Version classiqueVersion mobile

La forme des réseaux : France et Europe (xe-xxe siècle)

 | 
Jacques Verger

Réseaux et pouvoir

Le réseau entre la ville de Tours et Louis XI : l’exemple du « débat des privilèges » (1461-1465)

Stanley Théry, Didier Boisseuil et Pascal Chareille

Résumé

Après son couronnement en 1461, Louis XI contraint la « bonne ville » de Tours à réformer ses privilèges. Cela provoque un litige devant le parlement de Paris et le Grand Conseil du roi entre les laïcs et les ecclésiastiques, qui perdent certains de leurs droits municipaux. Pour favoriser leur partie en justice, les bourgeois doivent donc s’engager dans ce « débat des privilèges » en mobilisant un réseau d’officiers. Grâce aux comptabilités municipales, il est possible de reconstituer ce réseau à partir des dons et des voyages financés par la ville, ce qui permet d’en repérer les acteurs essentiels. Les notables de Tours, possédant des fonctions à la fois municipales et judiciaires, apparaissent comme les intermédiaires principaux entre la bonne ville et le roi, son Conseil, les officiers des cours souveraines de Paris et de la Chancellerie, organes vers lesquels la ville concentre son attention.

Texte intégral

  • 1 B. Chevalier, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », p. 71-85
  • 2 N. Bulst et J.-P. Genet (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne...

1La ville de Tours a une forte proximité avec les rois Valois, notamment depuis 1356, date à laquelle elle reçoit de Jean II le droit de bâtir et d’entretenir une enceinte pour se protéger des chevauchées anglaises. Ces privilèges font d’elle une « bonne ville », qui assure la défense de la Touraine pour son prince et qui répond à ses demandes financières et militaires en échange d’octrois fiscaux. À partir de 1418, Tours devient l’un des refuges du futur Charles VII qui, devenu roi, se rapproche de la ville en résidant souvent au château des Montils-lès-Tours et en y signant la trêve avec les Anglais en 1444. Mais c’est avec Louis XI que les relations se renforcent entre la ville et le pouvoir royal, au temps de « l’accord parfait1 » : le roi aime lui aussi séjourner au château des Montils, jusqu’à sa mort en 1483, faisant de Tours une capitale royale. Cette forte proximité depuis Charles VII met en relation les notables tourangeaux avec les officiers du roi qui le suivent et qui s’installent en ville. Les notables accèdent plus facilement au service du souverain en devenant eux-mêmes officiers2.

  • 3 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.

2En 1461, à l’avènement de Louis XI, les Tourangeaux demandent au roi la confirmation de leurs privilèges de 1356, mais le roi les contraint à les réformer pour instituer un échevinage. Cela provoque la réaction du clergé de la ville qui, dépossédé de certains de ses droits, porte plainte au parlement de Paris en 1463 pour casser ces nouvelles dispositions. La réforme voulue par Louis XI et le « débat des privilèges3 » qui s’ensuit entre laïcs et ecclésiastiques jusqu’en 1465 obligent les bourgeois à de multiples interventions auprès du pouvoir central pour faire entrer en vigueur leurs nouveaux privilèges et remporter le procès contre le clergé. Pour ce faire, ils mobilisent des relations avec des officiers royaux et des juges, par des dons ou des voyages visibles dans la comptabilité municipale.

  • 4 La chronologie est rapportée par G. Collon, « Pierre Bérart (139 ?-1465) et la réforme municipale d (...)
  • 5 B. Chevalier, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », p. 74.
  • 6 S. Théry, « Les réseaux entre les notables de Tours et les officiers du roi Louis XI ».

3Ces relations entre les notables de la bonne ville et le pouvoir royal pendant le « débat des privilèges » peuvent être étudiées grâce aux outils de l’analyse de réseaux. Ceux-ci, par une mise en série d’informations relationnelles, permettent de dépasser le simple récit chronologique des événements de l’affaire4 et de révéler les acteurs essentiels parmi les notables et les officiers qui structurent les relations et le dialogue entre la ville et les différentes composantes de l’État5. Cet exemple aide à comprendre les réseaux qui existent entre une bonne ville et l’État royal, deux milieux qui ne sont pas hermétiques6.

Collecter les informations relationnelles

Les comptes municipaux

  • 7 Arch. mun. Tours, registres CC36 à CC38.

4La série des registres des comptes de Tours, initiée en 1358, fournit les informations relationnelles nécessaires pour reconstituer des réseaux. Elle est exceptionnellement bien conservée puisque peu d’années sont manquantes : entre 1461 et 1465, période du « débat des privilèges », il ne manque aucune année comptable7.

  • 8 D. Boisseuil et al., « Contrôle et self-control dans les comptes de la ville de Tours… ».

5Depuis 1358, les comptes sont tenus par un receveur des deniers communs en charge pour une année commençant à la Toussaint. Sur des registres de parchemin, il consigne les articles comptables sous forme d’items, en distinguant les recettes des dépenses et en les triant par chapitres. La monnaie de compte utilisée est le denier tournois. Après la fin de l’exercice, le compte est contrôlé par une commission représentant le roi, l’Église et la ville8. Les comptabilités de la ville renferment des informations financières, mais elles présentent aussi une dimension narrative qui permet de justifier chaque action consignée et de garder la mémoire des événements de la communauté. Des informations à caractère social sont données pour certains individus et la chronologie du « débat des privilèges » peut être reconstituée.

Le « débat des privilèges »

  • 9 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 1 v°.
  • 10 B. Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes », p. 475-478.
  • 11 B. Chevalier, « La ville de Tours et la société tourangelle », 1356-1520, t. 1, p. 90.

6Depuis 1356, la ville de Tours est dirigée par un groupe d’élus, nommés chaque année aux environs de la Toussaint par l’assemblée des habitants. Les privilèges de Jean II constituent de fait une oligarchie de notables, « la plus grant et seine partie des habitans9 », qui s’exprime en assemblée mais qui manque de représentativité auprès d’autres autorités10. En 1461, les élus sont au nombre de quatre, accompagnés par un commis pour les gens d’Église, choisi tous les ans alternativement entre le chapitre cathédral et le chapitre de Saint-Martin, qui possède un droit de regard sur les finances depuis 142711.

  • 12 B. Chevalier, « Fiscalité municipale et fiscalité d’État en France du xive à la fin du xvie siècle… (...)
  • 13 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 59 v°.
  • 14 B. Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes », p. 477.

