Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu

 | 
Marianne Deschamps
, 
Sandrine Costamagno
, 
Pierre-Yves Milcent
, 
et al.

Occupation et exploitation du milieu montagnard

Économie animale et territoire au Néolithique dans les Alpes occidentales : un même son de cloche ? Les sites de La Grande Rivoire (Sassenage, Isère, France), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie, France) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse)

Animal management and territory in the Neolithic in the Western Alps: same story? La Grande Rivoire (Sassenage, Isère, France), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie, France) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse).

Patricia Chiquet

Résumé

Cet article présente les premiers résultats de l’étude archéozoologique de trois sites localisés dans les Alpes occidentales et occupés au Néolithique : La Grande Rivoire (Sassenage, Isère, France), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie, France) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse). Les analyses indiquent un recours important au gibier dans le bassin de l’Isère, tandis qu’en Valais, l’élevage est pratiqué de manière quasi exclusive. Les différences observées en termes de moyens de subsistance tendent cependant à s’estomper au cours du Néolithique, puisqu’un recentrage des activités autour des caprinés domestiques s’opère dans le bassin de l’Isère au tournant du ive millénaire avant notre ère. Une diversification de l’élevage au cours du temps est perceptible dans les deux régions et tend à se renforcer au Néolithique final. Les mutations économiques enregistrées au cours du Néolithique paraissent illustrer un même processus, une appropriation progressive de l’espace montagnard prenant appui sur les activités pastorales.

Recent analyses have been conducted on animal remains from Neolithic settlements located in the Upper Rhone Valley (Valais, Switzerland) and in the Northern French Alps in order to characterize breeding practices. Initial results suggest that the two regions under review offer different economic systems, with a significant use of game in the Isère basin, whereas in the Valais region, breeding is practised almost exclusively. The differences observed in terms of means of subsistence between these regions, however, tend to fade during the Neolithic, since a refocusing of activities around goats and sheep seems to be taking place in the Isère basin at the turn of the 4th millennium BC. A diversification of breeding over time is perceptible in both regions and tends to strengthen in the Final Neolithic. The economic changes recorded seem to illustrate the same process, a progressive (re)structuring of the territory that reflects an appropriation of the mountain area based on pastoral activities.

Texte intégral

Cet article présente les premiers résultats d’un projet financé par le Fonds national suisse (projet no PMPDP1_173551/1) et intitulé « Aux origines du pastoralisme alpin : nouvelles recherches sur les productions animales et la gestion des troupeaux dans les Alpes valaisannes et les Alpes françaises du Nord au Néolithique ». Je remercie le Muséum d’histoire naturelle et l’université de Genève, les musées cantonaux et le service cantonal d’Archéologie du Valais ainsi que Pierre-Yves Nicod, Jacqueline Studer, Marie Besse, Pierre-Jérôme Rey et Dominique Baudais, pour leur aide et le soutien apporté à ce projet.

« Ils se tenaient dans le silence devant cet arrangement qui est fait depuis toujours, devant ces choses bien trop grandes et auxquelles plus rien ne change, devant ce qui ne change pas, qui est l’arrangement d’ensemble ; l’ordre à l’arbre d’être plus bas que l’herbe, à l’herbe d’être au-dessus de l’arbre, aux rochers d’être au-dessus de l’herbe, et aux neiges et à la glace d’être par-dessus le rocher ; eux là-devant, devant ce qui est commandé, mais eux aussi sont commandés. » (Charles Ferdinand Ramuz, La Séparation des races.)

1L’appropriation de la montagne par les premiers paysans néolithiques a très tôt suscité des interrogations quant à la nature des relations qui se sont établies entre l’homme et l’animal dans ce milieu contrasté. Différents modèles socio-économiques ont été proposés pour expliquer les systèmes pastoraux et l’exploitation des territoires au cours du Néolithique dans les Alpes occidentales (Crotti et al. 1983, Baudais et al. 1987, Beeching et al. 2000).

2C’est dans la perspective d’approfondir notre connaissance de l’économie animale alpine au Néolithique et d’appréhender plus finement l’organisation de l’élevage dans le temps et l’espace (alimentation, productions, saison des naissances, territoires pastoraux, etc.) que nous avons entrepris un projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), dont les premiers résultats sont présentés ici. Cette recherche est basée sur l’analyse des restes osseux d’animaux de plusieurs sites archéologiques datés du Néolithique (5 500-2 200 av. J.‑C.) et localisés dans deux secteurs des Alpes occidentales, d’une part dans la haute vallée du Rhône, qui correspond ici au canton suisse du Valais, d’autre part dans le bassin de l’Isère, localisé dans les Alpes françaises du nord (fig. 1).

Fig. 1. – Localisation des sites intégrés au projet FNS avec, en blanc, les trois sites présentés dans l’article : La Soie (Savièse, Valais, Suisse), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie), La Grande Rivoire (Sassenage, Isère).

Fig. 1. – Localisation des sites intégrés au projet FNS avec, en blanc, les trois sites présentés dans l’article : La Soie (Savièse, Valais, Suisse), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie), La Grande Rivoire (Sassenage, Isère).

La grande pastille (Sion) rassemble différentes séries de la région sédunoise.

PAO Patricia Chiquet.

3Ces secteurs montrent des variations topographiques et climatiques importantes, qui induisent une grande variété de paysages et par conséquent une grande diversité végétale et animale. L’étagement altitudinal des biotopes offre des ressources naturelles variées, susceptibles d’être exploitées par les hommes et leurs troupeaux. Le choix d’étudier ces deux secteurs découle d’une volonté d’approcher l’économie des premières sociétés agropastorales à une échelle suprarégionale et d’en examiner la mise en place et les développements dans des secteurs pour lesquels des fonctionnements socio-économiques différents ont été pressentis.

4Dans le bassin de l’Isère, les composantes néolithiques semblent se manifester de façon asynchrone, suggérant une acculturation des sociétés autochtones de chasseurs-cueilleurs au contact des premières populations paysannes du midi de la France (Nicod 2008). Le Néolithique ancien demeure peu documenté, avec des ensembles qui apparaissent parfois comme ambigus (Bridault et Chaix 1999, Marguet et al. 2008, Nicod et al. 2012). Une économie de production ne semble attestée qu’à basse altitude, à Balme Rousse par exemple (alt. 650 m., Chaix et al. 1991), alors qu’en altitude, à l’Aulp du Seuil (alt. 1 700 m.), les espèces identifiées témoignent d’activités exclusivement cynégétiques et saisonnières (Bintz et al. 2015). La situation est sans doute plus complexe, puisqu’à La Grande Rivoire (alt. 580 m.) un épisode épicardial présentant les caractéristiques d’une bergerie succède à un premier Néolithique où la chasse est pratiquée de façon exclusive (Marguet et al. 2008, Nicod et al. 2010 et 2012).

5Au Néolithique moyen (4 700-3 500 av. J.‑C.), l’implantation d’une économie agropastorale dans le nord-ouest des Alpes françaises se renforce et atteint désormais les vallées internes. Les travaux de prospection et de sondages réalisés depuis la fin des années 1990 ont permis d’accroître fortement notre connaissance du peuplement des vallées alpines, notamment celles de la Tarentaise et de la Maurienne (Marguet et al. 2008, fig. 24). La fréquentation de ces vallées prend diverses formes et témoigne d’affinités culturelles multiples, mais toujours clairement méridionales, avec par exemple les bassins rhodanien et padan (Denaire et al. 2011, Van Willigen et al. 2016, Rey 2016a et 2016b). Le modèle socio-économique envisagé pour la moyenne vallée du Rhône dès la fin du Néolithique ancien, et qui pourrait être étendu au bassin de l’Isère, insiste sur la mobilité des groupes humains au sein d’un vaste territoire s’articulant entre plaine et montagne et dont la gestion repose sur différents types de sites, aux fonctionnalités complémentaires (Beeching et al. 2000, Beeching 2003, Helmer et al. 2005, Brochier et Beeching 2006 et 2008). Des analyses archéozoologiques ont permis d’affiner ce modèle et d’envisager une segmentation des troupeaux de bovins et de caprinés au cours de l’année, en relation avec une spécialisation des lieux (grotte-bergerie ou site de plein air / place centrale), mais également des personnes en charge de différentes catégories d’animaux (Bréhard et al. 2010, Bréhard 2011).

6Le Néolithique final nord-alpin (3 500-2 200 av. J.‑C.) reste pour sa part encore mal défini, même s’il semble faire l’objet d’influences culturelles diverses avant d’être touché par le phénomène campaniforme. En moyenne vallée du Rhône, le système pastoral tend à se complexifier, sans rompre pour autant avec les pratiques antérieures (Blaise et al. 2010).

7Contrairement au bassin de l’Isère, le Valais central concentre un grand nombre de gisements, avec une cinquantaine de sites néolithiques répertoriés dans la région de Sion et Saint-Léonard, dont certains sont parmi les plus anciens témoignages néolithiques de Suisse. Dès le Néolithique ancien (5 500-4 700 av. J.‑C.), la région voit l’implantation de communautés agropastorales originaires d’Italie septentrionale, qui s’installent avec toute la « panoplie néolithique » : élevage, agriculture, céramique, pierre polie… (Gallay et al. 1983, Baudais et al. 1989-1990, Müller 1995, Besse et Piguet 2011, Curdy et al. 2015). Habitats et nécropoles vont se concentrer en basse altitude durant tout le Néolithique, principalement en bordure de la plaine du Rhône, avec une extension en direction des vallées latérales et une augmentation des indices archéologiques en altitude au Néolithique final (Curdy et al. 1999, Curdy 2007). Les recherches portant sur le Néolithique valaisan se cristallisent depuis plusieurs décennies autour de la question de l’exploitation de ce milieu montagnard et de la mobilité qui a pu en découler (Baudais et al. 1987 et 1989-1990, Crotti et al. 1983, Gallay 1983, Curdy et al. 1999, Curdy 2007, Curdy et Chaix 2013, Hafner 2015 : vol. 2 p. 174). Le modèle de peuplement proposé par A. Gallay en 1983 est bien différent de celui élaboré pour la moyenne vallée du Rhône, puisqu’il suppose un habitat néolithique sédentaire localisé uniquement à basse altitude et une économie agropastorale qui se cantonne à l’étage collinéen, avec toutefois la possibilité d’une utilisation des pâturages d’altitude. Les études des restes animaux et végétaux disponibles à ce jour indiquent effectivement le recours presque exclusif à une économie de production (Chaix 1976, Martin 2015). Des occupations temporaires ont néanmoins été mises au jour à haute altitude, mais n’ont pas livré de restes de faune. La découverte d’un bol en bois et de flèches datés du Néolithique moyen et final au col du Schnidejoch, situé à plus de 2 750 mètres d’altitude et reliant la vallée du Rhône à l’Oberland bernois, témoigne d’une fréquentation de ces espaces d’altitude dès le début du ve millénaire avant notre ère et pose sérieusement la question de l’emploi des pâturages d’altitude depuis la région de Sion (Hafner et Schwörer 2018).

