Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

Les manœuvres militaires en montagne : un exemple de circulation organisée (1879-1914)

Vincent Arpin

Résumé

La réorganisation de l’armée française sous la IIIe République a initialement consisté en la réorganisation structurelle de cette dernière et en sa disposition sur tout le territoire national. Cette approche générale ne doit pas occulter la progressive nécessité pour l’armée de préparer la défense d’un territoire spécifique, la montagne. En effet, confrontée aux multiples tensions européennes avec des voisins d’outremonts (Italie, Allemagne et même Espagne), l’armée française a développé un système de circulations militaires organisé en montagne visant à l’aguerrissement des troupes. Ce système, bâti sur une approche empirique des besoins et des moyens pour les satisfaire, marque une forte présence militaire dans un territoire rural, notamment en matière de logement des troupes qui est ici analysé.

Texte intégral

  • 1 J.-F. Chanet, Vers l’armée nouvelle : république conservatrice et réforme militair (...)

1S’intéresser aux circulations militaires sous la IIIe République ne va pas de soi. Le nouveau régime qui s’installe progressivement en France à partir de 1871 a en effet pour principale politique d’encaserner les troupes afin de mettre fin à l’errance historique des régiments1. Ainsi tout le territoire national se couvre de casernes, de la Lorraine au pays Basque. Cependant cet objectif a été parfois doublé par d’autres contraintes de défense rendues nécessaires par la situation politique et stratégique européenne notamment dans des zones de montagne.

2Pour la France, la création d’une Italie unifiée et les tensions politiques entre les deux pays (question coloniale et guerre commerciale) ont progressivement posé la question de la défense des Alpes. Plus largement, cette interrogation s’étend alors aux montagnes frontalières, les Vosges étant évidemment en première ligne face au Reich allemand. Les débats autour de cette question ont ainsi conclu qu’il devenait plus que nécessaire de se soucier de la défense des frontières montagneuses. Cette conclusion reposait notamment sur le constat de la nécessité de créer un système de manœuvres en montagne destiné à entraîner spécialement les troupes prévues pour leur défense. Sur cette base s’est progressivement construite une pratique de circulation militaire en montagne en France. Face à ce défi nouveau, les questions de savoir où et quand circuler en montagne et comment faciliter cet exercice ont largement occupé les esprits militaires.

  • 2 Les unités militaires dont il sera question sont soit des unités d’infanterie, soi (...)
  • 3 Notre travail repose en grande partie sur les données récoltées dans la vallée de la Taren (...)

3La réponse à ces questions a été développée à plusieurs niveaux. Il fallut tout d’abord définir l’étendue et le contenu des circulations militaires en montagne pour fonder un modèle durable. Cette étape franchie, la mise en œuvre concrète et quotidienne de la présence des soldats a nécessité un effort d’administration important pour être assurée. L’objet du présent article est de préciser les contours, le contenu et les modalités d’organisation des manœuvres militaires françaises en montagne2 au xixe siècle pour pouvoir les insérer dans le contexte économique et social du territoire et ainsi essayer de cerner leurs effets dans ce cadre3. Nous verrons que l’armée, engagée dans une présence de long terme progressivement mais strictement définie, a pris une place à part entière dans l’organisation socio-économique du territoire influant sur son évolution.

L’invention des circulations militaires en montagne

4La nécessité de manœuvres militaires en montagne est reconnue dès 1875, cependant l’absence de menace immédiate sur les frontières montagneuses conduit à laisser la main aux chefs d’unités dans ce domaine précis. Ces derniers sont à l’origine des premières expérimentations, plus ou moins reprises et étendues au niveau des corps d’armée.

Le temps des précurseurs, de Cézanne à Arvers

5Les manœuvres militaires en montagne doivent leur existence à des précurseurs qui ont défendu cette solution au sein du Parlement ou de l’armée dès les années 1873-1879.

Les débats sur la création de troupes de montagne et leurs suites (1875-1879)

6Les premiers débats relatifs à la création de troupes de montagne ont lieu entre 1873 et 1875 à l’initiative de Ernest Cézanne, député des Hautes-Alpes. À l’occasion de la discussion des lois militaires fondatrices de la IIIe République, il propose la création de troupes de montagne spécialisées pour faire face à l’Italie. Il n’est pas dans notre intention d’analyser ces débats ici, aussi nous nous bornerons à préciser que leur conclusion en 1875 insiste sur la nécessité d’entraîner les troupes à la guerre en montagne. Il est important de noter que ce point de vue est partagé par les différents acteurs, fussent-ils en désaccord sur les autres points. Le ministre de la Guerre lui-même déclare ainsi que :

  • 4 Journal officiel de la République française du 16 janvier 1875, p. 395. (...)

