Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu

 | 
Marianne Deschamps
, 
Sandrine Costamagno
, 
Pierre-Yves Milcent
, 
et al.

Occupation et exploitation du milieu montagnard

Mobilité territoriale pendant le Paléolithique moyen en contextes discoïde et Levallois : exemple du site de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M et sous-niveau Oa

Territorial mobility during the Middle Paleolithic in Discoid and Levallois contexts: the case of the Abric Romani site (Capellades, Barcelona, Spain), level M and sub-level Oa

Bruno Gómez de Soler, María Gema Chacón, Amelia Bargalló, Francesca Romagnoli, María Soto, Josep Vallverdú et Manuel Vaquero

Résumé

Le niveau M et le sous-niveau Oa du site de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), présentent différents types de contextes technologiques. Les chaînes opératoires du niveau M montrent des stratégies expéditives. L’assemblage lithique du sous-niveau Oa est associé à des stratégies hiérarchisées et à des chaînes opératoires Levallois. Le silex est la roche plus utilisée (80,8 % pour le niveau M, 91,6 % pour le niveau Oa). Toutes les formations géologiques contenant du silex sont localisées dans un rayon de 30 kilomètres, les plus nombreuses étant les formations évaporitiques des marges de la dépression de l’Èbre. Le type de silex le plus représenté dans les deux niveaux provient d’un gisement situé à environ 16 kilomètres au nord-ouest du site. Ces rayons d’approvisionnements, identiques pour des systèmes techniques aussi différents, nous incitent à proposer l’hypothèse que les choix de matières premières sont majoritairement liés à des facteurs socio-économiques, et non uniquement à des aspects purement technologiques.

Level M and sub-level Oa at Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Spain) are showing various types of technological contexts. The chaines opératoires of level M show expedient strategies. The lithic assemblage of sub-level Oa is associated to hierarchized strategies and Levallois chaines opératoires. Chert is the most used rock (level M = 80.8%; level Oa = 91.6%). All geological formation containing chert are located in a 30 km radius, the most numerous being the evaporite formations of the margins of the Ebro depression. The chert type most commonly found in both level is located about 16 km to the NW of the site. These identical supply distances for such different technological systems encourage us to consider that the raw material choices are mostly connected to socio-economic factors and not solely to technological aspects.

Texte intégral

Nous remercions tous les archéologues et spécialistes qui ont participé dans les différentes campagnes de fouille ; le Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, avec l’attribution du projet quadriennal « Abric Romaní-Cinglera del Capelló » (2014-2017) ; la mairie de Capellades et à Tallers Gràfics Romanyà-Valls S. A., ainsi que les groupes de recherche SGR2017-859 et SGR2017-836 (AGAUR) et les projets du MINECO HAR2013-48784-C3-1-P, CGL2016-80000-P et CGL2015-65387-C3-1-P (MINECO/FEDER). La recherche de Bruno Gómez de Soler, María Gema Chacón, Josep Vallverdú et Manuel Vaquero est financée par le « CERCA Programme/Generalitat de Catalunya ». Amelia Bargalló a reçu une bourse du European Union’s Horizon 2020 Research and Innovation Programme (Marie Sklodowska-Curie Action grant agreement PREKARN n 702584). María Soto a reçu une bourse postdoctorale du Social Sciences and Humanities Research Council (fondation fédérale canadienne pour la recherche), liée au projet « Stone tools, Diet Sociality at Olduvai Gorge ». Merci à Gerard Campeny pour l’adaptation de certaines des figures, à Elvira Dominguez qui a réalisé la révision et correction du français écrit de l’article.

1L’analyse des matières premières lithiques peut servir de base pour connaître la mobilité territoriale des groupes de chasseurs-cueilleurs. La présente étude s’intéresse à l’utilisation du territoire et aux dynamiques d’approvisionnement en silex (en tant que matériau prédominant dans l’ensemble) par les Néandertaliens qui ont occupé l’Abric Romaní, dans le niveau M et le sous-niveau Oa.

2Ce travail s’inscrit dans un cadre ethnologique centré sur le mode d’approvisionnement (foraging model) qui caractérise les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Dans ce modèle, un élément important est le rayon d’approvisionnement, c’est-à-dire le trajet aller-retour pouvant être effectué, en une seule journée, entre le camp de base et le lieu d’extraction des ressources. Grâce à de multiples études ethnographiques (Binford 2001), ce rayon est évalué à environ 8 kilomètres ; une distance qui, dans notre étude, a été étendue à 10 kilomètres, avec l’intention de déterminer la zone d’approvisionnement locale et régionale et de connaître la disponibilité du silex dans ce territoire avec une approche actualisée. Ceci nous conduira à l’évaluation d’un rayon d’approvisionnement spécifique pour chaque assemblage archéologique, grâce auquel nous déduirons les modèles de mobilité et leur direction.

3L’étude comparative du niveau M et du sous-niveau Oa de l’abri est justifiée par leur proximité temporelle et par les différences observées au sein des chaînes opératoires et des systèmes d’exploitation. Tout au long de la séquence de l’Abric Romaní, les chaînes opératoires lithiques sont plutôt expéditives et basées sur des systèmes discoïdes centripètes, comme dans le cas du niveau M ; le niveau O et le sous-niveau Oa montrent au contraire, pour la première fois, une prédominance manifeste des stratégies hiérarchisées de type Levallois. Notre hypothèse de travail s’articule autour de la signification de ces différences. Correspondent-elles au type ou à la qualité de la matière première lithique utilisée, ou bien à d’autres aspects qui ne sont pas strictement techno-économiques ?

4Nous nous sommes fondés sur une étude de terrain focalisée sur l’emplacement des aires d’approvisionnement d’origine siliceuse. Leur identification a été faite au moyen de critères visuels morphoscopiques, à l’aide d’un microscope stéréoscopique, afin d’établir les groupes principaux de matières premières. Une étude pétrographique a ensuite été réalisée à travers l’analyse de 88 lames minces (28 échantillons archéologiques et 60 échantillons géologiques de silex et roches mères) pour lesquelles ont été décrits les aspects minéralogiques, texturaux et diagénétiques. Enfin, plusieurs analyses complémentaires ont été réalisées pour mieux comprendre les composantes tant géologiques qu’archéologiques.

5L’objectif final était de corréler le matériel archéologique avec son aire d’approvisionnement, afin de déterminer les stratégies d’exploitation du territoire et les itinéraires de mobilité mis en œuvre, de façon à contribuer à la connaissance de la relation de l’Homme avec son environnement naturel.

Le site de l’Abric Romaní

6L’Abric Romaní est situé dans la commune de Capellades, dans la province de Barcelona, au nord-est de la péninsule Ibérique. Ses coordonnées UTM (ETRS89) sont 390566E et 459874N ; il se situe à 310 mètres au-dessus du niveau de la mer (fig. 1). Il s’agit d’un abri ouvert au sein de la formation de travertin connue sous le nom de Cinglera del Capelló, dans un étroit passage ou couloir formé à la suite d’une faille de direction NNO/SSE, à travers laquelle coule la rivière Anoia. Ce passage naturel met en contact l’intérieur de la Catalogne avec la côte, ainsi qu’avec les trois grandes unités géomorphologiques composant ce territoire : la dépression de l’Èbre, la cordillère prélittorale et la dépression prélittorale. Cela représente un emplacement stratégique pour le site de l’Abric Romaní, en tant que point d’accès à différents écotones.

Fig. 1. – Localisation du site de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne).

Fig. 1. – Localisation du site de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne).

En haut : emplacement dans la péninsule Ibérique. Au centre : vue aérienne montrant le cours naturel de la rivière Anoia et la formation de travertin où se trouve l’Abric Romaní. En bas : détail du cingle du Capelló, avec ses abris-sous-roches caractéristiques.

Photos Institut Català de Paleoecologia humana i Evolució Social. Fond de carte NASA.

7La séquence lithostratigraphique de l’Abric Romaní, de plus de 50 mètres de puissance, est principalement composée de travertin, sables et limons, dans lesquels ont été documentés jusqu’à 27 niveaux d’occupations humaines (Carbonell et al. 1994, Sharp et al. 2016). Plus de 80 dates obtenues par U/Th et 14C AMS fournissent un cadre chronologique allant de 110 ka cal. BP à la base à 39 ka cal. BP au sommet, situant la séquence dans les stades isotopiques 5, 4 et 3 (fig. 2). À l’exception du niveau A, associé au Paléolithique supérieur, les niveaux archéologiques correspondent à des occupations humaines appartenant au Paléolithique moyen (Vallverdú et al. 2012, Vaquero et al. 2013).

Fig. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : stratigraphie et datations.

Fig. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : stratigraphie et datations.

D’après Carbonell et al. 1994.

8Au niveau paléo-environnemental, la séquence de l’Abric Romaní présente cinq phases climatiques, avec des périodes chaudes et d’autres froides et sèches. Les taxons les plus représentés sont Artemisa, Poaceae et Pinus. Les forêts de pins du type pin rouge sont prédominantes dans toute la séquence stratigraphique (Burjachs et al. 2012).

