Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu

 | 
Marianne Deschamps
, 
Sandrine Costamagno
, 
Pierre-Yves Milcent
, 
et al.

Occupation et exploitation du milieu montagnard

L’abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : apports des données à la question de la transition Mésolithique-Néolithique dans les Pré-Pyrénées méridionales

The Esplugón rock shelter (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Spain): new data on the Mesolithic-Neolithic transition issue in the Spanish Pre-Pyrenees

Alberto Obón Zúñiga, Abel Berdejo Arcéiz, Rafael Laborda Lorente, Alejandro Sierra Sainz-Aja, Marta Alcolea Gracia, Manuel Bea, Rafael Domingo Martínez et Pilar Utrilla Miranda

Résumé

Cet article présente les principaux résultats issus des récentes opérations de fouilles à l’abri de L’Esplugón (Billobas-Sabiñánigo, Huesca), ainsi que des diverses études réalisées. Ce site se distingue par son emplacement privilégié, son bon état de conservation et sa richesse archéologique, composée de différents niveaux mésolithiques géométriques et néolithiques. La surface fouillée concerne seulement quelques mètres carrés. Cependant, nous pouvons affirmer que L’Esplugón constitue d’ores et déjà un des gisements de référence dans ce cadre chronoculturel pour l’analyse des processus de néolithisation dans le bassin de l’Èbre.

In this article, we present the Mesolithic and Neolithic sequences of El Esplugón shelter (Billobas-Sabiñánigo, Huesca), as well as the main results of the various studies carried out after several archaeological fieldwork seasons in recent years: anthracology, lithic typology, use-wear analysis, pottery, fauna and art. This site, with good preservation, offers new data on the occupation in the Spanish Pre-Pyrenees, highlighting the geostrategic position of the Guarga river corridor. The rich archaeological sequence indicates a repeated occupation between the middle of the 8th millennium cal BC and the beginning of the 5th millennium cal BC, from the Microlaminar Mesolithic till the Early Neolithic. In short, it is one of the best reference settlements for this chrono-cultural framework in the analysis of Neolithic processes in the Ebro basin.

Texte intégral

Nous remercions le groupe de recherche Primeros pobladores del Valle del Ebro (PPVE) du gouvernement d’Aragón – European Social Fund et l’Instituto Universitario de Investigación en Ciencias Ambientales (IUCA) de l’Université de Saragosse. Les travaux à L’Esplugón ont été partiellement financés par le projet de recherche Transiciones climáticas y adaptaciones sociales du Mineco (HAR2014-59042-P). Nous remercions les relecteurs pour leurs corrections. Nous tenons aussi à remercier les habitants des villages d’Aineto, Solanilla et de Molino Billobas, ainsi que le collectif CSO Kike Mur.

1Les études sur le Mésolithique de la péninsule Ibérique se focalisent habituellement sur la côte cantabrique, la zone méditerranéenne et le Portugal. L’intérieur de la péninsule a longtemps été considéré comme un territoire marginal, ou même inoccupé. Cependant, grâce à divers projets de recherche développés par l’université de Saragosse et l’université du Pays basque, le bassin de l’Èbre est aujourd’hui l’une des régions les mieux connues de ce territoire pour cette période. En effet, 45 sites mésolithiques recélant d’importants dépôts stratifiés ont récemment été découverts et étudiés.

2Ces dernières découvertes prouvent que la vallée de l’Èbre n’est pas une frontière, mais plutôt une voie naturelle de communication entre la côte cantabrique et la côte méditerranéenne. C’est aussi la voie d’accès la plus facile vers la région de la Meseta, via la vallée du Jalon.

3Un grand nombre de publications sont parues récemment sur ce sujet, dont quelques articles de synthèse et plusieurs monographies de sites, parmi lesquelles on peut souligner celles qui concernent en Aragon les sites de Botiquería de los Moros (Barandiarán 1978), Costalena (Barandiarán et Cava 1989), Secans (Rodanés et al. 1996), Los Baños (Utrilla et Rodanés 2004), Cabezo de la Cruz (Rodanés et Picazo 2013) et Forcas (Utrilla et Mazo 2014), et celles qui étudient dans la haute vallée de l’Èbre les sites de Kanpanoste Goikoa (Alday 1998), Kanpanoste (Cava 2004), Aizpea (Cava 2001) et Mendandia (Alday 2005). Nous mentionnerons enfin tout particulièrement la publication des actes de deux importants symposiums, celui de Vitoria sur les industries macrolithiques à denticulés (Alday 2006) et la conférence de Jaca sur les industries géométriques (Utrilla et Montes 2009).

4Les sites du Mésolithique géométrique se concentrent en trois zones géographiques différentes (fig. 1), une au sud et deux au nord de l’Èbre. La première zone, le bas Aragon, se situe au sud de l’Èbre, près de la côte méditerranéenne ; elle comprend une vallée d’une altitude inférieure à 400 mètres (fig. 1‑1) et plus au sud, une zone plus haute appelée Maestrazgo-Els Ports (fig. 1‑2) où se trouvent des sites au-dessus de 700 mètres. Au nord de l’Èbre, on distinguera deux autres zones bien différenciées : le haut bassin de l’Èbre (province d’Alava) avec une altitude de 500 à 900 mètres (fig. 1‑3), et le versant sud des Pyrénées (région de Navarre, nord de la province de Saragosse et province de Huesca), avec une altitude entre 600 et 1 000 mètres (fig. 1‑4), où on connaît neuf abris avec des occupations de cette période.

Fig. 1. – Carte du Mésolithique géométrique dans la vallée de l’Èbre.

Fig. 1. – Carte du Mésolithique géométrique dans la vallée de l’Èbre.

1 : haut bassin de l’Èbre (province d’Alava). 2 : versant sud des Pyrénées. 3 : bas Aragon. 4 : Maestrazgo-Els Ports.

PAO et fond de carte Pilar Utrilla.

5Tous les sites des espaces mentionnés présentent une situation géographique similaire, en moyenne montagne, à des emplacements stratégiques permettant une position de contrôle sur la vallée, mais aussi de surveiller le passage du gibier. On remarque également la totale absence du Mésolithique géométrique en Catalogne, une zone qui, par ailleurs, révèle une forte présence du Mésolithique à denticulés (García-Argüelles et Vaquero 2009, Morales et Oms 2012).

