Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu

 | 
Marianne Deschamps
, 
Sandrine Costamagno
, 
Pierre-Yves Milcent
, 
et al.

Approches multiproxy

Peuplements et paysages anciens dans les massifs du Morvan et du Jura : confrontation de données paléo-environnementales, historiques et archéologiques

Early peopling and landscapes in the Morvan and Jura Massifs: comparing paleoenvironmental, historical and archeological data

Valentin Chevassu, Émilie Gauthier, Pierre Nouvel, Hervé Richard, Vincent Bichet et Isabelle Jouffroy-Bapicot

Résumé

La présence conjointe de nombreuses analyses paléo-environnementales et de plusieurs programmes de prospection archéologique vient renouveler notre compréhension des dynamiques anciennes d’occupation dans les montagnes du Morvan et du Jura. Ces informations peuvent également être croisées avec un important corpus d’archives médiévales et modernes jusqu’ici peu exploitées. Une mise en lien systématique de ces trois sources de données devient possible grâce à la spatialisation des informations et la définition de cadres chronologiques communs. L’étude des phases d’expansion ou de repli de l’anthropisation, notamment pour les périodes médiévales et modernes, permet d’évaluer une réelle spécificité des dynamiques d’occupation dans deux massifs de montagnes aux contraintes environnementales diverses. L’utilisation de données pluridisciplinaires met enfin en lien ces évolutions avec les mutations intervenant dans la structuration des occupations humaines et de leur encadrement politique.

The results of numerous paleoenvironmental analyses and recent archeological surveys allow us to renew our understanding of settlement and land-use evolution in the Morvan and Jura Mountains (eastern France). Furthermore, these data can be completed by a large and underused collection of medieval and modern archives. A systematic cross-reading between these different types of data has been carried out, using geolocation and association with common chronological frameworks. It becomes possible to describe the phases of growth and decrease of human activities, with a particular accuracy for medieval and modern periods. We will try to evaluate in which way this evolution reveals some specific features associated with mid-mountain areas, within two regions characterized by various environmental stresses. The use of multidisciplinary data also helps to connect land-use evolutions with other changes affecting settlement patterns and political networks.

Texte intégral

1Depuis les années 1990, le développement des analyses paléo-environnementales et les recherches archéologiques menées dans plusieurs régions de haute montagne ont démontré que les milieux d’altitude, bien que contraignants, n’en étaient pas moins occupés et exploités par l’Homme à toutes époques. Toutefois, dans de nombreux massifs de moyenne montagne, l’histoire des paysages et des structures de peuplement reste associée au postulat d’une colonisation tardive, datée de la période médiévale. Les données archéologiques et paléo-environnementales récentes permettant de dépasser cette vision ancienne, il convient d’étudier plus objectivement les spécificités de l’anthropisation en moyenne montagne et d’en identifier les causes anthropiques ou environnementales.

2Les massifs du Morvan et du Jura bénéficient dans ce domaine d’un corpus de données riche de perspectives : analyses paléo-environnementales variées, prospections archéologiques récentes, textes médiévaux et modernes abondants. Ils constituent par conséquent de bons terrains pour étudier les dynamiques de l’occupation et de l’exploitation du milieu dans la longue durée. La mise en parallèle des deux massifs permet également d’évaluer de quelle manière se manifeste l’influence du milieu montagnard au sein de deux régions dissemblables. Il s’agit ainsi de dissocier les particularités régionales et les spécificités liées au milieu montagnard, voire de déterminer les facteurs environnementaux ou humains expliquant ces rythmes différents d’anthropisation. Nous présentons ci-dessous quelques éléments de méthodologie, suivis d’une première synthèse issue de la confrontation de ces données pluridisciplinaires, plus particulièrement exploitables à propos des périodes médiévales et modernes.

Méthodologie et données utilisées

Les espaces étudiés

3Le massif jurassien forme un arc séparant les plaines de Saône du bassin suisse, caractérisé par une succession de plateaux appuyés sur une haute chaîne plissée. Ces espaces sont actuellement morcelés en diverses circonscriptions territoriales, de part et d’autre de la frontière franco-suisse. Nous nous concentrerons ici sur une portion du Jura central français, qui forme la partie montagneuse du département du Doubs, autour de la ville de Pontarlier (fig. 1). Ce secteur comporte des plateaux caractérisés par une topographie assez plane et des altitudes comprises entre 400 et 900 mètres, ainsi qu’une partie de la haute chaîne, où le relief plissé varie de 800 à 1 400 mètres d’altitude. Un accident de relief transversal, la cluse de Joux, constitue enfin un point de passage privilégié qui a polarisé de tout temps les circulations humaines.