« Le gouvernement prendra toutes les dispositions nécessaires pour assurer la garde des frontières dont il est responsable ; mais il demande qu’on n’immobilise pas certains corps de l’armée dans un service spécial, parce que ce serait contraire à la composition de notre armée et à tout esprit militaire. »4

7Cependant, aucun dispositif en ce sens ne se déploie immédiatement : les premières expériences de manœuvre recensées dans les Alpes commençant seulement en 1879, soit quatre années plus tard. À cela plusieurs raisons peuvent être avancées :

  • le vote des lois de 1873 (sur l’organisation générale de l’armée) et de 1875 (sur la constitution des cadres de l’armée) ouvre la période de leur application. Compte tenu de l’ampleur des chantiers à mener (constructions de casernes, distribution des troupes au niveau national…) et du nombre de personnes concernées (l’armée rassemble alors environ 450 000 hommes), le délai d’application de cette réforme est nécessairement long. Une réorganisation aussi radicale que celle induite par ces textes prend du temps ;
  • l’engagement du ministre d’assurer la défense des montagnes ne repose que sur sa bonne volonté et l’utilisation de certains bataillons de chasseurs à pied sur le modèle de celle d’une réserve. Ces bataillons, comme les réserves de toutes sortes, peuvent être affectés à d’autres missions, notamment en Afrique du Nord pour participer à la constitution du 19e corps d’armée chargé de la défense de cette zone (ce fut le cas d’au moins six d’entre eux). Ainsi il fallut attendre le retour d’Afrique du 12e bataillon de chasseurs à pied pour voir commencer les exercices en montagne : avant le retour de cette unité, il n’a pas été possible pour l’heure de trouver la trace du moindre exercice effectué dans les montagnes, que ce soit dans les archives militaires, dans la littérature spécialisée ou dans la presse locale.

1879 : le commandant Arvers et les premières expériences de manœuvres

8Avec l’arrivée d’Afrique du Nord du 12e bataillon de chasseurs à pied commence la découverte de la montagne. Laissons la parole au commandant Arvers pour décrire cette période :

  • 5 Nous reprenons ici le texte de son opuscule maintes fois cité : P. Arvers, L’Alpinis (...)

« Nos débuts datent donc de 1879. Ils furent, il est vrai, timides, et nous avouons que cette première campagne, bien que très laborieuse, diffère grandement de celles qui la suivirent. Tout, d’ailleurs, était nouveau pour nous, et c’est à “l’alpinisme civil” résumé dans le grand Guide de Joanne, que nous dûmes recourir. Ses itinéraires servirent de préparation aux nôtres et nous nous trouvâmes ainsi, et dès nos premiers pas dans la montagne, les obligés de cette belle Association (NDA : le Club Alpin Français), pour laquelle nous devions cependant demeurer, pendant longtemps encore, des inconnus. »5

  • 6 C. Becker, Le général Paul Arvers (1837-1910) et la naissance de l’alp (...)

9Cette expérience, si abondamment citée et commentée, a pu montrer au commandement qu’il était possible de se déplacer dans la montagne, même dans des conditions difficiles d’enneigement. C’est pourquoi des manœuvres sont ensuite organisées avec d’autres corps de troupes, pour développer davantage les capacités de l’armée. Ces essais débutent tout d’abord sans cadre institutionnel clair, l’initiative étant laissée aux généraux des 14e et 15e corps d’armée. Étant donné le faible nombre d’unités affectées à la défense des montagnes, ces manœuvres sont également réalisées par des unités d’infanteries appartenant à ces corps d’armée. Il est difficile de trouver des éléments sur la période 1879-1882. Dans sa thèse consacrée au commandant Arvers, Cyrille Becker donne les indications suivantes pour ces quelques années6 :

  • à partir de 1880, sous l’impulsion du général Ferron, sous-chef d’état-major du ministère de la Guerre, quatre bataillons de chasseurs supplémentaires (en plus du 12e) réalisent des marches-manœuvres ;
  • en 1882, dans le cadre de l’adoption du Plan III, 7 groupes alpins7 sont constitués à partir de 5 bataillons de chasseurs et de deux bataillons d’infanterie.

10À partir de 1883, il est bien plus facile de suivre l’évolution des manœuvres en montagne, car un certain nombre de productions imprimées traitant du sujet sont parvenues jusqu’à nous, reproduisant notamment les consignes ministérielles établissant enfin un cadre général pour ces manœuvres nouvelles.

L’institutionnalisation d’une pratique et la création des troupes de montagne

11De ces premières expériences, l’armée tire les principes de l’institutionnalisation des manœuvres militaires en zone de montagne.

L’institutionnalisation et l’évolution du dispositif (1883-1888)

12Ces manœuvres sont clairement institutionnalisées en 1883 via la parution d’une dépêche ministérielle qui en règle le fonctionnement. Cette date ne doit rien au hasard. Elle survient quelques mois après la signature du traité de protectorat sur la Tunisie en 1882, qui tend considérablement les relations avec l’Italie et pousse cette dernière à rejoindre la Triplice. Elle est aussi rendue possible par l’accumulation de connaissances et de savoirs réalisés les années précédentes qui permettent d’établir un cadre pour ce que peuvent et doivent être des manœuvres de montagne. Le dispositif retenu organise les manœuvres en fonction des moyens disponibles dans les corps d’armée des frontières et prévoit des manœuvres de différentes durées :

  • manœuvres à la journée, ou de quelques jours afin de préparer des manœuvres de dix jours ;
  • manœuvres de dix à quinze jours réalisées essentiellement par les unités d’infanterie, sauf dans les Vosges où les unités de chasseurs sont concernées ;
  • manœuvres d’un mois, réalisées essentiellement par les unités de chasseurs à pied ;
  • cantonnement de deux ou trois mois avec marche-manœuvre d’un mois, réalisés par les bataillons dits alpins, issus des chasseurs à pied et de l’infanterie.

