Version classiqueVersion mobile

La montagne comme terrain d’affrontements

 | 
Philippe Bourdin
, 
Bernard Gainot

Les cols des Carpates et les mouvements de troupes dans la Transylvanie des xvie et xviie siècles

Dénes Harai

Résumé

Aux yeux des voyageurs des xvie et xviie siècles, les Carpates entourant la principauté de Transylvanie, État vassal de l’Empire ottoman, ressemblaient à un rempart, franchissable seulement par ses portes : les cols. En temps de paix, ces lieux de passage étaient bien gardés pour surveiller le trafic et percevoir des taxes. En temps de guerre, ils l’étaient pour arrêter ou retarder les intrusions des troupes étrangères (turques, valaques, moldaves, tartares ou impériales). La bonne garde était assurée par les soldats du prince (Sicules, Saxons et Hongrois), mais les places fortes veillant sur certains cols étaient parfois administrées par la communauté sicule ou la communauté saxonne. Cette configuration obligeait le prince à faire pression pour garantir sa mainmise sur le commandement et la logistique des garnisons.

Texte intégral

  • 1 J. Bongars, « J. Bongars’ Tagebuch seiner Reise von Wien nach Constantinopel im Jahr 1585  (...)
  • 2 Article V de la Diète de 1619 (5-26 mai), Erdélyi Országgyűlési Emlékek, t. 7 (1881), (...)

1Aux yeux des voyageurs des xvie et xviie siècles, les Carpates entourant la principauté de Transylvanie, État vassal de l’Empire ottoman, ressemblaient à un lieu fortifié par la nature : en 1585, Jacques Bongars décrit ce pays comme « une province fertile en vins et grains, toute en collines environnées de haultes montagnes et boys, comme d’un rempart »1. La fortification naturelle du relief n’était franchissable pour les armées transylvaines ou étrangères que par les cols et gorges des Carpates, dont le contrôle représentait un enjeu stratégique important compte tenu de l’instabilité politique de la Valachie et de la Moldavie, voïvodats vassaux de l’Empire ottoman. C’est de là – du Sud et de l’Est – que venait le danger depuis le Moyen Âge. Pour y faire face, les différents princes et la Diète de Transylvanie, assemblée législative du pays, ordonnaient des travaux pour rendre impraticables certains lieux de passage pour les armées étrangères2. Cette mesure s’accompagnait nécessairement de la fortification et du renforcement de la garde d’un nombre réduit de lieux de passage qui devaient rester praticables. C’est là que passait l’essentiel du commerce, c’est là qu’était prélevé l’essentiel des taxes sur les marchandises et c’est également là que l’armée transylvaine pouvait attendre l’offensive étrangère ou lancer, le cas échéant, son offensive en Valachie et en Moldavie. Cette optimisation militaire de la frontière montagneuse était le résultat d’une longue expérience des campagnes militaires et des travaux de fortification que la présente étude entend retracer en montrant l’interaction entre la politique, la guerre et les privilèges des communautés montagnardes des zones frontalières.

La géographie des passages

2Il existait quatorze cols et gorges pour passer les Carpates de l’Est et du Sud dans un but commercial ou militaire. Les six lieux de passage vers l’est – entre le col de Borsa et la gorge d’Ojtoz – mettaient la Transylvanie au contact du voïvodat de Moldavie, tandis que les sept lieux de passage vers le sud – entre la gorge de Bodza et le col de Vulkán – assuraient la communication entre la principauté et le voïvodat de Valachie. Un lieu de passage – la Porte de fer de Transylvanie – ouvrait la communication entre l’arc des Carpates vers le sud-ouest, en direction de l’Empire ottoman (fig. 1).

Fig. 1. - Cols et gorges de la principauté de Transylvanie.

Fig. 1. - Cols et gorges de la             principauté de Transylvanie.

© Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.

  • 3 Dans le texte, les noms de lieu apparaissent dans la langue principale du territoire auq (...)

3En passant en revue l’altitude à laquelle se situe chacun de ces quatorze lieux de passage, une tendance décroissante se fait remarquer depuis les Carpates du Nord-Est vers les Carpates du Sud-Ouest (fig. 2). L’altitude moyenne d’un lieu de passage est de près de 830 m. L’altitude des deux lieux de passage les plus sollicités par les armées – la gorge d’Ojtoz (Oituz en roumain3) à 866 m depuis la Moldavie et le col de Törzburg (Törcsvár en hongrois, Bran en roumain) à 763 m depuis la Valachie – avoisine cette altitude moyenne et indique un environnement favorable pour l’entrée de l’armée étrangère en Transylvanie.

