Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

Les fusiliers de montagne durant la guerre de Catalogne : recrutement et missions (1689-1697)

Pascal Arnoux

Résumé

Si la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697) voit l’institution des milices, destinées à accroître l’effectif de l’infanterie française, des troupes légères apparaissent aussi pour protéger les frontières, à l’initiative des généraux ou des gouverneurs. Un demi-siècle plus tôt, les armées subissent les incursions de miquelets espagnols dans les Pyrénées : contrebandiers ou muletiers, mués en partisans, s’infiltrent dans les lignes, pillent les convois logistiques, massacrent les détachements isolés. Pour parer à ce danger, le duc de Noailles, chef de l’armée de Catalogne, lève 6 compagnies de fusiliers ou arquebusiers de montagne en Roussillon (1689). À travers les archives A1 du Service historique de la Défense, nous examinerons les caractéristiques de ces « miquelets français », spécialisés dans la reconnaissance, la protection des itinéraires, la contre-guérilla, et qui constituent parmi les premières troupes de montagne en France.

Texte intégral

  • 1 L. Susane (Général), Histoire de l’infanterie, p. 209.

« Les armées qui servaient sur la frontière des Pyrénées avaient eu, dans les précédentes guerres, à lutter contre les miquelets espagnols. Ces hardis partisans, muletiers et contrebandiers de profession, profitant avec intelligence de la connaissance qu’ils avaient des gorges et des passages de leurs montagnes, détruisaient peu à peu nos armées, en s’emparant des convois de vivres et de munitions, et en massacrant les arrière-gardes et les détachements isolés. Le maréchal de Noailles, qui commandait en 1689 l’armée de Catalogne, eut l’idée de leur opposer des soldats exercés à leur manière. Il leva donc en Roussillon un régiment de miquelets français, devenu célèbre sous le nom de fusiliers ou d’arquebusiers de montagnes […] milice locale qui fut régulièrement appelée et mise sur pied jusqu’au milieu du xviiie siècle. »1

  • 2 Sur Noailles et Chazeron, voir Fr.-G. Pinard, Chronologie historique militaire, t. 3, (...)

1Les fusiliers de montagne sont une troupe spécifique du Roussillon dont on ne trouve pas l’équivalent ailleurs dans les Pyrénées. Conservées dans la série A1 du Service historique de la Défense, les sources émanent de trois acteurs : Anne-Jules, duc de Noailles (1650-1708), lieutenant-général des armées du roi en Roussillon ; Raymond de Trobat i Vinyes (1625-1698), intendant de police, justice et finances des fortifications et des armées en Roussillon (1686-1698) ; François de Monestay, marquis de Chazeron (vers 1625-1697), lieutenant-général des armées du roi2.

2Français depuis 1659, le Roussillon partage 160 km de frontière pyrénéenne avec l’Espagne que quatre routes (une principale, trois secondaires) franchissent, échelonnées d’est en ouest, les deux dernières de la liste étant d’assez mauvais chemins de montagne :

  • la côtière de Collioure à Figueras, très accidentée en dépit de sa faible altitude ;
  • celle du Perthus, de Perpignan à Gérone puis Barcelone, la plus directe et praticable ;
  • celle du col d’Arès, de Prats-de-Mollo à Camprodόn, la plus élevée, avec 3 cols sur 14 km (la Seille 1 185 m, la Guille 1 194 m, Arès 1 513 m) ;
  • celle de Cerdagne, de Mont-Louis à Puigcerda, la plus excentrée, à proximité de l’enclave de Llivia (voir fig. 1).

Fig. 1. - Routes reliant le comté du Roussillon à l’Espagne durant la guerre de Catalogne (1689-1697).

Fig. 1. - Routes reliant le comté du           Roussillon à l’Espagne durant la guerre de Catalogne           (1689-1697).

© Pascal Arnoux.

Le précédent de 1684

3Le règlement du 23 février 1684 institua 6 compagnies de « fuziliers » dans le Roussillon, composées « de gens dudit pays cy devant appelez miqueletz ». De recrutement local, vêtus d’un justaucorps, d’un bonnet à la mode du pays, chaussés d’espadrilles et non de souliers, ces soldats sont armés chacun d’un fusil ou escopette, d’un à deux pistolets, d’une baïonnette attachée à une ceinture de cuir, une giberne contenant deux livres de plomb en balles de calibre correspondant à leur fusil ou escopette, six pierres à fusil, une poire à poudre. Chaque compagnie compte un sonneur de cor, armé et soldé comme les autres fusiliers, et dont l’instrument porte plus loin que le cornet d’infanterie. Détail intéressant : ce fantassin, que l’on classerait plutôt dans l’infanterie légère, est assez lourdement armé, avec une forte puissance de feu.

  • 3 Trobat à Louvois, 15 avril 1689, SHD, GR A1899, lettres 60 et 61.
  • 4 Noailles à Louvois, 15 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 59, f° 5. Un dessin d (...)

4Appelé miquelet ou fusilier – nous privilégierons ce dernier terme pour éviter la confusion avec ceux d’Espagne –, ce soldat territorial ressemble à un franc-tireur mais n’en est pas un : il doit obéir aux règlements, ne peut quitter son unité sans congé du capitaine, visé par l’autorité supérieure (« le général qui se trouvera commandant des troupes de Sa Majesté audit pays »), à peine d’être déclaré déserteur et d’en subir les peines. Les capitaines doivent prêter serment de fidélité au roi entre les mains du commissaire des guerres préposé aux montres de leurs compagnies et lui déclarer les noms, surnoms, lieux de naissance des miquelets enrôlés. Payée de 10 jours en 10 jours, la solde est versée aux capitaines et fusiliers qui ont participé aux revues des commissaires des guerres. Les compagnies sont aussi soumises aux revues mensuelles des inspecteurs de l’infanterie, « au moins une fois tous les trois mois par appel de nom et signal ». Généraux, inspecteurs, et commissaires des guerres doivent veiller « à l’observation exacte du présent règlement, lequel [le roi] veut estre à la teste desdites compagnies de fuzilliers, à ce qu’aucun des officiers et soldats d’icelles n’en prétendent cause d’ignorance »3. Les capitaines et lieutenants sont habillés de bleu, les fusiliers de minime (marron) aux manches doublées de bleu, afin de ne pas être confondus avec les Espagnols dans la mêlée4.

