Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

L’Italie, la Suisse et les Alpes sous le fascisme : vigilance, fuite et répression (1925-1945)

Francesco Scomazzon

Résumé

Lieu de passage et de communication, sous le fascisme les Alpes devinrent barrière et contrôle contre l’émigration politique en Suisse, autrefois terre d’exilés du Risorgimento et terre d’accueil pour une partie des antifascistes italiens. Toutefois, la surveillance et les politiques répressives du fascisme, mises en œuvre à partir de 1925, avec l’institution de nouvelles provinces près de la frontière suisse, n’ont pas permis de bloquer les mouvements entraînés par les arrangements entre populations locales, contrebandiers et trafiquants, qui tiraient un complément à leurs maigres revenus de ces trafics. Loin d’être un outil de défense et de contrôle, pendant les années du fascisme, les Alpes demeurent une vaste zone de trafics et de contacts illicites, ainsi qu’un lieu d’accueil et de refuge pour les populations juives et les déserteurs fuyant une législation féroce, appliquée ensuite par la République Sociale italienne.

Texte intégral

Une tradition d’échanges

  • 1 A. M. Granet-Abisset, « La guerra, nuova frontiera? Per una memoria degli scam (...)

« La séparation tirée d’une frontière déterminée par les pouvoirs politiques est connue, reconnue et acceptée mais pas nécessairement équivalente à ce que les habitants vivent, pratiquent et reconnaissent. »1

1La notion de frontière a longtemps été liée à la perception de son entité naturelle, sanctionnée par la configuration du territoire, tracée au fil des rivières ou dans les montagnes. Ligne de séparation dans un espace qui constitue de temps en temps une zone de partage et de rupture, élément clé des dispositifs militaires, un lieu d’échange et de division, la frontière est le centre d’attraction et d’action, zone de connexion et de trafics illégaux, en particulier économique, justifiée par des conditions de travail différentes sinon opposées, ou même par la différence fiscale et douanière. Traditions modifiées, mais certainement pas faussées par un fascisme qui, toutefois, ne parvient pas à démanteler les liens stratifiés et consolidés parmi les populations qui reconnaissent la frontière comment un élément distinctif et unificateur.

2Une situation particulièrement vraie en temps de conflits, affrontements et divisions entre États ayant des régimes politiques opposés : ces derniers, en dilatant leurs limites géographiques et sociales, transforment ces périphéries du pouvoir en lieux de tension, avec des fonctions de contrôle et de barrière, au-delà de l’idéologie. Les Alpes sont-elles donc des limites et des séparations ou, dans cette situation, existe-t-il toujours une libre circulation des hommes, des biens et des idées ? Existe-t-il une rupture ou une continuité dans les habitudes des flux migratoires ? Quelles sont les fonctions renouvelées exercées par les Alpes ? Sont-elles un lieu de passage, de refuge ou une simple barrière ?

3Avec l’arrivée du fascisme au pouvoir, la frontière montagneuse escarpée entre l’Italie et la Suisse – nations séparées au cours de ces années par des divergences politiques croissantes – aurait aimanté et renforcé les intérêts et les liens préexistants sur le plan social et économique entre leurs régions transfrontalières, notamment le Piémont et la Lombardie avec le canton suisse du Tessin. En effet, la continuité de sa structure démocratique fait de cette région, de langue et de culture italienne, un lieu privilégié de refuge pour les premiers antifascistes, dont l’opposition est évidemment source d’inquiétude pour un régime encore en phase de consolidation au milieu des années vingt.

4Nous pouvons définir l’histoire de l’antifascisme comme celle de deux mondes apparemment distincts et éloignés, c’est-à-dire celui de la résistance interne limitée aux faibles groupes clandestins, et celui des fuorusciti, héritiers spirituels des exilés du Risorgimento, ceux qui :

  • 2 A. Garosci, Storia dei fuorusciti, p. 10.

