Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des ressources et des hommes en montagne

 | 
Jean Duma

Aux Temps modernes

Le contrôle du faîte des Vosges : aspects politiques et économiques à l’aube des Temps modernes

Jean-Marie Yante

Résumé

À l’aube des Temps modernes, le contrôle de la chaîne des Vosges, séparant le duché de Lorraine à l’ouest et l’Alsace à l’est, est l’objet de convoitises des principales forces en présence (dynastes lorrains, Habsbourg, Ribeaupierre, souverains bourguignons). La raison en est principalement d’ordre économique : des voies importantes du trafic international, notamment entre l’Italie et les Pays-Bas, empruntent les cols vosgiens et le massif recèle d’importants gîtes métallifères. La mise en œuvre conjointe de documents diplomatiques, comptables et figurés et d’acquis récents de l’archéologie minière apporte un éclairage synthétique et si possible chronologique de l’évolution des réseaux routiers et de leur fréquentation d’une part, de l’exploitation des filons d’argent (Val de Saint-Dié et Val de Lièpvre) ou de cuivre (Vosges méridionales) d’autre part.

Texte intégral

1À l’aube des Temps modernes, le contrôle de la chaîne des Vosges, séparant le duché de Lorraine à l’ouest et l’Alsace à l’est, cette dernière émiettée en un grand nombre d’entités politiques, est l’objet de convoitises des principales forces en place (dynastes lorrains, Habsbourg, Ribeaupierre, souverains bourguignons). La raison en est principalement d’ordre économique : des voies importantes du trafic international, notamment entre les Pays-Bas et l’Italie, empruntent les cols vosgiens et le massif recèle d’importants gîtes métallifères. Par la mise en œuvre conjointe de documents diplomatiques, comptables et figurés ainsi que d’acquis récents de l’archéologie, singulièrement de l’archéologie minière, le présent propos est de scruter l’un et l’autre aspect.

Le franchissement routier du massif vosgien

  • 1 M.-H. Corbiau et J.-M. Yante, « Héritage romain et créations médiévales. À propos d’itin (...)
  • 2 Des vestiges archéologiques ponctuent le parcours et tendent à en confirmer l’antiquité (...)
  • 3 Chr. Cloppet, Le système routier gallo-romain entre Rhône, Loire et Rhin. Tracés, (...)
  • 4 M.-H. Corbiau et J.-M. Yante, « Héritage romain et créations médiévales. À propos d’itin (...)

2La montagne vosgienne n’est pas impénétrable et l’obstacle qu’elle constitue est franchi dès la plus haute Antiquité. À l’époque romaine, la traversée peut, semble-t-il, s’effectuer à cinq endroits (fig. 1 A)1. Deux d’entre eux sont clairement attestés : le col de Saverne assure le passage de la route Metz-Strasbourg et celui du Donon permet à la voie de Langres de rejoindre Strasbourg. Trois autres franchissements s’avèrent probables mais, pour l’heure, non rigoureusement établis : le col de Saales (solution alternative pour la voie Langres-Strasbourg), celui du Bonhomme (favorisant la communication entre la vallée de la Meurthe et les régions du Haut-Rhin) et celui de Bussang (s’inscrivant dans une liaison secondaire entre Remiremont et Cernay)2. Certains tronçons pavés menant aux deux premiers rappellent l’architecture romaine, mais ne suffisent pas à affirmer l’antiquité des chemins3. Une dizaine de points de traversée du massif sont connus aux derniers siècles du Moyen Âge ou à l’aube des Temps modernes (fig. 1 B)4.

Fig. 1. - Franchissements routiers du Massif vosgien.

Fig. 1. - Franchissements routiers du             Massif vosgien.

A. Époque romaine - B. Bas Moyen Âge.

© J.-M. Yante.

  • 5 A. Adam, Die drei Zaberner Steigen. Eine topographisch-historische Studie, p. (...)
  • 6 H. Dubled, « Les chanoines d’Obersteigen », p. 21-26 ; M.-H. et L. David, « Le monastère (...)

3La route du col de Saverne reste fréquentée et connaît des aménagements au xvie siècle5. Certains voituriers évitent le passage par Saverne et, au départ de Wasselonne, empruntent une route vers Dabo puis Sarrebourg. À Obersteigen, au pied du col menant à Dabo, s’est constitué un ordre religieux, les fratres hospitalis in Steiga, qui y ont érigé une maison d’accueil pour les voyageurs, attestée en 12206.

  • Au départ de Sarrebourg, le col du Donon demeure un lieu de franchissement du massif7.
  • L’ascension de ce col est évitée par des transporteurs qui, en provenance d’Alsace, remontent la vallée de la Bruche, via Schirmeck, et se dirigent vers le col de Saales. En 1467, des marchands de Lübeck et de Göttingen y sont dévalisés par un brigand barricadé dans le château de La Roche8.
  • Se branchant sur cette route, des voies transiteraient par les cols secondaires d’Urbeis et de Steige, et assureraient la liaison avec le Val de Villé puis Sélestat dans la plaine d’Alsace9.
  • Au col dominant Sainte-Marie-aux-Mines, un itinéraire atteint également le faîte des Vosges. Au pied de celui-ci, côté lorrain, un péage, dit du beffroi, est perçu à Wisembach en 129010.
  • La fréquentation médiévale du col du Bonhomme est attestée par l’existence, en 1315, d’un hôpital Saint-Nicolas dans le village homonyme, sur le versant alsacien, et par celle, vingt-huit ans plus tard, du pedagium de Bonohomine in valle sancti Deodati11.
  • Alors que le franchissement du col de Bussang par une voie antique reste parfois discuté, en revanche, l’importance de ce passage aux derniers siècles du Moyen Âge est bien établie. L’ouverture du Saint-Gothard, aux alentours de 1220, confère une importance considérable à la route de Neufchâteau à Bâle12. En 1332, le duc Ferry iv de Lorraine accorde sa protection aux marchands de Metz gagnant la Lombardie via Nancy et le col de Bussang13. Le péage lorrain de l’Estraye (ou Lestraye), proche du col, est mentionné à plusieurs reprises aux xiiie et xive siècles14.

