Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

Barrer ou circuler : le paradoxe montagnard, l’exemple de Briançon et du col de Montgenèvre

Hugues Paucot et Nicolas Faucherre

Résumé

Devant les risques d’invasion, toute nation s’est vue contrainte à un moment ou à un autre de son histoire de barrer les accès à son territoire en fortifiant les points de passage empruntables par les armées ennemies ou les populations voisines. Mais ces axes sont aussi des voies de communication et d’échanges commerciaux essentielles au développement des pays limitrophes et des populations locales. Ainsi, parmi l’ensemble des points de passage entre France et Italie, le col de Montgenèvre représente, depuis bien avant notre ère, un lien essentiel d’unification, mais aussi une voie régulière de passage des armées. En conséquence, au fil des siècles, la circulation sera fluidifiée ou barrée au gré des politiques développées de part et d’autre du col. Si aujourd’hui, on peut raisonnablement penser que les canons se sont définitivement tus sur la frontière alpine, la réinstallation actuelle de points de contrôle illustre parfaitement la permanence de l’histoire.

Texte intégral

Des origines aux guerres d’Italie

  • 1 F. Artru, « La circulation dans les Alpes à l’époque romaine ; l’exemple des Alpes cotti (...)
  • 2 J. Martin, Le destin avorté de Montgenèvre, p. 3.
  • 3 I. Cloulas, Charles VIII et le mirage italien, p. 53.
  • 4 T. Crépin-Leblond, G. Fonkenell et P. Thibault, Galiot de Genouillac, l’autre (...)
  • 5 P. Guillaume, Les premières fortifications de Briançon, p. 5.

1De tout temps, les cols montagnards ont constitué des points de passage migratoires essentiels tant commerciaux que militaires. Ainsi, depuis des millénaires, leur aménagement, indispensable au transit commercial, a généré le problème de leur contrôle pour, le cas échéant, tenter d’arrêter toute migration hostile. Parmi l’ensemble des cols transalpins entre France et Italie, celui de Montgenèvre, situé sur l’axe Gap – Turin (fig. 1), constitue, depuis au minimum le iie siècle avant J.-C., une de ces voies commerciales et militaires d’importance tel qu’en attestera au iiie siècle la table de Peutinger. Passage clé de l’Empire romain, son destin se scelle lors de la pacification des Alpes par Auguste et son alliance avec le roi Cottius. Nommé préfet, celui-ci fait édifier des fortifications pour assurer la sûreté de la route, et la rendre carrossable. La maîtrise de la voie du Montgenèvre parait en effet un préalable obligé, car donnant accès à Lyon, centre logistique essentiel pour la préparation des campagnes suivantes1. Mais si la vocation militaire du Montgenèvre s’affirme très tôt, sa fonction commerciale ne doit pas être négligée, même si ce trafic pacifique a laissé moins de traces. Les archives douanières d’Ad Fines et de Cularo laissent pressentir l’importance de ces échanges2. Lieu de passage régulièrement fréquenté par les troupes en mouvement, le col jouera encore un rôle essentiel durant toutes les guerres d’Italie. En 1494, Charles VIII s’arrête à Briançon avec une armée de 5 000 hommes avant de passer le Montgenèvre3; mais on pourrait également citer le cas de Galiot de Genouillac y conduisant l’artillerie lourde à la veille de la bataille de Marignan4. Cet exploit ne doit toutefois pas masquer les difficultés de ce franchissement. Il convient en effet de signaler que jusqu’au début du xixe siècle, le chemin d’accès au col reste difficilement carrossable, et que le transfert de tout charroi lourd ou pièce d’artillerie s’effectue par morceaux, et nécessite l’utilisation de palans, voire de traîneaux selon la saison. Malgré ces obstacles, et pour contrer toute invasion depuis le Piémont italien, la ville de Briançon, gardienne du col, se voyait défendue depuis le ivsiècle par un château, et il semble que la ville elle-même sera fortifiée et entourée de murailles dès avant le xive siècle5. Ainsi, dans une description du château de Briançon, datée du 28 mai 1339, on peut lire :

  • 6 Inventaire des Archives de la Chambre des comptes de Grenoble, vol. I, p. 259 (...)

« Ce château était bâti sur une montagne assez haute, avec un grand donjon, le tout de la longueur de vingt-six toises […] plus qu’au milieu du donjon, il y avait une tour carrée de la hauteur de douze toises […] plus que la ville était fermée de murailles formant dix bastions ; qu’elle avait encore pour enceinte la rivière de la Durance et un grand roche. »6

Fig. 1. - Schéma général de situation.

Fig. 1. - Schéma général de             situation.

Schéma : H. Paucot ©.

  • 7 « Ce n’a point esté un petit effect, car le chasteau de Briançon, ainsy accomodé et bast (...)