8Ainsi, ces deux modèles se distinguent notamment par le degré de mobilité du bétail (et des individus) qu’ils supposent, puisqu’en Valais une forte sédentarité est envisagée, avec une agriculture et un élevage qui se déploient à l’étage collinéen aux abords des habitats, tandis qu’un déplacement intramontagnard du bétail vers les pâturages d’altitude à la belle saison n’est que présumé ; en moyenne vallée du Rhône, ce sont au contraire les mouvements de l’homme et de ses troupeaux qui paraissent orchestrer l’organisation territoriale des communautés néolithiques entre plaine et montagne au cours de l’année.

9Afin de prendre la mesure de ces différences, nous avons choisi de présenter ici trois séries archéozoologiques inédites et d’interroger leur place dans ces modèles généraux. Il s’agit du site de La Soie, localisé dans le Valais central, et de deux sites du bassin de l’Isère : l’abri de La Grande Rivoire, situé en bordure septentrionale du massif du Vercors, et le site du Chenets des Pierres, sis au cœur de la Savoie, à mi-parcours entre le Valais et la moyenne vallée du Rhône (fig. 1).

Méthodes et matériel

10L’identification du matériel a eu lieu au Muséum d’histoire naturelle de Genève, à l’aide de la collection de référence du département d’archéozoologie. Divers articles et ouvrages ont également été mobilisés, afin d’identifier notamment les restes de caprinés (voir entre autres Boessneck et al. 1964, Fernandez 2001, Zeder et Pilaar 2010, Gillis et al. 2011). Il s’agit d’un des principaux enjeux de cette recherche, dans la mesure où cette sous-famille domine clairement le spectre des trois sites analysés, mais se manifeste sous la forme de quatre espèces distinctes : le chamois (Rupicapra rupicapra L., 1758), le bouquetin (Capra ibex L., 1758), la chèvre (Capra hircus L., 1758) et le mouton (Ovis aries L., 1758) (fig. 2). Cette étape d’attribution à l’une ou l’autre de ces espèces s’avère cruciale, si l’on veut pouvoir évaluer le rapport entre activités de chasse et d’élevage, mais aussi la contribution relative des différents animaux et les modes d’exploitation qui les caractérisent.

Fig. 2. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : restes de caprinés du Néolithique moyen.

Fig. 2. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : restes de caprinés du Néolithique moyen.

De gauche à droite : phalanges intermédiaires de chamois, bouquetin, chèvre et mouton.

Photos Patricia Chiquet.

11En ce qui concerne les suinés, nous avons rencontré les mêmes difficultés à séparer la forme domestique et la forme sauvage, d’autant que les restes sont souvent issus de sujets en cours de croissance. C’est pourquoi une grande part des restes demeure attribuée à la catégorie générique Sus sp.

12Un intérêt particulier a été porté à l’âge des sujets, puisque cette étude cherche notamment à établir la composition des cheptels. Seuls les caprinés du site de La Soie se prêtent pour l’instant à une telle approche. Sur les deux sites du bassin de l’Isère, où l’identification des restes n’est pas terminée, les restes osseux sont majoritairement des esquilles de taille réduite d’un poids moyen qui n’atteint pas le gramme. Le taux d’identification y est inférieur à 10 % et les effectifs dentaires par ensemble chronologique demeurent à l’heure actuelle trop faibles, avec moins d’une centaine de dents de caprinés identifiées sur chaque site pour l’ensemble de leur séquence chronologique.

13Les âges des caprinés ont été estimés en combinant l’observation de l’éruption et de l’usure dentaires et la mesure d’indice d’usure (Vigne et Helmer 2007) (tabl. 1). Les classes d’âge retenues (0‑2 mois, 2‑6 mois, 6‑12 mois, 1‑2- ans, 2‑4 ans, 4‑6 ans, > 6 ans) sont celles proposées par D. Helmer (2000, modifiées d’après Payne 1973).

14La construction des profils d’abattage repose ici sur la fréquence du nombre de dents (supérieures et inférieures) attribuées à chaque classe d’âge. Les dents encore fixées dans la mandibule ou le maxillaire ont été décomptées au même titre que les dents isolées, afin d’atténuer les effets de la dissociation différentielle (Vigne 1988). Le nombre minimum d’individus (NMI) auquel elles peuvent se rapporter est également fourni dans les profils. Les classes d’âge ne présentant pas toutes la même amplitude, les fréquences ont été corrigées en fonction de la durée de chaque classe. Nous avons choisi de mettre également à disposition du lecteur le décompte précis du nombre de dents attribuées à chaque classe d’âge (tabl. 1).

Tabl. 1. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couche 6, couche 5 et couche 4 : décompte du nombre de dents attribuées à chaque classe d’âge.

Tabl. 1. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couche 6, couche 5 et couche 4 : décompte du nombre de dents attribuées à chaque classe d’âge.

Les valeurs présentant des décimales illustrent le fait que certaines dents n’ont pas pu être rattachées à une seule classe. Leur nombre a donc été divisé en conséquence.

15L’interprétation de ces profils d’abattage en termes de production (lait, viande, toison, etc.) s’appuie principalement ici sur la typologie proposée par D. Helmer et J.-D. Vigne (Helmer et Vigne 2004, Vigne et Helmer 2007), qui distinguent 5 types principaux :

  • Deux modes d’exploitation de la viande, l’un caractérisé par un abattage des bêtes âgées de 6 à 12 mois (classe C) en vue d’obtenir de la viande tendre, l’autre centré sur des bêtes un peu plus âgées (classe D : 1-2 ans), ayant atteint leur maturité pondérale ;
  • Deux modes d’exploitation du lait, le premier avec un abattage marqué des jeunes encore au pis (classe A : 0-2 mois), le second où les agneaux sont gardés sur pied, mais avec un accès restreint au pis. Dans ce dernier cas, le profil montre avant tout l’abattage des femelles réformées entre 2 et 6 ans (classes EF et G) ;
  • Enfin, un type d’exploitation de la toison qui se traduit par un abattage des mâles comme des femelles âgés de plus de 4 ans (classes G et HI).

16De plus, d’après une étude réalisée par E. Blaise (2006), un abattage des jeunes après sevrage (classe B : 2-6 mois) pourrait révéler une optimisation du rendement en viande des agneaux associée à une utilisation du lait, pour autant que l’accès des petits au pis soit restreint. Ce système traduirait également une régulation des troupeaux avant l’hiver, en admettant bien sûr des mises bas au printemps (Helmer et al. 2005, Blaise 2005).

Les sites

La Grande Rivoire (Sassenage, Isère, France)

17L’abri de La Grande Rivoire est situé dans la vallée du Furon, près de Grenoble, dans le nord du massif du Vercors (fig. 1). Couvrant une surface d’environ 80 m2, il est exposé plein sud, à 580 mètres d’altitude. Le site a fait l’objet d’une fouille préventive entre 1986 et 1994 sous la direction de R. Picavet, puis d’une fouille programmée entre 2000 et 2017, sous la conduite de P.-Y. Nicod. Les niveaux du Néolithique qui nous intéressent ici sont exclusivement les niveaux de bergerie couvrant la période allant de 5 000 à 2 600 avant notre ère (fig. 3).

Fig. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : coupe stratigraphique dans la séquence médiane et attribution chronoculturelle.

Fig. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : coupe stratigraphique dans la séquence médiane et attribution chronoculturelle.

PAO Cyril Bernard.

18D’après les analyses sédimentologiques et micromorphologiques, ces dépôts accumulés sur 1,5 mètre d’épaisseur correspondent à une alternance de couches d’excréments d’herbivores fossilisés et de couches de cendres de bois, les premières étant liées au parcage d’animaux, les secondes résultant de feux de bois vraisemblablement allumés pour réduire le volume des fumiers et assainir le lieu (Nicod 2008, Nicod et al. 2010). Des crottes de caprinés (mouton et / ou chèvre) parfaitement conservées sont parfois encore visibles dans ces niveaux et viennent appuyer l’hypothèse d’une utilisation de l’abri comme bergerie.

19Dans le cadre de cette hypothèse fonctionnelle, la découverte dans les niveaux du Néolithique moyen 1, autour de 4 500 av. J.‑C., de fragments de récipients perforés interprétés comme des fragments de faisselles, apparaît comme l’illustration d’un traitement du lait au sein même de la bergerie. Les analyses des restes végétaux suggèrent, pour leur part, une fréquentation entre le début du printemps et la fin de l’automne et un apport intentionnel de végétaux sur le site sous la forme de rameaux feuillus et fleuris pour l’entretien et l’alimentation des bêtes (Delhon et al. 2008). Les analyses palynologiques et phytolithologiques de deux coprolithes de caprinés du Néolithique moyen indiquent quant à elles une consommation, certes ponctuelle (compte tenu du matériel analysé), de feuillage recueilli à la fin du printemps ou en début d’été (Nicod et Picavet 2014, analyses effectuées par J. Argant et C. Delhon).

20Plus de 10 000 restes osseux ont été examinés à ce jour (tabl. 2). Il s’agit principalement du matériel recueilli lors de la fouille planimétrique d’un secteur d’environ 15 m2 (N 12-15) localisé entre la zone abritée et celle soumise aux intempéries, auquel est associé le matériel du secteur adjacent (NR 16-21), abrité par le surplomb de la falaise et dont l’étude préliminaire a été réalisée par L. Chaix (Nicod et al. 2010). Pour l’instant, seuls 500 vestiges ont été déterminés au niveau de l’espèce ou du genre (y compris ici « caprinés indéterminés »), ce qui représente 5 % du nombre total de restes, mais tout de même 56 % du poids correspondant. Une quinzaine d’espèces ont été reconnues, principalement des taxons sauvages qui témoignent d’une exploitation des alentours de l’abri, soit un milieu boisé présentant également des escarpements et des pentes herbeuses qui conviennent au chamois. La découverte de fragments de carapaces et d’ossements de cistude (Emys orbicularis L., 1758) évoque un prélèvement dans des eaux calmes, à faible altitude (< 500 m., plaine de l’Isère) et à la belle saison, puisqu’à l’automne les cistudes s’enfouissent dans la vase jusqu’au printemps (Duguy et Baron 1998).