« Ont apporté la tradition, les images, les noms et les drapeaux des partis politiques et des formations politiques réprimées en Italie, mais persisté dans le reste de l’Europe. »2

5Toutefois, à côté d’un antifascisme politiquement mûr et conscient, nous ne pouvons pas oublier une opposition populaire destinée à jouer un rôle de premier plan dans ces régions alpines isolées. Lieux de passage et de liaison par l’entremise de groupes anonymes de passeurs et certains habitants des vallées qui, régulièrement touchés par des crises économiques, font justement de ces trafics frontaliers un appoint à leurs maigres et douloureuses existences. Cette contrebande et ces trafics illicites étaient destinés à se superposer et à s’entremêler au-delà des frontières à une émigration économique stabilisée surtout sur le Léman, et particulièrement à Genève, depuis le milieu des années vingt. Dans la ville de Calvin, avec l’aide et l’impulsion fournie par le républicain Giuseppe Chiostergi, arrivé en Suisse en 1916 avec un convoi de prisonniers de guerre, ou les socialistes Olindo Gorni, Carlo Emanuele a Prato et l’historien libéral Guglielmo Ferrero, l’immigration antifasciste :

  • 3 M. Cerutti, « La Suisse et les antifascistes italiens », p. 317.

« Parviendra à empêcher le consulat et le fascio local de réaliser son emprise sur les institutions traditionnelles de la colonie, telles la Dante Alighieri et les écoles italiennes. »3

6Cela permet aux exilés d’engager dans leurs activités non seulement des militants et des personnes déjà politisées, mais aussi une partie remarquable de cette masse destinée, dans d’autres lieux d’émigration à rester, au mieux, neutre. Toutefois, on parle d’un nombre réduit de réfugiés politiques, à peine 32 adversaires du régime en 1929, dont 13 à Genève et seulement 9 au Tessin, la plupart à Lugano. Bien évidemment une liste non exhaustive, puisqu’elle ne tient pas compte des réfugiés ayant quitté la Confédération avant 1930, ni de ceux admis après cette année, pas davantage les clandestins venus en Suisse au titre d’immigrés économiques, bien qu’animés par des motivations politiques. Quoi qu’il en soit, c’est en tout cas une présence assez faible, attribuée d’abord à la politique parcimonieuse pratiquée par les autorités fédérales en matière de droit d’asile, une prérogative accordée selon leurs propres convenances.

  • 4 Ibid., p. 318.

« Un droit d’asile, un droit pour l’étranger de se faire accorder l’asile – insistent les autorités fédérales – n’existe pas en Suisse et ne devrait pas non plus être créé. Ce qu’on nomme communément droit d’asile, n’est qu’une coutume de la politique suisse ; elle ne déploie pas ses effets que moyennant certaines conditions et certaines exceptions, et, au sujet de son maintien, il y a aussi lieu, naturellement, d’avoir égard à la situation créée par l’envahissement par les étrangers. »4

  • 5 Giuseppe Saragat (1898-1988) sera le premier Président socialiste de la République itali (...)

7Mais il faut également considérer l’attrait considérable exercé par la France sur les antifascistes qui désirent quitter le pays. Paris, en particulier, devient la capitale des opposants au fascisme à l’étranger : c’est dans la capitale française que s’installe en 1927 la Concentration d’action antifasciste, agrégation unitaire des différentes composantes de l’opposition antifasciste en exil, opérant en France jusqu’à 1934. Dès lors, la Suisse, et singulièrement le Tessin, aurait assuré en fait la conjonction entre les groupes clandestins encore actifs en Italie, en garantissant par exemple la fuite à la fin de 1926 de l’ex-député Claudio Treves et des jeunes Emilio Zannerini et Giuseppe Saragat5.

8Une fuite qui aurait attiré l’attention d’un régime miné par des attentats à la bombe ratés, justement attribués aux émigrés politiques et à leurs liens présumés, tissés de part et d’autre de cette région frontalière. Pour le fascisme, toujours dans sa phase de consolidation, ces anciennes complicités et collusions, en particulier avec les cantons du Valais, Tessin et Grisons, ne peuvent être freinées que par la création de nouvelles provinces en 1926, et donc par une prolifération des bureaux périphériques, outils formellement nécessaires pour assurer au fascisme la stabilité politique qu’il recherche à grand-peine. Une mesure bien sûr accompagnée par l’expansion, toutefois incontrôlée, de corps militaires qui, en raison d’obédience différente, donc source de conflit interne et d’arrogance, finissent paradoxalement par favoriser une émigration et des trafics que le régime aurait dû, en réalité, combattre.

9En imputant aux populations locales – et pas seulement du côté italien – la participation à ces échanges illicites à caractère politique et fiscale, leur arrogance finit par pousser dans l’opposition des gens politiquement indécis, et qui, en raison de ces continuelles vexations, contribuent à alimenter l’émigration de déserteurs et d’éléments subversifs les plus connus. Des violences et des abus également exercés contre des citoyens suisses ignorant tout, surpris à empiéter sur des zones touristiques visiblement non délimitées, devenant en fait un prétexte pour revendiquer l’autorité des chemises noires, en soulignant une ambiance d’impatience, d’inquiétude et d’hostilité.

