Version classiqueVersion mobile

Des ressources et des hommes en montagne

 | 
Jean Duma

Aux xixe et xxe siècles

Les circulations de bois dans le Vercors-nord au xixe siècle : l’histoire d’une dépossession ?

Gilles Della-Vedova

Résumé

Au xixe siècle, dans le Vercors septentrional (Isère), les ressources forestières sont l'objet de circulations qui se font à plusieurs échelles. Durant le siècle, la constitution d'un réseau à partir des chemins de grande communication et des sentiers forestiers explique l'importance de l'exportation des bois pour permettre le développement. C'est la raison pour laquelle l'application du Code forestier est l'objet d'analyses menées à partir des dossiers des Eaux et forêts, de ceux de l'administration communale, de l'état civil et du cadastre. En complément d'une approche par les organisations, avec la circulation des idées de Le Play (Kalaora et Savoye), une autre, localisée, montre que l'on passe des bois de la discorde à ceux de la concorde. La prise en compte par les agents forestiers des situations locales des délinquants fait que les foudres de l'administration passent des « petits » à la répression contre ceux qui font de la circulation des bois le fondement de leur notabilité.

Texte intégral

  • 1 M. Chalvet, Une histoire de la forêt.

1Étudier les circulations de bois entre les montagnes et les espaces périphériques au xixe siècle consiste à chercher à comprendre comment le processus industriel a modifié durablement le rapport des sociétés humaines avec la forêt. Cette période est ponctuée de deux moments majeurs : 1827, avec le Code forestier, dont la mise en place se déroule durant la monarchie de Juillet, et la seconde décennie du Second Empire avec, en 1860, la loi sur le reboisement, complétée quatre ans plus tard par celle sur le regazonnement1.

  • 2 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle.
  • 3 B. Kalaora, A. Savoye, La forêt pacifiée : les forestiers de l’École de Le Play, e (...)
  • 4 J.-Y. Puyo, « Enseignement forestier et sciences sociales : “ grand nulle part ” (1824-191 (...)

2Ce n’est donc pas par hasard si le xixe siècle a été choisi par l’historiographie pyrénéenne pour étudier les résistances des sociétés locales aux changements à l’œuvre2. C’est avec une volonté comparatiste que le refus est interrogé ici avec l’expression de « dépossession », c’est-à-dire de captation des ressources ligneuses qui circulent. Il s’agit donc d’examiner l’intégration des « hauts pays » à la société industrielle dont les modalités modernes de contrôles s’exercent jusque dans les forêts de montagnes via l’action de l’administration forestière. Bernard Kalaora et Antoine Savoye enquêtent à leur manière sur ce sujet dans La forêt pacifiée3. La « pacification » n’a pas résulté seulement d’une approche intellectuelle par l’élite forestière puisque l’école de Nancy est longtemps restée imperméable aux propositions de Le Play4. Elle serait le fruit d’une négociation plus compréhensive faite par le bas, c’est-à-dire par les agents forestiers en contact avec les sociétés locales.

3C’est la raison pour laquelle le support de l’étude se situe en Dauphiné mais à l’échelle micro, au sein du massif du Vercors. En effet, le canton de Villard-de-Lans, nommé le pays des Quatre montagnes au xixe siècle, en forme sa pointe septentrionale. Il se caractérise par l’importance des forêts. L’augmentation de la population grenobloise, qui passe de 45 000 habitants en 1872 à 77 438 en 1911, et de ses communes environnantes dans le contexte de la deuxième industrialisation alimente la demande accrue de bois. De surcroît, les circulations se font à d’autres échelles.

4Le récit du réagencement forestier peut se mener en trois temps, d’abord en constatant que les circulations de bois sont héritées du passé, ensuite en comprenant que les applications du Code forestier de 1827 entravent les circulations et un certain mode de développement montagnard ; enfin en saisissant que, dès le début du Second Empire, des accommodements se mettent en place.

Des circulations héritées

5Parmi les poncifs trainés par les montagnes, leur enclavement et leur manque d’intégration par des circulations difficiles sont un lieu commun. Dans ce tableau misérabiliste, le xixe siècle serait, enfin, le temps de l’ouverture du fait de l’essor des routes et des travaux publics engagés à cet effet. Cette vision, vision d’en bas, vision venue des villes et de la société industrielle qui cherche à légitimer son action, est fortement à nuancer quand elle se situe sous l’angle des sociétés locales. Le xixe siècle est à replacer dans une chronologie bien plus ample et les circulations des bois en fournissent un exemple de choix.

Un xixe siècle forestier

  • 5 T. Jolas, F. Zonabend « Gens du finage, gens du bois », p. 37.
  • 6 P. Hanus, « Je suis né charbonnier dans le Vercors » : petite histoire des (...)

6Dès l’époque moderne, les transports des ressources ligneuses sont une activité de la plus haute importance. Dans le massif, ils font vivre des familles entières. Les unes sont les « gens du bois »5. Les charbonniers en sont des figures communes6. Voici par exemple Pierre Gauthier qui exerce cette activité de pauvres et qui décède en 1859. Son fils Benjamin (né en 1841) est bûcheron et le fils aîné de ce dernier fait la même activité que son père. La transformation des arbres en charbon devient moins nécessaire avec la construction des routes, mais la survie de la famille passe toujours par l’exploitation et la circulation des bois. Un suivi prosopographique d’individus qui ont, dans un acte d’état civil entre 1835 et 1875, une profession liée au travail du bois montre une grande cohérence professionnelle. Couper des arbres, débiter des grumes, transporter les produits fabriqués s’inscrit dans un grand nombre de combinaisons, chez un même individu en fonction de la saison mais aussi réparties entre les différents hommes au sein d’une même maison. Les circulations du bois sont donc héritées parce qu’elles s’inscrivent dans un mode de développement local ainsi qu’en attestait la Réformation des bois du Dauphiné au xviiie siècle :

  • 7 Archives départementales de l’Isère, II C. 956, « Réformation des eaux et (...)

