Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

La guerre civile du Sonderbund : une rébellion sécessionniste des montagnes suisses

Jérôme Louis

Résumé

La Suisse catholique penche vers le conservatisme. La Suisse protestante s’identifie à l’idée d’une réforme du pays. En 1845, ces tensions religieuses et politiques amènent sept cantons conservateurs à majorité catholique (Uri, Schwytz, Unterwald, Lucerne, Zoug, Fribourg et le Valais) à s’unir dans une coalition politique et militaire appelée Sonderbund. Cette dernière veut défendre les intérêts particuliers et les traditions contre la centralisation du pouvoir. Elle se fixe comme objectif de défendre les cantons catholiques contre les attaques des bandes armées appelées « corps francs », proches du parti au pouvoir. Le 20 juillet 1847, la Diète fédérale vote la dissolution du Sonderbund, l’expulsion des Jésuites et la révision de la constitution. L’armée fédérale commandée par le général Dufour s’empare de Fribourg, occupe Lucerne et le Valais. L’armée séparatiste catholique commandée par l’aristocrate grison protestant Johan Ulrich Von Salis-Soglio manque d’effectifs et ne peut pas résister. Cette guerre-éclair est un événement fondateur de la Suisse en tant qu’État moderne.

Texte intégral

Fig. 1. - Caricature du Guckkasten, 24 juillet 1847.

Fig. 1. - Caricature du Guckkasten, 24 juillet 1847.

Le journal satirique estime qu’il faut nettoyer la Suisse. Les araignées représentent des cantons conservateurs dont les fils sont agités par les puissances étrangères. Le personnage légendaire de Guillaume Tell, ressemblant ici aussi à un lansquenet, reste la figure invoquée pour défendre l’indépendance de la Suisse.

D’après Pierre du Bois, La Guerre du Sonderbund. La Suisse de 1847. © Bibliothèque nationale suisse, Berne.

1La Suisse occupe une place stratégique, au carrefour des influences française, allemande et italienne. La Révolution française y sème des troubles. L’évêché de Bâle conteste son prince et le pays de Vaud se soulève contre ses baillis. Une convention remplace le gouvernement mesuré de Genève et fait régner la Terreur au cours de l’été 1794. La France, afin d’affermir ses conquêtes en Italie, envahit les cantons suisses et impose une constitution unitaire. Durant l’été 1802, après le départ des troupes françaises, les fédéralistes se soulèvent contre la République helvétique. L’armement sommaire des insurgés vaut à cette révolte d’être appelée la guerre des bâtons. Bonaparte rétablit l’ordre et impose l’Acte de médiation. Les Suisses fournissent des régiments à l’Empire et combattent à la Bérézina, mais avec les défaites de Napoléon, Genève reprend son indépendance et Berne revendique d’anciennes possessions. La Diète annule l’Acte de médiation le 29 décembre 1813. Les élites prérévolutionnaires veulent reprendre le contrôle des cantons et durant les Cent-Jours, la Suisse met une armée de 45 000 hommes à la disposition des coalisés pour lutter contre Napoléon. Lors du Traité de Paris de novembre 1815, les grandes puissances accordent à la Suisse une neutralité perpétuelle et l’inviolabilité de son territoire. Talleyrand ose dire au Congrès de Vienne :

  • 1 A-J. Czouz-Tornare, Colloque, Talleyrand, prince de la médiation, communication du 29 mai (...)

« Le monde connaît cinq continents, l’Europe, l’Amérique, l’Asie, l’Afrique et… la Suisse !1 »

2Cette boutade répond au diplomate Pictet de Rochemont qui réclame des frontières convenables pour la République de Genève. Le tracé de la Suisse se profile. Il reste à construire une unité politique sur sa diversité linguistique, confessionnelle, géographique, économique, sociologique et institutionnelle qui fait d’elle une Europe miniature.

Les querelles de chapelles en Suisse

Le Pacte fédéral

3Le Pacte fédéral de 15 articles qui a remplacé l’acte de Médiation promulgué en 1803 a été adopté le 7 août 1815. Il fixe le fonctionnement et les limites de la Confédération helvétique. À la Diète, principal organe commun du pays, chargée de la politique étrangère et des affaires militaires, on tente de le modifier. S’agissant d’une alliance entre les 22 cantons, il garantit leur liberté et leur indépendance. Chaque canton reste souverain. Il dispose de sa monnaie, de ses propres unités de mesure et lève des taxes douanières. L’avoyer Édouard Pfyffer, président de la Commission de révision du Pacte fédéral, à Lucerne, s’exprime à ce propos, le 2 juin 1832 et affirme :

  • 2 W. E. Rappard, L’individu et l’État dans l’évolution constitutionnelle de la Suisse, p (...)

« Mais à l’avenir comme par le passé, chaque canton sera seul maître d’organiser sa vie intérieure à sa guise. »2

4Le 17 juillet 1832, une courte majorité de la Diète se prononce en faveur de la révision du Pacte fédéral. Un nouveau projet est élaboré par M. Rossi, citoyen genevois. En janvier 1833, le gouvernement du Valais réagit :

  • 3 A-J. de Rivaz (1751-1836), Mémoires historiques sur le Valais (1798-1834).

« Sur les représentations du clergé, on avoue que ni l’indépendance de l’Église, ni la liberté du culte catholique, ni les propriétés de nos établissements religieux en cantons protestants n’y ont aucune garantie, à supposer même que cette révision du pacte de 1815, en procurant à la Suisse un gouvernement central, donnerait à la Confédération helvétique plus d’unité et par conséquent plus de force. Cependant chacun des petits États qui la composent ont une répugnance presque invincible à se laisser entraver le moins du monde dans le plein exercice de la souveraineté cantonale. […] »3

5Le texte de Rossi est rejeté par une majorité de cantons conservateurs.

La Régénération : des réformes démocratiques pas toujours acceptées

  • 4 A. É. Cherbuliez, De la démocratie en Suisse, vol. I, p. 78.

6La Révolution de juillet 1830 en France accélère l’emprise libérale en Suisse qui entre dans une période dite de « la Régénération ». Avec l’arrivée des idées progressistes en Suisse, 12 cantons renversent les conservateurs pour donner le pouvoir aux libéraux. Ainsi, sont mis en place des gouvernements représentatifs, la liberté de la presse, du commerce et de l’industrie. Des cantons démocratisent leurs constitutions en généralisant le droit de vote. Le veto qui prévoit de soumettre tout projet de constitution ou de loi fondamentale au référendum est introduit à Fribourg, Neuchâtel et Zoug. Seul le canton de Fribourg, qui a pourtant subi une révolution, a une constitution qui n’a pas été soumise au vote des citoyens4. Parallèlement, des révolutions cantonales soutenues par le parti démocratique luttent contre les inégalités persistantes. Le 6 décembre 1830, une émeute de paysans en Argovie renverse le gouvernement. Dans le canton de Neuchâtel placé sous l’autorité du roi de Prusse, mais qui a adhéré à la Suisse, les libéraux subissent les assauts de leurs adversaires. Le vigneron Alphonse Bourquin défend ses convictions républicaines par la force. Le 17 décembre 1831, il défie les autorités à la tête d’une bande de 300 hommes qui est rapidement mise en déroute par les troupes royalistes (fig. 2.).

