Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des ressources et des hommes en montagne

 | 
Jean Duma

La période médiévale

La circulation de la mémoire lignagère dans un espace de moyenne montagne : nobles et confrères du Saint-Esprit en Forez au xiiie siècle

Alexis Fontbonne

Résumé

Suite à un échange réalisé en 1173 entre le comte et l’archevêque de Lyon, les nobles proches du comte et situés en lyonnais doivent migrer pour s’implanter dans le nouveau cœur du pouvoir comtal, la plaine du Forez. Les monts du lyonnais constituent alors une frontière naturelle et politique pour ses familles, qui vont tenter d’en diminuer l’importance. En effet, cette circulation nobiliaire n’est pas une rupture et les familles nobles développent un ensemble de stratégies visant à entretenir leur mémoire lignagère à la fois dans leur nouvel espace d’implantation et dans leur ancienne zone d’influence. Ces stratégies, qui profitent du développement contemporain des confréries charitables du Saint-Esprit ne sont cependant pas l’apanage des nobles. Il est ainsi possible d’étudier la manière dont la circulation des familles dans des espaces enclavés s’accompagne de célébrations mémorielles en plusieurs sites, aboutissant à la constitution d’un sentiment communautaire dont l’étendue dépasse largement la seule paroisse.

Texte intégral

1À la fin du xiie siècle, une transaction met fin au conflit qui oppose le comte et l’archevêque de Lyon pour le contrôle de la ville. La nouvelle base du pouvoir comtal devient alors le Forez, espace de moyenne montagne, et les vassaux du comte doivent migrer, séparés de leurs anciens domaines par les monts du Lyonnais. Nous allons étudier cette migration nobiliaire à la fois sous l’angle des stratégies d’implantation du pouvoir comtal et nobiliaire, et de la conservation de la mémoire lignagère liée à un espace désormais perdu. Ces stratégies d’implantation mobilisent un corps social, les confréries du Saint-Esprit, dont le recrutement est avant tout villageois. C’est pourquoi dans un second temps, il faudra étudier les parallèles entre les stratégies mémorielles des nobles et celles des simples villageois.

Le Forez : un milieu montagnard franchissable

  • 1 A. Le Griel, « Géologie et relief de la plaine du Forez », p. 139.
  • 2 M. Gonon, « La Loire, lien ou obstacle en Forez au Moyen Âge », p. 289-301.
  • 3 R. H. Bautier, « Recherches sur les routes de l’Europe médiévale. De Paris et (...)

2Le Forez est une petite région couvrant moins de 4 000 km², qui correspond approximativement à l’actuel département de la Loire. Délimitée à l’ouest par les monts du Forez et à l’est par les monts du Lyonnais, la plaine du Forez est une haute plaine s’étendant du nord au sud sur une distance de quarante kilomètres et dont l’altitude moyenne est de 370 mètres1. Le principal obstacle naturel est la Loire qui, bien que cinq ponts la franchissent, divise la plaine du Forez en deux, sur le plan humain, économique et même linguistique2. Les monts du Lyonnais sont quant à eux facilement franchissables, n’atteignant pas les mille mètres d’altitude et traversés par une série de routes3 : la voie d’Aquitaine reliant Lyon à Clermont en passant par Feurs et la voie Lyonnaise allant jusqu’à Bordeaux et passant en Forez par Montbrison, cette seconde voie étant doublée par la voie Viennoise qui relie Vienne à Montbrison. Ces monts du Lyonnais, qui sont moins des montagnes que des plateaux et des collines découpés par de profonds vallons, deviennent cependant à la fin du xiie siècle une frontière politique.

Fig. 1. - Espace d’implantation des familles nobles étudiées.

Fig. 1. - Espace d’implantation des             familles nobles étudiées.

© Alexis Fontbonne.

La naissance d’une frontière politique4

  • 4 Pour l’histoire du comté de Forez, cf. J.E. Dufour, Dictionnaire topographique (...)

3Dès le xie siècle, des conflits opposent les comtes de Lyon aux archevêques de la ville. Excommunié en 1076 par le synode de Latran, Artaud IV, premier à porter le titre de comte de Forez, doit rendre le droit de monnayage et la moitié des droits que payent les villes de Lyon et de Meximieux. Il reste cependant en possession de tout le Lyonnais, en plus du Forez et du Roannais, ainsi que de l’autre moitié des redevances de la ville de Lyon. Dans le cadre de ces tensions, Artaud et ses successeurs accordent au Forez une attention particulière, portant avec régularité le titre de comte de Forez et favorisant le développement de Montbrison où ils font construire un château, puis un hôpital.