Fig. 1. – Le Jura central pontissalien : localisation du secteur étudié et des études paléo-environnementales.

Fig. 1. – Le Jura central pontissalien : localisation du secteur étudié et des études paléo-environnementales.

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

4De l’autre côté du val de Saône, le Morvan forme un prolongement du Massif central au centre de la Bourgogne. Malgré des altitudes globalement modestes, la topographie et le climat du Morvan méridional présentent un réel caractère montagneux. C’est cette partie du massif qui a été prise en compte, autour des sites archéologiques majeurs de Bibracte et Autun, à la limite des départements de la Nièvre et de la Saône-et-Loire (fig. 2). Trois microrégions peuvent être distinguées : le haut Morvan, au relief encaissé culminant à 900 mètres ; le Morvan collinéen, caractérisé par des vallées plus larges, entre 800 et 300 mètres d’altitude ; et enfin les plaines et piémonts du bassin autunois et du val d’Arroux.

Fig. 2. – Le sud Morvan-Autunois, localisation du secteur d’étude, des études paléo-environnementales et des microrégions : Autunois-val d’Arroux, Morvan collinéen, haut Morvan.

Fig. 2. – Le sud Morvan-Autunois, localisation du secteur d’étude, des études paléo-environnementales et des microrégions : Autunois-val d’Arroux, Morvan collinéen, haut Morvan.

1 : Anost (Saône-et-Loire). 2 : Arleuf (Nièvre). 3 : Roussillon-en-Morvan (Saône-et-Loire). 4 : La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire). 5 : Tavernay (Saône-et-Loire). 6 : Saint-Forgeot (Saône-et-Loire). 7 : Fâchin (Nièvre). 8 : Villapourçon (Nièvre). 9 : Glux-en-Glenne (Nièvre). 10 : Saint-Prix (Saône-et-Loire). 11 : La Grande-Verrière (Saône-et-Loire). 12 : Monthelon (Saône-et-Loire). 13 : Autun (Saône-et-Loire). 14 : Larochemillay (Nièvre). 15 : Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire). 16 : Poil (Nièvre). 17 : La Comelle (Saône-et-Loire). 18 : Laizy (Saône-et-Loire). 19 : Brion (Saône-et-Loire).

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

5Ces deux massifs, quoique nettement individualisés par rapport aux plaines environnantes, restent des montagnes aux altitudes moyennes et à la topographie assez peu accidentée. Ils sont soumis à des climats froids et très humides, qui ont pu s’avérer plus ou moins contraignants au fur et à mesure des variations climatiques anciennes. L’histoire de ces deux massifs, vus comme des milieux hostiles, a donc longtemps été construite autour du postulat d’un déboisement et d’un peuplement très tardif, principalement médiéval et moderne, censé expliquer les spécificités actuelles des paysages et de l’occupation humaine.

6Toutefois, les deux régions ont également en commun d’avoir été documentées par de récentes recherches archéologiques et paléo-environnementales qui mettent en évidence l’ancienneté de l’occupation humaine et permettent de décrire son évolution dans la longue durée. Un troisième corpus d’informations s’ajoute à partir du haut Moyen Âge, grâce à la présence de nombreuses sources écrites inventoriées et publiées. Une nouvelle étude de l’anthropisation peut donc être envisageable, grâce à un travail de synthèse croisant ces trois sources d’informations complémentaires. La présence de jeux de données similaires dans les deux massifs permet par ailleurs d’envisager les réactions de différents espaces montagneux face à des rythmes d’évolution généraux. Il devient ainsi possible d’évaluer dans quelle mesure l’anthropisation présente des caractères spécifiques au sein de deux territoires de moyenne altitude liés à des contraintes naturelles, des cadres politiques et des potentialités économiques très divers.

