Introduction

Entités politiques et défense des frontières

Philippe Bourdin et Bernard Gainot
  • 1 N. Broc, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue frança (...)
  • 2 S. Blond, L’atlas de Trudaine : pouvoirs, cartes et savoirs techniques au siècle des Lumièr (...)
  • 3 M. Virol, Vauban. De la gloire du roi au service de l’État ; M. Barros, N. Salat et T. Sarm (...)

1Le thème des circulations montagnardes dans l’espace géographique européen était la thématique du congrès annuel que le CTHS organisa à Pau en 2017. Il s’agissait notamment, ce dont rend compte le présent ouvrage, d’analyser comment les zones d’altitude se sont construites politiquement et militairement. Propice à l’isolement et au refuge, la montagne est un lieu de franchissement et de passage. Elle l’est assurément pour les stratèges, d’Hannibal passant les Pyrénées puis les Alpes à Bonaparte au col du Grand-Saint-Bernard, de Roncevaux à Monte Cassino. Jalonnées par les clans puis les seigneurs guerriers, les vallées ont été structurées par les Étapes des Habsbourg dans les Alpes. Mais, longtemps, le déplacement, malgré de rares « guides » ou « indicateurs », est gêné par une connaissance très approximative des montagnes. La cartographie militaire, dans un premier temps, ne s’intéresse qu’aux passages, distinguant entre ceux propices à l’artillerie et aux convois, ceux praticables par la cavalerie, ceux dévolus aux simples piétons1. Elle reste relativement secrète, avant que les ingénieurs géographes ne réalisent de sensibles progrès au cours du xviie siècle. Pierre-Joseph de Bourcet hésitait encore entre la projection verticale et la perspective cavalière pour sa carte du Dauphiné (1749-1754) avant que la première technique ne triomphe à la fin du xviiie siècle2. La montagne est reconfigurée par l’architecture militaire – et l’on songe entre autres aux prouesses de Vauban, parfois dubitatif de sa propre œuvre, dont s’enorgueillissent pourtant les municipalités (ainsi, à Seyne-les-Alpes)3. Quand ils ne datent pas de la conquête romaine des Gaules, les routes et les relais sont souvent les héritages du passage des troupes. Les nombreux mercenaires suisses qui allaient, des siècles durant, vendre leurs services aux souverains de France, d’Italie ou d’Allemagne les empruntaient. Ces itinéraires, d’abord sécurisés par des monastères (chanoines de Saint-Maurice ou d’Aubrac…) viennent compléter l’entrelacs des chemins, qui ne sont pas tous contrôlés par les douanes ou les postes.

  • 4 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc ; avec N. Castan, Vivre ensemble. O (...)
  • 5 A. Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne : désordres et répression au xviie siècle.

2La montagne, en effet, est source d’entités politiques particulières, limites d’États ou États autonomes. Longtemps, des communautés montagnardes ont voulu jouer le rôle de portiers, de gardiens de frontières incertaines et disputées. Outre ce rôle, la volonté de maintenir leurs avantages pastoraux et commerciaux, leurs exemptions ou avantages fiscaux, ont pu également engager à la mise en réseau de vallées, comme les lies et passeries des Pyrénées ou les escartons des Alpes. De là des configurations communautaires variées : associations de villages, territoires d’une ville principale, confédération de cantons en Suisse ou en Andorre, État de Savoie. Les constructions étatiques modernes modifient cette tendance sans l’inverser. Les travaux d’Yves Castan nous en ont beaucoup appris sur les limites de la justice royale, les affrontements communautaires sur les hautes terres pyrénéennes4. En chacun de ces lieux s’affirment des identités fortes, dont rendent compte le droit seigneurial, les habitus religieux ou culturels – ainsi des mystères, du théâtre rural… Tardivement rattachés à la Couronne de France, le Dauphiné, la Provence, la Bretagne, la Franche-Comté ne lui ont jamais marqué une totale allégeance, d’asiles pour le brigandage en révoltes communautaires (contre la religion majoritaire, l’impôt, les levées d’hommes) et parlementaires. Il est cependant des provinces plus anciennement rentrées dans l’apanage royal qui ne sont guère plus dociles. Les Grand Jours d’Auvergne viennent, au besoin, l’illustrer5. L’arasement des châteaux, qui en résulte, nous rappelle combien les éminences ont été propices aux fortifications et aux symboles bâtis des différents pouvoirs qui ont suivi l’évolution de l’architecture militaire jusqu’au xxe siècle, sur les frontières du moins.

  • 6 M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1852) ; P. Vigier, La Seconde Ré (...)

3Transformant la géographie administrative, le droit civil, les libertés civiques, la Révolution française n’éradique pas toutes les résistances à la centralité, toute la méfiance des petits bourgs, des hameaux, déjà peu ouverts à la sociabilité des Lumières (la cartographie de la franc-maçonnerie le prouve), par rapport aux chefs-lieux des districts, et a fortiori des départements. Les instituteurs jacobins, envoyés des principales sociétés populaires, l’apprendront souvent à leurs dépens en l’an II. L’anti- et la contre-Révolution vont trouver dans la montagne des caches pour les prêtres réfractaires et pour les soldats insoumis ou les conscrits déserteurs. Cette dimension historique du refuge, si importante dans ses déclinaisons religieuses (cathares, vaudois du Lubéron, protestants des Cévennes et des cantons suisses), l’est aussi sur le plan politique jusqu’à l’époque contemporaine, depuis les chemins de l’émigration des années 1790, les révoltes alpestres engendrées par la résistance républicaine au coup d’État bonapartiste de décembre 1851, magistralement étudiée par Philippe Vigier et Maurice Agulhon6, jusqu’aux maquis de la Résistance.