4En 1157, durant le gouvernement de Guy II - issu de la branche cadette et élevé à la cour de Louis VII - l’empereur Frédéric Barberousse reçoit l’hommage de l’archevêque de Lyon, Héracle de Montboisier et accorde à l’Église de Lyon une charte de privilèges très importants. Ce diplôme concède à l’archevêque le corps entier de la cité de Lyon et tous les droits régaliens dans l’étendue de l’archevêché à l’est de la Saône. Héracle, allié au comte de Mâcon assiège le château d’Iseron appartenant à Guy II ; l’attaque échoue et la ville de Lyon est prise par le comte de Forez. Le conflit s’éternise, se doublant de la rivalité entre l’empire et le royaume de France, puis de la querelle entre la papauté et Frédéric Barberousse. En 1167, l’archevêque Guichard de Pontigny, nommé par Alexandre III en accord avec Louis VII, conclut une transaction avec Guy II, restituant à celui-ci l’ensemble de ses privilèges. Le comte de Forez rend alors officiellement hommage à Louis VII et reçoit les droits royaux sur une série de places en Forez : Marcilly, Donzy, Cléppé, Saint-Priest, Lavieu et Saint-Romain.

5L’accord de 1167, qui prévoyait que les droits sur la ville de Lyon seraient communs au comte et à l’Église de Lyon, ne tient cependant pas et est remplacé en 1173 par une transaction. Il s’agit d’un acte de vente, ratifié par le pape en 1174, par lequel Guy cède à l’archevêque et au chapitre de Lyon l’ensemble du Lyonnais et de ses droits sur la ville, en échange de compensations territoriales en Forez et en Roannais et de onze cents marcs d’argent. Bien que le Lyonnais n’ait pas été précédemment contesté, la transaction sanctionne la perte d’influence du comte sur ce territoire : les possessions de Guy II et de ses vassaux ne s’étendant plus que sur vingt-quatre paroisses sur cent quatre-vingt. L’échange ne s’est cependant pas fait facilement, les comtes contestant l’accord et portant, fait nouveau, le titre de comte de Lyon et de Forez jusqu’en 1202.

6C’est donc au xiiie siècle que le pouvoir comtal s’installe pleinement en Forez, une installation qui sera longue : il faut attendre la première moitié du xive siècle pour que la totalité des seigneurs foréziens reconnaissent l’autorité du comte. C’est dans ce contexte d’un pouvoir qui se recentre qu’il faut comprendre la migration des vassaux situés auparavant dans des terres désormais soumises à l’Église de Lyon. Ils constituent un soutien indispensable pour le comte face aux seigneurs du Forez réticents à prêter hommage.

La circulation des vassaux : l’implantation forézienne des vassaux du comte

  • 5 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation.
  • 6 Ibid., p. 73-74.
  • 7 Ibid., p. 368.
  • 8 Ibid., p. 367-368.
  • 9 J.E. Dufour, Dictionnaire topographique du Forez, p. XXI.
  • 10 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 22, charte (...)

7Sur les deux cent quinze familles recensées par Édouard Perroy5, cinq vont retenir notre attention, car elles permettent d’aborder les deux niveaux d’implantation du pouvoir comtal : implantation de vassaux du comte dans des fiefs foréziens et intégration de ces vassaux au sein des réseaux locaux de leurs fiefs. On peut ainsi remarquer que les vassaux du comte, issus de l’extérieur du Forez s’implantent dans des fiefs récemment acquis. C’est ainsi le cas des Aroud de Montrond, issus de Riverie en Lyonnais et qui suivent dans leur implantation, soit les seigneurs de Cuzieu, soit ceux d’Unias qui reçoivent leurs nouveaux fiefs entre la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle6. Ayant sans doute suivi le même parcours, on trouve Guillaume d’Ay, donzeau attaché aux Mays de Cuzieu, fief inféodé à Guy II dès 1190. Armand de Grandval est quant à lui probablement originaire du Beaujolais, à Fourneaux, où l’on trouve un autre Grandval et où sa famille est alliée7. Il est cependant seigneur de Marcilly en 1278, l’un des fiefs foréziens offerts par Louis VII à Guy II en 1167. Toujours issu du Beaujolais8 mais d’un rang moindre, on rencontre Guillaume, seigneur de Gouttelas en 1278, hameau dépendant de Rochefort, fief reçu par le comte lors de la transaction de 11739. Si les origines de Guillaume Fabre, châtelain de Donzy en 126710, ne nous sont pas connues, il est seigneur d’une des forteresses accordées un siècle plus tôt par Louis VII.

