Version classiqueVersion mobile

De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale

 | 
Sergio Dalla Bernardina

La longue durée (avant le tournant)

Savoir interagir : ethnographie des interactions entre soigneurs et animaux de zoos

Bastien Picard

Résumé

Les zoos sont des lieux singuliers au sein desquels soigneurs et animaux sauvages se côtoient quotidiennement et sur la longue durée. L’étroitesse de ces relations engendre certains savoirs qui sont restés peu étudiés jusqu’alors. Il s’agit ici d’examiner la nature de ces savoirs en s’appuyant sur une étude ethnographique du zoo de Barcelone et de la Ménagerie du Jardin des plantes, à Paris. Partant d’une définition pragmatiste des savoirs, cette enquête montre d’abord qu’il s’agit de savoirs indissociables d’interactions. Elle montre ensuite que ces savoirs en interaction ne sont pas seulement humains, mais aussi animaux. Enfin, ces savoirs consistent tout autant à savoir s’associer qu’à savoir se séparer. Ce dernier point permet d’interroger la pertinence des concepts de communauté mixte et de communauté hybride lorsqu’il s’agit de décrire les relations entre animaux et soigneurs au zoo.

Texte intégral

1Les zoos sont des lieux singuliers. Des humains, les soigneurs, et des animaux, souvent qualifiés de sauvages, s’y côtoient quotidiennement, sur une longue durée, et dans des espaces qui réduisent fortement les distances. Cette proximité multidimensionnelle n’est pas seulement spatio-temporelle, mais aussi affective et cognitive. En particulier, la perceptibilité (visuelle, olfactive, sonore, voire tactile) règne entre des hommes et des espèces qui, en dehors de la captivité, n’ont pas pour habitude d’être aussi proches. Pourtant, le zoo est tout autant un lieu où soigneurs et animaux ne cessent de se séparer. Les barrières, les portes, mais aussi les comportements animaux de fuite et d’agression en sont les manifestations les plus évidentes. Cette combinaison problématique de proximité et de séparation multiplie le nombre et la nature des interactions entre animaux et animaliers. Le bon déroulement de celles-ci rend alors nécessaire la maîtrise de certains savoirs, humains mais aussi animaux. Il s’agira ici de décrire ces savoirs en se focalisant sur deux parcs zoologiques d’Europe occidentale au sein desquels j’ai mené une enquête ethnographique : le zoo de Barcelone et la Ménagerie du Jardin des plantes, à Paris.

Quelle définition des savoirs ?

  • 1 F. Nietzsche, Le gai savoir.
  • 2 W. James, Le pragmatisme.
  • 3 J. Dewey, Reconstruction en philosophie.
  • 4 R. Rorty, L’espoir au lieu du savoir : introduction au pragmatisme.

2Mon point de départ ici sera une définition pragmatiste des savoirs, dont on peut déjà trouver la trace chez Friedrich Nietzsche1, et qui sera développée par les philosophes appartenant au pragmatisme proprement dit, notamment William James2, John Dewey3 et Richard Rorty4. Cette définition du savoir vise à tirer les conséquences du fait que l’homme est un être vivant, dont l’une des caractéristiques est la contingence (ce qu’a montré la révolution darwinienne). Dès lors, connaître ce n’est pas représenter une réalité en soi, mais c’est utiliser des points de repère permettant de vivre et d’interagir. Savoir consiste à s’ajuster avec des apparences variables, et non pas à découvrir la vérité liée à des essences invariables. Bref, savoir c’est faire, ce qui rend illégitime toute distinction de nature entre savoirs théoriques (par exemple universitaires) et savoirs pratiques (par exemple animaliers).

  • 5 Ce que permet difficilement la définition, certes pragmatiste, de la connaissance développée par F (...)

3Cette définition a aussi le mérite de rendre possible la mise au jour d’interactions qui resteraient inaccessibles sans elle. En effet, elle laisse ouverte la possibilité d’une continuité entre savoirs humains et savoirs animaux5. Or les soigneurs font précisément référence à des savoirs animaux, savoirs qui jouent un rôle dans leurs interactions avec eux. C’est donc pour satisfaire aux exigences de la description qu’il faut se tourner vers une définition pragmatiste des savoirs. Bien sûr, il n’est pas question de nier les différences entre savoirs humains et savoirs animaux (par exemple, on pourra soutenir que seuls les hommes sont capables de langage et donc de description, ou que le savoir humain est plus complexe, ou plus flexible), de même qu’il n’est pas question de nier les différences de savoirs entre humains (par exemple entre ceux des mathématiciens et ceux des soigneurs) ou entre animaux (par exemple entre ceux du dendrobate et ceux de l’orang-outang). Seulement, ces différences n’apparaissent que sur un fond commun : dans les savoirs humains et animaux, il s’agit toujours d’organiser le monde de manière fiable afin de faciliter des interactions dans des circonstances données.

