Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des ressources et des hommes en montagne

 | 
Jean Duma

Aux Temps modernes

Des Pyrénées à la Sierra Maestra : aux origines du modèle caféier cubain, Casamajor et les Béarnais dans l’Oriente

Jacques de Cauna

Résumé

L'insurrection des esclaves de Saint-Domingue (Haïti) provoqua l'exil dans les îles voisines de nombreux Gascons et Béarnais, principal groupe régional de l'ancienne colonie antillaise. Dans la partie orientale de Cuba, le courant d'émigration antillaise des Béarnais, initié par de grands chefs fondateurs, soutenu par de puissants réseaux et alimenté par la tradition, persévéra durant toute la première moitié du xixe siècle. Un Sauveterrien, Prudent de Casamajor, ancien gérant de sucreries devenu négociant, fut par son activité l’agent général, l’homme d’affaires, le conseiller et même le banquier de cette petite colonie de réfugiés dont bon nombre lui étaient apparentés. Il débuta dans la spéculation en achetant à bas prix dans les hauteurs de Santiago des terres en friches difficiles d'accès que l’on pouvait croire incultes mais qu’il fit prospérer en les cédant à des compatriotes par petits lots pour l'installation de caféières (cafetales) et en les reliant par un réseau de routes dont la principale est toujours connue sous le nom de Camino frances. Méconnu en Béarn, il est un personnage majeur de l'histoire cubaine et ses cousins Dufourcq sont parents du poète José-Maria de Heredia.

Texte intégral

Je remercie tout particulièrement mes collègues Paul Estrade, Michèle Guicharnaud-Tollis, Jean Lamore, Bernard Lavallé, Agnès Renault et le regretté Alain Yacou, ainsi que les personnes qui ont eu l’amabilité de m’ouvrir leurs archives familiales : Mmes Marie-José Delrieu, Geneviève Fabre de Caumale et Pierre son époux, MM. Paul de Casamajor, Dominique Patte de Dufourcq, Sidney Emery et le regretté Pierre de Lestapis.

  • 1 Sur tout ce qui suit, voir J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et (...)

1Loin des grands échafaudages conceptuels et des contraintes méthodologiques, le grand fleuve de la connaissance historique est souvent alimenté par les petites rivières de la sérendipité, les surprises du vécu et de la proximité. Telle fut ma rencontre avec Prudent de Casamajor. Plus connu à Cuba sous le nom de Prudencio Casamayor, il fut l’homme clé de la présence française, et surtout béarnaise, dans l’Oriente cubain. Né à Sauveterre-de-Béarn, il venait de l'ouest de l’île voisine d’Haïti, l’ancienne colonie française de Saint-Domingue où sa famille fut l’une des plus prolifiques et des plus célèbres de la Reine des Antilles dont les Pyrénéens, Basques, Béarnais et Gascons, extrêmement nombreux, représentaient près de la moitié des colons blancs1.

Les Casamajor, une vieille famille béarnaise aux Îles

2L’histoire de l’actuelle république d’Haïti a retenu particulièrement le nom de l'un d'eux, Messire Jean-Pierre de Casamajor de Charritte, chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis, l’un des plus grands gouverneurs de la partie française de Saint-Domingue (mais aussi de l’île oubliée de Sainte-Croix et de celle de la Martinique). Après une brillante carrière navale, il fut l’auteur de la plus importante réforme administrative connue par la colonie et s’était signalé dans le nord de l’île comme l’un des plus importants propriétaires fonciers, à l’origine de la fondation, avec le Béarnais Ducasse, de la grande ville et capitale économique du Cap-Français, le Paris des Antilles, aujourd'hui Cap-Haïtien.

3Les armoriaux nous disent que « la famille de Casamajor – qui portait Écartelé, aux 1 et 4 de gueules au lévrier rampant d'argent accolé du même ; aux 2 et 3 d'azur à une tour d'argent maçonnée, ouverte et percée de sable – était originaire de Rivehaute, près de Navarrenx, en Béarn, où se trouvait la maison de son nom ». Et qu’« anoblie en 1583, elle s'était divisée au début du xviie siècle en trois branches principales connues sous les noms de Gestas, Charritte et Jasses », toutes issues de Guicharnaud, notaire à Navarrenx et secrétaire d’Henri II, roi de Navarre, puis d’Henri III, futur Henri IV de France, qui l’avait anobli, dit-on, pour ses bons et loyaux services. Mais il n’est pas toujours facile de distinguer parmi les nombreux Casamajor des îles. On trouvait ainsi à Saint-Domingue, dans le Nord, un Louis-Gabriel de Casamajor, chevalier de Saint-Louis, major du Port-de-Paix, à côté d’un Pierre Casamajor, huissier audiencier de l’Amirauté du Cap, son frère, ou des demoiselles Casamajor, filles d’un chirurgien dotées d’une pension, dans la même ville. Et surtout, dans le Sud, un David Casamajor, autre frère, notaire royal en la sénéchaussée de Saint-Louis, originaire de Navarrenx et habitant à Aquin où il décéda en 1770 à 90 ans, auteur d'une très prolifique postérité.

  • 2 J. de Cauna, « L’habitation d’un Béarnais à Saint-Domingue, la sucrerie Nolivos à la (...)