13Toutes ces manœuvres sont initialement prévues pour être effectuées à la belle saison, soit entre la fin du printemps et le début de l’automne. Des manœuvres hivernales seront aussi organisées à certaines périodes sans qu’un cadre réglementaire semble avoir été édicté. Si la typologie des manœuvres est restée longtemps la même sans qu’il semble y avoir eu de modifications majeures, les zones concernées par ces circulations ont connu de rapides évolutions :

  • les Alpes sont évidemment le massif le plus concerné (les 14e et 15e corps d’armée sont compétents pour ces zones) ;
  • les Vosges sont, après les Alpes, le massif dans lequel les manœuvres ont été les plus régulières et les plus longues. Elles reposaient sur les troupes des 6e et 7e corps, le 8e corps situé en deuxième rideau étant parfois aussi mobilisé pour ces entraînements ;
  • la Corse et les Pyrénées font l’objet de manœuvres qui semblent avoir eu pour but de vérifier leur pertinence dans le contexte local. Dans le cas des Pyrénées, les manœuvres concernées paraissent avoir été organisées dans le seul 16e corps d’armée8 en 1886. La Corse a également été le théâtre de manœuvres d’infanterie de ce type entre 1883 et 1885. Pour autant, il ne semble pas que cette pratique ait été reproduite par la suite9. Il n’est en tout cas plus fait mention de manœuvres dans ces secteurs en 1889.

14On note donc une claire volonté de vérifier l’intérêt et l’applicabilité du modèle dans l’ensemble du territoire montagneux. Par ailleurs, ces manœuvres initiales ont été l’occasion de préfigurer, de façon précoce, l’organisation des troupes alpines françaises en groupes alpins comptant la présence d’unités d’artillerie et du génie aux côtés de l’infanterie et des chasseurs à pied. Cet ensemble de traits caractéristiques n’évoluera plus qu’à la marge après les années 1886-1887, seuls les types et le nombre des unités concernées évoluant avec le temps. Ainsi, le nombre de bataillons de chasseurs dédiés à ces missions augmente progressivement tout au long de la décennie 1880, au rythme des tensions avec l’Italie et en réponse au développement des unités d’Alpini.

La création des troupes de montagne et la pérennité du dispositif (1888-1914)

15En 1887, 9 bataillons de chasseurs à pied sont consacrés à la défense des Alpes. L’année suivante, 3 autres bataillons sont eux aussi alpinisés dans le cadre des débats sur la loi de 1888 qui crée officiellement cette spécialité. Cette époque charnière marque la fin temporaire de la participation de l’infanterie à l’alpinisation militaire et aussi l’affectation aux troupes alpines de l’intégralité des bataillons de chasseurs à pied non rattachés aux corps d’armée.

16Le dispositif mis en place à ce moment pour les troupes mobiles ne connaîtra plus d’évolution particulière. Un groupe alpin supplémentaire sera créé ultérieurement à partir d’un bataillon d’infanterie pour améliorer la défense de la Maurienne, mais il s’agit là du dernier ajustement, justifié par l’absence de bataillon de chasseurs disponible au niveau national.

17Il en est allé différemment des troupes de forteresse qui, garnissant les ouvrages fortifiés de la frontière, connurent la création de trois régiments dits régionaux, affectés à la Tarentaise, à la Maurienne et au Briançonnais. Ces légères modifications de périmètres montrent la robustesse de l’organisation des manœuvres de montagne, dont le contenu et le déroulement ne varient guère pendant ces décennies et qu’il est nécessaire de préciser.

Les longues marches des troupes alpines

18Le nom initial de marches-manœuvres traduit bien la réalité des exercices réalisés par les troupes en application des directives ministérielles. Au-delà des manœuvres proprement dites, dont l’habitude était acquise dans le reste de l’armée via les manœuvres d’automne organisées par les corps d’armée (quoique sur une durée moindre), cet exercice prend la forme de longues marches de montagne qui sont tout à fait novatrices. Ce changement tient tout autant au caractère migratoire de ces manœuvres qu’à leur exigence.

La migration saisonnière

19Une des grandes originalités de l’organisation de l’armée dans les Alpes est effectivement de créer des migrations militaires incessantes en temps de paix. Bien qu’encasernées en ville dans les principales garnisons de l’époque (Grenoble, Annecy, Chambéry, Briançon et Albertville pour les Alpes du nord), les unités alpines sont par essence mobiles.

20Ayant pris leurs quartiers dans les centres urbains, et après avoir reçu leur formation militaire initiale, les chasseurs alpins sont, dès le printemps bien installé, envoyés en manœuvres dans leurs zones respectives. Ils quittent ainsi leurs casernes des villes du sillon alpin et se dirigent par le train puis à pieds vers leurs destinations estivales. En 1909 par exemple, les manœuvres sont prévues du 18 juin au 28 août pour la plupart des unités, les autres restant en montagne jusqu’à la mi-septembre voire plus.

