Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

La projection de l’armée royale à travers les Alpes (1515-1559)

Julien Guinand

Résumé

L’art militaire suivi pour passer le massif alpin sous François Ier et Henri II est peu connu. Il s’agit d’un point clé de la conduite de la guerre aux portes de l’Italie. Celle-ci est trop souvent résumée au passage de l’année 1515. Il est question de la mobilisation et de la participation des savoir-faire locaux des populations et des capitaines pour faciliter les déplacements à travers l’étude d’un mémoire, écrit en 1548, à destination de François de Lorraine, nouveau gouverneur du Dauphiné. L’image de la Furia francese téméraire et sans préparation traversant les montagnes est à déconstruire. Elle repose sur une logistique de terrain assurée par les communautés plus que par le pouvoir royal ainsi que sur des fortifications approfondies sur la frontière pour défendre, surveiller et assurer les axes traversant les Alpes. Les montagnes n’ont rien d’une barrière infranchissable.

Texte intégral

Avec le soutien du département de la Drôme

1Le tombeau de François Ier, réalisé par Pierre de Bontemps à l’abbaye de Saint-Denis, est célèbre pour ses riches sculptures représentant les campagnes victorieuses de Marignan et de Cerisoles sous le règne du roi chevalier. Un des panneaux est connu pour décrire le passage de l’armée royale au sein des Alpes au cours du mois d’août 1515 (fig. 1). Les pièces d’artillerie sont dételées. Les cavaliers vont à pied. Il est en tout point conforme à la représentation de l’évènement diffusé et partagé en France comme dans le reste de l’Europe depuis. François Ier est digne d’Hannibal. Il a vaincu les monts.

Fig. 1. - Passage des Alpes par l’armée royale en 1515 sur le tombeau de François Ier à l’abbaye de Saint-Denis.

Fig. 1. - Passage des Alpes par l’armée           royale en 1515 sur le tombeau de François Ier à l’abbaye de Saint-Denis.

© Guinand Julien.

  • 1 P. Jansen, « Les frontières de l’Italie du Nord-Ouest », Construction de l’espace au Moyen (...)

2Depuis l’Antiquité, les montagnes entre le royaume de France et l’Italie sont perçues comme une barrière. Pour Strabon, l’Italie commence après le Piémont des Alpes. Pour Pétrarque, les premiers cols séparent la très belle terre d’Italie des champs et collines de Gaule1. Elles symbolisent la frontière sans aucun espace intermédiaire. Elles restent une limite presque impossible à franchir entre deux langues, deux cultures.

  • 2 G. Paradin, Chronique de Savoye, p. 3 et J. Balsamo (dir.), Passer les Monts, Fran (...)

[Les Alpes] « sont perpétuellement chargées la plus part de grandes neiges, dont elles blanchissent, la nature les a érigées comme un rempart et bolevart entre Italie et la Gaule, et fault entendre que les hommes, tant pour la commodité de leurs commerces et traffiques, que pour le adresses des guerres, ont trouvé quatre voyes et endroits pour passer de Gaule en Italie, par ces espouvantables destroits des Alpes. »2

3Le roi lui-même dans une lettre à sa mère aujourd’hui aussi célèbre que son tombeau évoque son étonnement devant l’étrangeté du pays où il est obligé d’aller à pied en tenant la bride de son cheval.

4Or, au-delà de cette représentation, les passages des Alpes par les armées royales entre 1515 et 1559 sont peu détaillés dans les mémoires et chroniques. Blaise de Monluc se contente de dire qu’il a passé les monts. Nous pouvons pourtant compter 10 grands passages militaires de France au Piémont sous François Ier et Henri II : 1515, 1523, 1524, 1527, 1528, 1536, 1537, deux fois en 1542, et 1556 (fig. 2). Encore s’agit-il seulement des opérations rassemblant plusieurs milliers d’hommes et d’animaux. Bien d’autres troupes isolées sont conduites à traverser les Alpes en renfort. Tous ses passages sont le signe d’une projection militaire, à savoir d’un déplacement d’une force armée intervenant loin de son lieu habituel de vie avec bagages, chariots et autres trains logistiques. Tout l’enjeu de cette étude est donc de saisir les spécificités et de comprendre comment les armées royales franchissent sans encombre les Alpes sous François Ier et Henri II.

Fig. 2. - Plan général des voyages d’Italie entre 1515 et 1559.