4Tous ces personnages appartiennent à la branche de Casamajor-Sallabert, également présente en Martinique et en Guadeloupe, propriétaire à Sauveterre-de-Béarn lors de la réformation du terrier royal en 1676 des terres appelées Lasgoates en la personne de « Jean de Casemajor-Salabert [sic] » et du « sieur Casemajor, juge ». On en trouve des représentants présents à Sauveterre le 9 juin 1675 au contrat de mariage de « Jeanne de Casemaior [sic, pour Casamajor], de la ville de Sauveterre, fille de feu sieur de Casemaior [Pierre] et de feue damoiselle Estrugue de Bégué », avec « Me Samuel de Blair, d’Orthez, receveur des consignations au Parlement de Navarre » à Pau. La dite « damoiselle de Casemaior, future épouse, assistée de M. Me Pierre de Casemaior, conseiller du roy et lieutenant-général au siège de Sauveterre, son frère, damoiselle Catherine de Casemaior, sa sœur, M. de Colomme, conseiller du roy au parlement de Navarre, Me Jean de Bégué, conseiller du roy, assesseur au sénéchal de Navarre, noble Jacques de Saint-Melion, sr [seigneur] de Moliède, noble Charles de Casemaior, abbé [laïque] d’Orion, Me Gédéon de Nolivos, avocat en la cour, Me Jean de Casemaior, sr de Salebert, et Me Jean d’Olivier, sr d’Arrosere, premier jurat de Sauveterre, ses parents ». Un acte qui confirme bien la parenté des Casamajor de Sauveterre (et de la branche landaise et antillaise de Salabert) avec ceux des trois branches les plus connues, de Gestas, de Charritte et de Jasses, puisque les Casamajor d’Orion appartenaient à la branche de la maison de Jasses à Labastide-Villefranche. Ainsi d’ailleurs que la parenté qui les unit à la famille du gouverneur de la Guadeloupe puis de Saint-Domingue, Pierre-Gédéon de Nolivos2, petit-fils du personnage cité dans l’acte, introducteur du café à Saint-Domingue sur son habitation de Léogane en 1726. On note d’autre part que l’enregistrement des titres de noblesse de la famille de Casamajor de Salabert auprès du Conseil souverain de l’île de la Guadeloupe le 2 mai 1768 indique clairement : « originaires de Sauveterre de Béarn, passés dans les Landes et à la Guadeloupe, filiation 1491 ». Les divers Casamajor présents à Saint-Domingue représentent donc bien en fait les principales branches de la grande maison noble béarnaise de Casamajor, alliée notamment aux Navailles-Méritein, aux Espalungue, barons d’Arros, et aux Béarn, dont la souche est à Sauveterre et Rivehaute près de Navarrenx et qui forma les nombreuses branches de Casamajor de Charritte, de Gestas, de Rivière, de Jasses, d’Orion, de Montgaston, de Sallabert, de Treslay, de Disse, d’Usquein…

  • 3 J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique,(...)

5Celui du Sud, le notaire David (de) Casamajor, était propriétaire de la grande sucrerie Casamajor ou Gaye (ce dernier nom venant d’une famille d’Arthez-de-Béarn, originaire de Malaussane, curieusement, celle de mon beau-frère). Cette habitation était à Aquin, c’est-à-dire, ce qui n’est plus aujourd'hui que le Vieux-Bourg d’Aquin, à l’entrée duquel existe encore un carrefour du nom de Barrière-Gaye, du nom du premier propriétaire, souvenir du portail d'entrée de l’ancienne sucrerie dont ne subsiste qu’un pan de mur (fig. 1). David de Casamajor possédait en outre une autre habitation dans le quartier montagneux de l’Asile, entre Saint-Louis et Jérémie, qu’il avait tenté d’établir en sucrerie mais sur laquelle « cette culture n’avait pas mieux réussi que celle de l’indigo et du cotonnier », nous dit l’historiographe de Saint-Domingue Moreau de Saint-Méry qui nous apprend par ailleurs que le notaire fut l’auteur d’une nombreuse descendance légitime mais aussi « naturelle », ce qui revient à dire à l’époque « de couleur »3. On en trouve de nombreuses traces dans les quelques registres paroissiaux de Saint-Thomas d'Aquin qui subsistent de 1731 à 1775. Dans ce dernier, on relève, par exemple, sur ses neuf pages, trois baptêmes d'enfants mulâtres au nom de Casamajor, parfois même transcrit dans une prononciation béarnaise Casemajou : Pierre, ML (Mulâtre Libre), le 8 juin, au quartier de l'Azile, fils naturel de Pierre Casamajor et de Françoise, dite Visse, mulâtresse ; François-Jacques Cassamajor [sic] ; le 6 juillet, né le 24 janvier à la Colline à Mangon, fils légitime de Jacques Cassamajor [Cassamajou sur un autre acte] et de Marie-Henriette Boisdenier, mulâtres ; et enfin Jean-Baptiste, mulâtre, fils légitime de Charles Casamajor et d'Anne Bineau, parrain Joseph Casamajor [Casemajour sur un autre acte].

Fig. 1. - Plan d'une partie de la plaine et des hauteurs d'Aquin (xviiie siècle).

Fig. 1. - Plan d'une partie de la             plaine et des hauteurs d'Aquin (xviiie siècle).

BNF, Département des Cartes et Plans, no 100, cartographe inconnu.

6C’est donc de lui sans doute, David Casamajor, que descendait ce M. Casamajor – membre très distingué de cette élite de couleur dont quelques notables subsistent difficilement jusque dans les campagnes les plus reculées du pays-en-dehors (la province rurale) d’Haïti – qui avait tenu à venir du lointain quartier montagneux de l’Asile, dans le sud d’Haïti, à plusieurs heures de route et de piste, pour me rencontrer à Port-au-Prince dans les derniers jours de ma présence en Haïti. Ayant eu vent de mon départ définitif au terme d’une quinzaine d’années, il tenait à tirer au clair auprès de moi les origines de sa famille, qu’il pensait espagnoles jusqu’à ce que lui fût révélée l’existence des Casamajor béarnais.

  • 4 P. de Casamajor, Un précurseur sauveterrien […].

7J’étais loin alors de penser à l’époque qu’une de ces bonnes fortunes que la vie nous réserve allait me mettre en présence quelques années plus tard, à mon retour dans ma ville natale, du représentant actuel des Casamajor « restés au pays » dans la grande maison familiale (ce qui, compte tenu de la signification du nom, est quasiment pléonastique) de Sauveterre, M. Paul de Casamajor. Plus aléatoire encore était le fait qu’il ait pu s’intéresser de près aux origines et à l’histoire de sa famille, devenant ainsi, comme cela est souvent le cas dans les maisons anciennes, celui que tous considèrent comme l’historiographe et généalogiste officiellement en charge de la mémoire familiale4.

De Prudent de Casamajor à Prudencio Casamayor : Cuba, le café, les Béarnais

  • 5 En 1810, il y avait 192 caféières dans l’Oriente, dont 176 appartenant à des Français. E (...)
  • 6 J. de Cauna, « Une autre Espagne : les Aquitains de Saint-Domingue en quête de refuge à (...)

8Si l’on excepte le gouverneur de Charritte, que sa brillante carrière navale, sa fortune et ses hautes fonctions appelaient à la plus grande notoriété, le plus célèbre de tous les Casamajor antillais, à Cuba tout au moins, reste sans nul doute Pierre-Prudent de Casamajor, qui y est connu sous le nom de Prudencio Casamayor et a été l’homme clé de la présence française, et surtout béarnaise, dans l’Oriente, autour de Santiago de Cuba et de Guantanamo. Aucun nom à Cuba ne fut aussi honoré et respecté que celui de Prudencio Casamayor, nous dit un voyageur français peu après sa mort. Il était venu de l’île voisine d’Haïti parmi le flot de réfugiés qui fuyaient les troubles révolutionnaires et l’insurrection des esclaves. Il y eut en effet à cette époque, dans les dernières années de l’Ancien Régime et à l’orée du xixe siècle, autour de Santiago de Cuba et dans les environs immédiats, pendant près d’un demi-siècle, plus de vingt mille créoles français de Saint-Domingue, dont la moitié de noirs et gens de couleur, renforcés par des allers-retours continuels de La Nouvelle Orléans, puis par un arrière-courant d'arrivées de compatriotes gascons, et surtout béarnais, embarqués à Bordeaux5. Ils y créèrent notamment plus de cent cinquante cafetales (caféteries) françaises qui laissèrent une marque indélébile sur cette partie du pays, quadruplant notamment la production de café et doublant le commerce maritime, avec notamment d’importantes activités corsaires dont les fameux frères Pierre et Jean Laffite et leurs parents Dominique You et Renato Beluche furent les plus célèbres représentants6.