Savoir sécuriser

  • 6 L’asservissement consiste à soumettre l’accessibilité d’une clé à un autre mécanisme de serrure. C (...)

4L’objectif principal des soigneurs est bien évidemment de savoir prendre soin, au sens large, des animaux dont ils ont la charge. Pour cela, la première chose que doit apprendre un animalier est d’assurer la sécurité : de soi-même, des collègues humains et des animaux. Un nouveau soigneur doit ainsi apprendre à maîtriser les installations au sein desquelles il va interagir avec les animaux et ses collègues. C’est particulièrement visible pour les installations très sécurisées qui hébergent les espèces les plus dangereuses (grands singes, félins, éléphants, ours). Dans ces installations, le bon déroulement des interactions passe par un savoir technique qui consiste à savoir faire fonctionner les systèmes mécaniques des portes (poulies, etc.), les sécurités (barres, cadenas) ou les systèmes de clés (comme l’asservissement6). Souvent, la sécurité exige aussi de fonctionner par binôme, ce qui implique de savoir coordonner manipulations des portes et déplacements. Le risque réside alors dans une mésentente qui pourrait conduire au drame si homme et animal se retrouvent dans le même espace. De cette maîtrise des installations dépend aussi la sécurité des animaux. Une erreur de manipulation ou une porte mal fermée pourrait conduire à une évasion dont les conséquences sont parfois néfastes pour la santé des animaux.

5Apparaît ici un premier type d’interaction entre hommes et animaux puisque la nature des installations et de leur manipulation va varier en fonction des capacités d’action de l’animal. C’est par exemple le cas des portes dont le fonctionnement doit être maîtrisé. Ainsi, les portes des félins peuvent se contenter d’une sécurité répondant à la possibilité d’un mouvement latéral (effectué avec une patte). Au contraire, les sécurités des portes des ours doivent pouvoir répondre à des mouvements latéraux mais aussi verticaux (de bas en haut).

Savoir déplacer, savoir faire se déplacer, savoir se déplacer

  • 7 Y compris en les trompant, ce qui suppose un savoir producteur d’ignorance (par exemple en détourn (...)
  • 8 C. Ferret, « Vers une anthropologie de l’action : Angré-Georges Haudricourt et l’efficacité techni (...)

6Cette connaissance des installations est nécessaire afin de pouvoir déplacer les animaux d’une installation à une autre, que ce soit pour nettoyer, nourrir ou éviter des conflits entre animaux. Savoir déplacer consiste à ouvrir et fermer les portes au bon moment, souvent après l’avoir annoncé aux animaux (soit pour les inviter à passer, soit pour éviter de les blesser lors de la fermeture). Cela consiste aussi à contrôler leur nombre en les comptant, ce qui implique de savoir les rendre visibles en jouant avec les contraintes des installations (il faut notamment trouver des angles de vue). Savoir déplacer revient souvent à savoir persuader voire à savoir séduire (avec ou sans nourriture). À cet égard, la volonté des animaux est très souvent mentionnée par les soigneurs, principalement lorsqu’ils ne veulent pas se déplacer. Autrement dit, si savoir déplacer est un savoir-faire, c’est aussi un « savoir faire faire » puisqu’il s’agit d’un « savoir faire se déplacer ». À l’opposé du déplacement par capture, ou du déplacement « à l’ancienne », qui pouvait se faire au tuyau d’arrosage, il s’agit souvent de faire appel à des volontés animales7. Autrement dit, si ce « faire faire » est bien une manipulation8, il s’agit d’une manipulation qui cherche à éviter la contrainte au sens où le « faire » du manipulé est volontaire.

7Mais savoir faire se déplacer, c’est aussi interagir avec un « savoir se déplacer » des animaux. En effet, afin d’augmenter son bien-être (c’est-à-dire diminuer son stress ou accéder à l’alimentation), un nouvel animal doit apprendre à suivre la routine du zoo (passer telle porte, connaître la manière dont elle s’ouvre, connaître la signification des bruits liés aux installations). Un rapport de forces peut alors s’instituer avec des animaux qui résistent à la routine qu’on cherche à leur imposer. C’est seulement après avoir été habitués à cette routine qu’ils pourront collaborer aux déplacements. Pourtant, même une fois la routine connue des animaux, cette collaboration n’est jamais totalement acquise. En effet, certains individus savent ne pas être déplacés. Ainsi d’une femelle chimpanzé du zoo de Barcelone, Blanquita, qui, au moment où son groupe doit rentrer pour la nuit, sait où se placer afin de bloquer la fermeture de la porte séparant les installations intérieure et extérieure (elle se place sous la porte guillotine). Elle peut ainsi continuer à observer l’extérieur tout en conservant l’accès à l’intérieur (où se trouvent nourriture et compagnons).