Fig. 2. - Plan général des voyages           d’Italie entre 1515 et 1559.

© Guinand Julien.

  • 3 Archives départementales de l’Isère, J 500, État abrégé du Dauphiné et de Savoie pour le g (...)
  • 4 Il ne le devient qu’en 1550, après la mort de son père, qui vient d’être promu au poste de (...)

5Nous traiterons l’appréhension spatiale pratique des Alpes par les contemporains. Nous nous intéresserons à la question de la logistique nécessaire pour passer les montagnes. Elle nous conduit ensuite à interroger l’approche de la fortification et de la sécurité attendue sur les routes. Pour ce faire, nous allons nous appuyer sur un mémoire manuscrit aujourd’hui conservé aux archives départementales de l’Isère3. Il s’agit de la description du Dauphiné et de la Savoie réalisée par un auteur anonyme, en 1548, à la demande du parlement de Grenoble pour François de Lorraine, duc d’Aumale, pas encore duc de Guise4. En 31 chapitres, une carte des deux provinces et 10 plans contenant :

« lorigine et commencemant desdites provinces de Daulphiné et Savoye, la figure et description dicelles, les passaiges plus principaulx et plus à craindre et par lesquels pourrait estre (…) les forteresses y estant l’estat et pouvoir de messseigneurs les gouverneurs et quelques aultres chouses de peu de valleur. »

  • 5 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°2.

6Il nous offre les explications clés à notre sujet5.

Les Alpes, un espace de passages loin d’être infranchissable

  • 6 Ibid., f°14.
  • 7 E. Bourdon, Le voyage et la découverte des Alpes, Histoire de la construction d’un savoi (...)
  • 8 Ibid., p. I et VI des annexes cartographiques de l’ouvrage d’Étienne Bourdon avec les dé (...)
  • 9 P. Gautier Dalché, « La montagne dans la description géographique au Moyen Âge (...)

7La pratique quotidienne et le savoir-faire de franchissement des Alpes transparaissent dès les premières pages du mémoire dauphinois où son auteur anonyme présente « une description et carte des pays de Daulphiné et Savoye et passaige plus principaulx pour invahir »6. L’enjeu militaire est donné. Les toponymes situés sont réduits aux principaux lieux. Les localisations et les distances sont approximatives7. La représentation des montagnes est stéréotypée comme des excroissances répétitives et assez homogènes tandis que les villes sont sans aucune indication de routes et autres chemins. Il n’y a rien d’étonnant ici. Le temps est encore à une cartographie dont la vocation première est de situer les positions relatives et les éléments particuliers visibles par tout voyageur. Elle est plus pragmatique qu’exhaustive8. Il n’est alors pas choquant de remplir les vides par des figurations aléatoires du relief. L’espace alpin de l’auteur anonyme du mémoire est donc situé en fonction de sa pratique. Il s’ordonne autour de Grenoble, siège du parlement de la province et cœur du Dauphiné. La montagne est là comme milieu naturel, certes esquissé sommairement, mais figuré comme une trame de l’espace. Elle est seulement difficile à représenter9.

  • 10 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°15 R.
  • 11 Ibid., f°15 V.
  • 12 Ibid., f°16 R.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., f°17 R.
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., f°18 V.

8Plus que la carte, ce sont surtout les commentaires du mémoire des lieux qui traduisent un intérêt spatial et opérationnel. L’auteur a fait le choix d’expliciter les caractères des limites nord et est de l’espace concerné, car elles sont « plus à doubter et à craindre » des États voisins10. Il est ainsi précisé si les chemins sont praticables pour faire la guerre. Les terres proches de la Bresse sont larges et spacieuses, « commodes a gens de cheval et de pied et a tout charroy dartillerie »11. Le duché de Nemours qui correspond à Annecy et à sa région est à surveiller au cas où « ses mesieurs des Ligues n’estoient en telle devotion envers le roy comme ils sont de present ses alliez »12. Le pays de la Tarentaise est « difficile et austère pour la mutitude des montaignes y estant qui le rendent estroict et serre »13. Son principal passage est celui qui vient du Val d’Aoste par le petit Saint-Bernard. « Despuis ledit pays de Tarentaise jusques a celluy de Mauriane, il y a sept lieues grandes de montaignes »14 qu’il considère aisément défendables. Il est bien question de cols et passages secondaires proches du Montcenis, mais « lesquels pour estre en lieux difficiles, les gens de cheval ne peuvent passer que a grande difficulté » que l’auteur ne souhaite pas plus les développer. « Ils ne peuvent estre passez quung moys ou deux de lannée »15. En Dauphiné, le passage du Montgenèvre n’est pas plus évoqué. Il est commun et relie sans réelle difficulté Briançon à Suse. C’est le grand chemin vers l’Italie, empruntable aussi bien par l’infanterie, la cavalerie que par l’artillerie. À la place, l’auteur s’attarde à évoquer le Val Chisone ouvert à tous. Il permet d’atteindre Pignerol après avoir passé le Montgenèvre comme une deuxième route doublant l’itinéraire par le Val de Suse. Notons que les cols de la « Fenestre », « Dorgueil »16, « de la Rousse » connus des seuls locaux sont aussi évoqués malgré leur impraticabilité pour l’artillerie. Ils sont accessibles aux gens de pied et aux cavaliers.

