Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

Modane : une communauté alpine fourrier des armées européennes à l’époque moderne

Julien Alerini

Résumé

François Ier aurait qualifié le duc de Savoie de « mauvais portier qui a lasché ses clefs aux Suisses ». Les souverains savoyards conservent à l’époque moderne cette image de gardiens de cols alpins, permettant de faire passer ou non les armées européennes vers l’Italie. C’est pourtant sur les communautés alpines que reposait la responsabilité matérielle du logement, des vivres et du transport de ces armées. L’espace alpin offre un terrain d’analyse particulier de la relation des troupes aux communautés qui les hébergent. Le choix des routes et donc des communautés d’étape est très largement conditionné par la nature même du milieu montagnard qui limite le nombre de routes possibles. Ces communautés ne peuvent quasiment pas espérer échapper au logement de la soldatesque. C’est en même temps un espace où la culture politique communale est encore très vivace à l’époque moderne. Les communautés alpines ne font donc pas que subir les troupes, elles s’organisent pour les recevoir ou négocier les passages militaires avec les souverains. Cet article propose d’étudier l’impact des déplacements militaires sur la communauté de Modane, prise comme témoin de la logistique savoyarde. Elle entend analyser sur le temps long le rapport de la communauté à ces passages militaires et ses constantes adaptations à leurs intensifications, et ainsi évaluer l’impact de la fonction géostratégique de la Maison de Savoie sur le communalisme alpin.

Texte intégral

1Le petit bourg de Modane situé à 1 050 m d’altitude, au cœur de la Maurienne, a vu passer les armées européennes franchissant les Alpes. Cette communauté a été le témoin et l’acteur des déplacements militaires des guerres d’Italie aux guerres du roi Soleil. Outre cette situation de témoin-acteur, l’intérêt d’étudier Modane réside dans la conservation de ses archives municipales d’Ancien Régime. Pour une raison encore inexpliquée, elles sont conservées à la Bibliothèque Municipale de Grenoble. Elles sont organisées en 15 volumes dont la classification n’est pas celle des archives françaises, mais ressemble à celle des États savoyards. Les documents courent de 1487 à 1820. Sur ces 15 volumes, 6 concernent les logements et les passages militaires. Nous avons recensé 112 documents concernant les passages de troupes aux xvie-xviie siècles (tabl. 1).

Document Quantité
attestation 6
compte 27
contrerôle 13
ordres 20
Procès-Verbaux 27
requête 19

Tabl. 1. - Nature des documents concernant les étapes.

© Bibliothèque municipale de Grenoble.

2L’essentiel de cette documentation relève de la comptabilité locale et de procédures judiciaires, elle émane pour l’essentiel des syndics de la communauté ou de l’étape (fig. 1).

Fig. 1. - Domaines traités par la documentation.

Fig. 1. - Domaines traités par la           documentation.

© Bibliothèque municipale de Grenoble.

3Ces documents ne couvrent pas l’ensemble des passages militaires. Les modalités de leur conservation demeurent inconnues, mais nous pouvons émettre l’hypothèse qu’ont été conservés les documents relatifs à des difficultés de gestion de l’étape, qui ont entraîné des procédures judiciaires. Cette documentation nous renseigne pour l’essentiel sur les dysfonctionnements des étapes, et nous permet une approche de type micro-historique pour comprendre les déplacements militaires en milieu alpin lors de la première modernité. Dès lors se pose la question de la place d’une communauté de montagne dans les déplacements militaires et de son adaptation aux passages des soldats. L’analyse s’attachera d’abord à l’élaboration de l’étape comme administration du logement et des vivres militaires, elle abordera ensuite la spécificité montagnarde, pour enfin comprendre l’épuisement et la résilience de la communauté.

  • 1 A. Gros, Histoire de la Maurienne.
  • 2 Ph. Demario, Seigneurie, féodalité et noblesse en Maurienne du xie au xviiie siècle, p. 44.

4Il a fallu du temps pour que se mette en place une infrastructure du logement et des vivres. L’étape militaire savoyarde s’est en partie développée en s’appuyant sur le système des communautés. La structure des étapes de la province de la Maurienne est relativement simple, elle comprend quatre étapes : Aiguebelle, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane et Lanslebourg. Ces étapes reprennent les grands ensembles communaux et seigneuriaux de la fin du Moyen Âge1, notamment les mestralies (regroupement de paroisses administrées par un représentant du seigneur) des xiiie et xive siècles2. Chaque étape est un assemblage de paroisses qui contribue, en fonction de la taille ou des feux, aux dépenses de l’étape. Notons toutefois que cette dernière ne se signale pas par une homogénéité territoriale : la discontinuité est probablement due à la répartition des communautés d’alpage. L’étape de Modane se caractérise aussi par son étirement spatial sur plus de la moitié de la longueur de la vallée (fig. 2).

Fig. 2. - Carte des étapes de la Maurienne.

Fig. 2. - Carte des étapes de la           Maurienne.

Réalisation : J. Alerini ©.

  • 3 A. Gros, op. cit., p. 29-30.
  • 4 F.-C. de Mareschal de Luciane, « États généraux de Savoie tenus à Chambéry le 19 mai 1546 » (...)

5Modane est un petit centre urbain sur un axe routier international. Les étapes de la Maurienne se mettent en place lors de l’occupation française (1536-1559), notamment pour soulager les populations locales qui souffrent de ce que les soldats ne payent rien lors de leurs passages3. Aux États généraux de Savoie en 1546, les délégués demandent que la charge des étapes soit répartie à raison du nombre de feux4. Le rôle de la monarchie française dans cette administration se fait encore sentir à la fin du xvie siècle. En 1586, les syndics de Monteymont et de Montvarnier font appel de la sentence du juge-mage de Maurienne datant du 15 octobre 1585 et affirmant qu’ils ne contribuent pas à l’étape de Modane ; ils contestent le règlement de l’étape qui date du gouverneur Maugiron en 1555, et qui a été établi sous la souveraineté du roi de France :

  • 5 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII. Arrêt du juge-mage de Maurienne du 15 mars (...)

