Version classiqueVersion mobile

De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale

 | 
Sergio Dalla Bernardina

Célébrer/déjouer la proximité

Gestion de la chasse et des chasseurs : l’entrelacement des niveaux cynégétiques officiel et non officiel dans la chasse en battue au grand gibier (Pyrénées-Orientales)

Andrea Zuppi

Résumé

Depuis à peu près quarante ans, les fédérations départementales de chasseurs françaises justifient officiellement les actions cynégétiques en mobilisant des discours de nature écologique et en réalisant des plans de gestion rationnelle de la faune sauvage. L’image du chasseur est devenue celle d’un écologiste et d’un protecteur de la nature. Mais que recèle cette image promue par les chasseurs eux-mêmes ? De quelle manière les discours et les pratiques de la chasse-gestion modifient-ils la manière dont les actions cynégétiques se déroulent réellement et en quoi modifient-ils le statut que les chasseurs attribuent aux gibiers ? Fondée sur un travail de terrain ethnographique de cinq mois dans une région montagneuse des Pyrénées-Orientales, cette contribution se propose de répondre à ces questions en élucidant certains aspects cachés des pratiques et des discours gestionnaires des chasseurs contemporains.

Texte intégral

Je tiens à remercier Wiktor Stoczkowski, ainsi que mes amis et collègues Francesco Fanoli, Abraham Heinemann, David Jabin, Simone Leotta, Eleonora Musella, Letizia Nardi et Julien Tessier pour avoir lu et commenté ce texte. Leurs précieux conseils et remarques constituent une partie intégrante de la version finale de cet article. Je remercie également Ludovic Ginelli pour m’avoir gentiment donné accès à son mémoire de maîtrise.

  • 1 Le vrai nom du village a été remplacé par ce nom fictif afin de respecter la volonté des informate (...)

1Dès notre première rencontre, à l’aube d’un frais matin de septembre, dans une vieille cabane de montagne entourée de châtaigniers, chênes et noisetiers, les chasseurs de la battue du village de Semot1 se présentèrent comme des gestionnaires : « Nous on régule, on gère les gibiers quoi », me dit l’un d’entre eux ; « c’est une nécessité à réguler [sic] le gibier… Sinon on va être envahi… Il faut gérer le gibier sur le territoire », me dit un autre.

  • 2 Pour une perspective comparatiste à l’échelle européenne, voir S. Dalla Bernardina, « L’invention (...)
  • 3 L. Ginelli, « Chasse-gestion, chasse écologique, chasse durable… Enjeux d’une écologisation », p.  (...)
  • 4 Fédération nationale des chasseurs, L’examen du permis de chasser, p. 25.
  • 5 « Le schéma départemental de gestion cynégétique est élaboré pour six ans par la fédération départ (...)
  • 6 http://chasseurdefrance.com/decouvrir-la-chasse-en-france/pourquoi-chasser/

2Comme ailleurs en France et en Europe, les chasseurs en question semblaient être bien conscients de vivre à l’époque de la « chasse-gestion2 ». Cette expression, d’usage courant depuis les années 19503, est censée indiquer que la chasse « ne peut plus être une cueillette aveugle […]. La faune sauvage doit être bien gérée pour se maintenir et prospérer. Il appartient aux chasseurs […] d’organiser cette gestion4 ». La formule chasse-gestion véhicule ainsi un message essentiellement évolutionniste : le chasseur, autrefois aveuglé par son manque de morale et sa soif de sang, a retrouvé la vue et, avec elle, une nouvelle sensibilité écologique ; il ne chasse plus, il gère. Les fédérations départementales des chasseurs, dans le cadre du schéma départemental de gestion cynégétique (SDGC5), doivent ainsi mettre en place une série de dispositions, comme le plan de chasse, qui détermine le nombre maximum et minimum d’animaux qui peuvent être prélevés, l’aménagement du territoire et la création de réserves de chasse. Le respect de ces mesures, d’après le site internet de la Fédération nationale des chasseurs, permet au chasseur de « redevenir prédateur comme à l’origine mais, progrès social aidant, un prédateur conscient, mesuré, raisonnable6 ».

3Pourtant, au fur et à mesure que mes recherches ethnographiques progressaient, je m’apercevais que l’expression chasse-gestion n’aurait pu fournir qu’une description insatisfaisante de la pratique cynégétique de l’équipe de Semot. Effectivement, le déroulement de la chasse en battue semblait répondre à des propos qui dépassaient les principes de la chasse-gestion dont les chasseurs se faisaient porteurs. J’en suis donc venu à soutenir l’hypothèse selon laquelle, à l’intérieur du cadre officiel de la chasse-gestion, trouvent place des motivations, des désirs et des conceptualisations au sujet de la chasse et des animaux, qui ne sont pas conformes aux logiques de gestion. La question qui guide mon analyse n’est pas celle de savoir si les chasseurs sont ou ne sont pas gestionnaires (question mal posée, du fait qu’elle ne prévoit que deux réponses closes), mais celle de savoir, étant donné que tout chasseur doit par la loi être gestionnaire, dans quelle mesure la chasse-gestion s’entremêle avec des propos qui ne semblent pas répondre aux instances gestionnaires officielles.

