Version classiqueVersion mobile

Écriture et transmission des savoirs de l’Antiquité à nos jours

 | 
Dominique Briquel

Un savoir régional : le Dictionnaire de la Provence du docteur Claude-François Achard (1785-1788)

Régis Bertrand

Résumé

Le Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin (six volumes parus entre 1785 et 1788) de Claude-François Achard (1751-1809) est constitué de trois parties. La langue, avec le premier dictionnaire français-provençal publié et le Vocabulaire provençal-françois, l’Histoire des hommes illustres de la Provence, enfin la Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux. Achard a utilisé et publié la substance de travaux antérieurs manuscrits, dont certains ne nous sont pas parvenus. Il a bénéficié d’un réseau de collaborateurs et de correspondants locaux. Il a rassemblé et organisé un ensemble de connaissances qui sans lui seraient restées éparpillées, inédites ou même n’auraient pas été consignées par écrit. Le Vocabulaire a d’emblée suscité des émules. Il est à l’origine de la grande entreprise d’Honnorat. Certaines de ses notices biographiques ont été sans cesse reprises depuis Michaud, car elles fournissent les seules données connues sur des auteurs ou des peintres. La Description a été réutilisée et imitée. Elle a servi de source informative pour nombre de travaux d’histoire locale et aussi de banque de données quantifiables et cartographiables pour des études très variées.

Texte intégral

  • 1 Le dédicataire est Charles-Juste de Beauvau-Craon (1720-1793), gouverneur de Prove (...)

1À la fin de l’Ancien Régime, la Provence et ses confins ont fait l’objet d’une tentative d’encyclopédie régionale en six volumes in-quarto parus entre 1785 et 1788, le Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin dédié à Monseigneur le maréchal prince de Beauvau par une société de gens de lettres, travail collectif dont l’initiative et la conception générale reviennent, ainsi sans doute qu’une large partie de la rédaction, au docteur Claude-François Achard (1751-1809). C’est la conception de l’ouvrage et la façon dont il a été réalisé en un temps très bref qui retiendront avant tout mon attention1.

2Il est constitué de trois parties. La langue d’abord, avec le premier dictionnaire de thème occitan qui ait été publié, le Tome I. Contenant le vocabulaire françois-provençal (732 p.), et le dictionnaire de version, le Tome II. Contenant le vocabulaire provençal-françois (654 p.), tous deux imprimés à Marseille par Jean Mossy en 1785. Le Vocabulaire provençal-françois est le deuxième paru pour le provençal, après celui du Père Pellas en 1723. Pour l’ensemble des dialectes occitans, il occupe la troisième place chronologique après celui de Pellas et le Dictionnaire languedocien-français de l’abbé Boissier de Sauvage (Nîmes, 1756). Vient ensuite le dictionnaire biographique, le premier de cette ampleur à être publié pour la Provence : Tomes III-IV. Contenant l’histoire des hommes illustres de la Provence (535 et 523 p.), imprimés à Marseille par Jean Mossy en 1786 et en 1787.

3Enfin la Description Historique, Géographique et Topographique des Villes, Bourgs, Villages & Hameaux de la Provence ancienne & moderne, du Comté-Venaissin, de la Principauté d’Orange, du Comté de Nice, & c, pour servir de suite au Dictionnaire de la Provence. Par M. Achard, Médecin de Marseille, membre de plusieurs Académies. Précédée d’un Discours sur l’état actuel de la Provence par M. Bouche, Avocat au parlement d’Aix, associé à l’académie de Marseille, de celle des Arcades de Rome, & c. (650 et 576 p.), imprimé à Aix par Pierre-Joseph Calmen en 1787-1788. Il s’agit d’un dictionnaire topographique fournissant des notices de nature encyclopédique sur chaque lieu habité, là aussi sans équivalent provençal jusqu’alors et assez peu encore dans l’espace français.

  • 2 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368 (lettres d’Achard à Calvet de 1770 à 1806). Sur le réseau de (...)

4Le changement de titre et d’imprimeur indique d’emblée les difficultés de l’édition, que l’on peut suivre à travers la précieuse correspondance échangée entre Achard et son maître de l’université d’Avignon, Esprit Calvet (1728-1810), premier professeur de médecine à la faculté2.

5Achard a conçu la Provence comme une entité historique et humaine débordant les frontières strictes du comté et de ses terres adjacentes pour inclure les terres qui furent provençales ou dépendirent des comtes de Provence au Moyen Âge, soit au moment de la formation de la langue d’oc : les États pontificaux et le comté de Nice, qui appartenaient alors à des souverains étrangers, la principauté d’Orange, qui lors de son annexion par Louis XIV avait été rattachée au Dauphiné. Il s’agit donc d’une Provence définie comme aire culturelle. La volonté de commencer cette encyclopédie du monde provençal par un dictionnaire de langue n’en est que plus remarquable. Dans sa conception initiale, l’ouvrage se présentait comme la découverte progressive d’une identité régionale à travers trois de ses éléments essentiels.

  • 3 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabulaire (...)

« La connoissance de la langue provençale – écrit Achard dans la préface générale qui ouvre le tome premier –, précède l’histoire topographique de la Provence et celle-ci est suivie de la vie des Hommes illustres dont les noms ainsi que les actions méritent d’être transmis à la postérité.3 »

  • 4 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulair (...)

6L’ordre théorique doit donc être, selon Achard lui-même, rétabli de la façon suivante. D’abord les deux volumes d’un dictionnaire de langue, le Vocabulaire françois-provençal et le Vocabulaire provençal-francois, qui furent les premiers à paraître. Aurait dû venir ensuite la Description, que son faux-titre désignera comme une Géographie, faite de notices des espaces habités et de leur population, perçue en particulier à travers ses usages et ses fêtes. Enfin L’Histoire des hommes illustres de la Provence, faite des habitants qui s’illustrèrent et méritèrent de survivre dans la mémoire, au moins régionale. Des « raisons particulières », sans doute le retard pris dans la rédaction de la Description, imposèrent une inversion de l’ordre de parution au profit des Hommes illustres. Achard l’annonce dans l’avertissement du tome II, le Vocabulaire provençal-français4.