  • 11 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation, p (...)

8Dans l’étude de ces quelques cas, il est possible de comprendre la manière dont s’est faite la migration des nobles accompagnant le comte : ceux-ci s’implantent dans des fiefs qui ont été reçus récemment par Guy II, soit grâce aux dons de Louis VII en 1167, soit grâce aux compensations du traité de 1173. Ainsi, Guy II reconstitue-t-il dans un espace qui ne lui est pas acquis, comme l’atteste la lenteur des seigneurs locaux à lui rendre hommage, un réseau seigneurial sur lequel il peut s’appuyer, ceci sans entrer en conflit avec les seigneurs plus anciennement installés. La chronologie offerte par les sources étudiées ici permet de noter que le processus d’implantation est progressif : s’il commence à l’extrême fin du xiie siècle, il s’étend au cours du xiiie siècle. Ainsi, les Aroud, qui arrivent au début du xiiie siècle à Montrond, sont déjà présents dans des actes montbrisonnais de la fin du xiie siècle11. Il est nécessaire de revenir un instant sur le cas des deux familles issues du Beaujolais : les Grandval et les Gouttelas. En effet, le Beaujolais ne fait pas partie des territoires perdus par le comte lors de la transaction de 1173. Ainsi, plutôt que l’exil d’une noblesse dépossédée, il faut considérer les réimplantations étudiées comme une réorganisation du pouvoir, dont le centre est désormais la plaine du Forez.

9Cependant, en plus de la reconstitution d’un réseau de pouvoir comtal recentré sur la plaine du Forez et la cité de Montbrison, il est nécessaire de comprendre comment se sont implantées ces familles. Si elles ont été choisies parmi celles qui ont effectuées une telle transplantation, c’est que toutes sont en relation avec une ou plusieurs confréries du Saint-Esprit. Ce n’est le cas d’aucune famille anciennement établie dans la plaine du Forez, bien qu’il existe un réseau de confréries particulièrement dense : on en connaît 124, soit presque une par paroisse. Les familles nobles du Forez et les confréries du Saint-Esprit étant assez bien connues grâce au dépouillement systématique des testaments du Forez effectué par Marguerite Gonon, il semble possible de donner un sens à une telle correspondance, au-delà du hasard de la conservation des sources. C’est donc aux confréries du Saint-Esprit, comme espace d’implantation sociale, qu’il faut à présent s’intéresser.

Les confréries du Saint-Esprit : un espace d’intégration idéal ?

  • 12 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à A. Fontbonne, « La Pentecôte des (...)

10La présence d’un réseau très dense de confréries du Saint-Esprit s’inscrit dans la vague de fondation d’institutions charitables diverses initiées par des laïcs à la fin du xiie siècle : charité, hôpitaux, confréries. La référence au Saint-Esprit, présente dans une grande partie des fondations les plus anciennes de cette période, joue un rôle essentiel, car c’est par elle que le caractère laïc de l’initiative est validé. En effet, les théologiens – et Innocent III effectuera le transfert entre leurs théories et la pratique institutionnelle – développent l’idée selon laquelle l’aumône n’est inspirée que si elle est le fait des laïcs et prend un caractère régulier, l’aumône des clercs et l’aumône exceptionnelle étant toutes deux des devoirs. De plus, dans un contexte de réfutation des possibilités d’une prédication laïque, l’inspiration laïque est réduite à cette seule œuvre d’aumône12.

  • 13 C’est par exemple le cas de Guillaume d’Ay pour lui, son père et sa mère en 1288 (G. Gui (...)
  • 14 La première mention d’une telle exigence se rencontre à Montbrison en 1316 (Ar (...)

11Les confréries du Saint-Esprit que l’on rencontre en Forez et qui se diffusent au cours des xiiie et xvie siècles sont des institutions charitables effectuant une aumône annuelle durant les jours de la fête de Pentecôte. À cette aumône s’ajoute un repas pris entre les membres, qui remplit aussi une fonction mémorielle. En effet, la demande la plus fréquente dans les testaments évoquant les confréries du Saint-Esprit est d’être tenu comme « confrère vif » au sein de la confrérie, c’est-à-dire voir sa place occupée par un pauvre dont on paye la présence en continuant à s’acquitter d’une cotisation13. La confrérie joue aussi le rôle d’une personne morale pouvant contrôler les dernières volontés du testateur, par exemple pour surveiller que des messes commandées soient bien dites par le prêtre rétribué pour cette action14.