  • 7 G. Debien, Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815), et J. de Cauna, L’E (...)

9Prudencio Casamayor, ou plutôt Prudent de Casamajor, ancien gérant de sucreries dominguoises, avait réussi par son activité à devenir l’un des négociants les plus en vue de la place de Santiago et, en quelque sorte, l’agent général, l’homme d’affaires, le conseiller et même le banquier de cette petite colonie de réfugiés dont bon nombre lui étaient apparentés. Après s’être livré à des activités maritimes de commerce (jusqu'à Philadelphie) et de course puis avoir servi le gouvernement local comme interprète, il avait débuté dans la spéculation en achetant dans les hauteurs de la Sierra Maestra promises plus tard à une certaine célébrité, des terres en friches que l’on pouvait croire incultes mais qu’il fit prospérer en les revendant ou louant par petits lots de 100 carreaux pour le café7. Il avait aussi réactivé l’exploitation des mines de cuivre d’El Cobre (fig. 2) et créé tout un réseau de routes. À sa mort le 18 mars 1842 sous le nom de Prudencio Casamayor, il faisait figure de patriarche révéré et richissime, laissant une descendance naturelle d’au moins six enfants de couleur qui se poursuit aujourd’hui aux États-Unis (fig. 3). Sa carrière et son action à Cuba sont aujourd'hui bien connues par les sources cubaines.

Fig. 2. - La Caridad d'El Cobre, église de la ville du cuivre réactivée par Casamajor.

Fig. 2. - La Caridad d'El Cobre, église             de la ville du cuivre réactivée par Casamajor.

© Jacques de Cauna.

Fig. 3. - Justine de Casamajor, épouse Lay (1814-1870), fille de Prudent de Casamajor et de la quarteronne d'origine créole bordelaise Madeleine Brun.

Fig. 3. - Justine de Casamajor, épouse             Lay (1814-1870), fille de Prudent de Casamajor et de la             quarteronne d'origine créole bordelaise Madeleine Brun.

© Jacques de Cauna.

  • 8 J. Perez de La Riva, El barracon y otros ensayos, p. 377.

10Mais le personnage lui-même restait cependant mal connu, y compris dans sa région d’origine où l’on sait peu de choses de ses racines béarnaises. Gabriel Debien – qui ne connaissait que son nom espagnol – se demandait même s’il ne s’appelait pas Prudent Grandmaison. L’historien cubain Juan Perez de La Riva le dit né à Sauveterre-de-Béarn le 18 juin 17638. C’est ce que dit aussi Prudencio Casamayor lui-même dans son testament de 1842 où il précise qu’il est :

  • 9 Arch. Hist. de Santiago de Cuba, Protocolos de la Escribana de la Real Haciend (...)

« Natural de Salvatierra en la provincia de Bearn en Francia et vesino de esta ciudad de Santiago de Cuba, hijo legitimo de Don Juan Casamayor y de Juana de Fourcade Casamayor, el primero de mi propia naturaleza y la segunda de Osserain, Francia. »9

11Perez de La Riva ajoute qu’il connaissait l’espagnol depuis son enfance à cause de sa mère mais on ne voit pas pourquoi, le nom de Forcade (ou Fourcade) étant bien béarnais et non espagnol. Il le dit aussi issu d’une famille de petite noblesse de robe, mais sans autres précisions ni indications de sources.

12La mise en ligne récente d’une bonne partie des registres paroissiaux béarnais (1728-1898 seulement) permet aujourd’hui de faire clairement le point sur le profond enracinement de Prudent dans la vieille noblesse béarnaise :

  • 10 A. D. 64, 5Mi513-1, p. 174/1716.

« Le dix-huit juin mil sept cent soixante trois est né un fils légitime de Jean de Casamajor, escuyer [souligné par moi], conseiller du roy lieutenant général du sénéchal de cette ville, et de dame [id.] Jeanne de Forcade Casamajor, son épouse. »10

  • 11 C’est par les Majendie que se renforce la parenté de Prudent de Casamajor avec (...)

13La noblesse du père, qualifié d’« écuyer » est donc bien réelle. Il en est de même pour « demoiselle [id.] Jeanne de Casamajor, sœur du père », qui présente l’enfant avec « Maître Pierre Lafont, avocat en parlement et cousin germain du père ». Le qualificatif de « dame », appliqué à la mère paraît plus aléatoire dans la mesure où son propre père, « Mr Pierre de Forcade, parrain », est dit « négociant de St-Jean-Pied-de-Port », alors que la marraine « dame Jeanne de Majendie Habas, de Labastide », est bien de la famille des Majendie de la maison noble de Habas à Labastide-Villefranche11. L’un de ces Magendie, Pierre, épousera d’ailleurs peu après, le 16 février 1765 à Sauveterre, Jeanne de Nolivos, fille de Paul de Nolivos et de Jeanne-Marie de Casamajor Salabert.

14Quant à « Me Pierre de Lafont, avocat en la cour », la douzième page du registre nous apprend qu’il est effectivement cousin germain de Jean de Casamajor, père de Prudent, depuis son mariage le 28 novembre 1738 avec la sœur de ce dernier, « demoiselle Marie-Jeanne de Casemajor-Salebert [sic], en présence des sieurs de Casemajor, juge [Jean], de Nolivos, de Lafont, cousins germains du dit de Lafont… qui ont signé » avec l’officiant, « Casamajor prêtre ». Cet acte inédit nous confirme donc bien l’appartenance des Casamajor de Sauveterre dont Prudent est issu, à la branche de Sallabert présente en Guadeloupe. La page suivante affiche en vis-à-vis l’acte de naissance le 17 septembre 1739 de « Pierre de Lafont, fils à Me Pierre de Lafont, avocat en la cour, et à demoiselle Marie de Casemajor-Salebert, conjoints », présenté le lendemain au baptême par Me Pierre de Casemajor-Salebert, son grand-père du côté maternel [qui est aussi celui de Prudent], et demoiselle Jeanne de Casemajor, sa grand-mère du côté paternel [grande tante de Prudent, autre alliance antérieure avec un Lafont] ».