2En réalité, l’enceinte existante était principalement constituée des façades arrière des maisons sises en lisière extérieure. Le château sera par ailleurs renforcé de bastions dès le milieu du xvie siècle comme en atteste un plan conservé aux archives départementales de l’Isère (J 500) et confirmé par un courrier de Lesdiguières à Henri IV7. Cependant, depuis l’invasion du Piémont en 1536 par les troupes de François Ier, la possession des forteresses d’Exilles, Fenestrelle, Cazal, Pignerol et Château-Dauphin avait éloigné la frontière savoyarde de la ville et de son col, Briançon ne constituant dès lors plus qu’une place de troisième ligne. Jusqu’à la fin du siècle, seul le rôle que Briançon aura à jouer durant les guerres de religion induit durant cette période un certain entretien des fortifications existantes. Le rôle militaire de barrage face à une invasion étrangère éventuelle paraît donc, à cette époque, limité. Mais Lesdiguières, qui a franchi le col un certain nombre de fois, conscient de l’enjeu stratégique et économique qu’il représente, va tenter de maintenir son importance :

  • 8 L. Douglas et J. Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, (...)

« Car, puisque celluy du Mont-Genèvre est le plus court, le plus aisé et le plus ancien et usité, il n’y auroit point de raison de souffrir que les intérétz du Roy fussent privez de l’utilité de ce passage, et que ceux d’un prince estranger s’en prévalussent à leur intérest. »8

La guerre de la Ligue d’Augsbourg

  • 9 J. Chabrand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, se (...)

3Cependant, à la fin du xviie siècle, la ville n’était encore entourée que de l’enceinte de Charles VI lorsque la décision est prise par l’intendant Bouchu de charger Hue de Langrune, ingénieur du Roy à Grenoble, de renforcer les défenses de Briançon. La paternité de la première enceinte bastionnée peut lui en être ainsi attribuée comme en atteste un plan daté du 14 août 1691 (fig. 2). Toutefois, certains travaux préliminaires semblent avoir été entrepris dès 1689 sur l’enceinte existante, comme le montre le devis dressé par M. d’Angrogne, ingénieur du Roy. Ces travaux consistaient à « fermer les jours et fenêtres visant hors la ville, à réparer les brèches de la fausse-braye du château, etc. ». De plus, les portes de la ville étaient en si mauvais état qu’il fut nécessaire de les refaire9. Ces travaux réalisés avec de maigres ressources locales ne seront en réalité que cautère sur jambe de bois. La décision de construction d’une première enceinte bastionnée avait été prise entretemps devant la menace d’un coup de main que faisaient peser les Vaudois sur la ville. Communauté religieuse née à Lyon à la fin du xiie siècle, passée à la Réforme et persécutée tant par la France que par la Savoie, elle constituait alors un danger suffisamment sérieux pour justifier la construction de l’enceinte en question. Quoi qu’il en soit, le tracé de l’enceinte médiévale peut être observé sur un tableau, ex-voto dédié à saint Nicolas, et exposé dans le croisillon Sud du transept de la collégiale. Les deux profils de l’ancienne et de la nouvelle enceinte peuvent aussi être plus facilement comparés sur la gravure de La Pointe donnée en figure 3.

Fig. 2. - Plan de l’enceinte urbaine de Briançon en 1691 signé Delangrune.

Fig. 2. - Plan de l’enceinte urbaine de             Briançon en 1691 signé Delangrune.

© Musée des Plans-reliefs, Paris. Photo. B. Arrigoni.

Fig. 3. - Dessin de La Pointe.

Fig. 3. - Dessin de La Pointe.

(coll. H. Paucot).

4En 1692, le duc de Savoie Victor Amédée II, qui a rejoint la Ligue d’Augsbourg, envahit le sud du Dauphiné par les cols de Larche et de Vars. Guillestre, Gap et Embrun sont prises, et l’alerte est suffisamment chaude pour déclencher la venue de Vauban dès le mois d’octobre. Lors de son arrivée, Vauban observe les constructions et rend ainsi compte dans son mémoire de novembre 1692 :

« La ville est formée de deux enceintes, l’une vieille, l’autre nouvelle. On ne peut guère compter sur l’ancienne qui est très mince, toute percée de fenestrages et d’égouts, et adossée partout de bâtiment. »

5Sans doute, mal ou pas informé de l’existence de la nouvelle, il poursuit :

  • 10 Autre nom attribué aux Vaudois.

« La nouvelle enceinte de la place ayant été faite en vue de la sauver d’une insulte des Barbets10 et non de soutenir un siège réglé, est peu de chose : ce ne sont que murs de moellons […] les flancs en sont très petits […] peu ou point de fossé et le tout fort acculé sur la vieille enceinte, ce qui rétrécit l’espace. »

6Le moment de mauvaise humeur et de surprise passé, il poursuit cependant :

  • 11 P. Boyer, Les Fortifications du Briançonnais, p. 12.

« Il ne faut pourtant accuser ici personne de malfaçon […] de sorte qu’à tout prendre, il me paraît qu’on a à peu près tiré tout le bon parti que l’on peut attendre de cette mauvaise situation. »11

  • 12 Vauban à Le Peletier, 23 septembre 1700 cité par R. Bornecque, « Aspects médié (...)
  • 13 Mémoire du 25 septembre 1692 cité par A. de Rochas, La Campagne de 1692 dans l (...)

