Version classiqueVersion mobile

De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale

 | 
Sergio Dalla Bernardina

Célébrer/déjouer la proximité

Le caméléon : un intouchable devenu NAC

Michèle Cros

Résumé

Les enfants du pays lobi burkinabè entretiennent avec les caméléons une prudente relation d’évitement. Ils prennent garde à ne pas les toucher. Le caméléon n’est pas un nouvel animal de compagnie (NAC) pour ces enfants alors qu’il l’est en Occident ou qu’il semble l’être à la lecture de quelques livres sur les NAC et de nombre de témoignages sur des sites internet pour herpétologistes amateurs. L’enfant de l’ethnologue tente de prendre un caméléon en tant que NAC au Burkina Faso, il le fait monter sur l’un de ses bras sous les regards effarés de ses compagnons de jeux avant de vouloir l’héberger. Deux univers ontologiques se retrouvent en situation de contacts face à cet animal dit magicien, maître en métamorphoses et détenteur d’une « vie inouïe ».

Texte intégral

1En Afrique de l’Ouest, en pays lobi burkinabè, les enfants ne sont guère tendres envers les tortues d’eau, margouillats, rats voleurs et araignées dodues. Tout ce qui peut être chassé puis mangé ne tarde pas à l’être. Les petits organisent entre eux un brasier et, assis en tailleur autour de ce qui devient un joli feu d’allégresse, ils font rôtir leurs proies minuscules qu’ils dégustent avec délectation. Comment imaginer que les caméléons non seulement n’entrent pas dans leur registre du comestible, mais qu’en outre ils ne peuvent être touchés… Lorsque ces enfants voient un caméléon, ils le laissent aller et venir, en prenant garde à ne pas perturber ses lentes pérégrinations. Une prudente relation d’évitement s’impose avec cet intouchable. Le caméléon ne saurait, dans un tel univers culturel, se métamorphoser en nouvel animal de compagnie (NAC). Le constat tombe sous le sens. Il sera pourtant ici interrogé à la suite de la pratique d’un travail ethnographique singulier et de longue durée mené en famille au Burkina Faso, complété par une incursion dans l’univers occidental des herpétologistes amateurs qui témoignent, notamment sur Internet, de leur passion pour les caméléons d’Afrique.

Première vision paraethnographique

2La scène inaugurale se passe en juillet 2005, en pleine saison des pluies. Je reviens en pays lobi accompagnée pour la première fois de mon petit garçon alors âgé de 7 ans. Il porte un nom lobi. On l’appelle Toulou. J’apprends qu’on a réussi, enfin, à forer un puits à deux cents mètres environ de la maison où nous sommes hébergés. C’est une ONG qui a eu raison de cette roche jusque-là rétive à tous les essais en la matière. Nous partons aussitôt à la découverte du puits salvateur, de la pompe tant rêvée. La vie change entièrement avec de l’eau presque potable à libre disposition. Toulou suit le petit groupe de garçonnets qu’il ne va pas tarder à ne plus quitter de tout le séjour. Et c’est alors qu’en scrutant de manière machinale le chemin, afin de prendre garde aux divers serpents qui sont très présents dans cette zone de savane arborée, je remarque un animal bizarroïde d’un vert pomme soutenu, tel celui d’un marqueur fluo Stabilo. Je m’arrête. Un enfant prend une brindille et titille ce que je découvre être un caméléon. C’est la première fois que j’en vois un en pays lobi. Toulou ne tarde pas à s’approcher. Quelques cris admiratifs, la joie le submerge et, comme il en a l’habitude avec les petits lézards verts d’Auvergne, il veut le toucher. Il ne saurait en être question. J’ignore tout des caméléons, mais les enfants présents, guères plus âgés que le mien sont intraitables. On ne touche pas un caméléon !

3Quelle surprise, ce sont pourtant ces mêmes garçonnets qui, j’en ai souvent été le témoin lors de mes missions précédentes, se délectent de toutes sortes de petits animaux qu’ils capturent avec leurs lance-pierres avant de les faire griller. Tout est bon à manger. Les enfants ont toujours faim. Toulou insiste, il n’a pas peur. Il est hors sujet. Les jeunes de la maison sont intraitables, il ne saurait être question de toucher un caméléon. Aucune explication n’est fournie. Telle est la règle en usage. On ne saurait y déroger. Elle ne se discute pas. Toulou se tourne vers moi mais je comprends vite qu’il ne sert à rien d’insister. On ne touche pas un caméléon.

User d’un bâton d’approche

4Si on ne touche pas un caméléon, on peut malgré tout avoir envie de l’observer, et ce tout particulièrement pour l’enfant de l’ethnologue en pays lobi. Ce sera le cas pour un autre caméléon vert foncé que Toulou réussira à observer mais à distance. L’animal est agrippé à un bâton que l’enfant tient à l’aide de sa main gauche, la tête du caméléon lui fait face, un lance-pierre se trouve dans son autre main. Sur la photo souvenir, son sourire est crispé, la petite fille assise à ses côtés a un mouvement de recul et Michaël (un grand frère) assiste à la scène, le visage quelque peu figé (fig. 1).

Fig. 1. – Le premier caméléon tenu sur un bâton par Toulou.

Fig. 1. – Le premier caméléon tenu sur un bâton par Toulou.

Burkina Faso, 2005.

© M. Cros.

  • 1 C. Schneider, Le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 13.