  • 12 Fonds J. de Cauna. Lettres des 28 juillet 1771, de Saint-Marc, et 18 août 1779, de l’Art (...)
  • 13 J. de Cauna, Cadets de Gascogne. La Maison de Marsan de Cauna, IV, 68.

15La correspondance familiale inédite de la famille noble des comtes de Casamajor de Gestas, établie dans l’Artibonite à Saint-Domingue en la personne du comte Jean-Charles-Amant-Constant de Casamajor de Gestas et de Rivière, héritier de la plantation de sa mère à la Petite-Rivière de l’Artibonite et de trois maisons à Saint-Marc, dans l’ouest de la colonie12, laisse ainsi entrevoir par ailleurs que Prudent pourrait aussi être plus particulièrement proche du rameau des Casamajor-Treslay dont un membre, Jacques de Casamajor, seigneur du Treslay de Dognen, avait épousé Suzanne de Magendie-Sendos, fille de Jean de Magendie marié en 1711 avec Catherine de Béarn-Sendos, dame d’Iratze et Sillègue et héritière de Saint-Dos, maison issue des Béarn-Salies13.

  • 14 J. Perez de La Riva, El barracon y otros ensayos, p. 377.

16Une autre lettre inédite, datée du 4 février 1820 à San Yago de Cube, adressée « à Monsieur de Bellegarde, à Bellegarde, par Oche, département du Jerse [Auch, département du Gers] » et portant la signature « P. Casamajor » accompagnée de points maçonniques, montre qu’il s’occupait à cette date des intérêts à Cuba du frère survivant de Louis de Bellegarde, co-fondateur avec lui de la hacienda Santa-Catalina qui est à l’origine du premier village français dans la baie de l’actuelle base américaine de Guantanamo14. On y apprend que pour faire face aux frais de la succession, Prudent de Casamajor avait dû vendre :

  • 15 Fonds J. de Cauna. Original.

« Une partie des terres [il y avait en tout 17 500 hectares] aux sieurs d’Aslon [sic, pour le vicomte d’Alzon qui avait commandé sous l’occupation anglaise de Saint-Domingue le corps colonial de York] et Jean Faure, anciens propriétaires à Port-au-Prince et à la Rivière-Froide, créanciers de la succession. »15

17Louis de Bellegarde, en réalité Louis-Joseph Laforgue, chevalier de Bellegarde, personnage fédérateur très important mais mal connu de cette émigration, appartenait à l’ancienne famille gasconne de Laforgue de Bellegarde à ne pas confondre avec celle des fameux capitaines de la maison de Saint-Lary de Bellegarde. Chef de la branche aînée, chevalier de Saint-Louis, il avait émigré en 1791 pour servir comme colonel chef d’état-major dans l’armée des Princes avant de se retirer en Guadeloupe après avoir servi comme lieutenant au régiment du Cap.

  • 16 J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, (...)
  • 17 M. Reible, La sucrerie Lugé, 1973, p. 52, 66.

18D’autres pièces émanant des archives de Saint-Domingue nous éclairent aussi quelque peu sur les activités, mal connues, de Prudent de Casamajor dans la colonie française où il était arrivé jeune, à 22 ans, en 1785, avant son passage à Cuba en 1797. On le trouve d’abord sur la grande sucrerie de Lugé [ayant appartenu aux Fleuriau] à Montrouis, au débouché de l’Artibonite, où il fait son apprentissage de la plantation comme tout nouvel arrivant16. Son nom apparaît en effet pour la première fois dans une correspondance du 21 octobre 1788 postérieure à la mort du propriétaire, le célèbre et fantasque baron périgourdin Jean Pasquet de Lugé. L’exécuteur testamentaire du baron, un Béarnais dénommé J.-B. Lacombe, écrit à Madame de Lugé, vivant en France et dont il est le procureur-général, que le précédent gérant, M. Béhu-Lacaze, béarnais aussi sans aucun doute, ayant quitté la plantation pour une place plus lucrative, avait été remplacé en août par « M. de Casamajor » qui, certes, n’avait pas la même expérience mais était « fort laborieux, intelligent, honnête et prévenant » – qualités reconnues généralement aux Béarnais dans la colonie où il venait sans doute tout juste d’arriver. On le retrouve lors de l’inventaire après décès du baron qui est établi le 11 novembre 1788 « en présence du sieur Pierre-Prudent Casamajor, économe-gérant de l’habitation et gardien des scellés apposés le 4 de ce mois ». En décembre, à peine deux mois après son arrivée, ses appointements, primitivement fixés à 5 000 livres, sont doublés, à charge pour lui de nourrir l’économe, le chirurgien (tous deux blancs) et le personnel (noir) de l’hôpital, preuve certaine de la confiance que l’on plaçait en lui après notamment les améliorations apportées à l’état de santé de l’atelier. Il restera cependant moins de deux ans dans ce poste, l’héritier de la plantation, le vicomte Walsh de Serrant ayant décidé lors de sa venue dans l’île de lui retirer sa charge le 15 août 1790 pour la confier à l’un de ses protégés, le jeune Gast, qui ne fit pas l’affaire et qu’il dut remplacer moins de huit mois plus tard par un certain Dutoya, autre Béarnais à coup sûr17.

  • 18 J. de Cauna, « L’habitation d’un Béarnais à Saint-Domingue, la sucrerie Nolivos à la Cro (...)
  • 19 Archives privées aimablement communiquées par M. Pierre de Lestapis, cousin des Casamajo (...)