4Des itinéraires évitent le franchissement du massif vosgien en empruntant des voies au nord ou au sud de celui-ci.

  • La route reliant le cœur des Pays-Bas à l’Italie, via le massif ardennais, franchit la Moselle aux environs de Remich ou de Sierck, atteint la Sarre et, via Vaudrevange (Wallerfangen), Saint-Jean ou Sarrebruck, Sarreguemines, Rimling et Ingwiller, se dirige vers Strasbourg. Les préludes de la guerre de Cent Ans et l’établissement de nouveaux péages en France détournent certains courants de circulation et confèrent une importance considérable à cet itinéraire. Au xive siècle et à l’aube du xve, sa fréquentation est le fait d’Italiens. Ceux-ci s’y font plus rares à la fin du xve siècle et au xvie15.
  • Des convois contournent également le massif par le sud, au départ de Remiremont ou du Thillot, et passent par Faucogney ou les environs. Des marchands ou transporteurs préfèrent en effet gagner l’Italie par Besançon, Pontarlier et le Grand-Saint-Bernard. Ils n’échappent pas à toute imposition, car Marie de Blois, duchesse de Lorraine, autorise en 1348 l’établissement au Thillot d’un péage à tenir en fief du duché16.
  • 17 H. Ammann, « La place de l’Alsace dans l’industrie textile du Moyen Âge », p. 91 et 101- (...)
  • 18 A. Brun, « 1510 : une route à péage au Gresson », p. 5-7.
  • 19 F. Rapp, « Routes et voies de communication à travers les Vosges du xiie au dé (...)

5Le début du xvie siècle voit également, au sud du massif, l’ouverture d’un chemin reliant, au départ de Masevaux, les Pays Antérieurs, plus particulièrement la vallée de la Doller, au duché de Lorraine. Soucieux de désenclaver la ville, dont la draperie jouit d’une notable réputation17, et d’en favoriser le commerce, Maximilien de Habsbourg autorise la création d’une voie nouvelle par le Gresson, d’où l’on peut descendre vers Saint-Maurice-sur-Moselle (en aval de Bussang) puis atteindre Le Thillot. Afin d’assurer à la communauté les moyens d’entretenir cette infrastructure, l’empereur lui concède, en 1510, le droit d’y percevoir un péage sur les véhicules et les animaux18. Il convient enfin de relever, à la suite de Francis Rapp, qu’un « chevelu de sentiers plus ou moins praticables » existe à côté des voies principales19.

  • 20 F. Rapp, « La Lorraine et l’Alsace à l’aube de la Réforme », p. 94.

6Pour l’heure, le repérage des péages, dès lors des autorités contrôlant le franchissement du massif, reste à poursuivre : l’évêque de Strasbourg à Saverne, passage historique, le duc de Lorraine au sud, au pied du col de Sainte-Marie-aux-Mines et de celui du Bonhomme, ainsi qu’au Thillot et à Bussang. Les conduits et péages ne font pas disparaître toute insécurité sur les itinéraires. Ainsi, en 1515, le duc Antoine de Lorraine fait donner l’assaut au château de Windstein servant de repère à des Raubritter20.

  • 21 Supra, note 5.
  • 22 A. Zundel, « Les routes en Haute-Alsace à la fin du Moyen Âge », p. 114.
  • 23 G. Ehlinger et F. Rosenblatt, « La voie romaine de la Haute-Vallée de la Thur. Le tronço (...)
  • 24 Chr. Wilsdorf, « Dans la vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation (...)
  • 25 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin (...)

7Les autorités déploient quelque effort pour améliorer la viabilité des chemins. En 1524, l’évêque de Strasbourg, Guillaume iii de Honstein, fait aménager une nouvelle route au col de Saverne et estime l’ouvrage suffisamment exceptionnel pour faire graver son nom et la date sur une pierre encastrée dans la falaise21. Des aménagements routiers sont pareillement attestés au seuil du xvie siècle à proximité plus ou moins immédiate du col de Bussang22. Les voies à ornières d’Urbès, au pied de celui-ci (côté alsacien)23, et de Malmerspach, à la sortie de Saint-Amarin en direction de Thann24, pourraient en être les témoins, même si on leur attribue fréquemment une origine romaine. À la fin du xvie siècle et à l’aube du xviie, des travaux sur cette voie mobilisent les ressources et le personnel des mines du Thillot25.

L’enjeu des gîtes métallifères

  • 26 M.-Chr. Baîlly-Maître et P. Benoit, « Les mines d’argent de la France médiévale », p. 17 (...)

8À la fin du Moyen Âge, l’Europe occidentale connaît une pénurie de métaux précieux qui favorise une reprise de l’activité minière et métallurgique dans les pays germaniques et leurs marges. Cette recrudescence se prolonge jusqu’au milieu du xvie siècle, grande époque des mines et de la métallurgie dans les Vosges, d’une véritable ruée vers l’argent26.

  • 27 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes  (...)

9L’étude de l’exploitation des filons vosgiens impose de considérer la région dans son unité physique et humaine, par-delà le morcellement politique et administratif. En effet, les mines se situent le plus souvent près de la ligne des crêtes (auf der First), d’où des problèmes de délimitation dans le Val de Lièpvre, où la famille de Ribeaupierre possède des fiefs des côtés lorrain et alsacien. Des difficultés analogues surgissent au sud des Vosges, entre la Haute Alsace et la Bourgogne, entre la Lorraine et la Franche Comté27.

