Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu

 | 
Marianne Deschamps
, 
Sandrine Costamagno
, 
Pierre-Yves Milcent
, 
et al.

Géographie et échanges culturels

Le Néolithique dans les Pyrénées nord-occidentales : circulation et complémentarité entre le piémont et la moyenne montagne

The Neolithic of the northwestern Pyrenees: circulation and complementarity between foothills and mid-mountain

Patrice Dumontier

Résumé

Cet article a pour objectif de présenter les connaissances acquises sur les types d’occupations du Néolithique dans les Pyrénées nord-occidentales. La cartographie intègre les derniers résultats obtenus lors des fouilles récentes. Cette présentation, essentiellement factuelle, évoque les résultats obtenus par les analyses polliniques, les types d’habitats et de sépultures et les éléments représentatifs de la culture matérielle. Le questionnement concernant l’origine du Néolithique ancien est abordé à partir de données récentes (grotte d’Apons, à Sarrance, Pyrénées-Atlantiques) ; pour le Néolithique moyen, l’importance de l’occupation du territoire, supposée à partir des données polliniques, reste peu documentée ; pour le Néolithique final, une présence plus importante est enregistrée. Un accent est mis sur les données inédites (fouilles de la grotte de Laa 3, à Arudy, Pyrénées-Atlantiques, et du site du Phare, à Biarritz, Pyrénées-Atlantiques) ou difficilement accessibles (grottes de Garli, à Arudy) ainsi que sur les résultats des analyses radiométriques.

The purpose of this article is to present the knowledge acquired about the Neolithic occupation types found in the northwestern Pyrenees. The mapping incorporates the latest results from the recent excavations. This presentation, which is essentially factual, refers to the results obtained by pollen analyses, settlements and burial types and the representative elements of material culture. Questions about the origin of the Early Neolithic are addressed on the basis of recent data (d’Apons cave in Sarrance); for the Middle Neolithic, the importance of the territory occupation, inferred from pollen analyzes, remains poorly documented; for the Final Neolithic, a more significant presence is recorded. Emphasis is placed on unpublished (excavations of the Laa 3 cave in Arudy, of Le Phare in Biarritz) or difficult to access (Garli caves in Arudy) data and on the results of radiometric analyses.

Texte intégral

Nous remercions vivement Geneviève Marsan pour ses informations et pour nous avoir permis d’examiner le mobilier provenant de ses fouilles ; Karim Gernigon pour avoir examiné le vase de Sasiziloaga et nous avoir conseillé ; Claude Blanc, Serge Cassen, Pablo Marticorena et Pierre Pétrequin pour avoir donné leur accord à la reproduction de figures qu’ils avaient publiées ; ainsi que la rédaction du CTHS et les deux rapporteurs pour leurs commentaires, qui ont permis d’améliorer cet article.

1Les Pyrénées nord-occidentales ont été jusqu’ici peu présentes dans les études régionales sur le Néolithique. S’il est vrai que les données restent peu nombreuses, nous sommes loin du désert archéologique que l’on pouvait imaginer à partir de la cartographie réalisée il n’y a pas si longtemps par S. Cassen (1993a et 1993b).

2La présente contribution a donc pour objectif de présenter les découvertes archéologiques de ce vaste secteur. À partir de l’évocation des données paléo-environnementales, on s’interrogera sur les rythmes d’anthropisation des espaces de montagne, sur l’expansion agropastorale des différents étages altitudinaux, ainsi que sur les formes de complémentarité et les schémas d’occupation (mobilité/sédentarité) que la documentation recueillie permet d’envisager entre les différents espaces. La culture matérielle sera abordée à partir de données récentes et, pour certaines, inédites.

3La présentation des sites n’est pas exhaustive, elle est centrée sur la documentation provenant du département des Pyrénées-Atlantiques, complétée par des sites des Hautes-Pyrénées, de l’Aragon et de la Navarre. Nous n’avons pas retenu les sites pour lesquels nous n’avons pas de données chronologiques. La documentation du nord-ouest de l’Espagne a surtout été exploitée pour le Néolithique ancien ; les données sont plus rares pour les périodes suivantes, et les éléments de la culture matérielle, notamment la céramique, sont très différents de ce qui est observé sur le versant nord.

4Après les premières analyses polliniques réalisées par G. Jalut (Jalut et al. 1988) et Bui Thi Maï (Blanc et Bui Thi Maï 2003) en vallée d’Ossau, ce sont les études palynologiques des tourbières réparties sur de nombreux secteurs des Pyrénées, réalisées par D. Galop et son équipe, qui illustrent le mieux l’anthropisation progressive de la montagne et du piémont au Néolithique (Galop 2006, Galop et al. 2007, Rius et al. 2009).

5Ces données permettent d’aborder les rythmes d’anthropisation, donnant un éclairage large, complété par les fouilles archéologiques qui nous renseignent plus directement sur les Hommes concernés, les traits culturels qui les caractérisent et qui les relient aux différentes cultures encadrant les Pyrénées occidentales.

6Quels sont les sites archéologiques connus à ce jour qui documentent cette grande période ?

Les premières implantations du Néolithique ancien : entre 5800/5300 et 4500 avant notre ère

7Les plus anciens pollens de céréales sont enregistrés dans les analyses polliniques de la tourbière du Gabarn, à Ogeu (Pyrénées-Atlantiques), en basse vallée d’Ossau, à 300 mètres d’altitude. La présence d’activités agropastorales y est enregistrée vers 5750, puis vers 5400 avant notre ère (Galop 2006). Ces résultats confirment l’implantation d’agriculteurs/pasteurs sur le piémont, en basse vallée d’Ossau, au début de la deuxième moitié, voire dans la première moitié du vie millénaire avant notre ère (fig. 1).

Fig. 1. – Localisation des sites du Néolithique ancien des Pyrénées nord-occidentales.

Fig. 1. – Localisation des sites du Néolithique ancien des Pyrénées nord-occidentales.

1 : Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques). 2 : Malarode 1 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 3 : Poeymaü (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 4 : Espalungue (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 5 : Lamothe (Labatut, Landes). 6 : Haispea (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques).

Données Patrice Dumontier, cartographie Benoît Pace et Mélanie Le Couédic.

8Au débouché de la vallée d’Ossau, à Arudy (Pyrénées-Atlantiques), nos connaissances reposent sur des occupations en grottes (Poeymaü, Malarode 1 et Espalungue) installées sous les porches ou à proximité des entrées. Dans la grotte du Poeymaü (couche alsh), ces occupations sont caractérisées par la présence de 5 structures de combustion (foyers), certaines à pierres chauffées. Les restes de consommation sont représentés par un véritable tas de coquilles d’escargots qui s’élevait entre deux foyers et des restes de faune (non publiés). La datation de la couche alsh (tabl. 1) réalisée sur charbons de bois couvre le vie millénaire avant notre ère, malheureusement avec un écart type très important (Livache et al. 1984). Le mobilier lithique ne se distingue pas nettement de celui des chasseurs-cueilleurs sauveterriens des niveaux archéologiques sous-jacents. La céramique est représentée par quelques tessons de céramique inornée, non décrits par les auteurs, et que nous n’avons pas retrouvés dans les collections déposées au Musée national de préhistoire. Des réserves ont été formulées sur la lecture difficile des niveaux du Mésolithique final et du Néolithique ancien de ce site par G. Marchand (1999 et 2000) et par J. Roussot-Larroque (2001), mais cela ne remet pas en cause la présence de foyers datés du Néolithique ancien.

Tabl. 1. – Datations radiométriques évoquées dans l’article.

Tabl. 1. – Datations radiométriques évoquées dans l’article.

9Deux autres sites ont montré des occupations de cette période à Arudy. La grotte de Malarode 1, fouillée par G. Marsan et inédite, a livré, dans la couche 4 inférieure, des tessons inornés, notamment dans une lentille sédimentaire (carré 4E) qui n’a pas encore été datée. Ces tessons sont comparables à une poterie mise au jour dans la grotte d’Apons, en vallée d’Aspe (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques). La couche 4 inférieure de Malarode est par endroits lessivée et a livré d’autres tessons du type d’Apons, mélangés à d’autres fragments plus récents de céramique. Ces données sont difficilement exploitables, mais une datation réalisée sur charbons place entre 5600 et 4700 avant notre ère une occupation de cette cavité.

10Enfin, la grotte d’Espalungue (Arudy) a livré, dans un petit diverticule, une dent humaine datée entre 5445 et 4420 avant notre ère, sans structure ou mobilier associé (Marsan 1987 : p. 8).

11En vallée d’Aspe, à 15 kilomètres d’Arudy, dans la grotte d’Apons (Dumontier et al. 2016a), le niveau C3n1b a livré les restes d’une occupation domestique. L’industrie lithique, comportant un segment du Bétey, est répartie en majorité près d’une structure de pierres interprétée comme l’entourage d’un foyer, qui se trouve à l’aplomb du porche actuel. La céramique est représentée par un seul vase brisé, de forme sphérique, au fond épais et légèrement conique. Nous n’avons pas pu réaliser de datation radiométrique fiable.

12À Apons, les données environnementales esquissent pour ce niveau un paysage partiellement anthropisé où ne subsistent que des pins et de rares feuillus, avec la présence de plantes témoins du piétinement du sol par le bétail (Dumontier et al. 2016a : p. 117).

13Trois de ces sites, et notamment Apons et Poeymaü, évoquent des occupations de faible intensité, de type campement sous abri, avec des fréquentations éventuellement répétitives (Poeymaü) dans le cadre de déplacements qui pourraient être associés ou non au pastoralisme. En l’absence de datation pour la grotte d’Apons, et à partir du mobilier, ces occupations s’inscrivent dans la deuxième moitié du vie millénaire avant notre ère.

14Si plusieurs indices démontrent la mise en place progressive d’une économie de production, quels sont les porteurs de ces nouvelles pratiques (élevage, agriculture, céramique, hache polie) et quel chemin ont-ils emprunté pour parvenir dans les Pyrénées nord-occidentales ?

15Toute tentative pour répondre à cette question repose sur l’analyse des datations des sites les plus anciens et du mobilier archéologique disponible. Devant la faiblesse de la documentation et le fait que les fouilles du Poeymaü et de Malarode n’ont pas encore fait l’objet d’une publication complète, la phase la plus ancienne connue à ce jour est documentée par la grotte d’Apons (fig. 2).

Fig. 2. – Mobilier céramique du Néolithique ancien des Pyrénées-Atlantiques.

Fig. 2. – Mobilier céramique du Néolithique ancien des Pyrénées-Atlantiques.

A : grotte d’Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques). B : site de plein air de Lamothe (Labatut, Landes).

A : dessin Patrice Dumontier. B : extrait de Cassen et Cassen 1989.

16Pour ce site, l’analyse pétrographique de la pâte de la céramique réalisée par F. Convertini et la morphologie de ce vase évoquent un Néolithique ancien. Les techniques utilisées, notamment les inclusions de calcite pilée, rappellent les traditions de groupes culturels orientaux proches des mondes méditerranéens et méridionaux (ibériques).