19Prudent de Casamajor exerça ensuite de 1792 à 1795 les fonctions de gérant essentiellement sur une caféterie du plateau de Rochelois au centre de la presqu’île du Sud. On le trouve en effet qualifié en novembre 1792 de « Prudent de Casamajor, habitant du Rochelois » au moment où il prend la succession du gérant de Vézien qui a été « obligé d'abandonner devant l’insurrection générale des ateliers de la plaine » la grande sucrerie Nolivos au Cul-de-Sac déjà gravement endommagée et dont 54 des 178 esclaves étaient à l'hôpital à la suite des troubles18. Il fallait, on s'en doute, un certain courage pour se lancer dans une entreprise aussi hasardeuse et il est probable qu'il ne put tenir très longtemps car, après une nouvelle insurrection des esclaves du Cul-de-Sac menés par Mamzelle au début de l'année 1793 et la prise de Port-au-Prince le 1er juin 1794 par les Anglais et les émigrés royalistes, il n'est plus sur l'habitation en novembre 1796 lorsqu'elle est donnée à ferme à un négociant anglais, le sieur Forbes. Il avait dû se retirer assez rapidement au Rochelois, quartier montagneux isolé et plus tranquille, où il avait accepté dès 1792 de gérer la grande caféterie béarnaise Sillègue à l’Anse-à-Veau, moyennant un sixième des revenus. Pierre de Sillègue, dit « l’Américain », possédait là près de 600 hectares de terres et une centaine d’esclaves. On retrouvera ensuite son fils Jean de Sillègue dans le sillage de Prudent de Casamajor à Cuba, en compagnie du neveu de ce dernier, Joseph Dufourcq, qui est dit « d’Orthez » et qui est plus précisément Joseph de Dufourcq, d’Arthez-de-Béarn, dont le père Gratian-Grégoire de Dufourcq, seigneur de Lescun de Larreule, avait épousé Marie-Jeanne-Justine de Casamajor, sœur de Prudent19.

  • 20 À Saint-Domingue, le café colonial était cultivé à découvert sur des plantations en quin (...)

20C’est dans ce quartier d’altitude du Rochelois, vaste plateau culminant à mille mètres, idéal pour les caféiers, que Prudent de Casamajor dut se familiariser avec le monde bien spécifique du café20 qu’il fera prospérer à Cuba « à la méthode française ». C’est à coup sûr par ses connexions béarnaises, et plus précisément par ses alliances familiales dans la région de Sauveterre, qu’il a obtenu ces deux postes qui n’étaient pas sans dangers. Un cousin germain de Pierre-Gédéon de Nolivos, propriétaire de la sucrerie du Cul-de-Sac, Paul de Nolivos, écuyer, seigneur de Lourenties, avait en effet épousé Jeanne-Marie de Casamajor-Salabert, sœur de Jean de Casamajor, écuyer, conseiller du Roi et son lieutenant-général de justice à Sauveterre en 1765, le père de Prudent. Or, ces Casamajor, comme les Nolivos et les Casamajor-Treslay, étaient proches parents par alliance des Sillègue de la région de Sauveterre, bien connus par le célèbre personnage du mousquetaire Athos d’Alexandre Dumas, dans la réalité Armand de Sillègue d’Athos d’Autevielle.

  • 21 O. Portuondo Zuñiga, Los colones franceses y el fomento cafetalero, Les França (...)

21Selon les historiens cubains, Prudent de Casamajor aurait été également propriétaire jusqu’en 1793 d’une caféière dans les hauteurs du district de Jérémie, autre front pionnier caféier, où il avait fondé une maison de commerce à l’Anse-d’Hainault avec son frère, Paul, et l’appui des Républicains avant de partir pour les États-Unis, à Philadelphie, d’où il établit une ligne commerciale avec Baracoa avant de s’installer définitivement à Santiago en 179721. On comprend que ces activités maritimes aient pu favoriser un départ précoce au moment des troubles, ou plutôt un non-retour que l’on pouvait supposer temporaire mais qui s’installe dans la durée en raison de la dégradation progressive de la situation dominguoise. Ce départ de l’Anse-d’Hainault s’était fait en compagnie donc de son frère Paul, mais aussi de son parent Jean de Sillègue, de son neveu Jean-Joseph de Dufourcq et de leurs serviteurs.

L’aventure cubaine des cousins Dufourcq et ses étonnantes destinées familiales

  • 22 BN, Ms 5678, archives de la maison de Heredia, communiquées par Mme Marie-José (...)

22On trouve ainsi dans les premières années du xixe siècle à Cuba aux côtés de Prudent, les Dufourcq, en compagnie de leurs proches parents et alliés béarnais de Casamajor, de Sillègue, de Lestapis, de Majendie, Daudinot (d’Arthez)…, la plupart réfugiés de Saint-Domingue, auxquels on peut ajouter son beau-frère, le créole bordelais Jean Despaigne et son ami gascon de Labastide d'Armagnac, José Delisle. Très proche de Prudent de Casamajor, chez qui il fait adresser ses lettres à Santiago au début de son aventure cubaine, franc-maçon comme lui et son exécuteur testamentaire désigné avec son parent Jean de Sillègue, José Delisle se maintint après la grande vague d’expulsions anti-napoléonienne de 1809 et devint l’une des quatre grandes fortunes de caféières françaises de l’Oriente cubain, avec Casamajor, son gérant Despaigne, qui lui était associé dans la fondation de Santa-Catalina et le cousin germain béarnais, lui aussi naturalisé, Don José Dufourcq qui, d’ailleurs, à son retour à Paris, prendra en charge l’éducation du demi-frère de Jose-Maria de Heredia, autre proche parent, le jeune José-Gustave de Heredia22. Il suffit d’ouvrir une lettre de Cuba dans les archives du château de Caumale acquis par Delisle (fig. 4) à son retour, pour voir ces noms apparaître à coup sûr : c’est une véritable famille créole gasconne élargie qui s’est reconstituée sur place et qui agrège les nouveaux venus, parents ou proches, constituant le noyau dur de la présence « béarnaise » dans l’Oriente autour du promoteur historique.

Fig. 4. - Le château de Caumale à Escalans, acheté par Joseph-Bernard (José) Delisle en 1828, revendu en 1870 par les héritiers de son fils Juan-José (Gustave) Delisle, né à Santiago de Cuba en 1805.

Fig. 4. - Le château de Caumale à             Escalans, acheté par Joseph-Bernard (José) Delisle en 1828,             revendu en 1870 par les héritiers de son fils Juan-José (Gustave)             Delisle, né à Santiago de Cuba en 1805.

© Jacques de Cauna.

  • 23 Pour plus de détails, voir J. de Cauna, « La maison Dufourcq à Arthez, les seig (...)

23L’origine de l'incroyable aventure des Dufourcq d'Arthez aux Amériques est dans le mariage de Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, fils de Pierre Dufourcq, seigneur de Lescun de Larreule et de Jeanne-Scholastique de Membrède, avec Marie-Jeanne-Justine de Casamajor (fig. 5) qu’il avait épousée le 11 février 1783 à Sauveterre-de-Béarn où ils reposent tous les deux, bien qu’ayant vécu longtemps dans la maison d’Arthez où il était né le 12 mars 1756 (fig. 6)23. Justine, son épouse, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre-de-Béarn où elle décéda aussi en 1850, était fille de noble Jean de Casamajor, juge et lieutenant-général au siège de Sauveterre, et de Jeanne-Justine de Forcade-Biays (ou Forcade d’Osserain, elle-même fille de Jean de Forcade, d’Osserain, et de Marie de Jourdel, de Labastide-Villefranche), et, par conséquent sœur de Prudent de Casamajor, élément déterminant pour l’évolution des destinées familiales des Dufourcq.