« Et pour faire apparoir que par cydevant lesdicts appellants sont contribuables avec les inthimes et leur ont preste ayde pour raison de l’estappe employent l’establissement et reiglement quen a este faict du temps que le roy de France detenoit ce pays en date du quinziesme jour du moys de mars 1555 signe de La Roche. Lequel reiglement seroit este faict par feu monsieur de mogeron lors gouverneur par lequel reiglement entre aultres parroisses lesdicts appellants sont expressement nommes et charges de contribuer avec ledicts appelles pour raison desdictes estappe munition et vivres des soldats et gendarmerie. »5

  • 6 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326 vol. VIII, appel des syndics de Monteymont.

6Cependant, il existe déjà un contrat entre les communautés en 1534 qui prouve l’existence d’une pratique collective du logement des troupes avant l’occupation française. Le système français des étapes est repris par les Savoyards après le traité du Cateau-Cambrésis (1559). En 1564, le gouverneur de la Savoie confirme le règlement de Maugiron lors du passage du duc d’Albe pour les Flandres6.

  • 7 A. Truchet, « Notes sur l’occupation de la Maurienne par les rois François Ier et H (...)
  • 8 N. Carrier et F. Mouthon, Paysans des Alpes. Les communautés montagnardes au Moyen (...)
  • 9 Ibid., p.  299‑306.
  • 10 M. H. Gelting, « La communauté rurale, rouage de l’administration fiscale : l’exemp (...)

7Si l’organisation des étapes comme circonscriptions administratives est attestée dès les guerres d’Italie7, l’étape est aussi un système fédéral qui renvoie aux structures communautaires de la gestion des alpages issues du Moyen Âge8. La communauté est une notion distincte de celle de la paroisse : une communauté est à plusieurs étages et peut regrouper plusieurs paroisses et lieux d’habitat9. Les « sindics des paroisses », selon l’expression observée, gèrent collectivement l’étape, qui fonctionne donc comme une communauté de paroisses. La communauté d’habitants bénéficie d’une expérience fiscale ancienne. Depuis le xive siècle, elle sert de structure administrative pour les prélèvements fiscaux ; les syndics sont aussi des relais administratifs de l’autorité princière10. Dernier point de cette dimension communautaire, l’assemblée des chefs de famille délibère :

  • 11 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX, procès-verbal du 11 août 1602.

« Au sortyr des vespres pres les amistiers de l'eglise paroissialle d'Amodane lieu accoustume s'assembler pour choses publiques suyvant la deliberation de la communaute dudit lieu. »11

  • 12 G. Parker, The Army of Flandres and the Spanish Road 1567-1659. The Logistics of Spanish Vi (...)

8Nous observons donc une prise en charge collective des déplacements militaires, la logistique n’appartient pas qu’aux officiers et administrateurs militaires. Ainsi, l’étape savoyarde est la conjonction d’une tradition communautaire alpine et d’institutions ducales (mestralie et châtellenie). À partir de 1559, le pouvoir central prend le pas sur la communauté. L’expérience du chemin espagnol (1567-1620) est déterminante. Le souverain intervient directement pour fixer le cadre des déplacements espagnols en Savoie12, puis il élabore progressivement une réglementation précise des déplacements et des logements de troupes.

  • 13 F.-A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi cioè editti, manifesti, ecc., pubb (...)

9Charles-Emmanuel Ier institue en 1590 la décime, impôt en nature sur la production de blé spécifiquement destiné à nourrir les troupes, puis il crée le général de l’étape en 1607 en réponse aux désordres occasionnés par les passages militaires de la guerre de 1588-160113. Un personnel administratif dédié à la logistique (trésorier des étapes, commissaires d’étape et munitionnaires) se développe. Ce personnel ne se ne substitue que partiellement aux communautés, et nous constatons que les munitionnaires et les commissaires sont souvent les syndics de communautés.

  • 14 Ibid., vol. XXI, p. 561, édit de la duchesse régente du 23 novembre 1591. L’ordre d (...)

10La communauté ne reçoit les soldats que sur l’ordre du général des étapes ou du gouverneur de Savoie, en l’absence duquel elle n’est pas tenue d’héberger et de nourrir la troupe. En théorie, le gouverneur prévient du passage militaire quinze jours à l’avance pour laisser le temps de préparer les rations et les fournitures14, mais dans la pratique, les délais sont souvent plus courts, comme l’ordre du 25 mai 1637 :

  • 15 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, ordre du commissaire de l’étape du 25 mai 16 (...)

« Aux syndics de chaque communauté de fere apportez au présent lieu d'Amodane touttes les denrées quelles se troubverons tires par le présent repartement dicy à vendredy prochain. »15

11Les commissaires préparent aussi les ustensiles du logement (lits, couvertures, bois, chandelles), des habitats et des rations. Ce travail ne va pas sans difficultés :

  • 16 Supplique des syndics de l’étape de Modane aux auditeurs de la Chambre des comptes du 31 ja (...)

« Disantz qu'au passage des gens de guerre, lesdicts scindics sont toujours ocupés a la distribution des munitions de l'estappe le plus souvant à se transporter hords le lieu pour faire fournir des vivres, estanc aussy le secretaire d'estappe a este bien souvant seul pour faire la visite dez distribution par les logis, et pour se transporter avec messieurs les commissaires dans les logis ou il y a du bruit, avec risque que la visite reste a fere. »16

  • 17 Édit de la duchesse régente du 23 novembre 1591, Ibid., vol. XXI, p. 561.
  • 18 J. Nicolas et R. Nicolas, La vie quotidienne en Savoie aux xviie et xviiie siècles, p. 197.

12La ration militaire ressemble à la nourriture paysanne à base de pain, mais elle en diffère en raison de la présence de viande. La composition de la ration est réglementée et elle évolue peu dans le temps. Globalement, le fantassin et le cavalier léger reçoivent quotidiennement deux livres de pain, une livre de chair ou l’équivalent de fromage les jours maigres, une pinte de vin auxquels s’ajoutent l’avoine et le foin pour les chevaux. Le beurre (à la place de l’huile comme en Piémont) et les œufs sont aussi vendus aux soldats, mais ils font partie des ustensiles avec les chandelles, le bois, le lit, les couvertures et le nécessaire pour cuisiner17. Les apports nutritionnels sont importants. La consommation quotidienne des milieux populaires savoyards est estimée entre 1,2 et 2 kg de pain (1640 à 4 760 kcal.)18, celle des soldats oscille selon les règlements entre 3 091 et 4 000 kcal.

  • 19 B. Gachet, La gabelle du sel de 1561: une source remarquable pour lhistoire démographique (...)