Matériel d’étude

Le niveau M

9Ce niveau a été fouillé sur une surface de 231 m2 entre 1997 et 2007. Il est daté entre 51,8 ± 1,4 ka BP et 54,9 ± 1,7 ka BP. L’assemblage archéologique est constitué de 18 946 vestiges.

10La faune est représentée par 7 656 restes, dont un pourcentage élevé d’os fracturés et altérés thermiquement à cause de l’intense activité anthropique. Cela rend leur identification anatomique et taxonomique difficile, et seulement 10 % de l’ensemble a pu être identifié. Les profils squelettiques des ongulés indiquent que les Néandertaliens ont développé différentes stratégies pour transporter les animaux des sites d’abattage (kill sites) vers le camp de base. On peut supposer que le nombre de porteurs était important, indice d’une forte coopération entre les différents membres du groupe (Marín et al. 2017a et 2017b).

11Les espèces les plus représentées sont Cervus elaphus (n = 711), Equus ferus (n = 84) et Bos primigenius (n = 31). En outre, 144 remontages des os de macromammifères ont été réalisés, regroupant un total de 349 objets, soit 4,5 % (Fernández-Laso 2010, Marín 2014). Les liens de connexion des remontages sont généralement inférieurs à 1 mètre et n’impliquent que des fragments brûlés. Les remontages des os en association avec l’analyse taphonomique des surfaces osseuses suggèrent l’origine anthropique de l’assemblage et apportent des informations sur la formation de zones multifonctionnelles liées aux foyers (Vaquero et al. 2017).

12En ce qui concerne les structures de combustion, 37 foyers ont été documentés et fouillés suivant les limites structurelles qui constituent le niveau, formant une série de trois lignes plus ou moins parallèles entre la paroi de l’abri et la ligne de surplomb de la voûte. Évidemment, comme cela a été le cas dans tous les niveaux de l’Abric Romaní, le registre archéologique est structuré à partir des foyers (Vaquero et Pastó 2001), et organisé en six zones autour de ceux-ci (Vaquero et al. 2015 et 2017).

13L’industrie lithique est composée de 6 084 objets. Le silex est la matière première prédominante (80,8 %), suivi du calcaire (9,3 %), du quartz (5,3 %) et de l’ardoise (3,9 %), tandis que d’autres matériaux (grès, granites, quartzites et porphyres) ont des valeurs inférieures à 1 % (tabl. 1). La méthode de taille utilisée est le Discoïde et les produits de taille, éclats, fragments d’éclats et éclats fracturés sont les objets prédominants (fig. 3.2 et 3.3), principalement de taille moyenne et petite. En outre, 120 remontages ont été réalisés, regroupant 803 objets lithiques, soit 20 % du total (Chacón 2009, Vaquero et al. 2015 et 2017).

Tabl. 1. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : vestiges lithiques classés par matières premières et par catégories technologiques.

Tabl. 1. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : vestiges lithiques classés par matières premières et par catégories technologiques.

Fig. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : exemples d’industrie lithique.

Fig. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : exemples d’industrie lithique.

1 : nucléus discoïdes. 2 : éclats pseudo-Levallois. 3 : éclats débordants. 4 : éclats ordinaires.

Photos María Gema Chacón.

14Bien que le niveau soit globalement caractérisé par des zones d’activité liées au foyer et par un regroupement discret des restes sur toute la surface, l’analyse technologique et spatiale des remontages a montré des répartitions spatiales différentes. La partie intérieure de l’abri, près de la paroi, mieux protégée des agents climatiques, a été occupée pendant une longue période – avec les mêmes comportements technologiques et spatiaux pendant toute la période –, créant un palimpseste développé. La zone centrale a été occupée pendant deux épisodes distincts et utilisait souvent la partie interne de l’abri pour l’approvisionnement en matière première. La partie extérieure a été utilisée à la fin de l’occupation du niveau pour la réalisation de deux courts événements de taille (Vaquero et al. 2015, Romagnoli et Vaquero 2016).

15La production lithique dans le niveau M est caractérisée par des séquences discoïdes (fig. 3.1). Le faible degré du contrôle volumétrique lors du débitage a permis aux Néandertaliens de l’Abric Romaní de s’adapter aux contraintes morphologiques des blocs et de sélectionner des ressources indépendamment de leurs qualités physiques (Chacón et al. 2013). Dans ce niveau, le silex se caractérise principalement par un faible degré d’homogénéité induit par la présence de géodes et de surfaces internes fissurées, et par des blocs à grain moyen/grand. L’analyse technologique et les remontages suggèrent que la qualité de la matière première n’a pas influé sur le développement de stratégies de taille plus complexes (Romagnoli et al. 2016).

16Régulièrement, des blocs complets ont été transportés sur le site. De longues séquences de production ont été effectuées, attestant d’une faible fragmentation de la chaîne opératoire. Néanmoins, l’identification du transport d’outils destinés à la taille (toolkits) suggère un apport complémentaire sur le site de grands éclats discoïdes typiques, tels que les éclats à dos et les pointes pseudo-Levallois (fig. 3.3). Les remontages ont également montré que des outils ont été produits sur le site mais utilisés et abandonnés ailleurs. De plus, grâce aux remontages, il a été possible de mettre en évidence le rôle socio-économique de la séquence de production des petits éclats, productions issues de chaînes opératoires ramifiées. Dans la couche M, un comportement expéditif, identifié par la flexibilité du système technique, fut plus probablement destiné à résoudre les contraintes de matières premières et les besoins immédiats dans le site, et ne répondait pas à une stratégie planifiée de la mobilité humaine comme dans les autres niveaux de l’abri (Romagnoli et al. 2017).

17Les outils retouchés sont rares tout au long de la séquence stratigraphique du site. Dans la couche M, ils représentent moins de 1 % et n’ont pas de relation avec les remontages et la répartition spatiale identifiée pour le niveau M.

Le sous-niveau Oa

18Le sous-niveau Oa fait partie du niveau O. Il a été fouillé entre les années 2004 et 2009, sur une surface d’environ 200 m2. Les dates obtenues par les séries d’Uranium sont, sur la partie supérieure du niveau O, de 54,6 ± 0,4 Ka BP et sur la partie supérieure du niveau P, le niveau suivant, de 54,24 ± 0,42 Ka BP ; on évalue donc l’âge du sous-niveau Oa aux alentours de 54 Ka BP.

19La faune est représentée par 486 restes, avec un pourcentage élevé d’os fracturés à la suite d’un traitement intensif d’origine anthropique (Gabucio 2014). Seuls 9 % de l’ensemble ont pu être identifiés, avec une prédominance de Cervus elaphus (n = 18), Bos primigenius (n = 16), Oryctolagus cuniculus (n = 8) et Equus ferus (n = 4). 12 remontages ont été réalisés, regroupant 31 objets (6,4 %). L’abondance de parties squelettiques à fort contenu nutritionnel, tels que les éléments appendiculaires proximaux, suggère un accès primaire et immédiat aux carcasses par les groupes néandertaliens. Ce schéma a été également confirmé par la localisation des marques de découpes et par les éléments diagnostiques des fractures anthropiques dans les diaphyses et les métaphyses, pour l’accès à la moelle osseuse (Gabucio et al. 2014).

20Dix structures de combustion ont été documentées dans ce sous-niveau. Elles sont disposées sur deux lignes, l’une très proche de la paroi de l’abri et l’autre en parallèle vers l’extérieur, dans laquelle tout le matériel archéologique a été structuré, formant six accumulations principales.

21L’industrie lithique est composée de 1 496 restes. Le silex est le matériau prédominant, avec 91,57 % du total, suivi par le calcaire (5,3 %), le reste des matériaux ne dépassant pas 1 % : quartz, grès, quartzite et autres roches (tabl. 2).

Tabl. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : vestiges lithiques répartis par matières premières et par catégories technologiques.

Tabl. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : vestiges lithiques répartis par matières premières et par catégories technologiques.

22La méthode de taille utilisée pour obtenir des éclats est principalement Levallois : méthode centripète récurrente (Bargalló 2014). La plus grande part des nucléus analysés, 77,8 %, présente une exploitation bifaciale hiérarchisée (fig. 4.1). La surface de plan de frappe conserve généralement une bonne quantité du cortex jusqu’aux derniers moments de son exploitation. Dans ces cas, la hiérarchisation est basée sur l’exploitation préférentielle de l’une des surfaces par rapport à l’autre. La deuxième surface aura un rôle secondaire et subordonné, présentant peu d’extractions, très marginales et s’adaptant parfaitement à la production Levallois décrite dans la bibliographie (Boëda 1993, 1994 et 1995).

23En ce qui concerne les produits obtenus (fig. 4.2), l’analyse technologique indique que les éclats débordants sont presque inexistants : deux éléments seulement. Aucun éclat Kombewa n’a été identifié, bien qu’ils constituent un autre produit habituel dans la taille Levallois. Cependant, quatre pointes Levallois ont été documentées.

24Les types d’artefacts représentés et l’analyse des chaînes opératoires indiquent que l’assemblage est fragmenté et incomplet, et qu’il manque une bonne partie des produits attendus dans une production Levallois (fig. 4). Les 32 remontages réalisés correspondent à la reconstitution d’éléments fracturés pendant la taille ou au remontage proprement dit de deux ou trois éclats successifs, regroupant 77 objets lithiques, soit 5,1 % du total (Bargalló 2014). Nous n’avons pu réaliser aucun remontage entre le nucléus et l’éclat, ce qui confirme la forte fragmentation de la chaîne opératoire.