Mise sur pied des fusiliers

5On lève ces hommes :

  • 5 Trobat à Louvois, 6 janvier 1689, SHD, GR A1899, lettre 1, f° 4.

« Pour empêcher que plusieurs ne s’en aillent aux ennemis, par la liberté qu’ils leur donnent de vivre sans ordre, mais encore pour s’en servir pour les convois, et pour les passages, ainsi que nous avons fait les autres guerres, ayant trouvé cette milice nécessaire en ce pays. »5

6Cette recette éprouvée révèle l’ambivalence des sentiments : des sujets du roi d’Espagne veulent servir le roi de France, mais l’inverse est aussi vrai ; l’embauche de 7 ou 8 compagnies de fusiliers empêche ces régnicoles à la fidélité très neuve (1659) et mal assurée, de s’engager chez l’ennemi. Le projet de 1689 est d’abord établi à 6 compagnies de 50 hommes. Les anciens officiers de 1684 se présentent :

  • 6 Trobat à Louvois, 26 mars 1689, SHD, GR A1899, lettre 40, f° 1.

« Il y en a quelques-uns quy (sic) ont servy les dernières guerres, et que je connois pour estre beaucoup fripons », [sachant que] « sy on ne leur donnoit pas de l’employ, ces fripons pourroient s’en aller en Espagne, et connoissant ce pays, ilz pourroient nous faire du mal. Il n’en coustera guère plus au Roy et le service en sera plus sûr. »6

  • 7 Trobat à Louvois, 1er avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 46, f° 3.
  • 8 Trobat à Louvois, 26 mars 1689, SHD, GR A1899, lettre 41, f° 3.

7De fait, Trobat et Chazeron suggèrent d’engager 12 compagnies, et des capitaines en second soldés comme ceux en pied7, quitte même à diminuer la solde des hommes8. Retenant une part de ces suggestions, le roi porte l’effectif à 10 compagnies de 40 hommes et trois cadres : un capitaine soldé 75 livres par mois, un lieutenant 45, un brigadier 22 et demi ; il récuse l’emploi de capitaines en second, officiers réformés en attente d’affectation. Le fusilier touche 13 livres 10 sols par mois, soit 9 sols par jour, presque le double du fantassin régulier (5 sols). La solde attractive, l’armement, les missions locales, le règlement peu contraignant, l’assimilent à un spécialiste doublé d’un franc-tireur, outre une sulfureuse réputation de bandit de grand chemin.

  • 9 Noailles à Louvois, 26 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 76, f° 1-5.
  • 10 Trobat à Louvois, 26 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 78, f° 3-4.

8Noailles convoque les dix compagnies le 25 avril : il prétend que 800 hommes se présentent, près du double des convoqués, soit l’équivalent de 18 compagnies. Il incrimine le zèle intempestif des gouverneurs et officiers des places qui ont cru bien faire en dépêchant tout ce monde. Cela lui permet néanmoins de choisir et de renvoyer les inaptes, les moins fiables, les plus mal équipés. Il considère enfin le point de vue pratique de l’utilisateur : sur dix compagnies, trois sont déjà immobilisées à Collioure, au fort de Bellegarde (Perthus) et en Cerdagne. Il prend sur lui d’en constituer une 11e afin de disposer de 8 compagnies en permanence9. Un état de l’intendant Trobat révise l’estimation de Noailles à la baisse : 570 hommes se seraient présentés, et non 800 ; on en a retenu de quoi monter 11 compagnies (donc une de plus, d’ailleurs en sureffectif), ainsi que six capitaines surnuméraires répartis dans cinq unités. La présence de ces cadres s’explique par leurs états de service antérieurs qui interdisent d’ignorer leur candidature ; faute de quoi ils iraient prendre du service dans le camp d’en face, crainte perpétuelle à l’égard de frontaliers10.

9Louvois – et implicitement le roi – blâme l’initiative et rappelle Noailles au respect du cahier des charges. Pénétré entre-temps en Catalogne, en vertu de la déclaration de guerre survenue début mai, le duc assiège Campredon (Camprodόn). L’opération lui donne de solides arguments en faveur de l’accroissement du nombre de ses fusiliers : il n’a qu’une compagnie de plus, certes d’effectif double ou triple des autres, quand il en aurait souhaité 18, voire 36 ; car les miquelets espagnols sont infiniment plus nombreux que les siens et de réputation féroce :

  • 11 Noailles à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 111, f° 1-4

« Une bonne partie de nos troupes est tellement épouvantée des miquelets, de quoy elles n’ont donné que trop de marques, que je ne sçais si elles oseroient les attendre. »11

  • 12 Noailles à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 110, f° 3.

10Ils ont tenté de s’emparer d’une hauteur à Campredon, d’où ils auraient incommodé les Français, et 2 000 autres tentent de s’attaquer aux quartiers et aux convois. Quoiqu’en infériorité numérique, les fusiliers de Noailles se montrent à la hauteur : « soutenus de quelques troupes », ils délogent ces irréguliers espagnols, et leur action rassure le combattant ordinaire12. Trobat enfonce le clou, signifiant que sans eux, on eut bien été embarrassé en territoire ennemi :

  • 13 Trobat à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 113, f° 1-2.

« Ces sortes de gens sont extrêmement [utiles] pour oposer (sic) aux miquelets d’Espagne, […] si nous ne les avions [pas] eu lorsque nous sommes entréz dans le pays, qui n’est que de montagnes, et [de] défilez, il se seroit perdû quantité de soldats des troupes du Roy. »13

  • 14 Guerre en Espagne, 1689, Mémoire sur les sept premiers mois de cette année, SHD, GR A189 (...)
  • 15 Louvois à Noailles, et à Trobat, 10 mai 1689, SHD, GR A1900.