  • 6 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C 2, vol. 38, « Direction générale des Douanes (...)

10Une aversion également alimentée par le gain facile que l’émigration illégale laisse entrevoir pour ceux qui, touché par des crises économiques cycliques, perçoivent dans l’aide aux expatriés clandestins une occasion d’améliorer leur salaire. Pendant l’été 1930, à Zermatt, station touristique au pied des Alpes valaisannes, un mouchard italien, « Gianfranco Tosi, ingénieur – aurait écrit la Division de Douanes suisses – fasciste bien connu de la province de Milan »6, en soutirant des nouvelles à certains réfugiés arrivés dans le pays, parvient à rassembler les morceaux d’un réseau dédié à l’émigration vers les cols de la haute montagne. Réseau des connaissances situées notamment dans une Vallée d’Aoste, là où le fascisme avait longtemps fustigé son autonomie et sa francophilie traditionnelle.

11La tentative d’éliminer ce particularisme, mélangé à des sentiments antifascistes confus, le chômage et le coût de la vie élevé, accentuent les empiétements enregistrés ponctuellement par les gardes suisses stationnés sur les principaux cols alpins. Cet été 1930, des militaires suisses indiquent, par exemple, l’entrée de quelques dizaines de fugitifs provenant de la Vallée d’Aoste, suivis par d’autres groupes :

  • 7 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C2, vol. 38, « Direction générale des Douanes (...)

« Arrivée sur territoire suisse – ainsi écrivent notamment les gardes-frontières de Lausanne – après avoir effectué deux jours et deux nuits de marche par le Col de la Sciassa, qui aboutit au glacier d’Otemma, sous la conduite de deux contrebandiers connus de notre personnel. L’autre groupe est entré en Suisse par le Col de Fenêtre, sans guide. Toutes ces personnes ont quitté l’Italie en raison du manque de travail. Elles ont l’intention d’aller en France pour y trouver de l’occupation. »7

12Une destination confirmée par l’éloignement des fugitifs vers le Léman et Genève, témoignage d’une Suisse qui, dans ces années de profonde crise économique, joue désormais un rôle exclusif de transit vers d’autres États. Des passages souvent marqués par les refoulements français en Suisse, lesquels auraient soulevé préoccupations, surtout entre les polices cantonales et, par ricochet, parmi les autorités fédérales. En fait, Georges Wagnière, l’ambassadeur de Suisse à Rome, aurait écrit à Berne en novembre 1930 :

  • 8 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C3, vol. 100, « Légation de Suisse en Italie a (...)

« Nous n’avons, évidemment, aucun avantage à les garder chez nous. Vous comprendrez l’intérêt que nous portons à cette affaire en raison des ennuis qui pourraient en dériver. »8

13Préoccupations économiques, mais aussi et surtout d’ordre public, en particulier pour les implications sur la sécurité des délégués lors de conférences internationales. Effectivement, seulement quelques mois avant, le diplomate avait signalé au chef du Département politique, le tessinois Giuseppe Motta, que ces réfugiés n’étaient rien de plus que les victimes des antifascistes, des contrebandiers et des passeurs, et que :

  • 9 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C3, vol. 100, « Le Ministre de Suiss (...)

« Ce serait un devoir d’humanité de mettre un terme à cette exploitation de pauvres gens trop crédules et ignorants. »9

  • 10 C. Poesio, Reprimere le idee, abusare del potere. La Milizia e l’instaurazione (...)

14Toutefois, cela ne décourage pas et ne limite pas les passages, souvent encouragés par des militaires italiens eux-mêmes qui, par leur formation et leur façon de se comporter avec les populations locales, unissent souvent leur destin à celui des passeurs et des complices. C’est en fait un ancien membre de la milice volontaire, « bras extra légal armé du parti »10, née en 1923 pour stabiliser et légaliser la violence des chemises noires, qui déclare confidentiellement que les soldats des régions alpines :

  • 11 Archive Centrale de l’État, Rome, Polizia Politica Materia, vol. 184, « Espatri favoriti (...)