13C’est l’habitant qui reçoit le soldat, et les documents emploient le terme « hostes », signifiant bien que les soldats sont reçus par les communiers. Le recensement de 1561 de la communauté de Modane dénombre 902 habitants répartis en 230 feux, et 962 habitants en 1630 à la veille de la peste qui décime la moitié de la population19. La taille de l’habitat nous renseigne sur les capacités de logement des troupes. En 1561, la population de l’ensemble de l’étape est estimée à 12 700 habitants répartis en 3 052 feux. Les logements sont théoriquement suffisants pour accueillir des armées de grande taille. Une maison inoccupée ne peut pas servir de logement aux soldats, la présence de l’hôte est indispensable. Fuir son habitation est alors un moyen pour les populations locales d’échapper au logement des militaires, ce qui complique naturellement la tâche des commissaires de l’étape, comme lors du passage de Catinat en 1692 :

  • 20 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX. L’ordre du 7 décembre 1616 interdisait aux habitants (...)

« En sorte que ceux qui restoient étant par ce moyen encor plus chargés, ils se pourveurent par differentes requettes aux generaux de France, entre autres de Monsieur de Bonval, et desöuailles pour obliger les Communautés de la susditte Mestrallye de Modane, comme les plus apportées, de venir occuper les maisons vuides et deshabittes dudict Bourg de Modane par des meubles et autres ustancilles et loger leur contingent insy et comme cella se pratiquoit à d'autres endroits comme à La Chambre et St Michel […] »20

  • 21 B. Demotz (dir.), 1000 ans d’histoire de la Savoie. II. La Maurienne, op. cit., p.  (...)

14Modane est une paroisse plus petite et moins riche que sa voisine Saint-André, située sur la route royale et disposant de plusieurs hôtelleries, où loge la cour quand elle passe par la Maurienne, comme Christine de France le 1er avril 1639 qui passe la nuit à « La croix blanche »21. Ces auberges servent régulièrement au logement des soldats, ce qui évite ainsi aux particuliers de les recevoir.

15L’ensemble des obligations de la communauté suscite des charges financières croissantes en même temps que la taille des armées augmente, et par ricochet ces charges avivent les tensions entre les contribuables de l’étape. Nous observons que 28 des 112 documents de Modane concernent des conflits entre les syndics de Modane et d’autres paroisses de l’étape (fig. 3).

Fig. 3. - Documents relatifs aux conflits intercommunaux.

Fig. 3. - Documents relatifs aux conflits           intercommunaux.

© Bibl. mun. Grenoble–MS–4326.

  • 22 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326, vol. VIII.

16Ces conflits inter-communaux paraissent être spécifiques de la seconde moitié du xvie siècle, période au cours de laquelle l’administration de la logistique s’élabore. L’absence d’une réglementation globale des étapes est propice à la chicanerie. Les procédures concernent souvent les communautés de Monteymont (qui n’est plus dans l’étape en 1615) et Montvernier (cette dernière paye moins de taille que sa population dans l’étape et n’est pas un lieu de logement puisqu’elle est excentrée de Modane). Les différents portent sur les charges de l’étape : Modane supporte l’essentiel des logements et les paroisses les plus éloignées refusent de participer à leur financement, ne se sentant pas concernées par le logement et la distribution de vivres à des soldats qui ne sont jamais chez elles22. Les liens de solidarité entre communautés s’effritent avec les étapes à payer (dans 15 cas, le conflit porte sur la répartition des charges et dans 7 cas sur l’absence de participation aux dépenses). Ces tensions disparaissent au tournant des xvie et xviie siècle avec la réforme des étapes et la création du général des étapes pour administrer et juger, associée à la péréquation de la taille et des dépenses. Nous observons un système communautaire en proie à de fortes tensions internes, provoquées par l’administration ducale des étapes. La fiscalisation du processus met à mal les solidarités communautaires. L’institution de la communauté comme système de gestion du bien commun se délite au xvie siècle et elle peut perdurer non pas par l’entente des communiers, mais grâce à l’intervention de la justice ducale. Le pouvoir ducal se substitue au pouvoir communal.

  • 23 E. Iung, « Service des vivres et munitionnaires sous l’Ancien Régime », p. 269‑306, (...)

17La spécificité alpine de l’étape de Modane réside avant tout dans ce système de communautés qui est propre à l’espace alpin. Autrement, le système des étapes ressemble à quelques particularités près à ce que l’on peut observer en milieu non montagnard, comme en France par exemple23. Pourtant, la contrainte de l’espace alpin et montagnard apparaît dans les sources et elle façonne le déplacement des armées et la relation entre soldats et civils.

  • 24 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, supplique des habitants de Modane, début xviie sièc (...)

18Les Alpes ne constituent pas un obstacle topographique important pour les armées qui les traversent sans difficulté, puisqu’il suffit de ne franchir qu’un seul col entre l’Italie et la France. C’est moins la question du col que l’encaissement de la vallée de la Maurienne qui pose problème. La vallée est très étroite, ce qui limite les rotations de logement entre paroisses de l’étape. Les communautés de l’étape sont alignées et il est difficile de loger les troupes ailleurs qu’en fond de vallée. Cet encaissement interdit les itinéraires alternatifs au sein de la vallée, ou alors avec un coût de temps trop élevé pour les chefs militaires. L’encaissement de la vallée conduit donc à ce que la plus grande part de la population soit exposée à la présence des soldats24.

  • 25 B. Kroener, Les Routes et les étapes. Die Versorgung der französischen Armeen in Nordostfra (...)
  • 26 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII, contrerolle de la poudre pour le Piémont, 1650.
  • 27 M.-A. de Lavis-Trafford, « La montagne du Cenis. Profil de l’ancien chemin muletier par le (...)
  • 28 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle: Lyon et ses marchands, en (...)
  • 29 L. Carlen, Kaspar Jodok von Stockalper. Großunternehmer im 17. Jahrhundert, 1991.