Tabl. 2. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : spectre de faune par ensemble chronologique.

Tabl. 2. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : spectre de faune par ensemble chronologique.

NR : nombre de restes ; PR : poids des restes en grammes.

21D’un point de vue diachronique, le gibier tend à être moins abondant entre le Néolithique ancien et final, et ce recul touche tout particulièrement les ruminants, c’est-à-dire le cerf, mais aussi le chevreuil et le chamois (tabl. 2 ; fig. 4a).

Fig. 4. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des animaux sauvages versus domestiques au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.

Fig. 4. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des animaux sauvages versus domestiques au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.

a : La Grande Rivoire. b : Le Chenet des Pierres. c : La Soie.

PAO Patricia Chiquet.

22La contribution des petits ruminants, dont l’identification spécifique pose souvent problème, devient plus évidente lorsque sont considérées des catégories d’animaux élargies (fig. 5a). L’image montre une nette diminution des grands ruminants au cours du temps, qui reproduit avant tout le recul de la chasse au cerf, tandis que l’exploitation des petits ruminants semble prendre le pas sur les autres catégories d’animaux à partir du Néolithique moyen 2.

Fig. 5. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des diverses catégories de mammifères exploités sur le site au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.

Fig. 5. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des diverses catégories de mammifères exploités sur le site au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.

a : La Grande Rivoire. b : Le Chenet des Pierres. c : La Soie. La catégorie « autres » comprend les « divers sauvages » et les « carnivores indéterminés ».

PAO Patricia Chiquet.

23Parmi le cheptel domestique, le bœuf et les caprinés sont les animaux qui apparaissent le plus régulièrement dans la séquence (tabl. 2). La présence du mouton et de la chèvre est confirmée. Une vingtaine de dents jugales de chute leur appartenant ont également été recueillies, plutôt dans les horizons les plus anciens du secteur le moins abrité (NR 12-15) (tabl. 3).

Tabl. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), secteur NR 12-15 : décompte du nombre de dents de chute de mouton et de chèvre par ensemble chronologique.

Tabl. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), secteur NR 12-15 : décompte du nombre de dents de chute de mouton et de chèvre par ensemble chronologique.

24Rappelons ici que les dents de chute sont des dents de lait perdues du vivant de l’animal, au moment où les dents définitives se mettent en place. Leur découverte sur le site est donc à mettre en relation avec le fait que certains caprinés, âgés d’1 à 2 ans au moment du changement dentaire, passaient du temps sous l’abri, ce qui viendrait conforter l’hypothèse d’une utilisation de ce dernier ou d’une partie de celui-ci comme bergerie. Pourtant, alors que des niveaux de fumiers extrêmement développés et une forte fragmentation des vestiges suggèrent un parcage intense, leur nombre peut paraître faible par comparaison aux centaines de dents de chute évoquées dans certaines grottes bergeries du sud-est de la France, comme celle de Fontbrégoua (Helmer 1984). Dans cette dernière, les dents de chute représentent presque 70 % des dents recueillies. Plus proche de La Grande Rivoire, la grotte de l’Abbaye, à Chazey-Bons, dans l’Ain (alt. 270 m.), a fourni un taux comparable (22 / 33) de dents de chute dans des niveaux datés entre 4 300 et 3 800 av. J.‑C. (Chiquet, inédit). À La Grande Rivoire, dans les niveaux néolithiques du secteur NR 12-15, étudié intégralement, leur nombre correspond à plus du tiers des dents de caprinés identifiées (16 / 41). Si la proportion de dents de chute est moindre à La Grande Rivoire, elle n’en est pas moins le signe d’un parcage sur place de caprinés.

25De tels vestiges sont totalement absents de sites d’habitat, comme nous avons pu l’observer par exemple en Valais ou sur le plateau suisse (Chiquet 2011 et 2012) et peuvent également faire défaut sur des sites où le parcage est attesté (Helmer 1984, Helmer et al. 2005). Diverses raisons peuvent être envisagées pour expliquer cette différence de proportion de dents de chute. La dimension des sites et leur capacité d’accueil, leur localisation et leur configuration (grotte profonde ou abri) sont des variables qui ont pu agir sur la taille et la composition des troupeaux. La durée de fréquentation de l’abri au cours de l’année intervient également sur la quantité de fumier accumulé par un troupeau, tandis que la période de fréquentation du site peut faire varier le nombre de dents de chute susceptibles d’être retrouvées. Rappelons en effet que les changements dentaires interviennent à des âges assez précis. Pour trouver des molaires de lait de chute, il faut que les animaux soient présents sous l’abri au moment du changement dentaire, qui a lieu un peu avant l’âge de 20 mois pour la chèvre, un peu après pour le mouton (Helmer et al. 2005), c’est-à-dire entre la fin de l’été et le début de l’hiver. Cela implique que la reproduction soit ajustée au cycle des saisons et que les naissances aient lieu entre la fin de l’hiver et le début du printemps, ce que l’on peut à notre avis envisager, compte tenu des données disponibles aujourd’hui sous nos latitudes pour le Néolithique européen (Balasse et al. 2017).

26Une présence sous l’abri plutôt au printemps et en début d’été, c’est-à-dire en dehors de la période où s’effectue le remplacement des molaires de lait, pourrait donc s’accompagner d’un faible nombre de dents de chute. Notons encore que lorsque le troupeau est géré en plusieurs lots, parqués en divers lieux et rassemblant chacun une catégorie d’animaux (par exemple brebis et agneaux, femelles n’ayant pas encore mis bas…), certaines classes d’âge vont être sous-représentées, ce qui peut également conduire à l’absence de certains vestiges comme les dents de chute (Brochier et al. 1992).

27Enfin, rappelons que le matériel analysé jusqu’à présent ne représente qu’une partie de la surface de l’abri et que ce dernier abritait des bêtes, mais également les personnes qui les accompagnaient. L’analyse de la distribution spatiale des vestiges permettra dans le futur de se faire une idée de l’aménagement de l’espace et de la place dédiée aux animaux.

28Si les indices saisonniers sont ténus pour l’instant, la découverte, dans les niveaux du Néolithique ancien et moyen 1, de divers ossements appartenant à des agneaux ou cabris (NR = 20) et à des veaux (NR = 3) morts aux alentours de la naissance et dans les mois qui suivent est à mettre en relation avec une présence de femelles (brebis ou chèvres, vaches) sous l’abri au moment des mises bas. Ces éléments témoignent là encore d’une fréquentation plutôt à la belle saison. De plus, la présence de femelles allaitantes rend également plausible l’hypothèse d’une exploitation du lait sur le site. Si les éléments dont nous disposons convergent vers une occupation à la belle saison, rien ne nous permet d’exclure une utilisation prolongée de l’abri à d’autres moments de l’année.

29Pour le Néolithique moyen 2 et final, nous ne disposons pour l’instant d’aucune information probante sur la période de fréquentation du site.

Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie, France)

30Le site du Chenet des Pierres, aux Moulins de Bozel, est localisé à l’intérieur du massif alpin, dans la vallée du Doron de Bozel, un affluent de l’Isère (fig. 1). Le site a été fouillé entre 1999 et 2016 sous la direction de P.-J. Rey. Les occupations humaines ont pris place dans un chaos de blocs rocheux, à une altitude de 940 mètres environ. Bien qu’il soit situé en pied d’ubac, le site jouit d’une très bonne insolation en été, alors qu’en hiver les conditions y sont difficiles. Ces observations laissent supposer une fréquentation plutôt saisonnière du site (Rey 2015). Le caractère remarquable du lieu où il est implanté est à souligner, de même que sa position géographique, à proximité de la vallée de la Tarentaise, l’une des principales voies de circulation ralliant les versants français et italien des Alpes.

31Le matériel provient du secteur 3, correspondant à une terrasse d’une trentaine de mètres carrés, délimitée par deux grands blocs (fig. 6).

Fig. 6. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : vue générale du secteur 3.

Fig. 6. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : vue générale du secteur 3.

Photo Pierre-Jérôme Rey.

32D’après la typologie céramique et les datations radiocarbone, il est possible de distinguer deux ensembles archéologiques principaux, attribuables tous deux au Néolithique moyen et comportant un matériel diversifié et abondant. L’ensemble 4, représenté par les niveaux 4II et 4I, regroupe des occupations de la seconde moitié du ve millénaire avant notre ère. S’y rapportent des éléments céramiques révélant des influences d’origine nord-italienne (VBQ, vasi a bocca quadrata) et rhodanienne (Saint-Uze récent) (Rey 2016b). L’ensemble 3, formé des niveaux 3III à 3I, témoigne de plusieurs fréquentations au cours des deux premiers tiers du ive millénaire avant notre ère. La céramique présente des caractéristiques qui la rapprochent ici encore du Piémont italien et de la vallée du Rhône (Rey 2016b). En ce qui concerne la nature des occupations, les indices sont discrets, mais suggèrent des changements dans les modalités d’utilisation du lieu au cours du temps. La présence d’une probable architecture en terre et bois au Néolithique moyen 1 est suspectée et parlerait en faveur d’occupations d’assez longue durée, de l’ordre de plusieurs mois, alors qu’au cours du Néolithique moyen 2, l’endroit semble fréquenté brièvement, mais de façon répétée (Rey 2015). L’analyse des restes végétaux montre, pour les deux ensembles, la présence de nombreuses céréales ainsi qu’une importante activité de cueillette, qui se déploie sur un large territoire (étages collinéen, montagnard et subalpin). La possibilité d’une culture locale d’altitude est envisagée pour certaines céréales, notamment au Néolithique moyen 2 (Martin 2014).

33Plus de 4 000 restes fauniques ont été analysés à ce jour (tabl. 4). Ils sont répartis assez équitablement entre les deux ensembles. La faune sauvage apparaît variée et reflète bien l’étage montagnard dans lequel s’inscrit le site, ainsi que les secteurs alentour. Tandis que certaines espèces répertoriées affectionnent les zones pentues, rocailleuses et plutôt ouvertes (marmotte, lièvre, bouquetin, chamois), d’autres recherchent un milieu plus forestier (cerf, lynx, écureuil, sanglier). Ces données font tout à fait écho aux résultats de l’étude des restes végétaux, montrant une prédation qui couvre toute la hauteur du versant.