17Sur le versant sud des Pyrénées, en Aragon et en Navarre, plusieurs sites datés entre 5800 et 5300 avant notre ère témoignent de la présence de céramique inornée attribuée à la phase ancienne du Néolithique, associée à des segments du Bétey ou pièces à double biseau. Nous nous intéresserons ici à l’abri d’Aizpea, en Navarre, avec un niveau daté dans la seconde moitié du vie millénaire avant notre ère (Barandiarán et Cava 2001 : p. 543), mais aussi à la grotte de Chaves, en Aragon (Bastarás, Huesca, Espagne), où le niveau 1 (également nommé 1a) a livré des céramiques correspondant au Cardial récent, montées avec des argiles contenant des inclusions de calcite (Gallart Martí et López Aguayo 1988, Ramón Fernández 2006 : p. 294). Dans ce niveau, de même que dans le précédent, où les dégraissants sont majoritairement constitués de grains de quartz, la céramique ornée du Cardial côtoie des vases inornés avec des fonds épais, souvent coniques, proches du vase d’Apons.

18En Aragon, selon V. Baldellou, le Néolithique initial serait représenté par des établissements colonisateurs, avec des groupes porteurs de la céramique cardiale, parfaitement néolithisés, autant techniquement qu’économiquement. « La grotte de Chaves, modèle certain d’un établissement colonisateur » (Baldellou et Utrilla 1999 : p. 228), aurait un rôle déterminant dans le processus de néolithisation des territoires prépyrénéens de Huesca. Autour de Chaves, la phase d’acculturation paraît se produire pendant la phase pionnière.

19Pour la façade atlantique, l’hypothèse d’une diffusion par le sud, le long des affluents de l’Èbre, a déjà été évoquée (Roussot-Laroque 2001, Marchand et Manen 2006 : p. 229). Les cols pyrénéens ne constituant pas une barrière infranchissable, une relation entre Apons et l’Aragon par la vallée d’Aspe est tout à fait envisageable. Les données techniques et morphologiques concernant la céramique de la grotte de Chaves et de la grotte d’Apons, ainsi qu’une exploitation possible pour le montage du vase d’Apons des argiles du secteur de Droundak, à la Pierre Saint-Martin, c’est-à-dire sur l’un des points de passage entre les deux versants des Pyrénées, sont des indices qui viennent renforcer cette proposition.

20Les sites étudiés en haut Béarn (Poeymaü, Malarode et Espalungue en vallée d’Ossau, et la grotte d’Apons en vallée d’Aspe) témoignent d’une fréquentation des vallées d’Aspe et d’Ossau dans la deuxième moitié du vie millénaire avant notre ère. Les données environnementales montrent qu’il ne s’agit pas de simples intrusions, mais qu’un début d’agriculture est enregistré dans le piémont, sur le Gabarn, et que la fréquentation du défilé d’Escot par des troupeaux est perceptible en vallée d’Aspe, à Apons. Qu’en est-il de l’occupation en moyenne et en haute montagne ? Nous manquons de données pour le moment, mais si les premières diffusions de l’économie agropastorale ont pour origine le sud de la chaîne, comme nous l’avons évoqué pour les grottes de Chaves et d’Apons, nous sommes déjà devant un espace montagnard parcouru entre les deux versants.

21Par la suite, au début du ve millénaire avant notre ère, trois sites montrent une présence répartie en moyenne montagne et dans la vallée de l’Adour : Haispea (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques), Lamothe (Labatut, Landes) et Mouligna (Bidart, Pyrénées-Atlantiques).

22Un squelette a été découvert par les spéléologues de la Société spéléologique et préhistorique des Pyrénées occidentales dans la grotte d’Haispea (alt. 800 m). La datation réalisée sur os place ces vestiges entre 4703 et 4500 avant notre ère, sans que les conditions de découverte et d’étude aient été développées dans la publication de cette datation (Ebrard 2013 : p. 155). Nous ne savons donc pas s’il s’agit d’une sépulture ou d’un défunt laissé dans la cavité.

23À Labatut, sur le site de Lamothe, S. Cassen a découvert lors d’un ramassage de surface quelques tessons de céramique décorés dans le style épicardial (fig. 2) (Cassen et Cassen 1989 : p. 515, Gernigon 2013 : p. XVIII).

24Enfin, un tesson décoré d’une ligne d’impressions à la baguette sous le bord, provenant de la tourbière de Mouligna, en bordure d’océan, rappelle fortement le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (VSG) (Passemard 1920 : p. 263, Gernigon 2013 : p. XVIII).

Le Néolithique moyen et récent (entre 4600/4500 et 3400/3200 avant notre ère)

25Les données fournies par les analyses polliniques montrent une augmentation de la pression anthropique sur la moyenne et haute montagne et son piémont entre 4200/4000 et 3700/3600 avant notre ère. Cette pression n’est pas particulière aux Pyrénées mais concerne l’ensemble des milieux montagnards européens. L’essor de l’élevage est à l’origine de cette phase de conquête (Galop 2006). Comment se traduit cette pression à partir des sites archéologiques connus et étudiés (fig. 3) ?

Fig. 3. – Localisation des principaux sites du Néolithique moyen et récent des Pyrénées nord-occidentales.

Fig. 3. – Localisation des principaux sites du Néolithique moyen et récent des Pyrénées nord-occidentales.

7 : Apons (Sarrance). 8 : Malarode 1 (Arudy). 9 : Poeymaü (Arudy). 10 : Caillau (Accous). 11 : Sasiziloaga (Aussurucq). 12 : Las Areilles (Uzein). 13 : Colline 312 (Assat). 14 : Mikelauen-Zilo (Lecumberry). 15 et 16 : Ithé 1 et Ithé 2 (Aussurucq). 17 : Téberne (Buzy). 18 : Marque-Dessus (Azereix, Hautes-Pyrénées). 19 : tumulus T1 (Mont). 20 : tumulus (Gurs). 21 : tumulus Les Bruques (Miramont-Sensacq). 22 : tumulus Cazaou de Luc (Miramont-Sensacq). 23 : tumulus chemin des Tuyaas (Claracq). 24 : tumulus source de la Lane (Momas). 25 : Garli (Arudy). 26 : Larrun 1 (Arudy). 27 : Harregi (Aussurucq). 28 : Unikote (Iholdy). 29 : Lagor. 30 : Arthez de Béarn. 31 : Le Phare (Biarritz). 32 : Mouligna (Bidart). Les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sauf les nos 21 et 22 (Landes).

Données Patrice Dumontier, cartographie Benoît Pace et Mélanie Le Couédic.

L’habitat

26Dans l’état actuel de la recherche, nous n’avons pas rencontré de maisons bâties, comme cela a pu être étudié, par exemple, dans la région de Bergerac (Fouéré 2011 : p. 365). Dans les Pyrénées nord-occidentales, les habitats étudiés correspondent tous, à ce jour, à des occupations en grottes ou sous abri naturel et à des structures de combustion qui, en l’état actuel de la recherche, évoquent des campements sur le plateau du Pont Long (fig. 3).

27La grotte du Poeymaü contient trois niveaux d’occupation, bca, gca et asln, attribués au Néolithique moyen à partir de datations radiométriques, avec malheureusement un écart type très important. Nous évoquerons plus particulièrement le niveau bca, qui contenait des foyers appareillés, des tessons de poterie, une industrie lithique très pauvre, des restes osseux et des escargots (Cepaea Nemoralis) nombreux (Livache et al. 1984). La céramique provenant de ce niveau, que nous avons examinée au Musée national de préhistoire, nous a semblé intrusive, avec des éléments appartenant à l’âge du Fer. Nous n’avons pas pu dégager de ce lot des morphologies appartenant au Néolithique moyen. La présence de dépôts lenticulaires au fond de la cavité pour cette couche, évoquée par les auteurs, pourrait expliquer ce mélange.

28L’économie pastorale est documentée dans la grotte d’Apons, en vallée d’Aspe, par des restes de petit bœuf, qui se trouvaient sur un foyer à pierres chauffées daté entre 4042 et 3947 avant notre ère (Dumontier et al. 2016a) et dans la grotte de Mikelauen-Zilo, à Lecumberry (Pyrénées-Atlantiques – alt. 450 m), en basse Navarre, par un niveau de litière qui atteste une activité de bergerie autour de 3800 avant notre ère (tabl. 1) (Galop 2006 : p. 281).

29En Soule, dans la grotte de Sasiziloaga (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques), la présence d’une occupation est matérialisée par un vase qui a été trouvé cassé à l’intérieur de la cavité, à côté d’un petit lac assez éloigné de l’entrée. Ce vase est inédit. Il s’agit d’un récipient de forme ovoïde, au profil fermé, à col non différencié. L’ouverture, dans le prolongement de la panse, se termine par un petit rebord ourlé. Deux anses en oreilles percées sont placées sur le tiers supérieur de la panse (fig. 4).

Fig. 4. – Mobilier du Néolithique moyen et récent des principaux sites des Pyrénées nord-occidentales.

Fig. 4. – Mobilier du Néolithique moyen et récent des principaux sites des Pyrénées nord-occidentales.

1 : Sasiziloaga (Aussurucq), bouteille. : grotte du Phare (Biarritz), vase provenant du niveau 6. 3 et 4 : grotte de Garli (Arudy), pendeloque sur défense de sanglier et parure en dentales. 5 : Sites de Lagor, Salies-de-Béarn, Ger et Balansun, grandes lames de haches polies. 6 : Bious-Oumette (Laruns), armature de flèche à tranchant transversal et retouche abrupte des bords. 7 : abri du Caillaü (Accous), armature de flèche à tranchant transversal et retouche abrupte directe du bord droit et inverse du bord gauche. Tous les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques.

1 et 2 : dessins Patrice Dumontier ; 3, 4 et 7 : photos Patrice Dumontier ; 5 : extrait de Pétrequin et al. 2007 ; 6 : extrait de Blanc 1994.

30Sur la plage de Mouligna, à Bidart, dans un niveau de tourbière contenant des vestiges lithiques, deux datations (tabl. 1) témoignent d’occupations au Néolithique moyen (Chauchat 1974 : p. 140).

31Dans le piémont, des structures domestiques constituées par des foyers à pierres chauffées, présentes notamment sur le plateau du Pont Long, sur le site de Las Arreilles (Uzein, Pyrénées-Atlantiques – Elizagoyen et al. 2012), témoignent d’occupations répétitives sans structures bâties reconnues. Ces structures légères sur le plateau du Pont Long et dans les grottes et abris pourraient traduire une relative mobilité découlant d’activités privilégiées telles que l’élevage, par exemple.