9L’espace alpin qui apparaît ainsi démontre une connaissance militaire partagée entre les autorités dauphinoises et leur nouveau gouverneur. Elle semble indissociable du savoir des populations locales qui empruntent bien d’autres chemins de traverse autour des grands axes traversant les montagnes. Elle est aussi liée à l’expérience acquise depuis quatre décennies de voyages militaires en Italie menée par la Couronne.

Un savoir lié aux voyages d’Italie

10Les voyages d’Italie désignent les campagnes militaires effectuées depuis le royaume en direction de la péninsule. Ils demandent un soutien logistique pour nourrir les soldats et les chevaux. Le mémoire de 1548 fait justement mention d’une telle organisation le long de deux itinéraires. Le premier est celui qui passe par le Dauphiné, de Lyon à Suse, par Heyrieux, Voreppe, Grenoble, Vizille, Chorges, Embrun, Briançon et le col du Montgenèvre. Il est le plus commode pour les déplacements des forces militaires. Il est libre de neige presque toute l’année. Il est surtout le moins élevé des cols alpins, à 1 860 mètres d’altitude. Enfin, il appartient au roi de France. C’est pour cette raison que la route est l’axe le plus emprunté par les gens de guerre. Dix des onze grands voyages militaires menés par les troupes du roi entre 1515 et 1559 l’utilisent en partie ou en totalité. Le second itinéraire par le col du Montcenis est plus court pour relier la cité rhodanienne à Turin, mais il passe par la Savoie et culmine à 2 083 mètres d’altitude. Si les voyages individuels et les commerçants le suivent pour son gain de temps évident, tel n’est pas le cas pour les troupes.

  • 17 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°49 R.
  • 18 J. Alerini, La Savoie et le chemin espagnol, les communautés alpines à l’épreuve de la l (...)
  • 19 Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, p. 346. Règlement sur la réside (...)

11Ce constat tient au ravitaillement des hommes. Il repose en France sur un système de soutien en vivres construit progressivement suivant la volonté royale et l’action des autorités locales. Le mémoire de 1548 présente ainsi une liste de lieux situés sur la route dauphinoise allant au Montgenèvre et sur la route ducale menant au Montcenis17. Il s’agit d’étapes au cours desquelles les troupes sont censées pouvoir trouver le gite et le couvert afin de réduire leurs débordements au cours de leurs marches. Des dépôts de vivres fournis par les communautés sont assurés depuis la seconde moitié du xve siècle. Il faut attendre 1526 pour que la Couronne réglemente la marche des hommes18. Désormais, un commissaire est censé veiller au chemin emprunté19. Il dispose d’un écrit précisant l’itinéraire à suivre. Les lieux d’étapes sont listés selon les consignes données par les gouverneurs des provinces qui doivent préalablement organiser les levées de vivres tout au long du parcours. La troupe ne doit pas s’écarter, ni loger ailleurs qu’aux lieux indiqués, en faisant quatre lieues par jour sans séjourner plus d’une nuit dans chaque logis où le gîte et le couvert doivent être assurés, les denrées devant être payées à prix raisonnable aux aubergistes, tenanciers, cabaretiers et autres logeurs à qui les vivres ont été fournis suivant les prix du marché. Le système des étapes est donc censé faciliter le déplacement des hommes. Suivant le mémoire de 1548, le parlement de Grenoble et les communautés dauphinoises ont élaboré une collecte de vivres pragmatique, aussi mise en œuvre en Savoie, après sa conquête, en 1536 :

  • 20 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°47.