5Hébergé dans un seau bleu percé de quelques trous, le caméléon finit par arriver dans la pièce que nous occupons alors en guise de maison. Il a changé de couleur, il est devenu brun, se confond avec le mur d’adobe, se recroqueville tout en gonflant ses flancs adoptant « un comportement typique de menace1 » qui laisse perplexe l’enfant. Il persiste à ne pas avoir peur, tient-il à me préciser tout en argumentant son propos : « Le caméléon ne peut pas me faire du mal, je suis un Blanc. » Ce caméléon taciturne finira par passer la nuit dans le seau bleu au pied de notre lit. Je retrouve cette remarque dans mon cahier de terrain :

« Un énorme et quasi monstrueux caméléon partage désormais notre quotidien. Cette nuit, il n’a cessé d’émettre un étrange cri strident que seul Toulou n’entendait pas, trop absorbé à récupérer des fatigues de la journée. »

6À la suite de ma demande, Toulou se décide à libérer ce caméléon qui n’apprécie en rien ce nouvel habitat. Il remarque, un peu dépité, qu’il ne voit pas comment le nourrir, ceci devant rendre compte du caractère pour le moins agité de notre hôte. Un troisième caméléon est à nouveau trouvé, nous sommes en saison des pluies, il y en a beaucoup. L’enfant se promène avec lui tout en le tenant toujours sur un bâton comme en témoigne la photo prise à deux cents mètres environ de notre maison. La tête de ce caméléon vert pomme est tournée vers la nature environnante.

7Une énième photo atteste une cohabitation diurne avec, cette fois-ci, deux caméléons aux couleurs éclatantes qui figurent l’un sur l’autre en suspension sur le feuillage d’une fleur orange en plastique qui se trouvait, en guise de décoration, sur ma table-bureau, dans un panier lobi (fig. 2). Aucune trace écrite de ces deux caméléons équilibristes dans mon cahier de terrain. La photo prise témoigne d’une sorte de partage pacifique de l’espace, de nature donc très temporaire. Je retrouve aujourd’hui, en toute première page du cahier de dessin de Toulou, cette esquisse d’un caméléon vert au regard perçant (fig. 3). Sur une feuille, j’ai noté, machinalement, cette phrase de l’enfant qui m’avait alors surprise juste à notre retour du terrain : « Ce qui m’a le plus plu : c’est les caméléons, j’espère que j’en reverrai. »

Fig. 2. – Deux caméléons équilibristes à la maison.

Fig. 2. – Deux caméléons équilibristes à la maison.

Burkina Faso, 2005.

© M. Cros.

Fig. 3. – Brouillon de caméléon.

Fig. 3. – Brouillon de caméléon.

Dessin de Toulou, 2005.

Doc. M. Cros.

Capture graphique

8L’année suivante, lorsque nous revenons en pays lobi, à la même période, en pleine saison des pluies, Toulou a dans ses bagages un caméléon en plastique qui s’illumine dans la nuit. Je ne sais ce qu’il en a fait, mais le jouet-leurre disparaît rapidement de notre horizon. Nous avons aussi trouvé une sorte de grand panier à provisions en plastique très aéré devant permettre d’héberger un caméléon pour un temps restreint sans trop d’encombres de part et d’autre afin de parfaire ce qui s’apparente à des échanges éthologiques pour celui qui désire alors devenir vétérinaire naturaliste, spécialiste des tortues et des caméléons. Si les tortues que l’on trouve aussi en grand nombre en pays lobi demeurent en permanence dans une grande bassine, il ne saurait en aller à l’avenant pour les caméléons. L’enfant l’a compris et le ou les caméléons hébergés ne restent à la maison que deux ou trois jours au grand maximum. L’animal est alors relâché dans la nature avant qu’un autre ne soit découvert et capturé pour un temps d’observation dont on retrouve la trace dans ses dessins (fig. 4).

Fig. 4. – Le caméléon qui voit même derrière.

Fig. 4. – Le caméléon qui voit même derrière.

Dessin de Toulou, 2006.

Doc. M. Cros.

  • 2 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 61.

9Toulou est fasciné par les yeux du caméléon dont il m’explique comment, « placés à l’endroit des oreilles », ils lui permettraient une vision totale : « C’est pour les prédateurs. Tu sais, ses yeux changent aussi de couleur et même ses paupières, il reste droit et il voit même derrière. » Dans ce dessin, l’enfant a rendu compte de cette « vision exceptionnelle du caméléon : ses yeux indépendants l’un de l’autre lui permettent une vision à 360° en vertu de leur pouvoir de rotation2 ». Le rendu graphique de ce strabisme divergent est accentué par cette étonnante bande jaune. Pou est-il écrit, autrement dit, « danger » en lobiri, la langue des Lobi. Juste au retour de cette seconde mission, comme je demandais à l’enfant s’il n’avait toujours pas peur du caméléon, il me précisa :

« Là-bas ils ont peur de la morsure du caméléon, ils disent qu’il a du venin. Pourtant j’en ai eu cinq et ils ne m’ont jamais mordu.
– Mais alors comment faisais-tu pour les attraper ?
– Je prenais plusieurs couches de feuilles d’arbre dans mes mains et voilà car les caméléons ont des griffes bien plus pointues que celles des aigles. Elles transpercent ta peau en deux secondes. C’est ça qui fait mal. »

  • 3 « Repliée en accordéon au repos, la langue du caméléon casqué du Yémen peut atteindre la longueur (...)

10Et Toulou se dessina en train de tendre au caméléon un insecte coincé entre ces fameuses couches de feuilles qui protègent ses mains (fig. 5). Le soleil brille, son chapeau est bien vissé sur sa tête et il semble plus que ravi. La longue langue gluante du caméléon réussira l’exploit. L’insecte sera attrapé et lui, il a tout vu. Les échanges de regards interpellent y compris d’un dessin à l’autre, du caméléon à l’enfant. Il me précisa qu’il s’agissait alors d’un insecte géant, comme il n’en existerait qu’au Burkina Faso. « Ce sont de véritables mini rhinocéros ! » Le caméléon a réussi à s’en emparer mais il n’a pu l’avaler, « sa bouche n’était pas assez grande », et lui, il a vu sa longue, très longue langue, « de plusieurs mètres tu sais », enfin presque3

Fig. 5. – Tendre un insecte à un caméléon.