« Les plus grandes parties des habitants de cette communauté [Villard-de-Lans] se faisant marchand de bois traitent avec le plus offrant pour leur livrer du bois de sapin… »7

  • 8 P. Chevallier, M.-J. Couailhac, L’administration des Eaux et Forêts dans le (...)
  • 9 Archives départementales de l’Isère, L463, « Rapport sur les ouvrages à faire pour rét (...)

7De surcroît, le transport de bois participe d’une ancienne intégration des forêts du massif qui font l’objet d’exploitation à d’autres échelles. L’une est régionale. En effet, dans les années qui suivent l’ordonnance de Colbert de 1669, l’intendant du Dauphiné se plaint de l’état déplorable des forêts « à cause des forges du Dauphiné, des manufactures d’acier, d’ancres, de lames et d’épée et de toute autre espèce »8. Ceci se prolonge durant la période révolutionnaire lorsque l’auteur d’un rapport écrivait que « Les bois de Valchevrières, Corrançon, et Arbouillis [Herbouilly] mis en coupes réglées fourniront environ 10 000 charges de charbon par an » pour alimenter les forges de canons de Saint-Servais situées au bord de l’Isère9. Il y a un usage protoindustriel.

  • 10 D. Mourral, « Les forêts du canton de Villard-de-Lans (massif du Vercors) », (...)
  • 11 Archives départementales de l’Isère, II C. 956, Ibid., fol. 2 205r.
  • 12 Archives municipales de Villard-de-Lans, carton sans référence, « Divers » (il s'agit (...)

8L’autre échelle concerne la partie méridionale du royaume. Toujours à la fin du xviie siècle, l’intendant du Dauphiné cité défendait aux communautés d’Autrans, de Lans, de Méaudre et de Villard-de-Lans d’exploiter ou de couper des arbres avant qu’ils ne soient visités afin de distinguer lesquels seraient bons pour la marine10. L’interdiction est renouvelée au début du xviiie siècle, ce qui prouve peut-être qu’elle n’est guère suivie11. Au sein du massif, les grumes passent par de multiples « pas » où ils sont jetés en contrebas pour poursuivre leur voyage. Arrivés au bord de l’Isère, ils composent des convois qui descendent la rivière, puis le Rhône, et sont transportés en direction de la foire de Beaucaire. La toponymie actuelle le long de l’Isère garde le nom de plusieurs lieux nommés « ports » qui étaient des lieux de transbordement. Ces flux se poursuivent durant la première moitié du xixe siècle puisqu’en 1834 le préfet demande une liste de commerçants amenés à composer les tribunaux de commerce et que deux « marchands de bois de Marine » y figurent12.

9Les circulations du bois constituent donc un héritage pour des usages diversifiés, à des échelles emboîtées et elles sont partagées par un grand nombre d’acteurs. Dans ce temps long, malgré des velléités, l’État est demeuré faible.

L’État peine à contrôler les bois et les circulations

  • 13 Archives départementales de l’Isère, 6P4/1, « État de traitement des gardes (...)
  • 14 Archives départementales de l’Isère, 6P4/1, « Lettre du directeur de l’enr (...)

10D’abord, l’encadrement est structurellement insuffisant malgré les mesures de l’ordonnance de 1669. La législation révolutionnaire, dans ses premières années, va dans une direction opposée à celle de l’Ancien Régime et rapproche la prise de décision des espaces concernés. Dès le Consulat, Bonaparte tente de revenir en arrière et la Restauration lui emboîte le pas mais le maillage reste très faible sur le terrain. Une archive de 1813 note qu’il y a un garde à Autrans, Lans et Méaudre mais aucun à Villard-de-Lans13. Cette absence continue à être notée sept ans plus tard14.

  • 15 G. Della-Vedova, « Les agents auxiliaires du contrôle spatial des montagnes : les gard (...)

11Ensuite, au ras du sol, la qualité du recrutement fait défaut. Les gardes forestiers, pas toujours clairement différenciés des gardes champêtres, sont souvent natifs de la commune. Cela représente un avantage pour identifier des délinquants comme dans le cas du garde Rolland qui manqua d’être tué pour cela en 183315. Mais c’est un inconvénient, car les traitements très faibles versés par les municipalités les rendent sensibles à la concussion et, plus largement, à l’influence des notabilités locales.

12Enfin, l’État peine à contrôler les circulations de bois car les agents forestiers sont hostiles à la plupart des prélèvements. Comme le montre Martine Chalvet, ils s’estiment les descendants de Colbert et de la raison d’État ainsi que les héritiers d’un temps long qui remonte à l’Ancien Régime. Ils s’opposent donc aux temps nouveaux du libéralisme et à l’individualisme de la société industrielle. Par conséquent, ils se heurtent tout à la fois aux usages communs des sociétés de montagne et aux intérêts des marchands qui veulent prendre le train de l’intégration économique et de l’âge industriel.