Gérer et mettre à mort

  • 7 Une description plus détaillée de l’histoire de la chasse à Semot se trouve dans mon mémoire de ma (...)

4Le premier pas vers l’analyse que je veux proposer consiste à fournir un aperçu du contexte historique de l’avènement de la chasse-gestion à Semot7.

  • 8 « Schéma départemental de gestion cynégétique (2008-2013) », p. 13. Dans la commune de Semot, la c (...)
  • 9 C. Mounet, « Le monde agricole confronté au loup, au sanglier et à leurs partisans : un conflit d’ (...)
  • 10 F. Klein, « La réintroduction du cerf Cervus elaphus ».
  • 11 Cette dynamique de transformation de l’activité cynégétique (exode rural, raréfaction du petit gib (...)

5Commençons par indiquer qu’avant les années 1970 l’activité cynégétique à Semot était peu pratiquée. Le travail agricole ne permettait pas aux villageois de s’adonner régulièrement à la quête d’animaux sauvages. L’activité de prédation la plus commune, car plus rentable, était le piégeage de renards, martres et fouines, dont la vente des peaux assurait de bons gains aux paysans. La chasse proprement dite était pratiquée sporadiquement, de manière individuelle ou entre affins, exclusivement au petit gibier (principalement lapins, lièvres et perdrix), avec le but principal d’améliorer le régime alimentaire quotidien. La chasse en battue aux grands gibiers tels que le sanglier, le cerf et le chevreuil, aujourd’hui la plus pratiquée à Semot et dans l’ensemble des Pyrénées-Orientales8, n’était pas connue. Les sangliers étaient rares sur le territoire, et les cerfs et les chevreuils totalement absents. Cependant, dans la période comprise entre les années 1950 et les années 1970, l’écologie de la région a subi de profonds changements, causés à la fois par la déprise agricole et par des mesures prises par l’Office national de la chasse. Si le mouvement d’abandon des campagnes a entraîné la raréfaction du petit gibier et l’augmentation des effectifs de sangliers9, les cerfs et les chevreuils ont été introduits directement par la fédération départementale des chasseurs10. En outre, le nombre des chasseurs résidant dans le village a chuté, au profit des chasseurs originaires du village mais émigrés, pour lesquels la chasse était l’occasion de maintenir des rapports avec leur lieu d’origine, ainsi qu’au profit des chasseurs urbains étrangers. Dans l’espace de quelques années, on est donc passé d’une chasse occasionnelle au petit gibier pratiquée par les villageois à une chasse au grand gibier en battue, pratiquée régulièrement, surtout par des chasseurs habitant la plaine du Roussillon11.

  • 12 Indiquons que deux autres battues de chasse, composées l’une de quinze chasseurs et l’autre de six (...)
  • 13 M. Bozon et J.-C. Chamboredon utilisent l’expression « couches populaires d’urbains déruralisés » (...)
  • 14 J.-C. Chamboredon, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace (...)
  • 15 La « chasse populaire », celle pratiquée par les couches sociales les plus démunies, est considéré (...)
  • 16 Le texte de J.-M. Pinet « La chasse méditerranéenne : quel avenir démographique ? » montre que la (...)
  • 17 Les données relatives au nombre de chasseurs m’ont été transmises oralement par des fonctionnaires (...)

6Aujourd’hui, la battue de Semot rassemble vingt-sept chasseurs, dont seulement quatre résident au village12. Parmi les autres, cinq y sont liés par des liens de parenté, alors que les dix-huit restants, souvent fils de paysans, proviennent des « couches populaires d’urbains13 » résidant dans les petites villes de la plaine. Si nous devions nous conformer aux typologies développées par Jean-Claude Chamboredon14, l’appellation chasse populaire conviendrait à la représentation de la battue de Semot15. Parmi les métiers recensés, il y avait boulanger, commis de magasin, boucher, gendarme, éleveurs à petite échelle et employés municipaux. Malgré la présence de quelques jeunes dans la trentaine, environ la moitié des membres étaient à la retraite, ce qui laisse supposer que le nombre de chasseurs est destiné à diminuer16. Néanmoins, et bien que depuis une dizaine d’années le nombre des membres de l’équipe soit resté à peu près stable, fluctuant entre vingt-cinq et trente individus, les chasseurs affirment que le nombre des prélèvements de gibiers sur la même période a augmenté. Cela n’est pourtant guère surprenant, si on jette un coup d’œil sur les mêmes données, concernant cette fois l’ensemble des Pyrénées-Orientales. En regardant les tableaux, on se rend bien compte qu’à une diminution du nombre des chasseurs sur le département correspond une augmentation du nombre des prélèvements d’animaux17.

  • 18 Rappelons que le prélèvement d’animaux n’est pas le seul moyen de gestion de la faune sauvage, mai (...)