  • 28 Ibid., p. 57 ; Fr. Pierre, « Les recherches en archéologie minière dans le sud des Vosge (...)
  • 29 L’art et les mines dans les Vosges, spécialement p. 54-64 ; P. Fluck, Sainte-M (...)
  • 30 Sur l’apport essentiel de l’archéologie minière à la redécouverte des réseaux vosgiens, (...)
  • 31 D’après J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire (...)

10Les données techniques et commerciales de l’économie minière tendent à faire prévaloir des conditions communes. Les hommes d’affaires, notamment bâlois, qui animent les exploitations ont fréquemment des intérêts dans plusieurs bassins. Et il existe une unité corporative dans le massif : utilisation des mêmes systèmes de mesure, en dépit de l’existence d’étalons locaux, des mêmes techniques et des mêmes outils28. Deux exceptionnels documents iconographiques attestent l’effervescence et les acquis techniques dans les premières décennies du xvie siècle : le Graduel de Saint-Dié (vers 1504-1514) et surtout les vingt-cinq planches du manuscrit d’Heinrich Gross (1530) qui, par des dessins à la plume rehaussés de couleurs, décrit en détail l’activité de la mine Saint-Nicolas à La Croix-aux-Mines29. L’activité minière du massif vosgien30 se répartit entre trois bassins : Val de Saint-Dié, Val de Lièpvre et Vosges méridionales (fig. 2 A)31.

Fig. 2. - Les districts miniers vosgiens.

Fig. 2. - Les districts miniers             vosgiens.

A. Carte générale - B. Limites territoriales du Val de Lièpvre.

© J.-M. Yante

Le Val de Saint-Dié

  • 32 Ibid., p. 13 et 56 (note 6).
  • 33 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, (...)

11Le duc de Lorraine, seul maître des lieux dans le Val de Saint-Dié (ou de Galilée), à l’est de Saint-Dié, promulgue en 1250, 1317 et 1378 des ordonnances relatives à l’exploitation minière. Il faut toutefois attendre la fin des troubles causés par les hostilités avec la Bourgogne, qui s’achèvent à Nancy en 1477, pour assister à une recrudescence de l’extraction. En 1486, le duc René II dispose que tous ceux « qui vouldroient labourer, besongner et sercher mynières en nostre pays, […] faire le puissent sans difficulté ». L’apogée des mines du Val de Saint-Dié s’étend sur deux décennies. Réellement entamée en 1518, la production culmine en 1523 avec la livraison de 1 563 kg à la Monnaie de Nancy, et décline dès 153832. Parmi les treize mines existant encore en 1608, cinq seulement demeurent actives33.

Le Val de Lièpvre

  • 34 D’après J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoi (...)
  • 35 Ibid., p. 56, note 7.
  • 36 Ibid., p. 13.

12Le Val de Lièpvre est coupé en deux : les mines méridionales relèvent de la seigneurie de Ribeaupierre, vassale des Habsbourg, les mines septentrionales appartiennent au duché de Lorraine (fig. 2 B)34. Des fouilles archéologiques révèlent que d’aucunes y seraient exploitées dès les xe-xiiie siècles à l’Altenberg (Sainte-Marie-aux-Mines)35. Les travaux miniers acquièrent une réelle ampleur au début du xvie siècle. Deux mines sont mentionnées en 1512 et les exploitations se multiplient rapidement après la Guerre des Paysans (1525)36.

  • 37 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régio (...)
  • 38 G. Hirschfell et H. Hihn, « La circulation dans l’avant-vallée », p. 139.
  • 39 J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et (...)

13Depuis un traité du 9 décembre 1399, mettant fin à des querelles territoriales consécutives à l’extinction en 1381 de la famille locale d’Echery, la Lièpvrette et la Liverselle font office de frontière entre le duché de Lorraine et la seigneurie de Ribeaupierre. Mais le traité de partage omet de décrire avec précision les limites des bans et des juridictions. L’enjeu des mines d’argent au début du xvie siècle ravive le conflit. Celui-ci devient aigu en 1516. De nouveaux pourparlers débouchent sur la signature d’un accord en 1518 et d’un autre en 1526 entre Antoine de Lorraine et Maximin de Ribeaupierre. La production d’argent (et subsidiairement celle fort négligeable de cuivre et de plomb) est rigoureusement répartie entre le duc de Lorraine et l’archiduc d’Autriche, suzerain des Ribeaupierre. Il en va de même des frais d’exploitation et de fonte des minerais. Le litige ne cesse pas pour autant. Il est encore en suspens en 157037. On doit à ce conflit de territorialité la première carte du Val de Lièpvre, qui représente de part et d’autre de la Lièpvrette les territoires des deux souverainetés avec leurs villages, leurs châteaux, les entrées de mines, les cours d’eau et les chemins. Ce document, dressé pour le dossier des Ribeaupierre et conservé aujourd’hui à Innsbruck, livre une image déformée du Val : les terres des Ribeaupierre sont considérablement réduites au profit de celles du duché de Lorraine dont l’extension est exagérée38. L’édition française (1552) de la Cosmographie de Sébastien Munster consacre plusieurs pages à la description des mines du Val de Lièpvre, côté de la seigneurie de Ribeaupierre, description réalisée avec la collaboration du juge du pays, Haubinsack. L’ouvrage livre pareillement une ébauche cartographique39.

  • 40 Ibid., p. 16.

14L’essor de l’exploitation minière dans la première moitié du xvie siècle provoque une forte immigration de mineurs et ouvriers allemands qui, adeptes de la Réforme, se fixent dans les villages du côté de Ribeaupierre, le duc Antoine expulsant de Lorraine les calvinistes qui s’établissent à Sainte-Marie-aux-Mines. La coupure linguistique et religieuse ne fait qu’exacerber la querelle territoriale40.

  • 41 Ibid., p. 25.

15Les comptes du receveur de Saint-Dié puis ceux du Val de Lièpvre permettent de dénombrer 276 travaux effectués dans les différents vallons entre 1512 et 1628, date d’arrêt de l’exploitation. Sur ces travaux, 252 (soit 91 %) s’avèrent stériles et sont rapidement abandonnés41.