Savoirs comportementaux et savoirs sociaux

8Les soigneurs doivent aussi apprendre à connaître les espèces et leurs comportements, et notamment savoir quelles sont les parties les plus dangereuses de l’anatomie animale (trompe, serres, cornes, bec, griffes…). Avec les orangs-outangs, s’il y a danger de morsure, il s’agit surtout de se méfier de leurs mains, puisqu’on interagit au sein d’installations très sécurisées où le contact est dit protégé par des grilles. Il s’agit de se méfier de leurs deux mains, faudrait-il insister, car bien souvent une main menaçante peut se soustraire à l’attention du soigneur occupé à donner de la nourriture à une main isolée. Ainsi, si la main est paume vers le haut mais fermée, avec les doigts repliés vers l’intérieur, l’animalier sait qu’il dispose de la durée nécessaire pour pouvoir retirer sa main le temps que l’orang-outang ouvre sa main ou la retourne paume vers le bas. Ce qui n’est pas le cas si la main est paume vers le haut mais ouverte, prête à saisir. Une soigneuse ajoute qu’elle anticipe aussi le danger en le voyant dans les yeux de l’orang-outang. Et quand on lui demande ce qu’elle voit, elle répond : « Je ne sais pas, c’est l’habitude. C’est comme un gamin quand tu vois qu’il va faire une connerie. » Savoir rester sauf consiste à anticiper les actions potentielles animales.

  • 9 Pour l’analyse détaillée d’un cas particulier d’interactions sociales entre soigneurs et animaux d (...)

9Afin de rester en sécurité et de pacifier les relations, il faut aussi acquérir un savoir social, c’est-à-dire connaître des règles sociales d’interaction et les suivre9. Ainsi, la posture de face pourra être perçue comme agressive chez certains primates ou chez certains oiseaux. Dès lors, il faudra se positionner de biais ou de dos afin de réduire l’agressivité. Cependant, chez d’autres animaux, le positionnement de dos pourra augmenter l’agressivité en augmentant la vulnérabilité. Le rôle du sexe n’est pas non plus à négliger. Face à un mâle babouin de Guinée, le positionnement de dos sera pacificateur si l’on est une femme, mais déclenchera une agression si l’on est un homme. Ce savoir social consiste ainsi à savoir communiquer. L’objectif principal de cette communication est de s’annoncer, de pacifier et de donner une valeur positive à l’intervention du soigneur qui vient nourrir ou nettoyer. Au langage corporel, il faut ajouter les sifflements et les vocalisations qui parfois reproduisent celles des animaux. Ainsi, les soigneurs de la singerie de la Ménagerie du Jardin des plantes imitent les vocalisations positives des mangabeys noirs lorsqu’ils interagissent avec eux.

10Il faut souligner que ce savoir social n’est pas seulement humain, mais aussi animal. En effet, les animaux de zoos doivent apprendre à entrer en relation avec des humains dont leur survie dépend. Étant donné que la majorité de ces animaux est née en captivité, cet apprentissage commence dès le plus jeune âge. Il leur faut ensuite recomposer leurs relations sociales lorsqu’ils changent de zoo, d’installation, de soigneur, ou lorsqu’on modifie l’organisation du travail (les horaires de passage par exemple). Ainsi, un changement d’installation implique souvent une modification du territoire, qui doit se reconstituer autrement, d’où des ajustements de frontières qui peuvent conduire à une recrudescence des conflits.

  • 10 Voir B. Picard, « Le protocole du jabiru : agentivités animales et animalières au zoo de Barcelone (...)

11L’arrivée d’un nouvel animal dans un zoo met particulièrement en évidence le travail de socialisation qui s’effectue à la fois chez les hommes et chez les animaux. Afin qu’il s’adapte au mieux, on cherche à l’habituer progressivement aux nouvelles conditions de captivité, dont font partie ses nouveaux soigneurs. On s’annonce par des sifflements, on lui parle, on patiente et, si l’animal le permet, on va lui donner à manger à la main voire le caresser, toutes choses qui semblent à première vue contradictoires avec le statut d’animal « sauvage » et « naturel » revendiqué par les acteurs des zoos. Mais cette socialisation dépend tout autant des animaux puisque certaines espèces sont plus craintives (par exemple les nilgauts), d’autres plus agressives, sans parler des différences individuelles et du rôle joué par les habitudes sociales héritées du zoo d’où provient l’animal, et qui peuvent ralentir le processus. La durée de l’habituation est ainsi très variable et peut dépasser un an, comme ce fut le cas au zoo de Barcelone avec les gazelles dorcas. Autrement dit, les savoirs sociaux humains et animaux sont des ajustements mutuels ayant pour conséquence de faciliter les interactions. C’est pourquoi les règles sociales ne vont pas seulement dépendre des espèces, mais aussi des individus, et notamment du style choisi par l’animalier, que celui-ci soit frontal et conflictuel, ou au contraire oblique et pacifique10.