Fig. 5. – Tendre un insecte à un caméléon.

Dessin de Toulou, 2007.

Doc. M. Cros.

Un intouchable attrapé

11Avant de pouvoir toucher un caméléon, encore faut-il pouvoir l’attraper, donc l’enlever de l’arbre où il réside. Lors d’une troisième mission en pays lobi en décembre 2007 et janvier 2008, il a été récolté plusieurs scénarios graphiques rendant compte de ce qui relève toujours d’une expérience problématique pour les enfants de la maison. Ces dessins ont été effectués par des jeunes frères un peu plus âgés que Toulou.

12Sami Nufé a accompagné son dessin (fig. 6) d’une narration explicite :

« Toulou devient tout heureux car il a pu enlever le caméléon de l’arbre. Il commence à dire : “J’ai vu le caméléon…” Il le fait monter sur tout son corps, surtout au bras. Ses compagnons s’éloignent de lui car tout Africain a toujours peur à la vue d’un caméléon. Certains se sauvent (courir) et se cachent. »

Fig. 6. – Enlever le caméléon de l’arbre.

Fig. 6. – Enlever le caméléon de l’arbre.

Dessin de Sami Nufé, 2007-2008.

Doc. M. Cros.

  • 4 Sur ces « conflits qui émergent quand différentes acceptions du réel coexistent » sur un même terr (...)

13Ce scénario entre en résonance directe avec cet autre dessin de Kriélé Pooda (fig. 7). L’enfant est à nouveau présenté comme très proche de la gent caméléonesque puisque l’animal sauvage n’est plus accroché à un bâton, il monte sur le bras de l’enfant. Ce constat visuel est attesté par de nombreuses photos rendant compte d’une familiarité réelle cependant toujours incompréhensible pour ceux qui l’entourent. Un caméléon est placé sur l’avant-bras de Toulou qui cherche à le passer à un autre jeune. Les réactions sont virulentes, deux univers ontologiques se retrouvent en situation de contacts frontaux4. Le statut provisoire de NAC que l’enfant donne au caméléon sème la panique dans ce groupe d’enfants du pays lobi.

« Samuel, tiens-moi le caméléon, je vais me soulager.
– Non Toulou, j’ai peur du caméléon.
– Il ne faut pas que ce vilain animal me touche.
– Pourquoi courez-vous, c’est un génie ?
– Non c’est Toulou qui les effraye ».

Fig. 7. – La peur du caméléon.

Fig. 7. – La peur du caméléon.

Dessin de Kriélé Pooda, 2008.

Doc. M. Cros.

Une « vie inouïe » dans la nature

  • 5 E. Fuchs, M. W. Callmander, « Les caméléons à Masoala : une clef de lecture ethnozoologique des re (...)

14À Madagascar, Enzo Fuchs et Martin W. Callmander parlent d’une véritable « caméléophobie ». Cette dernière s’avère d’autant plus paradoxale que ces animaux sont en principe inoffensifs mais, « contrairement à d’autres reptiles également craints », ils « restent impassibles à l’approche des humains, ce qui les rend encore plus terrifiants5 » aux yeux de la grande majorité de la population. Lorsque l’approche est trop intrusive, le caméléon peut mordre. Dans ces conditions, expliquent nombre d’interlocuteurs du pays lobi burkinabè, il faut à son tour le mordre à l’abdomen. Les représailles ne vont pas plus loin. Telle est la règle, mais Toulou, lors de notre troisième mission, participa à une opération de vengeance bien plus radicale. Il était avec son groupe de garçonnets. Ces enfants jouaient à la chasse et s’étaient confectionné des arcs et des flèches. Toulou raconte :

« On avait fait une bonne bande, on avait dit les arcs ça ne sert pas à rien. Alors du coup on s’est dit : on va tuer des choses avec les arcs et on s’aperçoit qu’il y a un caméléon sur le passage, le caméléon a mordu une personne, Lachid. Bon du coup on dit, puisqu’il a mordu Lachid, on va le flécher, on prend toutes nos flèches et tous nos arcs et on flèche tous le caméléon […]. Et le caméléon tout tranquillement, il avance avec quatre flèches sur lui […]. On lui a retiré les flèches, et on a retiré dessus. Encore vivant ! On n’y comprenait plus rien, il est vraiment comme un dinosaure, le caméléon, c’est une chose, il est capable d’avoir une vie inouïe avec quatre flèches il est encore vivant. On a enlevé les flèches, on a retiré dessus. Mort. Donc voilà l’histoire du caméléon. Dès qu’un caméléon nous mord, on le mord. Comme nous on avait des arcs, nous, mordre le caméléon on a trouvé ça limite. »

15En d’autres mots, sur le terrain lobi, si les enfants de notre maison ont peur du caméléon, cette peur peut aussi conduire à sa mise à mort dans les conditions précises venant d’être évoquées. L’extrême résistance dont ce caméléon a fait preuve atteste son caractère très particulier. La « vie inouïe » dont le crédite Toulou fait écho à un corpus de représentations symboliques que l’on retrouve dans nombre de sociétés africaines où, explique Stéphan Dugast :

  • 6 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleur (...)