4Le congrès de Pau, sur toutes ces questions, ne pouvait être exhaustif, mais il a présenté des éclairages sensibles sur les constructions communautaires, les organisations militaires, les migrations contraintes. Sur le premier point, de nombreux jeux d’échelles sont proposés. Le châtelain représente le roi et à ce titre doit assurer la sécurité, la police, la justice, la sécurité des marchands pour un commerce de proximité qui apporte des biens indispensables et du numéraire, en partie investi dans la construction d’églises, de chemins, d’un hôpital. Quand la monarchie prend-elle conscience de l’intérêt géostratégique des comtés pyrénéens, bientôt convoités par le roi d’Aragon mais aussi par Simon de Montfort et ses fils ? Et comment se défaire de l’emprise royale ? Olivier Vergès donne une idée substantielle des difficultés d’Andorre à affirmer son identité en plein xviie siècle, dans le contexte de la guerre de Succession d’Espagne qui pousse les Andorrans du côté de l’archiduc Charles d’Autriche plutôt que de celui de Philippe V Bourbon. Il montre la manière dont l’histoire du Haut Moyen Âge se rejoue alors symboliquement, la défense des privilèges et libertés andorrans, fixés par l’ancienne couronne d’Aragon, suscitant plusieurs publications autochtones au mitan du siècle. Elles s’appuient notamment sur une histoire reconstituée d’Andorre depuis la conquête carolingienne, et à l’heure où l’Espagne était musulmane : or, si Andorre est alors géographiquement distinguée au sein du diocèse d’Urgell, les archives ne disent rien de son éventuelle identité politique, se contentant d’évoquer les droits accordés à quelques seigneurs locaux. La destruction du château de Bragafolls, à la frontière de l’Espagne musulmane, va cependant compter pour le futur d’Andorre. Construit sur ses terres par le comte Borrell II, ce qui n’avait rien d’original au xe siècle, il représente un symbole de pouvoir et de surveillance féodaux mal supporté par les autochtones, et notamment une classe dominante surtout intéressée par le contrôle de la terre et de la rente, par la maîtrise des biens communaux. Tandis que Borrell est occupé par la guerre aux frontières et une violente attaque contre Barcelone en 985, Bragafolls subit la contestation locale puis la destruction entre 978 et 985. Borrell procède en 988 à un important échange de terres, qui donne la vallée d’Andorre aux prélats d’Urgell, le tout reconnu par une bulle pontificale de Silvestre II en 1001 : les évêques, confortés par les successeurs de Borrell qui leur donneront d’autres terres à gérer, se conduisent en grands féodaux. Dans la seconde moitié du xiie siècle et au xiiie siècle, des chartes établissent clairement les liens de vassalité et de justice sur le territoire, au risque de braquer des seigneurs vassaux du comte de Foix, des communautés rurales attachées à leur autonomie et à leur relation directe avec leur seigneur, refusant en conséquence tout lien servile. Il faut attendre 1278 pour qu’un traité instaure la souveraineté partagée de l’Andorre entre l’évêque d’Urgell et le comte de Foix. La force du communautarisme dans la région est tout autant liée aux refuges religieux, parfois tout aussi structurants culturellement que la défense des communautés rurales ordinaires. Le catharisme de l’Occitanie et de la Catalogne des xiie et xiiie siècles, tel que l’étudie Carles Gascón Chopo, est d’ailleurs moins tributaire d’une installation pérenne que le produit d’une itinérance et d’échanges : ceux des prédicateurs, des adeptes qui traversent régulièrement les Pyrénées, ces bons homes repérés à Toulouse dès 1145 et qui égrainent leur foi côté espagnol, forts notamment des réseaux commerciaux ou des liens familiaux de l’aristocratie. De Foix, Montségur, Mirepoix, Tarascon, à Berga, Castelbon ou La Corogne, les itinéraires et les itinérances empruntent nombre de voies, qui n’évitent pas Andorre, mais se voient en partie interrompues par la force de la répression des hérésies à partir des années 1260. Cependant, les grands procès du début du xive siècle, encadrés à Carcassonne par Geoffroy d’Ablis, à Toulouse par Bernard Gui, qui donnent un coup fatal au catharisme languedocien, ravivent le rôle refuge de la Catalogne.

  • 7 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime ; A. Follain, Le vi (...)

5Mais, selon les privilèges et les exemptions, la force des structures étatiques ou seigneuriales, il est des manières plus subtiles que l’engagement conflictuel de préserver un quant-à-soi communautaire qu’autorise l’isolement relatif des entités montagnardes – un isolement qui, il est vrai, est cependant une caractéristique bien plus générale d’un monde rural fier de ses prérogatives, celles-ci, durant la période moderne, survivant à la surveillance distante des intendants ou des évêques7. L’exemple des communautés d’habitants de la vallée de Barcelonnette, présenté par Laurent Surmely à partir du cas de la vaste paroisse de Jausiers (10 610 hectares entre 1 200 et 3 032 mètres d’altitude, 335 maisons en 1702, réparties entre 19 hameaux et villages), est de ce point de vue très éclairant. Voilà une entité dirigée par un conseil général de vingt-deux membres élus par les chefs de famille, qui ne connaît aucun système seigneurial contraignant, qui est libérée de toute tutelle, même étatique, qui, enfin, jouit d’immenses biens communaux. Les frais de fonctionnement, l’entretien du patrimoine communautaire et surtout les impôts et les taxes dues au duché de Savoie puis au royaume de France et à l’archevêché d’Embrun (la dîme) constituent l’essentiel de ses dépenses ordinaires. En cas de dépenses exceptionnelles, le conseil général peut augmenter les taux d’impositions ou peut décider de lever une taille extraordinaire. Afin de faire face aux dépenses liées aux guerres, fréquentes dans cette zone frontalière, les élus ont généralement recours à l’emprunt. Les créances ainsi contractées sont remboursées progressivement au cours des années qui suivent grâce à des taux d’impositions augmentés jusqu’à l’extinction de la dette. Enfin, dernière spécificité, très prégnante dans les archives, l’habitude et la propension du conseil général à agir collectivement avec d’autres communautés d’habitants au sein de fédérations : Val des Monts puis, au fur et à mesure que s’écoule le xviie siècle, conseil général de la Vallée de Barcelonne. Les multiples tentatives de réformes visant à réduire les autonomies, les libertés locales et les exemptions depuis le règne d’Emmanuel-Philibert (duc de Savoie de 1553 à 1580) jusqu’aux intendants au service de la monarchie française (règlements de 1716, de 1737, de 1787), se heurtent à ces fronts qui arrivent longtemps à imposer leurs vues grâce à leurs recueils de chartes et à de très bons juristes issus des élites locales.