Tabl. 4. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : spectre de faune par ensemble chronologique.

Tabl. 4. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : spectre de faune par ensemble chronologique.

NR : nombre de restes. PR : poids des restes en grammes.

34L’examen sous loupe binoculaire de l’ensemble des vestiges osseux a permis d’identifier des stries de désarticulation, décarnisation et écorchage sur des os de bœuf, caprinés, martre, marmotte et lièvre (fig. 7).

Fig. 7. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : extrémité proximale d’un tibia de lièvre (Lepus sp.) portant des stries de découpe.

Fig. 7. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : extrémité proximale d’un tibia de lièvre (Lepus sp.) portant des stries de découpe.

Photo Patricia Chiquet.

35Quant au cheptel domestique, il est représenté au Chenet des Pierres par le bœuf, le mouton et la chèvre. La présence du chien, de même que celle du porc, n’est pas confirmée à l’heure actuelle. Des modifications assez nettes dans le choix des espèces sont perceptibles entre les deux ensembles chronologiques. C’est ainsi que la chasse enregistre un net recul au Néolithique moyen 2 (ensemble 3), tandis que le cheptel domestique, notamment le bœuf et le mouton, est plus clairement attesté (fig. 4b). Les caprinés, dont le caractère sauvage ou domestique n’a pas toujours été déterminé, sont majoritaires sur l’ensemble de la séquence et progressent également entre les deux ensembles (fig. 5b). De manière plus générale, l’intensification de l’exploitation des petits et grands ruminants au cours du Néolithique moyen semble s’effectuer au détriment des espèces dites à fourrure : carnivores, rongeurs et lièvre. Il faut cependant signaler ici que les niveaux 4II et 4I (ensemble 4) témoignent d’une grande similitude dans la liste des espèces identifiées comme dans l’importance octroyée au gibier, tandis que des différences parfois frappantes ont été observées au sein l’ensemble 3, comme par exemple la présence marquée du bœuf dans le niveau 3II, alors qu’il est totalement absent de l’ensemble suivant (3I). Si les effectifs sont aujourd’hui trop faibles pour pouvoir juger de la pertinence de ces observations, de futures analyses sont déjà prévues afin d’accroître les corpus de données et explorer ces questions.

36Peu d’indices sont disponibles dans l’ensemble 4 pour déterminer la saison d’occupation. La présence fréquente de marmottes est toutefois l’indice clair d’une fréquentation du lieu à la fin de la belle saison. Les marmottes sont généralement recherchées pour leur fourrure, leur chair et leur graisse ; leur chasse atteint son maximum de rentabilité entre septembre et mi-octobre, avant les premières chutes de neige et leur entrée en hibernation (Monin et al. 2010). L’ensemble 4 a également livré une phalange intermédiaire attribuée à un jeune ours mort au cours de sa première année, lui aussi plutôt entre l’été et l’automne. Quelques dents de caprinés se rapportent à des jeunes, morts entre le printemps et la fin de l’automne, en supposant ici aussi une mise bas au printemps. Si les âges dont nous disposons (6-9 et 6-12 mois) ne sont pas assez précis pour exclure totalement une fréquentation à la mauvaise saison, les caractéristiques du site sont toutefois peu propices à une installation hivernale. Ainsi, au cours de la deuxième moitié du ve millénaire avant notre ère (ensemble 4), le site semble occupé entre le printemps et l’automne par une communauté qui s’installe pour un certain temps, au vu notamment de l’architecture. Le groupe comprend des enfants, puisque plusieurs dents de chute humaines ont été identifiées parmi les restes osseux.

37Au cours du ive millénaire avant notre ère (ensemble 3), les activités de chasse se restreignent, sans pour autant disparaître. Des restes de marmottes et de loirs suggèrent une présence humaine, toujours à la belle saison. L’élevage prend de l’importance, sans qu’il soit possible pour l’instant de mesurer son ampleur en ce qui concerne les moutons et les chèvres. La présence de sujets morts aux alentours de la naissance – il s’agit d’un veau (NR = 2), mais également d’au moins deux caprinés (NR = 10) – alors que cela n’est pas du tout le cas dans l’ensemble précédent, laisse entrevoir une présence humaine sur le site au moment des mises bas, envisagées ici encore entre la fin de l’hiver et le début du printemps, et qui concerneraient plutôt des animaux domestiques. L’absence de dents de chute de ruminants n’est pas surprenante, dans la mesure où la fouille porte sur une zone d’habitat. On ne peut par contre écarter la possibilité qu’une partie du chaos rocheux dans lequel s’inscrit la fouille ait pu servir à parquer des animaux. La présence d’un vaste replat (plateau de Praz, alt. 1 220 m) à une demi-heure de marche du site a pu constituer une belle attraction, tout comme les prairies d’altitude, que les hommes sur les traces des caprinés sauvages n’ont pas manqué de parcourir.

38En ce qui concerne la plus grande discrétion des aménagements anthropiques au Néolithique moyen 2, découle-t-elle d’une fréquentation de plus courte durée, plus discontinue, ou de celle d’un groupe humain plus restreint ? La question demeure ouverte pour l’instant. Compte tenu de l’abondance des artefacts lithiques retrouvés au Chenet des Pierres tout au long du Néolithique moyen et des nombreuses activités réalisées sur place dont ils témoignent, débitage, polissage, etc. (Rey 2006), mais également du caractère hors norme du site et de sa position stratégique au cœur du massif alpin, il faut en tout cas envisager une fréquentation qui n’a pas eu pour seuls mobile des activités de prédation ou la recherche de pâturages, mais s’inscrivait dans un mode d’appropriation plus large de la montagne. Toujours est-il que la fréquentation de ce lieu de façon saisonnière au cours du Néolithique moyen implique un autre lieu de résidence à la mauvaise saison, plus en aval, ou en tout cas dans un lieu mieux exposé.

La Soie (Savièse, Valais, Suisse)

39Localisé non loin de la ville de Sion (fig. 1), sur la rive droite du Rhône, le site occupe un replat au sommet de la colline de La Soie, à 850 mètres d’altitude. Cette éminence jouit d’un ensoleillement intense et offre un large panorama sur la vallée du Rhône et l’ensemble du Valais central (fig. 8).

Fig. 8. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : vue sur la vallée du Rhône en direction de Martigny.

Fig. 8. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : vue sur la vallée du Rhône en direction de Martigny.

Une nuance nette dans la végétation au centre du replat marque l’emplacement des fouilles.

Photo Patricia Chiquet.

40Repéré en 1986, puis fouillé sur une parcelle de 50 m2 au début des années 1990 sous la direction de D. Baudais, le site a livré de nombreux aménagements et des vestiges matériels se rapportant essentiellement à des occupations du Néolithique moyen et final (Baudais 1995). La première d’entre elles (couche 6), datée aux alentours de 4 700-4 250 av. J.‑C., a fourni une céramique se rapportant à un Néolithique moyen 1 valaisan, dont la dénomination est encore floue mais qui révèle des influences diverses (Egolzwil / Saint-Uze / culture des vases à bouche carrée ou VBQ ; d’après Baudais et al. 1989-1990, Denaire et al. 2011). Les analyses archéobotaniques associées à ce niveau témoignent d’une culture des céréales prédominante et d’une exploitation du territoire qui se focalise sur l’étage collinéen (Martin 2015). Après une phase d’abandon, la colline est à nouveau fréquentée aux alentours de 3 500-3 300 av. J.‑C. (couche 5) et l’on y découvre une céramique attribuée à un facies régional, le Saint-Léonard (Baudais 1995, Burri-Wyser et Jammet-Reynal 2014). L’occupation du site semble se poursuivre sans véritable rupture au Néolithique final (couche 4), entre 3 350 et 2 950 av. J.‑C., avec une céramique originale, sans équivalent pour l’instant.

41Les niveaux du Néolithique ont livré près de 6 700 restes osseux, avec une douzaine d’espèces reconnues (tabl. 5).

Tabl. 5. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : spectre de faune par ensemble chronologique.

Tabl. 5. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : spectre de faune par ensemble chronologique.

NR : nombre de restes ; PR : poids des restes en grammes.

42Dans l’ensemble, la conservation est très bonne et plus de la moitié du matériel se trouve associée à des structures, dans la plupart des cas des fosses. Comme on le voit sur la figure 4c, la faune identifiée à La Soie montre une présence presque exclusive d’animaux domestiques, et ce quel que soit le niveau considéré. Si les caprinés demeurent majoritaires en nombre de restes et d’individus tout au long de la séquence, ils enregistrent néanmoins un recul au cours du temps en faveur du bœuf et du porc (fig. 5c). Absent du Néolithique moyen 1, ce dernier voit en effet sa contribution dépasser les 10 % au Néolithique final. Le bœuf progresse également au cours du temps, sa participation passant de 15 à 30 % du nombre total de restes. Un recours à la force motrice des bovins est pressenti de façon un peu plus prononcée au Néolithique final, à travers la reconnaissance de diverses pathologies observées au niveau des phalanges et de restes appartenant à des individus âgés. La présence de veaux de quelques mois est attestée tout au long de l’occupation du site, et leur consommation est confirmée au Néolithique moyen 2. En outre, la découverte au Néolithique final de deux molaires de lait incomplètes ne présentant aucune usure et montrant une minéralisation encore limitée à l’extrémité des cuspides a permis d’identifier deux veaux morts au moment de la naissance, voire même un peu avant. Ces vestiges laissent supposer la présence des mères à proximité du site au moment des mises bas, vraisemblablement entre la fin de l’hiver et le printemps, afin de disposer des conditions optimales au moment de la lactation.

43Les modes d’exploitation des caprinés témoignent également de changements notables au cours du temps. Au Néolithique moyen 1 (couche 6), la contribution des caprinés à l’alimentation carnée est notable et devait égaler celle du bœuf. Le rôle des autres espèces apparaît à ce titre tout à fait accessoire. L’élevage est principalement tourné vers le mouton et destiné à une production mixte de lait et de viande, si l’on se réfère aux types présentés plus haut. L’abattage se concentre d’une part sur des brebis en âge de se reproduire et réformées entre 2 et 6 ans, d’autre part sur des jeunes âgés de 6 à 24 mois, probablement en majorité des mâles, mis à mort entre leur premier et leur second automne (fig. 9a).

Fig. 9. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couches 6, 5 et 4 : profils d’abattage des caprinés.