La filière bois contrôlée par une oligarchie locale

13Elle entend bien profiter des opportunités nouvelles. Les hiérarchies sociales s’expliquent pour une large part par leurs capacités à exploiter et à exporter les ressources ligneuses.

  • 16 Anonyme, « Une grande famille du Val de Lans : Les Esbrard de la Vallonne ».

14Il s’agit d’un trait de l’Ancien Régime comme le montrent les sources d’enrichissement de la famille des Esbrard de la Vallonne16. Elle s’installe en co-résidence à Grenoble et dans les montagnes de Lans d’où elle tire une partie de ses revenus. En effet, à la fin du xviiie siècle, elle possède une scie hydraulique dont les planches découpées descendent à dos de mulet à Sassenage. Elle est représentée sur le plateau de Villard-de-Lans par la famille Jullien qui possède également une scie hydraulique et qui se livre au même type de commerce.

  • 17 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/204 et 3Q38/141.
  • 18 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/206 et 3Q38/145.

15La famille Jullien s’enrichit durant la période révolutionnaire et profite des circulations de bois. Jean Gabriel Jullien décède en 1805 et possède une fortune d’un peu plus de 70 000 francs17. Son fils, également notaire et maire de la commune, laisse une succession à peine inférieure à 150 000 francs trente ans plus tard18.

16Ces familles tissent des liens entre elles de manière à contrôler le marché forestier. Par exemple, quand Jean Baptiste Gabriel Joseph Jullien décède, Pierre Jourdan est l’un des deux témoins à signer l’acte de décès. De même, Benoît Bertrand (1775-1851) épouse une sœur de Jean Baptiste Gabriel Joseph Jullien. Domicilié à Autrans, il est propriétaire de 315 hectares entre cette commune et celle voisine de Méaudre ; le capital foncier dépasse 100 000 francs lors de son décès. Les produits sont évacués par Sassenage où son frère Alexandre est notaire. L’un de ses enfants, Félix Eusèbe Eugène, devient notaire à Villard-de-Lans à la mort de l’oncle Jullien. De manière très symbolique, il vit au « château Bernard » qui n’est autre que l’ancienne maison Jullien, laquelle avait remplacé l’ancienne maison des Esbrard de la Vallonne.

17Ainsi, l’exploitation et les circulations de bois sont au cœur des stratégies d’un grand nombre d’acteurs locaux. Les uns appartiennent aux meilleures familles qui exercent toutes les possibilités offertes par la notabilité pour être incontournable. Agents de l’État, ils doivent seconder l’administration forestière. Grands propriétaires, ils ne peuvent accepter de voir scier la branche sur laquelle leur fortune s’est étendue. De surcroît, ils contribuent à faire vivre de nombreuses familles pluriactives qui cherchent à se développer en tant que bûcherons, scieurs ou voituriers de manière légale ou non. C’est ce système en équilibre qui se trouve remis en question à la suite du Code forestier de 1827.

Des circulations entravées

18Le Code forestier est voté en 1827 mais ses effets mettent une dizaine d’années pour apparaître dans le canton de Villard-de-Lans. Les années 1840 coïncident avec l’optimum démographique qui, conjugué à la crise économique de la monarchie de Juillet entraînent l’explosion révolutionnaire et forestière de 1848. Toutefois, malgré cet événement, les mouvements de fonds en vue d’un contrôle des circulations de bois demeurent sous le Second Empire.

Un nouveau contrôle sur les bois et leur circulation

19Les sociétés locales perçoivent de manière particulièrement brutale certaines dispositions du Code forestier. Par exemple, selon l’article 177, ses procès-verbaux étaient considérés comme des preuves pour des délits inférieurs à cent francs et un barème très détaillé graduait une échelle des peines, doublées en cas de récidive de mois d’un an ou si les délits se déroulent de nuit (articles 200 et 201), qui pouvaient conduire à la prison. L’article 90 précisait que seule l’administration forestière décidait quels étaient les terrains communaux à soumettre au régime forestier. En excluant fermement le petit bétail et, de manière à peine moins stricte, le gros bétail, le système pastoral est perturbé. Ceci se déroule au moment où l’élevage bovin prenait de plus en plus d’importance dans le canton. La dépossession est perçue comme totale, surtout par rapport à la période révolutionnaire antérieure. Guizot prolonge cette répression durant les années 1840.

  • 19 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, extrait du courrier du conservateur des f (...)

20Le deuxième dispositif consiste à recruter des gardes forestiers qui ne soient plus issus du microcosme local. Progressivement, des étrangers arrivent. Par exemple, en 1845, le conservateur soutient la candidature de Belle, natif du département voisin de la Drôme, « car le conseil municipal d’Autrans […] avec raison avait reconnu la nécessité d’avoir pour garde un étranger »19. De surcroît, l’administration tente d’appliquer la loi du 19 floréal an XI (29 avril 1803) qui cherche à intégrer d’anciens militaires en tant que gardes forestiers. Par exemple, Pierre Antoine Meyzin, âge de 31 ans et ancien militaire au 12e régiment d’artillerie est mentionné en 1851.

  • 20 Archives départementales de l’Isère, 2U291, « Affaires politiques. Rapports semestriel (...)
  • 21 Archives départementales de l’Isère, 2U291, « Affaires politiques. Rapport (...)

