Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et transmission des savoirs de l’Antiquité à nos jours

 | 
Dominique Briquel

Littérature de jeunesse et métier des armes : la formation de l’esprit militaire chez Alexandre de Saillet, maître de pension et pédagogue (1812-1866)

Louis Bergès

Résumé

La place de la guerre dans l’instruction publique de l’époque romantique jusqu’aux débuts du vaste mouvement de scolarisation massive instauré par IIIe République constitue l’un des grands défis nationaux qui s’inscrit dans le cadre chronologique des deux grandes défaites militaires françaises de Waterloo et de Sedan. Dans l’immense champ d’étude de la formation des jeunes esprits au début du xixe siècle, la place des concepteurs de livres pour enfants, dans une période de paix relative revêt un intérêt particulier : celui de mesurer les enjeux politiques et sociaux de la construction du militaire à l’époque de la conscription et du remplacement. Alexandre de Saillet (1812-1866), pédagogue et aventurier de la littérature de jeunesse, est l’auteur d’une production littéraire relativement abondante dans laquelle il sera pertinent de scruter l’adéquation avec les instructions officielles ainsi que le rapport du métier des armes avec la religion. La présentation des écoles militaires, la problématique de la transmission des hauts faits d’armes, le développement de l’activité physique appartiendront aussi à notre champ d’investigation dans une œuvre aujourd’hui oubliée.

Texte intégral

  • 1 Voir l’article du capitaine Cury dans Le Spectateur militaire, mai 1840, vol. 30, (...)
  • 2 Paul Gaschon de Molènes (1821-1862) se fait connaître par Valperi, mémoires d’un g (...)

1« La rage d’écrire a gagné même la classe militaire qu’une carrière d’action semblait devoir préserver de cette fièvre […] Si nos épées sommeillent, nos plumes ne chôment guère1 », peut-on lire en réponse à une publication sur l’armée française du général-écrivain Joachim Ambert en 1840. En pleine campagne d’Algérie, l’armée royale s’interroge sur son renouvellement, l’instruction des hommes, l’éducation morale de ses cadres, la qualité du commandement. Après la révolution de Juillet, un immense champ de réflexion s’ouvre à tous ceux qui détiennent les clés de l’éducation intellectuelle et morale des jeunes esprits dans tous les domaines. S’agissant de la « formation » (le mot n’existe pas encore à cette période) de tous ces enfants du siècle au métier des armes, nous sommes en présence d’un sujet fondamentalement littéraire dans une France des notables du xixe siècle bercée par la légende napoléonienne : des auteurs majeurs s’y intéressent, c’est le cas d’Alfred de Vigny, Servitudes et grandeurs militaires (1836) mais aussi de Stendhal avec Lucien Leuwen, et surtout de Paul de Molènes, l’écrivain-soldat, auteur à la mode de romans et de nouvelles militaires2.

  • 3 Le ministre de l’instruction publique et des cultes, Gustave Rouland, a pris l’arr (...)

2J’ai choisi de présenter ici un écrivain pédagogue dont le nom, aujourd’hui oublié, est celui d’un auteur relativement célèbre à l’époque de l’éclosion de la littérature de jeunesse, un homme dont l’univers mental est largement tourné vers l’avenir du métier des armes : il s’agit d’Alexandre de Saillet dont la carrière démarre lors de la sortie des nouvelles qui apportent à Vigny sa célébrité et s’achève vers 1862, au moment où sont créées les bibliothèques scolaires par le ministre Rouland3.

3Il sera intéressant de voir comment l’auteur traite les questions d’éducation du jeune soldat qu’il développe dans ses écrits destinés à la jeunesse. Trois niveaux sont à distinguer dans cet apprentissage, la culture générale (connaissances scolaires), l’éducation militaire (transmission des valeurs du commandement et de la discipline) et l’instruction militaire (formation technique). Saillet, comme maître de pension s’adressant à de jeunes adolescents, s’intéresse dans son œuvre au second niveau d’enseignement, l’éducation militaire. Mais l’homme prend parti dans le débat sur l’instruction scolaire des militaires, ce qui le place en cette période en première ligne de l’attention des familles notables et du gouvernement. Le sujet est d’autant plus capital jusqu’à la fin du siècle qu’en raison de la persistance de préjugés bien ancrés dans l’armée envers l’instruction scolaire puis universitaire, jugée peu utile pour le combat, l’insuccès des écoles régimentaires créées à partir de 1835 oblige les autorités militaires à se pencher sur le problème, sans toutefois parvenir à dépasser la difficulté, comme en témoignera beaucoup plus tard Dutreuil de Rhins en 1882 :

  • 4 Voir J-L. Dutreuil de Rhins, La Bohême militaire ou de l’avenir des sous-officiers dans l’ (...)

