Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la bête au non-humain : perspectives et controverses autour de la condition animale

 | 
Sergio Dalla Bernardina

La longue durée (avant le tournant)

Le sauvage dans tous ses états

Sophie Bobbé

Résumé

La réintroduction de vautours fauves en France a instauré de nouvelles relations entre environnementalistes et éleveurs. L’observation des pratiques d’équarrissage, davantage encadrées par l’État à la suite des crises sanitaires de la fin du xxe siècle, montre l’évolution du rôle du rapace dans la gestion de la mort animale. Plus largement, l’étude des dynamiques environnementales nous invite à nous interroger sur la permanence de nos représentations sociales.

Texte intégral

1À partir d’une expérience inédite d’équarrissage naturel pratiqué dans plusieurs massifs de moyenne montagne français grâce à la présence de vautours fauves réintroduits, nous nous proposons de nous interroger sur l’évolution, les transformations ou au contraire les résistances au changement de nos représentations sociales. Dans le cas qui nous concerne, il s’agira de comprendre comment ce nouvel acteur vient prendre place dans le paysage local, comment son comportement nécrophage participe à l’enrichissement du système d’équarrissage dans ces territoires pastoraux et, enfin, en quoi ce nouveau rôle participe à la modification de la représentation que nous avons de l’espèce.

  • 1 S. Bobbé, « Gestions faunistiques, cultures des sauvages et brouillage des catégories ».

2Les représentations que nous avons d’une espèce sont liées aux comportements et aux rapports que nous instaurons avec elle. Ajoutons que ces représentations comme les relations que nous entretenons avec une espèce découlent très largement du statut légal qui lui est conféré – soit l’inscription sur les listes des conventions internationales dictant les modes de protection et de gestion de l’espèce en question. Outre le fait que le traitement qui lui est réservé varie selon que l’espèce est étiquetée protégée, cynégétique ou nuisible, la disposition dans laquelle nous sommes à son égard varie également. Et nos a priori aussi1.

3Mais que se passe-t-il lorsque l’effectif de l’espèce augmente, lorsqu’elle accroît sa niche écologique, lorsqu’elle se sédentarise sur de nouveaux territoires, ou encore lorsqu’elle change de comportements, lorsque ses pratiques alimentaires se diversifient ? Nos représentations résistent-elles à de tels changements ?

Historique de l’équarrissage en France

  • 2 En 2005, l’activité agricole représente près des trois quarts des exploitations montagnardes (cont (...)

4Si l’obligation de recourir à un système d’équarrissage s’impose aujourd’hui à tout éleveur français, celui-ci varie selon les régions et les territoires. Tous ne bénéficient pas d’une même diversité de solutions techniques. Comme leurs collègues installés en plaine, les 75 000 agriculteurs de montagne (soit 14 % du total des exploitations agricoles françaises2) doivent faire appel à l’équarrisseur, ce qui n’est pas aisé lorsque l’installation est éloignée de la ville et/ou de l’usine d’équarrissage. L’équarrisseur, obligé d’accéder à la demande, se montre parfois réticent, notamment lorsque la collecte s’annonce maigre et les kilomètres à parcourir nombreux.

5Bien que la loi Martel de 1903 interdise de laisser les cadavres dans la nature, l’équarrissage ne fait pas l’objet d’une réglementation très contraignante sauf lors de maladies contagieuses obligeant alors l’éleveur à l’enfouissement des cadavres. Les éleveurs se débarrassent discrètement des bêtes mortes en les incinérant, les enterrant ou encore les jetant dans un aven, à l’instar de nos ordures ménagères sur les décharges municipales à ciel ouvert, pour le plus grand plaisir des sangliers, renards, corbeaux, chiens et autres opportunistes. Pour prévenir les risques de pollution des nappes phréatiques, une nouvelle loi du 2 février 1942 du Code rural interdit les charniers sauvages mais elle ne met pas fin pour autant à l’abandon des bêtes mortes dans un aven, habitude très répandue dans les zones de pastoralisme de montagne. En 1975, pour endiguer tout risque pour les santés humaine et animale par la pollution des nappes phréatiques, la nouvelle loi du 31 décembre (no 75-1336) vient conforter la précédente, obligeant les éleveurs à recourir aux services d’un équarrisseur industriel, contre rémunération, seul système existant pour se débarrasser du rebut de l’exploitation. En dessous de 40 kilogrammes de carcasse, la législation française autorise l’enfouissement du cadavre.

  • 3 Surtout si l’on sait que plus de 400 000 tonnes de cadavres sont traitées chaque année en France ( (...)

6Dans ce contexte, la gestion de l’équarrissage devient un enjeu majeur à l’échelle française (comme au niveau communautaire3). Dans les années 1980, ces cadavres intéressent un nouvel acteur local d’origine exogène, le vautour fauve. En 1996, en pleine crise sanitaire (encéphalopathie spongiforme bovine et fièvre aphteuse), l’État décide d’intégrer l’équarrissage dans les missions du service public, le rendant ainsi gratuit pour les requérants (loi no 96-1139 du 26 décembre 1996). Malgré cela, l’équarrissage n’en demeure pas moins problématique en zone de montagne et d’habitats dispersés où l’on pratique l’élevage extensif.

Entre éleveur et environnementaliste : des intérêts partagés

7À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la lutte pluriséculaire (et les nombreuses campagnes de destruction par empoisonnement) a eu raison des populations françaises de vautours fauves (Gyps fulvus) qui ont disparu de toutes les régions d’élevage de moyenne montagne excepté les Pyrénées-Atlantiques où une petite population est parvenue à se maintenir. Auparavant, les vautours bénéficiaient des rebuts de l’élevage jusque sur les estives où transhumaient les troupeaux d’ovins.