Fig. 2. - Altitude des lieux de passage des Carpates de l’Est et du Sud sur la frontière de la Transylvanie.

Fig. 2. - Altitude des lieux de passage             des Carpates de l’Est et du Sud sur la frontière de la             Transylvanie.

© Dénes Harai.

4La préférence donnée à la gorge d’Ojtoz et au col de Törzburg par les armées moldaves et valaques, troupes auxiliaires de l’Empire ottoman, s’explique non seulement par une altitude plus accessible que celle des autres lieux de passage, mais aussi par la proximité de Kronstadt (Brassó en hongrois, Braşov en roumain), première ville de Transylvanie de ce côté-là, qui constituait le butin rêvé pour tout conquérant à cause de sa richesse. Celle-ci inspirait à Pierre Lescalopier, envoyé de Charles IX, une comparaison avec une ville italienne lors de sa visite, le 25 juin 1574 :

  • 4 P. Lescalopier, Journal, p. 445.

« Je pensois – écrit-il dans son journal – estre arrivé à Mantoue, tant la ville est belle, toutte peinte en huille le dehors des maisons, belles églises, bonnes murailles, beau, pavé, peuple civil et gratieux. »4

5Avec son grand marché de vendredi et de samedi, cette ville saxonne luthérienne était l’une des capitales commerciales de la principauté et le centre d’une région – le Burzenland (Barcaság en hongrois) – qui profitait également du rayonnement de la ville. Due en grande partie à un bon emplacement géographique et à la protection des montagnes, la richesse de la région – et plus largement celle de la terre saxonne allant jusqu’au voisinage de Gyulafehrévár (Weißenburg en allemand, Alba Iulia en roumain), capitale princière – attirait les armées étrangères. Pour parvenir à s’en emparer complètement, ces dernières devaient affronter les troupes transylvaines que composaient la noblesse hongroise et les troupes des comitats hongrois de l’ouest et du nord de la Transylvanie ainsi que les troupes saxonnes du sud et les troupes sicules, population vivant dans l’est – le long de la frontière moldave – et dotée d’une autonomie administrative et juridique en échange de la protection armée des cols. Cette configuration complexe du territoire frontalier et les défenses dispersées mais complémentaires de l’armée transylvaine ont souvent obligé les armées étrangères à utiliser plusieurs lieux de passage afin de parvenir à l’objectif fixé.

Les lieux de passage dans les campagnes coordonnées

6Alors que les incursions et les attaques ciblées étrangères (turques, valaques, moldaves) se faisaient généralement dans une zone frontalière limitée, les grandes opérations militaires coordonnées visant le renversement du pouvoir transylvain en place nécessitaient une véritable conquête de la principauté qui ne pouvait se faire qu’en empruntant plusieurs cols et gorges en même temps. Les campagnes que menèrent les armées turques-valaques-moldaves en 1550 et en 1613 en fournissent deux bons exemples.

7Pour soutenir la reine Isabelle Jagellon, veuve du roi Jean Szapolyai, roi de Hongrie (1526-1540), et son fils, Jean-Sigismond Szapolyai (1540-1571), contre le Frère Georges, évêque de Várad (Wardein en allemand, Oradea en roumain) et gouverneur de Transylvanie, qui voulait transférer le pays aux Habsbourg et prit même les armes contre la reine, l’Empire ottoman lança – en octobre 1550 – une campagne avec trois armées (fig. 3). La première était commandée par Kasim, pacha de Buda, qui, dans la vallée du Maros, venait de l’ouest devant aller jusqu’à Gyulafehérvár, en passant par Lippa (Lipova en roumain) et Déva (Deva en roumain, Diemrich en allemand), avec le soutien des troupes de Pierre Petrovics, ban de Temesvár fidèle à la reine. La seconde armée était commandée par le voïvode de Valachie, vassal du Sultan, qui venait du Sud par la gorge de Rotherthurm (Vöröstorony en hongrois, Turnu Roșu en roumain), devant arriver à Gyulafehérvár via la grande ville saxonne de Hermannstadt. La troisième armée était commandée par le voïvode de Moldavie qui venait de l’est, par la gorge d’Ojtoz, devant traverser la partie méridionale de la terre sicule pour arriver à Kronstadt et, de là, à Gyulafehérvár. L’objectif des trois armées était Gyulafehérvár pour y renverser le gouverneur Georges et rétablir le pouvoir de la reine qui, pendant la minorité de son fils, devait gouverner un royaume de Hongrie réduit à la Transylvanie en suivant les consignes turques.