32Au niveau cartographique, nous avons retenu les grandes haches ciseau (fig. 4.5) découvertes fortuitement à Lagor, Arthez de Béarn, Salies de Béarn, Ger et Balansun et qui, bien que n’étant pas en roche alpine, appartiennent très probablement au Néolithique moyen (Pétrequin et al. 2007). Enfin, malgré l’absence de datations radiométriques et de céramiques, on notera la présence d’armatures de flèche à tranchant transversal dans les cercles de pierres de Bious-Oumette (Gabas, Pyrénées-Atlantiques), à 1 310 mètres d’altitude (Blanc 1994) et de Bious-Artigue, à 1 400 mètres d’altitude (Laplace 1953), ainsi que dans un niveau remanié de l’abri-sous-roche det Caillaü (Accous, Pyrénées-Atlantiques) (fig. 4.6), à 1 450 mètres d’altitude (Dumontier 2006 : p. 12).

Rituels funéraires et espaces cultuels associés

33Au Néolithique moyen et dans la région, trois types de sites sont associés aux mondes des morts et aux cultes associés : les dolmens, les tumulus et les dépôts des corps dans des grottes naturelles (fig. 3).

Dolmens

34Cette période voit dans les Pyrénées occidentales l’apparition de la construction des dolmens d’Ithé 1 et 2 (alt. 702 et 696 m), à Aussurucq, dans le massif des Arbailles. La première phase d’utilisation du dolmen d’Ithé 2 est datée entre 3790 et 3650 avant notre ère (tabl. 1) (Ebrard 2013). En basse vallée d’Ossau, le dolmen de Buzy (Pyrénées-Atlantiques), fouillé à la fin du xixe siècle, pourrait, par son architecture, appartenir à cette période. Il en est de même pour plusieurs dolmens basques et du plateau de Ger, pour lesquels nous n’avons pas d’éléments de datation. On évoquera notamment le dolmen à couloir de Marque-Dessus (Azereix, Hautes-Pyrénées) (Pothier 1892), qui, par son architecture, évoque le Néolithique moyen. Les travaux engagés dans le cadre d’un projet collectif de recherche (PCR Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales), dirigé par P. Marticorena, devrait apporter de nouvelles données prochainement sur ce point.

35Tumulus sans structure mégalithique

36On voit également apparaître les premiers tumulus « simples » dans le piémont et sur le plateau du Pont Long. Pour ceux qui ont fait l’objet d’une fouille complète, ces tertres recouvrent des structures fossoyées (fosses, fossés circulaires avec palissade, structure de galets). Pour le Néolithique moyen, ces tertres sont documentés par les tumulus de Mont (Pyrénées-Atlantiques) (Marsan 1985), de Gurs (Préchacq, Pyrénées-Atlantiques) (Ebrard 2013), et par ceux fouillés par J.‑F. Chopin sur le chantier de l’A65 : Les Bruques et Cazaou de Luc (Miramont-Sensacq, Landes), Chemin des Tuyaas (Claraq, Pyrénées-Atlantiques) et Sources de la Lane (Momas, Pyrénées-Atlantiques) (Marticorena 2014 : p. 37). Ces tumulus sont généralement considérés comme recouvrant des éléments de structures sépulcrales. Cependant les sépultures sont difficiles à mettre en évidence ici, car dans cette région les sols ne conservent pas les vestiges osseux en dehors de ceux provenant d’une crémation. Pour nous, cependant, cela ne remet pas en cause le parallèle qui peut être fait avec les monuments présents dans des secteurs où les sols sont plus propices à la conservation des vestiges osseux, ce qui n’exclut pas l’existence de pratiques cultuelles, comme nous l’aborderons pour le Néolithique final avec le tumulus de Pau-Cabout 5. Nous attendons avec impatience la publication des tumulus fouillés sur le tracé de l’autoroute A65, qui devrait apporter des éléments de réflexion sur ce point.

Grottes sépulcrales

37En vallée d’Ossau, quatre défunts avaient été déposés dans la petite grotte de Garli, à Arudy (alt. 454 m). Le mobilier associé était constitué d’une ou plusieurs parures de dentales (87 éléments) et d’une pendeloque réalisée sur une lame détachée d’une canine de sanglier (fig. 4). Une datation réalisée sur os (tabl. 1) place l’une de ces sépultures au Néolithique moyen (Dumontier et al. 2014). Une autre datation, également réalisée sur os dans des conditions imprécises, daterait un autre de ces individus du Néolithique final (Ebrard 2013 : p. 155). Toujours à Arudy, la grotte sépulcrale de Larrun 1, également nommée grotte du Turon d’Espalungue, contenait les restes de deux enfants. Une datation réalisée sur os place l’une de ces sépultures entre 3627 et 3354 avant notre ère (tabl. 1), au Néolithique récent (Dumontier et al. 2014).

38Dans le massif des Arbailles, la grotte Harregi, à Aussurucq (alt. 211 m), présentait de nombreux vestiges humains, appartenant à huit individus, dans un niveau remanié. Ce dépôt funéraire a été attribué au Néolithique moyen par D. Ebrard à partir d’une seule datation réalisée sur os (Ebrard 2013 : p. 149). Une hache polie et une céramique accompagnaient ces dépôts.

39À Iholdy (Pyrénées-Atlantiques), dans la grotte d’Unikoté, des restes partiels de deux individus, une femme adulte et un enfant d’environ 10 ans, ont été mis au jour. Ils ont été datés du dernier tiers du ve millénaire avant notre ère. Les vestiges osseux ont été extrêmement perturbés, ce qui rend impossible la reconstitution du mode de dépôt. Ces vestiges présentent des traces de découpe et de raclage. Plusieurs hypothèses ont été envisagées par les auteurs : une pratique du cannibalisme ou une pratique funéraire sans cannibalisme, mais avec découpe du cadavre, ou encore un traitement plus spécifique de la tête : préparation d’un trophée ou d’une relique (Boulestin et al. 2013).

40Au-delà du nombre de sites, nous remarquerons que la culture matérielle est très faiblement représentée. L’industrie lithique est indigente, de même que la céramique. On notera que le seul vase presque complet trouvé dans la grotte de Sasaziloaga (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques), si son attribution au Néolithique moyen semble très probable (comm. pers. K. Gernigon), n’appartient pas à la culture chasséenne.

41Enfin, au Néolithique récent, le niveau 6 de la grotte du Phare, à Biarritz (fouilles Marembert-Dumontier) a livré un petit vase tronconique très proche de formes appartenant à un environnement Matignons (fig. 4). Cette couche est en attente de datation radiométrique.

Le Néolithique final et le Chalcolithique (entre 3400/3200 et 2200 avant notre ère)

  • 1 Devant l’obligation de limiter le nombre de figures, celles-ci ne concerneront que des documents i (...)

42À partir de 3300 avant notre ère, l’affirmation des activités humaines est attestée à la fois par les données polliniques et par les paléo-incendies. L’espace montagnard est désormais totalement anthropisé (Galop 2006). Les données archéologiques sont ici plus nombreuses et concernent aussi bien l’habitat que les sépultures (fig. 5)1.

Fig. 5. – Répartition des principaux sites du Néolithique final des Pyrénées nord-occidentales.

Fig. 5. – Répartition des principaux sites du Néolithique final des Pyrénées nord-occidentales.

35 : Malarode 1 (Arudy). 36 : Apons (Sarrance). 37 et 38 : Ithé 2 et Ithé 1 (Aussurucq). 39 et 40 : Peyrecor 1 et 2 (Escout). 41 : Darre La Peyre (Precilhon). 42, 43 et 44 : Houn de Laa, Laa 2 et Laplace (Arudy). 45 : Gabarn H1 (Escout). 46 : Poeymaü (Arudy). 47 : Cabout 5 (Pau). 48 : tumulus T6 (Lescar). 49 : le Phare (Biarritz). 50 : Las Areilles (Uzein). 51 : Mirassou (Lons). 52 : Labarthe 2 (Argelos). 53, 54 et 55 : Peyreget, La Taillandère et Arrioutort (Laruns). 58 et 59: Puey Mayou et La Halliade (Bartrès, Hautes-Pyrénées). 60 : Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue). 61 : Duruthy (Sorde-l’Abbaye, Landes). 62 : tumulus (Artix). 63 : Lestaque 2 (Avezac-Prat-Lahitte, Hautes-Pyrénées). 64 : tumulus T1 (Pomps). 65 : Causiat (Urdos). 66 : Garli (Arudy). 67 : L’Espiet (Souès, Hautes-Pyrénées). 68 et 69 : Les Brucques et Cazaou de Luc (Miramont-Sensacq, Landes). Les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sauf indication d’un autre département.

Données Patrice Dumontier, cartographie Benoît Pace et Mélanie Le Couédic.

L’habitat

43Des indices d’habitations ont été observés lors d’une surveillance de travaux au Gabarn d’Escout (Pyrénées-Atlantiques), sur un rebord de plateau dominant la vallée d’Ossau, où nous avons reconnu la présence de structures fossoyées : fosses, trous de poteaux, probable sablière en bois (Dumontier et Bordenave 2006) associées à du mobilier attribué au Néolithique final. Il en est de même sur le site de Pont de Peyre (Poey-de-Lescar, Pyrénées-Atlantiques). Ce site partiellement fouillé par J.‑F. Chopin a livré un mobilier céramique et lithique associé à six structures en creux, possibles silos, et deux structures en galets (Chopin 2008a : p. 2).

44Au-delà de ces deux sites, les structures domestiques (habitats ou zones d’activités) étudiées, comme pour le Néolithique moyen, correspondent toutes à des occupations en grottes ou sous abri-sous-roche et à de nombreuses structures de combustion (foyers) mises au jour sur le plateau du Pont Long (Mirassou, à Lons : Chopin 2008b ; Las Areilles, à Uzein : Elizagoyen et al. 2012) ou en pied de versant, dans la vallée du Luy-de-France (Labarthe, à Argelos : Thirault et al. 2012), interprétées comme lieu de campement, habitats temporaires mais répétitifs dans un même secteur. La cartographie de ces sites peut être complétée par celle réalisée par P. Marticorena à partir de son étude récente des lames de haches polies (fig. 6), ce qui permet d’avoir une vue de la large répartition des sites et indices de sites connus, même si, pour la majorité d’entre eux, l’information repose sur des documents issus de prospections réalisées par différents chercheurs, sans qu’il y ait eu de fouille et sans élément suffisant de datation (Marticorena 2014). Cependant, les concentrations importantes de mobilier récolté ont vocation à signaler la présence d’habitats plus pérennes que les campements que nous connaissons.

Fig. 6. – Localisation des sites à lames polies des Pyrénées nord-occidentales.

Fig. 6. – Localisation des sites à lames polies des Pyrénées nord-occidentales.

DAO Mélanie Le Couédic, d’après Marticorena 2014.

45En vallée d’Ossau, dans les collines calcaires d’Arudy, les porches des grottes du Poeymaü, de Malarode 1 et 2, de Laa 3 et l’abri du Bignalats, à Arudy, montrent des successions d’occupations ponctuelles de type campement sous abri : foyer, industrie lithique, céramique et restes de faune.