25En ce qui concerne les outils retouchés de ce sous-niveau, 17 objets seulement ont été documentés (fig. 4.3). Des éclats de dimension moyenne à grande ont été sélectionnés. La retouche est principalement localisée sur l’un des bords, principalement sur les bords latéraux, dans la même proportion sur le bord gauche que sur le bord droit, et dans quelques cas sur le tranchant transversal distal. Les types d’objets retouchés sont pour la plupart des racloirs (58,8 %), les denticulés représentent 29,4 % et le reste des aménagements correspond à des retouches abruptes et/ou marginales.

Fig. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : exemples d’industrie lithique.

Fig. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : exemples d’industrie lithique.

: nucléus Levallois. : éclats. : outils retouchés.

Photos Amelia Bargalló.

Contexte géologique des silicifications

26Comme nous l’avons déjà mentionné, la zone d’étude comprend trois grandes unités géomorphologiques qui conditionnent l’obtention de ressources abiotiques (fig. 5).

Fig. 5. – Localisation de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), et des trois unités géomorphologiques qui définissent son environnement géologique : dépression de l’Èbre, cordillère prélittorale et dépression prélittorale.

Fig. 5. – Localisation de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), et des trois unités géomorphologiques qui définissent son environnement géologique : dépression de l’Èbre, cordillère prélittorale et dépression prélittorale.

PAO : Bruno Gómez de Soler. Fond de carte : ArcGIS10.2.

27La dépression de l’Èbre est l’unité géomorphologique qui concentre la plus grande quantité de silicifications dans deux de ses bassins marginaux, le bassin de Gaià et le bassin d’Anoia. Les formations qui contiennent du silex sont issues du Paléogène et sont principalement d’âge éocène et oligocène, et occasionnellement paléocène. Les gisements de silex sont situés dans les formations lacustres évaporitiques et fluviatiles formées par l’alternance de lutites, de gypses, de marne, de calcaires et de conglomérats. Dans l’ordre chronologique, les formations à silicifications sont les formations Mediona, Santa Càndia, Pobla de Claramunt, Valldeperes, Bosc d’en Borràs, Sant Genís, Santa Coloma et Montmaneu (Gómez de Soler 2016).

28Dans la cordillère prélittorale, des silicifications se trouvent dans les dépôts carbonatés d’origine marine (téthys) du Muschelkalk, plus précisément dans les étages inférieurs et supérieurs. Le premier, datant de l’Anisien supérieur, est formé par des calcaires et dolomites de plateforme côtière et de boues évaporitiques. Le Muschelkalk supérieur, datant du Ladinien supérieur, correspond à des environnements marins superficiels formés par des calcaires dolomitiques (Gómez de Soler 2016).

29Enfin, dans la dépression prélittorale, plus précisément dans la dépression du Penedés, les silicifications se situent dans les dépôts alluviaux pliocènes, en raison du système dispersif des formations évaporitiques du bassin de l’Èbre (formation Santa Càndia del Cuisiense). La formation contenant du silex est la série de La Guixera, une formation d’origine continentale et de caractère détritique formée par des alternances de poudingues, de grès et d’argiles (Gómez de Soler 2016).

Méthodologie

Prospections

30Pour cette étude, une zone de 30 kilomètres de rayon a été définie autour du site de l’Abric Romaní. Selon différentes études archéologiques, ethnographiques et pétroarchéologiques (Binford 1982 et 2001, Geneste 1989, Turq 1989, Kuhn 1995, Slimak 1999, Zilhao 2001, Bicho 2004, Dibble et al. 2009, Eixea et al. 2014, Grimaldi et Santaniello 2014, Aubry et al. 2016), la plupart des matériaux lithiques des assemblages du Paléolithique moyen proviennent de 10 kilomètres au plus du site, avec un maximum de 20 kilomètres. Dans certains cas, la distance ne dépasse pas 5 kilomètres, comme pour certains exemples aquitains. L’approvisionnement en matières premières au Paléolithique moyen est caractérisé par le faible pourcentage de matériaux provenant de longues distances (Féblot-Augustins 1999), bien qu’on ne puisse nier l’existence de cas d’approvisionnement lithique opportuniste à longue distance (Slimak et Giraud 2007, Spinapolice 2012, Thiébaut et al. 2012, Tarriño et al 2015, Delvigne et al. 2016, Deschamps 2017).

31Grâce à la compilation de la bibliographie géologique et archéologique relative aux affleurements présentant potentiellement du silex (Gómez de Soler 2009 et 2016, Soto et al. 2014) et aux ressources cartographiques disponibles (cartes géologiques, cartographiques, orthophotocartes et photographies aériennes), il a été possible de sélectionner les zones à prospecter (IGME 1975, 1982a, 1982b et 1998).

32Les affleurements de silex ont été enregistrés dans des bases de données où étaient saisies leurs principales caractéristiques : localisation, accessibilité, contexte géologique et lithostratigraphique, etc. L’emplacement des affleurements a été importé en format vectoriel sur une carte numérisée avec les données géologiques et cartographiques (échelle 1:50 000), pour créer une cartographie spécifique pour le silex.

Calcul du taux de présence de silex ou chert abundance ratio (CAR)

33Nous avons créé une méthode de calcul du taux de présence de silex dans l’environnement, en tant qu’approche objective de la disponibilité de cette matière première (Soto et al. 2018). Ces données sont obtenues grâce à une série de mesures :

  • La première mesure concerne l’épaisseur apparente de l’affleurement (OaT), la distance linéaire entre le toit et la base de l’affleurement observée au cours de la prospection.
  • La deuxième mesure est l’estimation de la surface du silex dans l’affleurement (Aa). Elle est calculée en multipliant la superficie de la formation géologique contenant du silex par la moyenne des différentes épaisseurs apparentes contenant du silex dans cette formation.
  • La troisième mesure est l’épaisseur réelle de l’affleurement (OrT). Elle correspond à la dimension maximale de la couche géologique contenant du silex. Dans les zones à pendage horizontal (β = 0º), cette épaisseur correspond à la différence entre le toit et la base de la couche de l’affleurement. Dans les affleurements à pendage vertical (β = 90º), l’épaisseur calculée est considérée comme étant identique à l’épaisseur mesurable de la cartographie multipliée par le dénominateur de l’échelle numérique cartographique. Dans les affleurements avec des pendages différents, l’épaisseur réelle est calculée en multipliant l’épaisseur mesurable par le sinus du pendage.

34D’après ces mesures, nous calculons ensuite le taux de présence de silex (CAR) de chaque formation. D’abord à travers l’indice de teneur en silex (Its), qui est le calcul du ratio en cm2 de silex par m2 de roche hôte. Puis à travers l’abondance, qui est la multiplication du silex total pour chaque affleurement (indice de teneur en silex) par l’épaisseur apparente de l’affleurement. La moyenne de l’indice de teneur moyenne en silex multipliée par l’abondance donnera l’abondance de silex dans le territoire (CAR).

35La formule pour le calcul du taux de présence de silex (CAR) sera la suivante :

36Index total de silex (Its) = Ics × OaT

37Affleurement (Aa) = superficie × OaT

38Taux de présence de silex (CAR) = Its × Aa

39Si nous prenons comme exemple la formation de Montmaneu et son silex (PAN) pour le calcul du CAR, le calcul sera le suivant :

  • Si on a un index de contenu de silex (Ics) de 0,15 m2 dans cette formation, l’index total du silex (Its) sera la multiplication de l’Ics par l’épaisseur apparente (OaT), dans notre cas 3,5 m. Ainsi, l’Its = 0,15 × 3,5, donnant un résultat de 0,53 m2.
  • L’étape suivante est d’obtenir la valeur de l’affleurement (Aa) de la formation géologique avec silex, et ainsi de multiplier la surface de la formation en m2 par l’OaT, ici : 242 000 m2 × 3,5 m, ce qui nous donne un Aa de 847 000 m2.
  • Enfin, dans le but de connaître le volume en m3 de silex sur le territoire, le calcul du CAR sera obtenu à partir de la multiplication de l’Its (0,53) par l’Aa (847 000), donnant un résultat de 444 675 m3 de silex sur le territoire de type PAN.

Analyses pétrographiques

40Lorsque les informations obtenues n’étaient pas suffisantes pour une bonne caractérisation, les analyses pétrographiques ont été basées sur des études macroscopiques, des lames minces et des analyses complémentaires. La diffraction et microdiffraction des rayons X et la microscopie électronique à balayage ont également été utilisées (Soto et al. 2014, Gómez de Soler 2016).

41La description morphoscopique des matériaux a été effectuée de visu et à l’aide d’un microscope stéréoscopique (ZEISS Stemi DV4 8‑32x). D’une part, nous avons analysé les aspects externes du matériau, tels que le type de support et la zone corticale ; d’autre part, les aspects internes, tels que la couleur et sa distribution, la transparence, la texture, la présence de structures sédimentaires qui nous informent sur les milieux de dépôt, la présence de fissures et de fractures, les altérations post-dépositionnelles comme les patines, la présence d’impuretés et le contenu en microfossiles.