  • 8 Voir notamment le beau travail du général Gérard Folio, « La citadelle et la place de Saint (...)

6Ces résistances, ces exceptions ne doivent cependant pas occulter le fait dominant : la géopolitique des royaumes transforme souvent des zones montagneuses en un enjeu militaire majeur, et s’ensuit une architecture défensive spécifique, qui ne résiste pas toujours au temps. Au débouché de la vallée, la forteresse est la marque d’une projection de souveraineté, la sentinelle minérale de l’État8. Même si les ouvrages bastionnés existent dès la conquête du Dauphiné sous François 1er, dès les affrontements franco-espagnols d’avant le traité des Pyrénées, c’est Vauban qui va développer toute une conception du passage fortifié en montagne, inséparable de sa pensée raisonnée de la frontière comme marche stratégique, ainsi que le rappelle Hugues Paucot. La fortification de débouché de vallée contrôle en profondeur les déplacements par les lignes de défense qu’elle aménage jusqu’aux redoutes des sommets, elle soulage les populations locales par les abris permanents et les magasins qu’elle offre aux garnisons, elle acculture par l’interaction permanente entre la stabilité de la troupe régulière accoutumée aux veilles et aux manœuvres, et la troupe mobile qui part en mission de reconnaissance, et qui peut trouver un point fixe après un accrochage. Malgré tout, la réalité résiste au rêve de reliefs infranchissables. Il est le propre des voyageurs des xvie et xviie siècles, qui voient les Carpates entourant la principauté de Transylvanie, état vassal de l’Empire ottoman, comme un lieu fortifié par la nature. Celui-ci, nous rappelle Dénes Harai, n’était franchissable pour les armées transylvaines ou étrangères que par les cols et gorges des Carpates, dont le contrôle représentait un enjeu stratégique important compte tenu de l’instabilité politique de la Valachie et de la Moldavie, voïvodats vassaux de l’Empire ottoman. Pour y faire face, les différents princes et la Diète de Transylvanie ordonnaient des travaux de fortification et des gardes pour rendre impraticables aux armées ennemies certains lieux de passage, tandis que de nombreuses taxes étaient prélevées sur les marchandises qui transitaient par les quatorze gorges et cols d’une altitude moyenne de 830 m. On préférait les passes moins élevées de la gorge d’Ojtoz et du col de Törzburg (gardé par une petite garnison de 10 à 23 personnes et de faible architecture castrale avant le xviie siècle), qui débouchaient sur la ville saxonne luthérienne de Kronstadt, grand et riche marché et puissante forteresse. Mais rien d’intangible cependant, fût-ce au prix d’armées considérables mobilisées pour le contrôle de la ville, de son territoire et des places fortifiées de son arrière-pays. En 1613 par exemple, le sultan réunit 80 000 hommes (Valaques, Moldaves, Tartares) pour renverser le prince Gabriel Báthory de Transylvanie, allié récent des Habsbourg, fort de seulement 10 000 soldats. Rien de décisif non plus dans l’élévation des architectures militaires. L’exemple de la Navarre, développé par Ana Zabalza-Seguin, rappelle combien cette province forte d’une centaine de sites fortifiés les a progressivement perdus au fil des conflits : contre les musulmans à l’époque médiévale, entre Beamonteses et Agramonteses au xve siècle, avec la couronne de Castille ou le Royaume d’Aragon au xve siècle, jusqu’à la partition du territoire, la Basse-Navarre étant unie à la couronne de France en 1589, et objet des convoitises espagnoles jusqu’au traité des Pyrénées de 1659.

7La frontière orientale du royaume de France n’est pas moins conflictuelle, perturbée par les guerres d’Italie à partir de 1494. Si les passages des Alpes par les armées royales de 1515 à 1556 sont peu détaillés dans les mémoires et chroniques étudiées par Julien Guinand, dix grandes campagnes militaires entraînent des milliers d’hommes et d’animaux de France au Piémont sous François Ier et Henri II. Cela vaut bien la description du Dauphiné et de la Savoie, accompagnée d’une carte et de plans, réalisés par un auteur anonyme, en 1548, à la demande du parlement de Grenoble pour François de Lorraine, duc d’Aumale et bientôt duc de Guise. Malgré des figurations aléatoires du relief, l’explicitation des caractères des limites nord et est de l’espace concerné, de la praticabilité des chemins, la réunion des savoirs locaux et des expériences militaires passées, prouvent le grand intérêt stratégique et les nécessités logistiques (fortifications, ordre de marche, étapes, réquisitions) de l’espace considéré. On ne cesse d’y entretenir des infrastructures parfois précaires, comme les « barricades », qui apparaissent dans le vocabulaire militaire au xvie siècle. Il s’agit, comme nous le précisent Marie-Christine Fourny (et alii), de la mise en défense d’un espace resserré à l’aide de rondins ou de barriques. Ne sachant pas encore fortifier les cols, on cherche à verrouiller les cluses. Les barricades sont ainsi édifiées au niveau des pas, et autres détroits des vallées, en complément de forts, fortification durable mais chère et pas toujours en bon état. En montagne, ces barricades éphémères sont souvent édifiées dans l’urgence – ainsi en 1537 dans le val de Suse, les Français voulant éviter une invasion du Dauphiné, et les Savoyards désirant protéger le Piémont ; en 1629, lorsque le duc Charles-Emmanuel Ier s’oppose au passage de l’armée française conduite par le roi Louis XIII en personne, et par Richelieu. Les barricades imposent alors une négociation en arrêtant la marche du roi, ensuite, elles permettent au duc de se hisser symboliquement à un niveau royal. Enfin, par sa matérialité, la barricade marque le tracé linaire d’une frontière souveraine niée par les ambitions françaises. Davantage que les guerres, c’est la crainte de la contagion qui occasionne cependant le blocage du Mont-Cenis ainsi que des cols frontières entre juillet et octobre 1720, et ce avec des allégements progressifs du dispositif, jusqu’en 1723, pour limiter les risques de propagation de l’épidémie dite « peste de Marseille ».