« Formez une armée de professeurs agrégés, mettez en face une armée d’Auvergnats et de Savoyards illettrés, ordonnez l’attaque et si, au bout de vingt minutes, il reste un seul savant debout, nous portons de nos mains la Sorbonne au Panthéon.4 »

  • 5 Voir C. Lefeuve, Histoire du lycée Bonaparte (collège Bourbon), p. 301.
  • 6 Voir J.-F. Botrel, La Presse et les transferts culturels en Espagne, p. 58 et sq. (...)
  • 7 Les Enfants peints par eux-mêmes, revue-vaudeville en un acte, d’après l’ouvrage d (...)

4Le métier des armes n’est pas la seule carrière à laquelle s’intéresse Saillet : le pédagogue parcourt dans son œuvre l’ensemble des débouchés auxquels peut se destiner une élite juvénile appartenant à la France des notables. La recherche que j’ai entreprise porte sur la majeure partie de la production littéraire de Saillet, hormis quelques titres qu’il n’a pas été possible de trouver ou de consulter, s’agissant d’œuvres posthumes. Il s’agit d’une trajectoire littéraire qui se situe entre 1840 et 1860 comprenant un ensemble de 27 ouvrages publiés chez plusieurs éditeurs comme Barbou, Mame ou Lehuby, parmi lesquels se dégage naturellement un titre qui a fait son succès, Les Enfants peints par eux-mêmes décliné en deux volumes, considéré comme l’un des premiers spécimens de la littérature panoramique, qualifié d’« ouvrage qui a fondé un genre en librairie5 », et dont la diffusion atteindra dès 1842 l’Europe et l’Amérique espagnole6 et fera même l’objet d’une représentation théâtrale sous forme de vaudeville7.

Un homme de tradition militaire marginal

  • 8 Le seul portrait connu est celui qui est publié sous forme de lithographie en 1848 (...)
  • 9 Actuelle commune de Souhesmes-Rampont, département de la Meuse, près de Verdun
  • 10 Le Feldmarschall (1733-1798), wallon d’origine, qui commande les troupes autri (...)

5Le portrait de Saillet8 nous révèle un physique à la Stendhal au même âge : relativement grand et épais, l’homme, âgé d’une trentaine d’années, est représenté à l’époque de son succès d’écrivain. Il est issu d’une famille d’officiers nobles d’Ancien Régime ayant servi dans divers régiments royaux d’infanterie. Dernier rejeton d’une petite lignée de quatre générations d’officiers originaires, en Lorraine, de la seigneurie de Souhesme-la-Petite9, Alexandre appartient à une noblesse rurale peu fortunée, qui va réussir à s’allier grâce aux relations établies pendant l’émigration, à une famille beaucoup plus importante, celle des comtes de Croix de Drumez, seigneurs de Wasquehal en Flandre, dont la généalogie remonte aux premières croisades. L’homme célèbre de cette famille est Charles-Joseph, comte de Clerfayt, lieutenant-gouverneur et capitaine général des Pays-Bas autrichiens, Feldmarschall du Saint Empire, son oncle par alliance, l’un des vaincus de la campagne de Valmy10.

  • 11 Alexandre naît à Paris le 10 mars 1812, son père y décède le 23 avril 1816.
  • 12 Suite au décès de cette première épouse en 1851, il se remarie à Joséphine Primois (...)

6François, le père d’Alexandre, jeune officier sans fortune, parti en émigration en juillet 1792, engagé dans les troupes de la Contre-Révolution pendant la campagne d’Argonne (Valmy), retrouve le château de famille après le décès de son père en l’an VII à la faveur d’une amnistie. Il se marie avec une cousine éloignée du général autrichien, Marie-Louise, elle-même fille d’officier appartenant à une branche de la famille restée sur place, favorable à la Révolution, à laquelle les Saillet sont déjà liés par des alliances dans les générations précédentes. Alexandre connaîtra peu son père, décédé quatre ans après sa naissance11. Il est élevé par sa mère à Paris avec ses quatre autres frères et sœurs, vivants grâce au soutien des Croix de Drumez. Sa mère, devenue veuve, rentre au couvent des Carmélites de Paris après la Révolution de 1830. Âgé de 18 ans pendant la révolution parisienne de juillet, il passe son baccalauréat de lettres en 1831 et décide dans un premier temps de se lancer dans l’enseignement en ouvrant un cours privé à partir de 1834, tandis que son frère plus âgé, Charles, s’installe difficilement comme artiste-peintre et lithographe. Ni l’un ni l’autre n’ont songé à la carrière militaire comme les quatre générations de Saillet qui les ont précédées. En 1838, il fait un premier mariage avec Eulalie de Raveton, fille d’un garde du corps du comte d’Artois, appartenant à une famille normande légitimiste12. Installé à Paris, en créant son cours privé, il accole à son patronyme, le titre de vicomte de Croix, du nom de sa mère.

Une œuvre pédagogique originale

  • 13 Voir la Revue des deux mondes, vol. 3, nouvelle série, n1, juillet 1843, « Poetae mino (...)

