frontières nationales ».

16Le terme « frontière » est, à l’origine, intimement lié à l’idée de guerre : la frontière est, avant le XVIIIe siècle, un front et non un seuil, un lieu de combats ou bien un lieu où, éventuellement, peuvent se tenir des combats et non pas une démarcation territoriale faisant l’objet d’accords entre deux États28. Ce terme peut se référer à un territoire habité, socialisé, voire urbanisé, l’implantation de populations constituant un atout pour sa défense et son maintien au sein de l’ensemble politique auquel il appartient. Mais quelle place occupe la guerre dans ces sociétés-là ? Dans quelle mesure le fait militaire est-il prégnant ? En somme, le terme frontière, dans son sens initial, rend-il compte de manière complète des réalités sociales frontalières ?

  • 29 Menjot, Les villes frontière et Id., Murcie castillane.

17Dans l’historiographie concernant les territoires hispaniques, la tradition médiéviste des études frontalières a stimulé, à n’en pas douter, la poursuite des travaux au-delà du XVe siècle et a fait des espaces sociaux (en particulier urbains) de véritables objets de recherche29. Mais c’est aussi de ce contexte historiographique qu’est issue l’idée que les structures sociales frontalières sont le plus souvent fragiles ou embryonnaires, et que seule l’avancée de la conquête permet la consolidation des organisations sociales. Il semble pourtant que les frontières modernes les plus semblables à celles de la « Reconquista », en l’occurrence, les présides d’Afrique du Nord ne suivent pas ce modèle-là. Beatriz Alonso Acero montre, dans ses travaux sur Oran, que l’enclavement de ce préside hispanique n’empêcha pas la transformation de la garnison en ville, c’est-à-dire le développement d’institutions politiques non-militaires (conseil de ville, institutions ecclésiastiques…) et l’accroissement démographique de la population civile :

  • 30 Alonso Acero, Orán-Mazalquivir, p. xxvii.

Oran, la grande enclave défensive chrétienne de Berbérie face à la menace ottomane, finit par se répandre au-delà des limites de la garnison militaire pour devenir une ville où se développent simultanément la traditionnelle coexistence entre les trois cultures propre à la période médiévale et les systèmes poliorcétiques, techniques et économiques les plus modernes de la période des Habsbourg30.

  • 31 Matar, Islam in Britain, pp. 6-7 ; Vitkus et Matar, Piracy, Slavery and Redemption.
  • 32 Planas, « Le specchio delle isole ».

18Ainsi, la proximité du front ne fragilise pas nécessairement le développement du tissu social. Par contre, son éloignement ne garantit pas l’étanchéité frontalière. Des territoires relativement éloignés les uns des autres ont pu se trouver « en situation de frontière » en raison de leur engagement dans un conflit commun, ou en raison des modalités guerrières adoptées par les belligérants, telles que la course maritime qui a pour principe la circulation de navires en quête de proies dans une aire souvent très vaste. Dans le cadre des conflits entre chrétiens et musulmans au cours de la période moderne, l’appréhension de captifs lors de razzias ou d’affrontements corsaires n’est pas le fait exclusif des riverains de la Méditerranée ou du Maghreb atlantique ; en dépit de son éloignement géographique, l’Angleterre du XVIIe siècle, est clairement impliquée dans un rapport ambivalent d’hostilité et de proximité avec les puissances musulmanes d’Afrique du Nord, qui n’est pas très différent de celui de la France, voire même de l’Espagne avec leurs voisins musulmans. Razzias (les corsaires de Salé font des eaux et des côtes anglaises un terrain de chasse, tandis que les corsaires anglais agissent de même en eaux maghrébines), prises corsaires, prêches et collectes de fonds dans les temples pour racheter les « prisonners of the Turks or other heathens31 », mais aussi conversions à la religion musulmane font partie de l’expérience britannique de la frontière avec l’Islam. Les voisinages hostiles et leurs conséquences sociales doivent donc être analysés à partir d’une perspective élargie, quelle que soit l’aire étudiée, car les fragilités qu’elles impliquent ou bien qu’on leur prête ne constituent pas des évidences. En Méditerranée, les cloisonnements frontaliers ne sont d’ailleurs pas plus nets. Au XVIIe siècle, l’archipel Baléare n’est pas exclusivement une frontière à partir de laquelle des combats de proximité sont menés contre un voisin ennemi, en l’occurrence les Régences « barbaresques », mais un pôle à partir duquel est organisée une « course au long cours » dont le rayon d’action est variable. L’un de ses principaux centre d’activité est le bassin oriental de la Méditerranée, où les navires européens qui y circulent et les populations grecques qui y demeurent sont, plus que les navires et les populations musulmanes, victimes des attaques des corsaires majorquins32. Ainsi, la mobilité des hommes décloisonne les espaces et modifie les repères, faisant des frontières des réalités fluides, voire multiples, dont la position varie en fonction des intérêts des belligérants (leurs initiatives ne sont pas toujours dictées par l’État, c’est le cas de ces expéditions corsaires), sans que pour autant cela implique des variations territoriales. De ce fait, il ne semble pas nécessaire de définir préalablement le périmètre sur lequel les sociétés frontalières exercent leur emprise pour les appréhender : les pratiques des acteurs, mieux que les « logiques » territoriales, dessinent l’extension des marges.

  • 33 Romano, Les mécanismes de la conquête coloniale.
  • 34 Voir, par exemple, Zavala, Les indiens mapuche du Chili.
  • 35 Giudicelli, « Encasillar la frontera ».