Fig. 2. - L’arrivée de Bourquin et de ses alliés, 17 décembre 1831.

Fig. 2. - L’arrivée de Bourquin et de               ses alliés, 17 décembre 1831.

Cette caricature royaliste raille la tentative républicaine de soulèvement des 17 et 18 décembre 1831. Les troupes disparates, avec à leur tête Alphonse Bourquin (à cheval), sont regroupées autour d’un drapeau suisse devenu l’emblème favori des républicains. Le texte ironise sur ces pourfendeurs de l'Ancien Régime qui veulent délivrer les Neuchâtelois du Prince.

Lithographie coloriée anonyme (© Musée national suisse).

  • 5 Parti contre-révolutionnaire. Il est organisé par Chambrier lors de la con (...)

7De plus, le gouvernement conservateur de Neuchâtel et la ligue sarnienne5 complotent contre Berne jusqu’en août 1833. Dans le canton de Bâle, les campagnards réclament les armes à la main l’égalité des droits politiques. Les citoyens de la ville veulent, quant à eux, le maintien du régime municipal. L’armée intervient. Une séparation politique est envisagée. Elle est effective en 1833. Le territoire est découpé en Bâle-Ville et Bâle-Campagne (fig. 3).

Fig. 3 - La séparation du canton de Bâle.

Fig. 3 - La séparation du canton de               Bâle.

D’un côté (sur la gauche), Bâle-ville est représenté par un bourgeois qui ne récupère qu’une portion congrue face à un paysan de Bâle-campagne (sur la droite) qui se taille la part du lion. En règle générale, les campagnes suisses sont riches. L’aisance, l’ordre et la propreté y règnent. Caricature de 1833 d’un auteur inconnu, s’inspirant de James Gillray, Le Plumb-pudding en danger, 1805.

Domaine public

Le débat sur l’unité nationale

  • 6 Cercle politique qui influence le mouvement ouvrier suisse au xixe siècle. Le Grütli e (...)

8Partisans d’un État-nation, sept cantons (Zurich, Berne, Lucerne, Soleure, Saint-Gall, Argovie et Thurgovie) souhaitent appliquer leurs idées unitaires et signent un concordat en mars 1832. Des associations nationales voient le jour dans ce contexte, telles la Fédération sportive suisse de tir en 1824, la Société fédérale de gymnastique en 1832, l’Association du Grütli en 18386, la Société suisse d’histoire en 1841 et la Société fédérale de chant en 1842.

  • 7 J.-C. Favet, Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, p. 575.

9La Confédération, « îlot républicain au milieu d’États monarchiques »7, reste une terre d’asile. En 1833, 500 fugitifs polonais arrivent sur son sol. Cela occasionne des négociations entre Berne et les puissances européennes. La plupart de ces réfugiés se répandent en Savoie. Certains sont renvoyés. L’Autriche demande à la France d’agir contre la Suisse, un foyer de terroristes. Après l’attentat de Fieschi, Louis-Philippe est disposé à agir et le chancelier Metternich manœuvre avec machiavélisme. Louis Blanc écrit :

  • 8 L. Blanc, Histoire de dix ans : 1830-1840, vol. V, p. 73-74.

« Double triomphe pour le Cabinet autrichien, qui avait amené de la sorte le gouvernement de juillet, et à s’armer contre la liberté, et à détacher de lui, pour le pousser dans les bras de l’Allemagne un peuple dont il lui importait à un si haut degré de conserver les sympathies. »8

10La monarchie de Juillet redoute la Charbonnerie et l’association Jeune Europe. Cette dernière a été fondée à Berne ! Ces associations veulent fédérer les mouvements nationalistes européens d’émancipation (polonais, italiens, irlandais, grecs). Le 22 juin 1836, Berne demande à la France d’accueillir les réfugiés. L’ambassadeur de France en Suisse, le duc de Montebello, laisse entendre que ces migrants sont liés aux anarchistes français. Il somme la Suisse d’agir contre ces indésirables. En Europe, la note fait scandale. Lord Palmerston, ministre britannique des Affaires étrangères, se désolidarise de Louis-Philippe. Le journal français Le Bon Sens écrit :

  • 9 Ibid., p. 77.

« La Diète aurait pu rappeler à l’ambassadeur de Louis-Philippe, que son maître, frappé par les tempêtes révolutionnaires, avait été heureux, autrefois, de trouver un refuge et du pain dans ces tranquilles vallées, que les partis vaincus ou triomphants devraient respecter comme un sanctuaire protégé par la conscience du genre humain. »9

11La Suisse tient à son indépendance. À Reiden, des Confédérés se rassemblent. À Munzingen, une assemblée demande le renvoi du duc de Montebello. Le 7 août 1836, quelque 10 000 personnes protestent à Flawil dans le canton de Saint-Gall contre l’ingérence étrangère. La France ne se laisse pas impressionner. En 1838, elle mobilise ses troupes à la frontière helvétique et réclame l’expulsion de Louis-Napoléon Bonaparte, réfugié et citoyen de Thurgovie. La Diète envoie deux corps d’observation sur la frontière avec la France. Ne voulant pas être à l’origine d’une guerre, Louis-Napoléon se réfugie en Angleterre.

Les causes et les prémices de la guerre civile

Le radicalisme contre le jésuitisme

12La question des Jésuites attise les controverses. Rétablie en 1814 par le pape Pie VII, la Compagnie de Jésus alimente les thèses complotistes. Elle a la réputation d’aspirer à la domination, d’être malfaisante, immorale et de soutenir le pouvoir absolu. Les Jésuites sont considérés comme une menace pour la paix confessionnelle en Suisse (fig. 4).

Fig. 4. - Les nouvelles conditions de l’école.

Fig. 4. - Les nouvelles conditions de               l’école.

En 1798, la République helvétique adopte une constitution qui institue le droit à l’instruction (article 7). Le ministre Stapfer élabore un Plan d’éducation. Les conseils d’instruction publique mis en place dans chaque canton subsistent après 1815. En 1830, les attributions scolaires de l’État cantonal sont renforcées. « Le maître d’école Seigneur est un grand homme. Où le prêtre lui-même peut encore apprendre. »

Caricature de David Hess (1770-1843).