7La formation intellectuelle de Saillet vient de sa famille maternelle : légitimisme, catholicisme, attachement aux institutions royales, adhésion aux valeurs de l’aristocratie d’Ancien Régime. L’homme qui construit son avenir personnel autour du métier de pédagogue puis d’homme de lettres, qui dispose du niveau minimum requis pour l’enseignement privé primaire et secondaire, fait le choix de s’orienter dans un premier temps vers les ouvrages techniques d’enseignement. Mais devenu essayiste, historien, romancier, poète à ses heures13, il fait en sorte qu’aucune discipline n’échappe à son intérêt. Sa première publication est un Traité d’analyse grammaticale suivi par une Géographie de l’Europe et de la France, tous publiés en 1840.

  • 14 Journal général de l’instruction publique, vol. 7, no 150, 22 décembre 1838.
  • 15 Almanach royal pour l’année 1841, p. 925.
  • 16 Voir Ch. Lefeuve, ibid.
  • 17 Ordonnance dite de Soult (du nom du ministre de la guerre) en date du 20 septembre (...)

8Pendant la même période, le maître de pensions à Paris, bachelier ès lettres puis diplômé de l’université met quelques années à ouvrir un cours privé : ne disposant d’aucun élément biographique à son sujet pendant les premières années qui suivent la Révolution de juillet, on est réduit à supposer qu’il a pris du temps pour se former auprès des pensions existantes. Ce n’est qu’à partir de 1834 qu’il commence son activité pédagogique : l’almanach royal de 1835 mentionne pour la première fois une pension Saillet de Croix au 27 rue Saint Dominique ; en 1838, l’adresse se transporte au 15 rue des Martyrs14 ; en 1841 il est installé au 29 rue Goquenard15. Dans les années 1850-1851, son local situé au 7 rue Bleue, est signalé comme « un ex-hôtel particulier, il y a encore de l’or au plafond d’une des classes ». La même source indique que « le berceau véritable de son établissement a été rue du Bac, 3616 ». Le cours de Saillet prépare à la fois l’honnête homme et le futur serviteur de l’État à travers un cursus de préparation aux écoles du gouvernement accessibles par concours depuis 183217 dont les cinq grandes militaires, le Génie à Metz, Polytechnique, Saint-Cyr et l’État-Major à Paris, Navale à Brest. La pension Saillet permet de recevoir des élèves à la fois pour les classes ordinaires et pour l’enseignement préparatoire (rédaction française, enseignement spécifique par répétition particulière à des concours oraux de mathématiques spéciales, puis histoire-géographie après 1850).

  • 18 Voir F. Huguet, « Les pensions et institutions privées secondaires pour garçons dans la (...)

9Le contexte est favorable et le système vit son âge d’or au cours de la décennie 1840 : les pensions privées de l’enseignement secondaire sont en pleine expansion à Paris depuis 1830 (au nombre de 72 en 1835), placées à l’époque sous la tutelle de l’Université parisienne ; elles sont au départ en concurrence avec les internats publics des collèges et lycées pour l’instruction générale mais aussi pour la préparation aux concours, avec les établissements publics assurant les cours magistraux et les pensions privées, le logement, l’encadrement et l’entraînement aux épreuves18. Avec les fonctions d’hébergement et de répétition destinées aux meilleurs élèves, les cours privés sont toutefois très dépendants de leur réputation et des aléas de la situation économique.

  • 19 Voir B. Belhoste, « La préparation aux grandes écoles scientifiques au xixe siècle : éta (...)
  • 20 Arch. nat. F 17 6702. Demande d’ouverture d’un cours privé à Meaux le 14 décembre 1865 ; (...)

10À partir de 1850, on assiste à un déclin de ces établissements privés, notamment ceux préparant aux grandes écoles de l’État ; la raison en est le grand mouvement de reprise en main voulue par le nouveau régime dans le cadre de l’enseignement secondaire : la réforme du ministre Fortoul par décret-loi du 9 mars 1852 impose le baccalauréat à tous les candidats aux grandes écoles militaires, tout en rendant plus performante la filière préparatoire publique aux dépens des classes des pensions privées ; dans le même temps, l’enseignement confessionnel dirigé par les congrégations se développe sous la protection de la loi Falloux du 15 mars 185019. Saillet va maintenir sa pension privée à Paris, semble-t-il, jusqu’en 1865, année au cours de laquelle il souhaite transporter son activité à Provins, mais il n’a pas le temps d’organiser la nouvelle pension car il décède l’année suivante20.

  • 21 Les pseudonymes utilisés par Saillet alternent entre celui du bourgeois, Joseph Hérin, e (...)
  • 22 Sur l’ensemble de l’œuvre, voir N. Omari.

11Pendant deux décennies, Saillet mène ainsi de front les trois activités d’enseignant, de journaliste et d’écrivain pour la jeunesse : faisant usage à l’occasion de pseudonymes21, il publie la plus grande partie de son œuvre entre 1840 et 1848, soit 18 ouvrages sur 27 titres (dont un de géographie et un autre de grammaire) édités entre 1840 et 1862, auquel il faut ajouter un magazine bimensuel pour la jeunesse, édité de 1844 à 1845, Le Monde des enfants, dont le succès sera éphémère22.