Le site préhistorique de L’Esplugón

6L’abri de L’Esplugón, le plus large et le plus imposant des abris connus pour ce cadre chronoculturel, est situé en plein cœur de la zone de Navarre-Huesca (versant sud des Pyrénées), et plus précisément dans le couloir transversal de la vallée du Guarga. C’est un grand abri-sous-roche orienté au sud-est. Ce site se distingue par sa position privilégiée dans la vallée, son bon état de conservation et sa richesse archéologique, avec six niveaux mésolithiques et néolithiques (fig. 2).

Fig. 2. – Situation de l’abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne).

Fig. 2. – Situation de l’abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne).

Photo José Luis Peña.

7Même si actuellement la surface totale de notre intervention ne s’étend que sur quelques mètres carrés, on peut affirmer que L’Esplugón est déjà un des sites de référence pour comprendre le processus de néolithisation dans le bassin de l’Èbre. Les premières fouilles ont été réalisées entre 2009 et 2010 par A. Obón et A. Berdejo (Berdejo et Obón 2016). Ensuite P. Utrilla a rejoint l’équipe, ce qui a permis d’avoir le soutien de deux projets Mineco pour les campagnes de 2011, 2012 et 2013 (Utrilla et al. 2012 et 2016). Cette intervention s’intègre dans le contexte plus large d’une étude territoriale sur le peuplement préhistorique de la vallée du Guarga et du cours supérieur des rivières Isuela, Flumen, Guatizalema et Alcanadre (Obón et Berdejo 2016), et ce depuis 2008. Ces opérations sont coordonnées par le collectif indépendant De la Roca al Métal ainsi que par d’autres chercheurs indépendants.

8Les résultats des prospections effectuées nous indiquent que le site de L’Esplugón fait partie d’un réseau d’abris répartis sur ce territoire, lesquels ont été utilisés traditionnellement pour abriter le bétail (Pallaruelo 1988). Ces abris présentent différents processus de genèse (Rapp et Hills 1988) et de colmatage caractéristiques de la formation géologique appelée Campodarbe (Puigdefábregas 1975), laquelle est constituée de grès, conglomérats et lutites d’origine continentale.

La séquence stratigraphique

9En ce qui concerne la stratigraphie, nous avons identifié l’existence de six niveaux d’occupation (fig. 3), lesquels correspondent à quatre moments culturels :

  • Phase I : une couche chalcolithique partiellement remaniée, dans laquelle nous avons constaté la présence de pointes de flèches foliacées (niveau 1) ;
  • Phase II : une occupation du Néolithique ancien, qui comprend les niveaux 2 et 3 supérieur ;
  • Phase III : une occupation du Mésolithique géométrique, détectée dans les niveaux 3 inférieur (Mésolithique à triangles) et 4 (Mésolithique à trapèzes), ayant livré un ensemble lithique très riche en armatures microlithiques géométriques et en microburins ;
  • Phase IV : une occupation mésolithique pauvre se caractérisant par un sédiment très foncé, qui comprend les niveaux 5 (noir) et 6 (brun foncé). Cette phase reste encore à définir culturellement, car les pièces retouchées recueillies dans le sondage sont en petit nombre. Cependant, nous considérons que le niveau 5 correspond à un niveau du Mésolithique à denticulés, et le niveau 6 à du Mésolithique microlaminaire, même si aucune datation ne concorde avec cette dernière période. Les niveaux 7 à 10 sont archéologiquement stériles.

Fig. 3. – Abri de l’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profil stratigraphique.

Fig. 3. – Abri de l’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profil stratigraphique.

PAO Alberto Obón.

L’analyse anthracologique

10L’étude anthracologique réalisée par M. Alcolea a révélé la prédominance du pin sylvestre (Pinus sylvestris) dans toutes les couches archéologiques étudiées, mais aussi la présence d’autres espèces, comme le chêne (Quercus) à feuillage caduc et le genévrier (Juniperus sp.). Nous noterons l’identification exclusive de bois de pin dans le niveau 4 (Alcolea 2016, Utrilla et al. 2016). Cette couche est caractérisée par la présence d’horizons stratigraphiques constitués de galets et plaquettes anguleuses de grès, matériaux tombés de la paroi de conglomérat et de grès de l’abri, ce qui pourrait correspondre à un moment climatique plus froid et sec, en accord avec la datation de MAMS-30167 (7 355 ± 23 BP, soit 6 340-6090 cal. BC). En effet, le froid et l’aridité du 8.2 kyr BP event provoquent une régression des taxons mésophiles présents dans le reste des couches archéologiques, principalement le chêne à feuillage caduc. À partir de ce moment, la chênaie commence à prendre de l’importance, suggérant un changement dans le régime des précipitations et l’existence de contrastes saisonniers plus marqués (fig. 4).

Fig. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : diagramme anthracologique et image de la stratigraphie en 2A/2W.

Fig. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : diagramme anthracologique et image de la stratigraphie en 2A/2W.

La flèche indique la correspondance entre les données anthracologiques et les plaquettes en haut du niveau 4.

PAO Marta Alcolea.

La datation radiocarbone

11Une série de datations a été obtenue par la technique du 14C-AMS, parmi lesquelles dix à partir d’échantillons osseux (quatre par le laboratoire de Mannheim avec ultrafiltration et six par le Beta-Analytic Laboratory), et trois autres effectuées à partir de fragments de charbon (Pinus nigra) par le laboratoire de l’université de Groningen (tabl. 1 et fig. 5). D’après la chronologie absolue obtenue, quatre datations appartiennent au Néolithique ancien, trois au Mésolithique à triangles, trois au Mésolithique à trapèzes et trois à un Mésolithique indéterminé. La séquence est donc presque continue et très riche en industrie lithique, mais il y a un écart chronologique de 450 années entre le niveau mésolithique (3 inf.) et le Néolithique ancien (2 et 3 sup.). Il n’existe aucune datation entre 5 550 et 5 300 cal. BC.

Tabl. 1. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations radiocarbone.

Tabl. 1. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations radiocarbone.

Sur fond gris, les dates qui ne sont pas en accord avec le niveau stratigraphique et correspondent à des intrusions dues à des bioturbations.

Fig. 5. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations 14C -AMS cal. BP et courbe climatique du GRIP.

