Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

La levée des troupes de montagne sur le front pyrénéen en 1793 : entre particularismes et intégration d’une culture tactique

Bernard Gainot

Résumé

Par décret en date du 6 septembre 1792, la Convention nationale décide la formation d’une Légion nationale des Pyrénées. Cette décision est complétée par un second décret, en date du 9 février 1793, qui autorise la formation d’une Légion des montagnes. Il s’agit d’abord de préciser le contexte de ces formations (une troisième légion, la légion des deux-mers, ne verra jamais le jour), alors que la guerre avec l’Espagne n’est pas encore ouverte. La spécificité tient aussi à l’identité de ces formations, dont le noyau est composé des multiples compagnies franches de miquelets. L’expérience particulière de ces troupes de montagne, auxquelles l’Ancien Régime eut déjà largement recours, dessine les contours d’une singularité au sein de l’armée nationale. Particularisme tactique ? Particularisme social ? Esprit de corps tiraillé entre la représentation négative de la désertion et de l’incivisme, et la représentation plus valorisante de l’honneur et de la bravoure ? Nous nous efforcerons de dresser un portrait contrasté à partir des données fournies par les états de service de quelques compagnies, par les mémoires des officiers qui les commandèrent, par les parcours individuels de certains d’entre eux. La nécessaire recomposition de l’armée en 1794 allait conduire à l’intégration de ces légions, donc à gommer les particularismes. Le commandement ne peut pas pour autant se dispenser de l’expérience des troupes de montagnes. Selon d’autres modalités, la levée de ce type de troupes conduit les généraux à reformuler le lien entre le recrutement local et l’organisation des troupes réglées, entre les cultures tactiques et la visée stratégique.

Texte intégral

  • 1 F. Canonge (Général), Histoire et art militaires, t. III, chapitre 8 : la « guerre en mont (...)

1La levée des troupes de montagne, comme variable d’ajustement des troupes réglées aux conditions caractéristiques du milieu, est spécifique1. La mobilisation tient compte de l’environnement, non seulement topographique, mais social, ce qui est une dérogation par rapport aux normes de professionnalisation de l’armée permanente telles qu’elles s’imposent, non seulement sous la monarchie absolue, mais aussi, ce qui est plus surprenant, au temps de l’armée nationale sous la Première République. De fait, cette spécificité était déjà d’usage lors des convocations de l’ost médiéval.

2C’est cette perpétuation de la coutume que nous souhaiterions d’abord interroger pour l’armée des Pyrénées en 1793 ; au sens de l’adéquation d’un service armé à une structure communautaire propre aux vallées montagnardes. C’est cette autonomie de fait, en matière de recrutement, d’entretien, et de carrière, qui est un écart par rapport aux normes régissant les armées professionnelles.

  • 2 J. de la Roche (Sous-lieutenant), L’évolution et la création des premières troupes (...)

3Gardons-nous toutefois des simplifications : l’État (sous sa forme monarchique comme républicaine) n’a nullement cherché à imposer un modèle à des communautés rétives. Il a plutôt cherché à réguler, à travers leur emploi tactique, une adaptation des traditions au fonctionnement de l’armée professionnelle. Ainsi naissent les troupes de montagne, en appendice du grand débat sur les troupes légères qui anime tout le xviiisiècle, principalement après la Guerre de Succession d’Autriche et la Guerre de Sept Ans, à l’époque où Pierre-Joseph Bourcet rédige ses Principes de la guerre de montagne2. Mais d’autres écrits illustrent cette période fondatrice. La légion nationale des Pyrénées, et la légion des montagnes, formées en 1793, en sont l’illustration.

4Nous présenterons tout d’abord le contexte des levées, avec l’imminence de l’offensive espagnole en 1792-1793. Il est possible de repérer deux moments successifs, le temps des initiatives locales dans la floraison des compagnies franches, puis le temps des régularisations tactiques avec le moule légionnaire.

  • 3 On peut entendre par « culture d’armes » les usages et les représentations liées à (...)

5Comment circonscrire une culture d’armes3 à travers l’expérience du combat dans les vallées montagnardes ? L’institution pose un certain regard sur une expérience singulière, et cherche à formaliser la pratique de terrain en l’intégrant dans les catégories fonctionnelles d’une armée nationale en formation. La défense des espaces frontaliers montagnards est une variante de la configuration entre la guerre et le territoire, qui prend des formes diverses à l’époque moderne : la topographie savante, la fortification, la fiscalité, la citoyenneté. Ces formes affectent naturellement le contrôle des populations montagnardes, donc leur mobilité.

6Il faut enfin tenir compte de l’équipement et de l’entretien de ces troupes, leur financement en termes de soldes et de masses, mais aussi leur logistique particulière (production, distribution et circulation des armes dans les vallées).

Les levées de troupes de montagne en 1792-1793

Premier temps : définition d’un cadre

  • 4 B. Gainot, Les légions franches de 1792 à 1794.

7C’est dans le courant du mois de mai 1792, dans l’urgence de la mobilisation patriotique, que la question des corps francs, compagnies et légions, est débattue à l’Assemblée Législative4. Rappelons que le principe du corps franc est totalement dérogatoire aux règles du recrutement par contrat individuel d’engagement, et de la collation des grades par les bureaux du Ministère de la Guerre selon l’ordre du tableau. Le Ministère délègue à un particulier, généralement un officier, majoritairement un général de corps d’armée, plus rarement un civil es qualités, le soin de recruter des hommes, de leur attribuer des brevets de commandement, avec une masse correspondant partiellement ou totalement à leur entretien (équipement, solde). Les tiers peuvent aussi être des collectivités (administrations municipales ou départementales élues), mais cela n’ôte rien au caractère singulier de la levée, car c’est revenir aux formes de l’entreprise militaire privée qui prévalaient avant les grandes réformes de Louvois.

8Ce retour en arrière est vivement combattu par ceux qui craignent que ces corps francs ne deviennent des gardes prétoriennes à la disposition des généraux ; d’autres mettent en avant, bien au contraire, un recrutement plus proche du terrain, et une motivation patriotique conforme aux canons de la guerre défensive. Dans certains cas, le partisan ne se distingue en rien du volontaire, si ce n’est le contrat particulier qui le lie à son employeur. Le débat est porté, au sein de l’Assemblée législative, par deux éminents spécialistes de l’institution militaire : Claude-Étienne Hugau, tout d’abord, un ancien officier de fortune qui a fait sa carrière dans les troupes légères, souhaite des levées définies selon les besoins des autorités départementales :

  • 5 Archives Parlementaires, J. Mavidal et E. Laurent (dir.), t. 42, p. 333.

« Il est très urgent d’augmenter nos troupes légères. Déjà la formation des légions remplit en partie cet objet, mais cela ne suffit pas… Je vous propose de décréter la levée d’une compagnie franche de 108 hommes par département. »5

  • 6 M. Reinhard, Le grand Carnot, t. 1.

9Lazare Carnot, ensuite, qui a d’emblée une perspective de régularisation de l’emploi de ces formations, car il partage la prévention de certains courants, comme les maratistes, à l’égard de ces formes dérogatoires. Carnot, qui a une formation d’officier du Génie passé par l’École de Mézières6, souhaite maintenir l’emploi traditionnel des compagnies franches, soit à la garde des forteresses, soit en tant que compagnies détachées de l’arme du Génie :

  • 7 Archives Parlementaires, idem, t. 42, p. 254.