7Lors de son second voyage effectué quelques années plus tard, il confirmera d’ailleurs cette opinion en parlant de « la mauvaise situation du lieu qui est horriblement bossillé et commandé à vue d’oiseau presque de tout côté »12. Dans son premier projet pour la ville (Projet des ouvrages à faire à la ville et au château de Briançon daté du 22 novembre 1692, et conservé au Service Historique de la Défense), il prescrit le développement des fortifications et souligne la nécessité de fortifier le replat au pied de la « montagne du Poët » (future redoute des Salettes – fig. 4). C’est également au cours de ce voyage que, sur indication du maréchal de Catinat, Vauban découvre le plateau des « mille vents », qui deviendra le site de la forteresse de Mont-Dauphin13.

Fig. 4. - Plan des forts de Briançon au milieu du xviiie siècle.

Fig. 4. - Plan des forts de Briançon au             milieu du xviiie siècle.

© Musée des Plans-reliefs, Paris. Photo. B. Arrigoni.

  • 14 Lettre de Vauban aux membres de la fabrique de l’église de Briançon datée du 26 juin (...)
  • 15 J. Peter, Le Journal de Vauban, p. 267.

8La citadelle de Pignerol ayant été abandonnée lors du traité de Turin (1696), il en résulte que la frontière se rapproche alors du col et de la ville de Briançon. En 1700, lors de son second voyage, Vauban prescrit à nouveau la construction d’une « redoute à mâchicoulis » sur l’emplacement de la future redoute des Salettes. Il souligne la nécessité d’occuper le plateau des Têtes qui domine la ville, d’en assurer la liaison avec la ville en construisant un pont sur la Durance, le futur pont « d’Asfeld » (fig. 4). Bien que ce point soit controversé, il émet, semble-t-il, un projet sur le plan et l’emplacement de la nouvelle église ; l’ancienne, située en dehors des murs, avait été détruite lors de la construction de la nouvelle enceinte14. D’après lui, la dépense est alors estimée à 1 940 231 livres15.

La guerre de Succession d’Espagne

  • 16 H. O’Byrne, La Bataille de la Vachette, p. 4.

9En 1708 et 1709, lors de la Guerre de Succession d’Espagne, les troupes savoyardes pénètrent à nouveau en France et menacent Briançon, mais sont finalement bloquées à La Vachette, hameau situé entre Briançon et le col16, ainsi que sur le col de Buffère (fig. 1). Une fois encore, l’alerte fut chaude, et l’on s’empresse de ressortir des cartons les mémoires de Vauban. Parmi ses projets, auront donc été réalisés rapidement : les portes de Pignerol et d’Embrun, la fausse braie du front Nord et son chemin couvert maçonné (fig. 5), les deux poudrières, celle du château et celle sise près du couvent des Cordeliers, la grande caserne construite sous le château ainsi que la couverture du puits. La même année, la redoute des Salettes est réalisée par l’ingénieur Tardif.

Fig. 5. - Vue aérienne de la ville de Briançon, de son enceinte urbaine, œuvre de Hue de Langrune et de Vauban, et du château royal, entièrement remanié sous la Monarchie de Juillet.

Fig. 5. - Vue aérienne de la ville de             Briançon, de son enceinte urbaine, œuvre de Hue de Langrune et de             Vauban, et du château royal, entièrement remanié sous la Monarchie             de Juillet.

© Photographie H. Paucot.

  • 17 M. Blanchard, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796 (...)

10En 1713, par le traité d’Utrecht, la France perd son glacis piémontais et les places d’Exilles, Fenestrelle et Château-Dauphin ; la limite avec la Savoie s’établit dorénavant aux eaux pendantes et Briançon devient alors place frontière. En conséquence, et de manière encore plus accrue depuis cette modification, toute la politique des transports transalpins est de facto contrôlée par le duc de Savoie. En effet, s’étant ainsi assuré de tous les cols et de tous les débouchés vers l’Italie, il va promouvoir le col du Mont-Cenis, ainsi que le col de Tende, dont il contrôle les deux versants, au détriment notamment du Montgenèvre. Dès lors, cessant d’entretenir la partie orientale de l’accès au col, il le transforme en véritable impasse, en y appliquant « un rigoureux système de clôture hermétique complété par la destruction des chemins sur le débouché oriental »17. Outre l’aspect économique, les militaires savoyards avaient également tout intérêt à s’opposer à l’édification d’une route carrossable traversant le col pour mieux protéger la capitale turinoise d’une attaque toujours possible des troupes françaises.

  • 18 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 99.
  • 19 J. Martin, Le destin avorté de Montgenèvre, p. 5.
  • 20 Mémoire sur l’attaque des retranchements de l’Assiette par Mr le Comte de Mail (...)
  • 21 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 246.