Fig. 5. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations 14C -AMS cal. BP et courbe climatique du GRIP.

Les datations qui ne correspondent pas avec la position stratigraphique sont notées en rouge (OxCal v 4.3.2. IntCal13 – Reimer et al. 2013).

Extrait de Reimer et al. 2013.

12Certaines datations ne coïncident pas avec le schéma de la typologie du mobilier lithique, en raison de l’existence de bioturbations (terriers principalement), ainsi que de possibles cuvettes anthropiques non détectées au cours des fouilles, qui ont pu altérer la position stratigraphique de quelques éléments. Ces datations, notées sur fond gris dans le tableau 1, seraient plus récentes qu’attendu. Malgré ces altérations, la séquence du mobilier archéologique reste cohérente chronologiquement avec les datations obtenues, d’après le corpus régional de ce cadre chronoculturel. D’autre part, il nous semble évident que chaque datation est le reflet d’un moment d’installation, quelle que soit la position de l’os ou du fragment de charbon dans la séquence.

13En ce qui concerne la première occupation de l’abri, nous n’avons pas pu vérifier l’existence d’une occupation magdalénienne, malgré la présence de quelques burins assez atypiques.

Le matériel archéologique

Le mobilier lithique

14La plupart des pièces lithiques typologiquement les plus remarquables ont déjà été publiées (Utrilla et al. 2016) ; on remarque la présence massive des armatures géométriques dans les niveaux du Néolithique ancien (niveaux 2 et 3 sup.) et du Mésolithique géométrique (niveaux 3 inf. et 4) (tabl. 2). Les pièces lithiques de la campagne de 2017 n’ont pas encore été intégrées. L’étude technologique est en cours de réalisation.

Tabl. 2. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : microlithes géométriques et microburins par niveaux.

Tabl. 2. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : microlithes géométriques et microburins par niveaux.

15Du point de vue typologique, les pièces lithiques les plus significatives sont les suivantes :

  • Dans le niveau 1, phase du Chalcolithique, deux pièces à retouche plate et une lame avec traces d’usure (patine de céréales sèches ; fig. 6).

Fig. 6. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques du niveau 1 (Néolithique final-Chalcolithique).

Fig. 6. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques du niveau 1 (Néolithique final-Chalcolithique).

1 et 2 : pièces à retouche plate. 3 : lame portant des traces d’usure.

Dessins Pilar Utrilla.

  • Dans les niveaux 2 et 3 sup., correspondant au Néolithique ancien, on observe la présence de trois triangles à retouche en doble bisel (armatures à retouches bifaciales en double biseau, dites « du Bétey » (en France : Marchand et Manen 2006 : p. 219) et retouche plate (fig. 7, no 1‑3), d’une typologie similaire à ceux qui ont été découverts dans la grotte d’Aizpea (Navarra, Espagne), dans le niveau b, daté de 5 480-5 220 cal. BC (GrN-18421 : 6 370 ± 70 BP – Cava 2001 : fig. 13.2), et qui existent aussi sur le versant nord des Pyrénées. En revanche, ce type de microlithe n’a été reconnu dans aucun des sites du bas Aragon. Nous avons aussi constaté l’existence de traces indiquant un usage comme élément de faucille (patine de céréales vertes) sur une première lame étudiée parmi un ensemble préliminaire de cinq exemplaires étudiés par R. Domingo (fig. 7, nos 18 à 22). Il est très intéressant de constater que la lame à lustre de céréales mûres, quoique anecdotique, provient du niveau chalcolithique, tandis que celle à lustre de céréales vertes est issue du niveau néolithique : les premières céréales domestiques devaient être fauchées à l’état vert pour éviter la chute des grains, ce qui n’arrive plus avec des variétés plus aptes à être moissonnées à maturité (Utrilla et al. 2016), telles qu’on les suppose pour le Chalcolithique.

Fig. 7. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques des niveaux néolithiques (2 et 3 sup.).

Fig. 7. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques des niveaux néolithiques (2 et 3 sup.).

1 à 12 : triangles et segments à retouche bifaciale en doble bisel. 13 : perçoir. 18 à 22 : lames avec patine lustrale. 16 et 17 : grattoirs. 23 et 24 : lames denticulées. 14 : lamelle à dos. 15 et 25 : lames à retouche simple.

Extrait de Utrilla et al. 2016.

  • Dans les niveaux 3 inf. et 4, correspondant au Mésolithique géométrique, il faut signaler la prédominance des triangles sur les trapèzes dans le niveau 3 inf. (32 % versus 26 %) et des trapèzes sur les triangles dans le niveau 4 (28 % versus 10 %). Parmi les points particuliers, il faut souligner la présence de la retouche inverse à la base de cinq triangles du niveau 3 inf., ce que l’on interprète habituellement comme une influence originaire du versant nord des Pyrénées. Ce phénomène a été également signalé pour les sites pré-pyrénéens d’Aizpea, niveau II (Cava 2001) et de La Peña de las Forcas (Graus, Huesca, Espagne), niveau IV (Utrilla et Mazo 2014), autour de 5 900-5 700 cal. BC. Nous remarquerons la présence d’un petit tranchet (fig. 8, nº 31) et d’un triangle scalène allongé à petite base retouchée (nº 32), similaire à certains exemplaires de Costalena c3 (Maella, Zaragoza, Espagne – Barandiarán et Cava 1989 : fig. 12, nos 43 et 44).

Fig. 8. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : triangles du niveau 3 inférieur.

Fig. 8. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : triangles du niveau 3 inférieur.

31 : petit tranchet. 32 : segment allongé à retouche abrupte alterne.

Extrait de Utrilla et al. 2016.

16En ce qui concerne les trapèzes, ceux qui ont un côté concave sont les plus nombreux, surtout dans le niveau 3 inf., avec 17 exemplaires (fig. 9).

Fig. 9. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : trapèzes du niveau 3 inférieur.

Fig. 9. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : trapèzes du niveau 3 inférieur.

Extrait de Utrilla et al. 2016.

17Dans le niveau 4, l’ensemble est formé de 30 microlithes géométriques, dont 17 trapèzes (56,6 %) et 6 triangles (20 %), auxquels s’adjoignent 30 microburins, qui sont donc aussi nombreux que les géométriques eux-mêmes. Cette abondance de microburins atteste la fabrication des géométriques sur place. Ce niveau a également livré des pièces esquillées.