8Cependant, on ne barre pas si facilement un massif, si élevé soit-il. Hugues Paucot et Nicolas Faucherre en font la démonstration sur l’exemple du col de Montgenèvre.Situé sur l’axe Gap – Turin, il constitue depuis au minimum le iie siècle avant J.-C. une de ces voies commerciales et militaires d’importance tel qu’en attestera au iiie siècle la table de Peutinger. Passage clé de l’Empire romain, son destin se scelle lors de la pacification des Alpes par Auguste et son alliance avec le roi Cottius. Nommé préfet, celui-ci fait édifier des fortifications pour assurer la sûreté de la route, et la rendre carrossable. La maîtrise de la voie du Montgenèvre parait en effet un préalable obligé, car donnant accès à Lyon, centre logistique essentiel pour la préparation des campagnes suivantes. Lieu de passage régulièrement fréquenté par les troupes en mouvement, le col joue encore un rôle essentiel durant toutes les guerres d’Italie. Jusqu’au début du xixe siècle, son chemin d’accès, dont Briançon et son château sont les gardiens, renforcés par les fortifications du xviie siècle, reste cependant difficilement carrossable, et le transfert de tout charroi lourd ou pièce d’artillerie s’effectue par morceaux, nécessitant l’utilisation de palans, voire de traîneaux selon la saison. En 1713, par le traité d’Utrecht, la France perd son glacis piémontais et les places d’Exilles, Fenestrelle et Château-Dauphin ; la limite avec la Savoie s’établit dorénavant aux eaux pendantes et Briançon devient alors place frontière. En conséquence, et de manière encore plus accrue depuis cette modification, toute la politique des transports transalpins est de facto contrôlée par le duc de Savoie. S’étant assuré de tous les cols et de tous les débouchés vers l’Italie, il va en effet promouvoir le col du Mont-Cenis, ainsi que le col de Tende, dont il contrôle les deux versants, au détriment notamment du Montgenèvre. Côté français, cette césure est d’autant plus mal vécue par les habitants du Briançonnais que ceux-ci avaient constitué une forme de confédération, répartie de part et d’autre du col, entre communautés montagnardes, et appelée le Grand Escarton ; le col constituait donc jusque-là un lien entre ces communautés qui sera quasiment détruit par sa fermeture. Il faut attendre Napoléon Ier pour qu’elle soit véritablement remise en cause pour les besoins de son artillerie, avant que 1815 ne scelle une nouvelle période de fermeture, puis que la construction de fortifications reprenne à partir du second Empire, encouragée par les évolutions de l’artillerie. Mais la guerre, autant qu’elle est propice aux ouvrages d’art, est d’abord une affaire d’hommes.

  • 9 Capitaine Eugène Gambiez, L’alpinisme militaire, conférence faite aux membres de la section (...)

« La guerre de montagne est la plus pénible de toutes ; pour la mener à bien, il faut avoir des soldats rompus à la fatigue, habitués à gravir des pentes rapides, à marcher dans la neige, présentant en un mot toutes les garanties d’un véritable alpiniste. »9

9Ainsi, au caractère spécifique des affrontements armés en terrain montagneux, spécificité reconnue depuis des siècles, depuis que s’impose à un pouvoir structuré la triple nécessité du déplacement de soldats sur une longue distance, du franchissement des passages d’altitude, du contrôle des chemins et des cols, répond le besoin de disposer de troupes aptes à effectuer ces opérations en milieu longtemps considéré comme hostile. De fait, la guerre de montagne est aussi ancienne que la guerre. Mais l’organisation d’unités militaires spécialisées apparaît avec la professionnalisation des armées au début de la période moderne. Les formations antérieures à la fin du xixe siècle sont très mal connues : c’est le 24 décembre 1888 que sont créés douze bataillons de chasseurs alpins, vite devenus emblématiques des troupes de montagne. Ultérieurement, nombreux furent les articles et les publications qui considérèrent que cette date inaugurale marquait la fondation d’une tradition militaire, les formes antérieures n’étant que des levées d’hommes locales et temporaires vouées à utiliser les compétences adaptées à un milieu très spécifique, pour faire face à une attaque soudaine. Or, c’était faire fi de deux siècles de militarisation des sommets et des vallées, militarisation voulue par les États limitrophes.

  • 10 S. Picaud-Monnerat, La petite guerre au xviiie siècle.

10L’historiographie des chasseurs alpins concède une antériorité pour les chasseurs de Fisher. C’est au cours de la guerre de Succession d’Autriche, lors de la campagne de Bohème, que le soldat mercenaire d’origine rhénane et protestante, Johann Von Fisher (1719-1762) reçut un brevet de capitaine de compagnie franche, ce qui l’autorisa à lever une petite unité de chasseurs, vite devenue célèbre. Il introduit alors dans l’armée française (mais il n’est pas le seul), la culture de la « guerre de partisans » ou « petite guerre », ainsi que le rappelle Sandrine Picaut-Monnerat10. Cette guerre importée d’Europe centrale, est menée par des troupes légères, armées de carabines, très mobiles, composées notamment de gens des forêts, d’où le terme générique de chasseurs. Comment ces unités, majoritairement constituées de cavaliers, et aptes à multiplier les accrochages en terrain couvert et relativement plat, ont-elles pu servir de référents, plus d’un siècle après, aux guerriers des zones montagneuses, qui ne se déplacent qu’à pied, ou à skis ? Cela reste un mystère…

  • 11 Chr. Desplats, Les villageois face à la guerre, xive-xviie siècles.