7À chaque avènement royal, il convient à toute bonne ville de demander au nouveau souverain la reconduite de ses privilèges, sans lesquels les prélèvements fiscaux sont impossibles (à Tours, ils pèsent particulièrement sur la consommation de vin et le sel12). En 1461, Louis XI accepte de renouveler ceux de Tours en échange de 500 écus d’or. Les notables envoient une délégation auprès du roi à Saint-Jean-d’Angély en février 1462 pour procéder au paiement13, mais Louis XI annonce aux voyageurs qu’il ne renouvellera les privilèges qu’à condition qu’ils soient réformés par la mise en place d’un échevinage sur le modèle de celui de La Rochelle, modèle qui lui est cher : 24 échevins et 76 pairs y constituent un corps de ville, dirigé par un maire nommé par le roi tous les ans. Louis XI réforme également sur ce modèle les villes de Troyes, Limoges et Mende14. À la Toussaint 1462, le premier maire de Tours, Jean Briçonnet l’aîné, est désigné. La réforme confirme l’oligarchie des notables, qui monopolisent l’échevinage, et permet au roi d’avoir un corps identifié à qui s’adresser, notamment par l’intermédiaire du maire.

  • 15 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60 v°.
  • 16 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 20 r°.
  • 17 Ibid., fol. 122 r°.

8Cette réforme ne satisfait pas les laïcs tourangeaux : les bourgeois tentent en vain d’empêcher la mise en place de l’échevinage15. Réticents à modifier leurs traditions, ils obtiennent du roi la conservation de l’office de deux élus aux côtés du maire. Mais ce sont surtout les clercs qui la refusent. L’échevinage ne prévoit en effet plus aucun office de représentation pour les gens d’Église, et une partie de leur juridiction est conférée au corps de ville. En mars 1463, ils portent donc plainte au parlement de Paris pour empêcher la « vérification16 » des nouveaux privilèges par la cour souveraine et par la Chambre des comptes17. Les bourgeois, risquant de perdre la gestion de leurs deniers, se défendent à l’aide d’un procureur et d’un avocat en Parlement, mais la cour donne raison aux ecclésiastiques et casse les nouveaux privilèges en juillet 1463.

  • 18 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 123 v°.
  • 19 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 103 v°.

9En réaction, Louis XI décharge le Parlement de l’affaire pour l’évoquer devant son Grand Conseil, où il convoque des procureurs laïcs et ecclésiastiques de la ville18. Il envoie alors des commissaires chargés de faire « l’appointement » entre les deux parties, en juillet d’abord puis en août 1463. L’affaire traîne en longueur au Conseil et à la Chambre des comptes, ce qui occasionne de nombreux voyages pour les bourgeois. À la fin de l’année 1464, Louis XI commet à l’appointement trois nouveaux commissaires, qui parviennent à accorder les laïcs et les ecclésiastiques en avril 146519 : les gens d’Église abandonnent leurs revendications juridiques mais obtiennent le retour d’un commis auprès du maire et la présence de conseillers dans le corps de ville.

10Cette affaire mobilise les bourgeois tourangeaux pendant quatre ans. Pour conserver leurs privilèges et la gestion de leurs finances, les notables doivent faire jouer leurs relations pour défendre leur partie contre les ecclésiastiques dans les cours du Parlement, de la Chambre des comptes et du Grand Conseil.

Les dons et les voyages organisés par la ville de Tours

  • 20 Ibid., fol. 57 v°.
  • 21 Ibid., fol. 122 r°.
  • 22 F. Weber, Manuel de l’ethnographe, p. 302-312.
  • 23 D. Rivaud, Les villes et le roi (vers 1440-vers 1560)…

11Les Tourangeaux tentent d’obtenir le soutien du roi, de ses officiers, de juges et d’autres intermédiaires par des moyens visibles dans les comptes municipaux. En effet, chaque registre comptable comporte des chapitres intitulés « Dons et récompenses20 » et « Voyages et chevauchées21 ». Les items correspondant restituent le vocabulaire « indigène22 » de la société urbaine du bas Moyen Âge, légitimant une approche ethnographique du don et du voyage. Ces actions ne sont pas particulières à la ville de Tours puisqu’elles sont privilégiées par toute bonne ville pour entrer en interaction avec le pouvoir royal23.

12Le plus souvent, les items précisent les modalités du don :

  • 24 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 139 v°.

« Item au Turc, portier du Roy, auquel, par commandement des gens de ladicte ville, a ce qu’il les souffast et laissast aller et venir chiex Jehan Hardoin, devers ledit sire qui y estoit logié, pour poursuir devers lui les affaires et besoignes de ladicte ville, fut donné ung escu valant a monnoye : xxvii solz vi deniers tournois24. »

  • 25 M. Mauss, Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.
  • 26 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol.77 v°.

13Le don met en relation un donateur, dans ce cas la ville de Tours en tant que personne morale, avec un donataire, ici le portier du roi (fig. 1). La relation est double : l’officier royal a rendu service à la ville dans un premier temps en lui permettant d’accéder au souverain ; ce service est récompensé par la ville par un écu d’or dans un second temps. C’est le système du don maussien25. Dans certains cas, les modalités du don peuvent être plus complexes : des intermédiaires interviennent pour se procurer les cadeaux auprès de fournisseurs et pour les offrir aux donataires au nom de la ville26.

Fig. 1. – Schéma du don maussien.

Fig. 1. – Schéma du don maussien.

Doc. S. Théry.

  • 27 Pour l’affaire des privilèges, il existe aussi des dons de type obligé, honorifique et indéterminé.

14Plusieurs raisons peuvent être à l’origine d’un don : dans le cas du don simple, un service antérieur a été rendu à la ville : le don est une récompense. Le service peut aussi être rendu après un don : le don est alors une sollicitation. Une typologie des dons peut donc être dressée selon leur raison27. On remarque enfin que plusieurs types de biens sont offerts aux donataires, comme de la monnaie ou du vin.

15Concernant le voyage, voici un exemple rapporté de manière simple par le comptable :

  • 28 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.

« Item audit Briconnet, maire […], pour deux jours qu’il a vacqué a deux chevaulx a aller a Chastellerault pour faire sceller audit chancellier […] ladicte lettre d’evocation et ledit duplicata, dont pour le salaire et despens en eschiet ung escu par jour, qui sont deux escuz valant a monnoye : lv solz tournois28. »

16Le voyage organisé par la ville est le déplacement physique du maire lui-même, partant probablement de Tours pour se rendre à Châtellerault, auprès du chancelier de France Pierre de Morvilliers. Un salaire journalier est attribué au voyageur qui effectue la mission. Une relation peut donc être établie entre le voyageur et le destinataire. Lors du « débat des privilèges », les dons et les voyages occupent une place non négligeable dans les dépenses municipales (tableau 1).

Tabl. 1. – Répartition des dons et des voyages dans les dépenses (1461-1465).

Exercices

Dons

Voyages

Dépenses annuelles
(£ t.)

Nombre

Valeur
(£ t.)

Nombre

Valeur
(£ t.)

1461-1462

11

883

4

194

4 342

1462-1463

11

115

14

503

3 128

1463-1464

13

102

6

466

2016

1464-1465

5

75

2

16

1 903

Total

40

1 175

26

1 179

11 389

  • 29 127 dons et 53 voyages sont recensés au total dans les comptabilités entre 1461 et 1465.
  • 30 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60-61.