Fig. 9. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couches 6, 5 et 4 : profils d’abattage des caprinés.

Les profils sont construits à partir du nombre de dents inférieures et supérieures (NR) décompté dans chaque classe d’âge par rapport à l’effectif total de la couche (% des effectif), les valeurs calculées étant ensuite corrigées en fonction de la durée relative de la classe d’âge. NR : nombre de restes. NMI : nombre minimum d’individus.

PAO Patricia Chiquet.

44L’histogramme indique également l’absence quasi totale de sujets âgés de moins de 6 mois. La mortalité naturelle durant la gestation et les premières semaines de vie est pourtant attestée dans ce niveau par une vingtaine d’ossements du squelette appendiculaire appartenant à trois sujets au moins, dont un fœtus âgé d’environ 100 jours. Ce constat nous amène à proposer que des femelles gestantes sont présentes aux abords du site. En ce qui concerne la faible présence générale des agneaux de moins de 6 mois, elle peut s’expliquer par un maintien sur pied des jeunes tant que durent la lactation et la belle saison. Une découverte faite à Sion, avenue Ritz, un site localisé en plaine du Rhône, à une heure de marche de la colline de La Soie, nous amène également à envisager une autre possibilité. La découverte consiste en une fosse contemporaine de la couche 6, contenant du mobilier et les restes d’une quinzaine de moutons, soit six agneaux âgés de 2 à 3 mois, deux individus âgés de 9 à 15 mois et trois autres de 2 à 3 ans (Chenal-Velarde et al. 2002). Leur mort aurait eu lieu simultanément, entre mai et juin, en supposant une mise bas au printemps. La structure, localisée entre des niveaux d’habitat et une nécropole, a tout d’abord été interprétée comme le témoignage d’un ensevelissement suite à une épizootie (Chenal-Velarde et al. 2002). L’identification d’un fragment de calotte crânienne humaine à l’intérieur (Chiquet, inédit), remet en question cette interprétation et vient plutôt renforcer celle d’un geste rituel (repas funéraire, dépôt de fondation) proposée par d’autres auteurs (Moinat et al. 2007). Ce cas illustre bien le fait que l’abattage d’une partie du troupeau dans le cadre d’un événement ponctuel et le dépôt des restes dans une structure localisée à l’écart de l’habitat peuvent créer des manques dans les courbes d’abattage. Il permet également de se questionner sur la façon dont s’articule le site de La Soie avec la plaine du Rhône, où se concentrent les habitats et les nécropoles.

45Entre 3 500 et 3 300 avant notre ère (couche 5), les caprinés demeurent majoritaires mais enregistrent un certain recul au profit du bœuf et des suinés. Le rapport chèvre / mouton se modifie légèrement, en faveur de la première (1/3). L’abattage concerne dans la moitié des cas des individus de moins de deux ans (fig. 9b) et suggère une exploitation plus marquée qu’auparavant de la viande, même si l’abattage plus prononcé des jeunes après sevrage (2-6 mois) dans ce niveau peut également être le signe d’une recherche d’équilibre entre productions de viande et de lait (Blaise 2005).

46L’élevage préférentiel de moutons fait place au Néolithique final (couche 4) à un élevage faisant aussi bien appel au mouton qu’à la chèvre, comme l’attestent notamment plusieurs fragments de chevilles osseuses. L’élevage semble destiné avant tout à une production de viande tendre, issue d’agneaux principalement. Une réforme plus tardive des caprinés, au-delà de 6 ans, est également observable (fig. 9c). Il ne nous est pas possible de dire pour l’instant si ce phénomène est lié à la contribution bien plus marquée de la chèvre. Le fait qu’au sein de cette dernière espèce les femelles sont majoritaires alors que relativement peu de cabris sont identifiés est sans doute le signe que cet élevage est destiné à une production dont l’objectif principal n’est pas la viande tendre. Il pourrait s’agir d’une exploitation du lait, sachant que, dans les mêmes conditions d’élevage, la chèvre produit plus de lait qu’une brebis, que la lactation est plus longue et qu’elle peut donc être maintenue sur pied à un âge plus avancé, jusqu’à ce que sa productivité générale baisse significativement. Une exploitation des poils des moutons comme des chèvres est également envisageable ici, même si ce type de production peut aussi bien faire appel à des femelles qu’à des mâles maintenus à un âge avancé.

47En ce qui concerne les saisons d’occupation du site, nous attendons encore les résultats des analyses isotopiques (δC et δO) menées sur une sélection de dents de caprinés (J. Knockaert, Department of Archeology, University of York et M. Balasse, MNHN, UMR 7209 du CNRS), qui vont permettre de préciser la saison des naissances et de mieux définir le calendrier des activités pastorales au cours du Néolithique. Une présence à différents moments de l’année, et notamment au moment des mises bas, est pour l’instant envisagée, quel que soit le niveau considéré.

Discussion

48L’intérêt porté aux caprinés, même s’il varie passablement d’un site à l’autre et au cours du temps, se pose clairement en dénominateur commun de ces trois séries alpines, ce qui peut aisément s’expliquer par la bonne adéquation de ces animaux au milieu montagnard. Des images assez contrastées émergent pourtant et révèlent quelques éléments inédits.

49À La Grande Rivoire, nos résultats confortent ceux des autres approches (sédimentologie, micromorphologie, archéobotanique, archéologie) avec une présence de caprinés domestiques attestée sous l’abri dès le Néolithique ancien. Leur présence au moment des mises bas et dans les mois qui suivent s’accorde avec l’idée d’une exploitation sur place du lait. La découverte de restes de très jeunes veaux se rapportant au Néolithique ancien / moyen 1 nécessite toutefois d’entrevoir la fréquentation du site par un troupeau mixte (caprinés-bœuf) à cette époque. Différents indices (dents de chute, périnataux…) laissent supposer une utilisation de l’abri à divers moments de l’année, de manière continue ou non, et qui associe une occupation humaine à un espace dédié au parcage des bêtes. Les occupants ont également su tirer profit des ressources sauvages dont ils disposaient dans l’environnement immédiat du site et jusque dans la plaine de l’Isère. Il est à noter que cette prédation, centrée avant tout sur le cerf, s’inscrit parfaitement dans la continuité de celle qui caractérise les niveaux antérieurs, et notamment le Néolithique ancien pré-bergerie (fig. 10).

Fig. 10. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : contribution des diverses catégories de mammifères et des tortues exploitées sur le site.

Fig. 10. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : contribution des diverses catégories de mammifères et des tortues exploitées sur le site.

La catégorie « autres » comprend les « divers sauvages » et les « carnivores indéterminés ». Les données du Mésolithique et du Néolithique ancien pré-bergerie sont issues du travail de L. Chaix (Nicod et al. 2012).

PAO Patricia Chiquet.

50Si les données demeurent encore ténues pour les niveaux datant du Néolithique moyen 2 et final, l’exploitation des petits ruminants semble cependant prendre le pas sur les autres catégories d’animaux à partir de 4 000 av. J.‑C., ce qui pourrait indiquer un recentrage des activités autour des caprinés domestiques, en l’absence de leurs homologues sauvages.

51Les changements qui s’amorcent en altitude au Chenet des Pierres font d’une certaine manière écho à ceux qui s’opèrent à La Grande Rivoire, puisqu’à un approvisionnement diversifié qui mobilise largement les ressources sauvages, ici de l’étage montagnard et subalpin, succède au tournant du ive millénaire avant notre ère un mode d’exploitation désormais centré sur l’élevage des caprinés.

52Les résultats obtenus à la grotte des Balmes, à Sollières-Sardières, en haute Maurienne (Savoie), à plus de 1 350 mètres d’altitude, mettent également en évidence l’existence d’activités pastorales dans la zone interne des Alpes dès le Néolithique moyen 2 et indiquent que ce site était presque exclusivement dédié à une fonction de bergerie pendant le Néolithique final (Vital et Benamour 2012). La faune sauvage est néanmoins présente tout au long de la séquence et rappelle clairement celle identifiée au Chenet des Pierres.

53Il est tentant de rapprocher les mutations économiques qui s’opèrent à La Grande Rivoire et au Chenet des Pierres du constat plus général d’une mobilité accrue des communautés durant le Néolithique moyen 2 à l’échelle des Alpes occidentales et de la vallée du Rhône. Les travaux archéozoologiques menés en moyenne vallée du Rhône suggèrent effectivement la dissociation spatiale de certaines étapes du cycle pastoral annuel au Chasséen récent (Bréhard et al. 2010, Bréhard 2011). Le système, qui repose sur l’existence de divers types de sites aux fonctionnalités différentes et qui implique un mouvement du bétail (caprinés et bovins), ou d’une partie de celui-ci, entre les sites au cours de l’année amène à envisager également l’émergence de groupes spécialisés (bergers, vachers) nécessaire à l’accompagnement des bêtes.

54Dans son analyse approfondie des lames de haches en roches tenaces des Alpes occidentales et du bassin du Rhône, E. Thirault envisage également le déploiement spatial des activités pastorales comme l’un des maîtres mots de l’organisation de ces sociétés du Néolithique moyen 2. L’auteur relie le changement d’échelle de production et de diffusion des lames perceptible entre le Néolithique moyen 1 et 2 à une restructuration sociale qui témoignerait d’un nouveau rapport au territoire en lien avec les pratiques pastorales. Les réseaux d’échanges tisseraient une trame territoriale complexe, dont l’extension inégalée jusque-là reposerait sur la capacité à se mouvoir (Thirault 2004).

55Du point de vue du mobilier céramique, une nouvelle dynamique serait perceptible au même moment dans les vallées internes et notamment au Chenet des Pierres, révélatrice d’une amplification des circulations transalpines (Rey 2016b).

56À la lumière des éléments précédents, les données archéozoologiques disponibles pour le bassin de l’Isère, bien que ténues encore, nous amènent à envisager au Néolithique ancien et moyen 1 une fréquentation de l’espace montagnard prenant principalement appui sur l’exploitation des ressources naturelles, notamment la chasse, et qui permet de prendre la mesure de cet espace et des possibilités de circulations transalpines. À partir du Néolithique moyen 2, le rapport au territoire se modifie et le bétail devient peut-être le moyen d’imprimer de façon plus durable et plus tangible la marque des groupes humains fréquentant ces lieux élevés et reculés, dont le contrôle est précieux. On assisterait à une véritable appropriation de cet espace, tandis que les échanges se déploieraient à très large échelle.