46Si nous n’avons que peu d’information sur l’organisation, l’importance des occupations et le mobilier de Poeymaü et de Malarode 1 et 2, la grotte de Laa 3 a fait l’objet d’une fouille récente, dont la publication est en cours de rédaction (Dumontier et al. 2009). Laa 3 correspond à la petite salle d’entrée sud-est de Laa 2, une cavité assez grande (40 m de longueur pour 7 à 10 m de largeur) dont l’entrée principale se trouve orientée au nord-est. Les dimensions de Laa 3 sont modestes (4 m × 4 m). Elle a pourtant été occupée à plusieurs reprises au Mésolithique, puis au Néolithique final, avant un effondrement de la falaise qui a colmaté en grande partie l’accès.

47Les occupations du Néolithique final sont documentées par des structures de combustion et du mobilier céramique. L’industrie lithique est indigente (9 documents).

48La structure de combustion ST1 est un foyer appareillé en fosse, daté entre 2872 et 2497 avant notre ère, qui contenait les restes d’un petit bœuf. Le niveau de surface associé a été lessivé et aucun mobilier n’a été recueilli.

49Le niveau sus-jacent (US 16) a livré un petit foyer à plat (F1) situé au milieu de la cavité ainsi que plusieurs céramiques. La datation est à peine plus récente que pour le foyer précédent et se situe dans la même fourchette chronologique.

50Les restes osseux d’un individu, datés entre 2902 et 2630 avant notre ère, ont été trouvés disloqués et largement répartis dans l’US 10. Ils pourraient provenir de l’occupation du niveau immédiatement sous-jacent (US 6). Rien ne permet de conclure que ce défunt a bénéficié d’une sépulture qui aurait été démantelée par la suite.

51Enfin, la troisième occupation (US 10) est matérialisée par une structure de combustion à pierres chauffées (F3) ainsi que par la présence de plusieurs céramiques brisées autour du foyer.

52Sur la côte basque, la grotte du Phare, à Biarritz (fouilles Marembert et Dumontier, terminées en 2000) a un statut plus difficile à cerner pour cette période. Une galerie que nous supposons mener à l’entrée principale est colmatée par un important éboulis. Une salle située à plusieurs dizaines de mètres des entrées possibles contient des foyers – dont l’un a été daté de la moitié du iiie millénaire avant notre ère – autour desquels se trouvait un mobilier varié : parure en perles de calcaire et en calcite, céramique fine et vases à provisions, restes de faune et de coquillages cuits et consommés. Nous sommes devant une ou des occupations de courte durée, qui pourraient correspondre à une activité particulière (la récolte des coquillages ?) ou à un refuge (Marembert et al. 2000 : p. 103).

53La montagne est parcourue, comme en témoignent, sur la commune de Laruns (Pyrénées-Atlantiques), les découvertes de pointes de flèches en silex à ailerons et pédoncule au col de Peyreget (alt. 2 208 m) (Dumontier 2016b : p. 182) et au col d’Arrioutort (alt. 1 701 m) (Marsan et Utrilla 1996) et celle d’une pointe de flèche foliacée en silex mise au jour à coté d’un polissoir au col de La Taillandère (alt. 1 890 m) (Blanc et Bui Thi Maï 2003). Ces deux derniers cols mettent en communication les vallées d’Aspe et d’Ossau.

Le monde des morts et les sites cultuels associés

54Dans la basse vallée d’Ossau, le dolmen de Peyrecor 2 (Escout, Pyrénées-Atlantiques) (fig. 7) a été érigé entre 2869 et 2306 avant notre ère (Dumontier et al. 1997). À proximité, sur la même ligne de crête, les dolmens de Peyrecor 1, à Escout (Dumontier 1997) et de Darre La Peyre, à Précilhon (Dumontier et al. 2008) présentent des caractéristiques architecturales très proches : chambres semi enterrées pour les trois, choix des matériaux (grès du flysch), tumulus circulaire parementé (muret constitué de plusieurs assises de dalles de grès) pour Peyrecor 1 et 2. Bien que les niveaux de construction de ces deux structures mégalithiques n’aient pas pu faire l’objet d’une datation radiométrique, il est probable qu’ils appartiennent à la même période chronologique. Ils témoignent de la poursuite de la construction de ces monuments au Néolithique final.

Fig. 7. – Dolmen de Peyrecor 2 (Escout, Pyrénées-Atlantiques).

Fig. 7. – Dolmen de Peyrecor 2 (Escout, Pyrénées-Atlantiques).

Relevé et photo Patrice Dumontier.

55Les dolmens plus anciens, érigés au Néolithique moyen, ont été réutilisés pour déposer des défunts (Ithé 1 et Ithé 2). On notera que dans le dolmen d’Ithé 1, des vestiges osseux incinérés ont été datés du Néolithique final (Ebrard 2013 : p. 175).

56Plusieurs de ces dolmens ont été encore utilisés au Campaniforme (Ithé 1 et 2, Peyrecor 2 et Darre La Peyre) et au-delà, à l’âge du Bronze.

57On évoquera également, sur le plateau de Ger, les mégalithes de Bartrès (Hautes-Pyrénées) : le Puey Mayou – vaste chambre de 7 m sur 4 environ, de forme rectangulaire – et La Halliade – allée couverte avec des dépôts campaniformes, réutilisée par la suite à l’âge du Bronze (Piette 1881, Mohen 1978). Dans les deux cas, il s’agit probablement de réutilisations de monuments plus anciens.

58À la même époque, des cavités naturelles, souvent de simples boyaux, à l’exception de la grotte d’Isturitz (Saint-Martin d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques – Dumontier et al. 2015) et de l’abri Duruthy (Sorde-l’Abbaye, Landes) ont également été utilisées pour recevoir les défunts (Lartet et Chaplain-Duparc 1874, Marticorena et al. 2016). Il s’agit des sépultures collectives de Garli, Houn de Laa, Laa 3, Laplace, Bordedela 1 et 2, toutes localisées à Arudy, dans les Pyrénées-Atlantiques, contenant un nombre variable d’individus, de 2 à plus de 30.

59En vallée d’Aspe, à Sarrance, le niveau C3sup de la grotte d’Apons a fait l’objet d’un aménagement mégalithique – coffre de 2 × 1 m et blocs dressés (stèles aniconiques ?) – destiné à recevoir des sépultures collectives dans un espace ouvert sur l’extérieur. Ici, la présence de trois blocs dressés et la configuration de la cavité pourraient indiquer l’existence de cérémonies associées aux défunts (fig. 8).

Fig. 8. – Grotte d’Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques) : aménagement sépulcral mégalithique dans l’abri-sous-roche, niveau C3sup.

Fig. 8. – Grotte d’Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques) : aménagement sépulcral mégalithique dans l’abri-sous-roche, niveau C3sup.

Relevé et PAO Patrice Dumontier.

60Sur les plateaux du Pont Long, de nombreux tumulus ont été datés du iiie millénaire avant notre ère. Le tumulus d’Artix (Pyrénées-Atlantiques – fouilles de Laverny) recouvrait une sépulture en coffre du Néolithique final, reprise au Campaniforme. Les tumulus de Lons T3, T5 et T6, de Lescar T1 et TII ont livré quelques tessons d’une céramique de couleur brun-rouge contenant un dégraissant grossier et abondant, associé à une industrie lithique sur silex avec un macro-outillage sur galets de quartzite abondant, tout à fait comparable au mobilier lithique et céramique des « campements » évoqués plus haut (Dumontier et al. 2016b : p. 183). Le tumulus de Pomps T1 (Pyrénées-Atlantiques) recouvrait un pavement rectangulaire de galets de 1,2 m × 0,6 m, sur lequel reposaient les vestiges osseux brûlés de deux individus (Blanc et Bui Thi Maï 1988). La conservation de connexions et de proximités anatomiques implique une crémation « par le dessus », probablement à partir d’une structure en bois (maison funéraire ou coffre : Dumontier et al. 2016b : p. 181). Pour la deuxième moitié du iiie millénaire, les fouilles des tumulus Pau-Cabout 5 (Marembert et al. 2008) et de l’Estaque 2, à Avezac-Prat-Lahitte, dans les Hautes-Pyrénées (Tchérémissinoff et al. 2008), ont livré un mobilier céramique et lithique qui illustre bien la transition entre le Néolithique final/Chalcolithique et le début de l’âge du Bronze, et qui démontre également la continuité de ces pratiques funéraires.

61La fouille de Pau-Cabout 5 apporte des informations importantes sur son fonctionnement. Ce petit tertre de 20 mètres de diamètre recouvrait deux structures circulaires concentriques : un fossé palissadé et une élévation en terre crue. Près du centre, un poteau en bois était fiché dans une des fosses mises au jour. Ces données sont proches de ce qui a été observé à l’Enclos des Terriers, à Avrillé (Vendée), où deux fossés concentriques entouraient un monolithe dressé (Beneteau et al. 1992). Le remplissage du fossé extérieur montrait des caractéristiques interprétées comme le blocage d’une palissade. La fonction du fossé intérieur, profond de 10 à 15 centimètres, restait floue. La datation obtenue et le mobilier évoquaient le Campaniforme, comme pour Pau-Cabout 5.

62Nous avons ici un ensemble particulier, délimité et sanctuarisé, qui a fonctionné de façon ouverte (culte symbolisé par un poteau) avec des dépôts d’offrandes représentés par les vases brisés ou non dans les fosses et les fossés. Dans un deuxième temps, toujours au Néolithique final, la palissade a brûlé. Dans un troisième temps, on note le dépôt d’un vase au Bronze moyen, dans un point du fossé extérieur. Ce fossé était-il encore visible à ce moment-là ? En effet, le tumulus de terre qui a recouvert l’ensemble peut suivre la phase d’incendie et être antérieur au dépôt du Bronze moyen. Dans ce cas, le dépôt de ce vase aurait été réalisé en bordure du tumulus. Une autre hypothèse serait l’élévation du tumulus au Bronze moyen.

63Ce site a fonctionné sans tumulus pendant une certaine durée et si une utilisation funéraire est possible, nous avons ici un témoin très probable de pratiques cultuelles à la fin du Néolithique final.

Quel Néolithique final ?

64En vallée d’Ossau, à Arudy, le mobilier céramique des US 10 et 16 (fig. 9) de Laa 3, centré respectivement sur la première et la deuxième moitié du iiie millénaire avant notre ère (tabl. 1), comporte des gobelets à lèvres amincies, avec des ouvertures convergentes. L’un d’eux présente un bouton sous le rebord.

65Ces formes sont proches de plusieurs gobelets du niveau 5 de la grotte du Phare, à Biarritz (Marembert et al. 2000 : p. 103). À Laa 3 toujours, une jatte à carène haute et fond probablement rond, associée à une structure de combustion, est nouvelle pour le sud de l’Aquitaine dans un environnement du Néolithique final. Elle montre des affinités avec le Vérazien d’Ouveillan, Aude (Guilaine et al. 1980) ou de Mailhac, Aude (Montecinos 2005). Pour les autres morphologies, les deux pots cylindriques à bords amincis et aux fonds arrondis sont proches de la céramique mise au jour dans une fosse de la Zac du Parc de l’Adour, à Souès, dans les Hautes-Pyrénées (Pons et al. 2013), mais aussi de Loupiac, dans le Lot (Prodeo 2003). Les traits dominants de ce mobilier montrent des influences du Vérazien de la région toulousaine.