12Les confréries du Saint-Esprit perpétuent ainsi la mémoire et la volonté de ses membres après leur mort, tout en accomplissant une œuvre de salut, l’aumône. Rassemblant la partie la plus aisée de la communauté villageoise, elle remplit une fonction communautaire mais non pas égalitaire. La société villageoise est divisée entre les confrères dont la mémoire est transmise, les non-confrères et les pauvres qui sont effacés par les dons qui leur sont faits : le pauvre qui mange à la table des confrères est présent au nom d’un autre. La confrérie apparaissant avant tout comme un des acteurs constitutifs de la communauté villageoise, il est possible de s’interroger sur l’intérêt qu’elle représente pour des nobles dont l’envergure sociale dépasse celle du seul village. Si les nobles sont membres de confréries du Saint-Esprit, il faut cependant les appréhender comme des confrères particuliers.

Être noble et confrère du Saint-Esprit : une stratégie d’implantation

13Avant d’aborder la position des nobles au sein des confréries du Saint-Esprit, il faut souligner une coïncidence qui peut expliquer pourquoi les nobles que nous étudions sont tous issus de lignages transplantés. En effet, les confréries du Saint-Esprit s’implantent et se diffusent en Forez en même temps que les seigneurs attachés au pouvoir comtal. Ainsi, alors que les familles anciennement établies possèdent leur propre réseau d’implantation au sein de la population de leurs fiefs, les familles « nouvelles » ont vu apparaître au moment où elles s’installaient un corps social remplissant une fonction communautaire et pouvant constituer un espace propice à des stratégies d’implantation au sein du tissu social villageois. Cette correspondance chronologique ne vaut en aucun cas causalité, mais elle a pu constituer, pour certaines familles, une occasion propice dont il s’est agi de profiter, ce de différentes manières.

  • 15 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 22, charte (...)
  • 16 Ibid., t. 6, charte 798.

14En 1267, Guillaume Fabre, châtelain de Donzy, élit sa sépulture au cimetière de Salt-en-Donzy et fonde son principal anniversaire à l’église Notre-Dame de Montbrison. Il lègue cependant, en plus, une quarte de seigle pour que les membres de la confrérie du Saint-Esprit de Donzy le tiennent comme confrère après sa mort. Ce legs n’implique pas de prières particulières – contrairement à celui qui est fait à la confrérie de prêtres des Farges – et nous permet de voir qu’un noble, châtelain, ne dédaigne pas appartenir à une confrérie du Saint-Esprit15. Le testament de Guillaume d’Ay, en 1288, nous fournit une situation encore plus intéressante puisque celui-ci choisit d’élire sa sépulture dans le couvent des frères mineurs de Montbrison. Il souhaite cependant que ses héritiers le tiennent à perpétuité lui, son père et sa mère, comme confrères vifs en la confrérie du Saint-Esprit de Cuzieu ou d’Ay, comme ses héritiers préféreront16. La confrérie, en l’absence de sépulture, permet ainsi d’entretenir la mémoire locale du lignage. Le fait que la somme nécessaire pour être tenu confrère à perpétuité ne soit pas mentionnée peut de plus révéler une certaine familiarité avec les habitudes confraternelles ; cette somme, qui correspond à une cotisation versée annuellement, étant aussi négligée par nombre de confrères de rang moindre.

15L’hésitation que l’on rencontre chez Guillaume d’Ay a été tranchée de manière particulièrement complexe par Hugues Aroud de Montrond en 1274. Celui-ci, dont les parents sont passés de Riverie à Montrond, souhaite que ses héritiers le tiennent, lui, sa femme et sa mère comme confrères vifs en la confrérie du Saint-Esprit de Riverie, tandis que son père sera tenu confrère vif de la confrérie du Saint-Esprit de Montrond. Hugues étant seigneur de Montrond, son père enterré au cimetière des Farges, ces demandes d'intégration dans différentes confréries permettent de reproduire le tissu lignager en lui fournissant une signification dans la communauté locale. Chacun est ainsi tenu confrère dans l’espace où ses attaches sont les plus faibles : le souvenir d’Huges est maintenu dans le lieu qu’il a quitté mais où il conserve des intérêts, tandis que la mémoire de son père à Montrond permet de souligner la transplantation du lignage.

  • 17 Ibid., t. 2, charte 206.
  • 18 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation, p. 541.