« J’ai une autre idée, j’en ai conféré avec M. Hugau. Voici cette idée : il existait autrefois des espèces de milices bourgeoises qu’on nommait compagnies franches […] Je vous propose de les rétablir et leur donner un établissement durable. On peut former diverses sortes de compagnies franches. Je sais que M. Hugau a sur cela un projet tout prêt. Les compagnies franches qu’il vous propose seraient fournies par les divers départements. Celles que je propose, moi, seraient d’un autre genre : elles seraient levées dans chaque ville de guerre […] Les premières seraient faites pour précéder l’armée à la manière des troupes légères ; les miennes seraient spécialement attachées à la défense des villes fortes et de la frontière adjacente à une petite distance, telles en un mot que les propose M. de Vauban : leurs officiers seraient les officiers du Génie qui n’ont point de soldats et pour qui les compagnies franches serviraient également de troupe particulière de soldats ouvriers pour l’exécution de leurs travaux. »7

10Il est à peu près admis que c’est Hugau qui l’emporte avec la loi du 31 mai 1792 sur le recrutement et l’organisation des formations franches. Pourtant, si on regarde ce qui va se passer à l’armée des Pyrénées, en formation à cette époque, nous constatons que c’est un peu moins simple. La légion, formation interarmes de plusieurs centaines de fusiliers, d’un escadron de cavalerie, et d’une compagnie d’artilleurs, est posée d’emblée comme structure d’accueil des compagnies qui vont être levées dans un deuxième temps.

11La Légion nationale des Pyrénées est créée sur le papier le 9 septembre 1792 : les premières compagnies de chasseurs basques sont formées un mois plus tard, le 11 octobre 1792, à l’initiative très locale du district d’Ustaritz, qui prévient que 1 500 Espagnols ont atteint la frontière, et que « des groupes se forment spontanément pour tenir les débouchés des montagnes ». Le 1er décembre, ce sont quatre compagnies de chasseurs basques qui se sont formées dans la vallée qui débouche à Saint-Jean-Pied-de-Port (fig. 1 et 2).

Fig. 1. - Carte générale des positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales.

Fig. 1. - Carte générale des               positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales.

© Service historique de la Défense, 1 m 484 (2).

Fig. 2. - Carte générale des positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales, détail.

Fig. 2. - Carte générale des               positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales,               détail.

Les compagnies franches dans la vallée de Baïgory, la citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port et le passage de Roncevaux. Les compagnies franches sont mentionnées par des rectangles bleus avec un numéro en face.

© Service historique de la Défense, 1 m 484 (2).

12L’autorité militaire ne tarde pas à prendre les choses en main ; Lacuée, adjudant-général à l’armée des Pyrénées, va jouer un rôle essentiel dans la multiplication des compagnies franches. Il a l’aval de son commandant en chef, Joseph Servan, ministre de la Guerre à l’époque de l’organisation des principales légions, mais aussi de Carnot, représentant du peuple en mission auprès de cette armée (en compagnie de Garrau et de Lamarque). Lacuée autorise un dénommé Pinsum à lever, organiser, équiper un certain nombre de compagnies franches, dont plusieurs de miquelets dans les vallées catalanes, aptes à former le noyau d’une future Légion des montagnes, créée là encore sur le papier le 9 février 1793, avant de devenir effective au camp du Mas-Ros dans les environs de Perpignan, en juillet.

  • 8 Une troisième légion, la Légion des Deux-Mers, avait été planifiée par Ser (...)
  • 9 A. Destouches, les corps francs et les compagnies franches, (1792-1794), (...)

13La levée, décentralisée, est en fait contrôlée par l’autorité militaire (processus d’externalisation) ; d’apparence spontanée, la régularisation des compagnies franches est en réalité planifiée, les deux légions organisées8 en parallèle, devant servir de sas d’entrée dans l’armée régulière. D’ailleurs, la loi du 31 mai 1792 sur l’organisation des légions, est antérieure au décret du 28 juillet 1792 qui organise les compagnies franches9. Cette chronologie parallèle des levées est évidente dans le tableau 1.

Tabl. 1 - Historique des levées.

Date de la levée Nom du corps Emploi Évolution
09/09/92 (ministre Servan) Légion nationale des Pyrénées Amalgame (20 nov. 93) avec la compagnie des chasseurs de Perpignan Avant-garde de l’armée des Pyrénées orientales.
11/10/92 (district d’Ustaritz) Quatre compagnies franches de chasseurs basques Tient les passages de la vallée de Saint-Jean-Pied-de-Port
22/10/92 (autorisation donnée à Lacuée) Deux compagnies de miquelets
23/10/1792 initiative du citoyen Pinsum Une compagnie franche de 20 hommes
03/11/92 (département des Pyrénées orientales) Corps franc de chasseurs des montagnes
18 décembre 1792 initiative du citoyen Pinsum Formation d’un bataillon de compagnies de miquelets Il doit former le noyau de la Légion des montagnes.
29/01/93 (représentants en mission Carnot, Lamarque, Garrau) Six compagnies franches de miquelets Elles doivent former le noyau de la Légion des montagnes.
09/02/93 Légion des montagnes Résistance à l’attaque espagnole sur la gorge de la Sane Avant-garde de l’armée des Pyrénées orientales – revue du camp du Mas-Ros, près Perpignan (29 juillet 1793)
01/09/93 Six compagnies franches de chasseurs basques
01/01/94 Formation des compagnies basques en quatre bataillons.

Une prolifération contrôlée des compagnies franches.

© B. Gainot.

Traces des différentes levées à l’armée des Pyrénées

14Dans le cadre de la loi du 31 mai 1792 :

  • une compagnie au moins de miquelets, formée en octobre 179210. (Capitaine Duchalmeau)

15Dans le cadre du décret du 28 juillet 1792 :

  • deux compagnies de chasseurs du Gers, levées le 20 août 1792, et une compagnie de volontaires de Sauve11.
  • sept compagnies de chasseurs de Haute-Garonne, formées du 8 août au 13 décembre 1792 (capitaines Rouzil, Lapersonne, Mathet, Sevene, Martres, Saint-Jean)12.
  • une compagnie de dragons de l’Hérault13.
  • quatre compagnies de chasseurs basques au 1er décembre 1792 (capitaines Harispe, Iriart, Lassalle, Berindoague).
  • une compagnie de chasseurs des Hautes Pyrénées, formée le 10 décembre 179214.
    • les compagnies franches de l’Ariège, formées en avril-mai 1793 à Foix, Mazères (capitaine Marquié fils), Saverdun, et Pamiers (capitaine Gaillard)15.
    • les compagnies franches de l’Aude, formées en avril-mai 1793 : quatre compagnies à Carcassonne, deux à Castelnaudary, une à Villepente, une à Limoux, une à Lézignan, une à Narbonne16.
    • six compagnies de chasseurs de Haute-Garonne, s’ajoutant aux six précédentes. Celle qui porte le no 11 a pour capitaine Arbouy et a été levée en mars 179317.
    • une compagnie franche de Bordeaux, levée en janvier 179318.
    • six compagnies franches du Gard, dont une de Bagnols19.
    • les compagnies franches de l’Hérault, formées à Pézenas, Villeneuve, et à Montpellier (capitaine Réfrigé) le 28 février 179320.
    • une compagnie franche de l’Unité levée dans les Landes en avril 179321.
    • trois compagnies de chasseurs volontaires nationaux du Lot (capitaine Destours, compagnie levée le 9 mars 1793 ; et deux compagnies de Moissac, levées le 18 mars 179322).
    • une compagnie de chasseurs du Midi, formée à Paris le 2 mars 1793, et envoyée à l’armée des Pyrénées (capitaine Denizot).
    • cinq compagnies de chasseurs basques, levées de janvier à septembre 1793 (capitaines Saint-Marie, Ernautens, Apesteguy, Harismandy, La Victoire) et une compagnie franche de basques de Saint-Palais, une deuxième compagnie franche de Saint-Palais formée en juin 1793, des compagnies franches des vallées d’Aspe (formée le 19 mai 1793, capitaine Laclède), d’Ossau, de Barèges, d’Ossun, et de Cauterets, ainsi que les deux compagnies franches de Baretons et de Mauléon23.
    • une compagnie de chasseurs des Hautes Pyrénées, levée le 11 mars 1793 dans le district de La Neste, et deux autres levées le 3 mai 179324.
    • trois compagnies de miquelets, levées de février à avril 1793 (avec un commandant général, qui est Gohier Lafontaine, deux des capitaines sont Almain et Labacat) dans les Pyrénées orientales25.
  • une compagnie de chasseurs du Tarn26.