Un médecin aux curiosités encyclopédiques

  • 5 Données biographiques extraites de S.-C. Croze-Magnan, « Éloge de M. Achard » et R. Bert (...)

7Claude-François Achard est né à Marseille le 23 mai 1751. Fils de Joseph Achard, marchand-fabricant de papier, et de Catherine-Rose Chaulan5, il est envoyé à l’âge de sept ans auprès de son oncle paternel qui était curé du Pègue, petit village du Dauphiné situé dans le sud de la Drôme actuelle. C’est là qu’il achève son enfance et passe son adolescence, étudiant d’abord avec son oncle puis au séminaire de Viviers, sans doute à partir de 1762 et jusqu’aux années scolaires 1767 et 1768, dates où il doit y être élève de philosophie (cette classe terminale dure deux ans alors). Il ne persévère pas cependant dans la voie de la cléricature. En avril 1769, Achard prend sa première inscription trimestrielle à la faculté de médecine d’Avignon dans le cours du professeur Esprit Calvet, dont il sera un des élèves les plus chers. Le 19 octobre 1771, Achard est reçu bachelier en médecine. Il peut dès lors obtenir la licence, trois mois plus tard, ce qu’il fait le 20 janvier 1772. Enfin, un dernier examen sans délai imposé, d’une durée de cinq heures, conférait alors le doctorat. Dès le surlendemain, 22 janvier, Achard soutenait sa thèse doctorale.

8Ses études faites, muni de son bonnet de docteur remis par Calvet en personne, C.-F. Achard revient dans sa ville natale ou plutôt à proximité. Marseille était dotée d’un collège de médecine, institution corporative existant dans les villes importantes du royaume qui ne possédaient pas d’université. Les jeunes docteurs ne pouvaient être agrégés au collège des médecins marseillais, et donc y exercer, que s’ils justifiaient de trois années de pratique hors de la ville. Achard s’installe donc à Aubagne. De 1772 à 1775, il y est chargé de l’hôpital et eut « quelques malades en ville ». Il s’y marie. En 1775, Achard présente sa candidature au collège de médecine et est admis au second essai. Il va s’y faire une clientèle et laissera le souvenir d’un médecin charitable. Il est à partir de 1779 du nombre des médecins que l’hôpital de la Grande-Miséricorde salarie – de façon modeste –, pour visiter les « pauvres malades ».

9Claude-François Achard est nommé en janvier 1781 membre correspondant de la Société royale de médecine de Paris. Grâce à Félix Vicq d’Azyr (1748-1794), son secrétaire perpétuel, cette société entretenait un réseau d’une centaine de correspondants élus à travers toute la France et à l’étranger. Un tel titre fait d’Achard l’une des notabilités médicales de Marseille. Il sera tour à tour secrétaire puis syndic du collège de médecine de la ville.

Les quatre premiers volumes

  • 6 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 148.
  • 7 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 169 et 174.

10C’est dans une lettre à E. Calvet datée du 28 avril 1783 qu’Achard semble faire pour la première fois mention, de façon très allusive, d’un projet de Dictionnaire6. Il lui écrit le 27 décembre 1784 : « Le premier volume du Dictionnaire est imprimé ». Puis le 16 septembre 1785, il annonce à Calvet l’envoi du second volume7. Le 30 décembre 1785, Achard écrit à Calvet :

  • 8 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 182-183.

« […] J’ai entrepris seul le grand ouvrage dont le 3e volume a paru, dont on imprime le 4e et dont je mets au net le 5e ou la Géographie. J’avais des associés, ils m’ont quitté dès qu’il a fallu financer.8 »

  • 9 Académie des sciences, lettres et arts de Marseille. Registre de p. v. des séa (...)

11On sait que les volumes III et IV sont respectivement datés de 1786 et 1787. La parution de ces premiers volumes vaut à Achard d’être élu membre de l’Académie des lettres, sciences et arts de Marseille le 14 août 1786 et d’y être reçu lors de la séance publique du 6 décembre 17869.

  • 10 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabul (...)

12Comment Achard a-t-il pu réaliser cette œuvre en un temps aussi bref ? Il apporte des éléments de réponse pour les deux volumes de langue dans l’Avertissement du tome I en indiquant ses sources écrites10. Nous indiquons entre crochets l’identification des ouvrages qu’il cite :

« Le Dictionnaire du P. Pellas, Minime, nous a fourni des termes peu connus, que nous avons placés en indiquant cet Auteur. [Sauveur-André Pellas, 1667-1727, Dictionnaire provençal et françois…, Avignon, F.-S. Offray, 1723, 324 p.]. Un petit ouvrage du P. Merindol de l’Oratoire, nous a donné l’étymologie de quelques mots Provençaux tirés du Grec. [Mitre Mérindol, Dilucida et compendiosa graecorum accentum praxis…, Aix, 1651]. Nous avons également consulté le savant Dictionnaire de feu M. de Montvallon, si connu dans le Bareau & si regretté dans la République des Lettres ; M. son fils, Doyen de MM. les Conseillers au Parlement de Provence, & M. son petit-fils, Officier au Régiment du Roi, nous ont cédé ce Manuscrit précieux sans réserve, & avec cette honnêteté qui leur est naturelle. [André de Barrigue de Montvallon, 1678-1769, B. Méjanes, ms 1664, 262 p.]. Les héritiers de M. Germain, ancien Chancelier de France à Alger, nous avoient déjà communiqué le Dictionnaire Provençal-François manuscrit de ce Poëte Marseillois ; ouvrage volumineux, & qui avoit acquis une certaine perfection. [Jean-Baptiste Germain, 1701-1781, manuscrit non localisé]. Le Dictionnaire Provençal du P. Puget, Minime, manuscrit, conservé dans la Bibliothèque des Religieux de cet Ordre, à Aix, nous a fourni des étymologies latines & grecques. [Pierre Puget, 1671-1747, B. Méjanes, ms 158, XIII-849 p.]. Nous avons aussi profité des connoissances que nous ont procurés les Savans de cette Province, qui ont fait une étude particulière de notre langue. »

  • 11 Ce que tend à faire D. Fabié, « L’essor des études lexicographiques et grammaticographiq (...)
  • 12 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 163, lettre du 21 juillet 1784 et p. 164, le (...)