16L’implantation de cette noblesse au sein des confréries permet de plus d’insérer ces dernières dans les réseaux de pouvoir comtaux. En 1278, Guillaume, seigneur de Gouttelas, Armand de Grandval, seigneur de Marcilly et Pierre, seigneur de Mayssimeu, reconnaissent, au nom de la confrérie du Saint-Esprit de Marcilly, devoir à la comtesse douairière Jeanne – le comte étant mort cette année – une rente d'un cartal de seigle pour le fournage de la confrérie, c'est-à-dire la cuisson du pain, probablement destiné à la fois aux distributions charitables et au repas de Pentecôte17. On ne connaît que deux degrés de la famille des seigneurs de Mayssimeu, Pierre et son père Zacharie. La présence de Pierre dans un acte concernant la gestion du blé peut s’expliquer par le fait qu’il contrôle un moulin situé aux confins du « ban de la rivière » de l’abbaye de Bonlieu18, cours d’eau le plus proche de Marcilly. Dans le dialogue avec le pouvoir comtal, où une communauté villageoise ne peut prétendre au même poids que les représentants d’une cité marchande, la noblesse locale fait office d’intermédiaire. La double nouveauté de la diffusion des confréries et de l’implantation des familles nobles permet ainsi la constitution d’un nouveau réseau de pouvoir, allant du comte aux villageois en passant par ses anciens vassaux dans de nouveaux espaces. Ces familles nobles se rendent présentes en tant que lignage dans les communautés villageoises par le biais des pratiques mémorielles des confréries du Saint-Esprit. Appartenant à un lignage dont la mémoire est perpétuée par le corps qui perpétue la mémoire de communauté villageoise, intermédiaire entre les pouvoirs supérieurs et les non nobles, la « nouvelle » noblesse du Forez s’intègre donc non en imitant les familles plus anciennement installées mais en profitant de l’opportunité que constitue la multiplication des confréries du Saint-Esprit.

17Cependant, la migration causée par la transaction de 1173 n’est pas la seule cause de mobilité et il s’agit à présent d’étudier comment le maillage mémoriel permis par les confréries entre différents villages au service d’une même famille dépasse les stratégies de la noblesse.

Les lignages non-nobles : la memoria au village et entre villages

18L’ensemble des documents qui vont être étudiés ci-après sont postérieurs aux actes mentionnant des nobles foréziens. Il ne semble cependant pas possible d’en conclure que la noblesse a inventé certaines pratiques imitées ensuite par le reste de la population : le biais vient ici des sources, les nobles testant de manière plus précoce, la masse des testaments des populations des villages datant davantage du xive siècle.

  • 19 Archives Départementales de la Loire (désormais Arch. Dép. de la Loire) B 1858 115.
  • 20 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 5, charte (...)

19Comme pour les nobles, la confrérie permet d’implanter la mémoire d’une famille dans un lieu. C’est ce que l’on observe à Souternon en 1348 : un testateur lègue à sa sœur l’ensemble de ses biens, à charge pour elle de tenir leur père et leur mère comme confrères morts à perpétuité dans la confrérie du Saint-Esprit de Souternon. Léguant à sa sœur, il est possible que ce testateur n’ait pas de descendants ou d’autres parents proches et c’est peut-être la crainte de voir disparaître la mémoire familiale qui le conduit à donner un caractère impératif à sa demande, en utilisant pour cela l’intermédiaire confraternel : si sa sœur ne souhaite pas payer, alors les consuls pourront vendre les biens sur lesquels est assigné un cens d’un demenc de seigle et douze deniers19. L’existence d’un bien sur lequel est assigné exactement la somme nécessaire pour remplir une cotisation nous informe que le testateur devait probablement, dès son vivant, régler par ce biais le paiement dû à la confrérie. Durant sa vie, il incarne la mémoire familiale, mais après sa mort ces biais, revenant à sa sœur, risquent, par mariage, d’entrer dans une nouvelle famille, qui sera peut-être moins préoccupée par ce besoin de faire mémoire. Si nous observons dans un premier cas les stratégies destinées à se prémunir contre l’oubli, il existe des situations où, au contraire, le don a pour but d’ancrer une famille dans un espace et un temps beaucoup plus élargis. Ainsi, Julienne, femme de Zacharie de Chevrières effectue, en 1286, un legs aux confréries du Saint-Esprit de Chazelles, Chagons et Chevrière pour elle, ses parents, ses ascendants et ses successeurs20.

  • 21 J.-M. Poisson, « Quelques aspects de la circulation des produits et des hommes en Forez (...)

20Le souci de la mémoire familiale dépasse donc le seul milieu nobiliaire et il est de même pour l’usage des confréries afin de reconstituer des liens distendus par les déplacements d’une population qu’il ne faut pas considérer comme repliée ou enclavée21.