13Les gouvernements libéraux instaurent l’école publique obligatoire, créent des écoles normales et fondent des universités à Zurich en 1833 et à Berne en 1834. Leurs mesures anticléricales heurtent des protestants et des catholiques. Les paysans soutenus par des pasteurs organisent un défilé pour inciter le gouvernement libéral de Zurich à céder la place aux conservateurs. Le professeur Strauss, qui occupe la chaire de dogmatique à l’université de Zurich, s’attaque à l’Église. Lorsque Zeller de Tubingen, réfugié allemand, soutien de Strauss, se rend à Berne, le journal protestant L’Observateur de Berne annonce ainsi cette visite :

  • 10 J. Crétineau-Joly, Histoire du Sonderbund, vol. II, p. 142.

« L’antéchrist est descendu à l’hôtel des Tisserands. Le prince des ténèbres voyage incognito, comme les grands personnages ont coutume de le faire. »10

  • 11 Encyclopédie des gens du monde, p. 507.

14Une pétition est lancée contre Strauss. Elle recueille 39 225 signatures11. Le catholicisme est identiquement ancré et rythme la vie de nombreux Suisses. Dans le canton de Schwitz, l’abbé Schmidt s’occupe des pauvres. À Einsiedeln, les bénédictins publient une gazette et tiennent un collège de 80 élèves. Charles Louis de Haller dénonce l’influence de la franc-maçonnerie. Le Club de l’Ours fondé par Niggeler et Stämpfli joue un rôle dans la révolution. Dans un mémoire de 1842, il est écrit :

  • 12 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suis (...)

« Le parti radical qui s’arroge le nom de parti libéral, en profanant ce mot est aussi despotique que le Stabilisme le plus inepte, intolérant, et condamne sans pitié tout ce qui l’incommode : élections, assemblées populaires, libertés démocratiques et garanties tutélaires des petits cantons contre les grands. »12

15Des tensions surgissent entre les cantons ruraux conservateurs et les cantons du Plateau suisse, industrialisés, à la population croissante et prospère.

Des situations conflictuelles

16La Suisse est instable. Les conservateurs défendent la souveraineté des cantons et les prérogatives de l’Église. Les libéraux et les radicaux sont partisans d’un pouvoir central fort, d’une économie ouverte, de l’égalité des droits, du suffrage universel et de la liberté de la presse. Entre 1833 et 1840, le malaise s’amplifie. Le Haut et le Bas Valais ne s’accordent pas sur le système politique, ni sur le pouvoir à donner à l’État fédéral. L’idée d’une démocratie plus égalitaire fait néanmoins son chemin, même parmi les conservateurs. La Diète accepte la représentation proportionnelle en 1839, mais le vote est contesté par les députés du Haut-Valais. Cette crise débouche sur une guerre civile. Le Haut-Valais est vaincu aux combats près d’Evolène et de Bramois. Il doit reconnaître le gouvernement libéral en avril 1840. Après leur défaite, les troupes du Haut-Valais se retournent contre leurs chefs. À la recherche de l’un d’eux, Maurice de Courten, les soldats pénètrent dans sa maison à Sierre. Ils n’y trouvent que son frère, Pierre. Bien qu’il n’ait pas participé au conflit, il est assassiné.

17Le pays ne reste pas uni. En 1843, les conservateurs prennent le dessus. Même les dizains d’Entremont et de Saint-Maurice votent pour eux. Cela provoque la colère des radicaux qui créent le Comité de Martigny pour la défense de la cause libérale. Les deux camps marchent sur Sion, les armes à la main. Les conservateurs repoussent les radicaux jusqu’au pont du Trient à Vernayaz où ils sont pris en embuscade. Le Bas-Valais capitule.

  • 13 Ibid.

18Dans le canton d’Argovie, une votation a lieu à propos d’une nouvelle constitution cantonale en 1841. Les protestants votent majoritairement pour, les catholiques contre. Le résultat est sans appel : 16 050 pour, 11 48413 contre, mais il met le feu aux poudres. Les ordres monastiques sont accusés d’avoir fomenté l’insurrection. Le gouvernement argovien fait fermer les couvents dont l’autonomie est pourtant garantie par le pacte fédéral de 1815. L’article 12 protège les ordres religieux. En réaction, à Lucerne où les conservateurs sont au pouvoir, on rappelle les Jésuites et on leur confie les écoles cantonales en 1844. Les progressistes s’indignent, car cela permettrait une trop forte influence du pape sur le canton. Les convictions et les passions sont vives dans les deux camps. Les Jésuites sont accusés de compromettre la sécurité du pays. Les adversaires des catholiques veulent se venger. Le 8 décembre 1844, une centaine de radicaux lucernois tentent de renverser le gouvernement cantonal, mais ils sont facilement défaits par la troupe (fig. 5).

Fig. 5. - Keller enrôlé dans les corps francs.

Fig. 5. - Keller enrôlé dans les               corps francs.

Le radical Gottfried Keller, romancier et poète suisse de langue allemande, qui combat contre le Sonderbund est ici représenté en tambour.

Caricature de Johannes Ruff 1845.

La formation du Sonderbund

19L’avocat bernois Ulrich Ochsenbein, une figure du radicalisme suisse, constitue un corps franc de 3 500 volontaires à la tête duquel il franchit la frontière lucernoise dans la nuit du 30 au 31 mars 1845. Des raids sont menés contre les conservateurs. Le général Ludwig von Sonnenberg défend Lucerne. Un combat a lieu près de Buttisholz le lendemain entre 5 h 30 et 6 h 30 du matin. Les troupes cantonales résistent et les francs-tireurs trop indisciplinés doivent battre en retraite. La gazette Le confédéré consigne :

  • 14 Anonyme, Campagne des corps francs à Lucerne en mars et avril 1845, p. 114.

« C’est une preuve incontestable de l’adresse extrême des tireurs des cantons primitifs, que la plupart des morts ont été blessés par-devant et que les coups, tous géométriquement réguliers, portent soit dans la poitrine, soit à la tête ! »14

20Les rapports des témoins et des gazettes de Lucerne relèvent la rareté des massacres :

  • 15 Ibid.

« Un seul soldat de Zoug s’est vanté d’avoir exterminé trois malheureux qui, mourants de fatigue s’étaient endormis. »15

21Mais il est clair que les prisonniers sont maltraités et insultés :

  • 16 Ibid.

« Infâme, charogne, traître, parjure, tu as prêté la main à ceux qui voulaient nous enlever notre religion ! qu’avec plaisir nous allons te brûler la cervelle, te hacher en saucisses, elles seront bonnes car tu es bien nourri ! »16

22Les tensions religieuses et politiques ravagent la Suisse. Durant la nuit du 19 au 20 juillet 1845, Joseph Leu, le chef des catholiques lucernois, est assassiné à son domicile à Ebersol. Le 11 décembre 1845, suite aux suppressions des couvents du canton d’Argovie que la Diète ne parvient pas à rétablir et surtout pour parer aux attaques des corps francs dirigées contre Lucerne, sept cantons conservateurs à majorité catholique (Uri, Schwytz, Unterwald, Lucerne, Zoug, Fribourg et le Valais) s’unissent dans une coalition appelée Sonderbund. Cette alliance veut défendre les intérêts particuliers et les traditions contre la centralisation du pouvoir. Le Sonderbund refuse de faire exécuter le décret de la Diète fédérale expulsant les ordres religieux.