17Entre 1461 et 1465, 40 dons et 26 voyages concernent directement l’affaire des privilèges29. Les dons représentent entre 4 et 20 % des dépenses annuelles, et les voyages entre 1 et 23 % jusqu’à la résolution du « débat » entre les laïcs et les ecclésiastiques. Le premier exercice comptable concentre 75 % de la valeur totale des dons : la ville doit en effet payer 500 écus d’or au roi pour obtenir le renouvellement de ses privilèges, paiement qui se fait sous la forme d’un don. Les nouveaux privilèges étant considérés comme un premier don accordé par Louis XI à Tours, les 500 écus représentent le contre-don supposé indemniser le roi pour son octroi30.

18La ville doit aussi récompenser les officiers de la Chancellerie qui lui permettent d’obtenir les nouveaux documents. La valeur des dons fluctue entre 16 s. et 688 £ t. (moyenne : 29 £ t.) ; celle des voyages est largement concentrée entre 1462 et 1464 (83 %), après que les gens d’Église ont porté plainte au parlement de Paris, et fluctue entre 1 £ et 160 £ t. (moyenne : 45 £ t.). Le contexte chronologique influe donc fortement sur le poids numérique et économique des dons et des voyages.

19Ces deux types d’actions peuvent facilement être représentés sous forme de graphes : les sommets symbolisent les donateurs, les voyageurs, les donataires et les destinataires, tandis que les arêtes qui les relient signalent l’existence d’une relation de don ou de voyage entre eux. Dans le cas d’un don complexe, les noms des intermédiaires sont indiqués dans le réseau. Dans la mesure où il existe une circulation d’un bien ou d’une personne, circulation évaluée par un prix, les arêtes peuvent être représentées sous la forme de flèches valuées. Le coût peut effectivement donner un ordre de grandeur de la valeur allouée par Tours à la relation. Comme on ignore parfois la part précise reçue par chaque donataire ou le coût du déplacement pour chaque voyageur, la relation unissant deux sommets peut être évaluée par une valeur moyenne, obtenue en divisant la valeur totale du don ou du voyage par le nombre de donataires ou de destinataires, puis par celui de donateurs ou de voyageurs. On peut enfin donner un poids à chaque acteur en faisant la somme des valeurs des dons ou des voyages reçus.

20Chaque don et chaque voyage initie ainsi une multitude de relations entre plusieurs acteurs. En mettant en série ceux qui concernent le « débat des privilèges », il est possible de reconstituer le réseau mobilisé par la ville de Tours pour remporter l’affaire.

Analyse du réseau de la ville de Tours lors du « débat des privilèges »

Analyse générale du réseau

21Le graphe du réseau reconstitué à partir des comptes municipaux (fig. 2, tableau 2) met en évidence les acteurs principaux de l’affaire. Il permet d’observer une hiérarchie entre les acteurs qui sont plutôt au centre du réseau et ceux qui sont en périphérie, entretenant un faible nombre de relations. Louis XI semble avoir une position particulièrement centrale, vers qui convergent surtout des voyageurs. La ville de Tours comme personne morale paraît plus intermédiaire, permettant de faire la jonction entre le centre du réseau et sa périphérie.

Fig. 2. – Graphe orienté de réseau du « débat des privilèges ».

Fig. 2. – Graphe orienté de réseau du « débat des privilèges ».

Le graphe du réseau reconstitué à partir des comptes municipaux met en évidence les acteurs principaux de l’affaire. Les cercles non pleins correspondent à des personnes morales (comme la ville de Tours) ou à des groupes de personnes non identifiables (comme les « seigneurs du Parlement »). Le poids de chaque sommet est figuré par le diamètre du disque et la valeur des arêtes par l’épaisseur de la flèche.
Graphe généré par le logiciel libre d’utilisation NodeXL, à partir d’une liste de liens. L’algorithme graphique utilisé est développé par D. Harel et Y. Koren, « A fast Multi-scale Method for Drawing Large Graphs ».

Doc. S. Théry.

Tabl. 2. – Indicateurs mathématiques du réseau.

Indicateurs

Réseau total

Sous-réseau des dons

Sous-réseau des voyages

Sommets

64

51

38

Arêtes uniques

118

90

39

Arêtes dupliquées

86

33

42

Arêtes totales

204

123

81

Composantes connexes

1

1

3

Diamètre

6

6

6

Diamètre moyen

2,9

2,7

3,1

Densité ( %)

3,7

4,1

3,7

22Trois groupes en forte interaction semblent enfin apparaître, gravitant autour du roi. Pour dépasser l’analyse graphique et objectiver l’analyse du réseau, il est nécessaire de calculer les indicateurs mathématiques indépendants de la représentation graphique.

  • 31 Le diamètre moyen étant la longueur moyenne de la chaîne qui relie n’importe quel acteur à un autre

23Le réseau général constitué à partir des 40 dons et 26 voyages est composé de 64 personnes (c’est l’ordre du réseau) et de 204 relations (c’est sa taille), chaque action créant en moyenne trois liens entre les acteurs. Les deux sous-réseaux – celui des dons et celui des voyages – se complètent pour n’en former qu’un, d’une seule composante connexe : les dons et les voyages permettent ainsi de réunir l’ensemble des acteurs du réseau général. Le sous-réseau des dons est plus large que celui des voyages, autant par l’ordre que par la taille. De plus, le réseau des dons n’est composé que d’une seule composante connexe. Son diamètre moyen31 est plus petit que celui du réseau des voyages, ce qui signifie que les personnes y sont plus proches. Cela augmente la densité du premier réseau par rapport au second : les personnes sont davantage liées entre elles par les dons, ceux-ci étant effectués par les mêmes acteurs tout au long de l’affaire des privilèges. Le réseau des voyages est, quant à lui, composé de trois composantes connexes, L’une d’ordre 33, les deux autres d’ordres respectifs 2 et 3.

Analyse des acteurs

  • 32 La somme 27+43 est différente de 64 car une même personne peut être voyageur à un moment donné, c’e (...)
  • 33 Typologie en partie élaborée à partir des catégories de M. Ornato, Dictionnaire des charges…

24Pour mieux étudier les acteurs du réseau du « débat des privilèges », il est possible d’utiliser des indicateurs spécifiques. Ainsi, le degré local représente, pour chaque individu, le nombre de ses voisins : dans un réseau orienté, il peut être sortant et correspondre au nombre de voisins qu’un individu possède en tant que donateur ou voyageur, ou entrant et correspondre alors au nombre de voisins d’un donataire ou d’un destinataire. Sur l’ensemble des 64 acteurs du réseau, 27 ont un degré sortant et 43 ont un degré entrant32. Il est possible de regrouper les acteurs selon les fonctions exercées, qu’ils peuvent cumuler (tableau 3)33.

Tabl. 3. – Répartition des personnes selon leurs fonctions.