« L’animal, dit-on, ne meurt jamais de lui-même à moins qu’il ne soit tué, il continue à vivre indéfiniment. Et même si un tel incident survient […], s’étant desséché sans pourrir, il a la propriété de traverser une longue période sans s’altérer puis, le moment venu, de retourner à la vie avec la première pluie, celle qui vient tout renouveler6. »

Une vie brève en captivité

16Lorsque le caméléon se retrouve en captivité, cette « vie inouïe » s’avère assez brève. Dans les diverses fiches d’élevage que l’on trouve dans la littérature spécialisée en herpétologie disponible dans les animaleries ou sur Internet, le mâle peut « atteindre » 5 ans et la femelle 3 ans, guère plus et ce si toutes les conditions sont réunies, à savoir :

  • un maintien en terrarium grillagé, bien ventilé ou caméléonarium muni de diverses plantes et arbustes ;
  • une température précise obtenue à l’aide d’une lampe chauffante qui varie selon les deux espèces les plus commercialisées en France : le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus) et le caméléon panthère (Furcifer pardalis) originaire de Madagascar ;
  • un éclairage dit froid constitué d’une lampe émettant des radiations ultraviolettes de type B ;
  • un pourcentage d’humidité précis, le terrarium étant à vaporiser au moins deux fois par jour et un système de goutte à goutte étant nécessaire pour abreuver le caméléon ;
  • enfin une alimentation variée. L’animal se nourrit d’abord de proies vivantes (mouches, criquets, grillons, etc.). Un élevage d’insectes est donc conseillé afin de pouvoir répondre aux besoins du caméléon qui apprécie également les souris. Il est précisé que la nourriture doit être diversifiée, le caméléon en captivité, même dans un caméléonarium haute technologie, refusant parfois de manger. En outre, pour le caméléon casqué du Yémen, des compléments alimentaires seraient indispensables. Il faut « saupoudrer les insectes avec un mélange de vitamines, de minéraux et d’acides aminés » car, « dans la nature, l’offre de nourriture est souvent limitée en termes de quantité, mais inépuisable pour ce qui est de la diversité7 ».
  • 8 F. Rival, Nouveaux animaux de compagnie, p. 38.

17Ces conseils sont donnés à ceux qui, en Occident le plus souvent, désirent ce type d’animal à maintenir seul en captivité, en raison d’une attitude « agressive et menaçante » avec tout congénère de la même espèce. Notons par ailleurs que le caméléon panthère, « superbe espèce malgache, n’est plus importé de son pays d’origine, ce qui est une bonne mesure de protection. Les spécimens que l’on peut acquérir sont donc d’élevage8 ».

Une importation à risque

  • 9 Ibid., p. 4.
  • 10 E. Fuchs, Le caméléon et la sagesse malgache : du symbolisme des animaux aux conceptions cosmologi (...)

18Franck Rival, qui présente en couverture de son ouvrage sur les NAC un superbe caméléon, donne au lecteur un avertissement élémentaire en expliquant dans un encadré de couleur que les animaux qui sont présents dans son livre « ne sont pas des animaux de compagnie comme les autres. Trop de trafics illégaux approvisionnent le commerce des NAC et en particulier celui des reptiles9 ». Sans entrer dans les détails de ces trafics – détails qui sortent du cadre limité de cet article –, force est cependant d’en dire deux mots à l’aide du travail mené par Enzo Fuchs, justement à Madagascar. Ses recherches ont porté de façon précise sur la peur du caméléon, peur que n’éprouvait pas l’auteur en tant que biologiste et ethnologue. Il raconte comment, en 2003, lors de son enquête préliminaire de terrain menée avec un groupe de biologistes, il fit part à son entourage malgache de son intérêt pour les caméléons. Un premier caméléon fut repéré et un jeune garçon se chargea de le faire descendre de l’arbre où il séjournait et le lui confia. « Une fois au logement, je faisais partager aux collègues biologistes la “joie du naturaliste” de pouvoir manipuler un caméléon : animal fascinant à nos yeux. » Mais rapidement – comme en pays lobi burkinabè –, un Malgache lui expliqua : « Il ne faut pas jouer avec les caméléons. Et dès le lendemain toute l’équipe tomba malade10… » La maladie fut bénigne. On imagine que l’animal fut vite relâché dans la nature.

19Cependant, à Madagascar, un véritable « commerce de caméléons » a été observé par Enzo Fuchs. Il le qualifie d’« affaire de jeunes garçons ». Un témoignage précieux a été recueilli. Un jeune homme explique sa façon de procéder :

  • 11 Ibid., p. 147.

« Je prends des sauterelles et des papillons. Je les perce avec des épines de citronnier et je les place à côté d’un caméléon. Le caméléon tombe dans le piège et attrape l’insecte […]. J’ai aussi vendu des caméléons à une pharmacie […]. Franchement, dans le business des caméléons, il y a beaucoup de morts, mais je ne suis jamais tombé malade. Je viens d’arrêter de pratiquer ce business, parce que c’est ce que tu fais dans ta jeunesse : tu ne peux pas le faire quand tu seras plus âgé11. »

Aller lentement

20Le jeune âge a valeur d’excuse relative. La mort sanction peut tomber, et ce d’autant qu’à Madagascar comme dans d’autres contrées d’Afrique le caméléon se trouve directement associé à la condition mortelle de l’homme.

  • 12 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 10.

« À l’époque mythique, le sort de l’humanité ne fut pas décidé au début. Quand Dieu prit sa décision, elle consistait à donner l’immortalité à l’homme. Il envoya alors le caméléon vers l’humanité à cet effet. Mais ce messager perdit beaucoup de temps en chemin. Entre-temps, Dieu réfléchit et préféra faire mourir les hommes, il envoya un autre animal qui rattrapa le premier et apprit aux hommes qu’ils seraient mortels. Quand le premier envoyé arriva enfin, la décision était devenue irrévocable12. »

  • 13 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleur (...)
  • 14 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 31.

21À nouveau, le caméléon, comme l’avait déjà constaté Dugast, se retrouve en relation étroite avec cette idée selon laquelle il « ne meurt jamais13 ». Eschenlohr souligne pareillement que, « tremblotant toujours, on dirait qu’il va bientôt mourir, mais le caméléon ne meurt jamais14 », ce qui expliquerait pourquoi il aurait été choisi par Dieu pour porter ce premier message d’immortalité.