Fig. 5. - Justine Jeanne-Marie, dite Jeanne-Justine, de Casamajor, sœur de Prudent et épouse de Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, seigneur de Lescun de Larreule, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre, mariée le 11 février 1783, mère de Jean-Joseph Dufourcq marié à Santiago en 1839 à Euphémie Girard, tante de José-Maria de Heredia.

Fig. 5. - Justine Jeanne-Marie, dite             Jeanne-Justine, de Casamajor, sœur de Prudent et épouse de             Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, seigneur de Lescun de             Larreule, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre, mariée le             11 février 1783, mère de Jean-Joseph Dufourcq marié à Santiago en             1839 à Euphémie Girard, tante de José-Maria de Heredia.

© Jacques de Cauna.

Fig. 6. - Arthez-de-Béarn. La Maison Dufourcq, état actuel vu de l'arrière (côté rempart).

Fig. 6. - Arthez-de-Béarn. La Maison             Dufourcq, état actuel vu de l'arrière (côté rempart).

© Jacques de Cauna.

24En effet, des douze enfants du couple, tous nés et baptisés à Arthez-de-Béarn, cinq partirent pour les Îles pendant que les autres restaient dans la maison familiale d’Arthez. Le premier en date, l’aîné, Jean de Dufourcq, né le 11 novembre 1783, s'embarqua comme pilotin, fit l'expédition de Saint-Domingue en 1802 et eut de Françoise Ginesta Félix et Louis-Michel de Dufourcq, lequel se maria à Cuba, à Sans Luis del Caney le 4 février 1852 avec Louise-Thérèse Daudinot (alias d’Audinot), d’une famille de réfugiés de Saint-Domingue elle aussi originaire d’Arthez et parente des Lestapis de Mont.

  • 24 M. Guicharnaud-Tollis, « Une contribution à l’histoire de Cuba : le bulletin de la Sociét (...)

25C’est ensuite Jean-Joseph de Dufourcq, « négociant », né le 10 mars 1791, qui partit de Bordeaux le 3 décembre 1825, âgé de 34 ans, « pour affaires de commerce » à Santiago en compagnie de son cadet Pierre-Paul, alias Paulin, 32 ans, qui y décédera, tout comme le suivant Henri, benjamin de la lignée, né en 1799 et parti en 1826. Pierre-Gustave, né en 1796, reçut beaucoup plus tard, le 6 novembre 1857, un « passeport à l’étranger » pour prendre la relève et tenter d'assurer la survie de l’exploitation des biens cubains à une époque où s'est amorcé le déplacement de la prospérité du café vers le sucre qui affiche une production pour la première fois supérieure à celle du café en 1846, avec 148 000 tonnes, pour atteindre 600 000 tonnes en 1867 et faire de Cuba le premier exportateur mondial au xxe siècle. En seulement vingt ans, de 1841 à 1862, l’effectif des ateliers d’esclaves des plantations de café cubaines est ainsi passé de 115 000 esclaves à seulement 26 00024.

26La vie de Jean-Joseph est un véritable roman. Devenu José Dufourcq à Cuba, bel homme, vétéran médaillé de la Bérézina, il se lança en 1824 dans le commerce d'Amérique avec son cousin germain Lucien Casamajor, fils de Prudent et de Madeleine Brun, à Philadelphie puis à Santiago où il épousa le 30 janvier 1839 Louise-Sophie, dite Euphémie, Girard, native de La Nouvelle Orléans où son père, fils du fameux notaire de Jérémie filleul de la Pompadour, s'était réfugié avant de fonder la caféière Monti-Bello dans la Sierra Maestra. Sa sœur, Sophie Girard, avait épousé à Jérémie en 1787 le Nantais né à Bazas, Jean-Baptiste Sallefranque, décédé en 1818 à La Amistad.

27Par son mariage José Dufourcq devint parent des deux autres sœurs Girard, Louise et Helmina-Jeanne-Louise, et de leurs époux respectifs, Domingo de Heredia, le père du fameux poète parnassien, et le Béarnais Eugène de Ribeaux, d’Orthez, apparenté aux Lestapis, de Mont, banquiers à Bordeaux. Si bien que les trois beaux-frères s’associèrent pour l’achat d’une cafetal [caféière], comme le firent à cette époque bon nombre de Béarnais réfugiés de Saint-Domingue ou attirés directement de leur province vers ce nouvel Eldorado où ils savaient pouvoir trouver le soutien actif d’une large communauté de « pays ». Ils baptisèrent leur acquisition du nom hautement symbolique de La Fraternidad (fig. 7) qui rappelle à la fois leurs liens familiaux, leur amitié et leur implication maçonnique dans la loge locale de L’Humanité. Preuve de leur ferme volonté d’œuvrer ensemble, ils avaient acquis en même temps en 1835 les cafetales La Candelaria et La Simpatia avec 153 esclaves en tout qui restèrent dans l’indivision.

Fig. 7. - Cafetal La Fraternidad, aux trois beaux-frères : Eugène de Ribeaux (d’Orthez), ép. d’Helmina Girard, José Dufourcq (d’Arthez-de-Béarn), ép. d’Euphémie Girard, et Domingo de Heredia, ép. de Louise Girard et père de José-Maria.

Fig. 7. - Cafetal La Fraternidad, aux             trois beaux-frères : Eugène de Ribeaux (d’Orthez), ép. d’Helmina             Girard, José Dufourcq (d’Arthez-de-Béarn), ép. d’Euphémie Girard,             et Domingo de Heredia, ép. de Louise Girard et père de             José-Maria.

© Jacques de Cauna.

28À son retour de Cuba en 1839, âgé de 48 ans, fortune faite, Joseph, qui résidait à Pau, 9 rue du collège, acheta un domaine agricole et ses dépendances à Mont où ses cousins de Lestapis devaient faire édifier plus tard leur château (fig. 8). Il y décéda le 8 mars 1874 après un dernier voyage en 1842 laissant sept enfants dont la descendance, illustrée par de brillantes personnalités d’hommes d’affaires et inventeurs, tant aux États-Unis avec Edward-Léonce Dufourcq qu’en France avec une alliance au célèbre baron Bich, appartient encore aujourd’hui à la noblesse subsistante.

Fig. 8. - Le château de Mont construit par Henry de Lestapis en 1855, fils de l'armateur bordelais Adrien-Pierre, frère du banquier financier de Casamajor et marié à la créole d’origine basque mexicaine Manuela de Garay.