19Les frontières de l’Amérique espagnole présentent encore plus d’incertitudes, ne serait-ce qu’en raison du mécanisme de la conquête elle-même, faite de temps forts et de temps faibles, d’avancées et de replis, de coups d’arrêt et de reprises33. Par définition, la frontière coloniale hispano-américaine est en éternel mouvement et les sociétés de ses espaces frontaliers sont des organisations en perpétuelle reconfiguration34. D’autant que, comme l’ont révélé les travaux de Christophe Giudicelli, les segmentations territoriales et ethniques qui émanent de la documentation coloniale sont des catégories incertaines, provisoires et mouvantes. Les instruments du pouvoir colonial sur lesquels elles se fondent rendent d’abord compte de formes de contrôle ou de domination sur des groupes indigènes. À cette fin, les Espagnols forgent des termes ou des appellations qui se révèlent souvent erronés. Bien plus, ils n’hésitent pas à les étendre à des communautés distinctes dont ils ne perçoivent pas toujours les spécificités35. En outre, la configuration des zones de frontière américaines est variable, non seulement en raison de l’évolution des conquêtes, mais aussi en raison de

  • 36 Zúñiga, « L’histoire impériale à l’heure de “l’histoire globale” ».

circulations différenciées, qui dessinent, selon les périodes, des espaces de forte circulation des hommes par exemple, par opposition à d’autres, sortes de cul-de-sac des mouvements des populations36.

  • 37 Torre, « Les lieux de l’action ».

20Ainsi, des territoires très fréquentés au XVIe siècle, comme le Guatemala, cessent de l’être au XVIIe, devenant ainsi des terres de confins. En nous inspirant des réflexions d’Angelo Torre sur les « lieux de l’action », sans doute peut-on aller jusqu’à dire que la frontière n’existe pas a priori, mais qu’elle naît de la pratique, des expériences transfrontalières des acteurs, ou plutôt des récits ou des textes (juridiques, juridictionnels, administratifs, correspondance avec les autorités) que la pratique des espaces engendre37.

21Au-delà de ces réflexions qui relativisent la place des affrontements extérieurs dans la construction des espaces frontaliers, on ne peut pour autant en écarter totalement la fonction. Que les frontières soient des espaces d’affrontements, rien que de très « naturel » en somme, même si les oppositions en question sont elles-mêmes inégalement intenses et inscrites dans des frontières de nature différente. De fait, et comme l’illustrent les réflexions proposées ici, la dimension conflictuelle ne saurait être conçue comme tournée exclusivement vers l’extérieur. Les conflits auxquels ces textes renvoient sont autant le résultat de rivalités intérieures qu’extérieures, débouchant alors sur la notion de « frontières internes ». Ces antagonismes internes peuvent prendre, comme on le voit dans divers cas abordés, des formes d’expression les plus variées, qu’ils soient sociaux, civils, culturels, religieux ou qu’ils renvoient à des questions d’identification ou de construction mémorielle.

  • 38 Cela est tout particulièrement vrai des universités mexicaines du nord du pays qui ont choisi cett (...)

22Dans le même temps, ces affrontements aux modalités les plus diverses n’empêchent pas les sociétés de frontière d’être aussi, simultanément ou alternativement, des sociétés de la cohabitation et donc de voisinage. La cohabitation en situation conflictuelle est un aspect essentiel sur lequel l’historiographie la plus récente n’a cessé de mettre l’accent, allant jusqu’à donner naissance, tout spécialement dans le cas latino-américain, à un nouveau champ de recherche très dynamique sous le nom d’« estudios fronterizos38 ». La première caractéristique de ces approches réside dans la profondeur spatiale qu’elles accordent aux espaces frontaliers, rompant ainsi définitivement avec la notion quelque peu étroite de « frontière-front ». La profondeur mise en avant rend alors possible l’expression de modalités de fonctionnement des sociétés frontalières fondées sur l’articulation de l’affrontement et le conflit avec les circulations, les échanges et les intégrations.

COMMENT UNE SOCIÉTÉ TIENT AVEC UNE AUTRE

  • 39 Moatti et Kaiser, Gens de passage en Méditerranée ; Burkard, Commerce, voyage et expérience religi (...)
  • 40 Par exemple, pour l’Amérique, Bertrand, Configuraciones y redes de poder ; pour la Méditerranée, H (...)
  • 41 Faire le lien entre mobilité des individus et mutations sociales et / ou politiques est une préocc (...)
  • 42 Denis, Une histoire de l’identité.
  • 43 Voir, par exemple, Périssat, Lima fête ses rois.