21La dernière mesure, symbole de la tyrannie exercée par l’administration forestière, est le marteau chargé de frapper les bois qui circulent. C’est un objet anciennement importé par l’administration forestière pour empêcher la contrebande. Le Code forestier devient l’occasion de l’agiter à nouveau pour chercher à superviser les transports. C’est explicitement pour cette raison qu’un maire d’Autrans, qui était arrivé à cette responsabilité pour s’opposer à l’emprise des deux frères riches en bois, adresse une demande à l’administration supérieure afin que le garde champêtre puisse en détenir un20. Cet instrument est explicitement brandi par le procureur général au garde des Sceaux, trois ans plus tard, pour expliquer l’origine de l’émeute forestière qui secoue cette même commune en avril 184821. L’ensemble de ces mesures entraîne la remise en cause d’une grande partie de la société locale.

Lutte des masses/lutte des classes

  • 22 J.-F. Soulet, Ibid., p. 644-663.

22En explorant les archives judiciaires, l’historiographie s’est livrée à des statistiques relatives à la délinquance forestière. Celle-ci est colossale et Jean-François Soulet multiplie les chiffres impressionnants22. Il reprend une estimation communément admise qui veut que, pour une affaire poursuivie, trois autres demeurent inconnues ; les approches quantitativistes ont donc leurs limites.

  • 23 Les archives de l’administration forestière concentrent plusieurs dizaines de cas qui pe (...)
  • 24 J.-F. Soulet, Ibid. p. 651.
  • 25 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, lettre du conservateur des forêts au préfet (...)
  • 26 Archives départementales de l’Isère, 3E20 991, « Donation entre vifs chez le notaire Jou (...)
  • 27 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/206.
  • 28 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/209.

23Une autre source utilisée, celle des dossiers communaux conservés par l’administration forestière, fournit une approche complémentaire à celle de la justice pour étudier les délinquants23. Elle montre qu’il s’agit de membres de la même famille dans la moitié des cas recensés lorsque le délit est clairement réalisé en groupe, que les hommes constituent plus de 93 % des 128 affaires et que les espaces reculés et les plus proches de la forêt sont les plus propices aux délits. Si les prélèvements peuvent s’expliquer pour des questions de survie, d’autres correspondent à une délinquance « spéculative »24. En effet, le 8 septembre 1855, le conservateur adressait au préfet une liste de 26 délinquants forestiers pour lesquels le conseil municipal d’Autrans demandait une remise des amendes. L’agent forestier distinguait les « insolvables » des « solvables », les derniers étant « très solvables »25. Les deux dernières catégories représentent 38 % des cas. Louis Durand-Poudret (vers 1801-1868) est « solvable ». Il vient d’une famille de très petits propriétaires et possède 2,1 hectares en 1834. Il se procure des revenus par la pluriactivité, car il est cordonnier au moins en 1834 et en 1843. La solvabilité apparaît également lors de la donation entre vifs que Louis Durand-Poudret et Catherine Gamond réalisent en 1868 : les quatorze parcelles fournissent un revenu annuel de 282 francs ce qui signifie un capital de l’ordre de 5 600 francs. À cela, il faut ajouter les biens mobiliers composés essentiellement d’outils pour l’exploitation, de quatre vaches et deux génisses, les animaux étant estimés 1 000 francs pour un total de 1 195 francs (mais il y a 1 800 francs de dettes)26. Jean-Louis Brunel est quant à lui « très solvable ». Né en 1809, il est l’aîné d’un homme qui détenait un capital mobilier supérieur à 4 600 francs lors de son décès27. Son beau-père est un petit propriétaire de 5,2 hectares en 1834 mais lié au négoce. À Autrans, le mariage de Jean-Louis Brunet en 1838 se déroule une semaine après celui de sa sœur cadette avec un cabaretier, profession très en lien avec le transport. Lors de son décès en 1888, la fortune mobilière monte à 1 346 francs28. Par les deux branches de la famille, Jean-Louis Brunet est rattaché à des entités dont le développement repose sur les circulations marchandes. La délinquance pourrait s’agencer aux activités d’autres parents, afin d’assurer l’enrichissement de tous ses membres dans une optique de développement et pas - ou pas seulement - de survie.

24Ainsi, il semble excessif de voir dans la répression par l’administration forestière une lutte des classes. Par contre, par le nombre d’affaires, il y a bien une lutte des masses puisque toute la société locale se trouve inquiétée. La lutte de l’administration forestière, après avoir éclairci le taillis de la petite délinquance, cherche à abattre les pièces maîtresses.

Des notables qui vacillent

  • 29 Archives départementales de l’Isère, 15M88. Extrait de la notice rédigée par le maire, (...)
  • 30 Archives départementales de l’Isère, 2U1 13, « Dossiers d’appels correctio (...)
  • 31 Archives départementales de l’Isère, 2U1 131, « Dossiers d’appels correcti (...)