  • 22 Arch. Dép. de la Loire, B 1855, 49.
  • 23 Arch. Dép. de la Loire, B 1858 92.
  • 24 Arch. Dép. de la Loire, B 1876 208.
  • 25 Arch. Dép. de la Loire, B 1859 1.

21En 1328, Étienne Geneytey impose différentes décisions à ceux qui bénéficient de ses legs. À son héritier, il impose de payer une assiette de confrère mort en la confrérie du Saint-Esprit de Grézolles pour le repos de l'âme de ses parents. Son cognat doit quant à lui le tenir comme confrère dans la confrérie du Saint-Esprit de Savigneu. Si son cognat ne s’exécute pas, les dons qui lui sont faits reviennent à l’héritier qui aura alors pour tâche de tenir Étienne, en plus de ses parents, pour confrère à Grézolles22. Les confréries du Saint-Esprit permettent ainsi de conserver la mémoire du testateur dans différents lieux : Grézolles est le lieu d’implantation de la famille d’Étienne, là où se trouvent son héritier et la tombe de ses parents, tandis que Savigneu est le lieu de résidence de son cognat. Le réseau des confréries permet ainsi de pallier le fait que l’espace du village n’englobe pas nécessairement l’espace d’une parenté, cela étant d’autant plus vrai si les liens matrimoniaux sont pris en compte. Ainsi, vers 1347, Alexie de Civa fait le choix d’être enterrée à Bussy, là où sont enterrés ses parents et elle demande à être tenue consœur de la confrérie du Saint-Esprit de Bussy ; elle donne de plus à son mari de quoi tenir la mère de celui-ci dans la confrérie du Saint-Esprit de Saint-Sulpice, aussi longtemps qu'il plaira à ce dernier23. Ici le réseau de dons et de demandes devient particulièrement complexe : si Alexie lie sa mémoire à celle de sa famille, elle entretient simultanément la mémoire de la famille à laquelle elle est liée par mariage dans le lieu d’implantation de celle-ci. La mobilité matrimoniale est en effet une forme de mobilité fréquente et le « retour » effectué par Alexie n’est pas unique : en 1395, une testatrice, dont le mari est enterré aux Salles demande à être tenue membre de la confrérie de Cervière, où elle élit sa sépulture24. Cette situation n’est cependant pas systématique, comme l’atteste le cas de Jeanne Tioleri qui, dans la décennie 1340, souhaite être tenue consœur dans la confrérie du Saint-Esprit de Saint-Cyr, village où son mari est enterré25. La confrérie est donc l’espace paradoxal du vécu communautaire de stratégies lignagères individuelles : les femmes peuvent agir différemment de leur mari, y compris lorsqu’elles ne sont pas veuves, c’est ainsi ce que fait Hugette, femme de Dion de la Revolleyrie qui lègue une maison à la confrérie du Saint-Esprit de Magneria pour en être tenue membre à perpétuité.

22Dans un espace où les déplacements, sans être impossibles, sont rendus plus difficile par le milieu naturel et les frontières politiques, les confréries du Saint-Esprit permettent de maintenir des relations communautaires au-delà de la seule paroisse. Les croisements de parenté peuvent permettre la constitution d’espaces identitaires dépassant les déplacements quotidiens et aboutissent même dans certains cas à la constitution de communautés politiques, c’est ce que l’on observe dans un territoire où les contraintes naturelles sont bien plus fortes que dans le Forez, les Alpes.

Un parallèle éclairant : les confréries des Alpes

23Pour comprendre le rôle politique que peuvent finir par remplir les confréries du Saint-Esprit, il faut dans un premier temps souligner leur « apolitisme ». Œuvres charitables, les confréries placées sous la titulature de la troisième personne de La Trinité ne sont pas soupçonnées, contrairement à d’autres, de servir de couvertures à des conspirations contre les pouvoirs supérieurs.

  • 26 V. Chomel, « À propos d'un livre récent : bourgs francs, communautés rurales et escartons (...)
  • 27 P. Paravy, De la chrétienté à la réforme en Dauphiné, p. 495-496.
  • 28 A. Vianin, « La confrérie du Saint-Esprit d’Anniviers », p. 122.
  • 29 Ibid., p. 130.