13On notera qu’Achard a consulté le dictionnaire de son prédécesseur direct, Pellas, et également un ouvrage du xviie siècle qui avançait des étymologies grecques pour des termes provençaux et surtout trois dictionnaires manuscrits, ceux de Barrigue de Montvallon et de Puget, entrés depuis en collections publiques, et celui de Germain, peut-être sa source principale, qui n’est pas localisé aujourd’hui. Il est cependant très réducteur de considérer ses deux volumes comme une pure compilation11. Achard a aussi dépouillé des textes littéraires en provençal des xviie et xviiie siècles. Dans sa correspondance, il demande à Calvet de lui prêter ceux de ces ouvrages qu’il ne parvient pas à trouver à Marseille12.

14Il a également bénéficié des apports d’informateurs. Achard avait une intéressante expérience du provençal et de certains de ses dialectes puisqu’il était né et vivait à Marseille, avait grandi auprès de son oncle, curé d’une paroisse rurale du Dauphiné et avait fait ses études médicales à Avignon, ville où le Père Pellas avait vécu et rédigé son dictionnaire. Sa principale lacune était la langue de la partie septentrionale de la Haute-Provence, l’occitan alpin. Il la reconnaît et annonce un supplément, qui ne paraîtra pas, qui :

  • 13 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabu (...)

« Contiendra beaucoup de termes usités dans la montagne, c’est-à-dire dans la Haute-Provence : un manuscrit qui est arrivé à la fin de l’impression de ce volume nous les a transmis et nous en devons l’hommage au public pour la perfection de cet ouvrage.13 »

  • 14 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. IV, Histoi (...)

15La notice des « auteurs vivants » du tome IV permet de préciser qu’il s’agit du travail de « Bois Joseph-Marc, curé de Noyers sa patrie, né en 1727, [qui] a fourni le supplément au Vocabulaire provençal pour les mots usités dans la Haute-Provence14 ».

  • 15 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabu (...)

16Achard dit « avoir adopté de préférence le langage de Marseille […] qui [lui] est le plus familier » et non celui d’Aix, qu’apparemment des habitants de cette ville considéraient comme « le vrai provençal15 ». Il est intéressant d’observer que son dictionnaire renferme des mots qui entrent pour la première fois dans la lexicographie imprimée. Pour en citer deux que l’on a souvent cru dater du xixe siècle, la notice « Bouilhir » est pour l’essentiel consacrée à la bouillabaisse :

  • 16 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabu (...)

« Bouilhe-Baisso, terme de pêcheur, sorte de ragout qui consiste à faire bouillir du poisson dans l’eau de la mer. L’on dit bouilhe-baisso, parce que dès que le pot bout, on le tire du feu, on l’abaisse.16 »

17La notice « Santoun, ono » donne deux dérivés, dont :

« On le dit aussi pour figurer des saints en plâtre que l’on vend pour amuser les enfants. »

  • 17 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabu (...)

18Le santon de crèche en argile n’existe pas encore, il apparaîtra à la fin de la Révolution : on a ici le premier sens du terme, plus large, qui explique son étymologie de petit saint17.

Les volumes biographiques

19Dans son discours préliminaire, Achard s’inscrit directement dans la vision des hommes dignes de mémoire que développent les Lumières :

« Il manquoit à l’histoire littéraire de notre province un ouvrage destiné à transmettre à la postérité, le nom des artistes, des savans et des héros qui l’ont illustrée. »

20Il précise aussi :

  • 18 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, t. III, Histo (...)

« Le mérite des hommes illustres dépend de leurs actions […] Les généalogies des familles n’entrent aucunement dans notre plan.18 »

  • 19 J.-C. Bonnet, Naissance du panthéon. G. Minois, Le Culte des grands (...)

21Il ne s’agit plus, comme dans les histoires de Provence des générations précédentes, de faire la généalogie des familles illustres par leur noblesse, leur ancienneté. Achard prend certes en compte la naissance noble mais c’est à travers la détention des hautes charges, la trace laissée dans l’histoire. Il étudie avant tout les « talents » (hommes de lettres, de sciences, artistes, savants, en particulier médecins)19. Achard a su trouver, non sans difficultés et déboires, une équipe de rédacteurs. Il les énumère dans son « Discours préliminaire de l’Histoire des hommes illustres » et fournit même le moyen d’identifier les auteurs de certaines notices.

« Les articles désignent leur Auteur par une des indications suivantes. (C. B.) Ces lettres désignent M. l’Abbé de Capris de Beauvezer, Prêtre à Cuers […]. Ce Savant nous a communiqué avec le désintéressement le plus rare, dix cahiers Mss. contenant la vie des Illustres Provençaux par ordre chronologique […] [Jean-Baptiste Capris de Beauvezer, 1729- ?].

  • 20 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, t. III, Histo (...)

(V. P.) C’est ici l’indication de l’Auteur du Vocabulaire Provençal-François, & François-Provençal [Claude-François Achard]. (P. C.) Les articles terminés par ces Lettres, ont été fournis par un Savant Religieux, connu avantageusement dans la République des Lettres par des ouvrages qui font honneur à son amour pour la Patrie […] [P. Calixte de Brignoles, Jean-Baptiste Roland, capucin]. (P. N.) Les articles qui ont cette indication, appartiennent à un Religieux Minime, connu à Marseille [P. Louis-Thomas Nuiratte, 1724-1792]. (E-H.) M. Bouche, Avocat au Parlement de Provence [Charles-François Bouche, 1737-1795]. (B. O.) Le P. Bicaïs de l’Oratoire, aussì éclairé que modeste, nous a fourni des articles curieux & des anecdotes presque oubliées. Le Mss. du P. Zacharie Artaud de l’Oratoire, intitulé : Athenœum Massilliensis, nous a été d’un grand secours. Cet Auteur avoit fait des découvertes qui lui font un honneur infini, & qui rendent notre Dictionnaire très-intéressant. M. l’Abbé Paul, ancien Professeur d’éloquence au Collège d’Arles, & M. Gombert, ancien Curé des Pennes, auprès de Marseille, avoient chacun un Mss. sur les Grands-Hommes de la Provence : ils n’attendoient l’un & l’autre qu’une circonstance favorable pour les livrer à l’impression. Nous avons acquis le fruit de leurs travaux […]. Les articles qui nous ont été fournis par d’autres Savans, portent le nom de leurs Auteurs, à moins que leur modestie ne nous ait empêché de les faire connoître : de ce nombre sont quelques Membres de l’académie de Marseille.20 »