  • 17 J.-L.-B. Leresche, Diète, Jésuites et Sonderbund : récit des événements, p. 24.

23Douze cantons et deux demi-cantons progressistes sont majoritaires dans la Diète fédérale. Radicaux, ils prônent un pouvoir central plus fort, le triomphe des libertés, le suffrage universel et un marché unifié avec l’abolition des droits de douane cantonaux et la création d’une monnaie commune. Deux cantons restent neutres : Appenzell et Neufchâtel. Le parti conservateur protestant se rallie au Sonderbund. La Gazette fédérale de Zurich, la Gazette de Bâle, la Gazette populaire de Berne, le Fédéral de Genève, le Courrier Suisse et l’Indépendant de Lausanne sont aussi actifs à défendre la cause du Sonderbund que la Gazette de la Suisse catholique de Lucerne, la Feuille populaire de Schwytz, l’Union de Fribourg ou la Gazette du Simplon17.

24Les casus belli se multiplient. Les 7 et 8 octobre 1846 éclate la révolution de Genève. Elle est provoquée par le refus des autorités locales de voter à la Diète fédérale la dissolution du Sonderbund. Parti du quartier ouvrier de Saint-Gervais, le soulèvement renverse le gouvernement conservateur et porte au pouvoir les radicaux conduits par James Fazy. Les combats violents font 17 morts et plus de 50 blessés. Au contraire, les conservateurs de Zurich célèbrent l’échec d’une révolution qui a éclaté à Fribourg en janvier 1847 par un feu de joie sur l’Albis et ceux de Lausanne organisent un grand banquet (fig. 6).

Fig. 6. - La défense du quartier Saint-Gervais, 7 octobre 1846.

Fig. 6. - La défense du quartier               Saint-Gervais, 7 octobre 1846.

Lors de la révolution de Genève, les émeutiers déferlent depuis le quartier Saint-Gervais. Sur les ponts de l’île et sur la place de Bel-Air, les troupes gouvernementales fuient. Lithographie d’époque dont l’auteur est inconnu.

© BGE, centre d’iconographie genevoise.

La guerre du Sonderbund (novembre 1847)

L’intervention de l’armée fédérale

  • 18 J. Crétineau-Joly, ibid., p. 283.
  • 19 P. du Bois, La guerre du Sonderbund. La Suisse de 1847, p. 118.

25Le Sonderbund défend les cantons catholiques contre les attaques des corps francs. Le 20 juillet 1847, la Diète fédérale vote la dissolution du Sonderbund, l’expulsion des Jésuites et la révision de la constitution. Ulrich Ochsenbein qui la préside agit en véritable tranche-montagne18. Le rapport de force est inégal : du côté fédéral, près de 100 000 hommes et 172 canons, du côté du Sonderbund, 30 000 miliciens réguliers, 50 000 hommes du Landsturm et 74 canons19. La disproportion est accentuée par l’absence de commandement unifié dans l’alliance, la discontinuité géographique des cantons, la médiocrité des communications, l’insuffisance de l’équipement, de l’instruction et de l’armement. La Landwehr sert de réserve. Garde territoriale, son armement est tellement hétéroclite que certains hommes sont équipés de masses d’armes à pointes : les Morgensterne.

  • 20 J.-L.-B. Leresche, ibid., p. 220.

26Le Valais reste fidèle au Sonderbund. S’opposant aux troupes fédérales, le général Guillaume de Kalbermatten est à la tête de 5 000 hommes qu’il place sur la rive gauche du Rhône, de Saint-Maurice à Saint-Gingolph et installe ses batteries sur le plateau de Vérossaz. Pour faire croire qu’ils sont plus nombreux, les Sonderbundiens valaisans envoient à la Porte-du-Scex une demi-compagnie qui arrive en tapant vigoureusement sur son unique tambour. L’écho de la montagne amplifie le bruit de cette caisse, laissant supposer la présence de forces considérables20.

27En face, comme les autres États confédérés, le canton de Vaud mobilise ses troupes. Terreau du radicalisme, il envoie le double de l’effectif demandé par la Diète fédérale. Le colonel Louis Rilliet de Constant fait occuper la rive droite du fleuve. Lorsque les hostilités éclatent le 4 novembre 1847, troupes fédérales et valaisannes se trouvent à proximité les unes des autres. Les Valaisans établissent des fortifications. De l’autre côté, on construit des ponts de fortune et on établit des signaux à Lavey, à Bex, à Vers-Chiez, à Roche. La vigilance est accrue. Engagé comme fourrier, le poète radical François Oyex Delafontaine écrit :

  • 21 F. Oyex Delafontaine, Souvenirs des bords du Rhône en 1847-1848, p. 25.

« Tout prit un aspect guerrier dans la vallée du Rhône : le qui-vive ! des sentinelles faisaient fuir la martre sur les bords du fleuve et bondir le chamois sur les pentes des Diablerets, car nos braves montagnards gardaient cet important passage. »21

  • 22 Ibid., p. 32-33.
  • 23 Ibid., p. 47.

28Des aventures rocambolesques ont lieu comme celle du voltigeur vaudois Nogaret qui lors d’un cantonnement décide de faire une randonnée alpestre sentimentalo-bachique. Aviné, il s’égare sur les pentes abruptes et rocailleuses. Surpris par la nuit, attiré par la lumière, il se jette dans le Rhône et atteint la rive opposée. Des miliciens valaisans le prennent alors pour un redoutable espion et le mettent en joue22. Des patrouilles dotées de crampons sont envoyées au pied de la Dent de Morcles, où les frimas ont glacé le sol. La mission consiste à observer les Valaisans qui imitent les « marmottes » et établissent « des tanières pour se protéger du froid »23.

  • 24 O. Reverdin, Guillaume-Henri Dufour dans son temps, 1787-1875, p. 47.
  • 25 J. J. Leuthy, Récit des derniers événements survenus en Suisse, p. 150.
  • 26 G.-H. Dufour, Campagne du Sonderbund et événements de 1856, p. 120.