  • 42 Ibid., p. 25, 27, 29, 34 et 40.

16Il faut attendre 1529 pour voir les recherches se développer de façon spectaculaire, avec quatre-vingt-huit nouvelles fouilles et la reprise de vingt-cinq ouvrages antérieurs. C’est donc au total 113 travaux qui sont labourés durant cette année. Par contre, trois vallons seulement font l’objet de prospections entre 1530 et 1547. On observe une forte relance de la recherche minière au milieu du xvie siècle du fait de la découverte et de la mise en exploitation des riches filons argentifères de Saint-Pierremont qui, dès 1554, atteignent leur maximum de production avec une livraison exceptionnelle de 1 885 kg d’argent fin. Trente-neuf nouvelles mines sont mises en chantier en l’espace de dix ans (de 1548 à 1557). De 1551 à 1574, la production totale d’argent des mines lorraines du Val de Lièpvre s’élève à 29 237,376 kg, soit une moyenne annuelle de 1 218,224 kg. Près de 90 % proviennent du secteur de Saint-Pierremont42.

  • 43 Ibid., p. 34.
  • 44 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 » (...)

17Une relance de la recherche est patente en 1571-1572. Un dernier sursaut intervient en 1583. À la fin du siècle, le champ d’investigation est épuisé. Les principales mines sont abandonnées les unes après les autres43. En outre, la conjoncture mondiale, après avoir favorisé l’expansion depuis la fin du xve siècle, la freine singulièrement à dater de 1560. Les trésors d’argent de l’Amérique et de nouveaux procédés techniques, comme l’amalgame, atteignent peu à peu toute l’Europe. L’argent devient plus commun et par là même sa production s’avère moins rentable44.

  • 45 Ibid., p. 101-102.
  • 46 P. Fluck et N. Florsch, « L’archéologie du feu : les fonderies d’argent du (...)

18En raison de la faible teneur du minerai vosgien, il est indispensable de l’affiner sur place ou à proximité. Dès le xvie siècle, les cuveaux de minerai en provenance du Val de Lièpvre sont portés, au-delà du col de Sainte-Marie, à la fonderie de Wisembach, un transfert difficile et onéreux. Une fonderie est mentionnée ultérieurement à La Croix-aux-Mines et une autre « au dessous » de Sainte-Croix-aux-Mines45. Des investigations récentes révèlent la multiplication de ces établissements dans le massif vosgien et, du fait de l’approvisionnement en combustible, leur relatif éloignement des lieux d’extraction46.

  • 47 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 » (...)

19Aux moments conjoncturellement difficiles, les ducs de Lorraine et les archiducs d’Autriche soutiennent de multiples façons les entreprises : participations financières à la restauration de travaux anciens, agrandissement des concessions, relèvement des prix d’achat des métaux (essentiellement de l’argent par les Monnaies), concentration de plusieurs ouvrages afin d’obtenir un meilleur rendement à moindre coût, exemption de dîme47.

Les Vosges méridionales

  • 48 Mention d’une charte de 1387 relative aux mines (R. Mattauer, « Contribution à l’étude (...)
  • 49 P. Jeannin, « Note sur l’abbaye de Lure au xvie siècle. Aspects économiques et sociaux (...)

20À la périphérie plus ou moins immédiate du Ballon d’Alsace, les mines les plus anciennes seraient celles de Masevaux, dont l’exploitation est attestée à la fin du xive siècle48. À Plancher-les-Mines, dans la principauté ecclésiastique de Lure, la première mention est de 1458. Deux ans plus tard, soucieux d’étendre ses possessions, Philippe le Bon prétend que Lure se trouve en Bourgogne. Son fils, Charles le Téméraire, donne l’ordre en 1470 de « porter sa main » sur les mines de Plancher. Il argue que ces mines sont situées soit dans le comté de Bourgogne, soit dans celui de Ferrette ; à la différence de son père, Charles cumule en effet les deux titres. Mais la garde de l’abbaye de Lure appartient bien à la Maison d’Autriche et reste au xvie siècle à la branche allemande de celle-ci49.

  • 50 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin (...)
  • 51 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions (...)
  • 52 Fr. Liebelin, Mines et mineurs du Rosemont, p. 18, 47-48 et 257.

21Une hausse de la demande de cuivre (présent dans des minerais composites) favorise à partir de 1550 l’exploitation des mines de Bussang et du Thillot (Lorraine) situées sur le versant nord-est du massif de la Tête du Midi et dont les filons se poursuivent sur le versant sud-ouest, à Château-Lambert, territoire des souverains bourguignons. Un rapport de 1561 signale une mine de cuivre au Thillot et huit autres « nouvellement trouvées » près de Bussang, paraissant promettre une production de cuivre50. Décidée par le duc de Lorraine en septembre de l’année précédente, la fonderie établie près de Saint-Maurice-sur-Moselle commence à fonctionner. La plupart des ouvrages entamés autour de Bussang sont toutefois rapidement abandonnés. Montaigne évoque la mine d’argent qu’il y visite en 1580, mais la production ne semble pas répondre aux espoirs des prospecteurs locaux51. Il en va tout différemment des mines d’argent de Giromagny ou du Rosemont, au sud du Ballon d’Alsace, en territoire habsbourgeois. Malgré une conjoncture internationale difficile, celles-ci connaissent leur âge d’or dans la seconde moitié du xvie siècle (production annuelle maximum de 2 tonnes en 1569-1571), avant un déclin dans le premier tiers du xviie siècle52.

  • 53 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin (...)
  • 54 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin (...)