  • 21 C.-F. Bouche, Essai sur l’histoire de Provence, suivi d’une notice des Provençaux célèbr (...)
  • 22 Ce manuscrit est au Musée-bibliothèque Paul Arbaud de l’Académie des sciences, (...)

22À noter qu’Achard reconnaît que certains auteurs avaient eu, avant lui, l’idée de réaliser un dictionnaire biographique, en particulier l’abbé Amant-Laurent Paul (1740-1809), ancien jésuite et un autre ecclésiastique, l’abbé Antoine Gombert (1717- ?). Charles-François Bouche était l’auteur d’un Essai sur l’histoire de Provence, suivi d’une notice des Provençaux célèbres en deux volumes, qui venait de paraître21. Certaines des notices publiées dans l’Histoire des hommes illustres de la Provence ont été reprises par Bouche de cet ouvrage, au prix de quelques modifications : elles sont signées, on l’a noté, EH, abréviation des premiers mots de son titre. Enfin, Achard avait eu un prédécesseur évident, l’oratorien Joseph Bougerel (1680-1758), dont le Projet d’une histoire des hommes illustres de Provence, avancé en 1718, n’avait connu qu’un début de publication, peu avant sa mort, avec un recueil de quelques notices. Achard semble avoir obtenu de consulter le manuscrit de Bougerel auprès de son héritier22.

  • 23 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. III, Histo (...)
  • 24 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. III, Histo (...)

23L’Histoire des hommes illustres renferme de précieuses notices : nous ne saurions quasiment rien de certains personnages sans les notices d’Achard. Ainsi celle de Laurent Durand (1629-1708), auteur d’un succès de librairie, Les Cantiques de l’âme dévote, dits Cantiques de Marseille, qui ont connu de nombreuses éditions entre 1680 et 1950. Il n’a été possible de retrouver en archives qu’une seule trace de son existence, son acte de décès23. Autre exemple, la notice sur Françoise Duparc (1726-1778), artiste-peintre24. Les quatre tableaux signalés à la fin la notice, qui sont des chefs-d’œuvre de l’art du xviiie siècle, sont aujourd’hui au Musée des Beaux-Arts de Marseille. 80 % de nos connaissances sur leur auteur viennent de la notice publiée par Achard. Le 30 décembre 1785, il indique à Calvet que Marin lui a suggéré d’ajouter un développement consacré aux auteurs vivants :

  • 25 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 182-183.

« M. Marin, censeur de mon Dictionnaire, m’a conseillé de mettre au bas de mon second volume des hommes illustres les noms des auteurs vivans et les titres de leurs ouvrages. Je vous prie, Monsieur de vouloir m’indiquer ceux que vous connaissez. J’avais aussi pensé d’inviter les auteurs à fournir eux-mêmes cette notice. Le Courrier d’Avignon pourrait-il annoncer cela ? Je l’ai déjà fait insérer dans les Affiches de Marseille.25 »

24Cette exigence a certainement dû retarder la parution du volume. Le « Catalogue des auteurs vivans avec le titre de leurs Ouvrages. On y a joint les Provençaux qui se sont fait un nom dans les arts » se trouve placé à la fin de l’ouvrage aux p. 497-523, après les « Supplément et additions » (p. 402-470), la « Table chronologique » (p. 471-475) et la « Table chorographique qui indique le nombre des grands Hommes que chaque Ville a produits » (p. 496).

  • 26 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. IV, Histoi (...)

25Enfin Achard a pris part à la grande redécouverte des troubadours qui marque la seconde moitié du xviiie siècle. Achard consacre aux troubadours une « Dissertation » de 51 pages26. Il avait indiqué dans le « Discours préliminaire » de l’ouvrage :

  • 27 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabul (...)

« Il semble qu’après les vies de ces poètes données depuis peu par M. l’abbé Millot d’après les recherches de M. de Sainte-Palaye, la matière doit être entièrement épuisée ; nous avons cependant trouvé des anecdotes curieuses et peu connues dans les manuscrits anciens qu’on a bien voulu nous communiquer.27 »

  • 28 C. Chabaneau, Notes sur quelques manuscrits provençaux perdus ou égarés, p. 38-41. Voir (...)

26Cette remarque avait intrigué autrefois Camille Chabaneau, qui a relevé les quelques notations qui ne paraissaient pas provenir de ses prédécesseurs, Nostredame, Millot ou Papon – Achard indique ordinairement les sources de ses notices. Chabaneau en a conclu qu’Achard avait eu connaissance « d’au moins deux chansonniers provençaux autres que ceux que nous possédons aujourd’hui28 ».

La Description de la Provence (ou Géographie)

  • 29 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 207 et p. 197.
  • 30 Archives de l’Académie des sciences, lettres et arts de Marseille, Registre de (...)

27Dans une lettre non datée reçue par Calvet, Achard espère sa parution « avant la Toussaint [1787] ». Le 23 novembre 1787, Achard annonce à Calvet que « le premier volume paraîtra dans les premiers jours de décembre29 ». Achard présente « le premier volume de la description topographique de la Provence » à ses confrères de l’académie de Marseille lors de la séance du 16 janvier 178830. Au cours de l’année 1788, le second volume commence à paraître, par fascicules. Achard écrit à Calvet le 16 janvier 1789 :

  • 31 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 223.