« Sont audits pays toutes charges portées esgallement en sorte que si lung des coustez dudit pays est plus folle de gesndarmerie, le demeurant de ce pays porte sa part de la despense faicte de ce cousté là. Et ont accoustumé ledistes dépenses estre desparties par feuz lesquelz sont en daulphiné en nombre de quatre mil cinq cens quatre vingt dix sept… Tellement que s’il fault contribuer aux estappes pour le passage de la gensdarmerie, on ordonne certain nobre de feuz au lieu ou est assize ladite estappe des villaiges plus prochains pour ayder a fournir vivres auxdits lieux où sont les stappes et ceste despense est despuys portée par tout luniversel du pays et aultant en payant ceulx qui sont a trente lieux du passaige que ceulx des lieux où passent lesdits gens de guerre […] le pays qui est de soy assez pauvre s’entretient et en est le service du roy mieulx faict et le peuple moins foulé. »20

  • 21 J. Barrillon, Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515 (...)
  • 22 Florange, Mémoires du maréchal de Florange dit le jeune adventureux, p. 158-159.
  • 23 Archives municipales de Vienne, 1 H 17, lettre de Pisard à Guy de Maugiron, Gr (...)

12Le ravitaillement fonctionne donc sur une forme de péréquation en nature ou en espèce sonnante et trébuchante allouées aux frais consentis au passage des gens de guerre sur l’ensemble des communautés du Dauphiné. La méthode est censée ne pas appauvrir les populations directement concernées. Il est vrai que par le passé des campagnes militaires ont été confrontées à un manque d’organisation et de moyens pour répondre aux besoins en vivres. C’est le cas, en 1515, sur le trajet de la vallée de l’Ubaye à Coni, où l’armée royale, empruntant un chemin non usité par les cols de Vars puis de Larche doit faire avec l’absence de vin pendant 3 jours et ne se nourrir que de pain et de fromage selon le témoignage d’un agent vénitien suivant l’armée française21. C’est encore le cas en 1524 où Florange rapporte que les Suisses de l’armée du roi « ne trouverent ne pain, ne vin et furent ainsy les Suisses l’espace de huyct jours ou dix sans pain et sans vin et la pluspart sans soulliez »22. Toutefois ces exemples sont rares. La plupart des voyages d’Italie qui se répètent ne sont pas remis en cause par le manque de vivres. Les communautés démontrent une résilience à toujours répondre aux besoins exprimés par la Couronne ou directement auprès des capitaines avec qui elles sont dans la négociation afin d’influencer les parcours. De plus, le pouvoir royal n’hésite pas à imposer par ordonnance des interdictions aux hommes de guerre d’emprunter les routes principalement de montagnes du Dauphiné quand la province est jugée exsangue. C’est le cas en 1538 et en 1543. L’année suivante, en été 1544, les commis de la chambre des comptes obtiennent également à ce que 6 000 Italiens appelés en France au service du roi soient divisés à moitié entre le Dauphiné et la vallée de la Maurienne, attendu qu’il vaut mieux que les « Ytalliens mangeassent les vivres qui se trouvoient audit pays de Savoie »23. Cette attitude conciliante est propre à la région. La Couronne a besoin de maintenir ses capacités logistiques pour faire la guerre. Les autorités locales ont appris à lui rendre service et à consentir aux appels de ravitaillement. Le mémoire fait donc état du calcul des subsistances nécessaires au passage de 40 000 hommes et 10 000 chevaux :

« Et premièrement pour cent hommes de pied fault tous les jours une charge de froment pesant troys cens lances qui revient a troys livres de pain par hommes qui monte pour quarante mil hommes en chacune estappe quatre centz charges de bled par jour. En vin, pour cent hommes fault troys charges de vin revient a troys pintes de vin pour homme par jour mesure de Grenoble et par ainsi monter pour quarante mil hommes de pied en chacune estappe douze cens charges de vin. »

13Une telle armée lève demande donc une dépense de 1 500 livres par jour par étapes, et cela sans compter les fournitures d’huiles, de vinaigres, de bois, de lard et poules. Le mémoire se fait alors guide pratique aux voyages militaires. La projection de force à travers les Alpes n’est pas désorganisée ni improvisée. Elle est le fruit d’une intense activité des populations civiles qui contribuent ainsi à leur manière à faire la guerre du roi.

