Version classiqueVersion mobile

Des ressources et des hommes en montagne

 | 
Jean Duma

Aux xixe et xxe siècles

Le développement en co-construction par les migrations familiales (canton de Villard-de-Lans xixe-xxe siècle)

Gilles Della-Vedova

Résumé

Réservoirs de populations prolifiques, les montagnes sont perçues comment alimentant des migrations descendantes selon une trajectoire rectiligne. Une étude menée à partir des actes de l'état civil et des recensements dans un canton de montagne proche de la ville permet de préciser, nuancer et contester cette lecture. Préciser puisqu'il est possible d'identifier celles et ceux qui descendent. Les clés de compréhension passent par la composition des familles en montagne et celles déjà installées en ville. Nuancer car les circulations connaissent des étapes et des temporalités à repérer. Le creeping est à revoir et les circulations sont à apprécier en fonction des activités exercées. Il faut enfin contester la descente par les migrations de retour. À côté des migrations vers le bas, le développement repose sur d'autres situations qui partent des bas pays vers les régions d’altitude mais également des circulations entre les massifs montagnards à différentes échelles.

Texte intégral

1En 1851, Scipion Geymond, un homme natif de Villard-de-Lans, une commune de montagne située au nord du massif du Vercors (Isère) se déclarait dans un courrier :

« Heureux de vous annoncer qu’un de mes bons amis dont la femme et la sœur dirigent un atelier de broderie assez considérable veut bien se charger des quatre petites dont vous me parlez. C’est une honnête maison où ces enfants apprendront un bon état et elles n’auront sous les yeux que de bons exemples […] »

2Il précise plus loin qu’il a :

  • 1 Archives municipales de Villard-de-Lans, carton sans référence, pochette « Monsieu (...)

« […] appris par Monsieur Sappey que le fils de Monsieur André Allard habitant Lyon […] voudra bien se charger de recevoir par votre invitation les enfants par la voiture de Grenoble à Lyon qui lui-même les conduira dans le bateau à vapeur et le chemin de fer qui se rendra à Paris […] »1

  • 2 A. Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle.

3L’extrait présente l’intérêt d’esquisser un trajet qui part du haut pays montagnard en direction des régions de faible altitude ; il correspond à l’image emblématique des « pauvres gens »2 à la recherche de meilleures conditions d’existence. En outre, il donne l’impression que cette émigration est facilitée par les modes de transports modernes : bateau à vapeur et chemin de fer accélèrent les circulations et éloignent toujours plus rapidement les migrants. Enfin, le document comporte une dimension genrée puisque des hommes s’entendent entre eux pour diriger et décider des directions empruntées par des femmes. L’auteur garde des attaches à son pays natal et il connaît des intermédiaires qui conduiront les enfants à Paris. L’interconnaissance nous rappelle qu’hier comme aujourd’hui, la migration s’effectue à l’aide de jalons, de balises, de bouées voire un maillage social qui a pour vocation à servir de filet de sécurité.

4Tout compte fait, l’extrait évoque une situation qui se rattache à ce qui a longtemps été nommé l’« exode rural ». Il concernait principalement des « pauvres gens » qui quittaient massivement leur région de naissance pour aller s’entasser dans les villes, perdre leur santé dans les manufactures, ruiner leurs familles au cabaret et la débauche et se pervertir l’esprit en écoutant les démagogues socialistes. Le mouvement était particulièrement accentué dans les montagnes.

  • 3 P.-A. Rosental, Les sentiers invisibles : espaces, familles et migrations dans la France d (...)
  • 4 J. Blache, Le massif de la Grande-Chartreuse et du Vercors. Étude géographique, et (...)
  • 5 L. Fontaine, Le voyage et la mémoire : colporteurs de l'Oisans au xixe siècle, et A.-M. Gr (...)
  • 6 L. Lorenzetti, A.-M. Granet-Abisset, « Les migrations de retour. Jalons d’un chapitre (...)

5Le thème des migrations a été étudié à l’échelle nationale en particulier par Paul-André Rosental qui en montre toute la diversité3. Dans les Alpes, il a fait depuis longtemps l’objet d’enquêtes fouillées par les géographes Jules Blache puis Germaine Veyret4. Plus récemment, des historiens se sont emparés du sujet, notamment Laurence Fontaine5 puis Anne-Marie Granet-Abisset. Cette dernière poursuit son travail avec Luigi Lorenzetti autour des « migrations de retour »6.