11Quoiqu’en écrivent Noailles et Trobat, les Espagnols mettent sur pied leurs miquelets avec difficulté : promettant d’en mobiliser 40 compagnies de 50, soit 2 000 miquelets, Trincherie, leur chef, n’en aurait levé que 24, soit 1 200 hommes14 – tout de même deux fois et demie la capacité française (480 hommes). Ce nonobstant, la teneur des lettres entre Noailles et Trobat d’une part, et de ceux-ci à Louvois d’autre part, laisse penser que les deux premiers forcent la décision du troisième d’accroître le nombre de fusiliers. Le 10 mai, le ministre s’étonne auprès du lieutenant-général et de son intendant qu’après maints rappels à l’ordre de ne recruter que dix compagnies sans cadres réformés, ils en aient assemblé dix-huit pour en garder onze avec des officiers surnuméraires ; le roi veut les réduire à dix, renvoyer les cadres en surnombre, condition sine qua non avant d’expédier des commissions15. Trobat ergote, ferait de la rétention d’information, ce qui lui vaut quelques volées de bois vert de Louvois, et un sérieux avertissement pour finir :

  • 16 Louvois à Trobat, 18, 19 et 21 mai 1689, SHD, GR A1900.

« Le Roy ne veut point entretenir de capitaines réformez à la suitte des compagnies de miquelets, et en vérité il est extraordinaire qu’il faille vous escrire tant de fois sur une mesme chose. Je suis surpris que vous ne me mettiez pas en estat de rendre compte à Sa Majesté, des mesures que l’on prend pour faire le siège que M. le duc de Noailles a proposé, ce qui m’oblige de vous dire, qu’il ne convient pas que vous ne m’informiez point par tous les ordinaires de ce qui se passe, et particulièrement des choses dont vous estes chargé » (18 mai). « […] et quand je vous mande une fois quelque chose, il faut s’il vous plaist qu’elle s’exécute sans par tant de répliques me faire [perdre] du temps à vous répéter » (19 mai). « J’ay receu vostre lettre du 10 de ce mois, par laquelle je suis surpris de voir que vous continuiez (sic) à ne me pas mander les mesures que M. le duc de Noailles prend pour l’exécution de l’entreprise que le Roy a trouvé bon qu’il fist, et je ne croyois pas que ce fust à moy qu’il en falust faire un mistère, et il sera bon qu’il ne vous arrive plus d’en user de cette manière. » (21 mai)16

  • 17 Louvois à Noailles, 28 mai 1689, SHD, GR A1900.

12La prise de Campredon, l’insistance de Noailles, convainquent le roi de la nécessité d’un nombre accru de fusiliers pour les opérations à venir. Il autorise l’élargissement du recrutement à hauteur de 18 compagnies. Comme il en existe déjà 11, c’est encore 7 autres à lever17.

Les fusiliers de montagne lors des campagnes de 1689 et 1690

13Une dépêche de Trobat, début juin, peut laisser croire que les fusiliers français se montrent supérieurs aux miquelets espagnols, leurs adversaires naturels :

  • 18 Trobat à Louvois, 3 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 133, f° 10.

« Il vient tout présentement d’arriver un combat entre nos miquelets et ceux d’Espagne. Ceux-cy ont eu cinq de[s] leurs [hors de combat] et un prisonier, et les nostres sont sortis sains et sauves (sic) du combat. »18

  • 19 Noailles à Louvois, 6 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 136, f° 11.

14Le 6, Noailles vante ses fusiliers qui ont éventé l’embuscade des miquelets espagnols au cours d’une marche épuisante, par un temps inclément, quasi hivernal19 ; l’intendant annonce qu’un capitaine espagnol cherche à entrer au service de Louis XIV avec sa compagnie, que cette défection pourrait en décider d’autres :

  • 20 Trobat à Louvois, 3 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 140, f° 5.

« la supériorité que les troupes du Roy, et même les fuziliers, ont pris sur les miquelets d’Espagne, nous donnent lieu d’espérer que continuent les mêmes advantages. Les grands soins que les ennemis ont pris de lever un si grand nombre de miquelets leur deviendra inutile (sic). »20

  • 21 Noailles à Louvois, 8 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 183, f° 2 et 6.
  • 22 Trobat à Louvois, 12 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 187, f° 3 et 5.
  • 23 Noailles à Louvois, 15 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 189, f° 2-3. Voir aussi (...)
  • 24 Noailles à Louvois, 15 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 189, f° 3, et Trobat à Louvoi (...)

15L’appel de compagnies supplémentaires donne lieu à de sordides marchandages. Des sujets espagnols ne craignent pas de prendre du service dans les fusiliers français ; la réciproque également vraie montre les limites de la fiabilité de ces unités. Ces frontaliers peuvent avoir de la parentèle des deux côtés de la montagne. L’insécurité règne sur les lignes françaises de communication : 8 compagnies de miquelets espagnols rôdent aux environs de Campredon pour intercepter tout ce qui y entre ou en sort. Le duc de Noailles met à contribution ses fusiliers, dispersés dans toutes les montagnes de Collioure à Prats-de-Mollo, et Campredon, « pour empêcher les courses de ceux d’Espagne », avec le souci de ne pouvoir leur en opposer un grand nombre partout21. Regroupés, mobiles, les fusiliers ont une réelle valeur tactique par leur connaissance du pays ; la surveillance statique avant la traque des miquelets adverses fait partie de leurs missions. Ils contrôlent toutes les routes utilisables par l’ennemi ; en outre, des paysans habitant les villages de montagne gardent les hauteurs des cols, après avoir renforcé les garnisons de Bellegarde et Collioure : ainsi l’ennemi n’approchera pas trop, estime Trobat22, optimiste en l’occurrence, car les miquelets espagnols s’en prennent aux convois à La Roque (La Roca, 3 km ouest de Campredon, sur le Ter), secteur que Noailles veut sécuriser. Bloqués dans La Roque par 200 miquelets, les fusiliers de la compagnie Sarradeil résistent 24 heures, puis réussissent à rejoindre Campredon sans pertes23. La structure du convoi montre l’importance prise par les fusiliers de montagne : 9 de leurs compagnies, dont une placée en queue, flanquent 2 400 fantassins détachés des bataillons, 500 cavaliers, 200 dragons, 1 000 sometanos catalans (ou soumetans, une milice locale d’existence ancienne)24. Ils représentent donc 10 % de l’effectif engagé.