  • 15 Ibid., p. 34.

« La démarche du caméléon induit l’immortalité : aller lentement c’est ignorer la mort. Le temps du caméléon est un long temps15. »

  • 16 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleur (...)

22En pays lobi burkinabè, cette « démarche précautionneuse » du caméléon revêt une signification complémentaire. Comme dans nombre de populations ouest-africaines, « ce trait est perçu comme un héritage de l’attitude que le caméléon fut contraint d’adopter aux premiers temps de la création du monde, ces temps où la terre était encore molle16 ». Djenliré Pooda, le responsable religieux de la terre de notre village, me raconta en 2008 une histoire à valeur de mythe d’origine ici résumée :

« Le caméléon, la tortue et le crapaud se sont réunis. Les trois entrent en palabres. Chacun des trois dit être le plus vieux. Chacun s’explique et, pour finir, ils vont à la justice. Avant la Terre était divisée, c’est pourquoi les crapauds sautent. La tortue explique qu’avant le soleil était plus proche de la Terre donc elle a mis son casque… Et quant au caméléon, il dit : “Moi, j’ai vu la terre molle”, et je passe tout doucement pour ne pas tomber. Donc on a trouvé que c’est bien le caméléon qui est le plus vieux, c’est pour cela qu’il marche très précautionneusement. Dieu a fait la Terre avant les hommes et il y a mis tout d’abord ces trois animaux. »

23Peu après, Félix, un jeune de notre famille burkinabè, dans le commentaire de l’un de ses dessins où figure un caméléon m’expliqua :

« Pourquoi il marche si lentement ? C’est parce qu’il est né quand Dieu avait fabriqué nouvellement la Terre donc il ne pouvait pas marcher rapidement de peur de percer le sol. Au moment où le sol est devenu solide, il avait pris l’habitude de marcher comme cela ».

Un animal de brousse magicien

  • 17 Ibid., p. 255.
  • 18 Ibid., p. 253.

24Les conditions de l’apparition du caméléon sur Terre, son rôle aussi de messager de Dieu amènent Dugast à le qualifier de « démiurge de second ordre17 », qualification qui permet de rendre compte symboliquement parlant des pouvoirs qui lui sont prêtés, à commencer par celui de changer de couleur lui assurant une invisibilité relative. Cette dernière est justement celle qui fait peur aux « enfants, qui disent le craindre en raison de sa propension à prendre la couleur de l’habit de quiconque le croise18 ». Diniaté Pooda, un jeune devin guérisseur avec lequel je mène l’enquête depuis plusieurs années en pays lobi, en a rendu compte avec précision dans plusieurs dessins représentant l’enfant Toulou avec un caméléon et une tortue. Dans le dessin ici reproduit (fig. 8), le caméléon a pris véritablement la couleur de l’habit porté par l’enfant. Et pourtant il s’agit d’un tissu « africain », un imprimé wax constitué d’une multitude de petits traits ou motifs qui se retrouvent sur la peau du caméléon. Diniaté explique : « Le caméléon et la tortue rejoignent Toulou à l’ombre d’un arbre dans la cour. » Les relations nouées sont de nature pacifique puisque ce sont les animaux qui vont vers l’enfant et non l’inverse.

Fig. 8. – Le caméléon, la tortue et l’enfant.

Fig. 8. – Le caméléon, la tortue et l’enfant.

Dessin de Diniaté Pooda, 2008.

Doc. M. Cros.

25Le panorama change du tout au tout dans cet autre témoignage rapporté par Fuchs relatif au « commerce » des caméléons à Madagascar. Des étrangers veulent acheter des caméléons. Un jeune homme explique :

  • 19 E. Fuchs, Le caméléon et la sagesse malgache : du symbolisme des animaux aux conceptions cosmologi (...)

« J’ai recherché partout des caméléons mais je n’ai pas réussi à en trouver. Mon ami en a trouvé quatre. Après avoir vendu les caméléons à ces étrangers, sa peau changea complètement de couleur, elle devenait plus noire que d’habitude ; mon ami devenait aussi plus maigre, il a mué19. »

26Dans ces conditions, ce n’est plus le caméléon qui prend la couleur de l’habit de l’humain mais bien l’inverse rendant compte, une fois de plus, des prouesses de l’animal magicien qui se venge du devenir censé l’attendre, ailleurs, là où il deviendra un NAC : un nouvel animal de compagnie…

Qu’est-ce qu’un NAC ?

  • 20 On peut citer : B. Bulard-Cordeau, Les nouveaux animaux de compagnie ; F. Desachy, NAC : les nouve (...)
  • 21 S. P. Farjou, « L’activité “nouveaux animaux de compagnie” et ses perspectives d’évolution dans le (...)
  • 22 Ibid., p. 22.
  • 23 Ibid., p. 69.
  • 24 F. Desachy, NAC : les nouveaux animaux de compagnie, p. 8.
  • 25 Ibid., p. 139. Dans le même esprit, F. Desachy se refuse à traiter de la question de la pathologie (...)
  • 26 J.-P. Digard, « Les nouveaux rapports homme-animal », p. 3.
  • 27 M. Cros, J. Bondaz, F. Laugrand (dir.), Bêtes à pensées : visions des mondes animaux, p. 4.