42L’observation des silex en lame mince en lumière polarisée (Nikon Eclipse E400POL de 40-400x) a pour objectif de déterminer la composition minérale, les caractéristiques de la texture et la teneur en impuretés des silex. Ainsi, grâce à l’analyse microscopique, nous avons décrit la matrice siliceuse des silex, ainsi que la présence ou l’absence de reliquats minéraux et authigènes et d’éventuelles altérations ou compactages.

43Des analyses complémentaires nous ont permis de réaliser une identification minéralogique rapide et non destructive grâce à la microdiffraction des rayons X (Bruker-AXS D8-Discover) et au microscope électronique à balayage (FEI Quanta 600), avec lesquels nous avons également pu décrire les tailles de grain et des zones corticales. Pour une meilleure identification des phases minéralogiques, nous avons utilisé la diffraction des rayons X (Siemens EM-10110BU D5000).

Résultats

44Au cours des prospections, nous avons localisé plus de 30 affleurements contenant du silex dans un rayon de 30 kilomètres aux alentours de l’Abric Romaní. Les affleurements siliceux sont situés à l’ouest du site, dans les formations évaporitiques éocènes situées en marge de la dépression de l’Èbre, principalement dans deux de ses bassins marginaux, les bassins des rivières Gaià et Anoia ; au nord-ouest, dans les systèmes lacustres oligocènes du secteur oriental du bassin de l’Èbre et dans les dépôts fluviaux pliocènes de la dépression prélittorale catalane. De plus, les prospections effectuées dans les cours d’eau proches de l’Abric Romaní ont exclu la présence significative de matériel en silex, celui-ci n’étant localisé avec une certaine abondance que dans la rivière de Tous, à proximité des affleurements de silex (Gómez de Soler 2016). Dans les sites archéologiques, on trouve un pourcentage de corticalité d’origine secondaire qu’on ne peut pas mettre en relation avec les cours fluviaux (terrasses actuelles et anciennes). Compte tenu du rôle des systèmes dispersifs des formations primaires, est-il possible de différencier le sous-primaire du secondaire ? Et dans ce cas, comment les systèmes dispersifs des formations primaires avec silex se sont-ils comportés au fil du temps ? Pour répondre à ces questions, nous avons tenté de comprendre son affleurement primaire ainsi que sa dispersion dans la zone d’abondance siliceuse, et d’obtenir une approximation de la valeur réelle des silicifications dans un territoire en utilisant le taux de présence de silex (CAR). Ces dernières années, des études sur la corticalité du silex décrite au microscope électronique à balayage ont permis une approche plus précise de la chaîne évolutive du silex (Fernandes 2012, Delvigne 2016), un aspect à prendre en compte pour les études futures de la corticalité du silex du site de l’Abric Romaní.

45Si on regroupe les affleurements de silex selon leur origine géographique, sept zones sources sont décrites, d’un rayon d’approvisionnement local ou régional :

  • zone de La Serra (type SER) ;
  • zone de faciès Muschelkalk (type MUSCH) ;
  • zone de Mediona (type MED) ;
  • zone de Sant Martí de Tous (type SMT) ;
  • zone de Panadella (type PAN) ;
  • zone de Cal Salvet (type SAL) ;
  • zone de Ca l’Alemany (type ALE).

46En comparant le matériel archéologique et géologique, seuls quatre de ces types sont représentés dans le matériel archéologique : SER, MUSCH, SMT et PAN (fig. 6 et tabl. 3).

Fig. 6. – Localisation des affleurements de silex prospectés dans un rayon de 10 et 30 kilomètres autour de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) et des quatre aires d’approvisionnement documentées pour le niveau M et le sous-niveau Oa.

Fig. 6. – Localisation des affleurements de silex prospectés dans un rayon de 10 et 30 kilomètres autour de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) et des quatre aires d’approvisionnement documentées pour le niveau M et le sous-niveau Oa.

Superposition du modèle numérique d’élévation du terrain (1:50 000) avec la numérisation des formations géologiques contenant du silex. SER : zone de récolte du silex de type La Serra. PAN : zone de récolte du silex de type Panadella. SMT : zone de récolte du silex de type Sant Martí de Tous. MUSCH : zone de récolte du silex de type Muschelkalk.

PAO : Bruno Gómez de Soler.

Tabl. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : synthèse des types de silex représentés.

Tabl. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : synthèse des types de silex représentés.

47Pour utiliser le taux de présence de silex comme indicateur d’une meilleure connaissance du territoire et des ressources lithiques exploitables, il faut prendre en compte tous les silex présents dans la zone concernée, qu’ils aient ou non une représentation archéologique. La valeur totale de silex obtenue par le calcul du CAR n’est pas réelle, puisque la présence du silex dans un gisement n’est pas toujours continue, mais nous l’acceptons quand même, avec l’intention de créer un indice qui soit un outil de travail représentatif de la réalité du silex sur le territoire.

48Pour le rayon local (inférieur à 10 kilomètres), trois types de silex sont représentés. Le silex SER est le plus abondant, avec 36 146 249 m3, soit près de 91 % de la contribution locale, suivi du silex MUSCH avec 3 678 475 m3 et 9 % ; le silex MED est presque inexistant, avec seulement 21 199 m3 et un pourcentage de 0,04 %.

49Pour le rayon régional (de 10 à 30 kilomètres), six types de silex sont représentés, puisque le silex SER comme le MUSCH couvrent les deux rayons d’approvisionnement. Le plus abondant sur le territoire est le silex SMT, avec 65 283 222 m3, soit 58 %. En second lieu, le silex MUSCH représente 25 080 162 m3 et un pourcentage de 27 %. Puis suivent le silex SAL (9 777 277 m3 et un peu plus de 6 %) et le silex ALE (9 153 404 m3 avec 6 %), et enfin le silex PAN, avec 127 050 m3 et un pourcentage de 0,11 %.

50Au niveau pétrographique, et en commençant par les gisements situés dans un rayon local, nous avons le silex SER, situé à une distance de 4 à 6 kilomètres de l’Abric Romaní. Il s’agit d’un silex résultant du remplacement des calcaires lacustres et des marnes gypsifères du Cuisien, et de son système dispersif : les conglomérats du Pliocène, de la série La Guixera, dans la dépression prélittorale catalane. Macroscopiquement, il est défini comme un silex de couleur grise, à texture fine et avec présence de bioclastes. Macroscopiquement, il est formé par du quartz microcristallin sur matrice, par du mégaquartz et de la calcédonite dans de vieilles porosités, et de gypse lenticulaire primaire (fig. 7). Ce silex présente des caractéristiques de régularité favorables à la taille, mais son principal défaut est qu’il se trouve sur des supports de petite taille dans les formations d’origine, et que sa texture en lame mince montre une prédominance du quartz microcristallin et de reliquats.

Fig. 7. – Silex géologique de La Serra (type SER).

Fig. 7. – Silex géologique de La Serra (type SER).

A : échantillon de silex géologique. B : détail au microscope stéréoscopique. C : lame mince scannée avec différentes images prises avec un microscope pétrographique.

Photos Bruno Gómez de Soler.

51Le deuxième type de silex d’origine locale est le silex de type MUSCH, dont le gisement est distant d’environ 7 kilomètres. Il est formé dans les calcaires marins silicifiés des dépôts triassiques du Muschelkalk inférieur et supérieur. Macroscopiquement, il présente une texture fine à très fine, avec des colorations grisâtres et la présence de bioclastes, générant des textures wackestone, des anneaux de Liesegang et des laminations comme textures sédimentaires. Les lames minces montrent un quartz micro-cryptocristallin en matrice, avec de la calcite micritique, de vieux grains squelettiques et non squelettiques et des structures sédimentaires abondantes (fig. 8). Malgré sa petite taille (nodules centimétriques), son aptitude à la taille est assez bonne, en raison de sa texture fine à très fine et de son caractère principalement micro-cryptocristallin.

Fig. 8. – Silex géologique du Muschelkalk (type MUSCH).

Fig. 8. – Silex géologique du Muschelkalk (type MUSCH).

A : échantillon de silex géologique. B : détail au microscope stéréoscopique. C : lame mince scannée d’un silex archéologique (pièce AR’99-M-Q52-11) avec différentes images prises au microscope pétrographique.

Photos Bruno Gómez de Soler.

52Dans la catégorie des silex d’origine régionale, le type SMT, situé à environ 16 kilomètres en ligne droite de l’Abric Romaní, figure en première place. Il s’agit d’un produit formé à la suite du remplacement des marnes gypsifères, des lutites et des gypses secondaires d’âge priabonien. En raison de sa grande variabilité, nous pouvons le définir comme un silex très hétérogène. Macroscopiquement, il se caractérise par une texture fine à moyenne, de couleur principalement bleuâtre, grisâtre et brunâtre, d’aspect translucide et présentant des reliquats évaporitiques. Macroscopiquement, il est formé par du quartz micro-cryptocristallin, avec du gypse secondaire, des carbonates sparitiques disséminés et avec des structures de dissolution-granulation (fig. 9). Ce caractère hétérogène représenté à la fois dans les formes, les tailles, les couleurs et les textures, lui confère également une aptitude très variée à la taille, en fonction du bloc ou du nodule choisi.

