Version classiqueVersion mobile

La forme des réseaux : France et Europe (xe-xxe siècle)

 | 
Jacques Verger

Réseaux et production artistique

Sur la trace des fleurs de lys : le réseau des cathédrales gothiques de la fin du Moyen Âge et le financement royal du xvie siècle

Florian Meunier

Résumé

Au moment où plusieurs chapitres de cathédrales françaises se lançaient dans d’ambitieux chantiers autour de 1500, ils purent compter sur le financement royal inédit consistant en octroi sur la gabelle, jusqu’alors réservé aux fortifications urbaines et à certaines églises de pèlerinage. L’exemple de la cathédrale de Beauvais, connu par un arrêt du Parlement de Paris de 1512 qui la qualifie de « fondation royale » (bien qu’elle ne l’ait jamais été), et comparé à ceux de Troyes et de Senlis, permet de comprendre comment les cathédrales françaises passèrent sous protection royale. Le véritable lobbying entrepris par les chapitres cathédraux et les évêques aboutit au partage de l’octroi sur la gabelle, qui devint l’une des ressources indispensables des chantiers du xvie siècle. Des fleurs de lys ornèrent alors les façades des cathédrales ainsi financées, formant comme un réseau d’hommages à Louis XII et François Ier.

Texte intégral

  • 1 Sur la Normandie, terre de l’Immaculée Conception et des litanies de la Vierge comprenant le lis sa (...)

1Les portails de deux cathédrales de l’architecte Martin Chambiges, celui de Beauvais (commencé en 1500) et celui de Troyes (commencé en 1506), arboraient des fleurs de lys qui, bûchées à la Révolution, ont été restituées depuis (fig. 1, 2 et 3). On les rencontre ensuite au transept de la cathédrale de Senlis (fig. 4 et 5), dues à son fils Pierre Chambiges (à partir de 1530). Qu’ont en commun ces motifs ? Ils se trouvent sur les cathédrales ayant obtenu du roi l’octroi d’une part des recettes de la gabelle, l’impôt sur le sel, au début du xvie siècle. A contrario, la cathédrale de Sens, également conçue par Martin Chambiges, ne porte pas de fleurs de lys, n’ayant pas bénéficié de don de la part du roi. Les fleurs de lys interprétables comme un hommage des églises aux rois de France sont rares en comparaison des fleurs de lys mariales, présentes en reliefs et remplages, particulièrement en Normandie1.

Fig. 1. – Cathédrale de Beauvais, bandeau du bras sud du transept.

Fig. 1. – Cathédrale de Beauvais, bandeau du bras sud du transept.

Fleurs de lys restaurées (à gauche) et bûchées (à droite).

Cl. F. Meunier

Fig. 2. – Cathédrale de Troyes.

Fig. 2. – Cathédrale de Troyes.

Fleurs de lys restaurées.

Cl. F. Meunier

Fig. 3. – Cathédrale de Troyes.

Fig. 3. – Cathédrale de Troyes.

Fleurs de lys aux pétales latéraux bûchés (un motif sur deux).

Cl. F. Meunier

Fig. 4. – Cathédrale de Senlis.

Fig. 4. – Cathédrale de Senlis.

Fleurs de lys restaurées.

Cl. F. Meunier

Fig. 5. – Cathédrale de Senlis.

Fig. 5. – Cathédrale de Senlis.

Fleurs de lys non restaurées.

Cl. F. Meunier

2Contrairement aux autres réseaux artistiques du Moyen Âge prenant place dans le cadre d’une même maîtrise d’ouvrage (pontificale, royale ou monastique) ou dans des relations lignagères (les frères et fils de Charles V), les cathédrales étaient foncièrement indépendantes les unes des autres, avec leurs chapitres de chanoines jaloux de leurs prérogatives, qui entretenaient des échanges épistolaires et semblent avoir été bien informés des actions de leurs confrères ; quant aux évêques, ils étaient pour la plupart proches du pouvoir sous Louis XII et François Ier. En faisant appel aux Chambiges, les chapitres de Beauvais, Troyes et Senlis rassemblèrent les mêmes conditions de création des motifs de fleurs de lys.

  • 2 Sur les greniers à sel de la fin du xve siècle, voir l’exemple de Gisors dans É. Hamon, Un chantier (...)

3La subvention – si l’on emploie un terme actuel pour transcrire la réalité de l’époque – que les rois de France accordèrent à partir des revenus de l’impôt sur le sel qu’était la gabelle, était destinée à soutenir les constructions ou reconstructions mises à mal par la guerre de Cent Ans, comme les enceintes urbaines2. Peu à peu, quelques églises en profitèrent également, non qu’elles fussent autant ruinées par les guerres, mais leur achèvement était alors, semble-t-il, considéré comme une réparation, selon les termes des quittances, classées par ordre alphabétique de diocèses et conservées à la Bibliothèque nationale. Ainsi Charles VII et Louis XI en avaient-ils fait bénéficier les églises de pèlerinage de Notre-Dame de Cléry et de Notre-Dame de Montfort-sur-Risle, avant de l’étendre à la cathédrale de Reims suite à l’incendie de 1481.