18Dans l’abri de La Peña de las Forcas II, très similaire à l’abri de L’Esplugón, nous avions déjà signalé une évolution des armatures à partir des types classiques de triangles (niveau II) vers des types variés, comme les triangles à retouche inverse à la base dans le niveau IV, ce qui indique l’existence de possibles influences ultra-pyrénéennes (Utrilla et Mazo 2014). À cette période, autour de 5 900-5 700 cal. BC, se produirait le début d’une régionalisation du Mésolithique géométrique, avec des influences aquitaines et provençales, comme on le constate dans les sites prépyrénéens d’Aizpea et de Forcas. À la même période, dans la zone du bas Aragon-Maestrazgo, prédominent les triangles de type Cocina/Muge, avec deux côtés concaves et épine centrale, et les trapèzes allongés à petite base retouchée. Ces influences levantines, évoquées par les triangles du type Cocina et à angle retouché, apparaissent aussi au Pays basque, dans la plaine d’Alava, une zone qui reçoit l’influence des types du bas Aragon au moment de l’utilisation du silex évaporitique originaire du cours moyen de l’Èbre (Cava et al. 2007-2008 : p. 596).

Le mobilier céramique

19L’étude de la céramique a mis en évidence un minimum de 17 récipients. Un seul d’entre eux a un diamètre presque complet ; nous avons donc un ensemble très fragmenté.

20Parmi les décors sont présents les décors cardiaux (1 exemplaire), les décors d’impressions avec un instrument (7 ex.), les incisions (1 ex.), la céramique incisée-imprimée, les décors à cordon imprimé (4 ex.) (fig. 10) et à cordon lisse (3 ex.). Les formes les plus fréquentes sont globulaires : vases, terrines et marmites (fig. 11).

Fig. 10. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : décors sur céramique.

Fig. 10. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : décors sur céramique.

1, 6 et 8 : décors réalisés par impression d’un instrument. 3, 10 et 15 : décor à cordon imprimé. 14 : décor cardial. 12 et 17 : décor à cordon lisse.

PAO et photos Rafael Laborda.

Fig. 11. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : céramiques de forme globulaire.

Fig. 11. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : céramiques de forme globulaire.

PAO et dessins Rafael Laborda.

21Les caractéristiques technologiques sont la prédominance de la cuisson oxydante (10 exemplaires) sur la cuisson irrégulière (5 ex.) et la cuisson réductrice (2 ex.), et des finitions de surfacés lisses (11 ex.) sur les surfaces polies et spatulées (6 ex.). Comme dans tous les sites néolithiques de la vallée de l’Èbre (Gallart et López 1988, Gallart et Mata 1995, Lapuente et Igea 2014), le dégraissant est principalement constitué de mica et de quartz. Ces éléments peuvent provenir du concassage de granite, comme cela semble être le cas à Forcas II (Bea 2014). À L’Esplugón, la combinaison de mica et de quartz est observée sur 11 exemplaires, tandis que le quartz seul a été reconnu sur 4 individus et la calcite seule sur 2.

22L’ensemble des fragments de céramique des niveaux 2 et 3 sup. partage certaines caractéristiques avec les sites de la vallée du Cinca et du Sègre. On remarque une forte présence de décors d’impressions, comme on peut l’observer dans les sites de Olvena (Baldellou et Ramón 1995), La Miranda (Baldellou et Barril 1981), Forcon (Baldellou 1983b), Els Trocs (Rojo et al. 2013), Espluga de la Puyascada (Baldellou 1987) ou Cova Colomera (Oms 2008). Par ailleurs, à L’Esplugón, la technique appelée boquique est absente, et le décor cardial est présent sur un seul récipient. Ces caractéristiques sont similaires à celles de la couche 1a de la grotte de Chaves (Huesca), avec laquelle les niveaux mentionnés de L’Esplugón partagent d’autres similitudes, comme la chronologie et l’industrie lithique : armatures à retouche en doble bisel et perçoirs à longue pointe axiale (Cava 2000). La céramique cardiale est moins bien représentée que celle avec impressions faites à l’aide d’autres types d’outils (Baldellou 1983a). De même, dans le niveau 1n de Rambla de Legunova (Biel, Zaragoza), d’une chronologie similaire au niveau 2‑3 sup. de L’Esplugón, apparaissent la céramique cardiale et les décors d’impressions avec outil, malgré la rareté de la céramique dans ce site (Montes et al. 2016). Nous ne pouvons pas établir de parallèle avec un site en particulier, car les motifs décoratifs sont si simples et si récurrents que l’on retrouve des similitudes avec la plupart des sites de la vallée du Cinca et du Sègre.

23En conclusion, même si les fragments de céramique de L’Esplugón proviennent de couches différentes, la plupart présentent une similitude d’élaboration (finitions, dégraissants et coctions) et de décors (motifs des impressions peu élaborés en général et applications plastiques parfois combinées avec des impressions digitées ou faites à l’aide d’autres instruments sur le cordon appliqué). Le site a aussi livré un fragment de céramique cardiale (no 14, fig. 10) appartenant au niveau à céramique plus ancien, ainsi que d’autres décors faits de cordons digités et d’impressions à l’aide d’instruments. Ces décors sont fréquents dans les ensembles de la péninsule Ibérique et s’inscrivent dans l’intervalle obtenu entre 5 309-5 220 cal. BC (MAMS-30168) et 4 943-4 781 cal. BC (Beta-338509), ce qui situe l’occupation dans un deuxième moment du Néolithique ancien régional.

L’analyse de la faune

24À partir d’un nombre total de 3 883 fragments osseux récupérées, l’étude de la faune a été réalisée sur une série de 938 fragments, dont 325 ont été attribués à une partie anatomique et à une espèce. On observe quelques différences entre le nombre de restes identifiés dans les niveaux néolithiques et mésolithiques, ce qui peut s’expliquer par une fracturation plus intense des os durant la période mésolithique.

25Cette étude indique une abondance des espèces sauvages de milieu forestier, principalement le sanglier, le chevreuil et le cerf. En ce qui concerne la variabilité des espèces, on a pu déterminer que le chevreuil est l’espèce qui prédomine dans les niveaux néolithiques. En revanche, le cerf et l’isard sont plus abondants dans les niveaux mésolithiques.