Les données utilisées

7Dans les deux massifs, l’activité de nombreux érudits locaux durant le xixe siècle et le début du xxe a laissé un premier corpus de données archéologiques. Cette documentation concerne principalement l’architecture religieuse et les sites fortifiés médiévaux, mais laisse de côté les occupations plus modestes et les zones d’altitude. L’archéologie préventive apporte assez peu d’informations supplémentaires dans ces secteurs, où les aménagements de grande ampleur restent rares. Notre connaissance de l’évolution du peuplement repose donc essentiellement sur plusieurs travaux bénévoles de prospection débutés dans les années 1980-1990, suivis et largement complétés par deux programmes de prospection et d’inventaire diachroniques. Les recherches menées sur 18 communes du sud Morvan se basent ainsi sur un inventaire des découvertes anciennes, complété par une prospection systématique des parcelles labourées et pâturées (coord. P. Nouvel). Elles ont abouti entre 2008 à 2018 à l’identification de plus de 300 points d’occupations anciennes datées entre la Préhistoire et la période moderne (Nouvel et al. 2016). Débutées en 2015, les prospections diachroniques sur le Jura central se sont appuyées sur l’exploitation de relevés LiDAR réalisés depuis 2010 par diverses collectivités territoriales, ainsi que sur le récolement des résultats de diverses prospections d’amateurs (coord. M. Thivet puis V. Bichet, H. Richard, V. Chevassu). Ces travaux ont pour le moment permis de repérer des voies anciennes, de nombreux sites d’exploitation des matières premières ainsi que quelques habitats et sites défensifs protohistoriques, antiques, altomédiévaux et modernes (Bichet et al. 2017).

8Ces informations archéologiques peuvent être mises en relation avec l’évolution de la végétation ancienne grâce à un corpus d’analyses paléo-environnementales récentes. Le sud du Morvan est ainsi documenté par quatre analyses palynologiques intégrant ponctuellement la caractérisation des microfossiles non polliniques et des paléopollutions métallurgiques (Jouffroy-Bapicot 2010). La région du Jura central a, quant à elle, fait l’objet d’une quinzaine d’études paléo-environnementales entre 1980 et aujourd’hui. Les analyses les plus récentes utilisent des approches multiparamètres et des échantillonnages à haute résolution susceptibles de nombreux croisements avec les sources historiques et archéologiques (Gauthier 2004, Gauthier et Richard 2006, Leroux 2010, Murgia 2016).

9Les deux massifs sont enfin concernés par un important lot d’archives médiévales et modernes, même si le haut Moyen Âge reste faiblement documenté si on le compare aux régions voisines. À partir des viiie et ixe siècles et jusqu’au xiiie siècle, les archives des évêchés, des grands monastères et des principaux lignages féodaux fournissent de nombreuses informations, qui se limitent toutefois à l’appréhension des possessions seigneuriales. La majeure partie de cette documentation a été transcrite et compilée grâce aux érudits des xixe et xxe siècles et à quelques travaux universitaires récents. Après le xive siècle, la documentation se précise et s’enrichit de nombreux documents liés à la gestion des grandes seigneuries par les ducs de Bourgogne dans le Morvan et la famille de Chalon-Arlay dans le Jura central. Elle permet alors une compréhension plus exhaustive des structures de peuplement et d’exploitation du territoire, complétée ensuite par les premiers travaux cartographiques des xviie et xviiie siècles. On pourra enfin déplorer un manque d’études sur la foisonnante documentation du début de la période moderne, principalement abordée par le biais des inventaires d’archives.

Traitement des informations

10Malgré la qualité et l’abondance de ces informations, il reste difficile d’intégrer à une même analyse des données qui se réfèrent à des chronologies et à des superficies géographiques très variées. Ainsi, la zone pollinique documentée par le palynologue donne une indication sur l’état de la végétation durant une période comprise entre quelques dizaines d’années et plusieurs siècles, selon la résolution de l’analyse, pour un espace plus ou moins vaste en fonction de la zone humide étudiée. Le signalement de vestiges archéologiques va démontrer la présence d’un ou plusieurs types d’occupations et d’activités humaines en un point géographique précis, mais pour une période plus ou moins longue, la datation pouvant également être d’une précision très variable. Enfin, un document d’archive, daté à l’année, peut contenir un ensemble d’informations variées, relatives à différents points géographiques, souvent précis mais parfois non localisés.

11Par ailleurs, les données recueillies comprenant à la fois des découvertes anciennes et des travaux très récents, leur précision et leur fiabilité très variables restreignent les possibilités d’analyse. Les informations collectées dans la base de données se voient donc attribuer des descripteurs et un indice chiffré, associés à la qualité de l’information, permettant par exemple de différencier, pour des témoins archéologiques, une découverte fortuite mentionnée au xixe siècle et un site décrit par une fouille exhaustive. Les documents d’archives sont évalués de la même manière, en fonction de la connaissance du texte original (cité, mentionné dans un inventaire, transcrit de manière partielle ou intégrale), de même que les séquences polliniques, selon les paramètres de l’étude qui en a été faite (fréquence de l’échantillonnage, précision du modèle d’âge, types d’analyses appliqués à la séquence).