16Ce sont donc une centaine de compagnies franches, au bas mot, qui ont été levées sur le territoire qui est du ressort de l’armée des Pyrénées. Dans quel contexte ces levées se sont-elles faites ?

17La tension sur la frontière pyrénéenne précède de plusieurs mois la déclaration de guerre. L’Espagne, sous la direction du favori de la reine, Manuel Godoy, a accueilli de nombreux émigrés sur son territoire, qui habitent notamment dans les localités voisines de la frontière (Pampelune et Saint-Sébastien). Le parti de la guerre réclame des mesures violentes contre la France. Au cours de l’été 1792, les autorités en charge des départements frontaliers s’alarment. Le directoire du département des Hautes Pyrénées prend la décision de faire acheter des munitions de guerre, ordonne un recensement des armes et la réparation de celles qui seraient susceptibles de servir. Les mesures prises dans le cadre de la Patrie en danger, notamment l’organisation des bataillons de volontaires nationaux, sont accélérées.

  • 27 Service Historique de la Défense, Mémoires et reconnaissances, 1M484 (2) Résumé hist (...)

18En octobre 1792, se forme l’armée des Pyrénées, commandée par Joseph Servan. La Convention envoie des commissaires à Bordeaux, Carnot, Gareau, Lamarque. Parallèlement, Lacuée est adjudant général commissaire du pouvoir exécutif à Bayonne, au plus près de ce qui deviendra le front. Il joue un rôle considérable dans l’effort de guerre, et dans la levée des compagnies franches, globalement confondues avec les compagnies de volontaires. Ainsi, mentionne-t-on dans les rapports « un petit nombre de compagnies de volontaires qui tenaient garnison à Saint-Jean-Pied-de-Port, pour garder 25 lieues de frontière »27.

19Le commandement territorial de l’armée des Pyrénées se compose de 17 départements, de la Charente à l’Hérault. Le quartier général est établi à Toulouse en décembre 1792. Dubouquet commande à Perpignan, Choderlos de Laclos à Bayonne. Mais il est rapidement remplacé par Lacuée, qui soutient les efforts de Servan pour placer tous ces départements en état de mobilisation générale. Servan estime que l’armée des Pyrénées doit être portée dans les plus brefs délais à 60 000 ou 65 000 hommes. Or, il n’y en a que 5 282 dont 17 772 seulement sont répartis en première ligne sur une frontière longue de plus de 300 km. Ces troupes manquent de tout, et sont minées par l’insubordination et la désertion. Carnot abonde dans le même sens, et il impute cette impréparation à l’inertie du ministre de la Guerre, Pache. Il le dénonce hautement à la Convention et l’accuse de haute trahison.

  • 28 Mémoires du chef d’escadron Poinçot, Idem.
  • 29 Ibidem.

20À cette époque, il semble donc que Servan, Lacuée et Carnot soient pleinement d’accord sur la nécessité de recruter massivement, et sur les modalités, larges et multiformes, de ce recrutement. Les compagnies franches sont levées dans ce contexte, miquelets du côté des Pyrénées Orientales, chasseurs basques du côté de la frontière occidentale. Dans la même perspective, Servan a provoqué la militarisation des douaniers, « afin d’utiliser leur connaissance de la frontière28 ». Selon lui, ce qui s’annonce est une guerre de postes et de défense des cols pyrénéens. Il faut donc accélérer les réparations les plus urgentes à faire aux fortifications des places, aux batteries des côtes, aux signaux, aux postes, aux corps de garde. Dans la perspective de cet affrontement où l’enjeu majeur est le franchissement en terrain escarpé, il met à profit le matériel dont il dispose : des cartes, des mémoires et des reconnaissances29. Il fait dresser par des officiers d’état-major le plan des principaux cols et vallées d’accès.

21Ce plan est de prendre l’initiative en attaquant l’Espagne, par quatre endroits à la fois : Perpignan, le Val d’Aran, Saint-Jean-Pied-de-Port et Bayonne. C’est la division de droite (Pyrénées occidentales) qui est la plus exposée. Seules deux places fortes peuvent résister à l’ennemi ; Saint Jean Pied de Port et Bayonne. Tout le pays qui s’étend entre la Bidassoa, l’Adour, et la mer, à partir de Saint Jean Pied de Port, peut être ravagé par les Espagnols qui ont 21 000 hommes de bonnes troupes. La division française compte 13 000 à 14 000 hommes de nouvelle levée.

22La guerre est déclarée à l’Espagne le 7 mars 1793. La Légion des Pyrénées est organisée à Toulouse pour servir de sas d’intégration des compagnies franches dans les troupes réglées, mais aussi pour enrôler les nombreux français expulsés d’Espagne par le gouvernement de Charles IV, et pour tenir garnison dans la ville dégarnie par les unités qui se portent sur divers fronts, extérieurs ou intérieurs.

  • 30 J.-P. Bertaud, Valmy, La démocratie an armes, p. 257-296.

23La levée des compagnies franches répond donc tout à la fois à une situation d’urgence, et à un plan concerté des autorités. Leur fonctionnalité repose sur une tradition ancestrale de garde des passages, avec une organisation spécifique : recrutement et équipement « à l’entreprise » (c’est-à-dire par un capitaine recruteur qui dispose de fonds spécifiques), levée « communautaire » dans le cadre paroissial. Ces conditions spécifiques de recrutement, très décentralisées, sont globalement identiques à celles des compagnies de volontaires de 1792 : recrutement et équipement par arrêté des autorités départementales, levée administrative par communes30.

  • 31 Pour certains auteurs, c’est en référence à un mercenaire catalan du xvie siècle, Mi (...)
  • 32 A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria, 1637-1694. La guerre du sel et les a (...)
  • 33 Lettre de Louvois à Carlier, 5 février 1674, citée par le sous-lieutenant Jean de la (...)