57De nombreuses questions demeurent à cette étape de l’étude, qu’il s’agisse par exemple de la façon dont s’articulent les sites – implantés à différentes altitudes, en bordure des massifs alpins ou dans les vallées internes, et souvent en position stratégique (Rey 2009) – ou des activités qui s’y déroulaient. Des différences fonctionnelles sont toutefois déjà perceptibles à ce stade, avec d’une part des sites sur lesquels des activités pastorales sont clairement enregistrées, que ce soit dès le Néolithique ancien en périphérie du massif, comme à La Grande Rivoire, ou plus tard dans les vallées internes, comme au Chenet des Pierres ou à la grotte des Balmes ; d’autre part, des lieux d’altitude qui fonctionneraient davantage comme site relais ou de contrôle du territoire, avec une fréquentation de courte durée et une subsistance basée sur des activités de prédation.

58Du côté de la haute vallée du Rhône, la faune du site de La Soie reproduit en apparence les données compilées jusqu’ici en Valais central pour le Néolithique, avec une économie animale reposant essentiellement sur l’élevage (Chaix 1976, Chiquet 2011, Reynaud Savioz et Chauvière 2011). Entre 4 700 et 2 950 avant notre ère, nous y observons toutefois très clairement une diversification de l’élevage et sans doute aussi des productions au cours du temps, avec notamment une contribution toujours plus importante de la chèvre aux côtés du mouton ainsi qu’une progression du bœuf et du porc.

59Si la complémentarité entre moutons et chèvres pressentie dans la couche 4 est régulièrement envisagée au Néolithique, en Valais ou ailleurs en vallée du Rhône, en termes de production (Reynaud Savioz et Chauvière 2011, Helmer et Vigne 2004, Blaise et al. 2010), le recours aux deux taxons peut également être un moyen d’optimiser l’exploitation du milieu. En effet, les moutons et les chèvres présentent des préférences alimentaires qui les conduisent vers des espaces distincts : les premiers affectionnent les surfaces herbeuses, tandis que les secondes se nourrissent volontiers de feuillage et s’accommodent bien de secteurs embroussaillés, plutôt rocheux ou trop pentus, qui ne conviennent pas au mouton. À cet égard, l’intérêt croissant pour les chèvres observé à La Soie, qui trouve un certain écho sur le site de Pranoé, à Bramois, en plaine du Rhône, au sein de deux bâtiments semi-enterrés datant du Néolithique final (Reynaud Savioz et Chauvière 2011), s’il peut s’expliquer par un besoin croissant en produits laitiers, peut également traduire la nécessité de conquérir ou de débroussailler certains espaces. Dans un environnement relativement confiné, la mobilisation plus intensive du bœuf, dont la force et le fumier constituent de précieux alliés pour l’agriculteur, a pu effectivement conduire ce dernier à rechercher de nouveaux espaces pastoraux afin de répondre aux besoins accrus en fourrage. En ce qui concerne le porc, sa capacité de reproduction ainsi que son régime alimentaire omnivore présentent des avantages évidents par rapport aux ruminants, puisque son élevage peut être développé rapidement sans empiéter sur les terres arables. Le transfert d’une partie de la production de viande vers cette espèce au Néolithique final a pu constituer un véritable atout dans un contexte d’intensification agropastorale. Un phénomène comparable a été mis en évidence en Suisse occidentale à partir du xxxive siècle avant notre ère, dans la région des Trois Lacs (Kerdy et al. 2019), et en moyenne vallée du Rhône sur les sites de plein air (Blaise et al. 2010).

60Face à ces multiples changements, dont les premiers signes se font déjà sentir à la fin du Néolithique moyen 2, on est en droit de se demander s’ils ne sont pas l’illustration d’une restructuration des activités au sein d’un territoire où l’exploitation des ressources et de leur étagement est repensée. En combinant l’élevage de différentes espèces, les hommes ont pu chercher à se garantir une certaine marge de manœuvre face à des épisodes de crise (changement climatique, épizootie, appauvrissement des sols…) tout en assurant une nouvelle complémentarité entre le bas et le haut, le sec et l’humide, le boisé et l’herbagé.

61Cette hypothèse trouve peut-être un certain écho dans les découvertes faites aux abords du col du Schnidejoch, à 2 750 mètres d’altitude (Hafner et Schwörer 2018). Si les auteurs de cette étude proposent un emploi de ces hauts pâturages dès le Néolithique moyen par des communautés agropastorales issues de la région de Sion, une amplification des témoignages n’est clairement perceptible qu’à partir du Néolithique final. À l’échelle du Valais, les trouvailles en altitude semblent elles aussi s’intensifier au Néolithique final, signe possible d’un développement des échanges et des communications transalpines (Curdy et al. 1999, Curdy 2007).

62Sur la base des données archéobotaniques (Haas et al. 1998), l’occupation Néolithique final du site de La Soie (3350-2950 avant notre ère) se placerait plutôt au cours d’un épisode de dégradation ou du moins d’instabilité climatique. Ainsi, les changements qui s’opèrent au cours du ive millénaire avant notre ère sur le coteau de Savièse, soumis aujourd’hui à un climat plutôt chaud et sec et sur lequel est localisé le site de La Soie, pourraient être interprétés comme une réponse à des fluctuations climatiques qui ont dû agir sur la disponibilité des ressources végétales et la fréquentation de l’espace montagnard. La création relativement récente des « bisses » valaisans, ces canaux construits au prix de gros efforts afin d’irriguer les terres, témoigne de l’équilibre fragile instauré entre l’homme et son environnement dans la région.

63Même si l’on ne peut exclure pour l’instant que l’élevage bovin se soit développé sans entrer en compétition avec celui des caprinés grâce à la mise à profit de la plaine alluviale, le fait que le chamois et surtout le bouquetin, espèce emblématique de la montagne, deviennent plus visible à La Soie durant le Néolithique final constitue peut-être le signe d’une pression de plus en plus forte qui s’exerce en direction des prairies d’altitude. Combiné à un intérêt croissant pour le porc, perçu comme le marqueur d’une certaine sédentarité, n’aurait-on point ici l’illustration de ce « compromis entre la fixation des territoires et l’emprise mouvante et temporaire des troupeaux » (Rendu 2003 : p. 526), voire d’une dissociation saisonnière entre le bas et le haut ?

Conclusion

64Cette recherche, toujours en cours, a révélé que les différences observées en termes de moyens de subsistance entre la haute vallée du Rhône (Valais) et le bassin de l’Isère, différences qui ne sont certainement pas sans rapport avec la manière dont les premières communautés agropastorales se mettent en place (acculturation vs colonisation ?), tendent à s’estomper progressivement au cours du Néolithique. Un recentrage des activités autour des chèvres et des moutons semble ainsi s’opérer dans le bassin de l’Isère au tournant du ive millénaire avant notre ère tandis qu’en Valais, l’élevage des caprinés s’est imposé dès le Néolithique ancien. Une diversification de l’élevage au cours du temps est toutefois perceptible dans les deux régions et tend à se renforcer au Néolithique final. Reste à déterminer aujourd’hui si cette évolution n’indique pas une diversification, voire une complexification des pratiques d’élevage, en lien avec un ancrage au sol plus fort ou une pression démographique accrue, à l’instar de ce qui a été décrit pour le midi de la France (Blaise et al. 2010).

65Pour l’instant, les changements économiques enregistrés à partir du Néolithique moyen 2 dans les trois établissements étudiés nous paraissent en tout cas illustrer un processus similaire, à savoir une (re)structuration progressive du territoire et une appropriation de toute la hauteur du versant, qui s’appuierait sur les activités pastorales. Seule la poursuite des analyses et l’intégration d’un plus grand nombre de séries permettront d’affiner notre grille de lecture et d’étayer ces premières hypothèses. Les résultats des analyses isotopiques (δC et δO) actuellement en cours sur une sélection de dents de caprinés (J. Knockaert, Department of Archeology, University of York et M. Balasse, MNHN, UMR 7209 du CNRS) seront également d’un soutien précieux dans la définition de l’organisation des activités pastorales au sein de ces communautés alpines.

Bibliographie

Balasse M., Tresset A., Bălăşescu A., Blaise E., Tornero C., Gandois H., Fiorillo D., Nyerges E. A., Frémondeau D., Banffy E., Ivanova M., 2017, « Animal Board Invited Review: Sheep birth distribution in past herds, a review for prehistoric Europe (6th to 3rd millenia BC) », Animal, vol. 11, no 2, p. 2229-2236.

Baudais D., 1995, « Le camp néolithique de Savièse, La Soie », dans Gallay A. (dir.), Dans les Alpes à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Sion, Musées cantonaux du Valais, p. 91-96.

Baudais D., Curdy P., David-Elbiali M., May O., 1987, « Prospection archéologique du Valais : une approche du peuplement préhistorique », Archéologie suisse, vol. 10, no 1, p. 2-12.

Baudais D., Brunier C., Curdy P., David-Elbiali M., Favre S., Gallay A., May O., Moinat P., Mottet M., Voruz J.‑L., Winiger A., 1989-1990, « Le Néolithique de la région de Sion (Valais) : un bilan », Bulletin du Centre genevois d’anthropologie, vol. 2, p. 5-56.

Beeching A., 2003, « Mobilité et sociétés néolithiques dans les Alpes occidentales et la France méridionale », Preistoria alpina, vol. 39, p. 175-187.

Beeching A., Berger J.‑F., Brochier J.-L., Ferber F., Helmer D., Sidi Maamar H., 2000, « Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d’économies et de sociétés ? » dans Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.), Sociétés et espaces : rencontres méridionales de préhistoire récente, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 59-79.

Besse M. et Piguet M. (dir.), 2011, Le site préhistorique du Petit-Chasseur (Sion, Valais). 10 : un hameau du Néolithique moyen, Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (Cahiers d’archéologie romande, 124).

Bintz P., Argant J., Chaix L., Bressy C., Cousseran S., Jeannet M., Martin L., Morin A., Naton H.-G., Ozanne J.‑C., Pelletier D., Thiébault S., 2015, « Archéologie et paléoenvironnement dans la réserve des Hauts de Chartreuse : le site de l’Aulp du Seuil à Saint-Bernard-du-Touvet », dans Collin A. (dir.), Archives environnementales et évolution des écosystèmes : étudier le passé pour comprendre le présent et éclairer l’avenir, Dijon, Réserves naturelles de France (Cahiers RNF, 5), p. 23-37.