Fig. 9. – Silex géologique de Sant Martí de Tous (type SAN).

Fig. 9. – Silex géologique de Sant Martí de Tous (type SAN).

A : échantillon de silex. B : détail au microscope stéréoscopique d’un silex archéologique (pièce AR’04-Oa-U47-1). C : lame mince d’un silex archéologique (pièce AR’01-M-O50-155) avec différentes images prises au microscope pétrographique.

Photos Bruno Gómez de Soler.

53Le silex de type PAN est situé à environ 24 kilomètres de l’Abric Romaní. Il est le résultat du remplacement des calcaires lacustres d’âge rupélien. Macroscopiquement, il se caractérise par une grande homogénéité, une couleur noirâtre et une transparence opaque, avec une texture très fine et la présence de certains bioclastes qui lui confèrent une texture de type mudstone-wackestone. En lame mince, il montre une matrice micro-cryptocristalline avec de la calcite micritique, des charophytes abondants et du quartz détritique disséminé (fig. 10). Toutes ces caractéristiques confèrent à ce silex des aptitudes optimales pour la taille.

Fig. 10. – Silex géologique de La Panadella (type PAN).

Fig. 10. – Silex géologique de La Panadella (type PAN).

A : échantillon de silex. B : détail au microscope stéréoscopique d’un silex archéologique (pièce AR’02-M-U49-47). C : lame mince scannée avec différentes images prises au microscope pétrographique.

Photos Bruno Gómez de Soler.

54Après avoir écarté toutes les pièces de silex mesurant moins d’un centimètre et celles montrant différents types d’altération, affectées soit par une patine totale, soit par des altérations thermiques, ou encore par des concrétions qui ne permettent pas une bonne identification géologique, nous avons pu analyser 2 781 vestiges sur les 4 922 du niveau M, soit 45,7 %. Les résultats montrent une nette prédominance du silex SMT, avec 2 598 vestiges (93,5 %), suivi par le silex MUSCH, avec 69 pièces (2,5 %), puis par le silex PAN, avec 68 objets (2,4 %), et enfin par le silex SER, avec 46 éléments, soit 1,6 %. (tabl. 4).

Tabl. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : catégories technologiques par lithotypes de silex.

Tabl. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : catégories technologiques par lithotypes de silex.

SMT : silex de type Sant Martí de Tous. MUSCH : silex de type Muschelkalk. PAN : silex de type Panadella. SER : silex de type La Serra.

55Pour le sous-niveau Oa, sur les 1 370 éléments de silex, 362 (24,4 %) ont été analysés : le silex SMT est également prédominant, avec 306 restes (84,5 %), suivi par le silex PAN, avec 45 objets (12,4 %) et le silex MUSCH, avec 11 pièces (3,1 %). Au niveau de la relation entre les catégories technologiques et les lithotypes, aucune différence notable n’est observée entre le niveau M et le sous-niveau Oa, en dehors du plus grand nombre d’éléments du silex SMT (tabl. 5).

Tabl. 5. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : catégories technologiques par lithotypes de silex.

Tabl. 5. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : catégories technologiques par lithotypes de silex.

SMT : silex de type Sant Martí de Tous. PAN : silex de type Panadella. MUSCH : silex de type Muschelkalk.

Discussion

56En premier lieu et compte tenu de l’abondance des ressources siliceuses sur le territoire, on pourrait s’attendre à ce que le silex le plus proche et le plus abondant soit le plus représenté dans le registre archéologique, conférant au silex SER un rôle prépondérant dans l’approvisionnement des ressources abiotiques par les communautés néandertaliennes qui occupaient l’Abric Romaní.

57Dans le niveau M, les silex locaux sont rares. Le silex SER représente 1,6 % et le silex MUSCH 2,5 %. Quant au silex SMT, il est prédominant dans le registre archéologique, à 93,4 %, et c’est également le plus répandu au niveau régional. Si l’on ajoute que la rivière Anoia, lors de son passage par l’Abric Romaní, ne porte presque pas de matériel en silex, et que les prospections réalisées dans différentes sections de la rivière et de ses affluents (ruisseaux et torrents) permettent d’éliminer la possibilité d’un approvisionnement en position secondaire, nous pouvons en déduire que l’approvisionnement pour le niveau M a été réalisé principalement au niveau régional, à environ 16 kilomètres du site. Le silex PAN mérite une mention spéciale car, malgré sa faible présence dans le territoire (0,11 % du silex total), et son éloignement de 24 kilomètres, il représente 2,4 % dans le registre archéologique du niveau M : un pourcentage similaire ou même supérieur à ceux des silex d’origine locale, qui sont pourtant beaucoup plus abondants. Cet approvisionnement spécifique peut s’expliquer par la très bonne qualité du silex PAN et son aptitude à la taille.

58Si on se focalise sur le sous-niveau Oa, les conclusions sont similaires. Le silex le plus représenté est toujours celui de type SMT, à 84,5 %, ce qui implique que l’approvisionnement a été réalisé dans les zones d’abondance du niveau régional, les silex les plus abondants et les plus proches de l’Abric Romaní étant presque inexistants dans le registre archéologique. Dans ce sous-niveau, le silex SER est totalement absent, et le silex MUSCH, pourtant de bonne qualité, représente un faible pourcentage : 3,1 %. Le silex PAN est plus fréquent que dans le niveau M, avec un pourcentage de 12,4 %.

59Si on compare au niveau technologique les matières premières du niveau M à celles du sous-niveau Oa, on observe que bien que les silex de meilleure aptitude à la taille (de type PAN, et dans une moindre mesure de type MUSCH) augmentent dans les contextes Levallois (sous-niveau Oa), il n’y a pas de différence au niveau intrasite dans l’utilisation et la gestion des différents lithotypes.

60Dans le niveau M, la méthode de taille est discoïde, les séquences de taille sont complètes et les denticulés prédominent au sein des outils retouchés. Quelques éléments isolés ont été identifiés (toolkit) mais ils n’appartiennent pas à un type de silex spécifique. Ces mêmes caractéristiques sont présentes dans le silex de meilleure qualité, le type PAN : présence d’un seul nucléus de type discoïde, de trois outils retouchés qui sont des denticulés, et absence d’éléments isolés.

61Pour le sous-niveau Oa, selon le même schéma, la gestion du matériau est similaire : le débitage Levallois prédomine, incluant une fragmentation de la chaîne opératoire, et les racloirs, suivis des denticulés, sont les outils retouchés. Cependant, le silex SMT, prédominant dans le registre, ne présente pas non plus des chaînes opératoires complètes.

62Dans les deux niveaux archéologiques, les différents lithotypes et les méthodes de taille employés, ainsi que les types d’introduction et de gestion du matériau, sont semblables. Cette absence de différenciation dans l’approvisionnement des ressources abiotiques par rapport aux systèmes technologiques utilisés peut être due à la proximité d’une région fournissant d’abondantes matières premières d’une aptitude relativement bonne à la taille, ce qui permet, selon les besoins, de se rendre sur un affleurement siliceux ou sur un autre (Romagnoli et al. 2016). Par conséquent, on peut se poser la question suivante : la matière première conditionne-t-elle les systèmes techniques de production et de fabrication d’artefacts ? La grande connaissance du territoire qu’avaient les communautés de Néandertaliens nous fait penser que des facteurs autres que technologiques, par exemple de type socio-économique, étaient probablement plus importants dans la gestion et l’approvisionnement en ressources lithiques.

63L’augmentation du silex PAN dans le sous-niveau Oa est cohérente avec ses différences technologiques avec le niveau M. La prédominance de la taille Levallois, qui implique une notion de prédétermination, favoriserait une utilisation plus importante des variétés de silex de qualité supérieure, dont la fracture est plus prévisible et contrôlable. On pouvait donc s’attendre à une augmentation de l’utilisation du silex PAN dans le sous-niveau Oa, et à ne pas retrouver dans le niveau M, caractérisé par un débitage discoïde, cette tendance à sélectionner des matériaux de bonne qualité pour la taille. Il est vrai que dans le sous-niveau Oa, l’augmentation du silex PAN est relativement modeste ; mais elle est plus manifeste dans d’autres niveaux actuellement encore en cours d’étude, comme dans le niveau P, où les pourcentages élevés de silex PAN sont associés à des technologies élaborées avec un haut degré de prédétermination.

64Cependant, afin d’aborder pleinement la relation entre la complexité de la technologie et la sélection des matières premières, il sera nécessaire d’obtenir plus de données, qui nous informeront sur les critères de sélection dans les zones sources caractérisées par une forte hétérogénéité dans la qualité des matériaux. C’est le cas du silex SMT, qui présente des variétés ayant des aptitudes à la taille très différentes. Il faudrait notamment déterminer si le silex SMT du sous-niveau Oa tend à être d’une qualité supérieure à celui utilisé dans le niveau M, et pour cela caractériser les différentes variétés de silex SMT en termes d’aptitude à la taille, sur la base de la matière première : type de grain, géodes et fractures internes, etc. Cette approche qualitative est en cours d’étude.