7Si les prélèvements de sangliers demeurent plus ou moins stables (fig. 1), avec des pics auxquels succèdent des saisons plus sobres, les prélèvements de cerfs et de chevreuils augmentent considérablement (fig. 2, 3). L’un des changements entraînés par la chasse-gestion sur le long terme est donc l’augmentation du nombre des prélèvements, du moins pour les espèces soumises au plan de chasse, comme le cerf et le chevreuil. Dans un certain sens, les chasseurs sont encouragés à prélever toujours plus d’animaux de la saison précédente, dans une logique circulaire selon laquelle plus on gère, plus on doit chasser. Le paradoxe vient du fait qu’un nombre toujours mineur d’individus prélève un nombre toujours croissant d’animaux (fig. 4). Effectivement, dans une région de montagne très peu peuplée et particulièrement giboyeuse comme celle de Semot, la gestion du gros gibier consiste principalement dans la mise à mort des animaux18. Gestion et mise à mort sont ainsi fatalement liées : pas de gestion sans mise à mort, et pas de mise à mort sans gestion.

Fig. 1. – Évolution du nombre de prélèvements de sangliers dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Fig. 1. – Évolution du nombre de prélèvements de sangliers dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Doc. A. Zuppi.

Fig. 2. – Évolution du nombre de prélèvements de cerfs dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Fig. 2. – Évolution du nombre de prélèvements de cerfs dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Doc. A. Zuppi.

Fig. 3. – Évolution du nombre de prélèvements de chevreuils dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Fig. 3. – Évolution du nombre de prélèvements de chevreuils dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).

Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Doc. A. Zuppi.

Fig. 4. – Rapport entre la diminution du nombre de chasseurs (rouge) et l’augmentation du nombre de prélèvements de cerfs (noir), chevreuils (rose) et sangliers (bleu) dans les Pyrénées-Orientales (2004-2014).

Fig. 4. – Rapport entre la diminution du nombre de chasseurs (rouge) et l’augmentation du nombre de prélèvements de cerfs (noir), chevreuils (rose) et sangliers (bleu) dans les Pyrénées-Orientales (2004-2014).

Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Doc. A. Zuppi.

  • 19 Impossible de ne pas remarquer dans ces témoignages des rappels de la Jagdfieber dont parle Bertra (...)

8Pour les chasseurs de Semot toutefois, l’acte de la mise à mort semble être considéré comme une fin en soi, pas comme un moyen pour atteindre un autre résultat, comme pourrait l’être celui de la gestion de la faune sauvage. Certes, lorsqu’ils parlaient avec moi, les chasseurs recouraient spontanément et bien volontiers au thème de la gestion, à laquelle ils se référaient comme à une tâche inéluctable. En s’arrogeant le rôle d’administrateurs du biotope, ils m’expliquaient que prélever était nécessaire à la fois pour protéger les animaux des épidémies, qui les auraient sûrement frappés en cas de surpopulation, et à la fois pour protéger les êtres humains, qui auraient pu être dérangés par la présence excessive des bêtes sauvages. Cependant, lorsque la pratique cynégétique était en acte, ce qui semblait les intéresser était l’appropriation des animaux sauvages, indépendamment de sa finalité gestionnaire : la mise à mort en tant que telle, pas en vue de la gestion. C’est un fait, d’ailleurs, que l’harmonie de l’équipe repose en grande partie sur le succès de l’action cynégétique. Si à la fin de la journée ils revenaient bredouilles, les chasseurs étaient souvent insatisfaits, déçus, irrités et prêts à s’accuser mutuellement de l’échec. « Moi je vais à la chasse parce que j’éprouve plaisir à tuer des animaux, c’est comme ça », m’avoua un chasseur particulièrement sincère, qui se disait aussi gestionnaire. On comprend alors que, pour ces chasseurs, la logique gestionnaire ne semble pas être capable d’épuiser le sens qu’ils donnent à l’acte de la mise à mort, qui est probablement imprégné d’un caractère émotionnel profond. Ainsi, quand un animal est abattu, aucun chasseur ne félicite son collègue en lui disant : « Bien joué mon vieux, c’est un joli coup pour la gestion du biotope. » Lorsque la chasse est en cours, en somme, les préoccupations gestionnaires semblent s’éclipser. De ce point de vue, je considère comme significatives les opinions de certains habitants de Semot, pour lesquels les chasseurs sont « obsédés » par la chasse : « J’aimerais bien si tu découvres ce qui se passe aux chasseurs [sic], me dit un éleveur du village, parce que la chasse devient toute leur vie, ils ne font que penser à ça, ça devient une obsession. » Certains villageois parlaient même de la chasse comme d’un « virus » qu’attrapent les chasseurs19. Or, étant peu probable que les chasseurs soient obsédés ou « infectés » par un désir irréfrénable de gérer la faune sauvage, il faut supposer que ce désir concerne l’acte de quête et de mise à mort des animaux.

9Le fait que l’acte ultime de la mise à mort soit revêtu d’un sens indépendant de la problématique gestionnaire est aussi banal que significatif. Cela indique que, tout en restant à l’intérieur du cadre officiel de la chasse-gestion, les chasseurs sont animés par des motivations et des finalités qui suivent des logiques qui ne sont pas tout à fait de nature gestionnaire.