11Pourtant, des unités spécifiques aux zones montagneuses existaient auparavant. C’est en 1590 que le connétable de Lesdiguières organisa des gardes pour la sûreté de la circulation dans les vallées dauphinoises. Ils ne sont équipés ni de mousquets, ni de piques, mais de carabines, plus légères et plus maniables, mieux adaptées aux déplacements en terrain accidenté. Lesdiguières les appelle des « coureurs », et il en nomme lui-même les officiers, ce qui les apparente entièrement au modèle de la compagnie franche. Il y a ici une rupture avec l’organisation militaire traditionnelle des communautés montagnardes, qui reposait sur ses mandataires, ou sur la petite noblesse locale11. Le connétable appelle prioritairement ces petits nobles pour devenir les officiers de ces compagnies franches, contribuant ainsi à la militarisation de la défense des vallées. Il faut entendre par « militarisation » une conception globale de la défense d’un vaste territoire, où la « barrière montagneuse » est assimilée à une frontière naturelle. L’armée permanente du Prince est habilitée à combiner une dimension stratégique (un ensemble professionnel dont l’organisation transcende les déterminismes géographiques) et une dimension tactique (adaptation du combat à un milieu particulier). La fonction de connétable, occupée par Lesdiguières au sein du Royaume de France, marque la transition vers une étape supérieure. Il est tout à la fois le représentant du roi pour remplir une charge de commandant suprême des forces armées, et l’interlocuteur local des multiples pouvoirs féodaux qui dominent les vallées.

  • 12 L’opinion, très courante actuellement, qui consiste à réserver ce nom de « barbets » aux se (...)
  • 13 A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres.
  • 14 Article « miquelets » de l’Encyclopédie militaire et maritime, dictionnaire des armées de t (...)
  • 15 S. Brunet, « Les mutations des lies et passeries des Pyrénées, du xive au xviiie siècle », (...)

12Outre les engagements particuliers de la petite guerre (embuscades, reconnaissances sur les arrières de l’ennemi, feu de tirailleurs, exfiltration rapide), des techniques spécifiques sont utilisées par les troupes de montagne, techniques de chasse qui ne font pas la distinction entre le sport et la guerre : longues marches de fond de vallée, escalades, glissades. Utilisées par les chasseurs, ces techniques sont également celles des contrebandiers. Les compagnies franches sont très difficiles à distinguer des bandes de hors-la-loi qu’elles combattent : elles ont la même origine, elles ont le même équipement, à une époque où les uniformes ne sont pas encore bien fixés. C’est notamment le cas des vallées alpines à l’époque des engagements contre les « barbets », qui ne sont que la forme militarisée des communautés protestantes vaudoises pendant le règne de Louis XIV12. C’est aussi le cas des « miquelets » des vallées pyrénéennes ; contrebandiers du sel13, adeptes d’une confrérie religieuse dont la mission est d’escorter les voyageurs, « bandits faisant la guerre en enfants perdus, pour la guerre de montagne14 », le nom va progressivement devenir générique. Il désigne tout autant le hors-la-loi que celui qui le pourchasse, le même miquelet d’un bourg de vallée pouvant successivement passer d’une allégeance à l’autre, en fonction de ses intérêts et des opportunités. Le « miquelet » est prioritairement dressé pour la fluidité de la circulation des marchandises d’un versant à l’autre, et pour la défense des pacages d’altitude contre la prétention des vallées voisines à en contester les limites15. « Miquelets » devient synonyme de « troupe de montagne » : c’est pendant la Révolution, entre 1793 et 1795 que s’opère la mutation linguistique, et que, parallèlement, se fait sentir la nécessité d’une régularisation des formations de chasseurs : visibilité par l’attribution d’un uniforme, normalisation par l’intégration dans l’armée nationale. Héritière des méthodes de l’Ancien Régime, la République n’est nullement l’expression d’une brutalisation des populations locales, par l’imposition de contraintes insupportables, parce qu’étrangères aux libres communautés pastorales. L’exemple de la levée des compagnies franches de chasseurs à l’armée des Pyrénées en 1792-1793, puis leur progressive intégration par la légion des Pyrénées en 1793-1794, tel que le développe Bernard Gainot, illustre cette nationalisation transactionnelle.

13La spécificité de ces troupes vient d’abord du contexte topographique de la mobilisation, contexte qui justifie un écart par rapport aux normes de professionnalisation de l’armée permanente, sous la monarchie absolue, et même, ce qui est plus surprenant, au temps de l’armée nationale sous la Première République. La Légion nationale des Pyrénées est créée sur le papier le 9 septembre 1792 : les premières compagnies de chasseurs basques sont formées un mois plus tard, le 11 octobre 1792. Un certain Pinsum est autorisé par les autorités politiques et militaires à lever, organiser, équiper un certain nombre de compagnies franches, dont plusieurs de miquelets dans les vallées catalanes. Ces compagnies doivent former le noyau d’une future Légion des montagnes, créée là encore sur le papier le 9 février 1793. C’est finalement une centaine de compagnies franches, au bas mot, qui ont été levées sur le territoire du ressort de l’Armée des Pyrénées : miquelets du côté des Pyrénées Orientales, majoritairement originaires des campagnes ou des petits bourgs et issus des catégories populaires ; chasseurs basques du côté de la frontière occidentale. Le plan du général Servan est de prendre l’initiative en attaquant l’Espagne, par quatre endroits à la fois : Perpignan, le Val d’Aran, Saint-Jean-Pied-de-Port et Bayonne, ce pour quoi il accélère la cartographie du terrain, la réparation des fortifications, la formation militaire des douaniers. La levée des compagnies franches répond donc tout à la fois à une situation d’urgence, et à un plan concerté des autorités. Leur fonctionnalité repose sur une tradition ancestrale de garde des passages, avec une organisation spécifique : recrutement et équipement « à l’entreprise » (c’est-à-dire par un capitaine recruteur qui dispose de fonds spécifiques), levée « communautaire » dans le cadre paroissial. La pression sur Hendaye, et sur les vallées occidentales est assez forte, et des combats sont livrés autour de la forteresse de Saint-Jean-Pied-de-Port en juin 1793. Le rôle des compagnies de chasseurs basques est déterminant au cours de ces combats. La réputation des troupes franches, notamment des miquelets, est pourtant particulièrement mauvaise, due notamment à l’indiscipline, au brigandage, aux nombreuses désertions – et ce, malgré la bravoure au combat – ; l’intégration de la Légion nationale des Pyrénées dans l’Armée d’Italie, en 1795, si elle détachait de celle-ci une partie des engagés que seul motivait un service local, permet cependant de belles carrières d’officiers.