11À l’inverse, côté français, cette césure est d’autant plus mal vécue par les habitants du Briançonnais que ceux-ci avaient constitué une forme de confédération, répartie de part et d’autre du col, entre communautés montagnardes, et appelée le Grand Escarton ; le col constituait donc jusque-là un lien entre ces communautés qui sera quasiment détruit par sa fermeture18. De leur côté, les militaires, Vauban excepté sans doute, auraient préféré conserver la tête de pont à la conception linéaire de la frontière. En conséquence, bien que les rampes aient été moins accentuées et qu’il n’était pas systématiquement nécessaire de démonter les voitures comme lors de la traversée du Mont-Cenis, le col du Montgenèvre va connaître un profond déclin tout au long du xviiie siècle19. Cependant, malgré ces difficultés accrues de franchissement, décision est prise de fortifier la ville afin d’éviter toute surprise. Il est fort probable que cette décision ait eu pour motivation de créer un centre logistique important pour faire peser une menace sur le Piémont savoyard et anticiper ainsi une invasion toujours envisageable ; cette base de départ palliant peu ou prou la perte de la tête de pont, qui aurait permis de porter les troupes en Italie. Ainsi, s’inspirant du projet de Vauban, le marquis d’Asfeld fait réaliser la fortification du plateau des 3 têtes ; mais celui-ci étant dominé par celui du Randouillet, un fort y est également construit. De plus, pour prémunir ce fort d’une attaque depuis le replat de Serre la Latte, situé un peu plus haut, on y construit les forts d’Anjou et la redoute du Point du Jour (fig. 4). Le sommet de l’Infernet, montagne sur les pentes de laquelle tous ces ouvrages ont été établis, sera lui-même doté de fortifications de campagne par le maréchal de Berwick, puis d’une construction permanente par le comte de Mailly au lendemain de la bataille du col de l’Assiette20. Enfin, sur la route provenant du Montgenèvre, en rive gauche de la Durance, le fort Dauphin, dernière réalisation, servira d’avant-poste. Pour assurer la liaison entre tous les ouvrages, le marquis d’Asfeld fait établir un pont de pierres sur la Durance, et un ouvrage unique et original, la communication « Y », entre forts des Têtes et du Randouillet. Le chantier va durer de 1709 à 1734 et nécessiter un budget de plusieurs millions de livres21. Situé au pied d’un col moyennement carrossable et quasi fermé par la politique savoyarde de préférence au Mont-Cenis, cette dépense paraît somptueuse et l’ensemble complètement démesuré.

La guerre de Succession d'Autriche

  • 22 Ibid., p. 236.
  • 23 H. O’Byrne, La Bataille de l’Assiette, p. 30.
  • 24 Ibid., p. 26.
  • 25 J. Chabrand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, se (...)
  • 26 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 219.

12Et à vrai dire, les fortifications de Briançon ne seront effectivement menacées qu’une seule fois avant la fin du siècle, au cours de la guerre de succession d’Autriche, lorsque les troupes austro-sardes seront facilement repoussées au col de L’Échelle et du Montgenèvre en juillet 1747 par quelques troupes légères et par les milices du pays. À peine les Savoyards eurent-ils le temps d’effectuer une incursion dans la vallée de la Cerveyrette22 et de piller Cervières23. Ces évènements faisaient suite à la défaite désastreuse du col de l’Assiette (19 juillet) où 430 officiers et 4 500 sous-officiers et soldats français sont mis hors de combat, dont beaucoup mourront faute d’hôpitaux pour les accueillir24. Les blessés ayant été dirigés vers Briançon via le Montgenèvre, on rapporte que le lieutenant du roi de l’époque, M. d’Audiffret, lieutenant-colonel du régiment des gardes lorraines, vendit sa vaisselle d’argent pour les faire soigner ; sa femme, dans un état de grossesse avancée, les pansa de ses mains et « mourut en s’acquittant de ce pieux office »25. À cette date, la ville ne disposait en effet que d’un hôpital provisoire, installé dans une maison particulière26.

  • 27 Anonyme, Dei Passaggi alpini, p. 124.
  • 28 Archives départementales des Hautes Alpes, série S, dossier de la route n94, (...)

13La paix revenue après le traité d’Aix-la-Chapelle en 1748, la situation de la circulation par le col n’évolua cependant pas de manière très favorable, la Savoie maintenant sa préférence pour le Mont-Cenis. Ainsi, si le col de Montgenèvre avait permis de conduire des pièces d’artillerie lourde au-delà des monts, seul un exploit comme celui entrepris par un habile cocher en 1770 permettait encore à un charriot à deux chevaux de monter de Cesana à Clavière. Toutefois, cette performance ne sera réalisée qu’avec l’aide des villageois qui poussaient les roues, et qui soutenaient régulièrement le charriot pour donner le temps aux chevaux de se reposer. Cela sembla d’ailleurs un fait tellement extravagant que les habitants de Clavière, première cité italienne de l’autre côté du col, l’avaient inscrit sur le mur de la chapelle de San Gervasio27. Ceci étant, dans un rapport émis le 1er prairial an IX28, il est dit que :

« Les ingénieurs militaires ne trouvent pas les rampes de cette route trop forte parce que les chevaux pour doubler et les hommes pour pousser à la roue ne manquent jamais au moyen des réquisitions que l’on exerce sur les communes environnantes. »

  • 29 J. Sganzin et F.Reibell, Programme ou résumé des leçons d’un cours de constructions, p.  (...)