27Les NAC représenteraient aujourd’hui près des deux tiers des animaux de compagnie. Quelques ouvrages rendent compte de l’arrivée en Occident des NAC20. La définition la plus précise d’un NAC figure dans une thèse soutenue par Samantha Patricia Farjou en 2005 à l’École nationale vétérinaire de Toulouse. Il y est expliqué comment « le terme de NAC a été employé pour la première fois en 1984 à l’École nationale vétérinaire de Lyon […]. Les NAC rassemblent les animaux détenus en tant qu’animaux de compagnie et non de rente, autres que le chien et le chat21 ». Notons que « la locution animal de compagnie est apparue dans la troisième édition du Petit Robert en 1993 », l’animal en question est défini comme un « animal domestique familier qui vit auprès de l’homme pour lui tenir compagnie22 ». Cependant, les reptiles sont « souvent qualifiés d’indifférents », autrement dit la compagnie offerte par ces NAC exotiques est d’une qualité particulière. À l’origine de la possession d’un reptile figurent « l’originalité, la beauté et le mystère dégagé23 », explique Farjou à la suite de ses enquêtes de nature quantitative. Dans son ouvrage sur les NAC, Florence Desachy le reconnaît : même si « un NAC est un animal de compagnie à part entière24 », est-il tout d’abord précisé, « les serpents, lézards ou iguanes doivent être achetés davantage dans un but scientifique d’étude du comportement que pour jouer le rôle d’un animal de compagnie, qu’ils ne sont du reste pas25 », rejoignant ici la position de Jean-Pierre Digard lorsqu’il souligne le fait que « le modèle dominant de l’animal de compagnie tend à englober […] la faune sauvage », phénomène que l’auteur dénonce comme étant « la vision d’urbains qui ont tendance à voir tous les animaux, y compris la faune sauvage, sous les traits de leurs animaux familiers26 ». Si Digard critique « l’anthropisation des animaux de compagnie » – en lien avec une nouvelle sensibilité animalitaire27 –, que dire de celle des NAC et tout particulièrement des reptiles et donc des caméléons ?

Un intouchable devenu NAC

28Les deux ouvrages récents et très grand public en langue française consacrés au seul caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus) diffèrent quelque peu quant à cette anthropisation latente du caméléon devenu NAC en Occident. Le caméléon casqué du Yémen est le plus souvent de couleur verte avec des rayures jaunes et oranges. On le reconnaît aisément grâce à sa tête casquée.

  • 28 W. Schmidt, Caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 4.
  • 29 Ibid., p. 4.

29Pour Wolfgang Schmidt, les caméléons « exercent plus que tout autre animal une étonnante fascination sur l’homme. Pour preuve, le rôle mythologique de cet animal dans son pays d’origine, mais aussi le fait qu’il est très apprécié comme nouvel animal de compagnie28 ». Même si, pendant très longtemps, on pensait qu’il était « impossible à maintenir en captivité », aujourd’hui, une fois résolues les « nombreuses questions relatives aux soins et à l’élevage », c’est « un hôte de terrarium idéal29 », tient-il à préciser dans son avant-propos. Carsten Schneider est plus mesuré dans sa préface :

  • 30 C. Schneider, Le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 4.

« Depuis toujours, le caméléon tient les hommes sous son charme. Par sa faculté à changer de couleurs, à bouger ses yeux indépendamment l’un de l’autre et à projeter sa langue, il incite les néophytes à l’achat d’impulsion ; ce qui finit souvent mal30. »

  • 31 M. Cros, Q. Mégret (dir.), Net et terrain : ethnographie de la nature en Afrique, p. 9.

30Sur Internet, qui constitue un terrain complémentaire dans le cadre de l’exploration ethnologique d’une nature mondialisée31, on trouve de nombreuses mises en garde dans divers sites consacrés aux reptiles en général et aux caméléons en particulier. Sur le site Dinosoria.com, il est indiqué : « Peut-on qualifier ces animaux “d’animaux de compagnie” ? On peut en douter. D’ailleurs le certificat obligatoire s’intitule certificat de capacité pour l’élevage d’espèces non domestiques. » Au fil des témoignages des internautes, le constat est récurrent : « le caméléon n’aime pas être manipulé », « il n’est pas à prendre tous les jours », « il préfère être seul », « il stresse », variantes occidentales du « il ne faut pas jouer avec un caméléon » entendu en Afrique.

31Les questions fusent sur le site Tanalahy.com (Le paradis des caméléons) qui, le 19 mars 2016, comprenait 4 931 membres dont certains mettent l’image de la tête d’un caméléon saisissant tel ce Bradypodion oxyrhinum ou caméléon à deux cornes du Kilimandjaro en guise d’illustration de leur pseudonyme.

32Sur le forum « Spécial débutants32 » de ce site internet, on échange des informations cruciales pour celui qui ne tarde pas à se retrouver quelque peu désemparé face à son NAC : « Mon caméléon a peur de ma main », « Comment élever un caméléon », « Mon caméléon n’est pas sociable »… Un internaute spécialiste répond avec humour à une personne désorientée : « Tu as aussi la possibilité de prendre un chien si tu cherches un animal de compagnie ! » Sur Repticlic.com, le site de la « communauté reptilienne », le sujet « Caresser un caméléon et le prendre » a donné lieu à de nombreux échanges sur un forum. Un internaute y expliquait que, à son retour du travail, son caméléon casqué du Yémen l’attendait à la porte de son abri, puis montait sur son bras et se nichait dans son cou. « Parfois il reste couché là une partie de la soirée et semble heureux. » Dès lors, pourquoi ne pas le caresser, se demande l’internaute qu’un doute taraude. « Comment faire pour savoir qu’il est relax ou non ? » La réponse n’a pas tardé : « C’est un reptile pas un chien » et, lorsqu’il monte sur ton bras, c’est « juste une issue pour se sauver et monter encore plus haut où il se sent en sécurité, ce n’est pas pour rien qu’il monte sur ta tête… »

33Le site Tanalahy.com (Le paradis des caméléons), « créé dans le but de réunir tous les passionnés de ce saurien arboricole », fourmille de témoignages attestant le caractère affirmé du caméléon dès son plus jeune âge : « Nous avons remarqué que notre petit Rocco était un peu menaçant et je crois bien qu’un jour il va vouloir tenter le niquage [sic] de doigts !!! Faut-il mettre des gants ? », demande l’internaute qui souligne que son petit Rocco n’a que trois mois ! Inutile de multiplier les exemples. Le caméléon, même captif et issu d’un élevage, n’est pas un animal domestique.