Le contrôle et la défense des routes alpines

  • 24 N. Faucherre, P. Martens, H. Paucot, La genèse du système bastionné en Europe, (...)

14Le mémoire dauphinois de 1548 présente un aspect plus concret au sujet de la protection de la projection de l’armée royale : la fortification. La logistique assurée sur les routes repose aussi sur le contrôle des axes. Châteaux et places fortes sont autant de lieux permettant de tenir le terrain. Les ouvrages tenant la frontière alpine sont alors présentés à François de Guise. Or, l’heure est alors à la diffusion et à l’emploi du tracé bastionné24. Les places clés près des cols ou des grands chemins empruntés par les hommes du roi sont les premiers à connaître des travaux de fortifications. Elles sont Briançon et Exilles, de part et d’autre du col du Montgenèvre, le château de Saint-Jacquême, en Tarentaise, sur la route du col du petit Saint Bernard et le château de Montmélian, à la frontière de la Savoie et du Dauphiné (fig. 3).

Fig. 3. - Château de Saint-Jacquême en Tarentaise.

Fig. 3. - Château de Saint-Jacquême en             Tarentaise.

Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°43.

  • 25 Archives municipales de Vienne, 1 H 16, lettre de Giovanni Caracciolo à Guy de Maugiron, (...)
  • 26 Archives communales de Vienne, 1 H 22 23, lettre de Giovanni Caracciolo à Guy de Maugiron (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Archives municipales de Vienne, 1 H 16. Lettre de Jean Caracciolo à Guy de Maugiron du 29 (...)

15Guy de Maugiron, lieutenant du gouverneur en Dauphiné, apparaît sur le sujet comme un décideur et contrôleur des chantiers. Il a la charge de faire travailler à ces places stratégiques sous les dernières années du règne de François Ier. Ses courriers démontrent qu’il ne dispose pas de la présence constante d’ingénieurs pour travailler sur les chantiers commandés en mars 154725. Un certain maître Anthoine « fait besoigner au racoutrement du grand bastillon » du château d’Exilles tandis que personne ne travaille à Briançon malgré l’amas de pierres, de sable et la grande quantité de chaux tenue toute prête dans les raffours encore clos26. Maugiron s’est donc tourné vers le nouveau gouverneur du Piémont, Giovanni Caracciolo, pour en recevoir. Malheureusement, peu sont libres. Il a « escript en divers lieux pour en recevoir » sans succès27. Finalement, il a conclu de lui envoyer un certain Jehan Petro da Torno « qui entend au faict et fortiffication non pas en telle suffisance que l’affaire requéreroit, mais seullement pour ordonner » jusqu’à la venue du sieur Maure de Novate, avec le meilleur ingénieur qu’il a à sa disposition pour « ordonner, disposer, ligner et faire les assiettes et gittes des boullevertz, courtines, dans et autres choses nécessaires. Jehan Petro pourra aisément suyvre et mectre fin » par la suite28.

  • 29 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°44.
  • 30 Archives municipales de Vienne, 1 H 20 21 24 25, lettres de Jean d’Estrée à Guy de Maugir (...)
  • 31 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°30.

16Même si rien ne permet de savoir quel ingénieur est venu sur place pour diriger les affaires, il apparaît nettement un ensemble de nouveaux tracés sur les principaux lieux fortifiés en 1548. Ils apparaissent au-devant des anciens édifices. En Tarentaise, Saint-Jacquême permet de contrôler les environs révoltés contre le roi en 1537 ainsi que les allées et venues provenant du Val d’Aoste. Le choix a été arrêté d’équiper son rocher d’une barrière bastionnée protégeant l’accès à l’édifice : auparavant, « cestoyt bien peu de chouse et aujourdhuy cest une perle qui est bien à conserver29 ». Trois bastions profitent de la pente pour doubler les défenses du château en contrebas. Jean d’Estrée, grand maitre de l’artillerie du roi Henri II, se rend en personne sur place pour conduire des pièces d’artillerie de Lyon jusqu’au château. Il en profite pour inspecter les défenses30. Montmélian est quant à elle l’objet de travaux de réfection depuis sa conquête en 1536 (fig. 4). Elle est un point de convergence et de garnison, entre Savoie et Dauphiné. Plus au sud, le château d’Exilles se distingue par sa position frontalière sur le chemin de Suse. Il est aussi doublé par une enceinte bastionnée quadrangulaire adaptée au rocher31. Enfin, le château de Briançon est aussi complété par des bastions et une nouvelle ceinture.