29Le Sonderbund commence les hostilités sur le Saint Gothard le 3 novembre 1847, par l’envoi d’un détachement de 400 Uranais appuyés par 4 canons pour s’emparer de l’hospice du fameux col. Le général Dufour, fervent protestant au demeurant24, prépare l’armée fédérale et complète ses effectifs avec des réservistes. Il ordonne à la 6e division du colonel Giacomo Luvini-Perseghini de concentrer une petite brigade dans le secteur d’Airolo afin d’empêcher une progression ennemie le long de la vallée du Tessin. Il tente d’asphyxier les cantons du Sonderbund en contrôlant leurs voies de communication. Il fait arrêter le moindre suspect. Ce blocus inquiète, notamment les cantons de Zug et de Schwyz qui s’approvisionnent habituellement sur le marché de Zurich. Le prix des denrées augmente dans ces zones rebelles, tandis qu’il baisse dans les autres25. Les routes sont entravées par des arbres qui ont été abattus et par de larges fossés. Le pont de Sins est coupé. Des fougasses et des mines sont préparées dans les défilés, au niveau des ponts de Gislikon et de l’Emme26. Des signaux d’alarme sont établis sur les montagnes pour appeler les citoyens aux armes et les rassembler rapidement. Le général Dufour (fig. 7) divise ses forces. Il ne redoute pas les embuscades si propices pourtant en terrain montagneux. Il écrit :

  • 27 Ibid., p. 125.

« D’ailleurs les diverses colonnes pouvaient communiquer entre elles par les chemins de traverse, et elles étaient assez fortes pour défendre, même isolément, les vallées dans lesquelles elles cheminaient, contre toute attaque inopinée. Enfin, la rivière, qui couvrait les défenseurs et faisait leur principale force, les empêchait aussi de déboucher ailleurs que par les ponts de l’Emme et de Giliskon, contre lesquels étaient dirigées de fortes colonnes et une nombreuse artillerie. »27

Fig. 7. - Le général Guillaume Henri Dufour (1787-1875) pendant la guerre du Sonderbund par Karl Friedrich Irminger.

Fig. 7. - Le général Guillaume Henri               Dufour (1787-1875) pendant la guerre du Sonderbund par Karl               Friedrich Irminger.

À la tête de l’armée fédérale suisse, il écrase la révolte conservatrice du Sonderbund. Nommé le 21 octobre 1847, généralissime de l’armée confédérée, est l’un des officiers les plus expérimentés de Suisse, mais aussi un brillant stratège. Il a rédigé des ouvrages parmi lesquels on trouve De la fortification permanente (1822) et surtout un Cours de tactique publié en 1840 dans lequel il préconise la recherche rapide de résultats décisifs.

Domaine public

Les attaques contre Fribourg, Lucerne et le Valais

30Le général Dufour porte son effort principal contre le canton de Fribourg, puis il projette de se retourner contre Lucerne, centre de gravité du Sonderbund, avant d’attaquer le Valais. Isolés, les Fribourgeois sont dans une position délicate malgré l’élan de leur foi. Les médailles saintes distribuées par les curés ne compensent pas le manque de forces et d’armes. L’échec de l’expédition de 5 000 fusils et de 12 pièces d’artillerie depuis la France en octobre 1847 prive Fribourg de renforts attendus. Le 13 novembre 1847, Fribourg est assiégé. Trois redoutes ont été construites pour interdire l’accès de la ville à l’armée fédérale. Dans celle de Bertigny, un canon fribourgeois tire sur les artilleurs ennemis qui s’apprêtaient à ouvrir le feu. Edmond Tissot, un jeune lieutenant d’artillerie, se rappelle :

  • 28 Archives cantonales vaudoises, Edmond Tissot, Souvenirs d’un vétéran de Mo (...)

 « Un boulet passe à côté de moi et frappe, avec un bruit sourd, trois hommes de l’une des pièces. L’un le reçut dans le ventre et fut tué net ; les deux autres eurent un bras emporté. L’un d’eux, le brave Savary, de Payerne, poussait des cris lamentables. Je courus à lui en lui disant : “Taisez-vous, vous mettez le désordre dans la batterie ! – Mais me dit-il, je suis blessé. – Je le vois et je vous plains, mais vous ne souffrez pas, faites-vous conduire à l’ambulance.” »28

31Fribourg tombe le 14 novembre 1847. Quelques jours plus tard, le canton de Zoug se rend. L’objectif suivant est Lucerne. Pendant ce temps, les forces du Sonderbund commandées par l’aristocrate grison protestant Johan Ulrich von Salis-Soglio tentent de pénétrer dans le Freinamt, une enclave catholique sise en territoire argovien. Malgré le succès d’une colonne qui met en fuite deux compagnies bernoises, les autres unités du Sonderbund échouent dans leur traversée de la rivière Reuss. Les bataillons du Sonderbund sont repérés avant de pouvoir franchir le pont de bateaux de Lunnern.

32Le général Dufour fait précéder son entrée dans le canton de Lucerne par une adresse aux populations afin de les rassurer et les invite à se soumettre. Il procède ensuite à des attaques simultanées. Le 23 novembre 1847, les hauteurs de Gislikon sont visées. Le combat commence au village de Honau. L’artillerie occupe les positions élevées et fait un feu nourri. Une batterie zurichoise manœuvre pour surplomber à son tour l’ennemi et gagne du terrain. Néanmoins, les troupes assaillantes ne parviennent pas à s’emparer des retranchements élevés près du pont de Gislikon. Sur les hauteurs de la ville, à l’abri de l’assaillant, sont positionnés les carabiniers d’Unterwalden. Le Landsturm se cache dans les bois, aux alentours. Les forces fédérales s’emparent presque de la ville lorsque depuis les fortifications une charge de cavalerie est lancée pour briser l’assaut. L’artillerie bernoise, le bataillon Benz et le capitaine Steinmann arrivent en renfort et les troupes du Sonderbund sont contraintes de fuir. On lit dans Le Censeur, journal de Lyon du vendredi 3 décembre 1847 :

  • 29 Le Censeur, journal de Lyon, 3 décembre 1847.

« Les troupes se sont battues, nous assure-t-on, comme on s’est battu dans les glorieuses campagnes du Consulat et de l’Empire. »29

33À Meierskappel, les troupes de la Diète sont également victorieuses, après une défense acharnée de celles du Sonderbund. Dans la vallée lucernoise de l’Entlebuch, les forces bernoises d’Ochsenbein se livrent à des exactions. Pillages et incendies ravagent la région. À Lucerne, des désordres sèment la pagaille dans la ville. Les maisons des chefs sonderbundiens Siegwart-Müller et Elgger sont saccagées. Les forces fédérales s’emparent de Fribourg, occupent Lucerne et le Valais. L’armée séparatiste catholique manque d’effectifs et ne peut pas résister (fig. 8 et 9).

Fig. 8. - La bataille de Meierskappel, 23 novembre 1847.

Fig. 8. - La bataille de               Meierskappel, 23 novembre 1847.

À Meierskappel, les troupes fédérales combattent les forces du Sonderbund (en majorité des Schwytzois) le 23 novembre 1847. Au fond, on voit le sommet de Rigi. Cette lithographie réalisée par Heinrich Jenny met en évidence un officier sur son cheval blanc, le commandant de division Dominik Gmür, prenant une pose napoléonienne. À gauche, au premier plan, des soins sont apportés à un blessé. Portraitiste itinérant, Jenny a vécu diverses phases de la guerre et a réalisé plusieurs séries d’images après 1847, publiées chez Studer à Winterthour, qui donnent le point de vue des vainqueurs.