12Enfin, ces savoirs sociaux humains et animaux peuvent dépendre de logiques sociales internes aux groupes d’animaux. Ils peuvent par exemple dépendre de la dynamique sociale du groupe (que ce soit une meute en recomposition ou un groupe stressé). Or cette dynamique sociale peut elle-même dépendre du fonctionnement du zoo. Ainsi, le mode de nourrissage des louves ibériques du zoo de Barcelone implique de les enfermer temporairement afin de pouvoir nettoyer leur enclos. Ce fonctionnement a augmenté le stress du groupe et perturbé sa hiérarchie, ce qui a conduit à une méfiance des louves à l’égard des soigneurs. On a ici une interaction à deux niveaux : l’interaction entre le fonctionnement du zoo et la logique sociale du groupe d’animaux engendre un certain type d’interactions entre les individus animaux et humains.

Savoirs techniques

13La sécurité peut aussi dépendre d’une lutte entre savoirs techniques humains et animaux. Sur ce point, les orangs-outangs sont parmi les espèces les plus redoutables. Très patients et très doués pour la manipulation, ils sont notamment réputés pour leur capacité à dévisser et à utiliser des leviers. Les soigneurs doivent donc répondre par un savoir technique consistant à préserver des agressions les différents éléments intérieurs à l’installation (vis, vitres, grilles, dispositifs d’enrichissement, structures de bois).

14Par ailleurs, les soigneurs de la Ménagerie du Jardin des plantes ont mis en place un système de troc avec les orangs-outangs. Ils parviennent ainsi à récupérer vis ou morceaux de bois en échange d’une récompense. On a donc ici un savoir social animal et humain à visée sécuritaire, un savoir transmis par les hommes à des animaux. Le problème est que le troc encourage aussi la destruction puisqu’il peut conduire les orangs-outangs à arracher des morceaux de bois dans l’espoir d’une récompense.

  • 11 Pour une étude détaillée, voir C. Herzfeld, D. Lestel, « Knot tying in great apes : etho-ethnology (...)

15Ces savoirs techniques humains et animaux ont aussi pour objectif le bien-être. Ainsi, certains orangs-outangs, comme Theodora, à la Ménagerie, maîtrisent la technique des nœuds11 et s’en servent pour constituer des hamacs avec des couvertures. Quant aux soigneurs de la Ménagerie, ils cherchent à améliorer le confort des orangs-outangs en fabriquant eux-mêmes différents modèles de hamac à partir des matériaux dont ils disposent (par exemple des lances à incendie).

Reconnaître

16Un nouveau soigneur doit aussi apprendre à reconnaître les individus et leurs spécificités, et s’y ajuster. Certains sont particulièrement dangereux, comme cette femelle panthère du zoo de Barcelone nommée Mossaca, qui blessa grièvement un soigneur. Mossaca est constamment sur le qui-vive, prête à bondir, et ne quitte jamais l’animalier des yeux. Comme l’explique un soigneur, en général, s’il y a une erreur et qu’on entre là où est un félin, il y a un moment de surprise de l’animal qui laisse le temps de ressortir. Mais, avec Mossaca, la surprise est impossible : « Elle est toujours en train d’attendre le soigneur. » On voit de nouveau que les savoirs animaliers se constituent en interaction avec un certain nombre de savoirs animaux. Savoir rester en sécurité face à Mossaca, c’est interagir avec un savoir agresser, et notamment une capacité à patienter et à rester concentrée sur un objectif. À l’opposé du spectre, on trouve une autre femelle panthère nommée Bagheera. Élevée à la main, c’est-à-dire au biberon, elle est très câline et recherche les caresses des soigneurs, qui les lui fournissent volontiers. De manière générale, il existe dans les zoos quelques individualités animales qui permettent aux soigneurs de se répandre en caresses et d’assouvir leur désir de contact si souvent freiné par le caractère sauvage de leurs animaux. Ce qu’on pourrait qualifier d’animaux exutoires.