Il était une fois des réintroductions

  • 4 Ils profitent généralement des curées sur les charniers lourds pour collecter des données (identif (...)
  • 5 Pour la première fois dans les Baronnies, six jeunes vautours fauves ont été récupérés (le plus so (...)
  • 6 Villaret, Cassagnes et Croupillac sont les charniers utilisés ; 90 % des carcasses sont déposées à (...)
  • 7 Cette biomasse, associée à une répartition régulière des mortalités, pourrait permettre d’entreten (...)

8Lorsque apparaissent ces crises sanitaires (encéphalopathie spongiforme bovine, tremblante du mouton), plusieurs opérations de réintroduction de vautours fauves ont déjà eu lieu, notamment dans les Grands Causses (1981) dans le Vercors (1999) et les Baronnies (1996, 2001), et dans le Verdon (1993-1997). Ces sites de moyenne montagne (Ossau, Baronnies) et de plateaux calcaires (Grands Causses, Verdon, Diois) offrent une variété d’habitats et de sites de reproduction pour ces rapaces nécrophages. Malgré la présence d’ongulés sauvages – le sanglier, le chevreuil (Grands Causses, Verdon), l’isard (Ossau), le chamois (Baronnies, Diois) –, les animaux d’élevage représentent la part majeure de l’alimentation des vautours dans ces différentes régions. C’est à l’initiative de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et du parc national des Cévennes (PNC) que 61 vautours fauves pyrénéens sont lâchés en 1981 dans les Grands Causses. Acteurs et responsables des opérations de réintroduction, les gestionnaires se chargent du suivi des vautours dans le cadre des programmes scientifiques, du baguage4 et veillent au bon état sanitaire des oiseaux5. Pour assurer l’installation, la reproduction et la pérennité des petites populations de vautours, que la mortalité de la faune sauvage ne suffit pas à elle seule à assurer, des campagnes de nourrissage sont organisées par ces gestionnaires avec l’accord des directions départementales des services vétérinaires (DDSV) du Gard, de la Lozère et de l’Aveyron. Des restes récupérés à l’abattoir local de Saint-Affrique sont déposés sur des charniers lourds6 que les vautours prennent immédiatement l’habitude de fréquenter7.

Diversité des systèmes d’équarrissage

  • 8 Par la suite, le PNC et le PNR du Vercors obtiennent également le statut d’équarrisseur. Voir H. B (...)
  • 9 La LPO se charge des exploitations du causse Noir, du Sauveterre et de la vallée du Tarn, le PNC s (...)

9À partir de 1987, grâce à l’ouverture du service public de l’équarrissage (SPE) aux marchés publics et l’obtention par la LPO Grands Causses d’une mission d’équarrissage, une collecte des cadavres proposée aux exploitants est rendue possible8. Les collectes de la LPO9 vont progressivement modifier les pratiques d’équarrissage offrant ainsi aux éleveurs une alternative à l’équarrisseur industriel, comme à l’abandon sauvage et illégal des cadavres dans la montagne. En 2006, l’effectif total des cadavres collectés dans l’ensemble des Grands Causses par la LPO et le PNC s’élève à 1 300 bêtes, ce qui est peu au regard des 4 000 brebis et 10 500 agneaux qui meurent chaque année dans les Grands Causses. Précisons que sur le seul causse Méjean, la cinquantaine d’exploitations pastorales (soit un total de 30 000 brebis environ) se partage à parts égales entre des élevages spécialisés dans la filière viande avec des brebis de la race Blanche du Massif central (BMC), et des élevages spécialisés dans la production de lait avec des brebis de race Lacaune, le plus souvent traites pour des fromageries (roquefort, fédou). 20 % des exploitations caussenardes développent une pluriactivité (notamment l’écotourisme), ce qui correspond à la moyenne nationale (22 %).

10Malgré l’efficacité de ce système de collecte (réalisée en moins de vingt-quatre heures), tous les éleveurs n’y adhèrent pas. En 2013, le PNC cesse sa mission de collecteur dans les exploitations. La perspective d’un équarrissage qui pourrait devenir payant incite plusieurs éleveurs à demander la création d’une placette individuelle d’alimentation sur leur exploitation.

  • 10 L’arrêté, signé par les ministères de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaire (...)

11En 1998, un troisième système d’équarrissage est créé grâce à un arrêté interministériel qui autorise l’éleveur à gérer directement l’élimination des cadavres de son cheptel. C’est ainsi que la placette individuelle d’alimentation voit le jour. Après une expertise des services de la DDSV10, préalable indispensable à l’obtention de l’autorisation préfectorale et à une convention de gestion signée entre l’éleveur et la LPO, la placette est construite sur l’exploitation du demandeur. Dans les Grands Causses, avant d’arrêter le choix du lieu d’installation de la placette, la LPO recommande souvent de tester un emplacement de dépôt – la décision finale de l’emplacement revient à la LPO et à la DDSV. L’éleveur peut alors choisir entre ces trois systèmes d’équarrissage : l’équarrisseur industriel, la collecte par la LPO et le PNC, l’installation d’une placette d’alimentation.

  • 11 En 1992 débute l’étude de faisabilité. Deux ans plus tard, le dossier de réintroduction est présen (...)