Fig. 3. - Campagne turque-valaque-moldave en Transylvanie (1550).

Fig. 3. - Campagne             turque-valaque-moldave en Transylvanie (1550).

© Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.

8La réaction prompte du gouverneur mit en échec le plan de campagne des trois armées. Les troupes qu’il avait dépêchées vers Hermannstadt et Kronstadt parvenaient à arrêter les armées des voïvodes de Valachie et de Moldavie en périphérie de la terre saxonne. Arrêtées dans la gorge d’Ojtoz, les troupes moldaves ne pénétrèrent pas vraiment en terre sicule. Quant à la vallée du Maros, les troupes du gouverneur battaient celles du ban de Temesvár et quelques unités turques devant Déva, décourageant ainsi le progrès de l’armée du pacha de Buda qui, dans le voisinage de Lippa, préféra ne pas risquer une aventure incertaine au cœur de la principauté alors que les armées auxiliaires valaque et moldave étaient déjà arrêtées.

9En 1613, les trois armées envoyées par le sultan pour renverser le prince Gabriel Báthory, allié récent des Habsbourg, accomplirent leur mission. Entre le 1er et le 3 septembre 1613, l’armée de Radu Mihnea, voïvode de Valachie, renforcée par des troupes turques sous le commandement du pacha Oglu Ali, totalisait 40 000 soldats, elle traversa la frontière transylvaine par le col de Törzburg. Cette première armée d’invasion séjournait dans la région de Kronstadt pendant trois semaines, en attentant l’arrivée des deux autres armées. Composée d’une quinzaine de milliers d’hommes, une deuxième armée – composée de troupes moldaves sous le commandement de Ştefan II Tomşa et de troupes tartares sous la direction de Canibek Giray, khan des Tartares de Crimée – arriva de l’est dès le 22 septembre 1613. La troisième armée, comptant 25 000 soldats sous le commandement de Scander, pacha de Temesvár et général en chef des trois armées, traversait la Porte de fer de Transylvanie quelques jours plus tard, le 24 septembre 1613 (fig. 4).

Fig. 4. - Campagne turque-valaque-moldave-tartare en Transylvanie (1613).

Fig. 4. - Campagne             turque-valaque-moldave-tartare en Transylvanie (1613).

© Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.

  • 5 D. Harai, Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie et roi élu de Hongrie (1580- (...)

10Le déferlement de l’armée turque-valaque-moldave fit fuir Báthory qui ne disposait que de 10 000 soldats. Apeurés par l’armée étrangère qui chassait Báthory, les habitants de Kolozsvár ne laissèrent pas le prince entrer dans leur ville. Báthory dut se réfugier à Várad, place forte sur la frontière hongroise, à la fin de la première semaine d’octobre 1613, laissant champ libre aux troupes turques, valaques et moldaves dans toute la Transylvanie, mais espérant néanmoins pouvoir lancer une contre-attaque avec l’aide attendue du côté de la Hongrie royale. Peu après, à la mi-octobre, l’armée d’invasion arriva à Kolozsvár pour occuper le centre de la principauté et pour réduire la résistance de Báthory dans la partie septentrionale du pays. C’est à Kolozsvár (Klausenburg en allemand, Cluj en roumain) qu’une diète fut convoquée pour déposer Báthory (22 octobre) et pour procéder à l’élection de son successeur (23 octobre) en la personne de Gabriel Bethlen, ancien conseiller de Báthory qui avait rompu avec son maître en 1612, choisissant l’exil en Hongrie ottomane (notamment à Temesvár) et promettant au sultan le maintien de la vassalité turque de la Transylvanie en cas de son élection princière. Celle-ci n’était possible qu’au terme de la campagne de 1613 dont la réussite s’explique par le fait que la force d’invasion était numériquement supérieure à la force du prince de Transylvanie et aussi par le fait que cette force d’invasion pouvait compter sur le soutien d’une partie de la Transylvanie : il y avait, d’une part, des nobles qui attendaient le retour de Gabriel Bethlen, et d’autre part, la ville de Kronstadt, porte-parole de la communauté saxonne en révolte contre Gabriel Báthory depuis l’occupation et le pillage de Hermannstadt par le prince (11 décembre 1610)5. Kronstadt était, d’une certaine manière, une « tête de pont » en Transylvanie. C’est la raison pour laquelle l’armée du voïvode de Valachie et les troupes turques qui l’accompagnaient prenaient le chemin de Ruçar afin d’entrer en Transylvanie par le col de Törzburg. Une fois arrivée près de Kronstadt, l’armée valaque devait attendre l’arrivée des troupes moldaves et tartares qui avaient pris le chemin d’Onești pour passer la gorge d’Ojtoz. L’armée moldave ne rencontra pas de grande résistance dans les trois sièges sicules – ceux de Kézdi (centre : Kézdivásárhely, Târgu Secuiesc en roumain), de Sepsi (centre : Sepsiszentgyörgy, Sfântu Gheorghe en roumain) et d’Orbai (centre : Kovászna, Covasna en roumain) – qu’elle devait traverser, même si les Sicules étaient généralement attachés au prince Báthory. L’armée valaque et l’armée moldave ainsi que les troupes turques et tartares qui les complétaient étaient concentrées dans une zone s’étendant sur les terres sicules et les terres saxonnes (fig. 5). C’est de là que l’armée unifiée partait vers Fogaras, Hermannstadt, puis Gyulafehérvár où elle devait fusionner avec l’armée turque de l’Ouest.