21Il est intéressant de souligner ici que ce déplacement constitue d’une certaine façon une migration inversée par rapport à celle des habitants des Alpes qui eux prennent la route essentiellement en hiver, période plus creuse, pour exercer des activités au loin pour compléter leurs ressources.

Les marches

  • 10 Archives départementales de la Savoie, 74 R 1 : « lettre du commandant de la 28e div (...)

22Une fois sur site, les marches réalisées par les troupes sont impressionnantes d’exigences et de durée. En effet, l’objectif étant de développer une connaissance parfaite de la région, les unités vont se déplacer continuellement pendant trois mois entre les différentes vallées. Elles passent de communes en communes, de manière très rapide, s’arrêtant rarement plus de deux jours au même endroit. En 1913 par exemple, le 2e bataillon du 97e Régiment d’infanterie alpine traverse entre le 19 juillet et le 23 août (soit en 35 jours) 24 communes d’Isère et de Savoie, et participe à une semaine de manœuvres alpines avant de rentrer à sa caserne de Chambéry10. Ceci donne une idée de l’importance et de la fréquence de ces déplacements. Le commandant Arvers, pionnier de cet exercice, décrit une de ces marches :

  • 11 Ibid., p. 4.

« Le départ pour la marche a lieu à 4 heures du matin : cette heure matinale étant la seule qui permette d’arriver sur la neige à une heure où elle porte encore. Les hommes ont le chargement complet et emportent dans leur musette un déjeuner froid composé de pain, de viande cuite la veille et d’un morceau de fromage. Dès sa sortie du cantonnement, ma compagnie se forme en file indienne ; […] tant qu’elle chemine dans le fond de la vallée, sa marche est soumise aux règles habituelles, mais dès qu’elle aborde la montagne, chaque homme prend le pas lent et long du montagnard. Guidée par le capitaine qui marche en tête et règle l’allure, elle s’arrête toutes les 25 minutes à un coup de sifflet, reprend sa marche cinq minutes après au même signal et continue ainsi sans interruption, tant que le sentier existe. Si celui-ci se perd, le capitaine décrit des lacets et chacun passe dans ses traces. […] Arrivée au terme de sa course, c’est-à-dire à l’endroit où elle peut faire sa grande halte, soit qu’il y ait de l’eau et du bois ou de l’eau seulement (le bois est alors transporté par les hommes), la compagnie se forme en colonne et prend ses dispositions pour le déjeuner, en observant les règles hygiéniques suivantes : les hommes trempés de sueurs quittent rapidement leur veste et chaussent la capote : puis, après un repos d’une heure, pendant lequel ils font une soupe à l’oignon ou un café et souvent les deux, les sacs sont refaits, la marche est reprise et la reconnaissance s’achève. S’il s’agit d’un col, ses deux versants et ses flancs sont explorés par le groupe ou par des fractions qui s’en partagent les détails. Les vallons voisins et oppositions, les sommets par lesquels la défense peut être dominée sont reconnus et escaladés. D’une façon générale on peut dire que le terrain est parcouru de telle sorte qu’aucune de ses parties ne demeure inexplorée. […] Après six semaines d’entraînement, au cours desquelles les compagnies ont parcouru le secteur du bataillon, qu’elles ont attaqué ou défendu en l’envisageant sous tous les points de vue que pourrait offrir la guerre, elles font une marche d’épreuve dite marche forcée de 24 heures, pendant laquelle elles marchent de 16 à 17 heures et franchissent plusieurs arêtes. Le groupe alpin, formé du bataillon, d’une batterie de campagne et d’un détachement du génie, se réunit ensuite au centre des cantonnements pour la marche-manœuvre de trente jours. Pendant trente jours, les compagnies et la batterie, tantôt réunies, tantôt séparées, parcourent le secteur du bataillon et les secteurs voisins, se livrant entre elles une série de combats, d’après des thèmes appropriés à la défense du pays. On marche trois jours de suite et on se repose le quatrième. La durée des marches est de 8 à 13 heures et dépasse parfois cette dernière limite. »11

23Il conclut cette description sur ces mots :

  • 12 Ibid.

« Il serait trop long de vous dire les soins nouveaux que réclament la préparation et l’exécution de cette période importante de nos manœuvres, où la continuité des mouvements crée des difficultés de toutes sortes pour les ravitaillements, le logement, etc. […] »12

Le logement des troupes en montagne

24Comme le souligne le commandant Arvers, organiser une circulation régulière dans un espace contraint comme celui de la montagne nécessite une organisation rigoureuse appuyée sur les structures du territoire. Le logement des troupes, en ce qu’il nécessite l’utilisation de bâtiments, constitue la question la plus délicate à régler, d’autant qu’elle constitue une nouveauté pour l’armée comme pour la population. Il n’est en effet pas possible de s’appuyer sur un dispositif préexistant pour organiser le séjour en montagne de compagnies ou de bataillons entiers. Dans ce contexte, l’armée a appliqué un cadre général à ce territoire complexe, tout en s’appuyant sur des relais locaux pour assurer le bon fonctionnement de son système.