65En plus de ces facteurs strictement technologiques, on peut se demander dans quelle mesure les stratégies d’approvisionnement sont conditionnées par l’intensité et/ou la durée des occupations. Dans certaines études, il a été suggéré que le niveau M pourrait être un campement résidentiel de longue durée (Chacón et al. 2014, Fernández-Laso et al. 2010, Marín et al. 2017a et 2017b). À partir de l’étude de la répartition spatiale et des remontages identifiés, il a été possible de montrer qu’au sein du site lui-même existent des stratégies d’approvisionnement différentielles en matières premières. La partie centrale de l’abri est souvent caractérisée par le transport de nucléus et d’éclats depuis la zone la plus intérieure de l’abri, ce qui a déterminé des stratégies d’approvisionnement très différentes dans les unités domestiques de la partie centrale (Vaquero et al. 2015 et 2017), associées aux différentes intensités dans les activités réalisées et aux différents types d’occupation du site au fil du temps (Romagnoli et Vaquero 2016).

66D’autre part, le sous-niveau Oa, dans lequel la distribution spatiale des activités est concentrée dans de petites zones de l’abri, où prédominent des chaînes opératoires très fragmentées et un faible nombre de vestiges, pourrait être interprété comme un camp résidentiel de courte durée (Bargalló 2014, Gabucio 2014). Cependant, ces interprétations se heurtent à la difficulté d’aborder la durée des occupations à partir du registre archéologique. En raison du caractère de palimpseste des unités archéologiques, les caractéristiques communément utilisées pour identifier les différences dans la durée des occupations (quantité de vestiges, variabilité du registre archéologique, etc.) pourraient être le résultat de la superposition d’événements d’occupation au fil du temps. En ce sens, la régularité des remontages identifiés dans le niveau M correspond à une dynamique de recyclage des vestiges lithiques selon une succession d’occupations (Vaquero et al. 2015 et 2017). Pour établir une relation entre les stratégies d’approvisionnement et les types d’occupation, nous devons disposer de données fiables sur la durée des occupations.

67Le schéma de mobilité territoriale est très nettement identifiable pour les deux niveaux. La grande majorité de l’approvisionnement lithique est orienté vers le nord-ouest : il existe un axe unidirectionnel clair. À l’opposé, l’approvisionnement vers le sud et le sud-est, sur des affleurements contenant les silex SER et MUSCH, est sous-représenté dans le registre archéologique ; le silex SER est même absent dans le sous-niveau Oa.

68Le fait que l’approvisionnement en silex ait lieu au niveau régional nous montre, d’une part, l’approvisionnement primaire des ressources abiotiques et, d’autre part, l’augmentation du rayon d’approvisionnement, allant d’un rayon de 10 kilomètres pour les sociétés de chasseurs-cueilleurs historiques à 16 kilomètres pour les communautés néandertaliennes occupant le niveau M et le sous-niveau Oa de l’Abric Romaní.

69Comme nous l’avons déjà mentionné, bien qu’il existe de nombreux travaux sur l’approvisionnement en matières premières, peu d’entre eux étudient l’attribution du matériel archéologique aux zones sources à partir d’une base pétroarchéologique prenant en compte l’étude de lames minces, des analyses géochimiques complémentaires et un travail exhaustif de prospection géo-archéologique avec étude des unités lithostratigraphiques dans lesquelles se trouvent les silex. En nous fondant sur ces études, nous observons que même si la tendance de l’approvisionnement au Paléolithique moyen reste locale (environ 10 kilomètres), des sites où le silex provient d’une distance de 15 à 30 kilomètres peuvent également être identifiés, comme dans le cas de l’Abric Romaní.

70Bien que la tendance générale pendant le Paléolithique moyen soit celle d’un approvisionnement local, il y a de plus en plus d’exemples dans le sud et le centre de l’Europe d’un approvisionnement d’envergure régionale, comme celui observé pour le site de l’Abric Romaní.

71Les sites de la péninsule Ibérique ayant un rayon de mobilité similaire à ceux de l’Abric Romaní et qui ont été étudiés selon des critères pétroarchéologiques sont ceux d’Axlor et d’Amalda, au pays Basque. Dans le premier cas, l’approvisionnement en silex se produit dans un rayon de 15 à 30 kilomètres, et dans le second, de 30 kilomètres (Ríos 2008, Ríos et al. 2015). Le même modèle peut être observé pour le silex au Portugal, à La Gruta da Oliveira (Matias 2016) et sur des gisements côtiers et de plein air de l’Algarve (Praia da Galé, Vale Boi, Curva do Belixe, Vale Santo), distants d’environ 30 kilomètres des quelques affleurements de silex de la région (Bicho 2004).

72Dans le sud-est de la France, toute une série de gisements montrent un approvisionnement au niveau régional : le site de Payre (Rompon, Ardèche), avec des distances allant de 8 à 50 kilomètres (Moncel et al. 2008), ou le site de l’abri du Maras (Saint-Martin-d’Ardèche, Ardèche), allant de 0 à 30 kilomètres (Moncel et al. 2014). De même pour le site du Bau de l’Aubesier (Monieux, Vaucluse) : Browne et Wilson (2011) situent le rayon d’approvisionnement à environ 20 kilomètres. Pour le site de la Baume de Néron (Soyons, Ardèche), L. Slimak (1999) établit un rayon d’approvisionnement allant de quelques mètres jusqu’à 60 kilomètres. Pour le site du l’abri du Rond (Saint-Arcons, Haute-Loire), l’approvisionnement en silex couvre un rayon de 15 à 40 kilomètres (Fernandes et al. 2008).

73En Europe centrale, les dépôts présentant un rayon d’approvisionnement similaire à celui de l’Abric Romaní sont ceux de la grotte de Kulna (Moravie, République Tchèque) avec 80-90 % du matériel provenant de 5 à 20 kilomètres, et de la grotte de Zowlen (Pologne) où 70 % du matériel provient d’une vingtaine de kilomètres (Féblo-Augustins 1993 et 1999). Enfin, dans la grotte de Scladina, en Belgique, les sous-types de silex les plus abondants proviennent de 30 kilomètres (Di Modica 2010).

Conclusions

74Tout d’abord, la localisation de plus de 30 affleurements de silex dans un rayon de 30 kilomètres autour du site de l’Abric Romaní nous permet de mieux connaître ce territoire et ses principales ressources abiotiques.

75La représentation archéologique indique des zones d’approvisionnement situées au nord-ouest du site de l’Abric Romaní. La présence limitée de silex dans les cours d’eau et la prédominance de l’approvisionnement en silex SMT nous informe d’un approvisionnement régional, dans des zones où le silex est plus abondant. Cette prédominance marque un rayon d’approvisionnement d’environ 16 kilomètres, qui pourrait même atteindre 24 kilomètres pour le silex PAN, pour les communautés néandertaliennes qui ont occupé l’Abric Romaní pendant la formation du niveau M et du sous-niveau Oa. Cet approvisionnement nous fournit des modèles unidirectionnels très clairs, toujours du nord-ouest vers le sud-est. La route qui mettrait en contact l’intérieur catalan avec la côte (sud-sud-est), avec les silex SER et MUSCH serait quasi inexistante.

76Les différences de technique de taille entre le niveau M et le sous-niveau Oa ne semblent pas affecter les stratégies d’approvisionnement, ni par conséquent la mobilité territoriale. Cependant, il faut prendre en considération l’augmentation du silex PAN, et dans une moindre mesure du type MUSCH, dans les niveaux où prédominent les méthodes de réduction plus complexes.

77Le fait que le site joue également un rôle différent d’un niveau à l’autre pourrait également être lié à d’autres aspects, qui ne seraient pas exclusivement en lien avec la technologie. Compte tenu des stratégies d’approvisionnement et de la gestion du matériel lithique, la mobilité territoriale semble déterminée par des facteurs autres que techniques et technologiques, d’ordre plutôt socio-économique : parties de chasse, fonction différentielle du gisement ou même différentes populations de Néandertaliens ayant occupé le site de l’Abric Romaní.

Bibliographie

Aubry T., Barbosa A. F., Luís L., Santos A. T., Silvestre M., 2016, « Quartz use in the absence of flint: Middle and Upper Palaeolithic raw material economy in the Côa Valley (North-eastern Portugal) », Quaternary International, no 424, p. 113-129.

Bargalló A., 2014, « Anàlisi tecnològica del assentament neandertals del nivell O de l’Abric Romaní (Barcelona, Espanya) », thèse de doctorat, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Bicho N., 2004, « The Middle Paleolithic occupation of southern Portugal », dans Conard N. (dir.), Settlement Dynamics of the Middle Palaeolithic and Middle Stone Age, vol. 2, Tübingen, Kerns Verlag, p. 513-531.

Binford L.‑R., 1982, « The Archaeology of place », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 1, no 1, p. 5-31.

Binford L.‑R., 2001, Constructing Frames of Reference: An Analytical Method for Archaeological Theory Building Using Ethnographic and Environmental Data Sets, Berkeley, University of California Press.

Boëda É., 1993, « Le débitage discoïde et le débitage levallois récurrent centripète », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 90, no 6, p. 392-404.