23Notre réflexion se nourrit des travaux que les historiens ont élaborés ces dernières années sur la question de la circulation et des modes de contrôle des individus aux frontières dans les mondes anciens. Ceux-ci ont tout autant contribué à chasser l’image de l’immobilisme des sociétés du passé, qu’à créer un terrain de réflexion favorable à l’exploration des frontières, comme lieu de vie ou lieu d’expérience. Ces études ont généralement éclairé les configurations réticulaires et, par conséquent, connectives des sociétés d’accueil ou de passage39. Elles sont, nous semble-t-il, à rapprocher des travaux interrogeant l’impact des migrations ou des réseaux relationnels sur les sociétés d’accueil40. Car les réseaux personnels ou communautaires, tout autant que les exodes, les flux migratoires et la circulation de personnel administratif sont des vecteurs de diffusion de modèles religieux, de représentations culturelles, de pratiques ou d’idéologies politiques et d’usages sociaux qui imprègnent de manière ponctuelle ou durable les sociétés41. Si ces phénomènes peuvent être tout aussi bien repérés dans les confins des États que dans d’autres lieux de leur géographie42, il nous semble que les sociétés de frontière constituent des observatoires de choix, parce que leurs territoires sont, par excellence, des voies de passage pour des groupes ou des individus en situation d’itinérance ainsi que le point de départ de circulations transfrontalières de proximité. Cette itinérance n’est pas exclusivement le fait de populations instables ou étrangères, et l’on aurait tort de penser que les mouvements de population pouvant avoir un impact sur le social se font seulement de l’extérieur vers l’intérieur. La circulation des modèles politiques, la cohésion politique au sein d’entités nationales ou impériales, l’intégration d’unités territoriales (régions, royaumes, principautés, États tributaires…) à un ensemble étatique ou impérial passent nécessairement par la circulation de personnel administratif ou politique, ainsi que par la mise en place de rituels communs à l’ensemble des territoires gouvernés par un même Prince43. Dans ce sens, les mécanismes politiques et sociaux des communautés ou des organisations sociales frontalières sont d’excellents révélateurs des formes d’intégration politique des confins.

24Cette nouvelle manière d’aborder les sociétés frontalières se retrouve largement représentée dans les textes regroupés dans ce volume. Les flux migratoires et les différentes formes de circulation que nous avons évoqués dessinent de véritables territoires de l’expérience frontalière dont la cohérence est déterminée par la pratique, et non par une définition préalable de l’espace ou par l’énonciation de caractéristiques objectivables a priori. La manière dont les individus ou les communautés conçoivent, intègrent ou repoussent les différentes formes de mobilité, ainsi que les idées religieuses, politiques et culturelles que les migrants véhiculent sont des objets d’étude qui dépassent largement les limites des frontières.

  • 44 Planas, « La frontière franchissable ».
  • 45 Vivre avec l’ennemi (Siècles. Cahiers du Centre d’histoire « Espaces et cultures »).

25De ce fait, notre hypothèse est que ce qui fait qu’une société tient ensemble a nécessairement à voir avec la manière dont une société « tient » avec une autre, même lorsque d’interminables conflits les opposent. Au quotidien, la porosité d’une frontière se mesure, le plus souvent, à l’ampleur des complicités et du patrimoine relationnel de ceux qui la franchissent44. Or celui-ci n’a pas d’existence préalable à l’expérience des acteurs. Leur circulation d’un bord à l’autre de la frontière et les contacts qu’ils établissent au hasard de leurs parcours et au sein même de leur société d’origine favorisent la continuité transfrontalière, déjouant, lorsque cela est nécessaire, les entraves à la circulation. Ce qui fait que des sociétés ou des communautés distinctes sont en connexion n’est pas exclusivement dû à des décisions politiques venues « d’en haut », mais résulte de la mise en place, par les acteurs frontaliers des différents bords, de liens personnels, de modalités d’échange, de formes de communication (qu’elles soient ou non issues de quiproquos) qui constituent un véritable tissu social transfrontalier et révèlent, en situation d’hostilité, la nécessité de vivre avec l’ennemi45.

LA QUESTION DES APPARTENANCES

26Qui détermine les appartenances ? De quelle manière les systèmes coercitifs dessinent-ils les profils identitaires ? Comment s’articulent les représentations et les pratiques ? Ce sont là des questions qui ne sont pas spécifiques à la frontière, mais dont l’éclaircissement est essentiel pour cerner la nature des diverses formes de fluidité dans les sociétés des marges.

  • 46 Morieux, Une mer pour deux royaumes, pp. 349-351.
  • 47 Herzog, Defining Nations.
  • 48 García-Arenal et Wiegers, Entre el Islam y Occidente.
  • 49 Herrero Sánchez, « La política de embargos ».

27Comme le montre Renaud Morieux pour La Manche, le caractère volontairement déterministe des représentations « culturelles » des voisins frontaliers, qui constitue la base des discours xénophobes et des rivalités frontalières, contraste avec l’imprécision avec laquelle les acteurs procèdent à leur propre identification : ceux-ci entretiennent le « flou sur leurs appartenances nationales » pour circuler sans encombre d’un bord à l’autre de la frontière46. Car les systèmes coercitifs ou les discours d’exclusion, en raison de l’étroitesse des catégories auxquelles ils font appel, dessinent le plus souvent des profils qui collent mal aux réalités sociales, politiques et culturelles. Mais en est-il toujours ainsi ? L’appartenance des uns et des autres est-elle toujours définie de manière fixe et homogène ? À y regarder de près, la pluralité des systèmes d’identification en œuvre, dans les sociétés d’Ancien Régime, introduit elle-même le flou, ou plutôt une marge de variation dont nous ne sommes pas coutumiers. Résider dans un territoire, s’y marier et y posséder des biens constituent des conditions suffisantes pour être tenu pour membre de la communauté des « naturels » dans l’Espagne moderne, sans même que des preuves en soient requises47. Par ailleurs, exprimer sa fidélité au souverain en le servant lorsque l’occasion s’en présente, tout en cherchant à bénéficier de sa protection et de sa grâce, constitue en soi le lien de vassalité et d’appartenance à la communauté des vassaux. Ainsi, l’expression de l’appartenance sociopolitique participe de deux systèmes différents (la naturalité est un statut juridictionnel, la vassalité un lien personnel irrévocable), ce qui tend à faire du caractère pluriel des modes d’identification une banalité plutôt qu’une exception. Ceci explique sans doute que la pluralité des « identités », dont les passeurs de frontières font usage, ne relève pas nécessairement de l’imposture, mais de la pluralité des systèmes d’identification opératifs, qu’il s’agisse ou non d’espaces transfrontaliers48. Ainsi, avant la paix de Münster (1648) entre l’Espagne et les Provinces-Unies, les Hollandais qui pratiquaient le commerce dans les ports espagnols, défiant les interdictions et l’embargo mis en place par les autorités hispaniques49, se faisaient passer pour de loyaux sujets flamands du roi d’Espagne, ce qu’ils n’étaient plus du tout depuis l’Union d’Utrecht (1579). Leur identité linguistique commune avec les néerlandophones des Pays-Bas espagnols, ainsi que la consonance semblable de leurs noms donnait, aux faux papiers dont ils étaient munis, un caractère authentique. Du moins, au premier contact, les autorités qui surveillaient jalousement les rivages de la péninsule Ibérique et de ses îles adjacentes pour que les rebelles (« hérétiques » de surcroît) n’y débarquent pas, distinguaient mal le fidèle catholique du rebelle « luthérien ».