Fig. 9. – Grotte de Laa 3 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques), unités stratigraphiques 10 et 16 : mobilier céramique du Néolithique final.

Fig. 9. – Grotte de Laa 3 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques), unités stratigraphiques 10 et 16 : mobilier céramique du Néolithique final.

A : xxvie- xxiiie siècle avant notre ère. B : xxixe- xxve siècle avant notre ère.

Dessins Patrice Dumontier.

66Sur la côte atlantique, dans la grotte du Phare, le mobilier céramique est composé de 13 récipients (fig. 10) qui ont une fragmentation peu dispersée et se trouvent tous à proximité des foyers. La céramique fine regroupe des gobelets hémisphériques ou à fonds plats. Les décors sont constitués d’un bouton sous le bord et de cannelures sur la moitié supérieure d’un vase. Cette petite série est complétée par des vases à provision et à cuire, avec une pâte épaisse, mal cuite, des formes cylindriques ou tronconiques et un exemplaire présentant une forte carène.

Fig. 10. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : mobilier céramique du Néolithique final.

Fig. 10. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : mobilier céramique du Néolithique final.

Dessins Patrice Dumontier.

67La parure est abondante (fig. 11), avec 228 perles discoïdes en calcite et calcaire et des coquillages percés (5 nasses, dont 4 en connexion, 2 murex, 2 dentales). Le matériel osseux et lithique est plus pauvre : 2 pointes de flèche à ailerons et pédoncule, 1 poinçon sur métatarsien d’ovicapriné, 1 pointe bifide/lissoir sur os long de grand mammifère.

Fig. 11. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : industrie lithique et osseuse et parure du Néolithique final.

Fig. 11. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : industrie lithique et osseuse et parure du Néolithique final.

1 et 2 : pointes de flèches à ailerons et pédoncules. 3 : poinçon sur métatarsien d’ovicapriné. 4 : pointe bifide/lissoir sur os long de grand mammifère. 5 : parure en coquillages (Nasse et Murex). 6 : perles discoïdes en calcaire et calcite.

Dessins et photos Patrice Dumontier.

68Le niveau d’occupation présente une répartition des vestiges et des recollages qui démontrent une grande homogénéité. La finesse du niveau s’oppose à une occupation de longue durée, mais on ne peut exclure deux occupations successives, assez proches dans le temps (niveaux 5a et 5b). Malgré cela, le fait que nous n’ayons qu’une seule datation radiométrique nous semble insuffisant et il y aura lieu d’envisager la datation de tous les foyers.

69À ce jour, l’approche chronologique peut se faire à partir de deux sources : la datation du foyer 1, qui se situe autour du milieu du iiie millénaire, et l’étude du mobilier. Les vases décorés de cannelures sont présents dans la céramique pré-artenacienne de Diconche dans la première moitié du iiie millénaire (Burnez et Fouéré 1999 : p. 523) et à la Perte du Cros, dans une fourchette de 3360 et 2923 avant notre ère (US 1017 et niveau inférieur à l’US 9004 : Galan 1967, Gernigon et Fouéré 2004, Gernigon et al. 2008). Les grands récipients tronconiques et cylindriques sont proches de plusieurs de formes de Combe Nègre, dans un niveau (N3) daté de 2655 à 2350 et 2468 à 2205 avant notre ère (Prodeo 2003), mais aussi du chantier 3 de Diconche, dans une plage chronologique un peu plus ancienne (Burnez et Fouéré 1999 : p. 501).

70La parure couvre le Néolithique final et le Chalcolithique, notamment à Abauntz, entre 3293 et 2783 avant notre ère (Utrilla Miranda 1982). En l’état actuel, les données fournies notamment par la céramique fine suggèrent plutôt une occupation dans la première moitié du iiie millénaire et probablement au début de cette période.

71Dans la région de Pau, dans les tumulus datés du iiie millénaire, la présence d’éléments sableux fins associés à des graviers ou quartz broyés est une constante pour tous les tessons de céramique mis au jour. Nous évoquerons deux des datations obtenues pour ces sites, malheureusement avec un écart type très important (tabl. 1) :

  • Tumulus Lons Lescar T6 : un vase découvert sur une structure de galets chauffés ; les charbons ont fourni un résultat situé entre 3355 et 2440 avant notre ère (Blanc et Dumontier 1986 : p. 93).
  • Tumulus 1 de Pomps : céramique associée à une double crémation datée entre 2775 et 1950 avant notre ère (Blanc et Bui Thi Maï 1988).

72À Uzein, les occupations domestiques ont livré des céramiques avec des pâtes contenant des inclusions fines assez abondantes, avec de nombreux graviers grossiers. Le nombre minimum d’individus (NMI) est de 19 récipients. Si cette céramique semble homogène, les analyses réalisées par F. Convertini (Elizagoyen et al. 2012 : p. 413) montrent qu’elle recouvre en fait deux populations distinctes : l’une sans introduction de la chamotte dans la pâte, alors que la seconde voit apparaître ces inclusions. Une phase précoce, de transition, pourrait correspondre à l’apparition des inclusions de chamotte avec un apport sableux grossier. Une série de datations 14C par AMS recouvre deux plages, centrées l’une sur la période 3300/3000, l’autre sur la période 2800/2140 avant notre ère (Elizagoyen et al. 2012). Ces gestes techniques (inclusions de chamotte) semblent avoir une forte connotation culturelle, qui pourrait aussi témoigner d’un changement chronologique.

73Toujours à Uzein, pour la céramique fine, nous n’avons qu’une forme partiellement restituée et des fragments de panse appartenant à trois vases proches de la céramique fine du niveau 5 de la grotte du Phare, à Biarritz et de l’US 10 de la grotte de Laa 3, à Arudy.

74Pour la céramique plus grossière, cette population comprend des gobelets, des formes tronconiques (jattes), des bols et des jarres. Le montage est essentiellement au colombin et les traitements de surface montrent de grands lissages obliques qui peuvent aller jusqu’à des traînées digitées, destinés à régulariser les collages. Les fonds à notre disposition sont plats, légèrement débordants. Les décors et moyens de préhension ou de fixation comprennent des cordons lisses horizontaux placés sous le bord, une perforation sous le bord (qui pourrait faire partie d’une ligne de perforations), des boutons, des languettes (dont l’une conserve de chaque côté le négatif du collage d’un cordon), des languettes doubles pour deux documents, et des impressions digitées. Plusieurs de ces éléments (cordons lisses et perforations sous le bord parfois associés) sont assez largement présents en France sur la céramique d’accompagnement du Campaniforme (Besse 1996). Nous les trouvons également en contexte chalcolithique non campaniforme.

75L’ensemble de ces composantes se retrouve également à Cassagna 1 et 2 à Blagnac, en Haute-Garonne (Tchérémissinoff 2008), dans des contextes du Néolithique final/Chalcolithique et sur le site campaniforme de Lapeyrère, à Muret, en Haute-Garonne (Jolibert 1988). Bien sûr, plusieurs des ces éléments sont présents dans une assez grande fourchette chronologique. C’est ainsi que les cordons lisses sous le bord peuvent se rencontrer au Bronze ancien, par exemple au Roc d’en Gabit (Carcassonne, Aude) (Vaquer et al. 2004). Il en est de même pour les boutons et languettes, avec une dispersion chronologique plus vaste encore. Cependant, dans le sud de l’Aquitaine, l’association des ces éléments avec le type de pâte rappelé ci-dessus nous oriente sur une fourchette chronologique et culturelle dans le iiie millénaire avant notre ère. Cette fourchette pourrait recouvrir deux phases, l’une correspondant à un Néolithique final antérieur à 2600/2500 avant notre ère et la seconde se situant après, dans un Néolithique final contemporain du Campaniforme.

76Trois documents sont assez exceptionnels pour le sud de l’Aquitaine pour que nous y revenions ; il s’agit des languettes doubles superposées trouvées en deux exemplaires à Uzein (Elizagoyen et al. 2012) et d’un autre vase comportant ce type de préhension, mis au jour lors d’un diagnostic réalisé sur le tracé de l’autoroute A65 à Cazères-sur-Adour, dans les Landes (fig. 12) (Dumontier et al. 2018). Ces doubles languettes nous orientent elles aussi vers la céramique de tradition Véraza.

Fig. 12. –Cazères-sur-l’Adour (Landes) : jarre à double languette.

Fig. 12. –Cazères-sur-l’Adour (Landes) : jarre à double languette.

Dessin Patrice Dumontier.

77Sur le site de Muret, en Haute-Garonne, des tessons de type Véraza appartenant à trois vases différents ont été découverts associés aux éléments campaniformes dans la couche d’habitat de Lapeyrère (Jolibert 1988 : p. 55 et 123). Sur le site de Cassagna 2, à Blagnac, en Haute-Garonne, un fragment de panse présente deux languettes superposées. Pour l’auteur, ce tesson appartient probablement à une jarre en tonnelet associant ces deux languettes à une série de perforations sous le bord, très représentative de la céramique d’accompagnement campaniforme, et un fond plat (Tchérémissinoff 2008 : p. 468, Convertini 2008 : p. 475).

78Si les deux languettes superposées évoquent des affinités avec la céramique vérazienne, la présence exclusive des fonds plats à Uzein, comme pour le vase de Cassagna 2, montre que nous sommes devant des influences mixtes.

79L’analyse pétrographique des vases à doubles languettes d’Uzein (Elizagoyen et al. 2012) et de Cazères-sur-Adour (Dumontier et al. 2018), réalisée par F. Convertini, montre la présence de chamotte dans la pâte. L’ensemble des données nous a conduit à proposer un positionnement chronologique dans un Néolithique final contemporain du Campaniforme.

80À Uzein, bien que les vases à languettes superposées ne soient pas associés directement à ces résultats, on notera les datations obtenues pour les US 1036 de l’ensemble 1 (entre 2577 et 2309 avant notre ère) et US 1081 de l’ensemble 11 (entre 2459 et 2142 avant notre ère : Elizagoyen et al. 2012).

81En l’état actuel des données, nous avons ici trois vases (2 à Uzein, 1 à Cazères-sur-Adour) qui proviennent sans doute d’une fabrication locale, avec une morphologie influencée par le courant Véraza. On notera également la présence d’un vase à deux languettes superposées dans le niveau 2 de Santimamiñe, dans le sud du Pays basque (Apellaniz 1973 : p. 40).

82De même, sans association directe avec les vases, on note également la présence de macro-outils réalisés sur galets, bien connus en Béarn et dans les Hautes-Pyrénées par les fouilles de plusieurs tumulus et prospections de sites d’habitats.