24Les miquelets sont des compagnies franches organisées en tirailleurs de montagne dans les vallées catalanes des deux versants des Pyrénées. Leur origine est incertaine31, attestée depuis la fin du xvie siècle. C’est dans le contexte des guerres contre l’Espagne, entre 1635 et 1659, qu’elles prirent une forme militarisée hybride : troupes levées et soldées par des officiers, avec un équipement particulier, adapté au terrain. Sous le nom de « fusiliers de montagne », ils sont semi-régularisés en 1673. Mais la monarchie conserve une attitude ambiguë à leur égard, puisqu’en échange d’une délégation à la garde des frontières (le so metent32), ils obtiennent certains privilèges, comme le droit au port d’armes permanent, et la stricte territorialisation du service (levées locales, service défini par les instances communautaires33).

  • 34 S. Brunet et J. J. Ruiz Ibanez (dir.), Les milices de la première modernité ; S. Bru (...)

25La monarchie s’efforce ainsi de militariser la coutume. Ces troupes héritaient d’un savoir-faire bien antérieur à la première modernité ; la garde des passages de montagnes, qui est liée à la contrebande (notamment du sel), mais aussi l’usage saisonnier des pacages d’altitude. Les compagnies franches font partie de l’économie, au sens large, des communautés pastorales régulées par des accords entre vallées, les lies et passeries bien étudiées par Serge Brunet34, que le souverain, qu’il soit français ou espagnol, va chercher à capter à son avantage. La République s’inscrit dans la continuité des monarchies. Bien entendu, ledit souverain trouve également son compte dans ces délégations partielles de compétences. Le phénomène ne concerne pas que la Catalogne. En 1688, les syndics de la vallée d’Aspe donnent leur version de l’agrément :

  • 35 Archives Départementales Pyrénées atlantiques, E 2 175, cité par Chr. Desplat (édit. (...)

« C’est elle (la vallée d’Aspe) qui a toujours gardé le passage d’Espagne de ce côté-là avec le plus grand soin, sans aucunes dépenses pour le souverain. »35

26La situation put donc concerner l’ensemble du dispositif des vallées pyrénéennes, les compagnies de chasseurs basques qui vont constituer l’avant-garde de la Légion des Pyrénées, étant le pendant occidental des miquelets, noyau de la Légion des Montagnes.

La normalisation et la régularisation des troupes franches : été-automne 1793

Profils des combattants

27Le chasseur pyrénéen de 1793 est fondamentalement originaire des campagnes ou des petits bourgs (52 %), et plus globalement, issu des catégories populaires à 86 %. Les données pour les chasseurs basques sont très lacunaires, en raison des conditions de leur enrôlement, mais, avec ce dont nous disposons, nous pouvons estimer que le poids des hommes qui travaillent la terre est encore plus élevé. L’officier de légion franche est plutôt issu des couches moyennes (43 %) avec une présence significative, mais non surprenante des militaires de carrière, officiers de fortune de l’armée royale, ou nobles par tradition (43 % également).

  • 36 J.-P. Bertaud, Valmy, la démocratie en armes, op.cit.

28Ces données sont tout à fait conformes aux chiffres relevés par Jean-Paul Bertaud pour les bataillons de volontaires de 179236 : un jeune homme originaire des campagnes et des petites villes, instruit dans la carrière des armes. Il est encadré par des officiers issus de la petite bourgeoisie ou des classes moyennes, dont un grand nombre ont une expérience de la vie militaire, sinon du combat.

  • 37 B. Gainot, Les légions franches de 1792 à 1794, op. cit., p. 37. Laussat joua un grand (...)

29La compagnie franche, de ce point de vue, levée dans les mêmes circonstances que la compagnie de volontaires, a bien du mal à se distinguer de cette dernière, dont elle constitue une sorte de vivier parallèle. Plus on s’éloigne de l’environnement local, marqué par des traditions spécifiques, plus on a du mal à les distinguer. La séparation initiale des initiatives – « à l’entreprise » dans le cas des compagnies franches, par les autorités administratives dans le cas des compagnies de volontaires – tend rapidement à s’estomper, dès que les hostilités se généralisent. Le rôle joué par Clément Laussat, au directoire du département du Gers tout d’abord, puis comme agent spécial détaché pour l’organisation spécifique des légions à partir de mai 1793, en est un témoignage. Il affecte des ressources spéciales pour la levée et l’équipement des compagnies franches de chasseurs basques, puis s’occupe de plus en plus activement des brevets d’officiers, passe enfin en revue les effectifs (2 061 hommes) de la Légion des montagnes sur l’esplanade de Toulouse le 31 mai 179337 (cf. tabl. 2 et 3).

Tabl. 2 - Origines sociales des compagnies de chasseurs de Haute-Garonne en 1793.

Catégories Effectifs Pourcentages
Étudiants 3 2,00 %
Commerçants, marchands (7 boulangers, 6 « marchands », 3 bouchers, 1 herboriste, 1 « bourgeois »). 19 12,00 %
Artisans (6 perruquiers, 6 tailleurs, 4 cordonniers, 4 maçons, 3 meuniers, 3 fondeurs, 3 forgerons, 2 menuisiers, 2 charrons, 1 charbonnier, 1 recouvreur, 1 plâtrier, 1 peintre, 1 vitrier, 1 tondeur de draps, 1 sergent, 1 relieur, 1 joaillier, 1 cuisinier). 44 28,00 %
Salariés d’ancien Régime (4 domestiques, 3 porteurs, 1 voiturier). 9 6,00 %
Laboureurs, vignerons (11 laboureurs, 23 ménagers, 8 jardiniers et vignerons). 42 27,00 %
Journaliers et manouvriers (dont 34 manouvriers). 39 25,00 %
Totaux 156 100,00 %

© B. Gainot.

Tabl. 3 - Origines sociales des officiers de la Légion Nationale des Pyrénées.

Catégories Effectifs Pourcentages
Nobles 4 3,00 %
Commerce (8 négociants, 5 commerçants, 4 marchands, 2 fabricants). 19 13,50 %
Administration 11 8,00 %
Professions libérales (10 étudiants, 2 médecins, 1 professeur d’équitation, 1 notaire, 1 ingénieur, 1 « écrivain », 1 « artiste », 1 architecte, 1 arpenteur). 30 21,50 %
Militaires professionnels 55 39,50 %
Artisanat (2 orfèvres, 1 tailleur, 1 coiffeur, 1 bijoutier, 1 tanneur, 1 aubergiste, 1 tisserand, 1 « tonnadier »). 9 6,50 %
Salariés d’Ancien Régime (2 commis, 1 garçon-sculpteur, 1 « ouvrier en bas de soie » de Lyon, 1 clerc de notaire). 5 3,50 %
Paysannerie propriétaire 4 3,00 %
Employés ruraux, brassiers 2 1,50 %
Totaux 139 100,00 %

© B. Gainot.

Engagements militaires

  • 38 Voir annexe no 1 : engagements militaires de la Légion des Pyrénées ; peti (...)

30Les missions principales sont essentiellement celles des troupes légères. Les « fusiliers de montagnes » constituent des formations tactiques aux missions clairement définies : reconnaître les positions ennemies, vérifier les rapports des espions, mener des combats d’escarmouche qui peuvent embrasser un vaste terrain d’opérations38. Ainsi, de l’opération du 1er juillet 1793 :

  • 39 SHD, 1M484 (2), Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795. op. (...)