Fonctions

Nombre total d’acteurs

Nombre de donateurs

Nombre de voyageurs

Nombre de donataires

Nombre de destinataires

Autres (clercs et messagers)

11

-

6

4

1

Chancellerie

8

-

-

7

4

Commission royale

3

-

-

3

3

Conseillers du roi

10

-

-

9

4

Cour souveraine

15

-

-

15

6

Financière

6

1

2

5

2

Hôtel

3

-

1

3

-

Judiciaire

11

5

7

8

2

Municipale

20

15

16

3

1

Inconnue

3

1

1

2

1

Total

90

22

33

59

24

La ville de Tours, comme personne morale, et Louis XI n’apparaissent pas dans ce tableau, car ils occupent une place particulière.

  • 34 D’après les coefficients de centralité, permettant de connaître la distance moyenne d’un sommet par (...)
  • 35 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 22 r°.
  • 36 Sur Pierre Bérart : G. Collon, « Pierre Bérart (139 ?-1465)… ».
  • 37 Probablement l’évêque de Poitiers.
  • 38 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 98 v°.

25Tours, avec ses 15 voisins, est l’acteur à la fois le plus central et le plus intermédiaire dans l’ensemble du réseau : il est le plus proche de tous les autres et permet de faire le lien entre différents groupes34. La ville agit uniquement pour des dons puisque les voyageurs sont toujours nommés. Elle récompense en août 1464, par 20 écus, maître Guillaume Toreau, secrétaire du roi, qui a voyagé avec le maire Jean Briçonnet l’aîné à Paris pour l’aider à obtenir la vérification des privilèges au Parlement35. Elle sollicite aussi, par des dons de vin, la bienveillance du trésorier de France Pierre Bérart, d’origine tourangelle, commis par Louis XI à la médiation entre les laïcs et les ecclésiastiques en août 146336. D’autres commissaires du roi chargés de l’appointement sont aussi récompensés : le sire de Poitiers37, commis en juillet 1463, le bailli de Sens, Charles de Melun, le chancelier de France, Guillaume Jouvenel des Ursins, et le président du parlement de Toulouse, maître Jean Dauvet, tous trois commis en décembre 1464, après que Louis XI eut reçu en audience à Beaugency des procureurs pour les laïcs et les ecclésiastiques38.

  • 39 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 79 r°.

26La ville n’oublie pas non plus de récompenser ceux de ses notables œuvrant pour la résolution du conflit, qui occupent aussi un office dans le bailliage, comme le lieutenant général du bailli de Touraine, maître Jean Bernard, l’avocat honoraire du roi au bailliage, maître Jean Pellieu, et le procureur du roi au bailliage, maître Guy Farineau39.

  • 40 Ibid., fol. 60 v°.

27Louis XI, quant à lui, avec 10 voisins, est le troisième acteur le plus central du réseau, ce qui montre à quel point la ville de Tours concentre ses actions sur le roi. Seuls deux Tourangeaux sont en relation de don avec lui à l’occasion du paiement de 500 écus d’or : l’élu Jean Briçonnet l’aîné et maître Gervaise Goyet40. Le don n’est donc pas le moyen privilégié par la ville pour interagir avec le roi : elle ne lui donne que quand elle y est contrainte.

  • 41 Ibid., fol. 124 v°.
  • 42 Ibid., fol. 125 r°.
  • 43 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 22 r°.
  • 44 Ibid., fol. 20 r°.

28Les Tourangeaux se déplacent en revanche vers le roi où qu’il soit. Il reçoit à Saint-Jean-d’Angély, en février 1462, maître Jean Dupuiz et Pierre Laillier, qui lui demandent le renouvellement des privilèges de 1356. En avril 1462, les bourgeois viennent à Bordeaux payer les 500 écus demandés. En juillet 1463, alors que le parlement de Paris vient d’émettre un arrêt contre les nouveaux privilèges, le maire Jean Briçonnet, le juge maître Jean Bernard et l’avocat maître Jean Pellieu voyagent à Saint-Junien, dans le Limousin, pour en informer Louis XI, qui décide alors d’évoquer l’affaire au Grand Conseil. Le roi reçoit ainsi des procureurs laïcs à Amboise en juillet 146341, à Paris en août 146342 et à Abbeville en août 146443. En février 1464, maître Jean Pellieu vient dans le comté de Ponthieu pour obtenir de lui une lettre de provision contraignant la Chambre des comptes à vérifier les privilèges, lettre qu’il lui octroie44. Enfin, en décembre 1464, maître Gervaise Goyet se présente au Conseil à Beaugency pour s’arranger une dernière fois avec les clercs. Louis XI est donc presque exclusivement en relation de voyage avec des officiers municipaux, pour lesquels, même s’il ne réside pas encore régulièrement en Touraine, il est un roi accessible.

  • 45 54 % des fonctions détenues par ceux ayant un degré sortant supérieur à 0.
  • 46 Macé de la Fa et Macé Blanchet. Ces officiers sont chargés de l’ouverture des portes de la ville, m (...)
  • 47 Maître François Bernard et Jean Bernard le Jeune.
  • 48 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 98 v°.

29Outre la ville de Tours et Louis XI, le groupe le plus actif pour initier un don ou un voyage est celui des officiers municipaux45. Ce sont eux qui apparaissent le plus régulièrement dans les comptes de la ville ; ce sont eux aussi qui possèdent les responsabilités nécessaires pour représenter Tours à l’extérieur. Ces officiers sont en effet des notables faisant partie de l’échevinage : 13 échevins, dont 3 maires, et 4 pairs. Le reste est composé de 2 clercs de la ville46 et 2 procureurs de la ville de Tours au bailliage47. Les édiles sont donc les hommes qui se mobilisent le plus pour le « débat des privilèges » : il est alors possible de considérer leurs voyages comme des ambassades auprès du roi et du pouvoir central. Parfois, les notables sont accompagnés par leurs clercs et par des messagers : maître Jean Pellieu, alors maire, part à Chinon en janvier 1465, accompagné par son clerc et par Bertrand Joyau, pour rencontrer les trois commissaires à l’appointement Charles de Melun, Jean Dauvet et Guillaume Jouvenel, et tenter de récupérer, en vain, les nouveaux privilèges rédigés après un accord avec les ecclésiastiques48.

  • 49 En 1469, il devient receveur général des finances du roi et secrétaire du roi en 1476.
  • 50 L’un des hommes les plus proches du roi, présent au Conseil, à la Chancellerie et à la Chambre des (...)
  • 51 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.
  • 52 B. Chevalier, La ville de Tours et la société tourangelle, 1356-1520, t. 1, p. 441-452 : Guillaume (...)