25Le portrait de Claude Vincent-Martin est emblématique de la force et de la durée de la lutte que l’administration forestière entreprend contre les piliers de l’ancien mode de développement. Il est lié au monde du négoce, dont celui du bois, par la famille de sa première épouse. Quant à la seconde, originaire de Lans, le choix pourrait s’expliquer par le fait que son père est domicilié sur l’autre versant d’une forêt particulièrement exploitée, probablement le long d’un axe d’évacuation du bois. De plus, le garde champêtre Romagnier signe l’acte de mariage, ce qui pourrait signifier qu’il est un allié de Claude Vincent-Martin. Ce pluriactif « propriétaire, marchand de bois et de fromages [qui] exerce principalement la profession d’aubergiste »29 est un délinquant d’habitude. En mai 1843, quelques mois après la délimitation des bois communaux de Méaudre, un procès-verbal lui est adressé pour l’établissement d’un chantier à façonner le bois qui « est établi à 140 mètres de la forêt communale dans un cabaret » lui appartement30. Les affaires s’enchaînent : prélèvement de quatre résineux, treize épicéas et cinq fagots en septembre 1843, constat du recel de 51 résineux le 20 juin et 1er juillet 1846, 21 résineux les 26 juin et 2 juillet de la même année, sept hêtres et deux fagots les 10 et 16 novembre 1846 encore et ainsi de suite… À la faveur de la Révolution de 1848, il devient maire de la commune et reste en place durant toute la Deuxième République. Il a donc le verbe haut face aux représentants de l’administration forestière. Il les insulte en février 1850 et en août 1853. En 1852, il refuse de les accompagner pour constater des délits forestiers. Claude Vincent-Martin transporte également les arbres. L’audience qui se déroule devant la troisième chambre à Grenoble le 25 août 1854 montre qu’en juin 1853 des agents forestiers ont fait le constat à Engins que 50 résineux se trouvaient dans la voiture de François Ravaux, mais que les arbres étaient marqués du marteau de Claude Vincent-Martin. Le procès apprend que ce dernier possède des « magasins » à Sassenage, c’est-à-dire des entrepôts 31. Claude Vincent-Martin démissionne de la mairie en 1853, réintègre le conseil municipal douze ans plus tard. À l’occasion de la proclamation de la République en 1870, il préside la commission municipale mais ne parvient pas par la suite à revenir diriger l’assemblée communale. L’administration forestière a finalement gagné le bras de fer qui l’opposait à cet homme depuis près de 30 ans et au mode de développement qu’il animait. Toutefois, l’idée de victoire, grâce au Code forestier, est trompeuse. En effet, les circulations de bois sont négociées à partir des premières années du Second Empire.

Des circulations de bois négociées

26Elles bénéficient d’un contexte favorable. Il y a une moindre pression démographique puisque de 1851 à 1876 la population cantonale baisse de 14 %. De surcroît, l’état des forêts s’améliore rapidement. Une visite du garde général dans les bois d’Autrans en 1859 l’amène à constater que :

  • 32 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, extrait du rapport du garde génér (...)

« La franche moitié de la clairière s’est reboisée depuis le cadastre et que le surplus s’améliorait et même promptement. »32

27Ces éléments entraînent un accommodement de la part de l’administration forestière.

L’accommodement

28Les facteurs de ce changement d’attitude sont triples. À l’échelle nationale, les autorités impériales sont plus conciliantes et une révision du régime forestier, dans un sens plus respectueux de l’intérêt communal, se déroule en 1853 en Isère. De surcroît, le décret impérial du 24 juin 1858 établit une nouvelle répartition des compétences entre ce qui relève des communes et ce qui appartient à l’administration forestière. Enfin, la loi du 18 juin 1859 autorise les agents de l’administration forestière à transiger avant un jugement définitif sur les poursuites des délits et contraventions en matière forestière commis dans les bois soumis au régime forestier.

  • 33 Archives départementales de l’Isère, 2O225/8, extrait de la lettre du conservateur au (...)

29Toutefois, les préjugés ont la vie dure sous la plume et gênent l’accommodement : en 1870 encore, le conservateur dénonce la population de Méaudre et sa pratique « de ce que en temps révolutionnaire, on appelait le brigandage dans les bois »33. Mais la nouveauté est que certaines circulations de bois délictueux peuvent être consenties par une appréciation personnelle de la situation des délinquants. En 1854, le conservateur propose de baisser l’amende de Jean David, pourtant « très solvable », car ce n’est pas un délinquant d’habitude. En 1858, c’est au tour du garde général de plaider en faveur du journalier Benoît Ronin ; le mois suivant, il réclame cette fois l’indulgence pour Bonnet qui a enlevé six résineux. La situation personnelle, la mise en contexte et l’exposé des logiques qui conduisent les délinquants à faire circuler des bois sont, avant la diffusion des conceptions de Le Play, déjà pris en compte par des éléments d’échelons inférieurs de l’administration forestière.

30L’accommodement dépasse les simples situations individuelles pour envisager le développement des villages. Durant les années de conflit, aux coupes ordinaires, d’autres dites « extraordinaires » avaient pour utilité d’éponger les amendes que les communes devaient à l’administration, 11 688,66 francs dans le cas d’Autrans pour celles entre 1843 et 1851. Les archives montrent des inflexions puisque les fonctionnaires forestiers passent d’un contrôle des circulations pour assurer le développement des forêts à l’autorisation du commerce des bois en vue de l’essor des communes. Durant les années 1860, alors que le nombre d’habitants fléchit, l’administration forestière autorise la quantité de stères de bois à prélever dans les coupes ordinaires. Cet appui peut conduire à des situations paradoxales. À Méaudre, le garde général prend la défense d’un marchand de bois auprès du préfet :

  • 34 Archives départementales de l’Isère, 2O225/8, extrait du procès-verbal de reconnaissan (...)

« Dans le canton Chabert (Henri) est le seul marchand de bois qui maintienne le prix des bois à une valeur convenable […]. N’est-il donc pas de l’intérêt de la commune à ménager un homme sans lequel c’est l’avis de tout le monde, les coupes ne se vendraient qu’à vil prix ? »34

  • 35 La situation de l’ancienne section forestière de Corrençon, qui se détache (...)