26Les espèces domestiques apparaissent seulement à partir des niveaux néolithiques. Ovis/Capra ont été détectés dans le niveau 2, tandis que Bos et Sus n’ont pas pu être identifiés comme des animaux domestiques. Ceci est dû à la difficulté de distinguer clairement les variétés sauvages des variétés domestiques (tabl. 3). Nous devons souligner la découverte de deux grandes défenses de sanglier, disposées en position verticale dans le niveau 4, lesquelles ont été directement datées entre 6 341 et 6 094 cal. BC (MAMS-30167).

Tabl. 3. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : espèces domestiques et sauvages par niveaux avec NR, NMI et biomasse.

Tabl. 3. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : espèces domestiques et sauvages par niveaux avec NR, NMI et biomasse.

27La courbe de mortalité des différentes espèces révèle l’existence d’un abattage de jeunes individus dans les niveaux néolithiques et une préférence pour les adultes dans les niveaux mésolithiques (tabl. 4). Cela peut être interprété comme une gestion moins respectueuse de la ressource au Néolithique, en raison de la présence d’animaux domestiques. Parmi les espèces domestiques, on observe l’abattage d’animaux très jeunes, ce qui peut s’expliquer par l’exploitation du bétail pour la viande et le lait, fait clairement documenté pour cette période (Vigne et Helmer 2007). On a pu déterminer une occupation de la cavité du printemps jusqu’à l’automne pour la période néolithique.

Tabl. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profils de mortalité de chaque espèce.

Tabl. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profils de mortalité de chaque espèce.

28Quant à la gestion des animaux chassés, on observe une plus grande fracturation des os dans les niveaux mésolithiques, probablement liée à l’extraction de la moelle osseuse. En ce qui concerne la représentativité squelettique, aucune extrémité distale d’os long de cerf n’a été reconnue. À l’inverse, les os de Sus, Capreolus et des ovicaprinés sont complets. Ce constat paraît évoquer des pratiques de transport différentes pour le cerf.

De possibles manifestations artistiques

29Parmi les objets décoratifs sont à signaler quelques exemplaires perforés de Columbellae rusticae découverts dans les niveaux du Mésolithique géométrique.

30En ce qui concerne l’art, l’abri de L’Esplugón a livré plusieurs galets peints en rouge appartenant aux niveaux néolithiques (2 et 3 sup.). La figure 12 en reproduit deux, modifiés par l’application D-Strech du programme Image J. Le galet B semble représenter un bouquetin en course, mais ce n’est pas tout à fait clair. Les études à la loupe binoculaire et au microscope sont en cours pour le confirmer.

Fig. 12. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : galets peints en rouge.

Fig. 12. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : galets peints en rouge.

A1 et B2 : images non modifiées. A2, B1 et B3 : images modifiés par l’application D-Strech du programme Image J.

PAO et photos Pilar Utrilla et Manuel Bea.

31Les indices d’activité artistique les plus significatifs sont des gravures pariétales à hauteur d’homme. Il s’agit de trois figures géométriques, dont deux présentent une ligne horizontale et plusieurs verticales, tandis qu’une troisième se compose d’une ligne centrale avec d’autres lignes situées de chaque côté (fig. 13).

Fig. 13. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : tracé des gravures et schéma proposé en relation avec la possible position stratigraphique des créateurs des gravures.

Fig. 13. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : tracé des gravures et schéma proposé en relation avec la possible position stratigraphique des créateurs des gravures.

PAO, photos et dessin Manuel Bea.

32Rien ne permet d’affirmer que nous sommes en présence de gravures préhistoriques. Cette possibilité est cependant à retenir pour trois raisons :

  • Leur position à hauteur d’homme (1,70 m), considérant qu’il dessine debout sur les niveaux mésolithiques (4 ou 3 inf. ; fig. 13) ;
  • La patine ancienne qui recouvre l’incision ;
  • Les similitudes de ces gravures avec des motifs géométriques mésolithiques, identifiés principalement dans le Bassin parisien (Buno-Bonneveaux, Ségognole, Canches, Villetard, grotte de Saint-Agnan, La Géode II de Bulou, et autres : Courty 1904, Nougier 1949, Hinout et Angelier 1968, Hinout 1998).

33D’autre part, les parallèles de décors géométriques dans l’art mobilier du Mésolithique sont bien connus : par exemple, les plaquettes de la grotte de La Cocina ou, en haut Aragon, la plaquette de Forcas II, datée vers 6 210-6 030 cal. BC (GrN-22686 : 7 240 ± 40 BP, niveau II) dans un niveau du Mésolithique géométrique avec des types ultra-pyrénéens (Utrilla 2014, Utrilla et Domingo 2014) (fig. 14). En France, les plaquettes avec les motifs décoratifs les plus proches sont celles de l’abri Murat ou de Rochedane, dans le Doubs (Couraud 1985, D’Errico 1994, David et al. 1998), ces dernières attribuées à l’Azilien.

Fig. 14. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : comparaison avec des gravures provenant d’autres sites.

Fig. 14. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : comparaison avec des gravures provenant d’autres sites.

En haut : photographie de détail du motif 3 de L’Esplugón. En bas : gravures sur plaquettes mésolithiques. 1 : Forcas. 2-3 : abri Murat (Rocamadour, Lot). 4-6 : La Cocina (Dos Aguas, Valencia, Espagne).

1 : extrait de Utrilla 2014, 2-3 : extrait de D’Errico 1994. 4-6 : extrait de Fortea 1974. PAO et photo Manuel Bea.