Gestion : les points de vue indigènes

10Il convient maintenant d’aborder un sujet souvent pris pour acquis. Lorsqu’ils se disent gestionnaires, les chasseurs de l’équipe de Semot entendent-ils tous le terme gestion de la même manière ? Au cours de mes recherches, je me suis rendu compte que, si les chasseurs partageaient l’idée de la gestion entendue comme une régulation des animaux sauvages, les opinions concernant la manière dont cette gestion devait être mise en place pouvaient être divergentes. Considérons à cet égard le témoignage suivant d’un chasseur auquel j’avais demandé s’il savait à quoi servaient les gros bidons que j’avais vus dans les forêts près du village :

  • 20 Entretien avec un chasseur de Semot, 2014.

« J’avais mis des bidons avant, que j’avais rempli de maïs, ils [les sangliers] venaient les tamponner, ils font tomber le maïs… Et ça c’est interdit maintenant, ils nous l’ont interdit, c’est des conneries, parce qu’ils disent que là il n’y a que les gros sangliers qui mangent et les autres ne mangent pas… Mais quand il a bien mangé il s’en va, les autres arrivent derrière, ils mangent aussi, bon mais ça c’est les scientifiques de la chasse… C’est qu’il y a avec ces bidons [sic], il y avait les mères qui avaient des petits, elles venaient manger là et si tu veux, elles pouvaient avoir du lait et elles avaient plus de petits, plus il y a de lait plus il y a des petits, ils grandissent plus vite, ils peuvent de suite mieux se défendre. S’il n’y a pas de manger, s’ils doivent courir beaucoup, ils sont maigres et les mères ont moins de lait et les petits, ils meurent. Et puis, quand tu chasses, souvent tu les trouves dans un rayon de 300-400 mètres autour de ces bidons20. »

  • 21 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2008-2013) », p. 160.

11Indiquons d’abord que la pratique de l’agrainage du grand gibier, l’acte de nourrir des animaux sauvages artificiellement, est interdite dans les Pyrénées-Orientales21. La région de Semot est infestée par les sangliers. Leur donner de la nourriture artificiellement signifierait contribuer à la croissance démesurée des populations qui sont déjà bien stabilisées sur le territoire. Cependant, le chasseur en question ne se montre pas intéressé par ces questions. Ce qui semble le préoccuper est que les sangliers puissent se reproduire copieusement, que les nouveau-nés survivent et qu’ils ne soient pas maigres, de façon à devenir de belles proies. La logique semble être celle de gérer pour tuer, plutôt que de tuer pour gérer. Mais ce point de vue n’est pas partagé par tous les autres chasseurs. Considérons maintenant l’opinion d’un autre chasseur au sujet de l’agrainage :

  • 22 Entretien avec un chasseur de Semot, 2014.

« Moi je suis contre l’agrainage, moi je dis c’est le biotope, s’il y a un biotope pour dix sangliers, il ne faut pas mettre des tonnes de châtaignes, de pommes […]. C’est la nourriture qui conditionne le truc, s’il y a beaucoup de nourriture il y a une bonne reproduction, s’il n’y a pas de nourriture il n’y a pas de reproduction… Et c’est pour ça que je suis contre l’agrainage moi, je n’en veux pas, c’est la nature qui doit décider, ce n’est pas nous22. »

  • 23 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2016-2022) », p. 10.

12On se trouve ici face à deux opinions fort divergentes. Si le premier chasseur se fait porteur d’une gestion dans laquelle le chasseur est en partie le créateur du phénomène duquel il se fait par la suite gestionnaire, le deuxième chasseur semble exprimer une opinion plus proche du discours officiel, selon lequel les chasseurs, en agissant « en faveur des biotopes, […] contribuent à la gestion équilibrée des écosystèmes23 ». Ce qui est intéressant est que les deux chasseurs concernés se déclarent tous les deux gestionnaires. Cela n’est pourtant guère surprenant. Il y a presque trente ans déjà, Jean-Louis Fabiani nous rappelait :

  • 24 J.-L. Fabiani, « Les prédateurs éclairés : remarques sur la “gestion rationnelle” de la chasse en (...)

« La thématique de la gestion rationnelle se situe à des niveaux différents : celui du discours officiel des instances nationales de la chasse est le plus remarquable, mais il ne faut pas négliger les réappropriations par la base de ces thèmes, ce qui ne va pas sans transformations ni malentendus24. »

13Ainsi, parmi les chasseurs de Semot, les opinions concernant les modes d’actualisation de la gestion cynégétique sont loin de faire l’unanimité. Il s’ensuit que le fait que les chasseurs se disent gestionnaires ne nous éclaire que partiellement sur la manière dont ils conceptualisent la gestion. On pourrait ainsi affirmer qu’à côté du concept officiel de gestion existent, pour ainsi dire, des « ethnoconcepts » de gestion, qui mélangent les motivations des instances officielles à des motivations d’un autre ordre, par exemple le désir d’avoir toujours une grande quantité de proies à chasser. Comme dans le cas précédent, on se trouve face à un exemple qui montre que l’adhésion aux discours officiels ne garantit pas, chez les chasseurs, la suppression de tout ce qui est antithétique à ces discours.

Réification et anthropomorphisation des animaux

  • 25 R. Willerslev, Soul hunters : hunting, animism, and personhood among the Siberian Yukaghirs, p. 32 (...)