« Mon dernier volume aurait déjà paru sans l’absence de M. Marin, mon censeur. Je suis obligé de lui envoyer mes manuscrits à Paris. Cela occasionne des retards extraordinaires et je crains trop qu’ils ne s’égarent.31 »

  • 32 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 253.

28Mais le 20 février 1790, Achard signale à Calvet qu’il espère pouvoir publier la fin du volume « dans le mois d’avril au plus tard, si la constitution a fixé les départements de la Provence32 ». La Description de la Provence est en fait restée inachevée. Le texte s’arrête brusquement au début d’une phase à l’article « Velaux ». Les derniers fascicules n’ont pas été publiés mais l’on possède des copies de leur manuscrit. Achard avait d’abord espéré que la petite équipe de collaborateurs qu’il avait rassemblée lui permettrait de couvrir l’espace provençal, ce qu’il indique dans l’Avertissement du premier volume :

  • 33 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabul (...)

« La Géographie de la Provence est composée des articles fournis par les Gens de Lettres qui coopèrent à cet Ouvrage. Nous nous ferons un devoir de nommer ceux qui voudront nous le permettre. Nous indiquerons les autres par une ou deux lettres capitales, qui, sans faire connoître l’Auteur, indiqueront les articles appartenans à une même personne.33 »

29Il dut suivre une autre méthode ; il s’efforça de constituer un réseau de correspondants parmi les notables locaux, susceptibles de lui fournir des notices. Ces dernières ne sont pas signées. Il est possible d’entrevoir ses échanges par la lettre qu’il adressa à Esprit-Joseph Pellicot, avocat et co-seigneur de Seillans (Var) :

  • 34 O. Teissier, Histoire d’une ancienne famille de Provence, p. 215 et aussi (...)

« Monsieur, vous m’avez promis si obligeamment l’article de Seillans pour mon dictionnaire géographique, que je me crois autorisé à vous rappeler votre promesse. Les imprimeurs, comme vous le savez très bien, n’aiment pas à se reposer au milieu d’un ouvrage et le mien est assez avancé pour que je doive désirer que vous me rendiez au plus tôt le service que j’ai droit d’attendre de vos bontés. Je me flatte que vous allez vous occuper de moi et acquérir de nouveaux droits à ma reconnaissance. J’ai l’honneur d’être, etc. »34

30Il a été possible de reconstituer ici, grâce aux notices les plus développées, une grille de questions qu’Achard a pu envoyer à ses correspondants, à moins qu’il n’ait redistribué leurs réponses en fonction de ces rubriques, dans le but d’unifier très relativement les notices de l’ouvrage. Son souci d’envisager tous les aspects d’un lieu de vie est particulièrement remarquable par le regard ethnographique qu’il porte sur la vie collective et en particulier les usages traditionnels et les fêtes :

  • nom latin (en général repris d’Expilly), nom provençal,
  • localisation : diocèse, viguerie,
  • distance des principales villes (empruntée à Expilly),
  • nombre de feux fiscaux, population (d’après le dénombrement de 1765, mais non systématique),
  • site, état seigneurial,
  • historique,
  • titulaire de la paroisse, nomination et statut des clercs qui la desservent, dîmes, parfois reliques,
  • autres bénéfices, couvents, parfois chapelles de confréries (essentiellement celles de pénitents),
  • fêtes et leurs particularités ; parfois coutumes locales,
  • climat, fréquence des maladies,
  • nature du sol, productions agricoles,
  • richesses minérales,
  • cours d’eau, sources et fontaines,
  • écarts, hameaux, fiefs séparés,
  • remarques historiques diverses (parfois armoiries),
  • bureau de poste pour le courrier.
  • 35 J.-J. Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la Fr (...)
  • 36 C.-F. Achard, Description […] de la Provence ancienne et moderne, t. II, p. 548-552. Cop (...)

31Cependant, lorsqu’il n’a pu bénéficier d’une notice originale ou pour certains renseignements, Achard s’est servi du Dictionnaire […] des Gaules et de la France de Jean-Joseph Expilly (1719-1793), chanoine de Tarascon, dont les notices constituent alors le tissu conjonctif des siennes35. Au fur et à mesure que l’ouvrage avançait, Achard a eu tendance à reprendre de plus en plus les notices telles qu’elles étaient envoyées. Il est possible de le vérifier avec la notice Valensole : un érudit de la génération suivante, François Aubert, a pu recopier le texte du correspondant d’Achard, l’abbé Aubanel, qui sert de substance à la notice imprimée36.

  • 37 N. Richter, Bibliographes et bibliothécaires, 1789-1839.

32Ce grand travail sera cependant sans achèvement ni suite, la vie d’Achard ayant pris un cours nouveau avec la Révolution. Dès 1790, Achard commence à constituer la bibliothèque publique de Marseille, dont il est nommé bibliothécaire en 1793. Il devient le premier fonctionnaire culturel qu’aient eu les Bouches-du-Rhône. Le 6 novembre 1794, il met en place la Commission temporaire des arts, qui s’efforce de préserver des éléments du patrimoine et amorce les collections du musée de Marseille, et il sera en 1801-1802 conservateur du Musée des Arts. Le classement et l’inventaire de la bibliothèque l’occupent dès lors, ainsi que la rédaction d’un Cours élémentaire de bibliographie, paru en trois volumes en 1806-180737.

  • 38 K. Fukasawa, « Claude-François Achard dans sa jeunesse ». J. Rondat, La Corres (...)

33Achard eut également un rôle de premier plan dès avril 1799, dans la création du Lycée des sciences et des arts, qui devint le 15 mai 1802 l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Marseille. Achard en fut alors élu secrétaire perpétuel de la classe des lettres alors qu’il avait été élu en 1786 à un fauteuil de la classe des sciences. Le fait est révélateur de la reconversion qu’il avait accomplie durant la Révolution. Ajoutons qu’il avait été vénérable avant la Révolution de la loge maçonnique La Triple union, fondée à Marseille en 1782 et affiliée en 1785 à l’ordre écossais rectifié. Il réveilla la loge dès 1801 et échangea à cette occasion une précieuse correspondance avec le Lyonnais Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), qui a été récemment éditée38. Mais à partir de 1808, sa santé semble se détériorer et il meurt le 29 septembre 1809.