Une bague caméléon pour conclure

  • 33 M. Cros, « From one Toulou, the other : the sacrificial journey of a Lobi fetish », p. 65.

34En guise de conclusion à cet article, pourquoi ne pas porter à nouveau notre regard au loin. Je suis partie du pays lobi burkinabè en relatant cette expérience singulière entre Toulou et quelques caméléons observés pendant un temps bref puis relâchés dans la nature. Aucun accident lors des trois premières missions ici évoquées. Pour l’enfant, sa couleur blanche le protégeait. Pour les devins consultés, ce n’était pas tant sa couleur que son nom qui est un nom de fétiche. L’enfant, pour des raisons sur lesquelles il n’est pas possible de s’étendre dans ce texte, est un enfant du fétiche, autrement dit un enfant qui, pour les Lobi du Burkina, serait sous la protection du fétiche Toulou dont il porte le nom33. Ce fétiche est lié aux caméléons, animaux doués d’une agentivité extraordinaire. Toulou ne tardera pas à demander de lui-même une bague caméléon en cuivre qui attestera ce lien privilégié (fig. 9). C’est un enfant arrivé tardivement, semblable sur bien des aspects à ceux qui sont morts puis revenus que les Lobi protègent souvent à l’aide d’amulettes à l’effigie du caméléon. La facilité avec laquelle le caméléon change de couleur et se confond avec le milieu ambiant est mise à profit par le devin guérisseur. L’amulette caméléon aiderait ces enfants à passer inaperçus aux yeux de ceux qui pourraient leur porter malheur à nouveau (fig. 10).

Fig. 9. – Une bague caméléon.

Fig. 9. – Une bague caméléon.

Burkina Faso, 2007.

© M. Cros.

Fig. 10. – Enfant portant un pendentif caméléon et un cauris.

Fig. 10. – Enfant portant un pendentif caméléon et un cauris.

Burkina Faso, 2009.

© M. Cros.

  • 34 P. Pitrou, « Êtres vivants/artefacts, processus vitaux/processus techniques : remarques à propos d (...)
  • 35 H. Labouret, Les tribus du rameau lobi, pl. XIX, XX, XI, XII.

35Le caméléon en cuivre devient alors un compagnon artefact qui ne quitte plus l’enfant dans cette « configuration agentive34 » expérimentée depuis longtemps. Les amulettes à l’effigie du caméléon aujourd’hui présentes en pays lobi sont semblables à celles qui figuraient déjà en grand nombre dans la célèbre monographie d’Henri Labouret35. Les frontières entre les humains, les animaux et les artefacts se brouillent. « Le caméléon, lorsqu’il voit l’enfant malade, il change la peau de l’enfant et il guérit », est-il précisé par un devin guérisseur. Cette domestication symbolique du caméléon s’avère de nature divinatoire à la suite du traitement de l’artefact dans une chambre des fétiches. Un épanchement de sang sacrificiel enclenche le processus apotropaïque pour que le caméléon en cuivre puisse protéger peau à peau l’enfant. Tout se passe comme si le caméléon et l’enfant qui le porte constituaient une nouvelle communauté hybride. L’animal en cuivre fait bien plus que tenir compagnie à l’enfant, il le touche jour et nuit. Il métamorphose son mode d’existence en lui communiquant la propre « vie inouïe » des caméléons dans ce qui s’apparente à une sorte de télescopage ontologique.

Bibliographie

Bulard-Cordeau Brigitte, Les nouveaux animaux de compagnie, Paris, Larousse, 2014.

Cros Michèle, « From one Toulou, the other : the sacrificial journey of a Lobi fetish », Arts & Culture, 2019, p. 62-73.

Cros Michèle, Bondaz Julien, Laugrand Frédéric (dir.), Bêtes à pensées : visions des mondes animaux, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2015.

Cros Michèle, Mégret Quentin (dir.), Net et terrain : ethnographie de la nature en Afrique, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2011.

Desachy Florence, NAC : les nouveaux animaux de compagnie, Paris, Éditions de Vecchi, 2006 (1997).

Digard Jean-Pierre, « Les nouveaux rapports homme-animal », dans Entre peurs et espoirs : comment se ressaisir de la science et la faire partager à nouveau ?, séminaire de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche, éd. numérique, [s. l.], [s. n.], 2008. [URL : http://www.agrobiosciences.org/IMG/pdf/PDF_Digard_seminaire_DGER_2008.pdf]

Dugast Stéphan, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleurs chez les Bwaba du Burkina Faso », dans Carastro Marcello (dir.), L’Antiquité en couleurs : catégories, pratiques, représentations, Grenoble, Éditions Jérôme Millon, 2009, p. 245-276.

Eschenlohr Nicole, Le caméléon et la mort en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2015.

Farjou Samantha Patricia, « L’activité “nouveaux animaux de compagnie” et ses perspectives d’évolution dans les cliniques vétérinaires françaises : résultat d’une enquête en Haute-Garonne », thèse d’exercice, Toulouse, École nationale vétérinaire de Toulouse, 2006.

Fuchs Enzo, Le caméléon et la sagesse malgache : du symbolisme des animaux aux conceptions cosmologiques qui règlent le rapport de l’homme à la nature en pays Betsimisaraka (Nord-Est de Madagascar), Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010.

Fuchs Enzo, Callmander Martin W., « Les caméléons à Masoala : une clef de lecture ethnozoologique des relations société-environnement dans le Nord-Est de Madagascar », dans Dounias Edmond, Motte-Florac Élisabeth, Dunham Margaret (dir.), Le symbolisme des animaux : l’animal, clef de voûte de la relation entre l’homme et la nature ?, Paris, Institut de recherche pour le développement, 2007, p. 157-180.