12En Diois et en Baronnies, c’est également la LPO, en partenariat avec le parc naturel régional (PNR) du Vercors, qui est à l’origine des réintroductions de vautours fauves11. Tous deux se chargent de la collecte des cadavres chez les éleveurs de brebis élevées pour leur viande (troupeau de 200-300 Mérinos) sur 25 communes, soit 2 cantons. 70 éleveurs profitent de cette collecte (environ 1 300 brebis par an), approvisionnant ainsi les charniers installés dans la commune de Chamaloc. Il arrive que l’effectif des cadavres récupérés dépasse les besoins des vautours. Dans ce cas, le surplus est entreposé au dépôt réfrigéré de Die (comme les restes non consommés délaissés par les vautours sur les charniers qui y sont transportés tous les sept jours).

13Les éleveurs qui ne souhaitent pas bénéficier de la collecte des gestionnaires de la réintroduction ni du dépôt dans les containers réfrigérés peuvent faire appel à la société d’équarrissage industriel qui œuvre dans la région. Avant la réintroduction, l’équarrisseur industriel ramassait environ 200 brebis par an ; après les lâchers, le PNR en collecte 1 000 par an, ce qui informe sur le nombre considérable de cadavres qui étaient jetés dans des grottes avant que la collecte ne s’organise. Après avoir répondu au marché public d’équarrissage, le PNR du Vercors est rentré en sous-traitance avec l’équarrisseur choisi par la DDSV.

  • 12 A. Brun, J.-P. Chassany, Le causse Méjan.
  • 13 Entretien avec Jean Cogne, garde sur la réserve des hauts plateaux du Vercors.

14Avant la réintroduction des vautours, en période d’estive (du 15 juin au 10 octobre), les éleveurs locaux, comme la dizaine d’éleveurs transhumants venus du Royan, de la Crau et du Vaucluse (soit 17 000 à 20 000 brebis) installés sur les hauts plateaux du Vercors, avaient l’habitude de jeter les bêtes mortes dans des grottes12. Au début de l’opération de réintroduction, ces éleveurs souhaitaient profiter de la collecte. Leur éloignement a conduit les agents de la réserve à les inviter à déposer les cadavres sur des emplacements accessibles aux vautours – une fois les troupeaux en alpage, les vautours survolent quotidiennement les alpages de la réserve des hauts plateaux (17 000 hectares) : « Ils font un tour pour repérer et nettoyer les carcasses13. » En été, pour compenser la baisse du nombre de bêtes mortes collectées sur les exploitations, des carcasses sont récupérées dans les conteneurs réfrigérés pour alimenter les charniers et la quarantaine de jeunes vautours détenus en volière. Si l’efficacité des vautours est aujourd’hui communément reconnue, elle pose parfois quelques problèmes notamment lorsque les causes de la mort des brebis nécessitent une enquête. Ce fut le cas en 2005, lorsque les gardes venus constater des dégâts de loups (arrivés en 1998) ne purent effectuer leur travail d’expertise car les cadavres des brebis avaient été consommés par les vautours (c’est souvent le cas lorsque les attaques de loups ont lieu la nuit).

  • 14 Deux ans après le lancement du programme de réintroduction, un premier lâcher a lieu en 1999. Quat (...)
  • 15 Entretien avec un membre de la LPO PACA, antenne Verdon.
  • 16 « Pour la première fois dans le Verdon, on a pu procéder à la neutralisation temporaire de quelque (...)

15À l’instar du Diois-Baronnies, le Verdon, terre traditionnelle de transhumance de troupeaux, recourt aux trois systèmes d’équarrissage dès les premiers lâchers de vautours fauves en 199914. Si des éleveurs ont très vite sollicité la collecte par la LPO, d’autres ont préféré déposer eux-mêmes les cadavres de leurs brebis dans l’un des quatre conteneurs réfrigérés installés dans un rayon de 50 kilomètres autour du site actuel de réintroduction. Ce double système de collecte a permis d’éliminer naturellement près de 100 tonnes de cadavres. Puis des placettes individuelles d’alimentation ont été créées. Toutefois, l’attirance touristique pour le Verdon oblige à composer avec d’autres usagers du territoire, qu’il s’agisse des grimpeurs qui s’activent souvent trop près des nids créant des dérangements en période de reproduction, ou des chasseurs locaux qui occupent également le territoire pendant leur temps libre : « Un éleveur membre de l’association Vautours en Provence voudrait installer une placette chez lui mais cela pose des problèmes car les chasseurs locaux sont contre car l’emplacement pressenti serait trop près de la piste qu’ils empruntent… Et puis il y a un projet de ball-trap pas loin de là15. » Malgré les panneaux installés sur deux voies équipées informant les grimpeurs de la présence des vautours et la gêne que l’escalade peut parfois représenter pour les oiseaux, les tensions sont réelles16. Pour résoudre les éventuels conflits d’usage et faciliter une concertation entre les acteurs concernés, un schéma des activités de pleine nature a été élaboré (escalade, activités en eau vive).

Entre l’éleveur et le nécrophage : une convergence d’intérêts ?

16Autant de systèmes agropastoraux, autant de systèmes d’équarrissage, autant de modalités de gestion de la mort animale. Plusieurs paramètres (non exclusifs les uns des autres) permettent de distinguer les pratiques en cours dans les cinq régions étudiées :

  • la gestion directe de l’élimination des cadavres ou sa médiatisation par un tiers ;
  • la prise en compte de l’identité du bénéficiaire des restes (équarrisseur industriel ou équarrisseur naturel) ;
  • l’acceptation (ou non) d’un contrôle de la part des services de l’État ;
  • le positionnement face au cadre réglementaire.