Conclusions

34D’autres études sont en cours, principalement sur la sédimentologie, la micromorphologie, la palynologie, la carphologie, la technologie lithique et la dispersion spatiale des restes ; on sait cependant déjà que l’abri de L’Esplugón constitue un gisement de référence, pour six motifs principaux :

  • L’existence d’une séquence de transition Mésolithique-Néolithique : niveau 4 à trapèzes ; niveau 3 inf. à triangles ; niveaux 3 sup. et 2, Néolithique ancien ; niveau l, Chalcolithique. Les niveaux 5 et 6, en cours de fouille, pourraient appartenir à l’Épipaléolithique à denticulés et/ou microlaminaire.
  • La richesse de l’industrie lithique dans les niveaux mésolithiques, avec la mise au jour de plus de 200 armatures sur une petite surface fouillée (8 mètres carrés). La typologie montre des points communs avec les sites du versant sud des Pyrénées d’Aizpea et Forcas : triangles à retouche plate dans le Néolithique et présence de types d’au-delà des Pyrénées dans le Mésolithique géométrique tardif. En revanche, on note l’absence de triangles clairement attribuables au type Cocina.
  • Avec l’abri d’Espantalobos (Huesca) (Montes et al. 2015), cette découverte vient combler un espace vide dans le haut Aragon entre le site de Forcas II, situé plus à l’est, et les sites plus occidentaux de la zone de Biel (Zaragoza, Espagne), tels que Peña 14 (Montes 2001-2002) et Rambla de Legunova (Montes 2005).
  • L’Esplugón a livré des exemples d’art mobilier (galets peints en rouge des niveaux néolithiques) ainsi qu’un possible art pariétal (gravures à décor géométrique, probablement des niveaux mésolithiques).
  • Dans les niveaux néolithiques, nous avons constaté la présence d’espèces domestiquées (ovicaprinés, et peut-être suidés et bovinés) et des indices d’activité agricole (lames avec patine de céréales).
  • Dans le domaine de l’anthracologie, nous avons pu documenter le recul des taxons mésophiles (principalement Quercus sp. à feuillage caduc), ajouté à la présence de galets et de plaquettes anguleuses dans le niveau 4, qui pourrait être liée au froid et à l’aridité intense qui caractérise le 8,2 kyr BP event dans cette région.

Bibliographie

Alcolea M., 2016, « El uso de los recursos vegetales leñosos en el abrigo de El Esplugón (Billobas-Sabiñánigo, Huesca): resultados preliminares », dans Rodanés J. M. et Lorenzo J. I. (dir.), Actas I Congreso de Arqueología y Patrimonio Aragonés, Zaragoza, Colegio Oficial de Doctores y Licenciados en Filosofía y Letras y en Ciencias de Aragón, p. 573-580.

Alday A., 1998, El depósito prehistórico de Kanpanoste Goikoa (Vírgala, Alava): memoria de las actuaciones arqueológicas, 1992-1993, Vitoria, Diputación Foral de Álava (Memorias de Yacimientos Alaveses, 5).

Alday A. (dir.), 2005, El campamento prehistórico de Mendandia: ocupaciones mesolíticas y neolíticas entre el 8500 y el 6400 B.P., Vitoria, Fundación José Miguel de Barandiarán/Diputación Foral de Álava.

Alday A. (dir.), 2006, El Mesolítico de muescas y denticulados en la Cuenca del Ebro y el Litoral Mediterráneo Peninsular, Vitoria, Diputación Foral de Álava (Memorias de Yacimientos Alaveses, 11).

Baldellou V., 1983a, « Comentario a los materiales neolíticos », Bolskan, no 1, p. 67-94.

Baldellou V., 1983b, « La cueva del Forcón (La Fueva-Huesca) », Bolskan, no 1, p. 149-176.

Baldellou V., 1987, « Avance al estudio de la Espluga de la Puyascada », Bolskan, no 4, p. 3-42.

Baldellou V. et Barril M., 1981, « Los materiales arqueológicos de la Cueva de la Miranda (Palo, Huesca) en el Museo de Huesca », Pyrenae, no 17, p. 55-82.

Baldellou V. et Ramón N., 1995, « Estudio de los materiales cerámicos neolíticos del conjunto de Olvena », Bolskan, no 12, p. 105-169.

Barandiarán I., 1978, « El abrigo de la Botiquería dels Moros, Mazaleón (Teruel): Excavaciones arqueológicas de 1974 », Cuadernos de Prehistoria y Arqueología Castellonense, no 5, p. 49-138.

Barandiarán I. et Cava A., 1989, La ocupación prehistórica del abrigo de Costalena (Maella, Zaragoza), Zaragoza, Diputación General de Aragón (Arqueología y Paleontología, 6).

Bea M., 2014, « Elementos líticos pulimentados y cantos con ocre de los abrigos de Forcas I y II », dans Utrilla P. et Mazo C. (dir.), La Peña de las Forcas. Graus, Huesca: Un asentamiento en la confluencia del Ésera y el Isábena, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 46), p. 227-236.

Berdejo A. et Obón A., 2016, « Un nuevo yacimiento neolítico en las sierras exteriores del Pirineo central: el Esplugón (Villobas), sondeo de 2009 », Bolskan, no 24, p. 139-144.

Cava A., 2000, « La industria lítica del Neolítico de Chaves (Huesca) », Salduie, no 1, p. 75-162.

Cava A., 2001, « La industria lítica », dans Barandiarán I. et Cava A. (dir.), Cazadores-recolectores en el Pirineo navaro El sitio de Aizpea entre 8.000 y 6.000 años antes de ahora, Vitoria, Universidad del País Vasco (Anejos de Veleia, serie Maior, 10), p. 63-148.

Cava A. (dir.), 2004, La ocupación prehistórica de Kanpanoste en el contexto de los cazadores-recolectores del Mesolítico, Vitoria, Diputación Foral de Álava (Memorias de Yacimientos Alaveses, 9).

Cava A., Alday A., Tarriño A., 2007-2008, « La circulación de materias primas líticas en la transición Mesolítico/Neolítico Antiguo en el País Vasco: Los abrigos de Mendandia, Kanpanoste y Aizpea », Veleia, no 24-25, p. 581-609.

Couraud C., 1985, L’art azilien : origine-survivance, Paris, CNRS éditions (Gallia préhistoire, supplément XX).

Courty G., 1904, « Les pétroglyphes de Seine-et-Oise », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 1, no 10, p. 345-351.

D’Errico F., 1994, L’art gravé azilien : de la technique à la signification, Paris, CNRS éditions (Gallia préhistoire, supplément XXX).

David S., D’Errico F., Thevenin A., 1998, « L’art mobilier de Ranchot (Jura) et de Rochedane (Doubs) », dans Cupillard C. et Richard A. (dir.), Les derniers chasseurs-cueilleurs du massif jurassien et de ses marges (13000-5500 a. C.), Besançon, Centre jurassien du patrimoine, p. 192-200.