« Ont dans le sang la manie de la contrebande et l’instinct des accompagnateurs de personnes qui veulent traverser illégalement la frontière, parce que c’est ce qu’ont fait leurs grands-pères, leurs pères et ce qu’ils font eux-mêmes. »11

15Une vraie coutume, aussi et surtout, en temps de crise majeure. Si la consolidation du fascisme a contribué à ralentir au moins partiellement ces trafics, y compris la distribution des tracts et propagande antifasciste – d’ailleurs destinés à des populations politiquement immatures et désunies – l’apparition de nouveaux conflits et affrontements replace les Alpes au centre de la scène internationale.

Lieux de passage, lieux de refuge

  • 12 C. Ludwig, La politique pratiquée, p. 41.
  • 13 F. Scomazzon, « Sviluppo e diffusione del nazionalsocialismo nella Confederazione elvetic (...)

16Les mesures relatives à l’accueil des réfugiés politiques et des dispersés12 – mises en place par le gouvernement fédéral après le boycott économique d’Hitler en avril 1933, quand des milliers de juifs traversent la frontière provisoi à Bâle – s’étendent ensuite à d’autres pays voisins, et donc à l’Italie, dans une vaine tentative d’enrayer l’entrée de réfugiés politiques et de jeunes militaires, qui tentent de se soustraire à l’appel devant l’imminence de la guerre en Éthiopie. Ce sont spécialement les jeunes des régions alpines orientales, en particulier le Sud Tyrol, déjà marquées par la traditionnelle opposition aux politiques d’assimilation fascistes, qui subissent plus que d’autres l’appel à la désertion de la part de mouvements d’inspiration pro nazi. En effet, ceux-ci, aguerris principalement dans les colonies suisses-alémaniques des Grisons, ne tardent pas à attirer l’attention des autorités helvétiques, surtout pour « la propagande grandiose et coûteuse, de nature à perturber la population, de secouer la confiance dans les autorités et de perturber la sécurité publique »13.

17Une attention nouvelle aussi de la part des comités et organismes de bienfaisance formellement apolitiques gravitant sur le lac Léman, qui commencent à exercer un rôle de liaison et de transfert de « dispersés », d’aventuriers, de jeunes antifascistes sans avenir vers les Brigades Internationales, engagées sur divers fronts de la guerre civile espagnole. Un conflit qui, s’il favorise le retour de la Confédération à une neutralité intégrale – abandonnée en 1920, lorsque le pays rejoignit la Société des Nations – souligne une nouvelle fois les difficultés d’un État à maintenir l’équidistance entre les parties en guerre, en particulier au Tessin, ouvertement du côté des volontaires républicains. C’est effectivement dans la Suisse italienne que le journal Libera Stampa du premier conseiller d’État socialiste, le tessinois Guglielmo Canevascini, s’élève à être un :

  • 14 F. Scomazzon, « Un pacifisme armé : la Suisse et la guerre civile espagnole entre neutral (...)

« Moyen de communication entre les volontaires afflués vers la péninsule ibérique, mais aussi un organe de contre-information sur les événements de la guerre et moyens irremplaçables de promotion humanitaire. »14

18Une aide pas complètement étrangère à l’influence des groupes antifascistes et politiquement plus actifs qui, masquant leur participation à des associations philanthropiques, auraient recruté également des volontaires pour être affectés aux Brigades Internationales. Quelques jours seulement après le bombardement de Guernica, en avril 1937, les autorités suisses enregistrent des mouvements à la frontière italienne :

  • 15 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D1, vol. 102, « Direction général des douanes a (...)

« Depuis quelque temps plusieurs équipes d’agents (douaniers, milices fascistes et carabiniers) exercent une surveillance très serrée le long de la frontière. Des patrouilles de carabiniers ont été aperçues dans la haute montagne. »15

19L’appel lancé quelques mois avant par les républicains espagnols et accueilli par les antifascistes italiens au Tessin, provoque en effet une augmentation des entrées illégales des volontaires, mais aussi des « dispersés », qui, en quête d’aventure dans les Brigades Internationales, parviennent souvent à passer en Suisse, camouflés parmi les randonneurs anonymes en excursion à proximité des cols alpins. Des indications qui n’entraînent toutefois pas d’augmentation des contrôles à la frontière par les militaires italiens qui, avec l’introduction des lois raciales en 1938, deviennent paradoxalement acteurs de l’expulsion en Suisse de juifs étrangers. Pratique que Paul Ruegger, ambassadeur helvétique à Rome depuis 1935, confirme en citant un rapport du Consul général de Suisse à Milan :

  • 16 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D1, vol. 95, « Le ministre de Suisse à Rome, Ru (...)