17Si les modalités de gestion de la mort animale varient selon les régions, le mode d’équarrissage pratiqué varie également d’un éleveur à l’autre. L’organisation de l’exploitation pastorale, le mode de conduite du troupeau, le lieu de la mort de la bête, la nature du rapport au cadavre de l’animal du troupeau et enfin l’acceptation de la présence des rapaces nécrophages sont autant de paramètres qui entrent en ligne de compte dans le choix du mode d’équarrissage. Rares sont les éleveurs qui ne pratiquent qu’une seule forme d’équarrissage, bien au contraire, l’alternative est toujours recherchée. Le nombre de bêtes mortes, le lieu et les conditions de la mort comme la période de l’année déterminent l’option retenue. Dans toutes les régions, en cas de faible perte, l’éleveur préfère solliciter les vautours plutôt que l’équarrisseur industriel. Lorsque le total des pertes dépasse 300 kilogrammes (soit le maximum toléré pour le dépôt sur une placette individuelle d’alimentation), l’éleveur n’a d’autre solution que de recourir à un système de collecte. Dans la plupart des cas, il préfère solliciter les gestionnaires de la réintroduction des vautours fauves (LPO, PNC, PNR du Vercors).

Gérer la mort du cheptel

18Tous les éleveurs qui prennent eux-mêmes en charge l’élimination du cadavre ne la pratiquent pas de la même façon. On pourrait qualifier leurs pratiques selon qu’elles enfreignent ou non la légalité. Toutefois, ce n’est pas le caractère légal ou illégal qui nous semble devoir être retenu mais bien plutôt la dimension écoresponsable de l’acte. Si l’on examine le système coutumier, largement partagé par les éleveurs rencontrés, on constate qu’il relève des pratiques illicites (le recours à l’équarrisseur n’est pas chose aisée en zone de montagne). Pourtant, la quasi-totalité des éleveurs agissent de façon responsable, à savoir qu’ils se préoccupent de l’accessibilité du cadavre comme du destinataire, contrairement à une poignée d’individus qui font fi des risques sanitaires en jetant le cadavre dans un aven ou en l’enfouissant (y compris lorsqu’il dépasse le poids légal autorisé). Sur le terrain, l’éleveur qui agit ainsi n’a pas bonne réputation ; il jette le discrédit sur l’ensemble de la profession.

Gestion directe des bêtes mortes

  • 17 Les éleveurs pyrénéens pratiquent la transhumance locale (souvent ils occupent la même estive pend (...)
  • 18 Dans la tradition occidentale, selon la typologie mise au point par les historiens des systèmes ag (...)

19Sans pour autant agir de façon anarchique et inconsidérée, la majorité des éleveurs choisit de se débrouiller seule. Ce faisant, elle opte pour un dépôt que nous pourrions qualifier de raisonné et responsable, agissant toute l’année comme les éleveurs transhumant en été sur les estives17 qui n’ont pas d’autres solutions que de placer le(s) cadavre(s) dans un endroit dégagé (éloigné d’un point d’eau, d’une ligne électrique) accessible aux vautours : « Moi je vois bien que cela marche. Ils sont là en moins d’une demi-heure. » Ici, l’estive est considérée comme une enclave du domestique dans un espace sauvage. Dans ce cas, l’éleveur enregistre l’animal comme « mort en montagne » dans ses registres. Seule différence avec ces transhumants : l’emplacement réservé au dépôt des cadavres se trouve sur leur exploitation (sur un espace proche du domus) ou dans les espaces intégrés à ce que les historiens des systèmes agraires désignent par l’ager (prés pâturés par le bétail18). Il n’est nullement question d’abandonner le cadavre n’importe où, mais bien de gérer la mort animale dans l’entre-soi et, qui plus est, chez soi. Bien que le lieu de dépôt ne soit pas accrédité par les services de l’État, c’est néanmoins par le terme placette que les éleveurs (surtout les Caussenards et les Drômois) le désignent. Rappelons que ce terme est originellement utilisé pour qualifier l’installation légale réalisée sur l’exploitation de l’éleveur sous le contrôle des services vétérinaires. Nous avons choisi de conserver cette désignation vernaculaire tout en la qualifiant d’officieuse pour la distinguer des officielles.

20Contrairement aux éleveurs qui considèrent les cadavres comme des déchets dont il faut se débarrasser, les détenteurs de placette (officieuse comme officielle) s’inscrivent très clairement dans une logique de recyclage. Au même titre que celui qui sépare papier, plastique, aluminium et restes périssables, c’est en citoyen écologiquement responsable que ces éleveurs pratiquent le tri sélectif de leurs déchets agricoles. Notons que les éleveurs qui ont suivi la procédure légale de création de placette n’ont rien fait d’autre que d’officialiser une placette officieuse existante.