14En réalité, des 30 % de pente franchissables par les mulets, des 15 % tolérables pour les chars romains, il était quasi impératif de descendre pour les diligences à 5 % en moyenne29.

Napoléon ou la réouverture du col

  • 30 M. Blanchard, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796-1815), p. (...)
  • 31 J. Ladoucette, Histoire, topographie, antiquités, usages, dialectes des Hautes (...)
  • 32 Latiorecce patet caesis via rupibus. « Voilà que s’ouvre une route plus large, (...)
  • 33 P. Vollaire, Les évènements de 1814 dans les Hautes-Alpes, p. 1.
  • 34 J. Chabrand, « Le blocus de Briançon (1815) », p. 120.

15Cependant, au début du xixe siècle, un immense espoir de voir se développer la communication par le col surgit brusquement. Bonaparte, au cours des deux campagnes d’Italie, avait bien compris l’importance des passages transalpins. Pour des motifs à la fois politiques et militaires, Napoléon persistera dans le projet. Passage préféré des militaires, et particulièrement des artilleurs, grâce à la facilité d’accès de ses rampes et à la proximité de Briançon, le col présentait donc des avantages et le désir des Briançonnais était vif de rendre au Montgenèvre toute son activité30. Des crédits sont finalement débloqués, mais l’essentiel de l’élan viendra du préfet Ladoucette, du sous-préfet Chaix et des Briançonnais eux-mêmes qui, n’hésitant pas à mettre la main à la poche et à la pâte, entreprirent dès 1802 la construction de la route que nous connaissons aujourd’hui. Malgré l’opposition d’Emmanuel Cretet de Champmol, directeur des Ponts et Chaussées puis ministre de l’Intérieur, savoyard qui défendait le développement du Mont-Cenis, l’ouverture de la route sera effective le 12 avril 180431. Un obélisque à la gloire de Napoléon érigé au col (fig. 6), une fontaine, simple abreuvoir pour les mules, disposée au pied des lacets et dédiée au ministre Crétet, ainsi qu’une inscription régulièrement restaurée sur la roche à la sortie de Briançon32, témoignent de l’engagement de tous ces acteurs. La mise en service de cette route va ouvrir de nouvelles perspectives, les voitures et diligences pourront en effet passer facilement, et il ne sera plus nécessaire de les démonter, sauf en hiver. Toutefois, le Montgenèvre, auquel manque alors sa voie d’accès depuis Grenoble par l’Oisans et le Lautaret, se voit assigner encore et toujours un rôle essentiellement militaire mais aucune activité commerciale d’importance ne s’y développe. Ainsi, si les évènements militaires qui entraînèrent la première abdication de Napoléon en 1814 se déroulèrent pour l’essentiel loin de Briançon33, il n’en sera pas de même en 1815, date à laquelle la ville va subir un blocus teinté de menaces de la part des troupes sardes34. Mais la résistance du général Eberlée, gouverneur militaire de la place, et des habitants permet de lui éviter toute insulte.

Fig. 6. - Obélisque de Montgenèvre.

Fig. 6. - Obélisque de             Montgenèvre.

© Photographie H. Paucot.

16Malgré le retour de la paix, l’espoir de voir rétablir le col comme un axe de communication important sera de courte durée. Les Savoyards, pour des raisons militaires et économiques toujours identiques, vont encore maintenir le col fermé pendant de nombreuses années.

Le xixe siècle et le réarmement

  • 35 S. Bigoni, Montgenèvre - De l’Infernet au Janus, p. 13.
  • 36 F. Marquilie, Le fort du Janus, aboutissement de 250 ans de fortification dans le Brianç (...)
  • 37 S. Bigoni, Le Chaberton et les fortifications de la faille de Clavière, p. 21