  • 25 Trobat à Louvois, 6 juillet 1690, SHD, GR A11016, lettre 4.

16Les fusiliers servent de plastrons et d’éclaireurs : progressant vers Saint-Jean-les-Abadesses (Sant-Joan de les Abadesses, à mi-route de Campredon et de Ripoll, Catalogne) à l’été 1690, Noailles confie à un détachement de 7 compagnies de fusiliers et de grenadiers une mission de flanc-garde sur les hauteurs latérales de sa route, « afin d’empêcher les miquelets d’Espagne et les paysans de se metre (sic) dans des bois pour prendre quelques traisneurs ». Il renforce son arrière-garde de carabiniers, et du reste des fusiliers de montagne25. Avec succès semble-t-il, puisqu’ils ne sont pas attaqués.

  • 26 Noailles à Louvois, 14 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 90.

17Les fusiliers tendent aussi des embuscades. En octobre 1689, des miquelets espagnols tentent une incursion au col d’Arès : ils tombent sur un comité d’accueil qui, bien embusqué, les crible de balles et leur tue au moins un des leurs26. En août 1690, Noailles apprend que le gouverneur de La Seu d’Urgel se trouve 12 à 15 km au-delà de Puigcerda avec une escorte ; il envoie aussitôt un parti de fusiliers de montagne, renforcés de 100 cavaliers et dragons pour les piéger, mais les Espagnols déjouent l’embuscade :

  • 27 Trobat à Louvois, 20 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 47.

« L’on a manqué ce gouverneur avec 25 Espagnolz et 50 Alemans, et deux ou trois personnes de qualité qui l’acompagnoient. Ilz en ont esté quittes pour la peur. »27

  • 28 Trobat à Louvois, 15 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 41.

18Cela prouve que les fusiliers font régner l’insécurité chez l’ennemi. Les fusiliers interceptent enfin des espions : en août 1690, près du fort de Bellegarde, au Perthus, ils arrêtent un paysan de l’Albère, rendu suspect par le port d’armes à feu. Interrogé, mis à la question, l’individu avoue être un agent espagnol ; il cherchait à s’engager dans les fusiliers afin d’obtenir du renseignement sur le fort flambant neuf (1688) de Vauban et Saint-Hilaire, qui peut héberger jusqu’à 1 200 hommes en temps de guerre. Il a des complices, des habitants qui trahissent pour quelques pistoles. Son officier traitant est un capitaine de miquelets espagnols. Le réseau est démantelé et le commandement met en garde les échelons subordonnés contre les tentatives d’intrusion28.

Évolution du moral

  • 29 Trobat à Louvois, 19 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 197, f° 2-3.
  • 30 Trobat à Louvois, 22 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 200, f° 2.
  • 31 Louvois à Trobat, 11 août 1689, SHD, GR A1900, lettre 200, f° 2.

19Le premier fusilier blessé de la campagne de 1689 serait un lieutenant resté anonyme, le 19 juillet : de l’autre côté des Pyrénées, le duc de Villahermosa, vice-roi de Catalogne, prépare alors une contre-attaque pour dégager Campredon. Les fusiliers facilitent les passages des convois que les miquelets espagnols essaient d’intercepter. À ce jeu, les premiers surclasseraient les seconds qui, « dès le moment qu’ils furent chargez par les fuziliers du Roy et par le détachement […], descampèrent, ce qui donna lieu de faire entrer tout le convoy dans la place »29. Les fusiliers auraient pris l’ascendant sur leurs adversaires : « les miquelets d’Espagne estant poursuivis par les fuziliers du Roy, de la montagne, prirent la fuite du costé de St-Paul »30. Le capitaine Poujade, dit Cabrit, se distingue à l’occasion, et le roi lui octroie une gratification de 30 pistoles31.

  • 32 Noailles à Louvois, 6 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 5.
  • 33 Noailles à Louvois, 17 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 17.
  • 34 Trobat à Louvois, 7 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 83.
  • 35 Chazeron à Villahermosa, 17 novembre 1689, SHD, GR A1901, lettre 122.

20La chance tourne : surpris par des miquelets et cavaliers ennemis à Das (Cerdagne espagnole, 6 km sud de Puigcerda), début août, 104 fusiliers soutiennent un combat de neuf heures puis se rendent, les munitions épuisées. La capitulation stipule qu’ils laisseront leurs armes et pourront partir sans être dépouillés, mais les Espagnols ne la respectent pas et les capturent32, annihilant de la sorte au moins trois compagnies ; blessé, Cabrit meurt en captivité. La libération de ces prisonniers assez mal traités fait l’objet de cartels d’échange répétés auprès des Espagnols. S’ils promettent de les élargir, ceux-ci trouveraient avantage à les garder : outre qu’ils privent Noailles d’une partie de ses moyens d’action, plusieurs fusiliers seraient « nés sujets du Roy catholique », et donc considérés traîtres. Le roi prescrit alors des mesures de rétorsion envers les miquelets espagnols pris. Il soutient la veuve de Cabrit, mère de famille nombreuse, d’abord par les 30 pistoles accordées à son mari, maintient la pension de capitaine réformé (15 livres par mois) que le défunt touchait déjà avant-guerre ; à 20 ans, déjà aguerri, son fils aîné est pressenti pour commander une compagnie, son neveu pour occuper un poste de lieutenant33. La libération des captifs n’est toujours pas réglée à la mi-novembre, malgré l’intervention de Noailles auprès de Villahermosa, et l’envoi de secours confisqués par les Espagnols34. Chazeron en appelle au vice-roi pour qu’il respecte sa promesse, et fait tenir des secours aux prisonniers35.