« À la pointe du jour, le 1er bataillon des Basses-Pyrénées attaqua les Espagnols dans leurs positions du col d’Ispéguy. Des instructions avaient été données au commandant de ce bataillon afin que 150 chasseurs cherchassent à approcher le plus près possible de l’ennemi, sans se laisser découvrir. Ce détachement marchait avec trois pièces dites républicaines, et était soutenu par la compagnie des grenadiers des Basses Pyrénées, celle des chasseurs et quelques piquets du même bataillon. Les compagnies franches se portèrent en même temps à droite et à gauche pour embrasser un plus grand front d’attaque. Ces troupes s’élevaient à environ 400 hommes. Le but était de s’emparer du camp espagnol et de le brûler. Les ordres furent bien exécutés, et l’expédition eut un succès complet. »39

  • 40 Général G. Folio, La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la (...)

31La pression sur Hendaye, et sur les vallées occidentales, est toutefois assez forte, et des combats sont livrés autour de la forteresse de Saint-Jean-Pied-de-Port en juin 1793. Le rôle des compagnies de chasseurs basques est déterminant au cours de ces combats, caractéristiques des engagements de tirailleurs. La forteresse est à la fois base arrière de repli, et poste avancé pour le contrôle du passage40.

Intégration

32Au cours de l’été 1793, le moule de la Légion sert de sas d’entrée dans l’armée régulière, de plus en plus vivement souhaitée par toutes les tendances du gouvernement révolutionnaire. Les deux légions forment l’avant-garde de leurs deux armées respectives.

33Le 29 juillet 1793, la Légion nationale des Pyrénées (constituée en avant-garde de l’armée des Pyrénées-Orientales) se réunit au camp du Mas-Ros, près de Perpignan, ce qui donne lieu à une revue d’effectifs. Il y a 1 034 chasseurs à pied – dont les compagnies antérieures de miquelets –, conjointement à 341 chasseurs à cheval de la dite Légion. Ces compagnies montées étaient formées à partir de brigades locales de gendarmerie. S’y ajoute le 4eme bataillon de la Légion des montagnes (155 hommes), afin de compléter les effectifs.

34Le journal de campagne d’Amédée Willot, général de brigade à l’armée des Pyrénées occidentales, porte la trace d’une revue identique passée à Bayonne ; deux bataillons de la Légion des montagnes, le premier et le cinquième. Le détachement d’un, voire de plusieurs bataillons, de la dite Légion pour le front oriental, s’explique par une plus grande intensité de l’attaque espagnole sur la Catalogne, selon les plans du général Ricardos, qui a prévu de franchir la frontière par le Haut Vallespir. La réputation des troupes franches, notamment des miquelets, est particulièrement mauvaise. Un rapport du procureur général des Pyrénées orientales s’en prend à :

  • 41 Arch. Nat., D1/37 (2), cité par A. Destouches, op. cit., p. 91.

« Leur conduite tous les jours plus infâme ; le plus grand nombre de ceux qui les composent y ont été introduits par l’aristocratie ou l’amour du pillage ; aussi, cette troupe continuellement insubordonnée, lâche le pied dans toutes les occasions et fait manquer toutes les opérations. »41

  • 42 A. Destouches, Idem, p. 93.

35Si les responsables politiques parisiens souhaitent leur prompte réorganisation, les représentants du peuple en mission à l’armée des Pyrénées-Orientales sont davantage partagés. Certes, selon eux, le principe même de la compagnie franche est vicieux, mais il est contrebalancé par leur utilité tactique, leur connaissance du terrain, et la bravoure dont ils font preuve au combat. La désertion ravage les rangs de la Légion nationale des Pyrénées, mais la pointe se situe au cours de l’hiver 1792-1793, alors que les combats n’étaient pas encore vraiment engagés, et que la logistique était dans la plus totale désorganisation. Par la suite, la désertion ne touche pas plus les compagnies franches que les autres compagnies de volontaires42.

  • 43 Voir la pétition des chasseurs-canonniers reproduite en annexe.
  • 44 Capitaine H. Labouche. Histoire d’une demi-brigade (1792-1801) : le chef de brigade Har (...)
  • 45 Narration par la Société Républicaine du Mont de la Liberté d’un accrochage (...)

36Les faits d’armes des chasseurs basques sont soulignés dans les correspondances administratives. Outre cette efficacité dans les missions propres, l’acculturation patriotique n’y est pas moindre que dans les autres corps de l’armée ; pétitions43, diffusion de la presse44, relations avec les sociétés politiques45. Cette ambivalence des motifs de régularisation transparait à la lecture des procès-verbaux d’incorporation en octobre 1793. La réorganisation des chasseurs basques a « autant rapport à l’instruction et à la discipline que pour obtenir enfin une comptabilité sûre et facile ». C’est également « pour avoir un centre d’unité si nécessaire à l’accord des opérations ».

  • 46 SHD, Xw 89.

37Ce sont les mêmes motifs qui apparaissent pour l’incorporation des miquelets ; sont invoqués leur indiscipline et leur brigandage lorsqu’il s’agit de les former en bataillon, mais aussi « parce qu’agissant en dehors des intentions du commandement, elles étaient souvent une gêne dans les opérations46 ». Le représentant Joseph Cambon fait un rapport à la Convention dans lequel il signale que l’état de désorganisation qui avait marqué les premiers jours de la campagne est en voie d’être surmonté :

  • 47 Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795 sur les Pyrénées orie (...)

« Les bataillons de volontaires s’aguerrissaient ; ils prenaient plus de confiance devant l’ennemi et l’on avait beaucoup moins de ces exemples d’indiscipline qui avaient causé tant de désastres à l’ouverture de la campagne ; mais il y avait encore d’autres causes de désorganisation, que les chefs de l’armée ne pouvaient réussir à détruire ; au premier rang étaient la désertion et le pillage. La désertion surtout enlevait un grand nombre d’hommes à l’armée, qui ne rentraient pas toujours dans leurs foyers. Dans une circonstance, on fut même obligé de faire marcher des troupes contre un des rassemblements qu’ils formaient, et auquel s’étaient joints des malveillants et des brigands. Ces bandes s’étaient établies dans la forêt de Mixe, district de Saint-Palais. On fit un grand nombre de prisonniers, et le reste se dispersa. »47

  • 48 Capitaine Labouche, Histoire d’une demi-brigade (1792-1801), op. cit.
  • 49 SHD, dossier 2 Ye 157, dossier « Barbanègre », colonel dans la Grande Armée.
  • 50 SHD, dossier 7Yd 915.
  • 51 B. Gainot, op. cit., p. 104.

38Restait un obstacle ; le contrat implicite pour l’enrôlement dans une compagnie franche était le service local. Or, la régularisation normalisait la carrière ; le versement de la solde posait un engagement de déterritorialisation du service. C’est ce que l’on trouve dans de nombreuses carrières d’officiers. Le capitaine Jean Harispe commande le deuxième bataillon des chasseurs basques en janvier 1794, ultérieurement amalgamé en demi-brigade. Mais, à l’annonce de la paix de juin 1795, la majorité des anciens chasseurs francs se débandent, arguant de la rupture implicite du contrat. Pourtant, Harispe poursuivit sa carrière qui devait le conduire au grade de général de division en 1810 à l’armée d’Espagne, et au titre de baron d’Empire48. La Légion nationale des Pyrénées allait se fondre dans l’armée d’Italie en 1795 ; le sous-lieutenant d’une compagnie de miquelets Jean Barbanègre y devint lieutenant d’une des compagnies des guides à cheval de Bonaparte, qui héritait de l’expérience révolutionnaire de la guerre des montagnes49. Le commandant de la Légion des montagnes, nommé par Servan après un fait d’armes glorieux, Jean Aulay Delaunay, va devenir général de brigade en 1794, et se retrouver ensuite à l’armée d’Italie50, tout comme Jean-Marie Vergez, ancien capitaine de compagnie franche, devenu chef de bataillon à l’armée d’Italie, puis général de brigade et baron d’Empire51.