11Dévastée par le prince au cours des années précédentes, la région de Kronstadt subissait le séjour et le passage de 55 000 soldats en septembre-octobre 1613 ! Nous comprenons alors que la Transylvanie, à commencer par les terres saxonnes, a payé un très grand prix pour voir succéder Gabriel Bethlen à Gabriel Báthory au palais princier de Gyulafehérvár.

Fig. 5. - Zone de concentration des armées valaque et moldave en terres sicules et saxonnes (1613).

Fig. 5. - Zone de concentration des             armées valaque et moldave en terres sicules et saxonnes             (1613).

© Dénes Harai/Fond de carte : Google Earth.

12Le choix de la direction de Kronstadt permit aussi à l’armée d’invasion d’éviter une confrontation avec les troupes de Báthory, réunies autour de Hermannstadt. Quant à la place forte de Fogaras qui surveillait la route reliant Kronstadt à Hermannstadt, elle ne devait pas être crainte, car elle n’abritait pas une garnison suffisamment forte pour effectuer des sorties dangereuses pouvant mettre à mal le progrès des troupes turques-valaques-moldaves-tartares depuis le Burzenland. Pour arriver à Kronstadt, le col de Törzburg était donc le choix idéal, non seulement en raison de la proximité de la grande ville saxonne, mais aussi à cause de sa configuration géographique qui en faisait le col le plus adapté pour le passage des milliers de soldats.

Un lieu de passage fortifié : l’exemple de Törzburg

  • 6 A. Sófalvi, « Határvédelem a Székelyföldön Bethlen Gábor korában », p. 682-684.
  • 7 Ibid., p. 676-677. Article LVII de la Diète de 1630 (25 janvier-17 février), Erdélyi Orsz (...)
  • 8 E. Jakab, « A hajdani törcsvári uradalom jogi állapotjához. Brassó város és a hétfalusiak (...)
  • 9 Zs. Cziráki, « “Senkinek pénzen vött rabjai nem voltunk sem nem vagyunk” Brassó és a feje (...)
  • 10 Quellen zur Geschichte der Stadt Kronstadt in Siebenbürgen, t. 1, p. 82-173, 466-475, 537 (...)