12L’œuvre de Saillet s’adresse à un public scolaire, enfant et adolescent, du niveau du lycée et dans certains cas aux parents d’élèves. Le pédagogue s’implique largement dans la nouvelle littérature panoramique qui s’adresse particulièrement à ce que la société libérale issue de 1830 considère comme une véritable classe sociale, la jeunesse estudiantine. Il publie en 1842 deux Physiologies (la poupée, le grand-papa et la grand-maman), la série des Enfants, publiée de 1841 à 1848 (garçons et filles peints par eux-mêmes, les enfants chez tous les peuples, les enfants en famille, les jeunes Français de toutes les époques). Saillet est le premier écrivain pédagogue à faire usage de ce nouveau type de publication à des fins éducatives. Le reste de son œuvre est assez homogène dans le but poursuivi : les enfants continuent à représenter son lectorat privilégié à travers des galeries de portraits (Galerie de l’enfance), des présentations de loisirs utiles (Une journée au jardin des plantes), des contes (La Fille du chat botté) et des romans historiques (Les Fils du Gaulois).

Une vision ouverte à la modernité

13Même si ses origines et ses opinions ne l’y poussaient pas naturellement, Saillet a participé au vaste mouvement intellectuel qui est né à la faveur de la Révolution de Juillet 1830 et de l’arrivée aux affaires d’hommes d’État comme Guizot et Thiers qui souhaitaient engager un plan d’éducation ambitieux pour la jeunesse.

  • 23 L’auteur de la Comédie humaine dénonce en 1838 dans Le Curé de villa (...)

14S’agissant de l’éducation exclusive de la future élite militaire, à l’exception du soldat de base enrégimenté et formé dans les écoles régimentaires, Saillet tend à mettre en scène tous les types sociaux et fait appel à toutes les dispositions juridiques qui encadrent la société. Au départ, il reprend néanmoins à son compte le lieu commun contemporain des classes bourgeoises, à savoir que la jeunesse, pour s’élever socialement doit passer les concours d’État : le spectre du déclassement social, très présent dans la littérature romantique, doit servir de stimulant pour étudier et réussir les différents concours et examens de passage. Il s’agit désormais d’une carrière entièrement au service de l’État, ce qui exclut le mercenariat ou l’aventure individuelle : cet assujettissement au gouvernement est nouveau dans l’esprit des élites et ne manque pas d’être regretté par certains écrivains qui ont la faveur du public comme Balzac23. Le style de Saillet est nouveau : susciter la sensibilité, offrir avec le regard d’adulte un univers irréel présenté avec une visée morale, didactique et divertissante qui donne de la guerre et de la vie militaire une impression à la fois favorable et exigeante. Le rapport à la violence est assez semblable à la vision vignéenne : le soldat doit user de la violence non parce qu’il est un envoyé de Dieu mais parce qu’il en reçoit l’ordre et qu’il doit obéir à ses chefs.

  • 24 Alexandre de Saillet, Les Français peints par eux-mêmes, t. 1, p. 19 et sq. L (...)

15On peut retrouver dans chacune des grandes œuvres de Saillet les leçons que le pédagogue veut développer en matière d’esprit militaire. Dans l’ouvrage qui l’a fait connaître et a connu une diffusion internationale, Les Enfants peints par eux-mêmes, il présente sous forme de sujet de composition le portrait de l’enfant de troupe, fils adoptif d’un grognard de l’Empire, sur lequel retentit le prestige de l’uniforme, notamment celui du tambour-major lors du défilé, mais aussi le courage et l’intrépidité du soldat, l’attachement à la famille même adoptive, la fidélité au souverain ; la fascination pour les combats de la période impériale est très présente, comme le modèle d’organisation napoléonien des pupilles de la garde. Saillet fait une brève allusion aux campagnes d’Afrique de la période contemporaine24.

  • 25 Alexandre de Saillet, Mémoires d’un centenaire, p. 59.
  • 26 Ibid., p. 80.
  • 27 Ibid., p. 180-181.
  • 28 Ibid., p. 285.

16Dans les Mémoires d’un centenaire (1842), il traite du rapport entre les générations au regard de l’éducation reçue : à travers la carrière du marquis de Penhoët, entré à l’École militaire à 13 ans, où « les idées sur l’honneur, la noblesse, le courage… allaient jusqu’à la plus vive exaltation et dépassaient souvent les limites de la raison25 », il retrace le modèle de l’officier royal qui recueille, suite à une première campagne (celle de Hanovre en 1760), « les plus beaux grades de l’armée26 ». Les épreuves de la Révolution (prison, fuite et exil) vont changer l’homme : c’est le retour en France en catimini dans des conditions difficiles, l’opinion nouvelle d’un vieil officier royal face à Napoléon avec qui « la France avait repris l’attitude noble et fière qu’elle avait toujours eue parmi les nations27 », et surtout le sort d’un petit-fils, entré dans la carrière militaire en passant par le lycée impérial en 1808 et qui espère désormais, par l’épreuve du feu, devenir colonel ou général des armées napoléoniennes. À la fin de la période, le vieux marquis se laisse enfin convaincre qu’il ne peut « nier et repousser les progrès incontestables qui se sont opérés dans les arts, l’industrie, les lettres28 », dont le militaire doit tenir compte.

