Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et transmission des savoirs de l’Antiquité à nos jours

 | 
Dominique Briquel

Introduction

Dominique Briquel

Texte intégral

1Pendant longtemps, la transmission des savoirs s’est faite directement, du maître à l’élève, de l’artisan à l’apprenti, par un enseignement oral que venait compléter la démonstration des gestes de la pratique. L’apparition de l’écriture, et plus encore la diffusion de la literacy, ont fait que des méthodes de transmission indirectes ont pu se faire jour et que l’acquisition d’un savoir, quel qu’il soit, a pu se faire sans contact immédiat avec le détenteur de ce savoir, mais par le truchement d’un livre ou d’une autre forme d’écrit. Il s’est ensuivi une capacité de diffusion des savoirs quasiment illimitée, des plus techniques et spécialisés aux plus abstraits et généralistes. C’est cette explosion de la transmission des savoirs que les vingt auteurs des communications ici réunies ont cherché à explorer en mettant en lumière différentes facettes, à travers une série d’exemples, allant de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Bien sûr, les conditions matérielles de la réalisation des vecteurs de la transmission ont changé au cours de cette longue suite de siècles : l’humanité est passée de l’âge des manuscrits (évoqué pour la transmission des lettres de Cassiodore par N. Michel), à celui de l’imprimerie (étudié par A. Berthonnet pour les huit générations d’éditeurs lyonnais puis parisiens que furent les Saugrain, qui mirent en œuvre l’invention de Gutenberg, depuis sa naissance à l’époque de la Réforme et des controverses religieuses dont elle fut un instrument privilégié jusqu’à la transformation des processus de fabrication et de diffusion au xixe siècle qui marqua la fin de la longue tradition familiale), avant que, tout récemment, de nouveaux modes de diffusion fussent permis par l’émergence de l’informatique (question abordée par A. Batard, qui souligne l’enthousiasme qu’ils suscitèrent dans la presse française des années 1990, de Libération au Figaro). En même temps, plusieurs auteurs soulignent à juste titre le fait que l’écrit ne se suffit pas vraiment à lui-même et doit fréquemment être accompagné d’images qui le rendent compréhensible ou au moins en facilitent ou agrémentent l’usage (ainsi D. Acolat pour les traités de géographie des auteurs antiques, É. Maraszak pour les illustrations de manuscrits de Saint-Jean d’Acre sur l’histoire de l’Antiquité). C’est d’ailleurs un des caractères du volume que d’être accompagné d’une riche iconographie, qui montre excellemment cette combinaison entre texte et image que permet la diffusion par l’écrit, et que facilitent encore les procédés informatiques.

2Le volume traite de la longue durée, puisque si les deux premières contributions traitent d’auteurs antiques, ou au moins relevant encore – avec Cassiodore – de ce qu’on peut considérer comme l’Antiquité tardive, les quatre suivantes traitent de la période proprement médiévale, du xiie au xve siècle, puis deux abordent des ouvrages de la Renaissance, cinq des xviie-xviiie siècles, les sept dernières abordant des réalisations plus proches de notre temps, depuis la première moitié du xixe siècle jusqu’au tournant des xxe et xxie siècles. Mais un tel classement chronologique donnerait une fausse idée de la problématique, puisqu’un des privilèges de la transmission écrite est de transcender les époques ; aussi un aspect remarquable du volume est qu’une série d’études s’attache à la manière dont des connaissances remontant à l’Antiquité ont été transmises à des périodes plus tardives – permanence de l’œuvre de Cassiodore, qui vivait au vie siècle, aux xiie-xve siècles (N. Michel), de l’histoire ancienne, depuis Alexandre, à travers l’Histoire ancienne jusqu’à César, dans les États croisés (É. Maraszak), la redécouverte des inscriptions antiques et les premiers essais de leur collation systématique au xviiie siècle, avec le Nîmois J.-F. Séguier (M. Christol), l’information sous forme de chroniques des découvertes dans la littérature scientifique dans la période 1873-1914 (S. Péré-Noguès) et, question abordée par R. Hanoune, l’organisation de la diffusion, y compris par des non spécialistes, de la documentation nouvelle à laquelle donna lieu la conquête de l’Algérie puis le protectorat sur la Tunisie, qui fut une des grandes tâches du CTHS dès sa création en 1834 (concrétisée par la rédaction, due à R. Cagnat, des Instructions pour la recherche des antiquités du nord de l’Afrique, publiées en 1890). Cet intérêt pour l’Antiquité peut au reste aller de pair avec une orgueilleuse conscience du progrès accompli depuis par l’humanité : on le voit avec la contribution de J. Förstel sur ce topos de la littérature du Moyen Âge que Paris avait désormais remplacé Athènes comme centre de la culture et des arts.