13Contrairement à la gorge d’Ojtoz, passage non fortifié jusqu’aux années 16106 sur la frontière moldave que gardaient les Sicules en échange d’une exemption des taxes sur les marchandises7, le col de Törzburg, entre les monts alpestres de Fogaras et de Kronstadt, avait déjà son château au xive siècle, témoignage de l’importance de ce lieu de passage plus accessible et plus ouvert que les gorges voisines. C’est Louis d’Anjou, roi de Hongrie, qui, en 1377, attribuait plusieurs villages de la région à la ville de Kronstadt pour bâtir un château en pierre à la place du fortin en terre existant depuis le xiiie siècle. Situé sur la rive droite du ruisseau du même nom, le château de Törzburg restait propriété du roi, mais Kronstadt devait prendre en charge les frais de réparation. C’est à cette époque-là que les villages reçus par Kronstadt sont associés au château de Törzburg qui devint non seulement le centre d’un domaine important, mais aussi le lieu de perception de la taxe sur les marchandises que les rois, puis les princes affermaient à Kronstadt. En 1419, le roi de Hongrie place le château et le domaine sous la responsabilité du comte des Sicules. En 1498, le château et le domaine sont hypothéqués en faveur de Kronstadt pour dix ans en échange de 1 000 florins, puis l’hypothèque étant prolongée de vingt-cinq ans en échange de 6 300 florins8. La ville devait prendre en charge non seulement les frais de réparation, mais aussi les frais de recrutement et d’entretien de la garnison qui gardait le col au nom du roi de Hongrie. Le gouverneur (kastellan) du château et du domaine de Törzburg n’était autre que le maire (juge) de Kronstadt, qui remplissait cette charge conjointement avec un autre élu du conseil municipal, le commandement effectif étant confié à deux vice-gouverneurs et l’administration du domaine annuellement consignée dans un registre (kastellansrechnungen)9. Des registres relatifs au xvie siècle ont été publiés et indiquent que les produits de la châtellenie rapportaient suffisamment pour couvrir à peu près la solde de la garnison et les frais d’entretien du château en temps normal, comme nous le constatons dans le premier tiers du xvie siècle (fig. 6)10.

Fig. 6. - Revenus de la châtellenie de Törzburg et les dépenses pour la garnison de Törzburg.

Fig. 6. - Revenus de la châtellenie de             Törzburg et les dépenses pour la garnison de Törzburg.

© Dénes Harai.

  • 11 Ibid., t. 1, p. 82, 95-96, 105, 116, 124-125, 133-134, 142-143, 152, 160, 168, 468-475, (...)
  • 12 T. Oborni, Erdély pénzügyei I. Ferdinánd uralma alatt, 1552-1556, p. 94.

14C’est grâce à ces registres que nous pouvons reconstituer l’évolution numérique de la petite garnison de Törzburg à la première moitié du xvie siècle (fig. 7)11. Les effectifs varient entre dix et vingt-trois personnes, dont le rôle était de tenir le château, faire respecter l’ordre, contrôler les voyageurs et assurer le bon déroulement de la perception des droits de douane12. L’augmentation des effectifs dans les années 1540 et 1550 reflète la plus grande attention que Kronstadt porte à la frontière valaque. Il n’est guère surprenant que la garnison soit la plus nombreuse – comptant entre vingt et vingt-trois personnes – pendant la période 1550-1553 qui voit de nombreuses opérations militaires et le début du contrôle de Ferdinand Ier de Habsbourg sur la Transylvanie (1552-1556).

Fig. 7. - Effectifs de la garnison du château de Törzburg.

Fig. 7. - Effectifs de la garnison du             château de Törzburg.

© Dénes Harai.

15À quoi ressemble le château à la fin du xvie siècle ? Deux journaux de voyage français nous donnent quelques éléments intéressants sur son architecture et son fonctionnement. En 1574, Pierre Lescalopier fait la description suivante :

  • 13 P. Lescalopier, Journal, p. 445.

« Le 24e jour de juin, nous traversasmes ung autre torrent au pied de la 1re montagne de Transiluanie. Puis nous passasmes la dite ontagne haute difficile et pleine de grands bois et, au sommet, nous trouvasmes la 1re garde de Transiluanie en ung petit chasteau qui n’a point de porte et y entrent auec une eschelle qu’ilz tirent apres eux. »13

16En 1585, Jacques Bongars note :

  • 14 J. Bongars, « J. Bongars’ Tagebuch seiner Reise von Wien nach Constantinopel im Jahr 1585 (...)

« Partys le 24e [jour de juin], un lundy, apres disner avec une guide de la ville [de Kornstadt], passé a Rosenaw, bourg et chateau 1 m, couché a Tartschwar, idest chasteau tenant, chasteau entre les monts, qui est pour la garde de ce passage. Partye de la garnison du chateau sort le matin et autre le soir pour parcourir les boys et les montagnes et s’ilz rencontrent quelcun, qui ne soit des environs, l’amenent prisonnier etc. Et ce font ilz, afin que tout le monde soit contraint de passer par le destroit du chateau, que aussy est le seul passage pour coches ou chevaux. Et de tels chateaus y a par toutes les yssuës de Transilvanie, de sorte, que personne n’y peult ne sortir ny entrer sans congé. Pres d’une lieuë du chateau au sault du mont y a une croix, qui faict séparation de la Transylvanie et Valachie. »14