Le recensement des logements et le cadre juridique

  • 13 BnF, Gallica, Code manuel du logement et du cantonnement des troupes chez l’habitant e (...)

25En préambule à une analyse plus fine de l’organisation de l’accueil des troupes, il est nécessaire de préciser ce que les militaires entendaient alors par logement et cantonnement. Le logement est le fait d’accueillir un militaire et de mettre à sa disposition un espace répertorié et respectant une certaine définition en fonction du grade de la personne logée. Le cantonnement est le fait de mettre à disposition d’un militaire un espace pour passer la nuit, sans que celui-ci ait forcément été répertorié ni qu’il respecte les définitions catégorielles13. Dans les développements qui suivent, nous utiliserons par commodité uniquement le terme de logement car du point de vue du traitement administratif de ces déplacements, la différence de nature entre ces deux solutions ne transparaît que très rarement.

Le recensement des logements utilisables

  • 14 Arch. Dép. de la Savoie, archives de la Commune de Champagny, II H 1 : (...)
  • 15 Ibid.

26Une fois cette distinction faite, nous pouvons aborder la première étape de la mise en place du dispositif qui a consisté en la réalisation d’un registre des capacités d’accueil de chaque commune suite aux dispositions d’un décret du 17 août 187714. Ce dernier prescrivait aux maires de compter les logements et cantonnements disponibles par lieux habités, ce recensement déclaratif étant ensuite vérifié par des officiers du corps d’armée, comme ce fut le cas en 187815. En cas de désaccord entre l’autorité municipale et les représentants de l’armée, les litiges étaient traités par le gouverneur militaire de Lyon, qui avait la faculté de trancher et de fixer de façon définitive les capacités d’accueil des localités.

  • 16 Ibid. : « Extrait des tableaux de 1879 ».

27Les tableaux établis annuellement à partir de 1878 donnent toute une série d’informations sur la commune concernée : nombre d’habitants, nombre de maisons, nombre de lits, nombre de places existantes pour les animaux dans les écuries16. Plusieurs états spécialisés sont remplis par les autorités municipales afin de donner aux militaires une photographie précise de la répartition des logements de la commune. Un état retrace la localisation géographique des lieux de cantonnements par hameaux ou villages habités, et un autre présente le nombre de chambres et de lits disponibles par propriétaire. On constate donc que l’armée s’invite de façon très intrusive dans l’intimité des habitants, et crée un outil de contrôle de la population extrêmement fort.

28Si l’armée a été très stricte quant à la réalisation de ces états statistiques, elle les a dans le même temps utilisés dans le cadre d’une pratique beaucoup plus favorable aux habitants que ne le prévoyait la loi.

Le cadre juridique de leur occupation

29Depuis la loi de 1853 sur les réquisitions militaires, complétée par une loi de 1877, les textes prévoyaient que le logement et le cantonnement étaient dus gratuitement à la troupe trois nuits par mois, et ce quelles que soient les conditions de temps et de lieu (au-delà, une indemnité était obligatoire). Dans le cadre des manœuvres alpines, bien plus régulières et courtes que les manœuvres sur le reste du territoire, l’armée a développé une forme de coopération avec la population, fixée par le biais de conventions bipartites signées par le maire et un intendant militaire. Ces conventions contractualisaient ainsi les engagements communs des deux partenaires, avec comme principal avantage pour les communes le paiement des logements dès la première nuit, comme le précise cette convention signée avec la commune de Champagny :

  • 17 Arch. Dép. de la Savoie, archives de la Commune de Champagny II H 2 : « Convention d (...)

« Ainsi par exception bienveillante aux prescriptions de l’art. 15 de la loi du 3 juillet 1877, la commune sera exonérée de la prestation gratuite du logement et du cantonnement durant trois nuits de chaque mois. »17

30Cette « bienveillance » constitue dans le fond un moyen d’assurer le bon fonctionnement du système, car si elle n’avait pas été de mise, il est fort probable que la quasi-totalité des manœuvres n’auraient pas donné lieu à règlement et auraient donc pu être plus facilement remises en cause par les civils. Cette bienveillance ne trouve d’ailleurs à s’appliquer que sur ce point du règlement intégral des nuitées.

  • 18 Les catégories présentées ici sont issues des conventions de la décennie 1890. Il y (...)

31Le dernier état tiré du recensement des logements évalue quant à lui la qualité des locaux en quatre catégories. Celles-ci déterminent le montant payé au propriétaire en fonction du nombre d’hommes accueillis18 selon la répartition suivante :

  • pour les officiers : 1,50 F par jour pour un logement de 1ere catégorie, 1 par jour pour un logement de 2eme catégorie ;
  • pour les sous-officiers : 0,20 F par jour, logements de 3eme catégorie ;
  • pour la troupe : 0,05 F par jour, logements de 4eme catégorie (hangars, granges, greniers, chambres, écuries) ;
  • pour les animaux, l’indemnité est constituée par le fumier produit pendant la présence des bêtes.

32Au-delà des réquisitions directes, le législateur prévoit un système de compensation financière pour les dégâts dont la troupe se rendrait responsable lors de sa présence. Ainsi l’article 14 de la loi du 3 juillet 1877 dispose que :

« Les troupes sont responsables des dégâts et dommages occasionnés par elles dans leurs logements ou cantonnements. »

  • 19 Ibid., p. 11.