Keck Frédéric, Regehr Ursula, Walentowitz Saskia, « Anthropologie : le tournant ontologique en action », Tsantsa, no 20, 2015, p. 4-11.

Labouret Henri, Les tribus du rameau lobi, Paris, Institut d’ethnologie, 1931.

Pitrou Perig, « Êtres vivants/artefacts, processus vitaux/processus techniques : remarques à propos d’un cadran analytique », dans Des êtres vivants et des artefacts, éd. numérique, Paris, Musée du Quai-Branly, 2016. [URL : http://actesbranly.revues.org/653]

Rival Franck, Nouveaux animaux de compagnie, Chamalières, Artémis Éditions, 2001.

Schmidt Wolfgang, Caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), Chamalières, Artémis Éditions, 2015.

Schneider Carsten, Le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), Maurens, Animalia Éditions, 2007.

Notes

1 C. Schneider, Le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 13.

2 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 61.

3 « Repliée en accordéon au repos, la langue du caméléon casqué du Yémen peut atteindre la longueur de son corps à l’attaque. » (W. Schmidt, Caméléon casqué du Yémen [Chamaeleo calyptratus], p. 49.)

4 Sur ces « conflits qui émergent quand différentes acceptions du réel coexistent » sur un même terrain, on se reportera à la synthèse analytique de F. Keck, U. Regehr, S. Walentowitz, « Anthropologie : le tournant ontologique en action ».

5 E. Fuchs, M. W. Callmander, « Les caméléons à Masoala : une clef de lecture ethnozoologique des relations société-environnement dans le Nord-Est de Madagascar », p. 167.

6 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleurs chez les Bwaba du Burkina Faso », p. 258-259.

7 W. Schmidt, Caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 54.

8 F. Rival, Nouveaux animaux de compagnie, p. 38.

9 Ibid., p. 4.

10 E. Fuchs, Le caméléon et la sagesse malgache : du symbolisme des animaux aux conceptions cosmologiques qui règlent le rapport de l’homme à la nature en pays Betsimisaraka (Nord-Est de Madagascar), p. 55.

11 Ibid., p. 147.

12 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 10.

13 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleurs chez les Bwaba du Burkina Faso », p. 258.

14 N. Eschenlohr, Le caméléon et la mort en Afrique, p. 31.

15 Ibid., p. 34.

16 S. Dugast, « Du noir des forgerons aux couleurs du caméléon : une théorie de la genèse des couleurs chez les Bwaba du Burkina Faso », p. 251.

17 Ibid., p. 255.

18 Ibid., p. 253.

19 E. Fuchs, Le caméléon et la sagesse malgache : du symbolisme des animaux aux conceptions cosmologiques qui règlent le rapport de l’homme à la nature en pays Betsimisaraka (Nord-Est de Madagascar), p. 83.

20 On peut citer : B. Bulard-Cordeau, Les nouveaux animaux de compagnie ; F. Desachy, NAC : les nouveaux animaux de compagnie ; F. Rival, Nouveaux animaux de compagnie.

21 S. P. Farjou, « L’activité “nouveaux animaux de compagnie” et ses perspectives d’évolution dans les cliniques vétérinaires françaises : résultat d’une enquête en Haute-Garonne », p. 23.

22 Ibid., p. 22.

23 Ibid., p. 69.

24 F. Desachy, NAC : les nouveaux animaux de compagnie, p. 8.

25 Ibid., p. 139. Dans le même esprit, F. Desachy se refuse à traiter de la question de la pathologie des tortues car, dit-elle : « Il ne faut pas les acquérir. »

26 J.-P. Digard, « Les nouveaux rapports homme-animal », p. 3.

27 M. Cros, J. Bondaz, F. Laugrand (dir.), Bêtes à pensées : visions des mondes animaux, p. 4.

28 W. Schmidt, Caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 4.

29 Ibid., p. 4.

30 C. Schneider, Le caméléon casqué du Yémen (Chamaeleo calyptratus), p. 4.

31 M. Cros, Q. Mégret (dir.), Net et terrain : ethnographie de la nature en Afrique, p. 9.

32 http://forum.tanalahy.com/special-debutants-f35.html

33 M. Cros, « From one Toulou, the other : the sacrificial journey of a Lobi fetish », p. 65.

34 P. Pitrou, « Êtres vivants/artefacts, processus vitaux/processus techniques : remarques à propos d’un cadran analytique ».

35 H. Labouret, Les tribus du rameau lobi, pl. XIX, XX, XI, XII.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Le premier caméléon tenu sur un bâton par Toulou.
Légende Burkina Faso, 2005.
Crédits © M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. – Deux caméléons équilibristes à la maison.
Légende Burkina Faso, 2005.
Crédits © M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 3. – Brouillon de caméléon.
Légende Dessin de Toulou, 2005.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. – Le caméléon qui voit même derrière.
Légende Dessin de Toulou, 2006.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 5. – Tendre un insecte à un caméléon.
Légende Dessin de Toulou, 2007.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 6. – Enlever le caméléon de l’arbre.
Légende Dessin de Sami Nufé, 2007-2008.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 7. – La peur du caméléon.
Légende Dessin de Kriélé Pooda, 2008.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 8. – Le caméléon, la tortue et l’enfant.
Légende Dessin de Diniaté Pooda, 2008.
Crédits Doc. M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 9. – Une bague caméléon.
Légende Burkina Faso, 2007.
Crédits © M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Titre Fig. 10. – Enfant portant un pendentif caméléon et un cauris.
Légende Burkina Faso, 2009.
Crédits © M. Cros.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9822/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Professeure d’anthropologie à l’université Lumière – Lyon II

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search