22L’expansion de la production régionale de cuivre débute vers 1585 et dure une vingtaine d’années. De 1590 à 1599, Le Thillot livre en moyenne annuelle 400 cents (soit 190 à 200 quintaux métriques) et, de 1600 à 1609, environ 1165 cents (de 550 à 575 quintaux). Les galeries s’enfoncent dans la montagne au point de rencontrer celles de Château-Lambert, d’où des incidents en 1603 et 1607. En 1603, la Chambre des Comptes de Lorraine prescrit de noyer immédiatement quelques ouvrages, parce que « les Bourguignons s’en approchent fort ». Quatre ans plus tard, deux mineurs du Thillot qui effectuent une reconnaissance près de la frontière, sont accueillis à coups d’arquebuses par ceux de l’autre côté53. La quantité de minerai extraite diminue dès 1605. Des redressements passagers (1620-1621 et 1627-1629) constituent des incitations à persévérer, malgré la détérioration continue des conditions de production. La hausse du prix du cuivre, générale en Europe, offre à l’entreprise vosgienne un parapluie que ferme le renversement de la tendance internationale à partir de 162554.

  • 55 Ibid., p138 ; P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des ré (...)

23En 1632, faute d’amodiateur, la décision est prise d’arrêter les travaux à la mine comtoise de Château-Lambert, mais elle est rapportée l’année suivante du fait de la misère des ouvriers qui seraient licenciés et de graves pertes pour les installations55.

 

  • 56 J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et (...)

24En se focalisant sur l’exploitation minière lorraine, force est de constater que les phases de production des différents districts se succèdent du début du xvie siècle à 1630. Alors qu’une ferme politique ducale soutient la recherche et la production du métal blanc qui s’épuise inexorablement dans le Val de Saint-Dié (ou de Galilée), le Val de Lièpvre entame son essor. Lui succédera l’exploitation du cuivre dans les Vosges méridionales56.

25Le contrôle du trafic routier, nettement à la hausse au seuil et dans la première moitié du xvie siècle, retient pareillement l’attention des autorités détentrices de droits plus ou moins étendus sur le faîte des Vosges. L’absence ou la perte de séries comptables, ou une mise en œuvre non encore réalisée de documents se prêtant à un traitement statistique, privent la recherche de précieux indicateurs conjoncturels. Il s’avère dès lors impératif de poursuivre les investigations, d’étoffer la carte des péages routiers du piémont vosgien, tant du côté lorrain qu’alsacien, et de scruter, dans les sources judiciaires notamment, tout indice d’une fréquentation régionale et/ou internationale des divers itinéraires.

Bibliographie

Adam Alphonse, Die drei Zaberner Steigen. Eine topographisch-historische Studie, Saverne, Gilliot, 1896.

Ammann Hektor, « La place de l’Alsace dans l’industrie textile du Moyen Âge », dans La bourgeoisie alsacienne. Études d’histoire sociale, Strasbourg et Paris, Éditions F.-X. Le Roux, 1954, p. 71-102.

L’archéologie des mines et de la métallurgie. Panorama des sites vosgiens, Strasbourg, Fédération Patrimoine Minier (Pierres et Terre, 34), 1990.

L’art et les mines dans les Vosges (Pierres et Terre, 25-26), 1982.

Bailly-Maître Marie-Christine et Benoit Paul, « Les mines d’argent dans la France médiévale », dans L’argent au Moyen Âge. xxviiie Congrès de la S.H.M.E.S. (Clermont-Ferrand, 30 mai-1er juin 1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 17-45.

Brun Aimé, « 1510 : une route à péage au Gresson », Société d’histoire de la vallée de Masevaux, Bulletin no 9, 1999, p. 5-7.

Cabourdin Guy, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 », Annales de l’Est, 5e sér., vol. xxi, 1969, p. 91-119.

Cabourdin Guy, « Les ducs de Lorraine et la monnaie (1480-1635) », Annales de l’Est, 5e sér., vol. xxvii, 1975, p. 3-44.

Cloppet Christian, Le système routier gallo-romain entre Rhône, Loire et Rhin. Tracés, structure, monuments, Lille, Diffusion Septentrion, 2003, 3 vol.

Corbiau Marie-Hélène et Yante Jean-Marie, « Héritage romain et créations médiévales. À propos d’itinéraires luxembourgeois et lorrains », dans El Gammal Jean et Jalabert Laurent (dir.), Héritages. Universités d’hiver de Saint-Mihiel 2012 (Annales de l’Est, 7e sér., vol. lxiii, 2013, no spécial), 2014, p. 36-51.

David Marie-Hélène et David Laurent, « Le monastère d’Obersteigen. Éléments de l’histoire », dans Guide de l’église et de l’ancien monastère d’Obersteigen, Saverne, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne et environs (Guide n3), 1991, p. 1-3.

Decombis Vincent, « Les indices de passage à l’époque gallo-romaine en Haute-Moselle », dans Rothiot Jean-Paul, Husson Jean-Pierre et Heili Pierre (éds), Le Thillot. Les mines et le textile. 2000 ans d’histoire en Haute-Moselle. Actes des Journées d’Études Vosgiennes, 27, 28 et 29 octobre 2007, Société d’Émulation des Vosges et Société d’Histoire de Remiremont et de sa région, 2008, p. 61-72.

De Craecker-Dussart Christiane, « Le conduit entre la Meuse, la Moselle, la Sarre et le Rhin (à propos d’un acte de 1355) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, vol. cxli, 1975, p. 349-382.

De Craecker-Dussart Christiane, « Une grande route transversale lotharingienne au Moyen Âge », dans Tonlieux, foires et marchés avant 1300 en Lotharingie, actes des 4es Journées Lotharingiennes, Luxembourg (Publications de la Section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, vol. civ), 1988, p. 85-102.

De Pange Jean, Catalogue des actes de Ferry iii, duc de Lorraine (1251-1303), Paris, H. Champion, 1930.

Deroisy Armand, « Les routes terrestres des laines anglaises vers la Lombardie », Revue du Nord, vol. xxv, 1939, p. 40-60.

Dirwimmer Christian, Hihn Hubert et Siffer Jean-Louis, « Histoire des voies de communication dans le Val de Villé », Annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, vol. xxvii, 2002, p. 25-132.