Boëda É., 1994, Le concept Levallois : variabilité des méthodes, Paris, CNRS Éditions.

Boëda É., 1995, « Levallois: A volumetric construction, methods, a technique », dans Dibble H.-L. et Bar-Yosef O. (dir.), The Definition and interpretation of Levallois technology, Madison, Prehistory Press (Monographs in World Archaeology), p. 41-68.

Burjachs F., López-García J.‑M., Allué E., Blain H.-A., Rivals F., Bennàsar M.‑LL., Expósito I., 2012, « Palaeoecology of Neanderthals during Dansgaard-Oeschger cicles in northeastern Iberia (Abric Romaní): from regional to global scale », Quaternary International, no 247, p. 26-37.

Browne C.‑L. et Wilson L., 2011, « Resource selection of lithic raw materials in the Middle Palaeolithic in southern France », Journal of Human Evolution, no 61, p. 597-608.

Carbonell E., Giralt S., Vaquero M., 1994, Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne): une importante séquence anthropisée du Pléistocène supérieur, Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 91, no 1, p. 47-55.

Chacón M. G., 2009, « El Paleolítico medio en el suroeste europeo: Abric Romaní (Capellades, Barcelona, España), Payre (Rompon, Ardèche, Francia) y Tournal (Bize, Aude, Francia). Análisis comparativo de los conjuntos líticos y los comportamientos humanos », thèse de doctorat, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Chacón M. G., Bargalló A., Gómez de Soler B., Picin A., Vaquero M., Carbonell E., 2013, « Continuity or Discontinuity of Neanderthal technological Behaviours during MIS 3: level M and level O of the Abric Romaní Site (Capellades, Spain) », dans Pastoors A. et Auffermann B. (dir.), Pleistocene foragers on the Iberian Peninsula: their cultures and environment, Festschrift in honour of Gerd-Chritian Wenger for his sixtieth birthday, Mettmann, Neanderthal Museum, p. 55-84.

Chacón M. G., Fernández-Laso M. C., Rivals F., 2014, « Comportements des populations néandertaliennes pendant le MIS 3 à l’Abric Romaní : les niveaux K, L et M. Variabilité ou continuité ? », dans Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. (dir.), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, vol. 2 : Paléolithique et Mésolithique, Paris, Société préhistorique française, p. 207-228.

Di Modica K., 2010, « Les productions lithiques du Paléolithique moyen de Belgique : variabilité des systèmes d’acquisition et des technologies en réponse à une mosaïque d’environnements contrastés », thèse de doctorat, Paris, Muséum national d’histoire naturelle/Liège, université de Liège.

Dibble H.‑L., Berna F., Goldberg P., McPherron S.‑P., Mentzer S., Niven L., Richter D., Sandgathe D., Théry-Parisot I., Turq A., 2009, « A Preliminary Report on Pech de l’Azé IV, Layer 8 (Middle Paleolithic, France) », PaleoAnthropology, p. 182-219.

Delvigne V., 2016, « Géoressources et expressions technoculturelles dans le Sud du Massif central au Paléolithique supérieur : des déterminismes et des choix », thèse de doctorat, Pessac, université de Bordeaux.

Delvigne V., Fernandes P., Piboule M., Chomette D., Defive E., Lafarge A., Liabeuf R., Moncel M.-H., Wragg-Sykes R., Raynal J.-P., 2016, « Circulation du silex barrémo-bédoulien depuis le Paléolithique moyen de Vivarais en Velay par les monts du Mézenc », Ardèche archéologie, no 33, p. 11-18.

Deschamps M., 2017, Late Middle Paleolithic assemblages with flake cleavers in the western Pyrenees : The Vasconian reconsidered, Quaternary International, no 433, p. 33-49.

Eixea A., Roldán C., Villaverde V., Zilhão J., 2014, « Middle Palaeolithic flint procurement in Central Mediterranean Iberia: Implications for human mobility », Journal of Lithic Studies, vol. 1, no 1, p. 103-115.

Féblot-Augustins J., 1999, « Raw material transport patterns and settlement systems in the European Lower and Middle Palaeolithic: continuity, change and variability », dans Roebroeks W. et Gamble C. (dir.), The Middle Palaeolithic occupation of Europe, Leiden, Universiteit Leiden, p. 193-214.

Fernandes P., 2012, « Itinéraires et transformations du silex : une pétroarchéologie refondée, application au Paléolithique moyen », thèse de doctorat, Pessac, université Bordeaux I.

Fernandes P., Raynal J.‑P., Moncel M.‑H., 2008, « Middle Palaeolithic raw material gathering territories and human mobility in the southern Massif Central, France: first results from a petro-archaeological study on flint », Journal of Archaeological Science, no 35, p. 2357-2370.

Fernández-Laso M. C., 2010, « Remontajes de restos faunísticos y relaciones entre áreas domésticas en los niveles K, L y M del Abric Romaní (Capellades, Barcelona, España) », thèse de doctorat, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Fernández-Laso M. C., Rivals F., Rosell J., 2010, « Intra-site changes in seasonality and their consequences on the faunal assemblages from Abric Romani (Middle Paleolithic, Spain) », Quaternaire, no 21, p. 155-163.

Gabucio M.‑J., 2014, « Estudi paleotemporal d’un plaimsest: anàlisi zooarqueològica i tafonòmica del nivell O de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Spain) », thèse de doctorat, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Gabucio M.‑J., Cáceres I., Rosell J., Saladié P., Vallverdú J., 2014, « From small bone fragments to Neanderthal activity areas: The case of Level O of the Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Spain) », Quaternary International, no 330, p. 36-51.

Geneste J.‑M., 1989, « Économie des ressources lithiques dans le Moustérien du Sud-Ouest de la France », dans Otte M., Patou M., Freeman L. G. (dir.), L’homme de Néandertal : la subsistance, Liège, université de Liège (ERAUL, 6), p. 75-97.

Gómez de Soler B., 2009, « Àrees de captació, tecnologia lítica i estràtegies d’aprovisionament de roques silicies en el nivell L de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona) », Quadern de Prehistòria Catalana, no 17, p. 11-56.

Gómez de Soler B., 2016, « Procedencia del aprovisionamiento lítico durante el Paleolítico medio en el yacimiento del Abric Romaní (Capellades, Barcelona) : Niveles M, Oa y P », thèse de doctorat, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Grimaldi S. et Santaniello F., 2014, « New insights into Final Mousterian lithic production in western Italy », Quaternary International, no 350, p. 116-129.

IGME (Instituto Geológico y Minero de España), 1975, Mapa Geológico de España a Escala 1:50.000, hoja no 391 : « Igualada », serie Magna, Madrid, IGME.

IGME (Instituto Geológico y Minero de España), 1982a, Mapa Geológico de España a Escala 1:50.000, hoja no 418 : « Montblanch », serie Magna, Madrid, IGME.

IGME (Instituto Geológico y Minero de España), 1982b, Mapa Geológico de España a Escala 1:50.000, hoja no 419 : « Vilafranca del Panades », serie Magna, Madrid, IGME.

IGME (Instituto Geológico y Minero de España), 1998, Mapa Geológico de España a Escala 1:50.000, hoja no 390 : « Cervera », serie Magna, Madrid, IGME.

Kuhn S.‑L., 1995, Mousterian lithic technology: an ecological perspective, Princeton, Princeton University Press.

Marín J., 2014, « Estrategias de transporte de carcasas de ungulados durante el Paleolítico Medio: el nivel M del Abric Romaní (Capellades, Barcelona) », mémoire de master, Tarragona, Universitat Rovira i Virgili.

Marín J., Saladié P., Rodríguez-Hidalgo A., Carbonell E., 2017a, « Ungulate carcass transport strategies at the Middle Palaeolithic site of Abric Romaní (Capellades, Spain) », Comptes rendus palevol, no 16, p. 103-121.

Marín J., Saladié P., Rodríguez-Hidalgo A., Carbonell E., 2017b, « Neanderthal hunting strategies inferred from mortality profiles within the Abric Romaní sequence », PlosOne, vol. 12, no 11, p. 1-42.

Matias H., 2016, « Raw material sourcing in the Middle Paleolithic site of Gruta da Oliveira (Central Limestone Massif, Estremadura, Portugal) », Journal of Lithic Studies vol. 3, no 2, doi:10.2218/jls.v3i2.1452.

Moncel M.‑H., Borel A., De Lombera A., Sala R., Deniaux B., 2008, « Quartz et quartzite dans le site de Payre (MIS 7 et 5, Ardèche, France) : données techno-économiques sur la gestion de roches locales au Paléolithique moyen », Comptes rendus palevol, no 7, p. 441-451.

Moncel M.‑H., Chacón M.‑G., La Porta A., Fernandes P., Hardy B., Gallotti R., 2014, « Fragmented reduction processes: Middle Palaeolithic technical behaviour in the Abri du Maras shelter, southeastern France », Quaternary International, no 350, p. 180-204.

Ríos J., 2008, « Variabilidad tecnológica en el Paleolítico Medio de los Pirineos Occidentales: una expresión de las dinámicas históricas de las sociedades neandertales », Treballs d’Arqueologia, no 14, p. 171-194.