17Les soigneurs doivent aussi interagir avec les savoirs des animaux à leur égard. Certains animaux ne semblent pas reconnaître les individus humains, mais reconnaissent « l’espèce soigneur » par l’uniforme. Pour capturer des spatules, par exemple, on pourra utiliser des tenues d’une couleur différente afin qu’elles n’identifient pas les soigneurs, ce qui permettra à ces derniers de ne pas provoquer de panique lorsqu’ils reviendront vêtus de leur tenue habituelle. Pourtant, d’autres oiseaux, comme les pélicans, reconnaissent les individus humains, notamment grâce aux gestes et à la démarche. Chez les mammifères, les soigneurs considèrent que les bisons et les chameaux ne reconnaissent pas les individus, au contraire des félins et des primates. L’odeur et la reconnaissance des visages sont alors mentionnées. D’où l’inutilité du changement d’uniforme lorsqu’on veut les capturer. Dès lors, ce sont souvent des personnes étrangères au service qui se chargeront de la capture : soigneur d’un autre service, chef soigneur ou vétérinaire.

18La reconnaissance individuelle passe aussi par la reconnaissance du sexe du soigneur, ce qui aura un impact sur les interactions. Chez les primates, le fait d’être un homme (sur un plan visuel ou olfactif) pourra augmenter l’agressivité de certains mâles et provoquer l’intérêt de certaines femelles. De même, être une femme pourra déclencher la « colère », disent les soigneurs, de certaines femelles. Les animaux apprennent aussi à connaître le style des soigneurs et savent parfois s’adapter en conséquence. Face à un animalier moins autoritaire, l’animal aura tendance à en faire moins tout en cherchant à en obtenir plus.

19De manière générale, plusieurs soigneurs relient directement la reconnaissance individuelle à la fréquence des interactions. Si les petits primates de la singerie de la Ménagerie du Jardin des plantes reconnaissent moins les individus que les orangs-outangs, c’est, dit un soigneur, parce qu’ils interagissent plus avec ces derniers. De même, une soigneuse du zoo de Barcelone se demande si les louves ibériques la reconnaissent encore alors que leur nombre d’interactions s’est fortement réduit. Cela signifie que les individualités ne préexistent pas aux interactions puisqu’elles en émergent.

La « bonne relation »

20C’est à ce niveau individuel qu’il faut savoir établir une « bonne relation », comme le disent les soigneurs. La bonne relation, ici, est pour le pôle humain celle où l’on va savoir gagner la confiance de l’animal tout en sachant rester méfiant. Il s’agit donc d’une relation asymétrique. La confiance de l’animal permet d’augmenter son bien-être, ce qui signifie moins de stress et un meilleur ajustement au fonctionnement du service (déplacements, nourrissage, nettoyage), mais aussi la sécurité et le bien-être des soigneurs, qui développent alors des interactions moins conflictuelles. D’où tout un ensemble d’actions visant à « montrer que l’on est quelque chose de bon », comme caresser la tête d’un varan de Komodo par exemple. La méfiance de l’homme reste néanmoins nécessaire car, comme le répètent les soigneurs, « avec les animaux on ne sait jamais », et surtout avec les animaux sauvages, qu’on caractérise ici par leur plus grande imprévisibilité et leur plus grande dangerosité.

21Pourtant, l’asymétrie de la bonne relation est sans cesse menacée par deux relations symétriques opposées :

  • une relation entre deux méfiances : l’animal peut rester méfiant (comme la panthère nommée Mossaca) ou perdre sa confiance en l’homme (comme les louves ibériques du zoo de Barcelone) ;
  • une relation entre deux confiances : celle de l’animal engendrant celle de l’homme qui, grisé par une relation pacifiée, peut se faire surprendre. Les soigneurs doivent donc savoir gérer leurs émotions, et notamment l’amour qu’ils peuvent éprouver à l’égard de leurs animaux. Il faut savoir garder une certaine distance affective12.

Savoir prendre soin

22L’objectif premier des savoirs humains décrits jusqu’ici est de prendre soin des animaux, ce qui, au sens restreint, comprend quatre aspects :