Dubled Henri, « Les chanoines d’Obersteigen », dans Du château de Birkenwald aux rochers du Schneeberg. À l’occasion du 4ème centenaire du Château de Birkenwald, Saverne, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne et environs (Cahier 40, iv), 1962, p. 21-26.

Ehlinger Gilbert et Rosenblatt François, « La voie romaine de la Haute-Vallée de la Thur. Le tronçon d’Urbès », Annuaire de la Société d’histoire des régions de Thann-Guebwiller, vol. xvi, 1985-1987, p. 15-16.

Finot Jules, Les sires de Faucogney, vicomtes de Vesoul. Notice et documents, Paris, H. Champion, 1886.

Flotté Pascal et Fuchs Matthieu, Carte archéologique de la Gaule. Le Bas-Rhin, 67/1, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2000.

Fluck Pierre, Sainte-Marie-aux-Mines ou les mines du rêve. Une monographie des mines d’argent, Soultz, Les Éditions du Patrimoine Minier, 2000.

Fluck Pierre et Florsch Nicolas, « L’archéologie du feu : les fonderies d’argent du Bonhomme », Bulletin de la Société d’histoire du canton de Lapoutroie-Val d’Orbey, vol. xv, 1996, p. 9-28, et vol. xvi, 1997, p. 13-27.

Fray Jean-Luc, « Hospices et hôpitaux médiévaux en pays de moyenne montagne, de la Lotharingie à la France centrale », dans Pauly Michel avec la coll. de Uhrmacher Martin et Pettiau Hérold (éds), Institutions de l’assistance sociale en Lotharingie médiévale. Einrichtungen der sozialen Sicherung im mittelalterlichen Lotharingien, actes des 13es Journées Lotharingiennes. 12-15 octobre 2004. Université du Luxembourg, Luxembourg (Publications de la Section historique de l’Institut grand-ducal de Luxembourg, vol. cxxi ; Publications du Cludem, 19), 2008, p. 181-196.

Grandemange Jacques, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 30), 1991.

Hamm Gilles, Carte archéologique de la Gaule. La Meurthe-et-Moselle, 54, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004.

Heitz Henri, La côte et le col de Saverne, Saverne, Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne et environs (Cahier 187a), 1999.

Herrmann Hans-Walter, « Die flandrisch-lampartische Straϐe zwischen Straϐburg und Sierck. Geschichte einer mittelalterlichen Neuanlage », dans Burgard Friedhelm et Haverkamp Alfred (éds), Auf den Römerstraϐen ins Mittelalter. Beiträge zur Verkehrsgeschichte zwischen Maas und Rhein von der Spätantike bis ins 19. Jahrhundert, Mayence, Verlag Philipp von Zabern (Trierer Historische Forschungen, 30), 1997, p. 447-469.

Hirschfell Georges et Hihn Hubert, « La circulation dans l’avant-vallée », Annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, vol. xxvii, 2002, p. 133-142.

Jeannin Pierre, « Note sur l’abbaye de Lure au xvisiècle. Aspects économiques et sociaux de la géographie historique », dans actes du 92e Congrès national des Sociétés savantes tenu à Strasbourg et Colmar (Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1967), 1969, vol. ii, p. 483-525.

Jeannin Pierre, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin du xvie et au début du xviie siècle », dans Conjoncture économique, structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris et La Haye, Mouton (École pratique des Hautes Études-Sorbonne. vie section : Sciences économiques et sociales. Civilisations et sociétés, 47), 1974, p. 121-138.

Jeannin Pierre, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », dans Kellenbenz Hermann (édit.), Schwerpunkte der Kupferproduktion und des Kupferhandels in Europa 1500-1650, Cologne et Vienne, Böhlau Verlag (Kölner Kolloquien zur internationalen Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 3), 1977, p. 56-77.

Levallois Henri, « Catalogue des actes de Raoul, duc de Lorraine (1329-1346) », thèse, Paris, École des Chartes, 1902. [Un exemplaire en est conservé à la Bibliothèque municipale de Nancy, ms. 2116 (1185)].

Liebelin François, Mines et mineurs du Rosemont, 2e éd., Soultz, Éditions du Patrimoine Minier, 2015.

Mattauer Raymond, « Contribution à l’étude des anciennes mines et forges de la vallée de la Doller », Annuaire de la Société d’histoire des régions de Thann-Guebwiller, 1953-1954, p. 115-128.

Mengus Nicolas, « Un repaire de seigneurs-brigands : le château de La Roche », dans Châteaux forts d’Alsace. Histoire-Archéologie-Architecture, Saverne, Centre de Recherches Archéologiques Médiévales de Saverne, vol. v, 2001, p. 39-64.

Michler Matthieu, Carte archéologique de la Gaule. Les Vosges, 88, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2004.

Pierre Francis, « Les recherches en archéologie minière dans le sud des Vosges lorraines », Le Pays lorrain, vol. lxx, 1989, p. 233-242.

Racine Pierre, « D’Italie aux Pays-Bas : les routes lorraines (1280-1350) », dans Les Pays de l’Entre-Deux au Moyen Âge. Questions d’histoire des territoires d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin, actes du 113ème Congrès national des Sociétés savantes (Strasbourg, 1988). Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, Comité national des travaux historiques et scientifiques, 1990, p. 209-224.

Racine Pierre, « Des routes romaines aux routes médiévales : l’exemple de Neufchâteau », dans Burgard Friedhelm et Haverkamp Alfred (éds), Auf den Römerstraϐen ins Mittelalter. Beiträge zur Verkehrsgeschichte zwischen Maas und Rhein von der Spätantike bis ins 19. Jahrhundert, Mayence, Verlag Philipp von Zabern (Trierer Historische Forschungen, 30), 1997, p. 297-317.