Blaise E., 2005, « L’élevage au Néolithique final dans le sud-est de la France : éléments de réflexion sur la gestion des troupeaux », Anthropozoologica, vol. 40, no 1, p. 191-216.

Blaise E., 2006, « Référentiel actuel de brebis “Préalpes du sud” (Dignes, Alpes-de-Haute-Provence, France) : pratiques d’élevage et âges dentaires », Anthropozoologica, vol. 41, no 2, p. 191-214.

Blaise E., Bréhard S., Carrère I., Favrie T., Gourichon L., Helmer D., Rivière J., Tresset A., Vigne J.‑D., 2010, « L’élevage du Néolithique moyen 2 au Néolithique final dans le midi méditerranéen de la France : état des données archéozoologiques », dans Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (dir.), Quatrième millénaire : du Néolithique moyen au Néolithique final dans le sud-est de la France et les régions voisines, Lattes, Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon (Monographies d’archéologie méditerranéenne, 27), p. 261-284.

Boessneck J., Müller H.‑H., Teichert M., 1964, Osteologische Unterscheidungsmerkmale zwischen Schaf (Ovis aries, Linné) und Ziege (Capra hircus, Linné), Berlin, Akademie-Verlag (Kühn-Archiv, 78).

Bréhard S., 2011, « Le complexe chasséen vu par l’archéozoologie : révision de la dichotomie Nord-Sud et confirmation de la partition fonctionnelle au sein de sites méridionaux », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 108, no 1, p. 73-92.

Bréhard S., Beeching A., Vigne J.-D., 2010, « Shepherds, cowherds and site function on middle Neolithic sites of the Rhône valley: an archaeological approach to the organization of territories and societies », Journal of Anthropological Archaeology, no 29, p. 179-188.

Bridault A. et Chaix L, 1999, « Contribution de l’archéozoologie à la caractérisation des modalités d’occupation des sites alpins et jurassiens, de l’Épipaléolithique au Néolithique », dans Thévenin A. et Bintz P. (dir.), L’Europe des derniers chasseurs : Épipaléolithique et Mésolithique. Actes du 5e Colloque international UISPP, commission XII, Grenoble, 18-23 septembre 1995, Paris, Éditions du CTHS, p. 547-558.

Brochier J.-L. et Beeching A., 2006, « Grottes bergeries, pastoralisme et mobilité dans les Alpes au Néolithique » dans Jourdain-Annequin C. et Duclos J.‑C. (dir.), Aux origines de la transhumance : les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui, Paris, Picard, p. 131-157.

Brochier J.-L. et Beeching A., 2008, « Les grottes bergeries dans le système pastoral », dans Jospin J.-P. et Favrie T. (dir.), Premiers bergers des Alpes : de la préhistoire à l’Antiquité, catalogue d’exposition (avril 2008-juin 2009, Grenoble, Musée dauphinois), Gollion, Infolio, p. 69-74.

Brochier J.‑E., Villa P., Giacomarra M., Tagliacozzo A., 1992, « Shepherds and sediments : Geo-ethnoarchaeology of pastoral sites », Journal of Anthropological Archaeology, no 11, p. 47-102.

Burri-Wyser E. et Jammet-Reynal L., 2014, « La seconde partie du Néolithique moyen de Suisse occidentale (4000-3350 BC) : essai de synchronisation des cultures rhodaniennes et lacustres », dans Sénépart I., Leandri F., Cauliez J., Perrin T., Thirault É. (dir.), Chronologie de la Préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012, actualité de la recherche, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 75-86.

Chaix L., 1976, La faune néolithique du Valais, Suisse : ses caractères et ses relations avec les faunes néolithiques des régions proches, Genève, Imprimerie nationale.

Chaix L., Guinand B., Olive C., 1991, « Aspects de la transition entre les populations de chasseurs et d’éleveurs dans les Alpes du nord et le sud du Jura : les données de l’archéozoologie » dans Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes, actes du 113e Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg 1988, Paris, Éditions du CTHS, p. 309-322.

Chenal-Velarde I., Putelat O., Fernández H., 2002, La faune du site néolithique de Sion-Avenue Ritz (Valais, Suisse) : histoire d’un élevage villageois il y a 5 000 ans, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1081).

Chiquet P., 2011, « La faune du Petit-Chasseur à Sion (Valais) revisitée », dans Besse M. et Piguet M. (dir.), Le site préhistorique du Petit-Chasseur (Sion, Valais), 10 : un hameau du Néolithique moyen, Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire (Cahiers d’archéologie romande, 124), p. 217-254.

Chiquet P., 2012, La faune du Néolithique moyen de Concise (Vaud, Suisse) : analyse des modes d’exploitation des ressources animales et contribution à l’interprétation de l’espace villageois, Lausanne, s. n. (Cahiers d’archéologie romande, 131).

Crotti P., Curdy P., David M., Farjon K., Gallay A., Pignat G., Studer J., Werymus E., 1983, « Le territoire des sites du Néolithique moyen valaisan (Suisse) », Bulletin d’études préhistoriques alpines, XV (no spécial Le peuplement de l’intérieur du massif alpin de la Préhistoire à la fin de l’Antiquité), p. 55-80.

Curdy P., 2007, « Prehistoric settlement in middle and high altitudes in the Upper Rhone Valley (Valais-Vaud, Switzerland): a summary of twenty years of research », Preistoria Alpina, no 42, p. 99-108.

Curdy P. et Chaix L., 2013, « Les premiers pasteurs du Valais (Suisse) », dans Borrello M. A. (dir.), Les hommes préhistoriques et les Alpes, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 2476), p. 85-94.

Curdy P., David-Elbiali M., Honegger M., 1999, « Le peuplement du Mésolithique à la fin de l’âge du Fer dans les Alpes de Suisse occidentale » dans Della Casa P. (dir.), Prehistoric alpine environment, society and economy, Bonn, R. Habelt, p. 47-59.

Curdy P., Suter P. J., Wiblé F., 2015, « Les trouvailles préhistoriques, d’époque romaine et du haut Moyen Âge sur les versants nord et sud des Alpes bernoises », dans Hafner A. (dir.), Schnidejoch et Lötschenpass : investigations archéologiques dans les Alpes bernoises, Berne, Service archéologique du canton de Berne, p. 130-223.

Delhon C., Martin L., Argant J., Thiébault S., 2008, « Shepherds and plants in the Alps: Multi-proxy archaeobotanical analysis of neolithic dung from La Grande Rivoire (Isère, France) », Journal of Archaeological Science, no 35, p. 2937-2952.

Denaire A., Doppler T., Nicod P.‑Y., Van Willigen S., 2011, « Espaces culturels, frontières et interactions au 5e millénaire entre la plaine du Rhin supérieur et les rivages de la Méditerranée », Annuaire d’archéologie suisse, no 94, p. 21-59.

Duguy R. et Baron J.-P., 1998, « La cistude d’Europe, Emys orbicularis, dans le marais de Brouage (Char-Mar.) : cycle d’activité, thermorégulation, déplacements, reproduction et croissance », Annales de la Société des sciences naturelles de la Charente-Maritime, t. VIII, no 7, p. 781-803.

Fernandez H., 2001, « Ostéologie comparée des petits ruminants eurasiatiques sauvages et domestiques (genres Rupicapra, Ovis, Capra et Capreolus) : diagnose différentielle du squelette appendiculaire », thèse de doctorat en biologie (Sc. 3286), Genève, université de Genève.

Gallay A., 1983, De la chasse à l’économie de production en Valais : un bilan et un programme de recherche, Genève, université de Genève (Documents du département d’anthropologie, 7).

Gallay A., Olive P., Carazzetti R., 1983, « Chronologie C14 de la séquence Néolithique-Bronze ancien du Valais (Suisse) », Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, no 66, p. 43-73.

Gillis R., Chaix L., Vigne J.‑D., 2011, « An assessment of morphological criteria for discriminating sheep and goat mandibles on a large prehistoric archaeological assemblage (Kerma, Sudan) », Journal of Archaeological Science, no 38, p. 2324-2339.

Haas J. N., Richoz I., Tinner W., Wick L., 1998, « Synchronous Holocene climate oscillations recorded on the Swiss Plateau and at timberline in the Alps », Holocene, no 8, p. 301-309.

Hafner A. (dir.), 2015, Schnidejoch et Lötschenpass : investigations archéologiques dans les Alpes bernoises, Berne, Service archéologique du canton de Berne.

Hafner A. et Schwörer C., 2018, « Vertical mobility around the high-alpine Schnidejoch Pass: indications of Neolithic and Bronze Age pastoralism in the Swiss Alps from paleoecological and archaeological sources », Quaternary International, vol. 484, p. 3-18.

Helmer D., 1984, « Le parcage des moutons et des chèvres au Néolithique ancien et moyen dans le sud de la France », dans Clutton-Brock J. et Grigson C. (dir.), Animals and Archaeology, 3: Early Herders and their Flocks, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 202), p. 39-45.

Helmer D., 2000, « Discrimination des genres Ovis et Capra à l’aide des prémolaires inférieures 3 et 4 et interprétation des âges d’abattage : l’exemple de Dikili Tash (Grèce) », Anthropozoologica, vol. 3 / Ibex, vol. 5 (no spécial La gestion démographique des animaux à travers le temps), p. 29-38.

Helmer D. et Vigne J.‑D., 2004, « La gestion des cheptels de caprinés au Néolithique dans le midi de la France », dans Bodu P. et Constantin C. (dir.), Approches fonctionnelles en préhistoire : actes du Congrès préhistorique de France, 24-26 novembre 2000, Nanterre, Paris, Société préhistorique française, p. 397-407.

Helmer D., Gourichon L., Sidi Maamar H., Vigne J.‑D., 2005, « L’élevage des caprinés néolithiques dans le sud-est de la France : saisonnalité des abattages, relations entre grottes bergeries et sites de plein air », Anthropozoologica, vol. 40, no 1, p. 167-189.

Kerdy M., Chiquet P., Schibler J., 2019, « Hunting, husbandry, and Human-environment interactions in the Neolithic lakeshore sites of Western Switzerland », European Journal of Archaeology, vol. 1, no 19 (doi:10.1017/eaa.2018.32).

Marguet A., Bintz P., Nicod P.‑Y., Picavet R., Rey P.‑J., Thirault É., 2008, « Éléments pour une histoire du peuplement nord-alpin français entre 10000 et 2700 BP », dans Desmet M. (dir.), Du climat à l’homme : dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes. Actes du Colloque GDR JURALP, Le Bourget-du-Lac, université de Savoie, p. 225-252.