12L’intégration à une même base de données suppose ensuite de décomposer ces informations diverses en éléments qui puissent être confrontés les uns aux autres. Chaque information est ainsi associée à une aire ou un point géolocalisé, de manière à pouvoir être intégrée dans un système d’information géographique (SIG). Des fourchettes chronologiques communes ont également été définies (siècles et phases chronologiques). Il devient alors possible de cartographier systématiquement les données dont l’on dispose concernant l’occupation et l’exploitation d’un territoire durant une période définie. Cela permet d’abord d’évaluer la répartition et la pertinence des informations disponibles pour documenter les différents aspects de l’anthropisation, ensuite de donner un aperçu des formes de l’occupation ancienne et de tester les corrélations entre les données paléo-environnementales, écrites et archéologiques.

13De fait, des incohérences apparaissent au sein de cet ensemble de données, l’occupation humaine étant perçue de manière très différente selon les informations utilisées. Ainsi, dans le sud du Morvan, les indices archéologiques d’occupation se raréfient subitement entre le ive et le xe siècle. Cela suggère une potentielle désertion du secteur, apparemment confirmée par le très faible nombre de mentions textuelles concernant la région avant le xie siècle. Les analyses paléo-environnementales attestent au contraire d’activités agropastorales d’intensité égale durant toute la période altomédiévale, sans recul perceptible par rapport à la période antique. La difficulté de repérer des établissements altomédiévaux dans le cadre de prospections pédestres, ainsi que la piètre connaissance des productions céramiques de cette période dans l’Autunois-Morvan, paraissent donc expliquer cette apparente raréfaction des occupations humaines. À l’inverse, dans la seconde moitié du xvie siècle, les troubles militaires liés aux guerres de Religion sont suivis par de nombreux cas de désertion et d’enfrichement mentionnés dans les textes, tandis que l’archéologie montre sur plusieurs sites des épisodes de destruction ou de mise en défense. Cette crise, peut-être trop ponctuelle chronologiquement ou géographiquement, n’est pourtant jamais visible dans les diagrammes polliniques concernant la région (Jouffroy-Bapicot et al. 2013). Outre ces quelques discordances ponctuelles, un certain nombre d’évolutions peuvent être mises en évidence et documentées de manière complémentaire à travers les trois jeux de données exploités.

Premiers éléments de synthèse

Périodes protohistoriques et antiques

14Les prospections archéologiques mettent en évidence de nombreuses traces d’occupations humaines pré- et protohistoriques, les plus anciennes étant datées du Paléolithique ancien pour le Morvan et du Paléolithique supérieur pour le Jura central (Cupillard 2013, Nouvel et al. 2016). De même, les analyses paléo-environnementales documentent la présence de défrichements et d’activités agricoles dans les deux massifs dès le Néolithique, accentuées ensuite durant l’âge du Bronze, sur les piémonts comme dans les secteurs les plus en altitude. Malgré de nombreuses découvertes concernant la Protohistoire dans les deux massifs, il reste cependant difficile d’appréhender autre chose qu’une anthropisation diffuse pour les périodes antérieures au second âge du Fer.

15Les témoins archéologiques d’occupation se multiplient ensuite pour la fin de l’âge du Fer et le Haut Empire, ce qui reflète sans doute en partie l’efficacité des prospections pédestres pour décrire l’habitat rural laténien et antique. Toutefois, la densité des points d’occupation reconnus dans le Morvan pour ces périodes coïncide bien avec le fort impact des activités agropastorales constaté dans les différents diagrammes polliniques. L’amélioration de la documentation archéologique permet par ailleurs de décrire, à partir du Haut Empire, des nuances dans les modes d’occupation des différentes microrégions (fig. 3).

Fig. 3. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu dans le sud du Morvan et le Jura central durant le Haut Empire (ier-iiie siècle).

Fig. 3. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu dans le sud du Morvan et le Jura central durant le Haut Empire (ier-iiie siècle).

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

16L’occupation antique est ainsi plus facilement perceptible dans les zones de basse altitude, piémonts morvandiaux ou plateaux jurassiens, où la palynologie décrit des milieux très ouverts associés à un dense semis d’établissements privilégiés, bien reconnaissables archéologiquement. Les secteurs d’altitude des deux massifs présentent au contraire des milieux plus boisés, notamment dans la haute chaîne jurassienne, et des vestiges archéologiques de nature plus modeste.