19Par ailleurs, la pente est une contrainte pour le transport. Entre Saint-Jean-de-Maurienne et Modane, ce sont 500 mètres de dénivelé, et encore 500 entre Modane et Lanslebourg. Cela fatigue les hommes lors de la montée vers le Mont-Cenis. Le transport des pondéreux ne peut pas se faire par voie fluviale, contrairement à logistique française dans les Flandres par exemple25. La pente et l’escarpement de la route imposent l’usage de la mule. Ainsi, en 1650, le transport de la poudre pour le Piémont nécessite 200 mulets26. Ce mode est spécifique de la montagne27. Il existe une spécialisation du roulage sur la route Lyon-Gênes : les muletiers savoyards et génois assurent les convois marchands, mais l’entreprise conserve un caractère artisanal28. C’est une faiblesse du système savoyard, à la différence du Valais et du Simplon avec Kaspar Jodock von Stockalper, il n’existe pas de grands entrepreneurs de voitures qui facilitent le transport des marchandises et des bagages militaires29. Les voitures sont donc assemblées étape par étape en réunissant les muletiers locaux. Ce système conduit à une rupture de la voiture à chaque étape, et les difficultés à réunir suffisamment de mules et de muletiers lorsque les grandes voitures sont nombreuses. La procédure administrative et comptable s’en trouve compliquée. Les déplacements militaires jouissent donc de l’expérience locale du trafic marchand, mais la structure économique des voitures n’aide pas à la fluidité du déplacement.

  • 30 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII, rôle de Villars.
  • 31 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, ordre de M. Buysson du 29 juin 1639.

20L’étroitesse de la vallée et la taille modeste des communautés rendent impossible de faire avancer une grande quantité de soldats ; cela saturerait l’espace habitable. Cette contrainte incite les chefs militaires à organiser un déplacement perlé des troupes. Le rôle des dépenses de Villars montre que le gros de l’armée du duc de Longueville se rendant en Piémont passe à partir du 7 juin 1639. Le rythme se fait à raison d’un régiment ou trois compagnies par jour30. Les retardataires et les soldats malades rejoignent le Piémont plus tard31. Si ce système facilite le logement et l’approvisionnement des troupes, il pose tout de même un risque, car les unités militaires étant disloquées ne sont pas prêtes au combat. Cette question était posée par le duc Emmanuel Philibert en 1565 lors du passage du duc d’Albe en Maurienne : la présence des Huguenots au sud de la Maurienne menaçait l’armée des Flandres et il fallait fortifier les cols pour prévenir une attaque.

  • 32 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. I. Sur la route en Savoie : L. Perrillat, « L’adm (...)

21Les communautés participaient à l’entretien des ponts et chemins de Savoie sous forme de corvée32. Le climat joue un rôle important : les déplacements militaires s’effectuent essentiellement en été. Neige et pluies torrentielles limitent les déplacements hivernaux et dégradent la route et les ponts (fig. 4).

Fig. 4. - Répartition mensuelle des effectifs militaires à Modane.

Fig. 4. - Répartition mensuelle des           effectifs militaires à Modane.

Sources : AD 73, SA 7372–7442.

  • 33 M. L. Sturani, « Inerzie e flessibiltà : organizzazione ed evoluzione della rete viairia sa (...)
  • 34 J. Martin-Franklin et L. Vaccarone, Notice historique sur l’ancienne route de Charles-Emman (...)

22La route n’est pas pensée par les souverains savoyards pour faire la guerre, mais pour son utilité commerciale33. Les travaux sont d’ailleurs plutôt effectués en période de paix, lorsque les finances ducales ne sont plus utilisées prioritairement pour la guerre. Il faut attendre 1667-1672 pour que d’importants travaux soient réalisés en Maurienne afin de permettre la circulation des charrettes sur la route du Mont-Cenis34.

  • 35 F. A. Della Chiesa, Relazione dello stato presente del Piemonte.
  • 36 F.-A. Duboin, Raccolta, op. cit., XI, p. 261. Édit du 12 août 1579.
  • 37 Arch. dép. Savoie, SA 6425.
  • 38 Arch. dép. Savoie, SA 7404.
  • 39 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, ordre du commissaire des étapes du 25 mai 16 (...)
  • 40 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, denrées de l’étape de 1788.

23Nourrir des troupes en montagne relève de la gageure. L’étape doit fournir le froment qui sera moulu puis panifié pour les soldats. Or, c’est une denrée rare en Maurienne : le Piémontais Della Chiesa décrit en 1635 cette province comme pauvre et stérile35. Peu de superficies planes pour la culture des céréales et un enneigement important limitent la production de blé. Cette province est régulièrement déficitaire en blé et les syndics doivent en acheter chez ses voisins. Dès la seconde moitié du xvie siècle, l’État constate la baisse des rendements agricoles36. En 1598, pour l’ensemble de la Maurienne, c’est 44 % du blé exigé par l’État qui n’est pas fourni37. La situation devient alarmante en période de disette et de famine, comme en juillet 1629 : le trésorier de la province doit faire venir 855 sacs de froment du Piémont pour assurer les vivres militaires, ce qui représente 170 000 rations et donc permet d’assurer la nourriture de 42 500 soldats38. La stérilité de la vallée contraint les responsables de l’étape à d’importants transferts de céréales pour que les magasins soient fournis39. L’administration des étapes s’adapte aussi au milieu, puisqu’au xviiie siècle la pomme de terre est présente dans les rations distribuées en Maurienne40.

  • 41 Publié dans E. Ricotti, Storia della monarchia piemontese, p. 291‑340.
  • 42 Sur les fromages alpins et leur description au xve siècle : N. Carrier et F. Mouthon, Paysans des A (...)
  • 43 I. Naso, Formaggi del Medioevo: la « Summa lacticiniorum » di Pantaleone da Confienza, p.  (...)
  • 44 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.
  • 45 P. de Conflentia, Panthaleonis, de Conflentia, Summa lacticiniorum incipit, op. cit., (...)
  • 46 I. Naso, Formaggi del Medioevo: la « Summa lacticiniorum » di Pantaleone da Confienza, op.(...)
  • 47 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326, vol. VII.
  • 48 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII.