31Par conséquent, les années du Second Empire sont décisives. La fermeté des années 1840 se modifie dès le milieu de la décennie suivante par la recherche de la compréhension de la logique d’acteurs modestes35. Faut-il privilégier une lecture qui insiste sur la fermeté attendue de la répression ou qui met l’accent sur le changement de perception d’une partie de l’administration forestière ? La dernière période est donc celle d’une intégration renforcée des circulations de bois à l’économie globale.

Le développement du maillage routier

32Les routes sont le vecteur de deux légendes, l’une noire qui explique l’exode rural par leur essor, l’autre rose qui fait remonter le désenclavement à leur construction. La période à partir des années 1860 voit dans le Vercors la mise en réseau entre trois types de tracés.

  • 36 G. Jorre, « L’établissement des routes dans le massif du Vercors », p. 239.

33Il y a d’abord les grandes artères. La plus importante était la route qui, partant de Villard-de-Lans, descendait jusqu’à Sassenage et qui « est avant tout la grande route du bois »36. C’est également vers l’ouest que les routes exportent des bois vers la basse vallée de l’Isère. Celle des Grands Goulets, celle des gorges de la Bourne qui est inaugurée en 1872 après plus de dix ans de travaux, puis celle de Combe-Laval, entérinent une exploitation intensive des forêts à la fin du xixe siècle.

34Les circulations de bois sont facilitées par des routes secondaires qui composent un réseau. Dans le canton de Villard-de-Lans, l’une d’elles joint le plateau à Grenoble en passant par Saint-Nizier en 1875. Une autre relie Méaudre à Villard-de-Lans par les gorges de Méaudret, permettant ainsi le branchement sur les gorges de la Bourne. Les travaux se déroulent au début des années 1880 et se poursuivent au cours de la même décennie par une route entre Méaudre et Autrans.

  • 37 Archives départementales de l’Isère, 6P8/20, lettre du conservateur au pré (...)
  • 38 G. Jorre, Ibid., p. 281.

35Enfin, les vidanges des cantons forestiers sont rendues possibles par un chevelu de sentiers qui se dessine à partir du dernier quart du xixe siècle. Par exemple, en 1872, le garde général suggère d’améliorer les chemins de Nave, du Violet, du Navelets et des Grands Clots à Autrans37. L’administration forestière multiplie les rapports pour souligner l’intérêt des nouveaux tracés et élargir ceux qui existent. Georges Jorré calcule une « densité routière » qui place le Vercors en tête des massifs régionaux38.

36Le maillage routier renforce l’intégration des espaces forestiers, car il met en relation une offre en bois de plus en plus importante, suite à la transformation d’une partie des taillis en futaies, et une demande accrue par la croissance urbaine et par les multiples usages industriels.

Temps nouveaux

  • 39 M. Chalvet, Ibid., p. 192.

37Globalement, le massif du Vercors, au prisme du canton de Villard-de-Lans, correspond aux inflexions de Martine Chalvet pour qui une nouvelle page de l’histoire des forêts est inaugurée à partir des années 186039. Dans le canton, cette période nouvelle se déroule dans un contexte de baisse de la pression démographique d’environ 18 % entre 1876 et 1911. Ce facteur expliquerait que les condamnations à l’encontre des particuliers se font plus rares dans les dossiers conservés par l’administration forestière.

38À l’échelle communale, malgré des frictions résiduelles entre les municipalités et les agents forestiers, l’entente est cordiale à la fin du xixe siècle. Tout notable qui se respecte exploite également des ressources ligneuses. Par conséquent, il n’y a aucune surprise à voir les communes investir dans les routes. En 1891, Villard-de-Lans n’hésite pas à emprunter 10 000 francs à la caisse des chemins vicinaux pour financer ses travaux. Dans un contexte de baisse des prix, la commune cherche à résorber sa dette en multipliant les demandes d’emprunts garantis sur ses forêts. Elle est cependant contrainte de quémander à nouveau de nouvelles coupes auprès de l’administration forestière. Les tensions se poursuivent donc entre la municipalité et l’administration forestière mais elles ne prennent pas les mêmes formes qu’à l’époque de Vincent-Martin. Les agents forestiers sont devenus des alliés par l’accent mis sur les futaies, par le fait de privilégier les résineux à la croissance plus rapide et par l’aide technique qu’ils apportent avec les agents des Ponts et Chaussées pour améliorer les circulations.

  • 40 Archives départementales de l’Isère, 7 096W6. Extrait du rapport de l’agent-voyer canto (...)

39L’élément nouveau qui semble prendre plus d’importance est l’apparition de nouveaux défis pour les circulations de bois. Par exemple, les travaux entrepris en 1912 sur le Chemin de grande communication no 2, entre Villard-de-Lans et Pont-en-Royans, jettent une lumière sur ces questions. Les routes sont défoncées du fait d’une inadéquation grandissante entre les matériaux utilisés pour les construire et le poids des chargements. En effet, pour réduire les coûts de transport, « les Entrepreneurs [donnent] la charge maxima à leurs voitures qui pèsent quelquefois 5 000 à 6 000 kilogrammes »40. Quand il s’agit de faire payer les travaux de réfection de la chaussée, les communes situées en contrebas du plateau dans le Royans estiment qu’elles ont déjà suffisamment contribué, afin d’aider les scieries qu’elles abritent et vers lesquelles les matières brutes sont plus nombreuses à circuler. Les circulations plus aisées grâce aux routes expliquent que la transformation sous la forme de charbon ait été abandonnée. Si des scieries se maintiennent, la concurrence semble plus rude avec leurs homologues d’en bas qui peuvent remonter plus haut et descendre encore plus de simples grumes afin de les débiter. La circulation par camions après la guerre ne fait qu’amplifier les nouvelles logiques du développement.