© Bibliothèque nationale suisse.

Fig. 9. - La guerre du Sonderbund, (1847).

Fig. 9. - La guerre du Sonderbund,               (1847).

Le 20 juillet 1847, la Diète suisse vote la dissolution de la ligue du Sonderbund. Il s’ensuit une guerre éclair menée par l’armée fédérale. La ville de Fribourg est assiégée et se rend le 14 novembre 1847. Le général Dufour se tourne ensuite vers Lucerne qui tombe le 24 novembre. Enfin, le Valais capitule le 1er décembre.

Réalisation carte : Jérôme Louis et Jean Pierre Bleyer ©.

L’internationalisation du conflit

34La situation dans la Confédération helvétique inquiète les puissances européennes. Bien que Mme Adélaïde, la sœur de Louis-Philippe, s’oppose à aider des Jésuites en Suisse, Guizot soutient les cantons catholiques :

  • 30 F. Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, vol. VIII, p. 517.

« Notre politique reposait sur la double idée qu’en droit la cause du Sonderbund était bonne et qu’en fait sa résistance serait forte et longue. »30

  • 31 J. Crétineau-Joly, ibid., p. 233.
  • 32 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suisse, 64-65. No (...)
  • 33 J. Gotthelf, Sämtliche Werke, vol. VII, p. 86. Lettre de Jérémias Gotthelf à Rudolf Hag (...)
  • 34 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suisse, 64-65. (...)

35L’historien Jacques Crétineau-Joly mentionne que la France veut faire respecter l’indépendance de la Suisse et maintenir « ce rocher de glaces et de braves gens »31. Des espions sont envoyés par la France et agissent ouvertement32. L’ambassadeur de France aurait menacé la Suisse d’une intervention de 60 000 hommes33. Les documents du ministère des Affaires étrangères attestent des tentatives de livraison d’armes en Suisse depuis la France34. Le gouvernement agit d’autant plus que les radicaux suisses entretiennent des liens avec les républicains français. Cette union grandit durant la période des banquets en France, temps fort de l’opposition à Louis-Philippe (fig. 10).

Fig. 10. - « À chacun ses œuvres, ils sont marqués aux fronds (sic) du sceau de l’infamie ».

Fig. 10. - « À chacun ses œuvres, ils               sont marqués aux fronds (sic) du sceau de l’infamie ».

Louis-Philippe, Guizot et Duchâtel sont sur une estrade, attachés à des poteaux surmontés chacun d’un arrêté de la cour du peuple les condamnant pour un vol de 300 millions. Louis-Philippe a posé devant lui, renversé pour former sébile, son chapeau que décore un large ruban : « un petit million s’il vous plaît. » Autour de la place se presse la foule avec des pancartes qui dénoncent la politique vénale de la monarchie de Juillet. Il convient de remarquer celle où il est écrit : « Reçu 3 000 fusils pour le Sonderbund. Signé Bazile ».

Caricature de Ricaud. Lithographie, Paris, chez Lallemand, 45 rue de la Harpe, février 1848.

36L’Autriche songe à intervenir avec la France. Un rapprochement est souhaité par Louis-Philippe :

  • 35 O. d’Haussonville, « Rapports de la France avec la Confédération helvétique. Affaires d (...)

« Les instructions remises à M. de Bois-le-Comte, nommé à Berne vers la fin de décembre 1846 pour y remplir le poste d’ambassadeur de France, lui signalaient, dans la rivalité qui avait régné habituellement entre les agents français et autrichiens, une des causes les plus évidentes du succès des radicaux suisses. »35

37Le président du Conseil Guizot défend l’idée d’une action commune des puissances. Il a le soutien de l’Autriche, de la Prusse et de la Russie. Constantin Siegwart-Müller contacte Metternich dans l’espoir de l’impliquer aux côtés des sécessionnistes suisses. Les Britanniques, au contraire, soutiennent le Radicalisme, ce qui empêche toute intervention. Palmerston envoie le fils de Robert Peel en Suisse pour complimenter Ochsenbein, l’ancien chef des corps francs. Une partie de la presse française est également un des leviers du mouvement radical en Suisse. Les historiens Jules Michelet et Edgar Quinet se réjouissent de la victoire du général Dufour. Dans une lettre qu’ils cosignent en décembre 1847, il est écrit :

  • 36 J. Remak, A very civil war, The Swiss Sonderbund War of 1847, p. 176.

« Vous avez consolé la France. Pères, ancêtres et maîtres de la liberté républicaine, du gouvernement de l’avenir, continuez d’en donner au monde la véritable tradition. »36

38Le quotidien suisse, la Berner Zeitung ironise sur les offres de médiation venues de l’étranger :

  • 37 Berner Zeitung, 9 décembre 1847.

« Désormais complètement dissous, le Sonderbund n’existe plus que dans le cerveau des diplomates qui ont attisé durant des années la rébellion en Suisse et qui aimeraient maintenant jouer les intermédiaires et s’activer en faveur de la paix. »37

39Les forces progressistes ont les coudées franches depuis la Révolution de février 1848 en France qui a écarté du pouvoir Guizot et les projets d’une action militaire favorable au Sonderbund. Pour le poète allemand Ferdinand Freiligrath, le Sonderbund annonce le Printemps des peuples. Il écrit :

  • 38 J. Remak, ibid., p. 176.

« Dans les hautes montagnes eut lieu le premier tir. Maintenant, nous attendons. Mais je suis certain qu’il y aura un nouveau souffle de liberté. »38

 

40La fête d’Unspunnen, qui existe depuis le xiiisiècle, a pour but de réconcilier les villes et les campagnes. Celle qui a eu lieu en 1808 a été abandonnée pendant un siècle. Fausse oasis de concordance et de modération, la Suisse doit surmonter ses divisions. Napoléon Ier affirmait :

  • 39 Revue des Deux Mondes, Chronique de la quinzaine, 30 juin 1847, p. 186.

« On ne me persuadera pas que les montagnards descendants de Guillaume Tell peuvent être gouvernés comme les riches habitants de Berne ou de Zurich. »39

  • 40 P. du Bois, ibid., p. 156.
  • 41 Émile de Laveleye, « L’économie rurale de la Suisse », Revue des deux Mondes, 15 avril (...)

41Cet aphorisme renforce l’idée que le conflit du Sonderbund est à la fois une guerre de religion, un premier Kulturkampf, une guerre de sécession et une guerre civile. Brillant tacticien et stratège, le général Dufour met un terme aux contestations conservatrices au cours d’une guerre éclair. Le bilan est le suivant : 25 jours de campagne, 60 morts et 386 blessés côté confédérés ; 26 morts et 140 blessés côté sonderbundien40. Évalués à 6 millions de livres suisses, l’équivalent de 9 millions de francs français de l’époque, les frais occasionnés à l’armée fédérale par la guerre sont mis à la charge des sept cantons vaincus et des deux cantons neutres par la Diète. La victoire radicale transforme en profondeur la Confédération en un État fédéral. La Suisse adopte une nouvelle constitution le 12 septembre 1848. Le pouvoir central articule les intérêts des cantons qui restent autonomes, mais privés de leur totale souveraineté. La Suisse se modernise. Les chemins de fer s’étendent. L’économiste française Laveleye évoque « les merveilleux progrès qui ont fait de cette contrée alpestre le pays le plus industriel du monde »41.