24Niccolò Balbo dresse un tableau des États du duc de Savoie qui montre que les hautes vallées sont déficitaires en céréales, mais qu’elles vendent à leurs voisins fromages et bétails et leur achètent le blé41. La Maurienne est un pays d’élevage : le fromage et la chair sont attestés dans les rations42. La Maurienne et la Tarentaise produisent le « nomble », à base de lait de vache et ayant la forme d’un jambon, qui se consomme en hiver fondu sur une tartine de pain43. Le village de Saint-André (mestralie de Modane) est réputé pour un petit fromage de vache de forme ronde et aplatie que l’on peut associer au reblochon. Le rôle de la « liquidation des souffrances de l’estappe d’Amodane » de 1639 fait état de l’achat de fromages à Lanslebourg et Termignon, ce qui laisse à penser que ce sont des nombles44. Les fromages de Maurienne, de Tarentaise et de Bresse sont déjà réputés au xve siècle pour être nutritifs et faciles à digérer selon les médecins45. L’attrait des fromages s’explique également par les vertus hygiéniques et thérapeutiques que leur attribuent les médecins, ainsi que la mentalité populaire46. Dans ce pays d’élevage, l’approvisionnement en viande des troupes ne pose pas de difficultés particulières, contrairement au pain. La présence d’un grand cheptel n’implique pourtant pas que la distribution de la chair se fasse sans difficulté. En juin 1639, les commissaires de l’étape se plaignent d’avoir reçu de la viande avariée47. Les bœufs et les moutons sont abattus bien avant l’arrivée des troupes. Ce travail échoit au boucher, souvent commis à la distribution de la chair. Le procès-verbal du 1er janvier 1557 enregistre la protestation des syndics de Saint-Michel et de Pontamaffrey quant à leur participation aux frais de l’étape, et Jehan Voudan, boucher de Modane attend qu’on lui baille l’argent pour procéder aux fournitures pour le passage à venir du duc de Guise vers le Piémont48. La viande se prépare en amont des passages, mais nous ne savons pas sous quelle forme (faisandée, séchée, salaison, etc.). La présence de marmites dans les ustensiles nous amène à concevoir non pas une viande rôtie, mais cuisinée en ragoût.

25Dans l’ensemble, l’étape de Modane parvient globalement à assurer sa fonction d’hébergement et de délivrance des vivres. Cependant, la quasi continuité des conflits du xviie siècle contribue à épuiser cette communauté, moins par la violence des soldats que par l’effort croissant de les entretenir (fig. 5).

Fig. 5. - Profil chronologique des passages militaires à Modane.

Fig. 5. - Profil chronologique des           passages militaires à Modane.

Sources : AD 73, SA 6405–7558.

  • 49 Ch. Collstedt, « The Descents of Military Violence against Civilians : a history of (...)

26Les archives de Modane ne conservent que 14 documents traitant des foules des gens de guerre. Par foule, il faut aussi bien entendre les excès financiers dus aux soldats que les dégâts et violences commis. La foule est un topos politique et fiscal qui permet à la communauté d’obtenir des exemptions fiscales49. Ces documents relatant les foules des gens de guerre sont révélateurs non pas de la routine des passages militaires, mais au contraire d’événements exceptionnels qui ont fait l’objet de procédures de dédommagements. L’essentiel des passages se déroulent sans anicroches. L’analyse de ces cas nous amène à mieux cerner la violence militaire et la culture villageoise de la guerre.

  • 50 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, contrat du 10 décembre 1556.

27L’arrivée des soldats est perçue comme une promesse de violences. Le syndic Jacques Long contracte un emprunt pour prévenir les dommages qui pourraient être fait aux maisons par les soldats du duc de Guise50. Une requête des syndics de Modane du début du xviie siècle affirme que :

  • 51 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII.

« Cela oblige lors des passages chascung de continuer plustost chez soy pour la garde et surete de sa maison qui non par d'aller vacquer au laborage, a quelque trafic voiturage ou autre petite negotiation enquoy peut consister les petits proficts de la Maurienne. »51

28La peur du soldat prédateur entraîne une perturbation de la vie locale lors des passages. En même temps, ces témoignages relèvent d’une rhétorique : les passages militaires se déroulent essentiellement en été, époque à laquelle les troupeaux sont en estive, donc peu susceptibles d’être volés par les soldats, à moins que les auteurs fassent référence au petit bétail (cochons, volailles).

  • 52 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, ordre de l’évêque de Maurienne Philibert de Millet, (...)
  • 53 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX, supplique des syndics de Modane au juge mage de Mauri (...)

29Les violences rapportées nous apprennent beaucoup sur le déplacement militaire en montagne. Les troupes espagnoles se distinguent par la violence. L’étape est détruite lors du passage de 159152. Les Espagnols doivent acheter leurs rations et ustensiles, or ils sont très mal payés, ce qui les conduit à voler les habitants, comme en 1602-1603 pour compléter les ustensiles53. Les syndics relatent aussi des vols de fromages et de confitures commis par des cavaliers de l’escadron de Savoie :

  • 54 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, note des foules, 1656.

« Item le mattin avant leur despart la pluspart dedict cavaillers contraignent de mesmes leurs hostes à leur fournyr des fromages pour partyr avec eulx et en tel nombre que il y en a que ne les ayant peu porter avec eulx les ont vendu en chemin. »54

  • 55 J. Roth, The logistics of the Roman army at war (264 B.C.-A.D. 235), p. 34.

30Les fromages sont probablement des reblochons de Saint-André, petits et faciles à transporter. Au-delà de la simple prédation, nous voyons les soldats se préparer des rations de combat. Les fromages à pâte pressée étaient déjà employés dans l’armée romaine pour leur facilité de transport et leur apport nutritionnel55.

  • 56 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, note des foules, 1656.

« Item que la pluspart des cavaillers contraignent pas menasses et par effects leurs hostes a leur trouver la nuist avant que d'aller coucher des confitures. »56

31L’attrait pour les confitures peut s’expliquer par le fait que les rations ne sont pas vitaminées et que les soldats cherchent un complément. Ces cas de vols sont rares et laissent penser qu’habituellement les soldats achètent ces denrées aux paysans. Modane se situe à quatre jours de la zone de combat et l’escadron de Savoie est composé de vétérans qui savent que le ravitaillement ne sera pas aisé en zone de combat : ils s’y préparent.

  • 57 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.
  • 58 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V.

32La présence des soldats provoque également des désordres qui ne relèvent pas directement du pillage. Les montures de la cavalerie lourde jouissent d’un logement particulier pour les protéger des rigueurs climatiques et bénéficient de rations plus importantes. En 1639, l’armée du duc de Longueville a ainsi fauché plusieurs près pour nourrir les chevaux57. L’événement a lieu au mois de juin, juste avant les moissons, et il est important pour ces cavaliers lourds de bien nourrir leurs montures en ce début de campagne militaire. Les cavaliers utilisent aussi les étables, dont ils « ont rompu entièrement les crêches des vaches pour y mettre les grands chevaux »58. Cette présence militaire altère l’outil de production de la communauté, qui n’est pas apte à recevoir ce type de monture.