  • 50 Planas, « Identités de passage en Méditerranée ».
  • 51 Au sujet de cette notion, développée dans le domaine de la culture politique, voir Dakhlia, Islami (...)

28Les enchevêtrements identitaires étaient parfois le fait d’une réalité aux contours moins précis que les représentations qui s’y référaient, mais ils pouvaient aussi être dus à des stratégies parfaitement préméditées. Dans le domaine de l’activité corsaire, par exemple, le brouillage des marqueurs d’appartenance ne se limitait pas à la simple exhibition de signes d’ordre linguistique ou administratif (bannières, passeports, sauf-conduits). Les sources évoquent également la pratique du travestissement : endosser les vêtements qui, a priori, identifient l’Autre revient à réduire à l’extrême les signes de l’altérité. Toutefois, l’altérité n’est jamais absolue. En l’occurrence, en Méditerranée (sans doute aussi en Atlantique), l’ensemble des pratiques de dissimulation maritimes constituait, en soi, une culture partagée entre méridionaux et septentrionaux, mais aussi entre chrétiens et musulmans, car elles n’étaient propres ni aux uns ni aux autres50. En raison de la circulation et du brassage de populations qu’impliquaient le commerce et les guerres sur la longue durée (de la période médiévale à la période contemporaine), la Méditerranée a été le lieu de pratiques communes aux chrétiens et aux musulmans, lesquelles n’étaient pas nécessairement des emprunts réciproques, mais sans doute le produit d’une « communauté de culture »51.

  • 52 White, Le middle ground.
  • 53 Ibid., pp. 24-25. Cette analyse novatrice a toutefois suscité des critiques formulées par Gilles H (...)
  • 54 En Méditerranée, par exemple, le système bilatéral d’échange et de rachat de captifs. Kaiser (éd.) (...)
  • 55 Dakhlia, « Ligne de fuite. Impostures et reconstructions identitaires ».

29Le mélange ou l’enchevêtrement de codes et de pratiques dont l’origine est identifiable peut aussi finir par constituer le substrat culturel d’un lieu entre deux mondes. Pour échapper aux connotations dichotomiques dont le terme frontier est chargé dans l’historiographie américaine depuis la fin du XIXe siècle, Richard White inventa, il y a déjà vingt ans, un concept auquel les historiens américains, mais aussi européens, s’intéressent encore de nos jours, celui de middle ground52. À la fois espace et processus, le middle ground est un lieu d’enchevêtrements culturels. L’enquête menée par White, qui a pour terrain la région des Grands Lacs, nommée par les Français présents dans la zone « le Pays d’En Haut », montre comment les Européens et les Indiens, après s’être « réciproquement considérés comme étrangers », construisirent un monde « commun ». L’originalité de l’analyse consiste à montrer que les formes d’accommodement identifiées ne traduisent pas un processus d’acculturation, mais sont l’aboutissement d’un « mécanisme de méprises » qui, paradoxalement, engendre des valeurs et des pratiques partagées53. Même si le modèle n’est pas systématiquement transposable à toute situation frontalière, il est certain que les terrains d’enquête à cheval sur les frontières permettent de mettre en lumière des économies transversales54, mais aussi des pratiques communes de dissimulation55 et de multiples formes de négociation identitaire qui tendent à brouiller les limites, en termes d’appartenances.

  • 56 Sur l’importance de cette notion dans la dynamique des processus frontaliers et sur son rôle dans (...)
  • 57 Fontaine, « Présentations de soi ».