  • 29 Alexandre de Saillet, Les Enfants chez tous les peuples, p. 379-380.
  • 30 Ibid., p. 406.

17La fidélité familiale reste l’une des valeurs universelles du soldat : dans Les Enfants chez tous les peuples (1843), Saillet passe en revue le caractère et la personnalité de divers peuples européens en relevant certaines qualités utiles à la guerre notamment dans le cas de combats de résistance acharnée comme celui des carlistes en Espagne où il signale la fidélité à toute épreuve du fils par rapport au père29, puis de la même manière celui des fils de Souliotes pendant la guerre d’indépendance de Grèce30.

  • 31 Alexandre de Saillet, Les Écoles royales en France, p. 65. On trouve les mêmes termes ch (...)

18Dans les Écoles royales de France (1843) dédié au dauphin d’Orléans, Philippe comte de Paris, alors âgé de cinq ans, Saillet s’attaque à la formation de l’officier au sein des six écoles militaires auxquelles chaque Français peut désormais accéder depuis 1832 par concours d’entrée ou en fonction du rang de sortie, à savoir, Polytechnique, Saint-Cyr, l’École d’application de l’état-major, l’École de cavalerie de Saumur, l’École navale de Brest, l’École d’application du génie et de l’artillerie de Metz. Saillet insiste sur le fait que le métier ne procure aucun avenir en termes financiers, qu’il est fait de dévouement et d’abnégation, bien éloigné des préoccupations bourgeoises d’établissement dans la société. Il n’hésite pas à parler de la monotonie de la vie quotidienne des écoles, comme celle de Metz, de la rude condition de vie du cavalier, de la brutalité des mœurs des élèves à Saint-Cyr, de la difficulté des études à Polytechnique qui laissent de nombreux « fruits secs »31 sur le chemin. Parmi les grandes écoles militaires étudiées, il fait une différence entre la guerre et l’administration de la guerre, insistant pour la seconde filière, sur le fait :

  • 32 Ibid., p. 402.

[qu’] « un jeune homme… n’aura que rarement l’occasion de déployer son intelligence et de grands talents, les fonctions qui lui seront départies ne demandant d’ordinaire que de l’aptitude et de l’assiduité, les esprits les moins énergiques peuvent y arriver très haut et les capacités les plus actives végéter longtemps dans les rangs inférieurs.32 »

  • 33 Voir J.-C. Caron, « Jeunes élites et processus de politisation : le rôle des étudiants d (...)

19On serait tenté de voir chez Saillet une certaine hostilité aux écoles militaires du gouvernement qui résonne comme une mise en cause d’un processus de fonctionnarisation de l’armée frappant l’ancienne aristocratie : passage du concours ou de l’examen d’entrée, importance du salaire et de son évolution, éloignement de Paris, comparaison permanente avec les autres grandes écoles civiles (carrière d’ingénieur plus rémunératrice que celle de militaire). Le regard négatif de Saillet sur les écoles militaires pourrait aussi s’expliquer par la période peu guerrière de la monarchie de Juillet qui ne mobilise pas des contingents importants, qui laisse la conscription en sommeil et n’ouvre comme perspective aux militaires de carrière que les campagnes africaines. Pour Saillet, il s’agit désormais de prendre en compte une situation nouvelle comme l’arrivée des jeunes bourgeois politisés dans l’armée rejetant le modèle ancien de la virilité militaire et le service de l’État33.

  • 34 Alexandre de Saillet, Les Jeunes Français de toutes les époques, p. 280.

20Dans Les Jeunes Français de toutes les époques (1846), Saillet dresse le portrait du page et d’écuyers : il y célèbre cette fois-ci « les mille nuances du savoir qui se résument en seul mot, le tact » des courtois chevaliers34. À la fin de l’ouvrage, la présentation du cas exemplaire de Jacques Sibière est significative : il s’agit d’un fort en thème, roturier originaire d’une famille pauvre, qui fait une brillante carrière militaire en Algérie grâce à une bourse royale.

  • 35 Alexandre de Saillet, Confessions d’un écolier, p. 312-313.

21Dans les Confessions d’un écolier (1848), on découvre le profil d’un jeune homme destiné à la carrière militaire par les soins de son oncle général et qui passe par tous les malheurs de l’école et de la pension en raison de son caractère turbulent et indiscipliné ; la mère du garçon justifie les actions du fils en raison de son tempérament de lion impétueux qui a permis à un jeune officier de gagner les batailles d’Arcole et de Lodi, mais le général lui apprend que la principale vertu du soldat comme de l’officier est la discipline35.