30L’officier municipal le plus connu est Jean Briçonnet l’aîné : il est le premier homme à avoir été choisi par Louis XI pour devenir maire de Tours et il occupe plusieurs offices financiers. À la fois bourgeois et marchand, il devient receveur des aides et tailles pour l’élection de Touraine en 146349. Il est surtout donateur, envers les juges des cours souveraines de Paris, mais aussi envers les officiers de la Chancellerie, comme le chancelier Pierre de Morvilliers ou le secrétaire du roi maître Jean Bourré50. Jean Briçonnet l’aîné est particulièrement mobile, voyageant directement auprès du roi ou de son entourage proche : il rencontre Louis XI et son Grand Conseil à six reprises pour faire casser les arrêts du Parlement et représenter la ville à l’audience, puis Pierre de Morvilliers à Châtellerault pour obtenir une lettre d’évocation contre l’arrêt parlementaire en octobre 146351. Relié à de tels acteurs, Jean Briçonnet l’aîné est l’officier municipal le plus central et le plus intermédiaire du réseau de Tours ; il peut, grâce à son office royal, faire le lien entre le milieu des notables et celui des officiers des cours souveraines, de la Chancellerie et du Conseil. Sa position peut ainsi être mise en relation avec son ascension au sein de l’État royal52.

  • 53 19 % des fonctions de ceux ayant un degré sortant supérieur à 0.
  • 54 Maître Jean Bernard sera élu maire en 1465-1466 et maître Gervaise Goyet en 1476-1477.

31Les officiers de la ville cumulent bien souvent leur charge municipale avec des fonctions judiciaires dans le bailliage53, comme les bourgeois maître Gervaise Goyet ou maître Jean Bernard. Le premier est avocat à la cour du bailliage de Touraine quand le second est lieutenant général du bailli jusqu’en 1464, c’est-à-dire le second juge du bailliage. Tous deux deviennent échevins à partir de 146254.

  • 55 Avec un degré sortant de 18.
  • 56 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 61 v°.

32Maître Gervaise Goyet est l’acteur qui possède le plus de voisins55, parmi lesquels Louis XI et maître Jean Bourré, mais surtout des officiers des cours souveraines de Paris, comme le maître de la Chambre des comptes, Arnoul Boucher, les avocats du Parlement, maître Jean de Popincourt et maître Jean Berruyer, ou le procureur en Parlement, maître Foulques du Moulin (ces deux derniers étant les magistrats pensionnés par la ville de Tours pour sa défense contre les clercs). Gervaise Goyet est ainsi un donateur actif mais il est aussi très mobile, car il voyage à Bordeaux et à Abbeville auprès de Louis XI et du Conseil, ou à La Rochelle en juin 1462 pour obtenir un vidimus des privilèges de cette ville auprès des échevins56. Il est enfin envoyé à Beaugency pour représenter la ville au Conseil du roi, qui auditionne les laïcs et les ecclésiastiques en décembre 1464. Sa fonction d’avocat lui permet de maîtriser les questions juridiques et judiciaires posées par l’affaire des privilèges. Cela fait de lui le troisième acteur le plus intermédiaire du réseau de la ville de Tours, soit un homme essentiel en forte interaction avec le pouvoir central.

  • 57 Il est le cinquième acteur plus central.
  • 58 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 127 v°.

33Maître Jean Bernard est très proche de Gervaise Goyet, car il partage avec lui 10 de ses 11 voisins. Si son nombre moins élevé de relations fait de lui un acteur moins intermédiaire, il occupe une place plus centrale dans le réseau57 car il est relié à d’autres acteurs eux-mêmes centraux, dont la ville de Tours, qui le récompense de 20 £ t. en octobre 1463 pour l’avoir aidée dans son procès contre les ecclésiastiques58. Ces deux notables apparaissent discrètement dans la comptabilité municipale, et leur notoriété semble moindre que celle du premier maire de Tours. L’analyse de réseaux permet de restaurer l’importance de leur rôle dans le « débat des privilèges ». Les trois hommes, Jean Briçonnet l’aîné, maîtres Gervaise Goyet et Jean Bernard, sont les notables qui structurent le réseau de la ville de Tours, possédant tous des offices royaux financiers et judiciaires qui leur permettent de mobiliser de nombreuses relations auprès du pouvoir central.

  • 59 23 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0.

34Si on considère les donataires et les destinataires, on voit que les bourgeois de Tours se concentrent effectivement sur les officiers des cours souveraines de Paris59, autant par des dons que par des voyages. Leur place n’est pas surprenante puisqu’ils traitent l’affaire au Parlement ou à la Chambre des comptes. Il est donc nécessaire pour la ville d’interagir avec eux afin d’obtenir la vérification et l’enregistrement de ses privilèges. Deux hommes ressortent particulièrement de ce groupe : maîtres Foulques du Moulin et Jean Berruyer, respectivement procureur et avocat de Tours en Parlement.

  • 60 Leur degré entrant est de 10.
  • 61 Il est d’ailleurs le cinquième acteur le plus intermédiaire.

35Maître Foulques du Moulin est l’acteur possédant, avec Louis XI, le plus de voisins entrants60. Pensionné par Tours pour plaider dans ses procès au Parlement, il vit vraisemblablement à Paris et n’a pas d’origine tourangelle connue. Pour le rencontrer, les notables doivent financer des voyages, mais ils doivent aussi l’entretenir par des dons pour renforcer leur relation avec lui. Il est surtout en contact avec des Tourangeaux occupant une charge municipale, comme le maire Jean Ruzé en 1463-1464, puis ceux cumulant une fonction judiciaire, comme maître Jean Bernard, Pierre Laillier, juge de la prévôté de Tours jusqu’en 1463, ou maître Jean d’Argouges, avocat du roi au bailliage de Touraine. Ces derniers sont des hommes formés au droit, capables de discuter avec lui du procès contre les ecclésiastiques. Foulques du Moulin est donc l’intermédiaire principal entre la ville de Tours et le parlement de Paris61. Maître Jean Berruyer, l’autre magistrat de cette cour souveraine pensionné par la ville, est très proche de lui, partageant huit de ses neuf voisins : une proximité géographique et de fonction se traduit alors par une proximité dans le réseau.

  • 62 Réseau ecclésiastique invisible dans les comptes municipaux.
  • 63 15 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0.

36Néanmoins, le réseau des Tourangeaux auprès des cours souveraines apparaît comme peu efficace par rapport à celui des gens d’Église62, car le Parlement se prononce en faveur de ces derniers. Les notables se tournent alors vers le Conseil, désormais investi du procès par Louis XI, et sept conseillers du roi63, principalement grâce à des dons. Le Conseil comme personne morale est seulement destinataire de voyages, en relation avec les trois principaux officiers tourangeaux (Jean Briçonnet l’aîné, Gervaise Goyet et Jean Bernard). Il partage logiquement ses 6 voisins avec le souverain. Auprès des conseillers, censés représenter la volonté du roi, la ville de Tours est plus sûre de trouver du soutien qu’auprès du Parlement. Les autres interlocuteurs des notables sont surtout les commissaires du roi commis à l’appointement et quelques acteurs essentiels, comme maître Jean Bourré ou le bailli de Touraine, Jean de Bar.

  • 64 12 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0, pour chacun des deux groupes.
  • 65 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 139 r°.