40La quantité de sources disponibles, et notamment les fonds de l’administration forestière et ceux des Ponts et Chaussées, montre combien les circulations du bois charpentent toute réflexion sur le développement des montagnes. Les documents permettent des approches quantitatives où l’effet réducteur des catégories est à pondérer avec une prosopographie des acteurs des sociétés rurales.

41Les agents forestiers inférieurs, c’est-à-dire les gardes forestiers et les gardes généraux, sont essentiels pour comprendre ce qui se joue. En effet, ils permettent de nuancer la vision de Jean-François Soulet opposant deux mondes. Si cette situation est peut-être acceptable dans les Pyrénées, l’exemple du Vercors est sensiblement différent car ils paraissent être des synapses. Leur attitude empirique de compréhension des réalités locales précéderait les analyses de Le Play qui remet les hommes dans les bois. Les populations locales ne se réduisent pas à une galerie de portraits. Une subtile hiérarchie et des réseaux sont présents. Ils sont animés par des considérations tout à la fois économiques, familiales, de tradition mais également de politique locale. Les agents forestiers seraient les rouages qui savent identifier les vrais délinquants pour les déraciner. Si le curé a charge d’âme, ils se sentent les trésoriers des communes et doivent amener les bonnes pratiques du développement. Dans cet objectif, les circulations, hier menaces sont devenues des atouts.

42Plus nombreuses en quantité comme en qualité, elles résultent d’un jardinage d’une partie des massifs au début du xxe siècle et contribuent à charpenter l’image d’une ruralité heureuse. Ainsi, Ardouin-Dumazet note dans sa description du canton que :

  • 41 V.-E. Ardoin-Dumazet, Voyage en France, 9e série. Graisivaudan et Oisans, p. 306.

« Sur la route, des chars portant des troncs de sapin sont conduits par des voituriers enfouis sous de grandes limousines et dont le sauvage aspect s’harmonise bien à celui du paysage. »41

43Les circulations des touristes, qui commencent à grimper par les routes, vont faire des forêts des éléments paysagers recherchés.

Bibliographie

Anonyme, « Une grande famille du Val de Lans : Les Esbrard de la Vallonne », Jadis au pays des Quatre montagnes. Les cahiers du Peuil, no 2, 1995, p. 15-31.

Ardouin-Dumazet Victor-Eugène, Voyage en France, 9e série. Graisivaudan et Oisans, Paris/Nancy, Berger-Levrault éditeur, 1911.

Chalvet Martine, Une histoire de la forêt, Paris, Le Seuil, 2011.

Chevallier Pierre, Couailhac Marie-José, L’administration des Eaux et Forêts dans le département de l’Isère au xixe siècle, Grenoble, Centre de recherche d’histoire économique, sociale et institutionnelle, 1983.

Della-Vedova Gilles, « Les agents auxiliaires du contrôle spatial des montagnes : les gardes champêtres/forestiers dans le canton de Villard-de-Lans (deuxième tiers du xixe siècle) », dans Lignereux Aurélien (dir.), Polices et montagnes (xviiie-xxie siècles). Journées d’études 21 au 22 mai 2015, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2016, p. 175-189.

Hanus Philippe, « Je suis né charbonnier dans le Vercors » : petite histoire des hommes dans la forêt, Lans, Maison du Parc, 2000.

Jolas Tina, Zonabend Françoise, « Gens du finage, gens du bois », dans Jolas Tina, Pingaud Marie-Claude, Verdier Yvonne et Zonabend Françoise, Une campagne voisine : Minot, un village bourguignon, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. 37-63.

Jorre Georges, « L’établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, no 9-2, 1921, p. 229-284.

Kalaora Bernard, Savoye Antoine, La forêt pacifiée : les forestiers de l’École de Le Play, experts des sociétés pastorales, Paris, l’Harmattan, 1986.

Mourral D. « Les forêts du canton de Villard-de-Lans (massif du Vercors) », Revue de géographie alpine, no 15-1, 1927, p. 133-143.

Puyo Jean-Yves, « Enseignement forestier et sciences sociales : “le grand nulle part” (1824-1914) », Les Études sociales, 2001, no 134, p. 7-22.

Rey M., Un intendant en province à la fin du xviie siècle. Essai sur l’administration de Bouchu, intendant de justice, police et finances en Dauphiné et des armées de sa majesté en Italie 1686-1706, Grenoble, imprimerie F. Allier père et fils, 1896.

Soulet Jean-François, Les Pyrénées au xixe siècle, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2004.

Notes

1 M. Chalvet, Une histoire de la forêt.

2 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle.

3 B. Kalaora, A. Savoye, La forêt pacifiée : les forestiers de l’École de Le Play, experts des sociétés pastorales.

4 J.-Y. Puyo, « Enseignement forestier et sciences sociales : “ grand nulle part ” (1824-1914) », p. 7-22.

5 T. Jolas, F. Zonabend « Gens du finage, gens du bois », p. 37.

6 P. Hanus, « Je suis né charbonnier dans le Vercors » : petite histoire des hommes dans la forêt.

7 Archives départementales de l’Isère, II C. 956, « Réformation des eaux et forêts, en exécution des lettres-patentes du 14 novembre 1724. Procès-verbaux des commissaires des bois du Dauphiné. Élection de Grenoble », tome 8, Villard-de-Lans, 1725-1728, fol. 2 211v.