  • savoir nettoyer : pour cela, il faut soit savoir déplacer et enfermer les animaux afin de libérer l’espace à nettoyer, soit savoir se déplacer au sein d’une installation où se trouvent les animaux, ce qui implique une gestion des distances. C’est donc entrer en interaction avec des animaux qui doivent soit savoir se déplacer, soit tolérer une intrusion dans ce qui peut être leur territoire. Dans le cas contraire, le nettoyage est source de conflit voire impossible. À cet égard, on peut citer le cas des hyènes du zoo de Barcelone qui usent de stratégies sociales afin de ne jamais se retrouver enfermées en même temps au même endroit. Tandis que l’une entre dans le lieu où est disposée la nourriture, l’autre reste à l’extérieur et observe les soigneurs, les rôles s’inversant ensuite ;
  • savoir nourrir passe par la transmission de savoirs écrits, les fiches d’alimentation, élaborées le plus souvent par les vétérinaires. Mais le nourrissage dépend aussi des animaux qui doivent accepter la nourriture, sa nature, et la manière de la transformer. Un animal peut parfois se laisser mourir. Il y a aussi des exigences individuelles et spécifiques. Un individu peut n’accepter une nourriture que si elle est préparée d’une certaine manière. Savoir nourrir un groupe de gorilles dépend d’un savoir social : sa structure en harem oblige à servir le mâle en premier afin d’éviter les agressions ;
  • savoir « médiquer » consiste à savoir faire avaler des médicaments, en les introduisant dans du thé ou de la confiture par exemple. Cela consiste souvent à savoir dissimuler voire à savoir leurrer ;
  • savoir évaluer les risques (liés par exemple à l’installation) ou l’état de santé des animaux (à partir de son appétit ou de sa façon de se déplacer). À cet égard, de nombreux animaux sauvages présentent une difficulté puisqu’ils ont tendance à dissimuler, de façon non intentionnelle, leur mauvaise santé. À l’inverse, une femelle orang-outang de la Ménagerie du Jardin des plantes, Tamu, vient voir les soigneurs de façon spontanée afin de leur montrer où elle s’est blessée. Pour les soigneurs, il s’agit clairement d’un comportement intentionnel. Ici Tamu sait faire savoir, elle transmet son savoir de la localisation de sa blessure aux humains.

23Au-delà de ces quatre aspects fondamentaux, il existe dans certains zoos occidentaux au moins deux autres types de soins :

  • l’enrichissement consiste à améliorer l’environnement physique et social des animaux de zoo afin de diminuer l’ennui et les pathologies. Cela consiste souvent à compliquer l’accès à la nourriture. Il faut alors bien connaître ses animaux (que ce soit à un niveau spécifique ou individuel) pour que l’enrichissement fonctionne. La difficulté doit en effet être proportionnelle aux capacités physiques et cognitives des animaux. Ainsi, pour les petits primates, l’enrichissement ne doit pas exiger une trop grande force physique afin qu’ils puissent l’ouvrir. Au contraire, pour les grands singes, le problème est de trouver des dispositifs suffisamment résistants pour que cela dure plus de quelques dizaines de secondes. D’un point de vue cognitif, les singes capucins ont besoin de dispositifs complexes pour être stimulés (des labyrinthes, par exemple), tandis que d’autres espèces seraient dépassées et frustrées par ces mêmes dispositifs. Savoir enrichir consiste ainsi à savoir faire agir, il s’agit de contrôler l’environnement de l’animal afin qu’il puisse le contrôler ;
  • le training, ou entraînement, consiste à apprendre des mouvements à un animal par association. Il peut avoir différentes fonctions : enrichissante, éducative, divertissante ou médicale (comme faciliter une prise de sang, par exemple). Savoir entraîner est un savoir social qui consiste à « savoir faire faire » à l’animal différents mouvements.

Savoir s’associer et savoir se dissocier

  • 13 M. Midgley, Animals and why they matter.
  • 14 D. Lestel, L’animal singulier.

24D’un point de vue plus général, dans le zoo occidental moderne, hommes et animaux doivent savoir s’associer et savoir se dissocier. Savoir s’associer car savoir interagir passe par un ajustement réciproque des hommes et des animaux dans la constitution d’une routine commune. En effet, si les hommes imposent certaines habitudes aux animaux, l’inverse est aussi vrai : une préférence alimentaire individuelle peut modifier la préparation des aliments, et une préférence sociale peut déterminer les déplacements à effectuer. Qu’il y ait ajustement réciproque ne signifie pas pour autant que l’ajustement se fasse de manière égale : la puissance d’agir la plus importante est souvent du côté des hommes. On reste dans un lieu de captivité. En ce sens, le zoo occidental moderne est bien une communauté mixte13, ou hybride14, dans laquelle humains et non-humains construisent un vivre ensemble (un vivre avec), et ce malgré des différences inévitables de perspective. Une telle perspective reste néanmoins réductrice puisqu’il s’agit tout autant d’y vivre séparément (vivre sans), et ce de deux manières.