Antiquité tardive

17Comme cela a été décrit plus haut, le haut Moyen Âge n’est pas affecté en Morvan par une déprise agricole, même si la raréfaction des indices archéologiques laisse supposer un changement des modes d’occupation. L’impact anthropique reste d’intensité égale, voire croissante, durant l’Antiquité tardive. Dans le massif jurassien, les analyses palynologiques signalent au contraire une forte reforestation durant les ive et ve siècles, qui paraît liée à une période de crise, ou tout au moins de déprise agricole. De même que dans le Morvan, la rareté des témoins archéologiques pour ces deux siècles ne permet guère d’apporter d’autres éléments de compréhension. Cette période semble donc correspondre à diverses mutations de l’occupation et de l’exploitation du territoire dans les deux massifs, occupation surtout marquée dans les zones d’altitude si l’on en croit la palynologie. Ces changements restent cependant très difficiles à appréhender dans l’état actuel de nos connaissances.

Haut Moyen Âge

18Les données paléo-environnementales enregistrent à partir des viie et viiie siècles une reprise des défrichements en haut Morvan, apparemment liée à des indices d’activités métallurgiques, tandis que l’impact anthropique reste d’intensité égale dans le piémont (fig. 4).

Fig. 4. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le haut Moyen Âge (ve-xe siècle).

Fig. 4. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le haut Moyen Âge (ve-xe siècle).

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

19D’une manière générale, la rareté persistante des textes et des indices archéologiques ne permet guère de statuer sur les formes de l’occupation pour cette période. La localisation de quelques nécropoles des viie et viiie siècles sous les villages actuels semble toutefois signaler une certaine stabilité des points de peuplement à partir de la période mérovingienne.

20Le Jura central suit une évolution parallèle, caractérisée par une augmentation progressive mais généralisée de l’impact anthropique dès les vie et viie siècles. Les analyses polliniques montrent cependant une certaine dichotomie entre des plateaux très exploités et une haute chaîne aux spectres polliniques encore largement forestiers. Les données archéologiques, quoique de qualité inégale, insistent sur le dynamisme des zones de plateaux, particulièrement à proximité des itinéraires menant à la cluse de Joux, où se regroupent plusieurs sites de hauteur, habitats et riches nécropoles. Les textes, quant à eux, évoquent surtout les circulations et les possessions éparses de monastères et de lignages aristocratiques situés à l’extérieur du massif.

Moyen Âge central

21Dans les deux massifs, les données polliniques suggèrent pour le Moyen Âge central une phase d’ouverture du milieu et de fort accroissement des activités agropastorales (fig. 5).

Fig. 5. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le Moyen Âge central et tardif (xie-xve siècle).

Fig. 5. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le Moyen Âge central et tardif (xie-xve siècle).

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

22Si cette mutation touche même les zones de basse altitude, déjà très déboisées, elle s’avère surtout marquante dans les secteurs montagneux. Ces derniers connaissent à la même période l’apparition de nouveaux pouvoirs locaux, monastères fondés dans la haute chaîne jurassienne ou lignages châtelains constructeurs de nombreuses fortifications de hauteur dans le haut Morvan (Locatelli 1999, Chevassu 2015). De telles créations peuvent être vues comme les marqueurs d’un nouveau dynamisme dans des régions qui semblaient rester jusque-là à l’écart des réseaux de pouvoirs. Les sources écrites et l’archéologie permettent également d’envisager l’influence de ces entités seigneuriales sur l’intensification locale des activités humaines, particulièrement dans la haute chaîne jurassienne, où les archives monastiques suggèrent la fixation de pratiques agricoles et d’occupations auparavant diffuses ou temporaires.

23À partir des xiie et xiiie siècles, un semis de peuplement stable et assez dense est attesté dans les zones basses et les fonds de vallées montagnardes des deux massifs, associé à un maillage paroissial qui évoluera peu par la suite. En revanche, les reliefs et les terres d’altitude, moins documentés, restent mentionnés uniquement en tant que terres de parcours exploitées, de manière temporaire, pour le pacage des animaux et le prélèvement de ressources forestières.