83La mise en évidence de chamotte dans la céramique que nous dénommerons « vérazoïde » du Néolithique final de Cazères et d’Uzein est extrêmement intéressante, car elle indique la mise en œuvre d’une tradition que l’on ne retrouve pas dans la région toulousaine à la même période pour le Vérazien, la seule exception étant le vase mixte ou hybride campaniforme/vérazien avec perforations préorales et languettes superposées de Cassagna 2, à Blagnac, évoqué ci-dessus. Dans ce dernier cas, la présence de chamotte est plutôt à relier au phénomène campaniforme, car la céramique décorée et commune de l’Europe occidentale en renferme souvent une fraction. Plus à l’est, dans son secteur le plus riche en sites (Aude, Pyrénées-Orientales), la céramique du Vérazien n’est pas dégraissée, non plus, avec de la chamotte (Convertini 2008 : p. 475).

84Nous pouvons également évoquer le mobilier mis au jour dans le quartier Mirassou, à Lons (Chopin 2008b) et sur le site de Labarthe 2, à Argelos, dans les Pyrénées-Atlantiques (Thirault et al. 2012) où deux datations 14C recouvrent la période de 2831 à 2350 avant notre ère. Malgré les nombreux points communs, les décors (impressions sur le rebord des vases, boutons bifides) sont différents de la céramique d’Uzein. S’il y a des variations dans le registre décoratif et dans l’association de fonds plats et de fonds ronds – qui peuvent reposer également sur une évolution chronologique – ces céramiques sont très proches, techniquement, de celle d’Uzein.

85Pour le Béarn, les éléments à notre disposition, céramique et industrie lithique sur galets, que l’on retrouve sur tout le piémont pyrénéen, démontrent l’existence d’un courant d’échanges ou d’influence est-ouest au sud de la Garonne, notamment avec la région toulousaine, au cours du iiie millénaire. Pour la côte atlantique, le mobilier de la grotte du Phare montre des influences venant du nord et du nord-est : Artenac (Saint-Mary, Charente), Perte du Cros (Saillac, Lot) et Combe Nègre (Frayssinet-le-Gélat, Lot). Il est bien sûr évident qu’au-delà de ce constat, nous manquons de données pour le moment pour envisager une éventuelle partition entre la façade atlantique et l’intérieur des terres.

86Pour conclure sur le Néolithique final, les analyses polliniques nous confirment le développement d’activités agricoles sur le piémont, dans les basses vallées et sur le plateau du Pont-Long. Les structures d’habitation qui pourraient être associées à ce type d’activité n’ont pas fait l’objet de fouilles extensives (Gabarn d’Escout et Pont de Peyre, à Poey-de-Lescar). Cependant les prospections pédestres dans les labours démontrent l’existence d’un grand nombre d’indices de sites, avec un mobilier parfois abondant, où les herminettes et meules dormantes sont bien représentées. Ces implantations et les monuments funéraires collectifs tels que les dolmens, marqueurs de territoire, recouvrent assez largement l’ensemble des collines du piémont et des plateaux pré-pyrénéens. Cette structuration va sans aucun doute de pair avec des activités sédentaires, notamment agricoles.

87Comment s’insèrent dans le paysage les structures foyères associées aux nappes de mobilier, souvent interprétées comme des campements, étudiées sur le Pont-Long ? Nous nous sommes interrogés sur le fait qu’elles pouvaient être associées à des habitats construits non reconnus à la fouille ou situés à proximité, en dehors de la surface étudiée. On ne peut l’exclure, mais devant le nombre d’opérations réalisées, sondages compris, sur les tracés des autoroutes A64 et A65, il nous semble peu probable que les éventuelles structures bâties soient passées inaperçues des différents chercheurs impliqués. Ajoutons que les mobiliers associés (lithique, céramique) sont modestes en nombre et ne traduisent donc pas des occupations de longue durée. Il en est de même pour les niveaux d’occupation étudiés dans la majorité des grottes.

88L’ensemble de ces éléments pourrait évoquer des groupes mobiles, empruntant souvent les mêmes trajets, avec les mêmes zones de campement. Cette mobilité pourrait s’inscrire dans le cadre d’une exploitation complémentaire des ressources des terroirs : pâturage, chasse ou pêche dans les espaces humides et habitat sur les coteaux ; elle pourrait aussi être, en partie, associée à un pastoralisme qui couvrirait l’ensemble du territoire du sud Adour (piémont, moyenne et haute montagne) et serait complémentaire d’activités agricoles pour lesquelles les structures d’habitat n’ont pas été étudiées à ce jour. Le pastoralisme est attesté par différents marqueurs : palynologie, restes de faune domestique en grotte. Pour autant, c’est un constat qui n’implique pas l’adhésion au dogme d’un pastoralisme transhumant (Merlet 2007) tel qu’il existera au Moyen Âge ou à l’Époque moderne.

89Si l’agriculture et le pastoralisme correspondent aux activités dominantes, la chasse est toujours présente, notamment en montagne. La prospection de roches particulières et l’extraction du minerai de cuivre se développent également, comme en témoigne la mine de Causiat, à Urdos, en haute vallée d’Aspe, où la chalcopyrite a été exploitée autour de 2 500 ans avant notre ère (Beyrie 2010 : p. 216).

90N’oublions pas la production et l’échange de haches polies en roche dure qui viennent compléter les activités pratiquées (Marticorena 2014), ainsi que d’autres, la pêche par exemple, n’ayant pas laissé de traces perçues à ce jour.

91À la fin du Néolithique, la montagne est largement occupée. Le haut Ossau et les vallées du versant espagnol (Aragon, Tena) ont livré une documentation archéologique assez riche : des découvertes isolées (armatures de flèches) témoignant d’activités cynégétiques à plus de 2 000 mètres d’altitude, quand l’édification de dolmens sur le versant sud, à proximité d’Anéou, évoque une occupation plus pérenne des territoires.

Conclusions

92Le Néolithique ancien reste peu documenté. Cependant les données fournies par le site d’Apons permettent d’appuyer l’hypothèse d’une avancée des premiers agriculteurs/éleveurs par les vallées pyrénéennes, à partir de l’Aragon et de la Navarre, dès le vie millénaire avant notre ère. L’utilisation d’argiles provenant du massif de la Pierre Saint-Martin pour le montage du vase d’Apons atteste a minima d’une circulation entre les cols et le piémont.

93Les données fournies par les analyses polliniques montrent une augmentation de la pression anthropique sur la moyenne et haute montagne et son piémont entre 4200/4000 et 3700/3600 avant notre ère. Si sa présence est confirmée notamment par la présence de dolmens, qui sont également des marqueurs de territoire, les occupations domestiques étudiées évoquent surtout des populations mobiles. Nous n’avons pas, à ce jour, trouvé d’habitat pérenne. Le mobilier correspondant à cette période est particulièrement indigent. La céramique de Sasiziloaga évoque un Néolithique moyen non chasséen et celle du niveau 6 de la grotte du Phare, à Biarritz, une influence Matignons au Néolithique récent.

94Au Néolithique final, une occupation large de tout le territoire, montagne comprise, est attestée aussi bien par les analyses polliniques que par les sites archéologiques fouillés.

95Les occupations domestiques étudiées jusqu’ici (structures de combustion sur le plateau du Pont-Long, campements sous abris-sous-roche et porches de cavités) pourraient évoquer des groupes mobiles, empruntant souvent les mêmes trajets, avec les mêmes zones de campement. Cette mobilité pourrait être, en partie, associée à un pastoralisme qui couvrirait l’ensemble du territoire du sud Adour (piémont, moyenne et haute montagne) et serait complémentaire d’activités agricoles pour lesquelles les structures d’habitat n’ont pas été étudiées à ce jour. Elle pourrait aussi s’inscrire dans le cadre d’une exploitation complémentaire des ressources des terroirs. À la fin du Néolithique, la montagne est largement occupée.

96Les perspectives de la recherche archéologique de la prochaine décennie sont multiples. La priorité nous semble devoir porter sur la recherche des habitats pérennes.

Bibliographie

Apellaniz J. M., 1973, Corpus de materiales de las culturas prehistóricas con cerámica de la población de las cavernas del País Vasco meridional, San Sebastián, Sociedad de ciencias naturales Aranzadi (Munibe, suppl. 1).

Baldellou V. et Utrilla P., 1999, « Le Néolithique en Aragon », dans Vaquer J. (dir.), Le Néolithique du nord-ouest méditerranéen : actes du Colloque international de Carcassonne, 26-30 septembre 1994, XXIVe Congrès préhistorique de France, Paris, Société préhistorique française, p. 225-237.

Barandiarán I. et Cava A (dir.), 2001, Cazadores-recolectores en el Pirineo navarro: El sitio de Aizpea entre 8000 y 6000 años antes de ahora, Vitoria-Gasteiz, Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibertsitatea (Veleia, Series Maior, 10).

Beneteau G., Cros J.-P., Gilbert J.‑M., 1992, « L’enclos campaniforme à monolithes des Terriers à Avrillé (Vendée) », Gallia préhistoire, no 34, p. 259-288.

Besse M., 1996, « Types et origines potentielles de la céramique du Campaniforme en France », dans Mordant C. et Gaiffe O. (dir.), Cultures et sociétés du Bronze ancien en Europe : actes du 117e Congrès national des sociétés savantes, Paris, Éditions du CTHS, p. 165-180.

Beyrie A., 2010, « La mine du Somport, une mine de cuivre exploitée au iiie millénaire avant J.‑C. », dans Mistrot V. (dir.), De Néandertal à l’Homme moderne : l’Aquitaine préhistorique, vingt ans de découvertes (1990-2010), Bordeaux, Confluences, p. 216-219.

Blanc C., 1994, « Résultats de la fouille du cercle de pierre de Bious-Oumettes (Laruns, P.‑A.) », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 22, p. 23-31.

Blanc C. et Bui Thi Maï, 1988, « Une double sépulture chalcolithique sous tumulus et son paléoenvironnement (Pomps, Pyrénées-Atlantiques) », Munibe, no 40, p. 71-82.

Blanc C. et Bui Thi Maï, 2003, « L’affûtoir-polissoir du col de la Taillandère (vallée d’Ossau, Laruns, P.‑A.) : résultats du sondage (1995) et des analyses polliniques », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 22, p. 45-59.

Blanc C. et Dumontier P., 1986, « Sauvetage d’un groupe de tumulus à Lons/Lescar (P.‑A.) », Archéologie des Pyrénées occidentales, no 6, p. 75-95.

Boulestin B., Henry-Gambier D., Mallye B., Michel P., 2013, « Modifications anthropiques sur des restes humains mésolithiques et néolithiques de la grotte d’Unikoté (Iholdy, Pyrénées-Atlantiques) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 110, no 2, p. 281-297.

Burnez C. et Fouéré P. (dir.), 1999, Les enceintes néolithiques de Diconche à Saintes (Charente-Maritime) : une périodisation de l’Artenac, Paris, Société préhistorique française, (Mémoires de la Société préhistorique française, 25).