25La dissociation peut d’abord s’opposer à l’association lorsque, par exemple, la crainte éprouvée à l’égard d’un danger entre en contradiction avec le désir de contact. L’association peut aussi devenir nuisible. Ainsi le zoomorphisme d’un ara, qui lui fait prendre une soigneuse pour sa partenaire, l’empêche de se reproduire. Un primate élevé à la main éprouve des difficultés à maîtriser les règles de communication nécessaires pour vivre avec ses congénères. Ici, humains et animaux doivent savoir vivre de façon séparée.

  • 15 M. Candea et al., « Introduction : reconsidering detachment ».

26Mais, paradoxalement, l’association et la dissociation peuvent ne pas s’opposer et aller de pair15. En effet, l’association peut d’abord passer par la séparation. L’agressivité et le danger incarnés par certains animaux produisent une distanciation. La séparation par des grilles ou des barreaux rend alors possibles des interactions associatives comme le contact tactile ou le training. De même, la fuite des gazelles dorcas devant l’animalier qui entre dans leur installation rend possible leur nourrissage en établissant une distance pacificatrice.

27La dissociation peut ensuite passer par l’association. En effet, c’est l’ajustement mutuel des hommes et des animaux qui permet à ces derniers de jouir d’une certaine autonomie. La tolérance des animaux à l’égard de la proximité et de la perceptibilité de l’homme, ou le rapprochement opéré par certains animaux (qui peuvent aller jusqu’à manger dans la main) sont autant de processus associatifs qui permettent aux animaux de vivre sans l’homme en dehors de ses interventions. La possibilité du nourrissage et du nettoyage permet par exemple à un groupe d’animaux de développer une vie sociale avec ses logiques propres. L’enrichissement est à cet égard exemplaire.

28Un autre cas intéressant est le travail qui a été mené au zoo de Barcelone afin de rendre les grands singes autonomes en matière de reproduction et d’élevage. Une première méthode a consisté à multiplier les contacts directs avec une femelle orang-outang afin de lui apprendre à allaiter. Une seconde méthode, appliquée aux gorilles des plaines de l’Ouest, a consisté à favoriser la socialisation et l’apprentissage par imitation de congénères expérimentés. Il s’agit alors d’intervenir dans la constitution des structures sociales des groupes en opérant des transferts d’individus expérimentés et inexpérimentés entre les différents parcs zoologiques. Ici, la transmission humaine de savoirs est passée par l’intermédiaire d’une transmission animale des savoirs. Cependant, cette transmission humaine a moins été une transmission de contenus qu’une transmission de véhicules de savoirs.

29C’est donc ici l’intervention humaine qui rend possible l’autonomie, certes relative, des animaux. Savoir interagir consiste ici à savoir rendre ou laisser autonomes les animaux, ce qui suppose de leur part un savoir devenir ou rester autonomes. Cette séparation synonyme d’autonomie est liée dans les discours au caractère « sauvage » des animaux, c’est-à-dire à leur caractère dangereux et/ou imprévisible et/ou indépendant et/ou farouche. Il s’agit soit de conserver le sauvage, soit de le retrouver. Or, dans un milieu aussi anthropisé que le zoo, ce n’est pas l’absence d’anthropisation, mais un certain type d’anthropisation qui sauve le sauvage, c’est-à-dire la survie et le bien-être en captivité d’individus qui doivent se construire une vie propre et séparée des hommes.

  • 16 S’il est donc nécessaire de « prendre le détachement au sérieux comme objet ethnographique » (M. C (...)

30Autrement dit, les concepts de communauté mixte et de communauté hybride ne décrivent que partiellement les interactions qui sont à l’œuvre dans le zoo occidental moderne puisqu’ils ne peuvent rendre compte des processus dissociatifs. On peut alors proposer le concept de communauté scissionnaire, au sens où il s’agit d’une communauté qui ne cesse de produire de la séparation16.

Savoirs et interactions

  • 17 F. Brunois, « Pour une approche interactive des savoirs locaux : l’éthno-éthologie ».

31Dans sa défense d’une « approche interactive des savoirs locaux17 », Florence Brunois souligne combien les interactions avec les non-humains agissent sur la constitution des savoirs humains. De manière générale, savoirs et interactions entretiennent au moins quatre types de relation. En effet, les savoirs humains et animaux décrits jusqu’ici sont à la fois :

  • des savoirs à propos de l’interaction : il s’agit de savoir comment agir avec tel individu animal ou humain ;
  • des savoirs qui produisent un type d’interaction : par exemple pacifique (l’animalier qui sait amadouer, l’animal qui connaît la routine) ou agonistique (comme la panthère nommée Mossaca) ;
  • des savoirs qui sont des produits de l’interaction. Ce sont les interactions qui permettent d’apprendre à s’ajuster ou à reconnaître les individus. Le savoir est ici l’effet d’actions réciproques ;
  • des savoirs qui font partie d’une interaction : le soigneur sait qu’à l’instant t il faut qu’il fasse x parce qu’il anticipe une action animale. Ici, le savoir est un « faire » qui agit et est agi par les animaux ou les humains avec lesquels il y a interaction. Le savoir n’est plus l’effet externe d’actions réciproques, mais une action (agie) constitutive de l’interaction.