Rapp Francis, « Le Val de Bruche. Quelques directions de recherches », Revue d’Alsace, vol. xcvii, 1958, p. 21-35.

Rapp Francis, « Routes et voies de communication à travers les Vosges du xiie au début du xvie siècle », dans Les Pays de l’Entre-Deux au Moyen Âge. Questions d’histoire des territoires d’Empire entre Meuse, Rhône et Rhin, actes du 113ème Congrès national des Sociétés savantes (Strasbourg, 1988). Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, Comité national des travaux historiques et scientifiques, 1990, p. 195-207. Article reproduit dans Annuaire de la Société d’histoire du Val de Villé, vol. xxvii, 2002, p. 15-24.

Rapp Francis, « La Lorraine et l’Alsace à l’aube de la Réforme », dans Roth François (dir.), Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire (Annales de l’Est, 6e sér., vol. lvi, 2006, no spécial), 2007, p. 93-104.

Schneider Jean, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, Georges Thomas, 1950.

Wilsdorf Christian, « Dans la vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation d’un paysage par la route », dans actes du 92e Congrès national des Sociétés savantes (Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques. Année 1967), 1969, vol. i, p. 303-330.

Yante Jean-Marie, Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoire de la Classe des Lettres, coll. in-8°, 3e sér., t. xiii), 1996.

Yante Jean-Marie, « Réseau routier et circulation dans le pays de Luxembourg-Chiny. Moyen Âge – Début des Temps modernes », dans Burgard Friedhelm et Haverkamp Alfred (éds), Auf den Römerstraβen ins Mittelalter. Beiträge zur Verkehrsgeschichte zwischen Maas und Rhein von der Spätantike bis ins 19. Jahrhundert, Mayence, Verlag Philipp von Zabern (Trierer Historische Forschungen, 30), 1997, p. 501-543.

Yante Jean-Marie, « Voirie romaine et itinéraires médiévaux : le cas de la Lorraine centrale », Mémoires de l’Académie Nationale de Metz, sér. vii, vol. xxix, 2017, p. 107-127.

Zeller Gaston, « Une ancienne voie de trafic international à travers la Sarre », Annales de l’Est, 4e sér., vol. ii, 1934, p. 291-304.

Zundel Anne, « Les routes en Haute-Alsace à la fin du Moyen Âge », dans Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion 1960 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, École des Chartes, 1960, p. 107-114.

Notes

1 M.-H. Corbiau et J.-M. Yante, « Héritage romain et créations médiévales. À propos d’itinéraires luxembourgeois et lorrains », p. 44-46.

2 Des vestiges archéologiques ponctuent le parcours et tendent à en confirmer l’antiquité (V. Decombis, « Les indices de passage à l’époque gallo-romaine en Haute-Moselle », p. 61-72). La voie est parfois associée à une artère reliant Metz à Bâle.

3 Chr. Cloppet, Le système routier gallo-romain entre Rhône, Loire et Rhin. Tracés, structure, monuments, p. 682-686.

4 M.-H. Corbiau et J.-M. Yante, « Héritage romain et créations médiévales. À propos d’itinéraires luxembourgeois et lorrains », p. 46-51.

5 A. Adam, Die drei Zaberner Steigen. Eine topographisch-historische Studie, p. 18 ; H. Heitz, La côte et le col de Saverne, p. 22-23.

6 H. Dubled, « Les chanoines d’Obersteigen », p. 21-26 ; M.-H. et L. David, « Le monastère d’Obersteigen. Éléments de l’histoire », p. 1-2.

7 On a attribué une origine romaine au tronçon pavé de quelque 400 mètres, creusé de profondes ornières, qui a été dégagé en 1965 dans la forêt domaniale du Donon, à proximité du col de la « Roule Bacon » (P. Flotté et M. Fuchs, Carte archéologique de la Gaule. Le Bas-Rhin, 67/1, p. 300 ; G. Hamm, Carte archéologique de la Gaule. La Meurthe-et-Moselle, 54, p. 326 ; M. Michler, Carte archéologique de la Gaule. Les Vosges, 88, p. 280). En fait, il pourrait s’agir d’une réalisation médiévale en lien avec le transport du sel du Saulnois, liaison connue sous la dénomination de « chemin d’Allemagne ». Sur l’ancienne « route du sel » : Chr. Dirwimmer, H. Hihn et J.-L. Siffer, « Histoire des voies de communication dans le Val de Villé », p. 27-34.

8 F. Rapp, « Le Val de Bruche. Quelques directions de recherches », p. 28 ; N. Mengus, « Un repaire de seigneurs-brigands : le château de La Roche », p. 44.

9 Au péage de Châtenois se rejoignent la route en provenance du Val de Villé et celle arrivant de Sainte-Marie-aux-Mines. Voir le croquis du début du xvie siècle conservé à Innsbruck et reproduit dans G. Hirschfell et H. Hihn, « La circulation dans l’avant-vallée », p. 139.

10 J. de Pange, Catalogue des actes de Ferry iii, duc de Lorraine (1251-1303), p. 181, no 932.

11 H. Levallois, « Catalogue des actes de Raoul, duc de Lorraine (1329-1346) », p. 125, no 348 ; J.-L. Fray, « Hospices et hôpitaux médiévaux en pays de moyenne montagne, de la Lotharingie à la France centrale », p. 183-184.

12 Chr. Wilsdorf, « Dans la vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation d’un paysage par la route », p. 303-330 ; F. Rapp, « Routes et voies de communication à travers les Vosges du xiie au début du xvie siècle », p. 196 ; P. Racine, « D’Italie aux Pays-Bas : les routes lorraines (1280-1350) », p. 212-215 ; Id., « Des routes romaines aux routes médiévales : l’exemple de Neufchâteau », p. 297-317.