  • 16 P.-J. de Bourcet, Principes de la guerre de montagnes. Cette réédition a été préparée par l (...)
  • 17 G.-P. Duhesme, Essai sur l’infanterie légère, ou traité des petites opérations de la guerre (...)
  • 18 B. Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire. Voir t (...)

14Cette régularisation à l’heure de la Révolution française était à l’œuvre depuis Louvois sous le nom de « fusiliers de montagne », ou encore d’« arquebusiers du Roussillon ». Pascal Arnoux retrace les levées et les engagements de ces fusiliers de montagne, ou « miquelets français », à l’interface du particularisme et de la nationalisation, au cours de la guerre de Catalogne (1689-1690). Les fusiliers de montagne sont alors une troupe spécifique du Roussillon dont on ne trouve pas l’équivalent ailleurs dans les Pyrénées. Le règlement du 23 février 1684 institue 6 compagnies de fusiliers, bientôt portées à 18 pour lutter contre l’Espagne avec laquelle la France partage 160 km de frontière pyrénéenne. Elles le font avec succès lors des campagnes de 1689 et 1690 (embuscades, éclaireurs, interception d’espions, etc.), malgré l’emprisonnement de certains des fusiliers par les Espagnols, qui donne lieu à de longues tractations. La fiabilité des unités est cependant limitée : si des miquelets espagnols passent au service des Français, l’inverse est vrai. Le duc de Noailles contribue puissamment à l’organisation (sélection, inspections, congés, mutations) et à l’harmonisation de l’équipement des troupes. Celles-ci sont cependant éphémères, congédiées en 1697 après la fin de la guerre. Mais, fin 1702, on reforme 18 compagnies de 40 fusiliers de montagne, expédiées dans les Cévennes contre les Camisards. Subdivision atypique, en partie à l’origine de l’infanterie légère, les fusiliers du Roussillon servent sous différentes appellations jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans (1763). La pratique trouve sa consécration théorique dans l’ouvrage de Pierre-Joseph de Bourcet, Principes de la guerre de montagnes. Présenté sous forme de mémoire manuscrit à Louis XVI en 1775, il n’allait être publié à titre posthume qu’en 1888, l’année même de la création des chasseurs alpins, et ce n’est pas un hasard16. Au moment de son écriture, le mémoire n’est qu’une variante de la petite guerre, dont les traités s’insèrent entre celui de Grandmaison (La petite guerre, ou traité du service des troupes légères en campagne, 1756), et celui du général Duhesme, bilan des guerres de la Révolution et de l’Empire17. Duhesme a notamment théorisé l’acquis d’expériences lors des campagnes des Alpes et des Pyrénées en 1794, mais aussi des « guerres de police » conduites en Calabre, tant en 1799 qu’en 1806. Pour bien se préparer aux combats qui vont se dérouler, fait exceptionnel, à la fin de l’hiver 1794, sur le col du Mont-Cenis, le général Dumas modifie l’équipement de ses troupes, chaussées de raquettes, pourvues de chaussons de laine pour faciliter la marche, et de crampons de fer pour l’escalade. Il les fait participer à des courses de chasse aux chamois, où les soldats prennent modèle sur les chasseurs pour mieux se camoufler dans la neige, en passant une tunique blanche sur leur veste bleue18. C’est à partir de ces acquis d’expériences que la guerre en montagne devient une dimension spécifique du métier des armes, et bien des problématiques demeurent quasi à l’identique sous la Troisième République, comme le montre Vincent Arpin à propos des constructions militaires et des manœuvres dans les Alpes, les Vosges, la Corse, les Pyrénées. Une des grandes originalités de l’organisation de l’Armée dans les Alpes est toutefois de créer des migrations militaires estivales incessantes en temps de paix : une fois les quartiers pris dans les villes de garnison et la formation initiale acquise, il s’agit d’arpenter le terrain pour le connaître au plus près, quels que soient les problèmes de logistique qui vont alors peser sur des communes et des habitants plus ou moins consentants et dédommagés – les notables, logeant les officiers, étant les principaux bénéficiaires du système.