17Qui plus est, au cours du xixe siècle, l’opinion publique italienne se retourne à nouveau contre la France du fait du retrait prématuré de l’aide française à l’unification du pays, puis de la protection apportée par Napoléon III à la défense des États Pontificaux. La défaite contre la Prusse en 1871 et l’invasion de la Tunisie en 1881 vont convaincre l’Italie d’adhérer à la Triple Alliance, aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire austro-hongrois. Dans son programme de re-fortification qui faisait suite à la défaite de 1871 et à la perte de l’Alsace-Moselle, l’état-major devait ainsi prendre en compte la situation politique sur les Alpes. Par ailleurs, en 1858, l’apparition de l’artillerie rayée – qui remplaçait le boulet sphérique par l’obus cylindro-ogival, et augmentait brutalement la portée des canons – rendait Briançon beaucoup plus vulnérable. Toutes ces conditions vont donc à la fois frapper d’obsolescence les fortifications de la ville et nécessiter la réalisation de nouvelles constructions défensives en direction du col. Briançon va désormais se développer au cours d’un processus d’escalade, au sens littéral du terme, en fonction de l’accroissement des portées de l’artillerie et de l’amélioration de ses possibilités de déplacement, jusqu’à l’occupation complète de toutes les crêtes environnantes. Il s’ensuivra la construction d’un vaste ensemble de forts d’arrêts, de redoutes, de batteries, le tout destiné à contenir l’ennemi au plus près des cols et donc de la frontière. De manière plus spécifique au Montgenèvre, le sommet de l’Infernet sera doté entre 1876 et 1878 d’un fort d’artillerie35 (fig. 7), le col du Gondran d’un ensemble de constructions, forts, logements, redoutes, et le sommet du mont Janus qui domine le col à 2 540 mètres d’une redoute, commencée en 1883. Décision ayant été prise d’y rajouter un étage pour la transformer en caserne en temps de paix, les travaux s’y poursuivront jusqu’en 189236. En effet, en 1888, la crise de l’obus torpille décrite précédemment, alliée à la mise en œuvre de nouveaux explosifs et au chargement par la culasse, allaient rendre obsolète une bonne partie des constructions récentes, obligeant l’état-major à réagir, et notamment en enterrant les poudrières de divers forts à peine construits sous un épais matelas de terre. Qui plus est, sur le col, l’état-major italien décide de manière concomitante la construction d’un grand fort d’artillerie au sommet du mont Chaberton (3 131 mètres d’altitude)37. Construit entre 1898 et 1910, dominant le col de près de 1 300 mètres, mais aussi le mont Janus, doté de canons de 149 mm, il faisait également peser une menace sur la ville de Briançon elle-même. Pour contrer dans la mesure du possible la puissance de feu du Chaberton, le génie français va réagir en décidant de réaliser un fort enterré sur le mont Janus, construit entre 1898 et 1906 (fig. 8). Pourvu de 4 canons de 95 sur affût marine, il avait pour mission principale d’interdire l’accès au col du Gondran depuis le Montgenèvre.

Fig. 7. - Fort de l’Infernet.

Fig. 7. - Fort de l’Infernet.

© Photographie H. Paucot.

Fig. 8. - Fort Séré de Rivière du Janus.

Fig. 8. - Fort Séré de Rivière du             Janus.

© Photographie H. Paucot.

18Mais aucune place forte ne peut résister bien longtemps à l’ennemi si les communications entre les ouvrages et les vallées connexes ne sont pas correctement assurées, permettant ainsi les communications d’une vallée à l’autre, et donc les transferts de matériel et de personnel. Ainsi, de par la volonté du général Baron Bergé, commandant du 14e corps et de la défense de Lyon de 1889 à 1893, de nombreuses routes et autres cols alpins seront rendus carrossables, dont les ceux d’Izoard et de Vars.

Les derniers combats

  • 38 F. Marquilie, Le fort du Janus, aboutissement de 250 ans de fortification dans le Brianço (...)

19La dernière campagne de travaux qui s’étale de 1930 à 1940 appartient au grand mouvement de fortifications, conséquence de l’arrivée au pouvoir du mouvement fasciste en Italie, puis quelques années plus tard du mouvement nazi en Allemagne. Comme la frontière de l’Est, les Alpes vont bénéficier de crédits pour développer une ligne Maginot spécifique. Si la ligne de résistance principale est établie sur la crête séparant la vallée de la Guisane de la vallée de la Clarée (petits ouvrages des cols de Buffère, de Granon et, plus loin, des Aittes), de nombreux ouvrages sont réalisés sur la frontière afin d’arrêter l’ennemi au plus loin. Le Janus sera une fois de plus refortifié et transformé en un puissant ouvrage de combat38 (fig. 9). Le col du Gondran sera quant à lui renforcé par la création d’un petit ouvrage enterré. Le barrage rapide de Montgenèvre (fig. 10) constituera un verrou facile à mettre en œuvre en cas d’attaque brusquée et sa protection rapprochée sera réalisée par une myriade de pilules construites par la main-d’œuvre militaire.

Fig. 9. - Ouvrage Maginot du Janus.

Fig. 9. - Ouvrage Maginot du             Janus.

© Photographie H. Paucot.

Fig. 10. - Barrage rapide de Montgenèvre.

Fig. 10. - Barrage rapide de             Montgenèvre.

© Photographie H. Paucot.