Postérité du Dictionnaire de la Provence

34L’œuvre d’Achard a été souvent jugée sévèrement au xixe siècle. Il a été alors de bon ton de souligner ses insuffisances et ses erreurs. L’homme et son œuvre ont longtemps souffert des jugements catégoriques du principal érudit marseillais du Second Empire, le juge de paix Augustin Fabre (1797-1870), dont on citera ici une anthologie :

  • 39 A. Fabre, Les Rues de Marseille, t. IV, p. 76-80.

« C.-F. Achard, docteur en médecine, mit sa vie laborieuse au service de son pays avec un zèle ardent qui ne fut pas toujours selon le goût et la science. Il composa plusieurs ouvrages sur des sujets très bien choisis, mais fort mal exécutés […]. Le Dictionnaire géographique de la Provence par Achard est fait avec la même précipitation et ne mérite aucun éloge […]. Son Histoire des hommes illustres de la même province est plus utile et sera toujours consultée. Mais que de défauts on y remarque ! […]. Achard, peu difficile dans ses goûts littéraires et ne possédant pas la moindre notion de critique, prit des articles de toutes mains […]. Achard a mis au jour d’autres ouvrages moins connus, où l’on trouve les mêmes imperfections, l’absence de tout art, l’affranchissement de toute méthode, l’incorrection d’un style froid, diffus, insipide, incolore. L’auteur, tout à la fois bon homme et faiseur d’embarras, eut le tort de négliger l’exercice de la médecine pour se jeter dans des compositions au-dessus de la portée de son esprit.39 »

35Cet auteur qui semble avoir eu un caractère difficile avait dû renoncer à tout espoir d’entrer à l’académie de Marseille, car son ennemi intime sur le plan professionnel et en matière d’érudition, J.-A.-B. Mortreuil (1808-1876), y avait été élu. Fabre mène dès lors, dans ses volumes des Rues de Marseille, une entreprise de dépréciation systématique des académiciens marseillais et en premier lieu d’Achard, qui avait sauvé les archives de l’Académie pendant la Révolution et avait joué un rôle capital dans sa reconstitution sous le Consulat.

  • 40 R. Merle, « Le chemin d’Honnorat ». J.-Cl. Bouvier, « Préface » à Frédéric Mistral, (...)

36Les deux Vocabulaires d’Achard sont à l’origine de la grande entreprise d’un autre médecin, le docteur Simon-Jude Honnorat (1783-1852), dont le grand Dictionnaire Provençal-Français est paru à Digne en trois volumes en 1846-1848. Cette somme sera à son tour le point de départ de l’œuvre lexicographique de Frédéric Mistral, le Trésor du félibrige, paru en deux volumes à Paris en 187940.

  • 41 P. Masson, Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, vol. IV-2, Dictionnaire bi (...)

37Nombre des notices biographiques de l’Histoire des hommes illustres ont été reprises dans la Biographie universelle ancienne et moderne publiée par Louis-Gabriel Michaud (1811-1828) et la Nouvelle biographie universelle d’Hoefer (1852-1867), ainsi que par leurs nombreux suiveurs. « C’est là qu’ont puisé et que puisent encore ceux qui veulent être renseignés sur les Provençaux d’autrefois » observait en 1931 Paul Masson dans la préface de l’ouvrage qui a tardivement remplacé celui d’Achard41.

  • 42 É. Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, (...)

38La Description constitue le modèle sinon la source inavouée de nombre de dictionnaires topographiques départementaux au siècle suivant. L’œuvre d’Achard a été un modèle et une source en 1835 pour Étienne Garcin (1784-1859), à tel point que son Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne ressuscite une entité politique abolie en classant les communes des quatre départements qui en sont issus dans un ordre alphabétique et non administratif. Dans la préface, son auteur s’efforce de minimiser ses emprunts à ses prédécesseurs, dont Achard, et va jusqu’à affirmer qu’il a corrigé « leurs erreurs et leurs invraisemblances ». En fait, l’ouvrage constitue pour la plupart de ses notices une version mise à jour mais appauvrie de la Description […] de la Provence ancienne et moderne d’Achard42.

 

  • 43 M. Vovelle, De la cave au grenier, un itinéraire en Provence de l’histoire sociale à l’h (...)
  • 44 M. Vovelle, Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, p. 13-101.
  • 45 M. Vovelle, De la cave au grenier, un itinéraire en Provence de l’histoire sociale à l’h (...)
  • 46 M.-H. Froeschlé-Chopard et S. Guérin éd., Images de l’ancienne Provence. M.-H. (...)
  • 47 L.-S. Fournier et Ph. Hameau (dir.), Les fêtes à bravade, p. 179-186.

39Si les érudits du xixe siècle se sont souvent plu à souligner incidemment les erreurs de détail de la Description, dans la seconde moitié du xxe siècle, l’appréciation en a été au contraire de plus en plus positive. Elle a en particulier servi de banque de données quantifiables et cartographiables pour des études universitaires. Citons avant tout les travaux de Michel Vovelle, qui a décerné à Achard le titre de « primitif de l’ethnographie provençale43 ». La Description est une des sources principales de son étude sur les fêtes44 et de bien d’autres recherches. Ainsi Michel Vovelle a reconstitué à travers la désignation des lieux dans les articles de la Description la hiérarchie du réseau urbain et villageois de l’ancienne Provence, telle qu’elle était perçue par l’élite du temps45. Marie-Hélène Froeschlé-Chopard l’a également beaucoup étudiée et en a proposé une réédition partielle pour la Provence orientale46. Très récemment, un ouvrage collectif sur les fêtes à bravade a republié le texte de la totalité des mentions de ces fêtes fournies par Achard47.

40Le Dictionnaire de la Provence est une source fort riche à condition de se reporter toujours aux erratas et compléments et pour la Description, à une des copies manuscrites de la fin de l’ouvrage, qui renferment également de nombreuses rectifications et ajouts aux articles. Par-delà d’inévitables erreurs ou approximations, il faut savoir gré à cet homme des Lumières d’avoir rassemblé et organisé un ensemble de connaissances qui sans lui seraient restées éparpillées, inédites ou même n’auraient pas été consignées par écrit.