Bibliographie

Barth Fredrik, « An anthropology of knowledge », Current anthropology, vol. XLIII, no 1, 2002, p. 1-18.

Brunois Florence, « Pour une approche interactive des savoirs locaux : l’ethno-éthologie », Journal de la Société des océanistes, no 120-121, 2005, p. 31-40.

Candea Matei, Cook Joanna, Trundle Catherine, Yarrow Thomas, « Introduction : reconsidering detachment », dans id., Detachment : essays on the limits of relational thinking, Manchester, Manchester University Press, 2015, p. 1-31.

Dewey John, Reconstruction en philosophie, Paris, Gallimard, 2014.

Ferret Carole, « Vers une anthropologie de l’action : André-Georges Haudricourt et l’efficacité technique », L’homme, no 202, 2012, p. 113-139.

Herzfeld Chris, Lestel Dominique, « Knot tying in great apes : etho-ethnology of an unusual tool behavior », Social science information, vol. XLIV, no 4, 2005, p. 621-653.

James William, Le pragmatisme, Paris, Flammarion, 2011.

Lestel Dominique, L’animal singulier, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

Midgley Mary, Animals and why they matter, Athens, University of Georgia Press, 1983.

Nietzsche Friedrich, Le gai savoir, Paris, Gallimard, 1989.

Picard Bastien, « Le protocole du jabiru : agentivités animales et animalières au zoo de Barcelone », Carnets de géographes, éd. numérique, no 5, 2013. [URL : https://journals.openedition.org/cdg/1072]

Rorty Richard, L’espoir au lieu du savoir : introduction au pragmatisme, Paris, Albin Michel, 1995.

Notes

1 F. Nietzsche, Le gai savoir.

2 W. James, Le pragmatisme.

3 J. Dewey, Reconstruction en philosophie.

4 R. Rorty, L’espoir au lieu du savoir : introduction au pragmatisme.

5 Ce que permet difficilement la définition, certes pragmatiste, de la connaissance développée par F. Barth, « An anthropology of knowledge ».

6 L’asservissement consiste à soumettre l’accessibilité d’une clé à un autre mécanisme de serrure. Ce « métamécanisme » empêche les hommes et les animaux d’accéder simultanément au même espace en conditionnant l’ouverture de certaines portes à la fermeture des autres.

7 Y compris en les trompant, ce qui suppose un savoir producteur d’ignorance (par exemple en détournant l’attention grâce à de la nourriture ou à des interactions sociales).

8 C. Ferret, « Vers une anthropologie de l’action : Angré-Georges Haudricourt et l’efficacité technique ».

9 Pour l’analyse détaillée d’un cas particulier d’interactions sociales entre soigneurs et animaux de zoo, voir B. Picard, « Le protocole du jabiru : agentivités animales et animalières au zoo de Barcelone ».

10 Voir B. Picard, « Le protocole du jabiru : agentivités animales et animalières au zoo de Barcelone ».

11 Pour une étude détaillée, voir C. Herzfeld, D. Lestel, « Knot tying in great apes : etho-ethnology of an unusual tool behavior ».

12 On peut d’ailleurs noter que cette relation entre confiance animale et confiance humaine est souvent la relation idéale fantasmée par un certain nombre de visiteurs ou de candidats aux postes de soigneurs. Elle est peut-être calquée sur la relation idéale de l’homme avec ses animaux familiers.

13 M. Midgley, Animals and why they matter.

14 D. Lestel, L’animal singulier.

15 M. Candea et al., « Introduction : reconsidering detachment ».

16 S’il est donc nécessaire de « prendre le détachement au sérieux comme objet ethnographique » (M. Candea et al., « Introduction : reconsidering detachment »), il est néanmoins douteux que cela implique d’établir une « symétrie » entre relation et séparation. Rien n’exige de réduire la relation à l’association. Être séparé, c’est être séparé de. Comme le montre cette enquête ethnographique, la séparation est de nature relationnelle.

17 F. Brunois, « Pour une approche interactive des savoirs locaux : l’éthno-éthologie ».

Auteur

Doctorant en anthropologie sociale et ethnologie, Laboratoire d’anthropologie sociale / École des hautes études en sciences sociales

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search