6La réflexion proposée ici se fait à l’échelle micro du canton, lequel est organisé autour d’un plateau divisé en deux petites vallées longitudinales qui sont à une hauteur d’environ 1 000 mètres. Le choix de ce terrain d’étude se justifie d’une part par sa proximité avec Grenoble qui connaît un essor démographique surtout à partir de la deuxième étape de l’âge industriel à la fin du siècle. D’autre part, le choix de ce petit périmètre de cinq communes s’explique par la méthode qui repose sur la saisie de l’intégralité des actes d’état civil durant près de 70 ans. Un recoupement des informations permet de composer une base individu afin de fournir les éléments à une prosopographie des acteurs.

7La période qui va du milieu du xixe siècle à la fin des années 1930 permet de comprendre que derrière le terme de « migration », ceux de « déplacement » et de « mobilité » sont préférables car ils donnent moins l’idée d’une coupure. Il s’agira également de s’intéresser aux retours possibles et aux significations qui peuvent être données. Il faut aller plus loin afin de souligner qu’à côté des émigrations, les montagnes peuvent être des lieux d’immigration c’est-à-dire où l’on s’installe, sans pour autant que cela soit définitif.

Le départ des « pauvres gens » ?

8L’émigration serait d’abord une question économique puisqu’elle concernerait les plus humbles. L’accroissement démographique, en particulier dans les campagnes qui est à son optimum au milieu du xixe siècle, et la machine à diviser la propriété que constituerait le Code civil conjugueraient leurs effets pour expulser de nombreux sans terres qui trouveraient à s’employer d’abord dans les villes en voie d’industrialisation. L’analyse dense de la situation dans le canton de Villard-de-Lans au cours de la seconde moitié du xixe siècle montre la complexité du processus.

Des départs difficiles à mesurer

9Les recensements quinquennaux montrent que la population du canton croît jusqu’en 1851. Depuis le début des années 1820, la hausse était de l’ordre de 15 % ; après 1851, elle fléchit quelque peu puis de manière plus nette. Puis, de 1876 à 1931, la baisse est de l’ordre d’un cinquième avant de connaître une reprise à partir des années 1930. Il n’y a donc ni vidange ni exode, car les valeurs demeurent limitées par rapport à d’autres montagnes voisines, les densités demeurent plus élevées que dans des secteurs d’altitude voisins parce qu’il y a moins de raisons de partir malgré la proximité grenobloise.

10Une autre approche consiste à étudier les migrations à l’aide des registres des mariages. Il s’agit de connaître la part des époux extérieurs à la commune où se déroulent les noces. L’endogamie est massive dans le canton puisque la part des époux qui sont de la même localité que leurs femmes est en moyenne de 68 % des cas entre 1835 à 1844 à 59 % entre 1865 et 1874. L’idée de départ des épouses, surtout des jeunes femmes, est fortement remise en cause. Les coups de sonde portée dans la période suivante montrent que la part des conjoints natifs de Villard-de-Lans continue à s’abaisser : 54 % à partir de l’échantillon des épouses nées dans le canton en 1875.

11Dans ce lent mouvement, les frontières sont perméables et invisibles. Des mouvements de fonds continuent à orienter les départs dans certains espaces au détriment d’autres. Ce sont les 77 mariages qui se déroulent dans le canton entre 1835 et 1844 pour lesquels l’époux n’est pas originaire du canton qui sont étudiés. Ils proviennent de communes qui se situent en dehors du canton mais au sein du massif. Des territoires de vie internes au Vercors franchissent les limites administratives cantonales et départementales. Le deuxième espace est composé d’un arc de cercle de localités dont les communaux s’accrochent aux pentes du massif. Il débute au sud, aux portes du Trièves, se prolonge le long du Drac et s’égrène ensuite le long d’un chapelet de lieux en bordure de l’Isère. Cette zone illustre que les frontières dites naturelles sont franchies. Les arêtes du Moucherotte et les blanches parois verticales ne sont pas des handicaps. La montagne n’est donc pas un isolat, elle est à intégrer avec son piémont pour former une même unité. Durant les décennies suivantes, les tendances ne se métamorphosent pas radicalement. L’échantillon des mariages à partir des individus nés en 1875 montre que les conjoints se recrutent dans la plaine proche de Grenoble. La route des gorges de la Bourne n’évacue pas les jeunes gens de manière aussi efficace que les bois exportés. Les aires migratoires ne sont pas bouleversées par l’ouverture de nouveaux axes de transport ce qui montre par conséquent des logiques choisies.