33Afin de faire valoir leurs réclamations, les habitants devront faire constater les dégâts « à peine de déchéance, avant le départ de la troupe ou, en temps de paix, trois heures après au plus tard ». Pour faciliter ces constatations, un officier devait être laissé sur place par le commandant de la troupe. Si les dégâts étaient reconnus, un procès-verbal contradictoire dressé par le maire et par l’officier en faisait foi ; à défaut d’accord, le litige était alors porté devant le tribunal d’instance19.

L’occupation des logements et ses retombées

34Une fois le cadre posé, il reste à caractériser au quotidien les conditions d’utilisation des logements en question. Par le biais de deux exemples précis, nous allons voir comment se présentait le logement des troupes ainsi que ses effets induits sur la société locale.

Quelques exemples de logements de troupes

35Le fonctionnement de l’ensemble du système repose pour une très grande part sur l’autorité locale, en l’occurrence le maire. Celui-ci tient le rôle principal dans l’organisation pratique des manœuvres de l’armée : il réalise les états dont nous avons parlé, il est chargé d’élaborer et de tenir à jour la liste des personnes accueillant des militaires et dresse le détail de la tarification liée à cette présence. Ce détail est ensuite communiqué à l’armée pour paiement aux propriétaires selon des procédures qui varient au fil du temps.

  • 20 Ibid., p. 12.
  • 21 Arch. Dép. de la Savoie, 6 M 903 : « Recensement de 1891 ».
  • 22 Arch. Dép. de la Savoie, 2 O 2898. 
  • 23 Arch. Dép. de la Savoie, 6 M 3508 : « Recensement de 1891 ».

36Un brouillon de bilan pour l’année 1889 présente une liste des périodes de logement et cantonnement sur la commune de Champagny, avec les montants à régler par l’armée20. La somme totale se monte à 151,15 F. La population se montant à environ 598 personnes21, le revenu de la présence militaire représentait de ce fait, pour l’année, environ 0,25 F par habitant, soit une moyenne de 1,50 F pour une famille de six personnes. La même année, une délibération de la commune de Tignes mentionne le paiement de 272,90 F pour les personnes ayant accueilli des soldats dans l’année22. La commune ayant une population d’environ 892 personnes23, cela représentait en moyenne 0,31 F par personne, soit 1,86 F pour une famille de six personnes.

  • 24 Service Historique de la Défense, 4 V 62, pièce 140.

37C’est donc un revenu assez faible si on le compare au salaire d’un ouvrier non spécialisé de l’époque, mais relativement régulier et nouveau qui se déploie sur le territoire pendant toutes ces années. Un ensemble de bordereaux de salaires horaires, extraits de cahiers des charges de marchés publics24, nous permet d’établir à environ 30 centimes la rémunération horaire moyenne d’un terrassier pour les chantiers de fortification. D’après nos calculs, une famille de ces communes aurait donc touché une indemnité annuelle correspondant peu ou prou à la moitié d’une journée de travail d’un employé parmi les moins bien rémunérés sur un chantier public (environ 3 F pour dix heures de travail). En admettant même une répartition des sommes sur un nombre bien plus restreint de propriétaires, les revenus générés par cette présence peuvent être comparés à une journée de travail en moyenne.

  • 25 Arch. Dép. de la Savoie, 73 R 2.

38Malgré ces rémunérations, on constate également que les réquisitions militaires peuvent donner lieu à une abstention certaine de la part des populations qui parfois essayent de se soustraire à cette contrainte, certes de façon marginale. Ainsi par exemple, un groupe d’officiers, accompagnés de 8 chasseurs et du même nombre de mulets, s’installe en août 1912 dans deux auberges situées au Cormet de Roselend « malgré le refus précédemment opposé par [les propriétaires] au secrétaire de la mairie »25. De même dans la commune des Échelles située à la frontière de l’Isère (et à une date inconnue), le maire indique au préfet que :

  • 26 Arch. Dép. de la Savoie, 74 R 1.

« Nous éprouvons quelques difficultés pour le logement et le cantonnement des troupes de passage ainsi que pour leurs chevaux. Beaucoup de personnes sont absentes ou profitent de l’occasion pour s’absenter ; d’autres y mettent de la mauvaise volonté systématique, surtout pour débarrasser leurs granges ou écuries. »26

39Si ces comportements demeurent largement minoritaires, ils montrent tout de même que le poids de la présence militaire joue à plein sur le territoire. Cette défiance peut également s’expliquer par le fait que les bénéfices de la présence militaire étaient très variables en fonction de la situation sociale des habitants.

L’articulation de la présence militaire avec la société locale

40Au-delà de cette analyse quantitative, un travail plus qualitatif des informations à notre disposition modifie la perception de cet apport. En effet, la répartition des logements et des cantonnements est loin d’être homogène sur le territoire concerné. De ce fait, certains propriétaires peuvent recevoir les personnes financièrement les plus intéressantes, officiers et sous-officiers, ou bénéficier d’une place disponible plus grande et dans ce cas accueillir de nombreux soldats. Le système de rémunération conduit naturellement à avantager les propriétaires les plus fortunés ou, dans une moindre mesure, ceux disposant des constructions les plus importantes.