30Dans l’étude des constructions sociales et identitaires frontalières, la notion d’« ethnogénèse »56 tend aujourd’hui à supplanter celle, longtemps prépondérante, d’acculturation. Bien mieux et bien plus que cette dernière, elle souligne l’importance d’échanges multidirectionnels qui concernent et impliquent toutes les composantes sociales de ces sociétés de frontière. In fine, cette nouvelle approche ouvre la porte à l’utilisation d’une autre catégorie, certes peu présente ici en tant que telle, mais jamais très loin des réflexions menées, à savoir celle de « métissage ». Pour autant, faut-il aller jusqu’à énoncer l’idée que la spécificité des sociétés de frontière réside précisément dans leur capacité à diluer l’altérité ? Les sources rendent compte d’ambivalences et d’hybridations parfois dissymétriques plutôt que de fusions culturelles homogènes. Ces brassages permanents débouchent alors sur la construction de sentiments d’appartenance délibérément complexes car pluriels, non pas hérités, mais fondés sur le choix et l’adhésion volontaires à certaines formes d’identification, mais aussi sur des processus inconscients plus difficiles à déceler. Laurence Fontaine affirme que la force et la spécificité de ces appartenances frontalières résident dans leur revendication par les individus ou les groupes concernés, dans leur intériorisation et, à terme, dans leur appropriation57. En parallèle, les enchevêtrements et les métissages que les frontières engendrent vont de pair avec la construction de la mémoire des sociétés et des groupes sociaux, qu’il s’agisse de leurs « origines » ou de leur « auto-représentation ». Mais les processus de mythification d’un passé auquel certains acteurs cherchent, par tous les moyens, à se raccrocher ont le plus souvent pour finalité, la négation du métissage, et la mise en discours d’une « pureté » originelle et exclusive. Se distinguer du voisin frontalier et se distinguer hiérarchiquement ou culturellement des autres membres de la société à laquelle on appartient fait appel, de manière identique, à des processus mémoriels. Or, les « exclus » ou ceux à qui on nie le droit de faire totalement partie de la société englobante élaborent à leur tour des interprétations de leur passé compatibles avec celles qui leur sont imposées, tentant ainsi de contourner les exclusions dont ils sont victimes. Tel est le cas des élites indigènes de l’Amérique espagnole, et il en va de même, comme le montrent ici Fernando Rodríguez Mediano et Mercedes García-Arenal, pour les morisques de la péninsule Ibérique.

  • 58 Bourdieu, Le sens pratique.

31À ce titre, les espaces frontaliers sont, plus que d’autres sans doute, mais sans être pour autant les seuls, des lieux privilégiés d’observation et d’analyse des processus d’adhésion et d’appartenances multiples, mais aussi d’exclusion, quelles qu’en soient les formes. Le recours à des variables permettant d’approcher cette question des appartenances sur la seule base de constructions sociologiques, démographiques voire même juridiques ne saurait nous satisfaire pleinement. Il y manquerait, à nos yeux, la prise en compte des choix — tout spécialement relationnels mais pas exclusivement — que les individus mettent en œuvre, dans l’optique de concrétiser et de manifester leur(s) sentiment(s) d’appartenance(s). En d’autres termes, c’est la manière dont les acteurs frontaliers sélectionnent, combinent et/ou mobilisent, pour leur propre usage ou au service d’autres individus du même groupe, un faisceau de traits sur lequel se fondent ces sentiments qui fait sens. Une telle démarche permet à l’historien d’approcher ces processus de construction de manière beaucoup plus dense car fondée sur la prise en compte de la capacité des acteurs sociaux à les utiliser, sans que pour autant ceux-ci cherchent nécessairement à maximiser leur intérêt. Elle constitue un outil performant susceptible de lier étroitement ensemble l’individuel et le collectif car elle envisage l’individu dans ses actions sans se priver d’en avoir une approche dynamique. Mais il arrive aussi que les sources révèlent, à l’état indiciaire, des modes d’action dus à des dispositions inconscientes ou non préméditées58, lesquelles sont à l’origine de formes d’identification hybrides et parfois paradoxales. À ce titre, il n’appartient pas à l’historien d’opérer un choix entre diverses formes d’expression, fussent-elles plurielles, rendant compte de manière parfois indirecte de l’appartenance des acteurs considérés. Sa mission réside plutôt dans la mise en lumière des éventuels paradoxes, voire contradictions, afin de les analyser en situation, car leur résolution ne peut se passer de la prise en compte du contexte d’énonciation.

32Ces approches des appartenances se révèlent d’autant plus pertinentes que l’on se situe précisément dans des espaces frontaliers aux modes de fonctionnement non pas spécifiques mais aux potentialités bien plus nombreuses. Ici comme ailleurs, les appartenances se construisent « face à » ou « contre ». Elles constituent un véritable jeu mutuel des identifications réciproques où les regards des « Autres » deviennent des « miroirs de l’altérité » sur la base desquels se construit l’appartenance choisie. Toutefois, à la différence d’ailleurs, ces dynamiques se développent simultanément sur deux scènes : à l’intérieur même de la sphère sociale frontalière et de l’intérieur vers l’au-delà frontalier. Que ces miroirs soient très largement déformants, il n’y a que peu de doute là-dessus. Ils n’en permettent pas moins de décrypter des identités, vécues ou revendiquées, construites sur des regards croisés. Ils montrent que l’on se situe clairement dans des luttes de représentations de Soi, des Autres ou du Monde. En assignant à l’Autre une « identité » que l’on veut le plus souvent, en tout ou en partie, dévalorisante, on exprime sa propre volonté de construire sa propre appartenance, quitte à en marquer les « frontières » qui rejettent à l’extérieur de ces limites ceux qui pourraient avoir prétention à s’y inclure.

33Nous avons choisi de mener l’enquête dans cinq directions qui structurent le présent ouvrage : la question des appartenances, les mécanismes des conflits, les lieux de la guerre, la transformation des espaces sociaux frontaliers et la question des perceptions et des représentations. Quant à la dernière partie, constituant une ouverture sur les mondes contemporains, elle a pour vocation de prolonger la réflexion dans le temps.