Cassen S., 1993a, « Le Néolithique le plus ancien de la façade atlantique de la France », Munibe, no 45, p. 119-129.

Cassen S., 1993b, « Le Néolithique récent sur la façade atlantique de la France : la différenciation stylistique des groupes céramiques », Zephyrus, no XLIV-XLV (1991-1992), p. 176-182.

Cassen S. et Cassen A., 1989, « Préhistoire et Protohistoire à Labatut (Landes) et Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) : l’apport de la prospection spontanée », Bulletin de la Société de Borda, no 416, p. 515-522.

Chauchat C., 1974, « Datations C14 concernant le site de Mouligna, Bidart (Pyrénées-Atlantiques) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 71, no 5, p. 140.

Chopin J.‑F., 2008a, « A65 : d’Uzein à Poey-de-Lescar (section 5b) », ADLFI-archéologie de la France-informations [en ligne], http://journals.openedition.org/adlfi/2718.

Chopin J.‑F., 2008b, « Les tertres du quartier Mirassou (Lons) et le site du vallon de Mohédan (Billère) », dans Barraud D., Réchin F. (dir.), Lescar-Beneharnum, ville antique entre Pyrénées et Aquitaine, Pau, FAPOL (Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, numéro hors série 3), p. 73-88.

Convertini F., 2008, « Analyses de pâtes de quelques vases de Cassagna 2 (Blagnac, Haute-Garonne) », Bulletin de la société préhistorique française, vol. 105, no 3, p. 475-477.

Dumontier P., 1997, « Les dolmens sous tumulus 1 et 2 de Peyrecor à Escout (Pyrénées-Atlantiques) », dans Fabre G. (dir.), Archéologie en Béarn : actes du 4e Colloque d’Arzacq, Pau, Ségur, p. 77-121.

Dumontier P., 2006, Abri det Caillaü, commune d’Accous (Pyrénées-Atlantiques), rapport de sondage diagnostic, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine.

Dumontier P. et Bordenave J., 2006, Le Gabarn : secteur Peyrelade et parcelle 263, commune d’Escout (64), rapport de surveillance de travaux, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine.

Dumontier P., Bui Thi Maï, Heinz C., 1997, « Le dolmen sous tumulus no 2 de Peyrecor et son paléoenvironnement à Escout (Pyrénées-Atlantiques) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 94, no 4, p. 527-550.

Dumontier P., Bui Thi Maï, Convertini F., Courtaud P., Dardey G., Ferrier C., Gratuze B., Réchin F., Ortéga D., 2008, « La structure funéraire mégalithique de Darre La Peyre, commune de Précilon (Pyrénées-Atlantiques) », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 27, p. 43-76.

Dumontier P., Armand D., Bui Thi Maï, Callegarin L., Costamagno S., Courtaud P., Douat M., Ferrier C., Girard M., Langlais M., Marticoréna P., Pétillon J.‑M., Mistrot V., Normand C., Réchin F. Vergeot H., Valdeyron N., 2009, Grotte de Laa 2, commune d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), rapport de synthèse 2007-2009, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine.

Dumontier P., Courtaud P., Armand D., Convertini F., Ferrier C., 2014, La grotte de Bordedela et les cavités sépulcrales d’Arudy, Pyrénées-Atlantiques : rapport de fouille programmée annuelle 2014, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine.

Dumontier P., Courtaud P., Normand C., Armand D., Bedecarrats S., Convertini F., Ferrier C., Parent G., Pétillon J.‑M., Queffelec A., Vanhaeren M., Vergeot H., 2015, Grotte d’Isturitz, commune de Saint-Martin-d’Arberoue (Pyrénées-Atlantiques) : rapport de synthèse des fouilles 2009 et 2015, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine.

Dumontier P., Courtaud P., Ferrier C., Armand D., Bui Thi Maï, Convertini F., Valdeyron N., 2016a, La grotte d’Apons à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques) : des derniers chasseurs-cueilleurs aux premières sociétés agro-pastorales en vallée d’Aspe (8e au 2e millénaire avant notre ère), Cabrerets, association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest, supplément 14).

Dumontier P., Courtaud P., Armand D., Convertini F., Ferrier C., 2016b, « Entre montagne et piémont, témoignages agropastoraux du Néolithique à l’âge du Fer », dans Rendu C., Calastrenc C., Le Couédic M., Berdoy A. (dir.), Estives d’Ossau : 7 000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées, Toulouse, Le Pas d’Oiseau, p. 175-203.

Dumontier P., Convertini F., Defaye S., 2018, « Une trace d’occupation du Néolithique final dans la vallée de l’Adour, sur le tracé de l’A65, à Cazères-sur-Adour (Landes) », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, vol. 31, p. 99-105.

Ebrard D., 2013, 50 ans d’archéologie en Soule : hommage à Pierre Boucher (1909-1997), Mauléon, Ikerzaleak.

Elizagoyen V., Dumontier P., Convertini F., Claud É., Fourloubey C., Vigier S., 2012, « Uzein Las Areilles : des occupations humaines sur le piémont des Pyrénées occidentales au Néolithique et à l’âge du Bronze », dans Perrin T., Sénépart I., Cauliez J., Thirault E., Bonnardin S. (dir.), Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente : actes des 9e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Saint-Georges-de-Didonne (17), 8 et 9 octobre 2010, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 393-421.

Fouéré P., 2011, « Les Vaures à Bergerac, Dordogne : premier témoignage d’un village structuré pour le Néolithique récent du sud-ouest de la France », dans Sénépart I., Perrin T., Thirault E., Bonnardin S. (dir.), Marges, frontières et transgressions : actualité de la recherche. Actes des 8e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Marseille (13), 7 et 8 novembre 2008, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 365-386.

Galan A., 1967, « La station néolithique de la Perte du Cros à Saillac (Lot) », Gallia préhistoire, vol. 10, no 1, p. 1-60.

Gallart Martí M. D. et López Aguayo F., 1988, « Análisis mineralógico de las cerámicas neolíticas de la cueva de Chaves (Casba, Huesca) », Bolskan, no 5, p. 5-19.

Galop D., 2006, « La conquête de la montagne pyrénéenne au Néolithique : chronologie, rythmes et transformations des paysages à partir des données polliniques », dans Guilaine J. (dir.), Populations néolithiques et environnement, Paris, Errance, p. 279-295.

Galop D., Carozza L., Marembert F., Bal M.‑C., 2007, « Activités agropastorales et climat durant l’âge du Bronze dans les Pyrénées : l’état de la question à la lumière des données environnementales et archéologiques », dans Mordant C., Richard H., Magny M. (dir.), Environnement et cultures à l’âge du Bronze en Europe occidentale, Paris, Éditions du CTHS (Documents préhistoriques, 21), p. 107-119.

Gernigon K., 2013, Bilan scientifique 2011 des recherches sur la Préhistoire récente en Aquitaine : potentiel avéré, connaissance renouvelées, une programmation à développer, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine, p. 11-48.

Gernigon K. et Fouéré P., 2004, « Révision de la stratigraphie néolithique de la Perte du Cros (Saillac, Lot) », dans Dartevelle H. (dir.), Auvergne et Midi : actualité de la recherche. Actes des 5e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Cabrerets, association Préhistoire du Sud-Ouest, p. 337-352.

Gernigon K., Fouéré P., Saint-Sever G., Vergnaud L., 2008, « La Perte du Cros (Saillac, Lot) et les termes de passage du Néolithique final à l’âge du Bronze en bordure occidentale du Massif central », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 105, no 3, p. 479-499.

Guilaine J., Vaquer J., Bouisset P., 1980, « Les stations véraziennes d’Ouveillan (Aude) », dans Guilaine J. (dir.), Le groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le sud de la France et la Catalogne : actes du colloque de Narbonne, 1977, Paris, CNRS Éditions, p. 22-32.

Jalut G., Andrieu V., Delibrias G., Fontugne M., Pages P., 1988, « Paleoenvironment of the valley of Ossau (western French Pyrenees) during the last 27000 years », Pollens et spores, no 30, p. 357-394.

Jolibert B., 1988, Le gisement campaniforme de Muret, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique.

Laplace G., 1953, « Les couches à escargots des cavernes pyrénéennes et le problème de l’Arisien de Piette », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 50, no 4, p. 199-211.

Lartet L. et Chaplain-Duparc G., 1874, « Sur une sépulture des anciens Troglodytes des Pyrénées, superposée à un foyer contenant des débris humains associés à des dents sculptées de lions et d’ours », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’Homme, 10e année, 2e série, vol. 5, no 3-4, p. 101-167.

Livache M., Laplace G., Evin J., Pastor G., 1984, « Stratigraphie et datations par le radiocarbone des charbons, os et coquilles de la grotte du Poeymaü à Arudy, Pyrénées-Atlantiques », L’Anthropologie, vol. 88, no 3, p. 367-375.

Marchand G., 1999, La néolithisation de l’ouest de la France : caractérisation des industries lithiques, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 748).

Marchand G., 2000, « La néolithisation de l’ouest de la France : aires culturelles et transferts techniques dans l’industrie lithique », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 97, no 3, p. 377-403.

Marchand G. et Manen C., 2006, « Le rôle du Néolithique ancien méditerranéen dans la néolithisation de l’Europe atlantique » dans Fouéré P., Chevillo C., Courtaud P., Ferullo O., Leroyer C. (dir.), Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale, actualité de la recherche. Actes des 6e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Périgueux, 14-16 octobre 2004, Périgueux, Association pour le développement de la recherche archéologique et historique en Périgord/Cabrerets, Préhistoire du Sud-Ouest, p. 213-232.

Marembert F., Dumontier P., Delfour G., 2000, « Biarritz, grotte du Phare », Dans Bilan scientifique de la région Aquitaine 1999, Bordeaux, Service régional de l’archéologie Aquitaine, p. 103-104.

Marembert F., Dumontier P., Davasse B., Wattez J., 2008, « Transition Néolithique final/Bronze ancien sud aquitaine à travers les tumulus Cabout 4 et 5 de Pau, Pyrénées-Atlantiques », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 27, p. 77-112.

Marsan G., 1985, « Le tumulus néolithique T1 de Mont (Pyrénées-Atlantiques) », Archéologie des Pyrénées occidentales, no 7, p. 17-53.

Marsan G., 1987, « Découverte isolée d’âge néolithique à la grotte d’Espalungue à Arudy (P.‑A.) », Archéologie des Pyrénées occidentales, no 7 (Les hommes et leurs sépultures dans les Pyrénées occidentales depuis la préhistoire), p. 8.

Marsan G. et Utrilla P., 1996, « L’implantation du mégalithisme dans les passages des Pyrénées centrales : comparaison des vallées d’Ossau et Tena-Canfranc », dans Delporte H. et Clottes J. (dir.), Pyrénées préhistoriques : arts et sociétés. Actes du 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, Paris, Éditions du CTHS, p. 521-532.