Fig. 8. - Le château de Mont construit             par Henry de Lestapis en 1855, fils de l'armateur bordelais             Adrien-Pierre, frère du banquier financier de Casamajor et marié à             la créole d’origine basque mexicaine Manuela de Garay.

© Jacques de Cauna.

29Quant aux demoiselles de Heredia, filles du poète et de son épouse Louise-Marie Despaigne (elle-même fille de Juan-José-Léoncio Despaigne et d'Isabelle Dutocq) (fig. 9) et cousines des Casamajor et des Dufourcq, elles se marièrent toutes à Paris avec des poètes et écrivains : Marie-Louise Antoinette, dite Maricote de Heredia (Paris 1875-1963), épousa le poète Henri de Régnier et devint ainsi la poétesse Marie de Régnier, alias Gérard d’Houville en littérature, auteur, entre autres du très beau poème « Les dames créoles » (fig. 10). Et ses sœurs, Héléna Élisabeth Caridad (1871-1953) et Louise, dite Loulouse (1878-1930), épousèrent respectivement, la première les écrivains Maurice Maindron et René Doumic en secondes noces, et la seconde les écrivains Pierre Louys puis Auguste Gilbert de Voisins, ami du précédent, petit-fils de la célèbre ballerine d’origine italienne La Taglioni, née en Suède, et arrière-petit-fils d’une créole de Saint-Domingue. Il n'y eut aucune postérité des trois sœurs, sauf un fils de Marie qu'elle avait eu en réalité avec son beau-frère Pierre Louys et qui mourut sans enfants.

Fig. 9. - Louise Despaigne, épouse de José-Maria de Heredia.

Fig. 9. - Louise Despaigne, épouse de             José-Maria de Heredia.

© M.-J. Delrieu.

Fig. 10. - Marie de Heredia de Régnier (1875-1963), fille de José-Maria de Heredia et de Louise-Marie Despaigne.

Fig. 10. - Marie de Heredia de Régnier             (1875-1963), fille de José-Maria de Heredia et de Louise-Marie             Despaigne.

© M.-J. Delrieu.

 

30Entre mémoire perdue (la maison Dufourcq à Arthez, le château de Mont, à l’abandon) et mémoire retrouvée (le château de Caumale restauré, la famille de Casamajor, la caféière La Fraternidad au patrimoine mondial de l’Unesco), l’histoire des Béarnais de Cuba offre encore de vastes champs d’investigations pluridisciplinaires pour la recherche.

Bibliographie

Casamajor Paul de, Un précurseur sauveterrien : Prudent de Casamajor, Béarn, Saint-Domigue, Cuba, xviiie-xixe siècles, préface J. de Cauna, Sauveterre-de-Béarn, 2009.

Cauna Jacques de, « La maison Dufourcq à Arthez, les seigneurs de Lescun, Corisande d'Andoins et Cuba », Revue de Pau et du Béarn, no 42, 2015, p. 59-77.

Cauna Jacques de, « Une autre Espagne : les Aquitains de Saint-Domingue en quête de refuge à Santo-Domingo et Cuba (1791-1810) », Revue de Pau et du Béarn, no 34, 2007, p. 61-84.

Cauna Jacques de, Cadets de Gascogne. La Maison de Marsan de Cauna, Capbreton, Bordeaux, Princi Negue, 2000-2004, 4 t., t. IV.

Cauna Jacques de, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, Biarritz, Atlantica, 1998.

Cauna Jacques de, Au temps des isles à sucre. Histoire d'une plantation de Saint-Domingue au xviiie siècle, Paris, Karthala, 1987.

Cauna Jacques de, « L’habitation d’un Béarnais à Saint-Domingue, la sucrerie Nolivos à la Croix-des-Bouquets (1774-1796) », Revue de Pau et du Béarn, no 12, 1984, p. 213-232.

Debien Gabriel, « Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815) », Revista de Indias, no 55-56, mai-juin 1954, p. 559-605, 12-36.

Guicharnaud-Tollis Michèle, « Une contribution à l’histoire de Cuba : le bulletin de la Société de Géographie de Paris (1822-1855) », Jean Lamore, Cuba et la France, actes du colloque de Bordeaux (décembre 1982), CIEC, Pessac, P. U. de Bordeaux, 1982, p. 87-125.

Orozco Maria Elena, « Le Béarnais P. Casamayor et les Aquitains à Santiago de Cuba, première moitié du xixe siècle », Bernard Lavallé (dir.), L'émigration aquitaine en Amérique latine au xixe siècle, Maison des Pays ibériques, Bordeaux, 1995, p. 45-74.

Perez de La Riva Juan, El barracon y otros ensayos, La Habana, Ed. Ciencias Sociales, 1975.

Portuondo Zuñiga Olga, Los colones franceses y el fomento cafetalero, Les Français dans l’Orient cubain, coll. int. Santiago, avr. 1991, MPI, Pessac, 1993.

Reible Marcel, La Sucrerie Lugé à Saint-Domingue, Poitiers, Imp. Oudin, 1976.

Rosemond de Beauvallon Jean-Baptiste, L’Île de Cuba, Paris, Dauvin et Fontaine, 1844.

Notes

1 Sur tout ce qui suit, voir J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, et la salle L’Eldorado des Aquitains de l’exposition permanente Bordeaux au xviiie siècle, le commerce atlantique et l’esclavage au Musée d’Aquitaine, Bordeaux (catalogue bilingue français anglais par F. Hubert, C. Block et J. de Cauna).

2 J. de Cauna, « L’habitation d’un Béarnais à Saint-Domingue, la sucrerie Nolivos à la Croix-des-Bouquets (1774-1796) ».

3 J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, p. 181.

4 P. de Casamajor, Un précurseur sauveterrien […].

5 En 1810, il y avait 192 caféières dans l’Oriente, dont 176 appartenant à des Français. En 1843, les Français y avaient encore 179 caféières (Arch. diplo., Correspondance consulaire, La Havane, État des propriétés rurales appartenant à des Français dans l'île de Cuba, 1843).

6 J. de Cauna, « Une autre Espagne : les Aquitains de Saint-Domingue en quête de refuge à Santo-Domingo et Cuba (1791-1810) », p. 61-84.

7 G. Debien, Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815), et J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, p. 452-453. Voir aussi le Plan des divers terrains achetés par Don Prudencio Casamayor pour les consacrer à la culture du café, les établir selon les divisions données, les vendre et faciliter l’ouverture des chemins et l’approvisionnement en nègres des acheteurs, Guantanamo, 1817.