14Arrivé à ce point, on pourrait croire que les chasseurs de Semot sont effectivement des individus assoiffés de sang. Bien qu’à certains égards cette image ne soit pas entièrement fausse, ceci ne nous offre aucun indice sur la manière dont les animaux sont conceptualisés par les chasseurs. Par exemple, certains groupes de chasseurs-cueilleurs, dont les ethnographes nous disent qu’ils dotent les gibiers de tous les attributs de la personne, n’hésitent pas, nonobstant cela, à en tuer en surnombre s’ils en ont la possibilité, parfois en opérant de véritables massacres25. Le fait que les animaux sont, à leurs yeux, des personnes, ne les empêche pas de les mettre à mort.

  • 26 Les chasseurs de Semot, pour le dire autrement, ne sont pas « naturalistes », au sens entendu par (...)

15De manière similaire, les chasseurs de Semot tuent des animaux sans pourtant être des partisans de la théorie cartésienne de l’automatisme des bêtes26. Bien au contraire, pour beaucoup d’entre eux, les gibiers qu’ils chassent sont pourvus de certains attributs propres à l’être humain. Ainsi, un chasseur me dit « qu’il doit y avoir de l’amour entre une biche et son petit, entre une laie et son marcassin » ; un autre affirma que les isards et les biches pleurent, et se demanda si cela pouvait être dû à « la douleur » ou au « manque d’affection ». La mémoire et la capacité d’apprendre de leurs erreurs étaient aussi deux attributs que les chasseurs concédaient volontiers aux gibiers, tout comme l’intelligence.

  • 27 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2016-2022) », p. 10.
  • 28 Ibid., p. 12.

16Cette aptitude à anthropomorphiser le gibier, qui est constante, sauf dans quelques rares cas, va à l’encontre de la réification auquel les animaux sont soumis dans les discours officiels sur la gestion. Dans le SDGC, les animaux sont présentés comme des « ressources naturelles renouvelables27 » et la nature comme un « patrimoine28 ». L’image mise en avant est celle d’un monde naturel totalement réifié, que les êtres humains regardent et gèrent du haut de leur position externe.

  • 29 Sergio Dalla Bernardina considère aussi que pour les chasseurs, et les ruraux en général, « l’huma (...)

17La manière de conceptualiser les animaux semble ainsi être un aspect de la chasse que la rhétorique gestionnaire n’a pas réussi à modifier. Que pour la majorité des chasseurs de Semot les animaux ne soient pas de simples objets ou des ressources naturelles, cela me paraissait évident29. Encore une fois, les opinions des chasseurs ne coïncident pas (du moins pas entièrement) avec le discours gestionnaire qu’ils soutiennent.

 

  • 30 Voir par exemple les analyses de J.-L. Fabiani, « Quand la chasse populaire devient un sport : la (...)
  • 31 De toute façon, même si les chasseurs avaient l’habitude de transgresser les règles du SDGC, je do (...)
  • 32 Voir à ce sujet les analyses de Sergio Dalla Bernardina sur les récits autoreprésentatifs des nouv (...)
  • 33 L. Ginelli « Des “chasses de plumes” aux “chasses de tous poils”. Représentations sociales des cha (...)
  • 34 Sur les variations des représentations à l’intérieur d’une même communauté, consulter F. Barth, Co (...)

18La question du statut ontologique des animaux fournit un autre exemple de l’écart qu’il semble y avoir entre la sphère officielle de la chasse, celle des documents écrits (comme le SDGC mais aussi les revues spécialisées), et la sphère de la pratique cynégétique en acte, celle des chasseurs. Toutefois, cet écart (qu’on a vu se manifester dans la conceptualisation des animaux, dans l’entendement même du concept de gestion, ainsi que dans le rôle qu’a pour les chasseurs la mise à mort du gibier) ne témoignerait pas d’une contradiction entre ce que les chasseurs disent et ce que les chasseurs font. Bien que le terme gestion ne semble être utilisé que dans les propos adressés aux individus extérieurs à l’équipe, le discours sur la chasse-gestion ne peut pas être réduit seulement à un propos d’autolégitimation des chasseurs face à l’ethnographe. Jusqu’à il y a quelques années, se déclarer gestionnaire aurait pu effectivement relever d’une stratégie de légitimation face aux attaques des écologistes30. Les chasseurs de Semot, pourtant, non seulement disent partager les principes de la chasse-gestion, mais, d’après ce que j’ai observé, ils ne transgressent pas non plus les règles posées par le SDGC31. Aujourd’hui, les chasseurs de la battue de Semot se sentent, et donc sont réellement gestionnaires32. Cela, pourtant, n’empêche pas qu’ils aient des opinions personnelles au sujet de la chasse ou du statut des animaux, ou qu’ils soient animés par des désirs qui contredisent partiellement, totalement ou seulement dans certaines situations les fondements de la chasse-gestion. Le niveau des instances cynégétiques officielles et le niveau des individus qui vont à la chasse ne sont pas éloignés, mais ils coexistent et ils se chevauchent mutuellement en fonction du contexte. Il serait donc incorrect d’envisager ces deux niveaux comme les avatars d’un « désenchantement » de la chasse d’un côté, et d’un « réenchantement » de la chasse de l’autre, comme l’ont proposé des collègues33. Cela reviendrait effectivement à postuler l’existence d’une sphère officielle et d’une sphère non officielle, conçues comme deux niveaux séparés et irréductibles. Plutôt que d’un écart entre la chasse des administrateurs et la chasse des chasseurs, il convient de parler d’un entrelacement entre les deux, envisageant un niveau unique et inséparable, afin d’éviter d’ordonner et de simplifier un phénomène social qui est pourtant désordonné, complexe et dont les représentations sont essentiellement variables en fonction des sujets et des situations34. S’il y a bien des aspects de la pratique cynégétique que la chasse-gestion n’arrive pas à gérer, comme les désirs et les conceptualisations propres aux chasseurs, c’est justement parce que les deux niveaux coexistent. Il ne faut donc pas s’étonner du fait que les chasseurs de la battue de Semot peuvent être, en même temps, gestionnaires et non gestionnaires.