Bibliographie

[Achard Claude-François], Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, dédié à Monseigneur le maréchal prince de Beauvau, par une Société de gens de lettres. Tome I. Contenant le vocabulaire françois-provençal. Tome II. Contenant le vocabulaire provençal-françois Marseille, Impr. de Jean Mossy, 1785, 732 et 654 p. Tomes III-IV. Contenant l’histoire des hommes illustres de la Provence, id., 1786-1787, 535 et 523 p., 4 vol. in-4°.

Achard Claude-François, Description Historique, Géographique et Topographique des Villes, Bourgs, Villages & Hameaux de la Provence ancienne & moderne, du Comté-Venaissin, de la Principauté d’Orange, du Comté de Nice, & c, pour servir de suite au Dictionnaire de la Provence. Par M. Achard, Médecin de Marseille, membre de plusieurs Académies. Précédée d’un Discours sur l’état actuel de la Provence par M. Bouche, Avocat au parlement d’Aix, associé à l’académie de Marseille, de celle des Arcades de Rome, & c., Aix, Pierre-Joseph Calmen impr., 1787-1788, 650 et 576 p.

Bertrand Régis, Crèches et santons de Provence, Avignon, éd. A. Barthélemy, 1992.

Bertrand Régis, « Claude-François Achard, l’homme qui aimait les livres », dans Marseille, no 168, 1993, p. 16-19.

Bertrand Régis, « Les Cantiques de l’âme dévote de Laurent Durand (dits Cantiques de Marseille), ou le long succès d’un auteur », dans Quéniart Jean (dir.), Le Chant, acteur de l’histoire, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, 1999, p. 51-64.

Bertrand Régis, « La génération érudite provençale des années 1770-1780 et les troubadours », dans Courouau Jean-François et Luciani Isabelle (dir.), La Réception des troubadours en Languedoc et en France, xvie-xviiie siècle, Paris, Classiques Garnier (Études et textes occitans 3), 2018, p. 263-281

Billioud Joseph, « Une peinture de types populaires, Françoise Duparc de Marseille (1726-1778) », dans la Gazette des Beaux-Arts, octobre 1938, p. 173-184.

Bonnet Jean-Claude, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

Bouche Charles-François, Essai sur l’histoire de Provence, suivi d’une notice des Provençaux célèbres en deux volumes, Marseille, Jean Mossy père et fils, 1785, (2 vol.).

Bouvier Jean-Claude, « Préface » à Mistral Frédéric, Lou Tresor dóu Felibrige. Dictionnaire provençal-français, Aix-en-Provence, Édisud, 1979, p. 5-47.

Brockliss Laurence W. B., Calvet’s Web : enlightenment and the Republic of Letters in eighteenth-century France, Oxford, Oxford University press, 2002.

Chabaneau Camille, Notes sur quelques manuscrits provençaux perdus ou égarés (…), Paris, Maisonneuve frères et C. Leclerc, 1886.

Croze-Magnan [Simon-Célestin], « Éloge de M. Achard », Mémoires publiés par l’Académie de Marseille t. IX, Marseille, impr. de J.-F. Achard, 1812, p. 53-68.

Expilly Jean-Joseph, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris, Desaint et Saillant, 1762-1770, (6 vol.).

Fabié David, « L’essor des études lexicographiques et grammaticographiques », dans Courouau Jean-François (dir.), La langue partagée. Écrits et paroles d’oc, 1700-1789, Genève, Lib. Droz, (Bibliothèque des Lumières), 2015, p. 307-392.

Fabre Augustin, Les rues de Marseille, Marseille, Lebon, 1868, t. IV, p. 76-80.

Fournier Laurent-Sébastien et Hameau Philippe (dir.), Les Fêtes à bravade, Forcalquier, éd. C’est-à-dire, 2018.

Froeschlé-Chopard Marie-Hélène et Guérin Simon (éd.), Images de l’ancienne Provence : « Description historique, géographique et topographique des villes, bourgs, villages et hameaux de la Provence… » par M. Achard, Nice, Serre, 2010.

Froeschlé-Chopard Marie-Hélène, « La fête au village dans l’ancienne Provence selon Claude-François Achard », dans Régis Bertrand et Fournier Laurent-Sébastien (dir.), Les Fêtes en Provence, autrefois et aujourd’hui, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2014, p. 51-66.

Fukasawa Katsumi, « Claude-François Achard dans sa jeunesse : médecin, académicien et franc-maçon marseillais à la fin du xviiie siècle », Provence historique, t. LXII, fasc. 247, 2012, p. 11-24.

Garcin Étienne, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, Draguignan, l’auteur, 1835, (2 vol.).

Masson Paul, Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, vol. IV-2, Dictionnaire biographique des origines à la Révolution, Paris-Marseille, H. Champion-Archives départementales, 1931, p. VIII.

Merle René, « Le chemin d’Honnorat », Amiras/Repères occitans, no 13, 1986, p. 85-98.

Merle René, « C.-F. Achard et le bilinguisme provençal de la fin des Lumières », Provence historique, t. XXXVIII, fasc. 153, 1988, p. 303-322.

Merle René, L’Écriture du provençal de 1775 à 1840 : inventaire du texte occitan, publié ou manuscrit, dans la zone culturelle provençale et ses franges, Lille, Atelier national reproduction des thèses-Bézier, Centre international de documentation occitane, 1990.

Minois Georges, Le Culte des grands hommes, des héros homériques au star system, Paris, Audibert, 2005,

Richter Noë, Bibliographes et bibliothécaires, 1789-1839, 2e éd., Bernay, Société d’Histoire de la lecture (Matériaux pour l’histoire de la lecture et de ses institutions, no 21), 2008.

Rondat Jacques, La Correspondance maçonnique échangée par Jean-Baptiste Willermoz et Claude-François Achard, Marseille, éd. de la Tarente (Fragments maçonniques), 2017, t. I, Un cours de maçonnerie rectifié, t. II, Transcription de la correspondance.