Des destinations bien différentes

12Sur les 77 mariages qui, entre 1835 et 1844, concernent un époux qui n’est pas originaire du canton de Villard-de-Lans, 42 chefs de famille de l’épouse ont pu être identifiés avec certitude et les portraits biographiques dessinés. Dans 19 cas (45,3 %), le beau-père de l’époux a en 1834 une très petite propriété inférieure à quatre hectares alors que la très petite propriété représente 57 % des cotes d’après la matrice cadastrale. La petite propriété, entre quatre et dix hectares correspond à dix situations (23,8 %) soit à peu près la part des cotes. La moyenne propriété, entre dix et 30 hectares, correspond à douze cas (28,5 %), soit quelques points ne plus que le pourcentage des cotes en 1834. Ce ne sont donc pas des jeunes femmes qui, poussées par la misère, partent le long des chemins mais des filles qui participent de stratégies familiales plus complexes.

  • 7 Le corpus a été établi à partir des noms indiqués par G. Mure-Ravaud, M. Salon (...)

13L’importance de la petite propriété se lit également par l’étude des familles qui, au milieu du xixe siècle, quittent Autrans et Méaudre, deux des communes du canton pour se rendre en Algérie7. Il ne faut pas imaginer que les plus misérables s’en vont. En effet, les demandeurs doivent justifier d’un avoir de mille francs. Sur l’ensemble des biographies retracées dans le cas de Méaudre, les sans terres sont absents dans la mesure où aucun très petit propriétaire inférieur à un hectare n’a été repéré. On trouve des petits propriétaires comme Henri Pascal dit Ronzat. Né en 1807, il possède deux hectares ; un demi-hectare, en indivision entre son frère et lui complète les biens fonciers. Il assure ses moyens d’existence par le travail du bois en tant que menuisier.

14D’autres individus relèvent de la moyenne propriété comme Jean Roland, un aîné qui se retrouve après le décès de sa mère en 1835 à la tête de 11,4 hectares. Son beau-frère est également un moyen propriétaire avec 19 hectares à Méaudre en 1835. Dans son cas, l’impression qui se dégage est celle d’un véritable investissement. Il s’agit de s’établir et, grâce au capital de départ, d’investir de manière capitaliste dans les opportunités foncières que l’Algérie recèle.

15La dernière caractéristique est celle de la permanence de certains liens car des voyages de retour se déduisent. Par exemple, Henri Pascal-Ronzat déclare la naissance de son fils Adrien à Méaudre en 1854. De son côté, Joseph Blanc-Brude (v. 1799-1882) est revenu avec femme et enfants à Méaudre. Né vers 1799, Joseph Blanc-Brude est, durant les années 1830 et 1840, un petit cultivateur qui exploite 5,3 hectares en 1835. En Algérie, ils vivent de manière très précaire. Peut-être devant le décès de certains autres colons, il décide de rembarquer rapidement. En 1854, son fils Adrien naît à Méaudre et le père est retourné dans son hameau d’origine.

16Les types de départs, qu’ils soient proches ou lointains, partagent donc des caractéristiques communes. Au cœur d’elles, il importe de ne pas avoir une approche par individu mais de suivre des logiques de groupes.

Des mobilités qui s’inscrivent dans des logiques sociales

17Les unes inscrivent les mobilités comme un phénomène de génération. La pyramide des âges de Méaudre en 1881 sert d’illustration. La quantification par tranche d’âge et en fonction du sexe montre que les tranches d’âge entre 15 et 25 sont resserrées. La société est bien ouverte, car les jeunes disparaissent temporairement avant de revenir ce que les effectifs prouvent à nouveau. Jeunes filles et jeunes hommes peuvent servir en tant que domestiques agricoles dans des exploitations situées en dehors de Méaudre. Il s’agit d’un temps d’apprentissage qui sert à accumuler un capital. Celui-ci peut être pécuniaire avec les dots que les jeunes filles cherchent à se constituer mais peut-être aussi un capital d’apprentissage pour des compétences qui peuvent ensuite être reprises au village natal. La quantité plus importante de jeunes hommes absents est aussi liée au service militaire. La tranche d’âge jusqu’à 25 ans correspond à un temps d’attente du mariage suivi de l’installation dans une exploitation.

18La dimension familiale s’avère donc capitale pour comprendre les logiques migratoires. En effet, les départs ne sont qu’un segment d’une trajectoire du glissement qui s’opère dans certaines familles et qui partent en direction de la ville. Le processus peut s’étaler sur plusieurs générations. Par exemple, la famille Bellier est repérée dans le Vercors central à la fin du xviiie siècle. À la génération suivante, en 1831, un garçon passe un contrat de mariage à Villard-de-Lans avec une fille originaire de Lans. Deux filles de ce couple poursuivent leur trajectoire dans la septentrionale du massif dont la vue plonge sur Grenoble. Le contrat de mariage de l’une d’elles est signé en contrebas des pentes du Vercors, à Sassenage. Au début du xxe siècle, un des enfants est installé à proximité de la vallée du Drac.