Moyen Âge tardif

24Les xive et xve siècles sont caractérisés par une reforestation et une régression des marqueurs d’activités anthropiques dans les séquences polliniques morvandelles et jurassiennes. Si la fermeture du milieu est assez manifeste dans le haut Morvan, sur les plateaux et dans la haute chaîne jurassienne, elle ne semble pas en revanche apparaître dans le piémont morvandiau. Cette évolution paysagère est corrélée par plusieurs abandons de sites fortifiés et de petits habitats groupés, documentés à la fois par les textes et l’archéologie (Bouvard 1997, Chevassu 2015). Une partie de ces désertions peut être liée aux crises épidémiques, climatiques et militaires qui frappent alors toute l’Europe. Toutefois, la période est également marquée dans les deux massifs par la disparition ou la perte d’influence des lignages aristocratiques locaux au profit de grands ensembles territoriaux tels que le duché de Bourgogne. Ce nouvel encadrement seigneurial, intégrant les espaces de montagne à de plus vastes ensembles politiques, pourrait alors favoriser de nouvelles formes d’exploitation du territoire (voir notamment Beck 2008).

Période moderne

25Les deux secteurs étudiés connaissent durant les xvie et xviie siècles une intense déforestation, sensible tant dans les séquences polliniques que dans les textes, à travers la multiplication des conflits concernant l’utilisation des boisements (fig. 6). Les dévastations entraînées par les conflits militaires survenus en Morvan dans la seconde moitié du xvie siècle et dans le Jura entre 1634 et 1644 ne semblent entamer que brièvement cette dynamique d’ouverture du milieu.

Fig. 6. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu au début de la période moderne (xvie et xviie siècles).

Fig. 6. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu au début de la période moderne (xvie et xviie siècles).

PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.

26Le haut Morvan et la haute chaîne jurassienne voient en effet la mise en place de nombreuses activités très consommatrices en bois, bénéficiant d’une ressource encore abondante dans ces espaces. Les créations de mines, d’industries hydrauliques et métallurgiques se multiplient ainsi dans le Jura central dès la fin du xve siècle, tandis que le Morvan se spécialise dans l’export massif de bois de chauffe vers Paris à partir de la seconde moitié du xvie siècle. Les défrichements peuvent également être associés au développement croissant de l’élevage du gros bétail dans les deux régions.

27Ces activités sont notamment liées aux investissements d’une petite bourgeoisie locale qui accapare une partie des revenus seigneuriaux par le biais des amodiations et se distingue par un habitat privilégié. Les reliefs du haut Morvan et de la haute chaîne jurassienne, dont l’occupation était jusque-là temporaire ou très difficile à percevoir, se parsèment alors de nombreux écarts, hameaux et granges d’estive qui témoignent d’une nouvelle dynamique d’appropriation des espaces d’altitude.

Différenciations régionales et microrégionales

28Plusieurs facteurs de différenciation se révèlent à travers ces évolutions. Tout d’abord, bien que les deux massifs présentent des reliefs assez peu élevés, on constate la forte influence des contraintes altitudinales et topographiques sur la mise en valeur du milieu. Les deux régions présentent en effet une dichotomie entre des zones basses, où l’impact anthropique est assez constant, et des secteurs d’altitude plus ou moins montagneux, où les évolutions sont plus contrastées. Les plateaux du Jura central, tout comme les piémonts du sud Morvan, connaissent ainsi de l’Antiquité à nos jours une exploitation agropastorale assez intense, liée à une densité d’occupation pérenne. La présence continue d’élites aisées apparaît chaque fois que les marqueurs archéologiques permettent de l’appréhender, successivement grâce à la présence d’établissements ruraux antiques de forts statuts, de nécropoles altomédiévales privilégiées, puis de nombreux petits sites fortifiés durant le Moyen Âge central et tardif. Des fluctuations marquées caractérisent au contraire la mise en valeur des secteurs montagneux, plus contraignants et sans doute plus dépendants du contexte économique et politique. Les analyses polliniques suggèrent ainsi que le haut Morvan et la haute chaîne jurassienne sont plus fortement affectés par les phases de déprise ou de recomposition territoriale de l’Antiquité tardive et de la fin du Moyen Âge. Ces espaces connaissent également un encadrement seigneurial différent de celui des zones basses, ainsi qu’une évolution spécifique du maillage paroissial. Les reliefs les plus en altitude, au-dessus de 600 mètres dans le Morvan et de 1 100 mètres dans le Jura, sont enfin caractérisés par des modes d’occupation et d’exploitation spécifiques. Jusqu’à la fin du Moyen Âge, ces secteurs paraissent constituer des terres de parcours occupées de manière modeste ou temporaire par des communautés avoisinantes. Les xvie et xviie siècles amènent de nouvelles formes d’appropriation et de peuplement de ces espaces alors de plus en plus déboisés. Dans l’état actuel de nos connaissances, il faut attendre cette dernière période pour que l’occupation des zones de reliefs puisse être appréhendée correctement par la documentation écrite et archéologique.