  • 59 Gruzinski, La pensée métisse. Dans le prolongement de cette approche du métissage, voir aussi Id. (...)

34La première partie de l’ouvrage propose une réflexion sur les modalités de construction des appartenances à travers des exemples choisis dans des espaces de cohabitation en zone de frontière. Tel est bien le cas de la multiculturelle Grenade au moment même où a lieu le vaste processus de confessionnalisation et d’unification doctrinale que connaît la Péninsule sous l’égide des Habsbourg. Il en va de même avec les deux autres textes qui renvoient aux espaces coloniaux ibériques, par définition territoires de cohabitation et de confrontation, débouchant inévitablement sur des processus de métissage, au sens le plus large du terme59. C’est ce que montre l’étude de l’usage de la jurema chez les indigènes du Brésil. Par-delà le rôle des missions catholiques dans l’Amérique portugaise coloniale comme institutions de frontière, c’est surtout leur fonction d’espaces de communication et de circulation de pratiques entre des univers culturels et religieux différents : d’une part ceux des indigènes et des Européens et, d’autre part, ceux de tribus autochtones originellement distinctes que les contingences de la conquête européenne rassemble dans un même espace. Il en va de même avec l’étude d’un texte littéraire « classique » qui n’est autre que le récit d’une captivité de six mois, rédigé par un soldat espagnol prisonnier des Indiens mapuches, au début du XVIIe siècle. Dans une société coloniale chilienne construite à l’orée de la frontière du Bio-Bio, ce récit, jamais très éloigné de la traditionnelle et assez conventionnelle « relación de méritos », permet une redéfinition de la notion de naturalité qui dépasse les oppositions traditionnelles définissant l’appartenance (Espagnols / Indiens et Espagnols créoles / Espagnols métropolitains) en mettant en lumière une triple forme d’identification fondée sur le rapport au territoire : la terre des Indiens, la terre des Espagnols du Chili et la lointaine Espagne. La deuxième partie aborde la question du conflit dans un contexte frontalier. Les quatre contributions réunies réfléchissent aux mécanismes à l’œuvre dans deux types de situations conflictuelles : ceux agissant dans les affrontements externes et, pour tout dire, relevant de contextes fondamentalement militaires et ceux qui sont le produit de rivalités internes aux espaces sociaux considérés. Dans les deux cas, ce sont les comportements des acteurs sociaux, confrontés à des situations de crise, qui constituent le matériau de chacune de ces études, et les auteurs s’interrogent sur l’impact des tensions qui sont à l’origine de telles situations (affrontements intérieurs ou extérieurs) sur la cohésion sociale. La troisième partie approfondit cette question du conflit en l’abordant à travers celle des lieux et des territoires d’affrontements. Les quatre contributions ici regroupées sont autant de réflexions appliquées à l’étude des frontières de la Monarchie hispanique de l’époque moderne. Des frontières du royaume de Naples et de Sicile à celles du Seno Mexicano, en Nouvelle-Espagne, en passant par la double frontière qui, à l’époque moderne, délimitait les territoires des Habsbourg de Madrid et ceux des Bourbons de France — frontière pyrénéenne et frontière flamande —, c’est bien l’histoire de la dimension sociale et politique de frontières constituant de véritables enjeux territoriaux qui est ici abordée. Dans le cas des Pyrénées navarraises, il s’agit de comprendre comment des conflits locaux peuvent, dans un contexte international nouveau, changer de nature et être différemment interprétés. Dans le cas de la frontière entre les Pays-Bas et le royaume de France, le premier territoire ayant eu, dans la durée, une fonction géopolitique essentielle entre les monarchies française et espagnole, ce sont les comportements et les prises de position des populations frontalières, vivant sur le « champ de Mars », qui sont analysés. Pour terminer, à travers la question de la définition de la conquête, à l’occasion de celle du Seno Mexicano, c’est finalement une réflexion sur les modes d’intégration des territoires de frontière dans la Monarchie hispanique, ainsi que les divergences que cette question suscite, au sein des instances politiques et militaires, qui sont abordées. La quatrième partie, quant à elle, réfléchit aux transformations des espaces sociaux frontaliers. De la Méditerranée aux Flandres, ce sont les capacités d’initiative des acteurs qui semblent bien occuper le rôle central dans les processus de construction et de transformation de ces espaces sociaux, bien plus en tout cas que l’État et son appareil administrativo-juridique, réduit le plus souvent à courir derrière des pratiques qu’il s’efforce, vaille que vaille, de réglementer. La cinquième partie de l’ouvrage quitte le terrain des pratiques sociales ou celui des jeux politico-militaires pour aborder celui des représentations. Les trois contributions qui la composent présentent autant de manières de voir ou, mieux, d’imaginer la frontière, qu’il s’agisse des récits de rachats de captifs du XVIe siècle, de la recherche de trésors dans des territoires anciennement conquis aux Infidèles, du discours d’un homme des Lumières du « nord » de l’Europe sur la frontière méridionale, autrement dit exotique, de cette même Europe. Dans tous ces cas, parler des Autres, c’est d’abord parler de soi, mais c’est aussi tracer des limites — comme autant de protections ou de garanties d’un « Nous » dont l’histoire des régions de frontière enseigne qu’il n’est jamais autant lui-même que contre ces Autres —, créer des catégories, assigner des identités, établir les fondements de l’altérité, mais aussi créer des connexions, attribuer une place ou une fonction, dans la sphère des représentations, à ceux que l’on combat où que l’on rejette : le plus souvent, celle de contrepoints, mais aussi parfois celle de vecteurs ou de médiateurs, comme le montre M. Oliver Moragues. Le musulman « autochtone » (celui dont il ne reste plus, aux XVIe et XVIIe siècles, que des traces archéologiques ou narratives dans l’archipel Baléare) et le musulman ennemi (celui que l’on combat, que l’on réduit en captivité ou qui réduit en captivité) sont les garants de la connexion entre la matérialité des espaces souterrains, où seraient enfouis les trésors des vaincus, et la spiritualité de la rédemption, celle des corps (la rédemption des captifs en terre d’islam), mais aussi celle des âmes. Cette frontière à la verticale imprègne, à sa façon, les réalités sociales.