« Certains israélites privés de moyens d’existence recevaient du Commissariat de Police de Milan des ordres de refoulement et de transfert à Côme. Le Consulat général pense que la police italienne a éventuellement l’intention de faire passer ces personnes en Suisse de nuit, afin de s’en débarrasser d’une manière pratique et peu coûteuse, ainsi que l’ont fait un certain temps à la frontière nord les autorités de la Gestapo. »16

20Hypothèse confirmée plus tard par un juif italien interrogé après avoir franchi la frontière tessinoise seulement quelques jours après l’invasion allemande de la Pologne.

  • 17 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D 1. vol. 59. « Office de Police de l (...)

« Le 19 septembre 1939 le poste de police de San Remo m’a remis une feuille de départ par Ponte Chiasso avec l’ordre de quitter l’Italie en trois jours. Je me suis présenté à la police italienne de Ponte Chiasso la soirée du 21 à 23 heures ; j’ai reçu l’ordre d’aller dans un hôtel, où, le matin, ils auraient pris des dispositions. Le jour 22, la police m’a emmené en effet dans une caserne en montagne où je me suis reposé jusqu’à environ 23 heures, après j’ai été conduit à la frontière dans un endroit où il y avait beaucoup des marches, ils ont ouvert une porte et je suis entré en Suisse, obligé de ne parler à personne de l’endroit où j’étais passé. »17

21En réalité, il s’agit que de cas peu nombreux et isolés, mais témoignage des trafics alimentés par les lois raciales et les restrictions aux entrées imposées par Berne en janvier 1939. En effet, les autorités fédérales, limitant l’entrée dans le pays aux uniques détenteurs de visa suisse, désignant comme émigrant :

  • 18 C. Ludwig, La politique pratiquée, p. 141.

« Tout étranger qui, sous la pression des évènements politiques ou économiques, a quitté ou doit quitter son domicile à l’étranger et ne peut ou ne veut pas y retourner. »18

22Une mesure bien évidemment draconienne mais qui, éclipsant des refoulements plus réguliers, vise encore à enrayer ces trafics illicites sur les chemins alpins de la contrebande, destinés à perdre au moins temporairement de l’importance avec le déclenchement du conflit et l’entrée en guerre de l’Italie. Une fois que Rome a pris la décision d’arrêter tous les juifs étrangers n’ayant pu quitter ou de toute façon passer la frontière, l’opposition au régime tend maintenant à se concentrer non plus sur cette ligne de frontière, mais sur les zones alpines internes, là où les adversaires du fascisme commencent à se rassembler, en constituant une résistance plus active. Même si la frontière alpine retrouve donc une nouvelle fonction de barrière au début de la guerre, avec la multiplication des zones d’accès interdites aux civils, elle reste toutefois une importante charnière surtout parmi les réseaux antifascistes et les services d’information de base en Suisse, pays engagé à renforcer son unité nationale depuis 1939.

  • 19 F. Parri, « La Svizzera e la Resistenza italiana », p. 408.

23Encore une fois, contrebandiers et passeurs, avec leur connaissance du milieu alpin, deviennent une garantie de survie pour la Confédération elle-même, médiateurs pour l’armée suisse – sollicitée à connaître la situation politique du front sud – entre l’antifascisme tessinois et les premiers mouvements de la Résistance italienne. La Suisse devient alors un carrefour pour les services secrets des parties impliquées, « le centre d’intérêt politique d’Europe et du monde »19, aurait rappelé dans l’après-guerre Ferruccio Parri, déjà commandant du Corps Volontaires de la Liberté (commande unifiée de toutes les divisions partisanes italiennes) et le Canton du Tessin, en particulier, un croisement pour les jeux diplomatiques concernant le scénario de guerre italien. À Lugano, les représentations consulaires britanniques et américaines accueillent les services d’information et les formations partisanes naissantes, souvent en concurrence les uns avec les autres, et entretiennent des relations exclusives avec les représentants alliés au Tessin. Le long de la frontière italo-suisse, se développe un très grand réseau des contacts plus ou moins clandestins.