Bibliographie

Andrey Georges, L’Histoire de la Suisse pour les nuls, Paris, Herissey, 2007, réédité en 2011 en deux volumes.

Andrey Georges, « La Suisse d’Ancien Régime face à la grande Révolution », dans Lebrun François, Dupuy Roger (dir.), Les résistances à la révolution, Paris, Imago, 1987.

Anonyme, Campagne des corps francs à Lucerne en mars et avril 1845, Berne, Jenni, 1845.

Bedouelle Guy, Walter François, Histoire religieuse de la Suisse, La présence des catholiques, Paris, Cerf, 2000.

Bessler Hans, La France et la Suisse, de 1848 à 1852, Éditions V. Attinger, 1930.

Blanc Louis, Histoire de dix ans : 1830-1840, Paris, Pagnerre, 1842-1844, (5 vol.).

Bouquet Jean-Jacques, Histoire de la Suisse, P.U.F., 2013.

Cherbuliez Antoine Élisée, De la démocratie en Suisse, Paris, Cherbuliez, 1843, (2 vol.).

Corbin Alain, Mayeur Jean-Marie (dir.), La barricade, Publications de la Sorbonne, 1997.

Crétineau-Joly Jacques, Histoire du Sonderbund, Paris, Plon, 1850, (2 vol.).

Czouz-Tornare André-Jacques, Colloque, Talleyrand, prince de la médiation, communication du 29 mai 2010.

Du Bois Pierre, La Guerre du Sonderbund. La Suisse de 1847, Alvik Editions, 2003.

Dufour Guillaume-Henri, Campagne du Sonderbund et événements de 1856, Genève, Fick, 1876.

Favet Jean-Claude, Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, Lausanne, Payot, 1986.

Gotthelf Jérémias, Sämtliche Werke, Zurich, E. Rentsch, 1921.

Guinand Ulysse, Fragmens neuchatelois ou essai historique, Lausanne, Ducloux, 1833.

Guizot François, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Michel Lévy, 1867, volume VIII.

Helbling Hanno, Histoire suisse, Genève, Droz, 1964.

Leresche Jean-Louis-Benjamin, Diète, Jésuites et Sonderbund, récit des événements qui ont amené l’expulsion des Jésuites et la chute du Sonderbund en novembre 1847, Lausanne, Imprimerie Pache-Simmen, 1848.

Leuthy Johann Jakob, Récit des derniers événements survenus en Suisse, Berne, Fischer, 1848.

Oyex Delafontaine François, Souvenirs des bords du Rhône en 1847-1848, Payerne, veuve Dirlam et Duboux, 1848.

Rappard William E., L’individu et l’État dans l’évolution constitutionnelle de la Suisse, Zurich, éditions polygraphiques, 1936.

Remak Joachim, A very civil war: the Swiss Sonderbund War of 1847, Boulder, San Francisco, Oxford, Westview Press, 1993.

Reverdin Olivier, La Guerre du Sonderbund vue par le général Dufour, Genève, Slatkine, 1997.

Reverdin Olivier, Guillaume-Henri Dufour dans son temps, 1787-1875, actes du colloque Dufour, Genève, Société d’histoire et d’archéologie, 1991.

Rilliet Louis, Novembre et décembre 1847. Fribourg, Valais et la première division, Berne, Zurich, chez C. Staempfli, chez Fred. Schulthess, 1848.

Rivaz Anne Joseph de, Mémoires historiques sur le Valais 1798-1834, Lausanne, Payot, 1961, (3 vol.).

Streit Pierre, Histoire militaire suisse, Gollion, Infolio éditions, 2006.

Veillard Louis, Histoire de la Suisse jusqu’à la fin de l’année 1838, Genève, Jullien, 1846.

Walter François, Histoire de la Suisse, Neuchâtel, Alphil, 2010-2011, tomes III et IV.

Weaver Ralph, Three Weeks in November, a military history of the Swiss civil War of 1847, Warwick, Helion & Company, 2012.

Zimmermann Rudolph, traduit par Richon Charles, Abrégé de l’histoire de la Suisse, Lausanne, Pache-Simmen, 1850.

Notes

1 A-J. Czouz-Tornare, Colloque, Talleyrand, prince de la médiation, communication du 29 mai 2010.

2 W. E. Rappard, L’individu et l’État dans l’évolution constitutionnelle de la Suisse, p. 224.

3 A-J. de Rivaz (1751-1836), Mémoires historiques sur le Valais (1798-1834).

4 A. É. Cherbuliez, De la démocratie en Suisse, vol. I, p. 78.

5 Parti contre-révolutionnaire. Il est organisé par Chambrier lors de la conférence de Sarnen.

6 Cercle politique qui influence le mouvement ouvrier suisse au xixe siècle. Le Grütli est une prairie au bord du lac des Quatre Cantons. C’est le lieu où les premiers Confédérés se sont réunis lors de leur conjuration contre les baillis autrichiens pour y prêter serment selon un récit légendaire en 1307.

7 J.-C. Favet, Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, p. 575.

8 L. Blanc, Histoire de dix ans : 1830-1840, vol. V, p. 73-74.

9 Ibid., p. 77.

10 J. Crétineau-Joly, Histoire du Sonderbund, vol. II, p. 142.

11 Encyclopédie des gens du monde, p. 507.

12 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suisse 64.

13 Ibid.

14 Anonyme, Campagne des corps francs à Lucerne en mars et avril 1845, p. 114.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 J.-L.-B. Leresche, Diète, Jésuites et Sonderbund : récit des événements, p. 24.

18 J. Crétineau-Joly, ibid., p. 283.

19 P. du Bois, La guerre du Sonderbund. La Suisse de 1847, p. 118.

20 J.-L.-B. Leresche, ibid., p. 220.

21 F. Oyex Delafontaine, Souvenirs des bords du Rhône en 1847-1848, p. 25.

22 Ibid., p. 32-33.

23 Ibid., p. 47.

24 O. Reverdin, Guillaume-Henri Dufour dans son temps, 1787-1875, p. 47.

25 J. J. Leuthy, Récit des derniers événements survenus en Suisse, p. 150.

26 G.-H. Dufour, Campagne du Sonderbund et événements de 1856, p. 120.

27 Ibid., p. 125.

28 Archives cantonales vaudoises, Edmond Tissot, Souvenirs d’un vétéran de Moudon sur la guerre du Sonderbund en 1847.

29 Le Censeur, journal de Lyon, 3 décembre 1847.

30 F. Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, vol. VIII, p. 517.

31 J. Crétineau-Joly, ibid., p. 233.

32 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suisse, 64-65. Note établissant que les diverses missions données par M. de Bois le Comte, ambassadeur de France à Berne, à MM. de Massignac, Hamon, de la Fenestre, étaient données et accomplies très ouvertement, et n’avaient nullement un caractère occulte.