Gestion semi-directe des bêtes mortes

21Le dépôt des carcasses, nous l’avons vu, se pratique généralement au sein de l’exploitation (sur une placette ou dans un champ pâturé par les brebis) et plus rarement en plein champ ou sur les estives. Dans le Verdon, une solution inédite est proposée aux éleveurs : le dépôt des cadavres dans des conteneurs réfrigérés mis à leur disposition dans les vallées à 50 kilomètres en moyenne du site d’installation des vautours. Tout au long de l’année, ils peuvent déposer leurs bêtes mortes. À la différence du dépôt sur une placette, l’utilisation des conteneurs réfrigérés est médiatisée par un tiers. À mi-chemin entre le dépôt sur son territoire et la collecte du cadavre sur son exploitation, ce système hybride relève du tri sélectif des déchets. Si l’éleveur sait que la LPO gère le contenu des conteneurs dédié aux vautours, il peut tout aussi bien les utiliser pour se débarrasser des cadavres sans transgresser la loi et sans avoir recours à l’équarrisseur industriel. L’utilisation de ce système n’implique pas une adhésion au programme de soutien des vautours fauves réintroduits.

Gestion indirecte des bêtes mortes

22Le troisième mode de relation à la mort des bêtes pourrait être qualifié d’indirect dans la mesure où l’élimination et le recyclage ne sont pas pris en charge par le propriétaire du troupeau mais sont confiés à un tiers. A priori, on pourrait croire que l’équarrissage industriel est le plus courant, or, sur le causse Méjean par exemple, le nombre d’éleveurs faisant systématiquement appel à l’équarrisseur industriel est nul sauf en cas de pertes massives (attaques de chiens divagants, par exemple), l’éleveur ayant alors besoin de faire enregistrer les pertes avant de se tourner vers les assurances. Beaucoup redoutent la contamination de leur élevage par le passage d’un camion qui circule d’une exploitation à l’autre en transportant des carcasses.

23Les inconditionnels de l’équarrisseur industriel ne conçoivent pas que leur exploitation soit le théâtre du traitement de la mort animale. Ils disent ne pas souhaiter voir traîner une bête morte sur leur exploitation, encore moins devoir entretenir la placette (enlever la peau et les os). Soutenir (ou non) la pérennisation de la colonie de nécrophages guide également le choix du collecteur : l’équarrisseur industriel ou les gestionnaires de la réintroduction des vautours fauves (la LPO antenne Grands Causses, la LPO PACA, le PNR du Vercors ou le PNC).

Des relations tripartites ?

24Chacune de ces pratiques d’équarrissage illustre bien le rapport à la mort animale. La bête morte peut être considérée comme utile à des êtres vivants (en l’occurrence les vautours) ou comme un déchet dont le devenir importe peu. Nous ne reviendrons sur la relation, longuement évoquée précédemment, que les gestionnaires entretiennent avec les vautours. La variété des façons de faire de l’éleveur en matière d’équarrissage s’accompagne d’une diversité de rapports à l’oiseau, allant d’une franche participation à sa survie à une totale indifférence. Par l’acte volontaire de dépôt sur une placette (officielle ou non), l’éleveur, loin d’être un simple nourrisseur, reconnaît l’utilité du nécrophage alors considéré non seulement comme un commensal, mais surtout comme un auxiliaire. Il intègre le vautour à son système pastoral, au même titre que le chien de protection ou le chien de conduite. En devenant pourvoyeur de nourriture, en appréciant la fonction d’équarrisseur naturel de l’oiseau, c’est bien dans une logique de recyclage au sein de son exploitation que l’éleveur organise l’élimination de ses bêtes mortes.

25Les éleveurs rencontrés évoquent sans retenue les coups durs (catastrophes sur le troupeau), ils sont en revanche peu diserts lorsqu’il s’agit de parler du nombre de pertes courantes. Entre voisins et collègues, bien que le système d’équarrissage soit souvent évoqué (c’est notamment par le bouche-à-oreille que la collecte de la LPO s’est tant étendue), on n’aime pas ébruiter la perte de bêtes ressentie comme un échec de l’activité pastorale. Mais, curieusement, ils ne considèrent pas l’arrivée puis le rassemblement de vautours sur leur placette pour une curée sauvage comme un indice qui informerait les voisins d’une mortalité dans leur cheptel. Lorsque auprès d’eux je m’en étonne, ils répondent que ce pourrait tout aussi bien être « une bête sauvage crevée » près de chez eux qui expliquerait la venue des vautours.

26Par ailleurs, on constate que l’éleveur qui possède une placette officielle et/ou qui recourt à la collecte des gestionnaires est bien informé des plans de conservation et de gestion des vautours réintroduits. Sans pour autant devenir militant, il se dit soucieux du devenir de ce qu’il considère comme sa population de vautours. Il reconnaît volontiers apprécier le spectacle d’une curée, sans pour autant chercher à parfaire ses connaissances empiriques. Plusieurs éleveurs mettent en avant l’esthétique de l’animal en vol, le caractère impressionnant des oiseaux à la curée. Il n’est pas rare que l’éleveur pluriactif (ferme auberge, gîte, table d’hôte, vente à la ferme) qui a une placette (officielle ou officieuse) se serve de la présence des vautours comme argument touristique. Dans les zones où les vautours ont été réintroduits, tous reconnaissent leur valeur patrimoniale et leur rôle dans le développement touristique de la région. Ils ne souhaiteraient pas voir disparaître cette population.

27Dans le Verdon, la relation à l’oiseau est quelque peu différente dans la mesure où elle est médiatisée. Les carcasses déposées par l’éleveur dans le conteneur ne sont pas forcément pensées comme de la nourriture dédiée aux vautours. Il s’agit plutôt d’une forme de tri sélectif des déchets qui n’implique pas l’adhésion systématique au programme de soutien à une espèce protégée réintroduite. Entre les trois acteurs du système (éleveur, vautour, gestionnaire), les relations sont de nature différente : l’éleveur n’a pas plus de contact avec le gestionnaire qu’avec l’oiseau. Inscrit sur le mode du nourrissage, seul le rapport gestionnaire-oiseau est maintenu.