Fig. 4. - Château et ville de Montmélian.

Fig. 4. - Château et ville de             Montmélian.

Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°38.

Fig. 5. - Forteresse d’Exilles.

Fig. 5. - Forteresse d’Exilles.

Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°28.

Fig. 6. - Place-forte et ville de Briançon.

Fig. 6. - Place-forte et ville de             Briançon.

Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°27.

  • 32 E. Albéri, Le relaziono degli ambasciatori veneti al senato durante il secolo decimosesto (...)

17Plus que leurs nouvelles défenses, c’est surtout leur positionnement qui semble clé. Ces quatre places fortes disposent désormais d’un vaste espace pour loger dépôts et troupes entre les murs de leur ancien château et leurs nouvelles ceintures bastionnées. Elles sont des lieux de sureté sur lesquels les gens de guerre du roi luttant au Piémont peuvent compter pour assurer leurs arrières, les liens avec le royaume et les routes par lesquels les renforts peuvent se projeter. Elles participent ainsi à fait dire à Andrea Minucci, voyageur vénitien passant en France en 1549, que la Couronne mène une véritable politique de fortification en établissant « una forte muraglia » sur sa frontière32.

 

18Ainsi, la projection militaire royale à travers les Alpes doit avant tout être comprise comme une pratique menée sur un théâtre d’opérations, celui des portes de l’Italie. Le mémoire dauphinois de 1548 démontre que leurs caractéristiques et leurs passages sont connus de longue date par les locaux et d’expériences par les capitaines. Les Alpes ne sont pas une découverte. La projection est aussi une affaire de logistique où le pouvoir royal se décharge sur les communautés. Elles assurent le ravitaillement et le gîte voulu. Les passages sont si stratégiques pour passer au-delà des monts que la couronne ne peut se permettre de ruiner et appauvrir les vallées. Elle laisse faire les autorités locales sous l’égide de ses représentants pour nourrir la troupe. Enfin, il n’y a pas de projection sans sécurité. La conquête des terres du duc de Savoie et des travaux de fortifications assurent la maitrise des axes de passages.

19Il est alors plaisant d’imaginer que le mémoire dauphinois ait pu être mis à profit par le duc de Guise lorsque celui-ci s’élance dans une nouvelle traversée des Alpes en décembre 1556. Si celle-ci se passe sans grand encombre, il le doit plus probablement au savoir-faire acquis par les hommes de terrain des communautés et les capitaines locaux. Ils sont les véritables chevilles ouvrières de la projection militaire alpine qui leur est devenue presque routinière.

Bibliographie

Albéri Eugénio, Le relaziono degli ambasciatori veneti al senato durante il secolo decimosesto, Firenze, Societa editrice fiorentina, 1860, série I, vol. IV.

Alerini Julien, La Savoie et le chemin espagnol, les communautés alpines à l’épreuve de la logistique militaire, 1560-1659, thèse d’histoire sous la direction de Nicole Lemaître, Paris, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2012.

Balsamo Jean (dir.), Passer les Monts, Français en Italie, l’Italie en France (1494-1525), Xe colloque de la Société française d’étude du Seizième siècle, Paris, Honoré Champion, 1998.

Barrillon Jean, Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515-1521, Paris, Librairie Renouard, 1899, vol. 1.

Bourdon Étienne, Le voyage et la découverte des Alpes, histoire de la construction d’un savoir, 1492-1713, Paris, PUPS, 2011.

Faucherre Nicolas, Martens Pieter, Paucot Hugues, La genèse du système bastionné en Europe, 1500-1550, Navarrenx, Cercle Historique de l’Arribère, 2014.

Florange, Mémoires du maréchal de Florange dit le jeune adventureux, par Goubaux et Lemoisne, Paris, Librairie Renouard, 1923.

Gautier Dalché Patrick, « La montagne dans la description géographique au Moyen Âge », La montagne dans le texte médiéval, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2000, p. 99-121.

Jansen Philipe, « Les frontières de l’Italie du Nord-Ouest », Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, Belin-Leprieur, 1828, t. XII.

Paradin Guillaume, Chronique de Savoye, Lyon, Jean de Tournes, 1558.