  • 36 Noailles à Louvois, 6 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 3.

21En dépit de ces garanties pécuniaires, le moral des fusiliers flanche après la disparition de Cabrit, officier de valeur que ses hommes, très attachés à lui, ont refusé d’abandonner36. Louvois s’en inquiète :

  • 37 Louvois à Trobat, 14 septembre 1689, SHD, GR A1900.

« Le Roy a esté informé que les compagnies de fuziliers ne valent plus rien depuis la mort du capitaine Cabry. Je vous prie d’examiner avec M. le duc de Noailles ce qu’il y a à faire pour les rendre meilleures, et de me mander son sentiment et le vostre. »37

  • 38 Louvois à Noailles, 14 octobre 1689, SHD, GR A1900.
  • 39 Trobat à Louvois, 14 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 45.
  • 40 Noailles à Louvois, 28 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 108.
  • 41 Noailles à Louvois, 4 novembre 1689, SHD, GR A1901, lettre 114.

22Il demande au duc, s’il faut conserver ces troupes « en fort mauvais état » durant l’hiver, ou s’il estime qu’on peut les améliorer, et comment38. Noailles opte pour la seconde solution. Avec Trobat, il travaille à militariser ces unités, sans oublier qu’il s’agit de montagnards très attachés à leur liberté. Il réduit d’abord les 18 compagnies à 30 soldats durant l’hiver, mesure qui était dans l’air depuis plusieurs semaines, et où « Sa Majesté y trouvera du revenant bon »39. Il les fédère ensuite sous l’autorité d’un chef de corps et inspecteur, qui pourra s’adjoindre un capitaine sous-inspecteur à son choix. Noailles suggère de nommer le sieur Palmerole, gentilhomme du cru, vieux brave qui a déjà servi sous ses ordres. Ce poste créé hérite d’attributions exercées autrefois par Noailles : contrôle administratif et physique mensuel des hommes, indépendant des revues du commissaire des guerres ; changement d’affectation d’un fusilier d’une compagnie à une autre ; validation des congés proposés par les capitaines, l’autorisation relevant du gouverneur ou du commandant de place où ils servent ; organisation régulière d’exercices ; contrôle de l’entretien des armes et de l’habillement. Les compagnies doivent avoir un armement identique, du même calibre, selon l’ordonnance du 16 novembre 1666. La solde est versée aux fusiliers deux fois plus souvent que prévu à l’origine, « de cinq en cinq jours pour éviter qu’ils ne joüent leur argent et qu’ils ne friponnent rien » ; on la paye aux seuls présents sur les rangs et aux malades hébergés à l’hôpital, excluant ceux qui se trouveraient chez eux. La dotation en linge (deux chemises au moins) et en espadrilles (toujours une paire d’avance) est à la charge des hommes et de leurs capitaines. Enfin, les fusiliers n’étant pas des militaires professionnels, on prévoit de leur délivrer des autorisations d’absence « pour aller vacquer à leurs affaires pendant 15 jours », si le service le permet40. Le roi approuve ce projet qui permet d’éliminer les moins bons sujets et d’obliger les capitaines à mieux choisir leurs hommes pour la campagne suivante41. Il montre aussi comment transformer ces semi-réguliers de création récente, seulement convoqués en deux occasions (1684 et 1689), en un groupement organisé, au moins sur le papier. On notera qu’une partie de ces dispositions existe déjà dans le règlement de 1684 (voir annexe I).

23Les mentalités évoluent moins vite que les textes. En octobre 1690, Noailles procède à un nouvel ajustement pour une raison disciplinaire : le nombre de fusiliers par unité tombe à 20 pour l’hiver, celui des cadres reste identique. Trobat estime pourtant que le niveau du corps a progressé depuis le début de la guerre grâce à la réduction d’octobre 1689, et qu’une seconde permettra de garder les meilleurs soldats : en outre, « Sa Majesté trouvera un (sic) épargne de 2 916 livres par mois ». Il fixe l’effectif idéal en campagne à 25 fusiliers par compagnie. Ces baisses saisonnières valent mieux que de casser les unités car les officiers, « qui n’ont rien à perdre », iraient alors prendre du service chez l’ennemi. Or « si l’on peut avoir quelque confiance avec ces gens-là, ce n’est qu’avec les officiers », qu’il convient de fidéliser. Trobat termine sur un point positif :

  • 42 Trobat à Louvois, 13 octobre 1690, SHD, GR A11017, lettre 9.

« Nos fusiliers ont fort pris le dessus aux miquelets d’Espagne, et que partout où ilz les ont trouvé[s], ilz les ont battu ou mis en fuitte, et qu’il y a eu de nos fusiliers qui ont fait de fort jolies actions pendant cette campagne. »42

  • 43 V. Belhomme, Histoire de l’infanterie en France, t. 2, p. 295-332.

24La liste détaillée des unités de 1689 à 1690 (annexes II et III) montre que les 10 compagnies sont devenues 27. Cette augmentation pallie la diminution interne de leur effectif, et le nombre de fusiliers croît même depuis le début des hostilités. Avec le temps, les contre-offensives espagnoles obligent les Français à en recruter davantage. Dans son Histoire de l’infanterie, Victor Belhomme recense 29 compagnies à 30 fusiliers de montagne (qu’il nomme miquelets) pour la campagne de 1691, et Noailles ajoute une 30e formée de transfuges catalans espagnols. Il en licencie 4 en novembre, et la campagne de 1692 s’ouvre avec 26 compagnies. On lève 10 compagnies supplémentaires en février 1693, et 10 autres l’année suivante puisque Belhomme dénombre 46 compagnies à 30 hommes en 1694, chiffre reconduit jusqu’en 1696. En décembre 1696, les fusiliers sont réduits à 20 compagnies, définitivement licenciées en novembre 1697 après la fin de la guerre43