Stefanini Jean, Un provençaliste marseillais, l’abbé Féraud, 1725-1807, Aix-en-Provence, PUP, 1969.

Teissier Octave, Histoire d’une ancienne famille de Provence, Toulon, impr. d’E. Aurel, 1862.

Vovelle Michel, Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, Aubier-Flammarion, 1976.

Vovelle Michel, De la cave au grenier, un itinéraire en Provence de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, Serge Fleury, 1980.

Notes

1 Le dédicataire est Charles-Juste de Beauvau-Craon (1720-1793), gouverneur de Provence de 1782 à 1790.

2 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368 (lettres d’Achard à Calvet de 1770 à 1806). Sur le réseau de correspondants de Calvet : L. Brockliss, Calvet’s Web : enlightenment and the Republic of Letters in eighteenth-century France.

3 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabulaire françois-provençal, p. VII.

4 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulaire provençal-françois, p. VI.

5 Données biographiques extraites de S.-C. Croze-Magnan, « Éloge de M. Achard » et R. Bertrand, « Claude-François Achard, l’homme qui aimait les livres ».

6 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 148.

7 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 169 et 174.

8 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 182-183.

9 Académie des sciences, lettres et arts de Marseille. Registre de p. v. des séances no 8, p. 88. Discours de remerciement d’Achard, Recueil de l’Académie des Belles-Lettres, sciences et arts de Marseille pour l’année 1786, Marseille, J. Mossy, 1787, p. 113-123.

10 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabulaire françois-provençal, p. VII.

11 Ce que tend à faire D. Fabié, « L’essor des études lexicographiques et grammaticographiques », p. 325. Voir auparavant les analyses de J. Stefanini, Un Provençaliste marseillais, l’abbé Féraud, 1725-1807, p. 274-278 et surtout de R. Merle, « C.-F. Achard et le bilinguisme provençal de la fin des Lumières » et R. Merle, L’Écriture du provençal de 1775 à 1840, p. 163-212.

12 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 163, lettre du 21 juillet 1784 et p. 164, lettre du 5 août 1784.

13 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulaire provençal-françois, p. V.

14 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. IV, Histoire des hommes illustres de la Provence, 1787, p. 500.

15 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulaire provençal-françois, p. V.

16 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulaire provençal-françois, p. 109.

17 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. II, Vocabulaire provençal-françois, p. 572. R. Bertrand, Crèches et santons de Provence, p. 43-61.

18 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, t. III, Histoire des hommes illustres de la Provence, p. IX et XI.

19 J.-C. Bonnet, Naissance du panthéon. G. Minois, Le Culte des grands hommes, des héros homériques au star system, p. 228-266.

20 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, t. III, Histoire des hommes illustres de la Provence, p. XI-XIV.

21 C.-F. Bouche, Essai sur l’histoire de Provence, suivi d’une notice des Provençaux célèbres, t. II, p. 273-446.

22 Ce manuscrit est au Musée-bibliothèque Paul Arbaud de l’Académie des sciences, agriculture, arts et belles-lettres d’Aix-en-Provence (non coté).

23 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. III, Histoire des hommes illustres de la Provence, 1786, p. 250 (notice par Achard). Voir R. Bertrand, « Les Cantiques de l’âme dévote de Laurent Durand... ».

24 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. III, Histoire des hommes illustres de la Provence, 1786, p. 583-584 (notice anonyme). J. Billioud, « Un peintre de types populaires, Françoise Duparc de Marseille ».

25 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 182-183.

26 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. IV, Histoire des hommes illustres de la Provence, 1787, p. 350-401.

27 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabulaire françois-provençal, p. 178.

28 C. Chabaneau, Notes sur quelques manuscrits provençaux perdus ou égarés, p. 38-41. Voir R. Bertrand, « La génération érudite provençale des années 1770-1780 et les troubadours », p. 271-272.

29 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 207 et p. 197.

30 Archives de l’Académie des sciences, lettres et arts de Marseille, Registre de p. v. des séances no 8, p. 125.

31 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 223.

32 Bibl. mun. d’Avignon, ms 2368, p. 253.

33 C.-F. Achard, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, t. I, Vocabulaire françois-provençal, p. VIII.

34 O. Teissier, Histoire d’une ancienne famille de Provence, p. 215 et aussi p. 158-160.

35 J.-J. Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France.

36 C.-F. Achard, Description […] de la Provence ancienne et moderne, t. II, p. 548-552. Copie du mémoire de l’abbé Aubanel, Aix-en-Provence, Musée-bibliothèque Paul Arbaud-Académie de sciences, agriculture, arts et belles-lettres d’Aix-en-Provence, ms. MD 10.

37 N. Richter, Bibliographes et bibliothécaires, 1789-1839.

38 K. Fukasawa, « Claude-François Achard dans sa jeunesse ». J. Rondat, La Correspondance maçonnique échangée par Jean-Baptiste Willermoz et Claude-François Achard.

39 A. Fabre, Les Rues de Marseille, t. IV, p. 76-80.

40 R. Merle, « Le chemin d’Honnorat ». J.-Cl. Bouvier, « Préface » à Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige. Dictionnaire provençal-français, p. 9-13.

41 P. Masson, Les Bouches-du-Rhône, Encyclopédie départementale, vol. IV-2, Dictionnaire biographique des origines à la Révolution, p. VIII.

42 É. Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, p. 4.

43 M. Vovelle, De la cave au grenier, un itinéraire en Provence de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, p. 407-435.

44 M. Vovelle, Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, p. 13-101.

45 M. Vovelle, De la cave au grenier, un itinéraire en Provence de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, p. 19-38.

46 M.-H. Froeschlé-Chopard et S. Guérin éd., Images de l’ancienne Provence. M.-H. Froeschlé-Chopard, « La fête au village dans l’ancienne Provence selon Claude-François Achard ».

47 L.-S. Fournier et Ph. Hameau (dir.), Les fêtes à bravade, p. 179-186.

Auteur

Professeur émérite, Aix-Marseille Université, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France, membre émérite du CTHS, section Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search