19D’autres configurations montrent que la génération des parents anticipe les circulations opérées par les enfants. C’est, par exemple, le cas d’Eugène Mure-Ravaud (1826-1889) qui est indiqué tantôt négociant, voiturier ou commerçant. Il est clairement en lien avec Grenoble comme son mariage en 1859 avait pu l’illustrer puisqu’un des témoins y vivait comme cordonnier. Une de ses filles épouse un employé de commerce de Grenoble en 1885. L’année suivante, une autre fille se marie dans cette ville avec un fabricant d’huile. Le décès de leur père peut être considéré comme un facteur qui accélère le glissement vers la vallée. En 1914 Louis, le benjamin, se marie à son tour à Grenoble. Dans le cas de cette famille, à côté du facteur répulsif que peut constituer le décès d’Eugène, il y a des facteurs attractifs qui expliquent que les enfants se rendent à Grenoble : ils en connaissent des membres et les aînés favorisent l’arrivée des cadets.

20Les migrations sont indubitablement un phénomène complexe dont les facteurs push et pull en direction de la ville résultent d’une combinaison de facteurs ne se réduisant pas à une ou deux catégories. L’âge des individus, leur position dans la famille, la taille de la propriété et la présence ou pas d’activités qui s’inscrivent dans la pluriactivité forment un ensemble. De plus, le phénomène peut s’étirer sur plusieurs générations. L’idée d’un mouvement qui concernerait les plus pauvres, ceux « en trop » est incapable d’expliquer le processus. Le foisonnement des situations rencontrées a permis de voir que l’idée de départ ne traduit pas non plus la réalité des situations. Des liens se tissent entre la montagne et la ville et ils sont constitutifs de la création de territoires de mobilités.

Tisser le lien entre la montagne et la ville

21Le départ du canton de Villard-de-Lans n’empêche pas d’y revenir. C’est l’un des intérêts d’une approche individuelle de constater, en l’absence momentanée de toute quantification du phénomène, que mille signes indiquent que la montagne et la ville, reliées par les circulations forment les deux faces d’une même pièce, celle du développement.

La montagne, espace de ressources

22Le canton de Villard-de-Lans fait figure d’espace de ressources. Des hommes vont y chercher leurs épouses. Par exemple, dans les registres des mariages du canton entre 1835 et 1874, 37 individus sont indiqués domiciliés à Grenoble et 24 n’en sont pas natifs. En fait, treize sont originaires du canton de Villard-de-Lans. Sauf exception, le couple ne s’y installe pas ce qu’il ne signifie pas qu’il perd ses attaches. En effet, des jeunes femmes s’en retournent accoucher, au moins pour le premier enfant, auprès de leurs familles.

23D’autres confient leur progéniture à leur famille ou à des proches. Par exemple, dans les années 1880, Joseph Laurent-Dray et Victorine Eymaron prennent des enfants en nourrice dans une logique pluriactive à Villard-de-Lans. Mais en 1892, la mère devenue trop âgée transfère à sa fille Marie Lucie, née en 1868, la tâche de nourricière. Les réseaux de placement mériteraient d’être mieux connus et peut-être faut-il faire des liens avec Jean-Louis, un autre enfant du couple, qui vit à Grenoble. Est-ce par ce dernier que des allers et retours d’enfants se tissent ?

  • 8 Archives départementales de l’Isère, 11U427, Roux-Dauphiné Frères, fabrica (...)

24Ce dernier exemple montre que les ressources économiques structurent une partie des relations entre la montagne et la ville. La complémentarité est source de développement. Dans le canton de Villard-de-Lans, au xixe siècle, les deux ressources principales sont le bois ainsi que l’élevage puisqu’une race bovine reconnue par l’État est l’objet d’une promotion importante. En 1875, est créée une station d’élevage qui rassemble des cultivateurs du canton et des personnes extérieures dont bouchers grenoblois. Certains sont des natifs du canton comme c’est le cas de Laurencin Magdelain. Il est né le 6 juin 1846 de Pierre et Françoise Ravix. Si l'étendue de la propriété de son père reste inconnue, son grand-père Antoine devait en posséder environ 16,5 hectares lors de la confection du cadastre en 1834. L’élevage fournit de la viande sur le marché grenoblois mais également des produits laitiers. Cette fois, c’est avec Autrans que les attachent se font. En effet, en 1896, Louis François Roux-Dauphiné, négociant comme son père, crée en mai 1896 avec son frère Jules Adrien Clovis qui est devenu négociant également à Grenoble une société en « pour la fabrication et le commerce de beurres et de fromages, le commerce des huiles, cafés et poivres, articles d’épicerie ou autre »8. La liste des produits permet de comprendre que les uns descendent tandis que les autres montent ce qui assure l’importance de Louis François Roux-Dauphiné : il devient maire de la commune en 1900. Ces quelques exemples montrent que sur plus d’un demi-siècle, les relations entre la ville et la montagne ne se distendent pas. Au contraire, les changements qui interviennent au sein de l’une et de l’autre forment de nouvelles conditions favorables au maintien des liens.