Bibliographie

Barth Fredrik, Cosmologies in the making : a generative approach to cultural variation in inner New Guinea, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Bozon Michel, Chamboredon Jean-Claude, « L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique », Ethnologie française, nouv. s., t. X, no 1, 1980, p. 65-88.

Chamboredon Jean-Claude, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural », Études rurales, no 87-88, 1982, p. 233-260.

Dalla Bernardina Sergio, Il miraggio animale : per un’antropologia della caccia nelle società contemporanea, Rome, Bulzoni Editore, 1987.

Dalla Bernardina Sergio, « L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien », Terrain, no 13, 1989, p. 130-139.

Dalla Bernardina Sergio, « Une personne pas tout à fait comme les autres : l’animal et son statut », L’homme, t. XXXI, no 120, 1991, p. 33-50.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

Fabiani Jean-Louis, « Les prédateurs éclairés : remarques sur la “gestion rationnelle” de la chasse en France », dans Eizner Nicole (dir.), L’imaginaire de la chasse : hier et demain, Chalon-sur-Saône, Atelier CRC France, 1988, p. 111-124.

Fabiani Jean-Louis, « Quand la chasse populaire devient un sport : la redéfinition sociale d’un loisir traditionnel », Études rurales, no 87-88, 1982, p. 309-323.

Fédération nationale des chasseurs, L’examen du permis de chasser, Paris, Hachette, 2012.

Ginelli Ludovic, « Chasse-gestion, chasse écologique, chasse durable… Enjeux d’une écologisation », Économie rurale, no 327-328, 2012, p. 38-51.

Ginelli Ludovic, « Des “chasses de plumes” aux “chasses de tous poils”. Représentations sociales des chasses d’hier et d’aujourd’hui dans les Pyrénées : le cas de Villelongue (Hautes-Pyrénées) », mémoire de maîtrise en sociologie, Bordeaux, université Victor-Segalen – Bordeaux II, 2004.

Hell Bertrand, Sang noir : chasse, forêt et mythe de l’homme sauvage en Europe, Paris, L’Œil d’Or, 2012.

La chasse et la cueillette aujourd’hui, Études rurales, no 87-88, 1982.

Klein François, « La réintroduction du cerf Cervus elaphus », Revue d’écologie : la Terre et la vie, suppl. 5, 1990, p. 131-134.

Mauz Isabelle, « Gens, cornes et crocs : relations hommes-animaux et conceptions du monde, en Vanoise, au moment de l’arrivée des loups », thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Paris, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 2002.

Mounet Coralie, « Le monde agricole confronté au loup, au sanglier et à leurs partisans : un conflit d’usage et de représentation », Revue de géographie alpine, t. XCIV, no 4, 2006, p. 89-98.

Pelosse Valentin, Vourc’h Anne, « Chasseurs et protecteurs : les paradoxes d’une contradiction », dans Cadoret Anne (dir.), Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 108-123.

Peres Hubert, « Entre désenchantement et réenchantement : chasser en Chalosse », Études rurales, no 147-148, 1998, p. 99-113.

Pinet Jean-Michel, « La chasse méditerranéenne : quel avenir démographique ? », Forêt méditerranéenne, t. XVI, no 3, 1995, p. 278-281.

Sánchez Garrido Roberto, « Percepción y rentabilidad cinegética : la hipótesis del “verdadero ecologista” », Perifèria : revista de recerca i formació en antropologia, vol. VII, no 2, 2007, p. 1-21.

« Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2008-2013) », Perpignan, Fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Orientales, 2008.

« Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2016-2022) », Perpignan, Fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Orientales, 2016.

Sigaut François, « L’animal : machine ou personne ? », Ethnozootechnie, no 46, 1991, p. 5-12.

Stoczkowski Wiktor, « L’anthropologie des animaux : éthologie animale et savoirs anthropologiques dans l’œuvre de Charles-Georges Le Roy (1684-1753) », Revue de synthèse, 5e s., vol. CXXIV, no 1, 2003, p. 237-260.

Willerslev Rane, Soul hunters : hunting, animism, and personhood among the Siberian Yukaghirs, Berkeley, University of California Press, 2007.