 

39L’exemple de la Légion nationale des Pyrénées est emblématique des étapes de construction de l’armée nationale républicaine entre 1792 et 1794. Dans un premier temps, l’État doit composer avec le local. Les autorités militaires révolutionnaires renouent avec des traditions de levées d’hommes dans les communautés montagnardes, qui étaient déjà celles de l’État monarchique : un recrutement « à l’entreprise », assuré par des capitaines, ou des notables locaux ; un compromis passé avec les communautés pour la défense des passages, en échange d’une grande liberté de mouvement, et d’une prise d’armes temporaire et localisée. Mais, dès l’origine, on prévoit une structure large, susceptible d’encadrer un service de plus longue durée, et de déterritorialiser l’emploi des compagnies. C’est la Légion. La culture tactique spécifique de ces troupes de montagne se normalise jusqu’à rejoindre des formes de combat généralisées : formations en tirailleurs, reconnaissances. Parallèlement, et non sans heurts, s’opère une acculturation politique qui est la marque de l’armée républicaine. Les compagnies de chasseurs deviennent des troupes régulières, avec la légitimation d’une tradition, celle des guides de montagne.

Bibliographie

Archives Parlementaires, Recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, imprimé sur ordre du Sénat et de la Chambre des députés, sous la direction de J. Mavidal et E. Laurent, Paris, Imprimerie Dupont, tomes 42 et 57.

Ayats Alain, Les guerres de Josep de la Trinxeria, 1637-1694. La guerre du sel et les autres, Perpignan, Éditions Trabucaire, 1997.

Bertaud Jean-Paul, Valmy, la démocratie en armes, Paris, Gallimard/Julliard, 2013 (édition originale Julliard, 1970).

Brunet Serge et Ruiz Ibanez José Javier (dir.), Les milices de la première modernité, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Destouches André, les corps francs et les compagnies franches, (1792-1794), mémoire de maîtrise sous la direction de Albert Soboul, bibliothèque de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, juin 1971 (inédit).

Folio Gérard (Général), « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’époque contemporaine », dans Cahiers du Centre d’Études et d’Histoire de la Défense, no 25/2005.

Gainot Bernard, Les légions franches de 1792 à 1794, mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Paul Bertaud, bibliothèque de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, juin 1971 (inédit).

Mémoires et reconnaissances, 1M484 (2) Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795 sur les Pyrénées orientales et occidentales, rédigé d’après la correspondance et les rapports du Comité de Salut public, des représentants du Peuple, des Généraux en chef et d’autres documents officiels existant au Dépôt général de la guerre.

Mémoires édités par C.L.M. Poinçot, chef d’escadron au corps d’état-major, sous la direction de M. le lieutenant général baron Pelet, directeur du Dépôt général de la Guerre, 2eme volume, 1838.

Reinhard Marcel, Le grand Carnot, Paris, Hachette, t. 1, 1950 (réédition avec une préface de Charles C. Gillispie, Paris, Hachette, 1994).

Roche Jean de la (Sous-lieutenant), L’évolution et la création des premières troupes de montagne en France, aux xviie et xviiie siècles, mémoire de master Paris 1 – Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, sous la direction de Bernard Gainot, juin 2011.

Service historique de la Défense (SHD) : sous-série Xw : volontaires nationaux, sous-série Xk : troupes spéciales, Xk11, Légion nationale des Pyrénées.

Annexes

No 1. Engagements militaires de la Légion des Pyrénées ; petite guerre et guerre de positions.

Perpignan, le 19 juillet 1793,

Les représentants du peuple, envoyés près de l’armée des Pyrénées orientales, à la Convention Nationale,

Citoyens nos collègues, nous nous empressons de vous apprendre des nouvelles qui vous seront agréables et que nous vous envoyons par un courrier extraordinaire.

Le 16, vers huit heures du soir, les Espagnols attaquèrent nos avants postes sur la hauteur du Mas de Serre, les repoussèrent après une vigoureuse résistance et s’établirent à leur place. Le général Dagobert donna des ordres pour éviter toute surprise pendant la nuit, renforça tous les postes avancés, et fit faire des patrouilles continuelles. Le 17 au point du jour, le général était en reconnaissance avec le lieutenant-colonel Pérignon commandant la Légion des Pyrénées, et le lieutenant-colonel Grésieux, de la même légion. Ils arrivaient aux dernières sentinelles, lorsque les obus et les boulets qui pleuvaient sur eux, et sur la batterie de l’avant-garde leur firent apercevoir l’artillerie formidable que les Espagnols avaient établie sur la hauteur du Mas de Serre, d’où ils envoyaient aussi dans nos campagnes une multitude innombrable de boulets, de bombes, et d’obus.