  • 9 J. Jouanny, Les origines de la population dans l’agglomération grenobloise.

25Espace de ressources, le canton de Villard-de-Lans fait la ville de Grenoble dans la mesure où il lui envoie son bois, ses bovins, ses produits laitiers et la main-d’œuvre qui travaille dans la ville. En 1926, à la fin de la période, Joseph Jouanny compte 882 personnes natives du canton à Grenoble c’est-à-dire le canton le plus fortement présent par le nombre de ses ressortissants9. Cependant, les liens apparaissent également par un attachement au pays natal.

L’attachement au pays natal

26Les archives le laissent voir de deux manières. D’une part, il y a un maintien qui apparaît par la propriété de terres. En se limitant à nouveau aux propriétaires domiciliés à Grenoble entre la matrice du cadastre napoléonien et celle du cadastre rénové à la veille de la Première Guerre mondiale, la part passe de 2,1 % des cotes localisées pour la première date à 5,6 % à la seconde. Les noms correspondent à ceux que l’on retrouve dans les listes nominatives de recensement. Nombreux sont les employés, les domestiques, mais plus encore les commerçants ou les artisans : menuisiers, garçons de magasin, cordonniers, maçons, gantières.

  • 10 Archives départementales de l’Isère, 2 828W69, Statuts de la Société des e (...)

27D’autre part, le désir de reformer une sociabilité à la fois d’entraide mais également dans une volonté de développement amène à formaliser les liens entre immigrés du Vercors à Grenoble. En 1903, les statuts de la Société de secours mutuels de retraite des enfants de Villard-de-Lans voyaient le jour. Quatre ans plus tard, elle était présidée par l’un des migrants les plus notables du canton, Marius Repellin. En 1936, l’Union fraternelle du Villard-de-Lans fusionnait avec la Société de retraite des enfants du Villard-de-Lans10. Son président était André Isnard dont le père était gantier à Villard-de-Lans. Cet exemple montre à quel point la ganterie entreprise dans le cadre du domestic system est également un trait d’union entre ville et montagne. Instituteur lors de son service militaire en 1917, André Isnard vit déjà à Grenoble et devient par la suite chef comptable. Il est intéressant de noter qu’en 1917, il vit 11 rue Charrel, c’est-à-dire exactement la même adresse que le secrétaire de l’Union fraternelle en 1936. Cet indice laisserait penser que le tissage des liens entre la montagne et Grenoble pourrait passer par des points d’attache rapprochés ou semblables à l’intérieur de celle-ci. Enfin, il faut prendre ne compte les mouvements de retour.

Remonter de la ville à la montagne

28Elles correspondent à des situations très dissemblables. Les unes se présentent comme des échecs puisque la ville attire mais elle repousse également. Voici par exemple Joseph Echevet, né en 1858. Il est le fils de Joseph, simple maçon et journalier, originaire de Choranche qui avait épousé une couturière de Villard-de-Lans. Joseph fils exerce la même profession que son père dans la seconde moitié des années 1880 et encore en 1896 puis il disparaît. Avant guerre, il est devenu restaurateur à Grenoble, commune où son jeune frère se marie en 1912. Après le conflit, il remonte sur le plateau et redevient maçon c’est-à-dire la profession fragile qu’il exerçait 40 ans auparavant. Dans son cas, la migration n’est pas synonyme d’essor et le balancier semble même repartir dans l’autre direction d’où un retour à la montagne refuge.

29La situation est sensiblement différente chez Paul Bonnet. Lui aussi est issu d’un milieu modeste puisque son père était cantonnier et sa mère couturière de gants. Domestique agricole dans un premier temps, il sort du canton mais y revient rapidement dès 1903 en tant que charcutier. Ce faible délai donne l’impression d’un temps de formation qui est ensuite réinvesti dans le canton. L’affaire familiale semble prospère. Son épouse, couturière, a une apprentie venue de Grenoble et Paul Bonnet fait également épicier. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il sait saisir la manne touristique pour demander à avoir un poste à essence et les recensements des années 1920 l’indiquent comme « négociant », terme associé à une certaine réussite.