35Enfin, la dernière partie de l’ouvrage a pour finalité de montrer que la question de l’identification, qu’elle ait pour finalité l’exclusion ou la reconfiguration volontaire des groupes sociaux, demeure un facteur clé pour la compréhension, non seulement des sociétés de frontière, mais de manière globale des fluidités sociales.

36Le Departament de Història Moderna de la Universitat de València, ainsi que la Red Columnaria (Universidad de Murcia), le laboratoire FRAMESPA (UMR CNRS - Université Toulouse-Le Mirail) et le CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand) ont apporté leur soutien, scientifique et financier, à l’organisation de la rencontre qui a été le point de départ de la réflexion ayant abouti à l’élaboration de cet ouvrage collectif. Aux uns et aux autres, nous sommes reconnaissants de la confiance qu’ils nous ont accordée. Nous remercions aussi la Casa de Velázquez d’accueillir ce livre parmi ses publications.

37Nous tenons également à exprimer notre sincère gratitude à Jean-Claude Caron, Anne Dubet, Jérémie Foa, Thomas Glesener, Claire Jude de Larivière, Juan Francisco Pardo et José Javier Ruiz Ibáñez qui, par leurs conseils avisés et le travail de relecture qu’ils ont effectué, ont contribué à la réalisation de cet ouvrage.

Notes

1 Les travaux fondateurs de Lucien Febvre, puis ceux de Peter Sahlins et de Daniel Nordman envisagent l’étude de la frontière à partir de l’histoire de l’État. Febvre, Pour une histoire à part entière, pp. 11-24 (« La frontière : le mot et la notion ») ; Nordman, Frontières de France, et Sahlins, Frontières et identités nationales.

2 « Pour étudier la colonisation de l’Amérique, il faut d’abord rechercher comment le mode de vie européen a pénétré en terre américaine et comment l’Amérique l’a modifié ensuite en le développant et en influençant l’Europe à son tour » (Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis, p. 3).

3 Une histoire à l’échelle globale (Annales. Histoire, Sciences sociales) ; Histoire globale, histoires connectées (Revue d’histoire moderne et contemporaine) et Écrire l’histoire du monde (Le Débat).

4 Tarrius, « Frontières nationales et frontières des réseaux dans “l’espace Schengen” ».

5 Pécout, Penser les frontières de l’Europe.

6 Proche-Orient : foyers, frontières et fractures (Vingtième siècle. Revue d’histoire), p. 3.

7 L’idée de « paradoxe » frontalier est formulée par Lucien Febvre (Febvre, Pour une histoire à part entière, pp. 11-24).

8 Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières ».

9 Havard, Empire et métissages, pp. 42-44.

10 C’est par exemple le cas de Richard White dans son ouvrage intitulé Le middle ground. Indiens, empires et républiques dans la région des Grands Lacs, 1650-1815, dont il sera question plus loin.

11 Havard, Empire et métissages, p. 16.

12 Dakhlia, Le divan des rois, pp. 296.

13 David J. Weber montre que la politique éclairée que les Bourbons tentent de mettre en œuvre pour réformer les frontières américaines de l’empire hispanique se heurte aux réalités locales (Weber, Bárbaros. Spaniards and their Savages).

14 Au sujet des mécanismes de politisation de sociétés européennes aux XVIe et XVIIe siècles, voir Schaub, « Le sentiment national ».

15 Le débat historique méditerranéen a longtemps tourné autour de la question de l’unité méditerranéenne, que F. Braudel affirme dès le premier chapitre de son ouvrage sur La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, et de celle de la Méditerranée braudélienne comme modèle analytique applicable à d’autres aires. Par exemple, pour l’océan Indien dans son ensemble, Chaudhuri, Trade and Civilization et pour l’Asie du Sud-Est, Lombard, Le carrefour javanais. Plus récemment, pour la Chine, Bin Wong, China Transformed. Pour une synthèse sur le modèle méditerranéen appliqué à l’étude de contextes asiatiques, Aymard, « De la Méditerranée à l’Asie ».

16 Horden et Purcell, The Corrupting Sea. L’unité de l’aire méditerranéenne a toutefois été contestée, dans le domaine de l’histoire, par Hess, The Forgotten Frontier et, dans celui de la géographie, par Kayser, Méditerranée. Une géographie de la fracture.