28Le ramassage des cadavres dans les exploitations offre aux gestionnaires l’occasion de maintenir des rapports réguliers avec les professionnels du pastoralisme, s’inscrivant ainsi dans une relation de réciprocité pour service rendu. Ainsi les gestionnaires poursuivent-ils leurs missions pédagogiques de sensibilisation et d’information (création des placettes officielles). Lorsqu’il n’y a pas de collecte, les occasions d’échanges avec les éleveurs sont rares et les liens ténus.

29Par crainte des contrôles des services de l’État, il arrive que l’éleveur ne souhaite pas officialiser sa placette. Il redoute le regard policé et les contraintes qui pourraient lui être imposées. En optant pour le dépôt officieux, il dit agir « pour la bonne cause » tout en n’ayant aucun compte à rendre. Pour des raisons idéologiques, certains éleveurs ne souhaitent pas entretenir des relations avec les gestionnaires des espaces protégés ou avec les militants de la cause animale.

L’arrivée d’un nouvel acteur

  • 19 V. Pelosse, « (Ré)introductions d’espèces et agriculture : de l’anthropisation à l’artificialisati (...)

30Jusqu’à présent, la présence des vautours a permis de diversifier les systèmes d’équarrissage existants, de reconnaître l’intérêt commun des mondes agropastoral et environnemental, voire même d’opérer un rapprochement entre des acteurs locaux qui jusque-là se maintenaient à bonne distance les uns des autres19. Lorsque l’épidémie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) apparaît en 1986 en Grande-Bretagne, l’inquiétude est réelle. Sommes-nous en mesure d’enrayer l’arrivée du prion en France ? Les incertitudes sont telles que l’hypothétique arrivée de ce nouvel acteur rebat les cartes. Va-t-il fragiliser le long travail de sensibilisation et d’information des gestionnaires responsables de la réintroduction des vautours et bouleverser l’équilibre du système d’équarrissage naturel au point de le remettre en cause ? Telles sont les questions que nous allons ici aborder.

31Les effets de l’épidémie d’ESB sont dramatiques : de très nombreux troupeaux sont décimés sur tout le territoire français. Les instances communautaires imposent la fermeture des charniers lourds en France et en Espagne. Les charniers espagnols (muladares) sont très fréquentés par les vautours, où les rebuts des entreprises d’élevages porcins sont régulièrement déposés. Dans les services ministériels, on s’interroge sur le rôle éventuel du vautour dans la propagation du prion de l’ESB.

32Pour répondre à ces inquiétudes, un programme pluridisciplinaire de recherche, dont nous présentons ici les résultats, inclut une étude vétérinaire visant à interroger le rôle éventuel des vautours dans la dissémination du prion. Si tel était le cas, s’ensuivrait l’arrêt immédiat de l’utilisation des placettes. L’enjeu est de taille tant les vautours sont inféodés à l’activité pastorale. Les gestionnaires de la réintroduction s’inquiètent des conséquences possibles de ces décisions. Quelles incidences ces mesures auront-elles sur le système d’équarrissage naturel mis en place dans les Grands Causses, le Verdon et le Diois ?

  • 20 Créée par des naturalistes très engagés dans la protection des vautours.

33Rappelons que les réintroductions de vautours dans ces massifs ont été rendues possibles grâce à la dizaine de couples qui s’était maintenue en Pyrénées, terre de transhumance. À titre d’exemple, au cours de l’été 2000 en Pyrénées-Atlantiques, 333 000 ovins, 34 500 bovins, 6 300 équins y ont transhumé. Pour soutenir et renforcer cette petite population pyrénéenne, dès 1967, soit deux ans avant la création du parc national des Pyrénées (PNP), l’association Le Signal d’Ossau20 commence à déposer sur un charnier lourd le fruit de sa collecte dans les exploitations de la vallée. Il en résulte une forte augmentation de la colonie d’Ossau à partir des années 1980. Constatant une concurrence entre le vautour fauve et le gypaète, le PNP décide d’y mettre un terme arrêtant ainsi le programme de nourrissage des vautours fauves.

34Du côté espagnol, la fermeture des muladares modifie grandement l’accès à la ressource alimentaire. Les vautours doivent prospecter plus largement, y compris sur le versant français des Pyrénées où ils sont repérés comme le constatent certains habitants : « Il y a cinquante ans, on ne voyait pas les vautours aussi bas dans les vallées. »

35De plus, certains observateurs notent des changements de comportement des nécrophages :

« Ils sont de plus en plus audacieux… Moi je les ai vus très près de la vache qui venait de vêler… Elle avait fait un retournement de matrice ; elle était couchée, la matrice et le veau à côté. Eh bien le temps que j’appelle le vétérinaire et déjà ils étaient nombreux autour d’elle, tout près d’elle. Honnêtement, je ne les ai même pas vus arriver tellement cela a été vite. Est-ce qu’ils s’en prenaient au veau, à la vache ou à la matrice, de là où j’étais je ne peux pas le dire. Mais, ce qui est sûr, c’est que je n’avais jamais vu ça de ma vie. C’était vraiment impressionnant. »

  • 21 C. Arthur, « Le point sur les relations vautour fauve-bétail domestique », document inédit exposé (...)