Le canon de l’avant-garde répondait au feu de l’ennemi, et bientôt les batteries du Grand Camp jouèrent, le général Dagobert fit prendre les armes à toute l’avant-garde, lui ordonna de se poster en avant sur la droite et sur la gauche de son camp, derrière les hauteurs pour y faire feu en même temps, moins exposée aux boulets et prête à paraître sur-le-champ, en cas de besoin. Le général Dagobert et l’adjudant Poinsot s’étant retirés au Grand Camp pour concerter les opérations, Pérignon commanda cette avant-garde, dont il détacha 950 tirailleurs, aux ordres de Soulevat, capitaine dans la légion des Pyrénées, pour les opposer aux tirailleurs espagnols qui paraissaient en très grand nombre sur les hauteurs en face du Mas des Jésuites. Il renforça nos tirailleurs de distance en distance par des détachements de 20 à 25 chasseurs, à mesure qu’il voyait le nombre des ennemis s’augmenter et surtout s’étant aperçu qu’ils avaient une pièce de canon. Cette petite guerre se faisait avec chaleur de part et d’autre, et avec avantage de notre côté. Lorsque l’adjudant général Poinsot arriva avec 300 hommes du Grand Camp, ayant des ordres pour prendre deux pièces de canon de 4, se poster en avant et attaquer les ennemis sur leur droite. Le mouvement fut exécuté avec célérité. Ils arrivèrent à la hauteur du Mas des Jésuites, et les Espagnols furent repoussés. On découvrit alors des colonnes nombreuses de cavalerie et d’infanterie ennemies. L’adjudant général Poinsot vit alors que nos deux pièces étaient insuffisantes. Il partit pour demander deux pièces de 4 et deux pièces de 8. Cependant, Cordier, lieutenant d’artillerie dans la Légion des Pyrénées, brisait les escadrons ennemis avec ses deux pièces et l’on voyait leurs colonnes plier et se retirer vers leur grand camp [Argelès], dirigée par le citoyen Lamartillière, commandant en chef dont on ne saurait trop faire d’éloges, avait foudroyé les batteries établies par les Espagnols sur les hauteurs de nos défenses, et venait les forcer à se retirer lorsque les pièces de 4 et de 8 que Poinsot avait été chercher arrivèrent. Pérignon commandait en son absence. Il laissa pour garder sa gauche ses deux pièces à leur position, avec un détachement pour les soutenir, et il fit poster celles qui venaient d’arriver sur la hauteur du Mas de Serre. En y arrivant, on la trouva couverte des débris du train d’artillerie espagnole, et leurs environs étaient jonchés de chevaux et de mulets morts. Il avait placé l’infanterie derrière la butte ; elle était là pour soutenir la pièce, et elle y était à l’abri, autant que faire se pouvait, de l’artillerie espagnole, qui ne cessait de vomir des boulets et surtout des obus. Pérignon faisait face avec succès depuis environ une demi-heure, lorsque l’adjudant-général Poinsot arriva, il fut d’avis de gagner une position en avant ; on s’y posta. Rendu là, il s’aperçut qu’il pouvait sans danger s’aventurer encore sur une autre butte ; ils y allèrent et notre artillerie foudroya les colonnes et les tentes espagnoles ; grâce à un sergent d’artillerie du 1er régiment, pas un boulet ne fut sans effet. Ces succès leur faisaient bien regretter de n’être pas plus fort en artillerie. Bientôt, ils aperçurent des colonnes ennemies sortir de Canohes (?) ; ce mouvement fit penser à Poinsot que nos pièces pouvaient se trouver exposées, il ordonna de se replier sur le premier poste, c’est-à-dire sur la butte du Mas de Serre, ce qui fut aussitôt exécuté. Nos pièces à cette position avaient déjà tiré quelques coups de canon, lorsque le général Dagobert arriva et donna des ordres pour se poster de nouveau en avant sur la butte qu’on venait de quitter. En même temps, le général Barbentanne qui venait de placer un renfort de mille hommes qu’il avait conduits sur les hauteurs, à gauche de la ferme de Serre, se rendit à notre position. Il dit au général Dagobert qu’il allait lui donner de son artillerie, le renforcer d’une compagnie de grenadiers et que lui, Barbentanne, resterait à sa disposition pour le soutenir ou le recevoir en retraite avec trois pièces de canon de 4, et une de 12 qu’il avait sur sa gauche ; laquelle fit un feu très soutenu sous les ordres du général Mélinet. Le général Barbentanne avait en outre placé à sa gauche les chasseurs à cheval de la Légion des Pyrénées. De cette position, il contenait Pouillastres et Mas-deu ; à sa droite, il avait placé la gendarmerie. Le général Dagobert se porta en conséquence sur l’éminence qui est en avant de celle de la ferme de Serre, avec une pièce de 8, une couleuvrine de 4, et un obusier, ayant derrière lui et à sa gauche de l’infanterie cachée aux ennemis. Il fit là une canonnade soutenue et nourrie, malgré le feu de toute l’artillerie espagnole qui obscurcissait l’air et couvrait le général de bombes et de boulets […] le colonel Pérignon, voyant les chasseurs à pied qu’il commandait, se laisser entraîner et se retirer en désordre, après leur avoir reproché d’abandonner ainsi leurs officiers, ne voulut pas les suivre ; il prit le fusil et les cartouches d’un de ses chasseurs blessés et fut se placer comme fusilier à côté des grenadiers de Champagne qui soutenaient avec courage le feu de l’ennemi, et il ne reprit le commandement des chasseurs que lorsqu’ils se furent ralliés, et qu’ils furent revenus à luia.

 

No 2. Pétition des chasseurs-canonniers de la Légion nationale des Pyrénées.

Aux représentants de la Nation Française,

Citoyens,

Des soldats que l’on trompe et auxquels on veut enlever leurs droits : des hommes libres que l’on veut décourager et avilir ; des républicains que l’on voudrait accoutumer à fléchir honteusement sous les ordres d’un seul ; enfin, vos concitoyens se jettent dans vos bras ; ils implorent à grands cris votre intervention dans une affaire qui intéresse le triomphe de l’Égalité et la ruine de l’aristocratie militaire.

Profondément aigris du retard que l’on apporte dans la jouissance de nos droits ; douloureusement blessés de la conduite tortueuse et traîtresse de leurs chefs ; ils ont réprimé tout mouvement illégal, quoiqu’assurés de la justesse de leur cause, quoique convaincus de la clarté de la loi ; jaloux de maintenir le bon ordre et la tranquillité, ils ont préféré retarder de quelques jours la nomination de leurs capitaines en second, et confier leur sort au sénat auguste qui donne des lois à la France, et qui protège les soldats contre l’ambition et le despotisme des hommes en place ; bien plus, ils se félicitent de ce retard. Il nous procure l’occasion d’adresser l’hommage de nos cœurs à une assemblée de philosophes et de sages. Il nous procure l’occasion de dévoiler l’affreuse turpitude des amis de Dumouriez et des fleurs de lys.

Notre cause a déjà été portée à votre tribunal, vous aviez prononcé ; mais c’était en faveur du soldat, et c’en était assez pour que l’on éludât vos ordres, pour qu’on leur prêtât une obscurité que le vil intérêt pouvait seul apercevoir.

Les faits vous sont connus ; l’exposition en sera donc très simple. Chaque compagnie d’artillerie doit avoir un capitaine en second ou « en cornette » ; la nomination en revient aux soldats ; et cependant la loi du 16 septembre nous assure n’être laissée au choix du Pouvoir Exécutif que la nomination des membres de l’état-major, et des capitaines-commandants. On répond à notre objection que nous ne sommes pas chasseurs, et cependant dans nos engagements, nous avons pris la qualité de chasseurs-canonniers. Membres d’un corps de troupes légères, quelle loi, quel usage, pourrait nous enlever la qualité de chasseurs canonniers ?

Tant d’absurdes objections, vous aviez déjà pu les apprécier ; malheur à ceux qui nous obligent de vous détourner encore ; mais leurs mauvaises intentions nous y portent, autant que leur ambition déplacée devient funeste à la chose publique.

Jaloux d’usurper les droits des soldats, nos chefs empruntent mille et mille raisons, ils se retrouvent de mille et mille manières. Dans leurs criminels accès de rage impuissante, ils trouvent l’odieux moyen d’annuler les lois de nos représentants, puisqu’ils en retardent l’exécution. Votre décret du 13 avril, ils ne veulent pas le comprendre. Des ordres trop clairs de nos sages commissaires, ils les trouvent illégaux.

Législateurs, nous vous les dénonçons. Vous connaissez la justesse de notre cause, vos commissaires ont pu apprécier notre amour pour l’équité ; ils ont vu notre sang-froid au milieu des menaces outrées de nos chefs ; que notre conduite vous engage à nous rendre la plus prompte justice. Tous les chasseurs-canonniers vous le demandent au nom du Salut public et de leur sûreté individuelle. Législateurs, dites un mot, qu’il soit clair et énergique, et nos chefs verront l’inutilité de leur perfide démarche ; tous nos bras vont s’élever vers le Ciel pour vous témoigner notre reconnaissance ; et nous nous efforcerons de choisir des capitaines en second patriotes et éclairés ; élus par les soldats, ils ne trahiront point la Patrie ; dignes de marcher à notre tête, ils vaincront ou mourront avec nous. »

Premiers signataires ; Romiguières, Blissot, Daniel… suivent 42 signaturesb.

Notes

1 F. Canonge (Général), Histoire et art militaires, t. III, chapitre 8 : la « guerre en montagne ».

2 J. de la Roche (Sous-lieutenant), L’évolution et la création des premières troupes de montagne en France, aux xviie et xviiie siècles.