Marticorena P., 2014, Les premiers paysans de l’ouest des Pyrénées : synthèse régionale à la lumière des haches de pierre polie, Bayonne, Université populaire du Pays basque.

Marticorena P., Caule B., Démangeot C., Vaquer J., Marembert F., 2016, « Duruthy, une sépulture oubliée : d’un site original à l’organisation territoriale des Pyrénées nord-occidentales au Néolithique final », dans Cauliez J., Sénépart I., Jallot L., La Briffe P.‑A. de, Gilabert C., Gutherz X. (dir.), De la tombe au territoire et actualité de la recherche : actes des 11e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Montpellier (Hérault) 25-27 septembre 2014, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 537-549.

Merlet J.‑C., 2007, « La place du pastoralisme transhumant dans l’économie des populations du sud de l’Aquitaine aux âges du Bronze et du Fer : dogme ou réalité ? », dans Gomez de Soto J. (dir.), La notion de mobilité dans les sociétés préhistoriques, actes du 130e congrès des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005, Paris, Éditions du CTHS, p. 69-78.

Mohen J.‑P., 1978, « Tumulus des Pyrénées françaises », dans Els pobles pre-romans del Pirineu, actes du 2e Col·loqui Internacional d’Arqueología de Puigcerdà, 1976, Puigcerdà, Institut d’Estudis ceretans, p. 97-108.

Montecinos A., 2005, La céramique vérazienne de Mailhac (Aude), Toulouse, Archives d’écologie préhistorique.

Passemard E., 1920, « L’industrie des tourbes de Mouligna (Basses-Pyrénées) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 17, no 11, p. 263-268.

Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Pailler Y., Gauthier E., 2007, « La hache polie de Lagor (Pyrénées-Atlantiques) : une production du 5e millénaire », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 26, p. 7-20.

Piette E., 1881, « Note sur les tumulus de Bartrès et d’Ossun », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’Homme, 17e année, 2e série, no 16, p. 522-532.

Pons F., Pancin S., Gandelin M., 2013, « Des traces d’occupation du Néolithique final dans la vallée de l’Adour à Souès (Hautes-Pyrénées) », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 30, p. 161-168.

Pothier E., 1892, « Tumulus-dolmen de Marque-Dessus (commune d’Azereix, Hautes-Pyrénées) », L’Anthropologie, no 3, p. 37-42.

Prodeo F., 2003, « La céramique des occupations du Néolithique final de Combe Nègre et de Combe Fages à Loupiac (Lot) », dans Gascó J., Gutherz X., Labriffe P.‑A. de (dir.), Temps et espaces culturels du 6e au 2e millénaire en France du sud : actes des 4e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, p. 219-234.

Ramón Fernández N., 2006, La cerámica del Neolítico antiguo en Aragón, Zaragoza, Institución Fernando el Católico (Caesaraugusta, 77).

Rius D., Vannière B., Galop D., 2009, « Fire frequency and landscape management in the north-western Pyrenean piedmont (France) since early Neolithic (8000 cal BP) », The Holocene, vol. 19, no 6, p. 1-13.

Roussot-Larroque J., 2001, « Le sud-ouest aquitain entre sud et ouest, du 8e au 5e millénaire avant notre ère », dans Jaubert J. et Barbaza M. (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la préhistoire : terres et hommes du Sud. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse 2001, Paris, Éditions du CTHS, p. 471-497.

Tchérémissinoff Y., 2008, « Le site de Cassagna 2 (Blagnac, Haute-Garonne), une petite série problématique : rappel des faits en forme d’introduction », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 105, no 3, p. 467-473.

Tchérémissinoff Y., Bruxelles L., Lagarrigue A., Lelouvier L.-A., Leroy F., 2008, « Le tumulus de l’Estaque 2, commune d’Avezac-Prat-Lahitte (Hautes-Pyrénées) : résultats de fouille préventive », Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, no 27, p. 187-220.

Thirault E., Dumontier P., Morin-Rivat J., Remicourt M., Rué M., 2012, « Le site Néolithique final de Labarthe 2 à Argelos (Pyrénées-Atlantiques : une occupation temporaire ? » dans Perrin T., Sénépart I., Cauliez J., Thirault E., Bonnardin S. (dir.), Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la préhistoire récente, actes des 9e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Saint-Georges-de-Didonne (17), 8 et 9 octobre 2010, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 423-450.

Utrilla Miranda P., 1982, « El Yacimiento de la Cueva de Abaúntz (Arraiz, Navarra) », Trabajos de Arqueología Navarra, no 3, p. 201-345.

Vaquer J., Gandelin M., Marsac R., 2004, « Le site de Roc d’en Gabit, Carcassonne (Aude) », dans Dartevelle H. (dir.) Auvergne et Midi : actualité de la recherche, actes des 5e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Cabrerets, association Préhistoire du Sud-Ouest, p. 475-484.

Notes

1 Devant l’obligation de limiter le nombre de figures, celles-ci ne concerneront que des documents inédits ou particuliers en lien avec l’article ou difficiles d’accès. C’est ainsi que malgré leur intérêt, les mobiliers de Pau-Cabout 5, L’Estaque, Uzein et Argelos, déjà publiés, ne seront pas repris ici.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Localisation des sites du Néolithique ancien des Pyrénées nord-occidentales.
Légende 1 : Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques). 2 : Malarode 1 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 3 : Poeymaü (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 4 : Espalungue (Arudy, Pyrénées-Atlantiques). 5 : Lamothe (Labatut, Landes). 6 : Haispea (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Tabl. 1. – Datations radiométriques évoquées dans l’article.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2. – Mobilier céramique du Néolithique ancien des Pyrénées-Atlantiques.
Légende A : grotte d’Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques). B : site de plein air de Lamothe (Labatut, Landes).
Crédits A : dessin Patrice Dumontier. B : extrait de Cassen et Cassen 1989.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 3. – Localisation des principaux sites du Néolithique moyen et récent des Pyrénées nord-occidentales.
Légende 7 : Apons (Sarrance). 8 : Malarode 1 (Arudy). 9 : Poeymaü (Arudy). 10 : Caillau (Accous). 11 : Sasiziloaga (Aussurucq). 12 : Las Areilles (Uzein). 13 : Colline 312 (Assat). 14 : Mikelauen-Zilo (Lecumberry). 15 et 16 : Ithé 1 et Ithé 2 (Aussurucq). 17 : Téberne (Buzy). 18 : Marque-Dessus (Azereix, Hautes-Pyrénées). 19 : tumulus T1 (Mont). 20 : tumulus (Gurs). 21 : tumulus Les Bruques (Miramont-Sensacq). 22 : tumulus Cazaou de Luc (Miramont-Sensacq). 23 : tumulus chemin des Tuyaas (Claracq). 24 : tumulus source de la Lane (Momas). 25 : Garli (Arudy). 26 : Larrun 1 (Arudy). 27 : Harregi (Aussurucq). 28 : Unikote (Iholdy). 29 : Lagor. 30 : Arthez de Béarn. 31 : Le Phare (Biarritz). 32 : Mouligna (Bidart). Les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sauf les nos 21 et 22 (Landes).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4. – Mobilier du Néolithique moyen et récent des principaux sites des Pyrénées nord-occidentales.
Légende 1 : Sasiziloaga (Aussurucq), bouteille. : grotte du Phare (Biarritz), vase provenant du niveau 6. 3 et 4 : grotte de Garli (Arudy), pendeloque sur défense de sanglier et parure en dentales. 5 : Sites de Lagor, Salies-de-Béarn, Ger et Balansun, grandes lames de haches polies. 6 : Bious-Oumette (Laruns), armature de flèche à tranchant transversal et retouche abrupte des bords. 7 : abri du Caillaü (Accous), armature de flèche à tranchant transversal et retouche abrupte directe du bord droit et inverse du bord gauche. Tous les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 5. – Répartition des principaux sites du Néolithique final des Pyrénées nord-occidentales.
Légende 35 : Malarode 1 (Arudy). 36 : Apons (Sarrance). 37 et 38 : Ithé 2 et Ithé 1 (Aussurucq). 39 et 40 : Peyrecor 1 et 2 (Escout). 41 : Darre La Peyre (Precilhon). 42, 43 et 44 : Houn de Laa, Laa 2 et Laplace (Arudy). 45 : Gabarn H1 (Escout). 46 : Poeymaü (Arudy). 47 : Cabout 5 (Pau). 48 : tumulus T6 (Lescar). 49 : le Phare (Biarritz). 50 : Las Areilles (Uzein). 51 : Mirassou (Lons). 52 : Labarthe 2 (Argelos). 53, 54 et 55 : Peyreget, La Taillandère et Arrioutort (Laruns). 58 et 59: Puey Mayou et La Halliade (Bartrès, Hautes-Pyrénées). 60 : Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue). 61 : Duruthy (Sorde-l’Abbaye, Landes). 62 : tumulus (Artix). 63 : Lestaque 2 (Avezac-Prat-Lahitte, Hautes-Pyrénées). 64 : tumulus T1 (Pomps). 65 : Causiat (Urdos). 66 : Garli (Arudy). 67 : L’Espiet (Souès, Hautes-Pyrénées). 68 et 69 : Les Brucques et Cazaou de Luc (Miramont-Sensacq, Landes). Les sites se trouvent dans le département des Pyrénées-Atlantiques, sauf indication d’un autre département.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre Fig. 6. – Localisation des sites à lames polies des Pyrénées nord-occidentales.
Crédits DAO Mélanie Le Couédic, d’après Marticorena 2014.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Fig. 7. – Dolmen de Peyrecor 2 (Escout, Pyrénées-Atlantiques).
Crédits Relevé et photo Patrice Dumontier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 8. – Grotte d’Apons (Sarrance, Pyrénées-Atlantiques) : aménagement sépulcral mégalithique dans l’abri-sous-roche, niveau C3sup.
Crédits Relevé et PAO Patrice Dumontier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 9. – Grotte de Laa 3 (Arudy, Pyrénées-Atlantiques), unités stratigraphiques 10 et 16 : mobilier céramique du Néolithique final.
Légende A : xxvie- xxiiie siècle avant notre ère. B : xxixe- xxve siècle avant notre ère.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 10. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : mobilier céramique du Néolithique final.
Crédits Dessins Patrice Dumontier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 11. – Grotte du Phare (Biarritz, Pyrénées-Atlantiques), niveau 5 : industrie lithique et osseuse et parure du Néolithique final.
Légende 1 et 2 : pointes de flèches à ailerons et pédoncules. 3 : poinçon sur métatarsien d’ovicapriné. 4 : pointe bifide/lissoir sur os long de grand mammifère. 5 : parure en coquillages (Nasse et Murex). 6 : perles discoïdes en calcaire et calcite.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre Fig. 12. –Cazères-sur-l’Adour (Landes) : jarre à double languette.
Crédits Dessin Patrice Dumontier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7587/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 634k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access