30La biographie d’Alphonse Pellat-Finet est particulièrement intéressante. Il est l’un des garçons de Marie Laurent-Dray, quittée précédemment quand elle suppléait sa mère pour nourrir au sein de jeunes enfants venus de Grenoble. En 1911, Alphonse est menuisier et il se rend dans cette ville où il devient mécanicien en 1914. Il l’est toujours en 1924 quand il monte une société de mécanique. Deux ans plus tard, il est de retour dans son hameau situé dans la partie de Villard-de-Lans où l’essor touristique pour la bonne société est en train de se développer. Ainsi, la montagne peut devenir un terrain de (re) conquête pour des migrants.

La montagne, lieu d’arrivées

  • 11 P. Hanus, L. Teulières (dir.), Vercors des mille chemins. Figures de l’étrange (...)

31Vercors des mille chemins, comme l’écrivent Philippe Hanus et Laure Teuilières, vers qui convergent des étrangers en temps de guerre11. En effet, le canton est aussi une terre d’immigrations pour des individus qui oscillent entre la ville et la montagne.

Un espace d’investissement pour des notabilités en formation

  • 12 Archives municipales Villard-de-Lans, carton sans référence « Divers », po (...)

32Premièrement, des notables issus de la ville cherchent à s’implanter en montagne. La ganterie s’est amplifiée, dans le cadre du domestic system, à partir de l’arrivée de Jean Antoine Masson qui vient de Grenoble et qui est arrivé vers 1836. La lettre que le maire fait parvenir au contrôleur intermédiaire – peut-être de l’octroi de Grenoble – précise qu’« il n’est pas maître gantier, il est seulement commissionnaire des gantiers de Grenoble pour la distribution aux particuliers »12. Si Jean-Antoine part avec ses enfants, l’aîné, Alexandre, reste à Villard-de-Lans et organise un réseau autour de lui. Celui-ci rassemble sa belle-famille, des habitants du bourg centre de Villard-de-Lans où il vit. Alexandre Masson, présent comme témoins sur plusieurs actes d’état civil d’individus qui sont gantiers. À la génération suivante, Alexandre a trois garçons dont Jean Alexandre Jules (1854-ap. 1936). Cet homme se retrouve à la tête de la commune de Villard-de-Lans de part et d’autre de la Première Guerre mondiale.

33L’histoire se poursuit au xxe siècle. Une autre famille non originaire du canton tenta d’exercer son influence sur le Vercors nord. Daniel Huillier est un enfant de la route des gorges de la Bourne, ouverte en 1872 et objet d’engouement touristique des plus importants à la fin du xixe siècle. Né en 1870 à Pont-en-Royans de parents cultivateurs, il n’a que 23 ans quand il s’installe à Villard-de-Lans en tant que conducteur de voitures. Il a pour cousin un maître d’hôtel réputé de Pont-en-Royans. Se perçoit donc une famille qui cherche à s’implanter aux deux extrémités de la nouvelle route. Quand il se remarie en 1902, Daniel Huillier est devenu entrepreneur de voitures. Son frère, cultivateur près de Pont-en-Royans en 1893, vient prêter main-forte comme conducteur de voitures. C’est après la Grande Guerre que l’entreprise familiale s’impose définitivement dans le canton en plusieurs étapes. Il se modernise, car en 1923 il passe aux véhicules moteurs pour assurer les deux voyages entre Villard-de-Lans et Pont-en-Royans. La rapidité des cars de Daniel Huillier fait qu’il concurrence très clairement le tramway au début des années 1930. Ses enfants sont de jeunes conducteurs. C’est le cas de Victor (né en 1903) qui officierait dès 1921. Cinq ans plus tard, il est rejoint par ses autres frères, Émile (né en 1899), Georges (né en 1907) et Paul (né en 1909).

34Ainsi, la montagne ne se réduit pas à l’émigration, elle est aussi un espace d’immigration pour des cas peu nombreux mais qui sont devenus des acteurs de premier plan du développement local.

Immigrés d’avant-hier et d’hier

35Les analyses envisagent le développement qu’à partir des villes. À ces trajectoires ascendantes ou descendantes, il faut adjoindre les circulations humaines horizontales, c’est-à-dire entre régions d’altitude. Les uns associent des massifs proches. Il y a ceux qui sont originaires de Chartreuse. Par exemple, le 7 février 1853, Georges Jacques Depierre, un scieur de long natif de la commune forestière de Saint-Christophe-entre-deux-Guiers, épouse une fille d’Autrans et s’installe durablement dans cette commune.