15Ces déplacements vers des lieux longtemps réputés hostiles sont rendus encore plus difficiles et coûteux lorsqu’il s’agit de troupes régulières majoritairement issues d’autres provinces. C’est pourquoi, lorsque les conditions d’une transaction politique sont favorables, l’État moderne préfère traiter avec les communautés locales. Il faut aménager les infrastructures, transformer les pistes et sentiers en routes carrossables aptes à supporter les charrois de vivres et d’artillerie. Il faut organiser, davantage encore que dans d’autres régions, les étapes pour le logement des soldats. Julien Alerini, qui étudie toute cette logistique à partir des archives municipales de Modane, dans la vallée de la Maurienne, pour le début du xviisiècle, insiste sur l’importance précoce et essentielle de l’étape ; sans habitat pérenne, et donc sans habitants dans cet environnement pastoral, il n’y a pas de logement du soldat. C’est lors de l’occupation française (1536-1559) que se mettent en place les quatre grandes étapes de la Maurienne (Aiguebelle, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane et Lanslebourg), notamment pour soulager les populations locales qui souffrent de ce que les soldats ne payent rien lors de leurs passages. Se développe tout un personnel administratif dédié à la logistique (trésorier des étapes, commissaires d’étape et munitionnaires), qui ne se substitue que partiellement aux communautés (les munitionnaires et les commissaires en sont souvent les syndics). Mais J. Alerini, comme Julien Guinand, montrent combien celles-ci se délitent néanmoins sous l’impact économique : Modane supporte l’essentiel des logements et les paroisses les plus éloignées refusent de participer à leur financement, des individus désertent leur habitat, leur absence leur évitant de loger des soldats, les vivres manquent, etc. Les troupes se succèdent interminablement, elles finissent par épuiser complètement des écosystèmes fragiles, où les surfaces cultivables sont réduites. Or, les besoins du ravitaillement et du gîte sont censés ne pas appauvrir les populations autochtones, et le pouvoir royal n’hésite pas à imposer par ordonnance des interdictions aux hommes de guerre d’emprunter les routes du Dauphiné quand la province est jugée exsangue. La météorologie accentue la charge en prolongeant l’immobilité par le gel, la neige : les rations en calories sont plus élevées qu’à l’ordinaire dans de telles conditions, alors que les réserves sont vite épuisées. Même lors de la brève campagne d’été, les bivouacs sont peu fréquents à cette altitude. Le fait d’envisager une campagne de printemps dans ces conditions, à l’époque révolutionnaire (que ce soit Dumas en avril 1794 sur le Petit Saint-Bernard, ou Bonaparte en avril 1800 sur la Valteline) contre des forces adverses davantage acclimatées à ces rudes conditions atmosphériques, est une innovation incontestable qui compte beaucoup dans le fait que la guerre de montagne, en jouant sur l’effet de surprise, est vraiment associable à la petite guerre.

16Les mêmes tactiques caractéristiques se retrouvent lorsque la montagne devient le théâtre des affrontements de la guerre civile, comme lors de la brève guerre du Sonderbund de novembre-décembre 1847 rapportée par Jérôme Louis. Dans ces cantons helvètes qui ne forment, à en croire l’historien Jacques Crétineau-Joly, qu’un « rocher de glaces et de braves gens », les corps francs des groupes radicaux et anticléricaux lancent des raids contre les milices fédérales des cantons majoritairement catholiques. C’est une succession d’opérations rendues familières dans le cadre de la « petite guerre » : franchir les ponts, passer les cols pour joindre le plus rapidement possible les vallées, tenir les hauteurs avec des redoutes d’artillerie légère. Avec des particularités inattendues ; pour compenser sa faiblesse numérique, un détachement frappe vigoureusement, et de façon répétée, du tambour, ce qui impressionne les forces adverses, subjuguées par la formidable caisse de résonance d’une vallée montagnarde. L’écho participe ainsi à la « rumeur des batailles », et contribue pleinement à la théâtralité du conflit.

17Les conflits, enfin, font des espaces montagneux des lieux de refuge pour les migrants politiques ou économiques. Ainsi de l’immigration antifasciste des années 1920 : celle, limitée, des intellectuels et des commerçants réunis autour du lac Léman, qui ne rencontre pas forcément l’opposition populaire des régions alpines isolées où sera tentée quelques mois après la Libération la République de l’Ossola. Ces exilés permettent tous, cependant, de faire la jonction entre les opposants au Duce réunis à Paris et leurs correspondants restés en Italie, notamment dans une vallée d’Aoste de plus en plus surveillée. Comme le remarque Francesco Scomazzon, les cantons suisses peuvent n’être aussi que de simples espaces de transit pour des travailleurs cherchant refuge en France, et leur politique d’accueil est très sensible aux soubresauts internationaux et aux risques de division de la confédération (ainsi du succès des idées nazies dans les colonies suisses alémaniques des Grisons, des idées républicaines internationalistes dans le Tessin, à l’heure de mobiliser les Brigades internationales en faveur de la république espagnole). D’où la vive réaction des autorités, soucieuses de renouer avec une neutralité pourtant abandonnée en 1920 lors de l’entrée de la Suisse dans la SDN, à l’afflux des Juifs dans les environs de Bâle en 1933. Cependant, avec les lois raciales italiennes de 1938, les militaires transalpins deviennent des protagonistes de l’expulsion en Suisse de juifs étrangers. Avec la Seconde Guerre mondiale, la Suisse, où s’installent nombre de services secrets, devient un point d’observation et de contact, depuis lequel s’organise une partie de la résistance internationale à Mussolini, puis le passage des Alpes pour les prisonniers de guerre libérés.

 

18Ainsi, sur une durée multiséculaire – du xiie siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale – les articles proposés reflètent l’adaptation des territoires montagnards à des contraintes exogènes, du fait des allégeances à un souverain lointain, ou des disputes sur les limites de souveraineté, dont les populations locales finissent par s’accommoder selon des modalités diverses. Les paysages eux-mêmes, initialement cadres d’une altérité radicale, deviennent les marqueurs d’une identité, tantôt conflictuelle (la forteresse), tantôt médiatrice (le passage du col). Aujourd’hui encore, la vallée de montagne n’est pas seulement le théâtre des migrations festives autour des sports d’hiver, de la randonnée, ou des courses cyclistes, mais aussi le difficile point de passage des colonnes d’exilés. Loin des stéréotypes de l’isolement et du refuge, cet ouvrage collectif cherche à rendre compte de la façon dont le milieu montagnard a pu répondre aux exigences du devoir militaire, posé par l’État moderne.

Bibliographie

Agulhon Maurice, 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1852), Paris, Seuil, 1973 (rééd. 2002).

Ayats Alain, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, Trabucaire, 1997.