  • 59 Arch. dép. Savoie, SA 1093, no 67.
  • 60 Idem.
  • 61 R. Devos et B. Grosperrin, La Savoie de la Réforme à la Révolution Française, p. 138‑139 et (...)

33Plus que les déprédations occasionnées par les militaires, l’effort financier est le principal responsable de l’épuisement de la communauté. Les difficultés financières de Modane s’observent avec des redditions de comptes de plus en plus difficiles, comme en attestent les syndics eux-mêmes dans une lettre à la Chambre des comptes datant probablement de 1639 ou 1640, où ils demandent de n’« homologuer aulcung compte de paroisse sy ce n’est les comptes generaux d’estappe »59. Dans seize cas, la reddition des comptes est problématique : les syndics sont obligés de demander une homologation des comptes en dépit des restats et souffrances. Ils constatent que les paroisses sont dans l’incapacité de fournir les justificatifs et de clôturer leurs comptes. L’argument principal des syndics tient à l’endettement généré par les passages de troupes. Ils invoquent la pauvreté du pays qui réduit le crédit de la communauté : « il ny a personne qui veuille advancer aulcung argant attendu la notoyre pauvrete du pays »60, et qu’il devient difficile de trouver des syndics, dont la plupart « sont gents illettres », pour homologuer les comptes. Plus personne ne veut devenir syndic, car c’est être responsable sur ses biens propres61.

34En 1602, la communauté est contrainte d’emprunter plus de 5 900 florins (en 1615, la taille des communautés de l’étape s’élève à 4 132 florins) pour faire face aux dépenses de l’étape. Deux facteurs expliquent ce recours à l’emprunt : la pauvreté des contribuables et le poids croissant de l’entretien des troupes. C’est naturellement vers les notables locaux et les marchands que les syndics se tournent pour trouver l’argent nécessaire au passage des troupes. En 1638 :

  • 62 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII. Notons ici l’appellation « honnête » qui est (...)

« La communauté d'Amodane doibt a honnête Nicolas Martin habitant à Suze pour argent de prest la somme de cent pistolles d'Hispagne vallant deux mille florins pour oblige en troysiesme novembre 1630. »62

  • 63 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.

35Ainsi, huit ans après l’emprunt, la communauté est toujours dans l’impossibilité de rembourser les 2 000 florins. Incapables de rembourser cet emprunt, et devant financer l’étape pour l’année 1638, les syndics en viennent aussi à mettre à l’encan la levée des tailles pour les subsides de l’étape63. Ils afferment 17 quartiers de taille, soit plus de quatre années de recette fiscale.

 

36Si l’on considère l’ensemble des passages militaires des xvie et xviie siècles, l’étape de Modane remplit donc bien son rôle et cette institution contribue à la réussite logistique et opérationnelle des armées. Elle assure le logement et les vivres de manière quasi constante. Cette réussite est en grande partie imputable à la culture politique de ces communautés alpines, qui favorise une gestion collective des déplacements militaires. L’État piémonto-savoyard a su s’appuyer sur les communautés pour construire son appareil logistique, mettant à profit les pratiques de gestions collectives préexistantes. Au final, la contrainte du milieu montagnard paraît assez faible, les mouvements militaires sont certes limités à la vallée, mais la verticalité ne présente pas un obstacle majeur. De ce point de vue, la spécificité montagnarde réside moins dans la topographie des lieux que dans la culture politique alpine. En revanche, la pauvreté économique et le manque de céréales qui résultent de l’espace montagnard, contraignent la communauté de Modane à s’endetter. L’élevage et la production de fromages apportent certes des compléments nutritifs pour les troupes et un revenu complémentaire aux paysans, mais ils sont insuffisants pour compenser les dépenses de l’étape. Les années de conflits ont accru des déplacements d’armées de plus en plus nombreuses dans le temps, augmentant ainsi les charges de l’étape de Modane. Dans la deuxième moitié du xviie siècle, l’accumulation des dettes de la communauté devient un problème insoluble qui dissout rapidement l’idéal communal. La réussite opérationnelle de l’étape savoyarde a ainsi fortement contribué à la crise des communautés, moins du point de vue d’une prédation des militaires que de l’effort financier demandé.

Bibliographie

Alerini Julien, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2014, vol. 44, no 2, p. 119-137.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Biloghi Dominique, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998.

Carlen Louis, Kaspar Jodok von Stockalper. Großunternehmer im 17. Jahrhundert, Augsbourg, Universität Augsburg, 1991.

Carrier Nicolas et Mouthon Fabrice, Paysans des Alpes. Les communautés montagnardes au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Chaubet Daniel, « Le sérac : définition, remarques linguistiques et place dans la littérature alpestre (xive-xviiie siècles) », dans Palluel-Guillard André (dir.), Fromages de Savoie : le passé, le présent : actes du colloque de Beaufort-sur-Doron, 23 et 24 octobre 1993, Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1995, p. 27‑34.

Della Chiesa Francesco Agostino, Relazione dello stato presente del Piemonte, Turin, G. Zavatta e G. D. Gaiardo, 1635.

Collstedt Christopher, « The Descents of Military Violence against Civilians: a history of the present », Scandinavian Journal of History, 2014, vol. 39, no 2, p. 153‑169.

De Conflentia Panthaléon, Panthaleonis, de Conflentia, Summa lacticiniorum incipit, Turin, 1477.

Demario Philippe, Seigneurie, féodalité et noblesse en Maurienne du xie au xviiie siècle, Saint-Jean-de-Maurienne, Travaux de la SHAM, 2006.

Demotz Bernard (dir.), 1000 ans d’histoire de la Savoie. II. La Maurienne, Evian-les-Bains, Éditions Cleopas, 2008.

Devos Roger et Grosperrin Bernard, La Savoie de la Réforme à la Révolution Française, Rennes, Éditions Ouest France, 1986.

Duboin Felice-Amato, Raccolta per ordine di materie delle leggi cioè editti, manifesti, ecc., pubblicati negli stati della Real Casa di Savoia fino all’8 dicembre 1798, Turin, Baricco ed Arnaldi, 1818.

Gachet Bruno, « La gabelle du sel de 1561 : une source remarquable pour l’histoire démographique et socio-économique de la Savoie au xvie siècle », Université de Savoie, 2009.