  • 13 En 1931, la famille Janin est complétée par Alfred Aegerter (né en 1886) et de Jean-Bap (...)

36Ces relations, ténues mais réelles, sont réactivées durant l’entre deux-guerres avec l’installation de fromagers venus de montagnes plus lointaines. Les uns sont liés à l’implantation de la Laiterie briançonnaise, une entreprise fromagère du négociant et industriel Jules Gravier. À Lans, celui-ci confie l’exploitation à venue de Jules Janin (1882-1952) né à Jarsy dans la Savoie fromagère qui a dû se rendre dans les Hautes-Alpes car son épouse, Suzanne Meissimilly est d’Arvieux et leurs enfants naissent au Freney-d’Oisans et à Guillestre. De surcroît, une main-d’œuvre originaire de Suisse, des Hautes-Alpes complète les effectifs13.

37Le cas de Janin montre que d’autres migrants viennent de Savoie. À Autrans, c’est la famille Batardon qui est spécialisée dans la fabrication de fromages, qui occupe le terrain. Louis Batardon installe son beau-frère en payant sa caution afin que celui-ci devienne le premier fruitier de la coopérative de Villard-de-Lans durant la première moitié des années 1920. Léonard Mestrallet devint après la Seconde Guerre mondiale le conseiller général du canton.

  • 14 Archives départementales de l’Isère, 2 973/1-385. Index alphabétique des dossiers d’ide (...)

38Pour finir, un dernier groupe de migrants vient de montagnes plus éloignées, celle de l’arc alpin, outre France. Il y a des Suisses mais surtout les Italiens qui vont s’investir dans deux branches du développement du canton, l’un traditionnel avec l’exploitation forestière, l’autre moderne avec l’essor des grands hôtels à partir des années 1930. Une centaine de noms a été retrouvée et des recherches se sont déroulées en particulier avec les dossiers d’identité des étrangers en Isère14. Ces documents attestent de la capacité à circuler, à disparaître pour mieux réapparaître à Villard-de-Lans ou juste à côté. Des filières migratoires existent et les régions principales de départ correspondent à un large arc de cercle, le long de la bordure du massif alpin et passant dans la région du lac de Garde. Ce sont des espaces montagnards plutôt appauvris d’où, en France, une place dans les métiers de la domesticité. La présence de ces étrangers est liée à celle de leurs compatriotes. Par exemple, en 1931, le Splendid Hôtel de Villard-de-Lans avait parmi son personnel Lina Scramoncin. Cette jeune « femme de chambre », était née en 1905, à Sologna, un petit village situé dans la province de Vicense, au débouché du Monte Grappa, le long de la rivière Cismon. Elle y travaillait avec Yolande Scramoncin, « argentière » dans le même hôtel, elle-aussi née à Sologna en 1911. Cinq ans plus tard, Marguerite Todesco, « ménagère » née en 1909 officiait à l’Hôtel Terminus tandis que Louis Tomasi, né en 1907 également à Sologna, était « chauffeur » pour l’Hôtel Edelweiss, selon la liste nominative de recensement.

39Ces dernières biographies pondèrent l’image d’un développement qui serait uniquement organisé par la ville pour montrer qu’il peut également se faire par des échanges entre les espaces montagnards. Ceux-ci ne sont pas vidés et desséchés par les départs. Il y a au contraire des arrivées qui inaugurent les dynamiques inversées des Trente Glorieuses quand les fonds de vallées humides entrèrent dans l’abandon et que les territoires d’altitude brillèrent au chaud soleil réfléchi sur la neige.

40L’approche du phénomène migratoire par la prosopographie a permis de ne pas essentialiser, de ne pas réduire et du même coup de légitimer le choix de termes préférables comme ceux de circulations ou de mobilités. La méthode n’enlève pas les grandes tendances mais elle les nuance. En particulier, l’image du départ des plus pauvres est réductrice. Les biographies abordent les individus mais, surtout, elles fournissent les éléments de contextualisation qui sont explicatifs. Les phénomènes de génération, de position par rapport à la composition des familles doivent attirer l’attention. De même, l’espace d’arrivée n’est pas un saut dans l’inconnu mais l’activation de relais et de réseaux. Les déplacements sont aussi liés à des séquences de vie qui se situent dans des temporalités diverses.

41Des tendances lourdes s’observent et elles persévèrent longtemps. Les échanges humains entre massifs continuent et la création de nouvelles routes ne modifie pas de manière radicale les directions empruntées par ceux qui s’en vont. De même, des mouvements lents de sortie des montagnes, parfois sur plusieurs générations, sont également observables.