3 On peut entendre par « culture d’armes » les usages et les représentations liées à une certaine forme de « disposition au combat », au sens où l’entend V. D. Hanson, Carnage et culture, p. 18-22.

4 B. Gainot, Les légions franches de 1792 à 1794.

5 Archives Parlementaires, J. Mavidal et E. Laurent (dir.), t. 42, p. 333.

6 M. Reinhard, Le grand Carnot, t. 1.

7 Archives Parlementaires, idem, t. 42, p. 254.

8 Une troisième légion, la Légion des Deux-Mers, avait été planifiée par Servan le 14 janvier 1793. (Archives Parlementaires, idem, t. 57 (1900), p. 42.) La séparation ultérieure de l’armée des Pyrénées rend ce projet caduc.

9 A. Destouches, les corps francs et les compagnies franches, (1792-1794), p. 42.

10 Service Historique de la Défense (désormais SHD), Vincennes, sous-série Xw 89, (volontaires nationaux, copie d’archives départementales) Pyrénées orientales.

11 Publications de l’État-Major, L. Krebs et H. Moris, Campagnes dans les Alpes pendant la Révolution (1792-1793).

12 SHD, Xw 38-41, Haute-Garonne.

13 L. Krebs et H. Moris, op. cit.

14 SHD, Xw 42, Hautes-Pyrénées.

15 SHD, Xw 5-7, Ariège. Capitaine Dessat et capitaine De L’Estoile : « les volontaires de l’Ariège », p. 110-133 et 156-177.

16 SHD, Xw 9, Aude.

17 SHD, Xw 38-41, Haute-Garonne, op.cit. Registre de contrôle de la 11eme compagnie.

18 SHD, Archives administratives, Registres de contrôle des troupes : Registre de contrôle du bataillon de chasseurs de la Chataigneraye.

19 Archives Nationales A 8/1/37, dossier 11.

20 SHD, Xw 46-47, Hérault.

21 Registre de contrôle du bataillon de chasseurs de la Chataigneraye, voir note (18).

22 SHD, Xw 58, Lot.

23 Capitaine Labouche, Histoire d’une demi-brigade (1792-1801) : le chef de brigade Harispe et les chasseurs basques.

24 SHD, Xw 42, Hautes Pyrénées, op. cit.

25 SHD, Xw 89, Pyrénées orientales.

26 AN, D8/1/37, dossier II. Capitaine E. Gleizes, « Historique des volontaires du Tarn, (1791-1793) ».

27 Service Historique de la Défense, Mémoires et reconnaissances, 1M484 (2) Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795 sur les Pyrénées orientales et occidentales, rédigé d’après la correspondance et les rapports du Comité de Salut public, des représentants du Peuple, des Généraux en chef et d’autres documents officiels existant au Dépôt général de la guerre. Mémoires édités par C.L.M. Poinçot, chef d’escadron au corps d’état-major, sous la direction de M. le lieutenant général baron Pelet, directeur du Dépôt général de la Guerre, 2eme volume, 1838.

28 Mémoires du chef d’escadron Poinçot, Idem.

29 Ibidem.

30 J.-P. Bertaud, Valmy, La démocratie an armes, p. 257-296.

31 Pour certains auteurs, c’est en référence à un mercenaire catalan du xvie siècle, Miquelot de Prat, qui emmena sa clientèle combattre en Italie; pour d’autres, c’est le bras armé des confréries du Roussillon vouées à San Miquel (Saint-Michel). Encyclopédie militaire et maritime, dictionnaire des armées de terre et de mer, p. 855.

32 A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria, 1637-1694. La guerre du sel et les autres.

33 Lettre de Louvois à Carlier, 5 février 1674, citée par le sous-lieutenant Jean de la Roche, les premières troupes de montagne, op. cit., p. 61.

34 S. Brunet et J. J. Ruiz Ibanez (dir.), Les milices de la première modernité ; S. Brunet, « Les mutations des lies et passeries des Pyrénées, du xive au xviiie siècle », p. 431-456.

35 Archives Départementales Pyrénées atlantiques, E 2 175, cité par Chr. Desplat (édit.), Les villageois face à la guerre, xixe-xviiie siècles.

36 J.-P. Bertaud, Valmy, la démocratie en armes, op.cit.

37 B. Gainot, Les légions franches de 1792 à 1794, op. cit., p. 37. Laussat joua un grand rôle dans la levée des compagnies franches de la Légion des montagnes, qu’il finança avec des fonds particuliers (SHD, Xw 9, Xk 11). Pierre-Clément Laussat (1756-1835). Né à Pau, il occupe une place de receveur général des finances des pays d’état de l’intendance de Pau et Bayonne, à la fin de l’Ancien Régime. En 1794, il est payeur-général à l ’armée des Pyrénées, puis il est élu représentant des Basses-Pyrénées au Conseil des Anciens sous le Directoire. Il fit une carrière préfectorale sous le Consulat et l’Empire ; en Louisiane, il supervise localement la vente aux États-Unis, puis devient préfet en Martinique, et préfet maritime à Anvers. Il est gouverneur de Guyane à l’époque de la Restauration.

38 Voir annexe no 1 : engagements militaires de la Légion des Pyrénées ; petite guerre et guerre de positions.

39 SHD, 1M484 (2), Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795. op. cit., p. 33.

40 Général G. Folio, La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’époque contemporain, p. 185-188 : « le camp retranché de 1793 ».

41 Arch. Nat., D1/37 (2), cité par A. Destouches, op. cit., p. 91.

42 A. Destouches, Idem, p. 93.

43 Voir la pétition des chasseurs-canonniers reproduite en annexe.

44 Capitaine H. Labouche. Histoire d’une demi-brigade (1792-1801) : le chef de brigade Harispe et les chasseurs basques.

45 Narration par la Société Républicaine du Mont de la Liberté d’un accrochage entre la compagnie de miquelets au lieu d’Eyne, 19 mai 1793, AN, D1/36 (9).

46 SHD, Xw 89.

47 Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795 sur les Pyrénées orientales et occidentales, op. cit., p. 35-36.

48 Capitaine Labouche, Histoire d’une demi-brigade (1792-1801), op. cit.

49 SHD, dossier 2 Ye 157, dossier « Barbanègre », colonel dans la Grande Armée.

50 SHD, dossier 7Yd 915.

51 B. Gainot, op. cit., p. 104.

a SHD 1M484 (2). Résumé historique des campagnes de 1793, 1794 et 1795 sur les Pyrénées orientales et occidentales, rédigé d’après la correspondance et les rapports du Comité de Salut public, des représentants du Peuple, des Généraux en chef et d’autres documents officiels existant au Dépôt général de la guerre. Par CLM Poinçot, chef d’escadron au corps d’état-major, sous la direction de M. le lieutenant général baron Pelet, directeur du Dépôt général de la Guerre, 2eme volume, 1838, p. 43-44.

b B. Gainot, op. cit., annexe XVII.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Carte générale des positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales.
Crédits © Service historique de la Défense, 1 m 484 (2).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2. - Carte générale des positions occupées par l’armée des Pyrénées occidentales, détail.
Légende Les compagnies franches dans la vallée de Baïgory, la citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port et le passage de Roncevaux. Les compagnies franches sont mentionnées par des rectangles bleus avec un numéro en face.
Crédits © Service historique de la Défense, 1 m 484 (2).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Maître de conférences honoraire à l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF, université Paris I - Panthéon-Sorbonne), membre de la section d’Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions du CTHS

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search