17 Ce courant affirme l’existence de deux mondes distincts à l’époque moderne — les sociétés européennes ayant été exposées aux mutations de l’aire atlantique et les zones du vieux continent éloignées de l’océan —, voire d’une « civilisation atlantique ». Une synthèse du développement de ce courant historiographique a été réalisée par Bailyn, Atlantic History. Au sujet de la réception de l’Atlantic History en Europe, Marzagalli, « L’histoire atlantique en Europe ».

18 John H. Elliott considère que les théories braudéliennes de l’unité de l’espace méditerranéen ont eu une influence décisive sur le développement de l’Atlantic History (Elliott, « Afterword. Atlantic History »).

19 Emmer, « In Search of a System ».

20 Gruzinski, Les quatre parties du monde, chap. VI : « Des ponts sur la mer », pp. 129-156.

21 Dans ce domaine, l’historiographie contemporaine tend à éclairer les similitudes plutôt que les distinctions, la circulation de modèles plutôt que les spécificités « nationales ». Jorge Cañizares-Esguerra montre, par exemple, que la distinction ontologique que l’historiographie nord-américaine a établi entre conquête britannique (puritaine) et conquête espagnole (catholique) de l’Amérique est sans fondement, puisque, selon lui, les Britanniques et les Ibériques mobilisèrent un substrat culturel commun dans leurs entreprises de conquête (Cañizares-Esguerra, Puritan Conquistadors Iberianizing the Atlantic).

22 Guillamón Álvarez et Ruiz Ibáñez (éd.), Lo conflictivo y lo consensual ; Fortea et Gelabert, Ciudades en conflicto.

23 Schaub, Le Portugal au temps du comte-duc d’Olivares

24 Revel, « L’histoire au ras du sol ».

25 Hespanha, Las vísperas del Leviatán.

26 Planas, « Conflits de compétence aux frontières ».

27 Kaiser, « Penser la frontière ». Voir aussi à ce sujet, Denys, Frontière et criminalité.

28 Nordman, Frontières de France et Id., « Des limites d’État aux frontières nationales ».

29 Menjot, Les villes frontière et Id., Murcie castillane.

30 Alonso Acero, Orán-Mazalquivir, p. xxvii.

31 Matar, Islam in Britain, pp. 6-7 ; Vitkus et Matar, Piracy, Slavery and Redemption.

32 Planas, « Le specchio delle isole ».

33 Romano, Les mécanismes de la conquête coloniale.

34 Voir, par exemple, Zavala, Les indiens mapuche du Chili.

35 Giudicelli, « Encasillar la frontera ».

36 Zúñiga, « L’histoire impériale à l’heure de “l’histoire globale” ».

37 Torre, « Les lieux de l’action ».

38 Cela est tout particulièrement vrai des universités mexicaines du nord du pays qui ont choisi cette orientation de recherche d’une actualité brûlante pour cette région frontalière. Tel est le cas de l’université de Baja California qui publie la Revista de Estudios Fronterizos. Pour un bilan historiographique de la question concernant l’histoire mexicaine contemporaine, voir Bustamante et Malagamba, México - Estados Unidos.

39 Moatti et Kaiser, Gens de passage en Méditerranée ; Burkard, Commerce, voyage et expérience religieuse.

40 Par exemple, pour l’Amérique, Bertrand, Configuraciones y redes de poder ; pour la Méditerranée, Heyberger, Hommes de l’entre-deux.

41 Faire le lien entre mobilité des individus et mutations sociales et / ou politiques est une préoccupation largement partagée par les historiens qui s’intéressent à la circulation des modèles culturels et politiques, même s’il s’agit pour certains de montrer que l’impact exogène n’est pas toujours prégnant. Voir, par exemple, Dubet et Ruiz Ibáñez, La circulación de los modelos políticos. Dubet, Jean Orry et la réforme du gouvernement de l’Espagne.

42 Denis, Une histoire de l’identité.

43 Voir, par exemple, Périssat, Lima fête ses rois.

44 Planas, « La frontière franchissable ».

45 Vivre avec l’ennemi (Siècles. Cahiers du Centre d’histoire « Espaces et cultures »).

46 Morieux, Une mer pour deux royaumes, pp. 349-351.

47 Herzog, Defining Nations.

48 García-Arenal et Wiegers, Entre el Islam y Occidente.

49 Herrero Sánchez, « La política de embargos ».

50 Planas, « Identités de passage en Méditerranée ».

51 Au sujet de cette notion, développée dans le domaine de la culture politique, voir Dakhlia, Islamicités, pp. 62-63.

52 White, Le middle ground.

53 Ibid., pp. 24-25. Cette analyse novatrice a toutefois suscité des critiques formulées par Gilles Havard dans son ouvrage Empire et métissages, pp. 15-16 et 44-45. Cet auteur considère que White, en focalisant son attention sur l’équilibre franco-indien, occulte le processus de conquête.

54 En Méditerranée, par exemple, le système bilatéral d’échange et de rachat de captifs. Kaiser (éd.), Le commerce des captifs.

55 Dakhlia, « Ligne de fuite. Impostures et reconstructions identitaires ».

56 Sur l’importance de cette notion dans la dynamique des processus frontaliers et sur son rôle dans les constructions sociales et identitaires, notamment dans le cadre colonial hispano-américain, voir Boccara, Guerre et ethnogenèse mapuche.

57 Fontaine, « Présentations de soi ».

58 Bourdieu, Le sens pratique.

59 Gruzinski, La pensée métisse. Dans le prolongement de cette approche du métissage, voir aussi Id. (éd.), Planète métisse.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540