36Les agents du PNP sont également appelés sans pour autant que ces faits soient attestés. Un jour, un ornithologue, photographe amateur a été témoin d’une telle situation. Son récit a marqué les esprits d’autant qu’il ne pouvait être taxé de partialité. Craignant de déclencher une vague de panique, le PNP a parlé de rumeur. Or de telles attaques de vautours sur des bêtes affaiblies (en période de vêlage et d’agnelage) avaient déjà été signalées en Espagne (notamment en Navarre, en Rioja et en Aragon). À la demande du ministère de l’Écologie et du Développement durable, l’Observatoire départemental des dommages au bétail a été créé par la sous-préfecture d’Oloron-Sainte-Marie pour se saisir de ce problème. « Au rythme actuel, hors immigration, le service scientifique du parc estime qu’elle [la population] doublera dans les dix prochaines années21. » Le PNP mettra des années avant de reconsidérer sa position. Dans les Grands Causses, ces cas d’attaques inquiètent. Cet auxiliaire pourrait-il devenir une menace pour les troupeaux ? Ce vautour nécrophage deviendrait-il prédateur ? Penser ces changements éthologiques n’est pas chose aisée surtout lorsqu’il s’agit d’une espèce protégée.

  • 22 Entretien avec un agent du PNP.

37En 1997, le nourrissage des vautours fauves est arrêté. Les éleveurs pyrénéens n’ont d’autres solutions légales que l’intervention de l’équarrisseur industriel – aucune installation de placette individuelle d’alimentation n’est proposée dans le programme de suivi des vautours. S’il arrive que certains éleveurs se débarrassent de leurs bêtes mortes sans se soucier des vautours, d’autres, en revanche, « les transportent sur l’emplacement de l’ancien charnier22 ».

  • 23 J. Paroix, « Vautours : l’IPHB veut que les dégâts soient indemnisés ».

38Malgré l’arrêt de la collecte, la population de vautours fauves ne cesse de se multiplier. En 2001, elle est estimée à 278 couples, ce qui inquiète les éleveurs surtout pendant les quatre ou cinq mois d’hiver où leurs bêtes ne sont pas en estive. En 2007, le PNP reconnaît avoir réalisé « 140 constats de dégâts sur des animaux faibles, malades ou déjà blessés. En 2011, le nombre est de 3123. » « Ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs. Il n’y a pas de reconnaissance de ces dégâts. Moi je suis partisan d’une indemnisation… », déclare Jean-Marc Prim de la chambre d’agriculture.

39En 2016, pour renforcer l’équarrissage naturel, un charnier collectif d’équarrissage de 100 mètres carrés est créé sur la commune d’Aste-Béon en vallée d’Ossau. Puis une seconde placette de nourrissage est construite en 2018 sur la commune de Bilhères-en-Ossau, près de l’ancienne aire du charnier collectif. Une trentaine d’éleveurs des communes de Bielle et de Bilhères-en-Ossau y déposent les rebuts de leur exploitation.

 

40Donner ou abandonner, tel est le choix de l’éleveur face à l’élimination de ses bêtes mortes. La grande majorité des éleveurs rencontrés reconnaît agir en double système (le plus souvent officiel et officieux), l’équarrisseur industriel reste la solution ultime. Dans les régions où les vautours fauves ont été réintroduits, les éleveurs ont su tirer parti de ce nouvel acteur. Qu’ils agissent ou non de façon pragmatique, les éleveurs s’installent volontiers dans une relation de commensalisme, les bénéfices réciproques étant rapidement identifiés. Ici l’empirisme fait autorité et joue comme ressort dans le succès de l’entreprise. Par cette gestion directe et écologique de la mort animale, l’éleveur devient pourvoyeur de nourriture et participe de ce fait à la sauvegarde de la biodiversité. Son action en faveur de la pérennisation des populations d’équarrisseurs naturels reverdit l’image de l’éleveur-agriculteur pollueur, destructeur de la nature. Reconnu par tous comme espèce protégée, le vautour a le statut coutumier d’un auxiliaire apprécié pour son efficacité. Toutefois, cette représentation est quelque peu modifiée lorsque le vautour s’adapte à une modification dans l’accès à la ressource alimentaire. Lorsqu’il se fait plus présent autour du troupeau, plus visible, son statut d’auxiliaire du système pastoral peut alors se complexifier et il peut devenir aussi un potentiel ennemi contre lequel on doit se prémunir. Cette diversité de comportements liée à une adaptabilité ne fait ici que rappeler l’imprévisibilité du sauvage !

Bibliographie

Bobbé Sophie, « Gestions faunistiques, cultures des sauvages et brouillage des catégories », Communications, no 76, Nouvelles figures du sauvage, Bobbé Sophie (dir.), 2004, p. 203-220.

Boumellassa Houssein, « Rapaces nécrophages. Concilier conservation de l’espèce et minimisation des dépenses : vers un renforcement du lien agriculture-environnement », DEA d’économie de l’environnement et gestion des ressources naturelles, Nanterre, université Paris X-Nanterre, 2004.

Brun André, Chassany Jean-Paul, Le causse Méjan, Montpellier, INRA, 1978, 5 vol.

Chassagne Marianne, « Les vautours, équarrisseurs naturels des Grands Causses », thèse d’exercice, Lyon, École nationale vétérinaire, 1998.

« L’avenir de la montagne : un développement équilibré dans un environnement préservé », rapport d’information no 15 (2002-2003), Paris, Sénat, 2002.

Mazoyer Marcel, Roudart Laurence, Histoire des agricultures du monde : du Néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil, 1997.