Ríos J., Eixea A., Villaverde V., 2015, « Ramification of lithic production and the search of small tools in Iberian Peninsula Middle Paleolithic », Quaternary International, no 361, p. 188-199.

Romagnoli F. et Vaquero M., 2016, « Quantitative stone tools intra-site point and orientation patterns of a Middle Palaeolithic living floor: a GIS multi-scalar spatial and temporal approach », Quartär, no 63, p. 47-60.

Romagnoli F., Bargalló A., Chacón M. G., Gómez de Soler B., Vaquero M., 2016, « Testing a hypothesis about the importance of the quality of raw material on technological changes at Abric Romaní (Capellades, Spain): Some considerations using a high-resolution techno-economic perspective », Journal of Lithic Studies, no 3, doi:10.2218/jls.v3i2.1443.

Romagnoli F., Gómez de Soler B., Bargalló A., Chacón M. G., Vaquero M., 2017, « Here and now or a previously planned strategy? Rethinking the concept of ramification for micro-production in expedient contexts: implications for Neanderthal socio-economic behavior », Quaternary International, no 474B, p. 168-181, doi :10.1016/j.quaint.2017.12.036

Sharp W. D., Mertz-Kraus R., Vallverdú J., Vaquero M., Burjachs F., Carbonell E., Bischoff J. L., 2016, « Archeological deposits at Abric Romaní extend to 110 ka: U-series dating of a newly cored, 30 meter-thick section », Journal of Archaeological Science Reports, no 5, p. 400-406.

Slimak L., 1999, « Pour une individualisation des Moustériens de type Quina dans le quart Sud-Est de la France ? La Baume Néron (Soyons, Ardèche) et le Champ Grand (Saint-Maurice-sur-Loire, Loire), premières données », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 96, no 2, p. 133-144.

Slimak L. et Giraud Y., 2007, « Circulations sur plusieurs centaines de kilomètres durant le Paléolithique moyen : contribution à la connaissance des sociétés néandertaliennes », Comptes rendus palevol, vol. 6, no 5, p. 359-368.

Soto M., Gómez de Soler B., Vallverdú J., Vaquero M., 2014, « Potential siliceous sources during Prehistory: Results of prospecting in the East margin of the Ebro Basin (NE Iberian Peninsula) », Journal of Lithic Studies, vol. 1, no 1, p. 293-318.

Soto M., Gómez de Soler B., Vallverdú J., 2018, « The chert abundance ratio (CAR): a new parameter for interpreting Palaeolithic raw material procurement », Archaeological Anthropological Science, vol. 10, no 8, p. 2027-2046, doi :10.1007/s12520-017-0516-3.

Spinapolice E., 2012, « Raw material economy in Salento (Apulia, Italy): new perspectives on Neanderthal mobility patterns », Journal of Archaeological Science, vol. 39, no 3, p. 680-689.

Tarriño A., Elorrieta I., García-Rojas M., 2015, « Flint as raw material in prehistoric times: Cantabrian Mountain and Western Pyrenees data », Quaternary International, no 364, p. 94-108.

Thiébaut C., Mourre V., Chalard P., Colonge D., Coudenneau A., Deschamps M., Sacco-Sonador A., 2012, « Lithic technology of the final Mousterian on both sides of the Pyrenees », Quaternary International, no 247, p. 182-198.

Turq A., 1989, « Exploitation des matières premières lithiques et exploitation du sol : l’exemple du Moustérien entre Dordogne et Lot », Cahiers du Quaternaire, no 13, p. 179-204.

Vallverdú J., Gómez de Soler B., Vaquero M., Bishoff J.-L., 2012, « The Abric Romaní Site and the Capellades Region », dans Carbonell E. (dir.), High Resolution archaeology and Neandertal behavior: time and space in level J of Abric Romaní (Capellades, Spain), Dordrecht, Springer (Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology Book Series), p. 1-29.

Vaquero M. et Pastó I., 2001, « The definition of spatial units in Middle Palaeolithic sites: the Herat-related assemblages », Journal of Archaeological Science, no 28, p. 1209-1220.

Vaquero M., Allué E., Bischoff J.‑L., Burjachs F., Vallverdú J., 2013, « Environmental, depositional and cultural changes in the Upper Pleistocene and Early Holocene: the Cinglera del Capelló sequence (Capellades, Spain) », Quaternaire, vol. 24, no 1, p. 49-64.

Vaquero M., Bargalló A., Chacón M. G., Romagnoli F., Sañudo P., 2015, « Lithic recycling in a Middle Paleolithic expedient context: evidence from the Abric Romaní (Capellades, Spain) », Quaternary International, no 361, p. 212-228.

Vaquero M., Fernández-Laso M. C., Chacón M. G., Romagnoli F., Rosell J., Sañudo P., 2017, « Moving things: comparing lithic and bone refits from a Middle Paleolithic site », Journal of Anthropological Archaeology, no 48, p. 262-280.

Zilhāo J., 2001, « Middle Paleolithic Settlement Patterns in Portugal », dans Conard N. (dir.), Settlement dynamics of the Middle Paleolithic and Middle Stone Age, Tübingen, Kerns Verlag, p. 597-608.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Localisation du site de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne).
Légende En haut : emplacement dans la péninsule Ibérique. Au centre : vue aérienne montrant le cours naturel de la rivière Anoia et la formation de travertin où se trouve l’Abric Romaní. En bas : détail du cingle du Capelló, avec ses abris-sous-roches caractéristiques.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : stratigraphie et datations.
Crédits D’après Carbonell et al. 1994.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 1. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : vestiges lithiques classés par matières premières et par catégories technologiques.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : exemples d’industrie lithique.
Légende 1 : nucléus discoïdes. 2 : éclats pseudo-Levallois. 3 : éclats débordants. 4 : éclats ordinaires.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 2. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : vestiges lithiques répartis par matières premières et par catégories technologiques.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : exemples d’industrie lithique.
Légende : nucléus Levallois. : éclats. : outils retouchés.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5. – Localisation de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), et des trois unités géomorphologiques qui définissent son environnement géologique : dépression de l’Èbre, cordillère prélittorale et dépression prélittorale.
Crédits PAO : Bruno Gómez de Soler. Fond de carte : ArcGIS10.2.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 6. – Localisation des affleurements de silex prospectés dans un rayon de 10 et 30 kilomètres autour de l’Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) et des quatre aires d’approvisionnement documentées pour le niveau M et le sous-niveau Oa.
Légende Superposition du modèle numérique d’élévation du terrain (1:50 000) avec la numérisation des formations géologiques contenant du silex. SER : zone de récolte du silex de type La Serra. PAN : zone de récolte du silex de type Panadella. SMT : zone de récolte du silex de type Sant Martí de Tous. MUSCH : zone de récolte du silex de type Muschelkalk.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 3. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne) : synthèse des types de silex représentés.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Fig. 7. – Silex géologique de La Serra (type SER).
Légende A : échantillon de silex géologique. B : détail au microscope stéréoscopique. C : lame mince scannée avec différentes images prises avec un microscope pétrographique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 8. – Silex géologique du Muschelkalk (type MUSCH).
Légende A : échantillon de silex géologique. B : détail au microscope stéréoscopique. C : lame mince scannée d’un silex archéologique (pièce AR’99-M-Q52-11) avec différentes images prises au microscope pétrographique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 9. – Silex géologique de Sant Martí de Tous (type SAN).
Légende A : échantillon de silex. B : détail au microscope stéréoscopique d’un silex archéologique (pièce AR’04-Oa-U47-1). C : lame mince d’un silex archéologique (pièce AR’01-M-O50-155) avec différentes images prises au microscope pétrographique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 10. – Silex géologique de La Panadella (type PAN).
Légende A : échantillon de silex. B : détail au microscope stéréoscopique d’un silex archéologique (pièce AR’02-M-U49-47). C : lame mince scannée avec différentes images prises au microscope pétrographique.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Tabl. 4. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), niveau M : catégories technologiques par lithotypes de silex.
Légende SMT : silex de type Sant Martí de Tous. MUSCH : silex de type Muschelkalk. PAN : silex de type Panadella. SER : silex de type La Serra.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Tabl. 5. – Abric Romaní (Capellades, Barcelona, Espagne), sous-niveau Oa : catégories technologiques par lithotypes de silex.
Légende SMT : silex de type Sant Martí de Tous. PAN : silex de type Panadella. MUSCH : silex de type Muschelkalk.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/6212/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteurs

Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES) ; Àrea de Prehistòria, Universitat Rovira i Virgili (URV)

Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES) ; Àrea de Prehistòria, Universitat Rovira i Virgili (URV) ; laboratoire Histoire naturelle de l’homme préhistorique (HNHP, UMR 7194, Muséum national d’histoire naturelle/Université de Perpignan – Via Domitia/Sorbonne universités/CNRS)

Institute of Archaeology, University College (Londres)

Departamento de Prehistoria y Arqueología, Universidad Autónoma de Madrid

Department of Anthropology and Archaeology, University of Calgary

Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES) ; Àrea de Prehistòria, Universitat Rovira i Virgili (URV)

Àrea de Prehistòria, Universitat Rovira i Virgili (URV) ; Institut Català de Paleoecologia Humana i Evolució Social (IPHES)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access