29La répartition des axes de circulation influence également l’évolution des activités humaines et les dynamiques de peuplement, qui semblent évoluer de manière différente dans les secteurs de passage. Les possibilités de relations avec les zones basses favorisent le développement précoce d’activités spécialisées, tandis que les pouvoirs locaux cherchent à contrôler les circulations. Tout au long de la période médiévale, les centres paroissiaux les plus précoces, les sites fortifiés ou encore les relais monastiques s’échelonnent le long des principales routes. Les déboisements et les activités artisanales s’y développent également de manière préférentielle. Ces phénomènes sont particulièrement sensibles autour des axes routiers transjurassiens, mais apparaissent également vers Autun et le long des itinéraires secondaires parcourant le haut Morvan.

30La présence inégale des ressources d’origine minérale ou végétale constitue enfin un troisième facteur. L’existence de minerais variés dans certaines parties des deux massifs favorise ainsi le développement d’activités métallurgiques et minières d’intensité variable selon les périodes, de la Protohistoire au Moyen Âge central au sud du Morvan, durant le haut Moyen Âge et surtout du xve au xixe siècle pour le Jura. Dans cette même région, l’abondance de forêts de résineux et de pierres calcaires permet la fabrication de poix et de chaux, activités attestées au moins à partir du Moyen Âge central et liées à l’exportation vers les plaines voisines dépourvues de ces ressources. De manière plus générale, la présence de vastes forêts conditionne à partir de la fin du Moyen Âge le développement d’industries consommatrices en combustibles dans tous les secteurs d’altitude.

31Outre ces nuances localisées, les deux massifs présentent quelques différences notables. La phase de repli des activités humaines, qui caractérise l’Antiquité tardive dans la montagne jurassienne, reste ainsi inconnue dans le Morvan. Par ailleurs, la structure du peuplement adopte des formes très différentes dans les deux massifs. Le Jura central est en effet un pays d’habitat groupé majoritaire, excepté pour certains secteurs d’altitude, tandis que le sud du Morvan se caractérise par un éclatement très poussé de l’habitat en multiples hameaux, y compris en plaine. Ces formes d’habitat sont attestées de part et d’autre dès le Moyen Âge central et perdurent jusqu’à nos jours. Cette différence peut s’expliquer par des contraintes naturelles, telle l’hydrographie des régions concernées, mais également par des facteurs politiques, comme l’absence de regroupement médiéval de l’habitat autour des chefs-lieux paroissiaux ou seigneuriaux.

Conclusion

32La confrontation des données présentées ici permet de décrire les rythmes et les modalités de l’anthropisation dans deux massifs aux spécificités marquées. Au-delà de divers biais engendrés par des états de connaissance variables, ces comparaisons mettent en évidence une évolution spécifique du peuplement dans les zones hautes des deux massifs, qui connaissent des mutations distinctes de celles décrites dans les plaines environnantes. Cette évolution est en grande partie comparable à ce qui a pu être observé par ailleurs dans d’autres montagnes, Alpes, Vosges, Massif central ou Pyrénées. On retrouve dans ces différents massifs un même accroissement progressif des activités humaines à partir de la période mérovingienne, ainsi que deux phases de forte augmentation de l’anthropisation durant le Moyen Âge central et la période moderne. Ces mutations semblent par ailleurs être directement associées à divers changements dans les formes d’occupation et d’encadrement politique de ces mêmes territoires.

33Des particularités apparaissent cependant au sein de ces tendances communes, notamment pour les secteurs les plus montagneux, qui voient la mise en place de formes particulières de peuplement et de présence élitaire. Les zones de basse altitude et les zones de passage connaissent, elles, des évolutions moins contrastées. Cette différence pérenne explique quelques-unes des spécificités qui caractérisent la structuration des communautés humaines et de l’habitat dans le Morvan et le Jura, massifs dont l’aspect actuel est toutefois largement dû aux spécialisations forestières et pastorales de l’époque contemporaine.

Bibliographie

Beck C., 2008, Les eaux et forêts en Bourgogne ducale (vers 1350-vers 1480) : société et biodiversité, Paris, L’Harmattan.

Bichet V., Richard H., Chevassu V., 2017, Programme de recherche ArcheoPal haut Jura central : rapport d’activité 2017, secteur des Fourgs et des Hôpitaux-Vieux (Doubs, France), Besançon, université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-environnement.

Bouvard A., 1997, Châteaux et bourgs de la montagne du Doubs, Montbéliard, Société d’émulation de Montbéliard.