37En effet viennent ensuite les officiers judiciaires, tels que les baillis de Touraine ou de Sens, Charles de Melun, et les officiers de la Chancellerie64. Parmi les hommes de loi, Jean de Bar est le plus important dans le réseau : il est le second acteur le plus central et le quatrième plus intermédiaire. Il occupe aussi les offices de conseiller, général des finances et chambellan du roi. Il reçoit des dons, de la part de neuf officiers municipaux : sa proximité physique probable avec la ville rend inutile l’organisation de voyages pour le rencontrer. Le maire et d’autres notables dînent notamment avec lui pour solliciter son aide dans le « débat des privilèges » en mai 146365. Pour Tours, il est nécessaire d’obtenir les bonnes grâces de cet intermédiaire, le plus important juge régional et le représentant direct du roi dans le bailliage.

  • 66 Celui-ci était le chancelier de Charles VII. Il souffrit de l’épuration par Louis XI de la Chancell (...)
  • 67 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60 v°.
  • 68 B. Chevalier, La ville de Tours et la société tourangelle, 1356-1520, t. 1, p. 253.

38Au sein de la Chancellerie, la ville est en relation avec huit officiers, et non des moindres : deux chanceliers, Pierre de Morvilliers de 1461 à 1465 et Guillaume Jouvenel des Ursins à partir de 146566, six secrétaires du roi, dont maître Jean Bourré et maître Guillaume Toreau. Ces officiers sont récompensés pour avoir fait l’expédition des privilèges par l’apposition du sceau royal après leur octroi en avril 146267. De plus, la ville de Tours a un accès facilité à la Chancellerie depuis que Guillaume Jouvenel s’y est fait construire un hôtel dans les années 1450, entraînant la venue de plusieurs notaires et secrétaires du roi68.

39Le réseau de la ville de Tours se concentre donc sur des hommes spécialistes du droit, au Parlement, à la Chambre des comptes, au Conseil et au bailliage, et sur des officiers administratifs de la Chancellerie, avec lesquels des notables possédant les plus hautes charges municipales construisent des relations, eux-mêmes au fait de ces questions grâce à leurs compétences juridiques et judiciaires. La ville sollicite peu les autres groupes de personnes ou d’officiers royaux, comme par exemple les religieux, auprès desquels elle ne démarche jamais, ce qui explique peut-être la lenteur du règlement du « débat des privilèges ».

Remise en perspective chronologique

40Les analyses précédentes valent pour l’ensemble de la période de l’affaire des privilèges. Mais les relations sociales sont dynamiques, et il est possible de restituer l’évolution chronologique du réseau (tableau 4, fig. 3 à 6).

Fig. 3. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1461-1462.

Fig. 3. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1461-1462.

En 1461-1462, au moment de la réforme de Louis XI, le réseau est orienté vers les officiers de la Chancellerie. Trois Tourangeaux le structurent et jouent un rôle d’intermédiaires pour la ville en nouant de multiples relations de dons et de voyages : l'avocat en cour laie, maître Gervaise Goyet, et deux élus municipaux, Jean Briçonnet l'aîné et maître Jean Dupuiz. Ils voyagent auprès du roi et de son conseil pour obtenir le renouvellement des privilèges de Tours. Maître Gervaise Goyet se rend aussi à La Rochelle en juin 1462 pour récupérer un vidimus des privilèges de cette ville. Tous trois font surtout des dons aux notaires et secrétaires du roi tels que maître Jean Bourré, ou même le chancelier Pierre de Morvilliers, pour les récompenser d'avoir expédié les privilèges en Chancellerie.

Doc. S. Théry.

Fig. 4. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1462-1463.

Fig. 4. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1462-1463.

À partir de mars 1463, l’affaire est portée au parlement de Paris par les ecclésiastiques. Le réseau s’oriente désormais vers les officiers en cour souveraine. La ville de Tours honore plusieurs officiers du Parlement et sollicite l’aide des commissaires à l’appointement sire Pierre Bérart et le sire de Poitiers. Les Tourangeaux sont aussi contraints à une plus grande mobilité : les plus actifs sont Jean Briçonnet l’aîné devenu maire, et maître Jean Bernard juge de Touraine. Ce dernier se rend à Paris pour suivre l’affaire au Parlement, en particulier pour rencontrer les intermédiaires de la ville maître Foulques du Moulin et maître Jean Berruyer, respectivement procureur et avocat de Tours en Parlement. Jean Briçonnet, quant à lui, voyage plutôt auprès de Louis XI à partir de juillet 1463 pour représenter la ville au Grand Conseil : la centralité du roi est renforcée.

Doc. S. Théry.

Fig. 5. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1463-1464.

Fig. 5. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1463-1464.

En 1463-1464, le réseau s’oriente fortement vers la Chambre des comptes, qui doit vérifier les privilèges de Tours. Pour favoriser la cause de la ville, Jean Briçonnet l’aîné, maître Jean Bernard et maître Gervaise Goyet se mobilisent toujours. Ils récompensent plusieurs officiers de la Chambre des comptes, comme les maîtres Arnoul Boucher et Jean de Reilhac, ou le greffier maître Jean de Badovillier, qui obtient finalement la vérification des privilèges à la Chambre. Ces trois notables voyagent aussi auprès du roi et de son conseil pour soutenir leur cause : Louis XI conserve sa centralité.

Doc. S. Théry.

Fig. 6. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1464-1465.

Fig. 6. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1464-1465.

En 1464-1465, l’affaire se conclue et les tractations sont moindres. Les trois commissaires à l'appointement sont les intermédiaires privilégiés par la ville de Tours, maître Jean Dauvet président du Parlement de Toulouse, Charles de Melun bailli de Sens et Guillaume Jouvenel des Ursins chancelier de France. Peu de Tourangeaux se mobilisent : le plus actif est le maire maître Jean Pellieu, qui voyage auprès des commissaires à Chinon avec son clerc et qui récompense le secrétaire du roi maître Jean Bourré en lui offrant une chambre à Tours pour avoir constamment soutenu la ville dans l’affaire. Enfin, la ville récompense en vin et en viande ces trois commissaires pour avoir trouvé un accord entre gens de ville et gens d’Église en avril 1465.

Doc. S. Théry.

Tabl. 4. – Évolution chronologique de la taille du réseau (1461-1465).

Exercices

Nombre d’acteurs sortants

Nombre d’acteurs entrants

Nombre de relations de don

Nombre de relations de voyage

Nombre total
de relations

1461-1462

8

20

50

9

59

1462-1463

19

18

23

42

65

1463-1464

10

17

41

16

57

1464-1465

7

7

9

14

23

Total

44

62

123

81

204

41Les acteurs centraux et intermédiaires sont relativement permanents dans le réseau, notamment Jean Briçonnet l’aîné et maître Gervaise Goyet. La taille et l’ordre du réseau évoluent selon les années, ainsi que les personnes agissant au nom de la ville de Tours ou qui sont sollicitées par elle.