42Les montagnes représentent des lieux porteurs d’investissements, des destinations voulues et pas des espaces subis. L’exemple de Villard-de-Lans envisage que, dès l’entre-deux-guerres, certains territoires de montagnes reprennent des habitants. Le lien avec le système touristique est à souligner afin d’envisager, à nouveaux frais, les circulations entre les villes et les montagnes.

Bibliographie

Blache Jules, Le massif de la Grande-Chartreuse et du Vercors. Étude géographique, Grenoble, Éditions Didier et Richard, 1931, 2 vol.

Fontaine Laurence, Le voyage et la mémoire : colporteurs de l'Oisans au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984.

Granet-Abisset Anne-Marie, La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux xixe et xxe siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

Gueslin André, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle, Paris, Aubier, 1998.

Hanus Philippe, Teulières Laure (dir.), Vercors des mille chemins. Figures de l’étranger en temps de guerre, Rochechinard, CPIE-Vercors/un comptoir d’édition, 2013.

Lorenzetti Luigi, Granet-Abisset Anne-Marie, « Les migrations de retour. Jalons d’un chapitre méconnu de l’histoire alpine », Histoire des Alpes, n14, 2009, p. 13-24.

Jouanny Joseph, Les origines de la population dans l’agglomération grenobloise, Grenoble, imprimerie Allier père et fils/Didier et Richard, 1931.

Mure-Ravaud Georgette, Salon Marianne, « Le calvaire des familles autranaises parties en Algérie en 1851 », Jadis au pays des Quatre montagnes. Les cahiers du Peuil, no 3, 1997, p. 80-91.

Mure-Ravaud Georgette, Salon Marianne, « La grande aventure algérienne », Jadis au pays des Quatre montagnes. Les cahiers du Peuil, 2000, n4, p. 79-80.

Rosental Paul-André, Les sentiers invisibles : espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999.

Veyret-Verner Germaine, Vincent Paulette, « Étude démographique du haut Dauphiné septentrional », Revue de géographie alpine, n34-3, 1946, p. 333-354.

Notes

1 Archives municipales de Villard-de-Lans, carton sans référence, pochette « Monsieur Gémond secours aux orphelins », lettre de Gé[y]mond au maire (?) de Villard-de-Lans le 19 octobre 1851.

2 A. Gueslin, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du xixe siècle.

3 P.-A. Rosental, Les sentiers invisibles : espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle.

4 J. Blache, Le massif de la Grande-Chartreuse et du Vercors. Étude géographique, et G. Veyret-Verner, P. Vincent, « Étude démographique du haut Dauphiné septentrional ».

5 L. Fontaine, Le voyage et la mémoire : colporteurs de l'Oisans au xixe siècle, et A.-M. Granet-Abisset, La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux xixe et xxe siècles.

6 L. Lorenzetti, A.-M. Granet-Abisset, « Les migrations de retour. Jalons d’un chapitre méconnu de l’histoire alpine ».

7 Le corpus a été établi à partir des noms indiqués par G. Mure-Ravaud, M. Salon, « La grande aventure algérienne » et G. Mure-Ravaud, M. Salon, « Le calvaire des familles autranaises parties en Algérie en 1851 ». Il comporte donc une vingtaine de chefs de famille qui partent à la fin de la Deuxième République.

8 Archives départementales de l’Isère, 11U427, Roux-Dauphiné Frères, fabrication et commerce de beurre et fromages, commerce des huiles, cafés et épices, 30 mai 1896 

9 J. Jouanny, Les origines de la population dans l’agglomération grenobloise.

10 Archives départementales de l’Isère, 2 828W69, Statuts de la Société des enfants de Villard-de-Lans, approuvés le 5 octobre 1903.

11 P. Hanus, L. Teulières (dir.), Vercors des mille chemins. Figures de l’étranger en temps de guerre.

12 Archives municipales Villard-de-Lans, carton sans référence « Divers », pochette « Lot 4 serrurerie ». Extrait de la réponse à une demande du « commissionnaire » au maire de Villard-de-Lans le 16 novembre 1838.

13 En 1931, la famille Janin est complétée par Alfred Aegerter (né en 1886) et de Jean-Baptiste Mathieu qui viennent de Suisse. Jean Chancel (né en 1911) est de Villard-Saint-Pancrasse ce qui laisse entendre que Gravier fait venir du personnel.

14 Archives départementales de l’Isère, 2 973/1-385. Index alphabétique des dossiers d’identité des étrangers résidant dans le département de l’Isère durant les années 1930-1950.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search