25L’ordonnance de 1684 fonde les fusiliers de montagne en Roussillon, troupe très éphémère, le conflit cessant la même année, mais la longue durée de guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697) démontre l’aptitude de cette infanterie territoriale à la « petite guerre » : combat, éclairage et avant-garde dans les passages difficiles, escorte de convois, contrôle de zone, contre-guérilla, contre-espionnage ; par ces spécialisations, ils prennent l’ascendant sur les miquelets espagnols. Si on laisse quelque latitude organisationnelle à ces hommes bien insérés dans la population, il est en revanche malaisé de les plier à une discipline militaire, bien que plusieurs de leurs officiers aient déjà servi aux armées. On déconseille aussi leur emploi hors du canton d’origine, a fortiori de la province ; Trobat conteste la proposition de Noailles de les envoyer en Dauphiné contre les Barbets, au risque de la désertion chez l’ennemi :

  • 44 Trobat à Louvois, 18 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 45.

« Tous les officiers de ces fuziliers sont presque [tous] mariez, la pluspart sans ambition, ilz sont [fort] attachez à leur pays, que dez qu’on les tire de chez eux, ilz se croyent perdus, et sont comme de (sic) gens désorientés, et cela est si certain que ceux qui sont de Cerdagne, lorsqu’on les envoye en Lampourda [à 50 km de là, NdA], ilz s’y trouvent embarassez, et nous expérimentons que pour tirer un si bon service, il faut qu’ilz sçachent tous les paysages et centiers (sic), et c’est ce qui les rend hardis. […] Le grand danger qu’il y auroit à présent que ces gens-là dont la pluspart n’ont rien à perdre, ne se jettassent du costé des ennemis. Je travailleray avec M. le duc de Noailles à trouver les moyens pour bien exécuter ce que vous ordonnéz, mais j’ay creu Monseigneur, que je devois vous proposer les difficultez que j’y prévois, qui sont non seulement pour les obliger à sortir de leur pays, mais encore pour bien servir dans ce pays-là, s’ilz n’ont des personnes de leur humeur qui peut les bien instruire du pays, et leur inspirer de bien servir. »44

  • 45 V. Belhomme, Histoire de l’infanterie en France, t. 2, p. 379 et 401, « Fusiliers et arqu (...)

26L’avenir dément ce propos pessimiste. Fin 1702, on reforme en Roussillon 18 compagnies de 40 fusiliers de montagne, expédiées dans les Cévennes contre les Camisards au printemps 1703, où elles sont regroupées en un bataillon. En 1704, le même nombre d’unités – levées dans des conditions analogues – rejoignent les précédentes ; le maréchal de Villars regroupe ces 36 compagnies en un seul régiment à trois bataillons. Au-delà du pittoresque de leur tenue, elles servent en forces de contre-guérilla avec une cruelle efficacité45. Subdivision atypique, en partie à l’origine de l’infanterie légère, les fusiliers de montagne du Roussillon servent sous différentes appellations jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans (1763).

Bibliographie

Belhomme Victor (Lieutenant-colonel), Histoire de l’infanterie en France, Paris-Limoges, 1893, tome II.

Chartrand René, Lelièpvre Eugène, Louis XV’s army (4), Light troops and specialists, Londres, éditions Osprey, 1997, « Men-at-arms series », no 308.

Pinard François-Guillaume, Chronologie historique militaire, Paris, 1760-1770, (8 vol.).

Susane Louis (Général), Histoire de l’infanterie française, Paris, 1876, 3 vol.

Sevestre (Lieutenant) « Fusiliers et arquebusiers de montagne », dans Carnets de la Sabretache, 1951, no 408, p. 20-27.

Smedley-Weill Annette, Les intendants de Louis XIV, Paris, Fayard, 1995.

Annexes

Annexe I - Copie du règlement du 22 février 1684 (SHD, GR A1899, lettre 61, f° 1-7)

Le Roy ayant résolu de mettre sur pied des compagnies de fuziliers en son pays de Roussillon, et de les composer de gens dudit pays cy devant appelez miqueletz, Sa Majesté auroit fait expédier pour cette fin six commissions pour six compagnies qu’Elle veut estre levées et assemblées au plustost. Et Sa Majesté voulant pourvoir à la discipline militaire qu’Elle veut estre gardée par les officiers et soldats desdites compagnies et prescrire la manière dont Elle entend qu’ils soient armez et équipez, Sa Majesté a ordonné et ordonne ce qui ensuit.

Premièrement que les fuzilliers dont lesdites compagnies seront compozées (sic) pour estre distinguez des autres troupes seront vestus chacun d’un justaucorps de couleur minime doublé de [vide dans le texte] à la mode du pays, et d’un bonnet de même estoffe et doublure.

Qu’ilz seront armez chacun d’un fusil ou escoupette aussi à la mode du pays, de pistolletz, avec une bayonnette pendante au costé attachée à une ceinture de cuir à laquelle sera aussy attachée une giberne dans laquelle il y aura deux livres de plomb en balles de calibre à leur fuzil ou escoupette, six pierres à fuzil, et en laquelle il y aura un fourniment en forme de poire (?) comme ont présentement les troupes de Sa Majesté, dans lequel il y aura une livre (?) de poudre.

Que dans chaque compagnie desdits fuzilliers, il y en aura un qui aura un cor […] pour en sonner au lieu de cornet dont les miqueletz se servoient cy devant, lequel sonneur de cor touchera la même solde qui sera ordonnée aux autres fuzilliers et sera armé de même.

Que lorsque les capitaines desdites compagnies de fuzilliers les auront mises sur pied, ilz seront obligez avant que d’estre receux au service de Sa Majesté, non seulement de prester le serment de fidellité es mains du commissaire des guerres préposé pour faire la monstre et reveüe de leurs compagnies, mais aussi de luy déclarer les noms, surnoms et lieux de l’origine et naissance des miquelets qu’ilz auront enroollez (sic) dans leurs compagnies.