Fortea F. J., 1974, « Algunas aportaciones a los problemas del Arte levantino », Zephyrus, no 25, p. 225-257.

Gallart M. D. et López F., 1988, « Análisis mineralógico de las cerámicas neolíticas de la cueva de Chaves (Casbas, Huesca) », Bolskan, no 5, p. 5-26.

Gallart M. D. et Mata M. P., 1995, « Análisis mineralógico de las cerámicas », Bolskan, no 12, p. 171-180.

García-Argüelles P. et Vaquero M., 2009, « Algunas reflexiones sobre la ausencia de Mesolítico geométrico en Cataluña », dans Utrilla P. et Montes L. (dir.), El Mesolítico geométrico en la Península Ibérica, Zaragoza, Universidad de Zaragoza, p. 191-204.

Hinout J., 1998, « Essai de synthèse à propos de l’art schématique mésolithique dans les massifs gréseux du Bassin parisien », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 95, no 4, p. 505-524.

Hinout J. et Angelier J., 1968, « Abris gravés des massifs gréseux du Bassin parisien », Gallia préhistoire, vol. 11, no 2, p. 235-246.

Lapuente P. et Igea J., 2014, « Estudio petrológico de las cerámicas neolíticas de Forcas II y otros yacimientos del entorno », dans Utrilla P. et Mazo C. (dir.), La Peña de las Forcas II (Graus, Huesca): un asentamiento estratégico en la confluencia del Ésera y el Isábena, Zaragoza, Universidad de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 46), p. 267-286.

Marchand G. et Manen C., 2006, « Le rôle du Néolithique ancien méditerranéen dans la néolithisation de l’Europe atlantique », dans 6e Rencontres méridionales de préhistoire récente, Périgueux, 2004, Périgueux, ADRAHP/Préhistoire du Sud-Ouest, p. 213-232.

Montes L., 2001-2002, « El abrigo Epipaleolítico de Peña 14 (Biel, Zaragoza): Excavaciones 1999 y 2000 » Salduie, no 2, p. 291-306.

Montes L., 2005, « Abrigos de Legunova y Valcervera en Biel: Campaña de 2004 », Salduie, no 5, p. 257-269.

Montes L., Domingo R., Cuchi J. A., Alcolea M., Sola C., 2015, « Completando el mapa de la Cuenca del Ebro: el Mesolítico del IX milenio cal BP de Espantalobos (Huesca, España) », Munibe, no 66, p. 119-133.

Montes L., Domingo R., González-Sampériz P., Sebastián M., Aranbarri J., Castaños P., García-Simón L. M., Alcolea M., Laborda R., 2016, « Landscape, resources and people during the Mesolithic and Neolithic times in NE Iberia: The Arba de Biel Basin », Quaternary International, no 403, p. 133-150.

Morales J. I. et Oms F. X., 2012, « Las últimas evidencias mesolíticas del NE peninsular y el vacío pre-neolítico », Rubricatum, no 5, p. 35-42.

Nougier L. R., 1949, « Remarques à propos des murs, enceintes et gravures de la forêt de Fontainebleau », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 46, no 11, p. 418-427.

Obón A. et Berdejo A., 2016, « Perspectivas para el estudio del poblamiento del valle del Guarga (Huesca) », dans Rodanés J. M. et Lorenzo J. I. (dir.), Actas I Congreso de Arqueología y Patrimonio Aragonés, Zaragoza, Colegio Oficial de Doctores y Licenciados en Filosofía y Letras y en Ciencias de Aragón, p. 169-177.

Oms F. X., 2008, « Caracterizació técnica, tipológica i cronológica de les ceràmiques del Neolític antic de la Cova Colomera (Prepirineu de Lleida) », Archivo de Prehistoria Levantina, no 27, p. 51-80.

Pallaruelo S., 1988, Pastores del Pirineo, Madrid, Ministerio de Cultura, Dirección General de Artes y Archivos.

Puigdefábregas C., 1975, La sedimentación molásica en la cuenca de Jaca, Jaca, Instituto de Estudios Pirenaicos-CSIC (Monografías, 104).

Rapp J. et Hills C., 1998, Geoarchaeology: The Earth Science approach to archaeological interpretation, Yale, University Press.

Reimer P. J., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Blackwell P. G., Bronk Ramsey C., Buck C. E., Cheng H., Edwards R. L., Friedrich M., Grootes P. M., Guilderson T. P., Haflidason H., Hajdas I., Hatte C., Heaton T. J., Hoffmann D. L., Hogg A. G., Hughen K. A., Kaiser K. F., Kromer B., Manning S. W., Niu M., Reimer R. W., Richards D. A., Scott E. M., Southon J. R., Staff R. A., Turney C. S. M., Van der Plicht J., 2013, « IntCal13 and Marine13 radiocarbon age 22 calibration curves 0-50,000 years cal BP », Radiocarbon, vol. 55, no 4, p. 1869-1887.

Rodanés J. M., Tilo M. A., Ramón N., 1996, « El abrigo de Els Secans (Mazaleón, Teruel): La ocupación del Valle del Matarraña durante el Epipaleolítico y Neolítico Antiguo », Al-Qannis, no 6, p. 3-107.

Rodanés J. M. et Picazo J. V. (dir.), 2013, « El Campamento Mesolítico del Cabezo de la Cruz (La Muela, Zaragoza) », Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 45).

Rojo M. A., Peña L., Royo J. L., Tejedor C., García-Martinez I., Arcusa H., Garrido R., Moreno M., Mazzucco N., Gibaja J. F., Ortega D., Kromer B., Alt K. W., 2013, « Pastores trashumantes del neolítico antiguo en un entorno de alta montaña: secuencia crono-cultural de la Cova de Els Trocs (San Feliú de Veri, Huesca) », Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, no 79, p. 9-56.

Utrilla P., 2014, « La plaqueta decorada de Forcas II (Graus, Huesca) », dans Utrilla P. et Mazo C. (dir.), La Peña de las Forcas, Graus, Huesca: Un asentamiento en la confluencia del Ésera y el Isábena, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 46), p. 329-336.

Utrilla P. et Domingo R., 2014, « La transition Mésolithique-Néolithique dans la vallée de l’Èbre », dans Guilaine J., Manen C., Perrin T. (dir.), La néolithisation de l’Ouest méditerranéen/The western Mediterranean Neolithization, Toulouse, Errance, p. 323-353.