33 J. Gotthelf, Sämtliche Werke, vol. VII, p. 86. Lettre de Jérémias Gotthelf à Rudolf Hagenbach, 4 octobre 1847.

34 Archives du Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Suisse, 64-65. Dépêches télégraphiques du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, Besançon, octobre 1847.

35 O. d’Haussonville, « Rapports de la France avec la Confédération helvétique. Affaires de Suisse jusqu’à la Révolution de février », Revue des Deux Mondes, 15 février 1850, p. 470. 

36 J. Remak, A very civil war, The Swiss Sonderbund War of 1847, p. 176.

37 Berner Zeitung, 9 décembre 1847.

38 J. Remak, ibid., p. 176.

39 Revue des Deux Mondes, Chronique de la quinzaine, 30 juin 1847, p. 186.

40 P. du Bois, ibid., p. 156.

41 Émile de Laveleye, « L’économie rurale de la Suisse », Revue des deux Mondes, 15 avril 1863, p. 855.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Caricature du Guckkasten, 24 juillet 1847.
Légende Le journal satirique estime qu’il faut nettoyer la Suisse. Les araignées représentent des cantons conservateurs dont les fils sont agités par les puissances étrangères. Le personnage légendaire de Guillaume Tell, ressemblant ici aussi à un lansquenet, reste la figure invoquée pour défendre l’indépendance de la Suisse.
Crédits D’après Pierre du Bois, La Guerre du Sonderbund. La Suisse de 1847. © Bibliothèque nationale suisse, Berne.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. - L’arrivée de Bourquin et de ses alliés, 17 décembre 1831.
Légende Cette caricature royaliste raille la tentative républicaine de soulèvement des 17 et 18 décembre 1831. Les troupes disparates, avec à leur tête Alphonse Bourquin (à cheval), sont regroupées autour d’un drapeau suisse devenu l’emblème favori des républicains. Le texte ironise sur ces pourfendeurs de l'Ancien Régime qui veulent délivrer les Neuchâtelois du Prince.
Crédits Lithographie coloriée anonyme (© Musée national suisse).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 - La séparation du canton de Bâle.
Légende D’un côté (sur la gauche), Bâle-ville est représenté par un bourgeois qui ne récupère qu’une portion congrue face à un paysan de Bâle-campagne (sur la droite) qui se taille la part du lion. En règle générale, les campagnes suisses sont riches. L’aisance, l’ordre et la propreté y règnent. Caricature de 1833 d’un auteur inconnu, s’inspirant de James Gillray, Le Plumb-pudding en danger, 1805.
Crédits Domaine public
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Titre Fig. 4. - Les nouvelles conditions de l’école.
Légende En 1798, la République helvétique adopte une constitution qui institue le droit à l’instruction (article 7). Le ministre Stapfer élabore un Plan d’éducation. Les conseils d’instruction publique mis en place dans chaque canton subsistent après 1815. En 1830, les attributions scolaires de l’État cantonal sont renforcées. « Le maître d’école Seigneur est un grand homme. Où le prêtre lui-même peut encore apprendre. »
Crédits Caricature de David Hess (1770-1843).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5. - Keller enrôlé dans les corps francs.
Légende Le radical Gottfried Keller, romancier et poète suisse de langue allemande, qui combat contre le Sonderbund est ici représenté en tambour.
Crédits Caricature de Johannes Ruff 1845.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6. - La défense du quartier Saint-Gervais, 7 octobre 1846.
Légende Lors de la révolution de Genève, les émeutiers déferlent depuis le quartier Saint-Gervais. Sur les ponts de l’île et sur la place de Bel-Air, les troupes gouvernementales fuient. Lithographie d’époque dont l’auteur est inconnu.
Crédits © BGE, centre d’iconographie genevoise.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Fig. 7. - Le général Guillaume Henri Dufour (1787-1875) pendant la guerre du Sonderbund par Karl Friedrich Irminger.
Légende À la tête de l’armée fédérale suisse, il écrase la révolte conservatrice du Sonderbund. Nommé le 21 octobre 1847, généralissime de l’armée confédérée, est l’un des officiers les plus expérimentés de Suisse, mais aussi un brillant stratège. Il a rédigé des ouvrages parmi lesquels on trouve De la fortification permanente (1822) et surtout un Cours de tactique publié en 1840 dans lequel il préconise la recherche rapide de résultats décisifs.
Crédits Domaine public
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 8. - La bataille de Meierskappel, 23 novembre 1847.
Légende À Meierskappel, les troupes fédérales combattent les forces du Sonderbund (en majorité des Schwytzois) le 23 novembre 1847. Au fond, on voit le sommet de Rigi. Cette lithographie réalisée par Heinrich Jenny met en évidence un officier sur son cheval blanc, le commandant de division Dominik Gmür, prenant une pose napoléonienne. À gauche, au premier plan, des soins sont apportés à un blessé. Portraitiste itinérant, Jenny a vécu diverses phases de la guerre et a réalisé plusieurs séries d’images après 1847, publiées chez Studer à Winterthour, qui donnent le point de vue des vainqueurs.
Crédits © Bibliothèque nationale suisse.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9. - La guerre du Sonderbund, (1847).
Légende Le 20 juillet 1847, la Diète suisse vote la dissolution de la ligue du Sonderbund. Il s’ensuit une guerre éclair menée par l’armée fédérale. La ville de Fribourg est assiégée et se rend le 14 novembre 1847. Le général Dufour se tourne ensuite vers Lucerne qui tombe le 24 novembre. Enfin, le Valais capitule le 1er décembre.
Crédits Réalisation carte : Jérôme Louis et Jean Pierre Bleyer ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 10. - « À chacun ses œuvres, ils sont marqués aux fronds (sic) du sceau de l’infamie ».
Légende Louis-Philippe, Guizot et Duchâtel sont sur une estrade, attachés à des poteaux surmontés chacun d’un arrêté de la cour du peuple les condamnant pour un vol de 300 millions. Louis-Philippe a posé devant lui, renversé pour former sébile, son chapeau que décore un large ruban : « un petit million s’il vous plaît. » Autour de la place se presse la foule avec des pancartes qui dénoncent la politique vénale de la monarchie de Juillet. Il convient de remarquer celle où il est écrit : « Reçu 3 000 fusils pour le Sonderbund. Signé Bazile ».
Crédits Caricature de Ricaud. Lithographie, Paris, chez Lallemand, 45 rue de la Harpe, février 1848.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5955/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 595k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search