  • 3 F. Meunier, Martin et Pierre Chambiges, p. 60-62.

4C’est justement à la cathédrale de Reims que les cathédrales de Troyes et de Senlis enlevèrent ensemble la moitié de son privilège : de 5 sous tournois par minot de sel vendu dans les greniers du royaume, sauf ceux de Normandie et de Languedoc, la cathédrale de Reims conserva 2 ½ sous et les cathédrales de Troyes et de Senlis prirent chacune 1 ¼ sou, autrement dit, dans les documents officiels, un sou et une pite3.

  • 4 Ibid., graphique 20, p. 58.

5L’argent reçu était proportionnel aux ventes de sel ; la conjoncture économique favorable engendra au cours du xvie siècle des sommes extraordinaires, comme le montrent les comptes heureusement conservés de la cathédrale de Troyes : ils partent de 1 000 livres tournois seulement pour l’ensemble des six premières années de 1506 à 1511 pour atteindre, par effet de cumul des retards de paiement des procureurs chargés de collecter l’argent pour le chapitre, 1 300 à 1 600 livres entre 1516 et 1526 et culminer à 2 300 livres dans les années de 1522 à 1536, soit le tiers des revenus de la fabrique4.

  • 5 Sur la difficile obtention du renouvellement, d’abord refusé par le roi lors de sa venue à Troyes p (...)
  • 6 « Eleemosyne et donaria regis ad constructionem et perfectionem turrium, opus quidem egregium, magn (...)

6Une petite part de cet argent devait être réinvestie en démarches coûteuses pour obtenir le renouvellement – de six ans en six ans à partir de 1506 – du privilège royal, avec frais de déplacement et de logement du chanoine ou de l’évêque envoyé pour solliciter le roi puis, après son accord, pour obtenir l’acte scellé. Les évêques de Senlis et de Troyes, qui permutèrent leurs sièges épiscopaux en 1528, furent en effet les bienfaiteurs de leurs cathédrales grâce aux subventions royales, dont ils obtinrent le renouvellement. Odard Hennequin (évêque de Senlis, puis de Troyes après 1528) se sentit d’ailleurs responsable de l’utilisation de ces deniers lorsqu’il fit en décembre 1530 la remontrance de l’usage immodéré de l’argent de la fabrique, pour faire faire de nouvelles stalles de chœur particulièrement somptueuses : l’évêque de Troyes fit valoir au chapitre qu’il n’était pas dans l’intention du roi que « le don royal et aumône [obtenu par ses soins en janvier précédent5 et] destiné à la construction et l’achèvement des tours, ouvrage assurément remarquable, magnifique et vraiment royal, fût dépensé pour les stalles6 ».

7Les évêques, chanoines et architectes sont tous reliés entre eux par le sujet du financement de leur cathédrale, et sont reliés entre pairs par les liens attestés de relations de leurs fonctions (fig. 6) : Hennequin et Parvi, proches du roi François Ier, obtinrent de celui-ci de permuter leurs sièges épiscopaux en 1528, époque où les chanoines de Troyes employaient à distance Pierre Chambiges (le fils, qui résidait à Paris et à Chantilly) et Martin Chambiges (le père, qui résidait à Beauvais) et où les chanoines de Senlis s’apprêtaient à faire appel à Pierre pour commencer leur transept.

Fig. 6. – Réseaux de société concernés par les cathédrales bénéficiant de la gabelle royale (vers 1500-1530).

Fig. 6. – Réseaux de société concernés par les cathédrales bénéficiant de la gabelle royale (vers 1500-1530).

Doc. F. Meunier.

  • 7 « De fundatione predecessorum nostrorum existebat », « nos non modicum interesse quod dicta ecclesi (...)

8On peut rapprocher la générosité royale en faveur de la reprise des chantiers de certaines cathédrales des années 1500-1530 de la mention d’un arrêt du parlement de Paris : devant se prononcer sur le financement de la cathédrale de Beauvais, les juges parlant au nom du roi indiquaient (en latin) en 1512 que l’aide à l’achèvement des cathédrales était une priorité pour le salut du royaume : « Nous sommes fortement désireux que ladite église, qui était de fondation royale, soit réparée comme de juste », soulignant avec l’évêque que la cathédrale de Beauvais (en tant qu’institution diocésaine) « était assurément une cathédrale ancienne fondée par nos prédécesseurs [les rois de France] et dotée de fortes prérogatives7 ». On peut ajouter que les privilèges royaux furent accordés à la cathédrale de Beauvais en 1515 et 1522 et que l’évêque de Beauvais invoquait les exemples de Sens et de Troyes pour arguer du financement royal plutôt que celui de l’évêque.