42Les dons sont largement dominants en 1461-1462, quand la ville gratifie les officiers de la Chancellerie qui l’aident à obtenir ses nouveaux privilèges. Une fois que les ecclésiastiques ont porté plainte au parlement de Paris en mars 1463, de nombreux Tourangeaux s’activent et sont contraints d’organiser des voyages vers la capitale pour plaider au Parlement et obtenir l’enregistrement de leurs privilèges à la Chambre des comptes. Ils voyagent aussi auprès de Louis XI et de son Conseil après que ce dernier eut cassé l’arrêt parlementaire en juillet 1463. Ces voyages continuels entre les cours souveraines et celle du roi se poursuivent en 1463-1464 et, peut-être par lassitude, le nombre d’acteurs fléchit. Pendant ces deux années, de nombreux dons sont faits aux juges de Paris et aux conseillers du roi. Enfin, en 1464-1465, l’activité des Tourangeaux se concentre presque exclusivement sur les trois commissaires du roi chargés de l’appointement, Guillaume Jouvenel des Ursins, Charles de Melun et maître Jean Dauvet.

*

43L’analyse de réseaux permet de renouveler la compréhension du « débat des privilèges », qui agite la ville de Tours de 1461 à 1465. Les outils déployés sur le corpus des comptes municipaux permettent de comprendre les relations qu’entretiennent les habitants de la bonne ville avec les instances du pouvoir sous Louis XI, grâce à leurs dons et à leurs voyages, jusqu’à la résolution de l’affaire en avril 1465.

44Ils permettent également de révéler les acteurs principaux, centraux et intermédiaires du « débat », notamment les notables tourangeaux Jean Briçonnet l’aîné, maîtres Gervaise Goyet et Jean Bernard, qui participent activement aux tractations de la ville pour faire aboutir l’affaire en faveur des laïcs. Ces notables, qui monopolisent les offices municipaux et occupent des offices judiciaires et financiers dans le bailliage ou l’élection, usent de leur position sociale et de leurs fonctions pour peser sur les personnes les plus directement au centre de l’affaire judiciaire entre laïcs et ecclésiastiques : le roi Louis XI, initiateur de l’affaire par la réforme qu’il introduit, les juges des cours du Parlement et de la Chambre des comptes de Paris, les conseillers du roi, les officiers de la Chancellerie et certains hommes de loi du bailliage de Touraine.

45Pour autant, le réseau révélé par la comptabilité municipale est partiel : il est en concurrence avec celui des ecclésiastiques de la cathédrale et du chapitre Saint-Martin, invisible dans les comptes municipaux ; les laïcs peuvent aussi posséder leurs propres réseaux privés. Il est aussi et surtout partial : c’est celui que la ville donne à voir.

Bibliographie

Boisseuil Didier, Chareille Pascal, Leturcq Samuel et Théry Stanley, « Contrôle et self-control dans les comptes de la ville de Tours (milieu xive-xve siècle) », Comptabilité(s), vol. 7, 2015.

Bulst Neithard et Genet Jean-Philippe (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie siècle), Paris, CNRS Éditions, 1988.

Chevalier Bernard, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes. Le cas de Tours », Le Moyen Âge, 1964, n° 3-4, p. 473-504.

Chevalier Bernard, « La ville de Tours et la société tourangelle », 1356-1520, thèse, Université Lille III, 1974, 2 vol. 

Chevalier Bernard, « Fiscalité municipale et fiscalité d’État en France du xive à la fin du xvie siècle : deux systèmes liés et concurrents », dans Jean-Philippe Genet et Michel Le Mené, Genèse de l’État moderne, prélèvement et redistribution, Paris, CNRS Éditions, 1987, p. 137-152.

Chevalier Bernard, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », dans Neithard Bulst et Jean-Philippe Genet, La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie siècle), Paris, CNRS Éditions, 1988, p. 71-85.

Collon Georges, « Pierre Bérart (139 ?-1465) et la réforme municipale de Tours en 1462 », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, t. 53, Tours, éditions L. Péricat, 1928.

Harel David et Koren Yehuda, « A fast Multi-scale Method for Drawing Large Graphs », Journal of Graph Algorithms and Applications, vol. 6, n° 3, 2002, p. 183-196.

Mauss Marcel, Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses universitaires de France, 2012.

Ornato Monique, Dictionnaire des charges, emplois et métiers relevant des institutions monarchiques en France aux xive et xve siècles, Paris, CNRS Éditions, 1975.

Rivaud David, Les villes et le roi (vers 1440-vers 1560). Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’État moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

Théry Stanley, « Les réseaux entre les notables de Tours et les officiers du roi Louis XI », mémoire de master 2, Université de Tours, 2014.

Weber Florence, Manuel de l’ethnographie, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Notes

1 B. Chevalier, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », p. 71-85.

2 N. Bulst et J.-P. Genet (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne...

3 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.

4 La chronologie est rapportée par G. Collon, « Pierre Bérart (139 ?-1465) et la réforme municipale de Tours en 1462 » et par B. Chevalier, « La ville de Tours et la société tourangelle, 1356-1520 », p. 105-109.

5 B. Chevalier, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », p. 74.

6 S. Théry, « Les réseaux entre les notables de Tours et les officiers du roi Louis XI ».

7 Arch. mun. Tours, registres CC36 à CC38.

8 D. Boisseuil et al., « Contrôle et self-control dans les comptes de la ville de Tours… ».

9 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 1 v°.

10 B. Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes », p. 475-478.

11 B. Chevalier, « La ville de Tours et la société tourangelle », 1356-1520, t. 1, p. 90.

12 B. Chevalier, « Fiscalité municipale et fiscalité d’État en France du xive à la fin du xvie siècle… ».

13 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 59 v°.

14 B. Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes », p. 477.

15 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60 v°.

16 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 20 r°.

17 Ibid., fol. 122 r°.

18 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 123 v°.

19 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 103 v°.

20 Ibid., fol. 57 v°.

21 Ibid., fol. 122 r°.

22 F. Weber, Manuel de l’ethnographe, p. 302-312.

23 D. Rivaud, Les villes et le roi (vers 1440-vers 1560)…

24 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 139 v°.

25 M. Mauss, Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.

26 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol.77 v°.

27 Pour l’affaire des privilèges, il existe aussi des dons de type obligé, honorifique et indéterminé.

28 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.

29 127 dons et 53 voyages sont recensés au total dans les comptabilités entre 1461 et 1465.

30 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60-61.

31 Le diamètre moyen étant la longueur moyenne de la chaîne qui relie n’importe quel acteur à un autre.

32 La somme 27+43 est différente de 64 car une même personne peut être voyageur à un moment donné, c’est-à-dire avoir un degré sortant, pour recevoir plus tard un don, et avoir alors un degré entrant.

33 Typologie en partie élaborée à partir des catégories de M. Ornato, Dictionnaire des charges…

34 D’après les coefficients de centralité, permettant de connaître la distance moyenne d’un sommet par rapport à l’ensemble des autres sommets, et d’intermédiarité.