3Les savoirs transmis par l’écrit peuvent être très spécialisés. B. Delaunay étudie ainsi le cas de Bélidor, ingénieur du xviiie siècle qui rédigea des ouvrages tels que La Science des ingénieurs, Le Bombardier français, L’Architecture hydraulique. Ils peuvent aussi être le fait de groupes spécifiques, qui affichent ainsi leur maîtrise de savoirs particuliers, éventuellement en concurrence avec d’autres. C’est le cas des chirurgiens (voire chirurgiens-barbiers) auxquels est consacrée la contribution de A. Sanchez qui, au xvie siècle, diffusent les principes de leur art, réputé inférieur à celui des médecins, dans des ouvrages en français au lieu du latin auquel avaient recours les médecins proprement dits. C’est le cas également des maîtres-écrivains, étudiés par C. Cabane, corporation peu connue du Paris des xviie-xviiie siècles, coincée entre un rôle technique de spécialistes de la calligraphie et des fonctions d’enseignants qui empiétaient sur celle des maîtres des petites écoles laïcs ou des religieux qui avaient des charges d’éducation. Dans un autre genre, l’écrit vise parfois à conforter l’identité d’un groupe beaucoup plus large, notamment sur une base régionale : c’est le sens du Dictionnaire de la Provence rédigé par le docteur C.-F. Achard entre 1785 et 1788, étudié par R. Bertrand, qui se voulait une somme des savoirs sur la région, aussi bien d’un point de vue historique, géographique que pour ce qui est de la langue (avec le premier dictionnaire du provençal).

4Mais la formation à laquelle vise la transmission écrite des savoirs peut aller jusqu’à l’ambition de réformer la société en l’ouvrant sur de nouvelles connaissances. L’article de Y. Zhang traite d’une ambition de ce genre dans le cas particulier de la Chine du xixe siècle, confrontée à ce qui était ressenti comme un retard désastreux par rapport à l’Occident : un missionnaire baptiste écossais, Timothy Richard, entreprit alors une vaste œuvre de traduction en chinois d’ouvrages anglais afin de favoriser l’émergence d’une classe de lettrés ouverte aux idées occidentales. Dans la France de ce même xixe siècle, comme le rappelle A. Lagarde-Fouquet, l’ancien saint-simonien Édouard Charton (1807-1890) cherchait à diffuser auprès des masses, sous une forme agréable, un savoir encyclopédique à travers les séries successives des petits ouvrages du Magasin pittoresque et de la Bibliothèque des merveilles : parmi les plus de quatre cents auteurs auxquels il fit appel et qui contribuèrent à l’entreprise, on trouve des noms aussi illustres, dans des genres différents, que George Sand, le naturaliste Geoffroy-Saint Hilaire ou l’archéologue et directeur de l’École des Chartes Jules Quicherat.

5À une époque antérieure et dans une perspective tout autre, l’écrit peut viser à renforcer la cohésion et conforter la position sociale d’un groupe restreint en lui inculquant ses valeurs. Ce fut le cas pour la noblesse du Moyen Âge et du début de la Renaissance, à travers les cas, étudiés respectivement par S.-A. Laurent, F. Briffaz et M.-G. Grossel, de la poésie dite d’enseignement (les ensenhamens) dans le duché d’Aquitaine aux xiie-xiiie siècles, de l’affirmation, en particulier à travers des aménagements prévus pour leur demeure, pour l’aristocratie savoyarde de l’époque médiévale et des instructions données par Anne de France à sa fille Suzanne de Bourbon, dans un ouvrage qu’elle lui offrit comme étrennes en 1504-1505. Dans tous ces écrits, c’est la conscience d’appartenir à une élite qui est mise en avant, ce qui ne va pas au reste sans le rappel qu’il lui faut respecter les devoirs qui sont les siens, avec le sens de l’honneur qui doit la caractériser.

6Les Enseignements d’Anne de France avaient été composés pour une jeune fille. Ils sont représentatifs d’une littérature destinée à la jeunesse, à finalité formatrice. Ce genre d’ouvrages a existé à toutes les époques et a souvent pris la forme de récits attrayants, loin de toute pesanteur didactique. Deux exemples, des xixe et xxe siècles, font l’objet d’études dans cet ouvrage : celui, traité par L. Bergès, d’Alexandre de Saillet (1812-1866) dont les productions, dans des genres divers (portraits d’enfants, présentations de loisirs utiles, contes, romans historiques), ont pour but de conforter les saines valeurs chez leurs jeunes lecteurs et notamment préparer les adolescents au métier des armes, et celui, qui fait l’objet de la communication de M. Hallot-Chamasson, de Marie-Thérèse de Marnyphac (1875-1962), alias « T. Trilby », qui signa une abondante série de romans pour la jeunesse, répondant à une stratégie éducative visant à promouvoir non tant les connaissances que les règles d’un comportement répondant aux principes catholiques (ce qui ne va pas d’ailleurs sans une mise en avant, à laquelle on ne se serait sans doute pas attendu, de figures de femmes fortes et actives).

 

7La question des vecteurs de la transmission écrite des savoirs est immense. Il est bien évident que les vingt contributions réunies dans ce volume ne pouvaient que l’effleurer. À tout le moins donnent-elles une bonne idée de sa richesse et de sa diversité, dans un panorama qui nous mène de l’Antiquité à l’époque actuelle, des manuscrits copiés par les scribes dans les monastères du Moyen Âge aux ordinateurs qui garnissent aujourd’hui nos bureaux, de spécialistes s’adressant à un public limité et très « pointu » à des vulgarisateurs ou des romanciers visant une large audience, d’auteurs sans prétention littéraire à des poètes conscients de la valeur de leur art comme ceux qui chantèrent la fin’amor. On ne peut qu’être reconnaissant à ceux qui ont présenté ces communications lors du Congrès des Sociétés Savantes de Paris en 2018 de nous avoir fait entrevoir l’étendue de cet immense continent sur lequel il reste tant à explorer.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access