22Le tableau ne serait pas complet si Saillet n’avait pas fini par célébrer les traditions militaires aristocratiques dans l’Histoire des duels célèbres (1857) où l’auteur rappelle que fierté, honneur et courage restent des valeurs indispensables pour le jeune soldat au combat. Nous nous situons bien dans le cadre d’une reconstruction de la fierté française mise à mal par la défaite de Waterloo. Saillet privilégie-t-il la carrière militaire parmi les débouchés qui s’ouvrent aux jeunes étudiants dont il assure la formation par ses livres ? De façon générale, la haute protection grâce au réseau familial lui apparaît encore comme importante pour tout avancement dans une carrière civile ou militaire et donc peu adaptée aux idéaux anciens d’héroïsme (amour du danger, exaltation de la patrie, obéissance aux ordres donnés) qu’il continue pourtant à véhiculer. Le métier des armes n’est plus pour lui le métier à préférer par les élites, il est désormais en concurrence avec ceux d’ingénieurs ou de savants.

  • 36 Voir W. Serman, « La noblesse dans l’armée française au xixe siècle (1814-1890) », dans (...)

23On peut se demander à qui Saillet souhaite finalement s’adresser : quelle classe sociale veut-il privilégier pour le métier des armes ? La proportion des nobles dans l’armée est en chute constante après 1830 à cause du concours d’accès obligatoire dans les écoles d’officiers36 ; dans la mesure où l’idéal nobiliaire du chevalier médiéval garde toute sa vigueur et qu’il s’adresse désormais aussi aux nouvelles élites bourgeoises, on comprendra que Saillet souhaite contribuer à « aristocratiser » l’image du soldat.

  • 37 Voir G. Toussaint, Code de préséances et des honneurs.
  • 38 Étudié par O. Forcade, « Le temps militaire à l’époque contemporaine : pratiqu (...)

24En passant en revue l’œuvre, on s’apercevra pourtant que de nombreux aspects de la vie militaire ne sont pas traités par Saillet : il ne fait par exemple aucune allusion à la préséance dans les cérémonies qui font pourtant l’objet en 1845 d’un nouveau code37, ni au déploiement du soldat sur le champ de bataille ; il n’analyse pas non plus le temps militaire, celui de l’attente, celui du repos et celui du combat38 et ne s’appesantit guère sur les savoirs nécessaires à la formation du soldat, ceux hérités des siècles passés et ceux qui sont en construction, sur la place de l’éducation intellectuelle dans la construction des savoirs militaires. En revanche, il sait mettre en avant des valeurs militaires, promues comme essentielles : honneur, courage, patriotisme, discipline, abnégation, solidarité dans l’adversité. La question de la fidélité au pouvoir politique est éludée : le sujet est peu évoqué si ce n’est dans les Mémoires d’un centenaire dans le cadre de la légende napoléonienne, très présente dans l’histoire qu’il raconte. Saillet considère que le soldat employé par l’État doit se montrer loyal envers le régime en place, montrant en cela son hostilité à toute forme de contre société militaire aux origines du bonapartisme politique en cours de développement à l’époque où il écrit.

 

25L’œuvre de Saillet est singulière parce qu’elle se situe à la charnière du grand bouleversement dans l’éducation des élites au xixe siècle : même s’il s’agit de divertir la jeunesse tout en l’instruisant, l’auteur veut, sans paraître subordonné à des instructions officielles, donner une matérialité littéraire et iconographique à une certaine vision morale dans laquelle la carrière des armes, c’est-à-dire celle de la défense des intérêts de la nation, tient une place importante sans être privilégiée.

  • 39 Voir Bulletin de censure…, p. 48.
  • 40 H. Masurel, « Héroïsme et exotisme : le militaire à l’épreuve des lointains (1 (...)

26Cette place particulière de Saillet dans le panorama des écrivains de la littérature enfantine se retrouve dans le jugement de ses premiers ouvrages porté par la censure officielle qui fait état « d’intentions excellentes de l’auteur et du but scientifique et moral qu’il poursuit ». Cependant, il est ajouté que Saillet « n’appuie pas assez sur les principes du christianisme, sur les fondements de la vraie morale…39 ». Il serait intéressant d’analyser l’influence de Vigny ou de Paul de Molènes sur Saillet : peut-on parler dans ses récits militaires de préférence pour la domination de l’esprit aux dépens de la force brutale ? Saillet refuse-t-il à ses jeunes lecteurs le miroir de l’aventure et l’épopée loin des frontières ? Les allusions à la campagne d’Algérie sont présentes mais on ne peut parler d’une attirance affirmée pour l’exotisme et l’épreuve des « lointains » avec le début des conquêtes coloniales40. Saillet se lance-t-il subrepticement dans la redéfinition d’un héroïsme de nature philosophique ? Ses modèles d’héroïsme et de courage sont largement à puiser parmi les ancêtres gaulois et francs, les chevaliers médiévaux en quête de la belle mort. Saillet veut-il transmettre aux jeunes générations une nouvelle sagesse ? En réalité, l’humanisation de la figure du soldat est peu présente chez lui. Sur tous ces points, il semble qu’il n’aille pas aussi loin que Vigny. Enfin, le prestige de l’uniforme est réaffirmé mais l’avenir en termes d’avantages de toute nature reste incertain comme d’ailleurs toutes les carrières de fonctionnaires proposées par les écoles du gouvernement.