17Même s’il y a d’autres passages qui sont déjà fortifiés à l’époque, la plupart des passages autorisés ne seront vraiment dotés de fortification qu’à partir du début du xviie siècle. Dans le dernier tiers du xvie siècle, le château de Törzburg est donc probablement plus une exception que le reflet d’un phénomène général. L’importance du col à la fois pour le prince et pour la ville de Kronstadt explique cela, les deux parties étant pleinement conscientes de l’enjeu. C’est la guerre civile entre les Saxons et le prince Gabriel Báthory qui révèle la valeur du lieu en 1612. Pour briser la résistance de Kronstadt, le prince, parti de son château de Fogaras, entendait réduire toutes les localités de la région à son obéissance. Törzburg était le point le plus méridional de la campagne de Báthory qui voulait couper le ravitaillement et l’aide valaques que recevait la ville (fig. 8).

Fig. 8. - La région de Kronstadt et le domaine du château de Törzburg à la fin du xvie siècle.

Fig. 8. - La région de Kronstadt et le             domaine du château de Törzburg à la fin du xvie siècle.

© Dénes Harai/Fonds de carte : Google Earth.

  • 15 Zs. Cziráki, « “Senkinek pénzen… », p. 67.

18Après avoir passé par Wladein (Vledény en hongrois, Vlădeni en roumain) et Schnakendorf (Szunyogszék en hongrois, Dumbrăvița en roumain) dans les derniers jours de mars, le prince assiégeait Zeiden (Feketehalom en hongrois, Codlea en roumain) dont l’église fortifiée a tenu le choc. Malgré cet exploit, une partie de la garnison décida de déposer les armes en espérant avoir la vie sauve. Báthory fit cependant exécuter plusieurs Saxons tandis que d’autres, ceux qui avaint eu la vie sauve, ont été plus tard massacrés sur ordre du maire de Kronstadt pour trahison contre la communauté saxonne15 ! Báthory se dirigea ensuite vers Weidenbach (Vidombák en hongrois, Ghimbav en roumain) et Neustadt (Keresztényfalva en hongrois, Cristian en roumain) dont les églises fortifiées ouvrirent leurs portes. Au terme d’un siège de deux jours, le château de Rosenau (Rozsnyó en hongrois, Râşnov en roumain) suivait cet exemple.

  • 16 G. Kraus, Erdélyi krónika (1608-1665), p. 98.

19Le 4 avril 1612, Hannes Hanklichfresser, le commandant du château de Törzburg à la tête d’une petite garnison, aurait ouvert la porte à Báthory, en échange d’une forte somme d’argent, comme le note le mémorialiste saxon Georg Kraus16. La suite de la campagne concernait Petersburg (Barcaszentpéter en hongrois, Sânpetru en roumain), Honigberg (Szászhermány en hongrois, Hărman en roumain) et Tartlau (Prázsmár en hongrois, Prejmer en roumain). Seule la première de ces trois églises fortifiées céda au canon de Báthory. Le prince y établit son camp et dévastait le voisinage de Kronstadt, y compris les terres appartenant au domaine du château de Törzburg. Báthory leva son camp quelques jours plus tard pour se retirer vers Fogaras, tout en laissant ses garnisons dans les châteaux et églises fortifiées occupés.

  • 17 Zs. Cziráki, Ibid., p. 67.
  • 18 Ibid., p. 29-30.

20La campagne éclair du prince montre que le réseau de places fortifiées que les Saxons entretenaient dans la région de Kronstadt ne tenait le choc que partiellement. Il suffisait de quelques succès au prince au début de sa campagne pour faire tomber l’essentiel du glacis défensif de Kronstadt. Il est vrai que toutes les églises fortifiées n’eurent pas les moyens et la détermination nécessaires pour s’opposer à une armée équipée de canons de petit calibre. Cependant, ne disposant pas de vrais canons de siège, Báthory ne pouvait pas assiéger Kronstadt. Les hostilités continuaient jusqu’au printemps 1613. Compte tenu de l’épuisement des belligérants et de la volonté de Báthory d’avoir moins d’ennemis déclarés à combattre, la Diète réunie à Hermannstadt (1er au 14 mai 1613) proclama l’amnistie de la plupart des révoltés. En juin 1613, Kronstadt commençait à récupérer le domaine du château de Törzburg17. Trois mois plus tard, celui-ci était la première étape de l’armée turque que Gabriel Bethlen, non compris dans l’amnistie, réussit à faire venir pour en finir avec Gabriel Báthory. L’armée d’invasion était tellement nombreuse que la garnison du château, qui gardait le col, renonça à résister. Dès sa prise de pouvoir, Bethlen fit pression sur Kronstadt à propos des taxes perçues à Törzburg ainsi que sur la question de la sécurité de la frontière. En 1625, le prince proclame qu’il n’est pas sage de laisser ce « passage et porte » unique en Transylvanie aux mains d’un particulier – ici une ville – pour pouvoir « résister à l’irruption de l’ennemi »18. Au terme de longues négociations, en 1628, le prince affermait une nouvelle fois la taxe de Törzburg à Kronstadt pour 4 000 florins.