13 J. Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, p. 188.

14 J.-M. Yante, « Voirie romaine et itinéraires médiévaux : le cas de la Lorraine centrale », p. 123 (tableau, 9°).

15 Voir notamment G. Zeller, « Une ancienne voie de trafic international à travers la Sarre », p. 291-304 ; A. Deroisy, « Les routes terrestres des laines anglaises vers la Lombardie », p. 40-60 ; Chr. de Craecker-Dussart, « Le conduit entre la Meuse, la Moselle, la Sarre et le Rhin (à propos d’un acte de 1355) », p. 349-382 ; Id., « Une grande route transversale lotharingienne au Moyen Âge », p. 85-102 ; J.-M. Yante, Le Luxembourg mosellan. Productions et échanges commerciaux. 1200-1560, p. 198-204 ; Id., « Réseau routier et circulation dans le pays de Luxembourg-Chiny (Moyen Âge-début des Temps modernes) », p. 509-512 ; H.-W. Herrmann, « Die flandrisch-lampartische Straϐe zwischen Straϐburg und Sierck. Geschichte einer mittelalterlichen Neuanlage », p. 447-469.

16 H. Levallois, Catalogue des actes de Raoul, duc de Lorraine (1329-1346), p. 131, no 366 (à la date de 1343) ; J. Finot, Les sires de Faucogney, vicomtes de Vesoul. Notice et documents, p. 162 ; J. Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, p. 22-23.

17 H. Ammann, « La place de l’Alsace dans l’industrie textile du Moyen Âge », p. 91 et 101-102.

18 A. Brun, « 1510 : une route à péage au Gresson », p. 5-7.

19 F. Rapp, « Routes et voies de communication à travers les Vosges du xiie au début du xvie siècle », p. 206.

20 F. Rapp, « La Lorraine et l’Alsace à l’aube de la Réforme », p. 94.

21 Supra, note 5.

22 A. Zundel, « Les routes en Haute-Alsace à la fin du Moyen Âge », p. 114.

23 G. Ehlinger et F. Rosenblatt, « La voie romaine de la Haute-Vallée de la Thur. Le tronçon d’Urbès », p. 15-16 ; M. Zehner, Carte archéologique de la Gaule. Le Haut-Rhin, 68, p. 301.

24 Chr. Wilsdorf, « Dans la vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation d’un paysage par la route », p. 305-308 ; M. Zehner, Carte archéologique de la Gaule. Le Haut-Rhin, 68, p. 301.

25 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin du xvie et au début du xviie siècle », p. 137, note 4.

26 M.-Chr. Baîlly-Maître et P. Benoit, « Les mines d’argent de la France médiévale », p. 17-45 (pour le massif vosgien, p. 31 et 43-44).

27 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », p. 56-57.

28 Ibid., p. 57 ; Fr. Pierre, « Les recherches en archéologie minière dans le sud des Vosges lorraines », p. 235.

29 L’art et les mines dans les Vosges, spécialement p. 54-64 ; P. Fluck, Sainte-Marie-aux-Mines ou les mines du rêve. Une monographie des mines d’argent, p. 110-111.

30 Sur l’apport essentiel de l’archéologie minière à la redécouverte des réseaux vosgiens, dont les galeries du xvie siècle taillées à la pointerolle, voir notamment L’archéologie des mines et de la métallurgie. Panorama des sites vosgiens ; Fr. Pierre, « Les recherches en archéologie minière dans le sud des Vosges lorraines », p. 233-242 ; P. Fluck, Sainte-Marie-aux-Mines ou les mines du rêve. Une monographie des mines d’argent.

31 D’après J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), p. 12, fig. 1.

32 Ibid., p. 13 et 56 (note 6).

33 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 », p. 115-116.

34 D’après J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), p. 14, fig. 2.

35 Ibid., p. 56, note 7.

36 Ibid., p. 13.

37 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », p. 59 ; J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), p. 13-14 et 16.

38 G. Hirschfell et H. Hihn, « La circulation dans l’avant-vallée », p. 139.

39 J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), p. 11.

40 Ibid., p. 16.

41 Ibid., p. 25.

42 Ibid., p. 25, 27, 29, 34 et 40.

43 Ibid., p. 34.

44 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 », p. 106.

45 Ibid., p. 101-102.

46 P. Fluck et N. Florsch, « L’archéologie du feu : les fonderies d’argent du Bonhomme » ; P. Fluck, Sainte-Marie-aux-Mines ou les mines du rêve. Une monographie des mines d’argent, p. 187-193.

47 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent, 1480-1635 », p. 109-113 ; Id., « Les ducs de Lorraine et la monnaie (1480-1635) », p. 18.

48 Mention d’une charte de 1387 relative aux mines (R. Mattauer, « Contribution à l’étude des anciennes mines et forges de la vallée de la Doller », p. 116).

49 P. Jeannin, « Note sur l’abbaye de Lure au xvie siècle. Aspects économiques et sociaux de la géographie historique », p. 485 et 498. 

50 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin du xvie et au début du xviie siècle », p. 122.

51 P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », p. 67.

52 Fr. Liebelin, Mines et mineurs du Rosemont, p. 18, 47-48 et 257.

53 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin du xvie et au début du xviie siècle », p124 et 128-129 ; Id., « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », p. 57.

54 P. Jeannin, « Conjoncture et production du cuivre dans les Vosges méridionales à la fin du xvie et au début du xviie siècle », p129 et 134-135.

55 Ibid., p138 ; P. Jeannin, « Le cuivre dans l’économie minière et métallurgique des régions vosgiennes », p. 71.

56 J. Grandemange, Les mines d’argent du duché de Lorraine au xvie siècle. Histoire et archéologie du Val de Lièpvre (Haut-Rhin), p. 13.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Franchissements routiers du Massif vosgien.
Légende A. Époque romaine - B. Bas Moyen Âge.
Crédits © J.-M. Yante.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Fig. 2. - Les districts miniers vosgiens.
Légende A. Carte générale - B. Limites territoriales du Val de Lièpvre.
Crédits © J.-M. Yante
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access