Barros Martin, Salat Nicole et Thierry Sarmant, Vauban, l’intelligence du territoire, Paris, Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de la Défense, 2006.

Broc Numa, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1969.

Broc Numa, Les montagnes au siècle des Lumières : perception et représentation, Paris, Éditions du CTHS, 1991.

Blond Stéphane, L’atlas de Trudaine : pouvoirs, cartes et savoirs techniques au siècle des Lumières, Paris, Éditions du CTHS, 2014.

Brunet Serge, « Les mutations des lies et passeries des Pyrénées, du xive au xviiie siècle », Annales du Midi, revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, vol. 114/240, 2002, p. 431-456.

Bourcet Pierre-Joseph (de), Principes de la guerre de montagnes, Paris, Dumaine, 1888.

Duhesme Guillaume-Philibert, Essai sur l’infanterie légère, ou traité des petites opérations de la guerre, à l’usage des jeunes officiers, Paris, Michaud, 1814.

Castan Yves, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, Paris, Plon, 1974.

Castan Yves, Castan Nicole, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1981.

Desplats Christian, Les villageois face à la guerre, xive-xviie siècles, Toulouse, Presses de l’Université du Mirail, 2002.

Encyclopédie militaire et maritime, dictionnaire des armées de terre et de mer, Paris, Le Chevalier, 1864, p. 855.

Folio Gérard (général), « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’époque contemporaine », dans Cahiers du Centre d’Études et d’Histoire de la Défense, no 25/2005.

Follain Antoine, Le village sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2008.

Gainot Bernard, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire, Paris, Karthala, 2007.

Gambiez Eugène (capitaine), L’alpinisme militaire, conférence faite aux membres de la section de l’Isère du Club alpin français, Grenoble, imprimerie Breynat, 1884.

Gutton Jean-Pierre, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1979.

Lebigre Arlette, Les Grands Jours d’Auvergne : désordres et répression au xviie siècle, Paris, Hachette, 1976.

Picaud-Monnerat Sandrine, La petite guerre au xviiie siècle, Paris, Economica, Bibliothèque stratégique, 2010.

Rocolle Pierre (colonel), Deux mille ans de fortification française. Du ive siècle avant Jésus-Christ au mur de l’Atlantique, Paris, Lavauzelle, 2008 (3éme édition, les deux autres en deux volumes, 1973 et 1989).

Root Hilton L., Peasants and king in Burgundy : agrarian foundations of French absolutism, Los Angeles, University of California Press, 1987.

Vigier Philippe, La Seconde République dans la région alpine, Paris, Presses universitaires de France, 1963, (2 vol.).

Virol Michèle, Vauban. De la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

Notes

1 N. Broc, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au xviiie siècle ; Les montagnes au siècle des Lumières : perception et représentation.

2 S. Blond, L’atlas de Trudaine : pouvoirs, cartes et savoirs techniques au siècle des Lumières.

3 M. Virol, Vauban. De la gloire du roi au service de l’État ; M. Barros, N. Salat et T. Sarmant, Vauban, l’intelligence du territoire.

4 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc ; avec N. Castan, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc au xviiie siècle.

5 A. Lebigre, Les Grands Jours d’Auvergne : désordres et répression au xviie siècle.

6 M. Agulhon, 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1852) ; P. Vigier, La Seconde République dans la région alpine.

7 J.-P. Gutton, La sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime ; A. Follain, Le village sous l’Ancien Régime ; H. L. Root, Peasants and king in Burgundy : agrarian foundations of French absolutism.

8 Voir notamment le beau travail du général Gérard Folio, « La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’époque contemporaine », dans Cahiers du Centre d’Études et d’Histoire de la Défense, no 25/2005. De façon plus large, se référer à l’ouvrage du colonel Pierre Rocolle, Deux mille ans de fortification française. Du ive siècle avant Jésus-Christ au mur de l’Atlantique.

9 Capitaine Eugène Gambiez, L’alpinisme militaire, conférence faite aux membres de la section de l’Isère du Club alpin français.

10 S. Picaud-Monnerat, La petite guerre au xviiie siècle.

11 Chr. Desplats, Les villageois face à la guerre, xive-xviie siècles.

12 L’opinion, très courante actuellement, qui consiste à réserver ce nom de « barbets » aux seules forces opposées à la réunion du comté de Nice à la France, et donc à faire remonter leur création à 1792, n’est pas viable historiquement. C’est l’expression d’un sentiment identitaire régionaliste qui n’avait pas cours à l’époque. La tradition religieuse exprimait alors une opposition multiséculaire des communautés des vallées alpines à l’intégration dans les structures des États modernes, que ce soit la République française, ou la monarchie piémontaise réformatrice.

13 A. Ayats, Les guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres.

14 Article « miquelets » de l’Encyclopédie militaire et maritime, dictionnaire des armées de terre et de mer.

15 S. Brunet, « Les mutations des lies et passeries des Pyrénées, du xive au xviiie siècle », p. 431-456. Pour approfondissement, nous renvoyons à l’excellente mise au point bibliographique établie par Serge Brunet et Nadine Vivier dans ce numéro.

16 P.-J. de Bourcet, Principes de la guerre de montagnes. Cette réédition a été préparée par le lieutenant-colonel Paul Arvers, organisateur des compagnies de chasseurs alpins.

17 G.-P. Duhesme, Essai sur l’infanterie légère, ou traité des petites opérations de la guerre, à l’usage des jeunes officiers.

18 B. Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire. Voir tout particulièrement SHD, 3/B9, lettre du général Dumas au Comité de salut public, 20 février 1794.

Auteurs

Philippe Bourdin

Professeur d’histoire moderne à l'université Clermont-Auvergne, président de la section Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions du CTHS

Bernard Gainot

Maître de conférences honoraire à l’Institut d’histoire de la Révolution française (IHRF, université Paris I – Panthéon-Sorbonne), membre de la section Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions du CTHS