Zuppi Andrea, « La chasse, l’élevage et le “naturalisme” : enquête sur les relations homme-animal dans les Pyrénées-Orientales », mémoire de maîtrise en ethnologie et anthropologie sociale, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2015.

Notes

1 Le vrai nom du village a été remplacé par ce nom fictif afin de respecter la volonté des informateurs de rester anonymes.

2 Pour une perspective comparatiste à l’échelle européenne, voir S. Dalla Bernardina, « L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien », pour l’Italie ; R. Sánchez Garrido, « Percepción y rentabilidad cinegética : la hipótesis del “verdadero ecologista” », pour l’Espagne ; V. Pelosse et A. Vourc’h, « Chasseurs et protecteurs : les paradoxes d’une contradiction » ; J.-L. Fabiani, « Quand la chasse populaire devient un sport » ; L. Ginelli, « Des “chasses de plumes” aux “chasses de tous poils”. Représentations sociales des chasses d’hier et d’aujourd’hui dans les Pyrénées : le cas de Villelongue (Hautes-Pyrénées) » p. 60 ; I. Mauz, « Gens, cornes et crocs : relations hommes-animaux et conceptions du monde, en Vanoise, au moment de l’arrivée des loups », p. 40, 210-215, pour la France.

3 L. Ginelli, « Chasse-gestion, chasse écologique, chasse durable… Enjeux d’une écologisation », p. 39.

4 Fédération nationale des chasseurs, L’examen du permis de chasser, p. 25.

5 « Le schéma départemental de gestion cynégétique est élaboré pour six ans par la fédération départementale des chasseurs qui en assure la mise en œuvre. Il comprend toutes les mesures de nature à améliorer la pratique de la chasse, la gestion de la faune et la préservation des habitats. » (Fédération nationale des chasseurs, L’examen du permis de chasser, p. 25.)

6 http://chasseurdefrance.com/decouvrir-la-chasse-en-france/pourquoi-chasser/

7 Une description plus détaillée de l’histoire de la chasse à Semot se trouve dans mon mémoire de maîtrise soutenu à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris en 2015 (A. Zuppi, « La chasse, l’élevage et le “naturalisme” : enquête sur les relations homme-animal dans les Pyrénées-Orientales »).

8 « Schéma départemental de gestion cynégétique (2008-2013) », p. 13. Dans la commune de Semot, la chasse au petit gibier n’est pratiquée que par un nombre très restreint d’individus, raison pour laquelle elle ne fera pas objet de mes analyses.

9 C. Mounet, « Le monde agricole confronté au loup, au sanglier et à leurs partisans : un conflit d’usage et de représentation ».

10 F. Klein, « La réintroduction du cerf Cervus elaphus ».

11 Cette dynamique de transformation de l’activité cynégétique (exode rural, raréfaction du petit gibier au profit du grand gibier et diminution des chasseurs ruraux au profit des chasseurs non ruraux) s’est produite entre les années 1950 et les années 1970 dans plusieurs régions de France. Consulter à cet égard La chasse et la cueillette aujourd’hui.

12 Indiquons que deux autres battues de chasse, composées l’une de quinze chasseurs et l’autre de six chasseurs, sont actives à Semot, en plus de sept chasseurs à l’approche. Le nombre total des individus qui chassent sur le territoire de la commune était de cinquante-cinq pendant la saison 2014-2015. La raison pour laquelle je consacre cet article à une seule battue est qu’elle est celle qui rassemble le plus grand nombre des chasseurs de Semot.

13 M. Bozon et J.-C. Chamboredon utilisent l’expression « couches populaires d’urbains déruralisés » (« L’organisation sociale de la chasse en France et la signification de la pratique », p. 73).

14 J.-C. Chamboredon, « La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural ».

15 La « chasse populaire », celle pratiquée par les couches sociales les plus démunies, est considérée par le sociologue Jean-Claude Chamboredon comme le développement de la « chasse paysanne » d’autrefois (« La diffusion de la chasse et la transformation des usages sociaux de l’espace rural », p. 244-245). Cependant, en plus de continuer à exprimer des valeurs propres à la « chasse paysanne », comme la virilité et le rôle initiatique, la « chasse populaire » est aussi porteuse de la valeur sportive associée à la quête d’animaux sauvages, héritée directement de la « chasse bourgeoise » (ibid.).

16 Le texte de J.-M. Pinet « La chasse méditerranéenne : quel avenir démographique ? » montre que la diminution des effectifs de chasseurs est un phénomène qui intéresse toute la région méditerranéenne.

17 Les données relatives au nombre de chasseurs m’ont été transmises oralement par des fonctionnaires de la fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Orientales. Les données relatives au nombre de prélèvements des ongulés (fig. 1-4) sont issues du site de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, en particulier du réseau Ongulés sauvages, où elles sont en libre accès (http://www.oncfs.gouv.fr/Reseau-Ongules-sauvages-ru104).

18 Rappelons que le prélèvement d’animaux n’est pas le seul moyen de gestion de la faune sauvage, mais celui qui est mis en place lorsque les populations sont bien stabilisées sur le territoire ou en surnombre.