 

  • 19 B. Orbán, A Székelyföld leírása történelmi, régészeti, természetrajzi s népismereti szemp (...)
  • 20 Erdélyi Országgyűlési Emlékek, t. 11 (1886), p. 113-116.

21Comme en terre sicule, en terre saxonne l’heure était aussi à la fortification des quelques lieux de passage officiellement autorisés. Le château de Törzburg fut renforcé. Les travaux profitèrent d’une conjoncture économique favorable, car la taxe que le prince Georges Ier Rákóczi affermait à Kronstadt pour 10 500 florins en 1639, pouvait rapporter jusqu’à 50 000 florins par an19. Dix ans plus tard, le statut juridique du château de Törzburg était clarifié : le 29 octobre 1650, Georges II Rákóczi proclama que Törzburg appartenait à Kronstadt sous certaines conditions : la ville devait entretenir un gouverneur et une garnison fidèle au prince et servant sous son drapeau ; elle devait accepter que des soldats puissent être envoyés à Törzburg par le prince et la Diète. Elle devait payer les frais d’entretien et de réparation du château et devait envoyer les soldats levés sur le domaine de Törzburg pour faire partie de l’armée du prince20. En temps de guerre, celle-ci était indispensable à la garde des cols : les châteaux ne pouvaient pas les protéger longtemps contre une armée d’invasion.

Bibliographie

Bongars Jacques, « J. Bongars’ Tagebuch seiner Reise von Wien nach Constantinopel im Jahr 1585 », dans Hagen Hermann, Zur Geschichte der Philologie und zur römischen Litteratur, Berlin, S. Calvary, 1879, p. 144-160.

Cziráki Zsuzsa, « “Senkinek pénzen vött rabjai nem voltunk sem nem vagyunk” Brassó és a fejedelmi hatalom viszonya a város fejedelmi szolgáltatásai tükrében, Bethlen Gábor uralkodása idején », thèse d’Histoire moderne, Szeged, Université de Szeged, 18 novembre 2010.

Erdélyi Országgyűlési Emlékek, Szilágyi Sándor (éd.), Budapest, A Magyar Tudományos Akadémia Könyvkiadó Hivatala, 1875-1898, 21 vol.

Harai Dénes, Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie et roi élu de Hongrie (1580-1629), Paris, L’Harmattan, 2013.

Jakab Elek, « A hajdani törcsvári uradalom jogi állapotjához. Brassó város és a hétfalusiak több százados birtok pere », Századok, t. 34, no 1, 1890, p. 49-66 et t. 34, n2, 1890, p. 154-161.

Kraus Georg, Erdélyi krónika (1608-1665), traduction hongroise et édition par Vogel Sándor, Csíkszereda, Pro-Print Könyvkiadó, 2008.

Lescalopier Pierre, Journal, édité par Paul I. Cernovodeanu, « Călătoria lui Pierre Lescalopier în ţara Romînească şi Transilvania la 1574 », dans Studii şi materiale de Istorie medie, Bucarest, Editura Academiei Republicii Populare Romîne, t. 4, 1960, p. 433-462.

Oborni Teréz, Erdély pénzügyei I. Ferdinánd uralma alatt, 1552-1556, Budapest, Szentpétery Imre Történettudományi Alapítvány, 2002.

Orbán Balázs, A Székelyföld leírása történelmi, régészeti, természetrajzi s népismereti szempontból, Pest, Ráth Mór, 1868.

Quellen zur Geschichte der Stadt Kronstadt in Siebenbürgen, Kronstadt, t. 1 (1886), t. 2 (1889), t. 3 (1896).