Paroix Joseph, « Vautours : l’IPHB veut que les dégâts soient indemnisés », La république des Pyrénées, 16 février 2012.

Pelosse Valentin, « (Ré)introductions d’espèces et agriculture : de l’anthropisation à l’artificialisation », Économie rurale, no 208-209, 1992, p. 101-104.

Notes

1 S. Bobbé, « Gestions faunistiques, cultures des sauvages et brouillage des catégories ».

2 En 2005, l’activité agricole représente près des trois quarts des exploitations montagnardes (contre moins de 40 % en moyenne nationale). Précisons que l’agropastoralisme de montagne comptabilise 40 % des brebis, 20 % des vaches allaitantes et 16% des vaches laitières de notre pays, soit près des deux tiers du cheptel national toutes espèces confondues. Voir l’audition de Gilles Bazin dans le rapport du Sénat « L’avenir de la montagne : un développement équilibré dans un environnement préservé ».

3 Surtout si l’on sait que plus de 400 000 tonnes de cadavres sont traitées chaque année en France (dont 133 000 tonnes de cadavres ovins), soit un coût de 1,52 million d’euros par an dans le seul département de l’Aveyron. Voir LPO, Cahier technique : placettes d’alimentation, 2001.

4 Ils profitent généralement des curées sur les charniers lourds pour collecter des données (identification des oiseaux par lecture de bagues notamment).

5 Pour la première fois dans les Baronnies, six jeunes vautours fauves ont été récupérés (le plus souvent affaiblis) après leur envol. Tous ces oiseaux étaient couverts de parasites externes. Ils ont été déparasités puis relâchés après un séjour de quelques semaines en volière.

6 Villaret, Cassagnes et Croupillac sont les charniers utilisés ; 90 % des carcasses sont déposées à Villaret.

7 Cette biomasse, associée à une répartition régulière des mortalités, pourrait permettre d’entretenir environ 1 700 vautours chaque année. La réalité est bien évidemment différente car les cadavres ne sont pas tous disponibles et la mortalité n’est pas régulièrement répartie sur l’année, voir M. Chassagne, « Les vautours, équarisseurs naturels des Grandes Causses ». On observe une augmentation de la mortalité des agneaux lors des mises bas au printemps et pendant l’été lorsque les éleveurs désaisonnalisent l’agnelage.

8 Par la suite, le PNC et le PNR du Vercors obtiennent également le statut d’équarrisseur. Voir H. Boumellassa, « Rapaces nécrophages. Concilier conservation de l’espèce et minimisation des dépenses : vers un renforcement du lien agriculture-environnement ».

9 La LPO se charge des exploitations du causse Noir, du Sauveterre et de la vallée du Tarn, le PNC se charge de ceux installés dans son périmètre ainsi que de ceux du causse Méjean.

10 L’arrêté, signé par les ministères de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, et de l’Écologie et du Développement durable le 7 août 1998, fixe le cadre réglementaire permettant de créer des placettes d’alimentation.

11 En 1992 débute l’étude de faisabilité. Deux ans plus tard, le dossier de réintroduction est présenté au Conseil national de la protection de la nature (CNPN). En 1996, le programme de réintroduction est lancé. En 1999, 14 oiseaux sont lâchés après sécurisation d’une ligne électrique par EDF, 22 autres sont lâchés en 2001 et 13 en 2005. Il reste encore 46 oiseaux en volière qui n’ont pas encore atteint l’âge adulte (5-6 jamais lâchés car ils ne peuvent pas voler). Un autre lâcher de 40 vautours fauves a eu lieu en 2008.

12 A. Brun, J.-P. Chassany, Le causse Méjan.

13 Entretien avec Jean Cogne, garde sur la réserve des hauts plateaux du Vercors.

14 Deux ans après le lancement du programme de réintroduction, un premier lâcher a lieu en 1999. Quatre autres lâchers ont suivi, ce qui signifie l’envol de 91 vautours fauves.

15 Entretien avec un membre de la LPO PACA, antenne Verdon.

16 « Pour la première fois dans le Verdon, on a pu procéder à la neutralisation temporaire de quelques voies d’escalade, qui provoquaient de nombreux dérangements à proximité d’une aire occupée [par les vautours] », écrit Sylvain Henriquet, responsable de la LPO PACA (Vautours infos, no 6-7, juin 2005, p. 8).

17 Les éleveurs pyrénéens pratiquent la transhumance locale (souvent ils occupent la même estive pendant des décennies). Les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées accueillent de plus en plus de troupeaux transhumants extérieurs au département (certains viennent du Gers et de l’Aveyron).

18 Dans la tradition occidentale, selon la typologie mise au point par les historiens des systèmes agraires, l’espace anthropisé se structure comme une succession de cercles concentriques (hortus, ager, saltus, silva) gradués du plus domestique au plus sauvage. Voir M. Mazoyer, L. Roudart, Histoire des agricultures du monde : du Néolithique à la crise contemporaine.

19 V. Pelosse, « (Ré)introductions d’espèces et agriculture : de l’anthropisation à l’artificialisation ».

20 Créée par des naturalistes très engagés dans la protection des vautours.

21 C. Arthur, « Le point sur les relations vautour fauve-bétail domestique », document inédit exposé au CNPN en 2002.

22 Entretien avec un agent du PNP.

23 J. Paroix, « Vautours : l’IPHB veut que les dégâts soient indemnisés ».

Auteur

Anthropologue, chercheuse associée à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC, École des hautes études en sciences sociales / Centre national de la recherche scientifique)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access