  • 27 Ibid., p. 11.

41Le détail des logements de la 2eme compagnie du 13e Bataillon Alpin de Chasseurs à Pied lors de son séjour à Champagny du 27 au 29 août 188927 nous montre que les personnes recevant des officiers étaient de loin gagnantes par rapport aux autres. Le tableau 1 tire quelques exemples du document pour donner une indication des écarts générés par ce système :

Tabl. 1 - Détail des logements de la 2eme compagnie du 13e Bataillon Alpin de Chasseurs à Pied lors de son séjour à Champagny.

Soldats logés Logeurs Nombre de nuit Somme reçue
Un lieutenant M. le Curé 4 4 F
Un lieutenant et un sous-lieutenant Veuve Mérandon 8 8 F
Un adjudant, un sergent-major, un sergent-fourrier M. Ruffier 12 2,4 F
10 hommes de troupe M. Ruffier des Aimes 40 2 F

Arch. Dép. de la Savoie, archives de la Commune de Champagny, II H 1.

  • 28 Archives communales de Bourg-Saint-Maurice, II H 1.

42On le voit aisément : pour un nombre de nuitées dix fois supérieur, le produit obtenu par le logeur est inférieur de moitié. À Bourg-Saint-Maurice, nous disposons d’une liste détaillée des personnes ayant accueilli des militaires le 3 août 188328, nous nous intéresserons particulièrement aux officiers (tabl. 2) :

Tabl. 2 - liste détaillée des personnes ayant accueilli des officiers.

Nombre d’officiers Logeurs
2 Le Maire
1 M. le capitaine des douanes
1 Le juge de paix
1 Percepteur
2 Notaire
1 Pharmacien
1 Pharmacien
1 Notaire
1 Directeur des frères (congrégation de capucins)
1 Greffier
18 Personnes dont le métier n’est pas connu.

Archives communales de Bourg-Saint-Maurice, II H 1.

43Sur les 30 officiers reçus à cette occasion, 12 ont logé chez les notables de l’époque (et encore n’avons-nous pas les qualités, ou la connaissance de la situation, de toutes les autres personnes). Cette attribution est cohérente si l’on songe au souci de loger les officiers dans des lieux qui leur conviennent, mais elle a pour conséquence de concentrer les revenus les plus intéressants sur les personnes disposant déjà a priori des revenus les plus importants. De ce point de vue, la présence militaire conduit ainsi à entretenir et perpétuer les structures économiques traditionnelles en apportant des revenus supplémentaires aux personnes qui disposaient déjà des revenus les plus importants. Ces mouvements économiques apparaissent même comme paradoxaux : une économie constituée de flux, donc mouvante et irrégulière, finit par jouer le rôle d’une rente de situation au profit des personnes les mieux installées dans la vie des communautés locales.

 

44Les manœuvres militaires fournissent un exemple de circulation organisée en montagne. Si l’ensemble du territoire montagneux frontalier a été envisagé lors de leur création, les manœuvres ont été restreintes rapidement aux frontières de l’Est et du Sud-Est. Ces zones ont donc été parcourues tous les étés pendant des décennies par des unités variées soumises à des manœuvres d’une exigence toute particulière.

45Le cas du logement des troupes, ici retenu pour préciser les modalités d’action de l’armée, montre l’importance de la tâche administrative de cette dernière. Face à ce besoin incontournable, nous constatons que l’armée se tourne vers ses interlocuteurs locaux les plus immédiats, les maires. En tant qu’agents de l’État et de représentants de leurs communautés locales, ces derniers jouent un rôle central d’interface entre l’institution et la population. Leur action obéit en conséquence à deux logiques : accompagner l’armée dans la mise en place et la pérennisation de son système de manœuvre, notamment entre 1880 et 1890, et défendre les intérêts de la population face à cette dernière.

  • 29 Sur ce point, voir M. Vaïsse (dir.), Les préfets, leur rôle, leur actio (...)

46L’armée a su être à la fois précise et exigeante dans la construction de son dispositif (recensement des logements) mais également souple lors de son application au quotidien (conventions de logements). L’imbrication des actions de l’armée et des maires laisse à penser que l’organisation de ces circulations militaires a conduit à une co-administration territoriale, certes restreinte aux problématiques précises de l’armée, mais qui est intervenue en parallèle du rôle de l’administration civile de l’État dans le département. Certaines correspondances entre l’armée et les préfets le montrent parfois assez clairement29.

  • 30 M. Bottin, « La militarisation de la frontière des Alpes-Maritimes 1878-1889 », (...)

47Au-delà de la question du logement, d’autres besoins liés aux circulations militaires sont encore peu connus. Il en va ainsi du ravitaillement des troupes, tant pendant les marches que pendant les phases de cantonnement. De façon générale, c’est bien la connaissance des modalités de la présence militaire dans les zones rurales qui reste encore largement en question, éclipsée comme elle l’a été pendant cette période par l’extension nationale du casernement. Si les liens entre le territoire et la présence fixe de l’armée, notamment dans les cas d’implantation de fortifications ont été analysés30, l’étude des conséquences de sa présence mobile ou saisonnière reste une question largement ouverte.