8 P. Chevallier, M.-J. Couailhac, L’administration des Eaux et Forêts dans le département de l’Isère au xixe siècle, p. 101 (qui reprennent M. Rey Un intendant en province à la fin du xviie siècle. Essai sur l’administration de Bouchu, intendant de justice, police et finances en Dauphiné et des armées de sa majesté en Italie 1686-1706).

9 Archives départementales de l’Isère, L463, « Rapport sur les ouvrages à faire pour rétablir l’ancienne fonderie de canons située à Saint-Gervais sur la rive gauche de l’Isère au-dessous de Grenoble », messidor an II, fol. 5.

10 D. Mourral, « Les forêts du canton de Villard-de-Lans (massif du Vercors) », p. 138.

11 Archives départementales de l’Isère, II C. 956, Ibid., fol. 2 205r.

12 Archives municipales de Villard-de-Lans, carton sans référence, « Divers » (il s'agit de la réponse à une demande du préfet du 23 février 1834 pour dresser la liste des commerçants amenés à composer les tribunaux de commerce).

13 Archives départementales de l’Isère, 6P4/1, « État de traitement des gardes de toutes classes chargés de la surveillance des bois communaux de la sous-inspection de Vizille ».

14 Archives départementales de l’Isère, 6P4/1, « Lettre du directeur de l’enregistrement des domaines et des forêts au préfet de l’Isère le 2 février 1820 ».

15 G. Della-Vedova, « Les agents auxiliaires du contrôle spatial des montagnes : les gardes champêtres/forestiers dans le canton de Villard-de-Lans (deuxième tiers du xixe siècle) ».

16 Anonyme, « Une grande famille du Val de Lans : Les Esbrard de la Vallonne ».

17 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/204 et 3Q38/141.

18 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/206 et 3Q38/145.

19 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, extrait du courrier du conservateur des forêts au préfet le 18 février 1845.

20 Archives départementales de l’Isère, 2U291, « Affaires politiques. Rapports semestriels sur la situation morale, politique et judiciaire adressés au garde des Sceaux », 1848-1854 (sans date).

21 Archives départementales de l’Isère, 2U291, « Affaires politiques. Rapports semestriels sur la situation morale, politique et judiciaire adressés au garde des Sceaux », 1848-1854 (sans date [printemps 1848]).

22 J.-F. Soulet, Ibid., p. 644-663.

23 Les archives de l’administration forestière concentrent plusieurs dizaines de cas qui peuvent être enquêtés et ils permettent de saisir le « regard sur » que les fonctionnaires portent sur les délinquants. 128 affaires ont été retrouvées entre 1837 et 1868 pour la commune d’Autrans. Elles contiennent 142 noms avec des doublons certains. 54 recherches biographiques ont été entreprises.

24 J.-F. Soulet, Ibid. p. 651.

25 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, lettre du conservateur des forêts au préfet le 8 septembre1855.

26 Archives départementales de l’Isère, 3E20 991, « Donation entre vifs chez le notaire Jourdan à Villard-de-Lans », le 29 février 1868, acte n° 44.

27 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/206.

28 Archives départementales de l’Isère, 3Q38/209.

29 Archives départementales de l’Isère, 15M88. Extrait de la notice rédigée par le maire, le 1er novembre 1858.

30 Archives départementales de l’Isère, 2U1 13, « Dossiers d’appels correctionnels concernant les délits forestiers. Arrondissement judiciaire de Grenoble 1853-1859. Procès-verbaux rapportés contre le sieur Martin (Claude), cabaretier et marchand de bois à Méaudre » (sans date [après 1855]).

31 Archives départementales de l’Isère, 2U1 131, « Dossiers d’appels correctionnels concernant les délits forestiers. Arrondissement judiciaire de Grenoble 1853-1859 », procès-verbal du 23 juin 1853 et audience du 25 août 1854.

32 Archives départementales de l’Isère, 6P8/19, extrait du rapport du garde général le 26 février 1862.

33 Archives départementales de l’Isère, 2O225/8, extrait de la lettre du conservateur au préfet le 14 juillet 1870 (c’est l’auteur qui souligne).

34 Archives départementales de l’Isère, 2O225/8, extrait du procès-verbal de reconnaissance du garde général le 25 novembre 1868.

35 La situation de l’ancienne section forestière de Corrençon, qui se détache de Villard-de-Lans pour devenir une commune à part entière, demanderait à être investiguée plus précisément. En effet, les bois soustraits de Villard-de-Lans sont répartis entre les différents habitants devenus indépendants et les communaux sont très faibles.

36 G. Jorre, « L’établissement des routes dans le massif du Vercors », p. 239.

37 Archives départementales de l’Isère, 6P8/20, lettre du conservateur au préfet le 29 mars 1872.

38 G. Jorre, Ibid., p. 281.

39 M. Chalvet, Ibid., p. 192.

40 Archives départementales de l’Isère, 7 096W6. Extrait du rapport de l’agent-voyer cantonal le 24 décembre 1896.

41 V.-E. Ardoin-Dumazet, Voyage en France, 9e série. Graisivaudan et Oisans, p. 306.

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search