24Rôle évident au lendemain de l’armistice du 8 septembre 1943, quand les frontières montagneuses prennent une nouvelle importance surtout pour les ex-prisonniers de guerre alliés. Ceux-ci, libérés des camps d’internement par les membres des Comités de Libération Nationaux locaux, formations antifascistes interpartis nées avec l’armistice italien, sont cachés et équipés par les populations locales, avant d’être dirigés vers les cols alpins, qui seront traversés après de longues et dangereuses marches. Un appui confirmé par une lettre anonyme de décembre 1943, destiné à la Milice fasciste de Viverone, un village aux pieds des Alpes piémontaises, lettre anonyme selon laquelle les militaires étrangers :

  • 20 A. Roger, A strange alliance. Aspects of escape and survival in Italy 1943-1945, p. 137.

« Ont pu survivre jusqu’à maintenant grâce à la complicité de certaines personnes ici, qui leur donne tout le nécessaire en nourriture et vêtements. Selon les dernières nouvelles, ils descendent le soir même dans le village pour jouer aux cartes dans les cafés d’où ils seraient armés. »20

25Ainsi en Vallée d’Aoste, à la frontière entre la France et la Suisse, après l’armistice, quelques familles du village d’Ayas avaient hébergé, nourri et fourni des vêtements convenables à divers militaires alliés évadés pour traverser des glaciers. D’autres sont cachés après avoir survécu à la capture par la garnison fasciste de Saint Jacques, encore près d’Ayas, peut-être de connivence avec des trafiquants sans scrupule.

  • 21 C. P. d’Entrèves, La tempëta dessu noutre montagne. Épisodes de la résistance en Vallée d (...)

« Les malheureux venaient de Chamois, d’où un jeune homme s’était chargé de les accompagner au-delà de la frontière suisse, et les conduisit seulement au Col de Nana ou Col inférieur des Cimes Blanches, et leur dit de descendre, après avoir, naturellement, empoché un pourboire pas tout à fait dérisoire. Les deux qui se sauvèrent, vécurent près de deux mois à Ayas, cachés dans quelques mayens auprès de quelques familles de Crest et Cunéaz. »21

26Avant de passer en Suisse par la Fenêtre de Durand, d’autres militaires britanniques trouvent refuge toujours en Vallée d’Aoste, entre Arbaz et l’église paroissiale de Challand Saint-Anselme. Dans la petite commune du Val d’Ayas, le curé Don Giuseppe Péaquin, victime de violences, devient une référence sûre pour les juifs et les militaires alliés qui cherchent à gagner la frontière à travers la Val du Lys. Des tentatives sont bloquées à plusieurs reprises par les fascistes avec l’arrestation de quelques habitants, souvent accusés d’avoir aidé l’expatriation illégale. En effet, la présence d’anciens prisonniers alliés est en fait de nature à obliger le régime à y remédier. Dans toutes les municipalités est affiché l’avertissement suivant :

  • 22 R. Nicco, La Resistenza in Valle d’Aosta, p. 30.

« Toute forme de complicité sera jugée par la loi de guerre et un prix de 1 800 lires est promis pour chaque prisonnier qui sera remis à une commande allemande. »22

27Naturellement, pour ceux qui ne connaissent personne disposés à les accueillir, la route de la montagne était la seule alternative possible. Ainsi après la guerre deux soldats néo-zélandais, revivant leur passage en Valais lors de la traversée de la Monte Rosa, chaîne montagneuse, frontière entre l’Italie et la Suisse, se rappellent :

  • 23 Archive de l’Institut historique de la Résistance de Turin, b. 9, Fulvio Borghe (...)

« Nous marchions rapidement, et environ à six cents mètres, nous nous sommes arrêtés dans une grange d’un fermier jusqu’à dix heures du soir. […] Nous vîmes les avis qui offraient de l’argent pour notre capture et annonçaient la peine de mort à ceux qui nous donnaient un abri. Nous passâmes la nuit dans une maison. […] Nous fûmes avertis par un jeune homme qui était en train de constituer un groupe de partisans, que les Allemands restaient dans le village à nuits alternées et les fascistes surveillaient les sentiers. […] Nous montâmes. La pluie était devenue de la neige ; nous vîmes des tas de pierres qui indiquaient apparemment un chemin de contrebandiers. […] Nous traversâmes le Col Moro au-dessus de 3 000 mètres […] Un peu plus bas, moi et mon compagnon, ainsi que deux autres, fûmes arrêtés par un soldat en uniforme gris-bleu […] de près, nous réalisâmes qu’il était Suisse […] On avait réussi. »23