Bibliographie

Arpin Vincent, « Adaptations formelles et ressources matérielles dans les fortifications de la vallée de la Tarentaise, 1888-1913 », dans Émilie d’Orgeix, Nicolas Meynen (dir.), Fortifier la montagne (xviiie-xxe siècle) : histoire, reconversion et perspectives de mise en valeur du patrimoine militaire en montagne, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2016.

Arvers Paul, L’Alpinisme militaire dans la XIVe région, Lyon, Imprimerie de Mougin-Rusand, 1886.

Becker Cyrille, « Le général Paul Arvers (1837-1910) et la naissance de l’alpinisme militaire français », thèse de doctorat en Histoire, Nancy, Université de Lorraine, 2015.

Bottin Michel, « La militarisation de la frontière des Alpes-Maritimes 1878-1889 », dans Les Alpes-Maritimes, 1860-1914 : intégration et particularismes, Nice, Serre (collection Actual), 1988, p. 97-116.

Chanet Jean-François, Vers l’armée nouvelle : république conservatrice et réforme militaire ; 1871-1879, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Histoire, 2006.

Vaïsse Maurice (dir.), Les préfets, leur rôle, leur action dans le domaine de la Défense de 1800 à nos jours, Bruxelles, Bruylant, 2001.

Notes

1 J.-F. Chanet, Vers l’armée nouvelle : république conservatrice et réforme militaire ; 1871-1879, p. 169.

2 Les unités militaires dont il sera question sont soit des unités d’infanterie, soit des unités de chasseurs à pied. Bien que toutes composées d’hommes allant à pieds, ces unités se différencient par leur recrutement, leur fonction militaire, ainsi que par leur rôle au sein de l’édifice administratif mis en place lors de la réorganisation de l’armée.

3 Notre travail repose en grande partie sur les données récoltées dans la vallée de la Tarentaise en Savoie. Toutefois dans ce dernier point, seul le logement des troupes sera présenté compte tenu des règles de publication.

4 Journal officiel de la République française du 16 janvier 1875, p. 395.

5 Nous reprenons ici le texte de son opuscule maintes fois cité : P. Arvers, L’Alpinisme militaire dans la XIVe région, p. 4.

6 C. Becker, Le général Paul Arvers (1837-1910) et la naissance de l’alpinisme militaire français, p. 243.

7 Un groupe alpin est un ensemble de troupes composé d’un bataillon de chasseurs, d’une batterie d’artillerie et d’un détachement du génie.

8 Il s’agit du corps d’armée de Montpellier, englobant les Pyrénées Orientales dont le relief se prête plus facilement à une éventuelle attaque espagnole.

9 BnF, Gallica : Revue d’artillerie, t. 22 (avril/septembre 1883), p. 276 ; parties supplémentaires du Journal militaire officiel no 12 et 27, respectivement des années 1885 et 1886. BnF, 8-V PIECE-7297, extrait du Journal militaire no 10 de 1889.

10 Archives départementales de la Savoie, 74 R 1 : « lettre du commandant de la 28e division d’infanterie au préfet de la Savoie ».

11 Ibid., p. 4.

12 Ibid.

13 BnF, Gallica, Code manuel du logement et du cantonnement des troupes chez l’habitant en temps de paix et en temps de guerre, 1884, p. 5.

14 Arch. Dép. de la Savoie, archives de la Commune de Champagny, II H 1 : « Notification adressée aux maires par l’État-major du 14e corps d’armée ».

15 Ibid.

16 Ibid. : « Extrait des tableaux de 1879 ».

17 Arch. Dép. de la Savoie, archives de la Commune de Champagny II H 2 : « Convention de logement et cantonnement du 11 mai 1888 ».

18 Les catégories présentées ici sont issues des conventions de la décennie 1890. Il y a eu une certaine évolution des catégories entre le début des manœuvres et leur généralisation menant à une progressive augmentation du prix des nuitées et des catégories de référence. Le nombre de logements les moins « confortables » a tendance à régresser.

19 Ibid., p. 11.

20 Ibid., p. 12.

21 Arch. Dép. de la Savoie, 6 M 903 : « Recensement de 1891 ».

22 Arch. Dép. de la Savoie, 2 O 2898. 

23 Arch. Dép. de la Savoie, 6 M 3508 : « Recensement de 1891 ».

24 Service Historique de la Défense, 4 V 62, pièce 140.

25 Arch. Dép. de la Savoie, 73 R 2.

26 Arch. Dép. de la Savoie, 74 R 1.

27 Ibid., p. 11.

28 Archives communales de Bourg-Saint-Maurice, II H 1.

29 Sur ce point, voir M. Vaïsse (dir.), Les préfets, leur rôle, leur action dans le domaine de la défense de 1800 à nos jours.

30 M. Bottin, « La militarisation de la frontière des Alpes-Maritimes 1878-1889 », p. 97-116 ; V. Arpin, « Adaptations formelles et ressources matérielles dans les fortifications de la vallée de la Tarentaise, 1888-1913 », p. 145-165.

Auteur

Cadre dans la fonction publique territoriale

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search