27Il est un des aspects traditionnels que Saillet défend : la spécificité du métier militaire. Il s’agit de puissance de la hiérarchie (sens du rang), de respect des traditions, de virilité affirmée, de patriotisme intégral et sans réserve, des modèles retenus de la noblesse d’épée (« l’épée anoblit ») avec le goût du paraître et une conception pointilleuse de l’honneur. La formation par de solides connaissances commence à devenir l’avenir de la réussite individuelle, même si elle ne remplace pas encore la naissance. En tout état de cause, le processus d’élévation et de reproduction sociale passe de plus en plus par la qualité de la formation et son adéquation aux aptitudes innées du sujet. En même temps, le modèle aristocratique s’étend à toute la condition militaire : désormais le métier de militaire anoblit, ce qui correspond bien au modèle qu’a voulu diffuser Saillet auprès de toutes les familles de notables.

Bibliographie

Balzac Honoré de, Le Curé de village : scène de la vie de campagne, Paris, 1841, 2 tomes.

Belhoste Bruno, « La préparation aux grandes écoles scientifiques au xixe siècle : établissements publics et institutions privées », Histoire de l’éducation, no 90, 2001, p. 101-130.

Botrel Jean-François, « La Presse et les transferts culturels en Espagne au xixe siècle (1833-1914) », dans Therenty Marie-Ève, Vaillant Alain (dir.), Nations et mondialisation au xixe siècle, Éditions Nouveau Monde, 2010, p. 55-74.

Bruter Annie, « Les autorisations d’ouverture de cours publics dans les départements français (1808-1875) », éd. numérique, Lyon, LAHRA, UMR CNRS 5190, 2009, [URL : http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=courspub-list&discipline=All&page=204]

Bulletin de censure : index français, tables mensuelles et raisonnées de tous les produits de la librairie française…, 1ère année, no 1, 1843, p. 48.

Caron Jean-Claude, « Jeunes élites et processus de politisation : le rôle des étudiants dans la France des notables », dans Attal Frédéric, Garrigues Jean, Kouamé Thierry et Vittu Jean-Pierre (dir.), Les universités en Europe du xiiie siècle à nos jours : espaces, modèles et fonctions, actes du colloque international d’Orléans 16 au 17 octobre 2003, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 63-76.

Dutreuil de Rhins Jules-Léon, La Bohême militaire ou de l’avenir des sous-officiers dans l’armée, Paris, 1882, 295 p.

Forcade Olivier, Le temps militaire à l’époque contemporaine : pratiques et représentations, Bibliothèque de l’École des Chartes, 1999, tome 157-2, p. 479-491.

Huguet Françoise, « Les pensions et institutions privées secondaires pour garçons dans la région parisienne », Histoire de l’éducation, 90, 2001-2, p. 205-221.

Latzarus Marie-Thérèse, La littérature enfantine dans la seconde moitié du xixe siècle, Paris, PUF, 1923, 310 p.

Lefeuve Charles, Histoire du lycée Bonaparte (collège Bourbon), Paris, 1852, 334 p.

Marly Mathieu et Lembré Stéphane, « À l’école du régiment : instruction, culture scolaire et promotion dans les rangs de l’armée française au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, no 48, 2014-1, p. 145-161.

Masurel Hervé, « Héroïsme et exotisme : le militaire à l’épreuve des lointains (1820-1914) », Romantisme, 2013-3, no 261, p. 35-44.

Omari Nejma, « En mo(n)de mineur : l’“anthroporama” de l’enfance d’Alexandre de Saillet », mémoire de master II, Université Paul Valéry - Montpellier III, 2017.

Serman William, « La noblesse dans l’armée française au xixe siècle (1814-1890) », dans Les noblesses européennes au xixe siècle, actes du colloque de Rome, 1985, publications École française de Rome, 107, 1988, p. 551-558.

Toussaint G., Code de préséance et des honneurs civils, militaires, ecclésiastiques, maritimes et funèbres, Paris, 1845, 390 p.

Notes

1 Voir l’article du capitaine Cury dans Le Spectateur militaire, mai 1840, vol. 30, sur les Essais en faveur de l’armée de M. Ambert, p. 330.

2 Paul Gaschon de Molènes (1821-1862) se fait connaître par Valperi, mémoires d’un gentilhomme du siècle dernier (1845) puis par ses Caractères et récits du temps : La garde mobile. Les souffrances d’un houzard. Etc. (1853) tout en servant comme officier dans les chasseurs lors des campagnes de Crimée et d’Italie.

3 Le ministre de l’instruction publique et des cultes, Gustave Rouland, a pris l’arrêté de création le 1er juin 1862.

4 Voir J-L. Dutreuil de Rhins, La Bohême militaire ou de l’avenir des sous-officiers dans l’armée, p. 56. Cité par Mathieu Marly et Stéphane Lembré, « À l’école du régiment : instruction, culture scolaire et promotion dans les rangs de l’armée française au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, no 48, 2014-1, p. 145.