Gascon Richard, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle : Lyon et ses marchands, environs de 1520-environs de 1580, Paris, Mouton, 1971.

Gelting Michael H., « La communauté rurale, rouage de l’administration fiscale : l’exemple de la Maurienne, xive-xve siècle », dans Varanini Gian Maria (dir.), Le Alpi medievali nello sviluppo delle regioni contermini, Naples, Liguori editore, 2004, p. 17‑34.

Gros Aldolphe, Histoire de la Maurienne, Chambéry, Imprimeries réunies, 1946.

Iung Éric, « Service des vivres et munitionnaires sous l’Ancien Régime », Bibliothèque de l’École des chartes, 1983, vol. 141, p. 269‑306.

Jouhaud Christian et al., Histoire Littérature Témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009.

Kroener Bernhard, Les Routes et les étapes. Die Versorgung der französischen Armeen in Nordostfrankreich (1635-1661). Ein Beitrag zur Verwaltungsgeschichte des Ancien Regime, Münster, Aschendorff, 1980.

De Lavis-Trafford Marc-Antoine, « La montagne du Cenis. Profil de l’ancien chemin muletier par le col du Grand Mont Cenis », Mémoires et documents de la Société Savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1954, LXXVII, p. 107‑122.

Lynn John, « Food, Funds, and Forteresses : Resources Mobilization and Positional Warfare in the Campaigns of Louis XIV », dans Lynn John (dir.), Feeding Mars. Logistics in Western Warfare from the Middle Ages to the Present, Boulder, Westview Press, 1993, p. 137‑166.

De Mareschal de Luciane F. C., « États généraux de Savoie tenus à Chambéry le 19 mai 1546 », Mémoires de l’Académie des Sciences, Belles-Lettre et Arts de Savoie, 1886, XI, p. 403‑431.

Martin-Franklin J. et Vaccarone Luigi, Notice historique sur l’ancienne route de Charles-Emmanuel II et les grottes des Échelles : avec pièces justificatives et documents, Chambéry, A. Perrin, 1887.

Naso Irma, Formaggi del Medioevo : la « Summa lacticiniorum » di Pantaleone da Confienza, Turin, Il Segnalibro, 1990.

Nicolas Jean, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, Maloine, 1978.

Nicolas Jean et Nicolas Renée, La vie quotidienne en Savoie aux xviie et xviiie siècles, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2005.

Parker Geoffrey, The Army of Flandres and the Spanish Road 1567-1659. The Logistics of Spanish Victory and Defeat in Low Countrie’s War, Cambridge, Cambridge university press, 1972.

Perrillat Laurent, « L’administration des ponts et chaussées en Savoie sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », dans Congrès des sociétés savantes de Savoie, Saint-Jean-de-Maurienne, 2004, Chambéry, 2005, p. 191‑219.

Ricotti Ercole, Storia della monarchia piemontese, Turin, Gaspare Barbera, 1861.

Roth Jonathan, The logistics of the Roman army at war (264 B.C.-A.D. 235), Leiden, Brill, 1999.

Sturani Maria Luisa, « Inerzie e flessibiltà : organizzazione ed evoluzione della rete viairia sabauda nei territori di qua dai monti (1563-1796). I presupposti strutturali (sec. XVI-XVII) », Bolettino Storico Bibliografico Subalpino, 1990, LXXXVIII, p. 455‑512.

Symcox Geoffrey, Victor-Amédée II. L’absolutisme dans l’État savoyard : 1675-1730, Saint-Julien-en-Genevois, La Salévienne, 2008.

Szulman Éric, La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 2014.

Tracq Francis, « Histoires de fromages en Haute-Maurienne », dans Palluel-Guillard André (dir.), Fromages de Savoie : le passé, le présent :actes du colloque de Beaufort-sur-Doron, 23 et 24 octobre 1993, Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1995, p. 89‑99.

Truchet Abbé, « Notes sur l’occupation de la Maurienne par les rois François Ier et Henri II (1536-1559) », Travaux de la société d’histoire et d’archéologie de la province de Maurienne, 1896, I, p. 73‑81.

White Lorraine, « The Experience of Spain’s Early Modern Soldiers : Combat, Welfare and Violence », War in History, 2002, vol. 9, p. 1‑38.

Notes

1 A. Gros, Histoire de la Maurienne.

2 Ph. Demario, Seigneurie, féodalité et noblesse en Maurienne du xie au xviiie siècle, p. 44.

3 A. Gros, op. cit., p. 29-30.

4 F.-C. de Mareschal de Luciane, « États généraux de Savoie tenus à Chambéry le 19 mai 1546 », p. 403‑431.

5 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII. Arrêt du juge-mage de Maurienne du 15 mars 1586.

6 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326 vol. VIII, appel des syndics de Monteymont.

7 A. Truchet, « Notes sur l’occupation de la Maurienne par les rois François Ier et Henri II (1536-1559) », p. 73‑81.

8 N. Carrier et F. Mouthon, Paysans des Alpes. Les communautés montagnardes au Moyen Âge, p. 213‑242.

9 Ibid., p.  299‑306.

10 M. H. Gelting, « La communauté rurale, rouage de l’administration fiscale : l’exemple de la Maurienne, xive-xve siècle », p. 17‑34.

11 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX, procès-verbal du 11 août 1602.

12 G. Parker, The Army of Flandres and the Spanish Road 1567-1659. The Logistics of Spanish Victory and Defeat in Low Countrie’s War.

13 F.-A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi cioè editti, manifesti, ecc., pubblicati negli stati della Real Casa di Savoia fino all’8 dicembre 1798, p. 553.

14 Ibid., vol. XXI, p. 561, édit de la duchesse régente du 23 novembre 1591. L’ordre du 1er septembre 1605 stipule que la communauté ne peut recevoir une troupe que sur ordre signé par le duc ou le commissaire général des étapes (Ibid., vol. XXI, p. 565.).

15 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, ordre du commissaire de l’étape du 25 mai 1637.

16 Supplique des syndics de l’étape de Modane aux auditeurs de la Chambre des comptes du 31 janvier 1657, Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.

17 Édit de la duchesse régente du 23 novembre 1591, Ibid., vol. XXI, p. 561.

18 J. Nicolas et R. Nicolas, La vie quotidienne en Savoie aux xviie et xviiie siècles, p. 197.

19 B. Gachet, La gabelle du sel de 1561: une source remarquable pour lhistoire démographique et socio-économique de la Savoie au xviiie siècle ; B. Demotz (dir.), 1000 ans d’histoire de la Savoie. II. La Maurienne.