20Quel que soit l’état de la route menant au col, le besoin de communiquer et la menace que ce dernier engendrait ont toujours pesé dans les décisions politiques. Militairement, pour l’attaque comme pour la retraite, la voie était nécessaire ; pour le commerce, elle était indispensable. Mais l’ouvrir, c’était aussi offrir à l’adversaire savoyard puis italien une voie d’invasion qui a toujours entraîné le besoin de pouvoir la clôturer. Au demeurant, les moyens mis en œuvre n’ont pas toujours été proportionnels aux besoins, que ce soit par le retard de constructions ou par la surabondance de moyens déployés. Ainsi, on pourrait presque dire que, jusqu’au milieu du xviiie siècle, l’état-major s’est toujours préparé dans le Briançonnais à la guerre qu’il venait de perdre. En construisant Mont-Dauphin, on répondait à l’invasion de 1692. En lançant le vaste programme des forts bastionnés de Briançon, on répondait au traité d’Utrecht (1713), qui plaçait Briançon en première ligne sur la frontière, et Mont-Dauphin en retrait. En construisant dans cette place un grand hôpital entre 1784 et 1787, on répondait au désastre du col de l’Assiette de 1747. Il est frappant de remarquer que les investissements réalisés furent colossaux au regard des difficultés de circulation par le col. Le seul rôle majeur efficace de ces ouvrages va en définitive être de tenir à distance de Briançon les troupes alliées lors des invasions de la fin de l’Empire, malgré la quasi-absence de garnison. À l’inverse, la réalisation des forts Serré de Rivières à la fin du xixe siècle, va certainement jouer un rôle sur les décisions de la politique italienne de rester neutre, mais sa quantification en est par trop malaisée. Quoi qu’il en soit, ils ne furent jamais attaqués. En 1940, les réalisations Maginot n’empêchèrent pas les troupes italiennes de tenter des actions sur le col, sans pour autant jamais réussir à atteindre la ligne de défense principale ; et là encore, malgré des troupes résiduelles fortement réduites vu les envois répétés vers les zones de combats du Nord-Est. Il est donc intéressant de constater qu’à chaque tentative d’invasion, les troupes savoyardes, puis italiennes, vont facilement être arrêtées sur les cols (Montgenèvre, mais aussi Échelle) sans l’aide de fortifications majeures.

 

21Enfin, on aurait pu penser que l’histoire des circulations et des barrages par le col de Montgenèvre pouvait s’arrêter là, sur un constat de libre circulation entre France et Italie, réunis au sein de l’Union Européenne. Mais c’était sans compter sur la situation géopolitique du Moyen Orient. Ainsi, le fanal qui illumine encore le clocher de l’église et qui a guidé durant des siècles les voyageurs égarés a repris du service. Fuyant leurs pays en guerre, instrumentalisés par des passeurs peu scrupuleux, de nombreux réfugiés affluent à nouveau régulièrement vers le col, obligeant les autorités à rétablir des contrôles systématiques… à barrer à nouveau. On peut donc en conclure que, encore aujourd’hui, le Montgenèvre est en définitive plus un enjeu de stratégie diplomatique et géopolitique, qu’un acteur économique.

Bibliographie

Anonyme, Dei Passagi Alpini, Milan, Éditeur G. G.e Destefanis, 1804.

Artru François, « La circulation dans les Alpes à l’époque romaine ; l’exemple des Alpes cottiennes », Dialogues d’histoire ancienne, t. 39, no 1, 2013, p. 237-263.

Bigoni Sylvie, Montgenèvre, de l’Infernet au Janus, Oulx, editur, 2002.

Bigoni Sylvie, Le Chaberton et les fortifications de la faille de Clavière, Oulx, editur, 2009.

Blanchard Marcel, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796-1815), Grenoble, imprimerie Joseph Allier, 1920.

Bornecque Robert, « Aspects médiévaux de la fortification classique en montagne », Bulletin Monumental, t. 134, n° 4, 1976, p. 309-328.

Boyer Pierre, Les Fortifications du Briançonnais, Aix-en-Provence, Edisud, 1997.

Chabrand Jean-Armand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, ses gouverneurs et ses milices », Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 1ère année, 1882, p. 237-247.

Chabrand Jean-Armand, « Le blocus de Briançon (1815) », Bulletin de la Société d’Études des Hautes-Alpes, 11e année, 1892, p. 120-142.

Cloulas Ivan, Charles VIII et le mirage italien, Paris, Albin Michel, 1986.

Crépin-Leblond Thierry, Fonkenell Guillaume et Thibault Pascale, Galiot de Genouillac, l’autre vainqueur de Marignan, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2015.

De Rochas Albert, La Campagne de 1692 dans le Haut Dauphiné, Grenoble, Maisonville et Jourdan, 1874.

Douglas Louis et Roman Joseph, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, t. 1, Grenoble, Imprimerie Édouard Allier, 1878, 3 vol.

Guillaume Paul, Les premières fortifications de Briançon, Gap, Imprimerie Jouglard père et fils, 1879.

Ladoucette Jean-Charles François, Histoire, topographie, antiquités, usages, dialectes des Hautes-Alpes, 2e éd., Paris, Ancienne librairie de Fantin, 1834.

Marquilie Franck, Le fort du Janus, aboutissement de 250 ans de fortification dans le Briançonnais, Val-des-Prés, Atelier Ranki, 2013.

Martin Jean-Pierre, Le destin avorté de Montgenèvre, éd. numérique, [URL : http://escartonoulx.eu/3/3montgenevre/3montgenevre.html]

O’Byrne Henry, La Bataille de l’Assiette, Val-des-Prés, Éditions Transhumances, 2009.

O’Byrne Henry, La Bataille de la Vachette, Val-des-Prés, Éditions Transhumances, 2011.

Peter Jean, Le Journal de Vauban, Paris, Economica, 2007.

Routier Jacqueline, Briançon à travers l’histoire, 2e éd., Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, 1997.

Sganzin Joseph et Reibel Félix, Programme ou résumé des leçons d’un cours de constructions, 4e éd., t. I, Paris, Éditeurs Carilian-Goeury et V. Dalmont, 1839, (2 vol.).