5 Voir C. Lefeuve, Histoire du lycée Bonaparte (collège Bourbon), p. 301.

6 Voir J.-F. Botrel, La Presse et les transferts culturels en Espagne, p. 58 et sq. Évoquant la rédaction de l’ouvrage de Saillet, l’auteur suppose que ce sont les élèves de son cours les plus doués qui ont rédigé les 21 compositions qui constituent le texte.

7 Les Enfants peints par eux-mêmes, revue-vaudeville en un acte, d’après l’ouvrage d’Alexandre de Saillet, par MM. A-A. de Berruyer et A. Guénée, 15 p.

8 Le seul portrait connu est celui qui est publié sous forme de lithographie en 1848 dans l’édition des Confessions d’un écolier.

9 Actuelle commune de Souhesmes-Rampont, département de la Meuse, près de Verdun.

10 Le Feldmarschall (1733-1798), wallon d’origine, qui commande les troupes autrichiennes en 1792 sous l’autorité du duc de Brunswick, organise la retraite après les défaites autrichiennes de Valmy et Jemmapes. Il gagne la bataille de Neerwinden face à Dumouriez (18 mars 1793) et réussit à forcer le blocus de Mayence en octobre 1795 contre Kléber, Marceau, Dessaix et Bernadotte.

11 Alexandre naît à Paris le 10 mars 1812, son père y décède le 23 avril 1816.

12 Suite au décès de cette première épouse en 1851, il se remarie à Joséphine Primois en 1852, qui décède à son tour en 1859. Remarié en 1860 à Claudine d’Utruy de Brosse, âgée de 20 ans, ils ont une fille, Alexandrine, qui naît à Provins en 1863.

13 Voir la Revue des deux mondes, vol. 3, nouvelle série, n1, juillet 1843, « Poetae minores » par Charles Labitte, p. 123. Son poème Ciel et terres est étrillé : « la poésie maussade de M. de Saillet est de celles qui n’ont aucune physionomie et dont on ne se souvient plus avant même d’avoir fermé le livre, qu’on a hâte d’ailleurs de quitter. »

14 Journal général de l’instruction publique, vol. 7, no 150, 22 décembre 1838.

15 Almanach royal pour l’année 1841, p. 925.

16 Voir Ch. Lefeuve, ibid.

17 Ordonnance dite de Soult (du nom du ministre de la guerre) en date du 20 septembre 1832.

18 Voir F. Huguet, « Les pensions et institutions privées secondaires pour garçons dans la région parisienne », Histoire de l’éducation, no 90, 2001, p. 212-214.

19 Voir B. Belhoste, « La préparation aux grandes écoles scientifiques au xixe siècle : établissements publics et institutions privées », p. 101-130.

20 Arch. nat. F 17 6702. Demande d’ouverture d’un cours privé à Meaux le 14 décembre 1865 ; laissé sans suite par décision du 29 janvier 1866. Saillet est décédé à Provins le 26 décembre de la même année. Consulter aussi la base créée par Annie Bruter sur les autorisations d’ouverture de cours publics dans les départements français (1808-1875).

21 Les pseudonymes utilisés par Saillet alternent entre celui du bourgeois, Joseph Hérin, et celui de l’aristocrate d’Ancien Régime, le vicomte de Bourbon-Ginestous.

22 Sur l’ensemble de l’œuvre, voir N. Omari.

23 L’auteur de la Comédie humaine dénonce en 1838 dans Le Curé de village à propos de l’École polytechnique, « je pense à l’effroyable conscription de cerveaux livrés chaque année à l’État par l’ambition des familles... », voir le tome 2, p. 163.

24 Alexandre de Saillet, Les Français peints par eux-mêmes, t. 1, p. 19 et sq. L’ouvrage paraît dans une collection de bibliothèque chrétienne et morale, approuvée par l’évêque de Limoges, lieu de l’édition.

25 Alexandre de Saillet, Mémoires d’un centenaire, p. 59.

26 Ibid., p. 80.

27 Ibid., p. 180-181.

28 Ibid., p. 285.

29 Alexandre de Saillet, Les Enfants chez tous les peuples, p. 379-380.

30 Ibid., p. 406.

31 Alexandre de Saillet, Les Écoles royales en France, p. 65. On trouve les mêmes termes chez Balzac dans Le Curé de village…, p. 163.

32 Ibid., p. 402.

33 Voir J.-C. Caron, « Jeunes élites et processus de politisation : le rôle des étudiants dans la France des notables », p. 64-5.

34 Alexandre de Saillet, Les Jeunes Français de toutes les époques, p. 280.

35 Alexandre de Saillet, Confessions d’un écolier, p. 312-313.

36 Voir W. Serman, « La noblesse dans l’armée française au xixe siècle (1814-1890) », dans Les noblesses européennes au xixe siècle, p. 554 et suivantes.

37 Voir G. Toussaint, Code de préséances et des honneurs.

38 Étudié par O. Forcade, « Le temps militaire à l’époque contemporaine : pratiques et représentations », p. 479 et suivantes.

39 Voir Bulletin de censure…, p. 48.

40 H. Masurel, « Héroïsme et exotisme : le militaire à l’épreuve des lointains (1820-1914) », p. 41 sq.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access