Que les miquelets ou fuzilliers ainsy enroollez et dénommez audit commissaire des guerres ne pourront quitter la compagnie dans laquelle ilz se seront enroollez sans congé de leur cappitaine vizé par le général qui se trouvera commandant des troupes de Sa Majesté audit pays, & [?] à peine d’encourir celles imposées par les ordonnances de Sa Majesté contre les déserteurs de ses troupes.

Qu’il sera fait des reveües desdites compagnies par les commissaires des guerres dans le département desquelles elles se trouveront, tout ainsy qu’aux autres troupes de Sa Majesté, sur lesquelles tous les officiers et fuzilliers desdites compagnies recevront leur solde, laquelle ne sera deslivrée qu’à ceux qui auront participé effectivement auxdites reveûes.

Que les inspecteurs ordonnez sur les troupes d’infanterie en Roussillon prendront le même soin desdites compagnies de fuzilliers que desdites troupes, lesquels inspecteurs ainsy que lesdits commissaires feront reveüe tous les mois desdites compagnies de fuzilliers, et au moins une fois tous les trois mois par appel de nom et signal.

Et finallement veut et entend Sa Majesté que le commis qui sera par Elle préposé et ordonné pour visiter lesdites compagnies de fuzilliers dans leurs postes, leur porter et deslivrer leur paye de dix jours en dix jours, et les ordres du général commandant les troupes en Roussillon, puisse faire passer en reveüe les officiers et fuzilliers desdites compagnies, et reconnoistre la manière et l’estat dont ilz seront armez pour en rendre compte audit général et audits inspecteurs. Veut au surplus Sa Majesté que lesdites compagnies de fuzilliers vivent du même ordre et police que les autres troupes de Sa Majesté, laquelle veut et ordonne tant au gouverneur et lieutenant-général audit pays de Roussillon, qu’aux lieutenantz qui commanderont ses armées [pour ?] iceluy intendant en icelles, et audit pays, comme aussy aux inspecteurs de son infanterie, et commissaires des guerres ordonnez à la police de ses troupes, de tenir la main chacun, eu esgard à l’observation exacte du présent règlement, lequel Elle veut estre à la teste desdites compagnies de fuzilliers, à ce qu’aucun des officiers et soldats d’icelles n’en prétendent cause d’ignorance.

Fait à Versailles le 23e jour du mois de février 1684, signé Louis, et plus bas Le Tellier.

 

Annexe II - Estat des dix compagnies de fusilliers ou miquelets que le Roy a ordonné estre levées en Roussillon, Trobat à Louvois, 26 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 78, f° 3-4.

PremreComp[agnie 5eComp[agnie]
Balau capitaine François Boubil capitaine
Barate lieutenant Raymond Boutet lieutenant
Jean Lalezase brigadier Thomas Boyer brigadier
2eComp[agnie] 6eComp[agnie]
Serradel capitaine Labrune dit Verderol capitaine
Isidoro Bal lieutenant Pierre Geriessus (?) lieutenant
Guillaume Martin brigadier Joseph Brech brigadier
3eComp[agnie] 7eComp[agnie]
Poujade dit Cabrit capitaine Joseph Blay capitaine
Antoine Poujade lieutenant François Fourès lieutenant
Jean-Antoine Fabre brigadier Jacques brigadier
4eComp[agnie] 8eComp[agnie]
Cassolybaille de Touës capitaine Jacques Alard capitaine
Pierre Ramonachou lieutenant François Sanson lieutenant
Guillaume Tresson brigadier Jean-Antoine Tilard [brigadier]
5eComp[agnie] 9eComp[agnie]
François Boubil capitaine Vilemary capitaine
Raymond Boutet lieutenant Joseph Duga lieutenant
Thomas Boyer brigadier Jacques Blanquet brigadier
6eComp[agnie] 10eComp[agnie]
Labrune dit Verderol capitaine Jacques Ceste capitaine
Pierre Geriessus (?) lieutenant Jean Arnaud de Sahorre lieutenant
Joseph Brech brigadier Jacques Yvern (ou Yverra ?] brigadier

L’on a laissé les hommes que les Capitaines Jaumé, Rabatou et Gin[?] (3) avoient fait jusqu’au nombre de quarante sans les brigadiers pour composer une compagnie si Sa Majesté le trouve à propos, tous les trois ayant eu pendant la guerre d’Hollande commission de capitaine, et leurs maisons et habitations estant aussi bien que celle des hommes qu’ils avoient assemblés dans les montagnes de Conflan.

L’on a laissé aussi sans brigadier encor par la même raison les nommés Salvador Souvielle, le Retouret de Boule et Le Petit de La Bastide à la suite des compagnies de Joseph Blay, de Jaume Alard, et de Villemary, parce qu’ils avoient levé des hommes qui ont esté trouvés bons et qui ont esté incorporés dans les compagnies à la suite desquelles ilz sont par provision.

 

Annexe III - Trobat, 13 octobre 1690, état des fusiliers de montagne (SHD, GR A11017, lettre X). (NB : tous les noms des capitaines précédés de la mention : le sieur. Noms sous réserve)

Estat des compagnies des fuziliers du Roy de montagne, du nom des officiers et du nombre d’hommes dont elles sont composées, suivant la dernière reveüe du mois de septembre 1690.