Chevassu V., 2015, « Les Roches de Glenne, la Tour de Vauteau et le Mont Touleur : châteaux et peuplements en Morvan médiéval », dans Mouillebouche H. (dir.), Chastels et maisons-fortes, vol. 5, Actes des Journées de castellologie de Bourgogne, Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne, p. 43-65.

Cupillard C., 2013, « La haute vallée du Doubs entre 13000 et 5000 av. J.‑C. : des derniers chasseurs de rennes aux premiers agriculteurs », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, vol. 55, p. 188-227.

Gauthier É., 2004, Forêts et agriculteurs du Jura : les quatre derniers millénaires, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Gauthier É. et Richard H., 2006, « La forêt jurassienne au cours des deux derniers millénaires à la lumière de quelques diagrammes polliniques », dans Dupouey J.‑L., Dambrine E., Dardignac C., Georges-Leroy M., La mémoire des forêts : actes du colloque Forêt, archéologie et environnement, Paris : ONF et INRA / Metz : DRAC Lorraine, p. 36-47.

Jouffroy-Bapicot I., 2010, « Évolution de la végétation du massif du Morvan (Bourgogne, France) depuis la dernière glaciation à partir de l’analyse pollinique : variations climatiques et impact des activités anthropiques », thèse de doctorat, Besançon, université de Franche-Comté.

Jouffroy-Bapicot I., Vannière B., Gauthier É., Richard H., Monna F., Petit C., 2013, « 7000 years of vegetation history and land-use changes in the Morvan Mountains (France): A regional synthesis », The Holocene, vol. 32, no 12, p. 1888-1902.

Leroux A. 2010, « Caractérisation et évolution des flux détritiques et authigènes en contexte lacustre carbonate au cours du Tardiglaciaire et de l’Holocène (lac Saint‐Point, haute chaîne du Jura) : implications paléoclimatiques et paléoenvironnementales », thèse de doctorat, Besançon, université de Franche-Comté.

Locatelli R., 1999, L’abbaye de Mont-Sainte-Marie et le haut Doubs forestier : 800 ans d’histoire, Labergement-Sainte-Marie, Les Amis de l’abbaye de Mont-Sainte-Marie et de Saint-Théodule.

Murgia L., 2016, « Mémoire des lacs et mémoire des sociétés du Moyen Âge à nos jours : approche palynologique et historique de la moyenne montagne jurassienne et alpine (lac de Remoray, Doubs ; glissement du mont Granier, Savoie) », thèse de doctorat, Besançon, université de Franche-Comté.

Nouvel P., Chevassu V., Izri S., Stock A., Thivet M., 2016, L’occupation des territoires entre Morvan et Arroux de la Préhistoire au Moyen Âge : rapport de prospection-inventaire 2015, Besançon, université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-environnement.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Le Jura central pontissalien : localisation du secteur étudié et des études paléo-environnementales.
Crédits PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. – Le sud Morvan-Autunois, localisation du secteur d’étude, des études paléo-environnementales et des microrégions : Autunois-val d’Arroux, Morvan collinéen, haut Morvan.
Légende 1 : Anost (Saône-et-Loire). 2 : Arleuf (Nièvre). 3 : Roussillon-en-Morvan (Saône-et-Loire). 4 : La Celle-en-Morvan (Saône-et-Loire). 5 : Tavernay (Saône-et-Loire). 6 : Saint-Forgeot (Saône-et-Loire). 7 : Fâchin (Nièvre). 8 : Villapourçon (Nièvre). 9 : Glux-en-Glenne (Nièvre). 10 : Saint-Prix (Saône-et-Loire). 11 : La Grande-Verrière (Saône-et-Loire). 12 : Monthelon (Saône-et-Loire). 13 : Autun (Saône-et-Loire). 14 : Larochemillay (Nièvre). 15 : Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire). 16 : Poil (Nièvre). 17 : La Comelle (Saône-et-Loire). 18 : Laizy (Saône-et-Loire). 19 : Brion (Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu dans le sud du Morvan et le Jura central durant le Haut Empire (ier-iiie siècle).
Crédits PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 4. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le haut Moyen Âge (ve-xe siècle).
Crédits PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 5. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu durant le Moyen Âge central et tardif (xie-xve siècle).
Crédits PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 6. – Répartition des points de peuplement connus et ouverture du milieu au début de la période moderne (xvie et xviie siècles).
Crédits PAO Valentin Chevassu, fond de carte IGN 2017.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/7182/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

Auteurs

Laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249, université de Franche-Comté / CNRS)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access