20 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX. L’ordre du 7 décembre 1616 interdisait aux habitants de quitter leurs foyers avant l’arrivée des soldats, F.-A. Duboin, Raccolta, op. cit., vol. XXVII, p. 878.

21 B. Demotz (dir.), 1000 ans d’histoire de la Savoie. II. La Maurienne, op. cit., p.  474.

22 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326, vol. VIII.

23 E. Iung, « Service des vivres et munitionnaires sous l’Ancien Régime », p. 269‑306, D. Biloghi, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, J. Lynn, « Food, Funds, and Forteresses : Resources Mobilization and Positional Warfare in the Campaigns of Louis XIV », p. 137‑166.

24 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, supplique des habitants de Modane, début xviie siècle.

25 B. Kroener, Les Routes et les étapes. Die Versorgung der französischen Armeen in Nordostfrankreich (1635-1661). Ein Beitrag zur Verwaltungsgeschichte des Ancien Regime, op. cit. ; E. Szulman, La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique.

26 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII, contrerolle de la poudre pour le Piémont, 1650.

27 M.-A. de Lavis-Trafford, « La montagne du Cenis. Profil de l’ancien chemin muletier par le col du Grand Mont Cenis », Mémoires et documents de la Société Savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1954, LXXVII, p. 107‑122.

28 R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle: Lyon et ses marchands, environs de 1520-environs de 1580, p. 174‑177.

29 L. Carlen, Kaspar Jodok von Stockalper. Großunternehmer im 17. Jahrhundert, 1991.

30 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII, rôle de Villars.

31 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, ordre de M. Buysson du 29 juin 1639.

32 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. I. Sur la route en Savoie : L. Perrillat, « L’administration des ponts et chaussées en Savoie sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », p. 191‑219.

33 M. L. Sturani, « Inerzie e flessibiltà : organizzazione ed evoluzione della rete viairia sabauda nei territori di qua dai monti (1563-1796). I presupposti strutturali (sec. XVI-XVII) », p. 455‑512.

34 J. Martin-Franklin et L. Vaccarone, Notice historique sur l’ancienne route de Charles-Emmanuel II et les grottes des Échelles: avec pièces justificatives et documents ; J. Nicolas, La Savoie au xviiie siècle. Noblesse et bourgeoisie, p. 89.

35 F. A. Della Chiesa, Relazione dello stato presente del Piemonte.

36 F.-A. Duboin, Raccolta, op. cit., XI, p. 261. Édit du 12 août 1579.

37 Arch. dép. Savoie, SA 6425.

38 Arch. dép. Savoie, SA 7404.

39 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, ordre du commissaire des étapes du 25 mai 1637.

40 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. XIV, denrées de l’étape de 1788.

41 Publié dans E. Ricotti, Storia della monarchia piemontese, p. 291‑340.

42 Sur les fromages alpins et leur description au xve siècle : N. Carrier et F. Mouthon, Paysans des Alpes. Les communautés montagnardes au Moyen Âge, op. cit., p. 248‑250. Voir aussi le témoignage de P. de Conflentia, Panthaleonis, de Conflentia, Summa lacticiniorum incipit.

43 I. Naso, Formaggi del Medioevo: la « Summa lacticiniorum » di Pantaleone da Confienza, p. 52-54. Sur les fromages de Maurienne, D. Chaubet, « Le sérac : définition, remarques linguistiques et place dans la littérature alpestre (xive-xviiie siècles) », p. 27-34 ; F. Tracq, « Histoires de fromages en Haute-Maurienne », p. 89‑99.

44 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.

45 P. de Conflentia, Panthaleonis, de Conflentia, Summa lacticiniorum incipit, op. cit., p. 9.

46 I. Naso, Formaggi del Medioevo: la « Summa lacticiniorum » di Pantaleone da Confienza, op. cit., p. 77‑79.

47 Bibl. mun. Grenoble, MS 4326, vol. VII.

48 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII.

49 Ch. Collstedt, « The Descents of Military Violence against Civilians : a history of the present », Scandinavian Journal of History, p. 153-169. Pour l’analyse des foules, J Alerini, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie », p. 119-137. Sur la valeur du témoignage :C. Jouhaud, D. Ribard et N. Schapira, Histoire Littérature Témoignage. Écrire les malheurs du temps. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

50 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, contrat du 10 décembre 1556.

51 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII.

52 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VIII, ordre de l’évêque de Maurienne Philibert de Millet, 1592.

53 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. IX, supplique des syndics de Modane au juge mage de Maurienne, 1603. L. White, « The Experience of Spain’s Early Modern Soldiers : Combat, Welfare and Violence », War in History, p. 1‑38.

54 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, note des foules, 1656.

55 J. Roth, The logistics of the Roman army at war (264 B.C.-A.D. 235), p. 34.

56 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V, note des foules, 1656.

57 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.

58 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. V.

59 Arch. dép. Savoie, SA 1093, no 67.

60 Idem.

61 R. Devos et B. Grosperrin, La Savoie de la Réforme à la Révolution Française, p. 138‑139 et 257-259.

62 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII. Notons ici l’appellation « honnête » qui est attribuée aux plus humbles dans la hiérarchie sociale, les gros marchands sont qualifiés de « sieurs » (J. Nicolas, La Savoie au xviiie siècle, op. cit., p. 66.) Le prêteur est donc sans doute l’homme de paille d’un notable ou noble local, G. Symcox, Victor-Amédée II. L’absolutisme dans l’État savoyard : 1675-1730, p. 172.

63 Bibl. mun. Grenoble, MS4326, vol. VII.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Domaines traités par la documentation.
Crédits © Bibliothèque municipale de Grenoble.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 2. - Carte des étapes de la Maurienne.
Crédits Réalisation : J. Alerini ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 3. - Documents relatifs aux conflits intercommunaux.
Crédits © Bibl. mun. Grenoble–MS–4326.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 4. - Répartition mensuelle des effectifs militaires à Modane.
Crédits Sources : AD 73, SA 7372–7442.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 5. - Profil chronologique des passages militaires à Modane.
Crédits Sources : AD 73, SA 6405–7558.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

Auteur

Professeur agrégé en histoire et informatique, enseignant, IHMC-Paris I – Panthéon-Sorbonne

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access