Utrilla P. et Mazo C. (dir.), 2014, La Peña de las Forcas, Graus, Huesca: Un asentamiento en la confluencia del Ésera y el Isábena, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 46).

Utrilla P. et Montes L. (dir.), 2009, El Mesolítico geométrico en la Península Ibérica, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 44).

Utrilla P. et Rodanés J. M. (dir.), 2004, Un asentamiento epipaleolítico en el valle del río Martín: El abrigo de los Baños (Ariño, Teruel), Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza (Monografías Arqueológicas, serie Prehistoria, 39).

Utrilla P., Berdejo A., Obón A., 2012, « El Esplugón: un abrigo mesolítico en el valle del Guarga (Huesca) », dans Muñiz J. R. (dir.), Ad Orientem: del final del Paleolítico en el Norte de España a las primeras civilizaciones del Oriente Próximo: estudios en homenaje a Juan Antonio Fernández-Tresguerres Velasco, Oviedo, Universidad de Oviedo, p. 235-252.

Utrilla P., Berdejo A., Obón A., Laborda R., Domingo R., Alcolea M., 2016, « El abrigo de El Esplugón (Billobas-Sabiñánigo, Huesca): Un ejemplo de transición Mesolítico-Neolítico en el Prepirineo central », dans Del neolític a l’edat del bronze en el Mediterrani occidental: Estudis en Homenatge a Bernat Martí Oliver, Valencia, Museo de Prehistoria de Valencia (Trabajos Varios, 119), p. 75-96.

Vigne J. D. et Helmer D., 2007, « Was milk a “secondary product” in The Old World Neolithisation process? Its role in the domestication of cattle, sheep and goats », Anthropozoologica, vol. 42 no 2, p. 9-40.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Carte du Mésolithique géométrique dans la vallée de l’Èbre.
Légende 1 : haut bassin de l’Èbre (province d’Alava). 2 : versant sud des Pyrénées. 3 : bas Aragon. 4 : Maestrazgo-Els Ports.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 2. – Situation de l’abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne).
Crédits Photo José Luis Peña.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3. – Abri de l’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profil stratigraphique.
Crédits PAO Alberto Obón.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : diagramme anthracologique et image de la stratigraphie en 2A/2W.
Légende La flèche indique la correspondance entre les données anthracologiques et les plaquettes en haut du niveau 4.
Crédits PAO Marta Alcolea.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 1. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations radiocarbone.
Légende Sur fond gris, les dates qui ne sont pas en accord avec le niveau stratigraphique et correspondent à des intrusions dues à des bioturbations.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 5. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : datations 14C -AMS cal. BP et courbe climatique du GRIP.
Légende Les datations qui ne correspondent pas avec la position stratigraphique sont notées en rouge (OxCal v 4.3.2. IntCal13 – Reimer et al. 2013).
Crédits Extrait de Reimer et al. 2013.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Titre Tabl. 2. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : microlithes géométriques et microburins par niveaux.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques du niveau 1 (Néolithique final-Chalcolithique).
Légende 1 et 2 : pièces à retouche plate. 3 : lame portant des traces d’usure.
Crédits Dessins Pilar Utrilla.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 7. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : pièces lithiques des niveaux néolithiques (2 et 3 sup.).
Légende 1 à 12 : triangles et segments à retouche bifaciale en doble bisel. 13 : perçoir. 18 à 22 : lames avec patine lustrale. 16 et 17 : grattoirs. 23 et 24 : lames denticulées. 14 : lamelle à dos. 15 et 25 : lames à retouche simple.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 8. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : triangles du niveau 3 inférieur.
Légende 31 : petit tranchet. 32 : segment allongé à retouche abrupte alterne.
Crédits Extrait de Utrilla et al. 2016.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 9. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : trapèzes du niveau 3 inférieur.
Crédits Extrait de Utrilla et al. 2016.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 10. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : décors sur céramique.
Légende 1, 6 et 8 : décors réalisés par impression d’un instrument. 3, 10 et 15 : décor à cordon imprimé. 14 : décor cardial. 12 et 17 : décor à cordon lisse.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 11. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : céramiques de forme globulaire.
Crédits PAO et dessins Rafael Laborda.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Titre Tabl. 3. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : espèces domestiques et sauvages par niveaux avec NR, NMI et biomasse.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Tabl. 4. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : profils de mortalité de chaque espèce.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 12. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : galets peints en rouge.
Légende A1 et B2 : images non modifiées. A2, B1 et B3 : images modifiés par l’application D-Strech du programme Image J.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 13. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : tracé des gravures et schéma proposé en relation avec la possible position stratigraphique des créateurs des gravures.
Crédits PAO, photos et dessin Manuel Bea.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 14. – Abri de L’Esplugón (Villobas-Sabiñánigo, Huesca, Espagne) : comparaison avec des gravures provenant d’autres sites.
Légende En haut : photographie de détail du motif 3 de L’Esplugón. En bas : gravures sur plaquettes mésolithiques. 1 : Forcas. 2-3 : abri Murat (Rocamadour, Lot). 4-6 : La Cocina (Dos Aguas, Valencia, Espagne).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6552/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteurs

Chercheur indépendant

Chercheur indépendant, collectif De la Roca al Metal

Departamento de Ciencias de la Antigüedad, Área de Prehistoria, Grupo de investigación PPVE (Primeros pobladores del Valle del Ebro), Universidad de Zaragoza

Área de Prehistoria, Universidade de Santiago de Compostela et Muséum national d’histoire naturelle, CNRS UMR 7209

Departamento de Ciencias de la Antigüedad, Área de Prehistoria, Grupo de investigación PPVE (Primeros pobladores del Valle del Ebro), Universidad de Zaragoza

Chercheur « Ramón y Cajal », Departamento de Ciencias de la Antigüedad, Área de Prehistoria, Grupo de investigación PPVE (Primeros pobladores del Valle del Ebro), Instituto de Patrimonio y Humanidades (IPH), Universidad de Zaragoza

Departamento de Ciencias de la Antigüedad, Área de Prehistoria, Grupo de investigación PPVE (Primeros pobladores del Valle del Ebro), Instituto de Patrimonio y Humanidades (IPH), Universidad de Zaragoza

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access