*

  • 8 J. Förstel, « La tenture de l’histoire des Gaules... ».

9L’idée semble donc naître dans les années 1500 que les diocèses de l’Antiquité chrétienne forment un maillage d’origine royale qui est ensuite illustré à Beauvais, à nouveau, en 1530 où la tenture des Rois des Gaules insiste sur le lien entre les rois mythiques tirés des écrits de Le Maire de Belges et les cités épiscopales, avec Belgius fondateur de Beauvais, Pâris fondateur de Paris et Remus fondateur de Reims8.

10C’est ainsi, de façon modeste mais en réseau autour de la capitale et de la cour itinérante, que débute le réseau des cathédrales d’État arborant les fleurs de lys en hommage au financement de la construction qui atteignait jusqu’à un tiers des recettes certaines années. Aboutissement de cette légende des cathédrales royales développée au xvie siècle, le Concordat et la loi de 1905 ont fixé la liste des cathédrales appartenant à l’État, après une évolution complexe sous l’Ancien Régime qui voit les cathédrales de plus en plus favorisées par les rois de France.

Bibliographie

Förstel Judith, « La tenture de l’‘Histoire des Gaules’, un manifeste politique des années 1530 », Revue de l’art, n° 135, 2002, p. 43-66.

Hamon Étienne, Un chantier flamboyant et son rayonnement : Gisors et les églises du Vexin français, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

Meunier Florian, « Les travaux de la cathédrale de Beauvais dans un arrêt du Parlement de Paris (1512) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 161, 2003, p. 51-57, § 4 et 7.

Meunier Florian, « L’architecture flamboyante dans la vallée de la Seine, de Vernon à Harfleur », thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris, université de Paris-Sorbonne, 2009, 2 vol. dactylographiés.

Meunier Florian, Martin et Pierre Chambiges, architectes des cathédrales flamboyantes, Paris, Picard, 2015.

Notes

1 Sur la Normandie, terre de l’Immaculée Conception et des litanies de la Vierge comprenant le lis sans tache, voir les fleurs de lys de Caudebec, Sainte-Gertrude et d’Harfleur dans F. Meunier, « L’architecture flamboyante... », passage sur « le succès des remplages à motif de fleurs de lys », p. 160-164.

2 Sur les greniers à sel de la fin du xve siècle, voir l’exemple de Gisors dans É. Hamon, Un chantier flamboyant et son rayonnement, Gisors, p. 128.

3 F. Meunier, Martin et Pierre Chambiges, p. 60-62.

4 Ibid., graphique 20, p. 58.

5 Sur la difficile obtention du renouvellement, d’abord refusé par le roi lors de sa venue à Troyes puis accordé après que l’évêque l’eut suivi à Joinville, voir ibid., p. 314, délibération en latin du 19 janvier 1530.

6 « Eleemosyne et donaria regis ad constructionem et perfectionem turrium, opus quidem egregium, magnificum et vere regium collata »), texte complet dans ibid., p. 315-1316, délibération en latin du 19 décembre 1530.

7 « De fundatione predecessorum nostrorum existebat », « nos non modicum interesse quod dicta ecclesia (que de fudatione regia extabat) reparata esset habebamus », « navim et cruciatam absque juvamine nostro... erigere et facere impossibile erat », F. Meunier, « Les travaux de la cathédrale de Beauvais dans un arrêt... », p. 51-57, § 4, 7 et 13 ; traduction dans F. Meunier, Martin et Pierre Chambiges, p. 295-297, chap. 4 et 13.

8 J. Förstel, « La tenture de l’histoire des Gaules... ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Cathédrale de Beauvais, bandeau du bras sud du transept.
Légende Fleurs de lys restaurées (à gauche) et bûchées (à droite).
Crédits Cl. F. Meunier
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-1.png
Fichier image/png, 623k
Titre Fig. 2. – Cathédrale de Troyes.
Légende Fleurs de lys restaurées.
Crédits Cl. F. Meunier
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-2.png
Fichier image/png, 745k
Titre Fig. 3. – Cathédrale de Troyes.
Légende Fleurs de lys aux pétales latéraux bûchés (un motif sur deux).
Crédits Cl. F. Meunier
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-3.png
Fichier image/png, 628k
Titre Fig. 4. – Cathédrale de Senlis.
Légende Fleurs de lys restaurées.
Crédits Cl. F. Meunier
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-4.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 5. – Cathédrale de Senlis.
Légende Fleurs de lys non restaurées.
Crédits Cl. F. Meunier
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-5.png
Fichier image/png, 529k
Titre Fig. 6. – Réseaux de société concernés par les cathédrales bénéficiant de la gabelle royale (vers 1500-1530).
Crédits Doc. F. Meunier.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/665/img-6.png
Fichier image/png, 75k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search