8 J. Perez de La Riva, El barracon y otros ensayos, p. 377.

9 Arch. Hist. de Santiago de Cuba, Protocolos de la Escribana de la Real Hacienda 388, no 1842.

10 A. D. 64, 5Mi513-1, p. 174/1716.

11 C’est par les Majendie que se renforce la parenté de Prudent de Casamajor avec les Nolivos, Habas, Sillègue, les seigneurs de Cassaber et les Bertier. Jeanne, sœur de son père Jean, avait épousé Jérémie-Joseph de Magendie dont elle eut Pierre, marié en 1765 à Jeanne de Nolivos, et Jeanne-Marie, mariée à Jean-André de Habas.

12 Fonds J. de Cauna. Lettres des 28 juillet 1771, de Saint-Marc, et 18 août 1779, de l’Artibonite, dans lesquelles il est question de M. Casamajor, habitant Bordeaux, et de Mme Jean de Casamajor de Gestas (Françoise-Félicité de Rivière). Voir aussi J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, et l'État dit de l’Indemnité de Saint-Domingue, tome VI, 1832.

13 J. de Cauna, Cadets de Gascogne. La Maison de Marsan de Cauna, IV, 68.

14 J. Perez de La Riva, El barracon y otros ensayos, p. 377.

15 Fonds J. de Cauna. Original.

16 J. de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, et pour une description de l’habitation de Lugé, Au temps des isles à sucre, p. 27-28 et planche 24 h. t., photo des vestiges.

17 M. Reible, La sucrerie Lugé, 1973, p. 52, 66.

18 J. de Cauna, « L’habitation d’un Béarnais à Saint-Domingue, la sucrerie Nolivos à la Croix-des-Bouquets (1774-1796) », p. 222.

19 Archives privées aimablement communiquées par M. Pierre de Lestapis, cousin des Casamajor, Nolivos et Sillègue, d’après Arnaud de Lestapis, Un coin de Béarn autrefois. On trouve à Arthez-de-Béarn, sur la grille du portail d’entrée de la maison des seigneurs de Lescun de Larreule – voisine de celle des Gaye et souvent confondue avec le château de Corisande d’Andoins, l’égérie d’Henri IV, Diane, seigneuresse d’Arthez et Lescun, vicomtesse de Louvigny, fille de Paul d’Andoins et de Marguerite de Cauna - un monogramme aux initiales de Gratian-Grégoire Dufourcq de Membrède, père de Jean-Joseph.

20 À Saint-Domingue, le café colonial était cultivé à découvert sur des plantations en quinconce, situées entre 300 et 1000 m d'altitude. Voir P.-J. Laborie, The coffee planter of Saint Domingo, 1798, jamais traduit en français.

21 O. Portuondo Zuñiga, Los colones franceses y el fomento cafetalero, Les Français dans l’Orient cubain, p. 118.

22 BN, Ms 5678, archives de la maison de Heredia, communiquées par Mme Marie-José Delrieu. Lettre de J. Delisle à Domingo de Heredia, 4 mai 1832 : « Le temps et l'éloignement n'ont rien enlevé de l'amitié que vous m'aviez inspirée... et votre mariage avec une jeune personne [Luisa Girard] pour laquelle ma famille a toujours conservé les sentiments les plus affectueux... Les cinq collèges principaux de Paris sont Henry IV, Louis le Grand et Stanislas, (avec internes), Charlemagne et Saint Louis (externes seulement)... ». Domingo de Heredia, qui était à Pau en 1835, avait épousé Genobeba Yvonnet au Potosi à Cuba en 1817, avec l'Arthézien André Daudinot pour témoin, dont un fils épousera une Dufourcq.

23 Pour plus de détails, voir J. de Cauna, « La maison Dufourcq à Arthez, les seigneurs de Lescun, Corisande d'Andoins et Cuba », p. 59-77.

24 M. Guicharnaud-Tollis, « Une contribution à l’histoire de Cuba : le bulletin de la Société de Géographie de Paris (1822-1855) », p. 87-125.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Plan d'une partie de la plaine et des hauteurs d'Aquin (xviiie siècle).
Crédits BNF, Département des Cartes et Plans, no 100, cartographe inconnu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-1.jpg
Fichier image/, 519k
Titre Fig. 2. - La Caridad d'El Cobre, église de la ville du cuivre réactivée par Casamajor.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-2.jpg
Fichier image/, 360k
Titre Fig. 3. - Justine de Casamajor, épouse Lay (1814-1870), fille de Prudent de Casamajor et de la quarteronne d'origine créole bordelaise Madeleine Brun.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-3.jpg
Fichier image/, 173k
Titre Fig. 4. - Le château de Caumale à Escalans, acheté par Joseph-Bernard (José) Delisle en 1828, revendu en 1870 par les héritiers de son fils Juan-José (Gustave) Delisle, né à Santiago de Cuba en 1805.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-4.jpg
Fichier image/, 205k
Titre Fig. 5. - Justine Jeanne-Marie, dite Jeanne-Justine, de Casamajor, sœur de Prudent et épouse de Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, seigneur de Lescun de Larreule, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre, mariée le 11 février 1783, mère de Jean-Joseph Dufourcq marié à Santiago en 1839 à Euphémie Girard, tante de José-Maria de Heredia.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-5.jpg
Fichier image/, 57k
Titre Fig. 6. - Arthez-de-Béarn. La Maison Dufourcq, état actuel vu de l'arrière (côté rempart).
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-6.jpg
Fichier image/, 102k
Titre Fig. 7. - Cafetal La Fraternidad, aux trois beaux-frères : Eugène de Ribeaux (d’Orthez), ép. d’Helmina Girard, José Dufourcq (d’Arthez-de-Béarn), ép. d’Euphémie Girard, et Domingo de Heredia, ép. de Louise Girard et père de José-Maria.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-7.jpg
Fichier image/, 412k
Titre Fig. 8. - Le château de Mont construit par Henry de Lestapis en 1855, fils de l'armateur bordelais Adrien-Pierre, frère du banquier financier de Casamajor et marié à la créole d’origine basque mexicaine Manuela de Garay.
Crédits © Jacques de Cauna.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-8.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Fig. 9. - Louise Despaigne, épouse de José-Maria de Heredia.
Crédits © M.-J. Delrieu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-9.jpg
Fichier image/, 212k
Titre Fig. 10. - Marie de Heredia de Régnier (1875-1963), fille de José-Maria de Heredia et de Louise-Marie Despaigne.
Crédits © M.-J. Delrieu.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5727/img-10.jpg
Fichier image/, 404k

Auteur

Docteur d’État (Sorbonne), professeur honoraire ITEM, université de Pau, CIRESC CNRS/EHESS, chaire d’Haïti à Bordeaux

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access