Notes

1 P. Jansen, « Les frontières de l’Italie du Nord-Ouest », Construction de l’espace au Moyen âge: pratiques et représentations, p. 220.

2 G. Paradin, Chronique de Savoye, p. 3 et J. Balsamo (dir.), Passer les Monts, Français en Italie, l’Italie en France (1494-1525), Xe colloque de la Société française d’étude du Seizième siècle, p. 413.

3 Archives départementales de l’Isère, J 500, État abrégé du Dauphiné et de Savoie pour le gouverneur Monsieur de Guise.

4 Il ne le devient qu’en 1550, après la mort de son père, qui vient d’être promu au poste de gouverneur des deux provinces l’année précédente, à l’avènement du roi Henri II.

5 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°2.

6 Ibid., f°14.

7 E. Bourdon, Le voyage et la découverte des Alpes, Histoire de la construction d’un savoir, 1492-1713, p. 312.

8 Ibid., p. I et VI des annexes cartographiques de l’ouvrage d’Étienne Bourdon avec les détails des cartes du royaume de France de Berlinghieri, Gallia Novella, de 1482 et de Ligorio, intitulé Totius Galliae descriptio, de 1558, conservés tous deux à la bibliothèque nationale de France.

9 P. Gautier Dalché, « La montagne dans la description géographique au Moyen Âge », p. 120.

10 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°15 R.

11 Ibid., f°15 V.

12 Ibid., f°16 R.

13 Ibid.

14 Ibid., f°17 R.

15 Ibid.

16 Ibid., f°18 V.

17 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°49 R.

18 J. Alerini, La Savoie et le chemin espagnol, les communautés alpines à l’épreuve de la logistique militaire, 1560-1659, p. 71.

19 Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, p. 346. Règlement sur la résidence des gendarmes, le logement des gens de guerre, leurs étapes, les congés, Bordeaux, le 13 juillet 1530.

20 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°47.

21 J. Barrillon, Journal de Jean Barrillon, secrétaire du chancelier Duprat, 1515-1521, p. 81.

22 Florange, Mémoires du maréchal de Florange dit le jeune adventureux, p. 158-159.

23 Archives municipales de Vienne, 1 H 17, lettre de Pisard à Guy de Maugiron, Grenoble, le 7 juillet 1544.

24 N. Faucherre, P. Martens, H. Paucot, La genèse du système bastionné en Europe, 1500-1550.

25 Archives municipales de Vienne, 1 H 16, lettre de Giovanni Caracciolo à Guy de Maugiron, Turin, le 29 mars 1547.

26 Archives communales de Vienne, 1 H 22 23, lettre de Giovanni Caracciolo à Guy de Maugiron, Turin, le 11 avril 1547.

27 Ibid.

28 Archives municipales de Vienne, 1 H 16. Lettre de Jean Caracciolo à Guy de Maugiron du 29 mars 1547.

29 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°44.

30 Archives municipales de Vienne, 1 H 20 21 24 25, lettres de Jean d’Estrée à Guy de Maugiron, Lyon, du 16 et 18 avril 1551.

31 Archives départementales de l’Isère, J 500, f°30.

32 E. Albéri, Le relaziono degli ambasciatori veneti al senato durante il secolo decimosesto, p. 37. Texte original: « e prometto all EE VV che per tutte le frontiere della Borgogna a partirsi da Lione per andare fino in Sciampagna, e più oltre fino ai confini della Lorena, mi è parso di vedere non città fortificate, ma una continua grossa e sicura muraglia; e le fortificazioni sono belle pulite e sicure e non a grandissima giunta di gran spesa come le nostre ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Passage des Alpes par l’armée royale en 1515 sur le tombeau de François Ier à l’abbaye de Saint-Denis.
Crédits © Guinand Julien.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Fig. 2. - Plan général des voyages d’Italie entre 1515 et 1559.
Crédits © Guinand Julien.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Fig. 3. - Château de Saint-Jacquême en Tarentaise.
Crédits Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°43.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4. - Château et ville de Montmélian.
Crédits Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°38.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 5. - Forteresse d’Exilles.
Crédits Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°28.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Titre Fig. 6. - Place-forte et ville de Briançon.
Crédits Source : Archives départementales de l’Isère, J 500, f°27.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Doctorant, Université Lumière - Lyon II, laboratoire de recherche historique Rhône Alpes

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search