35 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 22 r°.

36 Sur Pierre Bérart : G. Collon, « Pierre Bérart (139 ?-1465)… ».

37 Probablement l’évêque de Poitiers.

38 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 98 v°.

39 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 79 r°.

40 Ibid., fol. 60 v°.

41 Ibid., fol. 124 v°.

42 Ibid., fol. 125 r°.

43 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 22 r°.

44 Ibid., fol. 20 r°.

45 54 % des fonctions détenues par ceux ayant un degré sortant supérieur à 0.

46 Macé de la Fa et Macé Blanchet. Ces officiers sont chargés de l’ouverture des portes de la ville, mais ils apparaissent plutôt comme des hommes à tout faire.

47 Maître François Bernard et Jean Bernard le Jeune.

48 Arch. mun. Tours, registre CC37, fol. 98 v°.

49 En 1469, il devient receveur général des finances du roi et secrétaire du roi en 1476.

50 L’un des hommes les plus proches du roi, présent au Conseil, à la Chancellerie et à la Chambre des comptes comme maître des comptes.

51 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 141 v°.

52 B. Chevalier, La ville de Tours et la société tourangelle, 1356-1520, t. 1, p. 441-452 : Guillaume Briçonnet, fils de Jean, deviendra cardinal en 1495 ; Katherine Briçonnet, fille de Guillaume, épousera Thomas Bohier en 1482 et fera bâtir avec lui le château de Chenonceau.

53 19 % des fonctions de ceux ayant un degré sortant supérieur à 0.

54 Maître Jean Bernard sera élu maire en 1465-1466 et maître Gervaise Goyet en 1476-1477.

55 Avec un degré sortant de 18.

56 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 61 v°.

57 Il est le cinquième acteur plus central.

58 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 127 v°.

59 23 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0.

60 Leur degré entrant est de 10.

61 Il est d’ailleurs le cinquième acteur le plus intermédiaire.

62 Réseau ecclésiastique invisible dans les comptes municipaux.

63 15 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0.

64 12 % des fonctions de ceux ayant un degré entrant supérieur à 0, pour chacun des deux groupes.

65 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 139 r°.

66 Celui-ci était le chancelier de Charles VII. Il souffrit de l’épuration par Louis XI de la Chancellerie, mais il fut rappelé car le roi regretta le départ d’hommes d’expériences.

67 Arch. mun. Tours, registre CC36, fol. 60 v°.

68 B. Chevalier, La ville de Tours et la société tourangelle, 1356-1520, t. 1, p. 253.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Schéma du don maussien.
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Fig. 2. – Graphe orienté de réseau du « débat des privilèges ».
Légende Le graphe du réseau reconstitué à partir des comptes municipaux met en évidence les acteurs principaux de l’affaire. Les cercles non pleins correspondent à des personnes morales (comme la ville de Tours) ou à des groupes de personnes non identifiables (comme les « seigneurs du Parlement »). Le poids de chaque sommet est figuré par le diamètre du disque et la valeur des arêtes par l’épaisseur de la flèche. Graphe généré par le logiciel libre d’utilisation NodeXL, à partir d’une liste de liens. L’algorithme graphique utilisé est développé par D. Harel et Y. Koren, « A fast Multi-scale Method for Drawing Large Graphs ».
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-2.png
Fichier image/png, 352k
Titre Fig. 3. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1461-1462.
Légende En 1461-1462, au moment de la réforme de Louis XI, le réseau est orienté vers les officiers de la Chancellerie. Trois Tourangeaux le structurent et jouent un rôle d’intermédiaires pour la ville en nouant de multiples relations de dons et de voyages : l'avocat en cour laie, maître Gervaise Goyet, et deux élus municipaux, Jean Briçonnet l'aîné et maître Jean Dupuiz. Ils voyagent auprès du roi et de son conseil pour obtenir le renouvellement des privilèges de Tours. Maître Gervaise Goyet se rend aussi à La Rochelle en juin 1462 pour récupérer un vidimus des privilèges de cette ville. Tous trois font surtout des dons aux notaires et secrétaires du roi tels que maître Jean Bourré, ou même le chancelier Pierre de Morvilliers, pour les récompenser d'avoir expédié les privilèges en Chancellerie.
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-3.png
Fichier image/png, 458k
Titre Fig. 4. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1462-1463.
Légende À partir de mars 1463, l’affaire est portée au parlement de Paris par les ecclésiastiques. Le réseau s’oriente désormais vers les officiers en cour souveraine. La ville de Tours honore plusieurs officiers du Parlement et sollicite l’aide des commissaires à l’appointement sire Pierre Bérart et le sire de Poitiers. Les Tourangeaux sont aussi contraints à une plus grande mobilité : les plus actifs sont Jean Briçonnet l’aîné devenu maire, et maître Jean Bernard juge de Touraine. Ce dernier se rend à Paris pour suivre l’affaire au Parlement, en particulier pour rencontrer les intermédiaires de la ville maître Foulques du Moulin et maître Jean Berruyer, respectivement procureur et avocat de Tours en Parlement. Jean Briçonnet, quant à lui, voyage plutôt auprès de Louis XI à partir de juillet 1463 pour représenter la ville au Grand Conseil : la centralité du roi est renforcée.
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-4.png
Fichier image/png, 390k
Titre Fig. 5. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1463-1464.
Légende En 1463-1464, le réseau s’oriente fortement vers la Chambre des comptes, qui doit vérifier les privilèges de Tours. Pour favoriser la cause de la ville, Jean Briçonnet l’aîné, maître Jean Bernard et maître Gervaise Goyet se mobilisent toujours. Ils récompensent plusieurs officiers de la Chambre des comptes, comme les maîtres Arnoul Boucher et Jean de Reilhac, ou le greffier maître Jean de Badovillier, qui obtient finalement la vérification des privilèges à la Chambre. Ces trois notables voyagent aussi auprès du roi et de son conseil pour soutenir leur cause : Louis XI conserve sa centralité.
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-5.png
Fichier image/png, 432k
Titre Fig. 6. – Évolution chronologique du réseau du « débat des privilèges » : 1464-1465.
Légende En 1464-1465, l’affaire se conclue et les tractations sont moindres. Les trois commissaires à l'appointement sont les intermédiaires privilégiés par la ville de Tours, maître Jean Dauvet président du Parlement de Toulouse, Charles de Melun bailli de Sens et Guillaume Jouvenel des Ursins chancelier de France. Peu de Tourangeaux se mobilisent : le plus actif est le maire maître Jean Pellieu, qui voyage auprès des commissaires à Chinon avec son clerc et qui récompense le secrétaire du roi maître Jean Bourré en lui offrant une chambre à Tours pour avoir constamment soutenu la ville dans l’affaire. Enfin, la ville récompense en vin et en viande ces trois commissaires pour avoir trouvé un accord entre gens de ville et gens d’Église en avril 1465.
Crédits Doc. S. Théry.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/741/img-6.png
Fichier image/png, 407k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search