Martin L., 2014, Premiers paysans des Alpes : alimentation végétale et agriculture au Néolithique, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Tours, Presses universitaires François Rabelais (Tables des Hommes).

Martin L., 2015, « Plant economy and territory exploitation in the Alps during the Neolithic (5000-4200 cal. BC): first results of archaeobotanical studies in the Valais (Switzerland) », Vegetation History and Archaeobotany, no 24, p. 63-73.

Moinat P., Baudais D., Brunier C., 2007, « Les sites de l’avenue Ritz et du chemin des Collines : deux exemples de nécropoles en ville de Sion (Valais, Suisse) », dans Moinat P. et Chambon P. (dir.), Les cistes de Chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental : actes du colloque de Lausanne, 12-13 mai 2006, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande (Cahiers d’archéologie romande, 110)/Paris, Société préhistorique française (Mémoires de la Société préhistorique française, XLIII), p. 277-296.

Monin G., Griggo C., Fournier J., Oberlin C., 2010, « Exploitation d’un écosystème alpin au Tardiglaciaire : les chasseurs de marmottes (Marmota marmota) du Vercors. Données environnementales, culturelles et économiques », dans Tzortis S. et Delestre X. (dir.), Archéologie de la montagne européenne : actes de la table ronde internationale de Gap, Quétigny, Librairie archéologique (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 4), p. 171-185.

Müller K., 1995, « Le site de Sion-Torbillon (VS) : nouvelles données sur le Néolithique ancien valaisan », Archéologie suisse, vol. 18, no 3, p. 102-108.

Nicod P.‑Y., 2008, « Les premières sociétés agropastorales dans les Alpes occidentales », dans Jospin J.-P. et Favrie T. (dir.), Premiers bergers des Alpes : de la préhistoire à l’Antiquité, Gollion, Infolio, p. 44-51.

Nicod P.‑Y. et Picavet R., 2014, Fouille archéologique de la Grande Rivoire à Sassenage (Isère) : rapport de fouille 2012-2014 (opération programmée pluriannuelle 2012-2014), Grenoble, Conseil général de l’Isère.

Nicod P.‑Y., Picavet R., Argant J., Brochier J.‑L., Chaix L., Delhon C., Martin L., Moulin B., Sordoillet D., Thiébault S., 2010, « Une économie pastorale dans le nord du Vercors : analyse pluridisciplinaire des niveaux néolithiques et protohistoriques de la Grande Rivoire (Sassenage, Isère) », dans Beeching A., Thirault É., Vital J. (dir.), Économie et société à la fin de la préhistoire : actualité de la recherche. Actes des 7e Rencontres méridionales de préhistoire, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, p. 69-86.

Nicod P.‑Y., Perrin T., Brochier J.‑L., Chaix L., Marquebielle B., Picavet R., Vannieuwenhuyse D., 2012, « Continuités et ruptures culturelles entre chasseurs mésolithiques et chasseurs néolithiques en Vercors : analyse préliminaire des niveaux du Mésolithique récent et du Néolithique ancien », dans Perrin T., Cauliez J., Sénépart I., Thirault É., Bonnardin S. (dir.), Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente : actes des 9e Rencontres méridionales de préhistoire, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 13-32.

Payne S., 1973, « Kill-off patterns in sheep and goats: the mandibules from Asvan Kale », Anatolian studies, no 23, p. 281-303.

Rendu C., 2003, La montagne d’Enveig, une estive pyrénéenne dans la longue durée, Canet, Trabucaire.

Rey P.‑J., 2006, « Le site du Chenet des Pierres aux Moulins de Bozel (Savoie, France) : une nouvelle séquence néolithique alpine », dans Alpis Graia : archéologie sans frontières au col du Petit-Saint-Bernard. Séminaire de clôture, Aoste, 2-4 mars 2006, projet Interreg IIIA Alcotra 2000-2006, Aoste, Musumeci, p. 361-370.

Rey P.‑J., 2009, « Sociétés et fluctuations du climat dans les Alpes nord-occidentales au Néolithique moyen », dans Deline P. et Ravanel L. (dir.), Neige et glace de montagne : reconstitution, dynamique, pratiques, Chambéry, Edytem (Cahiers Edytem, 8), p. 37-50.

Rey P.‑J., 2015, « Bozel, Chenet des Pierres, un site néolithique en contexte alpin », dans Journées archéologiques régionales, Saint-Vulbas, 2014 : le Néolithique en région Rhône-Alpes, dix ans de recherches archéologiques (2004-2013), Lyon, Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes, vol. 2, p. 15-21.

Rey P.‑J., 2016a, « Les productions céramiques du Chenet des Pierres (Bozel, Savoie, France) dans le contexte des relations transalpines au Néolithique moyen », Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, t. XXVII (Archeologia del Movimiento, circulation des hommes et des biens dans les Alpes), p. 331-335.

Rey P.‑J., 2016b, « Éléments pour une approche de l’évolution des styles céramiques entre l’axe Saône-Rhône et les Alpes savoyardes, de 4500 à 3400 avant notre ère », dans Perrin T., Chambon P., Gibaja J.‑F., Goude G. (dir.), Le Chasséen, des Chasséens… Retour sur une culture nationale et ses parallèles, Sepulcres de fossa, Cortaillod, Lagozza, actes du colloque tenu à Paris, 18-20 novembre 2014, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 501-539.

Reynaud Savioz N. et Chauvière F.‑X., 2011, « La faune et l’industrie sur matières dures d’origine animale », dans Mottet M., Gentizon A.‑L., Haller M., Giozza G., Les bâtiments semi-enterrés de Bramois : un habitat du Néolithique final en Valais (Suisse), Lausanne, Cahiers d’archéologie romande (Cahiers d’archéologie romande, 126 / Archaeologia Vallesiana, 8), p. 77-122.

Thirault E., 2004, Échanges néolithiques : les haches alpines, Montagnac, Monique Mergoil (Préhistoires, 10).

Van Willigen  S., D’Anna A., Renault S., Sargiano J.‑P., 2016, « Le Chasséen dans le midi de la France : questions de définition et de chronologie », dans Perrin T., Chambon P., Gibaja J.‑F., Goude G. (dir.), Le Chasséen, des Chasséens… Retour sur une culture nationale et ses parallèles, Sepulcres de fossa, Cortaillod, Lagozza, actes du colloque tenu à Paris, 18-20 novembre 2014, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, p. 457-470.

Vigne J.-D., 1988, Les mammifères post-glaciaires de Corse : étude archéozoologique, Paris, CNRS Éditions, Gallia préhistoire (suppl. 26).

Vigne J.‑D. et Helmer D., 2007, « Was milk a “secondary product” in the Old World Neolithisation process? Its role in the domestication of cattle, sheep and goats », Anthropozoologica, vol. 42, no 2, p. 9-40.

Vital J. et Benamour P. (dir.), 2012, La grotte des Balmes à Sollières-Sardières (Savoie), du Néolithique moyen 2 à l’âge du Fer, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (DARA, 36).

Zeder M. A. et Pilaar S. E., 2010, « Assessing the reliability of criteria used to identify mandibles and mandibular teeth in sheep, Ovis, and goats, Capra », Journal of Archaeological Science, no 37, p. 225-242.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Localisation des sites intégrés au projet FNS avec, en blanc, les trois sites présentés dans l’article : La Soie (Savièse, Valais, Suisse), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie), La Grande Rivoire (Sassenage, Isère).
Légende La grande pastille (Sion) rassemble différentes séries de la région sédunoise.
Crédits PAO Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : restes de caprinés du Néolithique moyen.
Légende De gauche à droite : phalanges intermédiaires de chamois, bouquetin, chèvre et mouton.
Crédits Photos Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Tabl. 1. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couche 6, couche 5 et couche 4 : décompte du nombre de dents attribuées à chaque classe d’âge.
Légende Les valeurs présentant des décimales illustrent le fait que certaines dents n’ont pas pu être rattachées à une seule classe. Leur nombre a donc été divisé en conséquence.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : coupe stratigraphique dans la séquence médiane et attribution chronoculturelle.
Crédits PAO Cyril Bernard.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 2. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : spectre de faune par ensemble chronologique.
Légende NR : nombre de restes ; PR : poids des restes en grammes.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des animaux sauvages versus domestiques au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.
Légende a : La Grande Rivoire. b : Le Chenet des Pierres. c : La Soie.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 5. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) et La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : contribution des diverses catégories de mammifères exploités sur le site au Néolithique ancien, Néolithique moyen I et II et Néolithique final.
Légende a : La Grande Rivoire. b : Le Chenet des Pierres. c : La Soie. La catégorie « autres » comprend les « divers sauvages » et les « carnivores indéterminés ».
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Tabl. 3. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère), secteur NR 12-15 : décompte du nombre de dents de chute de mouton et de chèvre par ensemble chronologique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 6. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : vue générale du secteur 3.
Crédits Photo Pierre-Jérôme Rey.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Tabl. 4. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : spectre de faune par ensemble chronologique.
Légende NR : nombre de restes. PR : poids des restes en grammes.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 7. – Le Chenet des Pierres (Bozel, Savoie) : extrémité proximale d’un tibia de lièvre (Lepus sp.) portant des stries de découpe.
Crédits Photo Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 8. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : vue sur la vallée du Rhône en direction de Martigny.
Légende Une nuance nette dans la végétation au centre du replat marque l’emplacement des fouilles.
Crédits Photo Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tabl. 5. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse) : spectre de faune par ensemble chronologique.
Légende NR : nombre de restes ; PR : poids des restes en grammes.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 9. – La Soie (Savièse, Valais, Suisse), couches 6, 5 et 4 : profils d’abattage des caprinés.
Légende Les profils sont construits à partir du nombre de dents inférieures et supérieures (NR) décompté dans chaque classe d’âge par rapport à l’effectif total de la couche (% des effectif), les valeurs calculées étant ensuite corrigées en fonction de la durée relative de la classe d’âge. NR : nombre de restes. NMI : nombre minimum d’individus.
Crédits PAO Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 10. – La Grande Rivoire (Sassenage, Isère) : contribution des diverses catégories de mammifères et des tortues exploitées sur le site.
Légende La catégorie « autres » comprend les « divers sauvages » et les « carnivores indéterminés ». Les données du Mésolithique et du Néolithique ancien pré-bergerie sont issues du travail de L. Chaix (Nicod et al. 2012).
Crédits PAO Patricia Chiquet.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access