24Ainsi, en 1330, le Dauphin décide d'une enquête sur les confréries, suscitée par l'existence d'une confrérie jurée, dédiée à Sainte-Catherine, formée par des notables de Césanne et interdite aux nobles. Les notables se défendent de toute rébellion en affirmant s'être simplement réunis pour un banquet en plein air et discuter des statuts d'une association charitable26. À l’inverse, les confréries du Saint-Esprit ne sont pas inquiétées, au contraire, elles se multiplient au cours du xive siècle remplissant souvent la fonction de fabriques, en plus de leurs attributions charitables27. Cette confiance dont bénéfice les confréries du Saint-Esprit auprès des pouvoirs supérieurs permet de comprendre pourquoi, plus que d’autres, elles servent de lieux d’implantation aux nobles du Forez. La bienveillance dont bénéficient les confréries ne se limite pas aux pouvoirs séculiers, comme l’atteste l’approbation accordée par l’évêque de Sion à la confrérie d’Anniviers en 125428. Effectuant des distributions aux pauvres dès 1290, cette confrérie possède un moulin et reçoit des redevances sur l’ensemble des alpages de la vallée dès la fin du xiiie siècle. Elle institue ainsi un espace de vie commune sur le plan charitable et économique pour l’ensemble de la vallée, avec le soutien du siège épiscopal dont elle relève les redevances pour trois fiefs29. Comme en Forez, on note ici le croisement de réseaux horizontaux, les différents espaces de la vallée étant unis, et verticaux, cette unité se réalisant sous l’égide d’un corps social bénéficiant du soutien de l’évêque.

  • 30 P. Paravy, De la chrétienté à la réforme en Dauphiné, p. 501.
  • 31 C. Jourdain-Annequin (dir.), Atlas culturel des Alpes occidental. De la Préhistoire à la (...)

25Un ultime aboutissement de cette capacité des confréries du Saint-Esprit à permettre la mise en relation de communautés au sein d’espaces enclavés se rencontre dans le Briançonnais. Une très forte densité de confréries du Saint-Esprit fait écho à un réseau complexe de groupements de communautés existant dès avant 130030. Au cours du xive siècle, un processus de regroupement des communautés se met en œuvre : aux communautés de hameaux formant des ensembles solidaires dans les petites vallées secondaires du Queyras succède, dans un premier temps, une universitas rassemblant toute la communauté villageoise de la vallée. Puis, en 1343, le Dauphin Humbert II accorde aux représentants des différentes universitates la fondation d’une confédération des vallées briançonnaises. Chaque universitas se voit garantir une série de privilèges en échange de douze mille florins : l’élection des dirigeants hors de la présence d’un officier seigneurial, la maîtrise des forêts et des eaux, une limitation du contingent armé à fournir au prince, une protection des activités commerciales, des allègements de taxes et le remplacement du titre « d’hommes liges » du Dauphin par celui « d’hommes francs »31. Il est bien entendu que la présence immédiate du pouvoir comtal en Forez, le moindre enclavement des territoires et l’espace plus réduit du Forez empêchent de comparer terme à terme le cas des confréries du Saint-Esprit dans les Alpes et dans le Massif Central. Mais dans les deux cas, il est possible de voir comment l’existence d’un mouvement de confréries charitables légitimes et ayant une fonction mémorielle ouvre des possibilités pour tisser des liens lignagers et éventuellement politiques entre des espaces rendus distants par les contraintes du relief.

 

26Si les montagnes du Forez ne sont pas un obstacle à la circulation, leur double nature d’obstacle naturel et de frontière politique en fait un élément de rupture de l’unité territoriale. Dans ces conditions, pour que la circulation soit possible, les voies de communication doivent se doubler de liens sociaux qui maintiennent en relation des territoires distincts. Qu’il s’agisse de la transplantation historique des vassaux du comte de Forez depuis leurs anciennes bases en Beaujolais et Lyonnais vers le nouveau centre du pouvoir comtal ou des déplacements à plus courte distance d’un village à un autre au gré d’une alliance matrimoniale ou de la diffusion d’une famille, les hommes du Forez ont dû inventer différents moyens pour nier la rupture de l’espace induite par les contraintes territoriale et politique. Pour cela, ils ont profité de la diffusion contemporaine des confréries du Saint-Esprit dont la double action, charitable et mémorielle, permet à la fois l’ancrage d’un lignage dans une communauté et la mise en relation de différents lieux auxquels est attaché un même lignage, qu’il soit noble ou non. Faire mémoire de ses parents dans le lieu où l’on s’installe alors que l’on entretient son propre souvenir dans celui que l’on a quitté, c’est l’un des moyens par lesquels la circulation des hommes ne se traduit pas par des déchirements, mais au contraire par une négation du temps et de l’espace, les deux paroisses se superposant l’une à l’autre dans l’univers de liens bâti par une même famille.

Bibliographie

Bautier Robert Henri, « Recherches sur les routes de l’Europe médiévale. De Paris et des foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif Central », Bulletin philologique et historique, Paris, 1960, t. 1, p. 99-143.