Vollaire Paul, Les évènements de 1814 dans les Hautes-Alpes, Gap, Imprimerie Louis Jean & Peyrot, 1900.

Notes

1 F. Artru, « La circulation dans les Alpes à l’époque romaine ; l’exemple des Alpes cottiennes », p. 241.

2 J. Martin, Le destin avorté de Montgenèvre, p. 3.

3 I. Cloulas, Charles VIII et le mirage italien, p. 53.

4 T. Crépin-Leblond, G. Fonkenell et P. Thibault, Galiot de Genouillac, l’autre vainqueur de Marignan, p. 10.

5 P. Guillaume, Les premières fortifications de Briançon, p. 5.

6 Inventaire des Archives de la Chambre des comptes de Grenoble, vol. I, p. 259 (cité par J. Chabrand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, ses gouverneurs et ses milices », p. 240).

7 « Ce n’a point esté un petit effect, car le chasteau de Briançon, ainsy accomodé et bastionné qu’il est, suffiroit pour amuser longuement une armée » (L. Douglas et J. Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, t. I, p. 138).

8 L. Douglas et J. Roman, Actes et correspondance du connétable de Lesdiguières, t. I, p. 274.

9 J. Chabrand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, ses gouverneurs et ses milices », p. 242.

10 Autre nom attribué aux Vaudois.

11 P. Boyer, Les Fortifications du Briançonnais, p. 12.

12 Vauban à Le Peletier, 23 septembre 1700 cité par R. Bornecque, « Aspects médiévaux de la fortification classique en montagne », p. 310.

13 Mémoire du 25 septembre 1692 cité par A. de Rochas, La Campagne de 1692 dans le Haut Dauphiné, p. 104.

14 Lettre de Vauban aux membres de la fabrique de l’église de Briançon datée du 26 juin 1703 citée Ibid., p.157.

15 J. Peter, Le Journal de Vauban, p. 267.

16 H. O’Byrne, La Bataille de la Vachette, p. 4.

17 M. Blanchard, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796-1815), p. 30.

18 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 99.

19 J. Martin, Le destin avorté de Montgenèvre, p. 5.

20 Mémoire sur l’attaque des retranchements de l’Assiette par Mr le Comte de Mailly : http://vial.jean.free.fr/new_npi/revues_npi/21_2001/npi_2101/21_190747_relat4.htm.

21 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 246.

22 Ibid., p. 236.

23 H. O’Byrne, La Bataille de l’Assiette, p. 30.

24 Ibid., p. 26.

25 J. Chabrand, « Aperçu historique sur Briançon, son vieux château, ses fortifications, ses gouverneurs et ses milices », p. 245.

26 J. Routier, Briançon à travers l’histoire, p. 219.

27 Anonyme, Dei Passaggi alpini, p. 124.

28 Archives départementales des Hautes Alpes, série S, dossier de la route n94, Rapport Lingie, cité par J. Martin, Le destin avorté de Montgenèvre, p. 6.

29 J. Sganzin et F.Reibell, Programme ou résumé des leçons d’un cours de constructions, p. 201.

30 M. Blanchard, Les routes des Alpes occidentales à l’époque napoléonienne (1796-1815), p. 38.

31 J. Ladoucette, Histoire, topographie, antiquités, usages, dialectes des Hautes-Alpes, p. 328.

32 Latiorecce patet caesis via rupibus. « Voilà que s’ouvre une route plus large, une fois les rochers brisés ». Que Julie Gallego, maître de conférences à l’UPPA, trouve ici l’expression de notre gratitude pour son aide à la traduction.

33 P. Vollaire, Les évènements de 1814 dans les Hautes-Alpes, p. 1.

34 J. Chabrand, « Le blocus de Briançon (1815) », p. 120.

35 S. Bigoni, Montgenèvre - De l’Infernet au Janus, p. 13.

36 F. Marquilie, Le fort du Janus, aboutissement de 250 ans de fortification dans le Briançonnais, p. 56.

37 S. Bigoni, Le Chaberton et les fortifications de la faille de Clavière, p. 21

38 F. Marquilie, Le fort du Janus, aboutissement de 250 ans de fortification dans le Briançonnais, p. 114.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Schéma général de situation.
Crédits Schéma : H. Paucot ©.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 2. - Plan de l’enceinte urbaine de Briançon en 1691 signé Delangrune.
Crédits © Musée des Plans-reliefs, Paris. Photo. B. Arrigoni.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. - Dessin de La Pointe.
Crédits (coll. H. Paucot).
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. - Plan des forts de Briançon au milieu du xviiie siècle.
Crédits © Musée des Plans-reliefs, Paris. Photo. B. Arrigoni.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5. - Vue aérienne de la ville de Briançon, de son enceinte urbaine, œuvre de Hue de Langrune et de Vauban, et du château royal, entièrement remanié sous la Monarchie de Juillet.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6. - Obélisque de Montgenèvre.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7. - Fort de l’Infernet.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8. - Fort Séré de Rivière du Janus.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9. - Ouvrage Maginot du Janus.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 10. - Barrage rapide de Montgenèvre.
Crédits © Photographie H. Paucot.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5925/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 921k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access