19 Impossible de ne pas remarquer dans ces témoignages des rappels de la Jagdfieber dont parle Bertrand Hell, la « fièvre de la chasse » qui s’empare des chasseurs de cerf des Vosges, et sous l’influence de laquelle les chasseurs perdent « le sens de la mesure, sacrifient leur vie familiale et professionnelle pour s’adonner corps et âme à la poursuite de l’animal » (Sang noir : chasse, forêt et mythe de l’homme sauvage en Europe, p. 24-25). Hell soutient que cette fièvre, comme l’obsession des chasseurs de Semot et le « virus » qui est censé les infecter, est conçue comme une « réalité physiologique » qui se trouve dans le sang des chasseurs (ibid.).

20 Entretien avec un chasseur de Semot, 2014.

21 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2008-2013) », p. 160.

22 Entretien avec un chasseur de Semot, 2014.

23 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2016-2022) », p. 10.

24 J.-L. Fabiani, « Les prédateurs éclairés : remarques sur la “gestion rationnelle” de la chasse en France », p. 121.

25 R. Willerslev, Soul hunters : hunting, animism, and personhood among the Siberian Yukaghirs, p. 32-35. Pour d’autres matériaux comparatifs, je renvoie le lecteur aux travaux cités par Willerslev même (ibid., p. 34-35, 195).

26 Les chasseurs de Semot, pour le dire autrement, ne sont pas « naturalistes », au sens entendu par Philippe Descola (Par-delà nature et culture). D’ailleurs, selon l’anthropologue italien Sergio Dalla Bernardina, la mise à mort est accompagnée par un processus de « dépersonnalisation » de l’animal, qui permet aux chasseurs d’atteindre une distance symbolique suffisante de l’animal, qui resterait sinon trop « humain » pour que les chasseurs puissent l’abattre : « la chasse […] est vraisemblablement un processus de transformation de la proie/personne en une proie/chose » (« Une personne pas tout à fait comme les autres : l’animal et son statut », p. 34-35).

27 « Schéma départemental de gestion cynégétique des Pyrénées-Orientales (2016-2022) », p. 10.

28 Ibid., p. 12.

29 Sergio Dalla Bernardina considère aussi que pour les chasseurs, et les ruraux en général, « l’humanité » des gibiers est un fait qui relève de l’évidence (« Une personne pas tout à fait comme les autres : l’animal et son statut », p. 38-39). De manière similaire, François Sigaut affirme que « l’esprit populaire a toujours été plus avancé que les métaphysiciens en ce qui concerne les capacités mentales des animaux » (« L’animal : machine ou personne ? », p. 9). Il faut cependant faire attention à ne pas tomber dans le piège dualiste selon lequel les ruraux moins instruits seraient détenteurs d’une sensibilité envers les animaux que les urbains et les intellectuels auraient par la suite perdu. Rien n’empêche que des chasseurs de haute extraction n’anthropomorphisent aussi les animaux (voir à ce propos W. Stoczkowski, « L’anthropologie des animaux : éthologie animale et savoirs anthropologiques dans l’œuvre des Charles-Georges Le Roy »). Le facteur discriminant entre l’anthropomorphisation et la réification des animaux, en somme, n’est certainement pas la classe sociale d’appartenance.

30 Voir par exemple les analyses de J.-L. Fabiani, « Quand la chasse populaire devient un sport : la redéfinition sociale d’un loisir traditionnel ».

31 De toute façon, même si les chasseurs avaient l’habitude de transgresser les règles du SDGC, je doute qu’ils l’auraient fait en ma présence.

32 Voir à ce sujet les analyses de Sergio Dalla Bernardina sur les récits autoreprésentatifs des nouveaux chasseurs « écologistes » des Préalpes de la Vénétie et de l’arrière-pays corse (Il miraggio animale : per un’antropologia della caccia nella società contemporanea, p. 163-202).

33 L. Ginelli « Des “chasses de plumes” aux “chasses de tous poils”. Représentations sociales des chasses d’hier et d’aujourd’hui dans les Pyrénées : le cas de Villelongue (Hautes-Pyrénées) », p. 39-43 ; H. Peres, « Entre désenchantement et réenchantement : chasser en Chalosse ».

34 Sur les variations des représentations à l’intérieur d’une même communauté, consulter F. Barth, Cosmologies in the making : a generative approach to cultural variation in inner New Guinea.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Évolution du nombre de prélèvements de sangliers dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).
Légende Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Crédits Doc. A. Zuppi.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2. – Évolution du nombre de prélèvements de cerfs dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).
Légende Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Crédits Doc. A. Zuppi.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. – Évolution du nombre de prélèvements de chevreuils dans les Pyrénées-Orientales (1974-2014).
Légende Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Crédits Doc. A. Zuppi.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4. – Rapport entre la diminution du nombre de chasseurs (rouge) et l’augmentation du nombre de prélèvements de cerfs (noir), chevreuils (rose) et sangliers (bleu) dans les Pyrénées-Orientales (2004-2014).
Légende Source : Office national de la chasse et de la faune sauvage.
Crédits Doc. A. Zuppi.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/9810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Étudiant en ethnologie et anthropologie sociale à l’École des hautes études en sciences sociales

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search