Chomel Vincent, « À propos d'un livre récent : bourgs francs, communautés rurales et escartons en Dauphiné », Annales. E.S.C., 1956, no 3, p. 347-360.

Dufour Jean, Dictionnaire topographique du Forez, Mâcon, Protat Frères, 1946.

Fontbonne Alexis, « La Pentecôte des laïcs : une charité inspirée. Débats théologiques et appropriations laïques », à paraître aux Presses Universitaires de Rennes dans les actes du colloque Pentecôtes médiévales.

Gonon Marguerite, « La Loire, lien ou obstacle en Forez au Moyen Âge », Bulletin de la Diana, t. 34, 1966, p. 289-301.

Guichard Georges, Perroy Édouard (éd.), Chartes du Forez antérieures au xiv siècle, Mâcon, Protat Frères, 1933-1980.

Jourdain-Annequin Colette (dir.), Atlas culturel des Alpes occidental. De la Préhistoire à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 2004.

Le Griel Alain, « Géologie et relief de la plaine du Forez », Plaines et milieux naturels de la plaine du Forez, Saint-Étienne, CEF, 1984.

Paravy Pierrette, De la chrétienté à la réforme en Dauphiné, Rome, École Française de Rome, 1993.

Perroy Édouard, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation, Montbrison, CEF, 1976.

Poisson Jean-Michel, « Quelques aspects de la circulation des produits et des hommes en Forez à la fin du Moyen Âge à partir des données archéologiques », Les libertés au Moyen Âge, Montbrison, 1987, p. 85-94.

Vianin Alexis, « La confrérie du Saint-Esprit d’Anniviers », Annales Valaisonnes, Sion, 1954, p. 122.

Notes

1 A. Le Griel, « Géologie et relief de la plaine du Forez », p. 139.

2 M. Gonon, « La Loire, lien ou obstacle en Forez au Moyen Âge », p. 289-301.

3 R. H. Bautier, « Recherches sur les routes de l’Europe médiévale. De Paris et des foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif Central », p. 99-143.

4 Pour l’histoire du comté de Forez, cf. J.E. Dufour, Dictionnaire topographique du Forez, p. XVII-XXVI.

5 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation.

6 Ibid., p. 73-74.

7 Ibid., p. 368.

8 Ibid., p. 367-368.

9 J.E. Dufour, Dictionnaire topographique du Forez, p. XXI.

10 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 22, charte 1459.

11 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation, p. 72.

12 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à A. Fontbonne, « La Pentecôte des laïcs : une charité inspirée. Débats théologiques et appropriations laïques ».

13 C’est par exemple le cas de Guillaume d’Ay pour lui, son père et sa mère en 1288 (G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 8, charte 798).

14 La première mention d’une telle exigence se rencontre à Montbrison en 1316 (Archives Départementales de la Loire, B 1852 98-100).

15 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 22, charte 1459.

16 Ibid., t. 6, charte 798.

17 Ibid., t. 2, charte 206.

18 E. Perroy, Les familles nobles du Forez au xiiie siècle, essai de filiation, p. 541.

19 Archives Départementales de la Loire (désormais Arch. Dép. de la Loire) B 1858 115.

20 G. Guichard, E. Perroy (éd.), Chartes du Forez antérieures au xive siècle, t. 5, charte 711.

21 J.-M. Poisson, « Quelques aspects de la circulation des produits et des hommes en Forez à la fin du Moyen Âge à partir des données archéologiques », p. 85-94.

22 Arch. Dép. de la Loire, B 1855, 49.

23 Arch. Dép. de la Loire, B 1858 92.

24 Arch. Dép. de la Loire, B 1876 208.

25 Arch. Dép. de la Loire, B 1859 1.

26 V. Chomel, « À propos d'un livre récent : bourgs francs, communautés rurales et escartons en Dauphiné », p. 358.

27 P. Paravy, De la chrétienté à la réforme en Dauphiné, p. 495-496.

28 A. Vianin, « La confrérie du Saint-Esprit d’Anniviers », p. 122.

29 Ibid., p. 130.

30 P. Paravy, De la chrétienté à la réforme en Dauphiné, p. 501.

31 C. Jourdain-Annequin (dir.), Atlas culturel des Alpes occidental. De la Préhistoire à la fin du Moyen Âge, p. 268.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. - Espace d’implantation des familles nobles étudiées.
Crédits © Alexis Fontbonne.
URL http://books.openedition.org/cths/docannexe/image/5685/img-1.jpg
Fichier image/, 222k

© Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access