Sófalvi András, « Határvédelem a Székelyföldön Bethlen Gábor korában », dans Bethlen Erdélye, Erdély Bethlene, actes du colloque organisé à l’occasion du quatrième centenaire de l’avènement de Gabriel Bethlen, Dáné Veronka, Horn Ildikó, Lupescu Makó Mária, Oborni Teréz, Rüsz-Fogarasi Enikő et Sipos Gábor (dir.), Kolozsvár/Cluj, Erdélyi Múzeum-Egyesület, 2014, p. 675-686.

Notes

1 J. Bongars, « J. Bongars’ Tagebuch seiner Reise von Wien nach Constantinopel im Jahr 1585 », p. 156.

2 Article V de la Diète de 1619 (5-26 mai), Erdélyi Országgyűlési Emlékek, t. 7 (1881), p. 514. Article VII de la Diète de 1635 (13 mai-10 juin), Ibid., t. 9 (1883), p. 416-417.

3 Dans le texte, les noms de lieu apparaissent dans la langue principale du territoire auquel ils appartenaient à l’époque moderne. Les lieux situés en terre saxonne sont ainsi donnés en allemand, les lieux situés en terre sicule et dans les autres parties de la Transylvanie sont donnés en hongrois. En fonction des cas, les équivalences en allemand, en hongrois et en roumain sont données entre parenthèses lors de la première apparition des lieux.

4 P. Lescalopier, Journal, p. 445.

5 D. Harai, Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie et roi élu de Hongrie (1580-1629), p. 48-54.

6 A. Sófalvi, « Határvédelem a Székelyföldön Bethlen Gábor korában », p. 682-684.

7 Ibid., p. 676-677. Article LVII de la Diète de 1630 (25 janvier-17 février), Erdélyi Országgyűlési Emlékek, t. 9 (1883), p. 101.

8 E. Jakab, « A hajdani törcsvári uradalom jogi állapotjához. Brassó város és a hétfalusiak több százados birtok pere », p. 51.

9 Zs. Cziráki, « “Senkinek pénzen vött rabjai nem voltunk sem nem vagyunk” Brassó és a fejedelmi hatalom viszonya a város fejedelmi szolgáltatásai tükrében, Bethlen Gábor uralkodása idején », p. 41.

10 Quellen zur Geschichte der Stadt Kronstadt in Siebenbürgen, t. 1, p. 82-173, 466-475, 537-542, 582-590, 626-633, 677-693.

11 Ibid., t. 1, p. 82, 95-96, 105, 116, 124-125, 133-134, 142-143, 152, 160, 168, 468-475, 538-542, 584-590, 628-633, 687-692 ; t. 2, p. 483 ; t. 3, p. 57-58, 481-482.

12 T. Oborni, Erdély pénzügyei I. Ferdinánd uralma alatt, 1552-1556, p. 94.

13 P. Lescalopier, Journal, p. 445.

14 J. Bongars, « J. Bongars’ Tagebuch seiner Reise von Wien nach Constantinopel im Jahr 1585 », p. 157.

15 Zs. Cziráki, « “Senkinek pénzen… », p. 67.

16 G. Kraus, Erdélyi krónika (1608-1665), p. 98.

17 Zs. Cziráki, Ibid., p. 67.

18 Ibid., p. 29-30.

19 B. Orbán, A Székelyföld leírása történelmi, régészeti, természetrajzi s népismereti szempontból, Pest, Ráth Mór, 1868, t. VI, chapitre 23.

20 Erdélyi Országgyűlési Emlékek, t. 11 (1886), p. 113-116.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Cols et gorges de la principauté de Transylvanie.
Crédits © Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Titre Fig. 2. - Altitude des lieux de passage des Carpates de l’Est et du Sud sur la frontière de la Transylvanie.
Crédits © Dénes Harai.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3. - Campagne turque-valaque-moldave en Transylvanie (1550).
Crédits © Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 4. - Campagne turque-valaque-moldave-tartare en Transylvanie (1613).
Crédits © Dénes Harai/Fond de carte : Béla Köpeczi (dir.), Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1992.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 5. - Zone de concentration des armées valaque et moldave en terres sicules et saxonnes (1613).
Crédits © Dénes Harai/Fond de carte : Google Earth.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Fig. 6. - Revenus de la châtellenie de Törzburg et les dépenses pour la garnison de Törzburg.
Crédits © Dénes Harai.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 7. - Effectifs de la garnison du château de Törzburg.
Crédits © Dénes Harai.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Fig. 8. - La région de Kronstadt et le domaine du château de Törzburg à la fin du xvie siècle.
Crédits © Dénes Harai/Fonds de carte : Google Earth.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5880/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search