28Encore une fois, l’aide des populations locales, fatiguées par des années de sacrifice et l’insolence des soldats italiens en service aux frontières, se révèle d’une importance fondamentale, quoique pas toujours dépourvue d’intérêts économiques immédiats qui, malheureusement, auront marqué aussi la vie des réfugiés juifs surtout, alors fuyant la politique répressive accrue de la République de Salò. Les liens toujours plus étroits de ces populations avec le monde de la Résistance, ajoutés aux liens traditionnels avec le milieu de la contrebande, contribuent en fait au printemps 1944 – un an après la Libération – à l’établissement sur les Alpes italiennes d’une zone fermée, bande de trois kilomètres de profondeur de la ligne de frontière vers l’Italie, vidée de ses habitants qui peuvent y accéder à travers de pénibles démarches bureaucratiques.

  • 24 F. Giannantoni, Fascismo, guerra e società nella Repubblica Sociale italiana (1 (...)

« C’est parmi les nombreuses décisions répressives prises par Salò, l’une des plus sévères qui obligera les populations déplacées de la zone fermée aux centres urbains les plus proches. »24

  • 25 C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli, p. 68.

29En effet, il s’agit d’une tentative ratée de punir au moyen de déplacements forcés, des populations qui n’ont jamais donné un soutien fort et convaincu au régime. Une opposition qui à parfois la saveur de la passivité résignée, comme l’a magistralement décrite Carlo Levi dans son œuvre, roman autobiographique, Le Christ s’est arrêté à Eboli. Résignation à l’égard d’un État perçu comme une entité étrangère et lointaine, rejeté par la population elle-même laquelle – se souvient l’écrivain turinois retraçant l’expérience de son exil dans l’Italie du Sud – « trouve défense et salut » à travers la « résignation, sans espoir de paradis, qui courbe le dos sous les maux de la nature »25. Ce renoncement en partie ébranlé dans les années précédentes par des fuites, trafics illégaux et soutiens aux émigrés clandestins, s’est racheté définitivement au cours de la République Sociale dans le soutien à cette brève saison de renaissance démocratique acquise près de la frontière suisse.

 

30L’antifascisme militant accueilli par la Confédération juste après l’armistice, trouve en effet dans ces montagnes, quelques mois après la Libération, l’occasion unique de donner vie à une formidable expérience de culture pluraliste et démocratique. C’est la République de l’Ossola, quarante jours de résistance et de lutte antifasciste mûris et basés sur le soutien d’une population locale qui, au fil des ans, a su transformer une vie quotidienne alpine faite de collusions et d’ententes tacites, dictées aussi par des intérêts immédiats, dans le berceau de la future démocratie. Le signe d’une solidarité désintéressée :

  • 26 G. Bocca, Una repubblica partigiana. La resistenza in Val d’Ossola, p. 139.

« De tant de personnes qui pourraient être à la fenêtre et au lieu de cela, ils prennent position, ils s’exposent et se sentent obligés de participer. Oui, c’est le bon rêve : que vous ressentez encore une personne libre qui aime la liberté, qui paie son retour. »26

Bibliographie

Absalom Roger, A strange alliance. Aspects of escape and survival in Italy 1943-1945, Firenze, Olschki, 1991.

Bocca Giorgio, Una repubblica partigiana. La Resistenza in Val d’Ossola, Milano, Il Saggiatore, 2005.

Cerutti Mauro, « La Suisse et les antifascistes italiens », dans L’émigration politique en Europe aux xixe et xxe siècles, actes du colloque de Rome (3 au 5 mars 1988), Rome, École française de Rome, 1991, p. 305-326.

D’Entrèves Passerin Charles, La tempëta dessu noutre montagne. Épisodes de la résistance en Vallée d’Aoste, Aoste, Éd. de l’Institut historique de la Résistance en Vallée d’Aoste, 1975.

Garosci Aldo, Storia dei fuorusciti, Bari, Laterza, 1953.

Giannantoni Franco, Fascismo, guerra e società nella Repubblica Sociale italiana (Varese, 1943-1945), Milano, Franco Angeli, 1984.

Granet-Abisset Anne Marie, « La guerra, nuova frontiera ? Per una memoria degli scambi nelle zone alpine di frontiera », dans Perona Ersilia Alessandrone, Cavaglion Alberto (dir.), Luoghi della memoria, memoria dei luoghi nelle regioni alpine occidentali (1940-1945), Torino, Blu Edizioni, 2005, p. 75-98.