Noms des officiers nombre des brigadiers nombre des fusiliers
  • Palmerole, capitaine commandant
  • Raphaël Vidal, lieutenant
1 29
  • Serradel, capitaine
  • Guilhem Marty, lieutenant
1 29
  • Rabaste, capitaine
  • Izern, lieutenant
1 29
  • Jaume Alard, capitaine
  • Antony Vila, lieutenant
1 26
  • Jean Poc, capitaine
  • Poc, lieutenant
1 27
  • Rosse, capitaine
  • [Jacques] Doment, lieutenant
1 20
  • Isidore Bale, capitaine
  • [Guilhem ?] Chambo, lieutenant
1 18
  • Pierre Poc, capitaine
  • François Poc, lieutenant
1 21
  • Callan, capitaine
  • Lieutenance vacante
1 23
  • Louis Nobes, capitaine
  • [Joseph ?] Pagnelle, lieutenant
1 22
  • Pierre Clasca, capitaine
  • Vignolles, lieutenant
1 23
  • Isidore Antic, capitaine
  • Joseph Antoge, lieutenant
1 21
  • François Pubil, capitaine
  • Jaume Buscat, lieutenant
1 29
  • Villemary, capitaine
  • Barsalu, lieutenant
1 29
  • Manuel Sargue, capitaine
  • Joseph Duga, lieutenant
28
  • Casadet, capitaine
  • Remomazo, lieutenant
1 24
  • Souler, capitaine
  • Touillon, lieutenant
1 23
  • Cabry, capitaine
  • Fabre, lieutenant
1 29
  • Forest, capitaine
  • Androl, lieutenant
1 27
  • Augusti Coste, capitaine
  • André Coste, lieutenant
1 29
  • Ranquicou, capitaine
  • Damia Coste, lieutenant
1 28
  • Bernard Lafond, capitaine
  • Guilhem Lafond, lieutenant
1 27
  • Bartomeu, capitaine
  • Saint-Jean, lieutenant
1 27
  • Verderol, capitaine
  • Rechp, lieutenant
1 29
  • Palau, capitaine
  • Barut, lieutenant
1 29
  • Samson, capitaine
  • [Soler ?], lieutenant
1 29
  • Cassaigne, capitaine
  • [illisible], lieutenant
1 29
Total 27 704

Notes

1 L. Susane (Général), Histoire de l’infanterie, p. 209.

2 Sur Noailles et Chazeron, voir Fr.-G. Pinard, Chronologie historique militaire, t. 3, p. 96-104 et t. 4, p. 294-296. Sur Trobat, voir A. Smedley-Weill, Les intendants de Louis XIV, p. 60.

3 Trobat à Louvois, 15 avril 1689, SHD, GR A1899, lettres 60 et 61.

4 Noailles à Louvois, 15 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 59, f° 5. Un dessin d’Eugène Lelièpvre, en couverture du fascicule de René Chartrand, Louis XV’s army (4), Light troops and specialists, semble un bon aperçu.

5 Trobat à Louvois, 6 janvier 1689, SHD, GR A1899, lettre 1, f° 4.

6 Trobat à Louvois, 26 mars 1689, SHD, GR A1899, lettre 40, f° 1.

7 Trobat à Louvois, 1er avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 46, f° 3.

8 Trobat à Louvois, 26 mars 1689, SHD, GR A1899, lettre 41, f° 3.

9 Noailles à Louvois, 26 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 76, f° 1-5.

10 Trobat à Louvois, 26 avril 1689, SHD, GR A1899, lettre 78, f° 3-4.

11 Noailles à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 111, f° 1-4

12 Noailles à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 110, f° 3.

13 Trobat à Louvois, 22 mai 1689, SHD, GR A1899, lettre 113, f° 1-2.

14 Guerre en Espagne, 1689, Mémoire sur les sept premiers mois de cette année, SHD, GR A1899, f 6.

15 Louvois à Noailles, et à Trobat, 10 mai 1689, SHD, GR A1900.

16 Louvois à Trobat, 18, 19 et 21 mai 1689, SHD, GR A1900.

17 Louvois à Noailles, 28 mai 1689, SHD, GR A1900.

18 Trobat à Louvois, 3 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 133, f° 10.

19 Noailles à Louvois, 6 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 136, f° 11.

20 Trobat à Louvois, 3 juin 1689, SHD, GR A1899, lettre 140, f° 5.

21 Noailles à Louvois, 8 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 183, f° 2 et 6.

22 Trobat à Louvois, 12 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 187, f° 3 et 5.

23 Noailles à Louvois, 15 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 189, f° 2-3. Voir aussi annexe 1.

24 Noailles à Louvois, 15 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 189, f° 3, et Trobat à Louvois, ibid., lettre 190, f° 5.

25 Trobat à Louvois, 6 juillet 1690, SHD, GR A11016, lettre 4.

26 Noailles à Louvois, 14 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 90.

27 Trobat à Louvois, 20 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 47.

28 Trobat à Louvois, 15 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 41.

29 Trobat à Louvois, 19 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 197, f° 2-3.

30 Trobat à Louvois, 22 juillet 1689, SHD, GR A1899, lettre 200, f° 2.

31 Louvois à Trobat, 11 août 1689, SHD, GR A1900, lettre 200, f° 2.

32 Noailles à Louvois, 6 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 5.

33 Noailles à Louvois, 17 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 17.

34 Trobat à Louvois, 7 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 83.

35 Chazeron à Villahermosa, 17 novembre 1689, SHD, GR A1901, lettre 122.

36 Noailles à Louvois, 6 août 1689, SHD, GR A1901, lettre 3.

37 Louvois à Trobat, 14 septembre 1689, SHD, GR A1900.

38 Louvois à Noailles, 14 octobre 1689, SHD, GR A1900.

39 Trobat à Louvois, 14 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 45.

40 Noailles à Louvois, 28 octobre 1689, SHD, GR A1901, lettre 108.

41 Noailles à Louvois, 4 novembre 1689, SHD, GR A1901, lettre 114.

42 Trobat à Louvois, 13 octobre 1690, SHD, GR A11017, lettre 9.

43 V. Belhomme, Histoire de l’infanterie en France, t. 2, p. 295-332.

44 Trobat à Louvois, 18 août 1690, SHD, GR A11016, lettre 45.

45 V. Belhomme, Histoire de l’infanterie en France, t. 2, p. 379 et 401, « Fusiliers et arquebusiers de montagne », p. 23.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Routes reliant le comté du Roussillon à l’Espagne durant la guerre de Catalogne (1689-1697).
Crédits © Pascal Arnoux.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

Auteur

Docteur en Histoire moderne, Paris I - Panthéon-Sorbonne (IHMR – UMR 8066)

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search