Levi Carlo, Cristo si è fermato a Eboli, Torino, Einaudi, 2003.

Ludwig Carl, La politique pratiquée par la Suisse à l’égard des réfugiés de 1933 à nos jours, Bâle, Rapport du Conseil fédéral, 1957.

Nicco Roberto, La Resistenza in Valle d’Aosta, Aosta, Musumeci, 1995.

Poesio Camilla, Reprimere le idee, abusare del potere. La Milizia e l’instaurazione del regime fascista, Roma, Aracne, 2010.

Scomazzon Francesco, « Sviluppo e diffusione del nazionalsocialismo nella Confederazione elvetica degli anni Trenta e Quaranta », Bollettino Storico della Svizzera Italiana, vol. CXIV, no 1, 2011, p. 261-282.

Scomazzon Francesco, « Un pacifisme armé. La Suisse et la guerre civile espagnole entre neutralité, antifascisme et action humanitaire (1936-1939) », dans Tavares Ribeiro Maria Manuela, Rollo Maria Fernanda, Freitas Valente Isabel Maria, Cunha Alice (dir.), Pela paz ! (1849-1939), Brussels, Peter Lang, 2014, p. 57-69.

Notes

1 A. M. Granet-Abisset, « La guerra, nuova frontiera? Per una memoria degli scambi nelle zone alpine di frontiera », p. 76.

2 A. Garosci, Storia dei fuorusciti, p. 10.

3 M. Cerutti, « La Suisse et les antifascistes italiens », p. 317.

4 Ibid., p. 318.

5 Giuseppe Saragat (1898-1988) sera le premier Président socialiste de la République italienne (1964-1971). À l’époque, il est parmi les plus grands animateurs de la Concentration et de son journal, La Liberté.

6 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C 2, vol. 38, « Direction générale des Douanes à la Division des Affaires Etrangères », 8 septembre 1930.

7 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C2, vol. 38, « Direction générale des Douanes à la Division des Affaires étrangères », 4 juillet 1930.

8 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C3, vol. 100, « Légation de Suisse en Italie au Division des Affaires étrangères », 11 novembre 1930.

9 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 C3, vol. 100, « Le Ministre de Suisse à Rome, Wagnière, au Chef du Département politique, Motta », 10 juillet 1930.

10 C. Poesio, Reprimere le idee, abusare del potere. La Milizia e l’instaurazione del regime fascista, p. 9.

11 Archive Centrale de l’État, Rome, Polizia Politica Materia, vol. 184, « Espatri favoriti da militi e funzionari di PS. », s.d.

12 C. Ludwig, La politique pratiquée, p. 41.

13 F. Scomazzon, « Sviluppo e diffusione del nazionalsocialismo nella Confederazione elvetica degli anni Trenta e Quaranta », p. 268.

14 F. Scomazzon, « Un pacifisme armé : la Suisse et la guerre civile espagnole entre neutralité, antifascisme et action humanitaire », p. 64.

15 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D1, vol. 102, « Direction général des douanes au Département politique », 5 mai 1937.

16 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D1, vol. 95, « Le ministre de Suisse à Rome, Ruegger, au Chef de la Division des Affaires étrangères du Département politique, Bonna », 9 décembre 1938.

17 Archives fédérales suisses, Berne, E 2001 D 1. vol. 59. « Office de Police de l’Arrondissement territoriale 9b », 23 septembre 1939.

18 C. Ludwig, La politique pratiquée, p. 141.

19 F. Parri, « La Svizzera e la Resistenza italiana », p. 408.

20 A. Roger, A strange alliance. Aspects of escape and survival in Italy 1943-1945, p. 137.

21 C. P. d’Entrèves, La tempëta dessu noutre montagne. Épisodes de la résistance en Vallée d’Aoste, p. 209.

22 R. Nicco, La Resistenza in Valle d’Aosta, p. 30.

23 Archive de l’Institut historique de la Résistance de Turin, b. 9, Fulvio Borghetti, « Diario clandestino », vol. 1, p. 32.

24 F. Giannantoni, Fascismo, guerra e società nella Repubblica Sociale italiana (1943-1945), p. 273.

25 C. Levi, Cristo si è fermato a Eboli, p. 68.

26 G. Bocca, Una repubblica partigiana. La resistenza in Val d’Ossola, p. 139.

Auteur

Chercheur, centre coordonné d’Histoire de la Suisse « Bruno Caizzi », Université de Milan, Italie

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search